Version classiqueVersion mobile

1898 : littérature et crise religieuse en Espagne

 | 
Béatrice Fonck

L’imagerie religieuse dans El Escultor de su Alma, drame mystique d’Angel Ganivet (1898)

Marie-France Schmidt

Texte intégral

  • 1 El escultor de su Alma, drama místico, precedido de un prólogo por Francisco Seco de Lucena in Obr (...)

1En 1898, peu après le suicide d’Angel Ganivet, paraît son oeuvre ultime, une pièce intitulée « El escultor de su alma », drama místico en tres actos : Fe. Amor. Muerte. compuesta por Angel Ganivet »1. Le titre complet que nous venons d’indiquer a fait l’objet de modifications antérieures successives :

  1. Création. Drame mystique en trois Autos : Auto de la Foi, Auto de l’Amour, Auto de la Mort, composé en vers castillan par Angel Ganivet2 ».
  2. Création. Drame en trois Autos : Foi, Amour, Mort, écrit en vers par Angel Ganivet.
  3. Pedro Martir l’impie.
  4. Le sculpteur de son âme Pedro Martir, Drame mystique en trois Autos de la Foi, de l’Amour et de la Mort composé en vers castillans par Angel Ganivet.
  • 3 Voir notamment Calomarde, Juan José, Angel Ganivet, El escultor de su Alma, in El Defensor de Gran (...)
  • 4 Gallego Morell (Antonio), op. cit., p. 44.

2Dans la majorité de ces titres, nous remarquons une double connotation : « creación », terme substitué ultérieurement par « El Escultor de su Alma », et une sorte de subdivision explicative : « Drama místico en tres autos » : cette référence qui se veut calderonienne nous introduit dans le domaine allégorique cher à la tradition du théâtre classique espagnol, et l’on a d’ailleurs beaucoup épilogué sur la dette de Ganivet à la philosophie du dramaturge du Siècle d’Or3. Nous nous arrêtons sur le concept de « drama místico » qui se confirme dans le titre définitif de la pièce, et nous voyons déjà à quel point l’adjectif hante notre auteur, puisqu’il envisage une nouvelle œuvre dramatique qui s’intitulerait : « La Roja. Tragedia mística en la Alhambra » (La Rouge. Tragédie mystique à l’Alhambra) aux subdivisions également tripartites4.

3Il est affirmé constamment que Ganivet avait perdu la foi depuis quelques années, et l’on peut s’interroger sur le sens de « místico », assez fréquent dans ses dernières œuvres : nous nous référons en particulier à « Granada la bella », essai paru en 1896 :

  • 5 « El misticismo no es más que la sensualidad refrenada por la virtud y miseria » in Angel Ganivet,(...)

« Le mysticisme n’est autre que la sensualité réfrénée par la vertu et la misère ».5

4L’auteur n’exprime pas là une connotation religieuse, mais plutôt morale et ascétique, dans la ligne de Sénèque.

5Le terme de « creación » entre également dans ce système d’opposition et d’équilibre, et ceci nous intéresse dans la mesure où le deuxième volet de notre titre se réfère à la création artistique, celle-ci étant l’expression d’une sensualité maîtrisée par les idées, et la définition d’Angel Ganivet s’impose :

  • 6 « El arte español es místico en sus aspiraciones más altas y aun en aquellas formas del arte que m (...)

« l’art espagnol est mystique dans ses aspirations les plus élevées et même dans les formes de l’art qui se prêtent le moins au mysticisme, j’ai trouvé un moyen pour y accéder : dans les lettres familières, dans le théâtre, où il y a des genres purement mystiques comme les autos sacramentales, dans le roman ».6

6Par cette profession de foi Ganivet s’écarte délibérément du mysticisme étroit encombré par l’aspect doctrinal, au profit d’un mysticisme élargi revivifié par l’écriture, qui n’exclut pas dans un premier temps la contemplation :

  • 7 « No es el éxtasis, es mucho más y mejor, arranca del desprecio de todas las cosas de la vida » in(...)

« Ce n’est pas l’extase, c’est bien davantage et bien mieux, il émane du mépris de toutes les choses de la vie ».7

7Après cette première étape purgative et active, la deuxième étape est celle d’un idéal qui semble plus accessible :

  • 8 « Y con la luz del ideal hallado, vemos lo que antes era grande, odioso, mucho mis pequeño y amabl (...)

