Version classiqueVersion mobile

1898 : littérature et crise religieuse en Espagne

 | 
Béatrice Fonck

Intransigeance et ouverture dans la hiérarchie catholique espagnole au tournant du siècle

Josefina Cuesta

Note de l’éditeur

Josefina Cuesta est l’auteur d’ouvrages sur la politique sociale et religieuse contemporaine, notamment :
Una esperanza para los trabajadores : Las relaciones entre España y la O.I.T. 1919-1939, C.E.S. Madrid 1994.

Texte intégral

1L’Eglise catholique espagnole, dans son ensemble, passe, à juste titre, pour rigide et conservatrice ; c’est ce que remarque fort justement Emile Poulat, même si au cours des siècles on relève des contrastes et des tensions entre ceux pour qui la foi est une aventure intérieure, et ceux qui privilégient la dimension politique et sociale de la croyance.

2Au tournant du siècle, le conflit colonial exaspère les positions, et la guerre de Cuba et des Philippines en vient à jouer un rôle de catalyseur dans la bataille antilibérale qu’une bonne partie des catholiques continue de mener au début du XIXe siècle. Cependant, des signes d’une timide maturation sociale apparaissent chez quelques représentants de l’épiscopat.

  • 1 Revue fondée en 1852 par le professeur d’université León Carbonero y Sol, elle peut être considérée (...)
  • 2 Julián Casañas (1834-1908), né à Barcelone, orphelin dès sa prime jeunesse, il fit ses études au sé (...)
  • 3 Ciriaco Sancha y Hervas (1833-1909), natif de la province de Burgos, fit de brillantes études à Sal (...)

3Le dépouillement de La Cruz1 permettra de mettre en parallèle les positions de la plupart des évêques, bien synthétisées par les déclarations du Cardinal Casañas, évêque d’Urgel2 et celles des rares voix divergentes, en particulier celle du Cardinal Sancha, archevêque de Tolède3.

4D’un point de vue général, l’opinion catholique, dans sa majorité, continue à défendre vigoureusement l’alliance du Trône et de l’Autel. En somme, l’intransigeance monarchique incarnée par le carlisme demeure, semble-t-il, l’idéal le mieux adapté au maintien de cette « chrétienté » que le libéralisme avait profondément déstabilisée. La monarchie parlementaire du moment, fondée sur le bipartisme, reste un régime importé de l’étranger, facteur déstructurant de l’« Espagne catholique », toujours considérée comme le rempart de la catholicité en Europe. D’autre part, la capacité de décision, le sens des responsabilités de la monarchie traditionnelle sont comparés au comportement d’une monarchie parlementaire jugée politiquement irresponsable, car dépendant de volontés ministérielles contradictoires.

5Cette aversion pour la monarchie parlementaire n’empêche pas pour autant l’Eglise espagnole de se rallier majoritairement au Gouvernement. L’épiscopat applique ainsi à la lettre les volontés de la Reine, le régente Marie Christine qui demande l’organisation de services funèbres dans tous les diocèses après l’assassinat en 1897 du premier ministre conservateur Cánovas.

6En fait, les revues catholiques ne voient pas d’un mauvais œil la monarchie anglaise, parlementaire certes, mais stable et attachée aux traditions. La troisième République française étant, au contraire, l’objet d’une condamnation sans appel. Le régime français, champion de la sécularisation et du laïcisme, incarne la disparition de ce que certains auteurs appellent « le temps religieux » au bénéfice d’un « temps laïque ». L’amalgame entre République et franc-maçonnerie se fait tout naturellement. La plupart des revues ne s’occupent guère de l’affaire Dreyfus ; seule La ciudad de Dios, revue des Augustins, particulièrement attentive aux questions d’actualité, s’y intéresse et dénonce les déficiences du régime républicain français ainsi que tous les méfaits du libéralisme.

7L’instauration progressive des libertés, la sécularisation et la laïcisation relatives qui apparaissent dans la société espagnole sont évidemment au centre des débats.

