Version classiqueVersion mobile

1898 : littérature et crise religieuse en Espagne

 | 
Béatrice Fonck

L’Espagne, l’Europe et les problèmes religieux à la fin du siècle

Emile Poulat

Note de l’éditeur

Parmi les nombreux ouvrages de l’auteur :
L’ère post-chrétienne, Flammarion, 1994.
Où va les christianisme à l'ombre du troisième millénaire ? Plon, Marne, 1996.
Introduction à la traduction de L’Agonie du christianisme de Miguel de Unamuno. Berg International, 1993.

Texte intégral

1C’est à un profane qu’on a demandé d’intervenir en premier sur la génération de 1898. Je sollicite, par conséquent, toute votre indulgence et votre compréhension, d’autant plus que, pour échapper à la sécheresse technique sans tomber dans le bavardage anecdotique, il me faudra compter sur votre culture générale. Ce qui peut me rassurer, c’est qu’on m’a demandé de vous offrir un cadre de référence, et que celui-ci soit grand ou petit, on peut le remplir à sa convenance. Je m’en tiendrai donc, si vous me passez l’expression, à une « perspective cavalière », très cavalière. J’essaierai de situer l’Espagne devant et dans les problèmes religieux de cette époque, tout en constatant que ceux-ci sont inséparables des problèmes généraux du temps.

2Une première remarque s’impose sur le contraste entre notre année 1998 et puis, il y a un siècle, l’année 1898 qui nous réunit. Evidemment, on pourrait trouver des analogies en se fondant sur la situation de crise dans laquelle nous sommes, celle dans laquelle on était au siècle dernier, et toutes celles qui conduisent de l’une à l’autre à travers deux guerres mondiales. Les convulsions de l’humanité après les révolutions du globe : l’Histoire ne serait-elle qu’une suite de crises à répétition ? On comprend que le changement de millénaire et bientôt de signe du zodiaque (de l’ère du poisson à l’ère du verseau) ait fait rêver. « New Age » et ses prophètes ou « fin de l’histoire » selon Francis Fukuyama, c’est le désir de tourner la page pour accéder à « un monde meilleur » dont les conditions semblent réunies. Rien de tel en 1898 où l’on a le sentiment, en Espagne, d’avoir derrière soi les siècles héroïques et glorieux. La fin du siècle signe un déclin sans espoir, l’entrée dans un siècle de fer, ce progrès marqué par l’alliage du métal, de la vitesse et de la violence que Marinetti célèbrera en 1912 dans son manifeste du futurisme.

3La fin était partout, sous un double aspect d’accomplissement et de disparition. Fin de la musique avec Wagner, fin de la science avec Berthelot : qui peut faire mieux que le premier et plus que le second ? On s’étonne aujourd’hui de leur naïveté. Fin d’une génération de dirigeants qui ont longtemps tenu la scène. Au Vatican et dans les chancelleries, on pense au prochain conclave, au pontificat finissant de Léon XIII qui régnait depuis 1878, et qui mourra cinq ans plus tard en 1903. En Grande-Bretagne, c’est la fin de l’ère victorienne, c’est la mort de Gladstone qui avait aussi gouverné longtemps, à trois reprises. Si nous regardons en Allemagne, c’est la mort de Bismarck. Si nous allons en Russie, on y voit beaucoup d’agitation, en attendant la révolution de 1905. Au Portugal, ce sera, en 1910, la fin de la Monarchie et le départ du roi Manuel II. Enfin, comment ne pas s’inquiéter de l’Autriche-Hongrie, entre la tragédie de Mayerling, la mort de l’archiduc Rodolphe en 1889 et, d’autre part, l’assassinat en 1898 de l’impératrice Elizabeth, restée dans la légende populaire sous le nom de Sissi, préludant à l’assassinat à Sarajevo de l’archiduc héritier François-Ferdinand, en 1914...

4Partout, c’est la montée des nationalismes et des colonialismes (partage de l’Afrique). L’Espagne en est absente, ou exempte : pour elle, c’est l’heure de la seconde décolonisation. Elle achève le siècle comme elle l’avait commencé. Aux pays qu'elle a si longtemps gouvernés, elle laisse en héritage la langue et la culture hispaniques.

