Version classiqueVersion mobile

Construire au Moyen Âge

 | 
Alain Salamagne

Glossaire

Texte intégral

GLOSSAIRE DES TERMES TECHNIQUES SUR LA CONSTRUCTION

  • 37 Voir en Bibliographie, sources publiées et instruments de travail.

Les répertoires ou dictionnaires de l’ancien et du moyen français37 ne mentionnent ou ne traduisent que rarement les termes d’architecture couramment rencontrés dans les documents comptables. Le présent glossaire sur les termes en langue d’oil ponctuellement complété par leur équivalence en anglais, flamand, langue d’oc ou latin, ne vise pas à combler cette lacune, mais simplement à préciser la signification d’un certain nombre de termes.

  • 38 FEW, 1, p. 2.
  • 39 AML, 16169, 55 r°.
  • 40 SALAMAGNE, 1997b, p. 458.

Abbatus ; abbattuere38 (Fig. 185).
8.5.9./
En 1456, les batardeaux (dodasnes) de la porte Notre-Dame étaient couronnés de 4 tas d’abatus et capprons* de griés.
Pierre à la face de parement oblique au lieu d’être droite, mise en œuvre : – sur les chapes des batardeaux, ainsi à Lille en 1425-26 pour le premier tas de l’encrappronnement de le dodenne du Biecqueriel39 sur les glacis des escarpes – dont celui du boulevard de la porte de Fives à Lille en 1511 – des contreforts, arcs-boutants, larmiers, fenêtres et créneaux des parapets40

  • 41 AMD, CC 219, 89 v° et r°.

Admenistrer
4.3.1.1./7.3.2./7.3.3./
Distribuer le travail avec l’idée de surveillance : admenistrer les ouvriers au fait de leur mestier.
Distribuer les matériaux
A maistre Jehan Turquet pour avoir (...) admenistré estoffes aux ouvriers41.

  • 42 LEMAIRE, 1911, p. 461. Chacun d’entre eux fut rétribué de 28 sous.
  • 43 ADN, B 8629.

Advertissemens
4.4.2./
Informations techniques données par le maître-maçon dans le cadre d’un projet d’architecture.
Advis, donner son advis, aviser, adviser, du latin avidere.
5.2./ ils dirent leur oppinion et advis pour le bien de l’œuvre.
7.1.2/donner son advis.
7.3.3.2./ declairé sur ce leur advis, baillié leur advis pour certain different qui estoit entre les ouvriers.
7.3.4./ adviser et faire adviser pluiseurs refections.
7.3.5./ pour veir et aviser la place.
74.1/ pour avoir leur advis et oppinions ; veir et adviser le fait de l’ouvrage.
8.5.2/ donner son conseil et advis.
8.5.6/ avisé se elles estoient souffissans (pour des pierres).
Voir avec attention, inspecter et donner son opinion sur un projet en cours ; voir, dans le but d’émettre un avis.
En 1418, le forgeron Jehan des Godaux, le maître-maçon de la ville de Lille Jehan Mina, et le maître-charpentier de Lille Jacques Miette, se rendaient à Valenciennes et Mons pour adviser pluisieurs pons et la maniere d’iceulx, par ensuite prendre leur advis adfin de bien faire le pont de la porte du Moliniel et vaquer en ce faisant chacun par III jours42... En 1460, des maîtres-maçons, charpentiers et fosseurs étaient convoqués à Bouchain pour veoir, visiter et aviser aux ouvrages et reparations necessaires estre fais tant a la fortresse dudit Bouchain comme aux moullins, cours d’euwes et huisines43.

  • 44 COUTANT, 1994, p. 472-473.

Agnille, agnelle, voir corbeaux
Anel, traduit par poutre horizontale, sommier du marbre44. Mais le terme se rapprocherait plus d’anille, pièce de décharge verticale.

  • 45 COUTANT, 1994, p. 458.

Agrappe
4.4.1.3./
Goujon de fer liaisonnant les pierres.
Les goujons étaient fréquemment utilisés pour fixer les pierres de remplage des fenêtres, des plafonds des coursières, des fondations, des piles des ouvrages hydrauliques, ponts, écluses45..

Aisement, aysement, aisemence de corps.
4.3.4.1./5.1.4./
Latrines.

  • 46 COUTANT, 1994, p. 464-466.

Aisselle, aissielle
5.2.3.1./
Planches de 2,5 à 4 cm d’épaisseur utilisées pour les planchers, les voyes* des chemins de ronde46.

  • 47 MORTET et DESCHAMPS, 1, 1911, p. 94.
  • 48 MORTET et DESCHAMPS, 1, 1911, p. 208 et 245.
  • 49 COUTANT, 1994, p. 460-461.

Aix, es, asciculus47.
Planche.
Le terme asseres, parfois traduit par chevron48, désignerait plutôt la volige. Les ais de chêne étaient utilisés en recouvrement des moulins49.

  • 50 MORTET et DESCHAMPS, 1, 1911, p. 252.
  • 51 CATTIN, 1997, p. 339.
  • 52 DURAND, 1901, p. 21.
  • 53 GODEFROY, 6, article piévoie.
  • 54 AMSO, CA 1473-1474, f° 109.
  • 55 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3.
  • 56 THOORIS, 1989, p. 38.
  • 57 ADN, B 4393, 37 r°.
  • 58 AML, 16247, 153 r° et ssq.
  • 59 D’ARBOIS DE JUBAINVILLE, 1862, p. 226, 233.
  • 60 MURRAY, 1987, p. 154.
  • 61 MURRAY, 1987, p. 158.

Allee, alee, alatorium50, alorium51.
Couloir d’accès à une pièce.
4.3.4.2./4.3.5./4.4.1./5.2.2.1./5.2.3./PJ 12/
Chemin de ronde, les aleez des dis crestiaux.
A Amiens au xive siècle, alees des terrés par dedens le ville52 ; à Tournai aux XIVe et xve siècles, alees, pievoies et crestiaux de le nouvelle frumeté53 ; à Saint-Omer, en 1474-75, alee d’une tour estant entre le porte de Lisle et le porte Labbé ou allees devant deux tours estant derriere SaintBertin54. Le devis de construction de la porte de Charleroi à Nivelles (1427) prévoyait la construction de deux usseries pour alleir sur les allees des murs allencontre des cretiauls*55.
Galerie de circulation, galerie d’escarpe d’un ouvrage fortifié.
Au château de Lille, galeries basses, hautes et moyennes56 ; l’allee inférieure était une gaine voûtée, que l’on éclairait avec des chandelles57, tandis que les deux niveaux supérieurs étaient des galeries de communication, ouvertes vers l’intérieur du château par des fenêtres ; allees d’en bas du boulevard de la porte de Fives en 151158.
Galerie haute extérieure d’une église le long des toitures,
A la cathédrale de Troyes aux xive et xve siècles59 : arcs des premieres aleez (coursière de nef)60, basses allees61.

  • 62 AMD, CC 213, 184 r°.
  • 63 AMD, CC 219, 89 r° et passim.
  • 64 AMD, CC 218, 1446-47, f° 84.
  • 65 DURAND, 1901, p. 21.

Alleron
4.3.1.2./4.3.4.1./4.4.1.2./4.4.1.3./4.4.3.2/7.5.9./PJ 11/PJ 12/PJ 13/.
Flanc d’un ouvrage, aile de maçonnerie.
Les ailerons de la porte Vaqueresse62. Reparé le teste d’un alleron au pont de le porte a l’Estancque I (...), l’un des ailerons et joés* de machonnerie du pont des Beghines63, l’un des ailerons du pont de le rue des Moudreurs64.
A Amiens, en 1389, a chascun lés de le tour, un aleron amorti par maniere de piler65.

Alitté, voir lit
PJ 14/

  • 66 VOCABULAIRE DE L’ARCHITECTURE, 1972, 1, p. 99. Anse ; FEW, 1, p. 100.
  • 67 ADN, B 9793.
  • 68 GILLIODTS-VAN-SEVEREN, III, 1875, p. 377.

Anse de panier (Fig. 186)
Voir Chaberand Arc en anse de panier ; arc surbaissé en demi-ovale, la portée étant le plus grand diamètre de l’ovale66.
A Valenciennes (1392-93), une porte pour le dite maison de le Venne (...) de IXpiés de let sour le hauteur de VIII piés ou environ, de gambes desquarie pour lassus tourner une vossure a ansse de pasnier67. A Bruges (1397), au deseure de chacun huys (...) une voissure a hausse de panyer de six piéz de le* et seront ycelles fendues en la moyenne pour passer les huys parmi68.

186. Anse de panier

  • 69 AML, 16229 (1490-91), 89 r° sq. et passim : pas de montee.
  • 70 AMD, CC 203, f° 435 et passim.
  • 71 AMV, J2 348 1. 2 (1377-78), 53 r° ; ADN, B 9854 (1434-35).
  • 72 LA FONS MÉLICOCQ, 1848, p. 143.
  • 73 En 1534, apas de grès de 5 pieds 1. 2 de longueur, et 1 pied de large à 2 sous, apas de 4 pieds de (...)
  • 74 COUTANT, 1994, p. 475.
  • 75 SOSSON, 1977, p. 96-97.
  • 76 M. CAFMEYER, « Het kasteel van Male », Annales de la Société d’Emulation de Bruges, LXXXIII, 1940-1 (...)

Apas, appas, pas de montee a vis.
PJ 11/PJ 12/PJ 13/.
Marches d’escalier.
Les apas ou pas étaient les marches des tourelles d’escaliers à vis à Lille69 Douai70, Valenciennes71, Béthune72, le Quesnoy73, Cysoing et Attiches74, etc., marches en bois, pierre de Tournai ou d’Antoing le plus souvent, mais parfois aussi en grès ; en Flandre et Brabant, à Bruges, trappen, traspteenen, wendelsteentrappen75, trappes au château de Male en 139076, trappen à Ypres, etc.

Apendances
PJ 4/.
Dépendances, bâtiments annexes.

  • 77 VOCABULAIRE DE L’ARCHITECTURE, 1972, vol. 1, p. 48.

Appareil
L’appareil est une maçonnerie formée d’éléments posés et non jetés taillés pour occuper une place déterminée77.

  • 78 COUTANT, 1994, p. 475.

Appariller
7.1.2./ quelle estoffe il avoit appareillé a le quarriere.
7.3.3./ 7.5.5./apparillier pierres.
Disposer les pierres pour former un appareil. Apprêter une pierre78.

  • 79 JOUBERT, 1890, p. 82.
  • 80 Sens non reconnu.
  • 81 ENLART, 1926, p. 14 et 18-19.

Arasement
PJ 13/.
Dernières assises d’une structure architecturale en cours d’élévation.
Au château d’Angers (1370), pour faire la vouste de la chappelle et la massonnerie de ladicte vouste et du haut oratoire au haut de la viz qui y joint, c’est assavoir d’au dessus des chapiteaux jusques a l’arasement du dessus de ladicte vouste79. À l’église d’Hénin-Liétard (xve siècle), tous les quartiers de ladite croix vauser et machonner soufissament, et les tremuyes80 d’icelle croix arraser de bonne machonnerie jusques a ung piet prés de la clef et arrasement des vaulsures (...), le remain d’icelles ogives arraser jusques a la haulteur de Ipiet prés de la clef desdites branques81.

Archiere
4.4.1.4./PJ 7/PJ 12/.
Embrasure de tir destinée au tir des arcs, l’archère est généralement dépourvue de mur bahut.

  • 82 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 4.

Ardoubliaul, ardoubliel
Voir Gambe
Arc doubleau (arc appareillé avec des doubleaux). (Fig. 187)
A la porte de Charleroi à Nivelles en 1427, ardoubliaul a tirch poinf de XII polx de parpain82, c’est-à-dire d’une épaisseur de 12 pouces ou 30 cm.

Arrechemens, voir quarche
7.4.2./

  • 83 SALAMAGNE, 1997b, p. 450.
  • 84 Comptes de l’église Saint-Vaast de Menin, REMBRY-BATCH, 1881, p. 551.
  • 85 SAMARAN et BRANET, 1902, p. 215.
  • 86 PEYLET-COSTANTINI, 1994, p. 300 ; l’auteur identifie ces pierres, à tort nous semble t-il, avec des (...)
  • 87 SALAMAGNE, 1995b, p. 299-300.

Asseler, du latin assolido (consolider) ? (Fig. 188 et 189)
4.4.2/7.4.2./ 8.5.1./ 8.5.4./ 8.5.8.2./ 8.5.9./
Pierres de taille présentant un parement sur la longueur compris le plus souvent entre 45 et 75 cm pour 20-25 cm de lit et 15 cm de hauteur.
L’asseler commun à Douai avait un rapport largeur/longueur de 1 sur 3. On distinguait des assellers ronds (pierres de taille convexes disposées en parement des tours ou des tourelles d’escalier), droits, parpains83...
On trouve des formes variables du terme : aisselles (Arras), archillers (Menin)84, aisselers (Bouchain), achelers (Lille et Bouchain), assellers ; eysserars à Bassoues (Gers)85, esseylars à la Chaise-Dieu (1344-1350)86 ; en Angleterre, esseler (Winchester, 1222), asselers (Westminster, 1252-53), haselers (Ely, 1337)87.

Aumaire
4.3.4.1./
Armoire.

  • 88 AML, 16247, 154 r° et 115 r°.

Avancement d’
Pierres disposées en saillie sur le nu du mur ?
Pierres davancement, servant ausdits bras de points et waussoirs, au boulevard de la porte de Fives à Lille en 1511, pour remettre au quaré le piller tenant le porte de Five de deux piez et demy en dehors euvre88.

  • 89 AMD, CC 218 (1446-47), f° 63 v°.
  • 90 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 11.

Avant-pis
3.3.3./ 4.3.3.5./ 4.4.1.4./ 4.4.3.2./4.5.2./ 6.2./ 7.1.1./ PJ 12/(Fig. 204 et 206)
Parapet à mâchicoulis.
Fait I hourt a le porte d’Esquerchin por mettre jus l’avampis de bos de le devanture d’icelle porte qui est en partie pouroy89.
A la porte de Charleroi à Nivelles (1427) : meneir ces avant-pis adeseure de se teraisse de VII piés de hault ou de teilh haulteur que conseilh adonera, et faire cretiauls en ycelle avant-pis (...) ; yceulx cretiauls entavelleis de capperons*, et parellement les espases* et yceulx capperons reviestir d’un ront bochail* par deseure portant abatuf dehors et devant, boullant* II polx et demy par dehors90...
Le parapet ou avant-pis comprend les merlons ou crestiaux, c’est-à-dire la partie pleine éventuellement évidée par une embrasure de tir. Le parapet machicollé, possède des mâchicoulis séparés par des tuoires.

Bachicollé, voir Creste
Maçonné.

  • 91 VERMESSE, 1867, p. 52.

Bahotte (Bauwette)
4.3.3./
Niche ou magasin à poudre.
Niche de mitoyenneté dans un mur
91

Baille
3.4.4./3.4.5./(Fig. 32 et 191)
Barrières édifiées en bois ou partiellement en maçonnerie devant une porte.

  • 92 SOYEZ, 1969, p. 73.
  • 93 COUTANT, 1994, p. 494-501.

Banch, bauch
PJ 11/X piéz d’espoisse et a XL piéz de banch.
Largeur d’une arase de fondation ou d’un bâtiment
Au château de Lille (1425-26), nouvelle chambre contenant dix noef piés de pesne et treize piés de bauch92.
Calibre des boulets.
Pièce de bois équarrie93.

  • 94 SALAMAGNE, 1986, p. 405-406.

Barbacane (Fig. 190 et 205)
5.1./
Volet de bois (plus rarement de pierre) appendu aux créneaux des murailles par des crochets de fer ou de pierre. On a encore parfois, mais rarement, qualifié ainsi l’ouvrage avancé d’une porte94.

  • 95 CLOQUET, 1881, p. 376.
  • 96 ENLART, 1926, p. 15 ; nous corrigeons les erreurs de transcription.
  • 97 AML, 16247, f° 181.
  • 98 ADN, B 4627.
  • 99 DESCHAMPS, 1892, p. 189.
  • 100 MURRAY, 1987, p. 148 et 151.
  • 101 PEYLET-COSTANTINI, 1994, II, p. 403-404.

Basse (Fig. 192)
Base d’un support, d’un pilier.
Au chœur de l’église Saint-Jacques de Tournai en 1367-1372, basses sur quoy li doy demi pilet qui sont au bout dou cuer viers le moustier sont fondé95. A l’église d’Hénin-Liétard au xve siècle, mettre et assir basses, coulombes* et cappiteaux de griéz, ou y faire en ce lieu piliers* de blanque pierre96, sur le boulevard de Fives (1511) à Lille, deux basses embassees de une ogive et d’un bouchiau*97, au château de Douai en 1399-1400, gambes, chimaises, mantet en grès de Lewarde et basses, coulombes, capitiaux et chimaises d’une cheminée en pierre d’Antoing98. A la collégiale de Saint-Omer (1449), pour avoir tailliet (...) deux pilers de dure pierre (...), et seu y a en basses et sous-basses, en capiteaux99... A la cathédrale de Troyes (1452-53), pilliers portant basses soubzbasses et pié droit100. Bassas à la Chaise-Dieu (1344-1350)101.

  • 102 AMD, CC 224, f° 56. SALAMAGNE, 1997b, p. 455.

Becq (Fig. 48 et 160)
7.4.2./ 7.5.9./
Pierre à deux parements formant un angle aigu.
A Douai (1456), elles étaient mises en œuvre en parement des fentes et rayeres102.

Beveau, beuveau, beluyau (Fig. 127)
7.3.3./7.4.2./8.5.2./

  • 103 ALADENISE, 1991, p. 51.
  • 104 DURAND, 1901, p. 354.

Panneau formé de lattes droites clouées appelées branches, formant entre elles un angle déterminé, pris sur l’épure ou sur une pierre103.
Leur usage, attesté à Douai et Soignies, l’est également à Amiens : A Jehan Macheré, hucher demeurant a Amiens, pour avoir fait de son bos un boeuveaux et une sauterelle pour les machons ouvrans a la porte de Beauvais104.

  • 105 FEW, 1, p. 364.

Billeté
7.5.9./pour des listes.
De bille105. Arrondi, mouluré.

  • 106 CLOQUET, 1881, p. 376.
  • 107 DE LA GRANGE, 1890, p. 161.
  • 108 AMV, J2 351, 28 r°.
  • 109 RICHARD, 1844, p. 283.
  • 110 COLVIN, 1971, p. 250-251 et sqq.
  • 111 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3 et 11.

Bocel, bouchial, bochial
(Fig. 167,193)
8.5.9./
Tore convexe. Tore. Boé s’oppose à nacellé (voir nacelle).
Au chœur de l’église Saint-Jacques de Tournai en 1367-1372, VI callaus faisans bavais et rons bouchiaus seans al huis de le tresorie106 ; sur le beffroi de Tournai (1444), et y ara sur chacun crestiel* une pierre portant encapronnement a tout ung boucheau deseure sallant pardeseure et pardehors deux pos ou environ107. À Valenciennes, à l’étage de la porte de Cambrai (1393-94), une boine vossure a VI bras d’ogive molees* de boine molure, de bouchiaux et de nachielles*108.
À la porte Martainville à Rouen en 1405, les carches, lesquelles seront boees* de deux membres et de deux nacelles*, et de deux chanffrains creux et de deux fillets*, aveuc les fourmerés* qui seront boés d’un membre et d’un fillet et d’une nacelle aveuc I petit carré109. On trouve le terme boseus en Angleterre110. À la porte de Charleroi à Nivelles (1427) : la sus maçonner une bonne liste* du parpain de ses couvertures, boullant* hors trois poix ou environ, reviestir par devant d’un ront bouchiaul, d’un fillet et d’unne croise nacelle’(...), yceulx cretiauls entavelleis* de capperons*, et parellement les espases* et yceulx capperons reviestir* d’un ront bochial par deseure portant abatut dehors et devant boullant II poix et demy par dehors111.

194. Boulevard et fausse braie

Boé, bouchelé, voir bocel

Bonelet, bonnel
PJ 11/PJ 13/.
Salle voûtée.

Bolsvercq, bollewert, bolwerck, bollewerch (en)
4.2./4.3.1.1./4.3.5./4.5.3./5.1/5.2.2.3./
6.2./6.3./6.4./6.5.4./PJ 12/.
Boulevard d’artillerie, ouvrage avancé possédant une plate-forme à l’air libre.

  • 112 SALAMAGNE, 1997b, p. 450.
  • 113 HOUDOY, 1870, p. 97.
  • 114 ENLART, 1926, p. 17 et 19.
  • 115 ADN, B 8624.
  • 116 LA FONS MÉLICOCQ, 1848, p. 132 et 143.
  • 117 COUTANT, 1994, p. 516-517.

Bougon, bongon, bugetz, bouge
PJ 8/PJ 11/PJ 12/PJ 13/PJ 14/.
Corbeau en demi-cercle qui soutient les linteaux des percements, les vantaux des volets de bois ou des portes.
À la porte de Cambrai à Valenciennes en 1391 : voet on faire les rebas* et les boujons et un arc doubliel pour l’ordenance de le porte clore et ouvrir112 ; rebas et bougons des fenêtres de la façade de la Halle échevinale de Lille113, des huisseries du portail de l’église d’Hénin-Liétard au xve siècle114, bougons par dehors d’une fenêtre à Bouchain en 1455-56115, coupple de bougons et rabatz à Béthune en 1442116, etc.
Cheville de fer117.

Boullant
Voir avant-pis.
Faire saillie, se projeter pour une moulure.

  • 118 REMBRY-BATCH, 1881, 2, p. 325 et 340.
  • 119 Bouchain (1514-15) ; ADN, B 8682, 59 r.

Boutisse
7.3.3.2./8.5.9./
Pierre insérée dans l’épaisseur des maçonneries afin d’assurer la liaison du blocage interne et du parement.
Les boutisses – en néerlandais, botycxche steene ou bouttisen118, streckers (en anglais stretcher) – ont la plupart du temps entre 45 et 75 cm de longueur sur 30 cm de largeur et présentent une seule face de parement formant queue dans les maçonneries ; elles devaient être d’une longheur convenable a l’oeuvre que pour y trouver bonne loyson*119.

Bouture, voir Enffourcq.

  • 120 AMD, CC 202, f° 319.
  • 121 TOBLER LOMMATZSCH, 1, col. 1111-1112.
  • 122 COUTANT, 1994, p. 855, traduit à tort par curer de nouveau.

Braie, Braye (Fig. 20,210)
3.3.4./5.1.2./5.1.3./6.4./8.5.9./nt. 219 /deffait les deux pans dou murs qui font brayes a le porte d’Oscre120.
De braie, vêtement couvrant la partie inférieure des jambes121.
Braie, soubassement de l’escarpe.
Resbrayer, rembrayer
nt. 353, resbrayé à propos des fossés.
refaire les braies de terre, soit le profil côté escarpe des fossés122.

Braye (fausse) (Fig. 77)
3.4.1./4.4.1.3./4.5.2./De faulse, extérieur.
Ligne de défense avancée précédant les courtines du corps de place, généralement constituée de murs à l’élévation réduite.

Bricque ione
4.3.4.1./
Brique jaune ou brique de sable.

  • 123 LASTEYRIE, 1877, p. 287.
  • 124 ADN, B 15890.
  • 125 GILLIODTS-VAN-SEVEREN, III, 1875, p. 377.
  • 126 MIROT, 1920, p. 270.

Capron, capperon, cape, voir Abbatu (Fig. 11, 168)
6.2/8.5.9./
Les caprons, pierres à deux parements de format triangulaire, forment les encapronnements (chapes) des batardeaux ou parapets du chemin de ronde. La cape est une pierre biseautée d’amortissement des pignons.
À Paris (1366), les parpaings étaient utilisés pour faire couvertures sur les archieres*, enchappemens et enchaperonnemens dessus les murs123, à Saint-Omer (1367), pour faire cappes pour les crestiauls124. À Bruges (1397), seront les payes (balustrades) vestues de caperons125 ; chaperons de l’ouvrage du Pont-de-Seine à Rouen en 1410126.

  • 127 AML, 16169, 55 r°.
  • 128 LA FONS MÉLICOCQ, 1862, p. 139.
  • 129 PIÉRARD, 1971, p. 347.
  • 130 D’ARBOIS DE JUBAINVILLE, 1862, p. 226.
  • 131 REMBRY-BATCH, 2, 1881, p. 547.
  • 132 DURAND, 1901, p. 341.

Encapronnements
8.6.4./
À Lille, le premier tas de l’encrappronnement de le dodenne du Biecqueriel (1425-26)127, les cappes deux pietz de long, XIIII pauchs de large et neuf pauch d’espéz, esquelles cappes les deux feront trois parpoinctz (1539)128 ; à Mons vers 1315, des fenêtres de 2 pieds et demi de largeur et 3 pieds et demi de lonch d’acapement devens pour vir mieus au dehors129 ; à la cathédrale de Troyes (1366), enchappement des arcs-boutants130. A Menin (1454), caproenement131. À Amiens, capperons et capes franchoises de bois aux fenêtres beauvaisiennes des combles de la porte de Montrescu132.

  • 133 REMBRY-BATCH, 2, 1881, p. 551.
  • 134 AMD, CC 209, 45 r°.
  • 135 SALAMAGNE, 1995b, p. 301 ; CATTIN, 1995, p. 69.

Carreau, coirreau, quarreau (Fig. 150)
4.4.2/8.5.6./
On distinguait les coiriaux de machonnerie des coiriaux de cauchie ; quareelsteenen, quareel en néerlandais133, quare ! ou coirel à Douai au xve siècle134.
Pierres à une seule face de parement. À Douai, le carreau commun mesurait 8 pouces de longueur en parement, 6 pouces d’épaisseur (hauteur), 8 pouces de lit (profondeur), soit 21 x 16 x 21 cm. Quadrus, i, pierres de 1 pied de hauteur sur 2 de longueur au château de Luisandre en 1315-16135.

Carriere (Fig. 209)
5.1./5.1.2./8.5.9./
Passage d’une porte fortifiée permettant la circulation des chariots.

  • 136 Pour COUTANT, 1994, p. 534, la caucie serait également une élévation de terre pour retenir l’eau ?

Cauchie (Fig. 151)
3.3.5./4.2./4.3.5./4.4.1.3./7.3.1./
8.7.1./
Chaussée pavée136.

  • 137 AMV, J2 348bis (1382-83), 39 v°.

Caufecon (Fig. 195)
Cheminée.
Sur la tour Saint-Gilles à Valenciennes, et en celi estage I caufecon en l’espesseur dou mur137.

Cauffour, caufour
8.7.1./PJ 3./
Four à chaux.

  • 138 COUTANT, 1994, p. 536.
  • 139 ADN, B 12822.
  • 140 ADN, B 8674, f° 50 à 57.

