Version classiqueVersion mobile

Construire au Moyen Âge

 | 
Alain Salamagne

Conclusion

Texte intégral

1Si peu de monuments nous ont été conservés, les sources nous ont permis néanmoins de suivre la genèse et le développement de l’enceinte médiévale. Archivistiques ou monumentales, ces sources ne projettent néanmoins qu’un éclairage partiel sur son histoire : œuvre de longue durée, l’enceinte, comme la cathédrale, résultait de multiples campagnes de travaux : tours, portes, ou boulevards, de la fin du xive siècle au début du xvie siècle, furent sans cesse reconstruits.

  • 1 SALAMAGNE, 1991, p. 40.
  • 2 ADN, B 8488 et sqq.
  • 3 PIÉRARD, 1981, p. 342-350.

2Édifiée au début du xive siècle à l’instigation du pouvoir royal afin de renforcer le rôle stratégique de la ville contre la Flandre et assurer son autorité sur des territoires nouvellement rattachés, la dernière enceinte de Douai était à l’origine constituée de levées de terre précédées de fossés ; entre 1375 et 1450 environ 20 tours, une porte et son avant-porte, 4 boulevards et 1 000 m de courtines les renforcèrent. A Cambrai entre 1380 et 1420, on édifia 10 tours, 3 portes et 1 000 m de courtines ; au Quesnoy entre 1380 et 1410, 8 tours, 2 portes et quelques centaines de mètres de courtines1 ; à Bouchain entre 1370 et 1420, 4 tours, 3 portes et 150 m de courtines2 ; à Valenciennes de 1375 à 1420,5 tours, 6 portes ou avant-portes et plusieurs centaines de mètres de courtines ; à Mons de 1370 à 1420, 12 tours au moins, 2 portes, plus de 1 000 m de courtines3.

  • 4 Sur ces dévastations et les chevauchées d’Edouard III, cf DENIFLE, 1899, vol. 2/2, p. 598 et sqq. ; (...)

3Cette activité soutenue sur les enceintes urbaines dans la seconde moitié du xive siècle est indissociable du contexte de la guerre de Cent Ans et des menaces qu’elle fit peser sur les villes : les chevauchées d’Edouard III en Cambrésis et Vermandois et la guerre entre le Hainaut et le Royaume en 1339-40, la dévastation du Boulonnais et du Calaisis en 1346, les pillages au départ de Calais des bandes anglaises en 1371 et 1373, la rivalité entre Bourgogne et France vers 1400, enfin le siège d’Arras par les troupes françaises en 1414, puis la victoire anglaise d’Azincourt l’année suivante suscitèrent un véritable vent de panique qui poussa les magistrats urbains à accélérer les travaux conduits sur les enceintes4.

 

4La mise en parallèle de la fortification douaisienne des troisième et dernier quart du xive siècle et des réalisations royales antérieures – les enceintes de Philippe Auguste — ou contemporaines – les châteaux des princes de sang – fait apparaître l’opposition de leurs programmes constructifs, l’un privilégiant la terre, le second la pierre de taille. Dans le cas de Douai, ce sont bien des impératifs financiers qui conduisirent à des choix restrictifs : terrées, courtines fondées sur arcades, ouvrages de bois et de terre ; on compensa la faiblesse apparente de ces ouvrages par la création de doubles fossés inondés qui étendirent en profondeur la défense. Quant aux tours de la seconde moitié du xive siècle, dotées d’arbalétrières à ébrasement simple, elles seraient attribuables à la première moitié du xiiie siècle, si nous adoptions un point de vue strictement stylistique.

5L’adaptation des fortifications à l’artillerie réalisée à Douai à partir des années 1400 fut autrement novatrice. A travers les expériences menées à Lille, Béthune, Cambrai, Valenciennes, Tournai ou ailleurs, devait être élaboré, entre 1400 et 1420, un modèle de tour d’artillerie. Dès les années 1400, les boulevards renforcèrent la protection des portes et multiplièrent la puissance de feu de la défense, en assurant le flanquement des fronts collatéraux de l’enceinte. Les terrées, bientôt épaissies à leur sommet, confortèrent les murailles contre les projectiles de l’artillerie à feu, tout en offrant une plate-forme de tir à l’air libre. La défense intégra dans les ouvrages de flanquement de nouveaux calibres d’armes à feu, veuglaires puis couleuvrines : le développement de l’artillerie à feu constitua pour les villes, souffrant d’un déficit en défenseurs amplifié par la chute démographique, une dernière tentative de conserver leur autonomie militaire.

