Version classiqueVersion mobile

Les caves médiévales de Lille

 | 
Jean-Denis Clabaut

L’étude architecturale

Texte intégral

1La classification adoptée dans cette partie est fonction du nombre de caves représentant chacun des styles architecturaux rencontrés.

Les restrictions

2A l’inverse de villes proches, comme Arras ou Douai, il n’existe aucun cas de caves superposées, car le faible relief de la ville et la présence permanente de l’eau à l’époque médiévale, empêchent de creuser des caves à de trop grande profondeur. La nature du sous-sol, composé d’argile et de limon dans les secteurs où des caves ont été retrouvées, contribue encore à exclure l’éventualité de tels types de construction, le creusement à des profondeurs importantes dans ces types de sols n’étant pas sans risque. Dans les paroisses Saint-Maurice et Saint-Sauveur, la construction de caves superposées aurait été possible car le sous-sol est constitué de calcaire, et l’élévation du terrain est supérieure à celle de la rue de la grande chaussée, ce qui met ces paroisses hors d’atteinte de l’humidité de la vallée de la Deûle. Cependant, aucune cave n’y a été recensée, sans qu’il soit possible de préciser si ce sont les profonds bouleversements qui ont affecté ces quartiers au cours de ce siècle qui en sont la cause, ou si ces types de structures n’ont jamais été construits.

  • 1 V.D.N., 22 octobre 1970.

3D’autre part, aucune cave sous rue possédant des caractéristiques médiévales n’a été recensée ; certes, il existe encore plusieurs exemplaires de caves en briques construites notamment sous la place du théâtre, mais leur origine est bien connue et remonte à la construction du rang dit du « beau regard », au xviie siècle. La pause des nombreuses canalisations et du tout-à-l’égout, qui a éventré la plupart des rues de la ville, a sans aucun doute été la cause principale de destruction des caves sous rues. En témoigne un article de presse d’octobre 1970, qui mentionne les nombreuses caves gênant la pose des canalisations ; à cette occasion, des tessons noirs et vernissés médiévaux ont été retrouvés à l’extrados des voûtes, parfois en quantité très importante, ce qui démontre la présence de caves sous rue au Moyen Age1. De plus, l’utilisation pour les transports à l’intérieur de la ville de véhicules pouvant porter des charges de plus en plus importantes, et l’augmentation de ce trafic, ont sans doute aussi contribué à l’ébranlement des voûtes anciennes, présageant leur destruction inévitable.

Les différents types de construction

Les caves avec supports

4Elles constituent le groupe le plus important des caves recensées avec 11 représentants. La cave 22, bien que possédant des colonnes supportant les voûtes, sera étudiée avec le troisième groupe, car elle possède des particularités nombreuses qui la différencient des autres caves avec supports.

5On distingue à l’intérieur de cet ensemble deux sous-groupes bien spécifiques. L’un regroupe les voûtes supportées par des colonnes, le plus représenté, et le second, les voûtes retombant sur des piliers rectangulaires.

Les caves à colonnes

6Leur répartition est très homogène puisqu’on les trouve uniquement le long des rues de la grande chaussée et de son prolongement, la rue des chats bossus, ainsi qu’au bord de la place du lion d’or sur laquelle débouche cette rue. La cave 7, excentrée, située le long de la place du concert, à l’emplacement des anciens bâtiments du cloître de la collégiale de Saint-Pierre, représente un cas à part. Etudiée en particulier, cette cave, qui était le cellier des chanoines de la collégiale, a été datée de la première moitié du xiie siècle. Son étude ne sera pas reprise ici en détail, mais elle est néanmoins incluse dans le groupe présenté, et servira d’élément de comparaison quand seront abordés les problèmes de datation.

Répartition des caves à colonnes

Répartition des caves à colonnes

♦ Les plans

7La forme géométrique qui dicte la mise en place des plans de cave est le rectangle, et toutes les caves à colonnes l’utilisent, à l’exception de la cave du chapitre (7), plus proche du carré. Toutes ces caves s’organisent perpendiculairement à la voirie, et alignent leurs parois de façade sous celle de la maison qui les surplombe. Cependant, les différences entre les plans sont nombreuses, adoptant des formes plus ou moins régulières et des dimensions variables. La cave 1 est atypique par plusieurs aspects. Large de 8,7m, pour une longueur restituée de 15,3m, c’est la plus large des caves à colonnes, bien qu’elle ne soit, comme les autres, composée que deux nefs. La longueur est rythmée par trois travées. Ces dimensions font de cette cave la plus vaste de ce groupe, avec plus de 133m2 de surface. Outre ses proportions, l’extrême régularité de son plan constitue à nouveau une exception. L’angle droit y est presque toujours employé, et les entrecolonnements, ainsi que les distances des colonnes aux parois, sont extrêmement réguliers. Le module ainsi formé, présent six fois dans la cave, dessine un carré presque parfait. De plus, l'utilisation de pilastres saillants des parois à chacune des retombées, constitue à nouveau un cas unique. L’amplitude et la régularité constituent donc les principales caractéristiques du plan de cette cave, ce qui n’est pas le cas des cinq autres.