Cavech, quevech
nt. 141/1
Chevet, tête de pont ; dans le cas d’une porte de ville, construction ou emplacement situé sur la contrescarpe, devant le pont franchissant les fossés.
A Douai (1398), depuis le cavech d’aval l’eaue en montant contremont138. Au Quesnoy (1387), quevech dou pont au leis viers les brayes, le queveche dou pontlevis139. À Bouchain (1506), sur le grand pont de pierre, 18 voussures entre deux cavechs de gréz140, entre les deux têtes de pont.

  • 141 TOBLER LOMMATZSCH, 2, col. 84-85.
  • 142 D’ARBOIS DE JUBAINVILLE, 1862, p. 225 ; MURRAY, 1987, p. 120.
  • 143 FAGNIEZ, 1898, 1, p. 130.

Cedule
7.1.2./7.4.1/
Ordre d’engagement de travaux rédigé d’après les devis.
Compte-rendu écrit succinct d’une expertise. Abréviation d’un écrit141. À Troyes (1362) : C’est la cedule de la visitacion de l’eglise de Troyes faite par maistre Pierre Faisant, machon142. Au collège de Beauvais à Paris (1387), le maître-maçon Raymond du Temple devisa une cedule de quelle forme, matière, ordennance et espoisse seferoit ledict edifice143.

  • 144 AMD, AA 88, 5 v°.

Cendre floereche
8.5.4/
La chaux vive de Tournai qui, une fois éteinte, devenait de la cendrée.
On fait le ban se aucuns hom amaine cendre flawerece en ceste vile por vendre144...

Cerce, voir cherche

Chaffal, voir eschiffe

  • 145 DES MAREZ et DE SAGHER, 1, 1909, p. 82.
  • 146 DESCHAMPS, 1892, p. 189 et 190.
  • 147 AML, 16247, f° 181.
  • 148 REMBRY-BATCH, 2, 1881, p. 341.
  • 149 COLVIN, 1971, p. 250-251 et sqq. ; SALZMAN, 1952, p. 110.

Chamberand (Fig. 163, 167, 201)
8.5.9./
Chambrande qui fait rafestissement a l’arque et vaulsure à la porte Notre-Dame. De camarare, construire en forme de voûte ?
Archivolte. Les archivoltes avaient souvent leur gorge moulurée décorée de crochets (chambrande a foeulle).
Chambrande de le grande porte aux Halles d’Ypres en 1286145 ; à la collégiale de Saint-Omer (1449), pour avoir tailliet en tasque XVIII piés et demy de sanbrande pour la vaussure du portail chacun piet o pris de XVIII deniers, pour avoir tailliet en tasque XXXII piés de sanbrande a creste* pour assoir desur le portail devers le cloistre, cascun piet au pris de XXI deniers..., pour avoir tailliet XVII foeulles* pour les chambrandes de Manque pierre pour le portail, cascune foeulle au pris de IIII sous, VI deniers146. Sur le boulevard de Fives à Lille en 1511, une ansse* de pannier portant le mollure du pietdroit revestue d’une chambrande portant mollure147, à Menin (1610-11), sameranden boven de vey (n) sters148.
En Angleterre, chambrances (Ely, 1360 et Langley, 1368), chamerantz (King’Hall, 1428), chamberhaunt (King’s Hall, 1466), (abbaye de Westminster 1253)149.

Chaussieres
8.5.9/
Chanfreins.

Chavec, voir cavech

Chercle, cerche
7.4.2./

  • 150 DES MAREZ et DE SAGHER, 1, 1909, p. 551 et II, 1913, p 29.
  • 151 ADN, B 8541.
  • 152 ADN, B 8559.
  • 153 LEMAIRE, 1911, p. 463.
  • 154 SALAMAGNE, 1997b, p. 473.
  • 155 Livraison à Bouchain de 900 cercles parpains pour le montee a vis et pour le ditte tour (d’Ostrevan (...)
  • 156 SAMARAN et BRANET, 1902, p. 217 et 220.
  • 157 QUENEDEY, 1924, p. 143.
  • 158 SALZMAN, 1952, p. 109 ; COLVIN, 1971, p. 250 et sqq.
  • 159 COUTANT, 1994, p. 536-539.

Cerce, cerchium, cercle.
Contre-profd, concave ou convexe, d’un gabarit de pierre (Fig. 127).
Pierre de format semi-circulaire, à profil concave ou convexe, mise en œuvre en parement des tourelles d’escalier à vis, des puits et des cheminées (Fig. 195).
A Ypres en 1315 et 1316, cherkes de kuminees150. À Bouchain (1394-95), livraison de 190 chiercles pour le montee a vy de le fyolle* de le porte d’Ostrevant151 ; en 1405, montee a cercle ou tourelle d’escalier à vis d’une tour152. À Lille (1402), taille de 68 chercles de Manquepiere à 32 sous le cent et de noiaux de blanque piere153, et en 1511 de coings serches154. À Bouchain (1390-91), chercles parpains155, pierres du limon d’un escalier à vis.
À Bassoues (Gers) : Item pro taillia M IIIc XXXVIII lapidum vocatorum cerches et novell (...) pro turrellis magne turris. Item pro erradicatione lapidum vocatorum cerches pro uno puteo (puits) fiendo in dicto Castro156. À Rouen en 1396, par dedens la vuys fault monter de cerques tout a plon selon le creux d’icelle vuys157.
En Angleterre, cerche (Westminster abbey, 1252), skerches (Westminster Palace, 1365), sergh, seerch (King’s Hall 1417 et 1430)158, etc.
– Cherque, chiercle. Cerceau de bois ou de fer entourant une cuve, un tambour de treuil, un seau159, etc.

Chevaliers
PJ 4/
Terme non identifié. Chevalets ?

  • 160 AMD, CC 213, 184 v°.
  • 161 ADN, B 9799.
  • 162 ADN, B 9831.
  • 163 ADN, B 9855.
  • 164 ADN, B 9896, 50 r°.
  • 165 HOUDOY, 1884, p. 41.
  • 166 AMD, DD 4.
  • 167 DEHAISNES, II, 1886, p. 372.
  • 168 DESCHAMPS, 1892, p. 189.
  • 169 ENLART, 1926, p. 14.
  • 170 Construction du grand pont sur l’Escaut ; ADN, B 8674, f° 50-57.
  • 171 MORTET et DESCHAMPS, 2, 1929, p. 299.
  • 172 CAFMEYER, 1946, p. 123.

Chimaye, chimaide, cimage, cimase (Fig. 195,203)
PJ 14/
À Douai, à la porte Vaqueresse (1429-30) : rencapronné le viese queminee de ladite garde et y en fait une nouvelle séant par dehors sur corbeaux de pierre et fait le mantel et chimayes servans a icelle de pierre de griés160. À Valenciennes (1393-94), chimaises mises au faire I contrecoer noef fait en le keminee161 ; en 1409-10, une keminee de piere audit moulin dont les gambes*, corbiaus, chimaises et mantiaux sont de griés et li liste ossi162 ; en 1431-32, grandes pierres pour les chimaises des deux cheminées de la maison des Changes163, en 1471-72, chimaises des cheminées de la Salle-leComte164. À la maison échevinale de Lille (1397), taillet l’estojfe d’une keminee, les gambes, basses, coulombes*, capitiaules, cymages, somiers et mantiel165.
Cimaise, imposte moulurée d’une cheminée.
8.5.9./ chimayes assis a ung léz et a l’autre de au desoubz les sommiers de le premiere arque et vaulsure coté ville (porte Notre-Dame).
Imposte moulurée du piédroit d’un portail, d’un arc, d’une fenêtre, abaque couronnant la corbeille des chapiteaux.
À Douai (1410), le chimaye du portal de l’entree des basses halles as draps166. À Valenciennes, à la collégiale Saint-Jean (1350-55), grandes pierres pour faire parpoint ens es pilers des fourmes et pour faire les cappitiaux, les chimaides et les reprises pour assir les ymagenes167. À la collégiale de Saint-Omer en 1449, pour avoir livré une dure pierre de XXII piés quarrés pour faire te chymaie d’un piler..., pour avoir tailliet (...) deux pilers de dure pierre dont en y a pour lesdits pilers XLIIII piés et demey du piet droit, et seuy a en basses* et sous-basses, en capiteaux et en chymaises, XIIII piés et demi168... À l’église d’Hénin-Liétard, un devis du xve siècle prévoyait la construction d’une basse* et une coulombe de griéz surmontée de cappiteaux et chimayes de griéz169... À Bouchain (1506-07), livraison de grosse pierre que l’on dit pierre au piet que pour faire les deux grosses chimaises assizes sur les piedz droits* de l’arcure au tiers-point faisant porte170.
Cimages, à propos de fenêtres taillées pour le refuge de l’abbaye de Cambron à Bruges en 1272171, simages au château de Male en 1390172.

Chintres
4.3.4./5.1.2./
Cintres, étais soutenant la courbe des arcs, des voûtes ou des niches pour en permettre le voûtement.

  • 173 COUTANT, 1994, p. 561.

Claus d’escailles
8.7.3./
Clous utilisés pour les ardoises.
Mentions à Menin et Lille au xve siècle173.

  • 174 COUTANT, 1994, p. 557.

Claus latteres
8.7.3.
Clous à tête plate servant à attacher les lattes.
Mentions aux xive et xve siècle à Harelbeke, Ninove, Lille, Seclin174, etc.

  • 175 RICHARD, 1844, p. 281.
  • 176 Traduit par keystone par COLVIN, 1971, p. 256-257.

Claveau (Fig. 163)
8.5.9./
Pierre à deux faces de parement ayant en hauteur des arêtes parallèles, utilisée en plate-bande des cheminées.
À la porte Martainville à Rouen (1405), asseoir les clavyaux de la cheminee (...) et si faudra faire et asseoir les deux manteaux175 ; clavis à l’abbaye de Westminster en 1253176.

  • 177 HOUDOY, 1884, p. 96.
  • 178 JENZER, 1994, p. 446.
  • 179 REMBRY-BATCH, 2, 1881, p. 325.
  • 180 MURRAY, 1987, p. 169
  • 181 ROSEROT DE MELUN, 1966, p. 123 et sqq.
  • 182 HAHNLOSER, 1972, p. 162, pl. 60-61.
  • 183 ALLINNE, 1912, p. 79.

Clere voye, clerevoie (Fig. 196)
7.3.3.1./
Sur la façade de la maison échevinale de Lille (1423)177, le dere voye qui se chaindra autour des dites tourieles ; cleres voyes du jubé de lad. église de Saint-Hyppolyte de Poligny au xve siècle178. La dere voye du beffroi de Menin en 1610 désignait la balustrade ceinturant les quatre tourelles d’angle179.
Balustrade bordant les pievoyes ou allees.
– Rampants supérieurs ajourés en forme de balustrade des arcs-boutants.
À la cathédrale de Troyes au xve siècle180, les orbes-voies désigneraient pour Roserot de Melun, opposant orbe-voie à clere-voie, les chéneaux établis à la base des toitures du choeur ou des chapelles181. Mais les voies dedens et orbes arkes mentionnés par Villard de Honnecourt aux chapelles rayonnantes de la cathédrale de Reims désignent les coursières et leurs arcs aveugles182. Au portail Saint-Romain de la cathédrale de Rouen, en 1386, on livrait 16 pierres pour le corps de l’orbe fourmement qui sont es II pinacles et 20 pierres pour les II clers pinchons qui seront sur les II orbes fourmez183, soit un fenestrage aveugle surmonté d’un réseau ou d’un gable (pinchon ?) ajouré.

Coirreau, voir carreau

  • 184 SALAMAGNE, 1997b, p. 449.
  • 185 SOSSON, 1977, p. 96.

Commune (pierre ou type de pierre), kemun
5.2.3./8.5.4./PJ 3/.
Pierre crocquetée en carrière.
Mention à Tournai, à côté de la pierre bastarde, de la pierre commune184, à Bruges au xive siècle des ghemeene orduuns185.

197. Compasser. Le grand compas d’appareilleur pour le dessin des épures

  • 186 MURRAY, 1987, p. 148.
  • 187 AGR, 8257.
  • 188 DEVILLERS, 1857, p. 14.
  • 189 TOBLER LOMMATZSCH, 2, col. 624-625, d’après Le Roman d’Eledus et Serene, ed. par J. Revell Reinhard (...)
  • 190 Ib., d’après Enéas, Roman du xiie siècle, ed. J.J. Salverda de Grave, I, Paris, 1925, 3154.

Compasser (Fig. 125,197)
7.4.1./ compasser le rondeur de la demi tour ; mis et compasset en parchemin. II. patrons...
Tracer la figure géométrique d’un ouvrage ou d’un objet avec un compas.
Trasser et compasser les molles à la cathédrale de Troyes (1452-53)186 ; à Ath (1369-70), adonc compassa il le fourme du noef caufour et fu delà les ouvriés pour yauls enseigner187 ; avoir mis et compasset en parchemin. II. patrons de le maniere del ouvrage qu’il appertenra a faire à Sainte-Waudru de Mons (1449)188.
Li quarrel en sont fort (de la tour), a chiment compassé189. Devers la mer sus el moncel, la lor compasé un chastel190.

  • 191 AMV, J2 348bis, 39 v°.
  • 192 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 4.

Consel, consaux
4.3.1.1./ conseiller bien et loyalment, 7.1.2./ pour se pension de (...) estre au conseil, par conseil des maistres ouvriers de la ville, 7.3.2./ conseiller bien et loyalment les ouvriers, 7.3.5./pour viseter et conseiller le fachon dudit ouvrage, avoir esté au conseil de ladite ville sur le fait d’icelle tour, 8.5.4./donner son conseil et advis...
Consultation du maître d’œuvre par le maître d’ouvrage à propos de travaux à réaliser.
À Valenciennes (tour Saint-Gilles, 1382-83) : Et en celi estage I caufecon* en l’espesseur dou mur la ou consaus la portera191. À Nivelles (porte de Charleroi 1427) : celi coursire* assises et espacés que leur conseilh portera192.
Directives, indications complémentaires données par le maître d’œuvre durant le chantier.

  • 193 Aimery de Narbonne, Richelieu 24369, f° 38 v cit par GODEFROY, 2, p. 213.

Copperech, copresse
8.5.8.6./ le martel copperech (Fig. 154, 157).
Marteau têtu biseau pour fendre les grosses pierres, encore utilisé pour la sape des murs A granz copresses et a granz pelz d’acier, Veulent les murs abatre etpecoier193.

  • 194 Plutôt que le sens particulier donné par Y. Coutant, COUTANT, 1994, p. 576.

Coppon
Morceau, fragment d’un ensemble194.
PJ 7/ coppons de pan de mur.
Section de courtine.
4.2./ un coppon de neufve cauchie
Tronçon de route.

  • 195 ADN, B 12824.
  • 196 AMV,J2 351, 28 r°.
  • 197 AMV, CC 2970.
  • 198 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 14.
  • 199 AMV, J2 350ter.
  • 200 LA FONS MÉLICOCQ, 1848, p. 124.
  • 201 AML, 16247, 98 r°.
  • 202 COUTANT, 1994, p. 576.

Corbiau, corbel (Fig. 204).
PJ 8/
Pierre insérée en encorbellement d’un mur.
Le corbeau était employé :
en support des embouts des poutres des planchers ou des éléments de bois, au Quesnoy (1389) pour porter pouttres et agnelles195 ; à Valenciennes (porte de Cambrai, 1391) pour porter lestage de bos ou pour porter les agnilles*196, (pont Ghonchet, 1427) pour faire soustenue a gistes* aux juwees*197 : à Nivelles (porte de Charleroi, 1427), pour recepvoir anilles198.
– pour les mâchicoulis des tours, portes et murailles, ainsi des corbiaus des tuyoires* de la porte de Cambrai à Valenciennes (1391)199.
– pour des arches à Béthune (1510) ainsi des 7 couples de corbeaux creux et rons200, pour les battees et feullemens des portes du bollwercq de Fives à Lille en 1511201, etc.
Aisselier, poutre oblique renforçant l’angle formé par un montant et une poutre horizontale202.

  • 203 SOYEZ, 1969, p. 112.

Corniere, courniere
3.4.4./
Tour d’angle.
Au château de Lille (1437-38), la grande tour corniere sur les champs203.
4.5.5./ baterie corniere
Bastion d’angle.

  • 204 COUTANT, 1994, p. 573.
  • 205 HAHNLOSER, 1972, p. 50-51.
  • 206 HOUDOY, 1884, p. 96.

Coullombe, colombe (Fig. 192)
Colonne204.
Colonbes chez Villard de Honnecourt205. En façade de la Maison échevinale de Lille en 1423, freniestres croisiés, dont chacune aura de largheur VI piiés entre deux bougons sans le coulombe du milieu206.

  • 207 HENNEBERT, 1858, p. 166-167.
  • 208 HENNEBERT, 1858, p. 166.
  • 209 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 4.
  • 210 AMD, CC 216 (1439-40), 76 v°.
  • 211 AMD, CC 213, 1429-30, 198 r-v°.
  • 212 CATTIN, 1997, p. 189, 342.

Coursiere, coursire (Fig. 209)
5.3./
Rainure dans le passage d’une porte permettant de faire coulisser la herse.
À Tournai (1398), ravalé une coursiere estant au mur de le porte de le Thieulerie et de le porte du Bourdiel, pour le ventelle courir bas en l’iauwe quant le riviere est petite207, avoir recouvert d’aissielles les coursieres des macques* du pont levis de le porte Saint Nicolay du Bruile208.
– Le devis de la porte de Charleroi à Nivelles (1427) désigne indifféremment comme coursière les rainures ménagées dans le passage de la porte pour la herse et les logements destinés à recevoir les bras du pont-levis : Celi voye estojfees de coursires pour son restiaul* de VI polx de leit et de VI polx de parfont, celi coursire assises et espacés que leur conseilh portera (...)· Et faire les coursires pour les fleces de son pontleviet d’unne plate vosure* riglee* a double fachelure*, depiet et demy de hault209.
Écluse (Fig. 20)
À Douai, ventelle et coursiere d’yaive passons par desoubz le pont de le porte Saint Eloy210, coursires de yaues à propos de la tour des Dames211.
– Corseria, ae : coursière, chemin de ronde en Savoie au xive siècle212.

Couverture
PJ 8/ estojfees (...) par le dehors de couvertures de parpains. PJ 14/.
Pierre de format variable disposée en plafond des chambres des embrasures de tir, des couloirs, des coursières, des chemins de ronde, etc.

  • 213 AMD, CC 219, f° 8 v°.
  • 214 AMD, CC 219, f° 8 v°.
  • 215 AMD, CC 219, 86 v°, 87 r°.
  • 216 AMV, CC 2969, 96 v°.
  • 217 AMSO, CA 1476-1477, 178 v°.
  • 218 HAHNLOSER, 1972, p. 49, pl. 18a.
  • 219 ALLINNE, 1912, p. 79.
  • 220 DESCHAMPS, 1892, p. 173.
  • 221 DESCHAMPS, 1892, p. 189 et 190.
  • 222 TOBLER LOMMATZSCH, 2, col. 1037.
  • 223 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 10.

Creste, crette
3.4.3./AJ 4.1./4.4.3.2./4.3.5./5.2.1./5.2.2.3/5.3./5.4./6.1.1/6.4./7.1.1./8.7.2./PJ 7/. PJ 9/
4.1./ mures de terre ordenés a faire pour la dejfence de le ville sur les crestes de le fortereche. 3.4.4./pan de mur emprés ledite tour par dedens le ville contre les crestes pour ten ir et affermer les teraux d’icelle. PJ 2/crestes des fossés de le vile au leis deviers les murs
Talus supérieur des terrées de la ville.
Les crestes de Barlet mouvans depuis le grosse tour allans jusques au gardin qui fu Amonry Gossel que solloit tenir Galhault de Tourmegnies ; les crestes vers le ville et vers le grant fossé qui est entre le porte Vacqueresse et le ducq de le Trinité, les crestes depuis le dodasne qui est derriere le Trinité213, etc.
Levées de terre intermédiaires des fossés (Fig. 66, 76).
4.3.5./ La creste dudit fossé du léz des champs
4.2./ pan de mur rouillié que on a fait en le creste du fossé de dehors le bollewert de ledit porte d’Esquerchin ; les fosséz et moyennes crestes214.
Talus de la contrescarpe.
En 1451 à Douai, avoir replané et redrechié les crestes des fossés entre la porte d’Arras et ses bailles215 ; à Valenciennes (1427), crestes de fossés sur les prés de Brueil216, à Saint-Omer (1477), saillye pour aller du long le creste a le porte Sainte Croix217.
Motif décoratif de pierre sur les arêtes d’un clocher ou sur les rampants d’un gable.
8.5.4./ À propos du clocher de Laon : par deseure sunt li conble a VIII crestes, nous dit Villard de Honnecourt218 ; du portail Saint-Romain de la cathédrale de Rouen (1386), XVI pierres qui seront les feuillez ou crestes rompantes qui yront contremont219 ; de la collégiale de Saint-Omer (1427-28), pour l’apareil* d’un piler des arsboutans, est assavoir l’amortissement, pignacle, fyoles, crestes, foeulles et espis220, en 1449, sanbrande* a creste pour assoir desur le portail devers le cloistre221...
Saillie sur une pierre.
Maçons pierres arëondissent, Poi i lessent boce ni creste222.
Sommet d’une tour.
À la porte de Charleroi à Nivelles (1427) : une teraisse qui sera bachicollee* tout a tour de l’unne creste jusques a l’autre par le dehors223.

  • 224 CATTIN, 1997, p. 342.
  • 225 TOBLER LOMMATZSCH, 2, col. 1041-1042.
  • 226 SALZMAN, 1952, p. 107-108.

Cretel, crestel, crestiel (iaux), crenellum, cranellum224 (Fig. 204, 206)
4.3.1.1./4.6.1./5.2.2.1./5.2.3./6.2./PJ 11/.
Merlons du parapet à Douai, Valenciennes, Tournai, Bouchain, etc. Le terme apparaît encore fréquemment dans les romans ou les chansons de geste225. En Angleterre, livraison de pierre de Caen pour les scuthtables et scucrestes du chemin de ronde de Westminster (1329)226, mention de scucrest à Sheppey en 1366, etc.

Creteler
PJ 4/.
Munir de merlons un parapet.

  • 227 QUENEDEY, 1924, p. 143.
  • 228 RICHARD, 1844, p. 283.
  • 229 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 11.

Creux
Vide d’une construction.
À Rouen en 1396, le creux d’icelle vuys227.
Profil concave.
À la porte Martainville à Rouen (1405), les carches à deux chanffrains creux228. À la porte de Charleroi à Nivelles (1427) : une cruese nacelle229.

Cris et descrois, à
PJ 7/PJ 13/, au derrain descroissant.
Enchère au dernier enchérisseur à la baisse.

  • 230 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3.
  • 231 AMV, J2 – 348 bis, 39 v°.
  • 232 CATTIN, 1995, p. 125.

Croix (en)
PJ 14/
Diamètre d’un ouvrage, d’un élément d’architecture.
À propos de la porte de Charleroi à Nivelles en 1427 : celiporte (...) de chinquante piés de grosseur en son crois ou environ230. À Valenciennes, la tour Saint-Gilles (1382-83) avait XXIX piés ou environ parmi le crois de dehuers en dehoers231. Au château de Saint-Rambert, en 1324-25, à propos des murs de duas teyssas croysiatas d’une tour232.

Cro (c) queter
PJ 14/croqueté d’espinchaige.
Dégrossir la pierre pour lui donner un gabarit.

Cro (c) queteur
7.3.3/. 8.5.2/crocqueteur de grés.
Ouvrier qui cro (c) quete la pierre, et qui n’est pas obligatoirement un tailleur de pierre.

  • 233 AMD, CC 216, f° 89 r°.
  • 234 AMD, CC 213 (1429-30), 143 v°, 144 v, 145 r°.
  • 235 AMD, CC 218 (1446-47), f° 68 r°.
  • 236 ADN, B 8674, 63 v°.
  • 237 FEW, 2, p. 1373.

Crouste
4.2./ (Fig. 65)
Les croustes, de 5 pieds à 13 pieds de longueur233, étaient utilisées sur les boulevards de bois, les corps de garde, les palissades afin de retenir les terres234. Elles servaient encore avec les cloyes et hestaux à confectionner les hourts ou échafaudages235. À Bouchain (1506), des pillots et gros croustes de quesne supportaient les terres des boulevards236.
Les croustes sont des planches grossières prises sur l’aubier d’un arbre à équarrir et conservant leur écorce237 : elles pouvaient être disposées en emboîtement comme les clins.

198. Cuins doubleaux

Cru, pierre
8.5.8.1./
Pierre non taillée.

  • 238 MORTET DESCHAMPS, II, 1929, p. 299.
  • 239 GILLIODTS-VAN-SEVEREN, III, 1875, p. 377.
  • 240 LA FONS MÉLICOCQ, 1848, p. 123.
  • 241 AML, 16247, 154 r°.
  • 242 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3

Cruppe
Parement correspondant à l’extrados de la pierre (Fig. 169).
En 1272, pour des pierres de Tournai envoyées à Bruges, XXXVIII piés de vossure de XIII pos de crupe et I piet de parpeng*238. À Bruges (1397) : et auront ledit voissoir piet et demi en crupe, et seront arasees a nyvel apres le crupe des voissures239 ; à Béthune (1442), voussoirs de 14 pouces de cruppe, 15 pouces de longueur, a deux testes, les clefs doubles des arches240 ; au boulevard de Fives à Lille (1511), les waussoirs des deux arches portant deux tiestes et douwelle de XV paux de parpain* et de XIII faux de cruppe, portant XXXVII piéz et demi de longueur241. À la porte de Charleroi à Nivelles (1427) : yceux ardoubliaus tourneir a tirch point* d’un piet de parpain et d’un piet en crupe242.

  • 243 REMBRY-BATCH, 1881, p. 551.
  • 244 SALZMAN, 1952, p. 105 ; CATTIN, 1990, p. 29, 35, 62 ; CATTIN, 1997, p. 311.
  • 245 MORTET et DESCHAMPS, 1, 1911, p. 269-270.
  • 246 SAMARAN et BRANET, 1902, p. 216 et sqq.
  • 247 SALAMAGNE, 1997b, p. 450.

