Version classiqueVersion mobile

Construire au Moyen Âge

 | 
Alain Salamagne

Troisième partie

Douai et l’industrie du bâtiment

Texte intégral

7. L’organisation et la responsabilité des travaux

7.1. Le rôle du Magistrat urbain

7.1.1. La propriété de l’enceinte

  • 1 ESPINAS, 1902, p. 183.

1La propriété de l’enceinte primitive appartenait à l’origine au pouvoir souverain représenté par ses officiers, châtelain, prévôt, puis bailli1, mais dès le χιιie siècle la communauté de Douai exerça certains droits sur elle : elle avait la justice sur les murs, fossés ou crestes* des fossés et possédait au moins les portes en toute propriété. Le prévôt avait la responsabilité de sa garde et en percevait les profits (au xive siècle il en louait à sa guise, à des particuliers, des tronçons).

  • 2 ESPINAS, 1902, p. 182-183.
  • 3 AMD, AA 88, 14 v° ; TAILLIAR, 1849, p. 125 ; PJ 1.
  • 4 AMD, AA 89, f° 53 ; ESPINAS, 1913, 3, p. 146-147.

2Si la propriété de cette enceinte fut l’objet de nombreux litiges2, les droits comme les obligations de la ville en matière d’entretien et de conservation furent quand même prépondérants, le prévôt se contentant d’en assurer la garde et d’en garantir la conservation. En attestent encore les mesures coercitives qu’elle prit pour en assurer le dégagement : en mars 1245, un ban ordonnait aux foulons et aux teinturiers de détruire les bâtiments qu’ils avaient édifiés sour les fortereces de le ville dedens ne dehors ; de même était-il ordonné de couper tout arbre situé à moins de trois pieds des douves* et interdit de construire des appentis (basses cambres) à dix pieds près des fortifications côté ville et à seize pieds près côté champs, sous peine du bannissement et d’une amende de cinquante livres3. Un autre ban en 1269 étendait ces interdictions respectivement à seize et vingt-quatre pieds4.

  • 5 Supra, 3.3.
  • 6 AMD, GG 166.
  • 7 AMD, DD 192
  • 8 AMD, DD 196 et AA 94, 84 v° : un dénommé Picquette reconnaît avoir vendu à la ville de Douai, les c (...)

3La seconde enceinte était l’entière propriété de la ville qui indemnisa les propriétaires des terrains pris pour les fortifications et qui, à partir de cette époque, en récupéra librement les pierres, comme par exemple pour la construction de la porte Morel5. Par contre la création d’ouvrages avancés l’obligea à transiger avec les propriétaires du sol. Pour la fondation de la tour des Dames, tour construite avec sa tenure d’eau sur un terrain appartenant à l’abbaye des Prés, les échevins s’engagèrent le 22 décembre 1428 à payer à cette dernière une rente de 10 sous douaisiens par an et deux chapons6. A partir du xve siècle, la ville mena une politique d’acquisition des crestes* et fossés des fortifications qui, antérieurement, appartenaient à des particuliers, ainsi avant 1406 entre la porte d’Arras et la tour du Baille7, en 1427 entre la porte Saint Eloi et la grosse tour du Barlet8, acquisitions continuées jusqu’à la fin du xve siècle pour élargir les fossés et les terrées.

7.1.2. L’ordonnancement des travaux : les XVI-Hommes, et les VI-Hommes

  • 9 FUNCK-BRENTANO, 1896, p. 69 ; les membres de l’échevinage étaient choisis dans quelques familles.
  • 10 ESPINAS, 1902, p. 80 et sqq.
  • 11 ESPINAS, 1902, p. 82-83.
  • 12 ESPINAS, 1902, p. 83.

4L’ordonnancement des travaux dépendait d’abord de la communauté urbaine et de ses représentants, les échevins – qui déléguèrent certains d’entre eux (les massards ou trésoriers) à la gestion des comptabilités – ensuite d’une commission financière, dite des XVI-Hommes, qui fut réformée dans la seconde moitié du xive siècle. Dans le cadre du système oligarchique que connurent les villes de Flandre au xiiie siècle, et en particulier Douai9, la responsabilité des travaux urbains leur appartenait en propre, en dehors de toute intervention comtale. Les quatre Massards, nommés par les échevins à leur entrée en fonction, étaient chargés de la gestion des recettes et des dépenses de la ville : ils signaient les quittances qu’ils remettaient ensuite aux échevins et aux membres de la Commission des XVI-Hommes10 et tenaient les écritures, accompagnées des parties qui en permettaient la vérification. La charge n’était pas rétribuée, mais honorifique et préparait à l’entrée dans le Conseil11. A côté de ces massards existaient des Receveurs des assises, également nommés parmi les échevins et à qui les fermiers des impôts remettaient leurs recettes12.

  • 13 PJ 4.
  • 14 ESPINAS, 1902, p. 276, nt. 4.
  • 15 Autre mention AMD, FF 673 (2), no 7305, 1339 ; pièce aimablement signalée par J.-C. Desquiens.

5Enfin une Commission technique était formée par des spécialistes du bâtiment : en 1268, les travaux à la première enceinte de la ville se déroulaient sous la surveillance de deux maçons et deux preudommes (étaient-ils du métier ?) qui contrôlaient leur réalisation13 ; en 1350, la passation d’un marché de maçonnerie a le maison Mahiu de Raimbaucourt, se fit en présence d’un eswar* des ouvrages, dont le rôle consistait à vérifier les travaux exécutés, d’un des deux charpentiers et des deux maçons constituant la commission technique, d’un ou du massard chargé des ouvrages et d’autres a ce congnissans14. Ainsi, dans certaines circonstances, des spécialistes étaient adjoints aux membres des commissions constituées – mais il s’agit là du cas plus général de l’expertise dont nous traiterons ailleurs. Quant à l’institution des eswars (inspecteurs) – dont le rôle était de contrôler la conformité et la qualité des travaux réalisés – elle semble n’avoir fonctionné que durant la période de fondation de l’enceinte15.

  • 16 LEGUAY, 1969, p. 130-132, 177-178, 182, etc.

6A cet égard Douai ne souffrit pas des dérives constructives et financières que Jean-Pierre Leguay a signalé pour la construction des fortifications de Rennes au xve siècle : mise en œuvre de matériaux de qualité inférieure, dimensions non conformes pour les fenêtres ou les piliers, dégradation des poutres des charpentes, etc. ; les rapports d’inspection commandités après les travaux donnaient parfois l’impression que les ouvrages étaient près de s’écrouler16 ! A Douai le contrôle strict accompagnant chacune des phases des travaux évita ce genre de problème.

  • 17 DICKSTEIN-BERNARD, 1977, p. 234.
  • 18 DICKSTEIN-BERNARD, 1977, p. 235-238.
  • 19 DICKSTEIN-BERNARD, 1977, p. 240 et sqq. étudie leur origine sociologique.
  • 20 DICKSTEIN-BERNARD, 1977, p. 259.

7On rapprochera l’institution de Douai de celles existant dans les villes de Brabant au xive où furent généralement nommés des Receveurs, nommés par le pouvoir local ou central, chargés de la gestion des finances publiques ou de postes particuliers des dépenses. Ces Receveurs étaient choisis parmi les échevins17. À Louvain, ils étaient élus et non rémunérés, mais on imagine quand même qu’ils devaient bénéficier de gratifications. À Anvers, ils étaient rétribués et faisaient partie du Magistrat. À Bruxelles, non rémunérés, ils furent institués par une ordonnance des échevins et conseillers de la ville de 1334, qui créait deux mandats de receveurs. Ces postes – dont les titulaires étaient nommés par les échevins le jour de leur renouvellement et par les bonnes gens de la ville – ne pouvaient être attribués à des échevins en fonction18. À partir de 1421, deux Receveurs des Nations (les métiers) voisineront avec deux Receveurs des Lignages19, Receveurs qui ne semblent pas avoir été comptables sur leurs propres biens des déficits éventuels des comptes20, comme cela est attesté ailleurs.

  • 21 TAILI.IAR, 1875, vol. 1, p. 283 et 302-305. Cf. aussi PILATE-PRÉVOST, 1842, p. 124.

8La constitution accordée à Douai par Charles V en 1368 et rétablissant la commune, prévoyait la nomination de six bourgeois, les VI-Hommes, à la tête des travaux. Ces responsables sermentés, qui ne pouvaient être nommés pour deux années consécutives, avaient le contrôle des dépenses afférentes aux travaux, travaux dont l’engagement ne se faisait qu’avec le sceau d’au moins trois d’entre eux21 ; leur pouvoir était donc véritablement un pouvoir de direction et d’ordonnancement. Cette commission avait également à sa charge, nous le verrons, la gestion de l’artillerie de la ville. Quant aux massards, ils étaient remplacés, avec des responsabilités moins étendues, par le Receveur, pris et élu parmi les membres du Magistrat, mais qui n’avait que l’écriture et la tenue des comptes ; il était par contre rétribué.

  • 22 ESPINAS, 1902, p. 273-276.

9Une charte de Louis de Mâle en 1379 précisait que l’office des VI-Hommes, réservé aux bourgeois de la ville, ne pouvait être rempli ni par un ancien échevin ou électeur des membres de l’échevinage – si ce n’est à partir de la troisième année de la sortie de son office –, ni par des membres appartenant à un même lignage22. La séparation était donc très nette entre le pouvoir politique exercé par les échevins et celui administratif des VI-Hommes.

  • 23 AMV, CC 219, f° 7 r° et passim : En laquelle maison les VI-Hommes ayans regard au gouvernement des (...)
  • 24 ESPINAS, 1902, p. 100-103. Paiements exécutés enssievant les parties declarés en le cedule... ; AMD (...)
  • 25 RICHARD, 1844, p. 278.
  • 26 FAGNIEZ, 2, 1900, p. 128 et sqq.

10La commission se réunissait tous les 15 jours – vers la mi-xve siècle dans le grande maison et heritage du Wez qui abritait encore un dépôt d’artillerie de la ville23 – pour sceller les cédules ou les quittances de paiement présentées par le Receveur24. Les cédules étaient les ordres d’engagement des travaux rédigés d’après les devis, ainsi à Rouen en 1405 : jouxte le devis et ordonnance* contenu et devisé en une cedule* de parchemin de maistre Jehan de Baieux, maistre des euvres25... En 1387 à Paris, lors des travaux réalisés au collège de Beauvais à Paris par les exécuteurs testamentaires de Jean de Dormans, le maître-maçon Raymond du Temple devisa une cedule de quelle forme*, matiere, ordennance* et espoisse se feroit ledict edifice et y celle cedule fist doubler par son clerc, afin de monstrer le dict fait et toute la devise a tous ouvriers solables et soujfisans26. Quant aux quittances, elles étaient signées par les adjudicataires des travaux au moment du solde de leur paiement.

  • 27 ESPINAS, 1902, p. 100-101.

11Le Receveur, après vérification par les VI-Hommes des parties des recettes ou des dépenses, rédigeait ses comptes ; à la suite, et après criée de quarfour en quarfour, il les rendait devant les échevins, les VI-Hommes et la communauté de ville assemblées a son de cloque en le basse halle27.

  • 28 ESPINAS, 1902, p. 185.
  • 29 TAILLIAR, 1849, p. 275.
  • 30 AMD, BB 12, 77 r°. Voir aussi sur la visite des moulins, DHÉRENT et LOHRMANN, 1991, p. 288-293.
  • 31 SALAMAGNE, 1996c, p. 122. Une étude est en cours sur cette catégorie de maîtres-maçons.

12À la commission financière constituée par les VI-Hommes et le Receveur de la ville, devait se joindre une commission technique-Ta commission des IV-Hommes – formée par deux maîtres-charpentiers et maçons qui avaient non seulement la charge d’inspecter les travaux urbains mais encore, avec le titre de maistres dessevreurs* des hiretages de le ville28, de délimiter les propriétés privées ou publiques. Les dessevreurs, mentionnés dès 126529, exerçaient toujours cette fonction au début du xvie siècle : en 1505, Gilles le Raise et Fremin Lalleame, maîtres-charpentier et maçon de la ville, dessevreurs sermentéz, faisaient visitation* d’un moulin, situé devant le marché, appartenant à Jehan le Comte30. Ces maîtres-maçons et charpentiers cumulaient les responsabilités et les titres : maîtres dans leur métier, maîtres d’œuvres de la ville, membres de la commission des travaux urbains, maîtres habilités à la délimitation des héritages ou à régler les différents entre propriétaires... Une telle hiérarchie se retrouvait à Valenciennes où les maîtres francs-maçons avaient les mêmes responsabilités concernant les prescriptions foncières31.

  • 32 ESPINAS, 1902, p. 274 le remarquait à juste titre.
  • 33 ESPINAS, 1902, p. 275, nt. 5.
  • 34 AMD, CC 213, 99 v° : A maistre Nicaise Turquet Carpentier et garde des yaues de ladite ville pour s (...)
  • 35 AMD, CC 218, 1446-1447, f° 39 v° ; CC 219, f° 39 v° et 40 r°.

13À partir de la seconde moitié du xive siècle, probablement en raison de l’augmentation du volume des travaux urbains32, la ville pensionna des spécialistes, mais leur nomination toutefois ne supprima pas l’office des IV-Hommes, encore attesté en 140033. Cependant alors que l’ordonnance financière de 1368 prévoyait pour la ville de Douai un maître-maçon, à la pension comme son collègue charpentier de 16 livres par an, à la fin du xive siècle la ville ne rétribuait qu’un maître-charpentier, au salaire de 8 sous pour chacune de ses journées de travail outre une pension de 50 livres. En 1429-30, Nicaise Turquet avait comme maître-charpentier et garde des yaues une pension du double de celle de son collègue maçon Jaquemin de Vismy34. Entre 1446 et 1451, n’est plus mentionné que le maître-charpentier Jehan Turquet, garde des eaues et de l’artillerie de la ville35.

  • 36 AMD, CC 201, f° 304 et GLAIESSER, 1978, p. 181.
  • 37 AMD, CC 204, 222 v°.
  • 38 AMD, CC 206, fos 255, 273 et passim.
  • 39 AMD, CC 209, f° 419.

14Il semble qu’au xive siècle le maître-charpentier ait exercé certaines prérogatives de surveillance sur les œuvres de maçonnerie. Ainsi en 1391-92, Jacques de Ferin se rendait à Paris pour adviser et faire adviser*pluiseurs refections qui de necessite estoient a faire es halles que le ville a ; les travaux, surveillés par le souverain maistre des ouvrages de Paris, se montèrent à 257 livres, 13 sous, 3 deniers36. Les 8 et 9 avril 1399, le même charpentier faisait le déplacement jusqu’à Tournai, à le roque Saint-Audrieu, en raison de retards de livraison du roquetier Jéhan Jenois, pour savoir a lui pourquoy il n’avoit envoyet a Douai les pierres de fondaction qu’il avoit promis a envoyer dedens le jour de Pâques l’an IIIIXX XIX... Ce déplacement, qui dura deux jours, occasionna une dépense de 48 sous37. En 1400-1401, il surveillait un chantier de maçonnerie : A maistre Jaques de Fierin, pour visiter et prendre warde as ouvrages et ouvriers as avant-pis* de le porte Morel et ailleurs, pour avoir viseté et entendu as ouvraiges de le ville pour X jours, IIII livres38 ; en 1417, Nicaise Turquet prenait garde as couvreur d’escaille qui a ouvré sur le cappelle de le halle39.

  • 40 SALAMAGNE, 1984, vol. 3, p. 453 ; SALAMAGNE, 1996c, p. 331.

15Le cas n’est pas spécifique à Douai : à Valenciennes également, au xive siècle, la ville ne rétribuait qu’un maître des ouvrages, un charpentier, dont les responsabilités semblaient être élargies à l’ensemble des travaux urbains, la nomination d’un maître maçon sermenté n’étant pas antérieure à 137640.

  • 41 Sur la construction en bois, voir en particulier NEVEUX, 1971.
  • 42 MORTET DESCHAMPS, II, 1929, p. 277.
  • 43 HARVEY, 1972, p. 210
  • 44 GLAIESSER, 1978, p. 18Q.
  • 45 AMD, CC 201, f° 171, et ib., CC 202, f° 185, CC 203, f° 212, etc.
  • 46 AMD, CC 201, f° 171 et passim. AMD, CC 209, f° 403, avoir nettié et embrayé le fillet dudit lieu de (...)

16Cette prééminence, jusqu’à la fin du xive siècle, du maître-charpentier s’explique pour deux raisons : d’une part la prépondérance jusqu’à cette date du bâti en bois dans les villes médiévales41, ensuite une tradition ancienne qui donnait au maître-charpentier les responsabilités de maître d’œuvre et ingénieur. On connaît la définition que Jean de Garlande, professeur à l’Université de Toulouse, donnait vers 1245 de l’architecte : architectus est magister carpantatorius42. Intervenant en 1174 à la cathédrale de Canterbury, Guillaume de Sens est dit aussi subtil dans le travail du bois que de la pierre43. Ponts, halles, écluses mais aussi machines de guerre et engins, étaient de la compétence du charpentier. A Douai, le maître-charpentier était encore warde des yaues44 : a maistre Jaques de Fierin pour se pension de estre warde des yauwes et estre au conseil de la ville au feur de seu mestier de Carpentier45... Enfin, il était pensionné de 12 livres comme warde de l’artillerie de le ville46. Il semble donc que jusqu’à la fin du xive siècle, en raison de l’insuffisance du volume des travaux de maçonnerie, bien des villes jugèrent inutile de pensionner à plein temps un maître-maçon et préférable de traiter avec lui, en cas de besoin, selon la procédure du marché.

  • 47 Cf. supra, 3.4.3.
  • 48 AMD, CC 203, f° 470.

17Dans la seconde moitié du xive siècle les membres de la commission des VI-Hommes jouèrent un rôle déterminant dans la conduite des travaux. Ils ne limitaient pas leur gestion à un simple suivi financier mais surveillaient précisément le déroulement des chantiers sur lesquels ils se déplaçaient, parfois accompagnés d’échevins, comme en 1394 lors de la construction des tours entre les portes d’Ocre et d’Esquerchin47 : A le vesve Pierart Daret, boulengier, pour frais et despens de bouce fais par les VI-Hommes, maistre Jaque de Ferin, Colart Maillefer et Simon le Wintre, le XXIXe jour de decembre et le premier jour de janvier l’an IIIIXX ΧIΙΙΙ, esquels jours il adviserent* et escrivirent les devises* de deux machonneries que de necessité convenoit faire, l’une a le seuyere* de le porte des Wez et l’aultre as ventelles* des fours des yaues, XXXIIII sous48.

  • 49 Ces expertises concernaient fréquemment les fondations ou l’élévation des maçonneries, cf ESPINAS, (...)
  • 50 Voir supra 3.4.3, 4.3.1, 4.3.3, etc.

18Ils assistaient encore aux expertises techniques49, étaient présents lors de la cérémonie officielle de la pose de la première pierre50, ou se déplaçaient à l’extérieur en particulier pour veiller à l’approvisionnement des matériaux de construction...

  • 51 Dépense de 100 sous ; AMD, CC 201, f° 205.
  • 52 Dépense de 4 livres, 10 sous, ib., CC 201, f° 213 et 214.
  • 53 Dépense de 4 livres, 3 sous pour frais et despens de bouche ; AMD, CC 202, f° 233.
  • 54 Dépense de 54 sous, ib., f° 243.
  • 55 Cit. par ESPINAS, 1902, p. 277-278.

19Ainsi Jacques d’Arras et Jacques Pilate, deux des VI-Hommes, se rendaient le 27 janvier 1391 avec Jacques de Ferin et deux valets à Bellonne (7 km au sud-ouest de Douai) et Bugnicourt (11 km au sud-est de Douai), pour savoir as briseurs qui sont demourant es dictes villes s’il voloient vendre et livrer certaines estoffes de pierre qui estoient necessaires pour hauchier le machonnerie du belfroy51. Le maître-charpentier Jacques de Ferin retournait à Bugnicourt, le 5 juillet, pour savoir a Gillot de Biaussart, briseur en le quarriere d’icelle ville, s’il voloit vendre et livrer certaines estoffes de pierre et, le 12 juillet, s’y rendait avec Jacques d’Arras pour acheter 18 pierres destinées la cheminée du premier étage du beffroi52. Le 22 mars 1392, Jacques de Ferin et la maçon Colart Maillefer allaient à Cantin, avec Bernard de Goy et Baudart Pourcelet, pour adviser se Simon le Fossier avoit mis et tryet cascune estoffe, et à Bugnicourt pour savoir quelle estoffe il avoit appareille* a le quarriere53. Le 19 juin de la même année, Jacques de Ferin, Simon le Wintre et deux des VI-Hommes gagnaient de nouveau Bugnicourt pour rencontrer Gillot de Biaussart à propos de la fourniture de pierres, lesquelles il disoit qu’il ne devoit pas livrer de si grand grandeur que on le demaidoit54, enfin en août 1392 certains d’entre eux se rendaient à Waziers (3 km au nord-est de Douai) avec le maître-charpentier et Jacques de Ferin pour le marché de pierre du beffroi55.

  • 56 AMD, CC 202, f° 350.
  • 57 Supra 4.3.4.1.

20Les VI-Hommes avaient surtout en amont la responsabilité de la passation des marchés : lors de la construction en 1391-92 du beffroi, les maçons adjudicataires furent rétribués sur les devises, conditions et ordenances* comme il en fu marchandé par les VI-Hommes56. En aval, ils contrôlaient la réception des travaux à la fin de chacune des campagnes ; à propos du chantier du front Notre-Dame Saint Éloi, le clerc précise que le décompte des ouvrages a été réalisé en présence des VI-Hommes (par mesure sur ce faite present les VI-Hommes)57.

  • 58 DICKSTEIN-BERNARD, 1977, p. 275-279.

21À Bruxelles également, une commission, dite des Quatre Receveurs, surveillant les chantiers et assurant le paiement des ouvrages, avait la direction des travaux menés sur l’enceinte et les bâtiments domaniaux. Ainsi qu’à Douai, ces Receveurs pouvaient s’entourer du conseil de techniciens : le 23 janvier 1449, Jean van Ruysbroec nommé maître des ouvrages en pierre pour la tour de l’hôtel de ville, s’engageait sur leurs sollicitations à les conseiller pour l’établissement des plans, la fourniture des pierres, etc. Comme à Douai encore, ils avaient des attributions militaires, procédaient à l’achat et à l’expertise du matériel et fournissaient l’équipement des contingents envoyés en campagne, etc. Néanmoins les Receveurs ne pouvaient engager de leur propre chef des dépenses – elles devaient d’abord être approuvées par la Loi – ni en fixer les conditions de paiement, à l’exception des dépenses courantes dans le cadre de l’affectation déterminée des crédits58.

  • 59 GAUTIER et LESORT, 1907, p. XIII.

22À Cambrai, la gestion et l’inspection des travaux publics incombait aux IV-Hommes, administrateurs des biens et des revenus de la commune. Cette commission, instituée par les 14 échevins, comprenait des membres qui par la suite devenaient souvent à leur tour échevin : dès 1366, ils disposaient à l’hôtel de ville d’une chambre particulière où étaient déposés les titres et les comptes de la ville59.

  • 60 ESPINAS, 1902, p. 273-276.
  • 61 ESPINAS, 1902, p. 80.
  • 62 AMD, CC 202, f° 373.
  • 63 AMD, CC 224, f° 183. Voir encore sur l’audition des comptes par le gouverneur AMD CC 216, 100 r°.

23À Douai, les VI-Hommes ordonnaient les dépenses – ne pourront aucuns ouvrages estre fais se n’est par leur regart et assentement, ne de ce estre paiementfais (...) se a ce ne sont mis leurs seaulx60 –, mais ces dépenses s’inscrivaient de la même manière dans le cadre des affectations budgétaires décidées par les échevins. En final, les dépenses qu’ils ordonnaient étaient vérifiées par des commissaires aux comptes nommés par le gouverneur ou bailli du souverain bailliage de Lille, Douai et Orchies, représentant ducal : en 1325, cet officier fut gratifié d’une somme de 10 livres pour ses despens que il fist quant il vient a Douay oir les contes de le ville61. En 1392, les comptes furent examinés par maître Jehan de Pary, maître des comptes ducal et par le bailli aidé d’un clerc62. En 1455-56, une somme de 12 livres fut inscrite pour les dépenses faites par les échevins, le garde des VI-Hommes et d’autres responsables en visetant, justeffiant et jettant les cedulles* de tous les ouvraiges, estoffes et reparacions qui ont esté faits tant a le nouvelle porte Notre-Dame comme ailleurs (...) adfin que a le reddition desdits comptes le chose fust plus abregié et pour eschiever le ville de despenser, ainsi que avoit esté dit et chargié par monseigneur le gouverneur de Lille, l’un des commissaires pour oyr lesdits comptes63. Des observations faites antérieurement par les commissaires chargés de leur vérification – concernant les dépenses exagérées du chapitre des dons, courtoisies et voyages des comptes de 1391-92 et la nécessité de privilégier les travaux aux fortifications – laissent deviner que le pouvoir souverain entendait que la ville consacre l’essentiel de ses investissements à la muraille.

  • 64 ADN, BB 1, 136 v°.
  • 65 HAMON, 1, 1996, p. 123-124.

24Le processus de décision et d’ordonnancement des travaux est parfaitement illustré lors de la construction du boulevard de la porte d’Arras. En février 1511, le Conseil de la ville assemblé en Halle et comprenant les échevins régnants et ceux des deux tours précédents, les connétables et plusieurs particulliers notable bourgeois de la ville en bon nombre, furent informés, comment nagueres par conseil* des maistres ouvriers de la ville, en aprés visitation faicte par eschevins et VI-Hommes du bolvert de le porte d’Arras qui estoit fort caducque de boispourry, il avait été décidé de le reconstruire. Mais comme la rumeur publique reprochait le coût important de cette reconstruction – 10 000 écus – l’assemblée décida l’envoi en expertise d’une commission constituée de trois nobles et trois bourgeois, qui conclua à la suite à la nécessaire poursuite des travaux64. Ce recours à l’assemblée des habitants pour prendre ou avaliser les décisions financières importantes a été encore signalé pour le projet de reconstruction de la tour de l’église de Gisors en 1541-4265.

25Les maistres ouvriers de la ville étaient donc à l’origine du projet architectural qu’ils soumettaient ensuite – pour vérification des choix techniques à une commission constituée par les VI-Hommes – pour vérification financière aux échevins. Dans le cas du boulevard de la porte d’Arras, les choix techniques opérés par les maîtres-ouvriers ne furent pas contestés, mais le coût de l’ouvrage dut être justifié auprès de l’assemblée des habitants.

  • 66 Voir infra, 5.2.

26Parfois, néanmoins, le maître-maçon devait revoir sa copie et proposer – comme Miquiel Huart le fit lors de la construction des pans de murs latéraux de la porte Notre-Dame en 1457 – une autre devise de mendre labeur et coustenghe... Ce maître-maçon avait donné une première estimation du coût de l’œuvre de taille de grès et de maconnerie et, par declaracion et extimacion, le coustenghe dudit ouvraige, ensamble des matieres et estoffes adce convenables pour sur ce avoir advis*66 ; jugé trop élevé par les échevins ce premier projet fut remplacé par un second.

  • 67 BOISSEUIL, 1992, p. 33.
  • 68 BOISSEUIL, 1992, p. 71-73.

27Cette prééminence de la commission technique dans la définition du projet se retrouvait à Tours où les Élus assemblaient les techniciens dans le cadre de visitations au cours desquelles était défini le cahier des charges des travaux67 ; les Élus y suivaient, visitaient et expertisaient de la même manière, avec les spécialistes des métiers, les chantiers68.

7.2. Le rôle du pouvoir souverain

  • 69 WARNKOENIG, 1835, vol. 1, p. 232.
  • 70 Supra, 3.1 et sqq.
  • 71 ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 945. Cf. aussi supra. Sur le contrôle des comptes en Flandre par le pouvo (...)

28Aux termes du traité de Melun (1226), conclu entre la comtesse de Flandre, Jeanne, et le roi de France Louis VII, qui livrait à ce dernier Lille, l’Écluse, et Douai, la ville devait être occupée par une garnison française durant dix années69 : le pouvoir souverain considérait bien au xiiie siècle la ville comme une place avancée contre la Flandre. Son intervention fut directe par le biais des concessions d’assises ou des octrois d’autorisations d’emprunts – dont le produit devait être affecté aux fortifications70, contrôle exercé encore a posteriori par la vérification des comptes de la ville71.

  • 72 ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 131-132.
  • 73 Voir ESPINAS, 1913, principalement p. 129 et sqq. ; COLLECTIF, 1985, p. 56 et d’une manière plus gé (...)
  • 74 AMD, EE 40, 1415.

29Dans la première moitié du xive siècle le pouvoir royal, en période troublée, nommait un capitaine chargé de la garde et défense de la ville72. Au xve siècle, l’intervention ducale passait par le bailli – personnage mentionné à Douai au moins dès 120073 ou le capitaine de la ville : le commandement des troupes urbaines lui appartenait, au nom du duc de Bourgogne, en cas de menace militaire sérieuse. Le bailli – qui exerçait traditionnellement un rôle de justice – avait encore la direction, avec les échevins, de la milice communale. Le titre de capitaine de la ville pouvait lui être décerné : en 1414, le duc de Bourgogne nomma Jean de Saint-Aubin capitaine et bailli de Douai et le chargea de prendre les mesures nécessaires à la défense de la ville dans lesquelles, probablement, figurait la construction des boulevards74.

  • 75 BRASSART, 1877, p. 281, 382 et sqq. Voir supra 6.1.1.

30Si le rôle joué par le prévôt – personnage qui apparaît vers 1140, et qui avait la garde de l’ancienne enceinte fortifiée, des cours d’eau et des différents bras de la Scarpe non navigables, outre certains droits sur les fossés et moulins75 – ne paraît pas avoir été essentiel, on peut néanmoins penser que les interventions des seigneurs de la famille de Melun ou de Luxembourg, qui se succédèrent à cette charge au xve siècle, n’étaient pas discutées.

7.3. Les charpentiers et les maçons

7.3.1. La direction technique des travaux de fortification par les maîtres-sermentés.

  • 76 Sur la définition du rôle de l’architecte, cf. HARVEY, 1972, p. 16 et sqq.
  • 77 AMD, CC 215, 119 v°.
  • 78 AMD, CC 216, 49 r° et 51 r°.
  • 79 PÉTILLON, 1983.
  • 80 SALAMAGNE, 1996b, p. 117 et sqq.

31La direction des travaux opérés sur l’enceinte de la ville relevait au premier chef des maîtres-maçons et charpentiers membres de la commission technique des IV-Hommes76, même si jusqu’à la fin du xive siècle – en l’absence d’un maître-maçon investi de responsabilités identiques – le maître-charpentier étendit ses responsabilités, administratives au moins, à l’ensemble des travaux menés par la communauté urbaine. Chargés de la conservation et de l’inspection des bâtiments communaux, de la surveillance des chantiers, de l’approvisionnement en matériaux, ces maîtres d’œuvre étaient rétribués, outre leur pension annuelle, d’un salaire correspondant au nombre de leurs journées de travail. En 1436-37, le maître charpentier de la ville recevait une pension annuelle de 60 livres, outre 8 sous par jour ouvré, ses collaborateurs Raisin Turquet et Jehan de Vitry 6 sous77 ; en 1439-40, il bénéficiait d’un logement de fonction en la maison de ville78. À la fin du xive siècle, Lille possédait aussi deux maîtres de maçonnerie et charpenterie assermentés participant aux travaux ou ayant un rôle de conseil technique79 ; il en fut de même à Valenciennes dans le dernier quart du xive siècle80.

  • 81 AMD, CC 219 (1450-51), 99 r°.
  • 82 AMD, CC 219, f° 75 v°.

32La ville, en raison de l’accroissement de son patrimoine monumental, avait tout intérêt à engager des spécialistes aux capacités reconnues, disponibles en permanence et attachés à la conservation de son patrimoine, de ces ouvrages de carpenterie que journelement convient faire aux hiretages et ediffices de ledite ville81. Il y avait probablement aussi chez les Élus la volonté d’opposer aux prétentions éventuelles des adjudicataires ou des salariés un technicien expérimenté, en mesure de défendre leurs intérêts. Un autre élément dut jouer à la fin du xive siècle pour contribuer à institutionnaliser les postes de maître-maçon et maître-charpentier de la ville : l’obligation d’entretenir la muraille. En raison de son étendue, son circuit demandait une inspection régulière, en particulier l’hiver lorsque remparts et murailles souffraient des pluies, du vent et du gel. Il fallait rompre les glaces aux ventelles*82, c’est-à-dire libérer les écluses prises par le gel, et débarrasser les terrasses des tours ou du beffroi du poids de la neige.

  • 83 AMD, CC 209, f° 294.
  • 84 AMD, CC 209, f° 384 et 386 et passim. En décembre 1392, Jacques de Ferin fut rétribué pour avoir ve (...)

33La lecture des comptabilités fait apparaître la multiplicité des interventions opérées sur l’enceinte et la nécessité de son entretien courant : replanter les pieux des barrières, reclouer les planches, remaçonner les cheminées, reposer des tuiles, curer les douves des fossés, etc. Dans la quinzaine du 7 au 24 janvier 1417, le charpentier Nicaise Turquet fit durant 6 jours, pluiseurs visitacions* autour de le dite forteresche, et se déplaça durant 3 jours à Raches (à 9 km au nord-est de Douai) pour aviser* pluiseurs routures* qui estoient sur le cauchie* et autour du mares dudit lieu83, dans la quinzaine du 11 au 21 février, pluiseurs visitacions autour de le forteresche, puis début mars aux tenures d’eaue et autres edeffices de le forteresche84.

  • 85 De très fréquentes mentions en sont faites dans le compte de 1417 ; AMD, CC 209, f° 381 et sqq.

34On peut conjecturer que durant leurs inspections, ces spécialistes non seulement surveillaient le bon état des murailles, mais encore estimaient les réparations à conduire la saison venue. En cas d’urgence, ils pouvaient très rapidement – car ils étaient encore entrepreneurs – mettre au travail une équipe de salariés et fournir les matériaux en stock dans leur propre atelier : durant la même quinzaine de janvier 1417, à la suite probable d’une tempête qui entraîna la chute de briques des murailles et des dommages au corps de garde de la porte d’Esquerchin, c’est Nicaise Turquet qui fournit les planches nécessaires à sa restauration et à celle du pont-levis de la porte85.

  • 86 AMD, BB 2, 37 r°.

35Ces maîtres-maçons ou charpentiers intervenaient encore sur des chantiers, civils ou religieux, extérieurs à la ville, ce qui ne fut pas le cas général, des contrats passés avec des maçons par des maîtres d’ouvrages, laïcs ou religieux, l’interdisant parfois. Mais en juillet 1545, le maître-charpentier Jehan Nyot succédant à Noël le Febvre dut s’engager à ne plus marchander aucuns ouvraiges a personnes particulieres mais (...) seulement faire les ouvraiges de la ville86.

7.3.2. La surveillance et la conduite des travaux

36Lorsque l’œuvre était conduite en régie, la ville assurait la surveillance du chantier, lorsqu’il s’agissait d’un marché par adjudication cette dernière incombait au seul maître-maçon adjudicataire et un contrôle à posteriori était effectué par des spécialistes assermentés ou eswardeurs*.

  • 87 AMD, CC 209, f” 376 et 390.

37La ville confia ainsi à ses maîtres d’œuvre des responsabilités administratives. Sur le chantier du batardeau de l’abbaye des Prés, en 1417, Nicaise Turquet, maître-charpentier de la ville, était rétribué 7 sous par jour, pour seu sallere d’avoir ouvré a maistre en œuvre les matieres et estoffes dessus dittes, avoir tenu le compte de le cauch et savelon necessaire pour ledit ouvrage, avoir administré * aux ouvriers lesdites matieres et estoffes, avoir aidié a taillier et asseoir l’encapronnement* dudit dosdane* et samblablement d’un autre dodasne assez prés et fait pluiseurs autres visitacions* audit ouvrage, avoir pris garde aydits ouvriers. Il était assisté par un autre charpentier, Pierrot Turquet87.

  • 88 AMD, CC 211, passim.
  • 89 AMD, CC 210, 247 r°, f° 263.

38Lors de la première campagne de construction de la tour des Dames, en 1426, Nicaise Turquet, pensionnaire a la ville, était rétribué 8 sous par jour pour visiter* et admenistrer* les ouvriers esdits ouvrages tandis que les deux maîtres-maçons, Jacquemin de Vismy et Guillain des Moustiers, recevaient, outre leur salaire journalier, une gratification de 12 livres pour la surveillance des œuvres de taille et de maçonnerie (conseiller* bien et loyalment, soliciter l’ouvraige de machonnerye d’icelle tour et admenistrer* les ouvriers au fait de leur mestier88). La surveillance des ouvriers incombait par contre au clerc, Jehan Maistrel, rétribué pour avoir waqhié, visete* et gardé les ouvriers et tenu compte de leurs journées par escript reporté en lefin de chacune sepmaine89.

  • 90 AMD, CC 214, fos 117, 124 et 119 v°.
  • 91 AMD, CC 219, 85 v°. passim

39En 1431-32, le maître-charpentier Regnier Saudouvien était rétribué de 16 livres pour durant 13 mois, avoir eu le garde et administracion des ouvrages de ladite ville, et le maître-maçon Jacquemin de Vismy de 12 livres, pour avoir entendu et vaghié journellement aux estoffes que on a admené en ceste ville des mons de Buignicourt et icelles recheues, avisé se elles estoient souffissans, fait mettre en ordonnance*90. Sur le chantier de la tour Alexandre Jehan Turquet était rétribué 8 sous par jour pour avoir solicite* les ouvriers91, mais il est vrai que la maçonnerie ayant été prise en marché, sa surveillance ne devait s’exercer que sur les charpentiers, bottiers* ou manœuvres.

40Les maîtres des œuvres de la ville avaient donc bien un rôle d’organisation du chantier, de réception et de comptabilité des matériaux, de vérification de leur conformité et de direction des ouvriers. Par contre, sauf probablement dans le cadre de petites équipes, la surveillance de l’assuidité ou de la présence des ouvriers ne relevait pas de leur responsabilité.

7.3.3. Direction de l’œuvre de taille et d’appareillage

  • 92 BERNARDI, 1995, p. 23.
  • 93 MORTET DESCHAMPS, 1929, II, p. 277 ; Le terme de cementarius semble équivalent.
  • 94 AUBERT, 1961, p. 302.

41Le maçon douaisien était avant tout un artisan de la pierre, intervenant dans les trois registres de la maçonnerie, de la taille et de la sculpture. Si l’apprentissage du maçon, comme cela a encore été souligné pour Aix-enProvence92, concernait bien l’art de la maçonnerie et de la taille des pierres, certains d’entre eux pouvaient, comme briseurs ou crocqueteurs*, s’attacher exclusivement à la taille en carrière. Dans les comptabilités en latin, le maçon est désigné sous le terme de latomus : lathomus id est machon, nous dit en 1245 Jean de Garlande dans son Dictionnaire93. Si Marcel Aubert estimait qu’aux xiie et xiiie siècles, « les statuaires et imagiers sont choisis parmi les tailleurs de pierre les plus habiles »94, il semble que cette spécialisation ne soit pas antérieure à la seconde moitié du xive siècle. Sur les chantiers de Douai, on note une polyvalence des artisans comme maçons et tailleurs de pierre, même si certains d’entre eux avaient une compétence particulière dans la taille du grès, comme Fremin d’Arras rétribué lors de la construction de la porte Notre-Dame comme tailleur au salaire élevé de 12 sous par jour.

  • 95 AMD, CC 210, fos 250 à 258.
  • 96 AMD, CC 210, f° 313.

42Sur le chantier de la tour des Dames en 1426, les deux maçons Jacquemin de Vismy et Guillain des Moustiers dirigèrent jusqu’au mois de juin les ouvriers chargés d’espinchier* et appariller* les pierres, de tailler et apparillier pierres, ou furent chargés d’admenistré* les aultres ouvriers de taille de pierres ; ils fournirent encore les maulles* ou modèles réalisés dans des aisselles de blanc bos par le charpentier Nicaise Turquet95. L’œuvre de taille proprement dite fut réalisée par des spécialistes, dont le machon et tailleur de pierres de grie’s, Heluart Cauflan, rétribué de 147 livres, 10 sous, pour le marché de taille et mis en fourme* de 45 rayeres et 14 canonnières principalement destinées à la tour des Dames. A la suite, Jacquemin de Vismy et Guillain des Moustiers furent gratifiés de 12 sous en courtoisie de leur dilligence et travelde avoir visite* les rayeres et canonnières96...

43Sur le chantier de la porte Notre-Dame l’œuvre de taille était placée sous la direction du maître-maçon Miquiel Huart, tout au moins au cours des campagnes de 1454 et 1455, car en 1456, comme adjudicateur de l’œuvre de maçonnerie, il en perdit le contrôle : il est néanmoins probable que celle-ci se continua en conformité avec ses directives.

  • 97 AMD, CC 223, 43 r° à 44 v°.
  • 98 AMD, CC 223, f° 45, 46 r°.
  • 99 AMD, CC 223, 45 v°.
  • 100 Voir par exemple : – La construction de la tour de Babel du Livre d’heures du duc de Bedford, Londr (...)

44En novembre 1454, alors que le chantier de maçonnerie venait de fermer pour la saison d’hiver, Miquiel Huart était rétribué de 10 sous par jour pour tailler et appareiller* pierres, puis uniquement pour tailler à partir du 2 décembre (il y fut occupé 5 jours et demi entre le 2 et 17 décembre). Taille et appareillage se poursuivaient donc malgré la fermeture du chantier de maçonnerie. À la fin du mois de décembre Miquiel Huart était non seulement rétribué pour la taille, mais également pour faire maulles* et beuiaux* aux autres tailleurs qui ouvroient a tasque*, recevoir pluisieurs parties d’estoffes tailliés livrees97 et, en début d’année 1455, pour donner les maulles aux autres tailleurs, visiter* et recevoir la taille98. Entre les 13 et 18 janvier, il fut rétribué pour avoir durant VI jours entiers ouvré le samedy jusques au soir a tailler griéz pour le machonnerye de le porte Notre-Dame, comme a solliciter les autres tailleurs qui estoient ouvrans a tasque, avoir receu et viseté* pluiseurs parties de pierres tailliees livrees par iceulx tailleurs, et avoir fait les maulles* aux autres tailleurs, rieullé* et conduit aucuns desdis ouvriers99... Le maître-maçon de l’œuvre était ainsi non seulement présent sur le chantier pour le diriger – et même le samedi –, mais taillait encore la pierre : sur de nombreux manuscrits, il est représenté l’équerre ou le compas à la main, vérifiant les angles ou traçant les épures100 (Fig. 20).

  • 101 Les chiffres suivis d’une barre renvoient à ceux des PIÈCES JUSTIFICATIVES 14.

45Le travail achevé, les adjudicataires des marchés de taille étaient rétribués selon le prix convenu à l’unité. Ainsi en mai 1455, les maçons Jehan Gaussel, Hottin Jozelet, Regnier Debus et Janin Lobbes, livrèrent 625 pierres [18/et 19/] qu’ils avaient taillées le samedi aprés disner, jour habituellement férié101. Le contrôle de la production par le maître-maçon ayant été continu, la vérification des gabarits des pierres par rapport aux articles des devis ne s’avérait pas nécessaire : ce contrôle avait ainsi le mérite d’assurer un respect constant de la conformité du travail exécuté, et évitait des retards de programmation au redémarrage du chantier.

  • 102 AMD, CC 223, 50 r°.

46En mars 1455, à la réouverture du chantier de construction, trois ouvriers commencèrent à maçonner après avoir mesuré et gaugié* carreaux, boutis et autres pierres et les marquié* pour employer audit ouvraige102. La mise en œuvre de la pierre s’accompagnait ainsi de trois opérations successives : – la prise des dimensions des pierres, probablement leurs longueurs- leur jauge, c’est-à-dire la vérification de leur conformité en termes de volume après leur dégauchissement – enfin leur marquage.

7.3.3.1. Dégauger (dégauchir) la pierre

  • 103 Opération encore attestée à Spontin, vers 1970 ; GERMAIN, 1974, p. 91-92.
  • 104 GERMAIN, 1974, p. 88-90 ; DUCASTELLE, 1979, p. 186-187.
  • 105 Voir encore ALADENISE, 1991, p. 64 et 86-88.

47Dégauger la pierre était une opération qui consistait à dégager un volume-plan après avoir tracé avec une règle les traits d epannelage103. Des études récentes ont décrit ces opérations de dégauchissement104. La pierre étant disposée horizontalement ou verticalement, on alignait des points* avec des règles pour tracer des droites et déterminer, de visée, des plans. On dressait ensuite avec l’équerre et la règle une face dont la planéité allait déterminer la taille des trois autres. Le dressage des faces pouvait encore se faire à partir d’une ciselure périphérique105 (Fig. 121 et 122).

  • 106 DEHAISNES, II, 1886, p. 698. Voir aussi en 1396, p. 739-740.
  • 107 MURRAY, 1987, p. 169.

48Cette étape était précédée de l’ébauchage des pierres : à la Chartreuse de Champmol à Dijon, en 1392, un maçon fut rétribué durant 40 jours pour esbouchier et jaugier le tabernacle de pierre qui doit estre et sera assis sur l’estanfiche du portal de l’église desdit Chartreux..., travail réalisé dans l’hôtel du sculpteur Claus Sluter106. En 1495-96, le maître-maçon Jehançon Garnache, alla du chantier de la cathédrale de Troyes en carrière pour trasser les clerevoix* contre les bans de ladite perriere et monstrer (...) la façon d’esbocher lesdites clerevoix avec trois pierres qui viennent de dessus les pignacles pour adjoindre ausdites clervoix et aussi la maniere d’esbocher les augyves* et doubleaux* pour les voltes107. Ebaucher une pierre, c’est donc dégager son volume d’un banc de carrière – selon un tracé ici directement réalisé par le maître-maçon – dégauger une pierre, c’est dégager le long des lignes d’épannelage, la matière excédentaire du bloc en prenant garde de ne pas compromettre la solidité des arêtes.

  • 108 RONDELET, 1842, 2, p. 26-27 ; la définition donnée par le Vocabulaire de la sculpture (Rendre plane (...)