« et à la lumière de l’idéal que nous avons découvert, nous voyons ce qui auparavant était grand, haïssable, en beaucoup plus petit et beaucoup plus aimable ».8

8Il convient de s’arrêter à cette lumière qui aplanit la distance vis-à-vis de l’insaisissable dont le protagoniste entreprend la quête. Le nom du principal personnage, Pedro Mártir, dit bien toute la souffrance et le sacrifice engendrés par cette aspiration. Le sculpteur ainsi appelé crée la statue de sa fille qui est sa propre âme et cherche à la rejoindre, en dépit des obstacles qui essaiment sur sa route, obstacles personnifiés par une série d’allégories : Cecilia, en même temps sa femme et la Foi religieuse. Aurelio, fiancé de l’Ame et qui représente le Monde matériel, puis l’Ame sa fille elle-même, qui lui échappe par sa propre glorification. Les lumières guides que rencontre le sculpteur, allégorisé également, à la fois homme naturel et créateur, sont les spectres trompeurs de sa fragilité.

  • 9 Angel Ganivet, El Escultor de su Alma, op. cit., p. 45.

9Dans le premier acte intitulé Auto de la fe, la lumière « débil »9 brille symboliquement sur la table du sculpteur à côté de celle qui est latente dans la statue qu’il se dispose à fabriquer à partir du chaos, tel Dieu au moment de la création :

  • 10 « Ese es el caos donde yace / la luz que en tu muerte nace / si has luchado... si eres fuerte » in(...)

« Voilà le chaos où gît /la lumière qui naît de la mort/si tu as lutté... si tu es fort ».10

10A cette statue il peut donner vie au prix de la lutte avec la matière ; à cette lumière faible ou incertaine s’oppose une lumière plus vive, celle qui lui est proposée par Cecilia sous forme d’un bout de chandelle :

  • 11 « Cabo de vela que pone encendido sobre la mesa » in Ibid., p. 51.

« un bout de chandelle allumée quelle pose sur la table »11

11il récuse, il éloigne une telle lumière qui devient, à l’adresse de Cecilia,

  • 12 « De tu alma los reflejos » in Ibid., p. 64.

« les reflets de ton âme ».12

  • 13 ... siguió de la luz la huella / y la luz ante él huia / y él tras de la luz corría / » Ibid. p.

12Mais au deuxième acte, alors qu’il a fui dans le désert africain, il suit une autre lumière, celle d’un diamant, tel un Roi Mage païen derrière l’Etoile de la Nativité, mais cette lumière au lieu de le guider, lui échappe13. Pourtant, grâce au rêve, le diamant dont il s’est emparé se spiritualise, et lui fait cette confidence :

  • 14 « Yo soy el alma de un padre / que piensa en su hija amada » in Ibid. p. 98.

« Je suis l’âme d’un père qui pense à sa fille bien aimée ».14

13Ce diamant pur et incorruptible transmet au protagoniste le message et le conduit réellement :

  • 15 « Lleva contigo el diamante donde oculta está mi alma / y pónselo sobre el pecho / a mi hija idola (...)

« Emporte avec toi le diamant qui recèle mon âme / et pose-le sur le cœur / de ma fille que j’idolâtre / tu verras briller de mille feux / la lumière éclatante du diamant ».15

  • 16 Ibid : Auto de la Muerte, p. 109 : recul de l’Ame lors de la révélation du sculpteur.
  • 17 Ibid. p. 107 ; « veo una luz peregrina / que allí de lo alto desciende.../ luz que mi espíritu enci (...)

14La voix mystérieuse dédoublée (la sienne inspirée par l’amour filial) le ramène vers l’Ame qui repousse le diamant de l’amour qui lui est imposé16. Vers quelle autre lumière va se tourner le pèlerin revenu au pays ? Est-ce vers celle du couchant qui éclaire les toits et l’achemine vers les deux17 ? On reconnaît au passage l’idée de la lumière du paysage, en tant qu’émanation de la Divinité, que n’aurait pas désavoué un Fray Luis de León. Mais ici il s’agit d’une lumière éphémère, qui s’éteint bientôt.

