Version classiqueVersion mobile

1898 : littérature et crise religieuse en Espagne

 | 
Béatrice Fonck

L’église et l’éducation dans la crise de 1898

Jean-Louis Guereña

Texte intégral

  • 1 Alejandro Mayordomo Pérez, Iglesia, Estado y Educación (El debate sobre la Secularización escolar e (...)

1Le sous-développement éducatif de l’Espagne est souvent mis en avant à la suite du « désastre » de 1898 qui met l’Espagne à nu, face à elle-même, la déshabillant de ses dernières possessions coloniales. Il faut en effet chercher des explications à l’humiliante défaite et tenter de « régénérer » et de moderniser le pays. L’Education – une politique pédagogique d’envergure – apparaît alors à beaucoup comme la clé du problème. La création tardive d’un ministère spécifique de l’Instruction publique en 1900, accompagnée d’importantes réformes éducatives, semble ainsi marquer la volonté de l’Etat de s’engager dans cette voie et confirme de ce fait le processus de sécularisation amorcé au début du XIXe siècle1.

  • 2 Voir le bilan historiographique réalisé par Alejandro Tiana Ferrer, « La escuela privada », in Jean (...)

2Même si la place de la religion catholique reste largement fondamentale dans l’enseignement public, l’Eglise n’est plus à la fin du siècle qu’un des agents éducatifs – non négligeable certes et souvent à l’offensive-présents dans l’enseignement privé2. De plus, la fondation en 1876 par Francisco Giner de los Ríos (1840-1915) de l'Institution Libre d’Enseignement (Institución Libre de Enseñanza) va contribuer à diffuser un modèle pédagogique laïque alternatif, très présent au sein des réseaux de sociabilité républicains, anarchistes et socialistes, et entraînant par réaction une multiplication et une restructuration des multiples initiatives et réseaux éducatifs de l’Eglise en milieu populaire.

L'Église et la situation éducative à la fin du XIXe siècle

  • 3 La Loi d’instruction publique de 1857 précisait, dans son article 97, que les écoles publiques étai (...)
  • 4 Emilio La Parra López et Manuel Suárez Cortina (Eds.), El anticlericalismo español contemporáneo, M (...)

3Si la « querelle » public/privé (c’est-à-dire en fait religieux pour l’essentiel) et la question de la laïcité ne se posent pas dans les mêmes termes qu’en France3, il n’en demeure pas moins que le terrain éducatif est l’objet d’affrontements plus ou moins vifs en Espagne dès le début du XIXe siècle, voire même de la fin du XVIIIe, et qui s’accentuent à la fin du XIXe siècle et du début du XXe4. L’offre de l’enseignement privé confessionnel dépendra directement de l’attitude de l’Etat face à l’Eglise et de son engagement plus ou moins grand par rapport à l’éducation.

  • 5 Manuel Revuelta Gonzalez, La exclaustración (1833-1840), Madrid, Biblioteca de Autores Cristianos, (...)

4Il convient de rappeler en premier lieu le processus actif de sécularisation mené par l’Etat libéral après la mort de Ferdinand VII en 1833 et marqué en particulier par la politique des désamortissements, qui se traduit entre autres sous le gouvernement Mendizábal par la suppression d’ordres religieux en 1836-18375.

  • 6 Emilio La Parra López, El primer liberalismo y la Iglesia. Las Cortes de Cádiz, Prólogo : Antonio M (...)
  • 7 Jean-Louis Guereña, « Infancia y escolarización », op. cit., pp. 358-361 ; Jean-Louis Guereña et An (...)

5Mais dès les Cortes de Cadix (1810-1814) et le triennat libéral (1820-1823) qui marquent l’avènement du libéralisme en Espagne6, la volonté étatique de s’investir dans le secteur éducatif, jusque-là sphère d’influence privilégiée de l’Eglise, se fait jour avec force. Cette politique volontariste de scolarisation est affirmée après 1833 dans les lois scolaires de 1838 et de 1857 (plus communément appelée « Loi Moyano ») et mise en oeuvre – lentement et avec de grandes inégalités provinciales – avec la mise en place de l’Etat et de ses appareils périphériques après la création de la province comme unité administrative en 18337.

6L’Eglise catholique-qui, rappelons-le, n’avait pratiquement pas de concurrents dans le domaine religieux-était-elle donc en perte de vitesse sur le terrain éducatif ? Le lent processus sécularisateur l’a certes affectée, mais elle conserve encore des bases très solides. Le concordat de 1851, puis la loi sur les associations de 1886, ont en outre favorisé l’implantation d’ordres religieux, et globalement la période dite de la Restauration (1874-1902) offre une conjoncture favorable au développement de l’enseignement privé confessionnel. Mais, si le réseau éducatif de l’Eglise reste encore fort important dans la deuxième moitié du XIXe siècle, il n’est plus qu’un des agents éducatifs, certes en position dominante dans l’enseignement secondaire, alors réservé à une élite.

  • 8 Ministerio de Instrucción pública y Bellas Artes, Reseña geográfica y estadística de España publica (...)
  • 9 Eduardo Vincenti y Reguera, Politica pedagógica (Treinta años de vida parlamentaria), Madrid, Impre (...)

7Dans l’enseignement primaire par contre, les écoles privées catholiques sont globalement très largement minoritaires au début du XXe siècle (un peu plus de 5.000 en 1908 contre près de 25.000 pour les écoles publiques, soit cinq fois moins), et scolarisent environ 300.000 élèves sur un total d’un peu plus de deux millions d’enfants scolarisés, soit près de sept fois moins8. Mais, fait significatif, la tendance s’inverse dans les principaux centres urbains : Madrid compte ainsi en 1901 310 écoles privées contre 184 écoles publiques9. Et, d’autre part, l’assiduité est bien meilleure dans les écoles catholiques (plus de 90 % des inscrits) que dans les écoles publiques (moins de 75 %).

