Version classiqueVersion mobile

Construire au Moyen Âge

 | 
Alain Salamagne

Seconde partie

Douai et la fortification médiévale

Texte intégral

5. L’implantation et la structure des fortifications

5.1. Le tracé des enceintes

1La dernière enceinte de Douai engloba au xive siècle l’enceinte primitive au périmètre plus réduit de telle sorte que coexistèrent deux lignes fortifiées, disposition assez fréquente que l’on retrouvait sur les enceintes de Valenciennes, Mons, Louvain, Bruxelles, Tournai...

  • 1 MORTET DESCHAMPS, 1929, p. 188-191 ; AUBERT, 1961, p. 9.
  • 2 SHELBY, 1972, p. 395-96.

2Une très bonne image, idéalisée certes, de la fondation d’une enceinte nous est donnée par Lambert d’Ardres : Arnoul V (1177-1220), dit de Guines, fit creuser autour de la ville d’Ardres de nouveaux fossés1, à l’imitation de ceux de Saint-Omer (ad instar Audomarensis fossati). Les travaux furent dirigés par le maître fossier Simon, si savant dans les travaux de (géométrie : tam doctum geometricalis operis magistrum Symonem fossarium, cum virga sua magistrali more procedentem, et hic illic jam in mente conceptum rei opus non tam in virga quam in oculorum pertica geometricantem). Le terme géo-métrie doit être pris ici au sens premier, la mesure de la terre. Vers 1400, l’auteur de l’introduction aux Articles et Points de Maçonnerie qui établit le règlement des maçons en Angleterre, règlement fondé sur la tradition, définit la géométrie comme la mesure de la terre, la terre est l’outil de géométrie2.

  • 3 HAHNLOSER, 1972, p. 11.
  • 4 HAHNLOSER, 1972, p. 91.
  • 5 HAHNLOSER, 1972, p. 103.

3Aussi lorsque le maître 2 de l’Album de Villard de Honnecourt (xiiie siècle) précise que les figures sunt extraites de geometrie, la traduction qui en a été couramment donnée n’a pas souligné le sens profond de l’image. Villard évoque par trois fois l’art de iometrie ; pl. 2 : si troveres le force de le portraiture*, les trais*, ensi corne li ars de iometrie le commande (et) ensaigne*3 ; pl. 36 : ci commence li force des trais de portraiture si con li ars de iometrie les ensaigne. por legierement ovrer4... ; pl. 38 : en ces. IIII. fuelles a des figures de l’art de iometrie, mais al conoistre covient avoir grant esgart ki savoir velt de que cascune doit ouvrer5. Hans Hahnloser remarquait justement que les rapports de mesure sur lesquels sont construites les figures de Villard et l’avertissement qu’il donne sur les risques d’erreur dans leur mise en œuvre témoignent du fait que ses conseils sont ceux de quelqu’un qui avait une certaine habitude de concevoir ou de créer.

  • 6 HAHNLOSER, 1972, p. 101-102.
  • 7 Ms. 2200 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris ; HAHNLOSER, 1972, p. 92.
  • 8 Voir en particulier la planche 39 de Villard, HAHNLOSER, 1972, p. 108-109.

4Ces figures ne constituaient pas un modèle que Villard proposait à la reproduction, mais uniquement un moyen pour parvenir au dessin6. Hans Hahnloser soulignait d’autre part la communauté d’esprit qui existe entre les expressions utilisées par Villard dans son Album et celles du plus ancien traité en français de mathématiques, une compilation de Boëce. Ce traité et l’Album de Villard ont en commun de proposer un ensemble d’exemples ou de moyens, pour calculer les mesures de volumes d’espaces7. Lorsque Villard nous indique comment mesurer la largeur d’un fleuve8, il s’agit plus d’une qualité propre à un géomètre (au sens moderne du terme) qu’à celle d’un maître-maçon.

  • 9 BRUTAILS, 1900, p. 173 ; GARDELLES, 1963, p. 23.
  • 10 Les chroniques de la ville de Metz, publiées par J.F. Huguenin, et éditées par S. Lamort, Metz, 183 (...)
  • 11 FAUCHERRE, 1993, p. 68 et 75.
  • 12 Voir, par exemple, P. HENWOOD, « Raymond du Temple, maître d’œuvre des rois Charles V et Charles VI (...)
  • 13 GILLIODTS-VAN-SEVEREN, III, 1875, p. 203.

5Mais les maîtres-maçons avaient fréquemment aux xive et xve siècles des responsabilités de géomètres-arpenteurs : en 1420, à Bordeaux, le maître-maçon Colin Trenchant, maître-d’œuvre de la cathédrale, était qualifié de latomus sive magister in geometria, de maître en géométrie9. Le maître-maçon de la cité de Metz, constructeur entre 1478 et 1481 du clocher de la cathédrale, Hannès de Ranconvaulx, était loué comme grant geometricien et expert en chiffrees et argorime, et grant ouvrier de son mestier10. Mentionné lors du toisage de la tour Boucle au Mont-Saint-Michel en 1481, Jehan du Dixme était qualifié de mesureur jurez ou mesureur congnoissant en la science degéométrye11. Les maçons-jurés du roi à Paris aux xive et xve siècles avaient également des responsabilités d’arpenteurs12. La ville de Bruges avait à son service, à la fin du xive siècle – mais remarquons quelle n’avait pas de maître-maçon attitré – un géomètre (geometrico ou landmetere) mentionné dans les comptes dès 1284. En 1285, il était rétribué de 6 livres : Tunc Johanni Trobel agrimessori, pro halla, arena, licinis et aliis diversis lociis mensurandis... Comme maître Simon à Ardres, le géomètre Boudine den Bert était rétribué en 1388-89, over de moynesse die di hadde II daghen lanc de chinghelen buten de vterste veste of te legghene ende te metene13, pour ses paines d’avoir durant trois jours délimité et mesuré le troisième tronçon des fortifications.

6L’art de géométrie ne doit donc pas être réduit à une simple formulation de recettes empiriques de dessins mais à une véritable connaissance de la nature des choses : mais al conoistre covient avoir grant esgart* ki savoir velt, nous rapporte Villard. Esgart, eswarder, c’est, dans les métiers des villes des Pays-Bas, surveiller avec des pouvoirs de police pour vérifier la conformité de réalisation des produits. Villard nous met donc en garde contre la pratique de cet art qui s’enracine dans une certaine tradition du secret maçonnique. À Valenciennes au Moyen Âge, la pratique, et de la géométrie, et de la maçonnerie, était réservée à une seule catégorie de maçons, les francs-maçons.

  • 14 Texte édité par V. MORTET, « La maîtrise d’œuvre dans les grandes constructions du xiiie siècle et (...)

7À Ardres donc, Simon : reconnaissable selon l’usage avec sa règle magistrale, donnait les dimensions de l’ouvrage qu’il avait déjà conçu dans son esprit, non pas tant avec sa règle qu’avec la mesure de son regard. Image extraordinaire de ce maître-fossier – proche de celle du maître-maçon tenant sa verge magistrale-, mais tout à fait antinomique de la description acerbe faite par le dominicain Nicolas de Biard, qui vers 1261 comparait certains prélats de l’église aux maîtres-maçons ayant perdu le rapport à la pratique, ordonnant par la parole et ne travaillant pas (aliis dicunt : Par ci me le taille, et nihil laborant)14. Mais probablement le Dominicain n’avait-il pas compris que lorsque le maître-maçon engageait les travaux de taille, le projet était déjà conçu dans son esprit (jam in mente conceptum).

8À Ardres, maître Simon libéra le terrain nécessaire en renversant les maisons et granges, en arrachant les arbres, en retournant les terres, c’est-à-dire en expropriant les habitations et les terrains particuliers. Si les villes furent souvent réticentes à investir dans les travaux de fortification et si elles se contentèrent parfois de demi-mesures, c’est bien que le problème de leur tracé posait de nombreuses difficultés en raison des expropriations, comme les exemples de Reims et Tournai le démontrent.

  • 15 DESPORTES, 1977, p. 775.
  • 16 DESPORTES, 1977, p. 789 et sqq.
  • 17 VARIN, 1843, p. 1134 et sqq. ; DESPORTES, 1977, p. 791-92.

9Les travaux de la dernière enceinte de Reims furent commencés en 1209 à l’initiative de Philippe Auguste. En février 1295, lors de la guerre contre les Flamands, Philippe le Bel ordonna leur reprise, tous les habitants, dont les clercs et également la population des villages environnants dans un rayon de trois lieues, devant y contribuer. Des courtines furent érigées à partir de Saint-Nicaise vers la porte Neuve et la rivière, mais les travaux s’arrêtèrent en 131715. En 1337, Philippe VI prescrivait leur continuation et chargeait le bailli de Vermandois et un autre de ses officiers de mettre la ville en défense. En 1339, le roi envoyait deux autres officiers ; le siège de Cambrai par les Anglais et la menace qu’il représentait pour Reims, ravivait les énergies : 10 000 livres furent levées sur la ville, dont 3 000 sur les ecclésiastiques. Mais de nouveau à la disparition du péril, l’activité cessa. Les travaux stoppèrent en 1340, puis reprirent en 1346 à la suite du désastre de Crécy – en mai, juin et juillet 1347, la dépense atteignait chaque semaine 200 à 300 livres – et se continuèrent jusqu’en 134816. Une soixantaine de fessiers et bottiers élevaient en janvier 1347 les levées de terre et leurs palis* ; on travaillait aussi aux gros murs, tours, tourelles, poternes, bretesche, barbacane* ou avant-garde, cette dernière devant la porte Mars17.

  • 18 DESPORTES, 1977, p. 808.
  • 19 DESPORTES, 1977, p. 788 et sqq.
  • 20 DESPORTES, 1977, p. 815.

10Le 18 mars 1356, Jean le Bon chargeait l’archevêque Jean de Craon de faire achever la construction de l’enceinte le plus vite possible et les travaux reprirent : en 1357 on dépensa 3 000 livres durant une vingtaine de semaines18 : son tracé aurait été achevé en 135819, une inscription précisant que le 19 septembre tout Reins fut close de murs20. Mais ces murs n’étaient encore en grande partie que des terrées avec, çà et là, quelques flanquements.

  • 21 ROLLAND, 1956, p. 97-98.
  • 22 En dernier lieu, P.-M. VECHE, « La fortification urbaine à Tournai au Moyen Âge », dans COLLECTIF, (...)
  • 23 VERCAUTEREN, 1965, p. 201.
  • 24 Léo VERRIEST, « Qu’était-ce la « Charité Saint Christophe à Tournai », Bulletin de la Commission ro (...)

11La chronologie de la dernière enceinte de Tournai, en raison de l’obscurité apparente de certains textes, a suscité des thèses contradictoires ; sa création a été ainsi située entre 120021 et 1277, des textes rapportant à cette date la création des nouveaux murs22. Pour Vercauteren, les premiers travaux commencèrent vers 1202 ; ils ne furent définitivement achevés qu’en 130423. Léo Verriest a pu, avant la destruction des archives de Tournai, relever un ensemble de textes qui attestent de l’existence de la dernière enceinte dès le début du xiiie siècle, en tout cas avant 1225 : en effet sont régulièrement cités à partir de cette date, les portes, fossés, entredeux-portes, darraine porte, etc., prouvant qu’à cette date le report de l’enceinte était réalisé ; l’auteur faisait donc débuter sa construction après l’obtention de la charte de 118824.

12Il est clair que dès le début du xiiie siècle, probablement après le siège de 1213, Tournai avait entamé la construction de sa dernière enceinte, tout au moins qu’elle en avait creusé les fossés et établi les levées de terre, afin d’intégrer les nouveaux faubourgs et éviter derechef leur destruction. Les portes existaient, mais elles étaient en bois. Dans le même temps l’enceinte intérieure fut conservée et même améliorée pour servir de réduit (Fig. 89).

  • 25 Armand D’HERBOMEZ, « Philippe le Bel et les Tournaisiens », Compte rendu des Séances de la Commissi (...)
  • 26 VERRIEST, 1908, p. 145.
  • 27 GILLES LE MUISIT, p. 35 ; VÊCHE, 1984, p. 124.
  • 28 BOZIÈRES, 1864, p. 32.
  • 29 BOZIÈRES, 1864, p. 43
  • 30 GILLES LE MUISIT, p. 38-39.

13À partir de 1277, Philippe le Bel autorisa la commune de Tournai à lever une assise entre autre, pro reparatione murorum, autorisation renouvelée en 1295, 1297 et 130725. Par ailleurs les mentions des nouviaus murs dans les chirographes apparaissent dès 128326. Selon Gilles le Muisit, les murs de la Cité entre la porte de Bourdiel et la porte Coquerelle (porte de Lille) (de la porte 15 à la porte 19) furent construits en 127727. Ceci correspond parfaitement à la mention du marché de la construction dès 1277, rive gauche, de 150 m de muraille par le maçon Jakemes de Douai28 et au contrat selon lequel deux maîtres-maçons devaient réaliser quatre tours et la porte-châtelet, dite de Sainte-Fontaine29. Comme le marché devait être achevé pour le premier octobre 1281, il est probable que les travaux en furent entamés vers 1278. En 1295-1297, on travaillait aux murs du Bruille et des Chauffours, on élevait les murailles des Frères Mineurs près de l’Escaut à la porte Saint-Martin : fuerunt incepti muri, turres et fossata (...) a porta Sancti Martini continuando usque ad fratres Minores supra Scaldam30.

  • 31 VÊCHE, 1984, p. 125-126.

14Il ressort clairement des sources que la nouvelle enceinte fut construite en dur à partir au moins de 1275, d’abord rive gauche de l’Escaut, puis rive droite. La construction en dur de ces flanquements atteste de l’achèvement du tracé rive gauche. Rive droite, la lenteur des travaux pourrait s’expliquer par des conflits de propriété, la ville n’achetant le quartier du Bruille à la châtelaine Marie de Mortagne puis celui des Chauffours au seigneur d’Avesnes, qu’en 128931. L’enceinte fut donc réalisée par petits tronçons, sur près d’un siècle, jusqu’au creusement en 1303 des fossés du Bruille ; aussi jusqu’à la fin du χιιie siècle, ne dut-elle avoir qu’une valeur défensive relative.

15Il apparaît ainsi que la construction de l’enceinte se fit en deux temps, – établissement du tracé et des levées de terre après 1213, – élévation des murs, tours et portes à partir du dernier quart du xiiie siècle. Le délai, de fait assez long entre les deux phases, s’explique pour diverses raisons.

  • 32 GILLES LE MUISIT, p. 38-39.
  • 33 DESPORTES, 1979, p. 529.
  • 34 VÊCHE, 1984, p. 123.

16Des destructions entraînées par la fondation de l’enceinte d’Ardres, Lambert d’Ardres donne une vision bucolique. Dans la réalité, les constructeurs furent confrontés aux expropriations de terrain – qui expliquent aussi le manque de décision des magistrats en ce domaine, problèmes longs à solutionner. Et erat diversa opinio de structura, tandem fuit concordatum quodfuerunt ubi ninc sunt..., nous rapporte-t-on en 1295 à propos de la construction des murailles de la dernière enceinte de Tournai32, d’autant que des bourgeois pouvaient être à la fois juges et partis. À Reims si, en 1336, le roi confia la mise en défense de la cité au bailli de Vermandois et à un autre officier, ces derniers déléguèrent à quatre notables de la ville le soin d’exécuter le mandement royal33. A Tournai, le quartier du Bruille dépendait du comté de Flandre mais la paroisse des Chauffeurs, comme seigneurie des d’Avesnes, du Hainaut. Rive gauche, l’abbaye Saint-Martin était un puissant propriétaire foncier en mesure de s’opposer aux expropriations34.

  • 35 Voir en dernier lieu sur ces problèmes de propriété et d’expropriation, G. LEYTE, Domaine et domani (...)

17Lorsqu’on connaît les difficultés rencontrées par les évêques ou les chapitres cathédraux pour acquérir les terrains indispensables à la construction des cathédrales gothiques, à Reims, Amiens ou ailleurs, on devinera quels furent les problèmes posés par la création des enceintes35. Problèmes de seigneurie, de droits d’usage, de propriété, d’expertises, puis de remembrement, de voirie...

