Version classiqueVersion mobile

Les caves médiévales de Lille

 | 
Jean-Denis Clabaut

Introduction

Texte intégral

1La plus ancienne mention du nom de la ville, sous sa forme latine d’« insula », date de 1066, lorsque Baudouin V, comte de Flandre, officialise la fondation de la collégiale de Saint-Pierre et la dote très richement. Cette date symbole est souvent prise comme point de départ de l’émergence de la ville, qui n’a cessé de grandir, par phases successives, jusqu’à ses limites actuelles. Cependant, la première période d’expansion de la ville, qui voit la mise en place de toute la trame urbaine, est la plus mal connue. Elle s’étire du milieu du xie siècle jusqu’à la fin du xiiie, époque à laquelle Lille annexe sa cinquième paroisse et se corsette de murailles, dont elle ne sortira pour s’agrandir qu’à la fin du xvie siècle, soit près de 300 ans après.

2Les causes du mutisme médiéval Lillois sont variées. L’absence de vestiges antérieurs à l’extrême fin du xvie siècle, exception faite des hôpitaux Comtesse et Gantois et de la chapelle du palais Rihour, qui ne remontent cependant pas au-delà du xve siècle, en sont un premier trait. La carence des archives médiévales en est un second, illustré par les comptes de la ville qui, bien que formant une série complète, ne commencent qu’en 1318. Enfin, l’intérêt des érudits concernant cette période de l’histoire de la ville durant les 150 dernières années, a été plutôt mitigé, en partie à cause des sources trop pauvres. En matière de relevés de terrain, les grands travaux de construction au cours de ce siècle n’ont pas suscité de recherches approfondies, et il a fallu attendre ces douze dernières années pour voir l’émergence d’une archéologie organisée à Lille, seule science susceptible de fournir des données aux historiens, pour la période médiévale notamment.

3Fort de ce constat, et dans le cadre de la mise en place de la carte archéologique de Lille, un recensement complet des vestiges médiévaux encore en place dans les caves de la ville a été organisé, des études similaires ayant apporté des résultats très intéressants dans des villes voisines, Belges ou Françaises. Les résultats dépassent les espérances, plus de vingt caves médiévales ayant été étudiées. Le bilan des sources utilisables et les limites et conditions dans lesquelles s’est effectuée la recherche, seront précisées dans un premier temps, avant de s’attacher à l’étude architecturale des caves, permettant d’établir un début de typologie. Les problèmes de datation et d’utilisation seront ensuite abordés, ce qui permettra de formuler quelques hypothèses concernant la mise en place du schéma urbain et son évolution, au cours de la période médiévale. Le catalogue des caves recensées, ainsi que leur situation dans la trame urbaine, clôturera cette étude.

4Cependant, il n’est pas possible d’aborder ce travail sans remercier les différents acteurs qui ont permis sa réalisation. Les premiers concernés sont les Lillois eux-mêmes, qui ont accepté à l’immense majorité d’ouvrir leurs portes, et de me laisser descendre dans leurs sous-sols. Sans cette bonne volonté, et leur constante curiosité concernant l’histoire de leur ville, l’étude n’aurait pas même été envisageable. Durant les trois années qu’a duré le recensement, j’ai été constamment aidé par les membres du service de l’archéologie de la ville, et tout particulièrement Catherine Monnet, l’obstinée archéologue municipale, ainsi que Laurent Gubellini, collaborateur discret et zélé. Le travail leur doit beaucoup. D’autres m’ont soutenu et ont cru en cette recherche, au premier rang desquels se trouve l’association de la renaissance du Lille ancien ; le relais de leur bulletin et leur soutien logistique me furent précieux. Enfin, je dois louer la patience et la compréhension de mon épouse et de mes trois filles, qui ont accepté les longues absences lors du recensement, et ont aidé à la rédaction de ce travail.

5Avant d’aborder les conditions de l’étude, un rapide aperçu des connaissances actuelles sur l’histoire de la ville et son développement urbain est nécessaire, résumé en six grandes périodes, afin de mettre en évidence l’importance de la compréhension de l’essor médiéval de la ville. Un bilan des sources disponibles pour l’étude de cette période, complétera la présentation du cadre dans lequel a été envisagé le recensement des caves anciennes de la ville.