  • 10 M. Revuelta, V. Faubell, R. Hernandez et L. Galmés, R. Alberdi, R. M. Sanz de Diego, P. Gil, C. Lab (...)
  • 11 Anuario Estadístico de Instrucción Publica correspondiente al curso de 1899 a 1900 publicado por el (...)
  • 12 Comunidades religiosas existentes en España el dia 31 de Diciembre de 1900, s.l., s.ed., s.d., pp.  (...)
  • 13 Jean-Marc Delaunay, « Des réfugiés en Espagne : les religieux français et les décrets du 29 mars 18 (...)

8En fait, c’est l’enseignement secondaire qui est alors le fief de l’enseignement privé, et tout particulièrement des ordres religieux, comme les escolapios, ou les jésuites10. Ainsi, pour l’année scolaire 1899-1900, pour 59 lycées publics, l’on compte 504 collèges privés (qui combinent d’ailleurs bien souvent niveaux primaire et secondaire d’éducation, collèges privés et écoles publiques renvoyant ainsi à deux milieux sociaux)11. Presque tous ces établissements privés d’enseignement dépendent de congrégations religieuses. En 1900, plus du quart des religieuses (12.606 sur 42.826) dans 2.775 communautés se consacre ainsi à l’enseignement, et plus du tiers des religieux (4.698 sur 12.146) dans 540 communautés12. Augustins, carmélites, jésuites, salésiens, maristes... occupent le terrain d’autant plus facilement que selon un décret de 1892 leurs membres étaient dispensés de posséder un titre pour diriger et enseigner dans les collèges fondés par leurs congrégations. Au début du XXe siècle, la proportion de communautés religieuses se consacrant à l’enseignement tend à augmenter avec l’afflux de congrégations françaises provoqué par les mesures anticléricales du gouvernement français13.

  • 14 « La religion catholique, apostolique, romaine, est celle de l’Etat. La Nation s’engage à entreteni (...)

9N’oublions pas non plus que la place de la religion catholique (religion d’Etat selon la Constitution de 187614) reste fondamentale dans l’enseignement public (qui n’est donc pas laïque à la fin du siècle). Le catéchisme catholique fait en effet partie du « minimum culturel » des écoles primaires élémentaires :

  • 15 « Reglamento de las escuelas públicas de instrucción primaria elemental », 26-XI-1838, in Colección (...)

« Comme le but que doit se proposer le maître dans l’éducation des enfants n’est pas seulement de leur apprendre à lire, écrire et compter, mais aussi et surtout de les instruire dans les vérités de la religion catholique, il devra veiller à les leur faire connaître par des moyens appropriés, en les préparant par de bonnes habitudes et de sains principes à remplir leurs devoirs envers Dieu, envers les autres hommes et envers eux-mêmes, en ayant présent à l’esprit que sur ce point l’exemple est plus instructif que tout autre enseignement »15.

10La loi-cadre de 1857 l’inclut de même – et en premier lieu-comme matière de l’enseignement primaire élémentaire :

  • 16 Ley de Instrucción Pública, op. cit., art. 2, p. 3.

11« Premièrement. Catéchisme et notions d’Histoire sainte, adaptées aux enfants »16.

12Et il faut attendre en fait la Seconde République – et ce dès la Constitution de 1931 – pour voir la parution de lois favorisant la laïcité dans l’enseignement dans un contexte d’affrontements généralisés entre cléricaux et anticléricaux. Pourtant, face entre autres à la montée en puissance de l’Institution Libre d’Enseignement et de ses multiples réseaux d’influence à la fin du XIXe siècle (Franc-Maçonnerie, mouvements républicains...), l’Eglise sera amenée à restructurer son mouvement associatif et à renforcer son réseau éducatif.

La « crise » de 1898 et ses suites

13Pour grave que fut la perte de Cuba et des dernières colonies après le traité de Paris du 10 décembre 1898 qui mettait fin au conflit hispano-américain, elle n’était toutefois pas si catastrophique que cela sur le plan économique. Mais elle mettait largement à nu les faiblesses et les lacunes d’une Espagne encore peu et inégalement industrialisée. Quelles solutions fallait-il donc adopter pour moderniser, ou, comme on le répétait alors sans cesse, « régénérer » l’Espagne, la transformer en profondeur ? « Européaniser » l’Espagne, adopter simplement les modèles des pays les plus développés économiquement, et de quelle façon ?

14La « crise de 1898 », palpable en fait dès le début de la décade, révélait en effet au grand jour les carences de l’Espagne vis-à-vis des grandes puissances, anciennes ou nouvelles, et le thème de son retard culturel, de son sous-développement scientifique et technique, allait occuper alors en partie le devant de la scène :

  • 17 Joaquín Costa, « Conclusiones o programa de la Asamblea Nacional de Productores », 18-20 février 18 (...)

« Le problème de la régénération de l’Espagne est pédagogique autant ou plus qu’économique et financier, et appelle une transformation profonde de l’éducation nationale à tous niveaux »17.

15Pour grand nombre d’intellectuels et d’hommes politiques en cette fin de siècle, la question de l’Education, de l’Ecole pour l’essentiel, devint ainsi centrale, dans une sorte de kulturkampf à l’espagnole, sous l’influence notamment de l’Institution Libre d’Enseignement, et ce dès les signes avant-coureurs du « désastre », même dans les sphères officielles :

  • 18 Germán Gamazo, « Real decreto de 13 de Septiembre de 1898 reformando la segunda enseñanza », Anuari (...)

« Si le problème de l’éducation nationale a toujours été une question d’intérêt primordial, aujourd’hui, face au besoin impérieux que le pays ressent de restaurer ses forces pour se lancer avec confiance sur le chemin de l’avenir, la bonne solution de ce problème peut être, et l’est certainement, la base la plus solide de la régénération de l’Espagne tant souhaitée »18.

16Imitant en quelque sorte la réaction française après la débâcle de Sedan selon laquelle « le vainqueur de Sedan, c’est le maître d’école allemand », certains en vinrent tout naturellement à opposer deux écoles, deux systèmes d’enseignement représentatifs de deux mondes que tout opposait. Ainsi, Santiago Alba (1872-1946), dans son prologue à sa traduction de l’ouvrage d’Edmond Demolins au titre significatif (A quoi tient la supériorité des Anglo-Saxons ?), faisait-il de l’école nord-américaine le symbole d’un monde nouveau qui tout logiquement avait défait la vieille Espagne, tournée vers le passé :

  • 19 Santiago Alba y Bonifáz, « Prólogo. La obra de Demolins y España », in Edmundo Demolins, En qué con (...)

