Versión clásicaVersión móvil

1898 : littérature et crise religieuse en Espagne

 | 
Béatrice Fonck

La vision apocalyptique de Maeztu

Evelyne López Campillo

Nota del editor

Parmi les publications de l’auteur :
• une étude sur l’œuvre de La Revista de Occidente (1972)
• un ouvrage sur Les intellectuels espagnols et la Seconde République en collaboration avec J. Bécarud (1973)
• le chapitre sur Le mouvement des idées dans l’Histoire de la Littérature Espagnole, sous la direction de Jean Canavaggio (Fayard, 1994)
• une étude sur La crise de 1998 (Paris, 1999).

Texto completo

1Ramiro de Maeztu n’a accédé que récemment, d’une manière pleine et entière, au Panthéon des grands intellectuels espagnols contemporains. Pour différentes raisons, sa réputation a longtemps été ternie hors du cercle des fervents du triomphalisme franquiste, et hier encore, peu de critiques ou d’historiens se risquaient à aborder l’étude de ce personnage encombrant dont l’itinéraire intellectuel était bien complexe. Comme le souligne Maria Josefa Flores dans un récent article intitulé « Ramiro de Maeztu, un catholique protestant et un protestant catholique », il était persona non grata pour les catholiques conservateurs, à cause de la première partie de son oeuvre, d’abord iconoclaste puis imprégnée d’un certain modernisme religieux ; mais il ne trouvait pas davantage grâce auprès des penseurs libéraux, socialistes ou marxistes qui ne voyaient en lui que le chantre de la restauration monarchique conservatrice, ou même l’un des idéologues dont a pu se réclamer ensuite le régime franquiste, au même titre que d’un José Antonio Primo de Rivera, d’un Pradera ou d’un d’Ors.

2A ce propos, il est intéressant de relire le prologue de 1941 d’Areilza au recueil d’articles de Maeztu intitulé « En visperas de la tragedia » (A la veille de la tragédie). Areilza y souligne, entre autres choses, que :

  • 1 Cultura Española, Madrid, 1941, p. 16.

« Dans l’Espagne de 1941... il existe une jeunesse qui sera demain la classe dirigeante de la Patrie : cette jeunesse pourra peut-être s’émouvoir à la lecture des péripéties d’Aviraneta, ou admirer la beauté de la prose des Sonatas, ou suivre les pirouettes paradoxales d’Unamuno. Mais, ce qu’on appelle comprendre un auteur, vibrer en consonnance avec lui, ressentir pleinement la pensée de celui qui écrit, ces jeunes ne pourront vraiment le faire qu’à la lecture des pages de La Défense de l’Hispanité dans lesquelles il y a une totale identification entre la plume de Don Ramiro et les aspirations de la Jeune Espagne ».1

  • 2 Espasa Calpe, Madrid, 2000, 484 p.

3Une autre étiquette qui est restée longtemps attachée à Ramiro de Maeztu est celle de « penseur dépourvu de cohérence » : tantôt nietzschéen, tantôt guildiste, puis partisan des régimes à poigne comme la Dictature du Général Primo de Rivera, régime d’ailleurs hâtivement affublé de l’appellation de régénérationniste. Pourtant la cohérence de ses idées ne fait maintenant plus de doute : José Luis Abellán a été l’un des premiers critiques non franquistes à souligner, dès 1974, la continuité de son œuvre, n’hésitant pas à le considérer comme peut-être le plus cohérent de toute la Génération de 1898 et un livre récent de José Luis Villacañas adopte une optique analogue2.

4Les critiques négatives qui ont été adressées à Maeztu se sont bien gardées, contrairement à ce qui s’est passé dans le cas d’Ortega, de d’Ors ou même d’Unamuno, de faire de lui un faux prophète machiavélique, se démasquant enfin lors de la période de radicalisation de la Seconde République, à partir des années 1932-34, et montrant enfin son vrai visage de fasciste ou de préfasciste. C’était impossible, étant donné les prises de positions non équivoques, religieuses ou politiques de Maeztu dès les années 1910-1920. En revanche, on pouvait, et certains critiques jouent encore sur cette corde, insister sur les problèmes caractériels de Maeztu, en faisant de lui un histrion agonique et instable, un exhibitionniste de ses états d’âme, un velléitaire et un déraciné, en un mot, une épave, un raté. L’extraordinaire Autobiographie de Maeztu publiée en 1904 dans Alma Española et les quelques contes très singuliers parus dans Germinal en 1897-98 donnaient divers éléments permettant de la caricaturer de cette façon.