49Ce travail concernait non le travail de finition de la pierre, mais son volume. Au xixe siècle, Rondelet évoque encore les pierres « bien jaugées en parement, c’est-à-dire lorsqu’elles ne sont pas plus hautes d’un bout que de l’autre et plus ou moins épaisses si la pierre n’est pas d’égale hauteur »108.

  • 109 AMV, J2 353, 1403-1404, 44 v°.
  • 110 DURAND, 1901, p. 176.
  • 111 HÉREN, 1910, p. 587.

50La jauge des pierres se faisait en fonction de modèles souvent disposés dans les bâtiments communaux. À Valenciennes au début du xve siècle, les marchands devaient livrer les pierres dotel ghauge et muison* que il est deviset en I taulet* de laiton mis al huis dou biefroit109. Item, pour V milliers VIc XXXV quarrias de gréz a paver cauchies, du gauge de IIIIc et demy pour Iparcquef..., nous dit-on à Amiens110. Dans cette dernière ville en 1560, les quarreaulx de milliers, bons et suffisants, du jaulge dudict Amiens, devaient avoir une haulteur chacun de huict poulces pour le moins, aultant de lict, bien tailléz et espincéz, portans bon lict, joinctz et queues111.

7.3.3.2. Marquer les pierres

  • 112 ADN, B 10237, 83 r° ; SALAMAGNE, 1995, p. 307.

51Le marquage des pierres était en relation immédiate avec l’opération précédente : mesuré et gaugié carreaux, boutis et autres pierres et les marquié pour employer audit ouvraige... De fait les devis de construction indiquent parfois la proportion de carreaux et de boutisses d’un mur, boutisses qui devaient assurer la bonne loyson* du parement et du blocage interne ou des deux parements. Parfois des boutisses* étaient marquées pour les distinguer des carreaux et respecter les types d’appareil déterminés par les devis. Des croix gravées dans le grès sont visibles sur des pierres du pont du château de Lalaing (xve siècle), de l’église de Lewarde ou de la porte de Selles à Cambrai (xvie siècle) (Fig. 123 et 124). Au Quesnoy, en 1532, un devis prescrivait à propos des pierres récupérées d’une tour des fortifications – de marquier les quareaux en général de tas* en tas, tant par dedans que par dehors, de rouge mynne affin de les mettre en œuvre toutes les fois que besoing112. Marquer de tas en tas, c’est-à-dire d’assises en assises, consistait à reconnaître la jauge de la pierre pour respecter la hauteur d’assise, l’inégalité de hauteur entre les pierres d’une même assise risquant de provoquer la rupture de la pierre de l’assise supérieure..

  • 113 AMD, CC 223, 49 v, 50 r°. Voir 4.4.2.
  • 114 AMD, CC 215 (1436-37) (avec un salaire de 6 sous) ; CC 219 (1456-57) ; CC 229 (1462-63), 47 r° ; CC (...)
  • 115 AMD, CC 209, f° 369 et passim.
  • 116 AMD, CC 230, f° 47 r°.
  • 117 Voir 7.5.3.

52En 1455, le maçon Pierrot Laleame avait la charge de gauger et enseigner* coireaux, boutisses et aisselles113. Pierrot Laleame, maçon, maître-maçon et tailleur de pierre actif à Douai jusqu’en 1479114 travaillait en 1417 au batardeau du boulevard de l’abbaye des Prés pour 6 sous par jour115 ; en 1464-65, il était employé comme maître-maçon sur le chantier des Halles à 10 sous par jour116. En 1455, il était donc rétribué 11 sous par jour pour une tâche de contrôle. Le terme enseigner doit être pris à la lettre : marquer les pierres d’un signe, soit pour reconnaître les gabarits de pierres, soit pour situer leur position dans l’appareil. Lors des travaux de restauration d’une des tours de l’avant-porte Tournaisienne à Valenciennes en 1409, le maître-maçon devait deffaire et mettre jus les pierres anciennes et ensengnier et y mettre a point les membres de pierre venant diceli117.

  • 118 AMD, CC 223, 45 v°.
  • 119 AMD, CC 225, 52 v°.

53Le rôle joué par le maître-maçon est donc clair : présent sur le chantier durant la saison d’hiver, il assurait le contrôle et le suivi de la taille réalisée par des salariés ou des adjudicataires et vérifiait la conformité de celle-ci vis-à-vis des molles ou modèles qu’il avait donnés. En cas de contestation sur la qualité du travail fourni, une expertise était demandée : en janvier 1455, le maître-maçon Ghillain des Moustiers et le tailleur Martin Toullet furent gratifiés d’une courtoisie de 14 sous pour avoir, à la requête des VI-Hommes, veu et visete* aucuns patrons* et maulles* touchans le taille de griés des estocqs de querche et croix d’ogives* que l’on faisoit pour ledite porte Notre Dame et sur ce baillié leur advis pour certain different qui estoit entre les ouvriers118 ; en janvier 1455, les maçons Jehan Bourgeois et Pierre Godeffroy étaient rétribués de 6 sous pour avoir visete* certaines pierres de griéz tailliees (...) et declairé sur ce leur advis*119.

54La taille réalisée, le maître-maçon était ensuite chargé d’apparillier les pierres pour le saison enssievant.

7.3.4. Le recrutement des équipes de tailleurs et de maçons

  • 120 AMD, CC 223, f° 48.
  • 121 C. PIÉRARD, « Un quart de siècle après la détermination de l’actuel cadastre, l’urbanisation du qua (...)
  • 122 AMD, CC 210, 252 v°.

55Entrait encore dans les compétences du maître-maçon de la ville ou du maître-maçon en charge d’un chantier, le recrutement des artisans maçons, localement ou à l’extérieur de la Cité. En l’absence d’une main-d’œuvre locale, il fallait recruter à l’extérieur des spécialistes de la pierre : entre les 10 et 22 février 1455, Miquiel Huart se rendit à Béthune pour monstrer et faire faire a aucuns ouvriers une devise* de taille de griéz pour les vaulsures et autres edeffices de le porte120... Cet appel à un recrutement externe n’était nécessaire que dans des circonstances particulières, pour des chantiers très techniques ou devant le refus des artisans locaux de prendre l’adjudication. En 1386, le magistrat de Douai adressa une requête à celui de Mons lui demandant d’envoyer des maîtres-maçons compétents pour avoir leur avis sur un travail prévu121. Au début de l’année 1426, pour le chantier de la tour des Dames, les maçons Jacquemin de Vismy et Guillain des Moustiers allèrent durant trois jours à Cambrai, Valenciennes et Tournai, pour adviser l’edifficacion de tours et querir ouvriers122. Ce déplacement avait pour but l’étude des fortifications des villes mentionnées et la rencontre des ouvriers-maçons susceptibles de venir travailler à Douai. Probablement, les experts douaisiens eurent-ils l’occasion de rencontrer leurs collègues des trois villes et de discuter avec eux des problèmes soulevés par leur chantier.

56Il est difficile de préciser l’origine géographique des tailleurs de pierre ou maçons de Douai à partir de leur seul nom.

  • 123 AMD, BB 84, 90 v°.
  • 124 Pour devenir bourgeois de la ville, il fallait être fils ou fille de bourgeois ou demeurer depuis 5 (...)

57Ainsi parmi les adjudicataires du marché de taille de la porte Notre-Dame en 1454-55 et 1455-56 (Jehan Morel, Jehan Gaussel, Guillaume le Josne et Fremin d’Arras), si les deux premiers semblaient appartenir à une famille de maçons de Douai, par contre Guillaume le Josne et Fremin d’Arras étaient étrangers à la ville, ce dernier ayant été récemment admis à la bourgeoisie123. Cependant l’inscription à la bourgeoisie n’était pas une obligation pour travailler sur les chantiers urbains puisque des maçons y exercèrent une activité professionnelle antérieurement à leur réception124.

  • 125 Ou maçons sur les chantiers des grandes abbayes voisines, comme Marchiennes, Anchin et Saint-Amand.

58La confrontation des listes de maçons douaisiens avec celles du Hainaut voisin permet de constater qu’elles ne se recoupent que rarement, à savoir que les artisans douaisiens formèrent un milieu relativement fermé. Si à Douai même les chantiers urbains, religieux, civils ou militaires, assuraient une activité soutenue aux maçons, nombre d’entre eux devaient trouver à s’employer comme tailleurs de pierre125 dans les environs et compenser éventuellement une baisse de l’activité des chantiers locaux par un passage en carrière. D’autre part, en raison des ressources locales, les maçons douaisiens étaient d’abord des spécialistes de la taille du grès ; ils devaient avoir plus de difficultés à s’employer dans les bassins carriers exploitant la pierre calcaire, où ils entraient en concurrence avec les artisans du cru.

  • 126 ADPDC, A 55 ; RICHARD, 1887, p. 283 et PERREAU, 1978, p. 7.
  • 127 AMV, CC 36 (1373-74).
  • 128 DU COLOMBIER, 1973, p. 96.
  • 129 PIÉRARD, 1981, p. 342 et sqq.
  • 130 PIÉRARD, 1971, p. 398 et sqq.
  • 131 DE LA GRANGE ET CLOCQUET, 1889, p. 66 ; PJ 4.
  • 132 « Le beffroi, la haute halle, la basse halle et la halle des merciers d’après un fragment du compte (...)

59Nous avons, malgré tout, mention de la circulation des maçons douaisiens. Ainsi de Tassart le Béghin qui, en 1309, passait marché avec Thierry d’Hirecon pour la construction d’une tour à Gosnay (Pas-de-Calais, arr. Béthune)126 ; ou du maître-maçon de Douai, Guillaume le Maçon, appelé en septembre 1373 par le prévôt et les jurés de Valenciennes, déplacement pour lequel il fut rétribué de 36 sous127. Il est difficile d’affirmer l’origine douaisienne d’un maçon au seul examen de son nom, comme pour maître Jean de Douai qui travaillait en 1358 sur le chantier de Saint-Victor de Xanten128. Ou encore pour cet homonyme attesté sur le chantier des fortifications de Mons de 1381 à 1383129 où pour Jakemart de Douai qui en 1334 y taillait des pierres pour le batardeau de la porte du Parc130. Peut-on identifier Jakemon de Douai, gratifié en 1285 de 20 livres tournois pour un marché de 500 pieds de murs à réaliser sur l’enceinte de Tournai, avec maistre Jakemon l’aisné qui en 1268 restaurait les murs de la première enceinte de Douai, entre la porte des Wetz et la porte Saint-Nicolas131 ou encore avec Jakemon Buisson qui travaillait pour la ville en 1306132 ? La proximité de date comme de tâche tendrait à le prouver.

  • 133 Ch. HIGOUNET, « Mouvements de population dans le midi de la France du xie au xve siècle », Annales. (...)
  • 134 AMD, BB 84, 90 v°.

60Les anthroponymes133 sont finalement d’un intérêt relatif pour préciser les origines géographiques des personnes – tout au moins au xive siècle – comme en atteste parmi d’autres le cas du maçon Frémin d’Arras, originaire non pas de cette dernière ville mais de Sainghin-en-Weppes (village entre Lille et la Bassée)134.

  • 135 HAYEZ, 1976, p. 211.
  • 136 BERNARDI, 1995, p. 43 et sqq.

61Au contraire de Douai où le recrutement fut d’abord local ou régional, on a noté sur de nombreux chantiers de construction des xive et xve siècles (en Savoie, en pays de Loire, dans le sud de la France, etc.), l’importance d’un recrutement externe. À Avignon, sur le chantier de construction de l’enceinte urbaine dans la seconde moitié du xive siècle, sont mentionnés les maçons Guillaume Lambin du diocèse de Thérouanne, Huard Colin du diocèse de Toul, Jehan Blanchet du diocèse d’Orléans, Etienne Groison de celui de Bourges135, etc. À Aix-en-Provence, on a estimé sur un total de 1 115 artisans travaillant dans la ville à 47,50 % le nombre d’étrangers, avec un fort recrutement septentrional136.

7.3.5. Une conception collégiale des ouvrages

  • 137 Sur l’expertise dans l’architecture religieuse, voir AUBERT, 1961, p. 116 et sqq.

62Le magistrat de Douai fit parfois appel, pour la conception des ouvrages ou la solution de problèmes techniques, à l’expertise des maîtres maçons des villes voisines137, ainsi lors de la construction de la tour des Dames.

  • 138 AMD, CC 210, 320 r° ; chacun fut rétribué de 2 couronnes (de 48 sous) par jour, soit au total de 4  (...)
  • 139 AMD, CC 210, f° 318.

63Une première expertise eut lieu le 15 avril 1426 avec Jehan Mina, maître-maçon de Lille, accompagné de deux autres maçons lillois, et Jacques Bourlet et Jacques Vassas, maîtres-maçons de Valenciennes et de Tournai138 : A maistre Jehan Mina, machon de la ville de Lille, maistre Jaque Bourlet, maistre machon de Valenciennes et a maistre Jacque Vassas, maistre machon de Tournay, lesquels, a le requeste de la Loy le XV jour d’apvril après Basques l’an mil IIIIc XXVI, vinrent en ceste ville pour veir et adviser* la place en laquelle on avoit intencion de faire fonder un ediffice et ou est fondié et ediffié presentement ledite tour ; pour sur ce avoir advis* et consel*, lesquels pour ceste cause vaquerent par III jours et firent la devise* dudit ouvrage par escript, pour ce tant pour leur despence comme pour leur peine et travel et de I clerc pour escrire ledite devise..., XXVIII livres. Les maîtres-maçons de Lille, Valenciennes et Tournai furent donc convoqués, non pour délibérer de l’emplacement précis – déjà décidé – de l’ouvrage, mais pour donner sa devise, c’est-à-dire le devis écrit. Jaquemin de Vismy et Guillain des Moustiers, qui avaient la surveillance technique du chantier, participèrent probablement à cette expertise, même si dans le paiement ils n’apparaissent pas, mais ils bénéficiaient déjà d’une rétribution pour cette direction ; ils reçurent d’autre part, la même année, la somme de 24 sous, en guise de courtoisie pour avoir fait une devise* pour le tour haulchier XXX piés ou environ et aussy pour leur clerc139.

  • 140 AMD, CC210, f° 257.

64Une seconde expertise du maître-maçon valenciennois, Jacques Bourlet, à propos des fondations de l’ancienne tour (dite du Dich) qui devaient être conservées dans la nouvelle, eut lieu en juin 1426 : A maistre Jaque Bourlet, maistre machon de Valenchiennes, qui fu mandé par eschevins pour avoir son advis et consel* sur ce que aucuns ouvriers disoient que le fons de le viese tour du Dicq soit bon laissié au milieu de le noeuve tour, sans plus avant deffaire. Et ainsi le consilla et demeura IIjours, I sallu pour jour sont IIII livres, XVI sous140.

  • 141 AMD, CC 210, f° 271 r°.
  • 142 AMD, CC 210, f° 269-270.

65Une troisième expertise, le 3 juillet 1426, examina si les fondations dont les tranchées étaient alors achevées devaient être élevées sur pilotis, ce qui fut effectivement décidé. Simon le Bertoul, maître-fossier dont le fils, Hanin le Bertoul, avait obtenu le marché des tranchées de fondation, intervint également comme expert, pour viseter* et conseiller* le fachon dudit ouvrage141. À la suite, les maîtres-maçons de Lille et de Valenciennes furent conviés à la cérémonie de la pose de la première pierre : Pour despens fais par eschevins, receveur, controlleur, officiers et serviteurs de la ville avec maistre Jehan Myna, maistre machon de la ville de Lille, maistre Jaque Bourlet, maistre machon de la ville de Valenchiennes, les machons et carpentiers ouvrans a la ville le joeudy IIII jour de juillet, a la premiere pierre assise pour le fondacion de le tour, X livres. Aux denommés maistre Jehan Myna et maistre Jaque Bourlet, pour leur sallaire et travel de estre venus des villes de Lille et Valenchiennes a Douay, a le requeste des eschevins et par leurs lettres closes, pour adviser* ce fons apparant pour faire le fondacion de ladite tour et donner leur consel, se sur ladite fons on poroit machonner sans pilloter. A quoy ils vaquerent par deux jours fmissans ledit joeudy. Paie’a eux deux, quatre escus d’or valent a XLV1II sous, VI deniers, IX livres, XIIIIsous142.

  • 143 AMD, CC 211, 182 v°.

66Les maîtres-maçons de Lille – Jehan Mina et Robert Nepveu – et de Valenciennes-Jacques Bourlet – furent rétribués une dernière fois en 1428, pour veir et visiter* le tour de nouvel encomenchié vers l’abbeye des Préz, avec le devise*faicte par escript pour le perfection d’icelle, assavoir se icelle devise estoit bonne et souffisans pour parfurnir ladite tour, auquel voyage allant, besongnant et retournant ils sejournerent chacun III jours. Pour ce donné aux denomméz maistres Jehan Minai et maistre Jaque Bourlet, a chacun VIII livres sont XVI livres. Audit maistre Jehan Minai qui lui fu donné en courtoisie pour autre fois et paravant avoir esté au conseil de ladite ville sur le fait d’icelle tour, XL s. Item audit Robert Nepveu pour avoir esté a ladite visitacion avec ledit maistre Jehan Minai par lesdits III jours, C sous. Et aux denomméz Simon Wide et Baudart Cardot pour avoir esté, pour ledit Baudart a Lille querre ledit Minai, et le denomme Simon Wide querre ledit maistre Jaque ou ils demourerent chacun deux jours a VIII sous le jour, sont XXXII sous..., XXIIII livres, XII sous143.

  • 144 Parmi les maçons travaillant sur le chantier, Guillaume et Jehan Bourlet (des maîtres-maçons, car r (...)

67Sur deux années dont les comptes sont conservés, l’intervention de 9 maçons ou maîtres-maçons est attestée : les deux maîtres-maçons de Douai, ceux des villes voisines de Valenciennes et Tournai, trois autres maçons de Lille dont Robert Nepveu ; parmi eux, les maîtres-maçons de Valenciennes et de Lille, Jacques Bourlet et Jehan Mina, présents quatre fois à Douai, semblent avoir joué un rôle de premier plan144. En tout état de cause, le chantier de la tour des Dames démontre de manière exemplaire que la conception d’un édifice résultait au Moyen Âge d’une intervention collégiale, faite d’expertises diverses répétées à chacune des étapes de la construction : conception de l’œuvre et direction du chantier pouvaient être totalement découplées.

68Les maîtres-maçons convoqués à Douai entre 1426 et 1428 le furent en raison de leur expérience en matière de fortification.

  • 145 Jehan Mina, maistre-machon sermenté de le dite ville, AML, 16160 (1415-16), 16161 (1416-17), 16166 (...)
  • 146 Voir notre notice prosopographique, dans NYS et SALAMAGNE (dir.), 1996, p. 330.

69Jehan Mina, maître-maçon de Lille entre 1403 et 1429 au moins145 – et à ce titre responsable de ses fortifications – se rendit à Douai en 1412, puis de nouveau entre 1426 et 1428. Jacquemart Bourlet, actif entre 1391 et 1428, adjudicataire en 1391 des marchés de restauration de la porte de Cambrai à Valenciennes, travailla entre 1396 et 1434 sur les chantiers comtaux de la Salle-le-Comte. Nommé maître-maçon de la ville de Valenciennes avant 1413, il participait en 1418, avec son fils, à la visite des bâtiments domaniaux de la châtellenie du Quesnoy, visite qui dura 14 jours et pour laquelle il fut rétribué de 8 livres, 2 sous146.

  • 147 AMD, CC 217, 99 r°.

70Les sources ne permettent pas non plus d’identifier clairement le ou les concepteurs du front Notre-Dame Saint Éloi, la venue en 1440 des maîtres-maçons de Lille et Béthune, Fremin Desgreaux et Jehan Pinchon, n’étant motivée que par un vice de construction concernant les fondations. Si pour l’année 1441 dont les comptes font défaut, on ne peut exclure l’intervention de maîtres-maçons des villes voisines, il semble quand même que les maçons douaisiens jouèrent un rôle essentiel, mais il est vrai que la tour des Dames constituait déjà un modèle. En 1440, les marchés de maçonnerie furent pris par Ghillain des Moustiers (associé à Pierre Quargnon) qui en avait donné les devis, en 1444-45 par Jehan de Hesdin et Guillaume Jozelet, en 1451 et 1452 par deux équipes constituées, d’une part de Miquiel Huart et Fremin d’Arras, de l’autre par Antoine le Clercq, Guillaume le Josne et Jehan Bourgeois. Les maîtres-maçons Ghillain des Moustiers et Guillaume Jozelet fournirent chacun en 1445, pour l’achèvement de la tour d’Anchin, un devis, puis finalement l’amendèrent pour proposer un projet commun (par eul II ensamble corigié en icelles pluiseurs poins et articles, pour et selon la correction et sur lesdits II devises, en refaire une nouvelle)147. En 1451, Ghillain des Moustriers et Miquiel Huart dressèrent chacun un devis pour l’élévation de la tour Alexandre, dont le marché fut pris par Miquiel Huart et Fremin d’Arras. Des maîtres-maçons étaient donc mis en concurrence dans un projet pour finalement, après discussion, en donner une version commune.

  • 148 DE LABORDE, Seconde partie, I, Preuves, 1849, p. 220 ; l’une de ces deux tours avait 275 pieds de p (...)
  • 149 En partie publié par B. DANVIN, Vicissitudes, heur et malheur du Viel-Hesdin, Saint-Pol, 1866, note (...)
  • 150 DESCHAMPS DE PAS, 1890-1892, p. 188 ; l’ensemble des éléments concernant ce maître-maçon a été rass (...)

71Jean Pinchon, attesté lors de la fondation des tours d’artillerie du front Saint Eloi Notre-Dame en 1440, fit carrière comme maître-maçon de la ville de Béthune dès 1424 et comme tel participait en 1449 à l’expertise du transept nord de la collégiale Notre-Dame de Saint-Omer. Maître-maçon du duc de Bourgogne à Hesdin en 1447, il y bâtit deux grosses tours148 et en 1459-60 donnait en collaboration avec le maître-maçon Mathieu de Layens les plans du château brabançon de Vilvorde. En 1462, il intervenait sur le chantier du Palais Rihour à Lille, résidence ducale en cours de construction. En 1471, toujours maître des œuvres du château d’Hesdin, il participait à l’inventaire des biens de ce château149 et en 1472, à une commission d’experts rassemblés à propos de travaux au clocher de la collégiale de Saint-Omer150.

  • 151 HAHNLOSER, 1972, p. 9 et 69 et planche 29.
  • 152 ADN, B 3614, pièce 137359 (où figurent au verso leur acquis et signature) et ADN, B 10251, 98 r°. L (...)

72Ces exemples, parmi d’autres, témoignent du fait que les maîtres maçons médiévaux, fréquemment amenés à se déplacer dans le cadre d’expertises, entretenaient par ce biais des rapports fréquents avec leurs collègues des cités voisines. La conception collégiale des ouvrages, dans le cadre de commissions d’experts, apparaît comme une donnée majeure de la création médiévale. Villard de Honnecourt en porte témoignage lorsqu’il nous rapporte à propos de l’invention d’une roue, que maint ior se sunt maistre despute... ou qu’il donna avec Pierre de Corbie le plan du chœur d’une église, inter se disputando151. Au Quesnoy, en 1549, le maître-maçon du comté de Hainaut, Jehan Anseau, à la suite de l’écroulement d’un pan des murailles de l’enceinte, voulut s’entourer de l’avis de ses collègues : lorsque je aye veu ledit murre rompus, aye eu desirre d’avoires avecque moye quelques bons ouveryes pour disputerre la mattieres pour le proffit et bontes de l’oefvre... Pour cette disputatio, il fit appel à maître Jean Repus, maître-macon de Mons, à Pierre Pagnaville, maître-maçon de Boussu, à Etienne Brunoir, maître-macon de Landrecies mais qui ne purent venir, occupés par leurs chantiers respectifs. Furent alors convoqués Nicolas Michiel, maître-maçon de Valenciennes, Jehan Barbieur et François Poillevache, maîtres d’œuvres dans la même ville, qui furent rétribués chacun de 40 sous tournois pour leur visite et la rédaction écrite de leur avis152.

  • 153 DEVILLERS, 1857 ; JAN PHILIPP, 1988.
  • 154 JAN PHILIPP, 1988, p. 405.

73En final, nous sommes dans l’impossibilité de reconnaître un concepteur unique dans la genèse des projets douaisiens, tant apparaît comme dominante la notion de création collégiale. Le cas est encore parfaitement illustré par le projet en 1449 du chœur de la collégiale Sainte-Waudru de Mons153 : entre mars 1449 et mars 1450, ce projet bénéficia de cinq expertises successives réunissant au total neuf maîtres-maçons différents ; la construction, achevée en 1527, du chœur et du transept fut conduite par au moins quatre maîtres différents. Klaus Jan Philipp relevait que, malgré son histoire architecturale complexe, l’édifice gardait toute son homogénéité stylistique154.

  • 155 AMD, CC 229, 45 v° et 46 r°.

74Le projet des Halles de Douai, en 1463, fut le fruit d’une commission composée des maîtres-maçons Miquiel Huart, Guillaume le Josne, Jehan Bourgeois et des charpentiers Jehan Caudron, Jehan Lamyart et Jehan Cevain, chargée de mettre par escript et declaration de bouche plussieurs advis et dessins, puis à partir de ceux-ci réaliser le devise* et taille de grié et œuvre de machonnerye pour les fondations, edifficacions et esleigements* des edeffices. Les membres de cette commission se rendirent plusieurs fois sur ledit place pour trachier le fourme et prendre les mesures*155 : le projet résultait donc d’une disputatio, projet collégial rédigé par écrit et à partir duquel furent réalisés les devis de fourniture de pierre, de fondation et de maçonnerie.

  • 156 ROUDIÉ, 1975, p. 64-65. Voir encore GARDELLES, 1963, p. 25 et sqq.

75Il apparaît d’autre part que le maistre des œuvres nommé à la direction d’un chantier n’était pas obligatoirement son concepteur, que parfois même il était conduit à diriger des projets qui n’avaient pas son agrément. Paul Roudié le faisait observer en citant le cas du maître-maçon de la cathédrale Saint-André de Bordeaux, Imbert Boachon, dont le projet (patron) fut examiné par une commission de cinq maîtres-maçons, ut videant patronum quod fecerat magister Imbertus de pillari pro ecclesia et ad sciendum eorum opinionem. Alors que le maître-maçon de l’œuvre avait décidé la construction d’un seul arc-boutant, la commission fut d’avis d’en construire trois : Imbert Boachon fut dans l’obligation de conduire un projet dont il n’avait pas eu la maîtrise156.

7.4. Les supports de la création

7.4.1. Les plans sur parchemin

  • 157 KIMPEL, 1996, p. 43 et ssq. reprenant des idées antérieurement émises, dans KIMPEL et SUCKALE, 1990 (...)
  • 158 KIMPEL et SUCKALE, 1990, p. 227.
  • 159 D. KIMPEL, « La sociogenèse de l’architecte moderne », dans COLLECTIF 1986, p. 144.
  • 160 KIMPEL, 1996, p. 43.

76Dieter Kimpel estimait que l’usage des plans à partir du χιιie siècle allait modifier le statut des maîtres-maçons : « par lui, le profil de la profession et la position sociale des architectes se modifient de façon décisive, leur nouvelle activité sur la planche à dessin se transportant du chantier au bureau »157. Avec la conception de plans à échelle réduite, peu avant 1220, l’activité de l’architecte aurait été plus abstraite, plus théorique. Au contraire de l’architecte roman condamné à demeurer sur le chantier, l’architecte gothique en aurait confié la direction à l’appareilleur158 : en mesure de s’occuper de plusieurs chantiers à la fois, il serait devenu itinérant159. D’où l’attribution faite de la conception d’édifices prestigieux, cathédrales ou abbatiales, à des maîtres : les maîtres-maçons auraient été « parmi les premiers à être considérés comme des artistes au sens contemporain du terme »160. On reconnaîtra là une appréciation moderne du statut de l’architecte, que les sources des xive et xve siècle ne nous permettent pas de valider.

  • 161 Parmi de nombreux exemples, voir les conditions très strictes imposées dans le contrat passé en 138 (...)
  • 162 HAMON, 1996, p. 310-312.
  • 163 DU COLOMBIER, 1973, p. 79.

77Le maître-maçon, praticien et appareilleur, travaillait sur le chantier. Une œuvre complexe imposait sa présence constante : sur les chantiers des cathédrales ou des abbatiales, des contrats lui imposaient souvent l’obligation de résidence ou l’interdiction de travailler à l’extérieur161. Aussi partageons-nous l’opinion de Robert Branner et de Pierre du Colombier – et la remarque a encore été faite à propos du chantier de l’église de Gisors162 – selon lesquels l’architecte, du moins au xiiie siècle, ne pouvait guère s’absenter du chantier, car il était le seul en mesure de donner les corrections nécessaires163.

78Le recours aux plans entraîna-t-il d’autre part dans le statut des maîtres-maçons les changements que Dieter Kimpel pense pouvoir y reconnaître ?

  • 164 De rares plans d’édifices militaires – comme ceux des châteaux de Courtrai ou de Warneton – nous so (...)
  • 165 Sur le projet de Sainte-Waudru, voir JAN PHILIPP, 1988.
  • 166 Supra, 4.4.1.

79Nous n’avons que rarement mention dans les comptabilités de paiements effectués pour la réalisation de plans164. Le paradoxe réside d’ailleurs dans le fait que les quelques plans conservés pour le Moyen Âge appartiennent à des projets non réalisés ou tout au moins modifiés par la suite : Michel de Rains donna en 1449 pour la collégiale Sainte-Waudru de Mons un plan qui ne fut jamais mis en œuvre tandis que le projet qui le fut ne s’appuya sur aucun document de ce type165. On peut estimer que dans bien des cas, les devis servaient de documents contractuels. La dédicace du frontispice de la porte Notre-Dame, rappelant que l’œuvre fut conçue selon un devis*, nous semble à cet égard significative166.

80Cette procédure explique la convocation à chaque stade important du chantier d’experts pour décider de la poursuite ou de la modification du projet. Ainsi celui-ci bénéficiait-il d’une programmation évolutive, adaptable à toutes données, des contraintes de l’approvisionnement en matériaux et au recrutement de la main-d’œuvre, aux contraintes financières ou techniques. Les comptabilités font fréquemment mention de paiements complémentaires de ceux des devis, le commanditaire ou l’adjudicataire ayant pris sur lui de transformer le projet initial : dès lors la présence constante sur le chantier d’un maître-maçon pleinement averti du projet était absolument nécessaire, pour décider des options techniques.

81Le plan, souvent, semble n’avoir constitué qu’un support pour présenter un projet à un commanditaire, comme l’illustre parfaitement le cas de la construction de la porte du Saint-Sépulcre à Cambrai.

  • 167 A 36 livres de pension par an.
  • 168 LALLEMANT, « Note sur la porte de Paris », Mémoires de la Société d’Émulation de Cambrai, 60, 1905, (...)

82En 1391, Gilles Largent, maître-maçon de la ville de Saint-Quentin, fut invité par le magistrat de Cambrai, pour adviser le fondation de le porte Saint-Sepulcre et sur ce faire plusieurs géz* et pourtraitures* en pappier et en parkemin, plans pour lesquels il fut rétribué de 10 couronnes de France, soit 13 livres, 15 sous. Le 18 mars, il montrait le jet de la porte, tandis que le 30 du même mois, Hue de Corbie, maître-maçon de la ville, présentait le sien. Des maçons, probablement venus des villes voisines, expertisèrent alors ces projets : pluseurs ouvriers furent mandés en le cambre pour avoir leur advis* et oppinions sur ce que le dessus dit maistre Gilles et maistre Hue avoient fait. En final, les deux projets durent être confondus, car si dès juin 1391 Gilles Largent fut retenu aux gages de la ville167 pour les ouvraiges de le porte Saint Sepulcre dont ilfist devise et pourtraiture*, la direction du chantier resta au maître-maçon de la ville168.

  • 169 DE LA GRANGE, 1890, p. 216-217.
  • 170 MURRAY, 1987, p. 135-143.

83Pour la reconstruction du Pont-à-l’Arche à Tournai, en 1405, trois maçons-Thomas Ladart, maître-maçon du comté de Hainaut, Noël Caudavaine, maître-maçon de la ville de Mons et Jehan Pickoit, maître-maçon de la ville d’Ath – furent convoqués pour veir et adviser le fait de l’ouvrage et réaliser un gief. Mais le projet présenté parut trop onéreux et fut refusé par la ville. Une autre réunion fut alors organisée en la maison d’un des commis, ou furent avecq pluiseurs maistres machons, carpentiers et autres qui avoient esté avecq lesdis commis et maistres estrangiers au fait de la visitation et collation eue entre eulx pour le fait dudit ouvrage et des giéz sur ce fais et ordonnéz, et prins et extrait de chacun ce que milleur sembla, et sur ce fait et ordonné par escript un autre nouvel giet169. Le texte est sans ambiguïté : leur premier projet ayant été refusé, les trois maçons en conçurent un second en collaboration avec d’autres maçons et charpentiers. Les deux opérations successives, la visitatio des experts sur place et la collatio – en d’autres termes la disputatio – sont clairement indiquées. Stephen Murray a encore rassemblé des pièces significatives concernant, à la cathédrale de Troyes aux xive et xve siècles, ces expertises collégiales – réunies parfois pour la seule conception d’un pilier – et les projets mis en œuvre par consentement ou par collacion170.

  • 171 Voir supra, 5.1.
  • 172 Cit. par RECHT, 1996, p. 46.
  • 173 Comme le faisait remarquer RECHT, 1996, p. 47.
  • 174 Remarque déjà faite par SHELBY, 1964, p. 390-391.
  • 175 SHELBY, 1964, p. 141 ; SHELBY, 1971, p. 142.
  • 176 SCHÖLLER, 1989, p. 232-233.

84Sur le chantier, le maçon – comme nous allons le voir – donnait des formes ou des modèles, non pas des plans. Evoquons de nouveau la figure extraordinaire du géomètre d’Ardres qui avait déjà conçu le projet dans son esprit (jam in mente conceptum) et qui l’ordonnait du regard171. Le plan n’était destiné qu’à rendre intelligible la forme conçue intellectuellement par l’architecte (formam in mente architectoris)172 lorsque sa complexité était telle – ainsi des dessins d’élévation des façades des cathédrales de Reims, Strasbourg ou Cologne vers 1300173 – qu’elle ne puisse être présentée par son créateur sans le recours à un support graphique, ou que le commanditaire veuille obtenir des informations précises sur celle-ci174. Lon R. Shelby soulignait que les dessins d’architecture étaient peu détaillés et que seuls les modèles permettaient de transmettre au tailleur les enseignements du maître-maçon : puisque le maître-maçon conduisait le chantier du début à la fin, des dessins préparatoires au tracé de modèles n’étaient pas nécessaires175. Wolfgang Schöller faisait en outre remarquer que les dimensions de certains d’entre eux (405 x 170 cm pour le dessin f° de Cologne) ne les destinaient qu’à être exposés176.

7.4.2. Les formes et les épures

85Alors que la conception par le maître-maçon de plans sur parchemin resta occasionnelle, la projection au sol du plan des édifices semble avoir été de règle.

  • 177 Voir supra, 4.3.6.

86En 1437, pour la construction des tours Saint-Georges et Saint Sébastien, le maître-maçon disposa un sicqueron* – un piquet – en leur centre pour réaliser directement sur la semelle de fondation les trés* et enseignemens* des huisseries et cannonieres177 : il traça donc directement sur l’arase de maçonnerie, à la craie ou au charbon de bois, le dessin des ouvertures et des embrasures de tir.

  • 178 WAGON, 1923-1925a, p. 255.
  • 179 Avoir estanchonné le noyel de ladite tour des Six Hommes et y assis ung garlewandier pour mettre le (...)
  • 180 Trois frênes achetés pour le garlewande de la tour, AMD, CC 216, f° 84 v°.
  • 181 A Pierot Turquet, maronnier (...) pour ung plus long fresne mis au deseure du noyel de terre de lad (...)

87Pour la construction de la tour des Dames, le maître-charpentier tailla une planche de 25 pieds de longueur sur 3 et 4 pouces de côté, à l’extrémité de laquelle il attacha une roille (règle) de 8 pieds de longueur, l’ensemble formant ung garlewandier pour prendre le rondeur de le tour178. Une planche de 25 pieds de longueur, correspondant à l’arc de cercle de la tour, était fixée au centre et recevait à son extrémité extérieure une règle perpendiculaire qui pivotait librement autour d’elle. Le maître-maçon pouvait non seulement tracer le périmètre de la tour mais encore, par report de la règle, le plan des embrasures de tir. Le procédé lui permettait enfin – comme lors de la construction des tours des Six-Hommes179, Alexandre180 et Salomon181 – de vérifier l’aplomb des maçonneries.

  • 182 D. PITTE, Château-Gaillard, 1995, p. 55.
  • 183 DURAND, 1901, p. 9.
  • 184 AMAi, EE 1.
  • 185 ALADENISE, 1991, p. 48.

88Dominique Pitte a remarqué, lors des fouilles pratiquées au Château Gaillard (xiiie siècle), à la base de la tour T4 bis de l’ouvrage avancé, « la trace d’un cercle gravé dans la roche correspondant à la matérialisation au sol de la circonférence de la tour ; ce cercle a du servir de guide aux maçons chargés de son édification »182. Un procédé similaire est attesté à Amiens en 1386 où il est fait mention de l’achat de trois planches de 24 pieds de longueur, disposées ou millieu d’icelles tours, ou li machons prendraient le rondeur desdites tours183. Sur le chantier de la porte de Molinel à Aire-sur-La-Lys en 1430, Pierre Bourgeois, maître-charpentier de la ville, travailla plusieurs jours pour prendre et compasser* le rondeur de la demi-tour (...) pour mener au ront le pillotich, et depuis pour prendre le ront* au juste de le fondation et machonnerie d’icelle, comme pour monstrer et ensseigner* aux ouvriers, c’est-à-dire leur donner les directives, les marques et les mesures ; il livra d’autre part trois longues aisselles de bois de 14 pieds chacune, dont il fit pattron* pour prendre le rondeur de la dite tour184. Des planches ou lattes assemblées – encore utilisées pour tracer les épures d’architecture185 – formaient ainsi les branches d’une sorte de compas ou de règle de grande taille, avec laquelle on traçait la forme de l’édifice.

  • 186 Voir supra, 5.2.
  • 187 Jean-Pierre RAVAUX, « L’église Saint-Rémi de Reims au xie siècle », Bulletin archéologique du comit (...)

89En 1455, à Douai, le maçon Miquiel Huart traça aux ouvriers le fourme* del œuvre de la porte Notre-Dame186. Jean Pierre Ravaux a estimé que le terme forma, schema, ou figura, désigna dès les xie et xiie siècles le plan187. La forme peut être réalisée directement sur le sol pour servir de guide à la tranchée de fondation, sur des dalles de pierre ou sur une aire spécifiquement aménagée à cet effet.

  • 188 ADN, B 8525. Voir encore DU CANGE, 2, p. 561.
  • 189 ROSEROT DE MELUN, 1966, p. 139 ; MURRAY, 1987, p. 131.
  • 190 AMD, CC 229, f° 45 et 46 r°.

90La fourme – forme – constituait donc à la fois la projection horizontale du tracé d’une œuvre, le plan en fondation et, par extension la tranchée de fondation. Quant au support graphique de ce projet, qui en donne à voir l’ensemble ou un détail, il est désigné sous le terme de pourtrais, patron... À Bouchain, lors de la construction de la porte d’Ostrevant, le maçon réalisa sur place le devise de le porte as fourmes (le plan au sol) après quoi fut entamée le fourme de le fosserie188 ; à la cathédrale de Troyes, en 1389-90, on fonda un pilier de croye qui est dedans la forme189. Sur le chantier des Halles de Douai, fin mai début juin 1463, le maître-maçon Miquiel Huart traça le fourme des fouynes* pour le fondacion des nouveaux edeffices ; les membres de la commission à l’origine du projet se rendirent plusieurs fois sur ledit place pour trachier le fourme et prendre les mesures*190.

  • 191 DURAND, 1901, p. 104.
  • 192 BOISSEUIL, 1992, p. 34, nt. 18.

91Le maître-maçon traçait encore sur un support, vertical ou horizontal, ses trais (Fig. 125). A Amiens, en 1425, un huchier, confectionnait une table de bois avec des planches pour permettre au maçon de trachier sus les encarchemens* des arches du pont de Barraban191. En 1464, Jehan Papin, maître des œuvres de maçonnerie de la ville de Tours, était rétribué sur le chantier du pont sur la Loire, pour avoir vacqué a plusieurs foiz et journees a trasser la volte de l’arche et en fere le fondement192. Ces trais* – tracés réalisés directement au cours du chantier, parfois à partir d’esquisses préparatoires –, constituaient un ensemble d’éléments graphiques précisant le plan-projet. De fait, les seuls devis n’indiquent pas avec exactitude l’emplacement des ouvertures, des portes ou des fenêtres, les situant simplement par rapport à l’intérieur ou l’extérieur ou encore se contentant d’une formule vague (de tel grandeur qu’il appertenra). En cours de construction, les enseignemens* du maître-maçon complétaient donc les prescriptions et les mesures données par les devis, tandis que ses trais donnaient aux maçons ou aux tailleurs de pierre des références stylistiques.

7.4.3. Les modèles, panneaux et beveaux

  • 193 AMD, CC 215, 98 v°.
  • 194 AMD, CC 217, 99 r°.

92Si le gabarit de certaines pierres pouvait être tiré du plan dessiné au sol par le maître-maçon – ainsi des asselers, pierres de parement convexe, puisqu’il suffisait de reprendre la courbe de la forme tracée au sol et de suivre pour leurs dimensions les indications des devis – il n’en était par de même pour d’autres qui nécessitaient le recours à des modèles ou molles. En 1437, sur le chantier des tours Saint-Georges et Saint-Sébastien, Jacquemin de Vismy donna aux machons qui ouvrent de taille pour le ville les maulles qu’il appartient pour les rayeres* et canonnieres193... Ces maulles étaient probablement destinés aux pierres des ébrasements internes des embrasures (les esconchons*), aux pierres de parement externe des fentes de tir et de leurs terminaisons (les becqs*)194, ou encore aux voussoirs*, aux dalles du plafond de l’embrasure, etc., pierres qui sur la plupart des édifices militaires bénéficient d’une stéréotomie plus soignée.

  • 195 Pour une aisselle de blanc bos dont on a fait maulles pour les machons, III sous ; AMD, CC 201, f° (...)
  • 196 IIII aisselles de blanc bos pour faire maulles a machons ; AMD, CC 202, f° 336.
  • 197 III aisselles de blanc bos a faire maulles ; cf. supra, 4.3.2
  • 198 Item une aisselle de VII pies de long et de XII paux de larghe dont on a fait maules pour taillier (...)
  • 199 Item pour une aisselle de gaugniers employé a faire maulles a tailler griéz tant a le tour des Six (...)
  • 200 Supra, 5.1.
  • 201 AMD, CC 228, 47 v°.
  • 202 A Jehan Boistel pour IIII aisselles de blancq bos portant VII piéz chacune dont l’en a fait maulles (...)

93Sur les chantiers douaisiens, la réalisation par le maître-maçon d’un modèle, molle ou maurle – gabarit à échelle réelle pour la taille des pierres – est fréquemment attestée. Le maître-maçon donnait les dessins de ces modèles ou les reportait directement sur un support, bois, toile, métal, découpé ensuite par un charpentier ou un artisan du fer. Puis le tailleur traçait les lignes de ce modèle directement sur la pierre comme lors de la construction du beffroi en 1391195 et 1392196, de la tour des Dames en 1426197, de la tour des Bourgeois en 1429-30198, des tours du front de Barlet en 1450-51199, de la porte Notre-Dame en 1454200, des Halles en 1463-64, où le maçon Ernoul Brassart taillait les pierres selon les modèles patrons* qui lui avaient été donnés201. On en confectionnait encore pour tracer les bois de charpente202.

L’apparition des modèles : leur signification

  • 203 BINDING, 1993, p. 229.
  • 204 SALAMAGNE, 1993.

94Le problème de l’apparition et de l’usage des modèles en architecture a été discuté par la recherche allemande à propos de la construction de la cathédrale de Spire (1081-1106), le débat tournant autour des variations du profil des bases : si ce profil varie, l’utilisation d’un modèle unique devrait être récusée. La présence de traits d’épures sur les pierres d’appareil – observés, en Angleterre, à Jervaulx à la fin du χιie siècle et à Southwark vers 1220203 – nous en avons également relevé sur les ogives des voûtes des tours du château de Selles à Cambrai, vers 1220-30204 – pourrait être une indication de leur usage.

  • 205 Album, f° 20 v° ; HAHNLOSER, 1972, p. 117-118, pl. 40.
  • 206 Album, f° 32 ; HAHNLOSER, 1972, p. 170, pl. 63.
  • 207 Colette DEREMBLE, Les vitraux narratifs de la cathédrale de Chartres, Paris, 1993, a estimé, p. 12 (...)
  • 208 Voir entre autres DU COLOMBIER, 1973, p. 98 ; SALZMAN, 1952, p. 20-21 et SALZMAN, 1964, p. 106 et 1 (...)

95Des dessins de Villard de Honnecourt, vers 1220, donnent le procédé de calibrage des pierres d’un clocher avec la légende : par ceste raison mont’om l’aguile d’one toor et taille les moles205 ou encore les modèles des pierres des chapelles de la cathédrale de Reims : les molles (...) des formes et des verieres, des ogives et des doubliaus et de sorvols* par deseure206. Ces molles figurent dans des scènes de vitraux de la cathédrale de Chartres, dans l’Histoire de Saint-Silvestre du chœur de la cathédrale et dans l’histoire de Saint-Chéron de la chapelle nord, vers 1220/1225207 (Fig. 126). Sur un vitrail de la chapelle Saint-Jean-dans-la-Nef, dite des Belles-Verrières, de la cathédrale de Rouen daté par Grodecki des années 1210-20 est représenté un maître d’œuvre qui tient de la main gauche un modèle au profil complexe. Un manuscrit de la Psychomachie de l’abbaye de Saint-Victor (1289) reproduit également, entre les deux figures de la Foi et de la Fortune, un modèle. Leur usage est par la suite largement attesté tant en Angleterre, Allemagne que dans les anciens Pays-Bas208.

  • 209 BINDING, 1993, p. 234.