8Les caves 2 et 4 ont des plans similaires, composés de deux nefs de même largeur et de trois travées chacune. Leurs dimensions sont très voisines. La première a les dimensions les plus réduites, 5,5m sur 11,5m pour une surface de 63m2, et la seconde, qui mesure 6,2m sur 12,5m, développe une surface un peu plus importante de 77m2. Les parois latérales de la cave 2 ne sont pas rectilignes, comme le révèle son plan, mais dessinent un léger étranglement au niveau de la travée centrale ; les deux travées extrêmes s’élargissent vers les murs du fond et de façade. La forme adoptée par la cave 4 est plus énigmatique, car si la paroi orientale est rectiligne, le mur occidental affecte un profil en croissant qui se prolonge sur la totalité de sa longueur. Le mur du fond de la cave, mis au jour par un sondage, n’est donc pas parallèle à la façade, et les travées sont de proportions assez irrégulières. Cette distorsion du plan reflète des contraintes parcellaires importantes, qui ont empêché les bâtisseurs de construire un volume rectiligne, en les obligeant à épouser une forme cintrée, dictée par un élément qui n’est plus visible aujourd’hui. Dans ces deux caves, la faible largeur par rapport à la cave 1, induit un module de base entre les deux colonnes et les retombées qui leur font face, noyées dans les parois et non pas saillantes comme dans la cave précédente, de forme nettement rectangulaire.

Modules de base des caves 1 et 4

Modules de base des caves 1 et 4

9Les trois dernières caves qui constituent ce groupe possèdent de nombreux points communs. Leurs plans sont composés de deux nefs, mais leurs longueurs importantes ont nécessité la construction de quatre travées, et ce sont donc trois colonnes centrales qui supportent les retombées des voûtes. Les largeurs sont proches, comprises entre 5,7m pour la plus étroite (5) et 6,6 pour la plus ample (6). Elles possèdent toutes deux des longueurs identiques, et leurs surfaces respectives sont de 85m2 et de 99m2. La cave 3 est la plus longue car elle s’étire sur 18,7m, ce qui lui procure une surface considérable de 120m2. Dans celle-ci, le module, compris entre deux colonnes et les retombées, est de forme rectangulaire, alors qu’il se rapproche du carré dans la cave 6. L’organisation décalée du plan de la cave 5, où la nef occidentale est deux fois plus large que sa voisine, ne permet pas de discerner un module précis tant les dimensions sont irrégulières. Le plan d’ensemble de la cave 6 ne peut être étudié avec précision puisqu’une seule nef a été conservée, amputée de ses extrémités avant et arrière, et la proposition de restitution est basée sur la symétrie des nefs, ce qui n’est pas forcément le cas ainsi que la cave 5 le montre.

10La plus grande de ces caves, la 3, présente un plan avec une première travée resserrée, les trois suivantes ayant une largeur plus importante. Cela se répercute sur la largeur des nefs, régulière du côté oriental et qui s’élargit vers l’arrière pour la nef occidentale. Ainsi qu’il a été observé pour les caves 2 et 4, les retombées dans les parois ne sont pas saillantes, et s’intègrent complètement dans les murs latéraux.

11Malgré les différences de longueurs ou les variations d’organisation interne, ces cinq caves présentent des caractéristiques de plans communes, qui les différencient de la cave 1. Ici, il n’est plus question d’amplitude, et les surfaces dégagées ne sont importantes que grâce à l’étirement en longueur des volumes. De même, les plans nous montrent la présence de contraintes lors de la construction de certaines d’entre elles, qui ont obligé les bâtisseurs à s’adapter aux exigences des parcelles voisines. Ces différences se retrouvent aussi dans leurs élévations.

♦ Les élévations

12Dans chacune de ces caves, les voûtes sont construites en moellons calcaires, de même que les parois. Le grès est systématiquement utilisé aux endroits où les pressions exercées par les voûtes sont trop importantes pour y mettre du calcaire, trop fragile. Au-dessus de chacune des colonnes, les trois premières assises sont en grès, ainsi que dans les murs latéraux, à la retombée des voûtes, où ce sont entre trois et cinq assises de grès qui supportent les pressions, exception faite de la cave 1 où les pilastres saillants des parois sont en grès sur la totalité de leur élévation. Il n’y a pas d’emploi de nervures dans la construction des voûtes, qui sont constituées d’arêtes vives, et malgré la relative fragilité du calcaire et l’apparente simplicité des voûtes, aucune d’entre elles ne comporte de lézarde ou de déstabilisation quelconque. Les piliers en briques qui sont parfois présents, résultent de perforations ou d’aménagements importants, qui ont contraint à ériger ces types de supports. Les extrémités arrière et avant de la cave 4, ou la voûte de la cave 5, n’ont été remplacées par de la brique et du béton que lors du réaménagement des bâtiments de surface, et pas à cause d’une désorganisation de la construction.

13Les caves 5 et 6 ont des sols bétonnés qui empêchent de restituer la hauteur d’origine sous voûte, les bases des colonnes étant noyées dans la dalle. Les trois autres caves, bien que fortement remblayées au point de noyer les colonnes jusqu’au-dessus du tailloir, ont fait l’objet de sondages qui ont permis, non seulement de mettre au jour les colonnes, mais aussi le sol médiéval d’origine. Les hauteurs sont comprises entre 3,7m (1) et 2,8m (6), ce qui permet de restituer des volumes importants, particulièrement pour les caves qui développent de grandes surfaces, comme la 1 et la 3.

14Dans la cave 1, outre les pilastres saillants des parois latérales, les spécificités sont nombreuses. La présence au milieu du mur arrière d’un mur bahut de près de deux mètres, qui ménage de chaque côté deux appendices voûtés en berceau, en est une autre. Les parois, au fond de chacun d’eux, n’existent plus, mais leur présence au sein du comblement pourrait rapidement être vérifiée au moyen d’un sondage. Les colonnes qui supportent les arêtes des voûtes sont aussi particulières. Celle qui a été dégagée est entièrement en grès : elle se compose d’un fût à trois tambours, couronné par un chapiteau à crochets très ronds affectant plutôt la forme de boules. C’est le seul exemple de colonne en grès avec fût à tambours recensé à Lille. La dernière spécificité de cette cave est la présence de deux escaliers d’origine à chacun des angles de la façade. Celui de gauche, plus étroit, a été remanié, et les marches sont posées sur un massif de briques. A droite, un escalier est encore en place, contemporain du réaménagement de la façade au xviie siècle ; l’existence de l’escalier médiéval est confirmée par la présence d’un fort linteau en grès dans la voûte, soutenu par deux corbeaux, qui permettent la liaison entre la voûte et l’ouverture de l’escalier.