5Vous voyez que la situation n’est pas très gaie, même si, pour certains, c’est « la Belle Epoque ». L’Europe compte alors 400 millions d’habitants, la France pèse pour 1/10e, l’Espagne pour un peu moins, et c’est véritablement pour elle, qui sort d’une guerre catastrophique avec les Etats-Unis, l’adieu définitif à une époque révolue, c’est-à-dire le temps de la grandeur, où hispanité rimait avec chrétienté. Désormais, on sait que pour l’Espagne le soleil se couchera tous les soirs.

6Mais, si c’est la fin de l’Espagne impériale, c’est en même temps la naissance d’un autre empire, l’empire américain. On voit alors se profiler de grands rêves industriels, de grandes découvertes scientifiques : un monde inquiétant de parvenus et d’ambitieux qui avancent aveuglément en écrasant les traditions les plus respectables, si bien que la génération de 1898 va se trouver comme prise en ciseaux, entre le constat de ce qui apparaît à tout le monde, et particulièrement en Espagne, comme un déclin fatal et, d’autre part, un coin d’espoir. Et là, toutes les voies ne semblent pas également judicieuses. Rappelez-vous ce que disait Azorin – un des écrivains de cette génération : « Je n’attends rien d’une japonisation de l’Espagne ». La japonisation de l’Espagne – ce spectre comme, pour nous, « l’américanisation de l’Europe » –, on voit bien ce que cela veut dire : s’engager dans la voie où tous les pays occidentaux ont choisi d’avancer, et qui nous mène à la situation japonaise que l’on connaît bien.

7Avant d’aborder les problèmes religieux, il convient de faire un panorama, un tour du monde des événements qui se sont déroulés tout au long de l’année 1898. Rappelons qu’à cette époque-là, Miguel de Unamuno – auquel m’a attaché la récente réédition de son grand ouvrage L’Agonie du christianisme – a 34 ans. Celui qui sera le traducteur de cette œuvre, Jean Cassou, qui fut mon collègue des Hautes Etudes entre tant d’autres fonctions, avait alors un an !

8En 1898, en France, nous sommes en pleine guerre de religion, et je dirai même, deux fois de religion. Depuis vingt ans, c’est la période des grandes lois anticléricales, des lois laïques, qui vont aboutir en 1901 à la dissolution et à la dispersion des nombreuses congrégations religieuses non autorisées, en 1904 à la rupture des relations entre la République et le Saint-Siège, et en 1905 à la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Mais on est aussi en pleine affaire Dreyfus : le 13 janvier 1898, dans L’Aurore, Zola lance son célèbre manifeste, « J’accuse ». C’est en même temps la première tentative de grève générale en France (la C.G.T. a été fondée à Limoges en 1895), à laquelle répondent les émeutes ouvrières de Milan, sévèrement réprimées. C’est aussi le premier salon international de l’automobile qui a lieu à Paris. C’est la fondation de la Ligue des Droits de l’homme. C’est en même temps – la chronologie impose le rapprochement – la première édition de L’Histoire d’une âme de celle qui sera Thérèse de Lisieux, Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus. Léon Bloy publie Le mendiant ingrat et Huysmans, La Cathédrale. Mallarmé meurt, Picasso arrive à Paris... Parmi les écrivains étrangers, D’Annunzio, Fogazzaro, Strindberg, et puis ces titres évocateurs, Welles, La guerre des mondes, que suivent en 1899 Tolstoï, Résurrection, Ibsen, Quand nous nous réveillerons d’entre les morts, et, en France, le vicomte E.-M. de Vogüé, Les Morts qui parlent...

9Dans le système des beaux-arts, c’est sans doute la peinture qui apparaît la plus révolutionnaire : à travers l’impressionnisme et le cubisme, elle opère une rupture radicale avec la peinture traditionnelle, figurative, ce qui touche directement l’art sacré. La musique attendra encore une ou deux générations.

10Dans le domaine des sciences, ce sont les Curie (Pierre et Marie, sa femme) qui annoncent la découverte du plutonium et du radium : le véritable new age, celui de l’atome et des rayons, de la radioactivité à l’énergie nucléaire. C’est en même temps la liquéfaction de l’hydrogène, de l’air ; c’est aussi la première liaison télégraphique entre la Tour Eiffel et le Panthéon, le creusement du premier métro à Paris. Ainsi l’impression fin de siècle n’est pas quelque chose de très général, c’est même une contradiction étant donné que, un peu partout, au contraire, on voit les progrès de la science, de l’industrie, de l’économie avec les conflits sociaux qui en découlent et qui sont très aigus.