Cuin, coing, quing, kuin, eecksteen (néerl.), scue (angl.) (Fig. 150,160).
Pierre taillée sur deux faces de parement perpendiculaires, une principale et une secondaire.
7.4.2.1./ 7.5.9./ 8.5.1./ 8.5.4./ 8.5.6./ 8.5.9./
Les cuinsquings243, eecksteenen en néerlandais, kuinz, coins, scues en Angleterre – sont des pierres taillées sur deux faces de parement perpendiculaires, une principale et une secondaire, qui sont disposées aux angles d’un élément de structure, contrefort, piédroit, arc, ébrasement externe ou interne d’une fenêtre : scuasshelers, coings simples ou communs, coings d’arrestes, quings doubliaux ou doubles carreaux, coings chanfrain. Sur les chantiers du comté de Savoie, on emploie l’adjectif angularius et en Angleterre parfois celui d’anglers244. À Lyon, les chaons ou choins sont des pierres de marbre de grande dimension récupérées des ruines antiques245 ; cugnus à Bassoues (Gers)246. Les cuins avaient le plus souvent de 60 à 90 cm de longueur, de 25 à 30 cm de lit, de 15 à 20 cm de hauteur. On distinguait des petits et grands cuins. Les rapports de proportion des cuins doubles se rapprochaient plus du carreau, mais avec trois faces de parement : pour quatre doubleaux portons trois parremens, précise t-on à Lille en 1480247.

Cul de lamppe
8.5.9./
Console.

Deffouyr
5.2.3.1./
Creuser pour retirer.

Descroissans
PJ 13/
voir Cris et descrois

  • 248 TOBLER LOMMATZSCH, 2, col. 1754, 1755 ; GREIMAS, 1969, p. 185.

Dessevreurs
7.1.2./
De dessevrer, celui qui partage, divise248.
Les maistres dessevreurs des hiretages de le ville avaient la responsabilité de la délimitation des héritages urbains ou des fossés de la ville.

Deuve, voir douve

  • 249 Pour le sens général voir, TOBLER LOMMATZSCH, 2, col. 1873-1883

Devise249
4.3.1.1./ 4.3.2./ 5.2./ 7.1.2./ 7.3.4./ 7.3.5/ 7.4.1/firent escripre le devise de icelli fourme, le devise et taille de griés et oeuvre de machonnerye.
Devis descriptif, quantitatif et/ou estimatif rédigé par écrit pour un projet d’architecture, de taille de pierre, de charpente... Le devis peut être global ou partiel, par entreprise générale ou corps de métier.

  • 250 COUTANT, 1994, p. 142 et 616-617.

Dicq, dik.
3.3.6./ 4.1./ tour du Dich de la Trinité, 4.3.1./ 5.3./ nt. 81.
Digue, massif de maçonnerie barrant des fossés en eau250.

Dodasne
3.4.4./ 4.3.1.1./ 4.4.1./ 4.4.1.3./ 4.4.3.2./ 4.5.1./ 7.2./(Fig. 11)
Batardeau, digue de terre ou de maçonnerie construite dans les fossés des fortifications ou dans le cours d’une rivière.

Doissien
8.7.1./
Douaisien. Monnaie de Douai.

Doubleau, pierres double, pierre doubliere (Fig. 187, 189, 208)
7.3.3.1./ 7.4.1./ 7.4.2.1./ 8.5.9./
Pierre à trois faces de parement, une principale, deux secondaires, utilisée pour les arcs, ogives et contreforts.

  • 251 TOBLER LOMMATZSCH, 2, col. 2054.
  • 252 AMD, CC 219, 108 r°.

Dove, douve, douwe, doeufves
7.1.1./PJ 1/
Mur de contrescarpe des fossés (fausses douves) ou mur d’escarpe des arrières-fossés251 ; faire estanque a une routure qui est es doeufves du fossé d’entre les porte Morel et de l’eauve contre le place du Ham des Moyes252.

Dowee, douwee (pour une tour)
4.3.2./
Relever les douves.

  • 253 AMD, CC 225 (1456), 66 v°.
  • 254 AML, 16247, 154 r° et sqq., publié dans SALAMAGNE, 1997b, p. 472-473.
  • 255 BOISSEUIL, 1992, p. 56.

Douvelle (plein en)
Voir Tieste
Face de parement d’une pierre.
Plains en douvelle pour des cuins253.
Face d’intrados du claveau d’un arc.
Au boulevard de Fives à Lille en 1511, waussoirs des deux arches portant deux tiestes et douwelle de XV paux de parpain* et de XIII paux de cruppe*, planques et seuilles à 2 douelles254.
– À Tours, le terme désigne encore la planche de bois posée sur un cintre et qui reçoit cette pierre255.

Enacellee, voir naucelle

Encambremen
8.7.2./ PJ 11/PJ 12/PJ 13/.
Chambre de tir d’une archère ou d’une canonnière.
4.4.1.4./
-Pièce voûtée.

Encapronnement
3.4.4./ 7.3.2./ PJ 12.
Voir CAPRON.
Couverture d’une structure (batardeau, digue) par des caprons.

Endouwer
5.2.3./
Voir Douwe

  • 256 GODEFROY, 2, 1884, p. 157 et 4, p. 59.
  • 257 QUENEDEY, 1926, p. 177.
  • 258 HAHNLOSER, 1972, p. 50-54.
  • 259 BECHMANN, 1991, p. 102.
  • 260 SALZMAN, 1952, p. 451.
  • 261 ADN, B 8674, f° 50 et sqq.
  • 262 DES MAREZ et DE SAGHER, 2, 1913, p. 242 et passim.

Enffourcq (Fig. 101 à 104)
PJ il/.
Fondations en fourche, sur arcades.
Le terme est également attesté en charpenterie ; il est mentionné dans les statuts des Charpentiers d’Amiens en 1464 et d’Abbeville en 1535256 : l’assemblage en enfourchement existait dans l’habitation médiévale rouennaise257.
Villard de Honnecourt à propos d’un dessin des tours de Laon : se vos volés bien ovrer de tor grans pilers forkiés vos covient avoir qui asés aient col : pour H. R. Hahnloser le terme col renvoie à la force et à la profondeur du pilier, un texte de 1399 précisant pour deux piliers qu’ils devaient avoir 3 pieds de col et 2 pieds d’épaisseur258 : le col est donc la largeur du pilier. Les pilers forkiés sont les contreforts qui, disposés aux angles sur le plan de Villard, dessinent comme les bras d’une fourche. À la traduction de R. Bechmann : « si vous voulez bien construire de très grands contreforts, il convient d’en avoir qui aient assez de force »259, nous préférerons : « si vous voulez correctement construire une tour, vous devez prévoir de grands contreforts disposés en fourche d’une largeur suffisante ». On en rapprochera les boteras fourthes, contreforts disposés aux angles d’un bâtiment construit en 1374 à Merton Hall, Cambridge260.
Enfourquier des pierres, carreaux efforquiés ou afforquiés.
Disposer des pierres à queue pyramidale de part et d’autre d’un blocage ou d’une forme de sable sur les chaussées.
À Bouchain en 1506, enfourquier lesdits quareaux, boutils... pour faire les fondations261. À Ypres, quariaus afforquiés de grés262.

Enfrancq
PJ 9/
Flanc de l’ouvrage. L’effranche est une pièce de bois le long des côtés d’un chariot.

Engien
3.4.3./ engien a sacquieryaue.
Machine élévatrice d’eau généralement utilisée pour assécher les fondations.

  • 263 AMD, CC 219, 86 r°.

Engressement
4.3.4.1/engressement de quatre tours – PJ 10/PJ 11/PJ 13/.
L’engressement bas d’iceux ailerons, à propos d’un pont de pierre263.
Soubassement en grès d’un ouvrage.

Engresser
4.3.4.1./lesdits avants-pis engressé de corbiaux et de boutisses de deux tas de hault...
Parementer avec des grès.

  • 264 TOBLER LOMMATZSCH, 3, col. 517-520.
  • 265 AMD, AA 94, 84 v°.
  • 266 HAHNLOSER, 1972, p. 11.

Ensaigner, enseigner, enseignemens264
5.1.2./ 5.2./ 7.3.3.2./ gauger et enseigner coireaux, boutisses et aisselles. À propos d’une délimitation de terres en 1427, depuis les bonnes lignes et enseignemens265.
Marquer d’un signe.
4.3.3./ dans l’expression faire les enseignemens ou donner les enseignemens, 5.1./
7.4.1./ 7.4.2./ ensseigner aux ouvriers. Villard de Honnecourt : corne li ars de iometrie le commande et ensaigne266.
Ordres et indications orales et techniques données par le maître-maçon.

  • 267 AMD, CC 218 (1446-47), f° 84 r°.
  • 268 HAHNLOSER, 1972, p. 49.
  • 269 AMD, CC 200ter, 1350, rouleau 3.
  • 270 AMA, CC 72 (1494), d’après DURAND, 1901, p 341.
  • 271 JOUBERT, 1890, p. 76.
  • 272 Comptes des ouvrages de Valenciennes, passim et BN, ms. 13083 49 r°.
  • 273 SALZMAN, 1852, p. 106.
  • 274 COUTANT, 1994, p. 386.
  • 275 MORTET et DESCHAMPS, 1, 1911, p. 96, 226.
  • 276 MORTET et DESCHAMPS, 2, 1929, p. 170 (la traduction de tabulatu lapideo par voûte ne repose sur auc (...)
  • 277 Taules de 45 cm de largeur à Lille en 1425-26 ; AML, 16169, 61 r°.
  • 278 PIÉRARD, 1971, p. 476.
  • 279 GILLIODTS-VAN SEVEREN, p. 377.
  • 280 Le Quesnoy, 1389 ; ADN, B 12824.

Entaulement, table, taule, tabulatus, tabulatum, opus tabulatum (Fig. 210, 211).
nt. 135/1/8.5.1./ 8.5.4./ 8.5.9./ assir l’entaulement dicelle tourelle et avantpis du boulevard d’Esquerchin267.
Entablement, assise (s) formée (s) par des taules, pierre de couronnement d’un édifice, ou d’une partie d’une élévation.
Les tables – (taules, taulettes, pierres d’entaulement, tables), pierres d’entaulement pour Villard de Honnecourt268, longues pierres pour l’entaulement à Douai en 1350269, entablemens à Amiens au xve siècle270, tableaux au château de Saumur (1367-76)271, pierres d’entaulements à Valenciennes aux xive et xve siècle272, tablamentis à Winchester en 1222, tabellamenti au château d’Harlech en 1286, tablement à St. Briavel’s en 13 7 5273, tafelment, taflement, à Ninove, Dendermonde au xve siècle274, Saint-Germain de Tirlemont en 1533-34, etc. Différents textes en font mention au xiie siècle à propos des cathédrales d’Auxerre (operoso lapideo tabulatu), de Cantorbery275, de Chartres276.
– Les tables avaient une longueur moyenne le plus souvent voisine de 4, 5 pieds, 120-150 cm, pour une hauteur de 7 à 10 pouces (17,5 à 30 cm) et une largeur de 1 pied, 1 pied et demi, soit de 30 à 45 centimètres277, 2 pieds de longueur, 1 pied de large, et 5 pouces d’épaisseur à Mons en 1337 (60 x 30 x 12,50 cm)278. À Bruges en 1397, le devis de construction d’une écluse prévoyait que ladicte machonnerie sera entaulee de lonc en lonc, de entaulement de cincq piés de lé et cinq pos d’espés (1,50 x 0,125 m)279. Les taulettes n’avaient que 60 cm de longueur pour une hauteur probablement en rapport280.

Entauler, entaveller
Voir Bouchelé
PJ 4/PJ 11/.
Insérer dans un appareil des taulles ou d’autres pierres pour former un rang continu.

  • 281 AMD, CC 200ter, rouleau 3.
  • 282 ADN, B 12822.
  • 283 LEMAIRE, 1911, p. 467.
  • 284 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p 8.
  • 285 ALLINNE, 1912, p. 79.
  • 286 G. DURAND, « Les tailleurs d’images d’Amiens du milieu du xve siècle au milieu du xvie. Notes biogr (...)
  • 287 RICHARD, 1844, p. 292.

Entrepied (Fig. 201)
Pierre assisée constituant le support vertical médian des remplages des fenêtres construites.
Des pierres d’entrepied, entrepas, mises en œuvre à Douai en 1350 pour une montee281 ; au Quesnoy à la porte Saint-Martin (1386-87)282 ; à Lille à la Noble Tour (1402), entrepiés des huiseries et des archieres283 – ; au second niveau de la porte de Charleroi à Nivelles en 1427, trois feniestres estoffees d’entrepiés284 ; à Rouen en 1386 au portail Saint-Romain de la cathédrale285 ; à la porte de Paris à Amiens en 1535286 ; à la porte Martainville à Rouen (1406), III tabernacles a l’entrepié de l’estanfiche287.

  • 288 TOBLER LOMMATZSCH, 3, col. 1234-1235.

Epoisse, espes, espaisseur288
PJ 3/.
Epaisseur.

Esbochier, à propos d’une pierre Voir 7331.

Eschiffe, chaffal, chaffaut, escaffault
5.2.2.1/ 5.2.3.1/. 6.1.1./
Echauguette de bois disposée aux angles d’une construction ou sur les terrées.

  • 289 SALAMAGNE, 1997b, p. 455.
  • 290 SALZMAN, 1952, p. 104 et 105.

Esconchon (Fig. 47, 160, 204)
7.4.2/8.5.9./
Type de cuin, ainsi qualifié lorsque les deux faces de parement ne sont pas perpendiculaires entre elles, mais forment un angle obtus.
Les esconchons étaient utilisés en piédroit des embrasures de tir, des fenêtres ou des voûtes biaises, aux angles des tourelles d’escalier et des bâtiments polygonaux289, etc.
En Angleterre, (e) sconchon, sconchon ou sqwynchon290.

  • 291 TOBLER LOMMATZSCH, 3, col. 1091-1093.
  • 292 HAHNLOSER, 1972, p. 49-51.
  • 293 HAHNLOSER, 1972, p. 67 et 72.
  • 294 ADN, B 7936.
  • 295 DEVILLE, 1864, p. 33-34 et 51.
  • 296 DURAND, 1901, p. 40.
  • 297 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3 et passim.
  • 298 RICHARD, 1844, p. 283.

Esligier291, eslegier, esleigement
7.3.5./ edifficacions et esleigements des edeffices.
PJ 7/ esligié de fenestres.
PJ 11/fondations et engressemens de chincq tours que on a fondees et eslegiés jusque a le haulteur de, PJ 12/eslegié avec le machonnene d’icelli deux ailerons, PJ 13/esleigié et fait deux estages.
Élever, construire en élévation au-dessus du soubassement. Partie d’une élévation au-dessus du soubassement, élever.
– Villard de Honnecourt à propos de la tour de la cathédrale de Laon : ves ent ci le premier esligement, si con des premieres fenestres. A cest esligement est li tors tornee a. VIII. arestes292 ; et du plan de la cathédrale de Cambrai : Ves ci l’esligement del chavec* me dame Sainte Marie de Canbrai, ensi com il ist de terre ; à propos de celui de la cathédrale de Meaux : Ves ci l’esligement de l’eglize de Miax de Saint Estienne293.
À Bouchain (1399), pour jetter I copon des fondations des macheneries et pour eligier une maille294 ; au château de Tancarville (1410), pour esligier les creneaux de la Grosse Tour et iceux espasser* et aussi pour esligier la derraine huisserie* de la vuys dicelle tour ou pour avoir fait et esligié un paon de mur295... À Amiens (1401), pour avoir mesuré et esligié les plaches pour les fondations296... À la porte de Charleroi à Nivelles (1427) : Et sur celi tour, al hauteur des terres, faire et eligier297. À la porte Martainville à Rouen (1405) : au dessus d’icelles reponses* faudra faire et esliger les carches*298.

  • 299 DEVILLE, 1864, p. 35.
  • 300 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3.
  • 301 HAHNLOSER, 1972, p. 49.
  • 302 HAHNLOSER, 1972, p. 56-57.
  • 303 HAHNLOSER, 1972, p. 29.
  • 304 ENLART, 1926, p. 14.
  • 305 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 4.
  • 306 HENNEBERT, 1858, p. 224.

Espasse, espase, espaser
4.3.5./ 4.4.1.3. et nt. 215/PJ 8/PJ 13/. De pas ?
Construire à intervalle ;
Dans l’expression fait et espassé, ou ediffyé et espassé, assises et espasseez : construire des structures entre des espasses.
En 1411, Jensson Salvart, maître-maçon de la cathédrale de Rouen, espassa les creneaux et les archieres d’icelle tour299. À la porte de Charleroi à Nivelles (1427)300 : celi coursire* assises et espacés que leur conseilh portera.
Révolution d’une tourelle d’escalier. Villard de Honnecourt, à propos des flèches de la cathédrale de Laon : en cascune espase a une arkierepor avoir clarté301.
Travée d’une église, espace correspondant à une arcade.
Villard de Honnecourt, à la cathédrale de Reims : Vesci une des formes de Rains des espases de la nef teles com eles sunt entre. II. pilers302, de la maison d’une horloge : entre. II. peignons. I. espasse wit*303. À l’église d’Hénin-Liétard au xve siècle, un devis prévoyait pour un mur de 22 pieds de longueur d’edeffier deux espasses, et entre icelles deux espasses assir et mettre une basse* et une coulombe* de griéz, et sur ladite coulombe assir cappiteaux et chimayes* de griéz comme pour venir a haulteur du nivel et piet droit* des aultres vaulsures de ladite eglise et chacune desdites espasses tenir et faire de X piéz de lonch304... À la porte de Charleroi à Nivelles (1427) : celi coursire* assises et espacés que leur conseilh portera305.
Courtines d’une enceinte urbaine, intervalle, distance entre deux tours.
5.2.3.1/pans et espaces de crestiaux des murs à Tournai, 6.1.1./ À Tournai (1399) : A Grigoire de Louvaing, machon, pour avoir parfait, pourgette* et remachonné les murs et cresteaux de le ville de le iiiie espasse entre le porte de le Vingne et le porte Saint Martin, et avoir encommenchié semblable ouvrage en le ve espasse306. Le terme se rencontre aussi à Amiens.

200. Estanchonnement

  • 307 LEMAIRE, 1911, p. 462.
  • 308 PIÉRARD, 1971, p. 435 et sqq.

Espincage, espinchier, pinceler, spinchier
4.3.4./ 7.3.3./ 8.5.8.2./ 8.5.4./ PJ 4/ PJ 10/ PJ 11/.
À Lille en 1402, pour IIIc de quarriaux de griés espinchiéz307, espincier ou spinchier à Mons en 1334-35308.
Dégrossir les faces de parement d’une pierre de grès par éclats.
Repincher, couper les branches basses d’un arbre.

  • 309 FEW, 12, p. 205-206 ; COUTANT, 1994, p. 642. – Mur mitoyen d’une maison par opposition au mur pigno (...)
  • 310 ADN, B 9772.
  • 311 AML, 16249, 127 v°.
  • 312 RICHARD, 1844, p. 294-296.

Esponde, espondich
4.2./
Bord, bordure, mur de soutien des terres ou des rives des fossés ou des fleuves, digue.
De sponda, bord de rive309.
Livraison d’aisse/ers et quins pour les espondes et keues despons d’Escault des Moulins-le-Comte à Valenciennes310. À Lille (1513), reconstruction d’ung pan de mur faisant espondichs pour tenir les terrees et murailles de la ville311.
Digue éclusée : à Rouen, en 1405, construction d’une esponde dotée d’une escluse ; de 2 toises de hauteur jusqu’aux taperons, elle était couverte a dos d’asne par dessus312.
Côtés d’une sépulture.

Estanchonnemens (Fig. 200)
4.4.1.3./
Etais.

  • 313 TOBLER LOMMATZSCH, 3, col. 1356-1360.
  • 314 SOYEZ, 1969, p. 30.

Estanchonner
Soutenir un mur par des étais313. À la Salle de Lille (1418-19), pour avoir ouvré tant a estanchonner et rapointier* la dite garde robe314.

  • 315 RICHARD, 1887, p. 263.
  • 316 DEHAISNES, II, 1886, p. 373.
  • 317 DESCHAMPS DE PAS, 1892, p. 229.
  • 318 HOUDOY, 1870, PJ 1596.

Estanfficques, estanfique (Fig. 201, 208)
nt. 223/
Au manoir de Quesnoy-en-Artois (1321), près d’Hesdin, les fenêtres de la Salle de 10 pieds de largeur avaient 3 estanfiques remplies de formes315. À la collégiale Saint-Jean de Valenciennes (1350-55), grandes fourmes dou cuer a IIII estanfiques316, à la collégiale de Saint-Omer (1499-1500), XII pierres de dur nommées stanficques pour les fenestres de ladite tour, à 6 s. pièce317. Frenestres croissees a double estanficques et doubles croisillons, fenêtre a double estanficques, remplaiges et paremens avecq chambrande* en dessus les vaussoirs, à la maison échevinale de Lille318
Remplages des formes ou fenêtres.

  • 319 COUTANT, 1984, p. 647.

Estanque, estanke
nt. 776/3
Digue de bois et terre, le plus souvent provisoire, construite dans les fossés pour permettre de travailler aux fondations d’un ouvrage.
Réserve d’eau retenue par un barrage et destinée au fonctionnement d’un moulin319.

  • 320 COUTANT, 1984, p. 651.

Estanture
4.3.4.1./ une estanture pour sur icelle tourner le huvet. Mention à Cysoing (1403)320.
Cintre, étais.

  • 321 Voir COUTANT, 1994, p. 652.

Estel
Poteau d’un cloison321.

Esteulle, voir waras

  • 322 FEW, 17, p. 238-242.
  • 323 QUICHERAT, 1886, p. 199, nt. 3 ; ROSEROT DE MELUN, 1966, p. 137.
  • 324 RICHARD, 1844, p. 19.
  • 325 ENLART, 1926, p. 14.
  • 326 DESCHAMPS, 1892, p. 172.
  • 327 LA FONS MÉLICOCQ, 1848, p. 21.
  • 328 D’ARBOIS DE JUBAINVILLE, 1862, p. 409.

Estocqs de querche des croix d’ogives, estos (Fig. 164, 202)
7.3.3.2./ 8.5.9./ premiers estocqs deguarche des croix d’ogive faites es deux places bas de ledite porte, pierres qui font chincq faches* et espaussemens ausdis estocqs pour les brancques d’ogive et fourmerez, PJ 14/
Pierres formant le premier tas-de-charge au départ des branches d’ogives.
En picard, estoquer, arrêter, asto, pièce de bois calant des pierres, astoquer, étayer322 : à la cathédrale de Troyes (1372-73), pièces de bois pour faire les estos du nouveau pilier, pro agusando in fundamento novi pillerii323.
Estos de carches boees, grands estos de carches chanffraintes à Rouen en 1406324, pendans, brancques et estocqs de guarche desdits ogives à Hénin-Liétard au xve siècle325 ; parfaire de membrures et de foeulles* les IIII grans capitiaux de dur et quatre chymaies* qui portent les estos des ogives des voutes à la collégiale de Saint-Omer326. À la cathédrale de Noyon (1459) pour renforcer les voûtes de la nef, on prévoyait de construire ung ars boutant a chacun piler par dessoubz les arcs qui sont de present, pour espauler a l’endroit des esters de charge pour ce qu’iceulx ars boutans sont assis trop haut et par le moyen de ce les charges sont corrompues et boutees dehors oeuvre327. À la cathédrale de Troyes (1486-87), l’estoc de l’ar boutant328.

  • 329 MORTET et DESCHAMPS, 2, 1929, p. 299.
  • 330 ADN, B 9495.
  • 331 SALZMAN, 1952, p. 469.

Estoffement, estoffer
4.3.4.1./ la fondacion et estoffement de III tours, avampis estoffeez de plancques, 4.4.1.3./ estoffee chacune de une rayere, avant-pis de griés estoffés de fentes et rayeres, 4.4.1.4./estoffés par dedens oeuvre de appas de griés. PJ 10/.
Munir de, parementer avec un type de pierre, doté de.
À propos de la taille de fenêtres pour le refuge de l’abbaye de Cambron à Bruges en 1272329 : bien estoffees selon les molles* ki en sont livré. À Valenciennes (1394-95), pour fouir et tailler III fenetres estoffees de havees, bougons*, taules*, lintels* et couvertures*330. À Londres (1389), les murs d’un quai devaient être faits de assheler* de Kent bon et convenable et bien litéz et ioyntéz et estufféz pardedeinz de ragg331...

  • 332 VERMESSE, 1867, p. 231 ; TOBLER LOMMATZSCH, 3, col. 1476.

Estricker (à propos de la chaux), estrichier332
8.7.1./
Frotter, lisser, araser un contenu de telle sorte que le contenant soit rempli de manière égale.

Eswarder, esgart, esward (eur)
5.1./ 7.1.2/ 7.3.2/ 8.5.5./ 8.7.1./ nt. 803/, PJ 4/prendre warde a l’œuvre.
Surveiller la conformité d’un produit, surveiller une tâche, une réalisation.
Agent sermenté chargé d’inspecter la conformité des marchandises.

  • 333 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 4.

Fache, fachelure voir estocq.
À la porte de Charleroi à Nivelles (1427) : et couvrir son pont-leviet d’unne plate vosure riglee a double fachelure, de piet et demy de haut333.
Chanfrein d’une pierre.

  • 334 AMVJ2 3481. 4, 129 v°.
  • 335 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 14.

Fauchiller
À Valenciennes (1379-80) : Item XVI vossoirs de II piés de hault, de VI pols d’espais et seront chil vossoir si grant que pour avoir I piet de viesture et plus quant il seront fauchilliet et II eles telles qu’a tel vossoir appertenra334 ; vosures fachilliés (devis de la porte de Charleroi à Nivelles en 1427)335.
Chanfreiner une pierre ?

  • 336 AMV, J2 350ter, 31 v°-32 r° et J2 355, f° 37 r°.

Fentes (Fig. 206)
4.3.4.1./ 4.3.5./ 5.1.3./ PJ 12/PJ 14/. nt. 220/1
Créneau du parapet.
À Valenciennes en 1392-93 et 1406-07, encaprener de capprons envollepans tout autour des fentes et des cretiaus, et tous les cretiaux et fentes rencapprener336.

  • 337 Pour COUTANT, 1994, p. 671-672, le terme pourrait encore désigner toute la toiture, ce que nous ne (...)
  • 338 SOYEZ, 1969, p. 41.

Festichures, f° (i) estissures
5.4.4./
Ferronneries couronnant les parties hautes des combles337. À la Salle de Lille (1419)338, fiestissures cretees d’arques a fueilles assises sur le comble d’icellui.

  • 339 HAHNLOSER, 1972, p. 50-51.

Fiolle, voir Creste
Filloles des tours de la cathédrale de Laon339.
Tourelles, clochetons.

  • 340 BERNARDI, 1995, p. 397.

Fillet
8.5.9./ voir bouchelé.
Mouluration formant un bandeau plat à deux bords parallèles.
File, filet à Aix-en-Provence340.