Présentation du site

6L’élément le plus marquant, aujourd’hui disparu du paysage urbain, était le cours de la Deûle, rivière paresseuse et nonchalante, au cours divaguant en tresse. Elle drainait des zones fortement marécageuses en amont de la ville, au sein d’une large vallée peu marquée, divisant son cours en plusieurs bras qui contournaient des îlots plus ou moins élevés. Toutes les eaux se rassemblaient dans la basse-Deûle (Av. du peuple belge actuelle), qui s’orientait vers le nord-ouest, et adoptait un cours plus rectiligne, entre des rives prononcées, avant de se jeter dans la Lys. La rivière marque la limite entre deux régions, le mélantois au sud-est et le ferrain au nord-ouest, géologiquement différentes. Le calcaire affleure dans le mélantois et s’avance jusque dans la ville, où les couches plongent sous la grand place actuelle. C’est donc logiquement que la rivière a suivi cette rupture géologique, longeant les derniers affleurements calcaires qui formaient sa rive droite, particulièrement au cœur de la ville.

7Ces conditions font du site de Lille un lieu non pas privilégié, mais particulier. Situés à la lisière d’un plateau calcaire sec propice au passage de voies de communications terrestres, les îlots ménagés par la rivière divagante permettent le franchissement de son cours, avant qu’elle ne réunisse ses eaux en un cours plus large et donc moins franchissable, mais permettant la navigation. De plus, dans une région manquant singulièrement de défenses naturelles, la présence d’un cours d’eau et de ses marécages, cernant des bandes de terre au sec, est un atout indéniable. Ces particularités ont certainement dû attirer très tôt des groupes de population, qui ont laissé ça et là des traces de leurs activités, sous forme notamment de pierres taillées ou polies, récupérées à la fin du siècle dernier dans divers endroits de la ville. Cependant, rien ne permet de supposer autre chose qu’un regroupement de population limité, et sans doute temporaire.

La période antique

8L’origine romaine de la ville a été longtemps cherchée par les érudits du xixe, qui ont cru voir dans la crypte de la collégiale de Saint-Pierre, dégagée en 1833 pour la première fois, des termes gallo-romains. Certes, un hypocauste a aussi été mis au jour à la même époque, lors de la construction du palais Rameau, dans les quartiers nouvellement intégrés à la ville vers l’ouest. Des tegulae, tessons de céramique ou monnaies ont été trouvés en différents endroits de la ville, ainsi que quelques sépultures situées à la lisière sud de la ville actuelle. Cependant, si ces éléments attestent bien une présence gallo-romaine, aucune preuve d’une existence urbaine n’a été relevée sur le site. Néanmoins, des portions de voie supposée antique ont été découvertes en 1979 sous la rue de Paris, à un endroit où la rivière pouvait être facilement franchie en utilisant les îlots qui émergeaient de son cours. Ce passage se situait à la jonction avec la paroisse St Maurice, connue dans la charte de 1066 sous le nom de « fins », dont l’origine romaine paraît indiscutable. De plus, les toutes dernières fouilles effectuées au cours de l’été 1998, ont révélé la présence d’une occupation certaine le long des rives de la Deûle, mais sous la forme d’un abondant matériel céramique sans trace d’habitat.

9Le site n’est donc pas une zone déserte à l’époque antique, mais rien ne permet non plus de supposer une présence urbaine, fut-elle réduite. Il est alors vraisemblable de considérer le lieu comme occupé, voire même organisé, dans des proportions qui sont pour l’instant inconnues. Mais surtout, les trouvailles relevant de cette période ayant été effectuées en dehors des limites de la ville médiévale, les implantations romaines ne peuvent être à l’origine de l’agglomération, dont le berceau est assez bien localisé, au cœur du vieux-Lille.