96Pour Günther Binding, l’apparition des modèles, vers 1220, serait liée à l’essor des corporations de tailleurs de pierre, concurremment à la diffusion des épures (Reissbodenfigur), puis des dessins d’élévation des bâtiments ; l’auteur s’accordait avec Dieter Kimpel – pour lequel l’usage des molles, encore embryonnaire à la cathédrale de Reims vers 1210, se serait développé pour la première fois sur le chantier de la cathédrale d’Amiens vers 1220 – en faisant du recours aux molles un moyen de standardiser l’appareil209. La thèse mérite d’être discutée.

  • 210 MEISCHKE, 1952, p. 189.
  • 211 MEISCHKE, 1952, p. 190.

97Les modèles étaient dessinés par le maître-maçon, concepteur de l’œuvre ou par un aide-appareilleur : à Leiden en 1393 le maître-maçon Rutger van Kampen confia à Harman van Aken le soin de réaliser les modèles (borden) ; en 1508 Anthonis Kelderman envoya un maçon à Malines pour aider à réaliser des modèles (berden)210. Mais en réalité le maître-maçon, dont des contrats d’embauche du début du xvie siècle spécifient qu’il devait livrer les borden ofte patroenen, avait la responsabilité de leur dessin211.

  • 212 GAUCHERY et CHAMPEAUX, 1894, p. 89 et infra.
  • 213 SHELBY, 1964, p. 384.
  • 214 LALLEMANT, « Note sur la porte de Paris », Mémoires de la Société d’Émulation de Cambrai, t. 60, 19 (...)
  • 215 D’ARBOIS DE JUBAINVILLE, 1862, p. 408 et 416 ; MURRAY, 1987, p. 160 et sqq.

98Les molles étaient confectionnés au tout début du chantier : sur celui de la Sainte-Chapelle de Riom en 1384, les maîtres Pierre Juglar et Guy de Dammartin réalisèrent durant cinq jours les molles pour l’apareille du portail de la Sainte Chapelle212. En 1331, lors des travaux de la chapelle Saint-Étienne du palais de Westminster, le maître-maçon travailla pendant trois semaines aux modèles, deux maçons et un apprenti ne commençant à tailler la pierres que la quatrième semaine213. Au tout début de la construction de la porte du Saint-Sépulcre à Cambrai, en 1391, le maître-maçon Gilles Largent réalisa ses moules, equerres et plans riullés* sur une table214. À la cathédrale de Troyes en 1485-86, Jehan Garnache fut occupé trois jours à faire les mosles d’un pilier pour commencer a le tailler215, etc.

  • 216 LA FONS-MÉLICOCQ, 1848, p. 194.
  • 217 BRUTAILS, 1901, p. 178.
  • 218 DEHAISNES, 1886, II, p. 698.
  • 219 HAMON, I, 1996, p. 306 et 307.
  • 220 JOUBERT, 1890, p. 78 et 79.
  • 221 D’ARBOIS DE JUBAINVILLE, 1862, p. 408 ; MURRAY, 1987, p. 166 et passim.
  • 222 D’ARBOIS DE JUBAINVILLE, 1862, p. 408 et 416.
  • 223 MURRAY, 1987, p. 187-188.
  • 224 MURRAY, 1987, p. 189.
  • 225 AML, 16246, 136 v°.

99Ces exemples permettent de comprendre pour quels types de pierre la confection de modèles s’avérait nécessaire : – à Béthune en 1406, pour taillier le pierre de le grosse tour, en 1416 pour taillier le pierre au ront, en 1438 pour les pas, listeaux, en 1510 pour des pierres rondes de fiolles*216 – à Saint-André de Bordeaux en 1495, pour un pilier217 – à la Chartreuse de Champmol à Dijon en 1392, pour faire les tabernacles* du portal de l’église218 –, à l’église Saint-Gervais-Saint-Protais de Gisors en 1509 pour le portail et en 1517 pour un pilier219 – au château de Saumur en 1370, pour les fourmettes de la chapelle, les cheminées et fenêtres de la salle d’apparat220, à la cathédrale de Troyes en 1485-86 et 1486-87, pour les piliers221, en 1492-93 pour les pierres d’un arc-boutant222, en 1517-18 pour les ogives et les doubleaux*223, en 1508 pour les portails et les tas-de-charge des arcs, en 1520-21 pour une tourelle d’escalier à vis224 – à Lille en 1510, pour la rondeur desdittes tours225, etc.

100Il est donc clair que la réalisation de modèles concernait la taille des pierres spécifiques (Fig. 127), les asselers* ronds disposés en parement des tours et tourelles d’escalier à vis, les bases et tambours des colonnes, les cuins doubleaux taillés en becqs* et esconchons* pour les rayeres, les voussoirs*, sourvaux*, ogives, caprons* des arcs-boutants, les tas-de-charge des ogives ou des arcs, les pierres de piédroit des portails, etc., c’est-à-dire des pierres dont les formats, les angles, les surfaces de parement et les profils présentaient des particularités telles qu’elles devaient être taillées à partir de modèles, et non plus des devis.

  • 226 KIMPEL, 1977, p. 199.
  • 227 BINDING, 1993, p. 229.

101Dieter Kimpel226 a developpé la thèse d’une relation entre la confection de modèles, la production en série et la standardisation des pierres, en citant la réalisation en 1174, par Guillaume de Sens, de modèles sur le chantier de la cathédrale de Canterbury. En fait, nous l’avons vu, il ne s’agissait pas de moldes, mais de formas. Günther Binding défendait une thèse similaire : Die Schablonen (...), nach denen die Steinmettzen Formsteine in grösserer Zahlherstellten227...

  • 228 SALAMAGNE, 1997. Sur l’utilisation pratique de ces modèles, voir COLLECTIF, 1989, p. 374-376.

102En fait, l’utilisation de modèles témoigne de la complexité des modénatures et des gabarits de pierre propres à l’art gothique. Ces modèles n’étaient pas nécessaires pour les carreaux, boutisses ou cuins, les mentions des longueur/largeur/hauteur des devis étant suffisantes, mais pour les pierres dont la taille en volume obéissait à un profil particulier et qui étaient produites en petites quantités. En considérant que la production en série des pierres courantes, carreaux, boutisses, etc., apparaît dès l’époque romane, on concluera tout naturellement que le recours aux modèles ne se justifiait que pour des pierres qui n’étaient pas produites en série228. Quant à leur apparition, pourquoi la situer vers 1220, sur le chantier de la cathédrale d’Amiens ? Leur usage remonte aux origines mêmes des premiers chantiers gothiques, vers les années 1150, lorsque naquit l’opus francigenum*.

8. Les chantiers des fortifications

8.1. L’industrie du bâtiment

  • 229 BERNARDI, 1995, p. 101 et sqq., a pu éclairer ces derniers aspects – pour Aix-en-Provence au xve si (...)
  • 230 Une partie des comptabilités en est conservée : Compte du Domaine des châtellenies de Douai et Orch (...)
  • 231 AMD, CC 200ter, rouleaux 1 et 3, 1350.
  • 232 PILATE-PRÉVOST, 1842, p. 158.

103Situer à sa place exacte l’industrie du bâtiment à Douai impliquerait de pouvoir appréhender, à côté de l’activité des chantiers urbains, celle des chantiers religieux, laïques229 ou domaniaux230. Les travaux aux fortifications n’étaient pas les seuls gérés par la communauté urbaine, qui avait encore à sa charge l’entretien des rues pavées (les cauchies)intra-muros et dans les limites de la banlieue – comme des bâtiments communaux, beffroi et halles, boucheries, maisons, ponts et canaux231. En 1403, les échevins soulignaient que la ville était grevée de fortes charges occasionnées entre autres par les travaux réalisés pour l’entretien des fortifications comme des ponts, fontaines, chaussées232...

  • 233 ESPINAS, 1913, p. 658 et sqq. Voir encore dans ROUCHE (dir.), 1985, M. MESTAYER, « Une grande ville (...)
  • 234 Sur le contexte général, FUNCK-BRENTANO, 1896, p. 36 et sqq.
  • 235 FUNCK-BRENTANO, 1896, p. 39.

104L’économie douaisienne reposa d’abord au Moyen Âge sur l’industrie textile développée dès le xiie siècle et qui atteignit son apogée vers le milieu du xiiie siècle. Industrie d’importation des matières premières, de transformation de celles-ci, puis d’exportation, elle domina incontestablement le paysage douaisien233. Mais il est vrai que la guerre, et en particulier les guerres de Flandre à la fin du xiiie siècle et au début du xive siècle, perturbèrent à la fois les circuits d’approvisionnement de la ville en matières premières (les laines anglaises !) et les circuits d’exportation vers la France234. Si l’investissement dans des édifices urbains de prestige, comme les beffrois, a été mis en rapport avec la prospérité économique dégagée par l’industrie de la draperie235, remarquons quant même qu’à Douai les métiers de la pierre ne semblent avoir pris véritablement leur plein essor qu’à partir de la fin du xive siècle, époque où s’amorce le déclin de la draperie traditionnelle.

  • 236 Douai, son Histoire militaire, 1892, p. 109.
  • 237 RICHARD, 1980, p. 341.
  • 238 GODARD, 1944, p. 171-205 et pour le contexte général et particulier au Hainaut, CAUCHIES, 1982, p.  (...)

105Douai était en outre un marché agricole de premier ordre, ce que notait encore, vers 1667, Vauban : elle a une autre perfection (...) quy est l’évacuation et commerce quy ce faict par elle des bleds d’Artois, Cambrésis et Chasteleynie de Bouchain, ce quy faict que toutes les fois qu’on y voudra prendre un peu garde la ville ce trouvera munye de bled pour deux ou trois ans. Vauban continuait ce panégyrique en faisant remarquer que la ville pouvait tirer la nourriture qui faict besoing aux autres et la leur porter avecq toutes les necessitéz jusques dans le cœur de leur pays par le moyen de la rivière236. Étape obligatoire des grains dans un rayon de 25 à 30 kilomètres à la ronde, Douai constituait un riche marché céréalier dont les surplus étaient acheminés, par la Scarpe puis l’Escaut, vers les grandes villes flamandes, Bruges, Gand, Anvers237... Déjà en 1458, Philippe le Bon honorait la ville, comme la plus principale et belle estaple de blés et autres grains qui soit en nos dis païs et contés d’Artois et de Flandres238.

  • 239 Cit. par GODARD, 1944, p. 172.
  • 240 GODARD, 1944, p. 174
  • 241 GODARD, 1944, p. 177-179.
  • 242 GODARD, 1944, p. 177.
  • 243 Supra, 2.1.
  • 244 GODARD, 1944, p. 179-180.
  • 245 PLATELLE, 1965, p. 124.
  • 246 PLATELLE, 1965, p. 124-125.
  • 247 L’abbatiale et les bâtiments monastiques d’Anchin firent l’objet d’importants travaux de reconstruc (...)
  • 248 DELMAIRE, 1976.

106Au xve siècle les revenus procurés par ce transit des grains étaient considérés comme la principale source de richesse, faisant vivre le menu peuple et permettant à la ville d’entretenir son patrimoine : en 1474, on précisait que l’on comptait sur les impôts prélevés sur ce commerce pour reddifier, et remettre en estat les halles, beffroy et autres edifices dicelle ville lesquels par feu de meschief ont esté puis peu de temps en ça ars et peri239. Grâce au privilège de l’étape, la ville percevait des taxes à l’importation comme à l’exportation ; le financement des travaux urbains dépendait donc directement de la libre circulation des grains : en cas de guerre, le commerce cessait, les stocks s’accumulaient, les revenus financiers s’effondraient240. En 1452, lors de la guerre entre la ville de Gand et le duc de Bourgogne, la navigation sur l’Escaut fut interrompue et les exportations s’écroulèrent241. En 1480, lors du conflit avec Louis XI on trouva un accord pour laisser sortir du charbon de forge vers la France en échange de blé et de vin242. Terminus ou départ de la navigation sur la Scarpe243, Douai exportait ou importait librement les marchandises sur l’Escaut grâce à des accords de libre circulation passés avec les villes riveraines du fleuve, en particulier Tournai. Les douaisiens descendaient l’Escaut, avec leur propres bateaux jusqu’entre deux ponts à Gand, au-delà avec les navires gantois, qui dès Tournai, jouaient un rôle important244 Dans le sud des anciens Pays-Bas, le bâtiment fut dominé à partir du xie siècle par les chantiers d’architecture religieuse avec, au nord de Douai, les abbayes d’Anchin, Hasnon, Marchiennes et Saint-Amand. La tradition de la construction en pierre remontait à la première moitié du xie siècle : Baudouin Ier de Hainaut (1051-1070) fit ériger en pierre les bâtiments, jusque-là en bois, de l’abbaye d’Hasnon, en faisant venir de partout un grand nombre de maçons, undecumque accitis caementariis245. Dans le même temps les abbatiales d’Anchin et de Saint-Amand étaient reconstruites246. Cet investissement des abbayes dans la pierre constitua jusqu’au xiiie siècle un des facteurs d’entraînement du bâtiment247. Au tournant du xive siècle cependant – en raison des troubles politiques des années 1300 résultant de la rivalité de Philippe le Bel avec les comtes de Flandre248, puis à partir de 1340-50 du début de la guerre de Cent Ans – les mises en chantier d’édifices ecclésiastiques devinrent plus rares.

  • 249 PLATELLE, 1962, p. 215-237.
  • 250 PLATELLE, 1962, p. 245-247.
  • 251 PLATELLE, 1965, p. 230.
  • 252 ΑΜΑ, AA 6, 25.
  • 253 DE LA FONS-MÉLICOCQ, Recherches historiques sur Noyon et le Noyonnais, 1839, p. 40. Sur les destruc (...)

107À Saint Amand, une crise financière depuis 1271 avait obligé l’abbaye à s’endetter lourdement en empruntant ou en vendant des rentes viagères ; les ravages consécutifs à la défaite des troupes françaises à Courtrai, l’incendie de la ville et des environs accentuèrent encore ces problèmes financiers249. Le 3 août 1340, l’abbaye fut détruite250 ; dans une supplique adressée le 22 juin 1346 au pape Clément VI, les moines de Saint Amand faisaient état de l’extrême dénuement dans lequel ils se trouvaient à la suite de la destruction de 20 villages et de 32 fermes et granges dont ils tiraient leurs ressources251. Des chantiers religieux fermèrent pour de nombreuses décennies, les ressources des fabriques ayant fortement diminué en raison des destructions opérées durant ces guerres et les chapitres cathédraux ou abbatiaux étaient lourdement imposés pour contribuer à la défense de la cité. Ce fut le cas à Arras où des mandements royaux prescrivirent en mars 1347 aux religieux de l’abbaye de Saint-Vaast de contribuer aux travaux de fortifications de la Cité, ou encore en 1390 lorsque tous les religieux possédant des biens dans la ville durent participer aux réparations des fortifications, sous peine de contrainte252. Processus identique à Noyon où, en 1387, un arrêt du parlement condamna le chapitre et les curés à concourir aux réparations des fortifications253 et dans la plupart des villes-fortes.

8.2. Les artisans du textile et du bâtiment

  • 254 SOSSON, 1977, p. 217 et sqq.
  • 255 Pierre DESPORTES « Nouveaux bourgeois et métiers à Amiens au xve siècle », Revue du Nord, vol. 64, (...)

108A Bruges on a estimé pour le xive siècle à plus ou moins 10 % la main d’œuvre travaillant dans le bâtiment, à 40 % celle employée dans le textile254. A partir des professions répertoriées dans les registres d’admission à la bourgeoisie, Pierre Desportes a tenté d’estimer la répartition professionnelle des artisans de diverses villes, dont celle de Douai. Les métiers du textile représentaient 30,70 % et ceux du bâtiment 9,60 % au xve siècle, 30,30 % et 9,10 % à Valenciennes à la fin du xive siècle, 20 % et 5,3 % à Amiens au xve siècle255.

109Ces chiffres appelleraient probablement des correctifs, car ne sont répertoriés que les maçons, charpentiers et couvreurs. Mais quid des briquetiers, des marchands de chaux et de sable, des carriers et briseurs de pierre, des métiers du fer et du bois, etc. ? Enfin ne sont pas inclus dans ces chiffres les manœuvres (souvent plus nombreux que les artisans) qui travaillaient sur les chantiers (Fig. 128). Dernière remarque, l’entretien du bâtiment – comme une partie du marché de la pierre – était aussi d’ordre privé, du fait du seul locataire ou du propriétaire. Dans ce cas, il est probable que tout un pan de l’activité – non comptabilisé – nous échappe. Aussi est-il certain qu’en pays de carrière, comme en Douaisis, le bâtiment ait occupé plus de 10 % de la population active.

  • 256 Dans la mesure où le marché ne comporte pas de fournitures de matériaux, le nombre d’artisans peut (...)

110À Douai, nous avons une idée du nombre d’artisans travaillant sur les chantiers urbains lorsque ces derniers sont rétribués comme salariés, car pour les marchés pris à la tâche les effectifs ne sont pas donnés256.

  • 257 AMD, CC 229, 43 v° et sqq.
  • 258 AMD, CC 229, 43 v° sqq.
  • 259 AMD, CC 209, f° 365 et sqq.
  • 260 Mais comme ne sont indiqués que le nombre de jours de présence à l’intérieur d’une période, le calc (...)

111De manière générale le nombre d’artisans en activité sur chaque chantier était réduit, au plus quelques dizaines de maçons et manœuvres, moyenne assez générale. La part du personnel non spécialisé – les manœuvres – était importante au cours des premières étapes de la construction, puis diminuait progressivement : début mai 1463 par exemple, lors de l’ouverture du chantier des Halles, 30 manœuvres furent employés à détruire les anciens bâtiments et à réaliser les fondations de l’œuvre, préparer la chaux, gâcher le mortier, nombre qui fut porté à 37 la semaine suivante pour une équipe de 6 maçons257. En mai 1463, la ville entretenait 70 personnes ou plus sur trois ateliers différents, celui des Halles, de la chaussée de la porte d’Esquerchin, des ailerons du Petit Baille258. Lors de la construction du batardeau du boulevard des Prés en 1417, les fessiers et manœuvres étaient assurément une vingtaine au début du chantier, outre une dizaine de maçons, soit une trentaine d’ouvriers au total259. Par la suite la main-d’œuvre se réduisait au plus à une dizaine de maçons ou de tailleurs servis par quelques manœuvres260.

112La nécessité de disposer de nombreux manœuvres au départ du chantier résultait de phases constructives qui exigeaient une manutention importante : terrassements, déchargement des matériaux, pose du radier de fondation, etc. Les besoins de financement du chantier étaient aussi plus importants dans la phase initiale au cours de laquelle, pour assurer un démarrage effectif de la construction, devaient être concentrés les moyens disponibles.

8.3. Budget urbain et budget des fortifications

  • 261 ESPINAS, 1902, p. 280.
  • 262 AMD, CC 229, 39 v° et 43 r°.

113Déterminer la part relative des dépenses pour les travaux de fortification demanderait un traitement statistique fin des comptabilités, mais n’apporterait qu’une réponse relative. En effet les dépenses ne sont que rarement, comme l’avait déjà souligné Georges Espinas261, réparties dans des chapitres distincts : des paiements concernent plusieurs chantiers à la fois ou sont soldés avec une année de retard, des salariés sont rétribués à la semaine pour des interventions sur divers sites, etc. Parmi de très nombreux exemples, mentionnons en 1462-63 une commande de pierre de 110 livres, 18 sous, 6 deniers destinée tant au second niveau de la porte Notre Dame qu’aux autres ouvrages et une autre de 19 livres, 8 sous, pour des travaux effectués tant aux ailerons du petit baille qu’aux nouvelles Halles262.

  • 263 Sur ce chantier, voir ASSELIN, 1872-74.
  • 264 AMD, CC 209. MORRIS, 1977.
  • 265 Voir en guise d’exemple, SALAMAGNE, 1992b.

114La conservation partielle des comptes de la ville (40 sur 200 pour la période 1320-1520) ne permet pas, d’une part d’obtenir la comptabilité complète d’un seul édifice, ensuite d’établir des moyennes réellement significatives des chapitres consacrés aux fortifications. Pendant plusieurs années, on pouvait se contenter de simples travaux d’entretien et au contraire l’année suivante engager des investissements massifs. L’importance de ces derniers dépendait du sentiment qu’on avait de l’insécurité du moment et des sacrifices financiers qu’on voulait consentir pour y faire face : la construction du beffroi (1390) et des Halles (1463) entraînèrent l’arrêt des chantiers militaires263, mais en cas de menace de siège, comme en 1416, le budget consacré aux fortifications s’accroissait fortement : le compte de 1416-17 porte un déficit de 7 379 livres pour une dépense de 27 006 livres et une recette de 19 626 livres264. Enfin – et à la différence d’un édifice religieux – les constructions militaires exigeaient une adaptation constante : des ouvrages étaient réédifiés à quelques décennies de distance265.

  • 266 Sur le financement des fortifications, voir CONTAMINE, 1978 et RIGAUDIERE, 1985.
  • 267 Voir GLAIESSER, 1978 et ESPINAS, 1902, p. 361 et sqq. À titre de comparaison, l’abbaye de Saint-Ama (...)
  • 268 En 1350, 178 livres, 13 s. ; AMD, CC 200ter, rouleau 3.
  • 269 GLAIESSER, 1978.
  • 270 AMD, CC 210 et 211.
  • 271 AMD, CC 214.
  • 272 AMD, CC 223.

115L’ampleur des travaux menés sur l’enceinte urbaine dépendait des ressources financières de la ville266 : entre 1391 et 1406, le budget de Douai oscilla entre 19 539 et 46 004 livres, mais en comptabilisant les assises et les aides, soit en réalité entre 15 000 et 20 000 livres267. En cas de nécessité, la ville aliénait une partie de ses droits domaniaux : en 1410, elle vendit pour 88 florins d’or ses droits et profits de l’étalage des toiliers et pelletiers pour employer cette somme aux réparations des courtines près de la porte d’Ocre et à l’achèvement des maçonneries du beffroi. Le poste des travaux ne représentait pas une dépense fixe ; il était généralement compris entre 2 000 et 9 000 livres par an, ce dernier chiffre n’étant atteint ou dépassé que dans le cadre de chantiers important, mais avec de très fortes variations268. En 1391-92, les travaux représentaient 16,50 % des dépenses totales, soit 3 139 livres, 55 % furent affectés aux travaux du beffroi, mais par la suite les dépenses consacrées aux ouvrages représenteront en moyenne de 10 à 19 % du budget, la dette de la ville totalisant 46 % de ses dépenses269. Pour la tour des Dames on dépensa 4 400 livres en 1426, peut-être 3 000 en 1427270, 2 567 livres en 1428 ; pour les tours du front de la porte Morel 8 774 livres en 1431-32271, etc. Le compte du 4 novembre 1454 à la Toussaint 1455272 répertorie sur une dépense totale de 21 097 livres, 11 828 livres pour les ouvrages, en grande partie pour la porte Notre-Dame.

  • 273 GIRY, 1877, p. 249 et sqq. ; nous n’avons pas tenu compte des sous et deniers.
  • 274 ROUSSEL, 1974, p. 103.
  • 275 CLAUZEL, 1996.
  • 276 SOSSON, 1977.

116À titre de comparaison, à Saint-Omer en 1413-14, la Recette était de 19 782 livres, la dépense totale de 21 490 livres dont 616 livres pour les frais de garde aux fortifications, 1 038 livres pour les frais de guerre, et 5 447 livres pour les travaux273, soit 25 % des dépenses. À Lille en 1422, les dépenses aux ouvrages se montèrent à 2 921 livres, en 1424 à 5 078 livres, surtout pour des travaux à la charpente de la Halle échevinale, aux ponts de bois des portes de Saint-Sauveur et de Courtrai... En 1456, les travaux aux boulevards se montèrent à 5 870 livres274. Denis Clauzel soulignait que les comptes ne permettent pas de distinguer les salaires versés des achats de matériaux et qu’il est souvent difficile de dissocier ce qui ressort du cadre défensif de ce qui appartient aux charges générales. En moyenne néanmoins, l’auteur estimait que la ville consacrait 3 500 livres à son budget des travaux publics, globalement en baisse entre 1340 et 1470275. À Bruges les travaux publics représentaient en moyenne 13,90 % des dépenses de 1322 à 1399, 7,52 % de 1400 à 1500276. Avant 1375, les comptes de la Massarderie de Valenciennes ne portent que très rarement, sur un budget compris entre 10 et 15 000 livres, plus de 2 000 livres de dépense au poste des ouvrages, après cette date entre 4 500 et 5 000 livres sur un budget moyen de 20 000 livres, soit 25 % des dépenses.

  • 277 Cit. par CONTAMINE, 1972, p. 6.
  • 278 CONTAMINE, 1978, p. 40, d’après le tableau publié par LEGUAY, 1969, p. 82.
  • 279 CHEVALIER, 1960 ; GLÉNISSON HIGOUNET, 1964, p. 47.

117Des chiffres de quelques milliers de livres pour la construction ou l’entretien des murailles semblent des plus courants de la seconde moitié du xive siècle au xve siècle. En 1358 Troyes dépensait 5 220 livres pour ses fortifications277, au xve siècle Metz de 200 à 2 000 livres par an avec un net accroissement après les années 1480, Rennes 2 428 livres en moyenne de 1419 à 1500 mais avec d’importants contrastes278. À Tours en 1358-59, sur une dépense de 10 113 écus, 8 381 furent consacrés à la fortification de la ville, investissement qui avec les dépenses d’artillerie et aux ponts représentait encore au xve siècle, 62 à 70 % des dépenses279 ?

  • 280 J.-P. SOSSON, « Les finances urbaines », dans NYS et SALAMAGNE (dir.), 1996, p. 55-66.

118L’analyse des comptes des ouvrages de Valenciennes atteste d’un investissement relatif dans la muraille, 15 % de l’ensemble des dépenses. Par contre les travaux aux ponts, fossés, batardeaux, canaux représentaient 25 % du total. Le troisième poste important était celui des cauchies, près de 10 % des dépenses des ouvrages et, au xve siècle, des communs ouvrages, dépenses d’entretien courant, de restauration des bâtiments civils et militaires, des canaux, etc. Dans le cadre du financement des travaux publics, les dépenses reflétaient une très grande variabilité : un investissement entraînait le doublement ou le triplement d’un poste de dépense courant. Pour la période comprise entre 1348 et 1362, J.-P. Sosson parle même de fébrilité en matière d’investissement, le poste des ouvrages passant de 0,90 % à 43,60 %, avec toutes les valeurs intermédiaires280 !

  • 281 SAUZE, 1994, p. 147.

119Au Pertuis (Provence), en 1396-97, alors que la ville était menacée d’un siège, les travaux aux fortifications se montèrent à 483 florins, soit 25,5 % du budget, mais l’année suivante la dépense fut inférieure à 1 florin281 ! On voit qu’à défaut de la disponibilité de la totalité des comptes, une analyse partielle de quelques-uns d’entre eux peut conduire à des analyses contradictoires : les résultats ne sont valables que pour les années en cours et dans la mesure où les comptes identifient correctement les dépenses.

  • 282 CONTAMINE, 1978, p. 27-28.
  • 283 RIGAUDIÈRE, 1985, p. 87 et sq.

120Philippe Contamine faisait remarquer que dans une phase de création de l’enceinte, la dépense pouvait atteindre les trois-quarts du budget urbain282 ; de fait, l’investissement pour l’enceinte, massif au départ (Reims, Avignon, Lille...), se réduisait par la suite, lorsqu’il n’était plus nécessaire que d’en améliorer le tracé. Mais la part du budget urbain investi dans la muraille est une donnée relative, car elle doit être mise en relation avec le périmètre fortifié et les programmes mis en œuvre. Si, sur 15 exercices étudiés de 1361 à 1411, la ville de Marseille n’investit pas plus de 13 % de ses revenus dans la fortification – pourcentage voisin de Saint-Flour à la fin du xive siècle et au début du xve siècle, alors que des villes de Savoie consacrèrent jusqu’à 50 % de leurs dépenses à ce chapitre283 –, il est légitime de se demander pour quelles murailles ? Enfin la plupart de comptabilités urbaines ne remontent qu’à la fin du xive siècle ou au début du suivant, lorsque l’essentiel de la muraille était bâtie et qu’il ne s’agissait plus que de l’entretenir.

  • 284 AMD, BB1, 17 r° et sqq.

121A partir des années 1450, les chantiers eurent tendance à traîner en longueur : ce fut le cas pour ceux du front Saint-Eloi (1440-1455) ou de la porte Notre-Dame inachevée en 1457. Le chantier des Halles, très actif à la bonne saison 1463, fut stoppé en 1465, alors que l’on n’avait atteint que le début du second niveau. La dégradation du contexte politique entre France et Bourgogne vers 1460 et le ralentissement des relations commerciales qui s’en suivit furent à l’origine de difficultés financières, répercutées dans le rythme de production du bâtiment, alors même que la construction des boulevards et des tours d’artillerie exigeait un financement exceptionnel. La ville soulignait que ses finances – ponctionnées par les grans ouvrages qu’elle avait fait réaliser et les aides accordées à Charles le Téméraire – n’étaient plus en mesure de faire face à des charges multiples : en avril 1464, alors que monseigneur de Charolaix mettoit subs gens d’armes pour aller contre les Liegeois, ce qui faisait craindre la guerre avec la France, la ville avouait son impuissance à financer les travaux aux fossés, alors obstrués en particulier entre les portes d’Arras et d’Esquerchin284.

8.4. Différents modes d’attribution et de rétribution des ouvrages

122Les comptes de la ville de Douai sont d’une valeur inégale quant à la qualité des informations qu’ils nous transmettent sur l’historique des constructions ; les comptes ne constituent que les documents terminaux d’un ensemble de pièces disparues : devis, criées des marchés, pièces justificatives des paiements ou quittances signées par les adjudicataires, procès-verbaux de réception des travaux signées des maîtres d’œuvres et des contrôleurs des ouvrages. Les comptes de construction de la porte Notre Dame (1454) reproduisent avec une précision peu commune le contenu des devis, précision qui pourrait s’expliquer – dans un contexte de crise financière – par l’obligation de justifier les dépenses ordonnées. Mais les véritables documents techniques réalisés par des spécialistes étaient les devis des marchés.

123Les travaux gérés par la ville étaient rétribués sous quatre formes différentes – à la journée – par marquié fait en tasque – à l’unité pour certaines fournitures de matériaux (en particulier la pierre de taille, mais d’une manière plus générale toute fourniture quantifiable) – au prix fait ou forfait pour de petits travaux. On ne peut déceler entre ces différents modes de rétribution une évolution chronologique ; en fait ils étaient déterminés par un ensemble de facteurs : l’importance du chantier, sa difficulté technique, la disponibilité de la main-d’œuvre, l’assise financière des artisans...

  • 285 AMD, CC 204, 236 v°.
  • 286 BRUCHET, 1922, p. 238-239.

124Les devis des marchés publiés a la bretesque de la ville, sur la grande place, l’étaient également dans les villes voisines : pour la construction de la tour des Hours en 1399, un messager à pied porta des lettres aux échevins des villes de Courtrai, Lille, Cambrai et Valenciennes, les priant de faire publier deux marquiés, l’un de fosserie et l’autre de machonnerie, marchés qui étaient rédigés sur un rolle en papier285. Pour la construction du palais Rihour à Lille en 1463, les cahiers des charges des travaux de maçonnerie furent publiés à Lille, Bruxelles, Valenciennes, Douai ; en 1465 ceux de charpenterie à Tournai et Valenciennes286.

8.4.1. La rétribution à la journée

  • 287 YANTE, 1985. Voir encore GEREMEK, 1968, p. 21, 23 et sqq. et 119 sqq., SOSSON, 1977, p. 238 sqq. En (...)
  • 288 VANDERSTRAETEN, 1988, p. 26.
  • 289 BOURGUIGNON, « Le rétablissement des fortifications d’Arlon de 1544 à 1554 », Institut archéologiqu (...)
  • 290 DARBOIS DE JUBAINVILLE, 1862, p. 234.
  • 291 BOISSEUIL, 1992, p. 35-36.
  • 292 Cf. supra 7.3.3. Sur le problème du temps de travail, voir GEREMEK, 1968, p. 78 et sqq.

125Dans le cas d’une rétribution à la journée (ou système en régie), le salarié était payé pour chacune de ses journées de travail ou demi-journées comptées à Douai pour moitié, ce qui n’était pas la règle partout. Si la semaine de travail était de cinq jours et demi, sur la plupart des chantiers étaient recrutés des salariés dont la durée hebdomadaire de travail était variable, que cela soit de leur fait ou de celui de l’employeur. Le cas, au demeurant assez général et remarquablement mis en lumière sur les chantiers du Luxembourg287, se retrouve pour les chantiers de Lille au xve siècle288, d’Arlon au xvie siècle289, de la cathédrale de Troyes à la fin du xive siècle290, de Tours291, etc. Mais des maçons pouvaient être occupés le samedi après-midi à des travaux de taille, comme sur le chantier de la porte Notre-Dame292.

  • 293 BOISSEUIL, 1992, p. 33.

126De l’observation des chantiers des Pays-Bas méridionaux, se dégage l’impression que le commanditaire préférait la procédure du marché à la procédure en régie, et ceci même pour des travaux limités. Cependant on a noté à Tours au xve siècle et au début du suivant une tendance inverse293.

  • 294 ESPINAS, 1902, p. 286, nt. 2 en donne des exemples.
  • 295 Sur le chantier du batardeau des Prés en 1417, Pierrot et Nicaise Turquet, charpentiers, furent cha (...)

127Le système du salariat fut retenu par la ville lorsque le travail à exécuter était limité dans le temps (quelques jours ou quelques semaines au plus)294 ou qu’elle ne pouvait trouver adjudicataire pour le marché, en particulier lors des chantiers à risques techniques. La régie directe obligeait le maître d’ouvrage à tenir la comptabilité du chantier, à surveiller la main d’œuvre employée, à fournir et à entretenir ses outils295, à mettre à sa disposition l’infrastructure nécessaire, etc. Aussi ce système était-il réservé la plupart du temps aux ouvrages courants d’entretien des charpentes et toitures, des planchers des portes ou des maisons, etc.

8.4.2. La rétribution par marché à la tâche

  • 296 Voir supra, 4.3.1.1.
  • 297 Voir supra 4.4.1. L’obtention de marchés par les maîtres-maçons de la ville se rencontre couramment (...)
  • 298 Pratique attestée dès 1268 ; ESPINAS, 1902, p. 284.
  • 299 AMD, CC 213, 183 r°. A partir de ces paiements, on ne peut estimer le nombre de jours ouvrés car le (...)

128Avec le marché à la tâche – cas général sur les chantiers de Douai – le commanditaire limitait les problèmes de gestion. Néanmoins, il devait veiller à maintenir une qualité du travail égale, en renforçant le contrôle opéré par le maître-maçon de la ville ou en privilégiant, dans l’obtention des marchés, des artisans dont il était sûr. Des maçons qui avaient eu, comme salariés, la direction et la surveillance des chantiers se retrouvent adjudicataires des travaux : en 1428, le marché de la tour des Dames fut pris par les deux maîtres-maçons Jacquemin de Vismy et Guillain des Moustriers qui, l’année précédente, étaient salariés de l’œuvre296 ; en 1454, Miquiel Huart avait la direction des travaux de la porte Notre Dame comme salarié, puis en 1455 y travaillait comme adjudicataire297. Marchés à la tâche certes, mais négociés de gré à gré298, compromis qui permettait à la ville de choisir l’ouvrier comme dans la procédure en régie, mais sans les contraintes de la gestion directe. À condition qu’un accord sur le montant des travaux puisse être trouvé entre les contractants, puisque n’existaient pas de criées à la baisse : ainsi du marché de restauration d’une tour près de la porte d’Ocre. pris en tasque en 1429-30 pour 100 livres par le maître-maçon Ghillain des Moustriers et rétribué au prorata du travail exécuté dans la saison 1430 d’une somme de 80 livres, du marché de 150 livres pour la restauration de la tour des Bourgeois pris par les maçons Pierrot Laleame et Jehan de Beaunaix rétribués sur leur saison de 90 livres, d’une autre tasque de 150 livres concernant la restauration de la tour dite du Baille prise par les maçons Ghillain de Moustriers et Jaquemart de Vismy payés de 124 livres sur leur saison299.

  • 300 ESPINAS, 1902, p. 284-285.
  • 301 Supra, 4.3.2.
  • 302 DICKSTEIN-BERNARD, 1977, p. 276-277.

129Plus couramment, à l’époque bourguignonne300, les marchés bénéficiaient d’une adjudication301 publique – comme le stipulait d’ailleurs l’ordonnance de 1366302 – à partir des devis établis par les maître-maçons et charpentiers.

  • 303 Supra, 3.4.4, 4.3.2., 4.3.4.1.
  • 304 AMD, CC 201, f° 277 ; AMD, CC 202, f° 315.

130Pour la reconstruction du front de la porte Morel à la tour de la Trinité303, les devis furent réalisés en quatre exemplaires de quatre feuilles chacune, l’un destiné à la commission technique des VI-Hommes, le second au maître-maçon de la ville, le troisième aux adjudicataires ; quant au quatrième il devait servir à l’établissement des criées des marchés. À Bruxelles au xve siècle, les devis étaient établis en deux exemplaires, l’un conservé dans le comptoir de la ville, l’autre destiné à l’entrepreneur304. Â partir de ces devis étaient rédigés les criées des marchés : Il est venus avant qui voelt marchander a le ville de faire..., c’est ainsi que débutent les criées des embriévures de Valenciennes (xive, xve siècle).

  • 305 ESPINAS, 1913, p. 542-543.

131Après la publication solennelle des marchés à Douai même et dans les villes voisines, l’adjudication se faisait a cris et descrois ou au derrain descroissant, c’est-à-dire au dernier enchérisseur à la baisse305, procédure usuelle dans les villes des anciens Pays-Bas, comme à Bruxelles (enchères à la baisse ou nedernissen) ou Valenciennes. A Douai, les adjudications avaient lieu en halle a ung poch de candeille, à chandelle éteinte ailleurs.

  • 306 ESPINAS, 1902, p. 440. Cf. encore le marché de la tour Alexandre, supra 4.3.4.1.
  • 307 ESPINAS, 1902, p. 285 et 440 ; à Aix-en-Provence (BERNARDI, 1995, p. 103), des personnes extérieure (...)
  • 308 Supra 3.4.3.
  • 309 Infra, PJ 12 et 13.
  • 310 AMD, CC 200ter, rouleau 3, cit. par ESPINAS, 1902, p. 283.
  • 311 Cf. encore sur les travaux par marché ou en régie, à propos de Bruges, SOSSON, 1977, p. 167 et sqq.

132Le cas le plus fréquent à Douai, pour les travaux de construction, fut celui d’un marché où l’adjudicataire s’engageait à réaliser l’œuvre de taille ou de maçonnerie à partir des fournitures de matériaux assurées par la ville306. Des garde-fous existaient dans les deux sens : l’inexécution du marché entraînait de la part de l’adjudicataire le paiement de frais et l’obligation d’en corriger le deffaulte ou malfaçon307 ; par contre il était dédommagé si le travail exécuté était, en qualité ou quantité, supérieur aux termes du devis. En 1268, pour un marché de 700 livres tournois passé pour la réfection d’un tronçon de la vieille enceinte, il était prévu une clause de dédommagement (damage) : les entrepreneurs pouvaient être indemnisés jusqu’à concurrence de 50 livres tournois, soit 7 % du montant du marché308. En cas de litige, une commission constituée de deux maçons et de deux preudomes était convoquée309. En 1394, l’expertise contradictoire réclamée par Jehan Mourart à propos de travaux non prévus dans le marché initial réunit les échevins, les VI-Hommes, Simon le Wintre, responsable de la tenue des comptes, le charpentier Jacques de Ferin, les maçons Gillot le Duc et Colart Maillefer et Simon le Fossier310. En 1445, les entrepreneurs de la tour David et en 1446-47 ceux du boulevard d’Esquerchin furent gratifiés de suppléments pour des travaux complémentaires311.

8.4.3. Des procédures mixtes

  • 312 ADN, B 9484, f° 26.

133Dans la réalisation d’un même ouvrage, des procédures mixtes, par adjudication ou en régie, pouvaient être retenues, soit pour des corps de métier différents, soit pour des phases de construction déterminées. Ainsi en 1350, dans le cas de l’ouvrage fait au planquiet de le porte au Chierf alors que deux maître-maçons reçurent 60 sous pour leur tasque, les maîtres charpentiers étaient salariés312.

  • 313 AMD, CC 206, f° 255 et sqq.
  • 314 ESPINAS, 1902, p. 287.
  • 315 RINNE, 1950, p. 448-455.

134Pour la construction de la tour des Dames et de la porte Notre-Dame, le salariat fut retenu pour la première campagne, le marché par adjudication pour les suivantes : les maîtres-maçons ignorant la nature exacte des sols sur lesquels ils allaient monter leurs maçonneries, devaient être réticents à prendre par marché les premières campagnes de construction313. En 1485-1486, les travaux de restauration du grant pont sur la Sambre à Maubeuge furent pris en régie par les maçons, par ce qu’ilz n’ont point velu marchander au grant cent a cause que c’estoit ouvraige a faire dedens l’eaue314. A Douai, en 1401, les deux principaux chantiers – ceux de la tour des Hours et du pont Saint-Jacques – furent conduits selon deux régimes différents, le premier par marché, le second – qui nécessitait l’implantation des piles du pont dans les fossés – en régie315.

  • 316 ADN, B 10238, f° 57 r°.

135Enfin, dernière possibilité mais qui semble exceptionnelle, le changement de régime en cours de travaux : en 1400 la ville adjugea dans un premier temps un marché de taille de pierre, puis dans un second temps, probablement mécontente de la conduite de l’œuvre, le reprit en régie, pour ce qu’il apparut au conseil de le ville que ce n’estoit point pourffit a parfaire de l’estoffe ne ainsi qu’il estoit encoumenchié, li ouvrier furent deporté de leur tasque et l’ouvrage remis en le main de le ville316.

8.5. Les fournitures de pierre

136Une distinction doit d’abord être faite entre la pierre de production et la pierre de récupération, la première issue d’un travail de carrière, la seconde récupérée de bâtiments ruinés ou abandonnés. Le recours à la pierre de production résultait des besoins spécifiques entraînés par la construction de l’édifice alors que la pierre de récupération avait des usages indifférents.

8.5.1. La nature des pierres utilisées dans la construction douaisienne

137Dans le sud des anciens Pays-Bas, quatre types de pierre étaient couramment exploités au Moyen Âge, la pierre calcaire, la pierre bleue d’Écaussinnes, le grès, la pierre noire de Tournai. Douai utilisa essentiellement les deux derniers matériaux, la pierre calcaire étant réservée à certains emplois.

  • 317 ADN, B 8505 à B 8507.

138Composé de grains de quartz et d’un ciment, qui peut être siliceux, argileux ou calcaire, le grès offre une densité variable, entre 2,3 et 2,9 selon les variétés ; le poids d’un mètre cube de roche avoisinant 2 600 kg317.

139Le grès, en raison de sa bonne résistance à l’humidité, fut d’abord utilisé en soubassement mais aussi à Douai, en raison de la proximité des gisements, en élévation. Il en sera de même à Valenciennes pour certains édifices militaires (la tour de la Dodenne) ou religieux (la tour Saint Nicolas et l’église des Dominicains), comme pour nombre d’églises médiévales du sud du valenciennois et de l’Ostrevant. Le grès fut également utilisé pour le revêtement et le pavage des chaussées, les werpissements, c’est-à-dire les berges maçonnées des cours d’eau et canaux, les ouvrages d’art et les ponts qui devaient subir la violence des eaux (Fig. 129), etc.

  • 318 DURAND, 1901, p. 142-143 et 233.

140Les Pays-Bas méridionaux (Hainaut et Douaisis) acquirent une véritable maîtrise de la taille du grès, pierre difficile à travailler, mais qui offre des parements d’une solidité à toute épreuve. La fouille récente de la tour Périlleuse à Valenciennes (1996) ou de la tour du château du Quesnoy (1998) offrent quelques beaux exemples de telles maçonneries où un blocage compact est enserré entre des parements de grès. Au Quesnoy en 1534, lorsqu’il fut question de détruire les murailles médiévales en grès, on dut se résoudre à utiliser des explosifs pour abattre les murailles de la fortresse du lieu que on dist de le Sauch, que on avait fait escorchir par desoubz a force de pyonniers, entendant miner et ruiner par terre icelles murailles qui estoient si fortes et anciennes que merveilles318.

  • 319 LEGUAY, 1985, p. 45.
  • 320 AMD, CC 202, f° 339 et 341 ; livraison de 12 marches à 10 sous par Jehan le Frant, puis de 42 march (...)
  • 321 AMD, CC 203, f° 435 ; livraison de 14 marches d’escalier par Jehan du Gardin à 7 s. la pièce.

141Par contre, la pierre blanche n’offrait pas la même résistance ; à Bouchain (Fig. 130), les murailles en pierre blanche de l’enceinte demandaient de fréquentes restaurations de leurs escarpes suite aux intempéries hivernales : de 1379 à 1381, une partie des escarpes furent démontées jusqu’à trois ou quatre assises au-dessus du niveau des terres, puis remaçonnées et renforcées de boutisses319. À Amiens en 1434, 80 pieds de maçonnerie près de la porte de Noyon furent endommagés par les gelées, en 1491 ce furent les murailles près du Pont au Change320, etc. Ailleurs, comme au château d’Angers, les fouilles récentes (1996) ont permis de constater à quel point les maçonneries en schiste des bâtiments résidentiels, mal fondées, étaient de médiocre qualité. À Rennes, moins de dix ans après l’édification de la troisième enceinte, une commission déplorait le mauvais état des tours et courtines qui, au nom d’une politique d’économie, avaient été érigées dans un schiste tendre ; Jean-Pierre Leguay estimait que ce fait avait pu faciliter la prise, vers 1488-1491, de certaines forteresses bretonnes321.

  • 322 AMD, CC 230, 46 v°.
  • 323 AMD, CC 206, f° 212.
  • 324 AMD, CC 204, f° 265.

142La pierre commune (d’Antoing) était utilisée pour les fondations des ouvrages, pour les marches des tourelles d’escalier à vis, comme celles du beffroi en 1391-92322, des tours et courtines entre les portes d’Esquerchin et d’Ocre en 1394-1398323, de la tour des Hours en 1399 et des Dames en 1426, des tours du front de Barlet, des Halles et de la tour Salomon en 1464-65324, etc.