  • 341 AMD, CC 209, f° 375.
  • 342 COUTANT, 1994, p. 674.
  • 343 AMD, CC 216, f° 84 v°, 88.
  • 344 AMV, J2 348bis, 38 r°.
  • 345 ENLART, 1926, p. 19.
  • 346 SOYEZ, 1969, p. 30.
  • 347 AMD, 02 846, Cahier des charges du boulevard entre la Scarpe et la porte d’Arras, art. 60.
  • 348 ADN, B 8581, 35 r°.
  • 349 ADN, B 10209, 318 v°, 333 r° et passim.

Flasque
4.2./ 8.7.2/ flasques de 10 pieds de longueur dont on fist montees pour passer les ouvriers341. À Templemars, elles avaient 7 pieds de longueur sur 18 pouces de largeur et 4 pouces d’épaisseur342.
Planche de bois qui pouvait avoir de 10 pieds de longueur sur 1 pied de largeur. On sciait des gros pillos de quesniaux pour les pallis dans des flasques de 3 pouces d’épaisseur343.
8.5.8.2/
À propos des pierres, creux laissé dans le parement par un éclat.
À Valenciennes (1382-83) : et toute celi estoffe espinchier de boine nette taille et espinchage pour faire boine machonnerie sans nulle villaine flaske344. À l’église d’Hénin-Liétard (xve siècle), pierres tailliées de bon espinchage, sans vilaines flasques345 ; à la Salle de Lille (1416), de bon espinchage sans vilaine flasque346 ; à Douai en 1893-94 : les pavés épincés devront présenter une face parfaitement rectangulaire, sans flache, bosse ou creux dont la saillie ou la profondeur, par rapport à la surface plane passant par les arêtes, dépasse un centimètre347.
8.7.2/
Planches disposées sur les pilotis pour former un grillage horizontal.
À Bouchain en 1420, flasques de bois assis sur les pilotis de la porte de la Haute Ville348. Au Quesnoy au début du xvie siècle, flacques de 15 à 22 pieds de longueur sur 3 pouces d’épaisseur et 22 de largeur349.

  • 350 AMD, CC 218, 1446-47, f°.
  • 351 COUTANT, 1994, p. 674-675.

Flayel, flayaux
5.2.2.3./
Barre (de fer ou de bois) fermant, par basculement, les vantaux d’une porte.
Rappointié le trieulle de le clocque des ouvriers et fait tout neuf le flayel et reue de ladite clocque350.
Mentions fréquentes du terme à propos des portes d’eau ou des vantaux des écluses351.

Foeulles, voir chamberand, estocqs (Fig. 201, 203)
4.5.3./

  • 352 COUTANT, 1994, p. 677.

Fondement, fundement
PJ 4/
Fondations. Autres exemples aux xive et xve siècles à Menin, Ninove, Termonde352, etc

  • 353 ADN, B 8514.
  • 354 ADN, B 9481, 1483-84. Voir encore COUTANT, 1994, p. 819.

Fons
4.3.4.1./ PJ 10/
Sol de fondation, fond de la tranchée de fondation.
À Bouchain (1383), fondation de 4 pieds d’espés aufons iusques au deseure des terres et la fus retaillé a III piés353. Lors de travaux aux moulins de le Val-sous-Beaumont et au pont du moulin de Rorque (Hainaut), pour avoir descombré touttes les vieses machonneries et mis au vif font, bien ramonné et neté354.

  • 355 TOBLER LOMMATZSCH, 3, col. 2107, 2110.

Forme, fourme355
7.1.2./ 7.3.3./ 7.4.1./ PJ 8/
Dans son sens le plus courant, la fourme, forme, était la projection horizontale du tracé d’une oeuvre, le plan en fondation et, par extension, le négatif de la tranchée de fondation.

Fosserie
3.4.4./ 4.3.4.1./
Creusement des tranchées.

  • 356 ENLART, 1926, p. 14 et 18-19.

Fourmerés, formeret (Fig. 164)
(de formare, donner forme dans le sens d’encadrer ?)
8.5.9./ pierres qui font chincq faches et espaussemens ausdis estocqs pour les brancques d’ogive etfourmerez, PJ 14/
Le devis de l’église d’Hénin-Liétard au xve siècle mentionnait les reprenses* de griés ou de blancque pierre (...) pour rechevoir les estocqs de guarche, brancques d’ogive et fourmerez du parquet* d’ogive356
Arcs d’encadrement des voûtes d’ogives, à la rencontre des retombées d’ogives et des murs latéraux.

  • 357 AML, 16194, 42 r°.
  • 358 COUTANT, 1994, p. 679.

Fouynes
7.4.2./
Fouilles, déblais, excavations.
À Lille (1452-53), pour avoir ouvré et poursoingnet les pionniers a comencher fouinnes sur le dodesne emprés le porte de Five en allant a le porte St. Sauveur357 ; à Menin (1457), les fouijnes des fundacions de machonnerije358.

  • 359 AMD, CC 202, f° 339. Publié par DEHAISNES, II, 1886, p. 704 et NYS, 1993, p. 300.
  • 360 LA FONS MÉLICOCQ, 1848, p. 83.
  • 361 Oeuvres de Ghillebert de Lannoy, recueillies et publiées par Ch. POTVIN, 1878, p. 143 et 145.
  • 362 SALZMAN, 1964, p. 138.
  • 363 COUTANT, 1994, p. 799.

Franque pierre
PJ 12/
A maistre Martin de Saint Orner, demeurant a Tournay, pour son sallaire d’avoir taillie deus tabernacles qui sont de franque pierre et livré a Douay, pour assire aus deux piliers qui sont sur le pan de devant du belfroy, par marché fait a lui en tasque XXIIII livres, XV sols359 ; livraison de francque pierre de Tournai pour les gargouilles de l’hôtel de ville de Béthune360. Un voyageur bourguignon du xve siècle, Ghillebert de Lannoy, évoque les esglises et pallais moult grans de belle franche pierre taillié d’Acre ou encore la moult belle franche pierre tailliee d’un château près de Jérusalem361. Mention à Wesminster (1258) et Mere (1296-97) (fiance petre)362, à Menin en 1457363.
Pierre des francs bancs, sans défauts, utilisée en sculpture.

  • 364 AMV, J2 355, f° 37 r°.
  • 365 ADN, B 4627.
  • 366 ADN, B 7936.
  • 367 ADN, B 13473.
  • 368 ENLART, 1926, p. 17.
  • 369 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3 et 9.
  • 370 SALZMAN, 1952, p. 426.
  • 371 SALZMAN, 1952, p. 110.

Gambe, jambe (Fig. 186)
À la tour du Trou Raynewit à Valenciennes (1406-07) : en celi pan de mur faire une huisserie de blancque piere (...) et l’une des gambes de l’uisserie loyer au pan de mur des cretiauls364. Au château de Douai (1399-1400), les linteaux, huisseries et gambes, d’un corps de logis365 ; au château du Quesnoy (1398-99), livraison de pierres avec basses, gambes, cappitiaux et chimaises*366 ; au donjon du château de Crévecœur (Cambrésis) (1421-22), deux gambes de pierre de taille recevaient une plate-vossure et une vossure a demyront367. À la collégiale d’Hénin-Liétard au xve siècle368 : Item, en icellui pan edeffier une gambe d’uisserie toute de grie’z, estoffee de rebas et de bougons (...) et a l’autre léz de ladite gambe, en faire une aultre pareillement, pour faire entree au portal de ladite église, et monter chacune desdites gambes VIII piéz de hault de piet droit* ou environ. À la porte de Charleroi à Nivelles (1427)369 : et aront les gambes des rebatees du pont levies VII piés de hault pour la sus tourneir un ardoubliaul* ; au premier étage une cheminée était estoffee de gambes de mantiaul.
Piédroit d’une fenêtre ou d’une porte
En Angleterre370, le terme de yaumbys (pro magna porta) est attesté à Merton (1334), mais aussi ceux de iambe, iaumbe371, ganbe à Hamsey (Sussex) (1321).

Garde, voir Warde

Garlewandier, garlonendier
7.4.2./
Système de règle, et peut être de potence, qui permettait au maçon de tracer la circonférence d’une tour, d’orienter les angles et de calculer l’aplomb de son élévation.

  • 372 DURAND, 1901, p. 30.

Gauger, gaugier, jaugier (Fig. 121, 122)
4.4.1.2./4.4.2./ 7.3.3/ 7.3.3.1/
Jauger, estimer le volume d’une pierre, le rendre conforme à une jauge. Degauger la pierre : dégager un volume-plan après avoir tracé avec une règle les traits d’épannelage.
Mention à Amiens, aux xive et xve siècles, des pierres a gauge372.

  • 373 MURRAY, 1987, p. 138 et 143.
  • 374 Voir supra, nt. 549.
  • 375 FAGNIEZ, II, 1900, p. 148.
  • 376 SOYEZ, 1969, p. 73.

Get, giet, jet, jetter, pourget, pourgetter (jactus, jactare)
7.4.1/ il monstra le jet.
7.4.1/ avoir jetté en papier le fourme. Projet transcrit en plan. Jetter en papier pour un document comptable : écrire. Voir pourtrait.
À la cathédrale de Troyes, faire le giet des pilliers que l’en a a avisé de faire (1402-03), pourtraire et faire les giéz et devises (1418-19)373. À Béthune en 1517, get et pourtraiture en figure ou patron et pourget du boulevard de la porte Sainte-Prix374.
Tracer les remplages.
Sur le chantier de la chapelle et du collège de Dormans-Beauvais à Paris (1375), pour geter et aviser les huisseries et fenestrages375.
Enduire un mur avec une idée d’achèvement (voir espace).
À la Salle de Lille (1425-26), pour avoir pourjetté de blanc mortier tous les murs de ladicte maison376.

  • 377 SOYEZ, 1969, p. 31.
  • 378 COUTANT, 1994, p. 692.

giste
6.1.1./ voir corbiaux
Solives d’un plancher. À la Salle de Lille (1416), gisté un planquier377.
À la Gorgue (1417), elles avaient 7 pieds de longueur sur 5 à 6 pouces, à Ostricourt (1467) 9 à 10 pieds de longueur sur 4 pouces d’épaisseur378.

Goules
PJ 12/
Conduit de rejet des eaux.

Hangart
8.5.8.1/
Loge, abri de tailleur de pierre.

Hanse de panier, voir anse de panier

  • 379 AMD, CC 216, 89 v°.
  • 380 AMD, 1350, rouleau 3.
  • 381 AML, 16169.
  • 382 ADN, B 12827.
  • 383 SOYEZ, 1969, p. 72.

Hestaux, establies
8.7.2./ nt. 222/1 hestaux pour hourder les machon379.
À la porte au Chierf à Douai (1350), pour le luiwage de cloies et de hestaux380, à Lille (1425-26) on réalisait avec des cloyes, des hestals, lymiens de montee et de voyes et hourds381, au Quesnoy (1392), XII hestauls contre les avampis des cretieux382. À la Salle de Lille (1425-26), hestaux a taillier char383.
Planchers de bois ou claies d’osier formant le sol des échafaudages.

  • 384 AMD, CC 219, 102 r°.
  • 385 SOYEZ, 1969, p. 41.

Heuses (Fig. 203)
4.5.3./ nt. 278/1
Item une verghe de fer a IIII bendes pour atacquier une heuze aux combles de le porte d’Oscre, pesant XV l.384. À la Salle de Lille (1419), en deux grande heuses assises au long des pignons dudit nouvel ediffice, une autre heuze atout une grande fleur de liz a quatre florons assise sur la tournelle de la montée385.
Décor des parties hautes des ouvrages constitué de tiges de plomb ornementées ou décorées de crochets, fixées à des verges de fer.

Hottiers
4.4.1.2./ 7.3.2./
Les hottiers, porteurs à hotte, étaient principalement chargés du transport des déblais.

  • 386 COUTANT, 1994, p. 707. En Savoie, on trouve le terme de foresia, foroysia ; CATTIN, 1997, p. 344.

Hourdement, hourts
nt.776/3/8.7.2./
Échafaudage en encorbellement sur un mur.
– Échafaudage du scieur de long386.

  • 387 TOBLER LOMMATZSCH, 11, p. 25-26.

Huisserie, huis (Fig. 186)
4.3.3./ 4.4.1.3./ 4.4.1.4./ huisserie vaulsee.
PJ 8/, PJ 12/
Accès fermé par une porte ou des vantaux387.

Huvet
3.4.4./ 4.3.3./ PJ 7/
Voûte en coupole.

Huysen, voir monnet

  • 388 COUTANT, 1994, p. 706.

Hye
nt. 785/3
Machine à enfoncer les pilotis.
Mention à Harelbeke (1400) et Menin (1457)388.

Jet, voir get

Jeux, voir jouwee

  • 389 ADN, B 9734.
  • 390 ADN, B 8683.
  • 391 WAGON, 1925b, p. 310.
  • 392 AMB, BB 7 (1538-42).
  • 393 ADN, B 16252.
  • 394 COUTANT, 1984, p. 715.

Joincture, joincture, voir lit
PJ 12/ PJ 14/
Joint.
Le terme apparaît dans la prescription de la qualité de taille de la pierre : a plaine jointure à Valenciennes (1362-63)389, de bon lict, botine joincture à Bouchain (1515-16) pour des boutisses de grès390, a bon lit et jointure d’espinchaige à la porte Notre-Dame de Douai pour les carreaux de grès391, a bon lict et joincture392 ou portant bon lit* et bonnes joinctures* à Béthune (1507)393. Autres mentions au xve siècle à Attiches, Menin, Ninove394.

  • 395 AMD, CC 218 (1446-47), f° 85 v°.
  • 396 AML, 16221, 71 r°.
  • 397 GILLIODTS-VAN-SEVEREN, III, 1875, p. 377.
  • 398 WEERENBECK, 1932, p. 50 ; COUTANT, 1984, p. 715.

Jouwee, joee, jué, juvés, jeux (égal, égaux)
8.5.9./ PJ 12/ PJ 14/
Jouée, piédroit supportant le manteau d’une cheminée, piédroit (Fig. 163, 195).
Partie pleine de la maçonnerie d’un pont entre la clef des arches et la balustrade supérieure395 (Fig. 210).
Les joees de deux pons à Lille (1481)396 ; et sera le dit pont vestu d’une liste* envers les eaues selon le hauteur des sieges faisant parpaing as sieges* du dit pont, et la dessuz commenceront les poyes du pont a la hauteur que mestier sera, lesquelles feront retour sur les joés de la dicte machonnerie (...) et le machonnerie des joés aura dix pies d’espés, jusques a dix pies de hault depuis le plancquier en amont (...) à Bruges en 1394397.
Mur bajoyer, mur latéral d’une écluse ou d’un pont le long des berges398.

  • 399 AMD, CC 212, 183 v°.

Jumaux, jumelles
Tours d’une porte-châtelet.
Les deux jumaux de la porte Vaqueresse399.

  • 400 ENLART, 1926, p. 16.

Keutiziaux, queurtiseaux
PJ 8/à propos des pierres d’une archère-canonnière.
– ?
À l’église d’Hénin-Liétard au xve siècle : Item a ladite haulteur de XLVI piéz ou environ edeffyer et espasser deux fenestres de cincq piéz de larghe et de VIII piéz de hault de piet droit, lesdites fenestres estoffer de quevalés et de glaceys par dehors et par dedens, et faire par dedens lesdites fenestres maniere de queurtiseaux400

204. Mâchicoulis

  • 401 COUTANT, 1994, p. 550.

Keuviron
8.7.2./
Chevron, pièce oblique d’une charpente s’appuyant sur les pannes.
Les chevrons avaient, en fonction de leur longueur, de 4 à 5 pouces de côté401.
Unité de mesure du volume des bois.

  • 402 PIÉRARD, 1971, p. 347.
  • 403 DESCHAMPS, 1892, p. 172-173.
  • 404 DEVILLE, 1864, p. 31-32.
  • 405 RICHARD, 1844, p. 294-296.
  • 406 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3.

Larmier (Fig. 193,204)
5.1.3./
Assise chanfreinée régnant au niveau du soubassement d’un ouvrage, d’une fenêtre ou d’un parapet crénelé.
À Mons en 1315, à la porte du Rivage : Item, sour l’arche ki va parmi Truille, deus tas* hauchier les larmiers des cretiaus et sour les larmiers arasés hauchier les cretiaus, 4 piés402 ; à la collégiale Notre-Dame de Saint-Omer en 1427-28 : pour XV pieches de larmier contenant XVIII piés a XII d. le piet403.
En iceux ouvrages avoir fait fenestres, huisseries, lermiers et cheminées au château de Tancarville en 1410404 ; à Rouen (1405), se recouvrira ycelle esponde* a dos d’asne par dessus, et si ara lermier d’un costé et d’autre405 ; à la porte de Charleroi à Nivelles (1427) : ycelles feniestres bien larmyés par devens406.
Lé, lés, let
PJ 3/
Largeur

  • 407 TOBLER LOMMATZSCH, 5, col. 516-520.
  • 408 AMD, CC 215.
  • 409 ADN, B 12822.
  • 410 ADN, B 8624.
  • 411 HOUDOY, 1870, Pièce justificative, 1596.
  • 412 SALZMAN, 1852, p. 106.
  • 413 COUTANT, 1994, p. 235-236.
  • 414 DOPERÉ, 1992, p. 187 et 432.
  • 415 REMBRY-BATCH, 2, 1881, p. 332.
  • 416 COUTANT, 1994, p. 729.
  • 417 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3 et 11.
  • 418 ADN, B 8625.

Liste (Fig. 163)
4.4.1.2./ 4.4.1.3./ 5.1.2./ 8.5.9./ PJ 9/ PJ 12/
Pierres contournant les ouvertures, arcs ou fenêtres ; cordons limitant les différents niveaux de l’élévation407.
À propos des archères à Douai (1436-37), le liste taillié a embrasement408. Au Quesnoy (1386-87), plattes pierres pour faire le liste409 ; à propos d’une fenêtre, esconchons embrasés pardedens estoffés de III listes à Bouchain (1455-56)410 ; livré et taillé trois fenestres mises en le muraille pour donner veue au conclave, avecq les listes et glacis y requis à Lille en 1596411.
Salzman se basant sur la mention à Calais en 1468 de lystes voc. watertables et en 1505 de water tabyll à l’église de St. Mary-at-Hill à Londres, identifiait de manière extensive les larmiers avec les tables412. On trouve waterlijsde à Gand en 1449413, waterlijsten, à Saint-Germain de Tirlemont en 1533-34414 et Menin en 1610415.
La liste désigne en charpenterie une pièce de bois qui pouvait avoir le même usage416.
Liste abatut
PJ 12/ liste taillié a I abatu par le deseure
À la porte de Charleroi à Nivelles (1427) : une liste portant abatut* par deseure et un tavellial ( ?) par desoubs417.
Cordon ou larmier chanfreiné.
liste enchapelee
À Bouchain (1458-59), liste enchapelee, de 3 pouces de saillie et de 5 à 8 pouces de hauteur, a la hauteur de la clef de ladite croix pardehors avoir assis une liste de molure enchapelee418
.
Cordon mouluré de cappes.

  • 419 LA FONS MÉLICOCQ, 1848, p. 194.
  • 420 SALAMAGNE, 1997b, p. 456 et sqq.
  • 421 HOUDOY, 1870, Pièce justificative 1593.

Listeau, lintel, linteis (Fig. 20,42)
7.4.3./ PJ 8/
Linteau, le plus souvent de grès, déchargeant les ouvertures, portes, fenêtres ou embrasures de tir.
Listeaux en 1438 à Béthune419. À Lille (1511), on distinguait les litteaux portant chanfrain, les litteaux a deux douwelles, les listeaux evidiers, les litteaux feuillus, les litteaux creux pour porter sommiers420 ; à la Halle échevinale : 2 fenêtres devaient être bien escoinczees, guernies de banchiers et liteaulx ou milieu421.

  • 422 ADN, B 9734 à 9737.
  • 423 HÉREN, 1910, p. 587.

Lit, voir Joincture (Fig. 169)
PJ 3/
Lit de pose d’une pierre de taille
Mention fréquente dans les fournitures de pierre : 1 pied de lit et autant de parement à Valenciennes (1362-64)422 ; à Amiens en 1560, les quarreaulx de milliers, bons et suffisants, du jaulge* dudict Amiens devaient avoir une haulteur chacun de huict poulces pour le moins, aultant de lict, bien taillez et espincéz, portant bon lict, joinctz et queues423.

  • 424 COUTANT, 1984, p. 723-725.
  • 425 HAHNLOSER, 1972, p. 75, pl. 30, p. 169 et pl. 63.
  • 426 AMVJ2 350, 46 v°.
  • 427 ADN, B 9793.
  • 428 AMV, CC 2969, 27 r° et sqq.
  • 429 GILLIODTS VAN SEVEREN, III, 1875, p. 376 et 377.
  • 430 ADN, B 8674, 57 r° et sqq.
  • 431 ADN, B 8682, 59 r°.
  • 432 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 4.
  • 433 DE LA GRANGE, 1890, p. 164.
  • 434 BÉLIDOR, La science des ingénieurs dans la conduite des travaux de fortification et d’architecture (...)

Loien, lyen, voir tapecul
Lien, poutre oblique jouant le rôle d echarpe424.
Loison, loiure, loyer, loier, reloyer
7.3.3.2./ les loysons warder, reloyer les macheneries
Liaison, liaisonner.
Villard de Honnecourt au début du χιιie siècle insiste sur la liaison des éléments lithiques : il dessine une pile cantonnée du chœur de la cathédrale de Reims dont le noyau est pénétré par deux colonnettes, a droite toisons, à la manière des boutisses, et à propos des piles d’une chapelle précise que les liaisons en sont correctes425.
À Valenciennes (aux Halles) (1387-88), toutes ces noeves macheneries reloyet as vieses bien et souffisamment426 ; en 1392-93, avoecq ce trouwer le pignon de le dite maison parmy le moyenne pour celiporte et ouvrage assir et les macheneries reloyer ensemble, tant les vieses comme les noeves, et ossy restoupper le grande huisserie qui estoit en le dite macenerie et les crestes* et faches* sacquier hors en aucuns lius pour les loysons warder427 ; lors de la construction du batardeau du pont Waignon en 1427, livraison de pierres longheches a faire toisons as dites machonneries428.
Le contrat passé entre la ville de Bruges et le maçon Martin de Louvain en 1394 pour la construction de l’écluse du Dam à Bruges prévoyait tous les quatre pieds boutilz de quatre piés de lonc pour louer avecq le moillonnage ou seront de grandes pierres croisiés l’une sur lautre, par bonne loyson429. À Bouchain, parpains pour faire loyson (1506)430 ; les boutisses insérées à intervalles réguliers dans l’épaisseur des maçonneries devaient être d’une longheur convenable a l’oeuvre que pour y trouver bonne loyson (1514-15)431.
À la porte de Charleroi à Nivelles (1427) : et bien reloyer les nueves maçonnerie de celi tour de bas en hault avoecq le maçonnerie des pans del fermeteit432. Au beffroi de Tournai (1444), tout reloyer le noef au viez et ressanier* ainsi qu’il appartient a l’oevre433.
Bélidor insistait encore au xviiie siècle sur la nécessaire liaison des parements434.
8.7.3./
de tor de loiure* à propos du roseau et de la paille.
Circonférence.

  • 435 AMD, CC 219, f° 71 r°.
  • 436 AMD, CC 218, 1446-47, f° 63 v°.
  • 437 ADN, B 8629, 36 r°.

Macques, makes, voir coursiere (Fig. 209)
Les macques dupont de le porte Morel ou du pont levich de le porte d’Esquerchin435 ; ralongier les macques du pont-levkh de le porte d’Arras affin de le lever plus aise436. À Bouchain (1460-61), un charpentier réalisait 2 macques au pont-levis de la porte des Moulins437.
Bras d’un pont-levis venant s’encastrer dans les rainures verticales ménagées au-dessus du passage de la porte.

Mairien
8.7.2./
Bois de construction.

Mantiau, mantel, mantelet
8.5.9./ PJ 8/ PJ 12/
Voir basse, chimaye, jouee
Manteau de cheminée.

Marques, marquer, voir mesurer
8.5.6./
Inscriptions gravées ou dessinées sur les pierres.

Marquiet, marquies, markiet, voir tasque
3.4.3./ 3.4.4./ PJ 4/
Adjudication par marché.

  • 438 TOBLER LOMMATZSCH, 5, 1234.
  • 439 AMV, J2 350 (1381-82), f° 28 v°.

Massis, masich
5.2.2.2./ 5.2.2.3./ 6.1.2./
Maçonnerie pleine d’un ouvrage au-dessus du soubassement.
Grese, ù li castiel sont masi ; citeiz cloze a tours mac [ë] izes438. À Valenciennes, doit on commenché le prem ier pas* sur le masich que on y trouvera439.
Maulles, maurle, molles
7.3.3.2./ 7.4.3./
Modèle, gabarit en bois le plus souvent, découpé à échelle réelle pour la taille des pierres.
Les molles (mallen, brederen en néerlandais, Schablonen en allemand, templates en anglais, molles, maulles, en picard) étaient réalisés par des huchiers sur des feullets d’aisselle danemarche (probablement du bois de sapin) ou des planches de bois blanc et léger comme l’aulne. Ces modèles étaient dessinés par les maîtres-maçons qui donnaient les épures des coupes des pierres.

  • 440 TOBLER LOMMATZSCH, 5, 1365-1371.
  • 441 SALAMAGNE, 1997b, p. 450. Membra lapidum ad faciendum merla seu crenella, au château de Billiat en  (...)
  • 442 RICHARD, 1844, p. 283.
  • 443 DEVILLE, 1864, p. 31-32.

Membre, membrure
8.5.9./
Les membres – membrum, partie d’un tout440 -, membrures, sont des pierres (exclusivement calcaire ?), sortes de dalle de 20 cm de hauteur au maximum441 (Fig. 211).
Corps de moulure en saillie ou en recouvrement, astragale (Fig. 103).
À la porte Martainville à Rouen (1405), les carches, lesquelles seront boees* de deux membres et de deux nacelles*442 ; au château de Tancarville (1410), deux fenestres croisiés garnies de membreures443.

  • 444 DURAND, 1901, p. 22.
  • 445 DURAND, 1901, p. 55.
  • 446 CLOCQUET, 1881, p. 381.
  • 447 ROLAND, 1956, p. 112.

Mesure
7.4.1./ prendre les mesures.
Mesurer, comptabiliser.
À Amiens (1389), on nettoyait la tour de la Justice pour que les carpentiers et machons y peussent prendre leurs mesures444. En 1406, le maçon Hue Poullette était rétribué pour avoir mesuré et merquié les ouvragez de machonnerie fais cest an a le fortresche445. À Tournai en 1367-1372 : Item eut Jehan Bassois pour estre au conseil de ceste taske, pour prendre les mesures de le dicte œuvre pour faire plusieurs molles446 ; à Soignies au xve siècle, cordiaux de caneve pour les macons prendre leurs mesures447.