15Dans les cinq autres caves, les élévations ne diffèrent que très peu. Les réfections sont nombreuses et variées : les caves 4 et 5 sont amputées de leurs extrémités, de même que la 6 qui ne possède plus qu’une seule nef. Dans la cave 2, ce sont les parois latérales qui ont été refaites. Les murs de pierres calcaires d’origine, attestés par les sondages qui en ont retrouvé les assises inférieures, sont remplacés par des parois en rouge barre, une assise de calcaire alternant avec trois assises de brique. Les différences d’élévations se rencontrent aussi dans les profils des voûtes, qui sont paraboliques pour les caves les plus hautes, la 3 et la 4, et pratiquement en plein cintre dans le cas contraire, le meilleur exemple étant la cave 6. Les assises en grès au-dessus des colonnes sont systématiquement présentes, au nombre de trois ou quatre (5). Tous les supports sont en pierre de Tournai, composés d’une plinthe carrée ou octogonale (6) surmontée d’une base circulaire à deux tores. Les fûts sont constitués de trois tambours, et supportent des chapiteaux à crochets en pierre de Tournai, où seuls varient le décor et l’enroulement des crochets, quand ils n’ont pas été bûchés. Enfin, l’existence d’un escalier est attestée dans trois de ces caves, par la présence du linteau dans la voûte qui en marque l’emplacement, dans l’angle gauche (2 et 4) ou droit (3) de la façade. Un sondage effectué dans la cave 4 a permis de retrouver la base du massif de l’escalier médiéval, parementé en pierre calcaire et rempli d’un vrac de déchets de pierres.

  • 2 H. Rigaux, notes conservées dans le dossier « archéologie » aux A.M.L.
  • 3 A.D.N., Archives de la commission historique du département du Nord, série 15J120.
  • 4 A.M.L., Jx 349, « la dépêche » du 27 juillet 1933.

16Il convient d’ajouter deux dernières caves à ce groupe, détruites aujourd’hui mais qui ont fait l’objet de descriptions sommaires. La première, révélée lors de la construction de la nouvelle bourse sur la place du théâtre dans les années 20, « mesurait à peu près 7m de large sur 20m de profondeur avec murailles en pierres blanches, trois colonnes avec leurs chapiteaux..., qui fut peut-être la première halle au blé »2. Les mesures indiquées en font la plus grande des caves recensées, et l’élévation sommairement décrite correspond tout à fait à celles observées dans les autres caves. Des photographies, prises durant les travaux de construction de la nouvelle bourse, montrent un mur latéral de cette cave en pierre, et deux fûts de colonne sont visibles, couchés sur le sol3. Ils sont monolithes et donc vraisemblablement en grès, à l’image du seul fût de ce type, rencontré dans le cellier des chanoines de Saint-Pierre (7). La seconde cave était voisine de la cave 1, en remontant la rue de la grande chaussée, et a été abattue suite à l’incendie de la maison. Un article de juillet 19334 précise que les voûtes de l’immeuble, au No 13/15 de la rue, étaient soutenues par six colonnes. Une photographie de mauvaise qualité montre un chapiteau qui émerge du niveau du sol, surmonté des restes de la voûte. S’agissait-il d’une seule ou de deux caves ? Le nombre des colonnes mentionné semblerait pencher vers l’hypothèse de deux caves mitoyennes, larges de deux nefs et longues de quatre travées. Cependant, la largeur actuelle de la parcelle, 9m, semble infirmer la présence de deux caves. Leurs largeurs restituées n’auraient pas dépassé 4,5m chacune, sans compter le mur mitoyen nécessaire entre les deux caves, ce qui fait un mètre de moins que la plus étroite des caves à colonnes recensées (2). Dés lors, il semble probable qu’une cave assez exceptionnelle a été détruite en 1933, constituée de trois nefs de quatre travées, dont les six colonnes reconnues à l’époque soutenaient des voûtes d’arêtes, ou un plancher. Sa structure aurait été voisine de celle observée dans la cave 22, ce qui en fait un cas tout à fait unique à Lille par ses dimensions.

Suggestion de plans pour la cave détruite située aux no 13/15 de la rue de la grande chaussée

Suggestion de plans pour la cave détruite située aux no 13/15 de la rue de la grande chaussée

17Ces mentions de caves aujourd’hui détruites, permettent de porter à 9 le nombre de caves à colonnes, et confirment leur répartition observée, sur l’axe privilégié de la grande chaussée et des rues et places qui la prolongent.

18L’homogénéité de style est particulièrement évidente dans ce groupe, exception faite de la cave 1 qui possède de nombreuses particularités lui conférant une place particulière. Dans les caves possédant des supports soutenant les voûtes, un second type, moins représenté que le précédent, a été recensé ; il s’agit des caves à pilier central.

Les caves à piliers

19Quatre caves constituent cet ensemble. Elles sont concentrées sur le même rang de maisons, qui s’étire de la rue des chats bossus à la place Louise de Bettignies, en passant par la place du Lion d’or, et longent les fossés qui ceinturaient la motte castrale sur laquelle fut construite la cathédrale de la treille. Leur uniformité est assez étonnante.