L’évolution jusqu’au xie siècle

10A nouveau, le silence complet des documents écrits concernant cette période, oblige à se fonder uniquement sur les découvertes archéologiques. Or, celles-ci n’ont révélé que très peu de traces d’une occupation au haut Moyen Age : un seul fond de cabane, partiellement mis au jour et étudié, attribué à cette époque, a été découvert à Lille. Des fragments de céramiques sont bien entendu régulièrement retrouvés lors de sondages, qui ont plus souvent lieu à la périphérie de la ville médiévale qu’en son centre, et des tombes a inhumation ont aussi été relevées à la fin du xixe, que le mobilier à permis d’attribuer à l’époque mérovingienne. Cependant, à l’exception des fouilles récemment achevées à l’emplacement des anciens abattoirs au nord de la ville, qui ont mis au jour une grosse exploitation agricole continuellement occupée au cours de l’histoire, aucune autre trace de présence organisée, permettant de supposer la présence d’un habitat regroupé sur le site de Lille, n’a à ce jour été relevée. De plus, la densification du tissu urbain au cœur de la ville, et les nombreuses reconstructions qui ont renouvelé l’habitat au centre urbain, peuvent à elles seules avoir éliminé la plupart des vestiges des occupations antérieures. Le manque de preuve d’occupation ne signifiant pas l’absence d’implantation, seule la recherche archéologique au centre de la ville pourra éventuellement permettre de révéler de nouveaux vestiges.

11Pour cette période, la conclusion est à peu de chose près identique à celle de la période antérieure : des preuves d’occupations, mais pas d’émergence de la ville à cette époque.

Du xie au xiiie siècle, l’essor de la ville

12Le premier jalon de l’histoire de la ville est la charte de fondation de la collégiale de Saint-Pierre, datée de 1066. La ville, « insula », y est mentionnée pour la première fois, possédant un Castrum, lieu de séjour comtal, à côté duquel sont installés les chanoines de St Pierre. C’est Baudouin V, comte de Flandre, qui rédige le document dans lequel sont décrites les terres dont il dote très généreusement le chapitre de la collégiale. S’il ne faut pas voir dans cette date symbole l’acte de fondation de la ville, mais plutôt la reconnaissance d’une situation déjà existante, fut-ce à l’état embryonnaire, l’acte de dotation est significatif de la volonté du comte de Flandre de faire de ce petit bourg un pôle important. Il y installe sa résidence, le palais de la salle disparu depuis, le long de la basse Deûle qui le relie au centre de la Flandre par l’intermédiaire de la Lys. La première fortification de la ville lui est aussi attribuée, sans preuves tangibles toutefois, basée sur l’interprétation du terme « castrum » issu de la charte. Tout au plus peut-on y voir la mise en sécurité du bourg, par l’établissement de fossés et levées de terre. La motte castrale, parfaitement visible sur le plan relief de la ville, mais remplacée par la cathédrale de la treille construite au siècle dernier, pourrait éventuellement dater aussi de cette époque.

13Une seule paroisse intra-muros, Saint-Étienne, est mentionnée dans la charte. Elle correspond au centre de la ville, constitué par les abords des places actuelles du Théâtre et du Gal de Gaulle. C’est le premier noyau urbain dont les limites ne sont pas connues, non plus que la structure, bourg à vocation sans doute marchande, situé le long du castrum et non loin du port de la Deûle, sur la route venant de paris et allant vers la Flandre. Un second regroupement d’habitations existe à cette époque, séparé du noyau originel de Lille par la rivière, le long de la rue de Paris, regroupé autour de l’église St Maurice. Connu sous le nom de « fins », son origine semble ancienne et pourrait remonter à la période antique. L’agrandissement de la ville, au cours des xiie et xiiie siècles, s’est effectué le long de l’axe de la rue de Paris, annexant la paroisse St Maurice et la nouvelle paroisse St Sauveur créée au milieu du xiie siècle. La ville s’étire alors du nord au sud, avec comme épine dorsale l’axe de la rue de Paris prolongée par la rue de la grande chaussée. Vers le milieu du xiiie siècle, la paroisse Sainte-Catherine située sur le flanc nord de la ville, est englobée dans l’enceinte, dont les limites restent stables jusqu’au tout début du xvie siècle. C’est aussi dans le courant du xiiie siècle que la Deûle est prise en main, son cours rectifié et canalisé, tant en amont de la ville, depuis la Bassée, qu’à l’intérieur de l’enceinte. Ces travaux permettent de maîtriser les divagations de la rivière, et de viabiliser définitivement de nouveaux espaces en y stoppant les inondations. Les fouilles archéologiques ont montré que la grand place de Lille, place du marché, n’est plus inondée après le milieu du xiiie siècle.