  • 325 JOOSEP, 1984 ; p. 213.

143On importait encore de Tournai les pierres de taules* : en 1401, Colart Maillefer allait a le roque Saint-Andrieu emprés Tournay rencontrer le roqueteur Jehan Génois pour savoir et veir se les pierres de marbre vendues a le ville par ledit Jehan pour faire l’entaulement du pont Saint Jacques estoient prestes et pour requerquier qu’il fist diligence de les livrer dedens le jour de seu marquiet, septieme jour de juing l’an dessus dit ; le maçon fut défrayé de 48 sous pour un déplacement qui l’occupa deux jours durant325.

  • 326 DIEUDONNÉ, 1804, 1, p. 198 ; on en trouvait encore a Bugnicourt.

144Les maîtres d’œuvre douaisiens utilisèrent les matériaux disponibles au mieux de leurs qualités. C’est ainsi que la tour des Hours (1399), fondée sur assises de pierre commune d’Antoing, fut élevée avec des cuins*, boutisses, asselers*, plancques* de grès de Bugnicourt livrés en juillet 1398 par Jehan Cambron ; mais le gros œuvre fut érigé en moellons de grès récupérés du château de Cantin, les marches d’escalier à vis en marbre d’Antoing, les parements internes des murs en brique326. La tour des Dames fut construite en pierre d’Antoing pour les fondations et les marches d’escalier à vis, en grès de Bugnicourt pour les parements extérieurs et intérieurs, en brique pour ses voûtes et parements intérieurs.

8.5.2. Le pays des carrières

145Différents centres carriers dans le sud des anciens Pays-Bas méridionaux exploitaient le grès en Ostrevant (à l’est et au sud de Douai), la pierre blanche en Cambrésis, la pierre bleue dans l’est du Hainaut (en Avesnois), la région de Soignies et des Écaussinnes, la pierre noire en Tournaisis (Fig. 131 et 133).

La pierre blanche

  • 327 SALAMAGNE, 1992, p. 366 et sqq. Étaient encore en activité avant la Révolution (d après DIEUDONNÉ, (...)
  • 328 GODARD, 1944, p. 175-176.

146L’usage de la pierre blanche resta secondaire à Douai. On y eut recours pour les supports (ainsi ceux du refuge de l’abbaye de Marchiennes) ou les voûtes (église Notre-Dame, xve siècle). À proximité et sous la ville, la craie blanche est à 20 m de profondeur327 ; elle était encore exploitée à la veille de la Révolution, à Equerchin ou à Cuincy328.

Les carrières de grès

  • 329 Le grès résulte du durcissement des niveaux sableux par un ciment silicieux.
  • 330 RINNE, 1950, p. 452.
  • 331 PJ 5.
  • 332 AMD, CC 201, f° 273.

147Douai bénéficiait pour ses approvisionnements de la proximité du bassin carrier de l’Ostrevant, dont les gisements s’étendaient le long d’une chaîne de collines – les monts Saint-Rémy, d’Erchin, et de Bugnicourt – entre les vallées de la Scarpe à l’ouest et de la Sensée à l’est (Fig. 132). Une quinzaine de sites (Arleux, Auberchicourt, Bellonne, Bugnicourt, Cantin, Erchin, Féchain, Férin, Goeulzin, Lewarde, Masny, Oisy, Monchecourt, Montigny, Roucourt, Waziers) situés entre 7 km et 15 km au sud-est, approvisionnaient la ville de Douai329 (Fig. 137 et 138). Cette région, jusqu’à Bouchain, était encore celle d’où la ville tirait l’essentiel de ses subsistances en blé, en particulier des villages d’Auberchicourt, Bugnicourt, Férin, Goeulzin, Ierchin, Lewarde, Roucourt.330... Les carrières exploitées sur des monts – buttes témoins de l’ère tertiaire constituées à la base par l’argile de Louvil, les sables d’Ostricourt et une assise supérieure en grès331 – fournissaient, en raison de la présence d’oxyde ou d’hydroxyde de fer, des grès de couleur orangée, grès siliceux ou argileux, les premiers étant les plus durs332.

  • 333 AMD, CC 206, f° 267 et sqq.
  • 334 AMD, CC 250ter.
  • 335 AMD, CC 201, f° 273 et sqq., CC 202, f° 233.
  • 336 AMD, CC 204, fos 274-275.
  • 337 Supra, 4.3.4, 4.3.6, 5.2.1.
  • 338 AMD, CC 206, f° 211.
  • 339 AMD, CC 230, f° 47.

148Douai utilisa surtout au xive siècle le grès de Lewarde, pour les travaux aux fortifications dans les années 1370333, au beffroi en 1390334 (Fig. 135), au pont Saint-Jacques en 1400-1401335, mais aussi celui de Bugnicourt, pour divers travaux en 1350336, pour le beffroi en 1390-1392337 et la tour des Hours en 1399338, pour la tour des Dames en 1426 (Fig. 48), pour les tours des fronts Morel Notre-Dame en 1430-1435, pour celles du front de la porte d’Ocre en 1436-1439339, etc.

  • 340 VAN BELLE, 1990, p. 31 sqq.
  • 341 AMD, CC 230, 46 v°.

149Mais des carrières plus lointaines étaient encore exploitées : en 1400-1401, le maçon Colart Maillefer se rendit par Condé (Condé-sur-Escaut) aux carrières d’Estainbourg et du Longueron (75 km au nord-est de Douai), pour enquerir et savoir as briseurs es dictes quarieres se il voloient venir et livrer a le ville aucunes pierres d’icelles longueur et largeur dont il estait querqier pour servir a l’ouvrage du pont Saint Jaque340. Pour la construction des Halles (Fig. 136), une partie de la fourniture provenait des carrières de Bray (Belgique)341, à l’est de Mons : elle gagnait Mons par la voie terrestre (10 km), descendait la Haine jusqu’à Condé (25 km), remontait l’Escaut jusqu’à Mortagne (12 km), enfin la Scarpe jusqu’à Douai (40 km), soit un parcours de près de 90 km.

Propriétaires et exploitants

  • 342 Voir supra, 6.1.2.
  • 343 BERNARDI, 1995, p. 154.

150La pierre était livrée sur les chantiers par des crocqueteurs de grès ou des marchands. Jean-Louis van Belle a remarqué, à propos des qualificatifs donnés aux exploitants de pierre des carrières de la région Feluy-Arquennes-Écaussinnes et de Soignies, que le terme de marchand de pierre est couramment utilisé pour qualifier un maître de carrière, celui de rocteur pour un ouvrier-carrier342 ; il en était de même en Tournaisis où Jaquemart Cacheleu était qualifié de roquetier343.

  • 344 AMD, CC 210 (1426), 213 (1429-30), 215 (1436-37), 218 (1446-47). Voir supra, 4.3.3.
  • 345 AMD, BB 84, liste des personnes qui ont juré la bourgeoisie par devant eschevins en plaine halle de (...)

151En Douaisis, l’expression consacrée pour désigner un marchand était celle de briseur de pierres : nous avons mentionné plus haut, à propos de la construction du beffroi, le déplacement en janvier 1391 de deux des VI-Hommes avec Jacques de Ferin, à Bellonne et Bugnicourt, pour savoir as briseurs qui sont demourant es dictes villes s’il voloient vendre et livrer certaines estoffes de pierre344. Sur ces marchands de pierre, les comptabilités douaisiennes ne nous donnent que peu de renseignements, moins qu’à Aix-en-Provence où les sources ont permis à Philippe Bernardi de souligner qu’une grande majorité des carrières était aux mains des professionnels, maçons et carriers, propriétaires ou simplement exploitants345.

  • 346 AMD, BB 84, 45 v°.
  • 347 AMD, CC 215 ; voir 4.3.5.
  • 348 Sa femme est alors qualifiée de veuve, AMD, CC 224, 64 r.
  • 349 AMD, CC, 224, 53 v°.
  • 350 AMD,CC 201, f° 273.
  • 351 AMD, CC 206, f° 267.
  • 352 AMD, CC 219, 78 r° et v°.
  • 353 AMD, CC 216, f° 82 v°.
  • 354 AMD, CC 219, f° 91 v°-92 r°, 106 v°.
  • 355 PILATE-PRÉVOST, 1842, p. 125 ; ESPINAS, 1902, p. 196.
  • 356 ADN, B 8564

152Ces marchands-exploitants qui écoulaient leur production sur les marchés des villes proches, s’employaient encore comme maçons sur les chantiers douaisiens, ainsi de Guillaume Jozelet, maçon et briseur de la carrière de Bugnicourt entre 1426 et 1455346. Maçon clerc347, natif de Rue (?), audessus de Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne), Guillaume Jozelet marié à Jeanne de Proy, sans enfants, jura la bourgeoisie à Douai le 8 octobre 1426348. Qualifié de briseur de le quariere de Buignicourt, il était rétribué de 12 sous par jour sur le chantier des tours du front de la porte d’Ocre en 1437 ; en 1446 et 1447 il reconstruisait le boulevard de la porte d’Esquerchin349. Décédé avant 1455-56350, il avait précédemment avec Miquiel Huart et sept autres maçons et charpentiers expertisé les machonneries et vaulsures du chellier et bove de le maison de le ville joingnant le pré Bourgeoise, en ruine, pour donner son conseil et advis*351. Gillot de Romiel352, Jaquemart le Thiery et Simon Ainmas, étaient briseurs à Lewarde353, Jehan Pintel, briseur demeurant a Buignicourt354 comme Jaquemart Commaing355, Jehan Merel, machon et briseur en le quariere de Buignicourt356, etc.

  • 357 ADN, B 8533, 1390-1391 : A Jehan, chevalier d’Escaillon et a Jehan le Fevre, sergeant monseigneur a (...)
  • 358 AMD, CC 203, f° 475.
  • 359 M. BRASSART, Histoire et généalogie des comtes de Lalaing, Douai, 1854, p. 11.

153Les carrières appartenaient à des seigneurs ou à des abbayes qui les louaient aux marchands ou briseurs. En 1374, les échevins de Douai faisaient l’achat à Robert, seigneur de Montigny-en-Ostrevant, pour 30 florins d’or, d’une quarantaine de terre située à Lewarde afin d’en tirer des pierres357. Ce dernier y possédait en 1407-08 une autre carrière d’où la ville de Bouchain tirait ses approvisionnements358. Au xive siècle, les seigneurs de Masny en possédait également une dans ce village359.

  • 360 Sur les carrières du Tournaisis et l’approvisionnement en pierre de Tournai à Douai, M. AMAND, « L’ (...)
  • 361 NYS, 1993, p. 59 et sqq.

154En 1394, Jehan du Clerk, et les maîtres-ouvriers de la ville Jacques de Ferin et Colart Maillefer se rendaient à Bugnicourt, pour avoir responce a messire Jaque de Fontaines, se le seigneur de Lalain accordoit que le ville heust les estoffes de pierres pour tel pris que on les avoit accatees a Gillot de Biaussart, briseur en le quarriere d’icelle ville..., ce qui fut le cas360. Hoste de Lalaing, seigneur de Bugnicourt, grand bailli de Hainaut en 1398, mort en 1441, autorisa en 1408 le briseur de la carrière de Bugnicourt à fournir des pierres à la ville de Douai pour les travaux au beffroi, sous réserve du quart de la vente à son profit361.

La pierre de Tournai et d’Antoing

  • 362 Les textes en ont été publiés par NYS, 1993, p. 191.
  • 363 J.-P. ADAM, La construction romaine, Matériaux et techniques, 2 éd., 1989, p. 23 et sq.
  • 364 André GERDEAUX, « La carrière de craie de Chépy à exploitation artisanale en Champagne chalonnaise  (...)

155Douai eut recours à la production d’un autre bassin carrier, celui du Tournaisis situé à une trentaine de kilomètres au nord-est. S’étendant du nord-ouest au sud-est de Tournai sur une bande d’un peu plus de 5 kilomètres de longueur, le bassin carrier du Tournaisis, constitua, en raison d’un ensemble de circonstances, le centre d’exploitation le plus important des Pays-Bas, avec une zone de commercialisation de ses produits assez large, puisque les fonts baptismaux en pierre de Tournai s’exportèrent jusqu’en Angleterre. Douai importa cette pierre noire (un calcaire carbonifère) des carrières d’Antoing et de Chercq (la roque Saint-André), situées respectivement à 6 km et à 3 km au sud-est de Tournai362, carrières attestées dès la fin du xiiie siècle et qui restèrent en exploitation au moins jusque dans la seconde moitié du xve siècle363. Jaquemart Cacheleu, roquetier de Tournai et tailleur de pierre, fut le principal fournisseur de Douai entre 1450 et 1470364.

Les conditions d’exploitation

  • 365 BRUCHET, 1922, p. 227.
  • 366 ADN, B 8493.

156Une fois débitées en carrière, les pierres calcaires devaient rejeter leurs eaux de carrière : Vitruve conseillait pour les roches tendres de les tirer de carrière en été et de les exposer à l’air libre durant deux ans avant de les mettre en œuvre365. Au xixe siècle, on assurait sur place, en carrière, et durant deux à six mois leur séchage : disposées en tas (en monts) ayant jusqu’à 2 m à la base pour 1 m au sommet, elles reposaient sur 6 à 8 rangées de rondins laissant circuler l’air366.

  • 367 ADN, C 10648.
  • 368 PHILIBERT DE L’ORME, Le premier tome de l’Architecture, dans Traités d’architecture, p. 25.
  • 369 Cit. par Daniel JEANNETTE, « Morphologie et nomenclature des altérations », dans COLLECTIF 1992, p. (...)
  • 370 Paiement de 4 livres, 3 sous pour frais et despens de bouche, AMD, CC 202, f° 233.
  • 371 Ib., f° 243, dépense de 54 s.,

157Lors de la construction du Palais Rihour en 1462, le maître-maçon Jean Pinchon faisait remarquer que la pierre calcaire ne devait être utilisée qu’après avoir été ouvree de yver en quariere et tiree en mars367. En 1372-73, à Bouchain, on achetait I quartron de pierres et V bouges de raimes* pour couvrir le trau des quarieres devant yvier pour lesgiellees368. En 1738, l’ingénieur Havez, inspecteur des Ponts-et-Chaussées, dans un devis estimatif des travaux de la Manutention de Valenciennes qui devait être construite en pierre bleu de Marbais et Bettrechies, mais aussi en pierre blanche, spécifiait que ces dernières devaient venir des meilleures carrières des environs de Valenciennes, tirées en bonne saison un an au moins avant d’être exposée aux injures de l’hiver ; bien deboussinnée jusqu’au vif, proprement taillée suivant les panneaux* et deisseins qui en seront donnés369. De même Philibert de l’Orme, en 1567, conseillait de faire sécher les pierres sujettes à la gelée et, de ne les mettre en œuvre qu’après une année370. Au xviie siècle, André Félibien préconisait de ne pas employer les pierres toutes vertes et sortant de la carrière, mais de les laisser sécher et souffrir la gelée371.

158Entre le 15 octobre et le 15 mars, aucune remontée de pierre n’avait lieu, par crainte de la gelée. Il fallait attendre le retour des beaux jours pour ramener à la surface le produit éventuel de la taille d’hiver. Les pierres étaient alors triées, en tas, avant d’être expédiées vers les chantiers. On les entreposait par rangs alternés, sur des cales ou des tasseaux, et on devait probablement les couvrir pour éviter les remontées d’humidité du sol et la prolifération des mousses.

  • 372 Cit. par ESPINAS, 1902, p. 277-278.
  • 373 AMD, CC 211, f° 186.
  • 374 PIÉTRESSON DE SAINT-AUBIN, 1932, p. 78.
  • 375 ADN, B 8534.

159Des maçons ou des commissions se déplaçaient dans les carrières pour choisir les matériaux ou discuter avec les marchands de pierre de l’état d’avancement de leur commande. Lors de la construction du beffroi, le 22 mars 1392, Jacques de Ferin et Colart Maillefer se rendirent avec Bernard de Goy et Baudart Pourcelet à Cantin pour adviser se Simon le Fossier avoit mis et tryet cascune estoffe et à Bugnicourt pour savoir quelle estoffe il avait appareillé a le quarriere372 ; le 19 juin Jacques de Ferin, Simon le Wintre et deux des VI-Hommes rencontrèrent à Bugnicourt Gillot de Biaussart à propos d’une fourniture de pierres, lesquelles il disoit qu’il ne devoit pas livrer de si grand grandeur que on le demaidoit373 ; en août 1392 certains des VI-Hommes se rendirent à Waziers avec Jacques de Ferin pour un autre marché de pierre pour le beffroi374. En 1428, une commission composée des charpentiers Nicaise Turquet, Regnier Sandouwien, pencionnaires d’icelle (ville), et du maçon Jacquemin de Vismy, se rendait aux carrières de Bugnicourt, pour savoir se le briseur avois prestés les estoffes de pierres que il a marchandé de livrer a la ville et pour chercher quatre gargouilles de pierre pour la terrasse de la tour des Dames375.

  • 376 AMD, CC 210, f° 251.
  • 377 AMD, CC 223, f° 46 v°.

160Ces visites des spécialistes, fréquentes – elles ont entre autres été signalées à propos des fournitures de pierres sur les chantiers troyens376 – attestent du soin apporté par les maîtres d’œuvre au choix des matériaux. Des achats pouvaient y être faits sans commande préalable par le maître d’œuvre, ce qui laisserait penser qu’existaient sur le site même de production des réserves de pierre, taillées d’avance, et qui attendaient leur acheteur : en 1391-92, le maître-maçon Thomas Ladart allait acheter directement en carrière, a cris et rabais, 300 grandes pierres de 3 pieds et demi à 120 sous le cent (sans le transport)377.

8.5.3. Une politique de réemploi

161À côté de la production des carrières, Douai eut recours au réemploi, soit de la pierre de l’édifice même sur lequel s’élevait le nouveau bâtiment, soit d’édifices détruits ou démantelés (l’ancienne enceinte) dans ce but (Fig. 139).

  • 378 Voir supra, 5.4.
  • 379 Sur le château de Cantin fondé en 1149 par le comte de Flandre, Thierry, voir F. BRASSART, « Coup d (...)
  • 380 BMC, ms. 672, f° 222.
  • 381 PAUWELS, 1983, p. 113.

162Ainsi pour la tour des Dames en 1426378 et la porte Notre-Dame en 145 5379, les pierres de l’édifice ancien furent récupérées et triées. En 1475, le boulevard de la tour des Dames fut érigé avec les matériaux provenant de la démolition de l’abbaye cistercienne des Prés, abbaye fondée en 1218 sur un site à l’origine éloigné du centre urbain, mais près duquel s’implanta au xive siècle la dernière enceinte380. Le cas le plus représentatif est cependant celui du beffroi, construit avec les pierres du château de Cantin, situé à 7,5 km au sud-est de la ville, acheté en 1391 pour 1 000 livres au seigneur du lieu, Jacques de Halluin, et qui fut totalement démantelé en huit ans381.

163Cette politique de réemploi fut générale aux xive et xve siècles.

  • 382 VAN NIEUWENHUYSEN, 1984, p. 426 ; 154 000 pierres furent récupérées.
  • 383 AMAire, EEI, f° 5 v° et sqq.
  • 384 AMA, CC 75, passim.
  • 385 COLVIN, 1975, p. 339-340.
  • 386 ROLLAND, 1954, p. 136.
  • 387 A.L. JANSSEN, « De fortificaties van Ter Eem 1528-1553 en het ontwerp van Rombout Keldermans », dan (...)
  • 388 ADN, B 16251, 172 v° et sqq.
  • 389 Voir en dernier lieu, SALAMAGNE, 1997.
  • 390 BAUTIER, 1989, p. 23-24 ; DELMAIRE, 1990, p. 61, pense que le transfert de Lambres vers Douai se fi (...)

164C’est ainsi que les Cambrésiens détruisirent en 1340 les châteaux du comte de Hainaut et en récupérèrent les pierres pour leurs fortifications382. Les nouveaux châteaux de Courtrai en 1395-96383 et de Male (Flandre) furent reconstruits avec les pierres provenant de la destruction des anciens384. Pour les fondations de la porte du Molinel à Aire-sur-la-Lys (1429-30), les boutisses provenaient pour la moitié de réemplois385. À Arras, en 1495, les pierres des murailles détruites de la Cité et du cloître Notre-Dame servirent à la construction de la porte de Cité386. À Calais, en 1492-93, un mur de contrescarpe fut édifié avec les matériaux récupérés du château de Sangatte387, situé à une dizaine de kilomètres au nord-ouest. Le corps de logis du château de Binche en 1497 fut édifié grâce au pillage du château de Morlanwelz, situé à 7 kilomètres au nord-est de la ville388 ; pour la fortification de Ter Eem (au nord d’Utrecht), c’est l’église détruite de Eembrugge qui en 1528 fournit les matériaux389, tandis que pour celles de Lillers en 1553, on envoya des ouvriers récupérer les grès des tours de la ville détruite de Thérouanne, à 25 km au nord-ouest390.

  • 391 ESPINAS, 1902, p. 186.

165L’exemple de Douai, s’il n’est donc pas unique, témoigne cependant de la politique très active de récupération des matériaux menée par une ville, politique qui doit être mise en relation avec la montée en flèche au cours des deux derniers tiers du xive siècle du prix des pierres. En 1455 la pierre récupérée à Férin (à 5 km au sud de Douai) avait un coût de revient sept fois inférieur à celui des pierres neuves ; ce rapport était même de quarante fois inférieur pour les pierres de la première enceinte, distante au plus de 1 000 m du chantier391. En réalité, Douai et le Douaisis constituaient une carrière à ciel ouvert où, à côté de la production des centres d’extraction, existait un véritable marché libre de la pierre. Des dizaines de particuliers mettaient régulièrement en vente des quantités variables de pierre que la ville, ou d’autres maîtres d’ouvrage, achetaient et stockaient en prévision des travaux à venir.

8.5.4. Sur le fleuve, de puissantes nefs

166Le commerce de la pierre bénéficiait de la présence d’une rivière la Scarpe, qui coulant du sud-est au nord-est rejoint à Mortagne l’Escaut, fleuve qui traverse ensuite Tournai et les grandes villes flamandes, Audenarde, Courtrai, Gand, etc.

  • 392 Soit 52 nefs de Douai, 5 foraines, 41 bacquets ou petits bateaux et 14 forains, d’après AMD, CC 177 (...)
  • 393 AMD, CC 177.
  • 394 AMD, AA 84, 17 r°.
  • 395 ESPINAS, 1913, 2, p. 76 et sqq. Le winage d’Escarpel fut racheté en 1271 par la ville de Douai à Gu (...)

167Jusqu’au début du xie siècle, la Scarpe était navigable dès l’amont de Douai, à partir de Lambres (à 2 km au sud de la ville), où un portus avait été créé392. Mais au milieu du xive siècle, elle est décrite comme ne portant navire que depuis le mylieu de la dicte ville ou environ393. La ville disposait d’un port ainsi que d’une flotte marchande qui, à la fin du xive siècle, comptait 102 navires, nefs ou grans basteaux et 55 bacquets ou petis basteaus394. Ces bateaux – frappés de l’enseigne de la ville portaient les noms des ports où ils avaient été construits – Valenciennes, Douai, Tournai, Mortagne, Condé, Antoing-, surtout Saint-Amand où les charpentiers de marine profitaient de la proximité des réserves de bois – mais plus souvent des noms féminins, Jehenne, Jacquette, Miquelette, Notre-Dame, le Grant Margot, Demiselle Marie, Joliette395.

  • 396 AMD, AA. 84, f° 17 r ; le pont de Raches était un pont levant ; on payait 3 s. douaisiens pour le f (...)
  • 397 AMD, AA 84, 19 r ; J. FINOT et VERMAERE, Ville de Mortagne. Inventaire sommaire des archives commun (...)
  • 398 SIVERY, 1980, p. 808.
  • 399 TAILLIAR, 1849, p. 276.
  • 400 FUNCK-BRENTANO, 1896, p. 66. Transcription partielle par WAGON, 1923-1925a, p. 253-254 et de manièr (...)

168Les marchandises transportées par la Scarpe sur des grandes-nefs, des nefs (nefs au savelon ou aux quesnes), des alevioires ou des bakes396, acquittaient des droits ou winages à l’entrée en ville (le tonlieu de l’eau ou l’euwage qui revenait au châtelain et au gavenier de Douai) comme en aval à l’Escarpel (au sire de Montigny)397, au pont de Raches (au châtelain et au seigneur local), à Lallaing, Warlaing, Hasnon et, sur l’Escaut, à Saint Amand, Mortagne et Antoing (Fig. 131 et 132). Certains produits passaient cependant librement et le winage de Raches n’était dû que s’il fallait lever le pont398, donc probablement pour les gros navires. Les winages constituaient des droits seigneuriaux aux mains des seigneurs, comme ceux de Maulde et Mortagne399 ou des abbés d’Hasnon et Saint Amand, mais progressivement les comtes reprirent leurs droits régaliens sur ceux-ci400, ou tout au moins tentèrent de les réglementer, ainsi du tonlieu édicté par la comtesse de Flandre et Hainaut, Marguerite de Constantinople, en 1271.

  • 401 AMD, AA 84, 17 r° et sqq.
  • 402 Voir Déclarations des échevins de leur enquête faite au sujet du tarif des wienages de la Scarpe su (...)

169La ville de Douai, qui avait haute et basse justice sur le cours de la rivière jusqu’au lieu-dit le kievron401, fut parfois en procès avec les seigneurs de Waziers, de Warlaing et de Lallaing, ou avec les abbés de Marchiennes et d’Hasnon sur le montant des droits, lorsqu’ils dépassaient la valeur des tonlieux autorisés en 1271402.

  • 403 AMD, AA 84, 17 r° et sqq ; ESPINAS, 1913, vol. 2, p. 82 et sqq.

170Au winage de Douai, les droits n’étaient dus que sur les bois tandis que la pierre, le marbre, la tuile, le waras* passent franquement, de même que tout li vaissel de fust ou ens on marne cendre, sain, bure, croisse, fier, acier, kuevre ou autre métal ne doivent nient pour aus. Au winage d’Escarpel, la ville de Douai prenait 6 d. la navée* de marbre, 2 d. la lame de pierre taillée, 6 d. la navee de chaux ; à Lallaing, on levait 8 d. par toniel de cendre floereche*, 12 d. par navée de piere sauvage*, 3 d. pour deux colonnes ou pour deux chapiteaux ou pour deux pierres taillées, 12 d. par navée de tuille et d’escaille ; à Warlaing, 2 d. par navée de marbre taillé, 8 d. par tonneau de cendre floereche, 12 d. par navée de pierre ouvree, 2 d. par navée de tuile403, etc.

  • 404 SALAMAGNE, 1993d, p. 374-377.
  • 405 AMD, CC 219, f° 92 r° ; CC 229, 1462-63, 40 v°.

171Ces droits frappaient différemment la pierre taillée (les lames gravées) et la pierre dite sauvage*. Curieusement les tambours de colonnes, chapiteaux, bases et pierres d’entaulement* – pierres des éléments de structure du bâtiment – entraient dans cette dernière catégorie et bénéficiaient d’un tarif dégressif404. Tarification était faite, soit à la navée pour les matières brutes, soit au tonneau pour la chaux, soit à l’unité pour les éléments sculptés405.

  • 406 DES MAREZ et DE SAGHER, 1, 1909, p. 82 : pierre chavaige.
  • 407 DEHAISNES, 1886, I, p. 200.
  • 408 BMV, ms. 681, fos 7 et 8 v° et ADN, B 9495.
  • 409 CLOCQUET, 1881, p. 376 et DEHAISNES, 1886, vol. 2, p. 480.
  • 410 ADN, B 16252.
  • 411 ADN, B 14746.
  • 412 AMD, CC 230, 42 v°, 48 v° et passim.
  • 413 LA FONS MELICOCQ 1848, p. 194.
  • 414 ADN, B 9799.
  • 415 SALAMAGNE, 1997, p. 61.
  • 416 P. ROLLAND, Deux tarifs du tonlieu de Tournai des xiie et xiiie siècles, Lille, 1935, p. 82 et 115- (...)

172L’expression pierre sauvage406 apparaît, outre à Douai407, à Ypres en 1286408 et 1311409, à Valenciennes au xive siècle410, à Tournai en 1367411, à Béthune en 1507412 et 1597413 ; on trouve encore l’expression pierre crue à Douai414 et Péronne (Somme) en 1506415. Les deux qualificatifs doivent désigner une pierre non débitée se présentant sous forme de moellons irréguliers ou de blocs non formatés. Ainsi en 1393-94, la pierre noire d’Ath transportée à Valenciennes toute sauvaige, fut-elle taillée sur place en quins, corbiaus, crettes* etfeniestres416.

  • 417 SALAMAGNE, 1991, p. 85.

173La pierre sauvage doit être distinguée de la· pierre commune*, pierre débitée en carrière selon différents formats (asselers*, boutisses, cuins*, etc.), mais dont les faces restaient brutes, et de la pierre espinchiée*, dont les faces bénéficiaient en outre d’une taille417.

  • 418 LOHRMANN, 1985, p. 200 ; SALAMAGNE, 1991, p. 85.

174Le tarif II du tonlieu de Tournai, rédigé entre 1281 et 1285 au profit du chapitre cathédral et qui prévoyait des droits sur les pierres, distinguait trois types de produit : la pierre taillée (ou sculptée), celle escrepée (ou incisée), celle non taillée (crue), correspondant respectivement à la pierre de nette taille, à la pierre espinchée et à la pierre sauvage : Si navis lapides sue petras sculptas seu incisas aut lapides qui dicuutur grès gesserit, in transita solvuntur tres denarii parisienses. Si vero lapides crudi et non incisi navigio transeant, de talibus in transita nichil consuevit solvi. La traduction picarde de 1423 donne ceci : Se nef porte pieres tailliés ou escrepees ou pieres qui s’appellent gréz, on paye ou passage 3 deniers parisis. Se pieres crues et non tailliés pasent par navire, de telles ou passage n’est acoustumé de rien payer418. La franchise de droit concernant la pierre crue en facilitait l’exportation contrairement à la pierre de taille qui, de Tournai ou d’ailleurs, servait à des usages spécifiques.

  • 419 AMD, DD 428, cit. par JOOSEP, 1984, p. 54.
  • 420 AMD, CC 204, fos 265, 281, 289.
  • 421 AMD, CC 210, f° 248.

175Le transport des pierres par eau, en ajoutant le prix du transbordement et des différentes taxes acquittées, s’avérait relativement onéreux, puisque le prix de la pierre d’Antoing était plus que doublé à Douai – ainsi en 1426 pour des fournitures destinées aux fondations de la tour des Dames – l’utilisation de la voie d’eau allongeant de 40 à près de 70 km la distance à parcourir. Par contre le coût du transport sur route du grès depuis les gisements d’Ostrevant à une dizaine de kilomètres à l’est, était réduit419 ; en outre la pierre d’Arleux, Bugnicourt, Goeuzlin, pouvait être convoyée, avant 1386, par le courant d’Arleux qui, détournant une partie des eaux de la Sensée, était capable de porter des marchandises420. En 1458, une enquête réalisée sur la navigabilité de la rivière d’Arleux soulignait qu’elle portait autrefois 10 muids de blé421, 1 330 litres ou l’équivalent d’un chariot, soit quand même une faible charge.

  • 422 AMD, CC 203, f° 355.
  • 423 AMD, CC 201, fos 255, 337, 339 et passim. Cette unité de mesure est de règle encore au xve siècle.
  • 424 ROLAND, 1956, p. 113.

176Sur la Scarpe, les pierres d’Antoing étaient livrées au Rivage de Douai parfois à 2 francs et demi (de 33 sous la pièce) la navée, soit 4 livres, 2 sous, 10 deniers422, mais le plus souvent entre 6 et 9 livres. En 1426, 6 querques ou navelées de pierre d’Antoing livrées dans deux grandes nefs à Douai coûtèrent 43 livres, 8 sous, 12 deniers, soit un prix de revient proche de 7 livres, 4 sous la navelée423 ; il était de 8 livres en 1394424.

  • 425 GODFROID-LAURENT, 1968, p. 167.
  • 426 PIÉRARD, 1971, p. 30 et 343, vers 1292 et 1308.
  • 427 PIÉRARD, 1978, p. 24.
  • 428 CHAPELOT, 1973.
  • 429 SALAMAGNE, 1991, p. 83-84.
  • 430 AMD, CC 210, f° 249. Contenance voisine de celle du Namurois qui, au xviie siècle, atteignait 400 p (...)
  • 431 C. CNUDDE, J-J HAROTIN, J.-P. MAJOT, Pierres et marbres de Wallonie, 1988, p. 124.

177La navée ou navelée constituait aussi une mesure de contenance pour le transport par voie terrestre : ainsi en 1391 à Douai pour les gros moellons venant de Cantin (à 7,5 km au sud-est)425, au xve siècle à Soignies pour la pierre venant de la carrière de la Glende (de 26 à 28 sous la navée plus 22 deniers de transport)426, à Lessines au xve siècle pour la pierre de Maffle427 ou à Mons aux xiiie et xive siècle428. Dans cette dernière ville, le prix de la navée était fort variable – entre 9 et 60 sous, mais le plus souvent autour de dix sous – en fonction du type de pierre ou de l’éloignement des lieux d’approvisionnement : – 11 sous la navée en 1359 pour la pierre de Brokeroie – 12 sous, 6 deniers, la navée pour celle de Ghlin (à 3 km au nord-ouest de Mons)429. Odette Chapelot avait déjà établi, à propos du coût du transport en Bourgogne430, une relation de prix en raison de la distance, mais avec de très fortes anomalies en fonction de l’interaction de divers paramètres, de l’état des routes aux qualités des pierres431.

  • 432 Voir sur ces problèmes de transport, DUBOIS, 1980 qui établit, p. 73, la charge moyenne en utilisat (...)
  • 433 AMD, BB 5, f° 50 v°.
  • 434 AMD, CC 177, 1392-1475 ; DEHAISNES, 1890, p. 7. Voir supra 8.7.1., pour la définition du muid.
  • 435 SIVERY, 1980, p. 830.

178Si, certes, l’utilisation de la voie d’eau pour le transport de matières pondéreuses était – à distance égale – plus économique, elle s’imposait aussi pour d’autres raisons. La navelée était une mesure de contenance à Douai de 9,14 m3 (12 x 8 x 4 pieds ou 384 pieds cubes)432, soit en fonction de la densité de la pierre de Tournai (2 791 kg/m3)433, un poids de près de 25 tonnes et demie qu’il aurait fallu répartir sur une vingtaine de chars, la limite de traction des chariots à quatre chevaux du Moyen Âge variant entre 1 000 et 1500 kg434. En 1588, la ville s’opposant à la canalisation de la Scarpe d’Arras à Douai, soulignait que ung batteau peult plus mener de toute sorte de marchandises que chainquante ou soixante chariots435. Ainsi la charge fluviale pouvait être de plus de 60 fois supérieure à celle que tractait par la route un chariot à quatre chevaux, soit environ 100 tonnes.

  • 436 DERVILLE, 1990, p. 20.

179En considérant maintenant qu’une nef naviguant sur la Scarpe recevait 3 navelées, sa mesure de contenance était donc proche de 27,42 m3, soit pour la pierre bleue un tonnage de près de 77 tonnes. D’autres sources nous précisent qu’à Douai les escarpoises portaient de 80 à 140 muids, les nefs de 37 à 120 muids, les plates nefs de 50 muids à 70 muids436, soit 18 634 litres ou 19 m3, ou 53 tonnes, chiffre un peu inférieur au précédent.

  • 437 DERVILLE, 1990, p. 11.
  • 438 BAUTIER, 1989, p. 30 ; MOLLAT, 1952, p. 338 et sqq., a estimé à 979 kilos et à 42 pieds cubes (1,44 (...)
  • 439 Publié par TAILLAR, 1875, II, p. 114 à 117, sans indication de source.
  • 440 DIEUDONNÉ, 1804, 2, p. 382-383.

180Mais il est possible qu’en fonction du tirant d’eau plus faible, les nefs de Douai aient eu une jauge inférieure à celle des navires de Tournai. Gérard Sivery estimait437 que circulaient sur la Scarpe et l’Escaut des navires de plus de 48 tonneaux ; pour Alain Derville ils portaient même jusqu’à 65 tonneaux438. Ce tonnage était largement supérieur à celui des bateaux qui, remontant à partir de Béthune la Lawe pour gagner la Lys, portaient, vers 1500, 25 tonneaux439, mais inférieur à celui des nefs qui, sur la Seine, transportaient jusqu’à 150 tonnes de marchandises440.

  • 441 DIEUDONNÉ, 1804, 1, p. 21.
  • 442 AMD, CC 219, f° 109.
  • 443 JOOSEP, 1984, p. 26-32.
  • 444 BGN, Atlas d’Avesnes de 1778, f° 5. Voir encore sur les routes, DEBERSÉE, 1971.

181Une autre source, un mémoire rédigé en 1531 par les échevins (Estimation de la situation de la ville de Douay et de son importance)441 donne même des contenances supérieures : aborde et passe a travers la dite ville une grande riviere souffisante en son cours pour porter navires et basteaux, par lesquels toutes sortes de bois et marchandises de la pesanteur de deux cens tonneaulx chascun vaisseau, se peuvant conduire et mener à Tournay, d’illec en Flandres, Anvers, Hollande et Zélande, et de chacun d’iceux pays reconduire et ramener en icelle ville de Douay, par les dits navires et vaisseaux, autres marchandises et denrées... Le préfet Dieudonné notait qu’avant la Révolution des nefs portant 100 tonnes remontaient en amont jusqu’au port de Valenciennes, sur l’Escaut donc, et qu’à Mortagne on construisait des nefs de 30 m de longueur sur 4 de large442. Un Mémoire de 1790 donne des dimensions proches à ces nefs, 25 m de long sur 4 de large, mais avec des charges plus importantes, jusqu’à 165 tonnes. Au xixe siècle, la Scarpe avait alors 26 m de large avec ses digues pour une profondeur de 2 m443 ; elle atteignait 9 pieds au xve siècle à hauteur de Raches ce qui augmentait le tirant d’eau des navires444.

  • 445 DEBERSÉE, 1971, p. 924-926 ; DERVILLE, 1978, p. 192

182Tous les chemins reliant Tournai à Douai – et les ponts ? – étaient-ils en mesure de supporter la charge due au passage continu de centaines de chariots ? D’autant que l’importation de la pierre de taille se faisait souvent fin octobre pour une taille d’hiver, début mars pour une taille de printemps, lorsque la plupart des chemins étaient dégradés par la pluie ou le gel. Les moyennes pluviométriques établies pour Douai entre 1961 et 1984, si elles attestent d’une grande irrégularité des chutes de pluie d’une année à l’autre, font apparaître néanmoins deux pics, de mai à juillet et d’octobre à décembre445. Cette forte pluviométrie de mai à juillet constituait un lourd handicap pour les charrois, alors que les chantiers étaient en pleine activité.

  • 446 AMD, CC 218, 1446-47, f° 77 v° et 78 r°.
  • 447 DERVILLE, 1990, p. 19.
  • 448 JOOSEP, 1984, p. 34-39 ; DELMAIRE, 1985, p. 51-53.

183Les témoignages du xviie siècle sur les difficultés de transport hivernal sont à cet égard explicites : en 1778, l’ingénieur De Caux de Blacquetot décrivait les chemins entre villages impraticables aux charrois durant la mauvaise saison, alors même que la construction de routes pavées avait fortement amélioré la circulation446. Constitués de levées de terre renforcées d’une infrastructure de bois, fortement bombés au-dessus du sol pour en assurer l’imperméabilité, les chemins de terre médiévaux étaient sujets aux dégâts occasionnés par les inondations ou le gel447. Même l’été les pluies détrempaient les principales voies : ainsi en juillet 1447, la ville fitelle joncquier de raismes* et espandre de terre sus pluiseurs grandes flasques du grand chemin dehors la porte Saint-Eloi, car les cars ne pooient illecq bonnemant passer fors a oult grant dangiez448 et les comptes fourmillent de mentions concernant ces restaurations.

  • 449 Pour tracter cette dernière charge, il fallait disposer de 14 chevaux et profiter de la bonne saiso (...)
  • 450 VAN BELLE, 1976, p. 29-39.

184De surcroît, au nord et nord-est, Douai était entouré, le long de la vallée de la Scarpe, de zones marécageuses, inondées l’hiver, et probablement infranchissables à de lourds charrois une grande partie de l’année449, vastes marais presque impénétrables en raison du peu de pente qu’offrait la Scarpe ; au xixe siècle, malgré les aménagements effectués, la vallée était encore totalement noyée durant la période hivernale450.

  • 451 CAFFIAUX, 1873, p. 264 et sqq.
  • 452 PIÉTRESSON-DE-SAINT-AUBIN, 1932, p. 594.
  • 453 HAMON, 1, 1996, p. 202, 219-221.
  • 454 Sur la navigabilité et le transit sur la Haine, voir R. DOEHAERD, « Deux textes se rapportant à la (...)
  • 455 AMD, CC 230,f° 47.

185Jean-Louis van Belle soulignant les difficultés du transport terrestre, précisait qu’au xviiie siècle, en l’absence de route pavées, il était impossible de tirer un chargement supérieur à 1 800 kg451. Le pavage des routes permit un transport en toutes saisons d’une charge double ou triple tractée par 4 chevaux452. En 1743, on prescrivit en Hainaut français que les chariots à quatre roues ne pourraient avoir plus de 5 000 livres de charge, du 1er août au 1er novembre, ou 3 000 livres, du 1er novembre au 31 mars453. Évidemment ces conditions n’étaient pas réunies au Moyen Age et le seuil des 1 000 kg de charge ne devait être que rarement dépassé sur les chemins du Douaisis. Pour la fourniture des chantiers troyens au xve siècle, la charge habituelle était de 15 pieds cubes, soit un peu plus d’une tonne454 ; sur le chantier de l’église de Gisors au début du xvie siècle, les chariots transportaient de 8 à 20 pieds volumiques, mais avec une moyenne qui tournait autour de 13 pieds, soit de 850 à 900 kg455.

  • 456 AMD, CC 1048.
  • 457 AMD, CC 216, 97 r°.
  • 458 Voir supra 3.1.

186Ainsi la voie d’eau constituait le moyen de transport privilégié durant de longs mois pour des matériaux pondéreux comme les pierres, parce que les routes demeuraient impraticables456. L’importation en 1465, pour la construction des Halles457, de grès de Bray (à 80 km au nord-est), ne fut possible que grâce à l’utilisation à partir de Mons de la Haine jusqu’à Condé, puis de l’Escaut jusqu’à Mortagne, enfin de la Scarpe. De même en 1592-93, une livraison à Douai par Antoine Henry, marchand de pierres blanches de Valenciennes, n’emprunta-t-elle pas la route mais la rivière où elle fut convoyée par un navieur de Condé, c’est-à-dire par l’Escaut jusqu’à Mortagne, et par la Scarpe jusqu’à Douai458.

  • 459 En 1426, une nef de pierre d’Antoing fut tractée à Douai par 14 personnes, probablement réparties d (...)
  • 460 ADN, B 9882 (1467-68). Reconstruit en 1407-08 pour un coût de 156 livres avec la participation de l (...)
  • 461 ADN, B 9880.

187La navigabilité de la rivière exigeait des travaux d’aménagement constants, afin de lutter contre les affouillements des berges ou les atterrissements des lits : de Douai jusqu’à l’Escaut, la dénivellation de la Scarpe n’était que de 5 m. Les mentions d’inspections ou de travaux réalisés en amont de la ville sont nombreuses dans les comptabilités, comme en 1439-40, lorsque plusieurs des VI-Hommes, le clerc, le charpentier Jehan Turquet et des pionniers remontaient la Scarpe depuis la briqueterie jusqu’au château de Raches et, le long du marais, jusqu’à Waziers pour contrôler les voyes des navieurs et la navigation459. Les voyes des navieurs, mentionnées dès 1269460, c’est le chemin de halage qui permettait aux hommes461 ou aux chevaux de tirer les lourdes nefs remontant la rivière.

  • 462 Voir sur cet aspect des choses et également sur les navieurs, Philippe PLOUCHARD, « La Scarpe et le (...)
  • 463 PIÉTRESSON DE SAINT-AUBIN, 1932, p. 592.

188La présence de moulins ou de ponts rendait difficile le passage des nefs, mais celui de Condé sur la Haine était un pont-levant – car les yauwes di celui Escaut sont si grandes qu’il conviengne lever ledit pont pour passer les nefs462. Pour son entretien, le comte de Hainaut percevait un droit de winage – 7 sous, 6 deniers de droit par nef pleine et 5 sous par nef vide, – arrenté à cens pour 25 livres blancs par an463. Les revenus en étaient faibles, les bateliers de Valenciennes en étant exempts (francs) et ceux de Condé bénéficiaient du même privilège.

  • 464 MOLLAT, 1952, p. 363 et sqq.
  • 465 Sur les travaux d’aménagement des rivières du Nord, voir DERVILLE, 1990.
  • 466 CHEVALIER, 1974, II, p. 75, nt. 50 ; BOISSEUIL, 1992, p. 49 et 50.
  • 467 MUSSAT, 1991, particulièrement p. 15 et 19-20.
  • 468 AMD, CC 219 (1451), 99 r° et passim.
  • 469 WAGON, 1923-1925a,p. 250-251.

189Les moulins ou les barrages installés par les abbayes ou les particuliers ne permettaient d’utiliser que partiellement les possibilités de transport sur eau, sur la Scarpe464 aussi bien que sur la Seine près de Troyes465 ; la remontée de ce fleuve jusqu’à Rouen n’était pas sans difficultés, en raison de la présence de bancs de sable466. Antérieurement à 1344, les nefs remontant la Lawe, de la Gorgue à Béthune, mettaient huit jours pour faire trois lieues467. Bernard Chevalier soulignait à propos de Tours les difficultés de navigation sur la Loire, le courant et l’étiage rendant presque impossible à la belle saison le transport des pierres ; comme les maçons ne pouvaient s’approvisionner l’été lorsque les chantiers étaient en pleine activité – les matériaux étant plus chers car le chaland ne portait que 8 à 9 pipes d’eau au lieu de 16 – la ville procédait à ses achats en février468. Mais les navires pouvaient faire naufrage, aussi au xve siècle, lorsqu’on ouvrait un chantier, s’assurait-on de la navigabilité du fleuve469.