Répartition des caves à piliers

Répartition des caves à piliers

♦ Les plans

20Trois d’entre elles développent des plans pratiquement identiques, qui diffèrent légèrement par les dimensions, mais qui ont des proportions similaires. Les plans dessinent des formes rectangulaires très peu allongées, perpendiculaires à la voirie, avec des piliers centraux eux aussi rectangulaires, orientés dans le même sens que les caves. La cave 10 n’a malheureusement pas fait l’objet d’un relevé systématique, mais son plan apparaît globalement identique aux deux autres. Elles sont de dimensions voisines, 8mx7m pour l’une (9) et 9,7mx7,5m pour la seconde (11). La quatrième cave (8) qui fait partie de ce groupe, diffère des précédentes par sa grande longueur : le pilier central est remplacé par un mur au milieu duquel est ménagée une ouverture, séparant deux volumes identiques parallèles. La paroi arrière de la cave n’existe plus, mais elle a été localisée lors des travaux de réaménagement de l’édifice ; la longueur totale restituée est de 15,7 mètres, pour une largeur de 7 mètres, soit une largeur très proche des deux caves précédentes, avec cependant une longueur près de deux fois supérieure.

♦ Les élévations

21Les voûtes sont ici aussi montées uniquement en pierres calcaires, et le grès est réservé pour le pilier central (9, 10 et 11) et les assises recevant les retombées des voûtes dans les parois latérales. Dans la cave 8, les extrémités seules du long mur central sont en grès. Les hauteurs sous voûte ne sont pas très importantes, voisines de deux mètres pour les plus basses (9 et 11) et mesurant 2,5m dans la cave 8, dont le sol était cependant très perturbé par les travaux en cours lors du relevé. Aucun sondage n’a été réalisé pour retrouver les sols d’origine. Cependant, la présence dans la cave 9 d’un puits aménagé dans le sol, dont les premières assises du cuvelage sont à la hauteur du sol actuel, montre que le niveau actuel du sol est sensiblement identique de celui d’origine. C’est d’ailleurs le seul exemple de puits rencontré dans une cave médiévale, les comblements fréquents et épais rencontrés notamment dans les caves à colonnes, pouvant cependant masquer d’autres puits.

22Les caves à piliers ne sont pas réellement voûtées d’arêtes, mais constituées de quatre berceaux, deux latéraux et deux autres perpendiculaires, dont les interpénétrations créent des arêtes vives en pierre calcaire. Celles-ci ne se prolongent pas jusqu’au sommet de la voûte, mais se noient dans l’arrondit des berceaux.

23Dans chacune de ces caves, des escaliers étaient ménagés dés l’origine. Encore intégralement préservé dans la cave 9, il déploie des marches en grès dont le bord inférieur est taillé en creux, ménageant un espace plus important pour poser le pied. Il s’insère entre la paroi sud et un mur en grès. Dans la cave 11, l’escalier a été remanié, mais en reprenant l’emplacement de celui d’origine, ce qui est aussi le cas pour la cave 10. Il n’en existe plus dans la cave 8, mais le linteau en place dans la voûte permet de le situer dans l’angle nord-est.

24Dans les caves 9 et 11, des ouvertures permettaient d’accéder sous la rue. Elles sont visibles au centre du mur de façade, et sont aujourd’hui murées en briques. D’une largeur importante, ces caves développent de grandes surfaces mais de faibles volumes, à cause de leur hauteur réduite ; elles forment un groupe bien particulier qui, bien que possédant des supports centraux, se rapproche architecturalement très fort des simples caves voûtées en berceau.

Les berceaux

25Au nombre de huit, les caves en pierres couvertes par des berceaux constituent le second groupe le plus important des mises en œuvre rencontrées dans les caves de Lille. Leur répartition est la plus harmonieuse, puisqu’on les rencontre d’un bout à l’autre de la rue Esquermoise, le long de la grand-place, rue de la grande chaussée, place du Lion d’or et place Louise de Bettignies. Très semblables les unes aux autres, leurs plans présentent toutefois certaines particularités.

Répartition des caves voûtées en berceau

Répartition des caves voûtées en berceau

Les plans

26La forme adoptée est systématiquement le rectangle, positionné perpendiculairement à la voirie. Deux caves font exception. La 12, d’une largeur de 4 mètres mais amputée de ses extrémités, est située parallèlement à la rue ; c’est le seul exemple répertorié de cave présentant cette disposition. La 14 est constituée de deux volumes accolés, longs de 5,80 mètres mais de largeurs différentes ; 3m pour l’une et 4m pour la seconde. Le plan est complet puisque toutes les parois et les voûtes sont conservées. Cet ensemble de deux caves se situe très en retrait de la grand place, à près de 14m des façades actuelles, au milieu du pâté de maisons. Il s’agit là aussi du seul cas observé de caves situées autant en retrait de la voirie ; c’est un exemplaire unique de caves jumelles, attesté par le passage voûté qui les met en communication, structurellement contemporain de l’édification des caves.

27Les autres caves voûtées en berceau sont situées le long des rues, perpendiculairement à la chaussée. L’une d’entre elles, la 16, est construite sur un plan un peu particulier car il se rétrécit vers l’arrière ; la largeur passe de 3,7m en façade, à 3m à l’extrémité arrière, pour une longueur de cave d’au moins 8,3m. La paroi du fond n’est pas celle d’origine, mais une réfection postérieure en briques érigée lors du prolongement de la cave vers l’arrière. L’absence de trace de destruction de l’extrémité de la voûte tend à montrer que la cave ne devait pas être plus longue, et n’a donc pas été amputée. Le volume observé peut alors être considéré comme celui d’origine. La cave 17, très abîmée, est renforcée de multiples réfections et aménagements en briques, mais semble posséder dans ses grandes lignes un plan sensiblement identique à la 16, qui se rétrécit vers l’arrière. La restitution du plan, en prolongeant les parois visibles, dessine une cave d’à peu près 8,5m de long, dont la largeur passe de 5m en façade à 4m à l’arrière. Dans ces deux cas, la construction répond vraisemblablement à des contraintes parcellaires, qui ont amené les bâtisseurs à adopter ce type de plan au profil particulier.