5Ce qui est singulier chez Maeztu, c’est effectivement l’ardente spontanéité avec laquelle il fait part au lecteur de l’intensité de ses inquiétudes : intensité d’autant plus accentuée que c’est un homme dont tous les critiques reconnaissent la force et la vitalité peu communes qu’il appliquera tout au long de son existence à la recherche de son équilibre. Il découvrira peu à peu, sa correspondance avec Ortega dans les années 1908-1915 en fait foi, ainsi d’ailleurs que son commentaire aux Souvenirs d’enfance et de jeunesse d’Unamuno en 1908, que la racine de sa vie, la racine de son âme, est le sentiment religieux, la foi pure et forte, les dogmes n’en étant que la coquille. Il avoue sans ambages combien est ancrée en lui la nostalgie de ces moments de plénitude et de félicité de son enfance pieuse.

6Un passage de son commentaire au livre d’Unamuno dont nous parlions plus haut est très explicite sur ce point :

  • 3 Nuevo Mundo, 10-XII-1908.

« Je n’oublierai jamais non seulement ma première communion, mais mes premières années de mysticisme... Y a-t-il quelque chose de plus ineffable que de recevoir la communion les yeux baignés de larmes dans la Chapelle de la Conception de l’Eglise Saint Michel, de se retirer de quelques pas, de fermer les yeux et de se sentir voler, loin de soi-même et de regarder, avec un regard qui peut tout embrasser, les villes mystérieuses dont on ne connaît que les noms et de s’élever dans l’azur et de s’entourer d’étoiles... ».3

7L’homme fait qu’est Maeztu quand il écrit ces lignes en 1908, à trente-quatre ans, a donc à ce moment enfin pleinement conscience de l’âge d’or que fut sa vie d’enfant, avant l’effondrement brusque de ce monde idyllique, du fait de la décadence économique de sa famille et des échecs qu’il connaît à Paris et à Cuba, lors de ses efforts pour s’insérer dans le monde des négoces, qui était celui de son père. Autodidacte donc, par force, lors de sa jeunesse, Maeztu va manquer de ce point d’ancrage social et intellectuel qu’ont constitué les études universitaires pour un Unamuno ou un Ortega. Pour Maeztu, la communauté humaine de référence ne pourra pas être pleinement celle des intellectuels passés ou présents, non plus que celle des penseurs favorables au socialisme ou à l’anarchisme. Ses années nietzschéennes l’ont définitivement éloigné de ce monde trop imprégné, à son goût, d’humanitarisme chrétien.

8En 1898, en effet, Maeztu croit au surhomme. Il décrit ce surhomme apocalyptique dans un passage de son étude sur Hermann Sudermann, surhomme enrobé par la suite de messianisme catholique et traditionaliste, mais qui restera le noyau dur de sa personnalité :

« Oui, il faut que surgisse l’homme-idée qui soit en même temps l’homme-volonté ; l’homme armipotent, le mage hypnotiseur qui nous regroupe autour de lui, nous tous qui désirons une vie plus grande, plus noble, plus intense... Il faut que surgisse le surhomme messianique dont le courage héroïque nous pousse à nous défaire de cette difformité du passé qui nous empêche de réaliser nos rêves ; il faut que surgisse l’être apocalyptique dont la voix tonnante guide vers un nouveau Canaan tous ceux qui naissent pour être, pour être quelque chose de différent de ce qu’ils ont déjà vu, de ce qui les entoure, pour unir leur nom à un événement propre, à une idée personnelle... ».

9On peut situer vers 1901-1902 l’apogée de sa période d’exaltation messianique de coloration nietzschéenne, l’affaire d'Electra en étant un des éléments.