  • 5 ROCOLLE, 1962, p. 170 et sqq.
  • 6 N. FAUCHERRE, Places fortes, bastion du pouvoir, Paris, 1986, p. 11 et sqq.
  • 7 Chapitre XI d’Anne BLANCHARD, p. 257 et sqq, dans Ph. CONTAMINE (dir.), Histoire militaire de la Fr (...)
  • 8 Voir SALAMAGNE, 1986, p. 427.

6Avec les canonnières apparues dans la première moitié du xve siècle, les boulevards et tours d’artillerie attestaient d’une rupture, progressive certes, mais certaine des années 1400. La thèse d’une révolution du boulet métallique à la fin du xve siècle, thèse développée par le colonel Rocolle -5, qualifiant de solutions de fortunes les boulevards, les fausses-braies et les moineaux du xve siècle, reprise par Nicolas Faucherre6 et plus récemment par Anne Blanchard7 est-elle dès lors justifiée8 ? La phase de transformation et d’évolution de certains châteaux fut effectivement plus tardive, mais les solutions mises en œuvre dans la fortification urbaine des années 1400 étaient parfaitement homogènes et ne peuvent être considérées comme des solutions de fortune qu’au regard d’une évolution ultérieure, évidemment non prévisible : formules nouvelles en fait dont les leçons ne seront définitivement acceptées qu’autour des années 1470.

  • 9 SALAMAGNE, 1984, vol. 1, p. 64 et sqq.
  • 10 AML, 16216, 80 r° et sqq. Ces travaux étaient réalisés pour obvier aux emprises que pourraient fair (...)
  • 11 AMSO, CA 1476-1477,178 v° et sqq.

7L’état des techniques militaires des années 1476-77 est bien connu dans les anciens Pays-Bas où la dégradation des relations politiques entre France et Bourgogne et l’invasion des Pays-Bas méridionaux suscitèrent une activité constante sur les enceintes, de Douai, Bouchain, Valenciennes, Lille... Comme à Douai et Bouchain, on construisit à Valenciennes des boulevards devant les portes de Mons, de Cambrai et Cardon9, on approfondit les fossés, on perça les murailles de canonnières, etc. A Lille10, on éleva des boulevards devant les portes des Malades, du Molinel et de Biequeriel et on renforça ceux des portes Saint-Sauveur, de Fives et de Saint-Pierre, on dégagea les fossés, on créa de fausses douves*, on perça les murailles de canonnières... A Saint-Omer, on renforça de la même manière les boulevards, on reconstruisit les murailles qu’on perça de canonnières11, etc.

8Toute autre fut la rupture que l’on peut déceler au cours de la décennie 1520-1540, à Douai comme ailleurs : il est à cet égard fort significatif que le boulevard Saint-Éloi, qualifié en 1520 de grand fort et sumptueux, ne soit plus considéré lors de l’inspection des murailles par Charles Quint en 1540, que comme ghaire vaillable.

 

9La conception des tours d’artillerie de Douai soulève de manière exemplaire le problème de la genèse d’un projet à l’époque médiévale – en fonction d’un ensemble de contraintes financières, techniques ou stratégiques-, de la création d’un modèle à sa copie.

  • 12 NYS, 1993, en particulier p. 151-155.
  • 13 Par J. VIAENE.
  • 14 JANSE et DE VRIES, 1991, p. 12 ; elle fut utilisée pour le Dom d’Utrecht en 1502, pour l’église de (...)