14L’image donnée par cette période d’un peu plus de 200 ans, est celle de l’émergence et de l’extension rapide de la ville, sous l’impulsion des comtes de Flandre, transformant un lieu partiellement occupé et sans influence notable en centre économique de première importance, dont la foire atteste le dynamisme. Il ne reste aucun vestige de cette époque, alors que les riches bourgeois étaient nombreux, en témoignent les « registres aux bourgeois », dont les demeures devaient refléter l’aisance financière, comme c’est encore le cas à Gand par exemple. C’est aussi au cours de cette période que s’organise et se fixe la trame urbaine, et ce sont donc particulièrement les vestiges témoignant de l’essor de la ville à cette période de son histoire qui ont été recherchés au cours du recensement. L’évolution de la ville au cours des siècles suivants est bien connue, les textes et vestiges étant de plus en plus abondants.

Du xiiie au début du xvie siècle

15Au cours de ces siècles, la ville a été au centre de tous les conflits qui ont ravagé la région, particulièrement riche et dynamique et donc convoitée. La conquête par Philippe le Bel s’est accompagnée de la construction en 1301 du très imposant château de Courtrai, sur le front nord-est et la rive droite de la Deûle. Ville dans la ville, la forteresse était chargée de la défendre, mais aussi de la surveiller. Tout au long des xive et xve siècles, les échevins s’acharnent à réparer et améliorer les fortifications, qui grèvent sérieusement le budget municipal, jusqu’à la prise en main de la ville par les Ducs de Bourgogne qui en font une de leur principale résidence. Le palais Rihour, dont il ne reste que la chapelle, est construit au milieu du xve siècle, en remplacement du palais de la Salle trop vieux, détruit par un incendie. Si la trame urbaine, fixée à cette époque, est bien connue, il ne reste pas de bâtiments privés remontant au-delà de l’extrême fin du xvie siècle ; les ordonnances échevinales, régulièrement édictées, interdisent l’utilisation du chaume et réglementent rigoureusement l’emploi du bois et du torchis dans les bâtiments. Les constructions en briques et en pierres deviennent la règle, mais à la fin du xviie siècle, il reste encore un quart de maisons en bois dans la ville.

De la fin du xvie au début du xviiie siècle, les nouveaux agrandissements

16Dans le courant du xvie siècle, la population de la ville s’accroît régulièrement, et la vieille enceinte s’avère trop exiguë pour y loger les 40.000 habitants. Deux agrandissements, l’un au sud-ouest au-delà du palais Rihour et le second au nord-est débordant le château de Courtrai, permettent d’accroître la superficie de la ville, en englobant des terrains déjà en partie peuplés. Ces annexions s’accompagnent d’une réfection de l’enceinte, qui est systématiquement bastionnée afin de s’adapter aux nouvelles exigences militaires. Dès la prise de la ville en 1667 par Louis XIV, un nouvel agrandissement est décidé, vers le nord, intégrant la totalité des faubourgs St Pierre et St André. Des grandes rues rectilignes sont aménagées, le long desquelles sont construits de somptueux hôtels particuliers. C’est le nouveau quartier aisé de la ville, qui s’étire de l’ancienne enceinte jusqu’à la citadelle, construite en même temps et qui couronne ce nouvel agrandissement. A l’intérieur des vieux quartiers, les façades à grandes fenêtres et corniches alignées, en grande partie encore conservées, rythment les rues. La vieille bourse illustre magnifiquement ce style, érigée entre la grand-place et celle du théâtre.

Du xviiie siècle à nos jours

17La tourmente révolutionnaire a eu à Lille les mêmes conséquences que dans le reste du pays. Les établissements religieux en ont principalement pâti, particulièrement le plus prestigieux d’entre eux, la collégiale de Saint-Pierre, à l’origine même de la ville, qui disparaît sous la pioche des démolisseurs. Le symbole est de taille, puisque la première mention du nom de la ville émanait de la charte de fondation de cette collégiale : plus que la destruction d’un édifice, c’est une véritable rupture dans la continuité historique de la ville et la disparition du plus ancien témoin architectural encore en place à la fin du xviiie.

18Le dernier agrandissement de la ville a lieu en 1858, englobant un immense territoire au sud-ouest, qui comprend les communes de Wazemmes et d’Esquermes. Ces nouveaux terrains se couvrent de rues tracées au cordeau et de larges avenues ; les nouvelles constructions permettent de désengorger la vieille ville, où le manque de place est chronique, particulièrement avec l’industrialisation et l’implantation des usines à l’intérieur des vieilles enceintes, au cœur des villes.