8Les attaques contre les Ordres religieux autour de 1835, puis la législation de Mendizábal confisquant les propriétés de l’Eglise avaient remis en cause les fondements idéologiques de l’Eglise et ses structures économiques, et cette confrontation sanglante restait bien gravée dans la mémoire ecclésiastique de la fin du siècle, bien que le Concordat, signé en 1851, ait organisé un « modus vivendi » entre l’Eglise et l’Etat. De plus, les problèmes d’éducation et les questions sociales, s’imposant de plus en plus à partir des années 1880, sont abordés dans un climat de méfiance croissante à l’égard de l’Etat.

  • 4 La Cruz, 1898, p. 453.
  • 5 La Cruz, 1898, I, p. 456.

9Ces publications acceptent mal la disparition progressive du modèle de chrétienté traditionnelle. Leur discours se teinte d’un manichéisme qui tend à diaboliser l’élément extérieur au christianisme, l’« autre », c’est-à-dire d’abord le libéralisme, derrière lequel se dissimule la franc-maçonnerie corruptrice ainsi que les protestants et même les juifs. Par leur faute, l’alliance entre le Trône et l’Autel, facteur intégrateur de la société espagnole a été brisée. De fait, le libéralisme n’est pas un ennemi nouveau, il s’inscrit dans la longue tradition qui remonte aux « Comuneros » de Castille et à la rupture au sein de l’Empire entre protestants et catholiques4. La « Catholique Espagne » a toujours lutté contre les éléments étrangers à la Chrétienté ; l’ennemi est le même : Musulmans lors de la Reconquête, Juifs qui seront expulsés, protestants du XVIe siècle, libéraux du XIXe siècle, et enfin plus récemment encore, Franc-maçons membres de « sectes corruptrices et étrangères »5.

  • 6 La Cruz, 1898, I, p. 465.

10Dans un tel climat vindicatif, le conflit colonial, où l’Espagne se trouve engagée, entraîne des prises de position immédiates et directes tant de la part de l’épiscopat que du clergé régulier. C’est ainsi qu’au printemps 1898, en pleine guerre de Cuba, l’évêque d’Urgel, le Cardinal Casañas, publie une lettre pastorale dans La Cruz où il exprime son inquiétude face à la situation tout en se joignant au choeur des accusateurs des Etats-Unis : « nation perfide qui, jusqu’à présent, se disait l’amie de l’Espagne, voilà trois longues années que, sous des prétextes frivoles et de vaines raisons, elle attise et fomente la rébellion dans nos Antilles, en nous tendant mille obstacles, [...]. Les Etats-Unis ont prétendu salir notre honneur dans d’immondes articles de journaux et par des déclamations de misérables députés. Ils nous présentent à la face du monde comme un peuple barbare, indigne de figurer dans le concert des nations civilisées, et inventent de grossières calomnies où foisonnent vilenies et infamies. » Et de poursuivre : « aveuglés (les Etats-Unis) par le pouvoir de l’or et les avantages du nombre, pensant que nous sommes découragés par les revers subis au cours des trois dernières années, ils prétendent s’immiscer dans des affaires qui ne regardent que nous, et nous imposer des humiliations et des sacrifices que nous accepterons jamais [...]. Rompus aux calculs et aux opérations mercantiles [...] ils n'ont sans doute pas lu les pages glorieuses de notre histoire ».6

11Cette longue citation illustre d’une façon éloquente les traits caractéristiques de l’opinion qui prévalait à l’époque parmi les catholiques espagnols : déformation de l’image de l’« autre » et sa diabolisation, manichéisme, identification de l’« autre » à ses intérêts matériels.

 

12La description des armées en lutte impose le même schéma :

  • 7 La doctrine de l’immaculée Conception a un caractère récurrent dans l’histoire religieuse de l’Espa (...)
  • 8 La Cruz, 1898, I, p. 478.