Molle (Fig. 126, 127)
Modèle (voir maulle).
Pierres de molle (voir muison).

  • 448 AMV, J2 351, 28 r°.

Mol (l) é, mollee
À Valenciennes (1393-94), ogives molees de boine molure, de bouchiaux et de nachielles*448.
Taillié d’après un modèle, un molle.

  • 449 SALAMAGNE, 1992c.

Monnet, huysen (flamand)
8.5.8.8./1
Petite maison, casemate, moineau.
Désigné sous le terme de monnet, moinet, moynnet, mouenet, le moineau est un ouvrage de peu d’élévation généralement situé dans les fossés du corps de place, devant les portes de ville ou au saillant des courtines449.

  • 450 HAHNLOSER, 1972, p. 162 et sqq.
  • 451 COUTANT, 1994, p. 766-767.

Montee
4.4.3.3./ 4.4.1.2./ 4.1.4./ 4.5.3./monteez de grés pour monter sur les allees dudit boslvercq. PJ 11/PJ 12/PJ 13/.
Rampe inclinée de terre permettant d’accéder, à partir de la ville, au terreplein du rempart.
Escalier à rampe droite (Fig. 205).
Chez Villard de Honnecourt : vesci les montees de le glize de Rains ou encore entendez bien a ces montees, à propos de l’élévation des travées droites de la nef ou encore vesci le droite montee des capeles de le glise de Rains. Montee a été traduit à tort par élévation450.
Escalier d’un moulin451.

  • 452 AMV, J2 351, 28 r°.

Montee ad vir, a vis
4.3.3./ 4.3.4.1./ PJ 7/ PJ 8/ PJ 13/.
Escalier à vis.
En 1391, à Valenciennes on prévoyait de réaliser dans chaque tour de la porte de Cambrai II montees a vis452.

  • 453 DE LA GRANGE, 1890, p. 221.
  • 454 MURRAY, 1987, p. 128.
  • 455 DURAND, 1901, p. 30.
  • 456 PEYLET-COSTANTINI, 1994, p. 300.
  • 457 DEHAINES, II, 1886, p. 739.
  • 458 SALZMAN, 1952, p. 111.
  • 459 TOBLER LOMMATZSCH, 5, col. 183 ; CATTIN, 1997, p. 346.

Muison, de maulle de muyson, de molle.
7.3.3.1./ 8.5.6./ 8.7.3./ PJ 3/ pour les tuiles, de maulle de muyson telle que le porte li ordenance.
Pierre de maison, pierre achetée sur mesures, c’est-à-dire sur devis qui précise les dimensions ou la qualité de taille souhaitée.
À Tournai en 1407 : A eux pour 13 grandes lames par eulx, comme dessus, livrees audit lieu d’Antoing, les autre de 8 piéz de muison, les autres quatre de sept piéz et les autres chincq de six piéz de muison453. À la cathédrale de Troyes (1383), pierres chascune de long d’un moole baillé (...), autres pierres chascune de long doudit moole454 ; à Amiens455, à la Chaise-Dieu456, pierres de maulle. À la Chartreuse de Champmol (1396), membres de pierre de moison457. En Angleterre, pierres de molle, petrae de molde, middestones, pour les ébrasements moulurés des portails ou des fenêtres458. Au xive siècle à Paris, busche de molle ; au château de Billiat (Ain) au xive siècle, moyso (onis), mesure, taille, dimension, à propos des bois de charpente459.

Mur, mur de terre
4.1./ 5.1./mures de terre
Levée de terre d’une fortification. Désigne aussi les murs séparatifs des propriétés.

  • 460 DEVILLE, 1864, p. 52.
  • 461 ENLART, 1926, p. 15.
  • 462 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3 et 11.
  • 463 BERNARDI, 1995, p. 397.

Naucelle, nacielle, nacelle (Fig. 167, 193)
8.5.9./ PJ 12/
Corps de moulure concave, creux ; scotie. Cavet en quart-de-rond (naucelle, navicelle, petit bateau).
Au château de Tancarville (1410), les arcs et piliers étaient garnis de menbreure, chanfrains, nacelles et revestus de soubbassemens, lermiers et abatus*460. Pour le triforium de l’église d’Hénin-Liétard (xve siècle), sera ledit pavement sallans II pans par le devant, nachelé et bouchelé autant comme on montera ; pour ses arcs, les vausoirs ouvrer et taillier a une nachelle et ung boucher pour l’embelissement de l’oeuvre461. À la porte de Charleroi à Nivelles (1427)462 : une croise nacelle. A Aix-en-Provence, naucellas463.

  • 464 ADN, B 9881, 30 v°.

enacellee
En 1456-57, livraison pour l’église de la Salle-le-Comte à Valenciennes de deux basses de Ipied en quarure enacellees et ogives de deux pies de haut pour subz asseyr II coulombes* au nouvel autel de Saint Hubert464.

Navee, navelee
8.5.4./
Mesure de contenance pour le transport par voie terrestre ou fluviale de 9,14 m3 (12 x 8 x 4 pieds) à Douai.

  • 465 RICHARD, 1887, p. 273.
  • 466 ADN, B 9751.
  • 467 LEMAIRE, 1911, p. 463.
  • 468 QUENEDEY, 1924, p. 143.
  • 469 SALZMAN, 1952, p. 462.

Noiau
Pierre du noyau d’un escalier à vis.
Au château de la Montoire en 1322, livraison de 346 noiaus pour faire avant pis* dessous les crestiaus, à 24 sous le cent465 ; à la Salle-le-Comte de Valenciennes (1373), de 75 noyaux pour les tourelles à 120 sous le cent466, à Lille (1402), taille de 68 chercles* de Manque piere à 32 sous le cent et des noiaux de Manquepiere467 ; à Rouen en 1396 noyel de la vuys468. En Angleterre, au château de Cowling (Kent) (1381), les nowelles avaient de 3 à 4 pieds et demi de longueur sur 7 pouces de hauteur469.

  • 470 R. VALLOIS, « Ogive < Algibe ? « , Romania, 69, 1946-1947, p. 541-547.
  • 471 COLVIN, 1971, p. 218.
  • 472 AMV, J2 351, 28 r°.
  • 473 DE LA GRANGE ET CLOCQUET, 1, 1889, p. 55.
  • 474 DEVILLE, 1864, p. 40.
  • 475 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 9.
  • 476 D’ARBOIS DE JUBAINVILLE, 1862, p. 394-395, 397, 400 ; MURRAY, 1987 p 155 et 169.
  • 477 ENLART, 1926, p. 14 et 18-19.
  • 478 REMBRY-BATCH, 2, 1881, p. 334.

Ogives, augives (Fig. 164, 165, 203)
4.4.1.2./ crois d’ogive.
Pierres profilées formant les branches d’ogive à l’intersection des voûtains ou quartiers de voûte.
L’origine du terme est discutée, mais une origine castillane ou arabe semble exclue470.
À Westminster (1253), ogivis471. À Valenciennes, à l’étage de la porte de Cambrai (1393-94), une boine vossure a VI bras d’ogive472. À Tournai (1395), les reprises soutenaient les ogives de la chapelle de la Halle473. Au château de Tancarville (1410), les ogives tant de la voulte de la Grosse Tour que de la voulte qui est en la porte d’emprés icelle tour474 ; à la porte de Charleroi à Nivelles (1427)475, vosure a crois dogive. À la cathédrale de Troyes (1462-63, 1463-64, 1470-71 et 1495-96), taille des osivez, des augyves et doubleaux pour les vastes, voultes garnies de liernes, branches d’augives, formeretz, tiercerons476.
Un devis de l’église d’Hénin-Liétard au xve siècle mentionne les pendans, brancques et estocqs de guarche desdits ogives et prévoyait : es deux aisnes de ladite huisserie asseir reprenses de griés ou de blancque pierre, se conseil le porte, pour rechevoir les estocqs de guarche, brancques d’ogive et fourmeréz du parquet* d’ogive (...), tourner le croix d’ogive du parquet joignant ledit portai a bonne et soufissant talle, et tous les quartiers de ladite croix vauser et machonner soufissament (...), le sorplus desdites ogives reffere et revausser de Manques, fourmeréz, pendans (...) le remain d’icelles ogives arraser jusques a la haulteur de Ipiet prés de la clef desdites Manques477. À Menin en 1610, les cruusen désignent les branches d’ogives de la croisée, cruusvaute d’ogyven fermées par une slotsteen, une clef-devoûte478.

Opus francigenum
7.4.2.1./ 7.4.3./ 8.5.9./
Art d’appareiller la pierre selon les méthodes propres aux ateliers français.

  • 479 MEISCHKE, 1952, p. 166-167.
  • 480 ADN, B 12835.
  • 481 ROLAND, 1956, p. 115.

Ordener, ordonner
Le terme ordonner va plus loin que les termes visiter et adviser : il implique une indication et une direction précise des travaux à effectuer.
Le contrat d’embauche d’Antoine Kelderman à l’église de Veere (1479), précisait qu’il devait ordonner (ordineren) les ouvrages479. Au Quesnoy (1401-02), le maître-maçon Thomas Ladart fut rétribué de 40 sous, plus une indemnité de 30 sous pour ses frais et ceux de son valet à l’hôtel, pour durant 3 jours visiter les ouvrages de le ville ; puis il fist et ordonna le devise des machonneries de cestepresente saison480. En 1458, la ville de Soignies convoqua le maître-maçon montois Jehan Lefévre, pour ordonner et deviseriez ouvrages de fortification481, etc.

  • 482 TOBLER LOMMATZSCH, 6, col. 1190-1195.
  • 483 Jean-Marie CAUCHIES, « La terminologie dans les ordonnances des ducs de Bourgogne », Revue belge de (...)
  • 484 AMVJ2 348bis, 39 v°.
  • 485 FAGNIEZ, II, 1900, p. 148.
  • 486 RICHARD, 1844, p. 282.
  • 487 ADN, B 9096.
  • 488 ADN, B 8629.
  • 489 MEISCHKE, 1952, p. 166-167.
  • 490 LE ROUX DE LINCY, 1851-1852.

Ordonnance
7.1.2./ voir cédule ; sur les devises, conditions et ordenances... 8.7.3/ telle que le porte li ordenance
Ce qui a été ordonné482. Prescription émanant d’une autorité supérieure483.
À Valenciennes (1382-83), à propos de la tour Saint-Gilles, en voet on marchander dou hauchier piet a piet de plus plus et demains mains selouch le devise et ordenance de celi tour484. En 1375, maître Jacques de Chartres se rendit sur le chantier de la chapelle et du collège de DormansBeauvais à Paris : fut alors fait cedule* de son ordennance et monstree a ouvriers huchiers485...
À propos d’un marché de maçonnerie à la porte Martainville à Rouen (1405) : il s’en submist en l’ordonnance desdiz conseillers, a en ordonner en la fin dudit ouvrage fiait et acompli486. Au Quesnoy en 1440 : une partie desdits griés tailliet a le devise et ordonnanche· de maistre Jehan Spissekin, machon487. À Bouchain en 1460, un clerc fut chargé d’écrire les devises des ouvrages a l’ordonnance des maistres488. Le terme ordinantie se rencontre également dans les Pays-Bas du Nord489.
7.3.3./ 8.5.6./ Mettre en ordonnance, pour des pierres.
Mettre en ordre.
Orne, orneaux 8.5.9./ Sur le château du Louvre en 1364, dessassoir et rassoir V ou VI ornes de pierre, partout ou mestier estoit, changer toutes les pierres jusqu’a l’entablement490.
Pierre des fenêtres ?

Ourdon, ordon, ourdon, ordun (pierre d’)
Pierres constituant une assise de nivellement.

  • 491 WYFFELS, 1965, p. 39 et 711.
  • 492 CLOQUET, 1881, p. 376, 381 et sqq.
  • 493 ADN, B 9808.
  • 494 DE LA GRANGE, 1890, p. 160 et sqq., et 220 et sqq.
  • 495 Michel MOLLAT, Comptes généraux de l’état bourguignon entre 1416 et 1420, Recueil des Historiens de (...)
  • 496 PAUWELS, 1983, p. 124.
  • 497 BRUCHET, 1922, p. 237.
  • 498 ROLAND, 1956.
  • 499 DOPERÉ, 1992, p. 199 et sq.
  • 500 REMBRY-BATCH, 2, 1881, p. 325.
  • 501 GILLIODTS-VAN-SEVEREN, III, 1875, p. 377.
  • 502 PAUWELS, 1983, p. 113-114.
  • 503 AGR, CC 27270, 46 v.
  • 504 DE LA GRANGE, 1890, p. 161.
  • 505 COUTANT, 1994, p. 268-269 ; à Menin (1610), boutysen van ghelycken orduyne, de boutisses dudit ordo (...)

Ordon, (ordinem) ordre, disposition, arrangement.
Pierres d’ordun à Bruges (1281-82,1298-99)491, au chœur de Saint-Jacques de Tournai (1367-72) J492, à Valenciennes (1398-99) (pierres d’Écaussinnes d’ordon, parpains et quarelins à 6 sous le pied)493, au Pont-à-l’Arche (1407) et au beffroi de Tournai en 1444494, à l’hôtel ducal de la Loue à Bruges en 1418 (ordunen steenen)495, au château de Courtrai (1428)496, à Lille au Palais Rihour (1462) (pierre blanche de Brabant dite ordum)497, à Soignies sur les fortifications du xve siècle498, à Saint-Germain de Tirlemont (1569-70) arduyns ende rouwsteenen499) à Menin en 1610 (orduun)500, Audenarde, etc.
À Bruges en 1394, laquelle machonnerie sera faicte de bon ourdon de piet et demi de le* (...). Et sera faicte le machonnerie des joés* devers les terres en desoulz lentaulement deux tas* d’ordon de lonc a lonc la dicte machonnerie, loyéz de boutilz501. À Courtrai (1395-96), on cherchait combien l’ordun d’icellui vies chastel estoit emterré et on achetait à Vilvorde (Brabant) des pierres d’ordun502. À Tournai (au xvie siècle), ourdons desus iceulx soubassemens503 mais aussi en partie haute du beffroi (1444) : dessus l’entaulement y aura IIII tas d’ourdon parpan, dont ly trois aront chacun ung piet de hault, et le quatrieme XII pos504. Autres mentions au xve siècle à Ninove, Dendermonde, Menin505.
Le terme ordon est donc générique, car il qualifie aussi bien des pierres blanches que des pierres de Tournai ou d’Ecaussinnes.

  • 506 CATTIN, 1995, p. 82.

Palis, paalis (Fig. 210)
3.4.5./ 4.2./ 5.1./ 5.2.2.1./ 6.1.1./ nt. 132 et 134.
Palissades, pieux formant des haies.
Les palissades plantées autour du bourg de Luisandre en 1317-18 étaient constituées de pieux de 2 toises et demi de longueur506.

  • 507 GINOUVÈS ET MARTIN, 1975, p. 59.
  • 508 SALZMAN, 1952, p. 104.
  • 509 COUTANT, 1994, p. 272.

Panneaux
8.5.2./Voir beuveaux.
Parpain, parpeng, perpein
(Fig. 169,206) PJ 2/ PJ 8/ PJ 12/.
Pierre à deux parements, traversant ou constituant l’épaisseur du mur, parpaing507.
– Parpaing, parpain ou perpin en Angleterre508, perpeyn en Brabant, parpain(e) d’une manière générale dans les Pays-Bas509 : quaraus de grans parpain, chercles parpains, parpains doubles... Le parpaing, plus rarement en grès qu’en pierre calcaire, ne se distingue pas de l’asseler par son volume : de 45 cm à 135 cm de longueur, de 30 à 45 cm de lit, de 17 à 30 cm d’épaisseur, il est utilisé dans les maçonneries à deux parements pour en assurer une bonne liaison, aux ébrasements des portes ou des fenêtres, en entablement, etc.
– Dans un arc, le parpaing désigne la profondeur des voussoirs, donc l’épaisseur de la voûte (voir Cruppe, doubleaux).

Parquet
7.3.1.1/
Champ, surface d’un mur, d’un sol.
parquet d’ogive : travée voûtée d’ogives.

Pas, voir appas

  • 510 TOBLER LOMMATZSCH, 6, col. 455.
  • 511 SFW, 20, 1880, Ire série, p. 162.

Passieres
4.4.1.4./de pas510 ?
Passage. En 1306, pour metre pluseurs passieres as crestiaus511.
– ?

Patrons
Dessins des modèles ou maulles.
7.3.3.2./ patrons et maulles touchans le taille de griés des estocqs de querche et croix d’ogives, 7.4.1./mis et compasset en parchemin. II. patrons de le maniere del ouvrage. 7.4.1./ pattron pourprendre le rondeur de la dite tour, à Aire-sur-la-Lys, 7.4.2./patrons pour la taille des pierres ; à Béthune, patrons a pierres pour une tour, molles et patrons à la maison échevinale de Lille, etc.
Dessin d’élévation ou plan d’un ouvrage
nt. 205/ patrons de grosses lettres de fourme : modèle d’écriture.

  • 512 TOBLER LOMMATZSCH, 7, col. 611.

Penchons
5.2.2.1./ Idée de pencher512.
Pieux inclinés formant une haie sur une levée de terre.

  • 513 TOBLER LOMMATZSCH, 7, col. 612-614.

Pendant (Fig. 207)
8.5.6./ 8.5.8.1/ PJ 3/.
Terme général utilisé pour désigner un élément en surplomb513. Pierre à un parement mise en œuvre dans les voûtains ou quartiers des croix d’ogive.

  • 514 DEVILLE, 1864, p. 40.
  • 515 JENZER, 1994, p. 444.
  • 516 HAMON, 1996, p. 207.
  • 517 SALAMAGNE, 1997b, p. 456 et sqq.
  • 518 BECHMANN, 1991, p. 199 et sqq.
  • 519 HAHNLOSER, 1972, p. 114.

À Douai, les pendants avaient 27 x 11 x 27 cm.
Pendans mis et emploies tant en la voulte de la Grosse Tour que es voultes qui sont sur la porte d’emprés icelle tour, etc., au château de Tancarville en 1410514 ; pendants pour la volte de l’église Saint-Hyppolyte de Poligny en 1435515, les voûtes de l’église de Gisors au xvie siècle516, pour les waussures à Lille (1511)517...
Pour Roland Bechmann, le pendant riulé dessiné par Villard de Honnecourt serait un claveau entrant dans la plate-bande appareillée d’une fenêtre ou d’un manteau de cheminée518. L’interprétation d’Hans Hahnloser519 paraît plus juste : le dessin de Villard permettait de calculer les angles des faces des pendants.

  • 520 ENLART, 1926, p. 16.

Pied-droit
Voir Chimaye, espasse
Piédroit, jambage d’une ouverture, fenêtre, porte...
A le haulteur dudit piet droit desdites fenestres, tourner vausures au tierch point faites de blanque pierre empoinsant le piet droit de desoubz, à l’église d’Hénin-Liétard au xve siècle520.

  • 521 BOZIÈRES, 1864, p. 321.
  • 522 AMD, CC 219, f° 72 v.
  • 523 ADN, 4 G 4597.
  • 524 ADN, B 8673.

Piez-voyes, pievoyes (Fig. 196, 214)PJ 2/
Chemin de ronde d’une enceinte, balustrade bordant une coursière ou un chemin de ronde d’une église ou d’une tour.
Pievoie de la haute galerie du beffroi couverte de plomb à Tournai au xve siècle521, pievoyez hault du beffroy à Douai en 1450522, allees et pievoyes à la cathédrale de Cambrai à la fin du xive siècle523, pour faire entaullement sur lepievoy de l’enceinte de Bouchain en 1505-06524.

Pié
8.5.6./ le piet de le vile*
Pied.
Les unités de mesure utilisées à Douai étaient le pied de Flandre de 0,29 777 m divisé en 11 pouces de 0,027 cm, mais li bans des quariaus de 1264 donne un pied de 10 pouces.

  • 525 TOBLER LOMMATZSCH, 7, col. 937-939.
  • 526 SOYEZ, 1969, p. 30.
  • 527 COUTANT, 1994, p. 803-804.

Piller, piler
Pilier525.
À la Salle de Lille (1416), III pillers au pignon de brique (...) et aront chascun piller X pies de bouture* en fins526.
Massif de maçonnerie implanté dans un cours d’eau pour recevoir les vannes d’une écluse527.

Pil(l)os, pillots
5.2.3.1./ 8.5.4./ 8.7.2./
Pilotis, pieux fichés en terre pour les fondations, les palissades, les barrières.

Pinceler, voir espincer.

  • 528 Amiens ; HÉREN, 1910, p. 585.
  • 529 Lille (1480-81), plancque de 6 pieds de longueur, AML, 16220 ; de 4 et 5 pieds de longueur en 1475- (...)
  • 530 HÉREN, 1910, p. 585.

Planque
8.5.1./ PJ 12/ PJ 13/.
Pierre de taille en forme de dalle généralement utilisée pour les sols ou les couvertures.
Les plancques, planquelles de grés528 pour celles de petit format, avaient de 3 à 7 pieds de longueur, mais le plus souvent 4, 5 pieds (1,20 à 1,50 m)529, pour une épaisseur comprise entre 4 et 10 pouces (10 à 25 cm) et une largeur de 12 à 17 pouces (30 à 42,5 cm), à Amiens (1443), 6 à 7 pieds de longueur sur 1 pied de large et 8 à 9 pouces d’épaisseur (183 à 214 x 30 x 20 à 23 cm)530.

Platte-fourme, voir fourme

  • 531 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 4. Voir COUTANT, 1994, p. 817.

Plommas, voir vaulsure
Anneaux ou gonds de plomb.
À la porte de Charleroi à Nivelles en 1427 : et metre plomas de keine a l’un leis et a l’autre, leur s’apartendra, pour tourneir et porteir les macques* de son pont531

  • 532 HAHNLOSER, 1972, p. 104 (dessin 39 b) et p. 106 (dessin 39 g) ; BECHMANN, 1991, p. 163 et sqq.
  • 533 HAHNLOSER, 1972, p. 125, dessin 41 d.
  • 534 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 7.

Point
7.3.3.1./ 7.3.3.2./ mettre a point les membres de pierre.
Eléments de repère de la visée lors de l’opération du dégauchissage pour tracer des droites et déterminer des plans.
Point, distance, situation, état.
– Des dessins de Villard de Honnecourt
– interprétés avec difficultés532 – prouvent que la notion de point servait au calcul des mesures ; Villard donne à partir d’un voussoir les rayons de l’arc d’une voûte : par chu trov’om les poins d’one vosure taillie533. À la porte de Charleroi à Nivelles (1427)534 : et movoir ses pas* de teilh point et mesure quilh puist cheir et servir destages en estages pour la avoir double pas pour entreir ans ses usseries*... : le maçon devait calculer la hauteur de marche de telle sorte que l’accès aux différents niveaux se fasse par une double marche.

  • 535 Construction du grand pont sur l’Escaut ; ADN, B 8674, f° 50 à 57.
  • 536 AMVJ2 348 (3), 27 v°.
  • 537 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3.

Tiers-point (arc en). Voir cruppe.
À Bouchain (1506-07), les piedz droits de l’arcure de la porte des Moulins étaient tracés au tiers-point535. Et seront fourmelees de courbettes windiees au tierch point, à propos de la charpente de la tour Saint-Gilles à Valenciennes (13 84)536. À la porte de Charleroi à Nivelles (1427)537 : yceux ardoubliaus tourneir a tirch point.
Arc constitué par la rencontre de deux segments de cercle tirés à partir d’une base divisée par quatre points, chacun des segments étant tracé à partir du troisième point opposé.

  • 538 TOBLER LOMMATZSCH, 7, col. 2102-2120 et sqq. (pagination erronnée) d’après Brun. Lat. 113.
  • 539 JAN PHILIPP, 1988, p. 374-375.
  • 540 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3 et 10.
  • 541 James S. ACKERMAN, « Ars sine scientia nihil est. Gothic theory of architecture at the cathédral of (...)
  • 542 GODEFROY, 6, p. 322.

Point moyen
Les mesures des ouvrages étaient données depuint moyen aultre, soit du milieu d’une structure au milieu d’une autre. Le puint moyen d’une tour est son centre. La plus basse chose et la plus parfonde qui soit au monde est li poins de la terre, ce est li milieu dedans538.
Sur le plan 408 des Archives de l’État de Mons (1449), le vaisseau central devait avoir 40 piés de puint moyen aultre en largheur environ539. À la porte de Charleroi à Nivelles (1427) : celi maconnerie de celi grosseur de nette maconnerie bien a son rent par dehors a son poin moyen. Et bien espasseir ses tuoires de XIII polx de long devers oevre et de X polx de leit et de I piet de hault (...) et de teilh longeche que de point moien a aultre540. En Italie à la fin du xive siècle, les mesures se prenaient également da mezo del pilastro al altro mezo541. Rabelais évoque le poinct moyen de chascun angle et marge (des tours)542.

  • 543 RICHARD, 1844, p. 283.
  • 544 LE ROUX DE LINCY, 852, p. 687.

Empointement, empointer
À la porte Martainville à Rouen (1405), les fourmerés monteront toujours aveuc le mur, tant d’un costé que d’autre, jusques a leur empointement543… Au château du Louvre (1366), pour avoir taillé une huisserie et la voussure empointee544.
Disposer en pointe, pour former une seul point.

  • 545 ADN, B 9335.
  • 546 ADN, B 9481. Voir encore COUTANT, 1994, p. 819.
  • 547 AMD, CC 219, f° 97 r° et 99 v°.
  • 548 BN, ms. 13083, 100 r°.

Mettre a point
À Maubeuge (1375-76), à la maison de la Blaverie, pour aidier a taillier les piliers* et mettre a point ensi que li ouvraige le demandait545. Lors de travaux (1483-84) aux moulins de le Val-sous-Beaumont et au pont du moulin de Rorque (Hainaut), remis les pieres a point pour venir a rieulle et refait tout neuf le machonnerie546
Préparer les pierres par assises prêtes à être montées.
8.5.8.1./ mis a point en plusieurs mons ; mis a point pierres a Barlet et emprés le porte Vaqueresche ; mis a point et entassé en le court des cartriers cuings tailliéz547. À Valenciennes (1442), manouvrer a entasser blancque piere et mettre a point au-dessoubz dou hanghartpour doubte desgellees548.
Disposer les pierres en tas, en monts.

  • 549 HAHNLOSER, 1972, p. 16. Voir encore GODEFROY, 6, p. 322.
  • 550 HAHNLOSER, 1972, p. 16.
  • 551 MURRAY, 1987, p. 127.
  • 552 MURRAY, 1987, p. 129.
  • 553 MURRAY, 1987, p. 138.
  • 554 MURRAY, 1987, p. 143 et 144.