8.5.5. Le déchargement et le stockage des matériaux

  • 470 Comme en 1511 pour une fourniture de grès de Jan le Comte, AML, 16247, 119 r°.
  • 471 La place dou maisiel asporees ou Rivage, LIÉGEARD, 1860, p. 36 ; ESPINAS, 1902, p. 181, nt. 2 ; ESP (...)

190À Douai, la Scarpe traversait en aval la dernière enceinte sous les Ars ou porte de sortie des eaux (porte 67) qui laissait entrer librement les bateaux. La pierre, ou les autres matériaux convoyés par des navieurs, et en particulier le bois470, étaient déposés près du Temple, à proximité de la porte de sortie des eaux ; en 1425, dans la prévision de la construction de la tour des Dames, on stocka des pierres d’Antoing dans un jardin situé près de la porte d’eau, soit à 200 m environ du futur chantier471.

  • 472 Selon Pierre Demolon.
  • 473 AMD, CC 202, f° 338 et 340.
  • 474 AMD, CC 202, f° 335.
  • 475 SALAMAGNE, 1990, p. 85 et sqq. SALAMAGNE, 1997.
  • 476 AGR, CC 26477 et sqq. Le Rivage de Tournai, au lieu-dit le Luchet d’Antoing, était encore un site d (...)

191Alors qu’à Lille les matériaux pondéreux devaient être transbordés au rabbat de Marquette, à 5 km au nord de la ville, sur des vaisseaux de plus faible tirant472, à Douai les nefs parvenaient jusqu’au Rivage, localisé sur la rive opposée à la Vieille tour du châtelain, site de Factuel palais de Justice, rive droite, à côté de Factuelle place de Pollinchove473 ; juste en face (quai A. Bertin) se trouvait avant 1450, la sablonnière ou l’on deskierke savelon474 (Fig. 140 à 142). Des manœuvres étaient chargés de vider les matériaux hors de nef : en 1391-92, le déchargement au Rivage et le transport jusqu’au beffroi (soit une distance de 200 m) par des compaignons brouteurs de 11 marches et 18 marches d’escalier revint respectivement à 7 sous, 4 deniers et 12 sous475 ; en mars 1392, le déchargement et le transport de 2 marches d’escalier par trois ouvriers à 6 sous476. Ces marches étaient transportées sur brouettes, une à une, afin d’éviter leur bris : chacune d’entre elles valait de 10 sous à 10 sous, 8 deniers, soit le prix de 100 carreaux de pierre blanche !

  • 477 AGR, CC 26477 et sqq.
  • 478 AML, 16210, 85 v° et passim ; DEBERSÉE, 1971, p. 5 ; SALAMAGNE, 1990, p. 86.
  • 479 BERTIN, 1946, p. 278.
  • 480 Le Rivage du Haut-Pont.
  • 481 ADN, B 9335, pierres livrées hors de l’euwe.
  • 482 ADN, Cumulus, 16236 (1458-59).
  • 483 NYS, 1993, p. 77-79.
  • 484 ADN, B 13469.
  • 485 AMD, CC 201, f° 262.

192Le Rivage de Douai constituait le principal point de transbordement des matériaux de la voie fluviale à la voie terrestre, matériaux transportés ensuite par chariot sur les chantiers477. Ainsi les navires accédaient directement au Rivage, ou port intra-muros, et il en était de même dans d’autres villes des Pays-Bas situées sur l’Escaut – à Tournai478, Valenciennes, Audenarde479 – ou sur la Basse-Deule à Lille480, la Lys à Aire481, l’Aa à Saint-Omer482, la Scarpe à Maubeuge483, la Somme à Amiens (Fig. 143 et 147)484, etc. À Valenciennes existaient même deux quais de transbordement, le Rivage de la Salle-le-Comte, non loin de la porte de sortie des Eaux de l’Escaut et celui de la ville, situé une centaine de mètres en aval. Des activités particulières se développèrent autour de ces ports, qui voyaient accoster plusieurs milliers de navire par an, en particulier à Douai, grand centre d’exportation des blés. À Tournai, le Rivage, au lieu-dit le Luchet d’Antoing, était un site d’activité des carriers485.

  • 486 AMD, CC 216, 1446-47, f° 76 v°.
  • 487 Carte publiée par C. PAULET-PENNINCK, « Les carrières de Lessines – Le langage des ouvriers carrier (...)
  • 488 AMD, AA 90, 50 r° et sqq.
  • 489 AMD, CC 201, 1391-92, f° 311 : a Mahieu le Fevre pour X jours qu’il a rechupt pierres et fait aultr (...)

193Si des pierres étaient stockées en carrière – comme à Rumilly (Cambrésis) en 1406-07486 où elles étaient sur le dite quarriere avec autres qui par avant y estoient pour s’en aydier aux euvres quand mestiers sera – la plupart de temps étaient-elles transportées directement au Rivage de Douai, ou sur les autres lieux de dépôt, déjà triées selon leur gabarit ou leur type. Les pierres récupérées à Cantin même par Simon le Bertoul, dit le Fossier, pierres provenant du grant pan de mur qui estait drois a le tour de Cantin, furent triées avant d’être transportées à Douai487. Lors du déchargement elles étaient stockées en monts, en tas488, pratique courante en carrière. Une carte postale représentant les carrières Tacquenier à Lessines (Hainaut belge) au siècle dernier, montre que ces monts avaient une forme pyramidale, d’environ 2 m de hauteur sur une base de 3 m489 (Fig. 153).

  • 490 AMD, CC 219, 85 v, 89 r° et passim.
  • 491 AMV, CC 219, f° 7 et sqq.
  • 492 Pour des pilos de quesne en 1392 (AMD, CC 202, f° 303), un sommier changé au pont-levis de la porte (...)

194Les bans de la ville témoignent du fait que les marchandises, pierres, briques, chaux, sable, eswardées* à leur arrivée en ville490, étaient encore vérifiées ou comptabilisées sur le chantier par le maitre-charpentier ou même par de simples manœuvres491, comme sur le chantier de la tour Alexandre en 1451 : A Jehan le Flamencq et Baltasart Follet pour par III jours et demi avoir rassamblé et mis a point pierres en le place de Barlet, entendu et tenu le compte des estoffes, est assavoir bricque, cauch et savelon livrés a ledite tour, avec avoir fait aultres plusieurs labeurs a IIII sous chacun le jour, sont XXVIII s.492.

  • 493 AMD, CC 209, f° 417.
  • 494 AMD, CC 200ter, rouleau 3 et CC 209, f° 370 et passim ; le maison desouhz le halle joingnant au che (...)
  • 495 AMD, CC 219, 88 v, 89 r° et passim.
  • 496 AMD, CC 219, 110 v°.
  • 497 AMD, CC 201, f° 303, CC 209, f° 387.
  • 498 AMD, CC 201, f° 306.

195Pour stocker les matériaux, la ville possédait un certain nombre de maisons en particulier autour des Halles (Fig. 148) et sur la place du marché, au Barlet493, etc. : le bois de charpente494, les échafaudages, les hourds et claies, les échelles495 comme les moellons et les pierres de le pourvance de le ville, étaient entreposés dans les Halles, en le prison de le ville es basses halles, au celier desous le Halle496. Pour la construction de la tour Alexandre, en 1451, les pierres furent dressées audesoubz d’un hangart sur les crestes de Barlet où des manœuvres furent constamment rétribués pour les mettre a point497 ; en fin de saison, dans la quinzaine du 10 au 23 octobre 1451, les pierres taillées destinées aux mâchicoulis de la tour des Six-Hommes y furent entassées498.

  • 499 AMD, CC 209, f° 396.
  • 500 AMD, CC 218, 1446-47, f° 5 v°.
  • 501 AMD, CC 218, f° 4 r°.
  • 502 AMD, CC 218, 1446-47, f° 72 r° ; achat de 16 chênes tous escoirréz que Jehan Boistel avait en la pl (...)

196On utilisait encore aux Halles une cambrette ou on met l’escaille de le ville499, une cambre ou on met le savelon500 – sable encore déposé dans une maison appartenant à la ville, au celier le Truberde501 – La grande maison et hiretage du Wez, rue du Wez, rue qui longeait la Scarpe entre le Rivage et le Temple, servait a mettre les matieres et estoffes pour les ouvrages de le ville et aultres besongnes et pouldres servans a l’artillerie d’icelle que a en garde et ou demeure a present maistre Jehan Turquet, maistre Carpentier de ladite ville, comme concherge et garde de icelle maison, estoffes et besoignes502.

  • 503 À 13 sous le keviron ; AMD, CC 213, 1429-30, 161 r°.
  • 504 Enseignes de fer pour enseigner les hostieux et harnas de le ville, AMD, CC 218, 1446-47, f° 68 v°.
  • 505 AMD, CC 219, 111 v°.

197La ville disposait près du Temple d’une aire fermée (la place du Temple ou des Raimes) où le bois, déchargé des navires sur la Scarpe, était stocké, séché et débité, place arrentée à des exploitants503 (Fig. 144 à 147). La ville s’y fournissait fréquemment pour du bois qu’elle utilisait directement sur ses chantiers ou qu’elle mettait en provision504. Une partie des bois néanmoins étaient débarqués avant leur entrée en ville, ainsi pour une livraison de Pietre Jacob, de Saint Amand, de 11 chênes contenant 145 kevirons* au rivage de Cambrai d’où ils étaient voiturés et déposés en la place du temple en ceste ville pour le provision d’icelle505. Le long de la Scarpe, extra muros, les marchands de bois, maireniers, disposaient probablement dès le xiiie siècle de lieux de dépôts pour le stockage et la redistribution de leurs produits.

  • 506 AMD, CC 219, f° 94 v°.
  • 507 AMD, CC 216, 69 v°.
  • 508 AMD, CC 218, 1446-47, f° 63 v°.
  • 509 ADN, B 8503 et passim.
  • 510 AMV, CC 2969, 19 r°, 24 v°, 30 v°, 38 v°, 63 v° et passim ; CC 2970, f° 15 r°.

198Les matériaux et outils – ces derniers marqués aux armes de la ville506 – étaient transportés au fur et à mesure des besoins depuis les Halles vers les chantiers urbains ou inversement. Mais l’ouverture de grands chantiers entraînait la création de nouveaux dépôts : en estimant à 200 par m2 le nombre de briques stockées, l’arrivée sur le chantier de 500 000 briques nécessitait environ 2 500 m2. Dès lors de nouveaux espaces devaient être trouvés, place du Barlet ou encore à l’intérieur des tours et portes de la ville. En 1451, lors de la construction du front Notre-Dame, on creusa un grand fossé à Barlet pour enterrer durant l’hiver les briques en provision des travaux de la tour Salomon507 ; on occupa le court des Cartiers (l’hôpital des Chartriers près de la porte Notre-Dame) où on réalisa un reffens de pillot et de cloyes (claies) pour mieux tenir en I monch le savelon qui est en provision508. En 1440, on occupa même le cimetière Notre-Dame pour y déposer ung mont de briques et de pierres venant de la destruction des anciennes murailles du Barlet (Fig. 149)509. Mais lorsque la ville profitant d’opportunités d’achats recevait, comme en 1447, plus de 500 chariots de pierre, toutes les possibilités de stockage-y compris les celliers de l’Écu de France, rue au Cherf510 – étaient retenues.

  • 511 BOISSEUIL, 1992, p. 52-53.
  • 512 CAILLEAUX, 1993, p. 664-665.
  • 513 ADN, B 8674.
  • 514 AMD, CC 219, 106 v°.

199À Bouchain, on entreposait la pierre de grès en le court Ramaige, la pierre blanche dans une grange511. Au xve siècle, à Lille, les matériaux étaient déposés au jardin de la ville, à Valenciennes dans des salles de deux édifices communaux, la tour Saint-Nicolas et les Halles, ou en le court de le halle au blet, en le court Saint Denis512, édifices situés derrière l’hôtel de ville, pour les pierres. A Tours au xve siècle, la ville disposait de plusieurs entrepôts disséminés sur les places, près des portes, sur les berges du fleuve et des îles513. Mais, alors que le stockage des matériaux fut de règle dans les villes du Nord, pour celles de Bourgogne, Denis Cailleaux a noté l’absence d’entrepôts permanents d’où la nécessité de faire appel à plusieurs fournisseurs pour l’approvisionnement du chantier514.

  • 515 AMD, CC 219, f° 95 r°.

200Ce stockage s’explique pour différentes raisons, soit que le nombre de pierres nécessaires au bâtiment n’ait pas été correctement programmé – ainsi en 1506 à Bouchain sur une livraison de 525 pierres de grès, on n’en utilisa que 135 et le reste fut mis en provision audit Bouchain515 –, soit que le projet ait été modifié ou ait pris du retard.

  • 516 A la fin du compte CC 219 figure un cahier particulier répertoriant les matériaux provenant de la d (...)

201À Douai en septembre 1451 une commande de pierre fut mis en provision en le court des Cartriers pour emploier quant bon samblera en l’ouvrage de machonnerie de le porte Vacqueresse516, dont le chantier pourtant ne devait ouvrir qu’en 1454. La disponibilité de matériaux de base permettait, en début de saison (en mars), un démarrage plus rapide du chantier, alors même que le convoyage des matériaux s’avérait difficile.

  • 517 Voir SALAMAGNE, 1993d, p. 83 et sqq.
  • 518 Dimensions données par le maître-maçon ; PIÉTRESSON DE SAINT-AUBIN, 1932, p. 589 ; MURRAY, 1987, p. (...)

202Enfin, l’entretien de plusieurs milliers de mètres de parements de murailles imposait l’obligation de disposer d’un stock varié de matériaux pour en permettre une restauration rapide. Les murailles, contre lesquelles s’appuyaient les terrées, souffraient terriblement des intempéries de l’hiver, les pluies et les tempêtes effritant les joints des parements, descellant les briques et les pierres, renversant les palissades et les ouvrages en bois. Dernière remarque, dans le cadre d’une économie de recyclage qui caractérise le bâtiment à l’époque médiévale, il fallait stocker les matériaux de récupération, bois, pierres, fer, procédant des bâtiments ruinés ou restaurés. Sans cesse, la ville intervenait pour acheter ou racheter les matériaux circulant sur le marché, matériaux qu’elle mettait en ladite provision pour emploier quant mestier sera aux ouvrages de machonnerie dicelle ville517 ; parfois même vendait-elle à son tour aux enchères les matériaux d’édifices qu’elle avait détruit518.

8.5.6. Les gabarits de pierre et la vérification de leur conformité

  • 519 MURRAY, 1987, p. 183.

203La pierre était débitée en carrière, sous forme de blocs ou quartiers, ou sous forme de blocs précalibrés, c’est-à-dire dégrossis. Ainsi la fourniture de pierre pour la porte Notre-Dame en 1454-55 comprenait-elle à côté de blocs de fortes dimensions (comme les pierres pour les gargouilles d’environ 12 pieds cubiques, ou 0,33 m3) à tailler en volume, des blocs précalibrés (boutisses, asselers, etc.) aux parements prêts à être taillés519.

Les blocs bruts ou quartiers

204La plupart des blocs arrivant sur les chantiers douaisiens avaient des dimensions limitées, de 2 à 3 pieds de longueur sur un pied de hauteur et de largeur, ce qui leur donnait un volume de 3 pieds cubiques, ou 0,081 m3, et un poids voisin de 210-220 kg. Ces pierres étaient donc transportables à bras par trois ou quatre manœuvres, au-dessus le recours à des engins ou grues s’imposait. Les dimensions des blocs étaient ainsi déterminées par la densité de la pierre, leurs poids ne pouvant dépasser – dans les meilleures conditions – une tonne et demie.

  • 520 LE ROUX DE LINCY, 1852, p. 672 et sqq.
  • 521 RICHARD, 1844, p. 314.
  • 522 Poids moyen de 1620 à 1670.
  • 523 RICHARD, 1844, p. 313.
  • 524 Poids moyen de 2050 kg.
  • 525 Pierres utilisées pour refonder les gros piliers boutans du chœur ; LA FONS MÉLICOCQ, 1848, p. 18-2 (...)
  • 526 Ces données ont été calculées par nos soins d’après CAILLEAUX, 1993, p. 751-754.
  • 527 AMD, AA 90, 67 v°-68 r° (PJ 3) ; ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 433, vol. 3, p. 330. SALAMAGNE, 1997, p. (...)
  • 528 AMV, J2 353, 1403-04, 44 v° et passim.

205À Troyes en 1507-08, un carrier de la carrière de Tanlay, près de Tonnerre, passait marché avec la fabrique de la cathédrale pour la fourniture de blocs de pierres dont les plus grands avoient 18 pouces de hauteur, 4 pieds de longueur et 3 pieds de largeur520, soit environ 18 pieds cubiques ou 0,50 m3. Ces blocs en raison de leur poids supérieur à 1 000 kg devaient être levés avec un angin appelé pied de chievre (...) pour lever les grosses pierres et charguer sur les cheriotz, pour ce que les perriers ne les scavoient charger sur les cheriotx521. À Paris, lors des travaux au château du Louvre en 1364-1369, les quartiers avaient 3 et 2 pieds et demi de long sur 2 pieds de large522. À Rouen en 1409523, la pierre de Saint-Leu d’Esserent était livrée par quartiers de 4 pieds de longueur au maximum, sur 3 pieds, 2 pieds 1/2 et 1 pied de hauteur et 2 pieds, 2 pieds 1/2 de lit en moyenne, soit 30 pieds cubiques ou 0,81 m3, ou 1,35 tonne524. Il en était de même pour celle de Vernon dont les plus gros blocs atteignaient 6 pieds de longueur, 3 pieds de lit et 18 pouces de hauteur525, soit 0,72 m3, ou 1,45 tonne526. A Noyon pour des travaux à la cathédrale en 1459, les quartiers avaient 4 pieds de quarré et 18 pouces de haut (1,20 x 1,20 x 0,45 m, soit 0,64 m3 pour 64 sous), les petits quartiers 3 pieds et demi de longueur, 2 pieds de lit et un de hauteur (1,05 x 0,60 x 0,30 m, soit 0,19 m3 pour 6 sous) ou 4 pieds de longueur, 2 de lit et 1 de hauteur (120 x 0,60 x 0,30 m), soit 0,21 m3 pour 16 sous527. À Sens en 1506 la pierre de Saint-Leu d’Esserent était livrée en blocs de 1,20 x 0,80 x 0,45 m en moyenne, soit un volume de 0,43 m3 ; les plus gros blocs avaient cependant 2,48 x 1,21 x 0,70 m, soit 2,12 m3528. Ces livraisons par blocs ou quartiers sont encore attestées sur les chantiers parisiens, ou sur ceux de Nevers, Chartres, Tournai, etc.

Les blocs précalibrés

206Les pierres arrivaient souvent sur le chantier précalibrées, dégrossies en carrière aux dimensions de leur format définitif-conformément aux indications données par les devis ou par les maîtres-maçons – pierres dites communes, car elles n’avaient pas encore été valorisées par la taille de leurs parements (Fig. 150).

207Nous avons déjà signalé l’existence du ban échevinal (C’est li bans des quariaus) qui, à Douai en 1264, précisait les dimensions que devaient respecter les pierres qualifiées de communes. Le ban de Douai s’appliquait aux carreaux, pendants, voussoirs et cuins, considérés à un certain stade de leur production, antérieurement à leur espinchaige (taille). Le carreau devait avoir 8 pouces de longueur en parement, 6 pouces d’épaisseur (hauteur), 8 pouces de lit (profondeur), soit 21 x 16 x 21 cm – le pendant* : 10 pouces de longueur, 4 pouces d’épaisseur, 10 pouces de lit, soit 27 x 11 x 27 cm – le voussoir* : 12 pouces de parement, 5 pouces d’épaisseur, 14 pouces de lit, soit 32 x 13,5 x 38 cm – le cuin*, 20 pouces de longueur, 6 pouces d’épaisseur, 8 pouces de lit, soit 54 x 16 x 21 cm. Le ban précisait encore que 10 pouces devaient faire le piet* de le vile, sous peine d’une amende de 10 livres et du bannissement.

208L’épaisseur des carreaux et des cuins* nous donne les hauteurs d’assises courantes : 16 cm. Un relevé des hauteurs d’assises des monuments douaisiens permet de vérifier le champ d’application de ce ban : sur la tour des Dames, ces assises ont des hauteurs qui varient entre 12 et 18 cm, sur la porte Notre-Dame entre 14 et 18,5 cm, soit de 5 à 7 pouces. Pour diverses raisons (réemplois, commandes de pierres aux dimensions spécifiques), les formats prescrits par le ban de 1264 ne se retrouvent pas exactement sur les appareils douaisiens, même si des relevés précis – pierre à pierre – seraient nécessaires pour l’affirmer. En tout cas, le ban de 1264 – qui donnait un étalon de mesures au-dessous desquelles le producteur ne pouvait descendre – était bien un moyen de contrôle de la conformité de la marchandise vendue à Douai ; cet étalon constituait ainsi une référence pour la fixation des prix. L’utilisation d’une typologie précise, comme la définition exacte du gabarit des pierres par le pouvoir municipal, rendait d’autre part inutile, pour le débitage des pierres communes, l’envoi de modèles en carrière.

  • 529 AMD, CC 214 (1431-32). Autres exemples en 1440, lors de la construction des tours du front Notre-Da (...)
  • 530 AML, 16247, 119 r°.

209L’article 5 du ban des carreaux précise par ailleurs ki melleur piere volra avoir, bien le puet acater par muison*529. La pierre de muison, c’est la pierre achetée sur mesures, c’est-à-dire à partir d’un devis gui précise les dimensions particulières souhaitées ou la qualité de taille. À Valenciennes au xve siècle, il était prescrit aux adjudicataires des fournitures de pierre de les livrer dotel ghauge et muison que il est deviset en I taule t* de laiton mis al huis dou biefroit530. Acater par muison, c’est donc spécifier dans une commande un certain nombre de mesures qui permettront de distinguer ces pierres des pierres communes.

Vérification de la conformité

210Dans les attributions, inhérentes à leurs fonctions comme conducteurs de travaux, des maîtres-maçons se trouvait le contrôle de la conformité des pierres à des devis, à des types et à des qualités de matériaux, de gabarits et de tailles. Cependant, ces différentes étapes du contrôle de conformité n’apparaissent pas toujours mentionnées dans les textes.

  • 531 CAILLEAUX, 1993, p. 752.

211Le contrôle de conformité revenait aux maîtres-maçons de la ville : en 1431-32, Jacquemart de Vismy surveillait la réception des pierres venant de Bugnicourt, d’une part pour vérifier leur conformité (avise* se elles estoient souffssans) et d’autre part pour les stocker en fonction de leur gabarit (fait mettre en ordonnance*)531. La conformité devait être vérifiée, soit par rapport aux termes du ban municipal, soit par rapport aux devis de commande de pierre.

  • 532 HAMON, 1996, I, p. 308.
  • 533 ALADENISE, 1991, p. 61.
  • 534 SALAMAGNE, 1990, p. 80 ; SALAMAGNE, 1997a, p. 48-49.

212À Lille, en 1511, lors de la construction du boulevard de la porte de Fives, les fournitures de grès de Jan le Comte étaient contrôlées au Rivage et mesurées par le tailleur de grès Jan de le Rue, en présence de Guillaume Petit et Jan Tournant, commis aux ouvrages532 ; dans ce cas précis, le contrôle technique était accompagné d’un contrôle administratif. De telles vérifications des approvisionnements à leur arrivée ont encore été signalées à propos des chantiers de la croisée de Sens en 1506, où le maître-maçon Hugues Cuvelier mesurait en présence du chanoine receveur de la fabrique les pierres533 et de l’église de Gisors où, en 1528-29, les matériaux étaient toisés par les maçons Robert Grappin et Étienne Gosse534.

  • 535 CHAPELOT, 1994, p. 102.

213Dans le cas de blocs ou quartiers, on peut estimer que la vérification ne concernait que le cube des blocs, dont on déduisait néanmoins un gras d’ébauche qui tenait compte des creux plus ou moins réguliers laissés en carrière par les outils ou par les cassures occasionnées lors du transport535. Pour les blocs précalibrés, la vérification était plus complexe, car il fallait comptabiliser leur nombre, leurs types et leur conformité aux plans d’appareil. Parfois le contrôle des pierres s’accompagnait d’un marquage par le maître-maçon : en fonction du nombre d’éléments livrés, il est probable qu’il se contentait de vérifier les mesures de quelques-unes d’entre elles, peut-être des seules pierres situées au sommet ou devant les monts. Une partie des marques* visibles sur les pierres sont-elles des signes de vérification de conformité ?

8.5.7. Le nombre de pierres livrées sur le chantier

  • 536 SALAMAGNE, 1991b, p. 87.
  • 537 ADN, B 12831 et B 12832.

214La fourniture nécessaire à l’édification d’une enceinte de 4 000 m de périmètre (500 carreaux de 20 cm de côté pour un tronçon de 1 m de section et 10 m d’élévation parementé sur ses deux faces) a été estimée à environ deux millions de pierres, et même à trois millions avec les flanquements, tours et portes, les ouvrages hydrauliques, les ponts536. La reconstruction de l’enceinte de Douai, enceinte d’un périmètre de 5 300 m dotée de 80 flanquements, portes et ponts, exigeait de cinq à six millions de pierre. Jean Chapelot a évalué la fourniture de pierres pour la construction, entre 1373 et 1380, de l’enceinte du château de Vincennes, avec ses murs de contrescarpe et ses tours, à environ 260 000 blocs de pierre d’une hauteur de 32 cm et d’une longueur moyenne de 80 cm pour une épaisseur de 50 à 70 cm537. Rapporté au format des carreaux couramment utilisés à Douai (21 x 16 x 21 cm), nous aurions eu à Vincennes l’équivalent en volume de cinq millions de carreaux.

  • 538 SALAMAGNE, 1991b, p. 88.
  • 539 HAMON, 1, 1996, p. 207.
  • 540 DES MAREZ et DE SAGHER, 1, 1909, p. 551.
  • 541 PEYLET-COSTANTINI, 1994, d’après le tableau du t. 2, p. 406.
  • 542 AMD, CC 218, 1446-47, f° 63 v°.
  • 543 DES MAREZ et DE SAGHER, II, 1913, p. 352-363 ; chaussée dont la longueur peut être estimée à 700 m, (...)

215Des chantiers ordinaires nécessitaient une fourniture moyenne de 10 000 à 20 000 pierres par an : à Bouchain en 1378 on livrait des carrières d’Hordain 12 202 pierres et 275 charrettes de moellons, en 1405, 21 023 pierres538 ; au Quesnoy pour les fortifications en 1395-96, 10 412 pierres, en 1396-97, 7 565 pierres539. Mais des chantiers importants exigeaient plusieurs dizaines de milliers de pierre par an : 21 609 pierres en moyenne pour la construction de la porte Saint-Martin et de sa tête de pont au Quesnoy entre 1387 et 1389540, 21 000 pierres entre mai 1546 et janvier 1548 pour le chantier de l’église de Gisors541, 32 718 pierres pour les communs ouvrages à Ypres en 1315542, jusqu’à 35 000 pierres pour la porte de Tournai à Valenciennes entre 1359 et 1362. Sur le chantier de l’abbatiale de la Chaise-Dieu, 200 611 pierres furent livrées entre 1344 et 1350, soit en moyenne 28 658 pierres par an, mais avec de fortes variations, jusqu’à 50 550 pierres en 1348 contre 1 100 en 1350543.

  • 544 AMD, CC 219, 90 r°.
  • 545 AMD, CC 204, f° 265.

216Les fournitures les plus importantes concernèrent les entreprises de voirie : début janvier 1447, 227 voitures de pierre de récupération étaient stockées devant la porte Vaqueresse pour les cauchieurs qui devaient travailler à proximité tandis que la ville mettait en provision en la court de la ville 309 autres voitures544, soit assurément plusieurs dizaines de milliers de carreaux. À Ypres, entre juin et septembre 1323, 141 270 carreaux de grès furent livrés pour la construction de la chaussée à l’extérieur de la porte de Torhout545 (Fig. 151).

8.5.8. La taille

8.5.8.1. La taille sur le chantier

  • 546 AMD, CC 223, 44 v° et passim. En novembre 1456-57, on recouvrait encore d’estrain le comble des han (...)
  • 547 AMD, CC 223, 44 r°, 49 r° et passim.

217Sur les chantiers de la tour des Hours (1399), de la tour des Dames (mai-juin 1426), comme sur les autres chantiers douaisiens546, les pierres de grès furent taillées au fur et à mesure de leur arrivée, à l’exception des pierres d’Antoing travaillées en carrière547.

  • 548 AMD, CC 223, f° 53.
  • 549 AMD, CC 224, 55 r°.
  • 550 AMD, CC 230, 42 v°, 48 v° et passim.
  • 551 SALAMAGNE, 1991, p. 86.

218Lors de la construction de la porte Notre-Dame, la taille était réalisée sur Faire du chantier, dans le hangart des tailleurs derriere les Cartriers, hangar monté dès l’ouverture du chantier puisque dans la semaine du 4 au 9 novembre 1454, on refaisait sa vieille couverture de paille (Fig. 152). Entre les 18 et 23 novembre de la même année, deux charpentiers dressèrent de nouveaux abris provisoires, hangars noefs aux deux places bas de le porte Notre Dame pour taillier pierres illecq et mettre estoffes de griés tailliés en provision548. Ces abris pour tailleurs de pierre avaient donc deux finalités, abriter les hommes, mais aussi les matériaux une fois taillés. Au début du mois de décembre 1454, les pierres taillées furent mis a point en plusieurs mons près de la porte549, fin janvier 1455, des manœuvres étaient rétribués pour rassembler, porter, drechier et mettre a point pluiseurs parties de pierres de griés emprés le porte550 ou, l’année suivante, pour avoir porté, rassamblé, drechié et mis a point pierres au dehors et dedens le ville emprés ledite porte Notre Dame, entassé coireaux et autres pierres taillees551. Les deux derniers abris, implantés sur la semelle de fondation de l’œuvre, furent établis à la fin de la première campagne et durent disparaître à la réouverture du chantier pour en permettre la progression.

  • 552 ADN, B 7919.
  • 553 BLIECK et VANDERSTRAETEN, 1988, p. 117 et sqq.

219Au début et à la fin du chantier des Halles en 1465, des manœuvres furent aussi rétribués pour avoir drechié et entassé pierres aux halles, avoir rassamblé, porté, entassé et mis a point pierres crues* et tailliees es halles du lin et autres places552 ; à Bouchain au xive siècle les pierres étaient pareillement entassees en divers mons553.

  • 554 Fouilles d’A. Salamagne, 1997.

220Cette implantation, in situ, assurait une disponibilité immédiate des éléments lithiques et facilitait leur appareillage. Mais une partie d’entre eux, après avoir été taillés, étaient rassemblés selon leurs gabarits à proximité, à l’extérieur ou à l’intérieur de l’enceinte, les hangars n’ayant par la capacité de stocker l’ensemble des matériaux. C’est donc, vraisemblablement, que des pierres, en particulier les éléments moulurés, ne pouvaient être amoncelées et nécessitaient une aire plus vaste. Le stockage des pierres en mons (Fig. 153) permettait aussi, près des portes, de limiter les entraves à la circulation : sur le chantier de la porte d’Ostrevant à Bouchain en 1388, les carriers mirent a point et en mons, a un lés et a l’autre de le rue de le porte d’Ostrevent, toutte le piere qu’il besongnera a le dite porte et qu’on y amenra et drechier les grandes pieres sour les debous et faire mons de VII pieds de haut, tant que les rues ne ossi les maisons n’en seret empechier, ne li cariages ossi554.

  • 555 Les chiffres avec barre oblique renvoient aux PJ 4.
  • 556 Ou encore spier, selon DUCASTELLE, 1979, p. 187.

221La découverte en fouille d’un dépôt de déchets de taille de pierre est un indicateur intéressant d’une taille sur place ou à proximité du chantier de construction. Si des déchets de taille de pierres calcaires ont été signalés sur un fragment de muraille fouillé à l’est de la porte Saint-Pierre à Lille où ils contribuaient à former le blocage et la semelle de fondation555, le cas des déchets de taille de grès n’est pas évoqué alors que l’escarpe était parementée avec de telles pierres. Sur le site du château du Quesnoy, des éclats de taille de grès ont été reconnus à l’intérieur d’un bâtiment résidentiel du xiie siècle556. Cependant, leur présence à proximité de structures maçonnées n’implique pas obligatoirement que la totalité de la taille ait été réalisée sur place, mais seulement l’une des opérations, débitage, formatage ou taille des parements. D’autre part, à Douai, les hangars étaient régulièrement nettoyés de leurs déchets, souvent réemployés pour les chaussées ou le blocage des maçonneries.

8.5.8.2. Des outils et des techniques

222Sur le chantier de la porte Notre-Dame, les pierres étaient dites :

    • 557 ADN, B 9974.

    taillées, taillées d’espinchaige [21/]557 et dans ce cas le parement présente une surface irrégulière, avec les bosses et les creux (les flasques*) laissés par les éclats de pierre retirés par l’outil.

  • taillées de bon espinchaige [l/à 4/, 11/, 17/, 31/, 32/] avec un parement dépourvue de flasques, c’est-à-dire régulièrement amaigri.

  • de nette taille, net espinchaige pour certains asselers*, les chimayes, les pierres de voussure [5/, 15/, 16/, 22/, 25/à 27/] ou les éléments sculptés de bonne moulure [22/et 23/].

  • 558 ADN, B 8603.
  • 559 GERMAIN, 1974, p. 88.
  • 560 Sur les outils dans les Pays-Bas du Nord, voir JANSE et DE VRIES, 1991, p. 38-47.
  • 561 AMD, CC 206, 1401-02, f° 257 ; 11 marteaux d’un poids total de 79 livres et demie revenaient à 7 li (...)

223Le terme d’espincher558 est d’abord spécifique de la taille du grès. À Valenciennes en 1393-94, les maçons étaient employés a espinchier piere de griés comme a taillier Manque pierre559 ; mais des pierres calcaires à Bouchain en 1437 étaient néanmoins tailliees et espinchiees560. Les spincieüs dégrossissaient les pierres venant des carrières pour les mettre à mesure au tailleur de pierre561 ; épincer, c’est donc dégrossir la pierre en volume, tailler c’est un travail de finition du parement.

Le marteau têtu et la taille d’espinchaige
  • 562 AMD, CC 201, 1391-92, f° 252 ; CC 209 (1417), f° 375 ; CC 210, f° 254 ; CC 229 (1463), 45 r°.
  • 563 AMD, CC 229, 47 v° et 52 v° ; achat à Jehan le Clerc, fèvre.
  • 564 ADN, B 8487.

224Les outils562 les plus couramment mentionnés sur les chantiers douaisiens (Fig. 154) sont les martiaux a taillier griés ou marteaux a taillier pierres, d’un poids de 7 à 8 livres un quart563, aux manches en bois de frêne564. Ces outils sont à distinguer des marteaux taillants utilisés pour la pierre blanche (Fig. 182).

  • 565 ADN, B 4327, 43 r° ; chantier du château.
  • 566 ADN, B 7935, marteaux en fer.
  • 567 ADN, Cumulus 16236.
  • 568 ADN, B 15771, à 2 sous la livre.
  • 569 AML, 16136, 44 r° ; on en trouvait de 10 livres d’après DEBERSÉE, 1971, p. 411 et sqq. ADN, B 4327, (...)
  • 570 ADN, B 9751, 1373-74, BN, ms. fr. 13083, 1442-43, 47 v° et sqq.
  • 571 ADN, B 10237 ; livraison de 2 gratis marteaux a tailler gréz pour les maçons d’un poids total de 19 (...)
  • 572 Le no 2a de la terminologie de Bessac, BESSAC, 1986, p. 29.
  • 573 Voir BESSAC, 1986, p. 25, 33

225Sur le chantier des Halles, en 1463, la ville fit l’achat, à 20 sous pièce, de 13 gros marteaux de fer acherés aux deux boulz pour taillier griéz, d’un poids moyen de 10 livres565. Ces martiaus de griés ou martiaux a espinchier griés sont courants sur les chantiers de Bouchain en 1369-70566, de Lille en 139 1567, du château de la Malmaison en 1399568, d’Amiens au xve siècle569, etc. Ils pesaient 6 livres à Saint-Omer en 136 1570, de 7 à 9 livres à Lille à la fin du xive siècle571, 7 livres à Valenciennes aux xive et xve siècles572, 8 livres au Quesnoy dans la première moitié du xvie siècle573.

  • 574 GERMAIN, 1975, p. 141.
  • 575 PAULET-PENNIINCK, dans COLLECTIF 1979, p. 147.

226Le marteau à grès correspond au marteau têtu à deux têtes574, outil dont le manche de 40 à 65 cm de longueur (pour les grands têtus utilisés en carrière) porte deux têtes aciérées concaves faisant saillir deux arêtes. Le marteau têtu donne une taille éclatée : les éclats de pierre – chassés sous l’impact d’une des arêtes de la tête concave du têtu – ont un volume proportionné à celui de l’outil, à la force appliquée, à l’angle de frappe et à l’épaisseur de la pierre à chasser575.

  • 576 Item a Colart le Fevre pour avoir racheré un bequoir et un martel qui sont a le ville, IX s..., AMD (...)
  • 577 AMD, CC 229 (1463), 52 v, 58 r°.

227C’est avec cet outil que l’on réalise des pierres taillées, taillées d’espinchaige. Dans la région de Spontin (Wallonie, Belgique), le casseur de grès qui utilise cet outil est appelé l’épinceur576, dans celle de Lessines (Hainaut) l’spincheu577.

Le marteau-becquoir et la taille de bon espinchaige
  • 578 AML, 16136 (1400), 49 r° ; reswisures à 6 d. pièce des becquoirs.
  • 579 En 1532 ; DURAND, 1901, p. 437 ; AMA, CC 121, marteaulx-becquoirs pour les gressiers.
  • 580 AMV, CC 2970, 31 v°, 33 v°.
  • 581 BESSAC, 1986, p. 28.
  • 582 AMD, CC 237, 100 v°.

228Il est fait mention à Douai aux xive et xve siècles de becquoirs578, de becquoirs dont leu a tailliégriés579, outils que l’on rencontre encore à Lille580, Amiens581, Valenciennes où les reswisures de biecquoirs coûtaient de 4 deniers à 3 sous pièce582.

  • 583 AMD, CC 210 ; reswisures depicqs et hauwé, à 3 deniers ; AMD, CC 223 (1455), 47 r° et passim, CC 22 (...)
  • 584 AMD, CC 210.

229Nous l’identifierons avec le marteau têtu pic qui présente une tête formant pointe ou bec583 (Fig. 126 et 154). Utilisé à partir de cette tête, le marteau-becquoir offre un travail de précision en égalisant sur la face de parement les arêtes saillantes laissées par les éclats chassés par le têtu. Son utilisation laisse en parement de petits cratères punctiformes, très visibles sur les monuments de Douai (Fig. 155). Un paiement effectué à un tailleur de pierre en 1514-15 établit très nettement la relation entre l’usage du marteau-becquoir et la taille de bon espincaige : A Nicollas Lalleame, maistre machon et tailleur de gréz de ceste ville, a esté paié pour par ses marteaux et bicquoirs, avoir tailliet bien et souffissament de bon espinchiage au marteau XXXI longue pieres de gréz contenant par suite mesurré par les VI-Hommes (...) cent XVIII pietz aiant icelles douze paux de largue et sept paux d’espoix, au prix de V sous chacun piet font XXIX livres, X sous584...

Le pic de tailleur de pierre
  • 585 ΑΜΑ, EE1, 1429-30, f° 12.
  • 586 AML, 16136, 97 r° ; 16169, f° 52, reswisures de piks à 6 deniers pièce. AML, 16247 (1511), 134 r° ;(...)
  • 587 AMSO, CA 1472-1473, 93 v°.
  • 588 ADN, 4 G 4599 (1394-95).
  • 589 ADN, B 7935, f° 139 ; reswisures de pils en 1442-43.
  • 590 ADN, B 9085.
  • 591 BESSAC, 1986, p. 14 et sqq.
  • 592 Par exemple sur une miniature (1420) représentant la construction de la cathédrale de Berne, DU COL (...)

230Le pic de tailleur est couramment mentionné à Douai585 – en 1426, on livrait des bastierins de fresne a faire manches de marteaux de piqs deshauwés586 –, Aire-sur-la-Lys587, Lille588, Saint-Omer589, Cambrai590, Valenciennes591. En 1440 au Quesnoy, un maçon retaillait les saillies de pierres de grès avec un martiel a pointes592.

  • 593 AMSO, CA 1472-1473, 93 v° ; à 7 deniers la livre, ils revenaient à 4 sous, 8 deniers.

231Le pic commun (ou smille) à deux pointes, le pic de tailleur (Fig. 156), est un outil de fer dont le manche long de 50-55 cm se termine par une tête à deux pointes. Le pic est utilisé, après le passage du têtu à deux têtes, pour équarrir les blocs bruts de plus de 20 kg et démaigrir leurs faces593. Sur le grès, les traces d’utilisation de cet outil se confondent avec celles laissées par le becquoir.

  • 594 BN, ms. fr. 13083, 102 v° ; d’un coût de 18 deniers la livre. Voir BESSAC, 1986, p. 20.
  • 595 ROUDIÉ, 1975, p. 41.
  • 596 A 2 sous la livre ; pour un gros martel condist copperech tout acheté pour fendre et estrirteler pl (...)
  • 597 AMV, CC 2969, 80 v° et 108 v°.

232Le pic de tailleur – fréquemment figuré dans les miniatures594 – ne doit pas être confondu avec le pic de carrier, plus lourd car il pesait 8 livres à Saint-Omer595, 7 livres à Valenciennes où il est qualifié de fils four deffaire les machonneries596. Sur les chantiers de Bordeaux au xve siècle sont mentionnés à la fois les pics ou fers et les ficques597.

Le martel cofferech ou têtu biseau
  • 598 GERMAIN, 1975, p. 140-141.
  • 599 PAULET-PENNIINCK, dans COLLECTIF, 1979, p. 147.
  • 600 BESSAC, 1986, p. 30-31.
  • 601 À 2 sous, 4 deniers la livre, ADN, B 4327, 41 v°.

233Pour fendre les grosses pierres, les tailleurs utilisaient à Douai le martel copperech d’un poids de 21 livres598 ; à Valenciennes les reswisures de coferech revenaient à 5 deniers pièce599 ; à Spontin600 (ricôprece, r’cofeu) et Lessinnes (Hainaut belge) (ercoûpresse)601 il s’agissait d’un outil à deux têtes triangulaires d’un poids de 10 à 12 kg (Fig. 157).

  • 602 DURAND, 1901, p. 46.
  • 603 AMSO, CA 1472-1473, 94 v°.
  • 604 ADN, B 10209, 106 r°. COUTANT, 1994, p. 637-638 a relevé plusieurs mentions de l’escopre au xve siè (...)
  • 605 AMD, CC 223 (1455), fos 50, 52 r° et passim.
  • 606 AML, 16136, 44 r°. Voir SALAMAGNE, 1997, p. 63.

234Le martel copperech est un marteau qui présente deux têtes en biseau : l’outil était utilisé pour le tranchage des dalles de pierre ferme, dure ou froide, après avoir glissé une barre de section triangulaire dessous, à l’aplomb de la cassure à exécuter602. Au château de Lille en 1391, on achetait un neuf martel four fendre grés d’un poids de 10 livres et demi603, à Amiens en 1402 on restaurait le grant martel duquel on fent les grés a paver604, à Saint-Omer en 1473, on utilisait un grant martiel a II dehous four cofer pierres605, au Quesnoy en 1528 le serrurier Collart Gallemart révisait une cofferesse et ung marteau a grés de quoy l’on s’est aidié pour briser aucuns tas de gréz a le thour pour faire l’alee du monnet*606.

  • 607 DEHAISNES, 1886, 1, p. 200.
  • 608 SAMARAN et BRANET, 1902, p. 216.
  • 609 ADN, B 9879 ; pour un coût de 24 sous.
  • 610 AMD, CC 201, f° 252 ; dépense de 27 sous.
  • 611 Les boutisses à Bouchain en 1514-15 devaient avoir une longheur convenable a l’œuvre que pour y tro (...)
  • 612 Elles sont actuellement enterrées.

235Ces outils étaient fréquemment reforgés, à Douai607, Lille (sur le chantier de la porte de Fives en 1399-1400, four II martiaux a taillier griés fesant XIIII livres a II sous le livre, four IIII martiaux racherrer a VIII sous le piece, four XI reboutures de martiaulx racherer a XII deniers le piece)608, Ypres (chantier des Halles en 1311) pour avoir verstalet (aciéré) des marteaux609, sur le chantier de la tour de Bassoues (Gers) en 1370-71, pro martellis latomorum fer ipsos acuatis610, etc. À Valenciennes en 1454-55, un ouvrier reforgeait deux pics et un marteau à grès en fer d’Espagne pour tailler fieres, trauer moelles611. Les manches en bois étaient également réparés ou changés comme à Douai en 1391-92 : a Pierre de Sains four lesfusts de deux cens mances defresne four martiaux de machons612.

236La taille du grès se faisait donc au marteau-têtu pour une taille grossière, au marteau-becquoir ou au pic pour une taille de bon esfinchaige, tandis que la taille de finition nécessitait l’usage de la pointe (Fig. 158 et 159).

8.5.9. Le langage de la pierre

237La confrontation des termes inventoriés dans les comptes et de l’étude des édifices, en particulier la porte Notre-Dame, permet d’identifier le vocabulaire technique utilisé par les maçons et les tailleurs de pierre (Fig. 169).

238Les carreaux [1/] furent utilisés pour les faremens de murs, brayes* et ailerons*, en particulier en parement des deux tours de la porte où leur usage s’avérait moins onéreux que celui des asselers courbes.

  • 613 DE LA GRANGE, 1890 ; CLOCQUET, 1881.

239Les boutisses* [2/] (Fig. 160) étaient insérées à intervalle régulier dans l’épaisseur des maçonneries, pour employer avecq ledis carreaux et assurer la liaison du blocage interne et du parement613.

