Version classiqueVersion mobile

1898 : littérature et crise religieuse en Espagne

 | 
Béatrice Fonck

Conclusions

M. le Cardinal Pierre Eyt

Texte intégral

1En parcourant ces pages, nous vivons un moment important de réminiscence de l’histoire et de l’actualité de l’Espagne. Je dis bien de l’actualité. En évoquant les événements, les figures qui revivent dans ce livre nous ne quittons pas l’Espagne d’aujourd’hui, ses questions et ses espérances.

2Je dirais que la génération de 1898 nous explique en partie comment la crise religieuse vécue en Espagne comme dans d’autres pays au tournant du XXe siècle, a trouvé son issue dans une « glaciation » majoritaire des catholiques espagnols, tournés vers des formes de religiosité proches de l’intégrisme. Mais cette vision de surface ne doit pas faire perdre de vue que de nombreux courants souterrains ont existé, et qu’au-dessous d’une hyperorthodoxie triomphante, dont je suis parfois encore le témoin, il y a simultanément une insatisfaction minoritaire cachée, implicite, venant de personnes et de groupes que l’on a parfois tenté d’appeler « hétérodoxes ». En effet, si les Espagnols se sont illustrés dans le recensement des caractéristiques et des paramètres de l’orthodoxie, ils se sont beaucoup intéressé aussi aux hétérodoxes. Si ces derniers ont été qualifiés ainsi, je crois qu’on l’a fait parce qu’on n’a pas mesuré la fécondité de l’Evangile et de la fidélité à l’Eglise qui se manifestaient d’une manière imparfaite mais sincère chez tant d’hommes – il n’y a pas de femmes – de la génération de 1898.

3Ce dernier point – l’absence de femmes – serait fort intéressant à étudier. Qui est la femme pour les hommes de 1898 ? La femme est effectivement trop jeune ou est à l’image de l’amante de Saint-John Perse ou de Claudel – la « tentatrice » –, mais n’étant pas généralement instruite et cultivée, elle ne se trouve pas reconnue. Il y a là peut-être une question en rapport avec ce qui a été dit au sujet des congrégations religieuses qui veillaient d’une façon si sourcilleuse sur l’orthodoxie notamment des jeunes filles !

4Pío Baroja, qui est, comme chacun le sait, tourné vers un certain anticléricalisme, bien qu’il soit Guipuzcoan de Vera de Bidasoa, dira que tout son désir est de parvenir à « Una España sin moscas, sin curas, sin carabineros » (Une Espagne sans mouches, sans curés, sans carabiniers).

  • 1 Notamment dans une série d’articles intitulée « Todavía el 98 » publiés dans ESPAÑA 20/10/1923, Az (...)

5Pour sortir de ces stéréotypes, je voudrais quand même dire qu’il est éclairant pour nous Français de mieux connaître ces hommes de la génération de 1898. En effet, je leur attribuerai des tâtonnements individuels marqués par une profonde intuition : celle d’Unamuno a été signalée, mais aussi celle de Baroja, celle de Maeztu et d’autres ont été fortement mises en avant, comme celle de Machado. Ces hommes sont passés à travers les événements du tournant et de la suite du siècle, à la recherche d’une solution à proposer à l’Espagne. Ils ont éprouvé des résistances et des obstacles formidables, non seulement venant de l’Eglise, mais venant aussi de l’extrémité opposée de l’arc-en-ciel idéologique, issue d’autres milieux. Par exemple le jugement d’Azaña me paraît révélateur : qu’un futur président de la République ait pu se livrer à des jugements aussi sommaires en matière philosophique, paraît bien caractéristique d’une Espagne qui comptait des intégrismes de part et d’autres.1

6Ceux qui ont survécu jusqu’au milieu du siècle ont dû choisir, et non sans drames. Ce ne sont pas d’abord leurs solutions, souvent marquées par l’idéalisme et par l’échec, qui nous importent aujourd’hui. Ce que nous pouvons retenir, ce sont leurs doutes et leurs allées et venues, hésitations que l’on a eu tendance à leur imputer politiquement soit à charge, soit à décharge. Par contre, leurs doutes, leurs tergiversations, leurs questions ne doivent pas conduire à un jugement de trahison ou de faiblesse, mais à leur attribuer une manière d’assumer la modernité et d’y préparer l’Espagne. Ils indiquent que, pour leur pays, une voie était désormais ouverte : celle du dégagement progressif de ce que Aranguren appellera dans les années 1970 « La cultura establecida » en souhaitant fortement que se substitue à elle une nouvelle manière de vivre et de penser en Espagne.

7Ce que nous admirons aujourd’hui comme un « miracle » espagnol, après tant d’années de difficultés, ne doit pas être considéré comme une mutation sans préparation, mais au contraire comme une sorte de résultat de tâtonnements, de doutes, de faiblesses avouées. Un peu comme en France, pour les années 30 : ces années ne doivent pas être jugées seulement en fonction des tragédies qui ont immédiatement suivi, mais comme le moment où se manifestent aussi des anticonformismes féconds et des possibilités nouvelles orientant vers une culture tout autre, qui portera des fruits au-delà des « années noires ».

8Quelques-uns de nos compatriotes français se sont confrontés au parcours multiforme de la « génération de 1898 ». Ils furent très souvent soupçonnés par la majorité des intellectuels espagnols de l’époque de ne pas comprendre ce qui se donnait alors comme « l’essence de l’Espagne ». Le rôle de ces Français n’en a pas été moins déterminant. D’exceptionnels chercheurs français ont été, pour quelques Espagnols d’abord, puis pour beaucoup d’entre eux dans les années récentes, les révélateurs sûrs et amicaux de parts enfouies et cachées de la culture hispanique. J’en ai eu le pressentiment au moment de rédiger ma thèse de doctorat touchant le XVIe siècle à Salamanque. Avec quelle ardeur quelques-uns des nôtres se sont-ils investis pour faire prendre conscience aux Espagnols de leur richesse insoupçonnée ! Ainsi Marcel Bataillon pour les sources de l’Humanisme en Espagne, Jean Sarrailh pour le siècle des Lumières en Espagne, Monseigneur Jobit pour le « Krausisme ». Et il y en a bien d’autres !

9Nous souhaitons aussi que nos compatriotes français découvrent davantage encore que l’exceptionnelle vitalité littéraire que nous admirons depuis des décennies en Amérique latine ne relève pas elle non plus d’une génération spontanée. Une telle fécondité est véritablement portée par des sillons, alimentée par des racines, irriguée par des eaux qui, pour partie, viennent de l’Espagne et de sa culture tellement inquiètes et tourmentées autour de 1898.

10Une phrase de Antonio Machado s’adressant à Miguel de Unamuno dans une lettre non encore éditée pourra prolonger notre réflexion. « Confiamos en que no sera verdad nada de lo que pensamos » : « Nous sommes sûrs de ce que rien de ce que nous pensons ne sera la vérité... » On peut certes faire de cette phrase la devise d’une profession d’agnosticisme absolu. Mais on peut la lire aussi, et telle est ma suggestion, dans une perspective d’attente et d’espérance. Attente au regard de la transcendance qui nous sera donnée, bien au-delà du peu que nous savons déjà et auquel nous nous attachons sans doute excessivement. « La espera y la Esperanza... ».

Notes

1 Notamment dans une série d’articles intitulée « Todavía el 98 » publiés dans ESPAÑA 20/10/1923, Azaña considère que les écrivains de la génération de 1898 n’ont rien détruit « parce qu’ils ont omis de penser à plus de la moitié des choses nécessaires ».

Auteur

Archevêque de Bordeaux

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search