19Ayant plus souffert de la première guerre mondiale que de la seconde, Lille a débordé depuis ses limites du milieu du xixe avec le rattachement de communes avoisinantes ; les usines ont disparu de l’intérieur de la ville et la population est stable depuis le début du siècle. Les grands travaux des deux dernières décennies ont profondément changé l’image de la ville, mais ont aussi bouleversé son sous-sol et donc le patrimoine et le potentiel archéologique, sans apporter les études systématiques qui auraient pu permettre de mieux cerner son passé.

20Le constat des connaissances de l’histoire de Lille met en évidence les lacunes et le manque d’information concernant les époques les plus anciennes, mais surtout la période du premier grand développement de la ville entre le xie et le xiiie siècle. C’est pour tenter d’apporter des éléments susceptibles de mieux comprendre la ville médiévale, qu’a été entrepris le recensement des caves anciennes et structures en sous-sol. Le bilan chiffré ainsi que les conditions et limites de l’étude seront abordés, après un état des sources documentaires disponibles.

Les sources iconographiques

Les plans

21Le plus ancien plan de la ville date de 1580. C’est celui dressé par Guichardin, qui présente la ville avant les agrandissements du xviie. Les limites de la ville représentée sont celles mises en place à la fin du xiiie siècle, et l’image globale est identique à celle de la ville médiévale. Le plan est étiré selon un axe sud-est nord-ouest, au centre duquel se trouve la grand place. Les canaux entre les rives desquels coule la Deûle sont bien visibles, de même que les remparts suffisamment détaillés. L’ensemble de la voirie est fidèle à la réalité et correspond encore à celle existante aujourd’hui.

22En revanche, le souci de figuration de la réalité semble ne pas s’être porté sur les bâtiments et les maisons à l’intérieur de la ville. Les églises sont stéréotypées, et présentent systématiquement une nef précédée d’un clocher porche. Les autres établissements religieux et couvents témoignent d’une stylisation identique, et l’ensemble claustral au nord de la collégiale de St Pierre n’est pas figuré. Les maisons qui bordent les rues ne présentent aucun détail ; toujours sur un seul niveau, elles sont rectangulaires et sont disposées perpendiculairement ou parallèlement à la rue. Rien ne les distingue les unes des autres, et la densité même des habitations reflète une régularité presque parfaite, ce qui ne devait pas être le cas, les quartiers les plus anciens étant plus densément peuplés que les périphéries de la ville. Au total, un plan de masse convaincant et fidèle dans les grandes lignes, les fortifications et la voirie, mais qui n’est d’aucun secours pour une tentative de restitution de l’image architecturale de la ville.

23Le second plan disponible pour l’étude de la ville est daté de 1620 ; les agrandissements du xviie y figurent, étoffant de façon importante la ville. A l’image du plan de 1580, les fortifications, les canaux intra-muros et la voirie y sont clairement visibles. Ici, les édifices religieux semblent plus fidèles à la réalité, en témoigne la collégiale dont le plan est très proche de celui fourni par le cadastre de 1745. Aucune précision n’est cependant apportée sur les maisons, qui adoptent encore une allure très stéréotypée, proche du plan précédent. Les élévations sont sur deux ou trois niveaux, selon que le pignon s’oriente ou non face à la rue, séparés par des corniches, systématiquement utilisées.

24A partir du xviie, les plans sont assez nombreux et diversement orientés ; cependant, sur aucun d’entre eux le détail n’est assez poussé pour permettre une quelconque restitution de l’image de la ville médiévale, si toutefois des maisons anciennes subsistaient encore à ces époques. Reste à notre disposition le plan-relief de la ville, document unique où le souci du détail et le respect de la réalité paraissent avoir été une constante.

Le plan-relief

25Elaborée au milieu du xviiie siècle, cette réalisation à connu bien des déboires qui l’ont en partie défigurée. La période révolutionnaire a dans un premier temps fait disparaître les édifices religieux, témoins irremplaçables de l’architecture locale des époques antérieures. Les différents voyages qui l’ont amenée à Berlin dans les bagages des troupes allemandes, ainsi que les conditions de sa conservation après sa restitution, ont occasionné de nombreux dommages. Ainsi, des pâtés de maisons entiers ont disparu, certains autres ayant été recollés à de mauvaises places lors des restaurations successives. Cependant, son observation attentive est assez instructive. Les maisons y sont représentées avec une apparente fidélité ; les matériaux de construction, brique pierre ou bois, sont spécifiés, de même que la nature de la couverture des bâtiments. Les élévations sont aussi respectées ainsi que le volume des maisons et leur emprise parcellaire. C’est donc un document assez tardif par rapport à l’âge de la ville, mais particulièrement précieux par sa rigueur et son souci du détail, première image fidèle et relativement précise de la physionomie de la ville.

