Version classiqueVersion mobile

1898 : littérature et crise religieuse en Espagne

 | 
Béatrice Fonck

Monseigneur Jobit : un spectateur loyal

Béatrice Fonck

Texte intégral

1Il y a plus d’un siècle, en 1892, naquit à Angoulême Pierre Jobit. Il y a un peu plus d’un quart de siècle, en 1972, mourut Monseigneur Jobit.

2Sans minimiser l’importance d’une brillante carrière ecclésiastique, notre propos n’est pas de faire ici le panégyrique de ce prêtre éminent qui, vicaire d’une paroisse ouvrière à Angoulême, puis chanoine de la Cathédrale, fut élevé à la prélature par Pie XII pour son œuvre de la Sainte Enfance. Nous voudrions plutôt mettre l’accent sur un aspect spécifique de son œuvre dont l’impact semble déterminant pour l’ensemble de son sacerdoce : la part de sa vie spirituelle et intellectuelle consacrée à l’hispanisme.

  • 1 Ce Centre existe encore aujourd’hui, mais il a pris le large si l’on peut dire en devenant le CEFI (...)

3En effet, à partir de 1930, date de son premier séjour en Espagne, jusqu’à la fin de ses jours, on peut affirmer qu’il s’est produit une sorte d’identification entre lui-même et ce pays, à laquelle rien ne le prédisposait au départ. Qui eût dit que le petit abbé de cette douce ville charentaise fût devenu un jour le fondateur émérite du Centre d’Etudes et de Recherches Ibéroaméricaines créé en 1946 à l’Institut Catholique de Paris1 ?

4De fait, aucune origine familiale, aucun événement marquant de sa jeunesse n’expliquent cet engouement pour l’Espagne, somme toute assez tardif ; en 1930, l’abbé Jobit avait trente huit ans. En réalité, sa rencontre avec l’hispanisme relève d’un concours de circonstances à la fois fortuites et heureuses.

5Il avait d’abord rencontré Dieu et connu la guerre avant d’aimer l’Espagne. Entré au séminaire en 1911, il est ordonné prêtre en 1920. Sa santé, déjà fragile, se ressent des deux ans passés dans les tranchées de Verdun. Après s’être dépensé sans compter à la Paroisse Saint-Martial d’Angoulême, puis à la Cathédrale, il doit cesser ses activités pastorales trop lourdes pour sa résistance physique. Il reprend alors des études de philosophie à l’Université de Poitiers.

  • 2 On pourra ici apprécier la clairvoyance et l’ouverture d’esprit de ce défenseur de la laïcité qu’é (...)

6Les circonstances heureuses lui font rencontrer un des premiers représentants de l’hispanisme de l’époque, Jean Sarrailh. Etant allé le voir pour régler des modalités d’obtention d’une épreuve de langue, son entretien avec l’universitaire l’avait convaincu qu’une étude sur l’Espagne lui serait révélatrice dans le triple domaine de la philosophie, de la théologie et de la spiritualité2.

7A partir de ce moment, Pierre Jobit devient un témoin de premier ordre de l’histoire de l’Espagne : il s’attache à ce pays dont il apprécie les contrastes si déroutants pour un Français de souche rompu au confort intellectuel du cartésianisme.

8Après trois mois passés à Madrid pour préparer son Diplôme d’Etudes Supérieures, il y séjourne deux ans pour élaborer sa thèse d’Etat, et enfin six ans, de 1939 à 1945, pour y exercer un enseignement de philosophie et de littérature. Ces périodes coïncident avec des époques particulièrement critiques de l’histoire espagnole. La chute de la dictature de Primo de Rivera, puis de la Monarchie d’Alphonse XIII, l’avènement de la République et ses débordements anticléricaux, auxquels le prêtre qu’il est ne peut rester indifférent, l’incitent à s’interroger sur les ressorts d’un tel déferlement de violences contre l’Eglise dans un pays si traditionnellement catholique. En 1939, il retrouve une Espagne exténuée par un conflit fratricide, prémisse de ce qui attend l’Europe meurtrie dans ses convictions politiques et morales.

9En outre, il n’est pas un spectateur anodin, il fréquente les lieux culturels prestigieux où l’effervescence politique bat son plein. En 1930, il suit des cours au Centre d’Etudes Historiques, dirigé par Ramón Menéndez Pidal, héritier de la pensée et des méthodes de l'Institution Libre d'Enseignement, promoteur du renouvellement des études linguistiques, historiques et archéologiques en Espagne. En même temps, il fréquente assidûment l’« Ateneo  », point de ralliement de la fièvre républicaine. Il y rencontre et se lie d’amitié avec Miguel de Unamuno, José Ortega y Gasset, Azorín, Luis Araquistain, Manuel García Morente, José de Castro, Adolfo Posada.