240Les asselers* étaient de deux types (Fig. 160, 161, 168, 188, 189) les asselers droits qui offraient une surface de parement rectiligne, les ronds dont la surface de parement était convexe. Les asselers droits étaient utilisés pour les paremens des murs de ledite porte [3/], pour le parement du mur qui fait tavelet* a ladite porte au lez sur le ville entre les tourelles [5/,26/,56/], pour les pans de mur de le carriere* d’icelle porte [28/], pour les berchs et vaulsures dedens œuvre de le carriere [31/]. Les asselers ronds étaient disposés en parement des grosses tours et des tourelles des montees advir [4/, 55/] (Fig-161).

  • 614 Chantier de la collégiale Notre-Dame de Saint-Omer, cf. DESCHAMPS DE PAS, 1890-1892, p. 168 et sqq. (...)

241Les pierres de soubassement614 (Fig. 48) servaient aux brayes et retours vers le tappecul* et warde* de ledite porte [41/].

242Les cuins* étaient dits a l’escoerre lorsqu’ils présentaient une face de parement sur la longueur et sur la largeur, doubleaux lorsqu’ils présentaient trois faces de parement (Fig. 198 et 199). La plus petite face de parement était qualifiée de teste, comme pour les boutisses. Les cuins à l’escoerre, à deux parements perpendiculaires, étaient utilisés pour les arestes et autres machonneries [6/]. Les becqs* et esconchons* pour les rayeres [7/,8/] avaient deux faces de parement formant soit un angle aigu (becq), soit un angle obtus (esconchon). Ces pierres servaient pour les embrasures de tir (Fig. 47, 48,163), les premières en parement de la fente de tir, les secondes à hauteur de l’arc d’encadrement de l’embrasure, des fenêtres ou des voûtes biaises.

243Les voussoirs* – pierres à deux faces de parement comme les cuins, mais qui avaient en tête des arêtes de largeur inégale – étaient utilisés pour les encambremens des canonnieres et huisseryes des premiers estaiges [17/], pour le premier arque de le vaulsure de ledite porte au léz sur le ville [20/], pour les vaulsures du passage, c’est-à-dire les arcs des berceaux des voûtes [32/] (Fig. 72). Les voussoirs reposaient à leur naissance sur un sommier* (Fig. 71).

244Les sourvaux*, mis en œuvre au deseure desdis vaulsoirs [22/], n’avaient qu’une face de parement et une arête chanfreinée. Ces pierres surmontaient l’arc d’encadrement du passage, côté ville, afin de résister à la compression des maçonneries (Fig. 71).

245Les chimayes*, assis a ung lez et a l’autre de au desoubz les sommiers de le premiere arque et vaulsure, côté ville (Fig. 71), avaient leurs retours nachelees, bouchelees et a fillet [15/et 16/]. Les chimayes ou chimaises sont donc les impostes à tore [bouchele*], cavet en quart-de-rond [nachelle*] et bandeau plat [fillet*], utilisées en couronnement des piédroits des arcs, des manteaux de cheminée ou des corbeilles des chapiteaux.

246Les listes* de bonne moulure nachelees, bouchelees et a fillet* étaient utilisées du long le tavellet* devant ledite porte et entour les tourelles des montees advir [23/a], au-deseure de l’une des fenestres croisiés dudit tavelef [34/b] ; cette dernière était plus onéreuse car de surcroît billettee*. Les listes étaient les pierres de larmier contournant les ouvertures, arcs ou fenêtres, ou les cordons limitant les différents niveaux de l’élévation (Fig. 166 et 167).

247Les cheminées (Fig. 162 et 163) étaient constituées de jeux* [jouées] et sommiers, dont deux pierres faisaient cul de lamppe* a soustenir partie des brancques des croix d’ogive, et par des claveaux* pour les manteaux* [15/b]. Les claveaux présentaient également deux faces de parement mais à la différence des voussoirs avaient en hauteur des arêtes parallèles.

248Les seulles ou seullets* [68/,76/], pierres de format rectangulaire, étaient utilisées pour les seuils des fenêtres ou les embrasures de tir, au sol ou en hauteur.

249Les abbatus* [73/] étaient les pierres en glacis (Fig. 185) formant la cappe des dodasnes [batardeaux] et couronnées par des capprons* de grès.

250Parmi les éléments lithiques spécifiques, mentionnons les grandes pierres embecquiés, chanffraintes par desoubz qui feront gargouilles a jetter les yauwes du long des brayes et ailerons [59/] ou les pierres pour faire une vaulsure rieullee côté champs [25/]. Les pierres pour les petites canonnieres rondes embrasees dedens et dehors qui serviront a ung léz et a l’autre du boult desdites brayes [60/], devaient reprendre le dessin des bouches circulaires de la tour des Dames où 4 pierres de format perpendiculaire étaient juxtaposées (Fig. 46) ; pour chaque chambre de canonnière, 17 couples de pierres [61/], asselers et voussoirs étaient nécessaires.

251Enfin nous trouvions les pierres taillées a deux branques, les autres a III et le pluspart a chincq brancques qui servent et font estocqs de quarche et esrachement aux croix d’ogive faites es deux places bas et salles de ledite porte [33/]. Les estocqs ou estas*, pierres formant tas de charge au départ des branches d’ogives, surmontaient les reprinses* ou responses, encore dits culs-de-lampe. Sur ces estocqs ou esrachements étaient montés les quarches ou segments de branche d’ogives, pierres taillées à deux chaussieres* qui font brancques en enssievant lesdis estocqs ausdites croix d’ogive [34/] (Fig. 164 et 165).

  • 615 DES MAREZ et DE SAGHER, I, 1909, p. 82 et sqq.
  • 616 BOISSEUIL, 1992, p. 44 et 46.
  • 617 JOUBERT, 1890, p. 76.

252Le vocabulaire lithique usité à Douai n’est pas particulier à cette ville : il se retrouvait sur les autres chantiers des anciens Pays-Bas, chantiers du Hainaut, du Cambrésis, du Tournaisis615, d’Artois, de Picardie616 et, avec quelques particularités, en Flandre, ainsi à la fin du xiiie siècle et au début du suivant à Ypres où sont mentionnées les pierres de liste, chambrande*, plankes, lintel, doubles quariaus, cuins617, etc.

  • 618 Abbé BOUTILLIER, « De la construction de la porte du Croux au quatorzième siècle d’après les ancien (...)
  • 619 SAMARAN et BRANET, 1902, p. 215.
  • 620 BERNARDI, 1995, p. 152.
  • 621 BRANNER, 1965, p. 123 et sqq.

253Il était usité dans une grande partie de la France du Nord, du Centre, mais aussi du Sud, avec parfois des variantes locales : à Tours au xve siècle, on utilisait les termes de pendens, cartier, blotz, accoudoirs, pierre esseillier, sueil618. Au château de Saumur (1367-1376), il est fait mention de tableaux, voussuers, pierres doublieres*, parpains bouges*619... Sur le chantier de la porte de Croux à Nevers, sont cités les membrures*, parpains, coings, ornaux*, tables*620. Les comptes de construction du château de Bassoues (Gers), en 1370-71, répertorient des lapidum vocatorum eysserars (asselers), des cugnos (cuins), tabulas (tables), passas (pas ou appas)621, etc.

  • 622 SALZMAN 1952, p. 103-118. COLVIN 1971, p. 248 et sqq.

254Par contre, en Provence, à Marseille ou Aix-en-Provence (dans le domaine de la langue d’oc), le vocabulaire semble radicalement différent622.

  • 623 SALAMAGNE, 1997, p. 67-68.
  • 624 Voir supra, 3.4.2.
  • 625 AMD, CC 203, f° 381 et sqq. ; de 6 à 9 sous le millier.

255Nous le rencontrons cependant dans les comptabilités des chantiers anglais, de la cathédrale de Winchester dès 1222 ou de l’abbatiale de Westminster à partir de 1252 – édifice dérivé de l’art français623 –, puis sur d’autres chantiers des xive et xve siècles. Les termes d’esselers, grand assheler, kuinz, skonchons, lystes, cerch, serches, coperons (caperons), rachemens (esrachements), respouns ou respounds (response), pendants, chamberand, formellis624, de simples adaptations phonétiques de leurs équivalents français, ne laissent aucun doute sur leur caractère d’importation. Remontait-elle au chantier de l’abbatiale de Canterbury, premier édifice anglais construit en style gothique sous la direction de Guillaume de Sens, originaire du continent, qui donna en 1174 aux tailleurs de pierre des plans d’appareil ? Ce vocabulaire reflète, nous l’avons souligné, les novations propres à l’opus francigenum : la méthode d’appareiller la pierre des ateliers français625.

8.6. La brique : une grande industrie des anciens Pays-Bas

8.6.1. La naissance de l’industrie de la brique à Douai

  • 626 AMD, CC 216, 75 r°, 80 rv°., 81 r°, 88 r°.
  • 627 AMD, CC 219, 100 v°-101 .
  • 628 AMD, CC 229, 57 v° ; à 40 sous le millier avec le transport, soit une fourniture de 105 livres, 13 (...)
  • 629 AMD, CC 223, 76 r° et CC 224, f° 74 ; à 40 sous le millier.
  • 630 GLAIESSER, 1978, p. 199 ; 20 000 briques provenant de le maison de le briqueterie de le ville, util (...)
  • 631 AMD, CC 201, f° 312.

256À Douai, l’emploi de la brique est attesté dès la seconde moitié du xive siècle (Fig. 170). En 1376, la construction de 284 m de murailles et de cinq tours entre les portes Saint-Éloi et d’Arras nécessita la livraison d’au moins 500 000 briques626 ; celle du front d’Esquerchin-Ocre en 1394 de 249 000 briques livrées par Jehan Pouppe, maître-briquetier627 ; pour le front de Barlet en 1439-40, Jehan Manbours et Jehan Collet fournirent 964 500 briques628 ; pour la tour Alexandre en 1451 Jehan Manbours en livra 409 000 et 13 000 briques furent prises en le provision de le ville au devant de le tour des Six-Hommes629. En 1463, Jehan Collet livrait pour les maçonneries et leur protection contre les intempéries des Halles 171 700 briques630 ; en 1455 et 1456, Gilles Collet fournissait pour la porte Notre-Dame 1 070 000 briques631, etc.

  • 632 AMD, CC 202, fos 236, 239, 312.

257Du nord-ouest au nord-est de Douai, des terres limoneuses (limons pléistocènes) étaient exploitables : la ville posséda dans la seconde moitié du xive siècle une briqueterie à Waziers (2 km au nord-est), affermée à un artisan qui lui devait chaque année la fourniture d’un certain nombre de briques632 (Fig. 171).

  • 633 ADN, B 4627.
  • 634 AMD, CC 206, f° 281.

258En 1392, 1 ancien ancien four situé al le briqueterie estans devant Escarpel (à 1 km au nord de Douai) ayant été détruit633, Jacques de Ferin et Colart Maillefer se rendirent à Valenciennes, pour savoir et enquerre comment un four de brique (...) est fais, combien de brique on y poet cuire et combien le dit four cousta a faire, pour sur ce avoir advis de marchander de faire un four de brique en ceste ville ; Jacques de Ferin se déplaça ensuite avec un des VI-Hommes à Orchies pour demander à deux ouvriers de brique de prendre le marché du four de Douai. Ce nouveau four fut construit à la briqueterie devant Escarpel par les machons de briques brabançons, Jehan de Bruxelles et Guillaume le Rumene, pour une somme de 69 livres, 6sous634.

  • 635 AMD, CC 206, f° 247 v°.
  • 636 AMD, CC 209, fos 27, 371 et 400 ; celle-là ou une autre est mentionnée le long de la Scarpe en 1439 (...)
  • 637 AMD, CC 210, f° 236.

259Au xve siècle, d’autres briqueteries furent crées (Fig. 5). En 1399-1400, sur une fourniture de 95 000 briques pour le château de Douai, 47 500 furent achetées à la briqueterie de Gillot Bullot à 36 sous le millier, 19 500 amenées de la briqueterie de la ville à 11 sous le millier et 28 000 autres du même lieu, avec un coût de transport de 12 sous le millier, pour ce qu’il estoit yvers635 ; ces briques provenaient probablement de stocks. Gillot Bullot devait selon les termes de son bail (1401) fournir chaque année à la ville 100 000 briques pour 189 livres636. En 1400-01, Nicaise Malherbe de Waziers livrait 12 000 briques637.

  • 638 AMD, CC 214, f° 141.
  • 639 AMD, BB 84, 69 v°.
  • 640 AMD, CC 218, 1446-47, f° 87 v°.
  • 641 AMD, BB 84, 140 r°.
  • 642 DUPONT, 1985, p. 33 et sqq.
  • 643 HOLLESTELLE, 1961, p. 14.

260En 1417, un dénommé Polie Versepole possédait une briqueterie au-dehors de la porte Morel, entre la rivière et la chaussée de Raches ; il devait à la ville 3 000 briques par an pour deux rasières de terres communales638. En 1426, Louis de Maubreucq reçut 48 livres pour construire un nouveau four pour la ville, à côté d’un précédent qui existait vers Escarpel639. Jehan Manbours livrait en la saison d’hiver 1431 et d’été 1432 des briques pour les murailles du front de la porte Morel venant de ses deux fours640 ; en 1440, qualifié de briqueteur flamencq natif de Grammont, il fut admis à la bourgeoisie641. En 1441, Jehan Mambours construisit deux briqueteries, l’une au-devant de l’abbaye des Prés et l’autre à l’extérieur de la porte Saint-Éloi, en s’engageant à livrer gratuitement à la ville 200 000 briques par an642. Mahieu Lamynche, admis à la bourgeoisie en 1497, était briqueteur de Bruxelles643.

  • 644 VERPLAESTE, 1965, p. 40.

261L’origine flamande ou brabançonne de l’industrie de la brique à Douai apparaît nettement à partir de ces quelques sources, son développement résultant visiblement, aux origines, d’une politique urbaine visant à trouver un matériau de substitution à la pierre, tout au moins lorsque la charge symbolique du monument n’entrait pas en jeu. Il en fut de même pour les villes de Mons644 et de Valenciennes, où fut construit à la fin du xive siècle une usine de briques,, avec fours et ateliers de séchage (Fig. 172). À partir du xve siècle cependant, à Douai tout au moins, les entreprises privées se multiplieront.

8.6.2. La diffusion de la brique dans les anciens Pays-Bas

  • 645 VERPLAESTE, 1965, p. 40.

262Après la chute de l’Empire romain, l’usage de la brique tomba en désuétude en faveur de matériaux plus légers, bois, osier ou chaume. Dès l’époque carolingienne cependant, on la réutilisa, mais entremêlée aux pierres des murs ou des arcs des fenêtres ou encore des fûts de colonne, comme à Steinbach et Seligenstadt645.

  • 646 HOLLESTELLE, 1961, p. 16 qui pensait donc à la continuité d’une activité ancienne.
  • 647 Dans celle de Emo et Menko.
  • 648 HOLLESTELLE, 1961, p. 16.

263L’usage de la terre cuite est attesté dans une construction souterraine de Saint-Bertin de Saint-Omer au ixe siècle646. Le pavage de l’église de Roskilde (Danemark) a été daté des années 1115, Saint-Donatien de Bruges fut couvert de tuiles aux xe et xie siècles et des poteries furent insérées au début du xiie siècle dans ses voûtes647. Il en est fait aussi mention en 1153 à Rolduc648.

  • 649 HOLLESTELLE, 1961, p. 17.
  • 650 HOLLESTELLE, 1961, p. 17-18.
  • 651 HOLLESTELLE, 1961, p. 19-22.
  • 652 HOLLESTELLE, 1961, p. 21 ; la tour du Saint-Sauveur à Bruges date des années 1200.

264Dans les Pays-Bas septentrionaux, elle est mentionnée pour la première fois dans des chroniques monastiques de Frise et de Groningue649 : on fit cuire des pierres pour la construction – entamée en 1238 – de l’église du couvent de Bloemhof à l’est de la ville de Groningue comme pour celle de l’église abbatiale de Mariëngaarde près d’Hallum (nord-ouest de Leeuwarden)650 ; des observations faites en fouilles ou dans les monuments conservés permettent de constater que dans les provinces de Frise et de Groningue, comme en Overijsel, sa diffusion date de la fin du xiie siècle651, comme au Danemark, où elle fut dès cette époque utilisée pour les fortifications et, pour les églises, dans les villes de l’Allemagne du Nord ou les villes rhénanes652.

  • 653 TERMOTE, 1985, p. 60-71
  • 654 HOLLESTELLE, 1961, p. 12.
  • 655 LENNEL, 1909, p. 50 et 237.
  • 656 COLVIN, 1963, p. 426-427.

265J. Hollestelle estimait que les abbayes cisterciennes – qui avaient des relations avec l’Italie du Nord et la France méridionale où des briqueteries existaient – jouèrent un rôle particulier dans sa diffusion, tant en Flandre qu’en Angleterre653. Il est vrai qu’en Flandre la brique apparaît à l’abbaye cistercienne des Dunes à Koksijde dans la première moitié du xiiie siècle (Fig. 173) et à celle de Ter Doest, près de Bruges, entre 1215 et 1225654. J. Termote situait cependant son expansion dans la seconde moitié du xiiie siècle, avec la reconstruction des églises de Sainte-Walburge et de Saint-Nicolas à Furnes655. Tout naturellement, devait-elle se diffuser ensuite d’est en ouest, et du nord au sud, par le Brabant et les provinces de l’Allemagne du Nord656.

  • 657 PERREAU, 1978, p. 9.
  • 658 F. BEAUCAMP, « La polychromie dans les monuments funéraires de Flandre et en Hainaut au Moyen Âge » (...)

266A Calais, sa mention devient fréquente dès le début du xive siècle, mais dès 1294 les portes de la ville furent murées de briques657. Les Anglais, après 1346, tirèrent parti du savoir-faire flamand en ce domaine : au xive siècle, ils importaient encore la brique de Marck, à 5 km à l’est de Calais, mais au début du xve siècle, ils construisirent un four près de Newenham Bridge (Nieulay, à 2 km à l’ouest de Calais) et, plus tard, un autre à Guines. En 1474-75, des briques étaient en outre importées de Hollande et d’Ostende658.

  • 659 RICHARD, 1887, p. 267.
  • 660 PAGART D’HERMANSART, Histoire du bailliage de Saint-Omer, 1193 à 1710, 1898, p. 87 et ADN, B 15754.
  • 661 DELMAIRE, 1972.
  • 662 E. PERROY, Le compte de William Gunthorp, trésorier de Calais 1371-72, Arras, 1959, p. 46.

267Pour la construction du château de Gosnay en 1312, 35 000 briques furent utilisées659, tandis que des tombeaux, à Warneton vers 1330-1340 et Commines vers 1431-1443, avaient leurs parois revêtues de briques jaunes660. À Saint-Omer, elle se diffusa dès le premier quart du xive siècle : on l’employa pour la construction de murs en 1323661, au château du lieu en 1342 et sur son donjon en 1355 où 200 000 briques furent mises en œuvre662.

  • 663 Voir GILLIODTS-VAN-SEVEREN, 1875.
  • 664 E. DRAUX, « Les remparts d’Orchies », Les Amis de Douai, no 6, 1978, p. 24-26.
  • 665 AML, 16012, 35 r°
  • 666 Equivalent d’une fourniture de 577 livres, 17 sous à 50 sous le millier plus 5 sous de transport ; (...)

268A partir de la fin du xive siècle et du début du suivant, l’essor de la brique allait être favorisé par la forte demande en matériaux entraînée par la construction des enceintes, à Aire-sur-la-Lys663, Ardres en 1371-73664, Bruges665, Calais, Orchies666, Lille...

  • 667 LEMAIRE, 1911, p. 462.
  • 668 Sur le boulevard Saint-Michel, AMA, CC 72.
  • 669 J.-M. DUVOSQUEL et C. LEMOINE-ISABEAU, La région de Commines-Warneton. Sept siècles de documents ca (...)

269A Lille, en 1318, une tour derrière Saint-Sauveur fut surélevée de pierres blanches et de briques667 ; en 1391 sur le château dit de Courtrai, elle fut utilisée en association avec la craie pour la construction d’une tour : 23 000 briques étaient livrées à la fin de juillet, 6 000 en novembre, au total environ 210 000 briques668 ; en 1402, 10 400 briques étaient livrées par Pierre de le Bieque pour la Noble tour669.

  • 670 SEYDOUX, 1979, p. 34 ; à Olhain la brique ne fut utilisée qu’en parement interne des ouvrages. Sur (...)
  • 671 Sur ces trois châteaux, voir les notices du catalogue BEAUSSART et SALAMAGNE, 1995.
  • 672 A 4 livres le millier.
  • 673 ADN, B 8624.

270Si à Arras, son usage n’est attesté qu’à partir de 1465670, les châteaux de Beersel en Brabant, de Commines671, Flêtre (Fig. 174), Verlincthum et Warneton672 en Flandre, d’Olhain et de Renescure en Artois, de Préseau, Sars-et-Rosières et Solre-le-Château673, de Rambures en Picardie témoignent de son essor dans l’architecture castrale du xve siècle, etc.

271En Hainaut-Cambrésis sa diffusion fut inégale.

  • 674 ADN, B 8635 à B 8637.
  • 675 ADN, B 8634. Elle coûtait 90 sous le millier.
  • 676 NEVEUX, 1971, p. 292.
  • 677 AMC, CC 52, f° 65 et sqq. et DD 36.

272À Bouchain, il faut attendre la seconde moitié du xve siècle pour trouver mention de son usage : 3 000 briques674 livrées en 1455-56 pour les cheminées de la tour Broyet675. Encore s’agissait-il d’une importation : en 1465-66, puis les années suivantes (en 1466-67 et 1468-69)676, c’était Pole Spingle, marchant des briqueteries de Valenciennes, qui fournissait la ville, dont 5 200 briques pour remaçonner un pan de mur de la porte des Moulins677.

  • 678 Elle revenait à 30 sous le millier prise au four.
  • 679 ADN, B 13469.
  • 680 ADN, B 7881, f° 91 et sqq.
  • 681 ADN, B 9019.

273À Cambrai, si l’utilisation de la brique est attestée dès 1401-02 pour la construction d’une maison678, ce n’est que tardivement, en 1426-27, qu’on établit une briqueterie et une tuilerie communale près de là porte Saint-Ladre, un contrat étant passé en décembre 1426 avec Paoules de Voerspaele679, déjà rencontré à Douai en 1417. A l’extérieur de la ville, la briqueterie de Proville (2 km au sud-ouest)680 livrait en 1406-07 ses produits à Rumilly, à 7,5 km au sud681.

  • 682 ADN, B 12835 ; livraison de 1 250 briques.
  • 683 ADN, B 12819.
  • 684 ADN, B 12824.
  • 685 Pour 10 livres et 6 sous pour le déchargement.
  • 686 Un compte de l’abbaye de Marchiennes (1444-1445), Mémoire de Maîtrise, Lille III, 1979, p. 343.

274Au Quesnoy, elle est employée dès la seconde moitié du xive siècle, mais pour des usages modestes : en 1360, pour les neuves chambres du château682 ; en 1376, pour des travaux à l’avant-porte du château et le pavage de la montée de la haute chambre monseigneur683 ; en 1401-02 pour le contrecœur de la cheminée d’une tour684. La briqueterie Monseigneur au Gard (le parc du château comtal) fournissait en 1383-84,16 500 briques à 30 sous le millier pour les cheminées de la porte de Fauroeulx685 et, en 1389, 3 500 briques686.

  • 687 PIÉRARD, 1981, p. 692.
  • 688 PIÉRARD, 1981, p. 335.

275En 1444, l’abbaye de Marchiennes se procurait 4 000 briques pour les travaux de son domaine, briques déchargées au Rivage de Marchiennes687, 2 000 briques furent achetées à Olivier Marlart et Bauguin Legrant pour les travaux aux greniers et au pont de la Scarpe688.

  • 689 ADN, B 7912.
  • 690 Y. DELANNOY, « Enghien », dans COLLECTIF, 1983.
  • 691 Elle est encore attestée à Chièvres à la même époque, voir M. de WAHA et J. DUGNOILLE, « Chièvres » (...)
  • 692 A 35 sous le millier ; la Salle-le-Comte était le palais des comtes de Hainaut, puis des ducs de Bo (...)
  • 693 ADN, B 9791.

276À Mons, elle apparaît en 1347689 ; en 1362, 79 000 briques étaient employées pour les fortification690 et en 1379-80, 38 200 étaient livrées pour les travaux de l’hôtel de Naste691. À Enghien en 1380, 76 000 briques étaient livrées pour les fortifications, 262 000 en 1384692, et au château d’Ath en 1391-92, 11 000 briques entre autre pour les cheminées693.

  • 694 A 35 sous le millier.
  • 695 ADN, B 9793.
  • 696 A 35 sous le millier.
  • 697 Autre palais comtal situé à Valenciennes.
  • 698 ADN, B 9799, livraison de 18 livres, 18 deniers à 40 sous le millier.
  • 699 Pour un aperçu général, voir Le patrimoine en brique, Monuments historiques, 1993.
  • 700 KLEIN et SCHWIEN, 1990.

277À Valenciennes, la brique se diffusa dans la dernière décennie du xive siècle : nous avons mention en 1390-91 de la livraison à la Salle-le-Comte de 4 950 briques694 par Jehan le Briqueteur (qu’il faut sans doute identifier avec le briquetier de Valenciennes Jehan Balkart)695, en 1391-92 de 100 briques par Jehan Balkart696 pour achever 2 cheminées de la maison comtale de Trith697, en 1393-94 de 8 500 briques698 pour 2 cheminées et le pavage de l’aistre de la cuisine de la maison de Malaunoit699 et de 1 600 briques de cantiel par Jehan Balkart pour hauchier les cheminées de cette maison700, etc. Ainsi à Valenciennes fut-elle utilisée pour la restauration de murs de maisons ou des bâtiments ou le pavage des sols, des aîtres ou des contrecœurs des cheminées...

  • 701 H. PRADALIER, « Le palais de la Berbie », Congrès archéologique de France, Albigeois, 1982, p. 122- (...)
  • 702 LEBLANC, 1985.
  • 703 DUPONT, dans COLLECTIF 1985, p. 32 et sqq.
  • 704 La relation établie [DE WAHA, 1985, p. 53] entre la diffusion de la brique et le plan carré des tou (...)

278Si nous ne traiterons pas de la diffusion de la brique en France701, soulignons néanmoins son emploi pour les fortifications de Strasbourg au début du xiiie siècle702, d’Albi à la fin du xiiie siècle703, de Toulouse704 ou de Perpignan (Le Castillet) au xve siècle. En pays de Loire, son essor remonte à la seconde moitié du xve siècle, probablement sous l’influence des chantiers royaux, sur les châteaux de Plessis-lès-Tours, Gien, Saint-Fargeau, Lassay-sur-Croisne, Flerbault, etc.

8.6.3. Les fortifications et la diffusion de la brique

  • 705 HOLLESTELLE, 1961, p. 47-48.
  • 706 AMD, CC 209, f° 382.

279La thèse établissant une relation entre la diffusion de la brique et le développement des chantiers de fortification en Hainaut, si elle se trouve justifiée pour certaines villes – le fait est incontestable pour Mons où la concomitance de la construction en dur de l’enceinte et de l’installation d’une briqueterie communale a été notée705 et peut-être aussi pour Douai-, ne peut néanmoins être généralisée à toutes les villes du Hainaut-Cambrésis. Les exemples qui précèdent démontrent au contraire qu’à Valenciennes, le Quesnoy, Bouchain, Avesnes ou Cambrai, les travaux aux fortifications de la seconde moitié du xive siècle n’entraînèrent pas le développement de son emploi.706.

280La diffusion de la brique fut fonction d’un ensemble de paramètres, proximité des bassins carriers, disponibilité de la main-d’œuvre, programmation du chantier, etc. L’exemple de Douai – mais peut-il être généralisé ? – atteste de son emploi privilégié pour la fortification. C’est du moins la conclusion que l’on doit tirer de la remarque de Pierre Demolon selon lequel, dans l’architecture civile douaisienne, son usage en fondation et pour les premiers niveaux d’habitation est resté exceptionnel jusqu’au début du xvie siècle.

  • 707 Appareil parfois abandonné au xixe siècle où l’on ne disposa plus les briques qu’en panneresses au (...)

281Dans le cadre de la construction des fortifications les ressources locales pouvaient s’avérer insuffisantes, malgré l’existence de plusieurs fours de production. À Utrecht, sur le chantier de l’église du Buur en 1454, des briques furent importées avec des frais de transport se montant à 50 % du prix du produit707 mais en évitant les difficultés liées à la recherche des matériaux et en supprimant le coût de la taille de pierre. D’autre part, elle s’adaptait plus facilement aux voûtes des galeries ou des embrasures de tir. Par contre, sa production était limitée à la bonne saison : en période de gel, le pétrissage de la glaise et de l’argile s’avérait impossible et en arrière-saison les gelées nocturnes pouvaient l’endommager. La production ne commençait donc qu’au début du mois d’avril ou après Pâques.

  • 708 AMD, CC 205, f° 345.
  • 709 BRUCHET, 1922, p. 225 et sqq.

282Les briques des parties hautes des ouvrages souffraient des intempéries : en 1417, à Douai, un charretier récupéra 11 voitures de bricque qui estoit queue des encapronnements* des murs de la forteresche entre le porte Morel et le tour du Die708, murs pourtant construits en 1405. La fragilité de leurs parements résultait de la multiplication des joints et de leur résistance, médiocre aux projectiles de l’artillerie. À l’époque classique, pour renforcer leur liaison avec le blocage des murs, on les disposait alternativement en panneresses et boutisses et on insérait, de place en place, des boutisses de grès709.

  • 710 PJ 13.
  • 711 CURNOW, 1982, p. 65-69 ; il s’agirait de l’exemple le plus précoce de l’utilisation de la brique à (...)
  • 712 DES MAREZ et DE SAGHER, I, 1909, p. 90.

283Aussi le débat était-il fréquemment ouvert sur les mérites respectifs de l’un ou l’autre des matériaux. En juillet 1400, une dépense de 33 sous pour frais de bouche fut consentie par la ville en faveur des maçons, aprés ce qu’ils furent revenu de faire veue sur les ouvraiges de machonnerie fais au dehors des ventelles des fours des yaue pour savoir se on leveroit le tour de griés ou de brique710. En définitif, ses parements furent élevés en grès mais les maçonneries intérieures le furent en brique, compromis également adopté pour la tour des Dames et la porte Notre-Dame. Il en fut de même pour l’église Notre-Dame, bâtie en grès à l’extérieur et pour ses arcades à l’intérieur, en brique pour le plein des murs (Fig. 175). Mais on sait qu’en 1462, le duc de Bourgogne fit arrêter la construction en brique des murs du palais Rihour de Lille : l’ouvraige est trop somptueux pour y fere si meschant ouvraige, préférant l’utilisation en parement externe et interne de la pierre, même si la Chambre des Comptes de Lille objectait que d’autres hôtels lillois, dont celui du défunt évêque de Tournai Jean Chevrot, avaient été édifiés en brique711. Les échevins de Douai, même s’ils étaient conscients des limites techniques de ce matériau, n’avaient pas les mêmes réticences sur son apparence esthétique : en 1451, ils gratifièrent les maçons de la tour Alexandre pour avoir mis en parement le plus belle bricque et le mieulx cuite712.

284Les villes avaient tout intérêt – les ressources lithiques restant la possession des seigneurs laïcs ou ecclésiastiques – à développer l’industrie de la brique. Son usage leur donna une liberté plus grande, en leur permettant de réduire la part des approvisionnements en pierre, et donc la tension sur leurs prix.

8.6.4. Une production préindustrielle

  • 713 PERREAU, 1978, p. 9.
  • 714 COLVIN, 1963, p. 445.

285Dès la fin du xiiie siècle, en Flandre, Artois et Angleterre, des livraisons de plusieurs centaines de milliers de brique sont attestées sur les chantiers : 228 300 carreaux furent achetés en Flandre en 1276-78, et 10 800 grands carreaux à Ypres en 1281 pour le blocage des piédroits des niches et des arcs brisés des voûtes de la courtine occidentale de la Beauchamp Tower du château de Londres713. À Ypres même, 2 045 350 briques furent livrées en 14 mois en 1386-87 pour la construction des Halles714.

  • 715 AGR, CC 26477.
  • 716 AMAi, EE 1 et EE 2.
  • 717 PAUWELS, 1983, p. 123.
  • 718 KNOOP et JONES, 1967, p. 2.

286La construction de la tour du château de Gosnay en 1312 nécessita plus de 350 000 briques715, la restauration des murs du château de Calais en 1375-76,228 000 briques716. L’édification du château d’Audenarde, en 1385-86, exigea plus de 200 000 briques717, celle du premier niveau de la porte du Molinel à Aire-sur-la-Lys, en 1429-30, 251 000 briques718.

  • 719 HARVEY, 1975, p. 143.
  • 720 Guy BRIGAUX, La maçonnerie, Paris, 1964, p. 64 et sqq. ; LAURENT, 1994, p. 37-39.
  • 721 A. SALAMAGNE, « A propos de quelques mentions de chaufours médiévaux dans les anciens Pays-Bas méri (...)

287Vers le milieu du xve siècle, il n’est plus rare de trouver mention de fournitures voisines des 500 000 briques ou plus : 436 000 briques pour le mur de contrescarpe du château de Courtrai en 1431719, plus d’un million pour la construction du collège d’Eton (Angleterre) en 1443-44720, 1 070 000 briques pour la porte Notre-Dame à Douai en 1455, 480 000 briques entre 1494 et 1497 pour la construction de la tour centrale de la primatiale de Canterbury721.

288On peut donc reconnaître dans les anciens Pays-Bas-puis en l’Angleterre-une production préindustrielle de la brique, production dont les capacités furent encore accrues au xviie siècle avec les travaux réalisés aux enceintes bastionnées, les prédécesseurs de Vauban, puis ce dernier faisant de la brique le matériau par excellence de la fortification.

8.7. Les autres matériaux

8.7.1. La chaux et le sable

289On distingue deux types de chaux aérienne, la chaux grasse et la chaux maigre.

290La chaux grasse résulte de la calcination de la pierre calcaire (CACO3) donnant de la chaux vive (CaO) après dégagement du gaz carbonique (CO2). Un ajout d’’une certaine quantité d’eau donne de la chaux éteinte (CaO + H2 0 = Ca (OH)2). La chaux grasse, dont la consistance est identique et proche de la pierre d’appareil – dans la mesure ou celui est en calcaire – offre une bonne adhérence, laisse respirer le mur et a une prise lente à l’air.

  • 722 VERRIEST, 1908, p. 174.

291La chaux maigre est réalisée avec des calcaires moins purs, contenant des silicates d’alumine, ce qui lui donne une légère hydraulicité. La chaux hydraulique résulte de la calcination d’un calcaire plus riche en argile. Elle débute sa prise à l’eau et la termine à l’air722.

292Les comptabilités médiévales nous renseignent peu sur la fabrication de la chaux : comme la plupart du temps, sa fourniture était assumée par des entrepreneurs privés qui passaient marché avec le commanditaire, les livraisons sont répertoriées sans indication d’origine. Et même lorsque le chantier était en régie, la fourniture de chaux restait le plus souvent assurée par marché.

  • 723 BAVAY, dans COLLECTIF, 1979, p. 159.
  • 724 GODFROID-LAURENT, 1968, p. 167.
  • 725 TOURNAY, 1979, p. 3 et 6 ; Beaumont possédait pourtant un four.
  • 726 Le four fut restauré par deux maçons, AMD, CC 200ter, rouleau 3.
  • 727 De Simon de le Froidecourt, fermier des fours a le cauch appertenant a ladite ville seans sur Barle (...)

293Les fours à chaux (chauffours) étaient généralement situés à l’extérieur des villes ou près des lieux de production de la pierre calcaire723. Tournai était, en raison de la présence de nombreuses carrières, un grand centre de production de la chaux : l’existence d’un caufour est attesté en 1282 dans la paroisse Sainte-Catherine et un acte de 1283 évoque les cauffours kl sunt deseure Tournai724. De même Écaussinnes fournissait au xive siècle les villes de Soignies (à 6 km à l’ouest) et Braine-le-Comte (7 km au nord)725. Les chaufourniers d’Ath livraient leur chaux à Lessines à une quinzaine de kilomètres au nord-est726. Mais de petits villages pouvaient posséder un four à chaux et fournir des villes plus importantes, c’était le cas de Barbençon (Hainaut) qui, au xve siècle, approvisionnait Beaumont727.

  • 728 AMD, CC 209, f° 391.
  • 729 A Jehan Manbours, briquettier, pour (...) III milliers (de briques) dont on refist l’un des cauffou (...)

294À Douai, les fours à chaux sont mentionnés dès 1350 près de la porte Saint-Éloi et place du Barlet728, donc intra-muros, ce qui leur permettait d’alimenter facilement les chantiers urbains (Fig. 176) : la ville louait à des fermiers, avec des baux de six ans, les maisons attenantes où ces derniers devaient stocker une partie de leur production ou de leurs outils729.

  • 730 AMD, CC 210, fos 236 v° à 239.
  • 731 COLVIN, 1963, p. 426-427.
  • 732 SAUZE, 1994, p. 145.

295En 1417, le maçon Jehan Hurtault reconstruisait un des chauffeurs du Barlet pour un marché de 8 livres, 5 sous, non compris les matériaux : A Jehan Hurtault le jone, machon, pour seu sallere d’avoir ouvré a desmachonner un des caufours estans sur le place du Barlet, lequel nestoit nie bon ne convenable a cuire marie, et icellui remachonné de tieullos de bricque et de plancques de pierre730. Ces fours, au plafond constitué de plancques de grès et au foyer tapissé d’une maçonnerie de briques plates, étaient donc des installations permanentes731. En fonction des besoins, on construisait un nouveau four, comme sur le chantier de la tour des Dames en mai 1426 : les maçons Raoul Larchon et Pierot Laleame élevèrent un noef cauffour a cuire cauch au lieu d’un petit cauffour qui esté a le ville en le place de Barlet duquel on ne se pooit aidier732.

  • 733 ESPINAS, 1913, 3, p. 331-332.
  • 734 AMD, AA 90, 68 r° ; ESPINAS, 1913, 3, p. 331-332.

296La fourniture régulière de chaux était un problème prioritaire sur un chantier. À Calais, au xve siècle, l’approvisionnement à partir des Pays-Bas étant perturbé par le blocus commercial, les Anglais firent venir leur chaux du Kent733. Au Pertuis (Provence), menacé d’un siège en 1397, la cuisson de la chaux se fit sous escorte militaire à quelques centaines de mètres de distance du bourg734.

  • 735 M. SOMMÉ, « Étude comparative des mesures à vin dans les États bourguignons au xve siècle », Revue (...)

297À Douai, en 1264, le ban échevinal concernant le commerce de la chaux réglementait les droits à payer, la contenance de la rasière et son prix de vente à 5 deniers artésiens, sous peine d’une amende de 10 livres et d’un bannissement de la ville735 :

298Et toute le cauc que on vendera en ceste vile, con le mesure a tele mesure ki assise est par eschevins, boinne et loial et ensaingnié de le noviele ensaingne de le vile, et que on l’estricke* de ronde estricke, sor XX s. de forfait.

299Et del porter a fais de cauc partout dedens le pooir de le vile, et lonc et priés, I d. ; et del mui porter en grenier, III d. ; et li porteur soient apparelliet del porter ausi bien lonc que priés et ki encontre serait del porter, il perderoit le mestier del porter I an de tous portages.

300Et del muis fondre et mesurer, II d. Et ce doit li marchans.

  • 736 AMD, CC 200ter, rouleau 3.

301Et ke on ne vende le rasiere de cauc que XV doissiens*. Et si prende-on por le rasiere V d. artisiens, u monnoie a le avenant. Et ki plus chier le venderoit, il seroit a X lb., et banis de le vile736.

  • 737 AMD, CC 201, f° 308, 311, 325 et passim ; CC 202, f° 306 et sqq.
  • 738 AMD, CC 209, f° 374, cit. par MORRIS, 1977, p. 289.
  • 739 AMD, CC 216, 87 v°-88 r°, CC 219, 100 v, 101 r°.
  • 740 ADN, B 4650, 15 v°.
  • 741 ESPINAS, vol. 1, p. 541, vol. 4, p. 444-445.
  • 742 AMD, CC 210, f° 236 et passim.

302Le Magistrat avait donc défini une mesure type pour la chaux, que l’on vérifiait à le noviele ensaingne de le vile, correspondant probablement à la rasière ayant une contenance à Douai de 133,10 litres737. En 1350, le vaisseau, constituant le sixième du muid, revenait à 22 deniers, outre 3 deniers de transport pour deux vaisseaux738 ; en 1391 et 1392, les fournitures de chaux étaient assurées par Simon Bertoul (Simon le cauffourier) ou Simon le Fossier à 18 sous le muid (sans la livraison)739, le vaisseau valant 3 sous. En 1417, pris au chauffeur du Barlet, le muid revenait à 6 sous740. Dans les années 1420-1450, livré il variait entre 12 et 13 sous741 ; en 1445-46, le prix du faiz livré à 2 sous, 6 deniers742, ce qui donnerait à cette unité de mesure une capacité d’environ 26 litres.

  • 743 ESPINAS, vol. 4, p. 747-748.

303Les articles 4, 5 et 6 du ban échevinal concernant les matériaux de construction, édicté en 1371, attestent de la surveillance de la production, en termes de quantité comme de qualité, opérée par la ville743 :

304Et que nulz cauffouriers ne autres ne puist hoster du cauffour, en tournant icelle a vendage ou en le merllant aveucques viese cauch, jusquez atant que li eswardeur sur ce commis le aront veue et eswardee, pour savoir quelle soit bonne et souffisant et bien cuite, sur le fourfait de 40 s.

305Et qu’il ne soit aucuns cauffourier ne se femme ou mesnie pain mengant si hardis ne si hardie, qui mesureche ne s’entremette de mesurer cauch en vendant, livrant ou accatant ycelle, ne autres quelconques, que seullement li porteur de cauch ad ce commis et serementéz, sur le fourfait de 20 s.

306Et qu’il ne soit aucuns cauffouriers, qui reffuseche ne meithe contredit a montrer se cauch as dis eswardeurs, toutes et quantes fois que il en sera sommés ou requis d’iceux eswardeurs, sur le fourfait de 40 s.

  • 744 AMD, CC 209, fos 370-371, cit. par MORRIS, 1977, p. 286.
  • 745 AMD, CC 213, 1429-30, 15 v°.
  • 746 AMV, CC 218, f° 6 et CC 219, f° 8 v°.
  • 747 AMD, CC 218, f° 2 r°.
  • 748 AMD, CC 218, fos 4 v°, 5 r°.
  • 749 AMD, CC 202, f° 336 et sqq.
  • 750 AMD, CC 216, 87 v°-88 r°.

307La marliere de cauch alimentant les fours de Douai se trouvait à Lambres, à 2 km au sud de la ville744 : le 10 octobre 1400, un dénommé Mahieu de Lambres, qui était également propriétaire d’un moulin à huile, s’engageait à livrer à Gilles le Duc, cauffourier, 400 carées de pierre de marle de la marliere de Lambres as cauffours a Douay pour faire cauch745. En 1417, ce dernier, décédé, était remplacé dans ses fonctions par sa femme, cauffouresse746. En 1429-30, la ville arrentait à Jehan Polie et son fils des terres proches de la marliere de la ville, à côté du chemin que on dist le fossé au poullieul que on appelle le chemin de Wagnonville, pour y prendre marie pour lesdis cauffours de la ville747. Entre 1446 et 1450, les cincq coupes de terre seans au terroir de Lambres ou on prent a presens marle a faire cauch aux cauffours seans sur le place de Barlet étaient tenus gratuitement par Jehan Manbours, cauffourier desdits cauffours, en même temps qu’une autre terre proche de la précédente et tenant au chemin dit le fossé au poulieul748. Jean Manbours, encore briqueteur, avait un certain capital : il détenait la cense des caucies* de la porte Morel pour 16 livres par an, et 4 livres, 6 sous deniers oboles pour la droiture de spies de cauchies749 et tenait encore de la ville une pièce de terre au dehors de la porte Morel750.

  • 751 AMD, CC 219, 100 v°, 101 r°.
  • 752 ADN, B 12835 : A Jehan le Cauffournier pour toute le kauch qu’il a livret en ceste saison d’estet p (...)
  • 753 HAMON, 1996, p. 231-232.

308Il resterait encore à disposer d’éléments de comparaison pour apprécier les quantités annuelles de chaux livrées sur le chantier. Lors de la seconde campagne de construction du beffroi en 1391-92, les livraisons se montèrent à 139 muids en 22 semaines, soit une moyenne de 6 muids un tiers par semaine751. Sur la saison 1439-40, Jehan Mambours livra 995 muids de chaux752, sur la saison 1450-51 (construction de la tour Alexandre), 389 muids753. Les quantités de sable livrées sur le chantier l’étaient – normalement – en quantité supérieure à celles de chaux, mais dans les deux dernières saisons citées ne sont attestées respectivement que la fourniture de 518 et de 191 muids, un benel de sable : c’est là probablement où les provisions constituées par la ville faussent une réelle comptabilité des approvisionnements. D’autre part une part importante du sable servait au pavage des cauchies.

  • 754 J.-P. LEGUAY, L’approvisionnement des chantiers bretons en matériaux de construction aux xive et xv(...)
  • 755 Au chevet gothique de la collégiale Saint-Pierre de Lille par exemple, les mortiers de l’empattemen (...)
  • 756 AMD, CC 202, fos 348-350.
  • 757 DIEUDONNE, 1804, 1, p. 204.

309Les fournitures de chaux et de sable pouvaient atteindre un millier de muids par an, soit une trentaine de muids par semaine. Sur le chantier des fortifications du Quesnoy en 1401-02, elles se montèrent à 664 muids754, sur le chantier Saint-Gervais-Saint-Protais de Gisors en 1544-45, à 137 muids par an dont 60 muids pour les deux seuls mois d’août et septembre 1503 lors de la phase des fondations755. Jean-Pierre Leguay estimait, à propos de deux années de gestion des chantiers nantais en 1448-49 et 1449-1451 que la part de la chaux représentait 15,50 % et 25,50 % des dépenses de matériaux756, chiffres ponctuels évidemment car le coût de ce poste variait en fonction de nombreux paramètres et en particulier de la nature des maçonneries élevées757.

  • 758 AMD, CC 209, passim.
  • 759 AMD, CC 216, 87 v°-88 r° et passim.
  • 760 ADN, B 4650, 15 v°.
  • 761 Thèse émise par GIMPEL, 1975, p. 79 et sqq. et reprise par BECHMANN, 1984, p. 95 et sqq.
  • 762 BECHMANN, 1981, p. 29.

