Versione classicaVersione mobile

1898 : littérature et crise religieuse en Espagne

 | 
Béatrice Fonck

Introduction

Béatrice Fonck e Jean Bécarud

Testo integrale

11898 est une date qui a marqué douloureusement l’histoire espagnole. C’est l’année du désastre, après un long conflit armé avec les Etat-Unis, l’Espagne perd ses dernières colonies : Cuba, Puerto Rico, les Philippines.

2Douze ans plus tard, et non sans maintes controverses, on a commencé à désigner sous le nom de « Génération de 98 » un groupe d’écrivains : Ganivet, le précurseur, Unamuno, Azorín, Baroja, Maeztu, Antonio Machado, d’autres encore. Ce sont des hommes bien différents et qui évolueront de façons très diverses, mais ils perçoivent, vivent et traduisent dans leurs œuvres la situation de crise intense et généralisée dont les événements de 1898 leur ont fait prendre pleinement conscience. Ils ont, au départ au moins, quelques orientations communes : mise en question radicale de l’Espagne officielle qui a mené leur patrie à la défaite ; volonté de changement, partiellement réceptive aux formes de vie que connaissent alors les autres nations européennes, mais sans faire disparaître les caractères propres d’une terre et d’un peuple puissamment originaux ; recherche de nouvelles valeurs esthétiques éloignées de tout positivisme simpliste et faisant place au vital et au tragique.

3Cette remise en cause ne pouvait manquer de rencontrer sur son chemin l’Eglise catholique. Pièce majeure dans le parcours historique espagnol, étroitement imbriquée, par ses propres structures dans celles de l’Etat, l’Eglise espagnole incarne une rigidité doctrinale vigoureusement contestée depuis le début du XIXe siècle qui a vu se succéder des vagues d’anticléricalisme. Elle veut y répondre en se lançant dans une reconquête d’influence, dont les objectifs et les méthodes peuvent prêter à critique tout en nourrissant encore plus la passion anticléricale ; elle esquisse aussi de timides tentatives d’ouverture sociale.

  • 1 « Siempre buscando a Dios entre la niebla ».

4Les hommes de 98 échappent à l’orthodoxie catholique, mais la préoccupation religieuse demeure bien présente chez la plupart d’entre eux. A leur sujet, Miguel de Unamuno n’a pas employé à tort l’expression de « guerrilleros espirituales », tandis que Antonio Machado s’est décrit lui-même, dans un de ses poèmes comme un homme « recherchant toujours Dieu au milieu de la brume »1.

5Les exposés réunis dans ce volume se proposent d’éclairer une série de problèmes complexes. Il fallait d’abord replacer l’Espagne dans l’Europe religieuse telle qu'elle se présentait au tournant du siècle. On a voulu, ensuite, évoquer un courant de pensée antérieur à 1898 mais qui a, sans conteste, exercé sur la génération une influence majeure. Il s’agit de la fameuse « Institución Libre de Enseñanza », organisme fondé dès 1876. Un hispaniste français, Pierre Jobit, a joué un rôle pionnier dans les recherches concernant l’idéologie des « institucionistas », en montrant l’originalité de leurs positions religieuses si éloignées du laïcisme vulgaire. Son œuvre méritait d’être évoquée. Entre autres objectifs, la « Institucion » se proposait de contrebalancer le poids de l’Eglise dans le domaine de l’éducation. L’enseignement, à ses différents niveaux, est au centre de débats multiformes. Les adversaires de l’Eglise s’y opposent à des catholiques dont le militantisme combatif s’accompagne parfois d’interrogations sociales ; plusieurs contributions abordent ces thèmes fondamentaux.

6Viennent enfin une série d’études ponctuelles, plus monographiques, consacrées à quelques-uns des protagonistes majeurs de la génération. Sans partir d’un plan préconçu, des spécialistes français et espagnols s’attachent à détecter, à explorer les « filons religieux » chez des hommes qui évolueront, on le sait, de façon si divergente au cours du demi-siècle qui a suivi le désastre. L’insatisfaction qu’ils partagent tous en définitive devant l’état de la société espagnole, la quête d’une sorte d’absolu qui est la leur, se perçoivent bien, pensons-nous, dans ces contributions pluridisciplinaires.

7En Espagne et hors d’Espagne, le centenaire de la génération de 1898 a été abondamment célébré. Avec leur problématique propre, l’ensemble des textes ici rassemblés ont leur place naturelle dans la juste et nécessaire commémoration d’hommes à qui l’Espagne doit tant. Laissons ici la parole au pénétrant et provoquant Miguel de Unamuno, écrivant dans Le sentiment tragique de la vie :

  • 2 « Y puesto que los españoles somos católicos, sepámoslo o no lo sepamos, queriéndolo o sin quererl (...)

« Et étant donné que nous sommes, nous autres Espagnols, catholiques, sciemment ou non, que nous le voulions ou non, quand bien même quelques-uns d’entre nous se prétendraient rationalistes ou athées, peut-être notre plus profond travail de culture et, ce qui vaut mieux encore de religiosité – si ce n’est pas la même chose – est-il de nous efforcer à nous rendre clairement compte de ce catholicisme social ou populaire subconscient en nous. »2

Note

1 « Siempre buscando a Dios entre la niebla ».

2 « Y puesto que los españoles somos católicos, sepámoslo o no lo sepamos, queriéndolo o sin quererlo, y aunque alguno de nosotros presuma de racionalista o de ateo, acaso nuestra más honda labor de cultura y, lo que vale más que de cultura, de religiosidad – si es que no son lo mismo – es tratar de darnos clara cuenta de ese nuestro catolicismo subconsciente, social o popular. » El sentimiento trágico de la vida, Obras Completas, Escélicer, Madrid 1966, Tome VII, 282. Traduction française de Marcel Faure-Beaulieu, Gallimard 1937.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search