5.2. Fortifications de terre

5.2.1. Le système des terrées

  • 36 AMD, CC 230 (1464-65), 41 r° ; mentions fréquentes, AMD, CC 203 (1394) et passim.
  • 37 AMD, BB 12.

18À Douai, de simples levées de terre constituaient à l’origine la dernière enceinte. Par la suite des murailles furent implantées sur la partie supérieure de leur talus, en laissant subsister à leur pied une berme importante. Ces levées de terre, auxquelles on accédait par des montees*, étaient qualifiées de crestes*, crestes pardedens la fortresse36, terreaulx, et leur talus de mures* de terre. La visitation* faite en 1497, par les échevins et les VI-Hommes, des crestes et teraux de la ville pardedens les murs, à propos des empiétements faits par les riverains, précise que ces terrées étaient contenues ou fermées contre les propriétés privées par des haies37.

  • 38 LIEGEARD, 1860, p. 32 et AMD, DD 196 et sqq. (crestes et fossés que la ville rachetait alors à des (...)
  • 39 AMD, AA 90, 68 v ; PJ 2.
  • 40 PJ 4.

19La première enceinte était également constituée de terrées38 : un ban échevinal interdisait en 1254, sous peine d’amende, d’endommager tant les murs de le vile, que les crestes* des fossés de le vile ou encore les crestes des fossés de le vile au leis deviers les murs39. D’autre part la construction des murs de l’enceinte entre les portes des Wez et Saint-Nicolas, depuis les fondations jusqu’au sommet du mur, ne fut réalisée qu’en 126840. On peut donc situer autour des années 1250 la construction en dur de la première enceinte de Douai.

  • 41 SALAMAGNE, 1986, p. 421 et sqq.
  • 42 Sur la nature exacte de ces terrées, voir SALAMAGNE, 1984, vol. 2, p. 228 et sqq. et SALAMAGNE, 198 (...)
  • 43 MORREAU, 1979, p. 3 et sqq.
  • 44 SARFATIJ, 1990, p. 194.

20Le recours à la terre – matériau utilisé pour les fortifications de l’Âge du Fer sur les actuels territoires de la Belgique, du Nord de la France et de l’Allemagne41 – permit au début du xive siècle d’assurer rapidement la fermeture du circuit fortifié, la construction des murailles étant par la suite étalée en de nombreuses campagnes de construction. L’existence de terrées est attestée pour les enceintes d’Ardres, Arras, Bergues, Béthune, Bourbourg, Bruges, Bruxelles, Cambrai, Chièvres, Condé, Gravelines, Le Roeulx, Le Quesnoy, Lille, Mons, Orchies, Saint-Amand, Saint-Omer, Saint-Venant, Soignies, Tournai, Valenciennes42, etc., de même que pour les principales villes des Pays-Bas septentrionaux. À Utrecht, sur certains fronts, les terrées du milieu du xiiie siècle furent remplacées au début du xive siècle par un mur de brique et un processus identique eut lieu à Bréda. À Maastricht, aux levées de terre érigées vers 1200 furent substituées à partir de 1229 des murailles43. Mais Amsterdam ne possédait encore au xve siècle qu’une simple terrée44.

21Si l’enceinte de Douai fut édifiée, nous l’avons vu, à partir de 1313-1320, et les premiers flanquements vers 1330, des travaux furent commencés dès 1297. Aussi, au regard des exemples de Tournai et Reims, nous n’hésiterons plus à situer une première phase de creusement des fossés et de façonnage des levées de terre dans une période plus large, entre 1297 et 1330. Plus exactement considérerons-nous que des travaux, entamés à partir de 1297, furent repris et achevés à partir de 1313.

  • 45 GILLIODTS-VAN SEVEREN, 1871-1885 ; DE WAHA, 1984, qui soulignait avec raison l’importance des terré (...)
  • 46 Entre le Minnewater et la porte Sainte-Catherine, on travailla an de nieuwe chinghele, GILLIODTS-VA (...)
  • 47 GILLIODTS-VAN SEVEREN, III, 1875, p. 29.
  • 48 GILLIODTS-VAN SEVEREN, III, 1875, p. 33.

22A Bruges, l’enceinte commencée à la fin du xiiie siècle n’était faite que de teraulx et sablons que l’on éboula dans les fossés après la victoire du roi de France sur les Flamands en 130545. Après la bataille de Roosebeke en 1382, des dépenses importantes furent consenties pour l’artillerie (vutgheven van stoffen ten engienen), mais aussi pour le creusement des fossés dont certains – ainsi entre la rue des Carmes et la porte Sainte-Croix – sont alors qualifiés de nouveaux (an de niewe vesten omirent de stede). La durée du creusement de ces fossés, creusement qui se poursuivait encore en janvier 1384, laisse croire soit à l’établissement d’un tracé nouveau, soit au recreusement de fossés comblés46. En février 1383, on travaillait aux tourelles et portes de bois, aux pont-levis, aux barden (palissades ?)47, aux waerden*, maisons de guet ou gardes des portes : probablement disposées sur la contrescarpe des fossés, elles abritaient des donrebussen, des bombardes48.

  • 49 SALAMAGNE, 1996.

23Mais les véritables travaux de modernisation de la place ne sont pas attestés avant les années 1400, lorsqu’on reconstruisit les portes et tours de l’enceinte en les adaptant à l’artillerie à feu49, avec courtines de brique disposées sur les terrées : capendant à la fin du xve siècle, la construction en dur de l’enceinte n’était pas achevée.

  • 50 M.-C. LALEMAN, Gand et ses enceintes urbaines médiévales, dans Congrès de Nivelles, Actes, Nivelles (...)
  • 51 P. C VAN DER MEERSCH, « Mémoire sur la ville de Gand considérée comme place de guerre », Mémoires c (...)
  • 52 P. CLAEYS et J. GEERTS, « Les anciennes fortifications de la ville de Gand », Messager des sciences (...)

24À Gand, la création de la dernière enceinte a été mise en rapport avec la charte par laquelle la comtesse Mathilde, veuve du comte Philippe d’Alsace, accorda en 1191 aux Gantois l’autorisation de fortifier leur ville. Le long des fossés occidentaux, des fragments de murs en pierre de Tournai, où étaient noyés des arcs de fondation ou de décharge, ont été datés de la fin du χιie siècle, ainsi qu’une tour d’un diamètre de 14,65 m50. On admettra quand même difficilement cette datation ; quant aux fragments retrouvés, sont-ils véritablement caractéristiques de l’enceinte gantoise, alors qu’au xve siècle une grande partie de l’enceinte est toujours décrite comme constituée de remblais de terre. En 1484, la ville achetait des terrains pour continuer les travaux et élever des bollewerchen* et huysen*51 devant les portes de ville, dont la porte d’eau dite le Rabot52.

  • 53 Cf. par exemple, le vol. 1, couvrant la période 1307-1340, des Chroniques de Jehan Froissant, publi (...)
  • 54 BLONDEL, 1956, p. 40 et 310.
  • 55 MIQUEL, 1981, vol. 1, p. 246 et sqq.
  • 56 GRAS, 1943, p. 93 et BECET, 1949, p. 27.
  • 57 TURNER, 1971, p. 54 et sqq.
  • 58 DENIFLE, 1899, vol. II/1, p. 226 et sqq.,
  • 59 GLÉNISSON-HIGOUNET, 1964, p. 44-45 ; RIGAUDIERE, 1985, p. 19 et sqq.
  • 60 LEBLANC, 1983-1984 ; DE WAHA, 1984 ; SALAMAGNE, 1986, p. 422 et sqq.

25Les écrits de Froissart ou d’autres chroniqueurs du xive siècle53, témoignent du fait que nombreuses étaient alors les enceintes dont les défenses étaient constituées, en tout ou partie, par des levées de terre palissadées, tant en Savoie54, que Rouergue55 ou Bourgogne56, etc. Autour des années 1350, on se contenta – ainsi qu’en Angleterre57 – de restaurer les anciennes murailles, en ruine ou délabrées faute d’entretien58, ou de recreuser leurs fossés59. Cet état de fait se prolongea parfois en raison d’un manque de ressources financières : des villes de l’importance de Bruges ou Toulouse60 conservaient encore au xve siècle de longs tronçons de terre.

5.2.2. La structure des terrées

5.2.2.1. Les levées de terre primitives, phase 1

26Si nous n’avons que peu de renseignements archéologiques sur la structure des terrées de Douai, les sources nous permettent néanmoins d’identifier leurs phases d’évolution.

  • 61 Le rempart du château ducal de Fécamp dans la première moitié du xie siècle avait une largeur à la (...)
  • 62 Gilles BLIECK, « Note », dans Archéologie médiévale, vol. XXI, 1991, p. 361-362.
  • 63 AMV, CC 2969, f° 77 r°.
  • 64 ΑΜΑ, BB 38, 15 r°, 21 r°, 41v°, 64 v°, 68 v°, 83 v°.

27Au cours d’une première phase (Fig. 90), qui correspond à la fondation de l’enceinte, la levée de terre devait s’élever en pente douce (45 degrés) pour former un talus d’une dizaine de mètres de hauteur sur 16 à 17 m de largeur61. Gilles Blieck a restitué aux terrées de Lille (fin du χιιie siècle, début du suivant), à la lumière des fouilles pratiquées place Rihour, une largeur de 16 à 20 m, soit une élévation de 6 à 8 m, parapet compris62. Au sommet de ces terrées, les allees de le ville ou aleez des dis crestiaux*63 constituaient un plan horizontal permettant la circulation des défenseurs (Fig. 91). Côté ville le talus intérieur des terrées offrait un relief limité : en 1407, à Arras, interdiction fut faite de monter sur les terraulx et autres structures défensives sous peine d’une amende de 20 sous et d’une sanction par les échevins et le gouverneur, prescription renouvelée de nombreuses fois au cours du xve siècle64.

  • 65 WAGON, 1923-1925, p. 271.

28Le sommet des terrées était planté, côté fossés, d’une palissade et leurs pentes couvertes de haies d’épines. En 1476, les levées de terre intermédiaires séparant les fossés du front de la tour des Dames avaient leur sommet planté d’arbres ou d’arbustes65.

  • 66 CESAR, Guerre des Gaules, Le Livre de poche, 1961, p. 120.
  • 67 PIÉRARD, 1981, p. 220 et passim.
  • 68 GODFROID-LAURENT, 1968, p. 163.
  • 69 BORGNET, vol. 5,1857-1858, p. 93.
  • 70 DELAVILLE LE ROULX, 1878, vol. 1, p. 287.
  • 71 Capitaine de VILLELE, « Aspects militaires de la vie d’une petite cité médiévale. La défense de Bel (...)

29César rapportait déjà dans ses Commentaires sur la Guerre des Gaules que les Nerviens taillaient et courbaient de jeunes arbres, des ronces et des buissons épineux pour former des haies semblables à des murs, qui leur offraient des abris efficaces66. Les terrées de Mons érigées à partir de 139067, comme celles de Lessines (Hainaut) à la fin du xve siècle68, étaient ainsi couvertes d’épines et leur sommet défendu par des palissades. Des spinées garnissaient les palis* ou les fossés des fortifications de Namur69, les murs de Tours dans les années 136470 ou les terrées de Belfort au xve siècle71.

  • 72 A Jehan Rogelet pyonnier pour V jours demi tant à parfaire une haye que on a fait autour du nouvel (...)
  • 73 En 1368-69, ADN, B 8485 et 8486.
  • 74 En 1474-75, ADN, B 3670, 33 r°.
  • 75 En 1498-99, ADN, B 13678, 21 r°.
  • 76 ADN, B 13685.
  • 77 Haie mouvant de le maisoncelle de le premiere porte et alant jusques au premier pont ; ADN, B 15760
  • 78 AMSO, CA 1473-1474.

30On en plantait encore sur la contrescarpe des fossés à Douai72, comme à Bouchain (pour XIIc d’espines pour refaire les bayes d’entour le forterece)73), à Aire autour de la basse-cour du château74 et du boulevard du lieu75 ou encore de la porte de Biennes et contre le château. Cette dernière haie, de soef etoffee et couronnee par-dessus d’espines, était haute de 5 à 7 pieds76. À Saint-Omer, en 1357, on réalisait une forte soif d’espines velue par dehors sour les fosséz dudit castiel77 et, en 1474, une haie d’épines à la porte Boulizienne, avec penchons*, harcelles78.

  • 79 AGV, Places étrangères, Projet pour Tournai, 1699.

31Dans un projet de 1699 pour Tournai, Vauban préconisait toujours de garnir la berme des murailles, d’espines blanches bien espaisse, et de tailler celles qui se trouveront en nature rez-pied-terre, si elles sont encore jeunes, et les arracher si elles sont vieilles en replanter de nouvelles ; quant aux palissades, elles devaient être prolongées par des murailles de roseaux meslés d’espines79.

  • 80 AMD, CC 201, f° 287.
  • 81 Supra 4.3.5. et AMD, CC 209, f° 298 et 420.
  • 82 AMD, CC 216, passim.
  • 83 BRASSART, 1883, p. 164.

32Les levées de terre couronnées de haies d’épines constituaient un obstacle dont le flanquement fut d’abord assuré, avant la construction de tours, par des ouvrages de bois, guérites, eschiffes* (échauguettes). À Douai, des escaffaux et palix sont mentionnés en 139180, des garites de bos entre les portes d’Ocre et Esquerchin en 141 7, garite couverte d’escaille emprés le porte de l’eaue en 143281, garite de la porte Saint-Eloi en 144082, escaffaults en 1476 entre les portes d’Ocre et d’Esquerchin83.

  • 84 Comme au château de Warcq (Ardennes) en 971, cf. M. BUR, Vestiges d’habitat seigneurial fortifié de (...)

33Il est vrai que l’assaillant avait toujours la possibilité d’incendier ces haies d’épines84, tandis que les levées étaient vulnérables aux travaux de sape et de mine, si leurs fossés n’étaient pas inondés. Ces difficultés d’entretien expliquent qu’une reconstruction en dur ait suivi cette phase initiale.

5.2.2.2. L’état du xive siècle, phase 2

34Progressivement des courtines furent implantées à mi-hauteur environ de la pente des terrées, en laissant à leur pied un chemin de ronde externe (b) ; ainsi s’explique le percement fréquent de poternes à la base des courtines ou des tours pour permettre l’accès, soit à ce chemin de ronde externe, soit aux défenses de la contrescarpe (Fig. 92).

  • 85 En particulier sur les fronts de la porte Morel à la tour Saint-André. Voir BMD, ms. 1267, vol. 5, (...)
  • 86 PIERARD, 1981, p. 343.
  • 87 Courtine 47-1 de Cambrai, voir SALAMAGNE, 1991, p. 67.
  • 88 Pour un mur entre la tour du Connétable et la tour Courteheuse en 1473, AMSO, CA, 1472-1473.
  • 89 AMV, J2 355, 1406-07, f° 35 v°.
  • 90 QUENEDEY, 1928, p. 97-98.

35Les fragments de courtine conservés au xixe siècle montraient l’existence de deux niveaux d’embrasures de tir à bêche offrant des tirs plongeants sur les pentes des terrées85, le premier (B) desservi à partir du plan horizontal des terrées, le second (D) correspondant au niveau du chemin de ronde. Ce chemin de ronde pouvait être soutenu intérieurement par un système d’arcades comme sur les enceintes de Binche, Braine-le-Comte, Bruges, Bruxelles, Ciney, Cambrai, Courtrai, Dunkerque, Gand, Liège, Maastricht, Nivelles, Tirlemont, Tongres, Tournai, etc. Que ces arcades intérieures aient contribué à raidir les murailles semble plus que probable, d’autant qu’elles étaient souvent liées aux arcades de fondations. Le sommet des escarpes devait être couronné d’un parapet en chaperon, comme sur les courtines de Mons en 138386, des fronts méridionaux de Cambrai après 140087, de Saint-Omer88 et de Valenciennes89 au xve siècle. À Rouen, les murailles sur terrées, hautes de 5 m environ, construites de 1406 à 1407 à l’ouest de la tour du Colombier, étaient également couronnées par ce type de parapet90 fréquent sur les enceintes des abbayes ou les murs de clôture des palais ou des maisons urbaines.