« La cause de la justice et du droit est de notre côté, tandis que celle de nos ennemis est celle de la perfidie et de l’iniquité : le triomphe de nos âmes sera le triomphe de l’idée et du sentiment catholiques qui s’incarnent dans le peuple espagnol ; tandis que le triomphe des Etats-Unis serait le triomphe de l’esprit diabolique incarné dans ce peuple séparé de Dieu, régi et gouverné par les sectes maçonniques et protestantes. Nos soldats partiront au combat avec sur la poitrine le scapulaire du Sacré Cœur de Jésus ou de la Très Sainte Vierge ; ceux du peuple ennemi [...] se risqueront sans doute à arborer le triangle maçonnique. Nos cuirassés et nos croiseurs, protégés et guidés par les Saints Anges Gardiens [...] seront sanctifiés, parce qu’on y invoquera le Saint Nom de Dieu et qu’on implorera une protection et une vigilance entendues avec bienveillance par le Dieu des armées ; à bord des navires nord-américains on blasphèmera le Saint Nom de Dieu et on ira peut-être jusqu’à railler ou tourner en dérision le Dieu des chrétiens et jusqu’à pratiquer le culte de Satan. Les navires des escadres espagnoles seront accompagnés par la pensée des évêques catholiques et de leur clergé [...]. De nombreux coeurs de vierges sages et une foule de catholiques fervents offriront messes et communions, pénitences, rosaires et autres oraisons du riche répertoire de la Foi ; les navires des Etats-Unis seront seuls et abandonnés à la merci des tempêtes ; on y entendra peut-être des imprécations diaboliques issues de centres maçonniques qui attireront sur eux le bras de la vengeance divine [...]. En un mot : nous, nous combattrons au nom du Seigneur Dieu des armées sous la protection de notre Mère Immaculée7 ; nos ennemis mécréants et sans espérance en Dieu n’agiront que sous l’empire de leur ambition et de leur orgueil inspirés par l’esprit et l’ange des ténèbres. »8

13Sans vouloir être un traité doctrinal justifiant la guerre de l’Espagne contre les Etats-Unis, la lettre pastorale prétend offrir de solides arguments en vue de légitimer, voire de rendre obligatoire cette guerre, tout en lui attribuant une dimension rédemptrice de châtiment divin après les erreurs commises. En effet, si la moitié de la lettre pastorale est consacrée à l’analyse de la stratégie des belligérants et à une justification théologique de la guerre, l’autre partie s’attache à exposer le lien existant entre la guerre et les déchaînements de la Justice divine. La guerre y est considérée aussi comme un châtiment venu de Dieu à la suite des péchés commis par l’Espagne, et des maux qui ont envahi la société espagnole en raison de la rupture de l’unité chrétienne, concept lié à l’idéal même de la patrie espagnole. Il s’agit là d’une opinion courante à l’époque et qu’exploite pleinement l’évêque d’Urgel :

  • 9 Allusion au phylloxéra qui avait frappé le vignoble espagnol au cours des années 1880.
  • 10 La Cruz, 1898, I, p. 476.

« On ne peut nier que nos péchés aient pu provoquer l’indignation divine entraînant punitions et calamités publiques : guerre, tremblements de terre, inondations, épidémies, maladie des végétaux9 [...]. L’Espagne à son tour, la seule Nation catholique, la Nation chérie de Marie Immaculée, s’est trouvée contaminée par les abominations des peuples séparés du Dieu véritable, en acceptant les erreurs hérétiques qui servent malheureusement de base au gouvernement des nations modernes, régies en dehors des lois de Dieu et de l’Eglise, comme si Dieu n’avait rien à voir dans la marche et la gestion des Etats. Avec la tolérance, ou plus exactement, avec la liberté de culte que l’on a importée sans aucune nécessité sur notre sol catholique, on donne des droits à toutes les sectes pour combattre Jésus Christ et sa sainte Eglise [...] en installant des temples et des chapelles protestantes, se trouvent autorisés des prédications et des blasphèmes contre le culte du vrai Dieu [...]. Avec la liberté effrénée de la presse [...] on introduit des chaires d’erreur et de corruption dans nos écoles officielles et privées ; on autorise le concubinage ; on consent à la profanation des jours de fête ; on ne réprime pas le blasphème ; on applaudit aux spectacles immoraux ; on donne ses lettres de noblesse à la franc-maçonnerie ».10

  • 11 La Cruz, 1898, I, pp. 478-487.