28Les quatre autres caves de ce groupe sont bâties selon des plans plus réguliers. La 13, étirée sur 10,7m de long, est la plus régulière. Le rectangle qu’elle dessine, d’une largeur de 3,65m, est presque parfait, avec des angles pratiquement droits. La cave 15 est construite sur un plan aussi régulier, et adopte une largeur de 4m pour une longueur de près de 14m. La paroi du fond est là aussi remplacée par des aménagements plus récents, qui gênent la lecture complète du plan. Les caves 18 et 19 sont voisines, mais ne communiquent pas. Larges toutes deux de 4,9m, leurs longueurs à l’origine ne sont pas connues, à cause des réfections des parois arrières.

29Les caves voûtées en berceaux présentent donc une certaine homogénéité de plans, basés sur le rectangle qui est plus ou moins régulier, avec des dimensions assez proches. Les largeurs sont comprises entre 3,7m et 5m, mais les longueurs sont souvent difficilement appréciables. Cependant, ces caves s’étiraient parfois très loin à l’intérieur du parcellaire, la plus grande mesurant 14m. La principale différence entre ces caves est le positionnement par rapport à la voirie ; le plus souvent perpendiculaires à la chaussée, elles lui sont parfois parallèles ou situées très en retrait. Leurs élévations sont aussi très homogènes.

Les élévations

30La première caractéristique est l’utilisation massive du calcaire pour la construction des voûtes en berceau, au profil en anse de panier pour les plus larges et proche du plein-cintre dans les exemples les plus étroits. Ces voûtes sont montées en moellons très nettement taillés, des assises de gros moellons alternant avec d’autres d’épaisseurs plus réduites, particulièrement dans les assises inférieures. Les joints sont généralement d’une épaisseur ne dépassant pas les deux à trois centimètres. Dans la cave 16, la voûte repose sur trois assises verticales de grès. Ailleurs, le grès n’est utilisé que ponctuellement pour recevoir la retombée de l’arête, formée par la jonction de la voûte avec l’ouverture de l’escalier, dans la cave 13 notamment. La hauteur sous voûte est aujourd’hui rarement supérieure à 2m, et les sondages effectués dans les caves 15 et 19 montrent que le sol d’origine, constitué d’une couche de calcaire fortement compactée d’une dizaine de centimètres, ne permet pas de restituer des hauteurs sous voûtes de plus de 2,2m. L’état des caves est donc proche de celui d’origine, puisqu’il n’y manque guère que les murs du fond qui ont disparu la plupart du temps. Seule la cave 13 révèle une architecture perturbée, les reins de la voûte s’affaissant fortement par endroits. Il est d’ailleurs probable que la simplicité de mise en œuvre de ces types de construction a du faire leur succès, pour couvrir des surfaces n’excédant pas 5m de large au maximum, plus souvent proche de 4m comme le montrent les caves recensées. Cette simplicité a entraîné parfois une certaine fragilité des voûtes ainsi qu’il est visible dans la cave 13. Le nombre relativement faible de caves en berceau recensées, pourrait alors s’expliquer par leur longévité réduite, alors que la simplicité de conception et le faible coût de mise en œuvre qu’elles devaient engendrer ont dû favoriser leur construction.

31Cinq d’entre elles possèdent encore leur escalier de façade, permettant l’accès direct à la rue. Seul le grès est utilisé pour ces aménagements, car sa résistance à l’usure est bien supérieure à celle des moellons de calcaire. Les marches sont d’un seul bloc, de longueurs comprises entre 1,5m (13) et 1,2m (16). La jonction entre la voûte de la cave et l’ouverture de l’escalier s’effectue par l’intermédiaire d’un linteau en grès, supporté par deux corbeaux. Dans deux cas, les escaliers sont construits le long d’une paroi, et reposent sur un mur maçonné en grès (13 et 16) ; dans deux autres cas, l’escalier se situe au centre du mur de façade, inséré entre deux parois en grès (18 et 19). Le dernier escalier rencontré dans des caves en berceau est plus particulier, car commun aux deux volumes accolés de la cave 14 ; il s’ouvre face à la cave la moins large, la porte qui permet d’accéder à la seconde cave s’ouvrant au bas de l’escalier. Les marches sont en grès, mais elles s’insèrent entre des parois en calcaire. Un arc en plein cintre forme l’ouverture de l’escalier vers l’extérieur, à l’aplomb de la dernière marche. L’escalier, long de 1,2m, a été aménagé dans l’épaisseur du mur du bâtiment qui se situait au-dessus, et ne devait pas se prolonger vers l’intérieur des caves. La position de cet ensemble, très en retrait à l’intérieur de l’îlot d’habitations, fait que l’escalier ne s’ouvre pas vers une rue, mais communique aujourd’hui avec un sous-sol moderne au cœur du parcellaire.

32De plans et d’élévations simples, les caves voûtées en berceau ont probablement été assez nombreuses, mais il est vraisemblable que leur relative fragilité ne leur ait pas permis de parvenir jusqu’à nous. La solution technique pour assurer une bonne stabilité des voûtes était d’employer des arêtes pour rigidifier l’ensemble, ce qui permettait en outre de dégager des volumes supplémentaires le long des parois latérales, sous les voûtes. Deux caves correspondent à ces critères.