  • 91 Par une analyse archéomagnétique.
  • 92 Gilles BLIECK, « Note » dans Archéologie médiévale, vol. XXII, 1992, p. 497.

36Les dispositions de l’enceinte de Douai, avec sa muraille et son chemin de ronde sur arcades à deux niveaux de tir, étaient très proches de celles de la première enceinte de Bruxelles (Fig. 93). Parfois, l’élévation des murailles était réduite et ne ménageait qu’un seul niveau de défense, comme à Lille où les terrées (rue des Fossés) furent couronnées au cours d’une seconde phase, datée des années 1315-132591, d’un parapet de briques et pierres calcaires fondé sur arcades92.

  • 93 DURAND, 1901, p. 10 et 110.
  • 94 PIÉRARD, 1981, p. 343.

37À Amiens, en 1386, le maître-maçon Hue Poullette, réalisait 270 pieds de mur, de 12 pieds d’épaisseur en fondation, mais de 7 à 8 pieds d’épaisseur au-dessus des terres, et de 18 pieds d’élévation. Un pan de mur de 82 pieds de longueur érigé en 1426 près de la tour Saint-Leu – et percé de six canonnières ou arbalétrières – avait une élévation de 7 pieds au-dessus des terres pour une épaisseur de 2 pieds93. A Binche (Hainaut) au xive siècle, les murailles sur terrées ne possédaient encore qu’un seul niveau de tir (Fig. 94). À Mons, les courtines sur terrées de la fin du xive siècle avaient une élévation de 12 pieds avec les fondations, soit probablement une hauteur d’escarpe voisine des deux mètres94.

  • 95 SALAMAGNE, 1991, p. 46 et 67 et supra.

38À Cambrai, au début du xve siècle, les courtines sur terrées des fronts 47-1 avaient environ 4 m d’élévation et étaient couronnées d’un parapet de 2 m de hauteur, coiffé d’un chaperon, dont la naissance devait correspondre au niveau du chemin de ronde interne (Fig. 96). Par contre les courtines du front 1-5 avaient une élévation différente95 : au sommet de leurs escarpes hautes de 9 m alternaient embrasures à croix et fenêtres de tir ; la présence de ces fenêtres ne s’expliquerait guère sans l’existence, côté ville, du plan horizontal formé par les terrées.

  • 96 LESQUIER, 1928, p. 229-230.

39À Lisieux, à partir de 1431, des escarpes furent édifiées sur les terrées pour remplacer les palissades ruinées : d’une élévation de 10 pieds avec leurs fondations pour une épaisseur comprise entre 4 et 6 pieds et demi (soit 3 m sur 1,20-1,95 m), elles étaient surmontées d’un parapet de 0,30 m d’épaisseur pour 1,80 m de hauteur, percé de créneaux et d’arbalétrières. Ces escarpes, fondées sur la pente des terrées, présentaient donc à l’extérieur une élévation variable, mais limitée à 2,50 m96.

  • 97 Voir SALAMAGNE, 1984, vol. 2, p. 217 et sqq. et MESQUI, 1991, p. 238-239.
  • 98 RENN, 1973.
  • 99 SALAMAGNE, 1984, vol. 2, p. 218 ; description de l’enceinte de Bruges dans GILLIODTS-VAN-SEVEREN, 1 (...)

40Alors qu’à l’époque romane la muraille est aveugle sur la totalité de son élévation, dès la fin du xiie on dédoubla les embrasures de tir sur deux niveaux97. Le château de Framlingham (Norfolk), établi sur terrées98, en constitue vers 1180 un des plus anciens exemples (Fig. 95). Le château de Carcassonne, mais aussi l’enceinte urbaine de Provins après 1230, avaient leurs courtines percées d’embrasures basses, comme les châteaux de Selles à Cambrai (Nord), de Coudray-Salbart (Deux-Sèvres) et, aux xive et xve siècles, de Maing (Hainaut), Renescure (Flandre), Beersel (Brabant), outre les enceintes de Bruges, Orchies et Valenciennes99.

  • 100 Nous avions souligné à propos de l’enceinte de Valenciennes (SALAMAGNE, 1992a, p. 64) l’existence d (...)
  • 101 SARFATIJ, 1990, p. 194.

41Jusqu’à l’achèvement de la construction des murailles coexistèrent ainsi des fronts constitués par des levées de terre et des escarpes100, ainsi que sur les enceintes d’Arras, Cambrai, Valenciennes, Mons, Lille, etc. À Douai, paradoxalement, les fronts méridionaux et occidentaux bénéficiant de fossés en eau furent renforcés en priorité, peut-être en raison de leur vulnérabilité aux inondations : on a remarqué que dans certaines villes des Pays-Bas septentrionaux des fronts établis le long d’un cours d’eau avaient été, les premiers, dotés de murailles101.

5.2.2.3. La surélévation de la fin du xive ou du début du xve siècle

  • 102 Wallet (BMD, ms. 1267, vol. 5) avait reconnu à l’occasion de l’ouverture d’une tranchée près de la (...)
  • 103 AMD, CC 216 (1439-40), f° 3 v°.
  • 104 AMD, CC 224, 63 v°.

42Une troisième phase, réalisée à Douai entre la fin du xive siècle et les années 1430, c’est-à-dire dans une période d’adaptation à l’artillerie à feu, entraîna la surélévation des terrées102. Elle nécessita un apport de terre : en 1440, les terres provenant du recreusement des fossés servirent à rehauchier les crestespar dedens103 ; en 1455-56, un grant mont de terreau* résultant de le fouyne* faute pour les fondations de machonnerie de le porte Notre-Dame, jusque-là déposé en l’âtre Notre-Dame, fut transporté sur les crestes* de la place du Barlet104.

  • 105 Bien mise en évidence en Angleterre lors des fouilles de Southampton, voir PLATT et COLEMAN-SMITH, (...)
  • 106 Fouilles en 1992 de l’îlot des Capucins par Alain Jacques qui, dans un courrier (du 2/8/1993) a eu (...)
  • 107 VANDERSTRAETEN, 1986, p. 99 et sqq ; AML, 16160 (1422).
  • 108 AML, 16210, 74 v°, 76 v° ; on travaillait encore auxdis terraulx pardehors les murs, derrière l’Abb (...)
  • 109 AML, 16210 (1470-71), f 85 et passim.
  • 110 MONSTRELET, 3, p. 86.
  • 111 SALAMAGNE, 1984, vol. 2, p. 228 et sqq. ; en 1449, on portait des terres sur les ternes de le ville (...)

43La surélévation des terrées (Fig. 97 et 98)105, condamna l’accès direct [a] au niveau inférieur des tours qui ne fut plus accessible que par un escalier partant du niveau supérieur de plain-pied avec le sol des terrées, dispositions que l’on retrouvait sur les enceintes d’Arras106 – de Lille, où en 1414, on se préoccupait de reparer les terreaux des murs endedens icelle ville et les montees et descendes mettre en tel estat que pour y monter et descendre a cheval107, et où en 1470-71108 et 1480109, on évoquait le renlargissement des terraulx* des murs ; – de Cambrai où devant la menace française, les habitants se soucièrent d’eslargir les alees de leur muraille par dedens leur ville, ce qui entraîna la destruction des murs des jardins110 – de Valenciennes, où les fronts orientaux furent remparés avant 1449111.

  • 112 TORFS et CASTERMAN, 1871.
  • 113 MANNIER, 1880, p. 38.
  • 114 H ELIOT, 1987, p. 59.
  • 115 A. de la BORDERIE, Louis de la Trémoille et la guerre de Bretagne en 1488, Paris, 1877, p. 74 et sq (...)
  • 116 A. CALMET, Histoire ecclésiastique et civile de la Lorraine, 1745-1757, vol. 2, p. 173, col. 1017.
  • 117 GIULIATO, 1977 et BUR, 1977, p. 65.

44A Anvers, une ordonnance communale prescrivit en 1456 aux habitants de ne plus jeter devant leurs maisons les décombres ou déblais, mais de les transférer sur les nouvelles fortifications pour en remblayer les parties basses112. A Thérouanne, en 1486, la brèche tentée contre la porte de Saint-Omer échoua, car la ville avait été remparée113. Au château de Loches, on rehaussa avant 1491 le sol de la basse-cour de 2,50 m114, à Rennes en 1487 les courtines entre la porte des Foulons et celle de Mordelaise115, à Nancy les murailles en 1479116, tandis qu’au château de Condé-sur-Moselle entre 1478 et 1497 un rempart de 10 m de large doubla les murailles anciennes117.

  • 118 FORESTIÉ, 1901, p. 214.
  • 119 LASTEYRIE, 1877, p. 298 et sqq., mettre les terres desdis fossés dedens la ville et par-dessus les (...)
  • 120 CHRISTINE DE PISAN, p. 234.
  • 121 FLAMMERMONT, 1878, p. 210
  • 122 DELAVILLE LE ROULX, 1877, p. 209 et sqq.
  • 123 PUISEUX, 1858, p. 41 et sqq.
  • 124 KERVYN DE LETTENHOVE, Œuvres de Georges Chastellain, Bruxelles, 1863-1866, vol. 1, p. 156.

45Il est donc clair que dès le début du xve siècle, on était conscient qu’une muraille remparée offrait une meilleure résistance aux projectiles de l’artillerie, constat qui devait découler de l’observation même des techniques de siège. En 1346, Hugues de Cardaillac prescrivait aux défenseurs du château de Bioule (Tarn) de faire en cas de siège un second mur ou un rempart118. En 1357, lors du recreusement des fossés de l’enceinte de Paris, rive gauche, les terres étaient rejetées à l’intérieur des murs119. Christine de Pisan conseillait de masser de la terre haulte comme un gros mur pour recepvoir les cops des pierres et des engins120. Les défenseurs de Senlis en 1418, remparèrent leurs brèches à l’aide de longs pieux enfoncés solidement dans le sol et consolidés avec des fascines, de la boue et de la terre121, ceux d’Orléans en 1418, avec de la terre et du fumier122, ceux de Caen en 1420 avec des pierres et des pièces de bois123 et ceux de Melun par de la paille, du bois, de la terre et des tonneaux124.

  • 125 Cit. par R. QUEHEN et D. DIELTENS, Les châteaux cathares et les autres. Les cinquante châteaux des (...)
  • 126 BRUAND, 1957, p. 66.
  • 127 GABRIEL, 1921, p. 75. Voir encore pour d’autres exemples SALAMAGNE, 1986, p. 424 et sqq.

46Si le calfeutrage des brèches était certes courant – au siège de Termes en 1210, les défenseurs du château confortèrent les murailles d’une barricade de pierre et de bois125 – ce n’est qu’à partir des années 1400 que le remparement le devint. Lors du siège de Burgos en 1475-76, le tir des bombardes contre les murailles du château fut sans effet car les assiégés les avaient confortées par d’épaisses levées de terre126. A Rhodes en 1480, le boulevard du Palais pris sous le feu des canons turcs ne subit aucun dommage, pour ce que ledit boulevart si estoit tout macif et plain de terre jusques prés des créneaux127.

  • 128 DELAVILLE LE ROULX, 1877, p. 209 et sqq.
  • 129 AMA, CC 74, 16 r°.
  • 130 GAUTIER et LESORT, 1907 ; pour avoir emmuret de muraille fait de terre et fiens de VI fiéz d’espois (...)

47Le remparement concerna d’abord les murailles, puis les tours de flanquement. Au siège d’Orléans en 1418, une tour quadrangulaire fut remplie de terre et de fumier128 ; des tours de l’enceinte d’Arras situées près de la porte d’Haguerue étaient remparées de terre et pierres avant 1486129 ; en 1492-93, à Cambrai, ce furent les portes du Mail, de Saint-Ladre et du Saint-Sépulcre130. Le rempart renforçait à moindres frais la capacité de résistance des murailles et offrait une plate-forme continue pour le tir des pièces d’artillerie semi-portatives : dès lors le niveau de défense fut-il reporté dans la partie supérieure des courtines, comme à Douai pour les fronts 1-10 où, près de la porte Notre-Dame, elles ne dépassaient que de 2,50 m le sommet des terrées et 70-79.

5.2.2.4. L’épaississement du xvie siècle

  • 131 SALAMAGNE, 1992b.
  • 132 AMD, CC 1049.
  • 133 Sufra 1.1 et AGV, carton 2, 16,1756 pour la porte d’Esquerchin, ADN, 66J 902.

48Autour des années 1520131, une nouvelle phase de travaux – parfois accompagnée d’une surélévation des escarpes, comme en 1597 entre la tour des Hours et la porte Saint Éloi132 – suréleva le rempart (Fig. 99). Élargi au sommet à 8 ou 10 m, il offrit désormais un large terre-plein donnant la possibilité aux effectifs de la défense de se mouvoir rapidement, ce que les escaliers à vis ou les étroits couloirs de communication des tours médiévales ne permettaient pas. Le premier niveau des tours de flanquement fut alors comblé et le second niveau arasé à hauteur des courtines collatérales pour éviter que, suite aux tirs d’artillerie, leurs maçonneries n’obstruent les fossés et en facilitent le passage. Le sommet des tours et des portes133 fut transformé en plate-forme de tir à l’air libre.

5.2.2.5. Le rempart moderne

  • 134 Tout au moins entre la porte Notre-Dame et la tour d’eau du Barlet, ADN, 66J 948, 1839.
  • 135 Wallet (BMD, ms. 1267, vol. 5, f° 212 et sqq.) dessine des embrasures à simple ébrasement dépourvue (...)

49Après la conquête française de 1667, le profil du rempart fut de nouveau épaissi (Fig. 100) : il atteignit jusqu’à 30 m à la base avec son talus interne et 22 m au sommet134. Le parapet du rempart fut détaché de l’escarpe et un chemin de ronde ménagé à l’abri du parapet des escarpes135. Le parapet supérieur des escarpes et des tours, reconstruit, fut percé de créneaux de tir à fente droite de 45 cm de hauteur. Ainsi les courtines furent-elles dotées, à côté d’une ligne de feu pour le tir des canons, d’une seconde ligne pour le tir des armes portatives, des fusils, qui, à la fin du xviie siècle, commencent à remplacer les mousquets.

5.2.3. Le système des terrées et les fondations sur arcades

5.2.3.1. Un état précaire de la muraille

  • 136 RICHEBÉ, 1893, p. 478.

50L’entretien des terrées constituait dans la durée, une lourde charge : les ouvrages en bois se détériorant ou étant renversés par les intempéries, les terres lessivées par les pluies s’écroulant au sortir de l’hiver... À Lille, en 1302-03, les terrées près de la porte Saint Sauveur s’écroulèrent à la suite des gelées136. Des années étaient nécessaires pour stabiliser ces remblais ; faut-il considérer que le temps mis, parfois, à les élever procédait aussi d’un souci de conservation ?

  • 137 AMD, CC 201, fos 247 et 287.
  • 138 AMV, CC 2969, f° 75.
  • 139 AMV, CC 2969, f° 77 r°.

51À Douai, le 14 janvier 1391, les VI-Hommes inspectaient les fortifications avec d’autres responsables, pour adviser les escaffaux* et palis* que li grans vens quifust le nuit de Noel avoit abatu ; on déblaya 35 voitures de terreaux et palis qui, entre les portes d’Arras et d’Esquerchin, avaient glissé des levées de terre dans les fossés137. À Valenciennes la troisième semaine de mars 1409, 28 manouvriers étaient rétribués pour deffouyr* pillos*, clefs, et aisselles* es voies* de nouvel faites empriés les crestiaux* de le ville qui fondues estoient contre les masons le demisielle Brochonne et la entour, et ces dis pilos, clefs et aissielles porter amont les aleez* des dis crestiaux affin de u estre plus prest a refaire les dictes voies138 ; la dernière semaine de mars, 25 manouvriers étaient encore occupés à porter a le hotte les terres qui fondues estoient des allees* de le ville contre le rue Contesse, avoecq rassaulé pieres et rosier des fossés de le ville leur elles estoient queuwes139, etc.