  • 3 Publié dans La Revue Internationale de Sociologie, avril 1931.

10A l’issue de ce premier séjour, il soutient son Diplôme d’Etudes Supérieures intitulé : Théorie de la Nation et du Pouvoir dans la philosophie de José Ortega y Gasset3, étude d’avant-garde s’il en est dans le contexte de l’époque, et qui, de surcroît, perçoit une des questions essentielles de la problématique du philosophe face à la politique. On peut dire que, dès cette date, il appréhende avec justesse les problèmes politiques du pays, et pressent le drame qui se noue.

  • 4 Pierre Paris (1859-1931), archéologue, membre de l’Ecole française d’Athènes, il fut l’organisateu (...)

11En 1931, il entre comme pensionnaire à la Casa de Velázquez, fondée depuis 1926, et figure parmi les premiers membres de cette prestigieuse maison. Il avait été admis par Pierre Paris4, grand hispaniste s’il en est, qui voyait bien, lui aussi, l’intérêt que réservait l’étude du catholicisme espagnol, encore à peine exploré. Notons que pour l’époque, l’abbé Jobit était un candidat d’une espèce nouvelle dans un Etablissement Public Français d’Etudes Supérieures.

  • 5 Tome I, Les krausistes, 291 p., Tome II, Lettres inédites de D. Julian Sanz del Rio publiées par M (...)

12Mais, et c’est là qu’il nous surprend, voilà que, guidé par ses maîtres universitaires Jean Sarrailh, Albert Rivaud, Daniel Eyssertier, il prépare une thèse d’Etat sur un courant de libre pensée espagnol de la fin du XIXe siècle, le krausisme, qu’il intitule à dessein : Les éducateurs de l'Espagne contemporaine5.

13Pierre Jobit réussit à faire le point d’une façon magistrale et claire, sur un mouvement de pensée inconnu en France, et mal compris des Espagnols eux-mêmes à l’époque. Il renouvelle la connaissance de l’Espagne sur les origines d’un mouvement d’intellectuels minoritaires dont les projets réformistes déterminent, à son point de vue, bien des options politiques et religieuses du régime républicain et qui sont hautement critiquées par l’Eglise espagnole.

  • 6 D’après José Andrés Gallego, au cours des années 30 se propagea déjà dans le monde catholique l‘id (...)

14Pour lui, le krausisme espagnol est d’abord une aventure spirituelle qui tente de remédier à l’indigence intellectuelle de l’Espagne, qui, tant du point de vue religieux que culturel, pousse les jeunes à abandonner le dogme catholique et à désespérer d’un enseignement considérablement attardé et dépourvu de moyens6.

  • 7 Karl, Christian, Friedrich Krause (1781-1832), épigone de Kant, sa philosophie se définissait comm (...)
  • 8 Juliàn Sanz del Río (1814-1869), professeur à l’Université de Madrid, avait obtenu une bourse du g (...)

15Du point de vue idéologique, il constate que cette aventure spirituelle fut la tentative d’adaptation à l’Espagne du système idéaliste de Karl Krause7, obscur philosophe allemand, par un philosophe espagnol Julian Sanz del Río8 au milieu du XIXe siècle, et que ce krausisme d’importation disparaît rapidement comme école philosophique. En revanche, il devient une religion pour ceux que n’attire plus le dogmatisme étroit de l’Eglise catholique de l’époque.

  • 9 Fondé en 1876. Institution pédagogique privée créée comme alternative à l’université officielle ap (...)

16Ainsi, d’après Pierre Jobit, le krausisme constitue une morale pour les jeunes universitaires en quête d’idéal à la fin du XIXe siècle, et devient une grande école de guerre contre le traditionalisme à la fondation de l'Institut Libre d’Enseignement9. Dès lors, il s’interroge sur l’attitude prise par les krausistes à l’égard du dogme, de la vie chrétienne, de l’Eglise, et constate que leur position face à celle-ci se veut, à la fois critique et réformatrice. Certes, pour eux la religion chrétienne n’est pas l’expression la plus authentique de la vie religieuse, mais la meilleure ; ils distinguent l’essentiel de l’accidentel. L’accidentel, ce sont les dogmes ; l’essentiel ce sont les vérités grâce auxquelles le christianisme rejoint, tout en les dépassant, les autres religions et la philosophie elle-même. En se disant « pananthéistes » pour ne pas être qualifiés de panthéistes, ils professent que la diversité des choses trouve son unité en Dieu, et que l’humanité qui n’est pas absolument Dieu, en est au moins la manifestation privilégiée, c’est pourquoi elle doit se liguer en vue d’un avenir meilleur. De là une morale humaniste, noble, généreuse, où tous les anticonformistes trouvent un nouvel évangile, une sorte de syncrétisme entre la foi religieuse et la philosophie rationnelle et mystique, capable de combler les hommes en quête de certitude.