Les voûtes d’arête sans supports.

33Il existe encore deux caves de ce type en élévation, rue de la grande chaussée (20) et place Louise de Bettignies (21). Les plans de ces caves restent à nouveau très voisins, mais les proportions sont bien différentes.

Répartition des caves voûtées d'arêtes

Répartition des caves voûtées d'arêtes

Les plans

34Ces caves sont rectangulaires, perpendiculaires à la chaussée, et s’étirent très loin dans le parcellaire. Aucune d’entre elles ne possède encore de paroi arrière, mais la conservation des traces d’arrachements permet de restituer les longueurs originelles, qui sont importantes. La cave 20 mesure 16,8m de long, alors que la taille d’origine de la cave 21 devait être de 16,7m. Chacune d’elles est divisée en quatre travées, qui mesurent 3,65m en moyenne entre chaque retombée. Les structures de ces caves sont donc identiques, et les travées, en nombre invariable, ayant les mêmes dimensions, les longueurs des deux caves sont exactement les mêmes. Seules varient les largeurs ; la cave 20, avec 5,6m de large est beaucoup plus ample que la 21 qui ne mesure que 3,9m. L’identité des plans se reflète aussi dans les élévations, qui ne diffèrent que par quelques détails.

Les élévations

35Comme dans les autres caves recensées, les voûtes sont constituées de moellons calcaires et sont montées en arêtes vives. Le profil de la voûte de la cave 21 est arrondi, pratiquement en berceau, et nettement plus plat, à cause de la largeur de l’espace à couvrir, dans la cave 20. La hauteur maximum y est de 2,6m actuellement, mais le sol bétonné ne permet pas d’effectuer des sondages afin de retrouver le sol d’origine. Dans l’autre cave, la hauteur n’est que de 2,1m actuellement, à cause du remblai accumulé sur le sol médiéval. Lors des travaux de réaménagement de cette cave, il a été aperçu à 0,6m sous le sol actuel, ce qui restitue une hauteur d’origine de 2,7m sous voûte. Les retombées des arêtes sont reçues par trois assises en grès, dans chacune des parois de la cave 20 ; leurs compositions sont originales. Deux blocs monolithes constituent les assises inférieures et supérieures, et encadrent une assise intermédiaire constituée systématiquement de trois blocs de grès de petites dimensions. Les retombées de la cave 21 sont identiques à celles observées dans les caves à colonnes : elles sont maçonnées en quatre assises de grès, composées chacune d’un grand moellon associé à un second plus court, et montés en alternance avec les autres assises. Les parois verticales entre les retombées des voûtes sont en moellons calcaires.

36Dans la cave 20, des niches s’ouvrent au centre des parois de chaque travée, à 0,6m du sol. C’est la seule cave à Lille qui possède systématiquement ce type d’aménagement. L’existence d’un escalier n’a pas été reconnue dans la cave 21, à cause des réaménagements de son extrémité avant, mais la présence d’un linteau dans l’angle occidental de la voûte de la cave 20, permet de confirmer l’emplacement en façade d’un accès direct à la chaussée.

37Les caves étudiées jusqu’ici constituent des groupes homogènes, plus ou moins représentés, mais qui possèdent des caractéristiques communes. Plusieurs architectures uniques ont cependant été relevées, et vont être décrites en compagnies des caves dont il ne reste que des fragments, et qui peuvent difficilement être identifiées à l’un des groupes étudiés jusqu’ici.

Les cas particuliers

Répartition des caves particulières

Répartition des caves particulières

38Cinq caves sont regroupées ici, l'une située au début de la rue de la grande chaussée (22), qui n’est pas conservée intégralement, la seconde place du lion d’or. Des fragments d’élévations, ou des traces de structures, constituent les seuls vestiges visibles des trois dernières caves recensées.

La cave à arcature de refend

♦ Le plan

39Construite à l’entrée de la rue de la grande chaussée, elle fait face à la cave 1. Les vestiges conservés sont noyés dans le mur de cave mitoyen entre deux parcelles, les No 6 et 8 de la rue, de dimensions différentes. Les autres parois de la cave médiévale ne sont plus visibles, mais la conservation intégrale de l’arcature et des colonnes qui la supportent, permet d’envisager des hypothèses de restitution. Les deux faces des arcs en grès sont visibles dans chacune des caves, ainsi que le profil des tailloirs des chapiteaux. Le berceau en briques qui couvre la cave du No 6 vient s’ancrer au sommet des arcs en grès, et les voûtes d’arêtes en briques du No 8 reposent sur des piliers en grès, posées devant les colonnes médiévales. Le mur en briques qui sépare les deux caves a donc été maçonné sous les arcatures, les obturant totalement.

40La distance entre les colonnes qui portent les arcades est très régulière, de près de trois mètres. C’est également la largeur de la cave du No 6, celle du No 8 mesurant 5,8m. Il est fort probable que lors de la destruction ou du démontage des parois latérales de la cave d’origine, les reconstructions se sont effectuées en reprenant les limites de la parcelle sur laquelle se trouvait la cave. Elle fut alors divisée en deux habitations distinctes, comme le montre la conservation de l’arcature comme mur mitoyen. De plus, la largeur de la cave du No 6 est identique à la mesure de l’entrecolonnement ; l’utilisation d’un module de base carré pour la construction de la cave, de trois mètres sur trois, est parfaitement envisageable. Dans cette hypothèse, la cave du No 8 devrait mesurer 6,5m de large, ce qui correspond à deux modules plus la largeur d’une arcature. Or, elle ne mesure que 5,8m de large. La différence entre la dimension théorique et celle observée, peut avoir plusieurs causes. La régularité absolue du module n’est d’abord qu’une hypothèse, et la reconstruction de la voûte actuelle en briques a contribué à modifier les dimensions de la cave, ainsi que le remontage des parois.