  • 140 DELAVILLE LE ROULX, 1878, vol. 1, p. 171, 286, 288 et passim.
  • 141 DURAND, 1901, p. 21.
  • 142 Nombreux exemples sur les forteresses de Savoie, voir CATTIN, 1997, p. 270 et passim.
  • 143 LEBLANC, 1985, p. 25 et sqq. et WOLF, 1954, p. 99.
  • 144 GRAS, 1943, p. 93.
  • 145 LEGUAY, 1969, p. 140-142.

52À Tours, dans la seconde moitié du xive siècle, les palis des levées de terre, souvent abattus par le vent, devaient être endouwés* vers les fossés et couverts de terre ou de torchis côté ville140. À Amiens à la même époque il s’agissait des garites de bois et des paalis*, qu’il fallait refaire à la suite des grans vens141, grands vents qui emportaient encore les échiffes de bois des châteaux142. À Toulouse, en 1430 et 1434, les pluies et les inondations entraînèrent des affaissements qui comblèrent les fossés143 et ce fut encore la raison évoquée en 1447 pour justifier la reconstruction en dur de l’enceinte du faubourg Saint-Jean de Chalon-sur-Saône144. À Rennes, en 1425-26, les levées de terre et palis de la seconde enceinte en cours de construction s’écroulèrent sur 509 pieds à la suite de pluies continuelles145.

  • 146 AMD, CC 201, f° 323 : Item au-devant nommé maistre Jaque de Ferin pour une nuit qu’il villa au bail (...)
  • 147 AMV, CC 2969, f° 6.
  • 148 AMV, CC 2969, f° 3.

53Les bermes des levées souffraient encore de l’érosion provoquée par les inondations des rivières ou par le trop-plein des fossés. En période de crue, la ville de Douai envoyait des charpentiers surveiller la nuit la montée des eaux146. À Valenciennes en 1409, on restaurait un pan de mur des crestiaux* de le ville contre les Wignobles de le Salle, qui queux estait par le tempiest des grans yauwes147, de même que l’avant-porte Tournaisienne, grevee par les grans yauwes del yvier148. À Bouchain, Calais, Namur, Saint-Omer, aux xve siècle des pans de courtine des fortifications subissaient le même sort.

  • 149 AET, no 2642.
  • 150 VECHE, 1985, p. 59.
  • 151 AET, no 2644 à 2646.
  • 152 AET, no 2671.
  • 153 ADN, B 13152, pièce 152952.
  • 154 DÜRER, 1527.

54À Tournai, on réédifiait en 1446 deux grands pans et espaces* de crestiaux* des murs de la nouvelle et principale forteresse et cloture de la ville entre les portes Saint-Martin et Cocquerel, tombés dans les fossés en janvier149, en 1449, un pan de courtine près de la porte Cocquerel, et en 1468 un autre entre les portes Morel et Marvis150 ; en 1481, on relevait les courtines de la porte Morel à la porte de Poterie, en 1491 celles près de la porte de Bruille151, en 1501, les murs près de la tour Blandinoise et près de la tour Cocquerel, tombés en 1502 dans les fossés malgré qu’en l’an 1494 le dit pan de mur avec la tour prochaine d’icelui au léz vers la porte saint Fontaine eussent été tout de noeuf fondés et construits152, etc. Une autre source nous précise les circonstances de l’écroulement de 1491 : environ le mois de decembre a l’occasion des grans pluyes et habondances d’eauwes descendons du ciel et continuees longhe espace paravant, certain grant et hault pan de mur de la principalle fortresse et cloture de ceste dite ville, du léz vers le pays de Haynnault entre les portes Morel et le porterie, fust cheu et fondu de hault en bas et d’une tour a l’aultre au fond des fosséz dicelle ville153... Au début du xvie siècle, Dürer soulignait encore le peu de conservation des levées de terre154 : les ingénieurs du xviie siècle se prémunissaient des glissements de terre en les damant et en intercalant des lits de fascines, mais les accidents restaient nombreux en période de gel ou de dégel, la muraille éclatant sous la pression des terres gonflées.

5.2.3.2. Des fondations sur arcades

  • 155 Fouilles de P. Demolon de 1979 à 1993 sur les sites de la Fontaine Saint-Maurand, de la rue du Cant (...)

55Les escarpes des courtines entre la porte d’Arras et la porte d’entrée des eaux reposaient sur des fondations à arcades dont les arcs de 3,40 m à 4 m de portée retombaient sur des piédroits de 1,30 m de large sur autant d’épaisseur (Fig. 25 et 101). La technique avait été employée antérieurement sur une section du mur d’enceinte de la fin du xie siècle, rue d’Infroy comme sur les courtines du castrum comtal, et le sera ultérieurement sur plusieurs édifices civils du xiiie au xviiie siècle155.

  • 156 SALAMAGNE, 1996c, p. 177-192.
  • 157 RENOUX, 1991, p. 433 et sq. Les arcs avaient une portée de 3,50 m pour une hauteur de 3 m et leurs (...)
  • 158 TOULIER, 1974, p. 362.

56Ce système de fondation a été reconnu non seulement sur les enceintes urbaines des anciens Pays-Bas (Fig. 103 et 105), mais encore dans l’architecture civile, tant en France qu’en Angleterre156. Au palais ducal de Fécamp (Seine-Maritime) au xiie siècle (Fig. 102), une muraille noyée dans un talus de terre fut construite sur des arcades percées tous les 3,30 m157. Les fondations des murailles sur terrées de Tours, vers 1350-1360, étaient de la même manière disposées sur arcades, tout au moins le long de la Loire où elles reposaient sur des alluvions : ces murailles, épaisses de 2,40 m à la base pour une hauteur de 4,10 m, se terminaient par un parapet de 20 cm d’épaisseur158.

57Les fondations sur arcades constituaient une technique visant à établir des murs sur des remblais non stabilisés. La technique fut employée sur des sols instables résultant de l’accumulation de remblais artificiels plutôt que sur des sites de nature marécageuse pour lesquels on préférait le système des pilotis. Néanmoins, les fouilles récentes pratiquées sur l’enceinte de Saint-Omer (xive siècle) ont mis en évidence une particularité : les piédroits des arcades de fondation reposent sur des pilotis, pilotis fichés dans la tourbe humide.

  • 159 BOZIERES, 1864, p. 43 et supra.

58Si la portée moyenne des arcs semble avoir été comprise entre 3 et 4 m, le très bel exemple du site des « Nouvelles galeries » à Douai (habitat civil du xive siècle) – où leur largeur varie entre 2,40 m et 4 m – atteste du fait que cette dernière était déterminée avant tout par la structure du terrain et l’analyse qui en était faite, comme sur l’enceinte de Binche (Hainaut) où les restaurations en cours font apparaître la variété de leurs dimensions. Les fondations sur arc n’empêchaient pas les accidents, comme à Tournai pour les murailles des seconde et troisième enceintes159, mais le système, qui offrait une certaine plasticité, limitait ou retardait l’effondrement.

5.3. Les fossés et l’inondation

  • 160 Voir sur l’ensemble du problème, E. LOUIS, « L’alimentation de Douai en eau, au Moyen Âge », dans C (...)
  • 161 FUNCK-BRENTANO, 1896, p. 456.

59Comme toutes les villes situées en vallée alluviale, Douai bénéficiait de la défense offerte par les inondations. Très tôt, on se préoccupa de régulariser en amont le débit de la Scarpe pour assurer l’inondation correcte des fossés de l’enceinte160. Aussi la conservation de l’approvisionnement en eau constituait un enjeu stratégique pour la ville : un acte des trêves conclues le 20 septembre 1303, entre le comte de Flandre et le roi de France, spécifiait que ce dernier rétablirait les eaux de la Scarpe, détournées pour investir la ville, dans leur lit naturel161.

  • 162 AMD, CC 204, 252 v°.
  • 163 AMD, CC 216, 89 v°, 90 r°.

60Au xive siècle, les fossés ne dépassaient pas, en fond de cuve, une dizaine de mètres de largeur, une quinzaine de mètres au niveau de leur berme. Lorsque s’ouvrit la guerre de Cent Ans, le creusement d’une seconde ligne de fossés – les arrières-fossés mentionnés dès 1399 près de la porte d’Esquerchin162 – permit de compenser l’absence de flanquements ou leur relative faiblesse, tandis que la largeur des premiers fossés était portée au xve siècle sur le front 1-10 à 100 pieds, soit 30 m163.

  • 164 AMD, CC 230 (1464-65), 41 r° ; mentions fréquentes, AMD, CC 203 (1394), passim.
  • 165 AMD, CC 219, f° 8 v°.
  • 166 Dispositif fréquent sur les tours, portes ou boulevards des enceintes, voir SALAMAGNE, 1992c, p. 26 (...)

61D’une dizaine de mètres de largeur, les arrières-fossés étaient séparés des premiers par des levées de terre ou crestes* extérieures, renforcées de palissades et d’ouvrages de bois (Fig. 66 et 76). Les crestes du dehors icelles fortresse, plantées d’arbres (des cerisiers) et de ronces164, encore qualifiées de moyennes crestes165, constituaient une seconde ligne de défense appuyée au niveau des portes par les ouvrages avancés. On accédait depuis le corps de place aux fossés et levées de terre extérieures par des poternes ménagées au pied des tours (des Hours, de la porte Notre-Dame) ou des courtines... D’autres poternes assuraient encore la communication entre ces dernières levées et les défenses avancées et les boulevards166.

  • 167 AML, 16220, 72 v°.
  • 168 MESQUI, 1979, p. 232-240.

62Un même système défensif avec deux lignes de fossés séparés par des levées de terre renforçait les enceintes de Lille167, de Saint-Omer ou encore de Provins où, en 1367-1370, on creusait des arrières-fossés, on élevait des dosdasnes en terre et bois, on construisait une bastide ou ouvrage avancé devant la porte de Changy, on renforçait les palissades au pied des tours et des levées de terre intermédiaires168.

  • 169 AMD, CC 216,67 v° ; en 1439-40, un pionnier fut chargé de nettoyer les fossés estant au-devant de l (...)
  • 170 Reconstruction en 1821 de la porte des eaux dont la voûte portait une clef datée de 1617 (AGV, Cart (...)

63Les eaux de la Scarpe, qui pénétraient en ville sous la porte d’eau 29, porte reconstruite par deux fois, au xviie et au xixe siècle, communiquaient avec les fossés de la place par l’écluse de la tour des Hours ou du Baille (tour 27) (Fig. 28 à 29), mais deux autres portes d’eau (portes 28 et 30) alimentaient encore les canaux de la ville. Une autre écluse sous la tour droite de la porte Saint-Eloi (porte 11) (Fig. 20) contrôlait l’inondation des fossés de la porte Notre-Dame (porte 1)169. Sur le front nord, l’écluse intérieure de la tour des Dames (tour 64) (Fig. 37) chassait les eaux vers la porte de sortie de la Scarpe170.

  • 171 AMD, CC 229 (1462-63), fos 43 et 56 r°.

64Un approvisionnement secondaire des fossés orientaux était assuré par un premier courant d’eau (dit d’Anchin) dont l’entrée dans le corps de place se faisait sous la tour Notre-Dame (tour 6 ou tour quaree Nostre Dame vers le Barlet) (Fig. 11), percée d’une coursiere* à partir de laquelle se faisait la manoeuvre des ventelles barrant le courons d’yauwe venant de le fontaisne de Lambres abruver les fosséz de le fortresse de ceste ville, contre les tours de baille et porte Notre Dame et en desoubz171... Un second courant d’eau entrait dans les fossés à hauteur de la tour du Dicq (tour 76).

  • 172 ESPINAS, 1902, p. 181.
  • 173 L’inondation pouvait être saignée par l’ennemi s’il se rendait maître des postes de Biache à partir (...)
  • 174 TAILLIAR, 1875,2, p. 116.

65Si les fossés de l’enceinte, noyés sous quelques pieds d’eau, assuraient une parfaite défense des ouvrages, au début du xve siècle l’inondation restait cependant vulnérable, car elle dépendait de deux écluses situées à Vitry172. Au xvie siècle, elle pouvait toujours être saignée par le détournement de la Scarpe173, mais les écluses barrant les différents fronts conservaient néanmoins des seuils d’eau suffisants, comme le soulignaient les échevins dans un mémoire de 1531 : les fossés avironnans et quy sont allentour faisant cloture de ladite ville, lesquelz sont amples, larges et profonds, par le moyen de certains vans a eauwe comme aulcunement par artifices secretz (...) sont emplis et nourris d’eauwe (...) a la grande sceureté, fortification et deffense d’icelle, sans ce qu’il soit en puissance d’ennemys bailler quelque destourbier ne remplissement d’eauwe des dits fossés, ne à faire la vidanghece et esser d’icelle, n’est que la ville ne fust gaignee des dits ennemys174...

  • 175 Ib.

66Le mémoire de 1531 témoignait de l’existence à cette date de l’inondation extérieure : la dite ville est très forte en deffense et inexpugnable contre les ennemys, au moyen de la dite grande riviere qui aborde et entre dedens icelle ville, dont la ville a faculté en faire retenue de l’eauwe d’icelle, que pour redonder au dehors en temps de guerre et autrement, chaque fois que mestier en est, es villages et lieux champestres a l’entour de l’une des tierches parties d’icelles, et jusques a distance d’une grosse demye lieuwe, peuvent estre inondéz et couverts d’eauwe de la haulteur de plus de vingt ou trente pieds de haut, qui est fort sy suffisant que pour empeschierpar ce cartier les ennemys faire aucune emprise ou dommage en la dite ville175.

  • 176 AMD, CC 206, f° 285 et sqq.
  • 177 Voir PJ 9.

67Ainsi, dès la fin de l’époque médiévale, l’enceinte douaisienne était-elle défendue par une double inondation, intérieure et extérieure. Les fossés en eau empêchaient les travaux de mine ou les assauts de vive force de l’assaillant, pourvu qu’ils soient entretenus : en 1401, leur curage entre la tour du Dicq de la Trinité et la porte Notre-Dame revint à 1 907 livres176, mais en 1440 le duc de Bourgogne faisait remarquer que les fosséz qui sont a l’encontre de la place que on dist le Barlet, qui est le plache la plus aislevé advenue qui sont a l’entour de nostre dicte ville, sont tellement raemplis que gens de gherre tous arméz poroient aller et monter jusques aux murs177.

  • 178 CLAUZEL, 1996, p. 290-293.
  • 179 SALAMAGNE 1992c, p. 241-281.

68Pour Lille, Denis Clauzel a souligné l’importance du régime des eaux (de la Haute-Deûle à l’ouest et de la Marque à l’est) pour la sceurté de la ville178, pour l’inondation non seulement des fossés, mais encore des environs de la place sur 6 lieues en amont et 4 lieues en aval. À Valenciennes, Cambrai, Arras, des écluses assuraient de la même manière l’inondation des fossés, barrés par des batardeaux, en terre et bois ou maçonnerie, qui souvent contribuaient à leur flanquement179.

6. Les flanquements et leur adaptation à l’artillerie

  • 180 Sur les positions antérieures et l’énoncé de la problématique SALAMAGNE, 1984 et 1986. La thèse a n (...)
  • 181 SALAMAGNE, 1993

69L’adaptation de la fortification à l’artillerie à feu fut, dans les anciens Pays-Bas, plus précoce qu’ailleurs180 ; elle se traduisit par la création d’ouvrages conçus en fonction de l’usage de l’artillerie à feu, tours, boulevards, fausses-braies et moineaux, dotés d’embrasures de tir spécifiques. Cette évolution de l’architecture militaire autour des années 1400 résultait des modifications survenues dans les méthodes d’attaque des places181.

6.1. Les flanquements

6.1.1. Les flanquements adaptés aux terrées : des ouvrages de bois.

  • 182 Voir supra 5.2.2.1.

70Les levées de terre de Douai étaient, avant la construction des courtines, couronnées à leur sommet par des ouvrages de bois, palis* et eschiffes*182.