14Ainsi, ce châtiment humain qu’est la guerre apparaît bien comme une nécessité, car sa finalité est rédemptrice tout en s’inscrivant dans la longue tradition de l’Espagne catholique. La lettre pastorale laisse percer un accent d’espérance, car elle s’appuie sur la confiance qui inspire à son auteur les triomphes obtenus par l’Espagne catholique contre les Musulmans, tout au long de la « Reconquista », depuis l’époque de Pelayo à celle de la bataille de Lépante : « c’est la trace de nos pères qu’il nous faut suivre, la chaîne de nos antiques et glorieuses traditions qu’il faut reprendre ». Et la lettre revient encore sur les obstacles qui empêchent l’existence en Espagne d’une société chrétienne : journaux et spectacles scandaleux, livres immoraux et aussi contrats usuraires et commerces11.

15L’ensemble de cet ample code moral laisse apparaître de timides préoccupations sociales qui mettent en cause le capitalisme et donnent naissance aux cercles catholiques et aux coopératives qui vont se développer. La lettre se termine par des consignes de dévotion propres à l’époque : mortification personnelle, pénitence et prière personnelles, et au plan collectif par des recommandations concernant messes et processions pour le « triomphe des armes espagnoles, afin d’abattre, d’humilier et de détruire les forces ennemies ».

16Il s’y ajoute enfin un appel en faveur de la souscription nationale de guerre décidée par le gouvernement et soutenue par les évêques comme par le clergé séculier.

  • 12 Antonio Mariá Cascajares (1834-1901), natif de la province de Teruel, d’origine aristocratique, il (...)
  • 13 La Cruz, 1898, I, p. 538.

17Ce document épiscopal longuement analysé n’est pas le seul. Les lettres pastorales exhortant à l’oraison et au sacrifice abondent. On le constate à la lecture de La Cruz qui cite la célèbre lettre du Cardinal Cascajares sur laquelle on reviendra12 perçue comme « la pensée même du peuple espagnol ». La revue rappelle aussi que « Monseigneur l’évêque de Guadix a écrit un hymne de guerre qui passera à la postérité [...] les abbés de La Coruña et de Mondoñedo ont harangué patriotiquement le peuple [...]. L’évêque de La Havane a offert des calices pour les besoins de la guerre [...], l’évêque de Madrid-Alcalá fait appel à la force du droit pour écraser le droit de la force » etc.13

18Si, depuis plusieurs années déjà, le Vatican, par le biais des Encycliques de Léon XIII, incitait les catholiques à l’acceptation des réalités temporelles et à la prise de conscience des problèmes sociaux, on peut constater par les textes qui précèdent que l’Eglise espagnole se montrait réticente à ce genre de dialogue et, à de rares exceptions près, n’appréciait guère de telles directives. Certains jésuites, tel le Père Vicent, avaient créé des cercles ouvriers catholiques dans le Levant, mais l’épiscopat dans son ensemble ne s’engageait guère dans cette voie.

  • 14 La Cruz, mayo 1898, I, p. 544.

19Pourtant il y avait quelques exceptions. A la fin des années 1890, le Cardinal Sancha avait succédé au Cardinal Monescillo comme Archevêque de Tolède, Primat d’Espagne et Sénateur. Venu de Valence, il y avait fait preuve d’un esprit social remarqué : « il ne dédaignait pas de visiter le pauvre dans sa mansarde et de secourir le malade sur son lit de douleur [...] et ses paroles éloquentes le faisaient entendre dans les temples aussi bien que dans les cercles ouvriers » écrivait La Revista Eclesiástica du 30 mai 1898 dans un texte repris par La Cruz. D’abord Evêque auxiliaire de Tolède, il était passé par Cuba où les révolutionnaires ne l’avaient pas ménagé, puis par Avila et Madrid. Dans cette dernière ville il avait fondé « des asiles, des institutions de bienfaisance, des écoles et des ateliers populaires, des cercles catholiques d’ouvriers et d’autres organismes destinés à promouvoir une régénération sociale et chrétienne à la fois. Souvent on l’avait vu, au sein des masses ouvrières, défendre avec chaleur les enseignements du Saint Siège »14. On le comparait à Ketteler, à Maning, à Perin, à Ireland, à Albert de Mun.

  • 15 Repris par La Cruz, 1898, I, p. 537.

