Versión clásicaVersión móvil

1898 : littérature et crise religieuse en Espagne

 | 
Béatrice Fonck

Biographies

Texto completo

AZORÍN, pseudonyme de José Martinez Ruiz (Monóvar, 1873-Madrid, 1967).

Originaire de la petite bourgeoisie provinciale du Levant, il poursuit ses études de droit à Valence où il fréquente les cercles républicains. En 1897 il se rend à Madrid ; il y mène une vie de bohême et fait ses premiers pas d’écrivain dans la presse anarchiste, avant de devenir journaliste dans les grands quotidiens madrilènes en particulier le journal monarchiste A.B.C. à partir de 1909. Essayiste, romancier, dramaturge, il est nommé académicien en 1924. Député conservateur sous la Monarchie, républicain en 1931, il s’exile à Paris pendant la guerre civile, puis retourne à Madrid où il meurt en 1967.

Œuvres principales : Diario de un enferme (1901), La voluntad (1902), Los pueblos. La ruta de Don Quijote (1905), Castilla (1912), Blanco en azul. Superrealismo (1929), Pensando en España (1929).

 

BAROJA Pío (San Sebastián, 1872-Madrid, 1956)

Fils d’un ingénieur des mines, il poursuit des études de médecine à Madrid et exerce à Cestona entre 1894 et 1896. Il abandonne sa carrière pour retourner à Madrid et gérer la boulangerie de sa tante, tout en entreprenant une carrière littéraire et journalistique. Membre de l’Académie en 1935. Il se réfugie en France pendant la guerre civile. De retour à Madrid en 1940, il poursuit son œuvre de romancier jusqu’à sa mort.

Œuvres principales : Camino de perfección (1902) ; La lucha por la vida (1904) ; El árbol de la ciencia (1911) ; Memorias de un hombre de acción (1913-1935) ; El cura de Monleón (1935).

 

GANIVET Angel (Granada, 1862-Rioga, 1898)

Originaire d’une famille aisée de la bourgeoisie catholique de Grenade, il poursuit des études de droit et de philosophie, se lie d’amitié avec Unamuno et entre dans la carrière diplomatique, tout en écrivant des romans et des essais. Nommé consul général à Riga, il se suicide en 1898.

Œuvres principales : Los trabajos del infatigable Pío Cid (1898), Cartas finlandesas (1898), Idearium espanol (1898).

 

MACHADO Antonio (Séville, 1875-Collioure, 1939).

D’une famille cultivée et libérale, ancien élève de l’Institut Libre d’Enseignement à Madrid, Machado connaît très tôt Paris (1899) et la vie littéraire européenne. Son premier recueil Soledades date de 1903. A partir de 1907, il est professeur de français dans différents lycées dont celui de Soria. Il y épouse Leonor qui meurt deux ans plus tard. Les jeunes poètes de la génération de 1927 lui rendent hommage à Ségovie. Il est membre actif de Alianza Republicana à partir de 1926. Professeur à Madrid à partir de 1931, il est un républicain convaincu. Evacué vers Valence, puis vers Barcelone en 1938, il doit passer la frontière et meurt à Collioure le 22 février 1939.

Œuvres principales : Campos de Castilla (1912), Poesías Completas (1917), Nuevas Canciones (1924), Juan de Mairena (1936).

 

MAEZTU Ramiro de (Vitoria, 1874-Madrid, 1936)

Autodidacte, après une enfance protégée, il devient journaliste prolifique, il critique la société du tournant du siècle dans Hacia otra España (1899). Un long séjour en Angleterre comme correspondant de presse lui permet d’écrire La crisis del humanisme (1919) où il privilégie les valeurs organicistes et autoritaires. Ambassadeur en Argentine en 1928, de retour en Espagne, il est animateur de la revue Acción Española dès décembre 1931 ; il y publie les chapitres de son livre Defensa de la Hispanidad (1934). Sa défense des valeurs de la Monarchie le désigne en 1936 à la vindicte des groupes incontrôlés qui l’exécutent la même année. Sa figure est récupérée par le franquisme et il est considéré comme un des inspirateurs du régime.

 

UNAMUNO Miguel de (Bilbao, 1864-Salamanque, 1936)

Professeur de grec à l’Université de Salamanque, recteur en 1901, opposant à Primo de Rivera, condamné un temps à l’exil, il séjourna à Paris. De retour en Espagne après la chute du dictateur, il participe activement à l’avènement de la République. Il meurt solitaire en 1936 peu après l’entrée des troupes nationalistes à Salamanque.

Essayiste, poète, romancier, dramaturge, philosophe, il fut beaucoup influencé par Kierkegaard.

Œuvres principales : En torno al castismo (1895), Del sentido trágico de la vida (1913), El Cristo de Velásquez (1920), La Agonía del Cristianismo (1925).

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search