41Ces constatations permettent de proposer la restitution d’un plan globalement carré, composé de trois nefs de trois travées séparées par deux arcatures identiques, dont une seule aurait été conservée comme mur de séparation des habitations, lors de la reconstruction du site.

42La surface développée est voisine de 90m2. Le plan proposé fait de cette cave le second exemplaire de plan de trois nefs, le premier se trouvant presque en face aux No 13 et 15 de la rue, connu par les articles de presse écrits lors de sa destruction en 1933. Les deux parcelles ont des largeurs sur rue identiques, de l’ordre de 9m.

43Le plan de cette cave est donc tout à fait original, seul exemplaire encore en partie en place de construction sur trois nefs. L’élévation en est aussi très particulière.

♦ L’élévation

44Comme les quatre parois de la cave ont disparu, il faut se contenter de l’observation de l’arcature de refend pour restituer l’élévation. La première surprise réside dans l’utilisation du matériau ; toute l’élévation est en grès, aussi bien les colonnes que les arcs tendus entre elles, ainsi que le mur qui les surmonte. Celui-ci n’est visible que dans la cave du No 6, où le berceau en brique prend naissance au-dessus de l’extrados des arcs, au sommet de leur courbe. Au-dessus de chacune des colonnes, entre les courbures des arcs, quatre assises de moellons en grès sont encore visibles. Ils témoignent de la présence d’un mur plat au-dessus des colonnes, et non du départ d’une voûte comme observé dans les autres caves. L’hypothèse la plus vraisemblable pour la couverture de cette cave, est la restitution d’un plancher à l’origine. Les poutres principales prenaient appui dans les murs latéraux et les arcades, sur des corbeaux saillants qui ont aujourd’hui disparu, ou venaient se ficher dans des trous de boulin.

45La hauteur sous plancher devait être voisine de 2,5m. Les bases des colonnes sont apparentes, suite au réaménagement de la cave qui a été sur creusée et bétonnée, ce qui restitue le niveau du sol d’origine. La présence d’un corbeau encore visible à l’extrémité de l’arcature, sous la façade, donne une indication sur la hauteur à laquelle devaient se situer les autres supports des têtes de poutre.

46Les colonnes qui supportent les arcs sont courtes et peu épaisses. Elles sont constituées d’une base surmontée d’un fût monolithe, couronné par un chapiteau à crochets en forme de boules. Il n’y a pas de tailloir recevant les arcs.

47C’est donc le seul exemplaire de cave couverte par un plancher à l’origine qui a été retrouvé. Il est possible que d’autres structures du même type aient existé, mais il n’en reste aucune trace. Les planchers n’ont évidemment pas résisté au temps, et si les éventuelles caves planchéiées n’ont pas été entièrement démontées, on peut supposer, au mieux, que certains éléments architecturaux sont encore noyés dans les parois et berceaux en briques qui leur ont succédé. L’observation systématique des travaux effectués dans les caves peut seule en apporter le témoignage. Une autre cave a été relevée, qui développe une architecture originale, dont elle est le seul exemple.

L’utilisation des murs bahut

♦ Le plan

48Située sur la place du lion d’or, la bonne conservation de l’ensemble, à l’exception du mur du fond, permet de reconstituer sans grande difficulté le plan de cette cave. Large de 7m, elle forme un rectangle perpendiculaire à la chaussée qui s’allonge encore sur trois travées régulières de 4,3m, pour une longueur totale voisine de 13m à l’origine. La première particularité de cette cave est sa grande largeur, puisqu’elle dépasse toutes les caves à colonnes, excepté la 1. Les réaménagements en briques, qui masquent le côté occidental, ne gênent pas la lecture de l’ensemble qui peut se reconstituer par symétrie. Les travées sont rythmées par des murs bahut saillants des parois sur 1,6m, qui permettent de réduire la largeur à 4,3m entre chacune de leurs extrémités. L’originalité de ce plan permet la mise en place de solutions techniques pour la couverture d’un espace large, particulièrement intéressantes.

♦ L’élévation

49Comme dans les autres caves lilloises, le matériau utilisé est la pierre calcaire. Il est possible que les angles des murs bahut soient construits en grès afin de les renforcer, mais l’exhaussement du sol ne permet pas de les observer, et la dalle de béton qui y est coulée exclut la possibilité de sondage. A nouveau, les voûtes sont constituées d’arêtes qui s’étirent entre les extrémités des murs saillants. La travée de façade est couverte par un berceau perpendiculaire à l’axe de la cave, sur lequel viennent se greffer les arêtes de la seconde travée. Dans l’angle occidental de la façade, un escalier en grès est encore en place, ainsi que le linteau qui en limite l’ouverture dans la voûte. Les parois de cet escalier sont, elles aussi, en grès, et s’étirent jusqu’à l’aplomb de la façade : la dernière marche se trouve à 1,4m sous le sol actuel du trottoir. Dans la paroi orientale de la travée centrale, une niche, dont les dimensions sont identiques à celles observées dans la cave 20, s’ouvre au ras du sol actuel. Elle témoigne de l’exhaussement du sol, de l’ordre de lm si l’on compare avec la hauteur d’ouverture des niches de la cave 20 : les voûtes devaient donc ici culminer à près de 3m.