  • 183 PIÉRARD, 1971, p. 43 et sqq.
  • 184 RICHEBÉ, 1893, p. 475 et sqq.
  • 185 ROLAND, 1956, p. 114 ; G. BAVAY, Soignies, dans COLLECTIF, 1983, p. 147.
  • 186 BECET, 1949, p. 27.
  • 187 J. RICHARD, « Histoire topographique de Dijon », Mémoires de la Commission des Antiquités du départ (...)
  • 188 LA FONS, 1841, p. 33-34.
  • 189 MICHAUD-FREJAVILLE, 1981, p. 73 ; 31 eschiffes côté terre et 6 côté rivière.
  • 190 Disposés aux angles des murailles ou des portes ; GRAS, 1943, p. 52.
  • 191 DELAVILLE LE ROULX, 1878, vol. 2, p.20 et passim, CHEVALIER, 1975, p. 62 ; sur le système des palis (...)
  • 192 L. MIROT, « Comptes de travaux exécutés aux châteaux du Nivernais (xive-xve siècle) », Bulletin de (...)
  • 193 BLONDEL, 1978, p. 67 et 117. Ces ouvrages (caffalum et eschiffa) étaient fréquemment détériorés par (...)
  • 194 André CASTALDO, Seigneurs, villes et pouvoir royal en Languedoc : le consulat médiéval d’Agde (xiii(...)

71À Mons également au xive siècle, les terrées étaient défendues par des palis*, pauffis, garites de bois plaquées de terre183, à Lille en 1301-02 par des palis et bretèches184, à Soignies au xve siècle par des palis et des guérites185, à Chablis en 1405 par des palis et eschiffes186, à Dijon au xive siècle par des échiffes, bretèches et chaffauts187, à Noyon par des palis et des haies188, à Orléans en 1417-1419 par des eschiffes189, à Chalon-sur-Saône aux xive et xve siècles par des chaffaults190, à Tours aux xive et xve siècles par des guérites à machicois échelonnées tous les 50 m191. Des eschiffes couronnaient les poternes et les angles des donjons des châteaux du Nivernais à la fin du xive siècle192, ou de Savoie193. A Agde, en 1356, suite à une inspection des commissaires royaux, on prévoyait de construire des échaffauds de bois aux endroits vulnérables194.

  • 195 Michel de BOUARD, « Fouilles au château de Bonneville-sur-Touques », Annales de Normandie, 1966, p. (...)
  • 196 ADN, 11033.
  • 197 DURAND, 1901, p. 21.
  • 198 HENNEBERT, 1858, p. 119, 120, 155, 157.
  • 199 RICHARD, 1887, p. 275.
  • 200 MORTET DESCHAMPS, 1929, p. 49-50.
  • 201 BELIDOR, La science des ingénieurs dans la conduite des travaux de fortification et d’architecture (...)

72Les eschiffes, chaffals, étaient donc des échauguettes de bois disposées aux angles des murs, sur les portes, les poternes – parfois sur des solives engagées dans les murs comme au château de Bonneville-sur-Touques (Normandie)195 – ou sur les terrées. Les garites étaient de véritables tourelles de bois. À Bouchain, couvertes de combles, elles avaient leurs parois de bois plaqué de tierrées, et étaient dotées de cheminées réalisés par des charpentiers196, donc en bois. A Amiens, en 1389, elles étaient couvertes de tuiles et armées d’espringales197. A Tournai, à la fin du xive siècle, dotées de parois d’aisselles et de lambourdes et d’un plancher de gistes*, elles étaient percées de fenêtres, dotées de cheminées de briques et couvertes de tuiles198. Au château d’Éperlecques (Pas-de-Calais), en 1368, trois garites rondes en bois, plaquées d’argile et couvertes de tuiles, furent érigées sur les trois tourelles de la basse-cour, pour ce qu’il y avoit trop grant espasse* et que li dit mur sont trop bas ; en 1370, fut élevée une nouvelle garite que on dist escargaitte deseure le tourelle de le grosse tour, qui est par deseure le vys d’icelle, lequelle escargaitte est haulte a II estaiges pour rewarder par jour sour le pais pour le doubte des anemis ; elle était percée d’huis et de fenêtres199. Dans ce dernier cas, des garites de bois couronnaient une structure en maçonnerie ainsi qu’à Romans (Drôme) où en 1138, on surmontait les arcades des portes de chaafalces200. Au xviiie siècle, l’ingénieur Bélidor conseillait encore d’ériger des guérites en bois sur les ouvrages avancés — guérites à la charpente de chêne recouverte de planches de sapin et percées de créneaux ou fentes de tir sur les flancs – alors que celles du corps de place devaient être en pierre de taille201.

73Sont donc clairement mentionnées les deux fonctions des garites, le flanquement – flanquement vertical et longitudinal de la muraille-, la garde et la découverte des abords de la place.

  • 202 SALAMAGNE, 1996d.

74Ce flanquement pouvait être réalisé en particulier par la mise en batterie des espringales, attestées dès la seconde moitié du xiiie siècle dans les arsenaux du Nord. Armes non portatives à deux bras autonomes au lieu d’un arc unique comme l’arbalète – leur force propulsive résidant dans la torsion d écheveaux et non plus dans la résistance offerte par un arc de bois, d’acier ou de corne – les espringales tiraient des projectiles de 0,700 kg à 3 kg à probablement plus de 300 m. Aussi, à une époque où les enceintes étaient dépourvues de tours en nombre suffisant, des armes disposées dans des garites au sommet des terrées pouvaient assurer le flanquement de la muraille, en couvrant un angle de tir correspondant au demi-périmètre du flanquement, soit au moins 180 degrés202.

  • 203 Planches de sapin à Lille en 1302-03, RICHEBÉ, 1893, p. 477.

75Au sommet des terrées, les palissades qui reliaient entre eux les ouvrages de bois, les tourelles ou les échiffes, renforcaient la défense naturelle offerte par leur berme généralement plantée d’épines. Cette défense était efficace contre les carreaux des arbalètes, car les palissades étaient renforcées intérieurement de planches (dosses ou ais)203, planches reliant horizontalement les pieux acérés fichés en terre, mais non contre les projectiles incendiaires et les boulets tirés par les pièces d’artillerie, mécaniques ou à feu.

6.1.2. Les tours du xive siècle

  • 204 Supra, 3.2. A Cambrai la porte d’entrée de l’Escaut ou tour des vies pilotis était toujours, en 139 (...)
  • 205 Voir supra 3.4.2 et sqq.

76Si les portes et tours étaient encore en bois avant 1330204, leur reconstruction en maçonnerie fut générale à partir des années 1340205.

  • 206 DE WAHA, 1985, p. 53.
  • 207 MESQUI, 1991, p. 287.
  • 208 SALAMAGNE, 1992a.

77La structure des tours du xive siècle était des plus simples (Fig. 25 à 26) : de 4,80 m à 6,60 m de diamètre pour une épaisseur murale de 1,30 m à 1,40 m et une élévation (sans les combles) de 10 à 12 m. En plan, elles adoptaient un tracé semi-circulaire outrepassé avec une saillie sur les courtines limitée à 4 m, tracé qui avait l’intérêt de permettre des tirs perpendiculaires sur les courtines collatérales. Pour M. de Waha ce type de plan, apparu à Mons en 1347, aurait été importé de Hollande en même temps que la brique206. Jean Mesqui avait cependant souligné à juste titre207 qu’il avait une diffusion plus ancienne, puisqu’on le trouvait en particulier sur les enceintes bâties en Gaule au Bas-Empire. En Hainaut et Tournaisis, il apparaît sur les tours Saint-Nicolas de Valenciennes vers 1184, et du fort Rouge à Tournai au début du xiiie siècle208.

  • 209 Ce qui avait entraîné l’obturation des embrasures de tir.
  • 210 BMD, ms. 1267, vol. 5, f° 211 : Wallet observait avec justesse, à propos des sept tours alors conse (...)

78En élévation, les tours de Douai comprenaient deux niveaux – probablement reliés entre eux par des escaliers droits – percés d’arbalétrières à bêche. Au début du xvie siècle, leur niveau inférieur fut condamné209, leur niveau supérieur arasé et leurs combles remplacés par une plate-forme d’artillerie210.

  • 211 Sur Rambures, DES FORTS, 1937 et SEYDOUX, 1974.
  • 212 SEYDOUX, 1979, p. 93-103.
  • 213 Ib.., p. 128-131 et 134-135.
  • 214 Ib., p. 84-88 ; il s’agit de la salle inférieure de la grosse tour qui date probablement de la seco (...)
  • 215 Les tours du xiiie siècle du château de Solre-sur-Sambre (Hainaut belge), sont couvertes de coupole (...)
  • 216 SALAMAGNE, 1991, p. 41 et sqq.
  • 217 SALAMAGNE, 1993a.
  • 218 AMAI, EE1 et DELMAIRE, 1972.

79Dès la mi-xive siècle, leurs salles furent couvertes de coupoles en brique (tours des Hours, Saint-Sébastien, Saint-Georges, du front Notre-Dame Saint Eloi, etc.), coupoles de brique que l’on trouvait encore au xve siècle sur les tours des châteaux de Rambures211, Olhain-en-Artois212, Flètre, Wierre-au-Bois213, Liettres214, Solre-sur-Sambre215 ou des enceintes de Cambrai216, Mons (tour Valenciennoise), Condé (tour des Capucins), le Quesnoy217, Orchies (la tour du Diable), Aire (la porte du Molinel reconstruite en 1429 et 1430)218. La coupole, mode de couvrement idéal pour les flanquements de plan circulaire, avec un matériau léger comme la brique, par contre en pierre exerçait de fortes charges sur les murs latéraux qui pouvaient se fissurer, comme sur la grosse tour du château d’Esnes (Cambrésis). C’est pourquoi le constructeur du château de Selles à Cambrai, vers 1230, prit la peine de les renforcer par des ogives. Mais lorsque l’ouvrage adoptait un plan outrepassé ou quadrangulaire, comme sur les salles de la porte Notre-Dame à Douai, sur les tours du Caudron et d’Abancourt à Cambrai, sur la porte de Tournai à Valenciennes, etc., la voûte d’ogive s’imposait.

  • 219 AMD, CC 202, fos 310, 311, 312.
  • 220 Voir supra, première partie.
  • 221 SALAMAGNE, 1984, vol. 2, p. 250.

80Aux xiie et xiiie siècles, les tours – des enceintes ou des châteaux de Binche, Valenciennes, Cambrai – ne possédaient pas de cheminées. Par contre, dès la seconde moitié du xive siècle, elles en furent systématiquement dotées, comme à Douai, les portes d’Ocre et Vaqueresse en 1391-1393219, la tour des Hours en 1399, le corps de garde du boulevard d’Esquerchin en 1415, la tour des Dames en 1428220, etc., et il en fut de même à Cambrai, Valenciennes, Bouchain221...

  • 222 En dernier lieu, SALAMAGNE, 1996d, p. 142 et sqq.
  • 223 SALAMAGNE, 1986, p. 334 et sqq.
  • 224 DURAND, 1901, p. 34.

81La construction de ces tours doit d’abord être mise en relation avec la multiplication des mesures de garde prises dans le contexte de la guerre de Cent Ans : il fallait abriter, nuit et jour, les rondes assurant la surveillance des terrées. Mais on installa aussi sur leurs terrasses – fréquemment mentionnées à partir de la seconde moitié du xive siècle222 – des pièces d’artillerie mécanique assurant des tirs latéraux et frontaux de longue portée, pièces d’artillerie encore disposées aux fenêtres223 : à Amiens, en 1396, on suréleva les maçonneries de la porte Saint-Denis pour y percer une fenêtre permettant le tret de l’espringalle224.

  • 225 BRASSART, 1883, p. 164-167.
  • 226 DURAND, 1901, p. 10.

82Le rôle du guet de 1475 de Douai mentionne encore225, entre les portes d’Arras et d’Esquerchin (front 31-46) à côté de 7 tours couvertes 6 tourelles a demy maille couvertes et, entre la porte Saint-Eloi et la tour des Hours (front 11-19), 4 tours a demy maille, non couvertes. Ces tours a demy maille (en demi-cercle) et non couvertes, encore mentionnées à Mons, Namur, Saint-Omer, pourraient correspondre à des tours pleines jusqu’à hauteur du parapet des terrées – ainsi que l’enceinte de Binche en donne des exemples. À Amiens en 1386, le maçon Hue Poullette érigeait 3 tours de 20 pieds de diamètre, tours toutes au massis* du fondement jusques au rez des terres226, c’est à dire des tours pleines. Probablement n’étaient-elles conçues que pour porter, en terrasse, des pièces d’artillerie mécanique.

6.2. Les tours d’artillerie des années 1400

83Au début du xve siècle, les grosses tours ou tours adaptées à l’artillerie à feu allaient renouveler le concept du flanquement.

  • 227 Il est des exceptions comme la tour Valenciennoise à Mons qui, construite en 1359, avait un diamètr (...)
  • 228 Voir supra, 3.4.4.
  • 229 D’après AMD, 02/846.

84Si les flanquements avaient eu jusque-là un diamètre compris entre 6 et 8 m, celui-ci fut porté entre 10 et 15 m sur les tours d’artillerie227. La tour des Hours (1399-1401) (tour 27) (Fig. 27) avec un diamètre de 10,50 m pour une épaisseur murale de 2,10 m, n’avait encore son niveau inférieur percé que d’archères, même si l’on peut croire que les fenêtres du niveau supérieur étaient destinées à recevoir des pièces d’artillerie228. Néanmoins, par son fort détachement des murailles – elle était dotée de flancs percés d’embrasures qui lui assuraient une projection de 17,70 m sur l’alignement des murailles229 –, elle annonçait les dispositions de la tour des Dames.

  • 230 LA FONS-MELICOCQ, 1848, p. 146 et sqq. DELOFFRE ROUMEGOUX, 1993, p. 55-59, assimilent cet ouvrage à (...)
  • 231 En fait nous connaissons uniquement le diamètre du troisième niveau, 38 pieds parmi les croix de de (...)
  • 232 SALAMAGNE, 1991, p. 55 et sqq. Sur les fenêtres de tir, voir SALAMAGNE, 1986, p. 335 et sqq.
  • 233 La terrasse fut plombée par Gautier Martin, maître des œuvres de la ville de Gand, mais couverte au (...)

85La tour du marché aux chevaux de l’enceinte de Béthune présentait des points communs avec la tour des Hours. Probablement fondée en 1414, car en 1416 on construisait ses second et troisième niveaux230, elle avait un diamètre voisin de 13 m à la base pour des murs d’une épaisseur de 2,50 m231. Le premier niveau était percé d’embrasures de tir, le second – au diamètre réduit à 12 m pour 2,10 m d’épaisseur – possédait, outre une cheminée, 5 fenêtres destinées aux tirs des armes mécaniques et à feu (fenestres et canonnieres et fenestres et arquieres), comme sur les tours contemporaines du front de Bèvres à Cambrai (vers 1400-1420)232. Le troisième et dernier niveau – à l’épaisseur réduite à 6 pieds et demi, soit 1,95 m – était couronné d’une terrasse dotée d’avant-pis*, de crestiaux* et de capperons* tous d’une pieces, de tuoires* et de raieres* pour traire de petis canons ou d’arbalestre233. Le volume circulaire de la tour était rattaché aux courtines par des flancs de 6,60 m de longueur sur 3,60 m de large (5,40 m avec les murs latéraux épais de 0,90 m chacun), ce qui lui donnait une saillie sur les courtines de 19,60 m.

  • 234 AMD, CC 206 et CC 209, f° 369 et passim.
  • 235 Jehan Mina travaillera encore aux fortifications de Béthune en 1429 ; LA FONSMELICOCQ, 1848, p. 146 (...)
  • 236 LEMAIRE, 1911.
  • 237 La mention d’archieres se rapporte aux fentes de tir dotées de bêches encore visibles dans les pare (...)