Pourtraire, portraiture, pourtraitures, pourtrais
Donner les traits, les dessins d’une œuvre.
Villard de Honnecourt emploie le terme portraiture pour désigner le dessin d’après nature d’un motif quelconque, mais le plus souvent architectural. Pourtraiture, vient du latin tractus, participe de trahere, tirer : lorsqu’une figure était ressemblante on disait qu’elle était représentée trait pour trait. Donner les traits (voir ce terme).
7.3.5./ pourtraitures enpappier et en parkemin
5.1./ Villard de Honnecourt, si troveres le force de le portraiture549...
Villard utilise le terme portraire, portrait, à propos d’une des fenêtres de Reims, de la maison d’une horloge, d’un pupitre, portraiture pour désigner l’élévation intérieure et extérieure d’une des travées de la cathédrale de Reims ou encore la coupe d’un chauffoir à mains550.
À la cathédrale de Troyes (1381-82) : Pour faire le pourtrait dou jubé en une pel de parchemin par Michelin et Jehan Tierri pour monstrer a messrs., pour ce 5 s. Pour faire une aire en la ramure de costé le gros clochier pour faire les portrais dou jubé551 ; (1382-83) : pour faire ung jubé en la dite église par la maniere qu’il est pourtrait et gictié en une pel de la parchemin552 ; (1402-03), pour faire tout a nuef de piastre le pourtrait sur la chapelle Dreue de la Marche pour y trachier le pilier que l’en veult faire553 ; (1418-19), à un charpentier pour avoir baillié la forme par excript pour la necessité de lever ledit clochier avec toux les pourtrais par ly et autres ouvriers fais sur la forme, giet* et devise d’icelly clochier554.

Quartiers
5.1.2./ Quartiers desdites crois d’ogives
Voûtains délimités par une croisée d’ogives (Fig. 165).
8.5.6./
Bloc brut de pierre (Fig. 150).

  • 555 DURAND, 1901, p. 30.
  • 556 DE LA GRANGE, 1890, p. 219.
  • 557 D’ARBOIS DE JUBAINVILLE, 1862, p. 400.
  • 558 ENLART, 1926, p. 14.
  • 559 DESCHAMPS DE PAS, 1892, p. 198.
  • 560 RICHARD, 1844, p. 283.
  • 561 D’ARBOIS DE JUBAINVILLE, 1862, p. 398 ; MURRAY, 1987, p. 152.
  • 562 MURRAY, 1987, p. 182.
  • 563 PEYLET-COSTANTINI, 1994, p. 300-301.
  • 564 GILLIODTS-VAN-SEVEREN, III, p. 479 et V, p. 298.
  • 565 DOPERÉ, 1992, p. 198.
  • 566 SALZMAN, 1952, p. 115, 426.

Quarche, carche, cerque, escarchements (Fig. 164, 203)
Charges des ogives. Pierres formant assise horizontale et encorbellement pour constituer le départ de plusieurs branches d’ogives.
Deux idées semblent associées dans ce terme, d’une part qu’il s’agisse du fragment courbe d’un arc d’ogive, d’autre part qu’il supporte la charge des ogives. On trouve encore rachements (rache, souche), rasemens en néerlandais.
7.4.2./ les encarchemens des arches.
7.5.9./ les escarchemens et premiers estocqs* de guarche des croix d’ogive faites es deux places bas de le dite porte.
Pour avoir taillé les estos, les encarchemens et les ogives
des tours de la porte Montrescu à Amiens (1392)555, mettre les escagemens et les sommiers ordonnés pour porter le vossure du Pont-à-l’Arche à Tournai (1405)556, les charges du gros pilier de la cathédrale de Troyes (1470-71)557, pendons, brancques et estocqs de guarche desdits ogives à la collégiale d’Hénin-Liétard (xve siècle)558,pour avoir tailliee les escarses qui soustiennent les ogives des grandes vaultes, à la collégiale de Saint-Omer559.
À la porte Martainville à Rouen (1405)560 : asseoir les repouses qui soustendront les carches, lesquelles seront a la IIIe assise audessus des poustres ; et y en fault XII en chacune tour, et seront revestus d’un membre* et d’un fillet* aveuc I image a chacune repouse*. Et audessus d’icelles repouses faudra faire et esliger les carches, tant pour les croisiés et doubleaux que pour les sommiers et seront tous chanffrains, et si monteront jusques au hault de leur retumbee les carches dessus dictes, et les fourmerés monteront toujours aveuc le mur, tant d’un costé que d’autre, jusques a leur empointement... À la cathédrale de Troyes, les charges du gros pillier (1468-69)561, les arrechemens des pilliers (1508-09)562, los encharzamens à l’abbatiale de la Chaise-Dieu (1344-1350)563.
Ragemens à Bruges564, rasemens à Saint-Germain de Tirlemont (1569-70)565, ragementen à Audenarde, etc. En Angleterre, rachemens à l’abbaye de Lacock en 1315, rachement à Portchester en 1397566.

Quevalés
8.7.2./ nt. 222/
Chevalets, tréteaux supportant les hestaux, ou sols des échafaudages.

  • 567 DOPERÉ, 1992, p. 176.
  • 568 AMD, 02 846, Cahier des charges du boulevard entre la Scarpe et la porte d’Arras, art. 40.

Queue, keuwe
Face terminale d’une pierre noyée dans l’épaisseur des maçonneries.
Parfois employé comme synonyme de profondeur.
À Saint-Germain de Tirlemont (1570-71), mention d’arduyn, lanck gestert ou pierre taillée à longue queue567. À Douai en 1893-94 : les grès dont se composent les voûtes seront taillés en coupe, sans démaigrissement sur toute la longueur de leur queue568.

Quins
Voir cuins

Raime (s)
8.5.2./ 8.5.4./
Branchages, fagots de bois.

  • 569 AMD, CC 219, 89 r°.
  • 570 SOYEZ, 1969, p. 43.
  • 571 AMD, CC 219, 103 r°.

Rap (p) ointier
A Jehan Patoul, machon, pour avoir rapareillé et rappointié les murs et cresteaux qui font clotture a le cambre des orfeves et autres hiretages de ledite ville569. Au château de Lille (1420), refait et rapointié le grant pont de la porte devant dudit chastel570)
Remettre à point, restaurer les maçonneries.
Le terme est également utilisé dans les autres métiers : avoir rappointié une serrure571.

Ravestir, revestir, refiestir
4.4.1.3./Voir Bouchelé.
Recouvrir, munir.

  • 572 Voir SALAMAGNE, 1993b.
  • 573 AMD, CC 215, 107 v° ; ADN, B 4657, f° 12 r°.
  • 574 COUTANT, 1994, p. 841.

Rayere, raiere
4.3.3./ 4.3.4./ 4.5.3./ 6.2./ 7.4.3./ PJ 8/ PJ 9/ PJ 13/ PJ 14/.
Fente de tir verticale pour armes mécaniques572 (Fig. 223).
4.4.1.3./ 4.4.1.4./ 4.5.3./ rayere croisié au deseure.
Fente de tir à croisillon de visée horizontal (Fig. 41, 48).
Feniestres et rayeres à Valenciennes, à la Halle au Blé (1387), rayeres ou feniestres des tourelles d’escalier à vis, rayere pour rendre claretet à l’avant-porte de Tournai (1391). À Douai, rayeres des tourelles d’escalier à vis (montees) des tours du front de la porte d’Ocre (1436), raieres avec le sens de fenêtres étroites au donjon (1453-54)573.
Fente verticale d’éclairage.
– Petite coursière d’eau des moulins
574.

  • 575 PAUWELS, 1983, p. 115.
  • 576 SALAMAGNE, 1997b, p. 452.
  • 577 Compte des fortifications de Tournai, cit. par GODEFROY.
  • 578 ADN, B 8624.
  • 579 MORTET et DESCHAMPS, 2, 1929, p. 299.
  • 580 REMBRY-BATCH, 1881, p. 333 ; COUTANT, 1994, p. 292.
  • 581 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3.
  • 582 AML, 16160, 54 v°.

Rebas, rabas (Fig. 185)
PJ 8/ PJ 11/ PJ 12/ PJ 13/.
Pierres de feuillure des portes ou fenêtres présentant un retour perpendiculaire ou oblique à la face principale de la pierre.
Rabat pour l’uis batre a l’encontre à Bruges (1394), rabas de huis etfenestres au château de Courtrai (1398)575, rebas parpains de grés à Lille (1415-16)576, pierres sauvages pour faire rebas au pont de Tournai (1422-28)577, rebas à Bouchain (1455-56)578, rebas a dosseres pour les fenêtres du refuge de l’abbaye de Cambron à Bruges (1272)579, rabatten en néerlandais (Menin, 1610)580. À la porte de Charleroi à Nivelles (1427)581 : par le devant de celi porte rebatees de pont-levies de VIII polx de parfont et de Vpolx de leit. Leur coût variait en fonction de la complexité de leur taille : des rebas parpains de grés valaient 10 sous pièce à Lille en 1415-16582.

Refiestir, voir rafestir

Rejoer, voir ressartir.
Restaurer des piédroits, les joues d’un ouvrage.

Reloyer, voir loison

  • 583 TOBLER LOMMATZSCH, 8, col. 877-879.
  • 584 TOBLER LOMMATZSCH, 8, col. 878. d’après Chronique des Ducs de Normandie par Benoit, ed. par Carin F (...)

Reparer
Restaurer un parement583.
Cil orent fermé un chastel od doves* granz e reparees, Parfonde e en haut levees, cloze de pal od heriçon584.
Doter d’un parement, maçonner.

  • 585 FEW, 10, p. 269.
  • 586 CLOQUET, 1881, p. 376.
  • 587 RICHARD, 1844, p. 283.
  • 588 ENLART, 1926, p. 18.
  • 589 DESCHAMPS, 1892, p. 177.
  • 590 DEHAISNES, 1886, II, p. 372.
  • 591 LE ROUX DE LINCY, 1852, p. 687.
  • 592 JOUBERT, 1890, p. 79 et 82.
  • 593 SALZMAN, 1952, p. 115.

Repri(n)se, response (Fig. 163, 164)
8.5.9./ cuings de II piés et de II piés demy l’on avoit desja taillié et fait culz de lampe pour servir aux reprinses des croix d’ogive qui se feraient aux salles bas de la porte Nostre Dame et des autres II pierres qui estoient plus larghes l’on fist deux desdites reprinses.
De reponere, reposer585.
Console qui soutient les carches* ou estas de carches, les arcs.
Arcais seans autour du cuer devens oeuvre et les reprises qui les portent, au chœur de l’église Saint-Jacques de Tournai (1372)586. À la porte Martainville à Rouen (1405)587 : asseoir les repouses qui soustendront les carches ; à l’église d’Hénin-Liétard, au xve siècle : es deux aisnes de ladite huisserie* asseir reprenses de grie’s ou de blancque pierre (...) pour rechevoir les estocqs de guarche, brancques d’ogive et fourmeréz* du parquef d’ogive588 ; pour avoir tailliet deux reprinses de pierre dure a fachon de angeles, à la collégiale de Saint-Omer (1433-34)589 ; à Valenciennes, à la collégiale Saint-Jean (1350-55) : grandes pierres (...) pour faire les cappitiaux, les chimaides et les reprises pour assir les ymagenes590 ; au château du Louvre (1364-69) : pour avoir taillié deux reprinses, l’une un beuf et l’autre un esgle, chacun tenant un rouleau en maniere des Evangelistes, lesquelz servent sur le chanteau ou sont les armes du Roy, pour porter le pignon du dernier etage de lad. viz591.
Reprinses et entablement* de la cheminee de la chambre de parement et de la cheminee de la chambre de retrait ; fuilles et reprinses dessus les deux chambrillars de l’huisserie double, au château de Saumur (1370)592. En Angleterre, respowndez (King’s Hall, 1428), respoundes (Westminster, 1444)593.

  • 594 D’une manière générale, guérir, retrouver la santé, TOBLER LOMMATZSCH, 8, col. 983.
  • 595 AMV, J2 350, 46 v° et AMV, J2 355, f° 37 r°.

Resaner
Restaurer une maçonnerie pour la rendre saine594.
Voet on ces nuesves macheneries reloyet* et resaner as vieses bien et souffisamment aux Halles de Valenciennes (1387-88) etycelles montees resaner et remettre a point à propos d’une tour (1406-07)595.

Rescailler
Restaurer les faces des pierres de grès dont les éclats (escailles) se sont détachés sous l’action des intempéries.

  • 596 SOYEZ, 1969, p. 85.

Resligier, voir esligier
À la Chambre des comptes de Lille (1428), resligier ung pingnon de briques596.
Reconstruire.

  • 597 AMD, CC 213, 184 r°.
  • 598 AMD, CC 219, 97 v°.
  • 599 DURAND, 1901, p. 190.
  • 600 DURAND, 1901, p. 316.
  • 601 WEERENBECK, 1932, p. 54.

Ressartir, ressarchir
Ressorti et rejoe* les deux jummaux* de ladite porte (Vaqueresse) au bas sur l’yaue597 ; avoir rapareillié et resarty par bas les machonneries des tours d’entre le porte d’Oscre et tour des Dames pour ce quelles estoient fort eslavees des eaues (...), aussy a rescailler* et resartir a ladite tour de Dames et ailerons dicelle598.
Restaurer.
Le terme se retrouve au xve siècle à Amiens – reparer, restoupper et ressartir pluiseurs gratis treux et fontures qui estoient aux espondes des deux arches599, ressorti le vaulte600 – ou à Doullens601.

209. Pont-levis.

  • 602 AMV, J2 350ter, 31 v°-32 r°.

Restiel, restiau
Herse.
À Valenciennes (1392-93), par devens le pan de mur qui y est aules viers le ville ordonner le coursiere* pour un restiel602.

  • 603 BOZIERES, 1864, p. 43.
  • 604 GILLIODTS-VAN-SEVEREN, III, 1875, p. 377.
  • 605 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3 et 10.

Retail, retal, retaux
4.3.4.1./ PJ 10/ PJ 11/.
Retraite de fondation, retrait d’un élément d’un mur.
Et lassus doivent il retaller I retal de demi piet et escasser lors tour, à Tournai (1281)603. Et le machonnerie des joes aura dix piés d’espés, jusques a dix piés de hault depuis le plancquier en amont, et la dessuz aura un retail entre le pont et les arcures, lequel retail retraira le dicte machonnerie deux piés et sera menee a mont de sept piés et demi d’espes montant diccelluy espesseur six piés de hault et la dessuz sera fait encore un retail de demy piet et sera mise la dicte maçonnerie a cincq pied d’espes a la hauteur de quatre piés parmi l’entaulement, à Bruges à la fin du xive siècle604. Et toute celi oevre donneir talut par le dehors depuis son retal demy piet jusques al hauteur de son sobasement605, à la porte de Charleroi à Nivelles (1427).

  • 606 TOBLER LOMMATZSCH, 8, col. 1109-1111.
  • 607 GILLIODTS VAN SEVEREN, III, 1875, p. 377.

Retailler, retraire
Retailler, rendre plus court, réduire, diminuer606.
Pratiquer un retrait (retail) dans la maçonnerie.
À Bruges en 1394 pour la construction de l’écluse du Dam607 les jouées* devaient avoir dix piés despes jusques a dix piés de hault depuis le plancquier en amont ; et la dessuz aura un retail entre le pont et les arcures, lequel retail retraira le machonnerie demy piet et les eles en autele maniere.

  • 608 AMD, CC 216, f° 82 r°.
  • 609 TOBLER LOMMATZSCH, 8, col, 1326-1328.
  • 610 HAHNLOSER, 1972, p. 113 et 114.
  • 611 BECHMANN, 1991, p. 113.
  • 612 FEW, 10, p. 219-220.
  • 613 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p 4.

Rieuller, riuler, regler
7.3.3./ rieullé et conduit aucuns desdis ouvriers ; rieullé et ordonné lesdits ouvriers608.
- Diriger609. Riule, rieule, règle.
8.5.9./ une vaulsure rieullee, 7.4.2./ les maulles... rieullés ; Villard de Honnecourt mentionne les pendant et vosure riuleie ; pour Hahnloser il s’agirait de pendants ou de voûtes taillées à l’aide de l’équerre ou du fil à plomb610. Roland Bechmann donne une définition identique611. Nous pensons plutôt à proportionné, ordonné avec la règle de proportion612.
À la porte de Charleroi à Nivelles (1427) : et couvrir son pont-leviet d’unne plate vosure riglee a doublefachelure*, de piet et demy de haut613.

  • 614 AMD, CC 206.
  • 615 AMD, CC 224, 73 v.
  • 616 Pour COUTANT, 1994, p. 887-888, il s’agirait de lattes.
  • 617 AMD, CC 229 (1462-63), 47 v°.
  • 618 SOYEZ, 1969, p. 30.

Roille, roullie, roulle
nt. 141/1 un pan de mur rouillié.
À Douai : pour avoir fait une roullie de pierre sur le fossé (1401)614 : A Willaume le Josne, machon, pour avoir encommenchié a trier et eslire grosses roulles (1456)615...
– Bloc de pierre non taillé ; mur maçonné de moellons.
nt. 222/1 8.7.2/en menuiserie
Pièce de bois équarrie616. Les cintres étaient couverts de roilles pour machonner les vaulsures617. À la Salle de Lille (1416), roillet les parois autour618.

  • 619 ADN, B 8579, f° 44 et sqq.
  • 620 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3.

Ront
Saillant semi-circulaire d’une tour de flanquement.
7.4.1./ 7.4.1./ le rondeur de le tour. PJ 9/
La tour Broyet à Bouchain au xve siècle était une grosse tour a demy ront par dehors et quaree par deriere la ville619. À la porte de Charleroi à Nivelles (1427) : sera celi porte ronde par le dehors et quareye par le devens a leis deviers le ville ; de nette maconnerie bien a son rent620.

Ruyo
6.2./
Rigole d’évacuation des eaux.

Routure
7.3.1./
Trou, tranchée.

  • 621 AMSO, CA 1476-77, 181 r° : pour avoir estouppé le grande porte derriere le chastel et fait une sail (...)
  • 622 AML, 16236 (1498-99), 76 v° et 84 r° : le saillie du bollewercq de le porte Saint Pierre, le sailli (...)
  • 623 Voir SALAMAGNE, 1992c.
  • 624 SOYEZ, 1969, p. 72.

Saillie
6.4./
– Poterne ménagée sous un pont, sur les flancs d’une tour ou d’un boulevard et permettant de communiquer du corps de place aux ouvrages extérieurs ou de ceux-ci à la contrescarpe.
Les saillies des boulevards ou des portes à Saint-Omer621, Lille622, Rennes (1488)623, etc.
– Encorbellement d’une construction. À la Salle de Lille (1425-26), ou quel ouvrage y a deux estaiges de plancquiers dont le premier a sallie de deux pans (...) et chascune des dites saillies un piet et demi624.

  • 625 TOBLER LOMMATZSCH, 9, col. 233.
  • 626 CLOQUET, 1881, p. 376.
  • 627 ADN, B 16252.
  • 628 Mais a été traduite – à tort – par pierre de mauvaise qualité ; GERMAIN, 1981, p. 229.
  • 629 PEYLET-COSTANTINI, 1994, p. 300.
  • 630 HAMON, 1994, p. 213.
  • 631 SALZMAN, 1952, p. 103.

Sauvage ou pierre crue
8.5.4./
Sauvage, qui vit dans l’état de.nature625.
Les deux qualificatifs de sauvage et crue doivent renvoyer à une pierre non débitée, se présentant, soit sous forme de moellons irréguliers, soit sous forme de blocs non calibrés.
Au chœur de l’église Saint-Jacques de Tournai (1367-72), les grans callaus sauvages étaient taillés en pierres de soubassement626. Au château de Béthune (1507), un mur par dehors vers les teraulx estoffe de pierre sauvaige627. L’expression est encore attestée en Namurois au xviie siècle628.
On trouve comme équivalents probables lapis sordes à la Chaise-Dieu (1344-1350)629, pierre ville ou menue pierre à Gisors630, rough stones en Angleterre631.

  • 632 SALAMAGNE, 1997b, p. 452.
  • 633 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3.

Seulle
8.5.9./ PJ 8/ PJ 14/.
Pierre de seuil.
Les pierres de seuil – sueil, suel ou en Angleterre, soilles, suyll, sewlys –,utilisées pour les seuils des fenêtres, des portes ou des embrasures de tir, ont souvent un format imposant : de 3 à 7 pieds de longueur (90 à 210 cm) sur 1 pied, 1 pied et demi de largeur (30-40 cm) sur autant d’épaisseur632. À la porte de Charleroi à Nivelles (1427)633 : celi porte estoffee de suel bien larmiépar le desoubz.
8.7.2/
En menuiserie poteau de seuil.

  • 634 ADN, B 8581, 35 r°.
  • 635 GERMAIN, 1981, p. 234.

Seuyere, seuwiere
7.1.2./
Canal de décharge d’une écluse.
Seuwiere sous le pont de la porte de la Haute Ville de Bouchain en 1420634. En Namurois au xviie siècle, sêwi, canalisation ou pierre taillée en forme de rigole635.

  • 636 DURAND, 1901, p. 143.

Sicqueron
4.3.3./ 5.2./
Pieux.
À Amiens, taillier en le halle I gros et long estoc et icellui assis et ensicquié en la riviere de Somme (...), et aussi mis jus du hourt le grant engien et le mouton dont on avoit hurté et ensicquie les dessusdis estocs636, etc.

  • 637 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3.
  • 638 CLOQUET, 1881, p. 376.
  • 639 COUTANT, 1994, p. 899-900.

Siege
Pierres formant bancs des ébrasements des fenêtres, des embrasures de tir, des soubassements des édifices religieux.
Mentions à Mons – machener a faire sieges au prayal de la maison de le pais (1358) –, à la porte de Charleroi à Nivelles (1427)637–, à Saint-Jacques de Tournai (1368) : piés de siege pour sir autour doudit coer638.
– Soubassement et soles d’un moulin639.

  • 640 SALAMAGNE, 1997b, p. 458.
  • 641 JOUEN, 1908, p. 360.
  • 642 COUTANT, 1994, p. 902.

Sommier
8.5.9./ PJ 12/ PJ 14/
– Pierre disposée à la naissance d’un arc Sommiers à l’église d’Hénin-Liétard, à Bouchain, Amiens640, etc. ; à Rouen (1474), quatre pierres utilisées pour faire les deux sommiers d’une fenêtre641.
– Poutre horizontale642.

  • 643 HAHNLOSER, 1972, p. 170, pl. 63.
  • 644 GILLIODTS-VAN-SEVEREN, III, 1875, p. 377.
  • 645 DESCHAMPS DE PAS, 1892, p. 178.

Sorvol, sourvaux (Fig. 187)
7.4.1./ 7.4.2.1./ 8.5.9./
Pierres à une face de parement surmontant un arc.
Villard a dessiné les molles (...), des ogives et des doubliaus et de sorvols par deseure des chapelles de la cathédrale de Reims643. À Bruges (1394), à l’écluse de Damme : lequel sera vossez a hausse* de panyer (...), et auront li voissoir douze pans en crupe*, et si aura survos qui auront sept pied en crupe, et li pendant piet et demi en crupe, et maçonnera les pendants a la hauteur des survos644. À la collégiale Notre-Dame de Saint-Omer (1441), livraison de doubleaux et sourvaux pour les arcs-boutants645.

  • 646 AMD, CC 202, f° 339.
  • 647 RICHARD, 1844, p. 292.
  • 648 ALLINNE, 1912, p. 79.

Tabernacle
7.4.3./
Avoir taillié deus tabernacles, au beffroi de Douai646. À Rouen, à la porte Martainville (1406), III tabernacles a l’entrepié de l’estanfiche647, au portail Saint-Romain de la cathédrale (1386), tabernacles des pilliers648.
Niches sculptées des piliers, contreforts.

Table, voir entaulement

  • 649 SOYEZ, 1969, p. 30.

Taille
Différentes sortes de taille, voir 8.5.8.2.
À la Salle de Lille (1416), en ycelles fenestres fait croisiés de griés de bonne nette taille649.

  • 650 ADN, B 12841.
  • 651 ADN, B 12842.
  • 652 GAUTIER et LESORT, 1907, p. 91.
  • 653 AMA, CC 74, 4 r°.
  • 654 ADN, B 8629, 36 r°.

Tapecul (Fig. 210)
4.4.1.3./ 4.4.3.2./ 4.4.3.4./ PJ 12/
Pont-levis constitué d’un tablier de bois, relevé par des bras à contrepoids, venant s’encastrer dans un montant de charpente ou une structure maçonnée légère.
Mentions des tapeculs au Quesnoy (1407-08) pour les portes de Valenciennes, Fauroeulx650 et Saint-Martin651 ; à Valenciennes (1449) pour les portes d’Anzin et de Cambrai ; à Cambrai (1419-20) pour la porte SaintSépulcre652, à Arras (1485-86) pour la porte de Méaulens653, etc.
A Bouchain (1460-61), un charpentier réalisait un noef tappecul estoffet de II macques*, de roilles*, de loyens* et d’aissielles* et de II gros estiaulx* sur quoy le dit tappecul tourne et repose, et d’un contrepoids654. À Cambrai, on maçonnait les estaques que portent le tapecul de le porte Saint-Sepulcre. Au Quesnoy des estriers étaient accrochés aux extrémités des bras portant le tablier, estriers des tappeculs a coy les grandes kaynes pendent pesant XIII livres de fier. L’étrier est un élément de fer qui sert à joindre 2 pièces de bois avec un crochet à un bout et une patte percée de trous à l’autre.

Tas, voir larmier, ourdon, tourssement
7.3.3.2./ PJ 12/
Assise de maçonnerie (de brique ou de pierre).

Tasque (marché en)
4.3.2./ 3.4.4./ 7.3.3./ 8.4.2./ PJ 1/ PJ 6/ PJ 7/ PJ 10/
Tâche, marché à la tâche.

  • 655 TOBLER LOMMATZSCH, 10, col. 143.

Taule, voir entaulement
Tavelet, tavel, taulet
– Frontispice d’un édifice.
– Dalle de pierre, lame funéraire sculptée, plaque de métal.
Champ d’une surface destiné à être peinte655.

Tenure
4.2./
Ecluse.

Terrees, terreaux (Fig. 10, 90)
5.1./ 5.2.1/ 5.2.2./ 5.2.2.3./ PJ 8/
Levées de terre.

Tiers-point (arc en), voir point

  • 656 DURAND, 1901, p. 8.
  • 657 AML, 16247, 154 r°.
  • 658 ADN, B 10237,63 et sqq.
  • 659 RICHARD, 1844, p. 314.
  • 660 AMSO, CA 1533-1534.