15Au dernier Acte, intitulé Auto de la mort (Auto de la Muerte), l’Ame avec laquelle il semblait communier à la même lumière ne l’entraîne pas dans son sillage, mais bien au contraire, pétrifiée en statue, elle s’éloigne. Le suspens est alors créé par la supplication du protagoniste.

  • 18 « Dadme luz que quiero verla... » in : Ibid. p. 118.

« Eclairez-moi car je veux la voir... ».18

  • 19 Ibid., p. 121
  • 20 Ibid., p. 124.

16A qui s’adresse cet appel ? A Dieu ? Au « vos » de majesté ? La réponse est fournie par Cecilia qui arrive un flambeau à la main, mais qui exige une pénitence à laquelle ne veut pas se soumettre le sculpteur19. Celui-ci refuse cet intermédiaire, et rejoint la statue auréolée de lumière dans une pétrification commune, qui le montre immortalisé dans un geste d’adoration en même temps que sa création20.

17Cette prédominance et domination de la création esthétique est considérée par Angel Ganivet comme une chance de renouveau pour l’Espagne, dans une lettre à Soriano publiée dans El Defensor de Granada en septembre 1898. Rappelons à ce propos l’importance du genre épistolaire considéré comme apte à la communion de l’idéal :

  • 21 « Sólo me atrevo a decir que la nueva creación no será para encomendarla a políticos, misioneros n (...)

« J’ose dire simplement que cette nouvelle création ne sera pas destinée à être confiée à des politiques, ni des missionnaires, ni des soldats, mais à des hommes susceptibles d’être des sculpteurs grands et géniaux de l’esprit ».21

18Pour le sculpteur de métier et vocation qu’est Pedro Mártir, cette création de l’esprit passe par le modelage et façonnement de la matière, et le protagoniste de la pièce s’acharne par un perpétuel dépassement, dans la recherche de cette matière idéale. Après avoir apostrophé les statues déjà élaborées et promises à la destruction, en ces termes :

  • 22 « Sois figuras de yeso / cáscaras de nueces sin peso... » in Angel Ganivet, El escultor de su Alma (...)

« Vous êtes des figures de plâtre / des coquilles de noix inconsistantes... ».22

  • 23 Ibid., p. 50
  • 24 Ibid., p. 50

19il rejette ensuite ce qui n’est que « papel, lienzo, metal » (papier, toile, métal)23 pour s’arrêter, tel le Dieu créateur de la Bible, le potier, sur le morceau d’argile qu’il peut pétrir et dont il a la capacité de maîtriser la forme24 :

  • 25 « Coge un pedazo de barro informe y se queda contemplándolo in Ibid., p. 50.

« il prend un morceau d’argile sans forme et se met à le contempler ».25

20Mais il le voit déjà métamorphosé en Ame, tel Dieu avant la création. Mais justement il a oublié qu’il n’est qu’un homme avec toute ses faiblesses :

  • 26 « No está hecha y ya está viva ». Dans l’Ancien Testament, Dieu est assimilé au potier : « Rappell (...)

« Elle n’est pas créée et elle est déjà vivante ».26

21Cependant Cecilia intervient pour rappeler au spectateur-lecteur l’outrecuidance de son mari :

  • 27 « Es tu obra predilecta... y es sólo / barro liviano / y de ahi dice el insano / que formar a un D (...)

« c’est ton œuvre préférée... et ce n’est que de l’argile légère / et cet insensé affirme qu’à partir de là / il cherche à donner forme à un Dieu... ».27

22L’homme a donc présumé de ses forces pour créer une Ame qui ne peut être que l’œuvre de Dieu ; qu’il retrouve la raison et ramène ses capacités à de justes proportions. Par une espèce de contradiction qui lui fait exécuter un retour au paganisme (la statue de Cupidon) qu’il semblait réprouver, le voilà qui, à l’instar de Vulcain (mais ceci n’est que suggéré), va s’attaquer au métal, puisque l’utilisation de l’argile lui est interdite, et c’est un défi qu’il lance en ces termes :

  • 28 « Con fuego, yunque y martillo / forjaré un alma ideal / yo imagino estar oyéndolo /... secos mart (...)