« L’Ecole yanquee, rationnelle, humaine, florissante, est celle qui a vaincu l’Ecole espagnole, primitive, routinière et pauvre »19.

  • 20 Angel Ganivet, Idearium español. El porvenir de España, Madrid, Biblioteca Nueva, 1996 1re éd., 189 (...)

17Il fallait donc se mettre au travail pour sortir l’Espagne de sa léthargie, réelle ou supposée, la fameuse « abulia » dénoncée déjà par Angel Ganivet (1865-1898)20. Et Rafael Altamira (1866-1951) se référait ainsi à la nouvelle responsabilité sociale qui attendait les intellectuels espagnols à l’automne 98 :

  • 21 Rafael Altamira, « La Universidad y el Patriotismo », in Universidad Literaria de Oviedo. Discurso (...)

« La responsabilité des éléments intellectuels, qui est toujours grande, l’est encore plus et de façon plus grave dans une nation arriérée et victime de l’aboulie comme la notre. La régénération [...] doit être l’oeuvre d’une minorité qui impulse les masses, les entraîne et les éduque »21.

  • 22 Yvonne Turin, « 1898, el desastre ¿fue una llamada a la educación ? », Revista de Educación, Madrid (...)

18Mais peut-on vraiment dire à cet égard que les retombées de 1898 donnèrent à l’Ecole les dimensions d’une véritable « question nationale »22 ? Certaines indications le laissent en effet penser, et au premier rang desquelles figure certainement la création tardive – par division du vieux ministère du Développement (Ministerio de Fomento) – d’un Ministère spécifique de l’Instruction Publique (Ministerio de Instrucción Pública y Bellas Artes) en 1900, deux ans donc après les événements de 98 et après un certain nombre de tentatives infructueuses en la matière. Mais les conditions concrètes de l’Ecole en Espagne ne favorisaient toutefois pas son développement, même si un mouvement politico-pédagogique relativement important faisait alors son apparition.

  • 23 Aniceto Sela, La Educación Nacional. Hechos e Ideas, Madrid, Librería General de Victoriano Suarez (...)
  • 24 Conde de Romanones, Las responsabilidades del antiguo régimen. De 1875 a 1923, Madrid, Renacimiento (...)

19Acteurs et témoins s’attachent en tout cas à reconnaître l’importance des années 1900 pour l’éducation, tant sur le plan des discours que des actes. « Il y eut un temps, à la suite du désastre de 1898 », explique ainsi Aniceto Sela (1863-1935), Professeur à l’Université d’Oviedo, « où l’on put apparemment concevoir quelque espérance au sujet de la réforme des vices traditionnels de notre politique pédagogique, face au réveil de ce que l’on appelle les forces vives du pays [...]. La pédagogie devint un temps un thème à la mode. Journaux, Chambres d’agriculture et de commerce, Parlement, Ministres, tous ceux qui par devoir, vocation ou métier se préoccupèrent plus ou moins de la régénération de la patrie, placèrent en tête de leurs programmes de grands changements et améliorations dans l’instruction publique »23. Alvaro de Figueroa y Torres, plus connu sous son titre de Comte de Romanones (1863-1950), et qui fut le deuxième ministre de l’Instruction publique après Garcia Alix (1852-1911), montre de son côté « comment les gouvernements et le parlement, reprenant les souhaits de l’opinion publique, ont consacré leurs efforts à modifier fondamentalement les bases de l’instruction et de la culture d’un peuple, et comment, surtout à partir de 1900, ont été atteints des progrès évidents et positifs »24.

  • 25 Julio Ruiz Berrio, « La rénovation pédagogique en Espagne de la fin du XIXe siècle à 1939 », Histoi (...)

20Sur le plan scolaire à proprement parler, il ne fait pas de doute que la création effective du Ministère de l’Instruction Publique et des Beaux Arts en 1900 a été à la fois l’un des effets de l’impulsion donnée à l’école à la fin du siècle et un facteur non négligeable d’autres innovations éducatives25. L’on peut d’ailleurs affirmer la même chose à propos de la création au sein de ce même ministère de la Direction générale de l’enseignement primaire en 1911, confiée alors à Rafael Altamira, l’un des partisans les plus convaincus des réformes éducatives qui devaient permettre des progrès concrets en matière de scolarisation et d’alphabétisation.

  • 26 Lorenzo Luzuriaga, El analfabetismo en España, 2e éd., Madrid, J. Cosano (Museo Pedagógico Nacional (...)
  • 27 Adolfo Posada, Política y Enseñanza, Madrid, Daniel Jorro, 1904, p. 6. En 1876, Laureano Figuerola (...)

21Car les bilans dressés dans la conjoncture de l’après-1898 continuent d’insister sur l’importance de l’analphabétisme toujours massivement présent dans la société espagnole. Ce que retiennent avant tout les « régérationnistes », ce sont les pourcentages globaux d’analphabètes (71.6 % en 1887, 63.8 % en 1900, 59.4 % en 191026) qui accusent le retard avec l’Europe développée et alphabétisée, c’est cette « chape de plomb » de près de douze millions d’analphabètes, frein au développement, obstacle au progrès, que dénonce entre autres Adolfo Posada (1860-1944), Professeur à l’Université d’Oviedo avant de rejoindre l’Institut des Réformes Sociales à Madrid27.

  • 28 En 1880, toutes écoles confondues, 1.2 millions d’enfants étaient accueillis gratuitement alors qu’ (...)

22La volonté de l’Eglise d’être présente partout ne pouvait lui laisser ignorer la masse d’enfants non scolarisés, et, par voie de conséquences, des adultes analphabètes. Bien sûr, les écoles catholiques accueillaient gratuitement un certain nombre d’enfants dont les familles étaient incapables de payer les dépenses d’éducation28. Mais surtout, dans le cadre d’une stratégie d’encadrement idéologique, qui a toujours été bien entendu la préoccupation des diverses autorités religieuses, mais plus précise devant la montée de la « question sociale » après 1871 et la Première Internationale, naîtront et se développeront une série d’initiatives multiples, toujours encouragées sinon promues directement par la hiérarchie ecclésiastique.