Tieste, teste (Fig. 169)
PJ 14/
Face de parement d’une pierre au nu de la structure maçonnée ; la tieste est la face opposée à la queue.
À Amiens (1386), pour LIII cuins de ledicte pierre de III piés de flesque et d’un pié et demi en teste et d’un pié de hault, au pié de le ville656 ; au boulevard de Fives à Lille (1511), waussoirs des deux arches portant deux tiestes et douwelle* de XV paux de parpain et de XIII paux de cruppe portant XXXVII piez et demi de longueur657 ; au Quesnoy (1533), wausoirs portant piet et demi et deux piés de flecque, et de treize a quatorze poch de testes658.
À Rouen (1409), des coings de Saint-Leu d’Esserent avaient 2 pieds 1/2 de flesche, 1 pied 1/2 de teste revenant à 2 pieds, et de 1 à 3 pied de hauteur659, à Saint-Omer (1534) des coings de grès de 4 pieds de longueur de fleche avaient 16 à 17 pouces de teste660.

  • 661 AMD, CC 224, f° 71.
  • 662 SALAMAGNE, 1997b, p. 450.
  • 663 ENLART, 1926, p. 17.
  • 664 AML, 16247, f° 181.
  • 665 HOUDOY, 1884, p. 97.

Toursement (Fig. 187)
4.3.4.1./ tourssement en deux tas* surmonté de listes de l’avant-porte NotreDame661. PJ 12/tourssements et saillie de II tourelles et avant pis, PJ 14/
Maçonnerie de plan circulaire montée en encorbellement ; pour des latrines le terme doit désigner la gaine circulaire d’évacuation. Pierres utilisées pour les encorbellements662.
Au xve siècle à l’église d’Hénin-Liétard, les deux toursemens de sallie qui feront corbeaux rons en culz de lampe et le second tas de sallie de XII paux de larghe ou environ, et lesdits deux tas portans VIII paux de sallie dont ledit second tas sera nachellé* et bouchelé* pour venir rappuier et rassambler a l’autre tas premier dit663. Au boulevard de Fives à Lille (1511), une pierre de toursemens d’embasportant mollure664...
Sur la façade de la maison échevinale de Lille (1423)665, sur celly haulteur tourset deux tourielles.

  • 666 VIOLLET-LE-DUC, 9, p. 197, article trait.
  • 667 HAHNLOSER, 1972, p. 11.
  • 668 DURAND, 1901, p. 345.
  • 669 MURRAY, 1987, p. 177 ; voir encore p. 181.
  • 670 HAMON, 1996, 1, p. 308.
  • 671 Florence CLAVAL, « Les épures de la cathédrale de Clermond-Ferrand », Bulletin du Comité des Travau (...)
  • 672 AUBERT, 1961, p. 188.
  • 673 SHELBY, 1971, p. 143-144.
  • 674 CAILLEAUX, 1993, p. 615.
  • 675 CAILLEAUX, 1993, p. 610-612.
  • 676 MURRAY, 1987, p. 153 et 161. Autres exemples en 1489-1490, p. 165.

Tres, trais (voir pourtraire)
(Fig. 212)
4.3.3./ trés* et enseignement* des huisseries* et cannonieres 7.4.2./
– Epures d’architecture. Dessins tracés directement sur des supports de parchemin, de papier, de pierre. Pour Viollet-le-Duc, l’art du trait, c’est « l’opération qui consiste à dessiner, grandeur d’exécution, sur une aire, les projections horizontales et verticales, les sections et rabattements des diverses parties d’une construction, de telle sorte que l’appareilleur puisse découper les panneaux d’appareil »666.
Stéréotomie.
5.1/Villard de Honnecourt, si troverés le force de le portraiture, les trais667... 6.4.1/7.4.1.
À Amiens (1495), a maistre Pierre Tarisel pour quatre jours qu’il ouvra a baillier les trais et drechier les ouvriers668. En 1504-05, les remplages de verrières étaient réalisés par le maître-maçon de la façon et selon les trects des formettes qu’il a darrenierement faictes669... De telles épures ont été signalées sur les églises de Guiry-en-Vexin ou de Serans670, de la cathédrale de Clermond-Ferrand671, etc.
– Chambre au traits (tracing housé).
M. Aubert définissait la chambre aux traits comme une pièce de la loge des maçons672. Il s’agit en fait d’une chambre, dont l’aire était généralement couverte de plâtre, où le maître-maçon réalisait ses traits ; celles de la cathédrale d’York, qui surplombe le vestibule du chapitre, et de la cathédrale de Wells au-dessus de porche nord ont été conservées673. Mentions dans les comptes du collège des Bernardins à Paris (1339) et de la Sainte-Chapelle de Dijon (1387-88) de la réalisation d’aires en plâtre pour permettre aux maçons de réaliser leurs traits674. À Sens, la chambre aux traits, mentionnée de 1439 à 1515, était située contre le flanc nord du chœur de la cathédrale675. À la cathédrale de Troyes, on réalisa une aire de piastre en la chapelle et emprés faicte neuve devers la rue pour faire une chambre aux traiz pour les maçons (1462-63) ; on fit cuire du piastre pour faire une aire sur la volte de la chapelle Droin pour faire les traiz de toute la massonnerie qu’il fauldra pour les pilliers de lad. nef (1485-86)676...

  • 677 ADN, B 8624.
  • 678 BUIS5ERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 4-5 et 10.

Tuoire, tuyoire, voir corbeau (Fig. 204)
4.4.3.3./ PJ 12/ le tuoire de ladite porte.
Assommoir percé à l’intrados du passage d’une porte. Orifice des mâchicoulis entre deux consoles.
Sur la terrasse de la tour Broyet à Bouchain (1455-56), parapet bordé et chaint tout autour des tuoires677. A la porte de Charleroi à Nivelles (1427) : et faire tuoires en l’espesseur de son mur a desoubs de son macque* a l’un et a l’autre de celiporte ; et en ara deus a cascun leit, ycelles tuoires larmyes* par le desoubs de piet et demy de leit et otretant de hault, estojfees de seuilles, de quins, et de lenteis par le deseure ; et bien espasseir ses tuoires de XIII poix de long devers oevre et de X polx de leit et de I piet de hault et de teilh longeche que de point moien a aultre678.

Uisserie
cf. Huisserie

Valee
Creux
PJ 9/.

  • 679 COUTANT, 1994, p. 399.

Vanel, vanniaux (Fig. 213)
8.7.3./
Tuile creuse disposée entre le plan du mur et celui de la toiture pour rejeter les eaux dans les gouttières.
Vaneel en néerlandais679.

  • 680 SALZMAN, 1952, p. 115.
  • 681 VOCABULAIRE DE L’ARCHITECTURE, 1972, I, p. 107.

Voussoir, waussoir, volsoir
7.4.2./ 7.4.2.1./ 8.5.6./ 8.5.9/. Voussoirs pour les encambremens des canonnieres et huisseryes des premiers estaiges, pour le premier arque de le vaulsure de ledite porte au lez sur le ville, c’est-à-dire les arcs ou voûtes en berceau du passage de la porte Notre-Dame : le voussoir avait 12 pouces de parement, 5 pouces d’épaisseur, 14 pouces de lit, soit 32 x 13,5 x 38 cm. En Angleterre, folsuris, vausure, vowsours680. Pierre à deux ou trois faces de parement d’une vaulsure ou vosure, mais qui avait en tête des arêtes de largeur inégale. Claveau à douelles des arcs et des voûtes681.

  • 682 HAHNLOSER, 1972, p. 106, 107, 113.
  • 683 ADN, B 9793.
  • 684 ADN, B 15761.
  • 685 ENLART, 1926, p. 14.

Vaulsure, vossure
1.1./ 4.4.1.2./ 4.4.1.3./ 4.4.3.3./
Arcade ou arche voûtée, voûte en berceau.
Villard de Honnecourt distingue les vosure d’estor, vosure besloge, vosure riuleie que Hahnloser traduit à tort par arc ou clefde-voûte682. Mentions fréquentes du terme à Valenciennes à la maison de la Vasne (1392-93)683, au château de Saint-Omer (1357)684, à l’église d’Hénin-Liétard au xve siècle : Item, a icelle haulteur de XII piéz ou environ tourner audeseure d’icelles espasses* deux vausures en tierch point* dont une desdites vaulsures passera et reppondra au gros piller viez (...), faire en temps avenir une vausure au boult dudit pan, au devant du coer, mettre reprenses* et chimayes* pour faire atente a ladite vausure685.

Platte voussure
Voûte en plate-bande appareillée ou surbaissée.À Valenciennes, aux Halles (1387-88) :

  • 686 AMV, J2 350, 46 v°.
  • 687 ADN, B 9793.
  • 688 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 4.

en ces phenestres mettre I lintel de griés et en cascune feniestre faire une plate vosure par devens686 ; à la maison de la Vasne (1392-93), a Gilliart d’Ardiel, machon, auquelfu marcandet a cry et a raval de taillier les faces* et le vossure de une porte pour le dite maison de le Venne de IXpiés de let sour le hauteur de VIII pie’s ou environ de gambes desquarie pour lassus tourner une vossure a ansse depasnier ou de tel mesure que on kerkeroit a l’ouvrier par molles et au deriere de celi vossure tourner une platte vossure par telle maniere que pour avoir les foeuilles et le porte leur repairé (...), et celi porte estoffer de plommas*, de collmers, de havés, de bougons* et d’esquinchons bien tailliés687... À la porte de Charleroi à Nivelles (1427) : et couvrir son pont-leviet d’unne plate vosure riglee a double fachelure*, de piet et demy de haut688.

  • 689 AML, 16194, 43 r°.

Ronde vaussure
À Lille (1452-53), en chascun celier deux huisseries et ledicte œuvre tourner a ronde vaussure689.
Voûte en berceau plein cintre.

Ventelles
7.3.1/ PJ 7/
Vantaux d’une écluse.

  • 690 GODEFROY, 8, p. 181.

Ventrière,
nt. 132/
Pièce de charpente probablement horizontale690.

  • 691 TOBLER LOMMATZSCH, II, p. 565-568.
  • 692 DEHAISNES, I, 1886, p. 465.
  • 693 A. GUESNON, « La porte Saint-Prix à Béthune et son inscription », Statistique monumentale du Pas-de (...)

Visitacions, viseter691
4.3.1.1./ viseter et administrer les ouvriers.
5.2.1./ visitation faite par les échevins et les Six-Hommes.
5.2./ 6.3.3.2./mesurer et viseter le pierre.
6.3.1./ 6.3.2./ 6.3.3./ visiter et recevoir la taille.
7.3.3/ avoir visité les rayeres et canonnieres.
7.3.3.2./ viseter un patron.
7.3.5./ viseter et conseiller le fachon dudit ouvrage, veir et visiter le tour.
7.4.1./ visitation à Tournai.
Inspecter un ouvrage, une partie d’ouvrage ; inspecter du matériel. La visitation, du fait du maître d’ouvrage ou du maître d’œuvre, faisait généralement l’objet d’un procès-verbal et impliquait une intervention future.
Le maître-maçon Jehan d’Oisy se rendit à Cambrai en septembre 1366, à la demande du doyen du chapitre, pour une expertise au clocher de la cathédrale : Primo, die Jovis post festum Nativitatis beate Marie, pro curialitate facta magistro Johanni d’Oysi, qui visitavit campanille ad preces domini decani, ad habendum consilium suum una cum magistro Sy, aurifabro, magistro Matheo de Maisnieres, lathomo ville, una cum pluribus aliis lathomis et carpentatoribus, et fuerit eorum tune consilium in scripto redactum, XXIIIIs.692. En 1379, lors de la reconstruction du pont de Sévelenghes, près de Béthune, le maître-maçon de Béthune Jehan Courtois fut rétribué de 55 sous, 6 deniers pour son conseil a fonder le dit ouvrage et pour faire le pillotement, et pour avoir viseté par plusieurs fois les machons (...) adfin que il feissent le dit ouvrage bien et souffissaument693, etc.

  • 694 AML, 16221, 71 v.
  • 695 HAHNLOSER, 1972, p. 165.
  • 696 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3.
  • 697 AML, 16160, 67 r° ; CATTIN, 1995, p. 70.
  • 698 Paul BERTIN, Une commune flamande-artésienne. Aire-sur-la-Lys des Origines au xvie siècle, Arras, 1 (...)

Voie, voye, pievoye, pievoie(s)
4.4.1.2./
– Passage piétonnier d’une porte de ville.
6.4./
– Couloir.
4.2./5.2.3.1/
– Chemin de ronde des murailles ou du rempart (Fig. 205).
À Lille (1481-82), les voyes des teraulx des murs694.
– Coursière extérieure d’une église (Fig. 189).
Villard de Honnecourt fait mention des voies de la cathédrale de Reims695.
– Tourelle d’escalier à vis.
Le devis de construction de la porte de Charleroi à Nivelles (1427) : une voye a vis de trois pies de leit de voye696.
– Chemin, parfois de bois, ménagé sur les terrées ou sur un chantier pour permettre le passage des ouvriers ou conduire les matériaux.
À Lille (1415-16), le voye des machons et manouvriers ; viam pro calce apportanda, au château de Luisandre en 1315-16697.
– Rue militaire entre la muraille et les habitations.
À Aire-sur-la-Lys (1291-92), voie entreles murs et les maisons tout entour de la ville, de 15 pieds de largeur698.

Voye, voir voie

Wans
PJ10/.
Gants.
Des gants étaient couramment donnés aux maçons lors de cérémonies officielles, pose de la première pierre d’un édifice en particulier.

  • 699 AMD, CC 213, 184 r°.
  • 700 AMD, CC 219, 103 v°.
  • 701 AMD, CC 213, f° 147 v°.

Warde, waerden, garde (Fig. 24, 64)
4.3.5/ 4.4.1./ 5.1.2./ 8.5.9./ PJ 12/
Corps de garde construit sur un pont ou sur la contrescarpe des fossés.
Le garde de le porte Vaqueresse699 ; le warde de le porte d’Esquerchin construite en bois était fermée d’une serrure700 et possédait une cheminée au contrecœur repavé de briques en 1429-30701.
– voir, Esward.

Waras, warat
3.4.4./waras* d’esteulle – 8.5.4./ 8.7.3./
nt. 90/
Paille

Wareter
8.7.3./
Couvrir de waras, c’est-à-dire de paille.

Wit, voir espasse
PJ 4/ le wit et le plain parpaing (les parements seront maconnés de parpaings aussi bien en parement externe qu’en parement interne).
Vide d’un mur, c’est-à-dire l’espace constitué par une partie non maçonnée, fenêtre, créneau, etc.

Notes

37 Voir en Bibliographie, sources publiées et instruments de travail.

38 FEW, 1, p. 2.

39 AML, 16169, 55 r°.

40 SALAMAGNE, 1997b, p. 458.

41 AMD, CC 219, 89 v° et r°.

42 LEMAIRE, 1911, p. 461. Chacun d’entre eux fut rétribué de 28 sous.

43 ADN, B 8629.

44 COUTANT, 1994, p. 472-473.

45 COUTANT, 1994, p. 458.

46 COUTANT, 1994, p. 464-466.

47 MORTET et DESCHAMPS, 1, 1911, p. 94.

48 MORTET et DESCHAMPS, 1, 1911, p. 208 et 245.

49 COUTANT, 1994, p. 460-461.

50 MORTET et DESCHAMPS, 1, 1911, p. 252.

51 CATTIN, 1997, p. 339.

52 DURAND, 1901, p. 21.

53 GODEFROY, 6, article piévoie.

54 AMSO, CA 1473-1474, f° 109.

55 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3.

56 THOORIS, 1989, p. 38.

57 ADN, B 4393, 37 r°.

58 AML, 16247, 153 r° et ssq.

59 D’ARBOIS DE JUBAINVILLE, 1862, p. 226, 233.

60 MURRAY, 1987, p. 154.

61 MURRAY, 1987, p. 158.

62 AMD, CC 213, 184 r°.

63 AMD, CC 219, 89 r° et passim.

64 AMD, CC 218, 1446-47, f° 84.

65 DURAND, 1901, p. 21.

66 VOCABULAIRE DE L’ARCHITECTURE, 1972, 1, p. 99. Anse ; FEW, 1, p. 100.

67 ADN, B 9793.

68 GILLIODTS-VAN-SEVEREN, III, 1875, p. 377.

69 AML, 16229 (1490-91), 89 r° sq. et passim : pas de montee.

70 AMD, CC 203, f° 435 et passim.

71 AMV, J2 348 1. 2 (1377-78), 53 r° ; ADN, B 9854 (1434-35).

72 LA FONS MÉLICOCQ, 1848, p. 143.

73 En 1534, apas de grès de 5 pieds 1. 2 de longueur, et 1 pied de large à 2 sous, apas de 4 pieds de longueur à 2 sous pièce.

74 COUTANT, 1994, p. 475.

75 SOSSON, 1977, p. 96-97.

76 M. CAFMEYER, « Het kasteel van Male », Annales de la Société d’Emulation de Bruges, LXXXIII, 1940-1946, p. 123.

77 VOCABULAIRE DE L’ARCHITECTURE, 1972, vol. 1, p. 48.

78 COUTANT, 1994, p. 475.

79 JOUBERT, 1890, p. 82.

80 Sens non reconnu.

81 ENLART, 1926, p. 14 et 18-19.

82 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 4.

83 SALAMAGNE, 1997b, p. 450.

84 Comptes de l’église Saint-Vaast de Menin, REMBRY-BATCH, 1881, p. 551.

85 SAMARAN et BRANET, 1902, p. 215.

86 PEYLET-COSTANTINI, 1994, p. 300 ; l’auteur identifie ces pierres, à tort nous semble t-il, avec des pierres communes.

87 SALAMAGNE, 1995b, p. 299-300.

88 AML, 16247, 154 r° et 115 r°.

89 AMD, CC 218 (1446-47), f° 63 v°.

90 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 11.

91 VERMESSE, 1867, p. 52.

92 SOYEZ, 1969, p. 73.

93 COUTANT, 1994, p. 494-501.

94 SALAMAGNE, 1986, p. 405-406.

95 CLOQUET, 1881, p. 376.

96 ENLART, 1926, p. 15 ; nous corrigeons les erreurs de transcription.

97 AML, 16247, f° 181.

98 ADN, B 4627.

99 DESCHAMPS, 1892, p. 189.

100 MURRAY, 1987, p. 148 et 151.

101 PEYLET-COSTANTINI, 1994, II, p. 403-404.

102 AMD, CC 224, f° 56. SALAMAGNE, 1997b, p. 455.

103 ALADENISE, 1991, p. 51.

104 DURAND, 1901, p. 354.

105 FEW, 1, p. 364.

106 CLOQUET, 1881, p. 376.

107 DE LA GRANGE, 1890, p. 161.

108 AMV, J2 351, 28 r°.

109 RICHARD, 1844, p. 283.

110 COLVIN, 1971, p. 250-251 et sqq.

111 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3 et 11.

112 SALAMAGNE, 1997b, p. 450.

113 HOUDOY, 1870, p. 97.

114 ENLART, 1926, p. 17 et 19.

115 ADN, B 8624.

116 LA FONS MÉLICOCQ, 1848, p. 132 et 143.

117 COUTANT, 1994, p. 516-517.

118 REMBRY-BATCH, 1881, 2, p. 325 et 340.

119 Bouchain (1514-15) ; ADN, B 8682, 59 r.

120 AMD, CC 202, f° 319.

121 TOBLER LOMMATZSCH, 1, col. 1111-1112.

122 COUTANT, 1994, p. 855, traduit à tort par curer de nouveau.

123 LASTEYRIE, 1877, p. 287.

124 ADN, B 15890.

125 GILLIODTS-VAN-SEVEREN, III, 1875, p. 377.

126 MIROT, 1920, p. 270.

127 AML, 16169, 55 r°.

128 LA FONS MÉLICOCQ, 1862, p. 139.

129 PIÉRARD, 1971, p. 347.

130 D’ARBOIS DE JUBAINVILLE, 1862, p. 226.

131 REMBRY-BATCH, 2, 1881, p. 547.

132 DURAND, 1901, p. 341.

133 REMBRY-BATCH, 2, 1881, p. 551.

134 AMD, CC 209, 45 r°.

135 SALAMAGNE, 1995b, p. 301 ; CATTIN, 1995, p. 69.

136 Pour COUTANT, 1994, p. 534, la caucie serait également une élévation de terre pour retenir l’eau ?

137 AMV, J2 348bis (1382-83), 39 v°.

138 COUTANT, 1994, p. 536.

139 ADN, B 12822.

140 ADN, B 8674, f° 50 à 57.

141 TOBLER LOMMATZSCH, 2, col. 84-85.

142 D’ARBOIS DE JUBAINVILLE, 1862, p. 225 ; MURRAY, 1987, p. 120.

143 FAGNIEZ, 1898, 1, p. 130.

144 AMD, AA 88, 5 v°.

145 DES MAREZ et DE SAGHER, 1, 1909, p. 82.

146 DESCHAMPS, 1892, p. 189 et 190.

147 AML, 16247, f° 181.

148 REMBRY-BATCH, 2, 1881, p. 341.

149 COLVIN, 1971, p. 250-251 et sqq. ; SALZMAN, 1952, p. 110.

150 DES MAREZ et DE SAGHER, 1, 1909, p. 551 et II, 1913, p 29.

151 ADN, B 8541.

152 ADN, B 8559.

153 LEMAIRE, 1911, p. 463.

154 SALAMAGNE, 1997b, p. 473.

155 Livraison à Bouchain de 900 cercles parpains pour le montee a vis et pour le ditte tour (d’Ostrevant) de II piés de lonch le menue et de grandes pieres de III piés et de IIII l’une par l’autre : ADN, B 8533.

156 SAMARAN et BRANET, 1902, p. 217 et 220.

157 QUENEDEY, 1924, p. 143.

158 SALZMAN, 1952, p. 109 ; COLVIN, 1971, p. 250 et sqq.

159 COUTANT, 1994, p. 536-539.

160 AMD, CC 213, 184 v°.

161 ADN, B 9799.

162 ADN, B 9831.

163 ADN, B 9855.

164 ADN, B 9896, 50 r°.

165 HOUDOY, 1884, p. 41.

166 AMD, DD 4.

167 DEHAISNES, II, 1886, p. 372.

168 DESCHAMPS, 1892, p. 189.

169 ENLART, 1926, p. 14.

170 Construction du grand pont sur l’Escaut ; ADN, B 8674, f° 50-57.

171 MORTET et DESCHAMPS, 2, 1929, p. 299.

172 CAFMEYER, 1946, p. 123.

173 COUTANT, 1994, p. 561.

174 COUTANT, 1994, p. 557.

175 RICHARD, 1844, p. 281.

176 Traduit par keystone par COLVIN, 1971, p. 256-257.

177 HOUDOY, 1884, p. 96.

178 JENZER, 1994, p. 446.

179 REMBRY-BATCH, 2, 1881, p. 325.

180 MURRAY, 1987, p. 169

181 ROSEROT DE MELUN, 1966, p. 123 et sqq.

182 HAHNLOSER, 1972, p. 162, pl. 60-61.

183 ALLINNE, 1912, p. 79.

184 SALAMAGNE, 1997b, p. 449.

185 SOSSON, 1977, p. 96.

186 MURRAY, 1987, p. 148.

187 AGR, 8257.

188 DEVILLERS, 1857, p. 14.

189 TOBLER LOMMATZSCH, 2, col. 624-625, d’après Le Roman d’Eledus et Serene, ed. par J. Revell Reinhard, 1923, p. 438.

190 Ib., d’après Enéas, Roman du xiie siècle, ed. J.J. Salverda de Grave, I, Paris, 1925, 3154.

191 AMV, J2 348bis, 39 v°.

192 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 4.

193 Aimery de Narbonne, Richelieu 24369, f° 38 v cit par GODEFROY, 2, p. 213.

194 Plutôt que le sens particulier donné par Y. Coutant, COUTANT, 1994, p. 576.

195 ADN, B 12824.

196 AMV,J2 351, 28 r°.

197 AMV, CC 2970.

198 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 14.

199 AMV, J2 350ter.

200 LA FONS MÉLICOCQ, 1848, p. 124.

201 AML, 16247, 98 r°.

202 COUTANT, 1994, p. 576.

203 SOYEZ, 1969, p. 112.

204 COUTANT, 1994, p. 573.

205 HAHNLOSER, 1972, p. 50-51.

206 HOUDOY, 1884, p. 96.

207 HENNEBERT, 1858, p. 166-167.

208 HENNEBERT, 1858, p. 166.

209 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 4.

210 AMD, CC 216 (1439-40), 76 v°.

211 AMD, CC 213, 1429-30, 198 r-v°.

212 CATTIN, 1997, p. 189, 342.

213 AMD, CC 219, f° 8 v°.

214 AMD, CC 219, f° 8 v°.

215 AMD, CC 219, 86 v°, 87 r°.

216 AMV, CC 2969, 96 v°.

217 AMSO, CA 1476-1477, 178 v°.

218 HAHNLOSER, 1972, p. 49, pl. 18a.

219 ALLINNE, 1912, p. 79.

220 DESCHAMPS, 1892, p. 173.

221 DESCHAMPS, 1892, p. 189 et 190.

222 TOBLER LOMMATZSCH, 2, col. 1037.

223 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 10.

224 CATTIN, 1997, p. 342.

225 TOBLER LOMMATZSCH, 2, col. 1041-1042.

226 SALZMAN, 1952, p. 107-108.

227 QUENEDEY, 1924, p. 143.

228 RICHARD, 1844, p. 283.

229 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 11.

230 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3.