11Je dirai donc que ce monde nouveau, ce monde moderne est un monde dans lequel beaucoup s’engouffrent les yeux fermés, devant lequel ceux qui gardent des préoccupations spirituelles conservent un regard critique et une certaine distance, voire de la méfiance, et je crois que les écrivains de cette génération de 1898, dans la mesure où elle existe, sont véritablement tous marqués par cette distance.

12Il serait intéressant de voir à propos des années 1895 à 1900 quelques-uns des grands événements qui ont marqué cette époque, comme par exemple en 1895 la découverte des rayons X, en 1896 les premiers Jeux Olympiques à Athènes, en 1897 la fondation du mouvement sioniste. Ça bouge de tous les côtés. Ce monde ne ressemble guère à un volcan qui est en train de s’éteindre, c’est au contraire quelque chose qui éclate dans toutes les directions, mais dont on se demande s’il ne va pas nous retomber sur la tête. On note aussi en 1897 le premier Congrès international de mathématiques, en présence d’Henri Poincaré, « le dernier grand mathématicien universel » : on se retrouve pour ne pas perdre le fil.

13Les savants sont les chevaliers et les saints de notre époque moderne. Un sénateur français n’a pas craint de les opposer à Saint Benoît-Joseph Labre, « mort en état de crasse » et canonisé par Léon XIII en 1881. En 1900, à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris, le critique littéraire de la Revue des deux mondes, Eugène-Melchior de Vogüé, opposera les deux tours de Notre-Dame de Paris et la Tour Eiffel qui les domine de toute sa hauteur, en les invitant à plus de compréhension mutuelle. On est loin du livre accusateur de Jules Isaac après l’holocauste de la Grande Guerre, Paradoxe sur la Science homicide (1926). Il n’avait pas vu le pire.

14Nous en arrivons ainsi au problème religieux, un domaine où il se passe tellement de choses dans ces années-là, qui sont des années extrêmement denses, chargées dans tous les domaines. Mais précisément ce qui me frappe, c’est que la crise religieuse, à laquelle on assiste à cette époque, ne serait pas aussi forte s’il n’y avait pas cette densité d’événements, d’émergences, de créations, c’est cela qui me paraît fondamental.

15La crise religieuse dont je parle n’est pas simplement la décadence d’une religion, la décadence du christianisme, la décadence du catholicisme, de l’Eglise catholique. C’est le défi auquel elle est soumise devant une explosion de forces créatrices et d’inventions scientifiques. J’ai évoqué l’époque victorienne qui, pour tout le monde, est synonyme de puritanisme et de contrainte : un corset. Avec Léon XIII, c’est tout à fait autre chose : la rentrée de l’Eglise catholique dans le concert des grandes puissances internationales et le « coup de jeune » qu'elle en éprouve. Le vieux pape a su mobiliser la jeunesse catholique. S’il n’avait rien d’un « libéral », il est bien apparu à celle-ci « libérateur » : il lui a donné un objectif – refaire chrétienne la société moderne et instituer un nouvel ordre mondial, fondé sur les principes chrétiens –, qui a proprement libéré ses énergies, au point de créer des difficultés à son successeur.

16Après la Révolution française, et même au XVIIIe siècle, l’Eglise romaine n’avait qu’une position très médiocre. Des papes comme Grégoire XVI, comme Pie IX ont sans doute été de grands papes, mais, soucieux de reconstruire l’Eglise après la tourmente et de s’imposer dans un environnement hostile, ils sont restés sur la défensive et ils se sont dressés d’abord contre les erreurs modernes, résumées en trois mots : rationalisme, naturalisme, libéralisme. En outre, l’unité italienne, consacrée en 1870 par la prise de Rome, s’était fait malgré et contre le pape qu'elle avait privé de ses Etats pontificaux et déchu de son pouvoir souverain (temporel) sur ceux-ci. La question ne sera réglée que sous Pie XI en 1929. En attendant, le pontife romain se considérait comme prisonnier au Vatican.

17Léon XIII opère la première sortie, au moins symbolique parce qu’à la différence de ses successeurs comme Jean XXIII, timidement, Paul VI beaucoup plus, et surtout Jean-Paul II qui sillonne la planète entière, il ne quittera pas le Vatican. Pape diplomate, il intervient dans la politique internationale : appels à une société plus juste et plus fraternelle, moins conflictuelle et moins cupide. L’enseignement de ses grandes encycliques (la plus connue est Rerum novarum, 1891, sur la condition des ouvriers) repose sur une large vision du monde et constitue une véritable « Somme » : à la fois théologie politique et doctrine sociale. Avec l’empereur Guillaume II, il est à l’origine de la Conférence de Berlin pour une législation internationale du travail.