26Les tableaux représentant l’intérieur de la ville ne sont pas non plus dépourvus d’intérêt, particulièrement ceux de Watteau conservés au palais des beaux-arts de Lille, qui apportent ponctuellement des renseignements précieux sur certains types de Bâtiments. Ils seront parfois utilisés en référence.

Plan de Guichardin, daté de 1580

Plan de Guichardin, daté de 1580

Plan de Blaeu daté de 1620

Plan de Blaeu daté de 1620

Les archives

27A cause de l’incurie des hommes, des destructions dues aux conflits qui ont marqué la cité, les archives anciennes concernant la ville sont très peu nombreuses. Les comptes de la ville, conservés aux archives municipales, constituent la seule série complète et utilisable, mais ils ne remontent pas au-delà de 1318. Ils ont néanmoins été étudiés jusqu’en 1450, tout particulièrement les « recheptes de rente a hyretage », les « escassements », les « paiements as diverches pieche » et les « payement en ouvrage » jusqu’en 1364, date de mensualisation des paiements « pour ouvrages » et « pour diverses pièces » qui sont alors réunis sous une seule rubrique, qui s’intitule depuis 1401 « ouvrages et réfections ». Ce regroupement des rubriques s’est fait au détriment de la précision, et les travaux ne sont même plus décrits : seuls subsistent les sommes déboursées. Les textes du xiie siècle sont pratiquement inexistants, et ne sont guère plus nombreux pour le siècle suivant aux archives municipales de la ville.

28Grâce aux fonds hospitaliers particulièrement, conservés aux archives départementales, et tout spécialement les archives et cartulaires de la collégiale de Saint Pierre qui ont su résister au temps, le xiiie siècle est plus documenté. Les cessions de rentes, les donations ou les actes de vente, permettent d’apporter des renseignements précieux sur les maisons, les propriétaires ou les situations dans la ville, de façon cependant très ponctuelle. Toutefois, on est loin de la richesse en chirographes que l’on peut trouver à Douai par exemple.

29C’est à partir du xive siècle que le recoupement des archives entre elles permet de restituer quelques pans d’histoire de certaines rues, de suivre l’évolution des maisons et de leurs propriétaires, dans les cas les plus favorables. Au total, ce sont près de deux cents mentions de noms de propriétaires, donations de rentes, ventes de maison, qui ont été collationnés de la fin du xiiie siècle au début du xve, qui concernent des maisons situées de la place du théâtre jusqu’à la place Louise de Bettignies. Sur plus d’un millier de documents consultés, elles mentionnent des maisons ou propriétaires dans toute la ville au cours des deux siècles étudiés. Ces documents rares et donc précieux seront abondamment utilisés pour tenter de faire parler les structures relevées lors de la phase de recensement.

Les conditions du recensement

Les limites géographiques

30Le périmètre dans lequel s’inscrit la recherche est au départ d’une grande étendue. Il concerne en effet la totalité de l’emprise de l’enceinte de la fin du xiiie siècle, et s’étend globalement du palais Rihour et la grand place à la place des reignaux du sud-ouest au nord-est, et de la place du concert à la porte de Paris selon un axe nord-ouest sud-est. L’ensemble des paroisses Sainte-Catherine, Saint-Pierre, Saint-Etienne, Saint-Maurice et Saint-Sauveur est donc concerné. Au sein de cet espace, de nombreuses zones n’ont pas été prises en compte, suite aux réaménagements parfois considérables qu’elles ont subi. La carte positionne ces secteurs particuliers dans la ville, spécialement l’ensemble du quartier St Sauveur qui a été complètement rasé et remanié après guerre. De Même, les percements de la rue Faidherbe et du boulevard Carnot, associés aux constructions de l’opéra et de la nouvelle bourse au tout début de ce siècle, ont considérablement bouleversé la physionomie de la ville et contribué à effacer les vestiges susceptibles d’être conservés dans le sous-sol. Enfin, ponctuellement, des grandes réalisations plus ou moins heureuses dont l’actuel palais de justice est un emblème, ont contribué à l’érosion du potentiel archéologique.