86Les entrepreneurs de ses second et troisième niveaux étaient en 1416 Jehan Caulier et Polet Pinchon. Si Polet Pinchon était originaire de Béthune, Jehan Caulier est par contre attesté à Douai entre 1400-1401 (il était alors rétribué de 8 sous par jour, salaire d’un maître-maçon) et 1417, date à laquelle il travaillait au batardeau du boulevard de l’abbaye des Prés234. La réception des travaux de la tour fut assurée par Martin le Vinchon, maître des ouvrages de Saint-Vaast d’Arras, Jehan Mina maître-maçon de Lille, et Bacheler, maître des ouvrages de la cathédrale de Thérouanne, nommés experts après réclamation des entrepreneurs Caulier et Pinchon235. Jehan Mina, que nous retrouverons à Douai sur le chantier de la tour des Dames, connaissait donc le modèle béthunois qui résultait peut-être d’un projet collégial auquel il avait participé. Ce maître-maçon eut encore la responsabilité de la construction à Lille, à partir de 1403, de la Noble Tour, une grosse tour d’artillerie236, mais dont les embrasures de tir du premier niveau n’étaient pas encore adaptées aux armes à feu237.

  • 238 Sur Cambrai, SALAMAGNE, 1991, p. 41-45, 49 et 55-57.
  • 239 Sur la dernière enceinte de Tournai, voir VECHE, 1985, qui ne propose pas de datation précise pour (...)
  • 240 AMV, CC 2970 ; on construisait alors le grant pan de mur entre les deux noefves tours d’emprès le p (...)
  • 241 Sur cet ouvrage voir SALAMAGNE, 1984, vol. 1, p. 137 et sqq.

87La tour des Hours de Douai et la tour du marché aux chevaux de Béthune présentaient donc la particularité d’être fortement détachées des murailles, selon un principe qui se diffuse dès la fin du xive siècle : ainsi à Cambrai, pour la tour 8 qui précédait la porte d’eau des Arquets (Fig. 108), pour la porte du Saint-Sépulcre (1391-95), ou encore pour les tours du front de Bèvres entre 1390 et 1420238 (Fig. 52 et 106). Ces dernières possédaient à leur gorge des flancs perpendiculaires aux courtines, disposition qui multipliait le nombre des embrasures et surtout autorisait des tirs perpendiculaires sur les courtines. Nous en rapprocherons encore les tours dites de Marvis de l’enceinte de Tournai (seconde moitié du xive siècle)239 (Fig. 107) et les deux tours d’artillerie construites à Valenciennes, avant 1427, à côté de la porte de Cambrai, vraisemblablement par le maître-maçon Jaquemart Bourlet240. Ces édifices n’ont malheureusement pas été conservés, et seule la tour de la Dodenne élevée vers 1430 témoigne des recherches réalisées dans cette dernière ville241 (Fig. 109).

88La tour des Dames (1426-1428) reprenait donc le modèle de la tour circulaire projetée sur les fossés par l’intermédiaire de deux flancs, mais en l’adaptant à l’artillerie à feu dont les pièces étaient mises en batterie aussi bien dans les salles que sur la plate-forme terrassée (Fig. 36 et 37). L’originalité de l’ouvrage procédait encore de l’existence de deux flancs ménagés à ciel ouvert dont les embrasures découvraient les fossés par des tirs rasants et convergents. Ces flancs, établis en retrait, étaient défilés des tirs en capitale par la masse circulaire de la tour et partiellement des tirs d’écharpe par les levées de terre précédant les fossés. Fortement détachée des courtines du corps de place (sa saillie atteignait une trentaine de mètres), la tour commandait à la fois, avec ses armes mécaniques les approches immédiates des fossés, avec ses armes à feu les glacis et les fronts collatéraux des fortifications. En terrasse, les pièces d’artillerie bénéficiaient d’un commandement important sur les glacis de la place et pouvaient contrebattre les approches de l’assaillant.

  • 242 SALAMAGNE, 1984, p. 215.

89La tour des Dames avait une puissance de feu inégalée jusque-là, puisque une quarantaine d’embrasures de tir étaient ménagées sur un périmètre défensif de 60 m, alors que les flanquements antérieurs ne possédaient que de 6 à 12 embrasures de tir sur leurs deux premier niveaux défensifs, une vingtaine au plus avec celles du parapet242. La juxtaposition de flancs à l’air libre aux salles voûtées des tours traditionnelles anticipait de manière étonnante le principe du dédoublement entre masse couvrante (la tour) et gorge active (les flancs) développé dans la fortification du début du xvie siècle, les flancs à découvert des bastions étant établis en retrait de la masse couvrante formée par les faces. Dès lors, on pouvait se contenter de terrées à l’élévation réduite, car leur berme était parfaitement battue par les feux perpendiculaires des tours d’artillerie.

  • 243 Qui initialement n’avaient pas été prévues pour en recevoir ; AMD, CC 213, 1429-30.

90La tour des Dames, comme les autres tours d’artillerie construites à Douai, ne possédait pas des combles mais une terrasse sommitale, terrasses adaptées par le suite, en 1430, sur la tour des Bourgeois, la Ronde tour du Baille et sur une tour près de la porte d’Ocre243, puis entre 1430 et 1435 sur les tours Sainte-Catherine, Saint-Jacques, et de la Trinité.

  • 244 AMD, CC 202, f 313 (brouté argille a le briqueterie pour faire mortier), CC 224, 55 r, 58 r°, 63 r°
  • 245 AMD, CC 218 (1446-47), f 79 v°. En 1450-51, nombreux achats de thieulle molue pour restaurer les te (...)
  • 246 AMD, CC 219, f° 80 v° et passim, 90 r°.

91Ces terrasses étaient pavées de brique ou grès et maçonnées d’un mortier constitué de thieulle moulue et d’escailles de griéz244, qui les préservait des infiltrations d’eau. Ces mentions de restauration des terrasses ou de la confection ou du stockage de mortier de thieulle moulue dans ce but, sont incessantes dans les comptabilités municipales245. En 1450, le maçon Henry de Rome réalisait une nouvelle terrasse à la tour des Hours, car l’eaue perchoit ladite tour en aucuns lieux, puis était rétribué pour avoir rescaillie* les terrasses des tours de le forteresse d’entre les portes Vaqueresche et Morel246.

  • 247 AMD, CC 216, fos 49 v°, 68 r° ; CC 219, f 75 v° et passim ; CC 222 (1453) ; CC 230 (1464-65) et pas (...)
  • 248 DURAND, 1904, p. 46, 54 et 146-147.

92Les terrasses étaient à ruyos* et pentes, c’est-à-dire dotées de chéneaux pour l’évacuation des eaux pluviales par les gargouilles ; elles demandaient un entretien constant, surtout en hiver où il était nécessaire – à Douai247 comme à Amiens248 – de les alléger du poids de la neige.

  • 249 GALTIER-MARTI, 1987.
  • 250 FINO, 1977, p. 344 et sqq. ; sur ces terrasses et leurs particularités, voir SALAMAGNE, 1984, vol.  (...)
  • 251 CARDEVACQUE, 1891, p. 18.
  • 252 DEBERSÉE, 1971, p. 413 ; GILLIODTS-VAN-SEVEREN, 1875, vol. 3, p. 471 ; PIÉRARD, 1981, p. 351.
  • 253 BLIECK et VANDERSTRAETEN, 1988, p. 115-116 ; SALAMAGNE, 1981, p. 183 et 186.

93Si dans les pays méridionaux, ce mode de couverture apparaît dès le xe siècle sur la tour de Coaner en Catalogne249 ou en 1090 sur les tours de l’enceinte d’Avila250, dans les pays du Nord, il ne se diffusa que dans la seconde moitié du xive siècle, tours de la porte de Cité à Arras en 1369251, du château de Courtrai à Lille en 1391, à l’ouest du Minnewater à Bruges en 1398, de Mons au début du xve siècle252, portes de Fives à Lille vers 1400, de Valenciennes au Quesnoy253, etc.

94Les tours d’artillerie des enceintes de Douai, Cambrai, Béthune, Lille et Valenciennes constituaient une tentative de réponse originale à l’usage des armes à feu. Certes, dès la fin du xive siècle, des tours avaient été percées d’embrasures de tir adaptées aux armes à feu, mais sans que cette adaptation ait entraîné d’innovation architecturale.

  • 254 SALAMAGNE, 1992d, p. 172.
  • 255 GABRIEL, 1921, p. 44 et 137. L’affirmation selon laquelle elles auraient été primitivement séparées (...)

95Les tours d’artillerie de la fin du xve siècle généraliseront les principes expérimentés pour la première fois sur la tour des Dames où déjà la moitié des embrasures avaient été reportées sur les flancs. Par la suite, sur les grosses tours d’artillerie du dernier quart du xve siècle érigées tant dans les Pays-Bas, qu’en Bourgogne, Bretagne, Champagne ou Picardie254, elles seront supprimées au saillant. Si de grosses tours à flancs seront construites sur les enceintes de Dortrecht au xve siècle, d’Anvers et de Gand au début du xvie siècle, la formule usitée à Douai, avec espaces couverts et découverts, semble être restée isolée, à l’exception des tours détachées et à flancs ajoutées à l’enceinte de Rhodes par le grand-maître Fluvian (élu en 1421)255.

96Les grosses tours d’artillerie de Douai répondaient à une logique nouvelle : disposées tous les 100 m alors que les tours du xiiie siècle étaient généralement séparées par un intervalle de 50 m, elles voyaient leur puissance de feu accrue, dix-sept défenseurs disposant d’armements à feu performants, veuglaires et probablement serpentines – armes à longue portée couvrant de leurs tirs des intervalles supérieurs à une centaine de mètres – remplaçaient les quatre défenseurs d’une garite. La défense se concentrait donc : si la totalité de l’enceinte avait été flanquée par de grosses tours disposées tous les 100 m – soit 53 tours – leur défense n’aurait nécessité que 900 défenseurs ; ainsi aurait été résolu le problème du déficit en hommes dont souffrait la défense.

97À Douai, autour du premier quart du xve siècle, était donc inaugurée cette tendance qui, de la dispersion des moyens défensifs, allait conduire à leur concentration.

6.3. La défense des portes : les boulevards

  • 256 Sur les origines du modèle, sa signification et sa diffusion dans les anciens Pays-Bas, voir SALAMA (...)

98Les portes Notre-Dame, Saint Éloi, d’Arras, d’Esquerchin, d’Ocre, Morel répondaient à la formule de la porte-châtelet – formule retenue dès 1176 pour la porte Ronville d’Arras ou en 1184 pour la porte du château de Condé256 –, le passage de la porte étant ménagé entre 2 tours. Parfaitement adaptée à son usage, la formule – reprise par les ingénieurs de Philippe Auguste –, bénéficia d’un large succès au cours des xiiie et xive siècles.

  • 257 Parmi diverses études, SALAMAGNE, 1993C.

99Autour des années 1400, le développement des parcs d’artillerie de l’attaque, en particulier des bombardes, rendit nécessaire l’ajout d’un ouvrage de protection qui vienne s’intercaler entre le saillant de la porte – objectifs privilégiés des assaillants comme aux sièges du château de Coucy en 1411, de Pontoise en 1417, de Compiègne en 1431, etc.,257 – et la contrescarpe des fossés (Fig. 110).

  • 258 SALAMAGNE, 1993, p 174 et sq.
  • 259 Cf. supra, 4.2 et 4.5.3.

100Les boulevards (du néerlandais bollwerk, ouvrage en bois) sont des ouvrages de fortification qui apparaissent dans les anciens Pays-Bas vers les années 1400 (Fig. 33). Les boulevards de Douai (d’Ésquerchin, Vaqueresse et des Prés) comme ceux de Lille (boulevards des portes Saint Sauveur et Saint-Pierre), ou de Boulogne (boulevards des Dunes, des Degrés, des portes Gaiette et Flamengue)258, furent érigés à partir de 1414-15 devant la double menace des armées royales assiégeant Arras et des armées anglaises victorieuses à Azincourt259.

  • 260 Voir SALAMAGNE, 1986, p. 405 et sqq. et SALAMAGNE, 1992d, p. 175.
  • 261 Cf. supra, 4.5.3.
  • 262 En Hainaut voisin, des boulevards de plan outrepassé furent édifiés jusque dans la décennie 1520, c (...)

101Constitués d’abord de simples masses de terre contenues par des éléments de bois, plus souvent construits en dur à partir des années 1430260, les boulevards offraient une vaste plate-forme à l’air libre et un périmètre défensif largement dilaté, où de nombreuses embrasures de tir furent percées : ils étaient ainsi en mesure, non seulement de couvrir la porte contre les feux directs, mais encore en raison de leur projection sur les courtines collatérales, d’assurer des actions de flanquement. Le boulevard d’Esquerchin réédifié en 1446-47 comme les boulevards des portes d’Arras (1513-1517) et Saint Éloi (1518-1520)261 décrivaient un plan semi-circulaire outrepassé dont le volume venait masquer la porte qu’ils précédaient, plan qui paraissait archaïque à cette date262. Mais comme leur saillant était ravivé par les feux des tours collatérales ou des moineaux établis sur les fausses-braies, ces ouvrages répondaient parfaitement à leurs fonctions.

L’accroissement du périmètre défensif et le défilement des flancs

102D’un périmètre défensif accru par rapport aux tours de flanquement du xive siècle – celui-ci passa de 20-30 m à 120-150 m – les boulevards étaient défendus par une centaine de combattants au lieu d’une dizaine pour les tours traditionnelles. La défense était désormais en mesure d’assurer de manière efficace le flanquement des portes en même temps que celle des courtines collatérales.

  • 263 Supra, 4.3.5.
  • 264 Portes du Coudenberg, de Schaerbeek et de Louvain. MARTINY, 1980, p. 18 et 36
  • 265 SALAMAGNE, 1984, p. 82 et sqq.

103Le boulevard de la porte d’Esquerchin263 possédait à sa gorge deux flancs (ailerons) établis en retrait de la masse principale du boulevard percés d’embrasures pour armes mécaniques et à feu, flancs qui, dérobés aux vues de l’assaillant, découvraient parfaitement les courtines collatérales (Fig. 63). Ce principe du défilement des flancs – appliqué pour la première fois sur la tour des Dames – le fut de nouveau en 1454 pour l’avant-corps de la porte Notre-Dame : l’échelonnement des défenses devant les portes – ainsi devant celles des enceintes de Bruxelles264, Malines, Gand, Valenciennes265, etc., est probablement à l’origine de ces dispositions.

  • 266 JANSE et STRAALEN, 1974, p. 74 et 102.
  • 267 Nommé maître des œuvres de la ville d’Arras le 4 juillet 1511.
  • 268 Attesté à Arras depuis 1486 au moins. En 1517, Jehan Pasquier de Lille avait donné un premier get e (...)
  • 269 Voir SALAMAGNE, 1992d, p. 194.
  • 270 Voir SALAMAGNE, 1992, en particulier p. 268 et sqq.
  • 271 ADN, B 14746 et B 16252.

104À Hulst (Zeelande), le Bollewerkpoort ou Dubbele Poort, érigé en 1506 par Damien de Waghemakere et Rombout Keldermans266, reprenait cette disposition (Fig. 111) : entre la porte d’accès du boulevard et le pont maçonné qui franchit les fossés fut ménagée, à un niveau inférieur et en retrait vis-à-vis de ce pont, une place de tir protégée par un parapet en forme de batardeau, place de tir qui flanquait à couvert les courtines de boulevard. Le boulevard de la porte Saint-Prix à Béthune édifié en 1517 par les maîtres-maçons d’Arras Guillaume Wilepin dit Ratel267 et Jehan Baire ou Barré268, puis ceux de l’enceinte de Bayonne érigés entre 1510 et 1520269, avaient encore leurs flancs défilés. De même édifiait-on les moineaux ou les batardeaux sous les ponts traversant les fossés270 : en 1507, on construisit sous le pont-levis de la poterne du château de Béthune une place-basse voûtée – accessible par un escalier prenant naissance à l’intérieur du château – percée de 6 canonnières271.

  • 272 Cf. supra, 4.5.5.