10La campagne contre les Jésuites qui battait alors son plein en Espagne allait encore s’amplifier après la défaite historique de 1898 pour atteindre un sommet lors de cette fameuse affaire d'Electra et du jugement sur le cas de la jeune fille en cause, de la famille Ubao. Les deux avocats-vedettes s’affrontant lors de cette occasion étaient Salmerón et Maura. Lors donc de cette nuit historique du 29 janvier 1901 (il s’agit de la générale de la pièce de Galdós Electra mettant en scène ce cas de captation d’héritage grâce à l’influence exercée par son confesseur sur une fille mineure pour la faire entrer au couvent), Maeztu a vibré, comme tous les jeunes intellectuels anticléricaux qui assistaient à la représentation et il essaie dans son article du 31 janvier 1901 dans El País d’utiliser cette émotion pour construire une communauté d’esprit qui serait celle de la jeunesse des deux continents, Europe et Amérique :

« Oh ! Nuit historique que celle du 29 janvier !... Je vous conjure tous, jeunes gens de Madrid, de Barcelone, d’Amérique, d’Europe, de vous regrouper autour de cet homme qui avait tout et qui a tout risqué pour une idée, qui est votre idée, celle des hommes qui méritent de vivre... Electra, c’est nous ! ».

11Il est intéressant de constater que cette tension messianique qu’on trouve dans les textes de Maeztu et chez bon nombre d’intellectuels de cette période ne le quittera jamais. Le contenu de son message évoluera, il construira peu à peu, notamment au cours de ses années en Angleterre, de 1905 à 1919, une vision du monde plus vaste, plus complexe, où les facteurs économiques et sociaux seront privilégiés, pour un temps, toujours dans l’optique du développement de la nation. Dans cette période où il est en poste en Angleterre comme correspondant du quotidien La Correspondencia de España, il se sensibilisera progressivement à la réforme religieuse, divulguant les idées du Révérend R.J. Campbell, celles de George Tyrrell, calviniste converti et exclu en 1906 du fait de sa propagande moderniste, et celles du célèbre Alfred Loisy, condamné par le Saint Office en 1903, après un blâme de l’Archevêque de Paris, excommunié en 1908, puis accédant à une chaire d’histoire au Collège de France.

  • 4 « Ramiro de Maeztu y el pensamiento político británico », 21 octobre 1974, Vitoria, 98 p.

12Comme le souligne Manuel Fraga Iribarne dans un long texte-discours sur la période anglaise de Maeztu, c’est sans doute le groupe de la revue The New Age, dirigée par l’extraordinaire A.R. Orage, lequel devint un des amis intimes de Maeztu, qui l’a le plus influencé4. Dans ce groupe, opposé à la Société Fabienne de Wells et de Shaw, il a probablement trouvé une confirmation de son penchant pour un certain moralisme et pour la justice sociale du socialisme gremialiste ou guildiste lancé par ces intellectuels.

  • 5 Ibidem.

13La mort sur le front français en 1917 d’un de ses grands amis appartenant aussi à ce groupe, le poète T.E. Hulme qu’il avait connu en 1911 a dû renforcer en lui certaines des idées que celui-ci lui avait transmises. Déjà vers 1911 en effet, Hulme pensait que toute la culture moderne, à partir de la Renaissance, avait commis l’erreur de sous estimer en l’homme les sentiments religieux et qu’il fallait restaurer une morale et une philosophie fondées sur la doctrine du péché originel. Selon lui, l’optimisme anthropologique de Rousseau avait mené l’Europe au désastre. Contrairement à Bertrand Russell, Hulme n’était pas pacifiste : il se porte volontaire pour le front en France. Blessé, il retourne ensuite au front et il y trouve la mort en 1917. De ce fait, son pessimisme vital se trouve apparemment justifié et il devient pour Maeztu un héros symbolique. Maeztu fait allusion à cette amitié et à l’influence que Hulme eut sur lui, non seulement à cause de ses idées, mais aussi par sa conduite, qui lui a montré par l’exemple que la dévotion civique et le courage généreux sont des vertus de la charité et de l’esprit, surmontant les faiblesses de la chair5.

14Parmi d’autres fruits de cette période anglaise, si importante pour la formation de la pensée religieuse et de la morale de Maeztu, il faut citer son livre écrit en anglais et traduit en espagnol sous le titre La crisis del humanisme, en 1916, une critique de la modernité et tout spécialement de la croissance de l’état moderne, œuvre qui va constituer une étape fondamentale pour l’évolution postérieure de sa pensée.

15La célèbre pédagogue María de Maeztu, sœur de Ramiro, signale dans son ouvrage intitulé España y Europa les affres que traverse Maeztu à cette époque, méditation douloureuse, combat intérieur, « face-à-face – dit-elle – avec la douleur et avec la mort », et elle considère qu’il s’opère en lui vers 1916 une sorte de conversion :

« Pas une conversion religieuse comme on l’entend vulgairement », mais celle « d’un homme qui trouve enfin sa voie, son chemin, le chemin de Damas que peu d’hommes ont parcouru avec une aussi haute vocation de martyr que lui ».