Les données chiffrées

31A peu près 750 maisons étaient concernées par le recensement. Trois années ont été nécessaires afin de visiter un maximum d’entre elles. Au total, 80 % ont été vues soit 572 maisons ; les 178 bâtiments non étudiés sont soit des immeubles très modernes avec parking souterrains, qui n’ont laissé aucun espoir de conservation de vestiges, soit des maisons inhabitées, ou appartenant à des propriétaires qui n’ont pu être contactés. Enfin, 27 personnes ont refusé l’accès à leurs caves, ce qui ne représente que 3,7 % : la coopération des Lillois à cette étude a donc été massive et très souvent enthousiaste.

32Toutes les rues n’ont pas été prospectées uniformément. L’effort s’est porté principalement sur les abords de la grand-place et les rues qui en partent, rues Esquermoise, de la grande chaussée et de Paris, ainsi que celles situées autour de la cathédrale de la treille, l’ancienne motte castrale. Sont concernées les places Louise de Bettignies, du lion d’or, du concert et la petite place aux oignons, ainsi que les rues qui les relient entre elles. Dans ces secteurs, moins de dix maisons n’ont pas été visitées. Il est donc possible de considérer que la grande majorité des vestiges potentiels ont été vus, certaines maisons pouvant encore ponctuellement receler des éléments intéressants.

Répartition des zones détruites dans les limites du secteur étudié

Répartition des zones détruites dans les limites du secteur étudié

3323 caves médiévales entières ou suffisamment bien conservées pour pouvoir être facilement étudiées ont été recensées, 3 autres ne sont identifiables que par les quelques traces qu’elles ont laissées dans les parois ou les voûtes de la cave moderne qui a été rebâtie. 22 d’entre elles sont situées entre la grand-place et la place Louise de Bettignies, le long des rues de la grande chaussée et de son prolongement, la rue des chats bossus, ainsi qu’autour des places du lion d’or et Louise de Bettignies. 4 caves sont en dehors de cet axe : 2 rue Esquermoise, une le long de la grand-place et une autre place du Concert, ainsi que le montre le plan de répartition.

Plan de répartition des caves médiévales recensées

Plan de répartition des caves médiévales recensées

Plan schématique du quartier concerné par l’étude et voirie actuelle

Plan schématique du quartier concerné par l’étude et voirie actuelle

Les critères utilisés

34Au début de l’étude, aucune cave ancienne n’était connue et n’avait fait l’objet d’une étude. Il a donc fallu établir des critères de « médiévalité » permettant de discerner les caves anciennes de celles plus récentes. Des études similaires, menées dans des grandes villes proches, Douai notamment, ont montré que les caves anciennes étaient systématiquement montées en pierres, la brique n’intervenant en sous-sol que dans le courant du xve siècle. C’est donc ce premier critère qui a guidé les recherches à Lille, sans pour autant le considérer comme exclusif : les fouilles archéologiques ont en effet montré à proximité du palais Rihour notamment, que la brique était utilisée assez tôt dans la construction des fortifications sous forme de fondations sur arcs.

35D’autre part, tant à Douai qu’à Tournai ou Gand, les grandes caves médiévales sont très régulièrement couvertes de voûtes supportées par des colonnes, technique qui n’est plus utilisée après l’époque médiévale. Ceci constituait notre second critère. Lors du recensement, ce sont donc les caves en pierres et celles possédant des supports caractéristiques qui ont été relevées, sans pour autant négliger les architectures de briques dont les modules se rapprochaient de ceux observés dans les constructions médiévales, connues ou fouillées, ou dont la structure présentait des ressemblances avec les caves en pierre.

36L’étude architecturale des caves recensées et de leurs particularités techniques, abordée en premier, permettra de proposer des hypothèses de datation et d’utilisation.

Table des illustrations

Titre Plan de Guichardin, daté de 1580
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49769/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Plan de Blaeu daté de 1620
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49769/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Répartition des zones détruites dans les limites du secteur étudié
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49769/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Plan de répartition des caves médiévales recensées
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49769/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Plan schématique du quartier concerné par l’étude et voirie actuelle
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49769/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 272k

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search