« Par le feu, l’enclume et le marteau / je forgerai une âme idéale, / et il me semble entendre tout cela / ... des coups de marteau secs / et voir jaillir les étincelles / du feu dont je brûle ».28

23La flamme violente de l’amour le forcera à s’assimiler au volcan infernal et satanique, et il détruit ce qu’il a adoré pour fuir :

  • 29 « Cogiendo un pedazo de estatua rota golpea en la puerta del fondo » in Ibid., p. 67.

« prenant un fragment de statue brisée, il frappe à la porte du fond ».29

  • 30 Ibid., p 69 : « se dirige a la puerta del fondo y la abre como para irse... ».
  • 31 Jean Chevalier et Alain Gheerbrant : Dictionnaire des symboles, Paris, Seghers, 1973, T. II, p. 19 (...)

24Cette porte du fond s’ouvre pour lui au deuxième acte30, et il va errer dans le désert à la poursuite du diamant qui le convertira en tentateur, utilisant non pas sa propre création mais celle de Dieu, le diamant étant son œuvre pure et incorruptible31 et étant assimilé par le pèlerin à l’Ame :

  • 32 « La lucha al alma acrisola / y al usar el alma es sola / cual diamante en un desierto » in Angel (...)

« La lutte purifie l’âme / et lorsqu’elle cesse, l’âme se retrouve seule / comme un diamant dans un désert ».32

25Lorsque Pedro Mártir retrouve sa fille à la fin du deuxième acte, devenu donc tentateur à l’exemple de Satan devant Jésus dans le désert, il lui propose par étapes des richesses pour récupérer son amour totalement, puisqu’elle est partagée entre son attachement pour Aurelio l’homme du Monde, et son amour pour son père. Il lui dépeint le collier de perles tout d’abord :

  • 33 « Cada perla es un tesoro / mil veces su peso en oro / he pagado por tenerle / mira qué engarce mi (...)

« Chaque perle est un trésor / et mille fois son poids en or / j’ai payé pour l’avoir / vois quelle belle sertissure / chaque perle est un éclat de lumière ».33

26A travers les didascalies, le dramaturge nous fait percevoir ensuite les troubles de l’Ame : si elle refuse d’emblée le collier, elle exécute une succession de gestes qui trahissent son hésitation devant le diamant qui lui est offert :

  • 34 « Se levanta, sin atreverse a mirar el diamante », et plus loin : « Cubre el diamante con la mano  (...)

« Elle se lève sans oser regarder le diamant », et plus loin : « Elle recouvre le diamant de sa main ».34

27Elle sort triomphante de cette tentation, mais le créateur de l’Ame à la raison duquel Cecilia a fait appel en vain dans une tentative de rédemption semblable à celle essayée par Marguerite sur Faust, est en proie à ses fantasmes internes signifiés par une sorte de rêve où se mêlent exorcisme et colère satanique :

  • 35 « ¿Quién esparce en mi casa agua bendita /¿quién ruge ? / También ruge lo ilusorio /¿Quién es eso  (...)

« Qui asperge d’eau bénite ma maison / qui rugit ? / Ce qui est illusoire rugit aussi / Qu’est-ce donc ? / C’est la forme d’un lion ».35

  • 36 Voir Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, op. cit., T. III, p. 132-134.

28Soulignons l’ambivalence du lion, où s’expriment certes la colère satanique, mais aussi une force divine latente36.

29C’est le premier sentiment qui prévaut à la fin de l’évocation d’une destruction cosmique :

  • 37 « Angeles y serafines / Arcángeles, querubines / todos serán degollados / cual rebaño de ovejas /  (...)

« Anges et séraphins / Archanges, chérubins / tous seront égorgés / tel un troupeau de moutons ».37

  • 38 Ibid., p. 113-114.

30L’Ame tente alors d’échapper « aux griffes du fauve » (« las garras de la fiera »), qu'elle présente de cette manière plus précise : « Il a la peau tachetée » « Tiene aleonada la piel »)38. Elle ne se soustrait à cette menace que par la pétrification qui la statufie en Vierge.

  • 39 Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, op. cit., T. IV p. 50 à 55.
  • 40 Angel Ganivet, op. cit., pp. 47, 51, 54.
  • 41 Ibid., p. 69.
  • 42 Ibid., p. 70-80.
  • 43 Ibid., p. 104-105.
  • 44 Ibid., p. 108.
  • 45 Ibid., p. 124.
  • 46 « La Fe... Mi obra maestra » in Ibid. p. 124.