10L’importance des bassins carriers exploitant des matériaux divers (pierre blanche, pierre noire et bleue, grès), la présence de cours d’eau facilitant leur transport, un essor industriel et commercial précoce, une situation privilégiée sur les routes commerciales entre le Nord et le Sud (de Flandre en Champagne), de nombreuses et puissantes abbayes, constituèrent dans le sud des anciens Pays-Bas des facteurs d’entraînement de l’industrie du bâtiment. La commercialisation de la pierre en dehors des limites locales de rayonnement des bassins carriers, connue pour Tournai12, l’est moins pour Avesnes-le-Sec. L’étude en cours des comptes de la ville de Louvain13 a relevé les quantités importantes – 240 tonnes – de pierre de taille d’Avesnes-le-Sec (ou de Lourches ?) exportée sur le marché louvaniste dans les années 1450. Cette pierre convoyée par route jusque Valenciennes, remontait l’Escaut, la Rupel et la Dyle pour arriver sur des péniches portant 20 ou 40 tonnes, au port de Louvain, à 250 km de distance. Des cours d’eau qui facilitaient le transport vers les grands centres commerciaux du Nord, vers la Flandre dépourvue de ressources lithiques : au début du xvie siècle la pierre d’Avesnes parvenait à Utrecht, à plus de 400 km de distance14 ! Aussi des ports de Douai et de Valenciennes, ports de départ de la navigation fluviale, la pierre remontait le fleuve, vers les villes de Flandre, de Brabant et de Hollande.

  • 15 C.F. BARNES, « Le problème Villard de Honnecourt », dans RECHT (Dir.), 1989, p. 209-223.
  • 16 SHELBY, 1971, p. 144.
  • 17 Contrairement à l’opinion émise en dernier lieu par Roland Recht, RECHT, 1996, p. 22 et sqq.

11Villard de Honnecourt nous donne la preuve-dans son Album conservé à la Bibliothèque Nationale15 – que le vocabulaire technique reconnu dans les comptabilités des xive et xve siècles était déjà en usage au début du xiiie siècle. Lon R. Shelby estimait que Villard connaissait les termes techniques qui lui permettaient de référer aux détails de l’architecture gothique et que ce vocabulaire instrumental était nécessaire aux artisans travaillant sur les structures architecturales complexes de la fin de la période romane et du gothique16. Comment dès lors accepter la thèse de C.F. Barnes tendant à faire de Villard un amateur, alors même que la technicité de son vocabulaire n’avait pas, jusqu’ici, été reconnue ? L’Album de Villard est bien, comme le pensait Hans R. Hahnloser, un Bauhüttenbuch, le livre de la loge d’un maître-maçon, maître-maçon actif vers 1190-123017.

  • 18 KIMPEL, 1977.
  • 19 KIMPEL, 1977, p. 199.
  • 20 BECHMANN, 1981, p. 151.

12Dieter Kimpel situait sur le chantier de la cathédrale d’Amiens la naissance de nouvelles méthodes de production de la pierre qui, à partir de cette date, aurait bénéficié tant d’un processus de standardisation que d’une production en série18. On aurait alors produit en série les éléments moulurés, frises, corniches, pierres des voûtes, réseaux de fenêtres, etc., désormais préfabriqués. S’appuyant entre autres sur des exemples d’exportation de la pierre de Tournai vers Bruges, l’auteur estimait que la préfabrication se faisait en carrière, ce qui permettait de réduire les frais de transport19, thèse reprise à son compte par Roland Bechmann : Nouvel avantage de l’arc brisé s’ajoutant aux précédents, cette possibilité de standardisation des claveaux – donc, par la même occasion, des cintres, également – facilitera considérablement la préfabrication en carrière, en réduisant le nombre des éléments différents. Or, cette préfabrication était un élément d’économie (...) parce quelle rationalisait le travail, en permettant une spécialisation des tâches des tailleurs de pierre, et d’autre part, surtout (...) en permettant de transporter les pierres toutes taillées au lieu de les transporter brutes, ce qui diminuait le poids de moitié20.

  • 21 Voir supra, 8.5.5.
  • 22 HAMON, 1994, p. 209-210.

13L’économie de transport générée par une taille immédiate en carrière – idée maintes fois répétée – n’est pas confirmée par l’exemple de Douai où le coût exorbitant du transport des pierres taillées a été noté21. Une remarque similaire a été faite à propos de la fourniture de pierre sur le chantier de l’église Saint-Gervais Saint-Protais de Gisors : le transport de pierres taillées en carrière – des pendants — coûtait quatre fois plus cher que le transport de blocs non taillés22. Enfin l’exemple de Tournai – où la pierre n’était travaillée que par des artisans locaux – ne peut être généralisé à l’ensemble des Pays-Bas.

  • 23 PJ 14, [33. à 36.].

14En notant que les ogives, les formerets, les arcs-doubleaux, soit les éléments les plus caractéristiques du style gothique, étaient difficilement calibrables – à Douai et ailleurs ils sont rétribués au pied, et non pas à l’unité, en raison de leurs dimensions variables23 – il nous faut nuancer la validité des concepts de rationalisation et de standardisation appliqués à la construction médiévale.