16Les années de la Dictature de Primo de Rivera sont tout d’abord pour Maeztu empreintes d’une certaine illusion politique, sa formule « Primo de Rivera c’est 1898 en action ». Son livre de 1925, très suggestif, intitulé Don Quichotte, Don Juan et la Célestine est un essai de réconciliation de l’amour avec le savoir et le pouvoir et prétend être une proposition morale pour l’action. A cette époque, sa compréhension des Etats-Unis, à l’occasion d’un séjour dans une Université où il donne des cours en 1925, confirme bien sa vision religieuse du capitalisme :

« Le capitalisme est surtout une morale de l'effort et du sacrifice. L’immense richesse des nord-américains, leur fabuleuse liberté, proviennent tout d’abord du puritanisme, de la conscience de la faute originelle, exigence, effort et ténacité ».

17Toutes ces idées qui sont exposées dans différents articles à cette époque sont réunies dans l’ouvrage que Maeztu intitule d’une manière provocante Le sens révérentiel de l’argent, et sont issues comme de juste, en partie, des thèses de Max Weber sur la formation de l’esprit capitaliste, Maeztu ne s’en cache pas :

  • 6 El sentido reverencial del dinero, pp. 667 et suiv., Obra de Ramiro de Maeztu, Editora Nacional, Ma (...)

« Les recherches de Max Weber ont démontré que chez les peuples du Sud et de l’Orient de l’Europe, on continue de considérer le métier comme une contingence naturelle ; chez les peuples du nord, à partir du XVIIe et du XVIIIe siècles, c’est-à-dire au début de l’industrialisation, on en est venu à croire que les âmes pouvaient être sauvées par l’accomplissement scrupuleux de nos tâches quotidiennes, ce qui expliquerait l’origine de la plus grande perfection que l’on trouve chez les peuples du nord, spécialement dans les métiers mécaniques, et cette idée serait aussi à la base de la supériorité industrielle des Anglais, des Ecossais, des Nord-américains, des Hollandais, des Allemands et des Scandinaves ».6

18Pendant la période républicaine, Maeztu va se mouvoir dans les milieux du nationalisme traditionaliste. Le support intellectuel de cet activisme politique est bien un ensemble de mythes : Idéal Hispanique, Anti-Patrie, Anti-Espagne, etc., où les éléments apocalyptiques sont fondamentaux. « L’Anti-Patrie puise son être dans la Patrie, comme l’Antéchrist dans le Christ » dit Maeztu dans son ouvrage de cette époque Défense de l’Hispanité. Dans la revue qu’il va diriger Acción Española dont le premier numéro sort en décembre 1931, les thèses de l'Hispanité et de la Monarchie Traditionnelle sont, parmi d’autres, celles que Maeztu aura le plus à coeur de populariser.

19Avant de terminer, il me semble opportun de faire quelques remarques au sujet du mythe de l'Hispanité si cher au cœur de Maeztu et d’autres penseurs de cette période. Tout ce que contient ce mythe (l'Idéal Hispanique, la Race Hispanique, le Caballero Cristiano ou Hispanique) permet de recréer une histoire catholique et traditionaliste de l’Espagne. L’Empire Espagnol, la Conquête, la Colonisation, la désintégration de cet empire, tous ces faits historiques sont réinterprétés pour construire un système idéologique qui explique le passé, mais qui surtout permet de prophétiser l’avenir, ce que doit être l’avenir de l’Espagne et de l’Amérique Latine. Il y a là, de ce fait, un essai de révision de l’histoire, un refus de l’évolution historique, un effort pour faire réaffleurer la tradition espagnole des XVIe et XVIIe siècles. C’était aussi, à l’époque de Maeztu, une manière de répondre à deux autres options politiquement différentes, au sujet de l’Amérique Latine : l’indigénisme (idéologie de la gauche socialisante) et le panaméricanisme (inféodé aux Etats-Unis).