31Au domaine de l’ambivalence appartient aussi le symbolisme de la porte, image christique positive (« Je suis la porte ») mais également séparation négative39. La porte de gauche, signe de l’imperfection de Pedro Mártir, ne lui permet pas d’accéder à la galerie obscure qu’il entrevoit seulement, et par laquelle apparaît Cecilia, figure de la Foi, pour y faire oraison40. Ayant renoncé à elle, le sculpteur se dirige vers la porte du fond à la fin du premier acte, qu’il ouvre pour choisir la voie de l’errance et de la liberté41 ; dans l’acte suivant, nous retrouvons la porte, mais située au bout d’un escalier, plus exactement un perron conforme à l’esthétique moderniste ; Aurelio l’emprunte, mais veut accéder trop vite à l’Ame sa fiancée, et se fait éconduire par elle42. Quant au sculpteur, dépouillé, converti en mendiant, après une première station où il reste derrière la porte, tandis que sa fille l’Ame est assise de l’autre côté43, il échoue dans une deuxième tentative pour la rejoindre, cette dernière fermant définitivement ladite porte ; l’amour n’est donc pas la solution non plus, et retenir prisonnière cette Ame en refermant la porte du fond est une tentative vouée à l’échec44. Une sorte de miracle se produit, où le protagoniste n’a pas sa place, et le rideau au fond s’ouvre spontanément pour montrer l’Ame, statue auréolée de sainteté (tel est le terme employé)45. L’exclamation de Pedro Mártir : « La Foi... Mon chef-d’œuvre »46 implique la conjonction entre Cecilia et l’Ame, et le geste d’adoration du protagoniste à son tour pétrifié (notons la combinaison pierre-Pedro) exprime la béatitude de l’extase :

  • 47 « Ô mi ventura es morir / esculpido en forma eterna / » in Ibid., p. 124.

« Oh ma félicité consiste à mourir / sculpté sous une forme éternelle ».47

  • 48 Ibid., p. 111.

32Le paradis qu’il avait regagné après son errance et les retrouvailles subséquentes avec l’Ame48 se sont sublimés avec les rencontres sur le mode spirituel d’où toute parole superflue est abolie. Aux déclamations hymniques il souscrivait lui-même dans le passé, à l’adresse de l’Ame, comme l’attestent les « décimas » appliquées a la Vierge :

  • 49 « Rosa de divino olor / cogida de su jardin... » in Ibid., p. 94.

« Rose au parfum divin / cueillie dans son jardin... ».49

33Cette rose virginale, par sa dimension esthétique et poétique, est en contradiction avec les aphorismes religieux cités par Cecilia, qui lui semblent sacrifier l’esprit à la lettre ; mentionnons en quelques-uns, où Cecilia et l’Ame finissent par s’associer, reléguant Pedro Mártir à son isolement métaphysique :

  • 50 « Sin fe se puede vivir mas no se puede morir » in Ibid., p. 65-66.

« sans foi on peut vivre mais on ne peut mourir sans elle ».50

34puis

  • 51 « Amar a todos debemos / a cada cual a su modo / y amar a Dios sobre todo / si el cielo ganar quer (...)

« Nous devons aimer tout le monde / et chacun à sa façon / et aimer Dieu par-dessus tout / si nous voulons gagner le ciel ».51

35Nous nous situons même aux confins de la parodie de la prière bien connue avec la chanson de l’aveugle :

  • 52 « Tu padre que está en la tierra, tu madre desde el cielo... » in Ibid., p. 73.

« Ton père qui est sur la terre, ta mère du haut du ciel... ».52

  • 53 Voir Abad, María, « Angel Ganivet », in Razón y Fe, vol. 72, p. 18-30, 1925, p. 23 ; l’auteur de l (...)
  • 54 Voir Laffranque, Marie, « A propos de Lourdes d’Emile Zola ; Angel Ganivet et le christianisme con (...)
  • 55 Giner de los Ríos préconise un enseignement qu’il croit « européen » ; voir Valbuena Prat, Angel, (...)