105Mais en 1540, la commission d’inspection des fortifications de Douai, présidée par Charles Quint, critiqua la disposition des boulevards devant les portes et préconisa leur rattachement au corps de place272. Si la mesure ne fut pas dans l’immédiat réalisée, elle témoignait de l’évolution des concepts en matière d’architecture militaire : la défense devait désormais se recentrer au niveau du corps de place et les boulevards, aux origines détachés devant les portes, être rattachés aux courtines.

6.4. Courtines concentriques, fausses-braies et moineaux

106L’enceinte de Douai fut renforcée dès avant 1476 par des fausses-braies et des moineaux.

  • 273 WAGON, 1923-1925a, p. 271 : faulses braies sur les cestes* et dodennes quy sont entre les deux foss (...)

107Les fausses-braies n’étaient que des courtines à l’élévation réduite précédant celles du corps de place et doublant leur puissance de feu (Fig. 77). À l’origine, la braie* désigne la partie basse ou soubassement d’un mur d’escarpe, le terme fausse-braie (faulse, extérieur) qualifia d’abord un mur de contrescarpe, puis une fortification basse, externe aux défenses du corps de place. Si les fausses-braies entre les portes d’Esquerchin et d’Arras, flanquées par ailleurs de demi-tours, correspondaient à cette définition, celles des fronts occidentaux n’étaient constituées en 1476 que des levées de terre existant entre les fossés et les arrières-fossés273. Ces fausses-braies – facilement défendues depuis les flancs des boulevards d’artillerie contribuaient à reculer les attaques de l’assaillant et offraient des positions basses pour manœuvrer les pièces d’artillerie à feu.

  • 274 HELIOT, 1975.

108Des précédents à cette formule existaient : le parti des enceintes concentriques – une enceinte intérieure étant enveloppée par une enceinte extérieure274 – fut retenu dès le xiiie siècle pour la cité de Carcassonne, les châteaux de la Malmaison (Cambrésis), d’Harlech (Pays de Galles), etc., et se retrouvait encore au xvie siècle, en Hainaut, sur les châteaux d’Aymeries ou d’Eclaibes.

  • 275 SALAMAGNE, 1992c.

109Les moineaux sont des ouvrages à l’élévation limitée – flanquant les fausses-braies, les boulevards ou les portes d’eau – apparus dans la première moitié du xve siècle : généralement défilés des tirs directs de l’assaillant au fond des fossés ou sous les ponts-dormants des portes, ils multipliaient les feux perpendiculaires et rasants sur les attaques275.

  • 276 WAGON, 1923-1925a, p. 270.

110À Douai, les moineaux, disposés au pied ou à l’intérieur des levées de terre intermédiaires ou des fausses-braies, ravivaient la défense de lignes fortifiées à la puissance de feux insuffisante ou les faces ou les saillants des boulevards, boulevards qui, dépourvus de flanquement vertical, offraient à leur saillant un angle mort idéal facilitant les travaux de sape ou de mine. Les allees, moineaulx et saillie* mentionnés en 1476 sur le boulevard de la tour des Dames276 semblent faire allusion à l’existence d’une galerie de contremine débouchant sur les fossés de l’ouvrage par une poterne (saillie) et desservant des moineaux, comme cela était le cas vers 1478 sur la tour du Moulin du château de Saint-Fargeau (Yonne).

  • 277 AMD, DD 217.
  • 278 Cf. supra, 5.4.1. WAGON, 1923-1925a, p. 270 ; nous rectifions la transcription erronée de l’auteur.
  • 279 Sur cette famille monumentale, cf. SALAMAGNE, 1992c, p. 260 et sqq.
  • 280 QUARG, 1967, vol. 2, planche 108.

111Le moineau situé à la gorge de la tour 68 est représenté sur un dessin qui figure la porte de sortie des eaux de la Scarpe277 (Fig. 12). Son édification remontait à l’année 1476, date à laquelle on récupéra les pierres provenant de la destruction de l’abbaye des Prés pour faire le saillie* de pierre, voie* et moineau qui est a le porte de l’eauwe, du long de la riviere contre les fosséz de la ville, pour le retenue des eauwes d’iceulx fosséz278. Il s’agissait d’un moineau-batardeau assurant le flanquement des fossés de ce front et retenant en même temps les eaux279. De plan rectangulaire et coiffé d’une couverture en bâtière, il était disposé entre les murs de courtine et la tour 68, ses casemates intérieures étant accessibles par une poterne (saillie) et un couloir (voie). La disposition en bâtière de sa chape – qui jouait comme pour les batardeaux le rôle de déflecteur des projectiles d’artillerie280 – est à rapprocher de la couverture de l’affût mobile blindé (1406) représenté dans son Bellfortis par Conrad Kyeser (Fig. 112).

6.5. Les embrasures de tir

112On peut répertorier à Douai, du xive siècle au xve siècle, 6 types de fentes pour les embrasures de tir, les deux premières pour l’usage des armes mécaniques, les deux suivantes pour un usage mixte – armes mécaniques et à feu-, les dernières pour les seules armes à feu (Fig. 113 et 190).

  1. fentes droites aux passages des portes, aux parapets ou aux parties hautes des courtines ou des tours (Fig. 23).

  2. fentes à terminaison à bêche sur la porte d’Arras vers 1330, sur les fronts entre les portes d’Arras et Saint-Éloi, sur la tour des Hours en 1399 (Fig. 20 et 26).

    • 281 Wallet (BMD, ms. 1267, vol. 5, p. 212 et sqq. et vol. 6, p. 5 et sqq.) avait reconnu la présence d’ (...)

    archères-canonnières à bêche, sur les fronts entre la porte Morel et la porte Notre-Dame vers 1430-1435281, et au sud de la tour Saint-André (tour 71) vers 1436-1439 ; dans le haut des murailles, à l’ouest de la tour de Paix (tour 74), des embrasures à bêche alternaient avec deux embrasures droites (Fig. 55).

  3. archères-canonnières à louche et croix sur la tour des Dames (Fig. 41 et 48), les tours d’artillerie du front 1-10 (Fig. 60), la porte Notre-Dame (Fig. 76).

  4. canonnières à fente à croix et ébrasement externe surmontant une bouche quadrangulaire au premier niveau de la tour 63 (Fig. 80 et 81).

    • 282 Nous n’excluerons pas néanmoins une reprise ultérieure.

    canonnières à bouche quadrangulaire sur les boulevards d’Esquerchin vers 1446-47, Saint-Éloi et d’Arras au xvie siècle (Fig. 84, 88). Des canonnières à bouche quadrangulaire surmontées d’une fente à croix282 sur la grosse tour du Temple (tour 69) (Fig. 56), les tours 62 et 63 (Fig. 34 et 79)

6.5.1. Les terminaisons à bêche

  • 283 SALAMAGNE, 1992d et 1993b.
  • 284 H. P. EYDOUX, « Châteaux des pays de l’Aude », dans Congrès archéologique de France, Pays de l’Aude (...)
  • 285 Article peu précis d’A. JARDILLIER, « Le château d’Harcourt », Congrès archéologique de France, 198 (...)
  • 286 Nous pensons que les exemplaires visibles sur une tour de l’enceinte de la basse-cour du château de (...)
  • 287 D’après une aquarelle d’Alexandre Clausel (1802-1884) (Musées de Troyes, 16-1-24) figurant le pont (...)

113Les fentes de tir à terminaisons à bêche (la base de la fente est évasée en rectangle), visibles aux xive et xve siècles sur les enceintes d’Anvers, Béthune, Binche, Bruges, Bruxelles, Cambrai, etc., ou sur les châteaux d’Arques près de Saint-Omer, de Beersel en Brabant, d’Esnes près de Cambrai, de Spontin en Namurois283, etc. (Fig. 107, 114 et 115), se diffusent au xve siècle dans l’ouest de la France, sur les fortifications bretonnes de Largoët-en-Elven, Corlay, Rieux, Guérande, Clisson, Hennebont, Tonquédec, Hédé, Rochefort, Saint-Aubin-du-Cormier et, avec un double ébrasement plus ou moins prononcé, sur celles de Dinan, Fougères, Chateaugiron, Dol-de-Bretagne, ou encore en Mayenne au château de Montjean. Plus rares ailleurs – si ce n’est, à la fin du xiiie siècle et au début du suivant, sur les fortifications des Corbières (à Aguilar, Arques, Carcassonne, Peyrepertuse, Puilaurens, Puivert, à Vivieures et à l’abbaye de Valmagne au nord et au sud-ouest de Montpellier), à Penne en Albigeois284-, elles se rencontrent de manière éparse sur les châteaux d’Harcourt (Eure) reconstruit vers 1370-1380285, de Tancarville (Seine-Maritime) et de Blois au début du xve siècle286 ou encore sur les fortifications de Troyes287.

  • 288 A. SALAMAGNE, « Origines et diffusion des embrasures de tir dans l’architecture militaire de la fin (...)

114Le rôle joué par les embrasures de tir aux xiie et xiiie siècles a récemment été réévalué : elles n’étaient pas destinées à assurer la défense des abords de la fortification288, mais servaient à la défense contre les échalades (escalades) des murailles (Fig. 184). En cas d’attaque, les tireurs prenaient place dans les embrasures découvrant les combattants montant aux échelles, mais ne pouvaient assurer, à partir de ces fentes étroites, un flanquement réel.

  • 289 Voir MARTINY, 1969. Nous ne suivrons pas M. de WAHA (dans GENICOT, 1975, p. 52-55) dans sa datation (...)

115Les terminaisons à bêche étaient destinées soit au tir en plongée des projectiles mécaniques, soit au tir horizontal des armes à feu. Une solution mixte fut parfois mise en œuvre, offrant la possibilité d’un tir plongeant pour les armes mécaniques et d’un tir horizontal pour les armes à feu : dans ce cas le plan de feu de l’embrasure reste horizontal et ne se trouve repercé par la terminaison qu’à son extrémité externe, comme au xve siècle sur des embrasures du château de Beersel ou de la tour Simone de Nivelles289.

  • 290 SALAMAGNE, 1993b.

116La thèse de l’utilisation des bêches pour le tir de projectiles incendiaires ou explosifs contre le matériel de siège de l’assaillant a été défendue290. Leur fréquence dans les anciens Pays-Bas méridionaux – alors que ce modèle reste rare en Ile-de-France et ailleurs (sauf sur les châteaux des Corbières) – peut-il être mis en relation avec l’existence des courtines sur terrées ? Les levées de terre offraient beaucoup de facilités à l’assaillant pour approcher son matériel de siège, en particulier ses manteaux de protection – à l’abri desquels il tentait de creuser des sapes, alors que la défense n’était pas en mesure – en raison du profil de la fortification – d’en assurer le flanquement vertical. Le tir par les bêches, de fusées ou de projectiles incendiaires, s’avérait un moyen de défense efficace. Mais en réalité l’expansion de ce dispositif d’extrémité ne semble redevable qu’à un seul facteur : la possibilité de recruter des artilleurs en mesure de confectionner le feu grégeois.

6.5.2. Les archères-canonnières

  • 291 Cf. supra, 3.4.4 et 4.1.

117Alors que la tour des Hours, en 1401, n’était encore percée que d’archères, les courtines du front de la porte Morel en 1405 possédaient des archères-canonnières291. L’apparition des embrasures de tir pour armes à feu peut être ainsi parfaitement située à Douai entre 1401 et 1405.

  • 292 SALAMAGNE, 1986, p. 327 et sqq. ; SALAMAGNE, 1993b et sur les exemples anglais KENYON, 1981 et SAUN (...)

118Les archères-canonnières – embrasures de tir adaptées à la fois aux armes mécaniques et à feu –, se diffusent un peu avant 1390 dans les anciens Pays-Bas, sur les fortifications urbaines de Namur (1388), Malines (1389), Valenciennes (1391) et sur les châteaux ducaux de L’Écluse (1387), de Lille (1390), de Courtrai (1394) comme probablement sur les autres châteaux ducaux érigés ou renforcés dans cette même décennie à Male, Audenarde et Saint-Omer. En Angleterre, les premières embrasures adaptées apparaissent sur la Cow Tower de Norwich (Norfolk) en 1398-99292.

  • 293 SALAMAGNE, 1993b.

119Les embrasures de la salle circulaire de la tour des Dames (Fig. 43) s’ouvrent intérieurement sous une niche voûtée d’un berceau de brique surbaissé ménageant un palier de tir large de deux mètres : à la base de ce palier sont percés deux trous d’encastrement pour les embouts de barres transversales fixées entre les joues de la niche ; ce dispositif, qui allait se répandre par la suite293, atteste du fait que le calage des pièces d’artillerie avait été prévu. Les embrasures de tir des ailerons sont conçues sur des principes identiques, mais leurs joues ne sont pas percées de trous d’encastrement (Fig. 45).

  • 294 La taille de grès est généralement mieux soignée aux angles externes de l’embrasure pour les pierre (...)
  • 295 Seule l’embrasure latérale gauche de la salle circulaire de la tour est dotée d’une demi-mire.

120L’embrasure proprement dite, parementée en grès et couverte d’un plafond plat, s’ouvre à l’intérieur sous un linteau monolithe294 et à l’extérieur par une fente de tir verticale (rayère) de 1 m de hauteur moyenne percée à 50 cm au-dessus de l’ouverture circulaire de la canonnière. Sur les embrasures des flancs295, la fente de tir verticale est repercée, à hauteur du champ de vision et à 1,50 m de hauteur par rapport au sol du palier, d’une traverse horizontale ou mire large de 0,45 m.

  • 296 Les arbalètes seraient restées bloquées entre les joues de l’embrasure.

121Les fentes de tir, aussi bien de la tour que des flancs, ont été conçues pour l’usage privilégié de l’arc296 : le tireur collait son arc contre la joue de l’embrasure et s’avançait à l’intérieur de celle-ci puisque sa hauteur était voisine de 2 m ; cependant, le dé de maçonnerie d’une profondeur de 50-60 cm intercalé entre la fente de tir et la bouche circulaire de la canonnière l’empêchait de s’avancer jusqu’au fond.

122Le dé de maçonnerie a été prévu pour l’appui d’armes à feu portatives de petit calibre – probablement des couleuvrines qui se diffusent dès la décennie 1420 – dont la gueule passait à travers la fente de tir verticale, large de 10 à 12 cm. La bouche de la canonnière, a double ébrasement, a un diamètre de 66 cm intérieurement, de 40 cm extérieurement mais qui est réduit à 30 cm à la rencontre des deux ébrasements. Compte tenu de la nécessité de laisser du jeu au tube de l’arme, il faut envisager l’utilisation de pièces d’artillerie au calibre inférieur à 14 cm, probablement des veuglaires.

  • 297 Ainsi sur la tour Alexandre en 1451 : Item III gros barreaux de fer mispour afuster culeuvrinnes au (...)

123La défense de la tour des Dames était donc assurée en priorité par des armes à feu : les veuglaires, armes semi-portatives, destinées à détruire les protections de bois avancées par l’assaillant (embrasures efr) ou à assurer la défense perpendiculaire des fossés (embrasures el et efl), et les couleuvrines, armes anti-personnelles. Les embrasures de tir des tours du front de Barlet furent conçues sur des modèles proches ou identiques, avec des bouches à feu circulaire, mais des barres de fer furent incrustées dans leurs joues pour retenir l’arme à feu, en l’occurrence une couleuvrine297.

6.5.3. Les fentes à croix

  • 298 AMD, DD 217.

124Les tours des Dames (1426-28), Saint-Georges et Saint-Sébastien (1436-37), la porte Notre-Dame (1454-57), la tour 68 et la porte de sortie des eaux de la Scarpe298, les tours 62, 63, avaient leurs fentes de tir verticale recoupées par une mire horizontale. Curieusement, sur la tour des Dames, seules les embrasures des flancs en étaient dotées (Fig. 116).