  • 10 Fransico Giner de los Ríos (1839-1915), professeur de philosophie du droit à l’Université de Madri (...)
  • 11 Plus tard, Pierre Jobit fera le constat douloureux de l’échec de l’Eglise dans ce domaine : « Les (...)

17C’est à partir de ce bilan, magistralement exposé, que Pierre Jobit qualifie très ingénieusement le krausisme espagnol de prémoderniste ; ce système idéaliste qui préconise l’autodétermination de la volonté comme source unique de la moralité ne peut, bien évidemment rallier l’assentiment de l’abbé Jobit. Mais il ne minimise pas pour autant l’envergure de l’enseignement dispensé par l'Institut Libre d’Enseignement. Il montre comment Francisco Giner de los Ríos10, disciple de Julian Sanz del Río, infuse une sève admirable à cette institution. Eveilleur des esprits, soucieux de former une jeunesse cultivée, savante, morale, moderne, il crée des cercles d’études, promeut des excursions en province, des colonies de vacances pour les plus jeunes11. Francisco de los Rios qui s’est séparé de l’Eglise après le Syllabus, constate le jeune prêtre, lui donne en tout point l’exemple d’un religieux laïque. Il est convaincu qu’il a promu un esprit de rénovation, un patriotisme allié à une aversion tantôt nuancée, tantôt systématique pour les valeurs traditionnelles.

  • 12 Le dernier ouvrage de Joseph Pérez Histoire de l’Espagne, (1996) cite la thèse de Pierre Jobit com (...)
  • 13 Les éducateurs de l’Espagne contemporaine, op. cit. T.I, p. 6.
  • 14 Hommage à Monseigneur Jobit, Allocutions prononcées le 17/11/1972, Annie de Courlon, p. 13, Archive (...)

18Ainsi, la thèse de l’abbé Jobit apparaît désormais comme l’ouvrage de référence sur le krausisme espagnol, et sur bien des aspects le reste encore12. Il se révèle un chercheur infatigable, prudent, soumettant à l’examen critique toutes les définitions, ne cessant de s’interroger sur un mouvement d’inspiration libérale et humaniste âprement critique à l’égard de l’Eglise, et dont il sait qu’il est accueilli avec enthousiasme par la jeunesse universitaire espagnole. Il procède en homme de science, sachant capter l’intérêt du lecteur par un style élégant, et se veut le « spectateur loyal » d’un mouvement d’idées dont il sait qu’il va à l’encontre de ses convictions13. Mais il se sait aussi prêtre, et à ce titre, il pressent l’enjeu d’une telle étude, et le confie à ses amis de la Casa de Velázquez : « L’un des vrais buts de mes travaux, de mes fatigues est de contribuer à mettre l’Eglise, sa pensée, sa Mission, aux carrefours de la vie contemporaine »14.

  • 15 Notas sobre el moderno pensamiento español, Editorial Casa de la cultura ecuatoriana, Quito 1959, p (...)

19D’ores et déjà, un trait caractéristique de sa personnalité peut être souligné : la conviction que l’impartialité face à l’adversaire est source de progrès personnel et collectif, et en l’occurrence, pour le prêtre qu’il est, l’examen loyal d’un mouvement d’idées qui détourne la jeunesse de la foi catholique par des méthodes pédagogiques qu’il ne saurait réprouver, est source de progrès pour la foi qu’il défend : « L’autocritique, dira-t-il, l’observation bienveillante de l’opinion des autres, même s’ils sont nos ennemis est une vertu et en même temps un trésor »15. Il regrette que trop de catholiques se soient répandus en sarcasmes et invectives plutôt que de chercher à se réformer ; il note à ce sujet qu’un de leurs représentants le plus prestigieux, Marcelino Menéndez Pelayo, n’a guère mené qu’une critique négative à l’égard des krausistes qu’il appela avec mépris les « hétérodoxes ».