36Donc, toute cette imagerie religieuse utilisée par Ganivet est caractérisée par un emprunt plus ou moins conscient aux images reçues au cours de son éducation ; le nom de Cecilia n’est-il pas l’émanation de Saint Cecilio, un saint local qu’il évoque dans l’une de ses lettres53 ? Ce souvenir d’une procession d’enfance est complété par des images de l’Ancien et du Nouveau Testament, qui transcendent une signification religieuse de premier niveau, par l’union spirituelle et mystique de deux êtres, Pedro Mártir et sa propre Ame. En outre, l’influence de l’instruction et des lectures se conjuguent chez Ganivet avec une mentalité où les préoccupations s’orientaient volontiers vers le satanisme et l’ésotérisme. Les connaissances acquises lors des voyages et des missions diplomatiques complètent le bagage intellectuel de Ganivet. Notre auteur s’inscrit dans le débat propre à la fin du siècle, débat entre l’Esprit et la Lettre, dans la vision d’un christianisme renouvelé, où le Christ est ramené à une dimension essentiellement humaine (Renan et la Vie de Jésus), en raison peut-être de la dégradation des valeurs de la société par suite d’un catholicisme mal compris (Le Lourdes de Zola a donné lieu à un article de Ganivet en 1895)54. De toute évidence, l’esprit évangélique transmis dans une œuvre antérieure de Ganivet par un Pio Cid éducateur participe des grands courants espagnols antérieurs à la Génération de 98 ; on pense en particulier à la Institución Libre de Enseñanza, mais notre auteur s’écarte quelque peu de la conception collective d’un Giner de los Ríos attaché au bien être de tout un peuple55 ; à travers la création de l’Ame, le protagoniste de El Escultor de su Alma poursuit davantage son propre épanouissement que celui de sa création, et ceci nous fait revenir à la notion de « misticismo », qui n’est pas propre à Ganivet. Chez ses contemporains, ce mysticisme est toujours négatif et opposé à la sclérose du catholicisme, et il correspond par exemple à la définition qu’en donne Huysmans dans Là-Bas par la bouche d’un de ses personnages :

  • 56 Voir Huysmans, J. K., in Œuvres complètes, t. XII (1), Ed. Crés et Cie, 1930, p. 188 ; 82.

« Le mysticisme se meurt en un clergé qui réfrène les pensées ardentes, qui prêche la sobriété de l’esprit, le bon sens de la prière... » et, ajoute-t-il, « du mysticisme exalté au satanisme exaspéré il n’y a qu’un pas ».56

  • 57 Unamuno, Miguel de, en particulier dans La agonia del cristianismo, Ed. Losada, 1966, p. 16 : « el (...)

37Le mysticisme s’exacerbe donc pour révéler son existence qui lui est déniée par la société. De son côté, Unamuno refuse l’ésotérisme et l’occultisme pour ramener le problème à l'affirmation individuelle de l’Ame par sa propre volonté et puissance de création57 (notons que l’obsession de l’aboulie est grande chez les représentants de la Génération de 98). Unamuno nous propose un modèle qui s’inscrit dans l’éthique chrétienne de la responsabilité :

  • 58 « El fin de la vida es hacerse un alma, un alma inmortal que es la propia obra » in Ibid., p. 17.

« Le but de la vie est de se créer une âme, une âme immortelle qui est l’œuvre elle-même ».58

  • 59 Ibid., p. 17 : « San Pablo es el primer gran místico, el primer cristiano propiamente tal ». San Ma (...)

38Cette auto-création rejoint la notion de mysticisme avec le modèle donné par Saint Paul, le premier de la série dont le mysticisme n’est pas contemplation pure, mais s’associe à la notion de lutte ou « agonía », où triomphe l’idéal, et la vie spirituelle est mise en évidence dans la « nivola » intitulée « San Manuel Bueno Martir »59.

39Ganivet rejoint jusqu’à un certain point Unamuno dans l’élaboration de son Ame, mais il reste en retrait vis à vis du christianisme qu’il ne mentionne guère dans « El escultor de su Alma ». Il souscrit finalement à la contemplation préconisée par les grands mystiques dans une transcendance par laquelle Pedro Mártir retrouve Dieu malgré lui par l’intermédiaire qui le lui rend accessible. C’est un peu une défaite par rapport à ces illustres devanciers. Cet intermédiaire jamais évoqué par un Unamuno est manifesté par la transmutation de l’Ame en Vierge, image de sainteté, seule image religieuse vraiment assumée par Ganivet.