L’Église menacée ?

  • 29 Jean-Louis Guereña, « Les enquêtes sociales en Espagne au XIXe siècle : la Commission des réformes (...)
  • 30 Reformas sociales. Tomo III. Información oral y escrita practicada en virtud de la Real orden de 5 (...)

23L’enquête menée dans les années 1880 par la Commission des Réformes Sociales29, l’ancêtre du Ministère du Travail, révèle en effet une relative déchristianisation en milieu ouvrier susceptible d’inquiéter l’épiscopat espagnol. Les réponses à la question 53 sur la « culture religieuse » (« Si parmi les ouvriers dominent la piété ou l’impiété, la superstition ou l’indifférence ») apportent quelques témoignages sur la religiosité en milieu populaire sous la Restauration. La commission Valencienne des réformes sociales souligne ainsi que « l’indifférence domine, semble-t-il, parmi les ouvriers de cette ville »30.

  • 31 Juan José Castillo, El sindicalismo amarillo en España. Aportación al estudio del catolicismo socia (...)
  • 32 Sisinio Nevares, El patrono ejemplar. Una obra maestra de Acción Social, Madrid, Editorial « Razón (...)

24L’encyclique Rerum Novarum fixe en 1891 les bases de la doctrine sociale de l’Eglise en la plaçant dans une situation de reconquête. Se met donc en place une stratégie très nette de reconquête du monde du travail en particulier dans le domaine éducatif et culturel, mais pas uniquement certes, et ce dans le cadre d’idéologies et de pratiques de collaboration de classes, qui donneront lieu à la naissance de syndicats catholiques31. Cette stratégie rencontre bien entendu les visées patronales, et il suffit de mentionner ici l’activité du « patron exemplaire », Claudio López Bru, marquis de Comillas, figure essentielle pour le développement du catholicisme social en Espagne32.

  • 33 José María Hernandez Díaz, « Ofensiva escolar de la Iglesia en Avila (1897-1931) », in Jean-René Ay (...)
  • 34 Manuel Ibánez Molina, « Beneficencia y promoción en la sociedad española de la segunda mitad del si (...)
  • 35 Reglamento del Círculo Católico de Obrero, Alcoy, José Montelor, 1872, 16 p. ; Emilio La Parra, « E (...)
  • 36 P. Antonio Vicent, Socialismo y Anarquismo. La Encíclica de Nuestro Santísimo Padre León XIII « De (...)

25Et l’on peut bien parler d’une offensive tous azimuths de l’Eglise dans le domaine éducatif, particulièrement en direction des classes populaires33. Le mouvement qui a démarré dès la monarchie d’Isabelle II, avec les Ecoles dominicales fondées à l’initiative du jésuite Mariano Cortés et de la duchesse de Humanes en 1857 et toujours en activité sous la Restauration34, se structure ensuite sous le sexenio revolucionario (1868-1874) avec le premier Cercle d’ouvriers à l’image de ceux fondés en France, celui d’Alcoy35, puisqu’il semble bien que le fameux cercle de Manresa fondé par le Père Vicent en 1864-1865 n’aurait été qu’un simple centre d’enseignement36.

  • 37 José Andrés-Gallego, Pensamiento y acción social de la Iglesia en España, Madrid, Espasa-Calpe, 198 (...)

26Sous la Restauration, le réseau associatif catholique en milieu populaire se densifie avec la constellation de cercles catholiques créés ou inspirés par le Père Vicent, mais pas seulement37. L’Eglise devient ainsi un centre promoteur important d’éducation populaire dans le cadre d’un réseau capillaire et multiforme d’associations, même si l’on peut distinguer clairement des modèles. Certains cercles (Valladolid, Burgos, Valence notamment) servirent clairement d’exemples à suivre.

  • 38 Calendario de la familia para 1897, Madrid, Imprenta de San Francisco de Sales, 1896, p. 165 (in fi (...)

27Le couple instruction/éducation y fonctionne bien dans le sens socialisation/moralisation souhaité par les partisans de la discipline sociale. L’Association protectrice des jeunes artisans (Asociación protectora de artesanos jóvenes) se propose ainsi comme objectifs de « moraliser, protéger et instruire l’ouvrier »38. Le Règlement du Centre scolaire dominical d’ouvriers de Pampelune (Centro escolar dominical de obreros de Pamplona) développe clairement la « mission » des écoles pour adultes :

« L’on ne peut mettre en doute l’importance des écoles pour adultes et leur influence positive dans l’amélioration des moeurs publiques : elles viennent appuyer l’instruction primaire, compléter l’éducation populaire [...].

  • 39 Reglamento orgánico del Centre escolar dominical de obreros de Pamplona y de sus Cajas de Ahorros y (...)

Voilà la mission capitale des écoles pour adultes, qui non seulement veillent à ce que le jeune artisan acquière cet ensemble de connaissances qu’il peut utiliser pour se consacrer avec profit à son métier, mais qui lui inculquent également les sentiments de moralité, honnêteté, travail et économie à même d’en faire un bon fils et un bon père au sein de la famille, et un bon citoyen dans la société »39.

  • 40 Estadística de las corporaciones católico-obreras de España en el año de 1900formada por el Consejo (...)
  • 41 Contestaciones al interrogatorio formulado por la Comisión de Reformas Sociales sobre la limitación (...)

28L’on pourrait multiplier les exemples. Il est certain en tout cas que ces institutions, quelle que soit leur dénomination (Cercle, Patronage, Institut...) offrent un enseignement adapté à un public populaire enfant ou adulte. Réseau multiforme mais structuré, dépendant de circonstances et de personnalités locales, le mouvement associatif catholique se présente cohérent à travers la variété d’associations. Il influence quelques dizaines de milliers de membres et regroupe des centaines d’associations qui s’insèrent dans les réseaux de sociabilité populaire qui irriguent la vie sociale de l’Espagne de la Restauration. La structuration d’un mouvement associatif populaire est en effet un enjeu non négligeable. Ainsi pour les Asturies, à côté des catholiques (8 cercles ouvriers avec 3.828 membres en 1900)40, républicains et patronat s’en préoccupent activement, en dehors bien sûr des organisations ouvrières et philanthropiques qui couvrent totalité ou partie du même champ (secours, coopérative, instruction, loisirs, culture)41.