18Mais Léon XIII est aux prises avec un certain nombre de difficultés. Tout d’abord à Chicago, il faut évoquer l’apparition du Parlement des religions dans le sillage de la grande exposition mondiale, la World Columbian Exposition (1892-1893) pour le 4e centenaire de la découverte de l’Amérique. Le Parlement des religions apparaissait à Rome comme une sorte de provocation à l’Eglise catholique détentrice de la vérité, la seule véritable Eglise. Il se trouve que l’épiscopat américain, au moins certains de ses représentants, ont accepté de participer à ce Parlement des religions ; on était alors très loin de l’esprit d’Assise en 1986, ce qui montre le chemin parcouru en un siècle. Bien entendu, Rome s’est opposée à ce Parlement des religions et a même interdit sa réédition qui devait avoir lieu à Paris en 1900 à l’occasion de l’Exposition universelle. Tout un courant d’idées se développa en Europe et surtout en France, fasciné par l’esprit d’ouverture des catholiques américains, très critique à l’égard de la spiritualité traditionnelle. Rome y vit une forme de ce qu’on appellera bientôt le « modernisme », une déviation que Léon XIII condamnera en 1899 sous le nom d'américanisme (Lettre Testem benevolentioe). On est là sur un débat de fond toujours actuel et actif.

19En Allemagne et en Suisse alémanique, il y a eu un très long Kulturkampf, c’est véritablement une lutte de civilisations, la civilisation nouvelle née de la Révolution qui s’opposait à la vieille civilisation, la civilisation chrétienne dont les principes et les bases venaient du Moyen Age. Nous sommes toujours dans ce contexte de conflit entre deux cultures, deux civilisations. Dans cette situation, le pape Léon XIII encourage une mobilisation des forces catholiques qui vont être invitées à s’organiser en un puissant mouvement catholique, et très précisément un mouvement social catholique. De là date le catholicisme militant tel que nous le connaissons dans l’Action catholique et la figure nouvelle du militant catholique encadré dans une organisation pyramidale à direction nationale, voire internationale. Cela promeut des syndicats chrétiens, des partis politiques d’inspiration chrétienne. En Allemagne, ce fut le Zentrum, en Belgique, le Parti social chrétien, en Italie l'Opera dei Congresi – l’œuvre des congrès – qui a véritablement dressé l’ensemble des forces catholiques contre les forces laïques : il s’agit là de mouvements extrêmement forts qui, en France, sont toujours restés plus modestes. En effet, en France, on veut bien être catholique selon l’Evangile, selon la pratique religieuse : le baptême, le mariage, l’enterrement, mais on n’aime guère que l’Eglise se mêle de politique, on est beaucoup plus laïque.

20De ce point de vue, dans une situation inverse, l’Espagne ressemble plus à la France qu’à l’Italie ou à l’Allemagne où les catholiques étaient organisés dans l’opposition. En Espagne, les catholiques sont, massivement, du côté de la monarchie, dans un pays politiquement de plus en plus divisé où la guerre civile tournera à la persécution religieuse. L’encadrement paroissial y est fort, dans ses limites. L’Eglise passe, à juste titre, pour rigide et conservatrice, attachée à une stricte orthodoxie, peu portée aux aventures pastorales. Comme en France, les initiatives originales n’ont qu’un succès relatif. Dans l’esprit du catholicisme social, on doit nommer des hommes comme Severino Aznar. D’autre part, il se trouve aussi que, dans ce pays où perduraient les conflits liés à la tradition carliste, il y eut un « parti intégriste » qui s’est formé avec Cándido et Ramón Nocedal, qui était tellement intégriste, bien qu’il se réclamât du Syllabus du pape Pie IX (1864), que le pape Pie X a dû le désavouer et même plusieurs fois, ce qui montre que même si Rome veut mener la lutte, cela n’est pas par tous les moyens et à n’importe quel prix.

21Cette mobilisation catholique, à laquelle il fallait donner une ligne de pensée, fut incitée à retourner, par-delà une scolastique décadente, à l’authentique pensée de Saint Thomas d’Aquin, le grand Docteur de l’Eglise, à un thomisme seul capable de s’opposer aux désastreuses dissociations de la pensée moderne : à la fois sur le terrain philosophique (le criticisme kantien en tête) et sur le terrain politique (l’anthropocentrisme et le sécularisme de la vie publique). Jacques Maritain se fera le champion de cette théologie politique : « primauté du spirituel », « humanisme intégral », « nouvelle chrétienté »...

