Version classiqueVersion mobile

Léon Noël

 | 
Yves Beauvois

Remerciements

Texte intégral

1Je tiens d’abord à exprimer toute ma reconnaissance à M. Pierre Milza, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris, qui a accepté de diriger la thèse dont est tirée ce livre et qui m’a accueilli au sein du Centre d’Histoire du Vingtième siècle avec la plus grande sollicitude. Grâce à lui et à M. Serge Berstein, directeur du Cycle supérieur d’Histoire du XXe siècle de la même maison, auquel je tiens à dire toute ma gratitude, j’ai pu bénéficier d’une allocation de recherches qui me permit de travailler, trois ans durant dans des conditions idéales.

2Cette biographie n’aurait pas pu voir le jour sans la grande confiance dont MM. Guy et Yannick Noël, neveu et petit-fils de Léon Noël, m’honorèrent. Le libre accès aux archives familiales qu’ils m’accordèrent et la complète liberté qu’ils me laissèrent me furent d’une aide inappréciable. Qu’ils en soient, ici, très chaleureusement remerciés.

3J’aurais de très nombreuses raisons de remercier ma mère et mon père, Thérèse et Daniel Beauvois, pour le soutien sans faille qu’ils me témoignèrent du commencement à la fin de cette recherche : leurs discussions stimulantes, leurs critiques dérangeantes, leurs patientes relectures et leur appui tant moral que matériel allèrent bien au-delà de tout ce que je pouvais espérer d’eux et qui était déjà beaucoup. Pour cela et, peut-être plus encore, pour l’éducation qu’ils m’ont inculquée et pour le goût de l’histoire qu’ils m’ont fait partager, je leur suis d’une profonde reconnaissance.

4Ma gratitude va aussi, bien sûr, vers beaucoup d’autres noms : ceux des bibliothécaires et des archivistes qui me guidèrent au milieu de la jungle des références et des cartons, ceux des personnalités qui me livrèrent leurs souvenirs sur Léon Noël, ceux des collègues historiens qui m’enrichirent de leurs remarques, sans compter ceux de tous mes amis qui me supportèrent – au sens anglais, mais aussi français du terme – pendant ces années-thèses. Que leur liste, malgré sa sécheresse et ses inévitables injustes oublis, soit le moyen très imparfait de leur dire combien je leur sais gré : Jérôme Vaillant, Yves-Marie Hilaire, Marc Olivier Baruch, Isabelle Perrin, Claire et Pierre Lanapats, Carole Giry-Gautier, Odile Gaultier-Voituriez, Catherine Trouiller, Jean-Paul Thomas, Renée et Robert Vandenbussche, Michel Brisacier, François Goguel, Chantal Tourtier Bonazzi, Anka Muhlstein, François Lehideux, Piotr Wandycz, Jean-Baptiste Duroselle, Pierre Messmer, Jean Chamant, Pierre Lemarchand, Simone Goussard, Bernard Moreau, Jules Roy, Claude Serreulles-Bouchninet, Halina Suwala, Olivier Guichard, Madeleine et Jean Portemer, Thierry Durnerin, Laurent Greilsamer, Jacqueline Tapié, Charles Kecskemeti, Etienne Dejonghe, Jerzy Boresjsza, Léon Strauss, René Paira, Christian Baechler, Hélène Sawicka, Jacques Isorni, Sophie et Pierre Roca d’Huyteza, Cléopâtre Koleka.

5Parmi tous ces noms, je tiens à faire une place à part à Manon Dalichoux et à Eric Rolland qui, s’ils rejoignirent l’aventure en cours, contribuèrent pour beaucoup à son accomplissement.

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search