  • 42 Estadística de las corporaciones católico-obreras, op. cit., pp. 63-64 (résumé), 40-57 (diocèse de (...)
  • 43 Boletín del Consejo Nacional de las Corporaciones Católico-Obreras, II, no 5, 1897, p. 3.
  • 44 Instituto de Reformas Sociales, Estadística de la Asociación Obrera en 1o de Noviembre de 1904, Mad (...)
  • 45 Estadística de las Asociaciones Católicas de Obreros de España en 1o de mayo de 1907publicada por e (...)

29En 1900, la statistique dressée par le Conseil National des Corporations Catholico-Ouvrières pour toute l’Espagne évalue le nombre de cercles à 150, à quoi il faut ajouter 15 associations, 26 patronages, 12 écoles pour adultes indépendantes..., et le nombre des ouvriers concernés à plus de 76.000, mais il faudrait tenir compte en plus des « socios protectores ». Le diocèse de Valence reste un bastion avec 40 cercles comptant plus de 21.000 membres42. Le Bulletin du Conseil National des Corporations Catholico-Ouvrières fixe pour sa part en 1897 le nombre de cercles à 22543. La statistique de l’association ouvrière établie par le tout jeune Institut des Réformes Sociales en 1904 note quant à elle seulement 67 associations catholiques (essentiellement des cercles catholiques d’ouvriers), et près de 32.000 membres44. Manifestement sous-évaluée, l’association catholique en milieu ouvrier retrouve sa force avec la statistique du Conseil National des Corporations Catholico-Ouvrières de 1907 avec 254 cercles et 26 patronages45.

  • 46 Emilio La Parra López et Manuel Suárez Cortina (Eds.), El anticlericalismo español contemporáneo, o (...)

30Peut-on donc parler d’une crise de l’Eglise, voire d’une crise religieuse après 1898 ? Il ne fait pas de doute que l’anticléricalisme, animé principalement par les républicains, libre-penseurs et franc-maçons, développe alors une forte campagne qui atteindra son apogée avec la Semaine tragique de Barcelone et la célèbre Affaire Ferrer46.

  • 47 Estadística escolar de España en 1908, Madrid, Ministerio de Instrucción Pública y Bellas Artes, 19 (...)
  • 48 Teódulo García Regidor, « La actitud de la Iglesia española ante la política educativa del Estado y (...)

31Sur le terrain éducatif, un modèle pédagogique novateur, alternatif au modèle religieux toujours dominant, développe activement les idées de laïcité, de mixité et de rationalisme, sur la base des positions défendues par Giner et ses amis, et les écoles laïques ou neutres -l’anti-modèle des écoles confessionnelles – commencent à fleurir un peu partout. Un total de 107 écoles laïques – manifestement inférieur à la réalité – est ainsi recensé par la statistique scolaire de 190847. Mais l’Eglise n’en semble pas prendre la mesure et se montre incapable, dans son obstination à ne considérer que la lutte contre les idées institutionnistes, de voir un seul des aspects positifs de ce mouvement éducatif novateur48.

  • 49 Pedro Álvarez Lázaro, « Masonería y enseñanza laica durante la Restauración española », Historia de (...)
  • 50 Jean-Louis Guereña, « Las Casas del Pueblo y la educación obrera a principios del siglo XX », Hispa (...)
  • 51 Enrique Bernad Royo, Catolicismo y laicismo a principios de siglo (Escuelos Laicas y católicas en Z (...)

32Au début du XXe siècle, franc-maçons49, républicains, anarchistes et socialistes tentent donc d’implanter avec plus ou moins de succès des réseaux éducatifs et culturels parallèles (au sein d’Athénées populaires, de Maisons du Peuple...50) que le mouvement associatif catholique dans son ensemble essaiera de concurrencer51. Mais les positions de l’Eglise au sein même de l’enseignement officiel demeurent encore privilégiées (contenus éducatifs, manuels scolaires...). Les choses évolueront certes avec la conquête de l’appareil d’Etat par républicains et socialistes et la transformation du système éducatif national sous la IIe République.

Notes

1 Alejandro Mayordomo Pérez, Iglesia, Estado y Educación (El debate sobre la Secularización escolar en España 1900-1913), Valencia, Ediciones Rubio Esteban, 1982, 134 p. ; Teódulo García Regidor, La polémica sobre la secularización de la enseñanza en España (1902-1914), Prólogo de María Angeles Galino, Madrid, Fundación Santa María-Instituto Domingo Lázaro (Universidad Pontificia de Comillas), 1985, 413 p. ; Manuel de Puelles Benitez, « Secularización y enseñanza en España (1874-1917) », in José Luis García Delgado (Ed.), España entre dos siglos (1875-1931). Continuidad y cambio. VII Coloquio de Historia Contemporánea de España, Madrid, Siglo XXI, 1991, pp. 192-213.

2 Voir le bilan historiographique réalisé par Alejandro Tiana Ferrer, « La escuela privada », in Jean-Louis Guereña, Julio Ruiz Berrio, Alejandro Tiana Ferrer (Eds.), Historia de la Educación en la España contemporánea. Diez años de investigation, Madrid, C.I.D.E. (Investigación, 92), 1994, pp. 117-139. Parmi les publications postérieures, il convient de signaler l’ouvrage de Bernabé Bartolomé Martínez (Ed.), Historia de la acción educadora de la Iglesia en España. II Edad Contemporánea, Madrid, Biblioteca de Autores Cristianos, 1997, XX-1024 p.