20Son action sociale militante allant de pair avec une conception de la société et du catholicisme plus évoluée que celle dont on vient de rendre compte, cela lui avait valu de nombreuses critiques. Siégeant au Sénat, son comportement donnait une résonance particulière à ses prises de positions. Son effort pour établir un dialogue entre l’Eglise et le libéralisme qui prévalait dans les sphères politiques, le montrait moins éloigné des positions du gouvernement et de son interprétation du conflit en cours. De là des accusations dans la presse catholique El Urbión, revue catholique nationale publiée à Soria par exemple, lui reprochait « de compromettre l’Eglise espagnole en la mariant aux institutions du moment ».15

  • 16 L’auteur de l’article fait allusion à la lettre pastorale du Cardinal Casañas.

21Cette attitude de dialogue tranchait avec le discours totalisateur et intégriste de la majorité de l’épiscopat espagnol. Et dans un moment dramatique et exemplaire pour le peuple, il pouvait rendre inopérants les discours de ceux qui, dans l’épiscopat, tiraient parti des évènements dans leurs attaques contre le libéralisme et ses conséquences : « Alors que le peuple espagnol est en train de s’éveiller de sa torpeur et voit enfin qui assassine la patrie, il n’est rien de plus injurieux pour l’Eglise que de constater qu’un sénateur catholique, au nom de la politique catholique, se porte à la défense de ces assassins [...]. Nous osons affirmer que les neuf dixièmes du clergé ne sont pas d’accord avec de telles manifestations. Le clergé n’aurait-il plus de jugement ? aurait-il perdu toute personnalité ? [...] Le clergé n’admet pas ce solde de tout compte plus ou moins dissimulé. L’Eglise espagnole s’est déjà prononcée en toute franchise dans un texte antérieur ».16

  • 17 El Urbión 28 mai 1898.
  • 18 Commentaire de La Cruz s’appuyant sur un texte de l’Imitation de Jésus Christ.

22Le comportement du Cardinal Sancha ouvrait une brèche dans le catholicisme compact de cette fin de siècle. Comme on peut le constater, il suscitait un débat passionné au sein de la presse catholique. Une grande partie de celle-ci, conservatrice et traditionaliste, et dans bien des cas, intégriste, utilise contre le cardinal tout son arsenal, depuis la critique : « Personne n’a le droit de séquestrer la vérité. La sagesse des hommes ? Elle n’est que tromperie »17 jusqu’à l’ironie : « la gloire que les hommes s’attribuent mutuellement comme elle passe vite ».18

  • 19 Lucas Mallada, ingénieur agronome publia en 1890 Los males de la patria y la futura revolución espa (...)
  • 20 On ne peut que renvoyer le lecteur aux travaux de ce spécialiste d’histoire religieuse, notamment à (...)

23On peut aussi pressentir au sein du catholicisme espagnol, à partir de 1898 une certaine forme de « régénérationisme » issu du « désastre », lequel rejoint la « désolation » biblique. C’est ainsi que, dans une lettre pastorale apaisante, citée dans telle ou telle revue catholique comme expression du sentiment de l’Eglise, le cardinal Cascajares, archevêque de Valladolid et proche de la Reine Régente, passe en revue les tares dont a souffert le pays durant le XIXe siècle sous le titre : « Les maux qui affligent l’Espagne ». Il semble ainsi faire écho au livre de Lucas Mallada Les maux de la Patrie19. Toutes ces prises de position qui se développent au cours des années suivantes, sont très justement mises en relief par Feliciano Montero.20

24Mais en fait, dans la presse catholique d’avant 1900, c’est rarement la régénération qui est prônée, on s’en tient à des projets de reconquête et de reconstruction de l’ancienne société chrétienne maintenant désarticulée. Les résonances bibliques, le poids de l’histoire et de la tradition sont toujours là, rattachant le présent au passé, mettant l’accent sur la continuité plus que sur le changement. La réalité présente de l’Espagne est rapprochée de l’Ancien Testament, celui des Prophètes et de l’Ecclésiaste auquel des articles de La Cruz font maintes fois allusion. De même, on a vu que les rappels des combats de la Reconquista sont fréquents, avec les inévitables allusions aux expulsions des Musulmans et des Juifs.

25Ce qui prévaut toujours, il faut le souligner en terminant, c’est, en définitif, le rejet de ce qui est différent, de l’autre, la condamnation des partisans d’une sécularisation de la société dont l’action, au cours du XIXe siècle, est plus que jamais dénoncée. Si des amorces de changement apparaissent, elles sont bien timides encore, et continuent à susciter des réactions de rejet. Le dépouillement attentif d’une revue comme La Cruz est bien là pour l’attester.