  • 16 Ibid., p. 25

20Plus tard, revenant sur sa thèse, il affirme en toute quiétude que le même phénomène s’est produit en France, lorsque les catholiques frappaient d’anathème Renan et bien d’autres, sans percevoir que leurs critiques auraient pu être l’occasion de se renouveler eux-mêmes16.

  • 17 Ibid., p. 25

21« Recevoir un choc devant des questions inattendues, comprendre la nécessité de les affronter à l’aide de nouvelles orientations »17, voilà le maître mot de ce prêtre dont le projet de thèse d’Etat prend tout son sens à travers son titre Les éducateurs de l’Espagne contemporaine.

  • 18 « Menéndez Pelayo, dira-t-il plus tard, ne fut-il pas finalement un de ceux qui, en 1889, reprocha (...)

22En effet, s’il estime que la philosophie krausiste, en tant que telle, est dépassée pour l’époque, il affirme que le mouvement d’idées qu’il a inspiré a été une source de renouvellement culturel et moral pour tous les Espagnols, capable de bousculer les idées reçues y compris chez les catholiques les plus réticents18. L’abbé Jobit est convaincu qu’en matière idéologique, il n’y a pas de victoire sans générosité avec l’adversaire ; cette devise n’est-elle pas toujours d’actualité ?

23Pour un prêtre français qui publie sa thèse en 1936, eu égard à l’Eglise catholique de France encore sous le choc de la crise moderniste, et à l’Eglise espagnole malmenée par le régime républicain en place depuis 1931, il y a assurément le souci de prévenir l’avènement d’un monde où l’Eglise catholique devrait nécessairement procéder à une refonte de ses pratiques si elle voulait surnager. Mais le spectateur loyal d’un mouvement d’idées complexe, le divulgateur talentueux de la culture hispanique auprès de l’Université française, sait aussi se mettre au service d’un projet culturel qui découle tout naturellement de l’orientation de ses recherches.

  • 19 Maurice Legendre, directeur de la Casa de Velázquez de 1940 à 1955.
  • 20 Bulletin de l’Institut Français de Madrid, mars 1951.

24Entre 1939 et 1945, période délicate s’il en est, voilà que l’abbé Jobit est envoyé à Madrid par le Ministère des Affaires Etrangères en 1939, pour prendre en charge le cours de philosophie au Lycée français, et les conférences littéraires de l’Institut français dirigé par Paul Guinard. Maurice Legendre19, le directeur de la Casa de Velázquez dont il fut l’ami et l’admirateur commente son arrivée avec humour : « Aussi, l’abbé devenu Docteur par la grâce de Krause, prolongea-t-il son séjour en Espagne grâce à nos grandes institutions d’enseignement, le Lycée et l’Institut Français, où son humanisme, servi par une parole toujours chaude et pénétrante, lui assurait une place de choix »20.

  • 21 « Aussi, dès avril 1943, ai-je dû, en liaison avec mon directeur et mes collègues, pour sauver l’h (...)

25Cette place de choix, Pierre Jobit sut en tirer parti dans tous les domaines en dépit des difficultés. En effet, les Français qui vivaient en Espagne à l’époque n’avaient pas la tâche facile. Etrangers dans un état dictatorial soupçonneux à l’égard des représentants d’un pays qui n’avait pas contribué à sa victoire, et dont la tradition révolutionnaire, selon beaucoup d’Espagnols, avait inspiré les ennemis d’hier, ils devaient en outre jongler avec les avatars du gouvernement français, et plus particulièrement à partir de 1943, où la naissance du gouvernement d’Alger leur posait des problèmes d’allégeance et d’obéissance qu’il fallait pouvoir concilier avec la volonté d’une présence française en Espagne21.

26Or les dirigeants des organismes culturels étaient soucieux de préserver les liens qu’ils avaient tissés à grand peine en Espagne depuis 1939. Catholiques convaincus, ils étaient persuadés que l’amitié entre la France et l’Espagne serait consolidée par la mise en évidence de la complémentarité de leur tradition religieuse. Pour Maurice Legendre, le monde avait besoin de la coopération harmonieuse de la spiritualité française et de la spiritualité espagnole, laquelle pourrait être la source de la future paix en Europe. S’il est vrai que de telles convictions facilitaient les rapports diplomatiques de la France avec l’Espagne, il n’en reste pas moins que les deux universitaires, hispanistes de renom, étaient d’abord de sincères admirateurs de l’Espagne qui trouvèrent en l’abbé Jobit un homme tout acquis à leur propos et capable d’y contribuer savamment.