50L’utilisation des murs bahut permet de couvrir un espace large sans avoir recours à des supports centraux, colonnes ou piliers ; de plus, cette technique permet de ménager des volumes réguliers indépendants entre chacun des murs bahut. Cependant, la circulation interne se trouve gênée par la présence des murs saillants fortement. Quelles sont les raisons qui ont amené les maçons à bâtir cette cave si particulière ? En l’absence de documents, on ne peut formuler que des hypothèses : utilisation particulière de la cave, un souci économique évitant les surcharges financières dues à l’importation de colonnes, changement de « mode ».

51L’originalité de cette cave réside donc dans l’utilisation de murs bahuts pour soutenir les voûtes, qui couvrent un volume d’une largeur importante, ce qui en fait un exemple tout à fait intéressant.

52Les caves « complètes » ayant été étudiées, il reste à s’attarder sur celles qui ne sont connues que par des fragments, parfois ténus, de leurs élévations.

Les caves incomplètes

53Dans trois caves récentes, voûtées de berceaux en briques ou couvertes par une dalle de béton, des fragments d’élévations médiévales ont été reconnus. Elles se situent sur les places Louise de Bettignies et du lion d’or, et au milieu de la rue de la grande chaussée. Dans la cave 24, au bas du mur occidental, deux départs de voûte sont encore visibles, entre lesquels le soubassement de la paroi en pierre calcaire d’origine existe encore sur lm de hauteur. La largeur des retombées, 0,8m, et les 3,3m qui les séparent, sont des dimensions qui correspondent à peu de chose près aux mensurations de la cave 20, décrite précédemment. Les parois en pierre se noient dans des réfections en briques vers les deux extrémités de la cave, et il n’est pas possible de tenter une restitution du plan. La largeur actuelle est de 4m, de même que la parcelle voisine. Il semble probable que les dimensions de la cave d’origine aient été reprises lors de la reconstruction. La réunion des deux parcelles donne une largeur totale de 9m, ce qui ne correspond qu’à des caves ayant des élévations particulières, la 22 ou la 1 dans laquelle les retombées sont reçues par des pilastres saillants, alors qu’elles se noient ici dans les parois latérales. La dalle de béton qui couvre le sol empêche tout sondage, qui aurait pu déterminer la hauteur du sol médiéval.

54La restitution la plus vraisemblable serait celle d’une cave de deux ou trois travées de long, d’une largeur voisine de 4m et voûtée d’arêtes vives en calcaire, à l’image de la cave 21.

55Des traces identiques s’observent dans la cave 25, mais sous forme de « fantômes ». En effet, deux traces de retombées de voûte, ayant 0,7m à la base, sont visibles dans le mur occidental. Elles sont construites en rouges barres, et se différencient de la paroi, également en rouges barres, par la différence d’épaisseur des assises de pierres. Ces traces résultent de l’arrachement d’une voûte d’arêtes. Deux sondages, pratiqués au pied de chacune de ces retombées, ont montré la présence d’assises en grès sous le niveau du sol actuel, qui sont les derniers témoins d’une architecture en pierre, antérieure à la cave actuelle, probablement couverte d’une voûte d'arêtes en pierres. La largeur de la cave actuelle n’est pas constante, passant de 5m en façade à 3,7m en fond de parcelle. Ces dimensions excluent l’hypothèse d’une conservation de la parcelle médiévale, des réductions de plan de cette ampleur n’ayant jamais été observées dans les autres caves voûtées d’arêtes. Le plan de cette cave est donc particulièrement difficile à restituer, s’allongeant d’au moins trois travées vers l’arrière, mais dont le nombre de nefs reste inconnu. Les cinq assises de grès encore en place sous les retombées, révélées par les sondages, sont vraisemblablement les vestiges de pilastres. Ils débordaient d’une trentaine de centimètres de la paroi, dont deux assises en calcaire ont été aperçues dans le mur derrière la brique. Ce type d’élévation n’existe que dans les caves 1 et 7 ; ces deux caves possédant deux nefs chacune, il est possible que cela ait été aussi le cas ici, ce qui reconstituerait un plan hypothétique d’au moins deux nefs et trois travées.

56La troisième cave en partie reconnue se situe place du lion d’or, mais n’a malheureusement pas été mesurée en détail faute d’autorisation. Le plan est globalement rectangulaire, perpendiculaire à la voirie, mais les murs des deux extrémités n’existent plus. Des embryons de départs de voûtes ont été repérés à trois endroits dans la paroi occidentale, qui n’est cependant conservée que sur deux assises de calcaire. L’autre paroi en est totalement dépourvue, ce qui est assez étonnant. Le mur oriental se déploie sur toute la longueur de la cave, monté en moellons calcaires, totalement vertical et dépourvu de trace d’accrochage de voûte, de trou de boulin ou de corbeau. Sans étude complète de l’ensemble des structures encore en place, il n’est pas possible de proposer pour l'instant de restitution de l’élévation.

57L’étude architecturale de toutes les caves recensées à ce jour étant effectuée, il reste encore à étudier en détail les aménagements qu’on y rencontre, après quelques remarques sur les matériaux employés, et avant de tenter de mieux cerner les techniques de construction qui ont permis la mise en œuvre de ces caves.

Notes

1 V.D.N., 22 octobre 1970.

2 H. Rigaux, notes conservées dans le dossier « archéologie » aux A.M.L.

3 A.D.N., Archives de la commission historique du département du Nord, série 15J120.

4 A.M.L., Jx 349, « la dépêche » du 27 juillet 1933.

Table des illustrations

Titre Répartition des caves à colonnes
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49775/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Modules de base des caves 1 et 4
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49775/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Suggestion de plans pour la cave détruite située aux no 13/15 de la rue de la grande chaussée
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49775/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Répartition des caves à piliers
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49775/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Répartition des caves voûtées en berceau
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49775/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Répartition des caves voûtées d'arêtes
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49775/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Répartition des caves particulières
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49775/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search