  • 24 PJ 14, fournitures 1 à 54.
  • 25 SALAMAGNE, 1991, pour d’autres estimations. Ces trois types de pierre représentaient huit formats d (...)
  • 26 MORTET, 1906. Voir encore PJ 12.

15La typologie des pierres taillées sur les chantiers de Douai, dont la précision est indiquée à l’unité près, fait apparaître la complexité des appareils gothiques : lorsque des pierres sont produites en série – ce fut le cas pour les carreaux constituant le plein des murs de la porte Notre-Dame – elles présentent encore des variations de hauteurs. Sur ce chantier, comme sur d’autres, les pierres fabriquées en série n’étaient pas les pierres moulurées, mais bien les pierres courantes : sur 21 197 pierres destinées à la seule porte Notre-Dame24, 16 210 pierres (76,51 % de l’ensemble) étaient des carreaux, 1 900 (9 %) des asselers droits ou ronds, 1 456 (6,86 %) des boutisses25. Dans un édifice religieux – où le répertoire lithique était avec les arcs-boutants, les pinacles, les tourelles, etc., plus riche – de nombreux types de pierres étaient produits en petites quantités. La fonction d’appareilleur attestée sur les chantiers gothiques témoigne de la complexité croissante de ces appareils et de la nécessité d’un travail de modélisation préalable au montage des maçonneries26.

  • 27 KNOOP ET JONES, 1967, p. 67-68
  • 28 DURAND, 1901, p. 46, 47, 104 : mention de Hanotin de Hainaut artisan du fer, de Sandre Buvetin, pav (...)
  • 29 AUBERT, 1961, p. 107 a cité un certain nombres d’édifices religieux pris comme modèles, du Saint-Sé (...)

16Dans le sud des anciens Pays-Bas, le rayonnement des bassins carriers fut probablement à l’origine de l’émergence d’une main-d’œuvre spécialisée et nombreuse. D. Knoop et G. P. Jones ont noté qu’en Angleterre les maçons étaient souvent originaires d’un pays de carrière ou que, sur les chantiers de Vale Royal Abbey (1278-1280), Caernavon et Beaumaris dans le premier quart du xive siècle, les maçons portaient des noms de lieux de carrière27. Si la topoanthroponymie doit être utilisée avec précaution, il reste que cette migration des maçons, des pays de carrière vers les centres urbains dynamiques sur le plan constructif, a du être fréquente. La double qualité de tailleur de pierre et maçon expliquerait aussi la présence de ces artisans sur les chantiers durant la seule bonne saison, car ils pouvaient consacrer le reste de l’année au travail de la pierre. Soulignons encore les relations privilégiées entre les artisans de bassins carriers travaillant une pierre de nature similaire, grès ou autre, et les maîtres-maçons des villes. Au xve siècle, la ville d’Amiens allait chercher les spécialistes de la taille du grès ou ses entrepreneurs de voirie à Valenciennes28. La circulation des maîtres-maçons à travers les Pays-Bas bourguignons favorisa d’autre part la diffusion des formules de la fortification nouvelle : la généalogie des tours d’artillerie fait apparaître combien la conception de l’architecture militaire bourguignonne du début du xve siècle résulta d’échanges et d’influences29.

 

  • 30 A. SALAMAGNE, « Le symbolisme monumental et décoratif : expression de la puissance seigneuriale », (...)

17En ces terres de débat – Hainaut-Cambrésis, Artois ou Flandre – les conflits de la guerre de Cent Ans, puis la rivalité entre la France et la Bourgogne entraînèrent de nouvelles campagnes de fortification. Dépourvues des effectifs suffisants pour assurer leur défense – à l’exception de quelques très grandes villes comme Gand ou Bruges – les bonnes villes développèrent une mentalité obsidionale qui les entraîna à renforcer leur parure fortifiée, alors même quelles ne possédaient pas les moyens réels d’en assurer la défense. Les tours d’artillerie érigées à Douai à partir de la décennie 1420 répondaient au modèle archétypal des grosses tours moult belles dont le seigneur bourguignon Ghillebert de Lannoy faisait, en 1421-1423, l’éloge30. La puissance de leurs volumes et de leur élévation, la texture et la beauté de leur appareil accentuaient leur charge monumentale : se détachant sur les murs d’enceinte à l’élévation réduite, ces tours affirmaient la volonté de prestige et de puissance de leur commanditaire.