3 La Loi d’instruction publique de 1857 précisait, dans son article 97, que les écoles publiques étaient « celles qui s’appuient pour tout ou partie sur des fonds publics, des oeuvres pies ou d’autres fondations destinées à cet effet », et, dans son article 148, qu’étaient « des établissements privés ceux qui sont financés et dirigés par des personnes privées, des associations ou des corporations » (Ley de Instrucción Pública sancionada por S.M., 9-IX-1857, Madrid, Imprenta Nacional, 1859, pp. 37 et 148). Sur le problème de la distinction entre école publique et école privée, voir Jean-Louis Guereña, « Infancia y escolarización », in José María Borrás Llop (Ed.), Historia de la infancia en la España contemporánea 1834-1936, Madrid, Ministerio de Trabajo y Asuntos Sociales-Fundación Germán Sánchez Ruipérez, 1996, pp. 361-364.

4 Emilio La Parra López et Manuel Suárez Cortina (Eds.), El anticlericalismo español contemporáneo, Madrid, Biblioteca Nueva, 1998, pp. 185-197.

5 Manuel Revuelta Gonzalez, La exclaustración (1833-1840), Madrid, Biblioteca de Autores Cristianos, 1976, XXIII-503 p. ; Vicente Cárcel Ortí, « El liberalismo en el poder (1833-68) », in Ricardo García Villoslada (Ed.), Historia de la Iglesia en España. V La Iglesia en la España contemporánea (1808-1975), Madrid, Biblioteca de Autores Cristianos, 1979, pp. 115-225.

6 Emilio La Parra López, El primer liberalismo y la Iglesia. Las Cortes de Cádiz, Prólogo : Antonio Mestre Sanchis, Alicante, Instituto de Estudios Juan Gil-Albert, 1985, 320 p. ; Manuel Revuelta González, Política religiosa de los liberales en el siglo XIX. Trienio constitucional, Madrid, C.S.I.C. (Escuela de Historia Moderna), 1973, XV-515 p.

7 Jean-Louis Guereña, « Infancia y escolarización », op. cit., pp. 358-361 ; Jean-Louis Guereña et Antonio Viñao Frago, Estadística escolar, Proceso de escolarización y Sistema educativo nacional en España (1750-1850), Barcelona, E.U.B. (Psicología y Educación, 26), 1996, pp. 105-201.

8 Ministerio de Instrucción pública y Bellas Artes, Reseña geográfica y estadística de España publicada por la Dirección general del Instituto Geográfico y Estadístico, Madrid, Talleres del Instituto Geográfico y Estadístico, t. III, 1914, pp. 356-357.

9 Eduardo Vincenti y Reguera, Politica pedagógica (Treinta años de vida parlamentaria), Madrid, Imprenta de los Hijos de M. G. Hernández, 1916, p. 191.

10 M. Revuelta, V. Faubell, R. Hernandez et L. Galmés, R. Alberdi, R. M. Sanz de Diego, P. Gil, C. Labrador, « Ordenes religiosas docentes », in Buenaventura Delgado Criado (Ed.), Historia de la Educación en España y América. Volumen 3 La Educación en la España contemporánea (1789-1975), Madrid, Ediciones SM-Morata, 1994, pp. 87-109,291-327 et 568-599 ; Vicente Faubell, « Los escolapios, dominicos, carmelitas, maristas, lasalianos, agustinos y marianistas », et Manuel Revuelta González, « Los jesuitas (1815-1976) », in Bernabé Bartolomé Martínez (Ed.), Historia de la acción educadora de la Iglesia en España, op. cit., 1997, pp. 388-448 et 449-471. Voir aussi Manuel Revuelta, « Fundación de colegios de jesuitas en la España contemporánea », Miscelánea Comillas, no 44, 1986, pp. 175-199, Vicente Faubell Zapata, Acción educativa de los Escolapios en España (1733-1845), Madrid, Fundación Santa María-Instituto Domingo Lázaro (Universidad Pontificia de Comillas), 1987, 661 p., et Ana Yetano Laguna, La enseñanza religiosa en la España de la Restauración (1900-1920), Barcelona, Anthropos, 1988, 410 p.

11 Anuario Estadístico de Instrucción Publica correspondiente al curso de 1899 a 1900 publicado por el Consejo de Instrucción Pública, Madrid, Joaquín Baquedano, 1901, pp. 337 et 368-369.

12 Comunidades religiosas existentes en España el dia 31 de Diciembre de 1900, s.l., s.ed., s.d., pp. 161 et 202-205. Voir Angel Marvaud, L’Espagne au XXe siècle. Etude politique et économique, Paris, Librairie Armand Colin, 1913, p. 170, n. 1.

13 Jean-Marc Delaunay, « Des réfugiés en Espagne : les religieux français et les décrets du 29 mars 1880 », Mélanges de la Casa de Velázquez, Madrid, t. XVII, 1981, pp. 291-319, et « De nouveau au sud des Pyrénées : congrégations françaises et refuges espagnols, 1901-1914 », Ibid., t. XVIII/I, 1982, pp. 259-287.

14 « La religion catholique, apostolique, romaine, est celle de l’Etat. La Nation s’engage à entretenir le culte et ses ministres » (Constitution de 1876, art. 12, in Marcelo Martínez Alcubilla, Diccionario de la administración española, 5e éd., t. III, Madrid, 1892, p. 357).

15 « Reglamento de las escuelas públicas de instrucción primaria elemental », 26-XI-1838, in Colección de Reales Decretos, Ordenes y Reglamentos relativos a la Instrucción primaria, elemental y superior desde la publicación de la Ley de 21 de julio de 1838, Madrid, Imprenta de la Va de Perinat y Compañía, 1850, p. 18.

16 Ley de Instrucción Pública, op. cit., art. 2, p. 3.

17 Joaquín Costa, « Conclusiones o programa de la Asamblea Nacional de Productores », 18-20 février 1899, in Reconstitución y europeización de España. Programa para un partido nacional. Publicalo el « Directorio » de la Liga Nacional de Productores, Madrid, Imprenta de San Francisco de Sales, 1900, p. 92.

18 Germán Gamazo, « Real decreto de 13 de Septiembre de 1898 reformando la segunda enseñanza », Anuario Legislativo de Instrucción Pública correspondiente a 1898 publicado por la Inspección General de Enseñanza, Madrid, Joaquín Baquedano, 1899, p. 121.

19 Santiago Alba y Bonifáz, « Prólogo. La obra de Demolins y España », in Edmundo Demolins, En qué consiste la superioridad de los anglo-sajones, Versión española, prólogo y notas de –, Madrid, Librería de Victoriano Suárez, 1899, p. XXXI.