310L’origine du sable livré sur les chantiers douaisiens n’est que rarement précisée par les comptes. Sable de mine, probablement mêlé d’une certaine quantité d’argile, en provenance des sites d’exploitation du grès, ainsi de la sablonnière de Lewarde en 1391-92758, mais peut-être aussi de Raches où le préfet Dieudonné notait encore en 1804 qu’était exploité un « sable de dunes blanc mêlé d’argile »759. Son coût était relativement élevé, 8 sous le muid livré en 1391-92,12 sous en 1417760, 16 sous le muid entre 1420 et 1450761, 7 sous le benel en 1445-46762, etc. À titre de comparaison, il ne dépassait pas à Valenciennes pour la même période 18 deniers le benel, ce qui, mais à mesure de capacité égale, constituerait environ le cinquième du prix douaisien.

8.7.2. Le bois

311Le développement de l’usage de la pierre ou de la brique à la fin du xive siècle peut-il être mis en relation avec l’épuisement des ressources en bois ?

  • 763 DE BOUÄRD, 1975, p. 50.
  • 764 PLATELLE, 1965, p. 123-124.

312Du xie au xive siècle, le surfaces des forêts se seraient réduites devant les défrichements et essartages en raison de la consommation toujours plus grande de bois d’œuvre motivée par l’ouverture de nombreux chantiers ou la reconstruction de villes détruites par les incendies : on cite à cet égard les difficultés rencontrées par l’abbé Suger pour approvisionner son chantier de Saint-Denis de poutres longues de 35 pieds, les charpentiers parisiens rapportant qu’on ne pouvait en trouver dans les environs et qu’il fallait les faire venir de la région d’Auxerre ; en définitif, il découvrit quand même 12 poutres dans la forêt de Chevreuse763. Mais en ce qui concerne la période du xie au xiiie siècle, il est indiscutable que tout concourt à la déforestation, l’augmentation de la population entraînant l’accroissement de la consommation de bois, en même temps que l’expansion de l’espace cultivé, en raison de la faible productivité de l’agriculture, mais aussi de certaines pratiques d’exploitation des espaces boisés contribuant à leur modification et à leur dégradation764...

  • 765 AMD, CC 203, passim
  • 766 AMD, CC 217, fos 92 à 96.
  • 767 AMD, AA 90, 50 r° et sqq., ban sur la laigne ; ESPINAS, 1913, 3, p. 203 et sqq.
  • 768 AMD, CC 177 ; Lettres-patentes, données à Lille le 14 décembre 1433, des commis ordonnés par le duc (...)

313Michel de Boüard faisait remarquer que les ressources forestières étaient essentiellement aux mains des seigneurs765 certes, mais aussi des communautés monastiques. Au début du xie siècle, Richard de Saint-Vanne, abbé de Saint-Amand de 1013 à 1018, expédiait au monastère Saint-Jacques de Liège, dont il était également abbé, le bois nécessaire aux constructions766. Il devait être convoyé par voie d’eau jusque Valenciennes et par voie de terre jusqu’en aval de Maubeuge avant de reprendre le cours de la Sambre, puis de la Meuse jusqu’à Liège. Autour de Douai, les principales ressources en bois étaient aux mains des grandes abbayes, dont la ville dépendait pour ses approvisionnements. Le bois de qualité, le chêne, venait principalement de Marchiennes (15 km à l’est de la ville) ou de Saint-Amand (30 km au nord-est) ou encore en 1394 pour les pilotis, de Raimbeaucourt (12 km nord-ouest de la ville)767. Au mois d’août 1445, Piérart Vottin et le maître-charpentier Jehan Turquet se rendaient à Saint-Amand pour rencontrer le prévôt de l’abbaye et acquérir des chênes pour la charpente de la tour David768.

  • 769 AMD, CC 219, 106 v°, septembre 1451 : A Jehan Paret demourant a Vallenchiennes, pour l’accat fait a (...)
  • 770 AMD, CC 201, f° 307 et f° 328.

314La Scarpe était utilisée pour le transport, à l’importation comme à l’exportation, du bois (Fig. 177) : dès 1250 environ, un ban échevinal réglementait le commerce du bois, et entre autre le déchargement des nefs au Rivage769. En 1433, le sire de Baugois, seigneur d’Inchy, châtelain de Douai, et la ville rappelaient que de tout temps se conduisaient par navire toutes les laignes, quesnes et autres mairiens venans des coppes de tous les bois croissans et qui sont tant sur le pais et conté de Flandres comme sur le conté d’Ostrevant audessus d’un des troit passage de la riviere de le Scarpe qui fleue et descent de ladite ville de Douay a Tournay appelé le trau de Marillon, estant léz la ville de Saint Amand770... Ces grands bois étaient convoyés sur des navires adaptés, nef aux quesnes de 140 muids de jauge.

  • 771 AMD, CC 201, f° 331.

315Le bois d’œuvre courant était de provenance locale, des faubourgs ou des environs même de la ville, mais les lattes de chênes pour les couvertures de tuile venaient de Valenciennes771.

  • 772 AMD, CC 202, f° 341 ; arentement du droit des esmoyages des raymes* qui sefait en une partie de le (...)
  • 773 AMD, CC 209, f° 375.
  • 774 AMD, CC 202, f° 328.

316La ville traitait soit directement avec les abbayes, soit avec des marchands, par exemple en 1391-92 avec Jehan Ternois et Amoury Bauchant, maironnier, ou Waltier Painmoulliet772, ce dernier livrant 3 chênes de 26 pieds de longueur et 17 pouces de face pour le gistage du beffroi et le four à brique de la ville773. C’est donc que les pièces – les roilles*, seulles*, postiaux, keuvirons* – étaient fournies équarries et prêtes à l’emploi ; dans d’autres cas cependant, le maître-charpentier de la ville était chargé de débiter les chênes à leur arrivée au Temple774 (Fig. 178).

  • 775 AMD, CC 201, f° 328 et passim ; chêne pour les estaques des bailles, les éléments des charpentes, l (...)
  • 776 Pour faire des hourts** au beffroi en 1391-92, AMD, CC 201, f° 310, des pilots pour les estanques* (...)

317Un frêne coûtait 2 sous, 6 deniers775, le chêne de 20 pieds autour de 5 ou 6 livres, un sommier en chêne de 11 pieds de longueur destiné à un pont-levis 3 livres776. Le frêne était encore utilisé pour les outils, les manches des marteaux de maçon, pour faire les fonds des oiseaux a porter mortier, sorte de panier que l’on portait accroché au dos.

  • 777 On consultera en dernier lieu, Le bois et la ville du Moyen Age au xxe siècle, Colloque de L’Ecole (...)
  • 778 AMD, CC 209, f° 385 et passim.
  • 779 AMD, CC 225 (1457), 63 r°.
  • 780 AMD, CC 229, 1462-63, 47 v°.

318Les fortifications faisaient une énorme consommation de bois, – dont les essences les plus fréquemment citées étaient le chêne777 et le frêne778 – non seulement en raison de la nature même des terrées, de bois et de terre, mais encore parce que leur durée de vie était inférieure à celle des ouvrages de maçonnerie779. Les mentions sont incessantes dans les comptabilités de restauration des ouvrages et de leurs superstructures de bois, en particulier des planchers et des combles, des ponts de charpente et des ponts-levis, des bailles, des parois des boulevards de terre, des garites des murailles, des ventelles des portes d’eau, rompues et perdues par la force des eaux780, des huis ou encadrements des fenêtres, des portes pourries par l’humidité, des mantelets décrochés des parties hautes des tours...

  • 781 AMD, CC 223, fos 54 r°, 65 v°.
  • 782 AMD, CC 213, 1429-30, 176 v° et passim.
  • 783 AMD, CC 220, 46 r°.
  • 784 MD, CC 209, f° 375, les pilotis avaient 5 pieds de longueur.
  • 785 Fondations sur pilotis de chêne tapés à la hye*, au fons de le fosserye ; AMD, CC 225, f° 55 et 71  (...)

319Sur le chantier, les charpentiers montaient les cintres pour tourner subz les vaulsures des encambrements* des canonnieres781, les voûtes des arcades ou des passages des portes. Les quevallés pour hourder les machons782 et les hourdements* des cintres étaient en frêne783 ou réalisés avec de vieux bois784. Les échafaudages étaient constitués par des cloyes*, claies d’osier ou encore par des planchers de bois (hestaux*) formant le sol des échafaudages. On évoque encore, à propos du chantier des Halles de Douai (1463) les voyes de cloyes sur longhes pieces de bos pour aller et venir en portant estoffes a l’œuvre de machonnerye785 (Fig. 179 à 181).

  • 786 AMD, DD 210, achat par la ville de terrains hors la porte d’Arras afin d’y ediffier un boulewercq.
  • 787 AMD, CC 209, f° 368.
  • 788 AMD, CC 209, f° 376.
  • 789 AMD, AA 90, f° 68 ; ESPINAS, 1913, vol. 3, p. 331 ; DESQUIENS, 1994, p. 506.
  • 790 AMD, CC 219, f° 69 v°.

320Le bois intervenait aussi, en raison du terrain marécageux du sol douaisien, pour les pilotis disposés en fondation des ouvrages, ainsi pour les quatre tours et courtines de grès et brique construites en 1394 sur les crestes* de le darraine forterreche entre les portes d’Esquerchin et Ocre, pour la tour des Hours en 1399, le batardeau près de l’abbaye des Prés en 1417786, la tour des Dames en 1426, la porte Notre-Dame en 1454 et ses courtines collatérales en 1457787, le boulevard de la porte d’Ocre entre 1494 et 1499788, etc. Ces pilotis, dont la longueur dépendait de la nature du terrain rencontré, avaient le plus souvent entre 1,50 m et 2 m. Pour la construction du batardeau du boulevard de l’abbaye des Prés, en 1417, on débita en deux pièces six chênes, lesquels ont esté joncquie* et assis sur le fins dudit ouvrage de fosserie afin d’avoir meilleure et plue seure fondacion789. Ils étaient tenus ensemble par des chevilles de fer d’un poids de 750 grammes790.

8.7.3. Les matériaux de couverture

321Le chaume, la tuile aussi bien que l’ardoise furent utilisés à Douai en couverture.

322Le ban échevinal de 1264 distinguait le roseau et la paille : Et que tout li ros que on amenra en ceste vile, que il soit boins et loaials, et kil soit autels devers com dehors, et kil ait XVI pols de tor de loiure* et IIII piés de lonc au mains, sor perdre le ros et sor XX s. de forfait et tout cil ban devant dit doivent coumencier a le Pentecouste l’an LXIIII isme

  • 791 ESPINAS, 1902, p. 384.

323Et que tout li warat* soient boin et loial de XIIII pols de tour de loiure, sor XX s. et sor perdre les waras791.

  • 792 AMD, CC 206, fos 250, 255-256 ; AMD, CC 208, f° 453.

324Le roseau était donc vendu en bottes de 2,40 m de circonférence sur 1,20 m de longueur et la paille en bottes de 2 m de tour. Au xve siècle, on les coupait dans les arrières-fossés, ainsi en 1450 entre les portes Saint-Eloi et Vaqueresse792.

  • 793 AMD, CC 200ter, rouleau 3.

325En 1350 une tour derrière le Temple était encore couverte de chaume793, mais au xve siècle son usage n’est plus mentionné pour les tours, si ce n’est comme couverture provisoire en fin de campagne.

326Pour les tours de flanquement, ardoises et tuiles furent employées indifféremment au xve siècle ou plus exactement en fonction de leur type de charpente.

  • 794 AMD, CC 201, f° 255.
  • 795 AMD, CC 219, f° 68 r° et passim.

327En 1350, les portes d’Arras et Vaquereche794, comme les Halles des Échevins, les boucheries, de nombreuses maisons et édifices étaient couverts de tuiles795.

328La tuile est un silicate d’alumine hydraté à la couleur variable selon l’importance des oxydes métalliques. Ne pouvant être posée que sur des pentes supérieures à 25°, elle exerce des charges très fortes sur les murs gouttereaux et nécessite des murs épais ; en fonction de leur poids, de leur recouvrement et de leurs dimensions, 25 à 85 tuiles sont nécessaires par m2. D’une durée de vie inférieure à l’ardoise – de 20 à 30 ans contre 100 ans pour la première – elle est plus vulnérable aux intempéries.

  • 796 AMD, CC 177.
  • 797 AA 88, f° 2 v” ; AA 89, 9 v° ; AA 94, f° 25 r° ; TAILLIAR, 1849, p. 225.
  • 798 AMD, AA 90, 68 r° ; ESPINAS, 1913, vol. 3, p. 331.

329Elle était produite à Flines-les-Raches796, au nord-est de Douai, ou un peu plus au nord à Ostricourt797 et était probablement transportée par voie d’eau jusqu’à Douai : en 1392, le tieulier Jehan le Robart possédait un bacquet798.

  • 799 Annie BROEZ, « Fouilles du plateau Chemerault, Campagnes 1982-1983 », Mémoires de la Société archéo (...)

330Un ban vers 1255 prescrivait de couvrir en tuile toute maison neuve : On fait le ban ke kiconques soit home u feme sil fait ne herberghe dedens les murs de cette vile maison de noviel, grande u petite, ke il le face covrir de tiule sans wareter* et kiconques le feroit autrement covrir il serait a X lb. et se li convenroit descovrir, et li couvreres ki autrement le couverroit, il seroit a X lb. Et dedens le fosset del four des aives tout ensi coume il dure dusque a Canteleu et dedens Lannoit ne puet on faire maison la endedens se ele n’est couverte de tuile forfait de X lb. et li couvreres seroit a X lb., s’il autrement le covroit, se on ne le faisoit par commant d’eskevins799.

  • 800 Y. DELANNOY, « Enghien », dans COLLECTIF, 1983, p. 172.

331Un autre ban édicté en 1264 réglementait sa fabrication : Et toute li tuile con fera en ceste vile, et con i amenra por vendre, que ele soit de boinne tiere fine por tuile faire sans argille, et le quart de savelon, et bien quite, et le tierc ploumee, et X pols de lonc et VI pols de let et les II pars d’un poc d’espés. Et que cascuns ouvriers le fiance ensi a faire, et sor XX s. de forfait800.

  • 801 PERREAU, 1978, p. 7.
  • 802 ESPINAS, 1913, vol. 4, p. 444.
  • 803 Les eswardeurs étaient rétribués par une taxe acquittée par le marchand, 12 d. douaisiens pour le m (...)

332Le tiers découvert de la surface de la tuile était donc protégée d’un enduit plombifère (le tierc ploumee). Ces tuiles plombées étaient autrefois courantes dans le sud des Pays-Bas : tuiles rouges glacurées (xive siècle) sur la tour du plateau Chemerault à Avesnes801, tuiles noires, vermeilles et ploumees sur la tour des Bouchers d’Enghien en 1421802. A Gosnay en 1312, on livrait 100 000 tuiles bien plommées803.

  • 804 F. DESPORTES, « Droit économique et police des métiers en France du Nord (milieu du xiiie – début d (...)

333L’article premier d’un ban échevinal concernant les matériaux de construction édicté en 1371804 prévoyait que : quelconquez personne qui amenront ou feront admener ; puis ceste heure en avant, ou pooir et eschevinnage de ceste ville, tieule a vendage ou qui delivrance en feront a autruy sur l’estat dit, le admainent bonne et souffissant, de maulle de muyson* telle que le porte li ordenance*, de bonne terre et savelon bien marchiez et bien cuitez et plommeez au tierch du mains ; et samblablement festissurez et vantaux*, sommiers et quariaux de pavement boins et souffissans. Et quiconques feroit le contraire, il querroit au fourfait de 10 lb. et bani de le ville.

334Et que nulz ne puist faire delivrance de tieulle, festissurez, vantaux, sommiers ne de quariaux de pavement, se les aront veu les eswardeurs sur ce commis, pour savoir que li denree soit bons et souffisans et telle que dit est, sur le fourfait de 40 s.

  • 805 ADN, 3 G 1697.
  • 806 AMD, CC 202, f° 318, CC 219 (1451), 79 r°v°
  • 807 AMD, CC 209, 1416-17, f° 417, CC 213, 1429-30, 179 r°.

335Les tuiles devaient être de maulle de muyson telle que le porte li ordenance, c’est-à-dire suivre les dimensions fixées par un modèle, dont la conformité était vérifiée par les eswardeurs* de la ville ou gardes du métier805, artisans nommés par le Magistrat pour contrôler les activités économiques. Ces contrôleurs disposaient de sceaux de plomb ou de cire et de fers rougis pour marquer ou cacheter les produits reconnus conformes806. De même au Cateau, les tuiles livrées pour le palais épiscopal en 1458-59, devaient passer l’eswart et être eswardees par les maieurs sermentés807.

  • 808 A. M. TOURNAY, « Beaumont, ville forte sous les seigneurs de Croÿ », Publications de la société des (...)

336Des ardoises recouvraient les portes d’Esquerchin, d’Ocre, Saint-Eloi et Morel, les tours de Bourgogne, les haultes Halles as Draps et sa chapelle808. Clouées avec des clans d’escailles ou des clans latteres*809, elles provenaient sans doute des fosses de l’Ardenne – de Fumay ou de Rimogne – un énorme centre de production qui approvisionnait non seulement toutes les grandes villes des Pays-Bas jusqu’en Hollande, mais encore une partie de la France du Nord, au moins jusqu’en Normandie. Ainsi les fosses de Fumay fournissaient-elles les villes de Beaumont810, celles de Signy, le Quesnoy et Valenciennes, etc. Des Ardennes, les transports descendaient la Meuse jusque Namur puis remontaient la Sambre jusqu’au port de la Buissière, en amont de Maubeuge, port de redistribution de ce matériau. De là, les marchands d’ardoises partaient vendre leur marchandise en Hainaut et ailleurs.

Notes

1 ESPINAS, 1902, p. 183.

2 ESPINAS, 1902, p. 182-183.

3 AMD, AA 88, 14 v° ; TAILLIAR, 1849, p. 125 ; PJ 1.

4 AMD, AA 89, f° 53 ; ESPINAS, 1913, 3, p. 146-147.

5 Supra, 3.3.

6 AMD, GG 166.

7 AMD, DD 192

8 AMD, DD 196 et AA 94, 84 v° : un dénommé Picquette reconnaît avoir vendu à la ville de Douai, les crestes, fosséz, yauwes et pesqueries qui font closture et forterece a ladite ville de Douay entre le porte Saint Eloy et le grosse ronde tour du baile.

9 FUNCK-BRENTANO, 1896, p. 69 ; les membres de l’échevinage étaient choisis dans quelques familles.

10 ESPINAS, 1902, p. 80 et sqq.

11 ESPINAS, 1902, p. 82-83.

12 ESPINAS, 1902, p. 83.

13 PJ 4.

14 ESPINAS, 1902, p. 276, nt. 4.

15 Autre mention AMD, FF 673 (2), no 7305, 1339 ; pièce aimablement signalée par J.-C. Desquiens.

16 LEGUAY, 1969, p. 130-132, 177-178, 182, etc.

17 DICKSTEIN-BERNARD, 1977, p. 234.

18 DICKSTEIN-BERNARD, 1977, p. 235-238.

19 DICKSTEIN-BERNARD, 1977, p. 240 et sqq. étudie leur origine sociologique.

20 DICKSTEIN-BERNARD, 1977, p. 259.

21 TAILI.IAR, 1875, vol. 1, p. 283 et 302-305. Cf. aussi PILATE-PRÉVOST, 1842, p. 124.

22 ESPINAS, 1902, p. 273-276.

23 AMV, CC 219, f° 7 r° et passim : En laquelle maison les VI-Hommes ayans regard au gouvernement des receptes et mises de ladite ville font et tiennent leur siege... Voir infra, 8.5.5.

24 ESPINAS, 1902, p. 100-103. Paiements exécutés enssievant les parties declarés en le cedule... ; AMD, CC 202, f° 30 et passim.

25 RICHARD, 1844, p. 278.

26 FAGNIEZ, 2, 1900, p. 128 et sqq.

27 ESPINAS, 1902, p. 100-101.

28 ESPINAS, 1902, p. 185.

29 TAILLIAR, 1849, p. 275.

30 AMD, BB 12, 77 r°. Voir aussi sur la visite des moulins, DHÉRENT et LOHRMANN, 1991, p. 288-293.

31 SALAMAGNE, 1996c, p. 122. Une étude est en cours sur cette catégorie de maîtres-maçons.

32 ESPINAS, 1902, p. 274 le remarquait à juste titre.

33 ESPINAS, 1902, p. 275, nt. 5.

34 AMD, CC 213, 99 v° : A maistre Nicaise Turquet Carpentier et garde des yaues de ladite ville pour sa pencion dudit an, XXIIII libvres. A Jaquemin de Vismy, machon retenu a le pencion de la ville pour avoir regard sur le fait des machonneries dicelle ville, pour sa pencion dudit an, XII libvres. A Regnier du Proy dit Sandoubien pour sa pencion ad cause de estre garde de l’artillerie de ladite ville, VIII libvres.

35 AMD, CC 218, 1446-1447, f° 39 v° ; CC 219, f° 39 v° et 40 r°.

36 AMD, CC 201, f° 304 et GLAIESSER, 1978, p. 181.

37 AMD, CC 204, 222 v°.

38 AMD, CC 206, fos 255, 273 et passim.

39 AMD, CC 209, f° 419.

40 SALAMAGNE, 1984, vol. 3, p. 453 ; SALAMAGNE, 1996c, p. 331.

41 Sur la construction en bois, voir en particulier NEVEUX, 1971.

42 MORTET DESCHAMPS, II, 1929, p. 277.

43 HARVEY, 1972, p. 210

44 GLAIESSER, 1978, p. 18Q.

45 AMD, CC 201, f° 171, et ib., CC 202, f° 185, CC 203, f° 212, etc.

46 AMD, CC 201, f° 171 et passim. AMD, CC 209, f° 403, avoir nettié et embrayé le fillet dudit lieu de le Braielle afin que l’eaue eust son cours pour venir es fosséz de le ville... Le maître-charpentier se rendait aussi en carrière pour veiller aux approvisionnements de pierre.

47 Cf. supra, 3.4.3.

48 AMD, CC 203, f° 470.

49 Ces expertises concernaient fréquemment les fondations ou l’élévation des maçonneries, cf ESPINAS, 1902, p. 277.

50 Voir supra 3.4.3, 4.3.1, 4.3.3, etc.

51 Dépense de 100 sous ; AMD, CC 201, f° 205.

52 Dépense de 4 livres, 10 sous, ib., CC 201, f° 213 et 214.

53 Dépense de 4 livres, 3 sous pour frais et despens de bouche ; AMD, CC 202, f° 233.

54 Dépense de 54 sous, ib., f° 243.

55 Cit. par ESPINAS, 1902, p. 277-278.

56 AMD, CC 202, f° 350.

57 Supra 4.3.4.1.

58 DICKSTEIN-BERNARD, 1977, p. 275-279.

59 GAUTIER et LESORT, 1907, p. XIII.

60 ESPINAS, 1902, p. 273-276.

61 ESPINAS, 1902, p. 80.

62 AMD, CC 202, f° 373.

63 AMD, CC 224, f° 183. Voir encore sur l’audition des comptes par le gouverneur AMD CC 216, 100 r°.

64 ADN, BB 1, 136 v°.

65 HAMON, 1, 1996, p. 123-124.

66 Voir infra, 5.2.

67 BOISSEUIL, 1992, p. 33.

68 BOISSEUIL, 1992, p. 71-73.

69 WARNKOENIG, 1835, vol. 1, p. 232.

70 Supra, 3.1 et sqq.

71 ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 945. Cf. aussi supra. Sur le contrôle des comptes en Flandre par le pouvoir comtal, BLOCKMANS, 1964.

72 ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 131-132.

73 Voir ESPINAS, 1913, principalement p. 129 et sqq. ; COLLECTIF, 1985, p. 56 et d’une manière plus générale, sur ses fonctions militaires, l’étude fort complète de NOWE, 1926, p. 230 et sqq. Voir encore MONIER, 1948, en particulier p. 46 et sqq.

74 AMD, EE 40, 1415.

75 BRASSART, 1877, p. 281, 382 et sqq. Voir supra 6.1.1.

76 Sur la définition du rôle de l’architecte, cf. HARVEY, 1972, p. 16 et sqq.

77 AMD, CC 215, 119 v°.

78 AMD, CC 216, 49 r° et 51 r°.

79 PÉTILLON, 1983.

80 SALAMAGNE, 1996b, p. 117 et sqq.

81 AMD, CC 219 (1450-51), 99 r°.

82 AMD, CC 219, f° 75 v°.

83 AMD, CC 209, f° 294.

84 AMD, CC 209, f° 384 et 386 et passim. En décembre 1392, Jacques de Ferin fut rétribué pour avoir veillé une nuit, comme 6 autres charpentiers après lui, aux bailles (probablement de la porte Saint-Eloi) pour le doubte des yauwes qui vendent grandes ; AMD, CC 202, f° 324.

85 De très fréquentes mentions en sont faites dans le compte de 1417 ; AMD, CC 209, f° 381 et sqq.

86 AMD, BB 2, 37 r°.

87 AMD, CC 209, f” 376 et 390.

88 AMD, CC 211, passim.

89 AMD, CC 210, 247 r°, f° 263.

90 AMD, CC 214, fos 117, 124 et 119 v°.

91 AMD, CC 219, 85 v°. passim

92 BERNARDI, 1995, p. 23.

93 MORTET DESCHAMPS, 1929, II, p. 277 ; Le terme de cementarius semble équivalent.

94 AUBERT, 1961, p. 302.

95 AMD, CC 210, fos 250 à 258.

96 AMD, CC 210, f° 313.

97 AMD, CC 223, 43 r° à 44 v°.

98 AMD, CC 223, f° 45, 46 r°.

99 AMD, CC 223, 45 v°.

100 Voir par exemple : – La construction de la tour de Babel du Livre d’heures du duc de Bedford, Londres, British Library, Ms. Add. 18850, f° 17 v°, reproduit dans RECHT (Dir.), 1989, p. 66 – BN, ms. fr. 63, f° 2 v°, ms. fr. 263, f° 113, reproduits dans l’article d’Odette CHAPELOT, « Quelques réflexions sur les chantiers de construction en France dans les deux derniers siècles du Moyen Age », dans COLLECTIF 1996b, p. 33 et 36 – BINDING NUSSBAUM, 1973, p. 98, 135.

101 Les chiffres suivis d’une barre renvoient à ceux des PIÈCES JUSTIFICATIVES 14.

102 AMD, CC 223, 50 r°.

103 Opération encore attestée à Spontin, vers 1970 ; GERMAIN, 1974, p. 91-92.

104 GERMAIN, 1974, p. 88-90 ; DUCASTELLE, 1979, p. 186-187.

105 Voir encore ALADENISE, 1991, p. 64 et 86-88.

106 DEHAISNES, II, 1886, p. 698. Voir aussi en 1396, p. 739-740.

107 MURRAY, 1987, p. 169.

108 RONDELET, 1842, 2, p. 26-27 ; la définition donnée par le Vocabulaire de la sculpture (Rendre plane la surface d’un matériau, et en particulier du bois ; VOCABULAIRE DE LA SCULPTURE, 1978, p. 581) ne correspond pas cependant à cette opération.

109 AMV, J2 353, 1403-1404, 44 v°.

110 DURAND, 1901, p. 176.

111 HÉREN, 1910, p. 587.

112 ADN, B 10237, 83 r° ; SALAMAGNE, 1995, p. 307.

113 AMD, CC 223, 49 v, 50 r°. Voir 4.4.2.

114 AMD, CC 215 (1436-37) (avec un salaire de 6 sous) ; CC 219 (1456-57) ; CC 229 (1462-63), 47 r° ; CC 231 (1469-70) (avec un salaire de 7 sous) ; CC 232 (1479).

115 AMD, CC 209, f° 369 et passim.

116 AMD, CC 230, f° 47 r°.

117 Voir 7.5.3.

118 AMD, CC 223, 45 v°.

119 AMD, CC 225, 52 v°.

120 AMD, CC 223, f° 48.

121 C. PIÉRARD, « Un quart de siècle après la détermination de l’actuel cadastre, l’urbanisation du quartier Saint-Germain, à Mons », Etudes et documents du Cercle royal d’Histoire et archéologie d’Ath, VII, 1986, p. 725.

122 AMD, CC 210, 252 v°.

123 AMD, BB 84, 90 v°.

124 Pour devenir bourgeois de la ville, il fallait être fils ou fille de bourgeois ou demeurer depuis 5 ans dans la ville ; AMD, AA 89, 15 v°.

125 Ou maçons sur les chantiers des grandes abbayes voisines, comme Marchiennes, Anchin et Saint-Amand.

126 ADPDC, A 55 ; RICHARD, 1887, p. 283 et PERREAU, 1978, p. 7.

127 AMV, CC 36 (1373-74).

128 DU COLOMBIER, 1973, p. 96.

129 PIÉRARD, 1981, p. 342 et sqq.

130 PIÉRARD, 1971, p. 398 et sqq.

131 DE LA GRANGE ET CLOCQUET, 1889, p. 66 ; PJ 4.

132 « Le beffroi, la haute halle, la basse halle et la halle des merciers d’après un fragment du compte de la ville de l’an 1306 », SFW, 20, 1880, Ier série, p. 162.

133 Ch. HIGOUNET, « Mouvements de population dans le midi de la France du xie au xve siècle », Annales. Economies, sociétés, civilisations, vol. 8, 1953, p. 1-24 ; M.-T. MORLET, « L’origine des habitants de Provins aux xiiie et xive siècles d’après les noms de personne », Bulletin Philologique et historique jusqu’à 1610 du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1961 (1963), p. 95-114 ; Monique BOURIN (dir.), Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, Publication de l’Université de Tours, 1988, 251 p.

134 AMD, BB 84, 90 v°.

135 HAYEZ, 1976, p. 211.

136 BERNARDI, 1995, p. 43 et sqq.

137 Sur l’expertise dans l’architecture religieuse, voir AUBERT, 1961, p. 116 et sqq.

138 AMD, CC 210, 320 r° ; chacun fut rétribué de 2 couronnes (de 48 sous) par jour, soit au total de 4 livres, 16 s.

139 AMD, CC 210, f° 318.

140 AMD, CC210, f° 257.

141 AMD, CC 210, f° 271 r°.

142 AMD, CC 210, f° 269-270.

143 AMD, CC 211, 182 v°.

144 Parmi les maçons travaillant sur le chantier, Guillaume et Jehan Bourlet (des maîtres-maçons, car rétribués de 12 sous) devaient être parents de Jacques Bourlet (AMD, CC 210, 320 r°).

145 Jehan Mina, maistre-machon sermenté de le dite ville, AML, 16160 (1415-16), 16161 (1416-17), 16166 (1421-22), 16169 (1425-26) ; est mentionné encore cette année-là Robert Neue (rétribué de 10 ou 12 sous) que nous retrouvons aussi à Douai.

146 Voir notre notice prosopographique, dans NYS et SALAMAGNE (dir.), 1996, p. 330.

147 AMD, CC 217, 99 r°.

148 DE LABORDE, Seconde partie, I, Preuves, 1849, p. 220 ; l’une de ces deux tours avait 275 pieds de périmètre, soit un diamètre de 26 m.

149 En partie publié par B. DANVIN, Vicissitudes, heur et malheur du Viel-Hesdin, Saint-Pol, 1866, notes, p. 66 et sqq.

150 DESCHAMPS DE PAS, 1890-1892, p. 188 ; l’ensemble des éléments concernant ce maître-maçon a été rassemblé par HÉLIOT, 1951, p. 273.

151 HAHNLOSER, 1972, p. 9 et 69 et planche 29.

152 ADN, B 3614, pièce 137359 (où figurent au verso leur acquis et signature) et ADN, B 10251, 98 r°. Les maçons expliquèrent que la muraille neuve ne pouvait être rétablie sur les fondations, trop peu épaisses, de l’ancienne (pièce 137310).

153 DEVILLERS, 1857 ; JAN PHILIPP, 1988.

154 JAN PHILIPP, 1988, p. 405.

155 AMD, CC 229, 45 v° et 46 r°.

156 ROUDIÉ, 1975, p. 64-65. Voir encore GARDELLES, 1963, p. 25 et sqq.

157 KIMPEL, 1996, p. 43 et ssq. reprenant des idées antérieurement émises, dans KIMPEL et SUCKALE, 1990, p. 226 et sqq.

158 KIMPEL et SUCKALE, 1990, p. 227.

159 D. KIMPEL, « La sociogenèse de l’architecte moderne », dans COLLECTIF 1986, p. 144.

160 KIMPEL, 1996, p. 43.

161 Parmi de nombreux exemples, voir les conditions très strictes imposées dans le contrat passé en 1382-83 par le chapitre de la cathédrale de Troyes avec le maçon Henri Soudan pour la construction du jubé ; MURRAY, 1987, p. 129-130.

162 HAMON, 1996, p. 310-312.

163 DU COLOMBIER, 1973, p. 79.

164 De rares plans d’édifices militaires – comme ceux des châteaux de Courtrai ou de Warneton – nous sont parvenus.

165 Sur le projet de Sainte-Waudru, voir JAN PHILIPP, 1988.

166 Supra, 4.4.1.

167 A 36 livres de pension par an.

168 LALLEMANT, « Note sur la porte de Paris », Mémoires de la Société d’Émulation de Cambrai, 60, 1905, p. 203-209, repris dans une version plus correcte par DEHAISNES, 1886, II, p. 693.

169 DE LA GRANGE, 1890, p. 216-217.

170 MURRAY, 1987, p. 135-143.

171 Voir supra, 5.1.

172 Cit. par RECHT, 1996, p. 46.

173 Comme le faisait remarquer RECHT, 1996, p. 47.

174 Remarque déjà faite par SHELBY, 1964, p. 390-391.

175 SHELBY, 1964, p. 141 ; SHELBY, 1971, p. 142.

176 SCHÖLLER, 1989, p. 232-233.

177 Voir supra, 4.3.6.

178 WAGON, 1923-1925a, p. 255.

179 Avoir estanchonné le noyel de ladite tour des Six Hommes et y assis ung garlewandier pour mettre le ploncq des machons, garlewande pour mener le machonnerie de ladite tour réalisé avec quatre frênes, AMD, CC 216, 76 v. 80 r°.

180 Trois frênes achetés pour le garlewande de la tour, AMD, CC 216, f° 84 v°.

181 A Pierot Turquet, maronnier (...) pour ung plus long fresne mis au deseure du noyel de terre de ladite tour Salmon et ou les machons pendent leur cordel pour faire le rondeur et nivel de leur machonnerie Vs., AMD, CC 216, 74 r°.

182 D. PITTE, Château-Gaillard, 1995, p. 55.

183 DURAND, 1901, p. 9.

184 AMAi, EE 1.

185 ALADENISE, 1991, p. 48.

186 Voir supra, 5.2.

187 Jean-Pierre RAVAUX, « L’église Saint-Rémi de Reims au xie siècle », Bulletin archéologique du comité des travaux historiques et scientifiques, 8, 1972, [1975], p. 59. Voir encore BINDING, 1993, p. 179-185.

188 ADN, B 8525. Voir encore DU CANGE, 2, p. 561.

189 ROSEROT DE MELUN, 1966, p. 139 ; MURRAY, 1987, p. 131.

190 AMD, CC 229, f° 45 et 46 r°.

191 DURAND, 1901, p. 104.

192 BOISSEUIL, 1992, p. 34, nt. 18.

193 AMD, CC 215, 98 v°.

194 AMD, CC 217, 99 r°.

195 Pour une aisselle de blanc bos dont on a fait maulles pour les machons, III sous ; AMD, CC 201, f° 260.

196 IIII aisselles de blanc bos pour faire maulles a machons ; AMD, CC 202, f° 336.

197 III aisselles de blanc bos a faire maulles ; cf. supra, 4.3.2

198 Item une aisselle de VII pies de long et de XII paux de larghe dont on a fait maules pour taillier pierre a la dicte tour, Vs. ; AMD, CC 213, 166 r°.

199 Item pour une aisselle de gaugniers employé a faire maulles a tailler griéz tant a le tour des Six Hommes comme a le tour Alixandre, V sous. AMD, CC 219, 81 r°.

200 Supra, 5.1.

201 AMD, CC 228, 47 v°.

202 A Jehan Boistel pour IIII aisselles de blancq bos portant VII piéz chacune dont l’en a fait maulles a soyer courbes pour le comble de ladite tour des Six Hommes a II sous, VI deniers piece, AMD, CC 219, f° 69 r°.

203 BINDING, 1993, p. 229.

204 SALAMAGNE, 1993.

205 Album, f° 20 v° ; HAHNLOSER, 1972, p. 117-118, pl. 40.

206 Album, f° 32 ; HAHNLOSER, 1972, p. 170, pl. 63.

207 Colette DEREMBLE, Les vitraux narratifs de la cathédrale de Chartres, Paris, 1993, a estimé, p. 12 et sqq., que les voûtes de la cathédrale – et donc le décor des vitraux – pouvaient être montées dès avant 1214. Mais l’affirmation ne repose que sur la reprise d’une interprétation erronée du terme tabulatus, voir au Glossaire, ENTAULEMENT.

208 Voir entre autres DU COLOMBIER, 1973, p. 98 ; SALZMAN, 1952, p. 20-21 et SALZMAN, 1964, p. 106 et 122 ; HARVEY, 1972, p. 101 et sqq. ; JANSE et DE VRIES, 1991, p. 43 ; BINDING, 1993, p. 231-234 ; SALAMAGNE, 1993d, p. 370.

209 BINDING, 1993, p. 234.

210 MEISCHKE, 1952, p. 189.

211 MEISCHKE, 1952, p. 190.

212 GAUCHERY et CHAMPEAUX, 1894, p. 89 et infra.

213 SHELBY, 1964, p. 384.

214 LALLEMANT, « Note sur la porte de Paris », Mémoires de la Société d’Émulation de Cambrai, t. 60, 1905, p. 203-209, p. 207 ; repris dans une version plus correcte par DEHAISNES, 1886, II, p. 693.

215 D’ARBOIS DE JUBAINVILLE, 1862, p. 408 et 416 ; MURRAY, 1987, p. 160 et sqq.

216 LA FONS-MÉLICOCQ, 1848, p. 194.

217 BRUTAILS, 1901, p. 178.

218 DEHAISNES, 1886, II, p. 698.

219 HAMON, I, 1996, p. 306 et 307.

220 JOUBERT, 1890, p. 78 et 79.

221 D’ARBOIS DE JUBAINVILLE, 1862, p. 408 ; MURRAY, 1987, p. 166 et passim.

222 D’ARBOIS DE JUBAINVILLE, 1862, p. 408 et 416.

223 MURRAY, 1987, p. 187-188.

224 MURRAY, 1987, p. 189.

225 AML, 16246, 136 v°.

226 KIMPEL, 1977, p. 199.

227 BINDING, 1993, p. 229.

228 SALAMAGNE, 1997. Sur l’utilisation pratique de ces modèles, voir COLLECTIF, 1989, p. 374-376.

229 BERNARDI, 1995, p. 101 et sqq., a pu éclairer ces derniers aspects – pour Aix-en-Provence au xve siècle – en ayant recours à une belle collection d’actes notariés.

230 Une partie des comptabilités en est conservée : Compte du Domaine des châtellenies de Douai et Orchies, ADN, B 4627 (1399) à 4815 (1664).

231 AMD, CC 200ter, rouleaux 1 et 3, 1350.

232 PILATE-PRÉVOST, 1842, p. 158.

233 ESPINAS, 1913, p. 658 et sqq. Voir encore dans ROUCHE (dir.), 1985, M. MESTAYER, « Une grande ville drapante », p. 73-82 et DHÉRENT, 1983.

234 Sur le contexte général, FUNCK-BRENTANO, 1896, p. 36 et sqq.

235 FUNCK-BRENTANO, 1896, p. 39.

236 Douai, son Histoire militaire, 1892, p. 109.

237 RICHARD, 1980, p. 341.

238 GODARD, 1944, p. 171-205 et pour le contexte général et particulier au Hainaut, CAUCHIES, 1982, p. 380-410.

239 Cit. par GODARD, 1944, p. 172.

240 GODARD, 1944, p. 174

241 GODARD, 1944, p. 177-179.

242 GODARD, 1944, p. 177.

243 Supra, 2.1.

244 GODARD, 1944, p. 179-180.

245 PLATELLE, 1965, p. 124.

246 PLATELLE, 1965, p. 124-125.

247 L’abbatiale et les bâtiments monastiques d’Anchin firent l’objet d’importants travaux de reconstruction au cours de la première moitié du xiiie siècle, voir HÉLIOT, 1959. Labbatiale cistercienne de Flines lut consacrée en 1279, mais de 1309 à 1323 on bâtit encore le dortoir, le réfectoire, puis le cloître, voir HAUTCOEUR, 1874, p. 71 et sqq.

248 DELMAIRE, 1976.

249 PLATELLE, 1962, p. 215-237.

250 PLATELLE, 1962, p. 245-247.

251 PLATELLE, 1965, p. 230.

252 ΑΜΑ, AA 6, 25.

253 DE LA FONS-MÉLICOCQ, Recherches historiques sur Noyon et le Noyonnais, 1839, p. 40. Sur les destructions opérées au début de la guerre de Cent Ans, voir DENIFLE, 1899.

254 SOSSON, 1977, p. 217 et sqq.

255 Pierre DESPORTES « Nouveaux bourgeois et métiers à Amiens au xve siècle », Revue du Nord, vol. 64, no 252, 1982, p. 27-50.

256 Dans la mesure où le marché ne comporte pas de fournitures de matériaux, le nombre d’artisans peut être estimé.

257 AMD, CC 229, 43 v° et sqq.

258 AMD, CC 229, 43 v° sqq.

259 AMD, CC 209, f° 365 et sqq.

260 Mais comme ne sont indiqués que le nombre de jours de présence à l’intérieur d’une période, le calcul du nombre de personnes présentes simultanément sur le chantier reste difficile.

261 ESPINAS, 1902, p. 280.

262 AMD, CC 229, 39 v° et 43 r°.

263 Sur ce chantier, voir ASSELIN, 1872-74.

264 AMD, CC 209. MORRIS, 1977.

265 Voir en guise d’exemple, SALAMAGNE, 1992b.

266 Sur le financement des fortifications, voir CONTAMINE, 1978 et RIGAUDIERE, 1985.

267 Voir GLAIESSER, 1978 et ESPINAS, 1902, p. 361 et sqq. À titre de comparaison, l’abbaye de Saint-Amand avait, au xve siècle, 27 000 livres de revenus de 20 gros de Flandre, ou 15 000 livres tournois ; PLATELLE, 1962, p. 312.

268 En 1350, 178 livres, 13 s. ; AMD, CC 200ter, rouleau 3.

269 GLAIESSER, 1978.

270 AMD, CC 210 et 211.

271 AMD, CC 214.

272 AMD, CC 223.

273 GIRY, 1877, p. 249 et sqq. ; nous n’avons pas tenu compte des sous et deniers.

274 ROUSSEL, 1974, p. 103.

275 CLAUZEL, 1996.

276 SOSSON, 1977.

277 Cit. par CONTAMINE, 1972, p. 6.

278 CONTAMINE, 1978, p. 40, d’après le tableau publié par LEGUAY, 1969, p. 82.

279 CHEVALIER, 1960 ; GLÉNISSON HIGOUNET, 1964, p. 47.

280 J.-P. SOSSON, « Les finances urbaines », dans NYS et SALAMAGNE (dir.), 1996, p. 55-66.

281 SAUZE, 1994, p. 147.

282 CONTAMINE, 1978, p. 27-28.

283 RIGAUDIÈRE, 1985, p. 87 et sq.

284 AMD, BB1, 17 r° et sqq.

285 AMD, CC 204, 236 v°.

286 BRUCHET, 1922, p. 238-239.

287 YANTE, 1985. Voir encore GEREMEK, 1968, p. 21, 23 et sqq. et 119 sqq., SOSSON, 1977, p. 238 sqq. En Hainaut-Cambrésis, on retrouve cette même instabilité du rythme de travail hebdomadaire sur les chantiers de construction, le nombre de journées travaillées par ouvrier variant de une à cinq. Voir encore BEUTLER, 1971 et BAULANT, 1971.

288 VANDERSTRAETEN, 1988, p. 26.

289 BOURGUIGNON, « Le rétablissement des fortifications d’Arlon de 1544 à 1554 », Institut archéologique du Luxembourg, Bulletin, 41, 1965, p. 36 sqq.

290 DARBOIS DE JUBAINVILLE, 1862, p. 234.

291 BOISSEUIL, 1992, p. 35-36.

292 Cf. supra 7.3.3. Sur le problème du temps de travail, voir GEREMEK, 1968, p. 78 et sqq.

293 BOISSEUIL, 1992, p. 33.

294 ESPINAS, 1902, p. 286, nt. 2 en donne des exemples.

295 Sur le chantier du batardeau des Prés en 1417, Pierrot et Nicaise Turquet, charpentiers, furent chargés de rasambler les hottes, marteaux et autres ostieulx necessaires, AMD, CC 209, f° 376.

296 Voir supra, 4.3.1.1.

297 Voir supra 4.4.1. L’obtention de marchés par les maîtres-maçons de la ville se rencontre couramment ailleurs. AUBERT, 1961, évoque, p. 95-98, les modes de rétribution à la tâche et au forfait.

298 Pratique attestée dès 1268 ; ESPINAS, 1902, p. 284.

299 AMD, CC 213, 183 r°. A partir de ces paiements, on ne peut estimer le nombre de jours ouvrés car les marchés en tâche comprenaient un certain nombre de fournitures par le maçon, sable, chaux, matériaux, etc.

300 ESPINAS, 1902, p. 284-285.

301 Supra, 4.3.2.

302 DICKSTEIN-BERNARD, 1977, p. 276-277.

303 Supra, 3.4.4, 4.3.2., 4.3.4.1.

304 AMD, CC 201, f° 277 ; AMD, CC 202, f° 315.

305 ESPINAS, 1913, p. 542-543.

306 ESPINAS, 1902, p. 440. Cf. encore le marché de la tour Alexandre, supra 4.3.4.1.

307 ESPINAS, 1902, p. 285 et 440 ; à Aix-en-Provence (BERNARDI, 1995, p. 103), des personnes extérieures au groupe des artisans du bâtiment étaient recrutées pour le règlement des litiges.