  • 31 R. LABANDE, Étude sur Baudouin de Sebourc, Paris, 1940 ; R.A. WEIGERT, La tapisserie et le tapis en (...)
  • 32 T. BOUTIOT, « Des anciennes fortifications et de l’ancien beffroi de la ville de Troyes », Annuaire (...)

18Ce symbolisme était manifeste dans les qualificatifs donnés en 1440 aux tours du front Saint-Éloi : tours David, Salomon, Alexandre, de Bourgogne, des Six-Hommes. Etaient donc associés, outre le cri emblématique de la dynastie bourguignonne, les figures de trois des Neuf Preux (David, Alexandre et Salomon, père de David) et celles des commanditaires (les Six-Hommes) du programme monumental. Le thème des Preux (ou des Preuses) – qui bénéficiait d’un véritable prestige depuis le début du xive siècle, surtout depuis le poème du cycle d’Alexandre, les vœux du paon, composé en 1312 par Jacques de Longuyon – fut illustré dans la tapisserie, dans les décors d’entrée royale ou princière, ou encore dans la statuaire comme celle des châteaux de Pierrefonds, Coucy-le-Château et la Ferté-Milon31 ; des tours de l’enceinte de Troyes portaient aussi les noms des Neuf Preux et des héros de l’Antiquité32.

 

  • 33 Il est probable que des emblèmes décoratifs rappelaient à l’extérieur de la tour ces vocables.
  • 34 Alors que le pouvoir bourguignon, dans les années 1438-1440, traversait une passe difficile, cf. VA (...)
  • 35 Cette référence à Alexandre le Grand était déjà faite par Christine de Pisan à propos de Philippe l (...)
  • 36 BRASSART, 1875,2, p. 339 et sqq.

19Cette juxtaposition patronymique procédait manifestement d’une volonté d’assimilation du patriarcat urbain à la figure héroïque des Preux. La référence au duc de Bourgogne, Philippe le Bon, à travers la figure d’Alexandre et de David33 affirmait clairement sa volonté d’attachement à la dynastie bourguignonne34. On sait que Philippe le Bon se comparait ou était comparé par les chroniqueurs à Alexandre le Grand35, parfois à David : en 1459, il faisait acheter à Pasquier Grenier de Tournai les tapisseries d’Alexandre le Grand dont il décora la façade de son hôtel d’Artois lors de l’entrée de Louis XI à Paris en 1461. A Douai même, lors de la Joyeuse Entrée de Charles le Téméraire le 15 mai 1472, furent dressés neuf théâtres, dont quatre dans la rue Notre-Dame et cinq aux marchés, où était représentée l’histoire des Neuf Preux36. Ainsi les Six-Hommes, s’associant à trois des figures légendaires des Neuf Preux, partageaient cette même fascination des élites pour l’idée de chevalerie et de noblesse.

20C’est aussi à la fin du Moyen Âge que les Magistrats urbains reconstruisirent avec luxe et ostentation la maison de ville, monument emblématique avec le beffroi des libertés urbaines, alors que celles-ci étaient battues en brèche par la montée des pouvoirs souverains. Mais à Douai, la direction des travaux opérés sur les fortifications resta bien de la responsabilité du corps municipal, tant dans le domaine de la gestion que de la mise en œuvre des programmes de fortification : en ce sens les murailles étaient encore un symbole d’autonomie urbaine.

Notes

1 SALAMAGNE, 1991, p. 40.

2 ADN, B 8488 et sqq.

3 PIÉRARD, 1981, p. 342-350.

4 Sur ces dévastations et les chevauchées d’Edouard III, cf DENIFLE, 1899, vol. 2/2, p. 598 et sqq. ; CONTAMINE, 1972, p. 369 et sqq. Sur le contexte Bourgogne-France, VAUGHAN, 1970 ; VAUGHAN, 1973 ; VAUGHAN, 1979.

5 ROCOLLE, 1962, p. 170 et sqq.

6 N. FAUCHERRE, Places fortes, bastion du pouvoir, Paris, 1986, p. 11 et sqq.

7 Chapitre XI d’Anne BLANCHARD, p. 257 et sqq, dans Ph. CONTAMINE (dir.), Histoire militaire de la France, vol. 1, Paris, 1992, 632 p.