  • 22 Nous reprenons ici le témoignage de Monsieur l’abbé Tourvieille de Labrouhé, son neveu, que nous r (...)
  • 23 Notamment Monsieur Meyriat et Monsieur Raoux qui ont fait sa connaissance à Madrid à cette époque.

27Homme de contact, de communication et d’influence, il unissait avec aisance une allure aristocratique et une très grande simplicité22, ce qui lui attira la sympathie et l’amitié des Espagnols. Il avait l’esprit vif et pétillant. Sa conversation nourrie de culture et d’expérience était capable de charmer, sans y prétendre, les auditoires les plus variés. Il avait des idées claires, mais encore plus, des convictions. C’était un maître. Ses conférences à l’Institut Français font preuve de variété, d’originalité et sont toujours soucieuses d’établir un lien entre culture profane et culture religieuse. Ses liens avec l’Action Catholique espagnole sont étroits. Il donne à ce sujet différentes conférences dans toute l’Espagne et jusqu’au Portugal. Pendant ces six années, et en dépit des difficultés de tous ordres que lui impose la dictature, il ne cesse de se donner à cette tâche d’enseignement pour laquelle il est particulièrement destiné, et qui attire un auditoire espagnol de plus en plus fourni, et des amitiés fidèles, qui, le jour venu, contribueront à son rayonnement. Citons brièvement, Eduardo Aunós, Julián Marias, José Maria Pemán, Monseigneur Cantero, Monseigneur Pla y Deniel. Ce n’est que trop brièvement aussi que nous faisons allusion à son activité pastorale dans le cadre de la Paroisse Saint-Louis des Français où son zèle apostolique laisse encore auprès de certains témoins des souvenirs émus23.

28Evoquons également son aide aux réfugiés français en Espagne après l’occupation totale de la France ; ses relations avec l’Ambassadeur britannique Samuel Hoare, sa participation au transport de vivres et de vêtements fournis généreusement par les Espagnols aux Français à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

29Tant et tant d’activités diverses qu’il faudrait pouvoir commenter davantage. Dans le cadre de cette étude, il semble plus opportun d’examiner la réalisation d’un projet dont l’esprit illustre, dès 1943, l’action future de Pierre Jobit en France.

  • 24 Cette revue se trouve à la Bibliothèque de la Casa de Velázquez qui nous en a facilité l’accès, ai (...)
  • 25 Archives de la Casa de Velázquez, dossier Maurice Legendre, carton no 20.

30En effet, l’intellectuel et l’amoureux de l’Espagne qu’il est tout à la fois, cherche à perenniser l’œuvre d’amitié franco-espagnole par le biais de la publication d’une revue tout à fait d’avant-garde, Spes Nostra24. En octobre 1943, cherchant à diffuser plus largement les idéaux de ce qu’il appelle la culture latine et chrétienne, il envisage de fonder une revue bimestrielle, bilingue, susceptible de développer des contacts et des recherches sur des thèmes culturels et religieux. Il en fait part à Maurice Legendre qui lui est acquis25, car tous deux sont convaincus de l’urgence de rendre perméables et fraternelles les frontières entre les nations. Au fond, ces hommes font partie de la génération du feu, combattants pendant la première guerre mondiale, ils avaient vu s’estomper l’espoir d’une unité européenne entre les deux guerres, et ils sont persuadés que l’établissement de la paix passe par le tissage de liens spirituels entre Etats européens.

  • 26 Publiée sous forme de cahier de 120 pages, la revue présente une série d’études, de critiques et d (...)
  • 27 La revue avait notamment reçu l’autorisation du gouvernement d’Alger le 15-11/1943 (Archives de la (...)

31Le premier numéro de cette revue paraît en janvier 1944, le second en mars 194426. La vie de Spes Nostra s’achève là. Durée de vie bien éphémère sans doute. Pourtant les autorisations préalables avaient été obtenues auprès des autorités politiques et religieuses27. Mais le jeu des pressions diplomatiques dont l’Espagne fait l’objet ont raison de cette entreprise.

  • 28 Spes Nostra no 1, p. 6.
  • 29 Maurice Legendre, dans une lettre à l’évêque Eijo y Garay du 26/4/1944, lui demande son intercessi (...)
  • 30 La revue avait reçu le soutien de Monseigneur Pla y Deniel, qui, à l’époque, avait protesté contre (...)