Notes

1 Revue fondée en 1852 par le professeur d’université León Carbonero y Sol, elle peut être considérée comme l’organe officieux de la hiérarchie, et bénéficiant d’une grande influence dans les milieux catholiques.

2 Julián Casañas (1834-1908), né à Barcelone, orphelin dès sa prime jeunesse, il fit ses études au séminaire de Barcelone. Evêque d’Urgel en 1879, nommé Cardinal en 1895, évêque de Barcelone en 1901. Fondateur de nombreuses maisons et collèges religieux, il se distingua par ses talents d’orateur et de polémiste. Entre 1885 et 1895 il faisait figure de défenseur de la cause traditionaliste. Il joua un rôle très important dans les congrès catholiques.

3 Ciriaco Sancha y Hervas (1833-1909), natif de la province de Burgos, fit de brillantes études à Salamanque et entra dans la carrière ecclésiastique. Secrétaire de l’archevêque de Cuba à La Havane, il fit les frais des aléas de la politique intérieure de l’Espagne et fut mis en prison à la Havane entre 1868 et 1875. Nommé évêque auxiliaire de Tolède en 1875, il fut le promoteur des Congrès catholiques en Espagne, publia de nombreuses lettres pastorales faisant preuve d’ouverture, et des ouvrages tels que El kulturkampf intemacional, La cuestión social, El cisma de Cuba. Archevêque de Valence en 1892, nommé Cardinal en 1894, il fut nommé archevêque de Tolède en 1898 où il siégea jusqu’à sa mort.

4 La Cruz, 1898, p. 453.

5 La Cruz, 1898, I, p. 456.

6 La Cruz, 1898, I, p. 465.

7 La doctrine de l’immaculée Conception a un caractère récurrent dans l’histoire religieuse de l’Espagne. Ainsi au XIVe siècle, Raymond Lulle en était un défenseur ardent, au XVIIIe siècle, Charles III avait adressé une pétition au pape Clément XIII en faveur du privilège de la Vierge Immaculée, plus tard ce fut la délégation des évêques espagnols représentée par Antonin Monescillo qui influença fortement Pie IX lors de la proclamation de la Bulle ineffabilis Deus sur le dogme de l’immaculée Conception en 1854.

8 La Cruz, 1898, I, p. 478.

9 Allusion au phylloxéra qui avait frappé le vignoble espagnol au cours des années 1880.

10 La Cruz, 1898, I, p. 476.

11 La Cruz, 1898, I, pp. 478-487.

12 Antonio Mariá Cascajares (1834-1901), natif de la province de Teruel, d’origine aristocratique, il fit d’abord une carrière militaire avant d’entrer dans les Ordres en 1861. Evêque de Calahorra en 1883, puis de Valladolid en 1891, il fut nommé Cardinal en 1895, et également prieur des Ordres Militaires par le roi Alphonse XII en 1881. Fondateur de nombreuses œuvres de bienfaisance, il publia une lettre pastorale sur l'Etat de l’Espagne et ses remèdes qui fut diversement appréciée par les traditionalistes.

13 La Cruz, 1898, I, p. 538.

14 La Cruz, mayo 1898, I, p. 544.

15 Repris par La Cruz, 1898, I, p. 537.

16 L’auteur de l’article fait allusion à la lettre pastorale du Cardinal Casañas.

17 El Urbión 28 mai 1898.

18 Commentaire de La Cruz s’appuyant sur un texte de l’Imitation de Jésus Christ.

19 Lucas Mallada, ingénieur agronome publia en 1890 Los males de la patria y la futura revolución española, qui fait état de la pauvreté de l’Espagne et appelle tous les hommes de bonne volonté au régénérationisme dans le même esprit que Joaquín Costa.

20 On ne peut que renvoyer le lecteur aux travaux de ce spécialiste d’histoire religieuse, notamment à son remarquable article : « El catolicismo español finisecular y la crisis de 98 » Studia histórica. Historia contemporánea, vol. 15, 1997, pp. 221-237, ediciones Universidad de Salamanca, 1997.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search