8 Voir SALAMAGNE, 1986, p. 427.

9 SALAMAGNE, 1984, vol. 1, p. 64 et sqq.

10 AML, 16216, 80 r° et sqq. Ces travaux étaient réalisés pour obvier aux emprises que pourraient faire les Franchois qui desia estoient entrés au pays d’Artois et fait des courses jusqques en la chastellennie de ladite ville de Lille... Voir encore SOMME, 1986.

11 AMSO, CA 1476-1477,178 v° et sqq.

12 NYS, 1993, en particulier p. 151-155.

13 Par J. VIAENE.

14 JANSE et DE VRIES, 1991, p. 12 ; elle fut utilisée pour le Dom d’Utrecht en 1502, pour l’église de Saint-Jean de Bois-le-Duc (Brabant septentrional) en 1513, etc.

15 C.F. BARNES, « Le problème Villard de Honnecourt », dans RECHT (Dir.), 1989, p. 209-223.

16 SHELBY, 1971, p. 144.

17 Contrairement à l’opinion émise en dernier lieu par Roland Recht, RECHT, 1996, p. 22 et sqq.

18 KIMPEL, 1977.

19 KIMPEL, 1977, p. 199.

20 BECHMANN, 1981, p. 151.

21 Voir supra, 8.5.5.

22 HAMON, 1994, p. 209-210.

23 PJ 14, [33. à 36.].

24 PJ 14, fournitures 1 à 54.

25 SALAMAGNE, 1991, pour d’autres estimations. Ces trois types de pierre représentaient huit formats différents.

26 MORTET, 1906. Voir encore PJ 12.

27 KNOOP ET JONES, 1967, p. 67-68

28 DURAND, 1901, p. 46, 47, 104 : mention de Hanotin de Hainaut artisan du fer, de Sandre Buvetin, paveur et des maçons Caufflan, originaires de Valenciennes...

29 AUBERT, 1961, p. 107 a cité un certain nombres d’édifices religieux pris comme modèles, du Saint-Sépulcre de Jérusalem à Notre-Dame de l’Epine (Marne). Pour l’architecture militaire, voir le cas de la famille monumentale des tours-portes, SALAMAGNE, 1988.

30 A. SALAMAGNE, « Le symbolisme monumental et décoratif : expression de la puissance seigneuriale », Colloque Châteaux et seigneuries, Actes du 117e Congrès national des Sociétés Savantes, Clermond Ferrand, 1992, Paris, 1993, p. 563-579.

31 R. LABANDE, Étude sur Baudouin de Sebourc, Paris, 1940 ; R.A. WEIGERT, La tapisserie et le tapis en France, 1964 ; J.-P. ASSELBERGHS, La tapisserie tournaisienne au xve siècle, Tournai, 1967 ; Chefs-d’œuvre de la tapisserie du xive au xvie siècle, Catalogue des Musées nationaux, 1973 ; J. HUIZINGUA, L’automne du Moyen Age, Paris, 1975.

32 T. BOUTIOT, « Des anciennes fortifications et de l’ancien beffroi de la ville de Troyes », Annuaire administratif, statistique et commercial du département de l’Aube, 1874, p. 83 et sqq. et B. COLLET, « Les tours de l’enceinte de Troyes à la fin du Moyen Age », La vie en Champagne, no 442,1993, p. 8.

33 Il est probable que des emblèmes décoratifs rappelaient à l’extérieur de la tour ces vocables.

34 Alors que le pouvoir bourguignon, dans les années 1438-1440, traversait une passe difficile, cf. VAUGHAN, 1970, p. 86-97. Les sommets des tours étaient d’autre part couronnés de bannières d’airain où flottaient les armes de Bourgogne, cf. WAGON, 1923-1925a, p. 258.

35 Cette référence à Alexandre le Grand était déjà faite par Christine de Pisan à propos de Philippe le Hardi, voir VAUGHAN, 1962, p. 198. La tradition était ancienne qui consistait à comparer les souverains à des figures d’exception, ainsi à David ; voir pour le xiie siècle, Michèle BEAULIEU, « Essai sur l’iconographie des statues-colonnes de quelques portails du premier art gothique », Bulletin monumental, 142-III, 1984, p. 273-307.

36 BRASSART, 1875,2, p. 339 et sqq.

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search