32En effet, l’esprit de la revue, tel que le définit Pierre Jobit dans ses éditoriaux ne peut correspondre à certains impératifs idéologiques en vigueur. Il entend notamment y dévoiler l’existence d’une volonté de dépassement du nationalisme : « [...] ici, le supranational n’est plus seulement tendance et virtualité, mais déjà réalisation »28. Dans un Etat où prévaut la thèse d’une Espagne différente et séparée du tronc commun de la culture européenne, elle-même responsable de la perte des traditions qui firent la grandeur du pays, invoquer le supranational en 1944, même s’il prend appui sur le concept de civilisation chrétienne défendu par Pie XII, apparaît par trop inconvenant dans les milieux phalangistes sous influence allemande. En outre, Spes Nostra se veut un lieu d’échange de points de vue, un espace de liberté d’action sociale et d’indépendance de l’action catholique : « le sens d’une Action catholique authentique, nullement restreinte à entretenir des paroisses et des « œuvres », mais encore et surtout destinée à conquérir, par une spécialisation bien comprise et toujours poussée, un sens social aigu qui nous permettra de poser les problèmes dans la pleine clarté, et de proposer les solutions avec la généreuse hardiesse des grandes Encycliques pontificales »29. Or, depuis la fin de la guerre civile, la Phalange s’ingénie à mettre sous sa coupe les mouvement d’action catholique ; les services de presse et de propagande du Ministère de l’Intérieur soumettent à la censure la presse confessionnelle, et contraignent à la disparition plusieurs périodiques catholiques. C’est le sort que subit Spes Nostra dont les rédacteurs osent défendre une certaine liberté d’action30.

33Si la vie de Spes Nostra a été brève, elle n’en reste pas moins l’ébauche fondatrice de ce que sera l’œuvre future de l’abbé Jobit à l’Institut Catholique de Paris. Elle a établi une collaboration étroite entre des intellectuels, des religieux français et espagnols éminents. Elle a créé un réseau d’amitiés internationales fécondes qui se prolongeront jusqu’en Amérique Latine.

  • 31 En 1951, le gouvernement espagnol reconnut l’intérêt de ces initiatives en conférant à l’abbé Jobi (...)

34De retour en France, il sait convaincre Monseigneur Bressolles de la nécessité de créer une chaire d’Etudes ibériques et un Centre de Recherches ibéroaméricaines. C’est chose faite dès 1946. A partir de ce moment et jusqu’à la cessation de ses activités, on ne compte plus les manifestations organisées sous sa houlette. Tandis qu’il est entouré d’un corps professoral éminent, il prépare des étudiants à la licence d’espagnol, et les incite à poursuivre leurs recherches par le moyen de bourses, de voyages en Espagne, qu’il obtient grâce à ses amitiés universitaires françaises et espagnoles. Il organise des conférences mensuelles destinées à un public plus large, fonde une revue trimestrielle Le courrier ibéroaméricain, dont la durée de vie atteindra les dix ans, et où sont publiés, dans l’esprit de Spes nostra, des articles de fond, des notes bibliographiques sur l’état de la recherche hispanique et les multiples activités du Centre de Recherches ibéroaméricaines qui, désormais, étend son champ d’études au Portugal et à l’Amérique Latine. Il est également à l’origine de la création de comités d’amitié hispanofrançais, établis de part et d’autre des Pyrénées, et qui constituent un réseau favorable au maintien des diverses activités du Centre. Parmi les membres de ces comités, on relève les noms de René Rémond, Jean Meyriat, José Antonio Maravall, Pedro Lain Entralgo, Julian Marias...31

35S’il faut mettre un terme à ce survol de l’activité pléthorique de Monseigneur Jobit, je dirais d’abord qu’il est un humaniste, un honnête homme à la hauteur de son temps, capable à bien des égards d’aller au-delà d’un conventionnalisme de bon ton. En effet, s’intéresser à la culture hispanique profane du début du XXe siècle, n’est pas courant chez un prêtre français. Elaborer une thèse d’Etat sur un courant de libre pensée est une gageure pour un prêtre catholique à cette époque. Savoir rester serein, voire rendre féconde la critique d’un système de valeurs que l’on défend, voilà une démarche courageuse dans ce tumultueux début du XXe siècle.

36On peut dire que très tôt, Monseigneur Jobit a pris conscience de la dichotomie qui déchirait l’Eglise catholique, et qu’Emile Poulat a magistralement rappelé récemment, celle du « débat sur les exigences chrétiennes devant la modernité et les exigences modernes devant le christianisme ». Sa thèse sur Les éducateurs de l’Espagne contemporaine a été pour Pierre Jobit l’occasion d’en mesurer l’importance et d’orienter son œuvre dans cette perspective. Ses nombreux ouvrages sur Sainte Thérèse d’Avila, Saint Thomas de Villeneuve, Saint Jean d’Avila, Alexandre VI Borgia, sa collection d’initiation à la culture hispanique, enfin son ouvrage sur L’Eglise d’Espagne à l’heure du Concile s’inscrivent dans cette prise de conscience.