231 AMV, J2 – 348 bis, 39 v°.

232 CATTIN, 1995, p. 125.

233 AMD, CC 216, f° 89 r°.

234 AMD, CC 213 (1429-30), 143 v°, 144 v, 145 r°.

235 AMD, CC 218 (1446-47), f° 68 r°.

236 ADN, B 8674, 63 v°.

237 FEW, 2, p. 1373.

238 MORTET DESCHAMPS, II, 1929, p. 299.

239 GILLIODTS-VAN-SEVEREN, III, 1875, p. 377.

240 LA FONS MÉLICOCQ, 1848, p. 123.

241 AML, 16247, 154 r°.

242 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3

243 REMBRY-BATCH, 1881, p. 551.

244 SALZMAN, 1952, p. 105 ; CATTIN, 1990, p. 29, 35, 62 ; CATTIN, 1997, p. 311.

245 MORTET et DESCHAMPS, 1, 1911, p. 269-270.

246 SAMARAN et BRANET, 1902, p. 216 et sqq.

247 SALAMAGNE, 1997b, p. 450.

248 TOBLER LOMMATZSCH, 2, col. 1754, 1755 ; GREIMAS, 1969, p. 185.

249 Pour le sens général voir, TOBLER LOMMATZSCH, 2, col. 1873-1883

250 COUTANT, 1994, p. 142 et 616-617.

251 TOBLER LOMMATZSCH, 2, col. 2054.

252 AMD, CC 219, 108 r°.

253 AMD, CC 225 (1456), 66 v°.

254 AML, 16247, 154 r° et sqq., publié dans SALAMAGNE, 1997b, p. 472-473.

255 BOISSEUIL, 1992, p. 56.

256 GODEFROY, 2, 1884, p. 157 et 4, p. 59.

257 QUENEDEY, 1926, p. 177.

258 HAHNLOSER, 1972, p. 50-54.

259 BECHMANN, 1991, p. 102.

260 SALZMAN, 1952, p. 451.

261 ADN, B 8674, f° 50 et sqq.

262 DES MAREZ et DE SAGHER, 2, 1913, p. 242 et passim.

263 AMD, CC 219, 86 r°.

264 TOBLER LOMMATZSCH, 3, col. 517-520.

265 AMD, AA 94, 84 v°.

266 HAHNLOSER, 1972, p. 11.

267 AMD, CC 218 (1446-47), f° 84 r°.

268 HAHNLOSER, 1972, p. 49.

269 AMD, CC 200ter, 1350, rouleau 3.

270 AMA, CC 72 (1494), d’après DURAND, 1901, p 341.

271 JOUBERT, 1890, p. 76.

272 Comptes des ouvrages de Valenciennes, passim et BN, ms. 13083 49 r°.

273 SALZMAN, 1852, p. 106.

274 COUTANT, 1994, p. 386.

275 MORTET et DESCHAMPS, 1, 1911, p. 96, 226.

276 MORTET et DESCHAMPS, 2, 1929, p. 170 (la traduction de tabulatu lapideo par voûte ne repose sur aucun fondement), 207, 212.

277 Taules de 45 cm de largeur à Lille en 1425-26 ; AML, 16169, 61 r°.

278 PIÉRARD, 1971, p. 476.

279 GILLIODTS-VAN SEVEREN, p. 377.

280 Le Quesnoy, 1389 ; ADN, B 12824.

281 AMD, CC 200ter, rouleau 3.

282 ADN, B 12822.

283 LEMAIRE, 1911, p. 467.

284 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p 8.

285 ALLINNE, 1912, p. 79.

286 G. DURAND, « Les tailleurs d’images d’Amiens du milieu du xve siècle au milieu du xvie. Notes biographiques », Bulletin monumental, 1932, p 6.

287 RICHARD, 1844, p. 292.

288 TOBLER LOMMATZSCH, 3, col. 1234-1235.

289 SALAMAGNE, 1997b, p. 455.

290 SALZMAN, 1952, p. 104 et 105.

291 TOBLER LOMMATZSCH, 3, col. 1091-1093.

292 HAHNLOSER, 1972, p. 49-51.

293 HAHNLOSER, 1972, p. 67 et 72.

294 ADN, B 7936.

295 DEVILLE, 1864, p. 33-34 et 51.

296 DURAND, 1901, p. 40.

297 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3 et passim.

298 RICHARD, 1844, p. 283.

299 DEVILLE, 1864, p. 35.

300 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3.

301 HAHNLOSER, 1972, p. 49.

302 HAHNLOSER, 1972, p. 56-57.

303 HAHNLOSER, 1972, p. 29.

304 ENLART, 1926, p. 14.

305 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 4.

306 HENNEBERT, 1858, p. 224.

307 LEMAIRE, 1911, p. 462.

308 PIÉRARD, 1971, p. 435 et sqq.

309 FEW, 12, p. 205-206 ; COUTANT, 1994, p. 642. – Mur mitoyen d’une maison par opposition au mur pignon, pour CATTIN, 1997, p. 343. En Savoie au xive siècle, esponda ; CATTIN, 1995, p. 200.

310 ADN, B 9772.

311 AML, 16249, 127 v°.

312 RICHARD, 1844, p. 294-296.

313 TOBLER LOMMATZSCH, 3, col. 1356-1360.

314 SOYEZ, 1969, p. 30.

315 RICHARD, 1887, p. 263.

316 DEHAISNES, II, 1886, p. 373.

317 DESCHAMPS DE PAS, 1892, p. 229.

318 HOUDOY, 1870, PJ 1596.

319 COUTANT, 1984, p. 647.

320 COUTANT, 1984, p. 651.

321 Voir COUTANT, 1994, p. 652.

322 FEW, 17, p. 238-242.

323 QUICHERAT, 1886, p. 199, nt. 3 ; ROSEROT DE MELUN, 1966, p. 137.

324 RICHARD, 1844, p. 19.

325 ENLART, 1926, p. 14.

326 DESCHAMPS, 1892, p. 172.

327 LA FONS MÉLICOCQ, 1848, p. 21.

328 D’ARBOIS DE JUBAINVILLE, 1862, p. 409.

329 MORTET et DESCHAMPS, 2, 1929, p. 299.

330 ADN, B 9495.

331 SALZMAN, 1952, p. 469.

332 VERMESSE, 1867, p. 231 ; TOBLER LOMMATZSCH, 3, col. 1476.

333 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 4.

334 AMVJ2 3481. 4, 129 v°.

335 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 14.

336 AMV, J2 350ter, 31 v°-32 r° et J2 355, f° 37 r°.

337 Pour COUTANT, 1994, p. 671-672, le terme pourrait encore désigner toute la toiture, ce que nous ne pensons pas.

338 SOYEZ, 1969, p. 41.

339 HAHNLOSER, 1972, p. 50-51.

340 BERNARDI, 1995, p. 397.

341 AMD, CC 209, f° 375.

342 COUTANT, 1994, p. 674.

343 AMD, CC 216, f° 84 v°, 88.

344 AMV, J2 348bis, 38 r°.

345 ENLART, 1926, p. 19.

346 SOYEZ, 1969, p. 30.

347 AMD, 02 846, Cahier des charges du boulevard entre la Scarpe et la porte d’Arras, art. 60.

348 ADN, B 8581, 35 r°.

349 ADN, B 10209, 318 v°, 333 r° et passim.

350 AMD, CC 218, 1446-47, f°.

351 COUTANT, 1994, p. 674-675.

352 COUTANT, 1994, p. 677.

353 ADN, B 8514.

354 ADN, B 9481, 1483-84. Voir encore COUTANT, 1994, p. 819.

355 TOBLER LOMMATZSCH, 3, col. 2107, 2110.

356 ENLART, 1926, p. 14 et 18-19.

357 AML, 16194, 42 r°.

358 COUTANT, 1994, p. 679.

359 AMD, CC 202, f° 339. Publié par DEHAISNES, II, 1886, p. 704 et NYS, 1993, p. 300.

360 LA FONS MÉLICOCQ, 1848, p. 83.

361 Oeuvres de Ghillebert de Lannoy, recueillies et publiées par Ch. POTVIN, 1878, p. 143 et 145.

362 SALZMAN, 1964, p. 138.

363 COUTANT, 1994, p. 799.

364 AMV, J2 355, f° 37 r°.

365 ADN, B 4627.

366 ADN, B 7936.

367 ADN, B 13473.

368 ENLART, 1926, p. 17.

369 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3 et 9.

370 SALZMAN, 1952, p. 426.

371 SALZMAN, 1952, p. 110.

372 DURAND, 1901, p. 30.

373 MURRAY, 1987, p. 138 et 143.

374 Voir supra, nt. 549.

375 FAGNIEZ, II, 1900, p. 148.

376 SOYEZ, 1969, p. 73.

377 SOYEZ, 1969, p. 31.

378 COUTANT, 1994, p. 692.

379 AMD, CC 216, 89 v°.

380 AMD, 1350, rouleau 3.

381 AML, 16169.

382 ADN, B 12827.

383 SOYEZ, 1969, p. 72.

384 AMD, CC 219, 102 r°.

385 SOYEZ, 1969, p. 41.

386 COUTANT, 1994, p. 707. En Savoie, on trouve le terme de foresia, foroysia ; CATTIN, 1997, p. 344.

387 TOBLER LOMMATZSCH, 11, p. 25-26.

388 COUTANT, 1994, p. 706.

389 ADN, B 9734.

390 ADN, B 8683.

391 WAGON, 1925b, p. 310.

392 AMB, BB 7 (1538-42).

393 ADN, B 16252.

394 COUTANT, 1984, p. 715.

395 AMD, CC 218 (1446-47), f° 85 v°.

396 AML, 16221, 71 r°.

397 GILLIODTS-VAN-SEVEREN, III, 1875, p. 377.

398 WEERENBECK, 1932, p. 50 ; COUTANT, 1984, p. 715.

399 AMD, CC 212, 183 v°.

400 ENLART, 1926, p. 16.

401 COUTANT, 1994, p. 550.

402 PIÉRARD, 1971, p. 347.

403 DESCHAMPS, 1892, p. 172-173.

404 DEVILLE, 1864, p. 31-32.

405 RICHARD, 1844, p. 294-296.

406 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3.

407 TOBLER LOMMATZSCH, 5, col. 516-520.

408 AMD, CC 215.

409 ADN, B 12822.

410 ADN, B 8624.

411 HOUDOY, 1870, Pièce justificative, 1596.

412 SALZMAN, 1852, p. 106.

413 COUTANT, 1994, p. 235-236.

414 DOPERÉ, 1992, p. 187 et 432.

415 REMBRY-BATCH, 2, 1881, p. 332.

416 COUTANT, 1994, p. 729.

417 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3 et 11.

418 ADN, B 8625.

419 LA FONS MÉLICOCQ, 1848, p. 194.

420 SALAMAGNE, 1997b, p. 456 et sqq.

421 HOUDOY, 1870, Pièce justificative 1593.

422 ADN, B 9734 à 9737.

423 HÉREN, 1910, p. 587.

424 COUTANT, 1984, p. 723-725.

425 HAHNLOSER, 1972, p. 75, pl. 30, p. 169 et pl. 63.

426 AMVJ2 350, 46 v°.

427 ADN, B 9793.

428 AMV, CC 2969, 27 r° et sqq.

429 GILLIODTS VAN SEVEREN, III, 1875, p. 376 et 377.

430 ADN, B 8674, 57 r° et sqq.

431 ADN, B 8682, 59 r°.

432 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 4.

433 DE LA GRANGE, 1890, p. 164.

434 BÉLIDOR, La science des ingénieurs dans la conduite des travaux de fortification et d’architecture civile, Paris, 1729, p. 555.

435 AMD, CC 219, f° 71 r°.

436 AMD, CC 218, 1446-47, f° 63 v°.

437 ADN, B 8629, 36 r°.

438 TOBLER LOMMATZSCH, 5, 1234.

439 AMV, J2 350 (1381-82), f° 28 v°.

440 TOBLER LOMMATZSCH, 5, 1365-1371.

441 SALAMAGNE, 1997b, p. 450. Membra lapidum ad faciendum merla seu crenella, au château de Billiat en 1319-20, CATTIN, 1997, p. 346.

442 RICHARD, 1844, p. 283.

443 DEVILLE, 1864, p. 31-32.

444 DURAND, 1901, p. 22.

445 DURAND, 1901, p. 55.

446 CLOCQUET, 1881, p. 381.

447 ROLAND, 1956, p. 112.

448 AMV, J2 351, 28 r°.

449 SALAMAGNE, 1992c.

450 HAHNLOSER, 1972, p. 162 et sqq.

451 COUTANT, 1994, p. 766-767.

452 AMV, J2 351, 28 r°.

453 DE LA GRANGE, 1890, p. 221.

454 MURRAY, 1987, p. 128.

455 DURAND, 1901, p. 30.

456 PEYLET-COSTANTINI, 1994, p. 300.

457 DEHAINES, II, 1886, p. 739.

458 SALZMAN, 1952, p. 111.

459 TOBLER LOMMATZSCH, 5, col. 183 ; CATTIN, 1997, p. 346.

460 DEVILLE, 1864, p. 52.

461 ENLART, 1926, p. 15.

462 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3 et 11.

463 BERNARDI, 1995, p. 397.

464 ADN, B 9881, 30 v°.

465 RICHARD, 1887, p. 273.

466 ADN, B 9751.

467 LEMAIRE, 1911, p. 463.

468 QUENEDEY, 1924, p. 143.

469 SALZMAN, 1952, p. 462.

470 R. VALLOIS, « Ogive < Algibe ? « , Romania, 69, 1946-1947, p. 541-547.

471 COLVIN, 1971, p. 218.

472 AMV, J2 351, 28 r°.

473 DE LA GRANGE ET CLOCQUET, 1, 1889, p. 55.

474 DEVILLE, 1864, p. 40.

475 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 9.

476 D’ARBOIS DE JUBAINVILLE, 1862, p. 394-395, 397, 400 ; MURRAY, 1987 p 155 et 169.

477 ENLART, 1926, p. 14 et 18-19.

478 REMBRY-BATCH, 2, 1881, p. 334.

479 MEISCHKE, 1952, p. 166-167.

480 ADN, B 12835.

481 ROLAND, 1956, p. 115.

482 TOBLER LOMMATZSCH, 6, col. 1190-1195.

483 Jean-Marie CAUCHIES, « La terminologie dans les ordonnances des ducs de Bourgogne », Revue belge de philologie et d’histoire, LUI, 1975, 2, p. 402-418.

484 AMVJ2 348bis, 39 v°.

485 FAGNIEZ, II, 1900, p. 148.

486 RICHARD, 1844, p. 282.

487 ADN, B 9096.

488 ADN, B 8629.

489 MEISCHKE, 1952, p. 166-167.

490 LE ROUX DE LINCY, 1851-1852.

491 WYFFELS, 1965, p. 39 et 711.

492 CLOQUET, 1881, p. 376, 381 et sqq.

493 ADN, B 9808.

494 DE LA GRANGE, 1890, p. 160 et sqq., et 220 et sqq.

495 Michel MOLLAT, Comptes généraux de l’état bourguignon entre 1416 et 1420, Recueil des Historiens de la France, Documents financiers, V, 1969, 3e partie (1er fascicule) p 259.

496 PAUWELS, 1983, p. 124.

497 BRUCHET, 1922, p. 237.

498 ROLAND, 1956.

499 DOPERÉ, 1992, p. 199 et sq.

500 REMBRY-BATCH, 2, 1881, p. 325.

501 GILLIODTS-VAN-SEVEREN, III, 1875, p. 377.

502 PAUWELS, 1983, p. 113-114.

503 AGR, CC 27270, 46 v.

504 DE LA GRANGE, 1890, p. 161.

505 COUTANT, 1994, p. 268-269 ; à Menin (1610), boutysen van ghelycken orduyne, de boutisses dudit ordon REMBRY-BATCH, 2, 1881, p. 331.

506 CATTIN, 1995, p. 82.

507 GINOUVÈS ET MARTIN, 1975, p. 59.

508 SALZMAN, 1952, p. 104.

509 COUTANT, 1994, p. 272.

510 TOBLER LOMMATZSCH, 6, col. 455.

511 SFW, 20, 1880, Ire série, p. 162.

512 TOBLER LOMMATZSCH, 7, col. 611.

513 TOBLER LOMMATZSCH, 7, col. 612-614.

514 DEVILLE, 1864, p. 40.

515 JENZER, 1994, p. 444.

516 HAMON, 1996, p. 207.

517 SALAMAGNE, 1997b, p. 456 et sqq.

518 BECHMANN, 1991, p. 199 et sqq.

519 HAHNLOSER, 1972, p. 114.

520 ENLART, 1926, p. 16.

521 BOZIÈRES, 1864, p. 321.

522 AMD, CC 219, f° 72 v.

523 ADN, 4 G 4597.

524 ADN, B 8673.

525 TOBLER LOMMATZSCH, 7, col. 937-939.

526 SOYEZ, 1969, p. 30.

527 COUTANT, 1994, p. 803-804.

528 Amiens ; HÉREN, 1910, p. 585.

529 Lille (1480-81), plancque de 6 pieds de longueur, AML, 16220 ; de 4 et 5 pieds de longueur en 1475-76, AML, 16215, 80 r°.

530 HÉREN, 1910, p. 585.

531 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 4. Voir COUTANT, 1994, p. 817.

532 HAHNLOSER, 1972, p. 104 (dessin 39 b) et p. 106 (dessin 39 g) ; BECHMANN, 1991, p. 163 et sqq.

533 HAHNLOSER, 1972, p. 125, dessin 41 d.

534 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 7.

535 Construction du grand pont sur l’Escaut ; ADN, B 8674, f° 50 à 57.

536 AMVJ2 348 (3), 27 v°.

537 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3.

538 TOBLER LOMMATZSCH, 7, col. 2102-2120 et sqq. (pagination erronnée) d’après Brun. Lat. 113.

539 JAN PHILIPP, 1988, p. 374-375.

540 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3 et 10.

541 James S. ACKERMAN, « Ars sine scientia nihil est. Gothic theory of architecture at the cathédral of Milan », Art Bulletin, 31, 1949, p. 242, nt. 14.

542 GODEFROY, 6, p. 322.

543 RICHARD, 1844, p. 283.

544 LE ROUX DE LINCY, 852, p. 687.

545 ADN, B 9335.

546 ADN, B 9481. Voir encore COUTANT, 1994, p. 819.

547 AMD, CC 219, f° 97 r° et 99 v°.

548 BN, ms. 13083, 100 r°.

549 HAHNLOSER, 1972, p. 16. Voir encore GODEFROY, 6, p. 322.

550 HAHNLOSER, 1972, p. 16.

551 MURRAY, 1987, p. 127.

552 MURRAY, 1987, p. 129.

553 MURRAY, 1987, p. 138.

554 MURRAY, 1987, p. 143 et 144.

555 DURAND, 1901, p. 30.

556 DE LA GRANGE, 1890, p. 219.

557 D’ARBOIS DE JUBAINVILLE, 1862, p. 400.

558 ENLART, 1926, p. 14.

559 DESCHAMPS DE PAS, 1892, p. 198.

560 RICHARD, 1844, p. 283.

561 D’ARBOIS DE JUBAINVILLE, 1862, p. 398 ; MURRAY, 1987, p. 152.

562 MURRAY, 1987, p. 182.

563 PEYLET-COSTANTINI, 1994, p. 300-301.

564 GILLIODTS-VAN-SEVEREN, III, p. 479 et V, p. 298.

565 DOPERÉ, 1992, p. 198.

566 SALZMAN, 1952, p. 115, 426.

567 DOPERÉ, 1992, p. 176.

568 AMD, 02 846, Cahier des charges du boulevard entre la Scarpe et la porte d’Arras, art. 40.

569 AMD, CC 219, 89 r°.

570 SOYEZ, 1969, p. 43.

571 AMD, CC 219, 103 r°.

572 Voir SALAMAGNE, 1993b.

573 AMD, CC 215, 107 v° ; ADN, B 4657, f° 12 r°.

574 COUTANT, 1994, p. 841.

575 PAUWELS, 1983, p. 115.

576 SALAMAGNE, 1997b, p. 452.

577 Compte des fortifications de Tournai, cit. par GODEFROY.

578 ADN, B 8624.

579 MORTET et DESCHAMPS, 2, 1929, p. 299.

580 REMBRY-BATCH, 1881, p. 333 ; COUTANT, 1994, p. 292.

581 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3.

582 AML, 16160, 54 v°.

583 TOBLER LOMMATZSCH, 8, col. 877-879.

584 TOBLER LOMMATZSCH, 8, col. 878. d’après Chronique des Ducs de Normandie par Benoit, ed. par Carin Fahlin, III, Uppasala, 1967, 36715.

585 FEW, 10, p. 269.

586 CLOQUET, 1881, p. 376.

587 RICHARD, 1844, p. 283.

588 ENLART, 1926, p. 18.

589 DESCHAMPS, 1892, p. 177.

590 DEHAISNES, 1886, II, p. 372.

591 LE ROUX DE LINCY, 1852, p. 687.

592 JOUBERT, 1890, p. 79 et 82.

593 SALZMAN, 1952, p. 115.

594 D’une manière générale, guérir, retrouver la santé, TOBLER LOMMATZSCH, 8, col. 983.

595 AMV, J2 350, 46 v° et AMV, J2 355, f° 37 r°.

596 SOYEZ, 1969, p. 85.

597 AMD, CC 213, 184 r°.

598 AMD, CC 219, 97 v°.

599 DURAND, 1901, p. 190.

600 DURAND, 1901, p. 316.

601 WEERENBECK, 1932, p. 54.

602 AMV, J2 350ter, 31 v°-32 r°.

603 BOZIERES, 1864, p. 43.

604 GILLIODTS-VAN-SEVEREN, III, 1875, p. 377.

605 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3 et 10.

606 TOBLER LOMMATZSCH, 8, col. 1109-1111.

607 GILLIODTS VAN SEVEREN, III, 1875, p. 377.

608 AMD, CC 216, f° 82 r°.

609 TOBLER LOMMATZSCH, 8, col, 1326-1328.

610 HAHNLOSER, 1972, p. 113 et 114.

611 BECHMANN, 1991, p. 113.

612 FEW, 10, p. 219-220.

613 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p 4.

614 AMD, CC 206.

615 AMD, CC 224, 73 v.

616 Pour COUTANT, 1994, p. 887-888, il s’agirait de lattes.

617 AMD, CC 229 (1462-63), 47 v°.

618 SOYEZ, 1969, p. 30.

619 ADN, B 8579, f° 44 et sqq.

620 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3.

621 AMSO, CA 1476-77, 181 r° : pour avoir estouppé le grande porte derriere le chastel et fait une saillye pour aller au bollewercq par bas.

622 AML, 16236 (1498-99), 76 v° et 84 r° : le saillie du bollewercq de le porte Saint Pierre, le saillie hors le porte des mallades.

623 Voir SALAMAGNE, 1992c.

624 SOYEZ, 1969, p. 72.

625 TOBLER LOMMATZSCH, 9, col. 233.

626 CLOQUET, 1881, p. 376.

627 ADN, B 16252.

628 Mais a été traduite – à tort – par pierre de mauvaise qualité ; GERMAIN, 1981, p. 229.

629 PEYLET-COSTANTINI, 1994, p. 300.

630 HAMON, 1994, p. 213.

631 SALZMAN, 1952, p. 103.

632 SALAMAGNE, 1997b, p. 452.

633 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3.

634 ADN, B 8581, 35 r°.

635 GERMAIN, 1981, p. 234.

636 DURAND, 1901, p. 143.

637 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3.

638 CLOQUET, 1881, p. 376.

639 COUTANT, 1994, p. 899-900.

640 SALAMAGNE, 1997b, p. 458.

641 JOUEN, 1908, p. 360.

642 COUTANT, 1994, p. 902.

643 HAHNLOSER, 1972, p. 170, pl. 63.

644 GILLIODTS-VAN-SEVEREN, III, 1875, p. 377.

645 DESCHAMPS DE PAS, 1892, p. 178.

646 AMD, CC 202, f° 339.

647 RICHARD, 1844, p. 292.

648 ALLINNE, 1912, p. 79.

649 SOYEZ, 1969, p. 30.

650 ADN, B 12841.

651 ADN, B 12842.

652 GAUTIER et LESORT, 1907, p. 91.

653 AMA, CC 74, 4 r°.

654 ADN, B 8629, 36 r°.

655 TOBLER LOMMATZSCH, 10, col. 143.

656 DURAND, 1901, p. 8.

657 AML, 16247, 154 r°.

658 ADN, B 10237,63 et sqq.

659 RICHARD, 1844, p. 314.

660 AMSO, CA 1533-1534.

661 AMD, CC 224, f° 71.

662 SALAMAGNE, 1997b, p. 450.

663 ENLART, 1926, p. 17.

664 AML, 16247, f° 181.

665 HOUDOY, 1884, p. 97.

666 VIOLLET-LE-DUC, 9, p. 197, article trait.

667 HAHNLOSER, 1972, p. 11.

668 DURAND, 1901, p. 345.

669 MURRAY, 1987, p. 177 ; voir encore p. 181.

670 HAMON, 1996, 1, p. 308.

671 Florence CLAVAL, « Les épures de la cathédrale de Clermond-Ferrand », Bulletin du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, fasc. 20-21, 1984-1985, [1988], p. 185-224.

672 AUBERT, 1961, p. 188.

673 SHELBY, 1971, p. 143-144.

674 CAILLEAUX, 1993, p. 615.

675 CAILLEAUX, 1993, p. 610-612.

676 MURRAY, 1987, p. 153 et 161. Autres exemples en 1489-1490, p. 165.

677 ADN, B 8624.

678 BUIS5ERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 4-5 et 10.

679 COUTANT, 1994, p. 399.

680 SALZMAN, 1952, p. 115.

681 VOCABULAIRE DE L’ARCHITECTURE, 1972, I, p. 107.

682 HAHNLOSER, 1972, p. 106, 107, 113.

683 ADN, B 9793.

684 ADN, B 15761.

685 ENLART, 1926, p. 14.

686 AMV, J2 350, 46 v°.

687 ADN, B 9793.

688 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 4.

689 AML, 16194, 43 r°.

690 GODEFROY, 8, p. 181.

691 TOBLER LOMMATZSCH, II, p. 565-568.

692 DEHAISNES, I, 1886, p. 465.

693 A. GUESNON, « La porte Saint-Prix à Béthune et son inscription », Statistique monumentale du Pas-de-Calais, Arras, 1889, p. 212 et sqq.

694 AML, 16221, 71 v.

695 HAHNLOSER, 1972, p. 165.

696 BUISSERET et DE PRELLE DE LA NIEPPE, 1894, p. 3.

697 AML, 16160, 67 r° ; CATTIN, 1995, p. 70.

698 Paul BERTIN, Une commune flamande-artésienne. Aire-sur-la-Lys des Origines au xvie siècle, Arras, 1946, 196 p.

699 AMD, CC 213, 184 r°.

700 AMD, CC 219, 103 v°.

701 AMD, CC 213, f° 147 v°.

Table des illustrations

Légende 185. Abbatus
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 186. Anse de panier
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 187. Arc-boutant
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 188. Asselers
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 189. Asselers
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende 190. Barbacane
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende 191. Barrière
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 192. Base
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende 193. Moulures
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende 194. Boulevard et fausse braie
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende 195. Cheminée
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende 196. Clere-voye
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende 197. Compasser. Le grand compas d’appareilleur pour le dessin des épures
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 198. Cuins doubleaux
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 199. Doubleaux
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende 200. Estanchonnement
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 201. Fenêtre
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende 202. Estoc
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende 203. Heuzes
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 204. Mâchicoulis
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende 205. Montée
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 206. Parpaing.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 207. Pendant
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende 208. Piévoye
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende 209. Pont-levis.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende 210. Tapecul.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende 211. Taule.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende 212. Trait
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende 213. Vanneaux
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende 214. Pievoye
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49541/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 123k

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search