20 Angel Ganivet, Idearium español. El porvenir de España, Madrid, Biblioteca Nueva, 1996 1re éd., 1897, pp. 138-144.

21 Rafael Altamira, « La Universidad y el Patriotismo », in Universidad Literaria de Oviedo. Discurso leído en la solemne apertura del curso académico de 1898 a 1899por el doctor D. Rafael Altamira, Catedrático numerario de Historia del Derecho, Oviedo, Establecimiento tipográfico de Adolfo Brid, 1898, p. 55.

22 Yvonne Turin, « 1898, el desastre ¿fue una llamada a la educación ? », Revista de Educación, Madrid, no 240, Septembre-Octobre 1975, pp. 23-30 ; Alberto del Pozo Pardo, « Αñο 1898 : Llamada de esperanza a una regeneración pedagógica de España », Revista Española de Pedagogía, Madrid, no 140, Avril-Juin 1978, pp. 103-116 ; Buenaventura Delgado, « La Generación del 98 y la educación española », Revista de Educación, Madrid, Monográfico 1997 [La Educación y la Generación del 98], pp. 11-31 ; Jean-Louis Guereña, « Les institutions du culturel. Politiques éducatives », in C. Serrano et S. Salaün (Eds.), 1900 en Espagne (Essai d’histoire culturelle), Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux (Collection de la Maison des Pays Ibériques, 36), 1988, pp. 47-66, et « La educación, ; « cuestión nacional » después del 98 ? », Crisol, Paris, no 2 [1898 : Entre Literatura e Historia], 1998, pp. 165-177.

23 Aniceto Sela, La Educación Nacional. Hechos e Ideas, Madrid, Librería General de Victoriano Suarez (Biblioteca de Derecho y de Ciencias Sociales), p. 7.

24 Conde de Romanones, Las responsabilidades del antiguo régimen. De 1875 a 1923, Madrid, Renacimiento, s.d., p. 217.

25 Julio Ruiz Berrio, « La rénovation pédagogique en Espagne de la fin du XIXe siècle à 1939 », Histoire de l’Education, Paris, no 78, Mai 1998 [L’enseignement en Espagne XVIe-XXe siècles], pp. 133-165.

26 Lorenzo Luzuriaga, El analfabetismo en España, 2e éd., Madrid, J. Cosano (Museo Pedagógico Nacional), 1926, 88 p.

27 Adolfo Posada, Política y Enseñanza, Madrid, Daniel Jorro, 1904, p. 6. En 1876, Laureano Figuerola parlait de « plaie sociale » (Laureano Figuerola, Discurso leído en la sesión inaugural, el 29 de Octubre de 1876 por el Excmo. Sr. D. Memoria, Bases y Estatutos, Junta Directiva y Facultativa. Cuadros de las enseñanzas. Lista de Sres. Accionistas. Donativos, Madrid, Institución Libre de Enseñanza, s.d. [1876], p. III).

28 En 1880, toutes écoles confondues, 1.2 millions d’enfants étaient accueillis gratuitement alors qu’1.7 payaient une contribution (Reseña Geográfica y Estadística de España por la dirección General del Instituto Geográfico y Estadístico, Madrid, imprenta de la Dirección General del Instituto Geográfico y Estadístico, 1888,, 1888, pp. 348-349).

29 Jean-Louis Guereña, « Les enquêtes sociales en Espagne au XIXe siècle : la Commission des réformes sociales », Le Mouvement Social, Paris, no 148, Juillet-Septembre 1989, pp. 99-104.

30 Reformas sociales. Tomo III. Información oral y escrita practicada en virtud de la Real orden de 5 de diciembre de 1883. Valencia, Madrid, Imp. de Manuel Minuesa de los Ríos, 1891, p. 87.

31 Juan José Castillo, El sindicalismo amarillo en España. Aportación al estudio del catolicismo social español (1912-1923), Madrid, Edicusa, 1977, 297 p.

32 Sisinio Nevares, El patrono ejemplar. Una obra maestra de Acción Social, Madrid, Editorial « Razón y Fe » (Biblioteca « Fomento Social »), 1935, 275 p.

33 José María Hernandez Díaz, « Ofensiva escolar de la Iglesia en Avila (1897-1931) », in Jean-René Aymes, Eve-Marie Fell, Jean-Louis Guereña (Eds.), Ecole et Eglise en Espagne et en Amérique latine -Aspects idéologiques et institutionnels, Tours, Publications de l’Université de Tours (Série « Etudes Hispaniques », vol. VIII-IX), pp. 245-263 ; Jean-Louis Guereña, « L’Eglise et l’Education populaire à la fin du XIXe siècle », Ibid., pp. 281-295.

34 Manuel Ibánez Molina, « Beneficencia y promoción en la sociedad española de la segunda mitad del siglo XIX. Notas y datos acerca de las asociaciones de las escuelas dominicales », Anuario de Historia Moderna y Contemporánea, Granada, Universidad de Granada, nos 2-3, 1975-76, pp. 483-496. 225 écoles dominicales sont en fonctionnement en 1880 et accueillent 20.150 élèves (Resena Geográfica y Estadística, 1888, op. cit., pp. 325 et 341). En 1905, une autre source indique un total de 182 écoles et 19.878 élèves (Estado de las Escuelas dominicales de Madrid y sus afiliadas en el añο 1905, Madrid, Imp. Del Asilo de Huérfanos del S.C. de Jesús, 1905, p. 51).

35 Reglamento del Círculo Católico de Obrero, Alcoy, José Montelor, 1872, 16 p. ; Emilio La Parra, « El Circulo Católico de Obreros de Alcoy y la « cuestión social » (1872-1912 », Suite de la note 35. Questions Valencianes, Valencia, no 1, 1979, pp. 237-254, « El Círculo de Obreros de Alcoy (1872-1912) », Miscelánea Comillas, t. XXXVIII, 1980, no 73, pp. 267-296, « La primera organización de un Circulo Obrero (El Reglamento de 1872 del Círculo de Alcoy) », Anales Valentinos, Valencia, vol. VII, nos 14, 1981, pp. 243-254, « La ayuda económica al obrero en un Circulo católico (La actividad mutualista del de Alcoy de 1872 a 1908) », Revista de Fomente Social Madrid, t. XXXVI, nos 144, Octobre-Décembre 1981, pp. 441-454.