37S’il fallait mettre un point final à cette évocation, Monseigneur Jobit lui-même terminerait par la phrase de Monseigneur Suhart qu’il mit en exergue du premier numéro du Courrier Ibéroaméricain :

« Votre tâche, penseurs chrétiens n’est pas de suivre mais de précéder [...]. Ne vous montrez pas trop timides. Mais défendez, exigez, imposez, au nom d’une science où personne ne devrait vous égaler, votre conception magistrale et libératrice du monde et de l’homme ».

38Après tout, les krausistes espagnols n’auraient certainement pas repoussé un tel credo, et Pierre Jobit, en tirant parti de leurs critiques, sut s’assigner la tâche de prendre en compte les exigences modernes devant le christianisme.

Notes

1 Ce Centre existe encore aujourd’hui, mais il a pris le large si l’on peut dire en devenant le CEFIAHMAR (Centre Franco-Ibéro-Américain d’Histoire Maritime) sous la direction de Monsieur Christian Buchet.

2 On pourra ici apprécier la clairvoyance et l’ouverture d’esprit de ce défenseur de la laïcité qu’était Jean Sarrailh, capable d’amener un ecclésiastique à la recherche dans le domaine hispanique.

3 Publié dans La Revue Internationale de Sociologie, avril 1931.

4 Pierre Paris (1859-1931), archéologue, membre de l’Ecole française d’Athènes, il fut l’organisateur et le premier directeur de la Casa de Velázquez à Madrid.

5 Tome I, Les krausistes, 291 p., Tome II, Lettres inédites de D. Julian Sanz del Rio publiées par Manuel de la Revilla, 171 p. Bibliothèque de l’Ecole des Hautes Etudes Hispaniques, fasc XIX, Paris 1936.

6 D’après José Andrés Gallego, au cours des années 30 se propagea déjà dans le monde catholique l‘idée qu’une bonne partie des instituteurs, y compris à la campagne, était gagnée par l’esprit libéral, laïciste et parfois anticlérical de l’institutionnisme in Histoire religieuse de l’Espagne, p. 129 et suivantes, éditions du Cerf, Paris 1998.

7 Karl, Christian, Friedrich Krause (1781-1832), épigone de Kant, sa philosophie se définissait comme un rationalisme harmonieux, professait un déisme chrétien se distinguant du panthéisme hégélien et dénommé pananthéisme. Sa pensée ne franchit guère le cercle restreint de quelques fervents initiés. Son œuvre principale, L’idéal de l’humanité fut traduite en espagnol par J. Sanz del Río en 1860.

8 Juliàn Sanz del Río (1814-1869), professeur à l’Université de Madrid, avait obtenu une bourse du gouvernement pour parfaire ses connaissances en philosophie. Conseillé par Ahrens, il suivit le cours des deux disciples de Krause, Roeder et Leonardi. A son retour en Espagne en 1844, il exposa la philosophie krausiste à l’Université de Madrid.

9 Fondé en 1876. Institution pédagogique privée créée comme alternative à l’université officielle après la mise à l’écart de leurs chaires de plusieurs professeurs krausistes. Elle regroupe la pensée progressiste libérale de l’époque. Elle eut une grande influence sur les groupes dirigeants de l’avant-guerre civile, et sur des institutions d’Etat d’Enseignement Supérieur comme la Junta para Ampliación de Estudios (Centre pour le développement des études universitaires). Dans son ouvrage sur L’Eglise d’Espagne à l’heure du Concile, (1965), Monseigneur Jobit ne peut s’empêcher de constater à regret qu’à l’époque, le seul enseignement libre en Espagne ne pouvait être que laïque (p. 49).

10 Fransico Giner de los Ríos (1839-1915), professeur de philosophie du droit à l’Université de Madrid. Disciple de Sanz del Río, il démissionne de sa chaire en 1875 et fonde l’Institut Libre d’Enseignement auquel il consacre toute son énergie, même après sa réhabilitation en 1881 à l’Université de Madrid.