Notes

1 El escultor de su Alma, drama místico, precedido de un prólogo por Francisco Seco de Lucena in Obras completas, vol. V, Madrid, Francisco Beltrán y Victoriano Suárez, 1926.

2 1) Creación. Drama místico en tres autos de la Fe, Auto del Amor, Auto de la muerte, compuesto en verso castellano por Angel Ganivet.
2) Creación, Drama en tres Autos : Fe, Amor, Muerte, escrito en verso por Angel Ganivet.
3) El impío Pedro Mártir.
4) El escultor de su alma Pedro Mártir. Drama místico en tres Autos : de la Fe, del Amor y de la Muerte compuesto en verso castellano por Angel Ganivet » in Gallego Morell (Antonio). Estudios y textes ganivetianos, Madrid, CSIC, 1971, p. 44.

3 Voir notamment Calomarde, Juan José, Angel Ganivet, El escultor de su Alma, in El Defensor de Granada (30 de julio y 7 de agosto de 1912) et plus récemment Hutmann Norma L., Ganivet como innovador, Hispanofila vol. 30 (1967), p. 33-46, où figure un rapprochement entre la pièce de Ganivet et La Vida es Sueño.

4 Gallego Morell (Antonio), op. cit., p. 44.

5 « El misticismo no es más que la sensualidad refrenada por la virtud y miseria » in Angel Ganivet, Granada la Bella, in Obras completas, t. I, Madrid, Aguilar, 1951, p. 105.

6 « El arte español es místico en sus aspiraciones más altas y aun en aquellas formas del arte que menos se prestan al misticismo he hallado medio de subir hasta él ; en las cartas familiares, Suite de la note 6. – en el teatro donde hay géneros puramente místicos como los autos sacramentales, en la novela » in Ibid., p. 117 (Chap. VIII : « Nuestro arte »).

7 « No es el éxtasis, es mucho más y mejor, arranca del desprecio de todas las cosas de la vida » in Ibid., p. 118.

8 « Y con la luz del ideal hallado, vemos lo que antes era grande, odioso, mucho mis pequeño y amable » in Ibid., p. 118.

9 Angel Ganivet, El Escultor de su Alma, op. cit., p. 45.

10 « Ese es el caos donde yace / la luz que en tu muerte nace / si has luchado... si eres fuerte » in Ibid., p. 49.

11 « Cabo de vela que pone encendido sobre la mesa » in Ibid., p. 51.

12 « De tu alma los reflejos » in Ibid., p. 64.

13 ... siguió de la luz la huella / y la luz ante él huia / y él tras de la luz corría / » Ibid. p.

14 « Yo soy el alma de un padre / que piensa en su hija amada » in Ibid. p. 98.

15 « Lleva contigo el diamante donde oculta está mi alma / y pónselo sobre el pecho / a mi hija idolatrada / verás brillar con mil fuerzas / del diamante la luz clara » in : Ibid. p. 99

16 Ibid : Auto de la Muerte, p. 109 : recul de l’Ame lors de la révélation du sculpteur.

17 Ibid. p. 107 ; « veo una luz peregrina / que allí de lo alto desciende.../ luz que mi espíritu enciende / con una llama divina / que a los cielos me encamina... ».

18 « Dadme luz que quiero verla... » in : Ibid. p. 118.

19 Ibid., p. 121

20 Ibid., p. 124.

21 « Sólo me atrevo a decir que la nueva creación no será para encomendarla a políticos, misioneros ni soldados, sino a hombres que sean grandes y geniales escultores del espíritu » in : Voir Gallego Morell (Antonio) op. cit., p. 9 : il s’agit en réalité de la fin d’un article qui porte le titre suivant : Nuestro espiritu misterioso (p. 7-9).

22 « Sois figuras de yeso / cáscaras de nueces sin peso... » in Angel Ganivet, El escultor de su Alma, op. cit,. p. 48.

23 Ibid., p. 50

24 Ibid., p. 50

25 « Coge un pedazo de barro informe y se queda contemplándolo in Ibid., p. 50.