308 Supra 3.4.3.

309 Infra, PJ 12 et 13.

310 AMD, CC 200ter, rouleau 3, cit. par ESPINAS, 1902, p. 283.

311 Cf. encore sur les travaux par marché ou en régie, à propos de Bruges, SOSSON, 1977, p. 167 et sqq.

312 ADN, B 9484, f° 26.

313 AMD, CC 206, f° 255 et sqq.

314 ESPINAS, 1902, p. 287.

315 RINNE, 1950, p. 448-455.

316 ADN, B 10238, f° 57 r°.

317 ADN, B 8505 à B 8507.

318 DURAND, 1901, p. 142-143 et 233.

319 LEGUAY, 1985, p. 45.

320 AMD, CC 202, f° 339 et 341 ; livraison de 12 marches à 10 sous par Jehan le Frant, puis de 42 marches à 10 sous, 8 deniers par Jehan Génois.

321 AMD, CC 203, f° 435 ; livraison de 14 marches d’escalier par Jehan du Gardin à 7 s. la pièce.

322 AMD, CC 230, 46 v°.

323 AMD, CC 206, f° 212.

324 AMD, CC 204, f° 265.

325 JOOSEP, 1984 ; p. 213.

326 DIEUDONNÉ, 1804, 1, p. 198 ; on en trouvait encore a Bugnicourt.

327 SALAMAGNE, 1992, p. 366 et sqq. Étaient encore en activité avant la Révolution (d après DIEUDONNÉ, 1804, 1, p. 193-194) les carrières d’Estrées, d’Hamel, de l’Écluse, de Loffre en Douaisis et, entre Cambrai et le Quesnoy, de Beaurain, Croix, Fontaine-au-Pire, Haussy, Preux-au-Bois, Solesmes, Sommaing, Vendegies, Villers-au-Tertre.

328 GODARD, 1944, p. 175-176.

329 Le grès résulte du durcissement des niveaux sableux par un ciment silicieux.

330 RINNE, 1950, p. 452.

331 PJ 5.

332 AMD, CC 201, f° 273.

333 AMD, CC 206, f° 267 et sqq.

334 AMD, CC 250ter.

335 AMD, CC 201, f° 273 et sqq., CC 202, f° 233.

336 AMD, CC 204, fos 274-275.

337 Supra, 4.3.4, 4.3.6, 5.2.1.

338 AMD, CC 206, f° 211.

339 AMD, CC 230, f° 47.

340 VAN BELLE, 1990, p. 31 sqq.

341 AMD, CC 230, 46 v°.

342 Voir supra, 6.1.2.

343 BERNARDI, 1995, p. 154.

344 AMD, CC 210 (1426), 213 (1429-30), 215 (1436-37), 218 (1446-47). Voir supra, 4.3.3.

345 AMD, BB 84, liste des personnes qui ont juré la bourgeoisie par devant eschevins en plaine halle depuis janvier 1398. ANONYME, « Les clercs et les nobles à leur réception comme bourgeois de Douai », SFW, vol. 4, 1884, p. 106-138, précise que la qualité de clerc était déclarée afin de savoir si, en cas de délit, le titulaire était en mesure d’opposer le privilège de cléricature. De 1399 à 1408, sur 288 réceptions à la bourgeoisie, 25 concernaient des clercs.

346 AMD, BB 84, 45 v°.

347 AMD, CC 215 ; voir 4.3.5.

348 Sa femme est alors qualifiée de veuve, AMD, CC 224, 64 r.

349 AMD, CC, 224, 53 v°.

350 AMD,CC 201, f° 273.

351 AMD, CC 206, f° 267.

352 AMD, CC 219, 78 r° et v°.

353 AMD, CC 216, f° 82 v°.

354 AMD, CC 219, f° 91 v°-92 r°, 106 v°.

355 PILATE-PRÉVOST, 1842, p. 125 ; ESPINAS, 1902, p. 196.

356 ADN, B 8564

357 ADN, B 8533, 1390-1391 : A Jehan, chevalier d’Escaillon et a Jehan le Fevre, sergeant monseigneur a Valenchiennes pour toute le piere gitans au pourpris de Manny et de Rocourt et ossi ce qu’il en y avoit de saquié a Lewarde en le quariere qui fu monseigneur de Manny accatees as-dessus dis comis de par le comtesse de Pennebroke.

358 AMD, CC 203, f° 475.

359 M. BRASSART, Histoire et généalogie des comtes de Lalaing, Douai, 1854, p. 11.

360 Sur les carrières du Tournaisis et l’approvisionnement en pierre de Tournai à Douai, M. AMAND, « L’industrie, la taille et le commerce de la pierre dans le bassin du Tournaisis à l’époque romaine », Revue du Nord, vol. 66, 1984, p. 209-219 et surtout NYS, 1993, spécialement p. 52 et 233-234.

361 NYS, 1993, p. 59 et sqq.

362 Les textes en ont été publiés par NYS, 1993, p. 191.

363 J.-P. ADAM, La construction romaine, Matériaux et techniques, 2 éd., 1989, p. 23 et sq.

364 André GERDEAUX, « La carrière de craie de Chépy à exploitation artisanale en Champagne chalonnaise », Mémoires de la Société d’Agriculture, commerce, sciences et arts du département de la Marne, 97, 1982, p. 197-240.

365 BRUCHET, 1922, p. 227.

366 ADN, B 8493.

367 ADN, C 10648.

368 PHILIBERT DE L’ORME, Le premier tome de l’Architecture, dans Traités d’architecture, p. 25.

369 Cit. par Daniel JEANNETTE, « Morphologie et nomenclature des altérations », dans COLLECTIF 1992, p. 51.

370 Paiement de 4 livres, 3 sous pour frais et despens de bouche, AMD, CC 202, f° 233.

371 Ib., f° 243, dépense de 54 s.,

372 Cit. par ESPINAS, 1902, p. 277-278.

373 AMD, CC 211, f° 186.

374 PIÉTRESSON DE SAINT-AUBIN, 1932, p. 78.

375 ADN, B 8534.

376 AMD, CC 210, f° 251.

377 AMD, CC 223, f° 46 v°.

378 Voir supra, 5.4.

379 Sur le château de Cantin fondé en 1149 par le comte de Flandre, Thierry, voir F. BRASSART, « Coup d’œil sur quelques anciennes seigneuries, X, Cantin », Souvenirs de la Flandre wallonne, vol. 10, 1870, p. 5-42 et du même, Recherches sur la seigneurie de Cantin-lez-Douai (1065-1789), Douai, 1871. Pour Taillar, le château aurait été acheté dès 1369 et les échevins auraient obtenu en 1385 un nouveau délai pour en récupérer les pierres, TAILLAR, 1875, 1, p. 281 II, p. 11. Pour Espinas cependant (ESPINAS, 1902, p. 196), d’après BRASSART, 1877,’II, p. 368 et 375, l’achat ne daterait que de 1379. Voir encore SALAMAGNE, 1997 p 53-54.

380 BMC, ms. 672, f° 222.

381 PAUWELS, 1983, p. 113.

382 VAN NIEUWENHUYSEN, 1984, p. 426 ; 154 000 pierres furent récupérées.

383 AMAire, EEI, f° 5 v° et sqq.

384 AMA, CC 75, passim.

385 COLVIN, 1975, p. 339-340.

386 ROLLAND, 1954, p. 136.

387 A.L. JANSSEN, « De fortificaties van Ter Eem 1528-1553 en het ontwerp van Rombout Keldermans », dans Liber Castellorum, 40 variaties op het thema kasteel, De Walburg Pers, 1981, p. 310.

388 ADN, B 16251, 172 v° et sqq.

389 Voir en dernier lieu, SALAMAGNE, 1997.

390 BAUTIER, 1989, p. 23-24 ; DELMAIRE, 1990, p. 61, pense que le transfert de Lambres vers Douai se fit vers ou avant 1024-1025.

391 ESPINAS, 1902, p. 186.

392 Soit 52 nefs de Douai, 5 foraines, 41 bacquets ou petits bateaux et 14 forains, d’après AMD, CC 177 : cahier contenant les noms et le port des bateaux mis en euwage le jour de Saint-Jean 1392 au profit de Jehan, châtelain de Douai. DEHAISNES, 1890, p. 7.

393 AMD, CC 177.

394 AMD, AA 84, 17 r°.

395 ESPINAS, 1913, 2, p. 76 et sqq. Le winage d’Escarpel fut racheté en 1271 par la ville de Douai à Guy seigneur de Montigny ; PILATE-PRÉVOST, 1842, p. 44.

396 AMD, AA. 84, f° 17 r ; le pont de Raches était un pont levant ; on payait 3 s. douaisiens pour le faire lever. ESPINAS, 1913, vol. 2, p. 82-83.

397 AMD, AA 84, 19 r ; J. FINOT et VERMAERE, Ville de Mortagne. Inventaire sommaire des archives communales antérieures à 1790, 1896, p XXXIV°.

398 SIVERY, 1980, p. 808.

399 TAILLIAR, 1849, p. 276.

400 FUNCK-BRENTANO, 1896, p. 66. Transcription partielle par WAGON, 1923-1925a, p. 253-254 et de manière plus complète par NYS, 1993, p. 395-396.

401 AMD, AA 84, 17 r° et sqq.

402 Voir Déclarations des échevins de leur enquête faite au sujet du tarif des wienages de la Scarpe sur les pierres et les marbres de 1246, publié par ESPINAS 1913, vol. 3, p. 56-57 et Relation de l’enquête faite par Marguerite, comtesse de Flandre, sur le tarif des wienages de la Scarpe, ib., p. 155-157. Sur la navigation de l’Escaut et la Scarpe, SIVERY, 1980.

403 AMD, AA 84, 17 r° et sqq ; ESPINAS, 1913, vol. 2, p. 82 et sqq.

404 SALAMAGNE, 1993d, p. 374-377.

405 AMD, CC 219, f° 92 r° ; CC 229, 1462-63, 40 v°.

406 DES MAREZ et DE SAGHER, 1, 1909, p. 82 : pierre chavaige.

407 DEHAISNES, 1886, I, p. 200.

408 BMV, ms. 681, fos 7 et 8 v° et ADN, B 9495.

409 CLOCQUET, 1881, p. 376 et DEHAISNES, 1886, vol. 2, p. 480.

410 ADN, B 16252.

411 ADN, B 14746.

412 AMD, CC 230, 42 v°, 48 v° et passim.

413 LA FONS MELICOCQ 1848, p. 194.

414 ADN, B 9799.

415 SALAMAGNE, 1997, p. 61.

416 P. ROLLAND, Deux tarifs du tonlieu de Tournai des xiie et xiiie siècles, Lille, 1935, p. 82 et 115-116.

417 SALAMAGNE, 1991, p. 85.

418 LOHRMANN, 1985, p. 200 ; SALAMAGNE, 1991, p. 85.

419 AMD, DD 428, cit. par JOOSEP, 1984, p. 54.

420 AMD, CC 204, fos 265, 281, 289.

421 AMD, CC 210, f° 248.

422 AMD, CC 203, f° 355.

423 AMD, CC 201, fos 255, 337, 339 et passim. Cette unité de mesure est de règle encore au xve siècle.

424 ROLAND, 1956, p. 113.

425 GODFROID-LAURENT, 1968, p. 167.

426 PIÉRARD, 1971, p. 30 et 343, vers 1292 et 1308.

427 PIÉRARD, 1978, p. 24.

428 CHAPELOT, 1973.

429 SALAMAGNE, 1991, p. 83-84.

430 AMD, CC 210, f° 249. Contenance voisine de celle du Namurois qui, au xviie siècle, atteignait 400 pieds cubes ; GERMAIN, 1981, p. 226.

431 C. CNUDDE, J-J HAROTIN, J.-P. MAJOT, Pierres et marbres de Wallonie, 1988, p. 124.

432 Voir sur ces problèmes de transport, DUBOIS, 1980 qui établit, p. 73, la charge moyenne en utilisation normale à une tonne, une tonne et demie. Voir aussi les chiffres donnés par SALAMAGNE, 1997, p. 52.

433 AMD, BB 5, f° 50 v°.

434 AMD, CC 177, 1392-1475 ; DEHAISNES, 1890, p. 7. Voir supra 8.7.1., pour la définition du muid.

435 SIVERY, 1980, p. 830.

436 DERVILLE, 1990, p. 20.

437 DERVILLE, 1990, p. 11.

438 BAUTIER, 1989, p. 30 ; MOLLAT, 1952, p. 338 et sqq., a estimé à 979 kilos et à 42 pieds cubes (1,44 m3) le volume d’un tonneau. Mais le poids des matériaux étant de densité variable, quel était le facteur privilégié, le volume ou le poids, pour la définition des tonneaux ? Pour notre part, nous utilisons le terme de tonneau comme équivalent de tonne.

439 Publié par TAILLAR, 1875, II, p. 114 à 117, sans indication de source.

440 DIEUDONNÉ, 1804, 2, p. 382-383.

441 DIEUDONNÉ, 1804, 1, p. 21.

442 AMD, CC 219, f° 109.

443 JOOSEP, 1984, p. 26-32.

444 BGN, Atlas d’Avesnes de 1778, f° 5. Voir encore sur les routes, DEBERSÉE, 1971.

445 DEBERSÉE, 1971, p. 924-926 ; DERVILLE, 1978, p. 192

446 AMD, CC 218, 1446-47, f° 77 v° et 78 r°.

447 DERVILLE, 1990, p. 19.

448 JOOSEP, 1984, p. 34-39 ; DELMAIRE, 1985, p. 51-53.

449 Pour tracter cette dernière charge, il fallait disposer de 14 chevaux et profiter de la bonne saison.

450 VAN BELLE, 1976, p. 29-39.

451 CAFFIAUX, 1873, p. 264 et sqq.

452 PIÉTRESSON-DE-SAINT-AUBIN, 1932, p. 594.

453 HAMON, 1, 1996, p. 202, 219-221.

454 Sur la navigabilité et le transit sur la Haine, voir R. DOEHAERD, « Deux textes se rapportant à la navigation sur la Haine au moyen âge », Bulletin de la Commission royale d’Histoire, vol. 106, 1941, p. 314-343 ; sur les voies navigables et l’économie, BAUTIER, 1989, p. 34-35, qui souligne la supériorité du transport par eau.

455 AMD, CC 230,f° 47.

456 AMD, CC 1048.

457 AMD, CC 216, 97 r°.

458 Voir supra 3.1.

459 En 1426, une nef de pierre d’Antoing fut tractée à Douai par 14 personnes, probablement réparties de part et d’autre de la rivière ; AMD, CC 210, f° 247.

460 ADN, B 9882 (1467-68). Reconstruit en 1407-08 pour un coût de 156 livres avec la participation de la ville de Condé, en bois sur des fondations de pierre ; le maître-charpentier Guillaume des Mortiers vint de Mons donner son conseil* et advis a ferir ens les pillos* ; ADN, B 9825.

461 ADN, B 9880.

462 Voir sur cet aspect des choses et également sur les navieurs, Philippe PLOUCHARD, « La Scarpe et les gens de rivière aux xive et xve siècles », Revue du Nord, t. 79, 1997, no 322, p. 841-858. Au xixe siècle, la Scarpe était asséchée en août et septembre pour en permettre le curage, JOOSEP, 1984, p. 140.

463 PIÉTRESSON DE SAINT-AUBIN, 1932, p. 592.

464 MOLLAT, 1952, p. 363 et sqq.

465 Sur les travaux d’aménagement des rivières du Nord, voir DERVILLE, 1990.

466 CHEVALIER, 1974, II, p. 75, nt. 50 ; BOISSEUIL, 1992, p. 49 et 50.

467 MUSSAT, 1991, particulièrement p. 15 et 19-20.

468 AMD, CC 219 (1451), 99 r° et passim.

469 WAGON, 1923-1925a,p. 250-251.

470 Comme en 1511 pour une fourniture de grès de Jan le Comte, AML, 16247, 119 r°.

471 La place dou maisiel asporees ou Rivage, LIÉGEARD, 1860, p. 36 ; ESPINAS, 1902, p. 181, nt. 2 ; ESPINAS, 1913, p. 182-185 ; AMD, CC 201, f° 250, CC 202, f° 335, CC 203, f° 255 et sqq., CC 206, f° 274, CC 210, f° 247, CC 214, f° 139, etc.

472 Selon Pierre Demolon.

473 AMD, CC 202, f° 338 et 340.

474 AMD, CC 202, f° 335.

475 SALAMAGNE, 1990, p. 85 et sqq. SALAMAGNE, 1997.

476 AGR, CC 26477 et sqq. Le Rivage de Tournai, au lieu-dit le Luchet d’Antoing, était encore un site de taille de la pierre, voir NYS, 1993, p. 77-79.

477 AGR, CC 26477 et sqq.

478 AML, 16210, 85 v° et passim ; DEBERSÉE, 1971, p. 5 ; SALAMAGNE, 1990, p. 86.

479 BERTIN, 1946, p. 278.

480 Le Rivage du Haut-Pont.

481 ADN, B 9335, pierres livrées hors de l’euwe.

482 ADN, Cumulus, 16236 (1458-59).

483 NYS, 1993, p. 77-79.

484 ADN, B 13469.

485 AMD, CC 201, f° 262.

486 AMD, CC 216, 1446-47, f° 76 v°.

487 Carte publiée par C. PAULET-PENNINCK, « Les carrières de Lessines – Le langage des ouvriers carriers », dans COLLECTIF, 1979, p. 144.

488 AMD, AA 90, 50 r° et sqq.

489 AMD, CC 201, 1391-92, f° 311 : a Mahieu le Fevre pour X jours qu’il a rechupt pierres et fait aultre maneuvres...

490 AMD, CC 219, 85 v, 89 r° et passim.

491 AMV, CC 219, f° 7 et sqq.

492 Pour des pilos de quesne en 1392 (AMD, CC 202, f° 303), un sommier changé au pont-levis de la porte d’Esquerchin en 1417 (AMD, CC 209, 1417, f° 383).

493 AMD, CC 209, f° 417.

494 AMD, CC 200ter, rouleau 3 et CC 209, f° 370 et passim ; le maison desouhz le halle joingnant au chelier des ouvrages, AMV, CC 219, f° 7 r°.

495 AMD, CC 219, 88 v, 89 r° et passim.

496 AMD, CC 219, 110 v°.

497 AMD, CC 201, f° 303, CC 209, f° 387.

498 AMD, CC 201, f° 306.

499 AMD, CC 209, f° 396.

500 AMD, CC 218, 1446-47, f° 5 v°.

501 AMD, CC 218, f° 4 r°.

502 AMD, CC 218, 1446-47, f° 72 r° ; achat de 16 chênes tous escoirréz que Jehan Boistel avait en la place du Temple menés en provision dans la cour de la ville.

503 À 13 sous le keviron ; AMD, CC 213, 1429-30, 161 r°.

504 Enseignes de fer pour enseigner les hostieux et harnas de le ville, AMD, CC 218, 1446-47, f° 68 v°.

505 AMD, CC 219, 111 v°.

506 AMD, CC 219, f° 94 v°.

507 AMD, CC 216, 69 v°.

508 AMD, CC 218, 1446-47, f° 63 v°.

509 ADN, B 8503 et passim.

510 AMV, CC 2969, 19 r°, 24 v°, 30 v°, 38 v°, 63 v° et passim ; CC 2970, f° 15 r°.

511 BOISSEUIL, 1992, p. 52-53.

512 CAILLEAUX, 1993, p. 664-665.

513 ADN, B 8674.

514 AMD, CC 219, 106 v°.

515 AMD, CC 219, f° 95 r°.

516 A la fin du compte CC 219 figure un cahier particulier répertoriant les matériaux provenant de la démolition d’édifices des halles durant l’été 1453 et vendus par la ville a des particuliers.

517 Voir SALAMAGNE, 1993d, p. 83 et sqq.

518 Dimensions données par le maître-maçon ; PIÉTRESSON DE SAINT-AUBIN, 1932, p. 589 ; MURRAY, 1987, p. 180 qui publie partiellement le texte.

519 MURRAY, 1987, p. 183.

520 LE ROUX DE LINCY, 1852, p. 672 et sqq.

521 RICHARD, 1844, p. 314.

522 Poids moyen de 1620 à 1670.

523 RICHARD, 1844, p. 313.

524 Poids moyen de 2050 kg.

525 Pierres utilisées pour refonder les gros piliers boutans du chœur ; LA FONS MÉLICOCQ, 1848, p. 18-22. Les prix s’entendent livraison comprise.

526 Ces données ont été calculées par nos soins d’après CAILLEAUX, 1993, p. 751-754.

527 AMD, AA 90, 67 v°-68 r° (PJ 3) ; ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 433, vol. 3, p. 330. SALAMAGNE, 1997, p. 60-61.

528 AMV, J2 353, 1403-04, 44 v° et passim.

529 AMD, CC 214 (1431-32). Autres exemples en 1440, lors de la construction des tours du front Notre-Dame, où Jehan le Flamencq était rétribué pour avoir rasamblé pierres et tenu compte d’aucunes estoffes, AMD, CC 216, f° 72 v°, 73 v° et passim.

530 AML, 16247, 119 r°.

531 CAILLEAUX, 1993, p. 752.

532 HAMON, 1996, I, p. 308.

533 ALADENISE, 1991, p. 61.

534 SALAMAGNE, 1990, p. 80 ; SALAMAGNE, 1997a, p. 48-49.

535 CHAPELOT, 1994, p. 102.

536 SALAMAGNE, 1991b, p. 87.

537 ADN, B 12831 et B 12832.

538 SALAMAGNE, 1991b, p. 88.

539 HAMON, 1, 1996, p. 207.

540 DES MAREZ et DE SAGHER, 1, 1909, p. 551.

541 PEYLET-COSTANTINI, 1994, d’après le tableau du t. 2, p. 406.

542 AMD, CC 218, 1446-47, f° 63 v°.

543 DES MAREZ et DE SAGHER, II, 1913, p. 352-363 ; chaussée dont la longueur peut être estimée à 700 m, un pavage de 8 m de large sur 1 m de longueur nécessitant dans les 200 carreaux.

544 AMD, CC 219, 90 r°.

545 AMD, CC 204, f° 265.

546 AMD, CC 223, 44 v° et passim. En novembre 1456-57, on recouvrait encore d’estrain le comble des hangart a taillier griés derriere les cartriers, AMD, CC 225, 44 r°.

547 AMD, CC 223, 44 r°, 49 r° et passim.

548 AMD, CC 223, f° 53.

549 AMD, CC 224, 55 r°.

550 AMD, CC 230, 42 v°, 48 v° et passim.

551 SALAMAGNE, 1991, p. 86.

552 ADN, B 7919.

553 BLIECK et VANDERSTRAETEN, 1988, p. 117 et sqq.

554 Fouilles d’A. Salamagne, 1997.

555 Les chiffres avec barre oblique renvoient aux PJ 4.

556 Ou encore spier, selon DUCASTELLE, 1979, p. 187.

557 ADN, B 9974.

558 ADN, B 8603.

559 GERMAIN, 1974, p. 88.

560 Sur les outils dans les Pays-Bas du Nord, voir JANSE et DE VRIES, 1991, p. 38-47.

561 AMD, CC 206, 1401-02, f° 257 ; 11 marteaux d’un poids total de 79 livres et demie revenaient à 7 livres, 19 sous ; 3 autres marteaux pesaient ensemble 22 livres, ib., f° 265 ; CC 222, 1452-53, 93 r° ; CC 223 (1455), f° 50, 52 r° et passim.

562 AMD, CC 201, 1391-92, f° 252 ; CC 209 (1417), f° 375 ; CC 210, f° 254 ; CC 229 (1463), 45 r°.

563 AMD, CC 229, 47 v° et 52 v° ; achat à Jehan le Clerc, fèvre.

564 ADN, B 8487.

565 ADN, B 4327, 43 r° ; chantier du château.

566 ADN, B 7935, marteaux en fer.

567 ADN, Cumulus 16236.

568 ADN, B 15771, à 2 sous la livre.

569 AML, 16136, 44 r° ; on en trouvait de 10 livres d’après DEBERSÉE, 1971, p. 411 et sqq. ADN, B 4327, 43 r°.

570 ADN, B 9751, 1373-74, BN, ms. fr. 13083, 1442-43, 47 v° et sqq.

571 ADN, B 10237 ; livraison de 2 gratis marteaux a tailler gréz pour les maçons d’un poids total de 19 livres, à 23 sous, 6 deniers la livre, 47 sous, 6 deniers.

572 Le no 2a de la terminologie de Bessac, BESSAC, 1986, p. 29.

573 Voir BESSAC, 1986, p. 25, 33

574 GERMAIN, 1975, p. 141.

575 PAULET-PENNIINCK, dans COLLECTIF 1979, p. 147.

576 Item a Colart le Fevre pour avoir racheré un bequoir et un martel qui sont a le ville, IX s..., AMD, CC 202, 1392-93, f° 330.

577 AMD, CC 229 (1463), 52 v, 58 r°.

578 AML, 16136 (1400), 49 r° ; reswisures à 6 d. pièce des becquoirs.

579 En 1532 ; DURAND, 1901, p. 437 ; AMA, CC 121, marteaulx-becquoirs pour les gressiers.

580 AMV, CC 2970, 31 v°, 33 v°.

581 BESSAC, 1986, p. 28.

582 AMD, CC 237, 100 v°.

583 AMD, CC 210 ; reswisures depicqs et hauwé, à 3 deniers ; AMD, CC 223 (1455), 47 r° et passim, CC 229 (1463), 52 v°.

584 AMD, CC 210.

585 ΑΜΑ, EE1, 1429-30, f° 12.

586 AML, 16136, 97 r° ; 16169, f° 52, reswisures de piks à 6 deniers pièce. AML, 16247 (1511), 134 r° ; reswisures... de picqs, haviaulx et pinchereaulx, AML, 16194, 54 r°.

587 AMSO, CA 1472-1473, 93 v°.

588 ADN, 4 G 4599 (1394-95).

589 ADN, B 7935, f° 139 ; reswisures de pils en 1442-43.

590 ADN, B 9085.

591 BESSAC, 1986, p. 14 et sqq.

592 Par exemple sur une miniature (1420) représentant la construction de la cathédrale de Berne, DU COLOMBIER, 1973, p. 31.

593 AMSO, CA 1472-1473, 93 v° ; à 7 deniers la livre, ils revenaient à 4 sous, 8 deniers.

594 BN, ms. fr. 13083, 102 v° ; d’un coût de 18 deniers la livre. Voir BESSAC, 1986, p. 20.

595 ROUDIÉ, 1975, p. 41.

596 A 2 sous la livre ; pour un gros martel condist copperech tout acheté pour fendre et estrirteler plusieurs grosses pierres a le cauchie ; AMD, CC 222 (1452-53), 93 r. Item a Colart Morel, fevre, pour avoir racheré I grant copperech et I becquoir qui sont a le ville ; AMD, CC 202 (1391-92), f° 316.

597 AMV, CC 2969, 80 v° et 108 v°.

598 GERMAIN, 1975, p. 140-141.

599 PAULET-PENNIINCK, dans COLLECTIF, 1979, p. 147.

600 BESSAC, 1986, p. 30-31.

601 À 2 sous, 4 deniers la livre, ADN, B 4327, 41 v°.

602 DURAND, 1901, p. 46.

603 AMSO, CA 1472-1473, 94 v°.

604 ADN, B 10209, 106 r°. COUTANT, 1994, p. 637-638 a relevé plusieurs mentions de l’escopre au xve siècle, à Lille, La Gorgue, Cysoing, Menin, identifié à tort avec le ciseau du tailleur de pierre.

605 AMD, CC 223 (1455), fos 50, 52 r° et passim.

606 AML, 16136, 44 r°. Voir SALAMAGNE, 1997, p. 63.

607 DEHAISNES, 1886, 1, p. 200.

608 SAMARAN et BRANET, 1902, p. 216.

609 ADN, B 9879 ; pour un coût de 24 sous.

610 AMD, CC 201, f° 252 ; dépense de 27 sous.

611 Les boutisses à Bouchain en 1514-15 devaient avoir une longheur convenable a l’œuvre que pour y trouver bonne loyson (ADN, B 8682, 59 r).

612 Elles sont actuellement enterrées.

613 DE LA GRANGE, 1890 ; CLOCQUET, 1881.

614 Chantier de la collégiale Notre-Dame de Saint-Omer, cf. DESCHAMPS DE PAS, 1890-1892, p. 168 et sqq. Voir encore RICHARD, 1887 et DURAND, 1901, passim.

615 DES MAREZ et DE SAGHER, I, 1909, p. 82 et sqq.

616 BOISSEUIL, 1992, p. 44 et 46.

617 JOUBERT, 1890, p. 76.

618 Abbé BOUTILLIER, « De la construction de la porte du Croux au quatorzième siècle d’après les anciens comptes des receveurs de la ville de Nevers », Bulletin de la Société Nivernaise des sciences, lettres et arts, III, 1869, p. 437.

619 SAMARAN et BRANET, 1902, p. 215.

620 BERNARDI, 1995, p. 152.

621 BRANNER, 1965, p. 123 et sqq.

622 SALZMAN 1952, p. 103-118. COLVIN 1971, p. 248 et sqq.

623 SALAMAGNE, 1997, p. 67-68.

624 Voir supra, 3.4.2.

625 AMD, CC 203, f° 381 et sqq. ; de 6 à 9 sous le millier.

626 AMD, CC 216, 75 r°, 80 rv°., 81 r°, 88 r°.

627 AMD, CC 219, 100 v°-101 .

628 AMD, CC 229, 57 v° ; à 40 sous le millier avec le transport, soit une fourniture de 105 livres, 13 sous, 3 deniers.

629 AMD, CC 223, 76 r° et CC 224, f° 74 ; à 40 sous le millier.

630 GLAIESSER, 1978, p. 199 ; 20 000 briques provenant de le maison de le briqueterie de le ville, utilisées en 1390-91 pour les travaux de réfection aux Halles et au beffroi (AMD, CC 201, fos 248 et 313) et 1 700 en 1392 pour la construction des pignons de le cambre ou on met le savelon (AMD, CC 202, f° 306). Mention de la briqueterie de la ville en 1390 ; AMD, CC 201, f° 313.

631 AMD, CC 201, f° 312.

632 AMD, CC 202, fos 236, 239, 312.

633 ADN, B 4627.

634 AMD, CC 206, f° 281.

635 AMD, CC 206, f° 247 v°.

636 AMD, CC 209, fos 27, 371 et 400 ; celle-là ou une autre est mentionnée le long de la Scarpe en 1439-40, AMD, CC 216, 97 r°.

637 AMD, CC 210, f° 236.

638 AMD, CC 214, f° 141.

639 AMD, BB 84, 69 v°.

640 AMD, CC 218, 1446-47, f° 87 v°.

641 AMD, BB 84, 140 r°.

642 DUPONT, 1985, p. 33 et sqq.

643 HOLLESTELLE, 1961, p. 14.

644 VERPLAESTE, 1965, p. 40.

645 VERPLAESTE, 1965, p. 40.

646 HOLLESTELLE, 1961, p. 16 qui pensait donc à la continuité d’une activité ancienne.

647 Dans celle de Emo et Menko.

648 HOLLESTELLE, 1961, p. 16.

649 HOLLESTELLE, 1961, p. 17.

650 HOLLESTELLE, 1961, p. 17-18.

651 HOLLESTELLE, 1961, p. 19-22.

652 HOLLESTELLE, 1961, p. 21 ; la tour du Saint-Sauveur à Bruges date des années 1200.

653 TERMOTE, 1985, p. 60-71

654 HOLLESTELLE, 1961, p. 12.

655 LENNEL, 1909, p. 50 et 237.

656 COLVIN, 1963, p. 426-427.

657 PERREAU, 1978, p. 9.

658 F. BEAUCAMP, « La polychromie dans les monuments funéraires de Flandre et en Hainaut au Moyen Âge », Bulletin Archéologique, 1928-1929 et du même, « La découverte archéologique de Warneton (Belgique) », Bulletin de la Commission historique du département du Nord, XXXII, 1925, p. 243-265 ; Fernand BEAUCAMP et Daniel LELEU, « Les découvertes archéologiques de Comines », Bulletin de la Commission historique du département du Nord, XXXIII 1930, p. 297-322.

659 RICHARD, 1887, p. 267.

660 PAGART D’HERMANSART, Histoire du bailliage de Saint-Omer, 1193 à 1710, 1898, p. 87 et ADN, B 15754.

661 DELMAIRE, 1972.

662 E. PERROY, Le compte de William Gunthorp, trésorier de Calais 1371-72, Arras, 1959, p. 46.

663 Voir GILLIODTS-VAN-SEVEREN, 1875.

664 E. DRAUX, « Les remparts d’Orchies », Les Amis de Douai, no 6, 1978, p. 24-26.

665 AML, 16012, 35 r°

666 Equivalent d’une fourniture de 577 livres, 17 sous à 50 sous le millier plus 5 sous de transport ; ADN, B 4327, 42 v°, 50 v°, 52 v°.

667 LEMAIRE, 1911, p. 462.

668 Sur le boulevard Saint-Michel, AMA, CC 72.

669 J.-M. DUVOSQUEL et C. LEMOINE-ISABEAU, La région de Commines-Warneton. Sept siècles de documents cartographiques et iconographiques, 1980.

670 SEYDOUX, 1979, p. 34 ; à Olhain la brique ne fut utilisée qu’en parement interne des ouvrages. Sur son utilisation dans l’architecture religieuse, voir HÉLIOT, 1951, p. 48-49 et dans l’architecture civile à Mons, la contribution de DUPONT, 1985.

671 Sur ces trois châteaux, voir les notices du catalogue BEAUSSART et SALAMAGNE, 1995.

672 A 4 livres le millier.

673 ADN, B 8624.

674 ADN, B 8635 à B 8637.

675 ADN, B 8634. Elle coûtait 90 sous le millier.

676 NEVEUX, 1971, p. 292.

677 AMC, CC 52, f° 65 et sqq. et DD 36.

678 Elle revenait à 30 sous le millier prise au four.

679 ADN, B 13469.

680 ADN, B 7881, f° 91 et sqq.

681 ADN, B 9019.

682 ADN, B 12835 ; livraison de 1 250 briques.

683 ADN, B 12819.

684 ADN, B 12824.

685 Pour 10 livres et 6 sous pour le déchargement.

686 Un compte de l’abbaye de Marchiennes (1444-1445), Mémoire de Maîtrise, Lille III, 1979, p. 343.

687 PIÉRARD, 1981, p. 692.

688 PIÉRARD, 1981, p. 335.

689 ADN, B 7912.

690 Y. DELANNOY, « Enghien », dans COLLECTIF, 1983.

691 Elle est encore attestée à Chièvres à la même époque, voir M. de WAHA et J. DUGNOILLE, « Chièvres », dans COLLECTIF, 1983, p. 199 et sqq.

692 A 35 sous le millier ; la Salle-le-Comte était le palais des comtes de Hainaut, puis des ducs de Bourgogne.

693 ADN, B 9791.

694 A 35 sous le millier.

695 ADN, B 9793.

696 A 35 sous le millier.

697 Autre palais comtal situé à Valenciennes.

698 ADN, B 9799, livraison de 18 livres, 18 deniers à 40 sous le millier.

699 Pour un aperçu général, voir Le patrimoine en brique, Monuments historiques, 1993.

700 KLEIN et SCHWIEN, 1990.

701 H. PRADALIER, « Le palais de la Berbie », Congrès archéologique de France, Albigeois, 1982, p. 122-146.

702 LEBLANC, 1985.

703 DUPONT, dans COLLECTIF 1985, p. 32 et sqq.

704 La relation établie [DE WAHA, 1985, p. 53] entre la diffusion de la brique et le plan carré des tours de l’enceinte de Mons, qui en fait ne sont pas de plan carré, mais en D (sic), plan qui serait importé de Hollande en même temps que la brique est peu sérieuse. MESQUI, 1991, p. 287 rappelle que ce type de plan correspondait à une tradition établie depuis l’époque augustéenne.

705 HOLLESTELLE, 1961, p. 47-48.

706 AMD, CC 209, f° 382.

707 Appareil parfois abandonné au xixe siècle où l’on ne disposa plus les briques qu’en panneresses au risque de fragiliser les revêtements.

708 AMD, CC 205, f° 345.

709 BRUCHET, 1922, p. 225 et sqq.

710 PJ 13.

711 CURNOW, 1982, p. 65-69 ; il s’agirait de l’exemple le plus précoce de l’utilisation de la brique à grande échelle dans un château anglais.

712 DES MAREZ et DE SAGHER, I, 1909, p. 90.

713 PERREAU, 1978, p. 9.

714 COLVIN, 1963, p. 445.

715 AGR, CC 26477.

716 AMAi, EE 1 et EE 2.

717 PAUWELS, 1983, p. 123.

718 KNOOP et JONES, 1967, p. 2.

719 HARVEY, 1975, p. 143.

720 Guy BRIGAUX, La maçonnerie, Paris, 1964, p. 64 et sqq. ; LAURENT, 1994, p. 37-39.

721 A. SALAMAGNE, « A propos de quelques mentions de chaufours médiévaux dans les anciens Pays-Bas méridionaux », Les fours à chaux en Europe, Colloque international. Documents du musée de la pierre de Maffle, 1996, p. 15-30.

722 VERRIEST, 1908, p. 174.

723 BAVAY, dans COLLECTIF, 1979, p. 159.

724 GODFROID-LAURENT, 1968, p. 167.

725 TOURNAY, 1979, p. 3 et 6 ; Beaumont possédait pourtant un four.

726 Le four fut restauré par deux maçons, AMD, CC 200ter, rouleau 3.

727 De Simon de le Froidecourt, fermier des fours a le cauch appertenant a ladite ville seans sur Barlet, pour le louage a lui fait d’une maison, une grangette et ung gardinet apartenant a icelle ville qui fu Baudart le Duc seant sur ledit lieu de Barlet au devant des Cauffours qu’il doit tenir VI ans qui commencherent a le saint Jehan l’an mil IIIIc XXIX en rendant par an a ladite ville pour ledit louage dix frans XXXIII gros monnaie de Flandres pour le franc. Pour ce receu pour les termes de Noel mil IIIIc XXIX et Saint Jehan mil IIIIc XXX, premiere annee de son louage, dix frans qui vallent a udit pris, XVI l., X s., AMD, CC 213 (1429-30), 15 r°.

728 AMD, CC 209, f° 391.

729 A Jehan Manbours, briquettier, pour (...) III milliers (de briques) dont on refist l’un des cauffours et pava en le maison du cauffourier a Barlet et aultres deux milliers livrez a le vesve feu Ernoul Godin ; AMD, CC 216 (1439-40), 58 r°.

730 AMD, CC 210, fos 236 v° à 239.

731 COLVIN, 1963, p. 426-427.

732 SAUZE, 1994, p. 145.

733 ESPINAS, 1913, 3, p. 331-332.

734 AMD, AA 90, 68 r° ; ESPINAS, 1913, 3, p. 331-332.

735 M. SOMMÉ, « Étude comparative des mesures à vin dans les États bourguignons au xve siècle », Revue du Nord, vol. 58, no 229, p. 171-183, donne le chiffre de 1331 litres pour le muid, B. Delmaire 1 012 litres (DELMAIRE, 1990, p. 64).

736 AMD, CC 200ter, rouleau 3.

737 AMD, CC 201, f° 308, 311, 325 et passim ; CC 202, f° 306 et sqq.

738 AMD, CC 209, f° 374, cit. par MORRIS, 1977, p. 289.

739 AMD, CC 216, 87 v°-88 r°, CC 219, 100 v, 101 r°.

740 ADN, B 4650, 15 v°.

741 ESPINAS, vol. 1, p. 541, vol. 4, p. 444-445.

742 AMD, CC 210, f° 236 et passim.

743 ESPINAS, vol. 4, p. 747-748.

744 AMD, CC 209, fos 370-371, cit. par MORRIS, 1977, p. 286.

745 AMD, CC 213, 1429-30, 15 v°.

746 AMV, CC 218, f° 6 et CC 219, f° 8 v°.

747 AMD, CC 218, f° 2 r°.

748 AMD, CC 218, fos 4 v°, 5 r°.

749 AMD, CC 202, f° 336 et sqq.

750 AMD, CC 216, 87 v°-88 r°.

751 AMD, CC 219, 100 v°, 101 r°.

752 ADN, B 12835 : A Jehan le Cauffournier pour toute le kauch qu’il a livret en ceste saison d’estet pour les ouvrages de machonnerie fait tant a le reparation de le fortrece de le ville comme as avan-pis et a le grosse tour dou courtil Cauffechire que monte jusques au clos de l’œuvre Ve LXIIII muis demy de kauchparmy Vs., VI d. le muy sont C LV l., IIIIs., IX d.

753 HAMON, 1996, p. 231-232.

754 J.-P. LEGUAY, L’approvisionnement des chantiers bretons en matériaux de construction aux xive et xve siècles, dans COLLECTIF, 1985a, p. 69.

755 Au chevet gothique de la collégiale Saint-Pierre de Lille par exemple, les mortiers de l’empattement sont plus riches en chaux que ceux de l’élévation ; P. JESSU et P. LEMAN, « Les fouilles de la collégiale Saint-Pierre de Lille », Revue du Nord, 1964, no 181, p. 149.

756 AMD, CC 202, fos 348-350.

757 DIEUDONNE, 1804, 1, p. 204.

758 AMD, CC 209, passim.

759 AMD, CC 216, 87 v°-88 r° et passim.

760 ADN, B 4650, 15 v°.

761 Thèse émise par GIMPEL, 1975, p. 79 et sqq. et reprise par BECHMANN, 1984, p. 95 et sqq.

762 BECHMANN, 1981, p. 29.

763 DE BOUÄRD, 1975, p. 50.

764 PLATELLE, 1965, p. 123-124.

765 AMD, CC 203, passim

766 AMD, CC 217, fos 92 à 96.

767 AMD, AA 90, 50 r° et sqq., ban sur la laigne ; ESPINAS, 1913, 3, p. 203 et sqq.

768 AMD, CC 177 ; Lettres-patentes, données à Lille le 14 décembre 1433, des commis ordonnés par le duc de Bourgogne, Philippe le Bon, durant son absence, portant commission au gouverneur de Lille, Douai et Orchies de faire jouir le châtelain de Douai de ses droits d’euwage et prérogatives sur les nefs, barques et autres vaisseaux.

769 AMD, CC 219, 106 v°, septembre 1451 : A Jehan Paret demourant a Vallenchiennes, pour l’accat fait a lui par les Six Hommes de deux milliers de lattes de quesne servans a couvrir de thieulle que l’en a mise en provision pour les affaires de ladite ville en le maison ou maint maistre Jehan Turquet au pris de IX l., X s. le millier sont, XIX l.

770 AMD, CC 201, f° 307 et f° 328.

771 AMD, CC 201, f° 331.

772 AMD, CC 202, f° 341 ; arentement du droit des esmoyages des raymes* qui sefait en une partie de le place du Temple enclose de fossez et hallos.

773 AMD, CC 209, f° 375.

774 AMD, CC 202, f° 328.

775 AMD, CC 201, f° 328 et passim ; chêne pour les estaques des bailles, les éléments des charpentes, les chevrons, les tabliers des pont-levis, etc.

776 Pour faire des hourts** au beffroi en 1391-92, AMD, CC 201, f° 310, des pilots pour les estanques* en 1417, AMD, CC 209, f° 375.

777 On consultera en dernier lieu, Le bois et la ville du Moyen Age au xxe siècle, Colloque de L’Ecole Normale Supérieure de Fontenay/Saint-Cloud, 1991, qui n’aborde pas cependant le problème de la fourniture du bois.

778 AMD, CC 209, f° 385 et passim.

779 AMD, CC 225 (1457), 63 r°.

780 AMD, CC 229, 1462-63, 47 v°.

781 AMD, CC 223, fos 54 r°, 65 v°.

782 AMD, CC 213, 1429-30, 176 v° et passim.

783 AMD, CC 220, 46 r°.

784 MD, CC 209, f° 375, les pilotis avaient 5 pieds de longueur.

785 Fondations sur pilotis de chêne tapés à la hye*, au fons de le fosserye ; AMD, CC 225, f° 55 et 71 r°.

786 AMD, DD 210, achat par la ville de terrains hors la porte d’Arras afin d’y ediffier un boulewercq.

787 AMD, CC 209, f° 368.

788 AMD, CC 209, f° 376.

789 AMD, AA 90, f° 68 ; ESPINAS, 1913, vol. 3, p. 331 ; DESQUIENS, 1994, p. 506.

790 AMD, CC 219, f° 69 v°.

791 ESPINAS, 1902, p. 384.

792 AMD, CC 206, fos 250, 255-256 ; AMD, CC 208, f° 453.

793 AMD, CC 200ter, rouleau 3.

794 AMD, CC 201, f° 255.

795 AMD, CC 219, f° 68 r° et passim.

796 AMD, CC 177.

797 AA 88, f° 2 v” ; AA 89, 9 v° ; AA 94, f° 25 r° ; TAILLIAR, 1849, p. 225.

798 AMD, AA 90, 68 r° ; ESPINAS, 1913, vol. 3, p. 331.

799 Annie BROEZ, « Fouilles du plateau Chemerault, Campagnes 1982-1983 », Mémoires de la Société archéologique et historique de l’arrondissement d’Avesnes, vol. 29, 1985, pp. 165..

800 Y. DELANNOY, « Enghien », dans COLLECTIF, 1983, p. 172.

801 PERREAU, 1978, p. 7.

802 ESPINAS, 1913, vol. 4, p. 444.

803 Les eswardeurs étaient rétribués par une taxe acquittée par le marchand, 12 d. douaisiens pour le millier de tuiles, festissures, carreaux, etc., 6 deniers pour le muid de chaux.

804 F. DESPORTES, « Droit économique et police des métiers en France du Nord (milieu du xiiie – début du xve siècle) », Revue du Nord, vol. 63, no 249, 1981, p. 321-336.

805 ADN, 3 G 1697.

806 AMD, CC 202, f° 318, CC 219 (1451), 79 r°v°

807 AMD, CC 209, 1416-17, f° 417, CC 213, 1429-30, 179 r°.

808 A. M. TOURNAY, « Beaumont, ville forte sous les seigneurs de Croÿ », Publications de la société des cantons de Beaumont-Chimay à Sivry-Rance, IX, 1979, p. 7.

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search