20C’est en Argentine où Maeztu avait été nommé Ambassadeur en 1927 par la Dictature et où il passe les deux années suivantes qu’il prend contact avec les catholiques autoritaires traditionalistes de la revue Nueva República, et c’est là qu’il connaîtra le prêtre espagnol Zacarías de Vizcarra dont les idées seront divulguées plus tard dans la revue Acción Española. La revue de Maeztu publiera en effet en 1932 un essai biblico-prophétique intitulé L’Apôtre Saint Jacques et le monde hispanique dû à ce prêtre. Disons que, pour simplifier, le mythe de St Jacques, mythe dont on peut mesurer la force pour peu qu’on examine l’histoire des idées religieuses en Espagne, permet de raviver périodiquement la nature missionnaire du catholicisme espagnol et même de faire de l’Espagne un nouvel Israël, la nation élue pour évangéliser et apporter le salut à la terre entière et, en tous cas, au monde hispanique, à l'Hispanité. On mesure à quel point messianisme planétaire et attente apocalyptique sont liés dans ce genre de réflexions.

21Le Cardinal Goma, Archevêque de Tolède et Primat d’Espagne, se fera l’un des premiers, l’apologiste de l'Hispanité, notamment dans son texte présenté au Congrès Eucharistique de Buenos Aires en 1934 et Acción Española publiera le texte de ce discours Apologie de l’Hispanité la même année. On peut y lire ce passage qui me semble significatif pour notre propos :

« L’Amérique est l’œuvre de l’Espagne. Cette œuvre de l’Espagne est essentiellement une œuvre du catholicisme. Donc, il y a une relation d’égalité entre Hispanité et Catholicisme, et tout essai d’hispanisation qui le nie est pure folie ».

22La dernière partie du Tryptique idéologique de Maeztu après la Défense de l’Hispanité et la Défense de l’Esprit, celle qui ne verra jamais le jour, ce sera la Défense de la Monarchie : une Monarchie imbue de tradition et dont le rôle est de protéger la conception catholique de l’Univers ; monarchie catholique et impériale, celle des Rois Catholiques, de Charles I d’Espagne et de Philippe II, la seule forme de monarchie qui doit être restaurée, étant assise sur une représentation organique de la société.

23Dans l’esprit de Maeztu, il n’y avait apparemment pas de passage possible entre cette Monarchie et un état totalitaire de type moderne (fasciste ou nazi), assimilation que d’autres penseurs de la revue Acción Española comme Vegas Latapié ou Areilza n’hésitent pas à réaliser promptement, dès les années 1933-34.

24L’exécution de Ramiro de Maeztu, probablement dans la prison de Ventas par des éléments incontrôlés au début de la Guerre Civile, peut faire réfléchir. Cette mort a inspiré bien des commentaires et l’un des plus récents est sans doute l’article intitulé Deux victimes du fondamentalisme politique, publié dans El País le 29 août 1998 et dû à José Luis Munoa Ruiz. L’auteur y met en parallèle cet assassinat et l’exécution du patriote philippin José Rizal Mercado lors de la Guerre d’indépendance en 1898.

« Tous deux – dit-il – sont morts face à un peloton d’exécution, fidèle exécuteur de l’obéissance due : l’un victime de fonction transcendantale de la chose instituée, l’autre sacrifié sur l’autel d’une utopie révolutionnaire sacralisée elle aussi par des dogmes et des prophéties soit-disant fondamentaux, tout cela dans l’optique de l’accomplissement inexorable de l’histoire ».

25Cette réflexion n’est pas pour déplaire à ceux qui considèrent aussi délictueux le terrorisme d’Etat, d’Eglise ou de Parti que le terrorisme révolutionnaire et qui renvoient dos à dos tous les fondamentalismes religieux ou politiques au nom d’une certaine idée, disons spirituelle, de la conscience humaine. « L’être apocalyptique dont la voix tonnante (nous) guide vers un nouveau Canaan » invoqué par Maeztu en 1898 s’est donc déchaîné matériellement en Espagne depuis 1936, prenant corps dans différentes idéologies ou formes religieuses et essayant d’imposer sa façon particulière de concevoir la métahistoire.

Notas

1 Cultura Española, Madrid, 1941, p. 16.

2 Espasa Calpe, Madrid, 2000, 484 p.

3 Nuevo Mundo, 10-XII-1908.

4 « Ramiro de Maeztu y el pensamiento político británico », 21 octobre 1974, Vitoria, 98 p.

5 Ibidem.

6 El sentido reverencial del dinero, pp. 667 et suiv., Obra de Ramiro de Maeztu, Editora Nacional, Madrid, 1974.

Autor

Maître de conférences à Paris-Sorbonne

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search