22Léon XIII monnayera lui-même cet enseignement dans une longue série de grandes encycliques dont le sommet – au jugement de l’histoire – sera en 1891 Rerum novarum « sur la condition des ouvriers », la charte du mouvement social catholique, commémorée tous les dix ans depuis Pie XI (Quadragesimo anno, 1931) jusqu’à Jean-Paul II (Centesimus annus, 1991). Faut-il rappeler que 1891 est aussi l’année où Engels constate l’échec du Manifeste du Parti communiste (1848) ? Vingt-cinq ans plus tard, ce sera en Russie la victoire des soviets.

23Deux leçons se dégagent, me semble-t-il, de ce parcours. Tout d’abord, une irréductible tension au sein même du catholicisme, ou même plusieurs : d’une part entre ceux qui s’agrippent au passé et ceux qui regardent l’avenir ; d’autre part, entre ceux pour qui la foi est une aventure intérieure et ceux qui privilégient sa dimension sociale. Et puis, ce caractère tragique de l’histoire, l’Eglise prise dans les tempêtes et les convulsions qui secouent les sociétés humaines, emportées par leur volonté de puissance et d’indépendance. Comme le dira Bernanos, notre monde n’est pas un reposoir de Fête-Dieu.

24Comment ne pas être frappé par une coïncidence révélatrice ? Miguel de Unamuno publie L’Agonie du christianisme, conçu et vécu comme une affaire de conviction personnelle, de foi privée, de lutte intime – à la manière pascalienne –, la même année où le pape Pie XI lance son encyclique Quas primas proclamant la fête du Christ Roi des Nations. De fait, pour Unamuno, c’est l’horreur suprême car le christianisme évangélique n’est pas cette conquête du monde, mais « individualisme absolu » face au « prétendu christianisme social ».

25Alors, ne vous étonnez pas si tout cela débouche, en particulier dans le haut enseignement intellectuel, sur ce que l’on a appelé la crise moderniste, à laquelle j’ai toujours attaché beaucoup d’importance et à propos de laquelle ma thèse a été traduite en Espagne. Miguel de Unamuno est sans doute l’Espagnol qui s’y est montré le plus sensible et qui lui a donné la plus grande attention. Il n’y a pas eu de modernisme espagnol au sein de l’Eglise, mais il y a bien eu un Espagnol pour qui cette crise a été signifiante : l’individualisme qu’il professait, c’est l’homme seul devant Dieu et devant sa conscience, laissé à son libre examen, dans l’esprit et selon les méthodes prônées par l’université libérale. Lire la Bible à cette lumière nouvelle, c’est inévitablement se heurter à l’enseignement traditionnel du magistère catholique et entrer dans une épreuve qu’on n’ose dire de force. Comment lire la Bible et quelle vérité y chercher, ce problème est encore le nôtre.

26L’Eglise d’Espagne, puissamment établie comme l’étaient d’ailleurs l’Eglise de France, l’Eglise d’Allemagne ou l’Eglise italienne, échappera donc à la crise moderniste pour l’essentiel, de la même manière qu'elle va échapper au premier conflit mondial. Elle reste à l’écart, dans son isolement péninsulaire. Mais, en échappant à tout cela, du même coup, par ses théologiens, ses canonistes, ses exégètes, elle contribue à renforcer à Rome la théologie conservatrice, la théologie romaine. Pendant très longtemps, il y aura une connivence profonde entre les théologiens espagnols et le Vatican, et cela se remarquera jusqu’au concile Vatican IL Même si l’Espagne catholique apparaît en retrait par rapport au mouvement des idées qui mettent en ébullition un pays comme la France, et comme l’Italie ou même l’Allemagne, malgré tout, elle n’est pas isolée sur le plan religieux. Elle est, au contraire, en consonance profonde avec les courants dominants dans la Curie romaine.

27Je crois que je peux en rester là. C’est effectivement ce qui m’apparaît quant à moi le plus significatif. Si bien que, ce sera mon dernier mot, au moment où l’Espagne semble se couper de l’Europe, elle ne se coupe pas de l’Eglise, elle représente même une des forces importantes de l’orientation des pontificats qui vont se succéder jusqu’à Vatican II.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search