11 Plus tard, Pierre Jobit fera le constat douloureux de l’échec de l’Eglise dans ce domaine : « Les cercles d’études, les excursions en montagne – quelle nouveauté pour le Madrilène d’alors ! – les colonies de vacances (en avance, celles-ci, de plus de quarante ans sur celles de l’Eglise, au début desquelles j’ai participé), tout cela tendait à faire un monde jeune et ardent, exempt du péché d’archaïsme qui me paraît, plus j’y pense, avoir été la seule faute – involontaire certes, mais combien grave dans ses conséquences ! – de l’Eglise d’Espagne de 1830 à 1930. » L’Eglise d’Espagne à l’heure du Concile, op. cit. p. 50.

12 Le dernier ouvrage de Joseph Pérez Histoire de l’Espagne, (1996) cite la thèse de Pierre Jobit comme premier ouvrage de référence sur le krausisme.

13 Les éducateurs de l’Espagne contemporaine, op. cit. T.I, p. 6.

14 Hommage à Monseigneur Jobit, Allocutions prononcées le 17/11/1972, Annie de Courlon, p. 13, Archives de l’Institut Catholique de Paris.

15 Notas sobre el moderno pensamiento español, Editorial Casa de la cultura ecuatoriana, Quito 1959, p. 24.

16 Ibid., p. 25

17 Ibid., p. 25

18 « Menéndez Pelayo, dira-t-il plus tard, ne fut-il pas finalement un de ceux qui, en 1889, reprocha à l’Eglise espagnole son faible intérêt pour une métaphysique large, pour l’exégèse, les sciences historiques ? » L’Eglise d’Espagne à l’heure du Concile, op. cit., p. 48.

19 Maurice Legendre, directeur de la Casa de Velázquez de 1940 à 1955.

20 Bulletin de l’Institut Français de Madrid, mars 1951.

21 « Aussi, dès avril 1943, ai-je dû, en liaison avec mon directeur et mes collègues, pour sauver l’honneur français et l'avenir de nos Institutions, pour obéir également à notre conscience, rompre avec le gouvernement de Vichy. Notre dissidence a été digne et, je le crois, courageuse. Vous avez pu constater, pièces en mains, que l’ennemi n’a pas cessé de me suivre du regard et plus encore que du regard ». Lettre dactylographiée de mars 1945 adressée à Monseigneur Bressolles (Archives de l’Institut Catholique de Paris).

22 Nous reprenons ici le témoignage de Monsieur l’abbé Tourvieille de Labrouhé, son neveu, que nous remercions tout particulièrement.

23 Notamment Monsieur Meyriat et Monsieur Raoux qui ont fait sa connaissance à Madrid à cette époque.

24 Cette revue se trouve à la Bibliothèque de la Casa de Velázquez qui nous en a facilité l’accès, ainsi que celui des archives de Maurice Legendre.

25 Archives de la Casa de Velázquez, dossier Maurice Legendre, carton no 20.

26 Publiée sous forme de cahier de 120 pages, la revue présente une série d’études, de critiques et de notes bibliographiques sur tous les problèmes de la pensée et de l’action catholiques en Espagne et en France.

27 La revue avait notamment reçu l’autorisation du gouvernement d’Alger le 15-11/1943 (Archives de la Casa de Velázquez, dossier Maurice Legendre, carton no 20).

28 Spes Nostra no 1, p. 6.

29 Maurice Legendre, dans une lettre à l’évêque Eijo y Garay du 26/4/1944, lui demande son intercession pour que l’abbé Jobit puisse prêcher la retraite de Carême à la paroisse Saint-Louis des Français. Ce dernier en serait empêché du fait du mécontentement de l’Ambassadeur de France, Charles Pietri, dépendant du gouvernement de Pétain, au sujet des propos tenus par l’abbé Jobit à Barcelone sur le rôle de l’Action catholique qui rejoignent ceux exprimés dans Spes Nostra (op. cit., carton no 20).

30 La revue avait reçu le soutien de Monseigneur Pla y Deniel, qui, à l’époque, avait protesté contre la suppression des syndicats et autres organismes professionnels catholiques en Espagne. L’abbé Jobit avait fait sa connaissance en 1932 à Avila, au temps où il conduisait la colonie de vacances de Saint Louis des Français, il l’appréciait tout particulièrement et vantait sa fermeté à l’égard du régime et de l’Etat (in L’Eglise d’Espagne à l’heure du Concile, op. cit., p. 103.

31 En 1951, le gouvernement espagnol reconnut l’intérêt de ces initiatives en conférant à l’abbé Jobit, la cravate de Commandeur de l’Ordre d’Isabelle la Catholique.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search