26 « No está hecha y ya está viva ». Dans l’Ancien Testament, Dieu est assimilé au potier : « Rappelle toi : tu l’as façonné comme une argile... » (Job 10.9)... « C’est nous l’argile, c’est toi qui nous façonnes, tous nous sommes l’ouvrage de ta main... (Esaie 64.7)... « La terre alors prend forme comme l’argile sous le sceau... (Job 38.14). Traduction œcuménique de la Bible.

27 « Es tu obra predilecta... y es sólo / barro liviano / y de ahi dice el insano / que formar a un Dios proyecta... » in Angel Ganivet, El escultor de su Alma, op. cit., p. 52.

28 « Con fuego, yunque y martillo / forjaré un alma ideal / yo imagino estar oyéndolo /... secos martillazos / y ver resaltar los chispazos / del fuego en que estoy ardiendo » Ibid., p. 62.

29 « Cogiendo un pedazo de estatua rota golpea en la puerta del fondo » in Ibid., p. 67.

30 Ibid., p 69 : « se dirige a la puerta del fondo y la abre como para irse... ».

31 Jean Chevalier et Alain Gheerbrant : Dictionnaire des symboles, Paris, Seghers, 1973, T. II, p. 193-195.

32 « La lucha al alma acrisola / y al usar el alma es sola / cual diamante en un desierto » in Angel Ganivet, op. cit., p. 69.

33 « Cada perla es un tesoro / mil veces su peso en oro / he pagado por tenerle / mira qué engarce mis bello / cada perla es un destello de luz/ » in Ibid., p. 97.

34 « Se levanta, sin atreverse a mirar el diamante », et plus loin : « Cubre el diamante con la mano » in Ibid., p. 104.

35 « ¿Quién esparce en mi casa agua bendita /¿quién ruge ? / También ruge lo ilusorio /¿Quién es eso ? / Es la figura de un léon / » in Ibid., p. 67.

36 Voir Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, op. cit., T. III, p. 132-134.

37 « Angeles y serafines / Arcángeles, querubines / todos serán degollados / cual rebaño de ovejas / » in Angel Ganivet, op. cit., p. 123.

38 Ibid., p. 113-114.

39 Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, op. cit., T. IV p. 50 à 55.

40 Angel Ganivet, op. cit., pp. 47, 51, 54.

41 Ibid., p. 69.

42 Ibid., p. 70-80.

43 Ibid., p. 104-105.

44 Ibid., p. 108.

45 Ibid., p. 124.

46 « La Fe... Mi obra maestra » in Ibid. p. 124.

47 « Ô mi ventura es morir / esculpido en forma eterna / » in Ibid., p. 124.

48 Ibid., p. 111.

49 « Rosa de divino olor / cogida de su jardin... » in Ibid., p. 94.

50 « Sin fe se puede vivir mas no se puede morir » in Ibid., p. 65-66.

51 « Amar a todos debemos / a cada cual a su modo / y amar a Dios sobre todo / si el cielo ganar queremos / » in Ibid., p. 103.

52 « Tu padre que está en la tierra, tu madre desde el cielo... » in Ibid., p. 73.

53 Voir Abad, María, « Angel Ganivet », in Razón y Fe, vol. 72, p. 18-30, 1925, p. 23 ; l’auteur de l’article cite un fragment de lettre où Ganivet prétend avoir profité de ces processions pour se lier avec tous les vauriens de son quartier.

54 Voir Laffranque, Marie, « A propos de Lourdes d’Emile Zola ; Angel Ganivet et le christianisme contemporain », in Bulletin Hispanique, Bordeaux, 1967, t. LXIX, p. 56-84.

55 Giner de los Ríos préconise un enseignement qu’il croit « européen » ; voir Valbuena Prat, Angel, Historia de la Literatura española, t. III, p. 348.

56 Voir Huysmans, J. K., in Œuvres complètes, t. XII (1), Ed. Crés et Cie, 1930, p. 188 ; 82.

57 Unamuno, Miguel de, en particulier dans La agonia del cristianismo, Ed. Losada, 1966, p. 16 : « el cristianismo es algo individual e incomunicable ».

58 « El fin de la vida es hacerse un alma, un alma inmortal que es la propia obra » in Ibid., p. 17.

59 Ibid., p. 17 : « San Pablo es el primer gran místico, el primer cristiano propiamente tal ». San Manuel Bueno, Mártir, Cátedra, 1979.

Auteur

Maître de Conférences Honoraire à l’Université de Paris IV

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search