36 P. Antonio Vicent, Socialismo y Anarquismo. La Encíclica de Nuestro Santísimo Padre León XIII « De Conditione Opificum » y los Circulas de Obreros católicos, Valencia, Imprenta de José Ortega, 1893, p. 483, nos 1 ; Montserrat Llorens, « El P. Antonio Vicent S.I. (1837-1912). Notas sobre el desarrollo de la acción social católica en España », Estudios de Historia Moderna, Barcelona, t. IV, 1954, p. 396 ; José Andrés-Gallego, « Los Círculos de Obreros (1864-1887) », Hispania Sacra, t. XXIX, nos 57-58, 1976, pp. 4-6.

37 José Andrés-Gallego, Pensamiento y acción social de la Iglesia en España, Madrid, Espasa-Calpe, 1984, pp. 159-217 ; Cándido Ruiz Rodrigo, Catolicismo social y Educación. La formación del proletariado en Valencia (1891-1917), Valencia, Facultad de teología San Vicente Ferrer, 1982, pp. 149-240 ; Luis Palacios Bañuelos, Círculos de obreros y sindicatos agrarios en Córdoba (1877-1923), Córdoba, Instituto de Historia de Andalucía, 1985, 232 p.

38 Calendario de la familia para 1897, Madrid, Imprenta de San Francisco de Sales, 1896, p. 165 (in fine, « Patronatos y Círculos católico-obreros de Madrid »).

39 Reglamento orgánico del Centre escolar dominical de obreros de Pamplona y de sus Cajas de Ahorros y Socorros, Pamplona, Imprenta de Nicolás Marcelino, 1894, pp. 3-4 (Le Règlement est approuvé par le gouverneur civil en 1881, et cette introduction est datée de 1883). Voir José Andrés-Gallego, « Sobre el inicio de la política obrera contemporánea de Navarra, 1855-1916 », Principe de Viana, Pamplona, t. 39, nos 150-151, 1978, pp. 341-256 (inclut en appendice le Règlement du Centre Escolar Dominical d’après El obrero católico des 18 et 25-IV-1883), et fournit des renseignements sur l’origine professionnelle de ses membres en 1883 et 1894 d’après El obrero católico (6-II-1884) et La Avalancha (24-V-1895).

40 Estadística de las corporaciones católico-obreras de España en el año de 1900formada por el Consejo nacional de las mismas, Madrid, Imprenta de la Viuda e hijos de López Camacho, 1900, pp. 23-25.

41 Contestaciones al interrogatorio formulado por la Comisión de Reformas Sociales sobre la limitación de las horas de trabajo y extracto de los datos y observaciones referentes al grupo XIII del cuestionario de 1884, Horas de Trabajo, que se encuentran en la información practicada en ese año, Madrid, Manuel Minuesa de los Ríos, impresor, 1891, pp. 52-60 ; Francisco Erice Sebares, La burguesía industrial asturiana (1885-1920). Aproximación a su estudio, Gijón, Silverio Cañada (Biblioteca Julio Somoza, 1), 1980, pp. 181-199. Voir Jean-Louis Guereña, « Una aproximación a la sociabilidad popular : el caso de Asturias bajo la Restauración (1875-1900) », Estudios de Historia Social, Madrid, no 50-51, Juillet-Décembre 1989, pp. 201-222.

42 Estadística de las corporaciones católico-obreras, op. cit., pp. 63-64 (résumé), 40-57 (diocèse de Valence, 55 localités). Les diocèses de Cordoue, Cadix et Málaga manquent, et en outre celui de Cuenca est manifestement sous-évalué (30 membres seulement). Voir Victor Manuel Arbeloa, « Organizaciones Católico-obreras españolas tras la Rerum Novarum (1891) », Revista de Fomente Social, Madrid, t. XXIX, nos 116, 1974, pp. 407-415.

43 Boletín del Consejo Nacional de las Corporaciones Católico-Obreras, II, no 5, 1897, p. 3.

44 Instituto de Reformas Sociales, Estadística de la Asociación Obrera en 1o de Noviembre de 1904, Madrid, Imprenta de la Sucesora de M. Minuesa de los Ríos, 1907, pp. 287-288.

45 Estadística de las Asociaciones Católicas de Obreros de España en 1o de mayo de 1907publicada por el Consejo Nacional de las mismas, Madrid, Tip. del Sagrado Corazón, 1907, 32 p.

46 Emilio La Parra López et Manuel Suárez Cortina (Eds.), El anticlericalismo español contemporáneo, op. cit., pp. 153-185.

47 Estadística escolar de España en 1908, Madrid, Ministerio de Instrucción Pública y Bellas Artes, 1909-1910, vol. I, p. 1057.

48 Teódulo García Regidor, « La actitud de la Iglesia española ante la política educativa del Estado y el fenómeno de la secularización docente. La segunda mitad del siglo XIX y el siglo XX », in Bernabé Bartolomé Martínez (éd.), Historia de la acción educadora de la Iglesia en España, op, cit., 1997, p. 150.

49 Pedro Álvarez Lázaro, « Masonería y enseñanza laica durante la Restauración española », Historia de la Educación, Salamanca, no 2, 1983, pp. 345-352 ; José A. Ferrer Benimeli, « La escuela laica, lugar de enfrentamiento entre la masonería y la Iglesia en España (1868-1930) », in Ecole et Eglise en Espagne et en Amérique latine, op. cit., 1988, pp. 195-222.

50 Jean-Louis Guereña, « Las Casas del Pueblo y la educación obrera a principios del siglo XX », Hispania, Madrid, vol. LI, no 178, Mai-Août 1991, pp. 645-692.

51 Enrique Bernad Royo, Catolicismo y laicismo a principios de siglo (Escuelos Laicas y católicas en Zaragoza), Zaragoza, Excmo. Ayuntamiento de Zaragoza, 1985, 109 p.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search