  • 299 En Gascogne anglaise, Poitou, Auvergne, Comtat-Venaissin, Rouergue, Alsace. MESQUI, 1980, a néanmoi (...)
  • 300 Tour Saint-Ignace, fin xive siècle.
  • 301 Tours des Arquets, d’Abancourt, du Caudron, courtines et échauguettes des fronts méridionaux, voir (...)
  • 302 Tour du Diable, début xve siècle.
  • 303 Porte d’eau de l’Escaut, fin xive-début xve siècle.
  • 304 Fortifications du quartier Saint-Bavon, voir tableau anonyme de Gand en 1534, musée de la Byloke à (...)
  • 305 AML, 16166 (1422).
  • 306 SEYDOUX, 1979, p. 94-102.
  • 307 Ib., p. 116-120.

125Si les fentes à croix se diffusent dans la seconde moitié du xiiie siècle, elles ne se propagent réellement qu’à partir du début du xive siècle, tant dans le sud-ouest, le sud-est et l’est de la France299 que dans les anciens Pays-Bas. Nous en avons relevé des exemplaires, mais dont aucun n’est antérieur à l’extrême fin du xive siècle, sur les fortifications urbaines de Béthune300, Cambrai301, Orchies302, Courtrai303, Gand304, Lille305, Hulst (Zeelande) (Fig. 117), sur les châteaux d’Olhain en Artois306, de Beersel en Brabant, d’Estréelles et de Course en Boulonnais307, de Solrele-Château en Avesnois.

  • 308 MESQUI, 1979, p. 115 ; MIQUEL, 1981, vol. 1, p. 281.
  • 309 Thèse défendue par DE WAHA, 1991, p. 41 et 42, pour lequel les mires horizontales servent aussi à é (...)

126Mais quelle était leur utilité ? Servaient-elles réellement au tir308, en permettant l’appui d’armes portatives de petit calibre309 ? Le doute est parfois permis, par exemple pour les embrasures des courtines du château de Beersel où leur hauteur atteint une dizaine de centimètres ou encore pour les embrasures de la Dubbele Poort de Hulst où la mire est située à hauteur du crochet de fer sur lequel reposait l’arme.

127Mais la plupart du temps elles sont situées à hauteur de regard : elles élargissaient avant tout le champ de vision en anticipant le moment où la cible entrait dans le champ de tir du défenseur. Dans les Pays-Bas, l’expansion du dispositif date du temps de l’artillerie à feu, même si les exemplaires de Cambrai (fin du xive siècle) démontrent que des embrasures pour armes mécaniques en étaient pourvues. Le dispositif a peut-être été prévu de manière privilégiée en cas d’utilisation de l’arbalète ou des couleuvrines, armes dont le chargement ou la mise à feu exigeait un certain délai.

6.5.4. Les canonnières

  • 310 AMD, CC 209, f° 430 ; elles étaient fermées de vantaux à serrures.
  • 311 AMD, CC 216, 89 v°.
  • 312 Supra, 4.4.1.3.
  • 313 Sur les ébrasements externes, voir SALAMAGNE, 1993a.
  • 314 Supra, 4.2.
  • 315 Cf. SALAMAGNE, 1993a, p. 832 et sqq.

128Les archères-canonnières des tours sont constituées de deux éléments identifiés par les comptes, les archieres et les canonnières. Mais ce dernier terme est employé seul dès 1417 pour désigner les embrasures tant du boulevard de terre de la porte d’Esquerchin que des portes d’Esquerchin et Vaqueresse310. En 1440, des pionniers étaient rétribués pour avoir hauchié aucuns lieux lesdites crestes jusques a le haulteur des canonnieres des crestiaux ou les mettre au niveau du seullet desdites canonnieres311. Il est encore fait mention d’une canonnière sur l’avant-porte Notre-Dame en 1455312. Les tours 62 et 63 (vers 1475), possédaient à leur premier niveau des canonnières à bêche et croix (Fig. 80) – avec ébrasement externe313 – et à leur second niveau des canonnières à bouche quadrangulaire surmontées d’une croix. En 1446-47, les canonnières à bouche quadrangulaire des flancs du boulevard d’Esquerchin314 battaient les courtines collatérales, alors que des archères et des archères-canonnières assuraient sa défense périphérique. Cet exemple, parmi d’autres, démontre qu’au xve siècle un ouvrage pouvait être doté d’embrasures de tir distinctes en fonction de plans de feux déterminés315.

  • 316 SALAMAGNE, 1993b.
  • 317 IL s’agit d’une porte d’eau éclusée construite sur les plans de Frans Morael, cf. Bouwen door de ee (...)
  • 318 ΑΜΑ, BB1, 306 ; CC 77, 5 v° et sqq.

129L’origine des canonnières à bouche quadrangulaire doit être recherchée sur les boulevards de terre percés d’embrasures quadrangulaires à linteau reposant sur des poteaux de bois316. Mais elles ne devaient se diffuser sur les tours de flanquement qu’à la fin de la décennie 1470 (Fig. 118), tout en coexistant jusqu’au début du xvie siècle avec des archères-canonnières classiques comme sur la porte d’eau dit le Rabot à Gand (1489)317, au bastion d’Haguerue ou des Capucins à Arras (1508)318, etc.

Le double ébrasement

130Les embrasures de la tour des Dames possèdent un double ébrasement et les comptes de la porte Notre-Dame précisent que les canonnières devaient être embrasées dedens et dehors (Fig. 119).

  • 319 SALAMAGNE, 1993 et SALAMAGNE, 1994.

131Aux origines – ainsi sur la tour des Dames – le double ébrasement fut conçu pour faciliter le pivotement de l’arme et accroître son champ de tir. Mais la gueule du canon, sortant en dehors du plan de la bouche à feu, était vulnérable aux tirs d’écharpe de l’assaillant ou pouvait être endommagée par l’écroulement des maçonneries des parapets, le plus souvent pris pour cible par l’artillerie de l’assaillant319. Dans la décennie 1470, ces dispositions furent modifiées ; l’ébrasement externe fut accentué pour dérober l’arme aux vues de l’assaillant. Mais le desservant se trouvant désormais gêné dans sa visée par l’épaisseur du mur, il fut nécessaire d’élargir la bouche externe de la canonnière.

  • 320 SALAMAGNE, 1993a. COLLECTIF, 1987. Il est vrai que l’épaisseur murale donnée aux ouvrages permettai (...)
  • 321 Certains étaient d’avis de les embraser par dedens et les autres non, LA FONS MÉLICOCQ, 1848, p. 15 (...)

132La diffusion du double ébrasement ne fut pas linéaire : sur le château de Montcornet (Ardennes) érigé dans la décennie 1460, coexistent des canonnières à double et simple ébrasement en fonction d’un plan de feu défini ou de l’épaisseur des murs. Au château de Logne (Belgique), les embrasures de tir du boulevard (vers 1480), percées dans un mur de 9 m d’épaisseur, sont à simple ébrasement : l’arme restait à l’intérieur de ce dernier320. Au xvie siècle, le débat était encore ouvert quant à la nécessité d’adapter ou non le double ébrasement aux canonnières : en 1518, le maître-charpentier d’Arras, Antoine Willemaire, se rendait à Béthune pour examiner si les canonnières du boulevard de la porte Saint-Prix devaient en être ou non dotées321.

133Le double ébrasement, s’il dérobait mieux l’arme aux vues de l’assaillant, avait cependant l’inconvénient de rabattre vers lui une partie des fumées provenant des tirs, l’arme ne bénéficiant plus de la ventilation naturelle qui existait lorsque sa gueule sortait de l’embrasure. Désormais, les fumées projetées au moment de l’explosion restaient comprimées entre les joues et le plafond de l’embrasure, ou étaient rabattues vers la niche : on perça donc à la fin du xve dans le plafond de l’embrasure un évent d’aération pour permettre ou faciliter cette évacuation.

Notes

1 MORTET DESCHAMPS, 1929, p. 188-191 ; AUBERT, 1961, p. 9.

2 SHELBY, 1972, p. 395-96.

3 HAHNLOSER, 1972, p. 11.

4 HAHNLOSER, 1972, p. 91.

5 HAHNLOSER, 1972, p. 103.

6 HAHNLOSER, 1972, p. 101-102.

7 Ms. 2200 de la Bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris ; HAHNLOSER, 1972, p. 92.

8 Voir en particulier la planche 39 de Villard, HAHNLOSER, 1972, p. 108-109.

9 BRUTAILS, 1900, p. 173 ; GARDELLES, 1963, p. 23.

10 Les chroniques de la ville de Metz, publiées par J.F. Huguenin, et éditées par S. Lamort, Metz, 1838, p. 428.

11 FAUCHERRE, 1993, p. 68 et 75.

12 Voir, par exemple, P. HENWOOD, « Raymond du Temple, maître d’œuvre des rois Charles V et Charles VI », Bulletin de la Société d’Histoire de Paris et d’Ile-de-France, 105 (1978), p. 55-74.

13 GILLIODTS-VAN-SEVEREN, III, 1875, p. 203.

14 Texte édité par V. MORTET, « La maîtrise d’œuvre dans les grandes constructions du xiiie siècle et la profession d’appareilleur », Bulletin monumental, 1906, p. 267-268, et plusieurs fois cité, entre autres par P. DU COLOMBIER, Les chantiers des cathédrales, op. cit., p. 66-67.

15 DESPORTES, 1977, p. 775.

16 DESPORTES, 1977, p. 789 et sqq.

17 VARIN, 1843, p. 1134 et sqq. ; DESPORTES, 1977, p. 791-92.

18 DESPORTES, 1977, p. 808.

19 DESPORTES, 1977, p. 788 et sqq.

20 DESPORTES, 1977, p. 815.

21 ROLLAND, 1956, p. 97-98.

22 En dernier lieu, P.-M. VECHE, « La fortification urbaine à Tournai au Moyen Âge », dans COLLECTIF, 1985e, p. 41 et sqq., qui croît à l’existence de portes antérieures, mais sans fortification continue.

23 VERCAUTEREN, 1965, p. 201.

24 Léo VERRIEST, « Qu’était-ce la « Charité Saint Christophe à Tournai », Bulletin de la Commission royale d’histoire, vol. 77, 2e bulletin, 1908, p. 139-184.

25 Armand D’HERBOMEZ, « Philippe le Bel et les Tournaisiens », Compte rendu des Séances de la Commission royale d’Histoire ou Recueil de ses Bulletins, 5e série, 3,1893, p. 49 et sqq.

26 VERRIEST, 1908, p. 145.

27 GILLES LE MUISIT, p. 35 ; VÊCHE, 1984, p. 124.

28 BOZIÈRES, 1864, p. 32.

29 BOZIÈRES, 1864, p. 43

30 GILLES LE MUISIT, p. 38-39.

31 VÊCHE, 1984, p. 125-126.

32 GILLES LE MUISIT, p. 38-39.

33 DESPORTES, 1979, p. 529.

34 VÊCHE, 1984, p. 123.

35 Voir en dernier lieu sur ces problèmes de propriété et d’expropriation, G. LEYTE, Domaine et domanialité publique dans la France médiévale (xiie-xve siècle), Presses Universitaires de Strasbourg, 1996, p. 190 et sqq. et 425 et sqq.

36 AMD, CC 230 (1464-65), 41 r° ; mentions fréquentes, AMD, CC 203 (1394) et passim.

37 AMD, BB 12.

38 LIEGEARD, 1860, p. 32 et AMD, DD 196 et sqq. (crestes et fossés que la ville rachetait alors à des particuliers)

39 AMD, AA 90, 68 v ; PJ 2.

40 PJ 4.

41 SALAMAGNE, 1986, p. 421 et sqq.

42 Sur la nature exacte de ces terrées, voir SALAMAGNE, 1984, vol. 2, p. 228 et sqq. et SALAMAGNE, 1986, p. 421 et sqq. ; sur leur développement dès le viiie siècle, cf. COLLECTIF, 1981 et MEULEMEESTER, 1992.

43 MORREAU, 1979, p. 3 et sqq.

44 SARFATIJ, 1990, p. 194.

45 GILLIODTS-VAN SEVEREN, 1871-1885 ; DE WAHA, 1984, qui soulignait avec raison l’importance des terrées dans les anciens Pays-Bas ; SALAMAGNE, 1984.

46 Entre le Minnewater et la porte Sainte-Catherine, on travailla an de nieuwe chinghele, GILLIODTS-VAN SEVEREN, III, 1875, p. 18 et sqq.

47 GILLIODTS-VAN SEVEREN, III, 1875, p. 29.

48 GILLIODTS-VAN SEVEREN, III, 1875, p. 33.

49 SALAMAGNE, 1996.

50 M.-C. LALEMAN, Gand et ses enceintes urbaines médiévales, dans Congrès de Nivelles, Actes, Nivelles, 1984, vol. 2, p. 201-211.

51 P. C VAN DER MEERSCH, « Mémoire sur la ville de Gand considérée comme place de guerre », Mémoires couronnés et mémoires des savants étrangers publiés par l’Académie royale des sciences, des lettres et des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelle, XXV, 1854, 57 p., p. 17.

52 P. CLAEYS et J. GEERTS, « Les anciennes fortifications de la ville de Gand », Messager des sciences historiques ou Archives des arts et de la Bibliographie de Belgique, 1886, p. 253 et sqq. et 1887, p. 152-160.

53 Cf. par exemple, le vol. 1, couvrant la période 1307-1340, des Chroniques de Jehan Froissant, publiées pour la Société de l’Histoire de France, 1869.

54 BLONDEL, 1956, p. 40 et 310.

55 MIQUEL, 1981, vol. 1, p. 246 et sqq.

56 GRAS, 1943, p. 93 et BECET, 1949, p. 27.

57 TURNER, 1971, p. 54 et sqq.

58 DENIFLE, 1899, vol. II/1, p. 226 et sqq.,

59 GLÉNISSON-HIGOUNET, 1964, p. 44-45 ; RIGAUDIERE, 1985, p. 19 et sqq.

60 LEBLANC, 1983-1984 ; DE WAHA, 1984 ; SALAMAGNE, 1986, p. 422 et sqq.

61 Le rempart du château ducal de Fécamp dans la première moitié du xie siècle avait une largeur à la base de 20 m, voir RENOUX, 1991, p. 439 et sqq., qui rappelle encore que le second rempart de l’enceinte seigneuriale du Plessis-Grimoult (Calvados) avait, en 1047, entre 24 et 30 m de large.

62 Gilles BLIECK, « Note », dans Archéologie médiévale, vol. XXI, 1991, p. 361-362.

63 AMV, CC 2969, f° 77 r°.

64 ΑΜΑ, BB 38, 15 r°, 21 r°, 41v°, 64 v°, 68 v°, 83 v°.

65 WAGON, 1923-1925, p. 271.

66 CESAR, Guerre des Gaules, Le Livre de poche, 1961, p. 120.

67 PIÉRARD, 1981, p. 220 et passim.

68 GODFROID-LAURENT, 1968, p. 163.

69 BORGNET, vol. 5,1857-1858, p. 93.

70 DELAVILLE LE ROULX, 1878, vol. 1, p. 287.

71 Capitaine de VILLELE, « Aspects militaires de la vie d’une petite cité médiévale. La défense de Belfort à la fin du Moyen Âge », Revue historique de l’Armée, vol. 21,1972, p. 7-20

72 A Jehan Rogelet pyonnier pour V jours demi tant à parfaire une haye que on a fait autour du nouvel fossé que on a resbrayé * au-devant de ladite porte (Saint Eloi) comme à avoir assis pluiseurs desdits pallis avec lesdits carpentiers, fait les fosses et les enfouis en partie à VII s. le jour, XXXVIII s., VI d. (...). A Adam de Plachy pour IIC de bouges d’espines a luy prinses et dont on a fait le haie autour dudit fossé a XXIIII s. du cent, XLVIII s., AMD, CC 216 (1439-40), 69 v.

73 En 1368-69, ADN, B 8485 et 8486.

74 En 1474-75, ADN, B 3670, 33 r°.

75 En 1498-99, ADN, B 13678, 21 r°.

76 ADN, B 13685.

77 Haie mouvant de le maisoncelle de le premiere porte et alant jusques au premier pont ; ADN, B 15760.

78 AMSO, CA 1473-1474.

79 AGV, Places étrangères, Projet pour Tournai, 1699.

80 AMD, CC 201, f° 287.

81 Supra 4.3.5. et AMD, CC 209, f° 298 et 420.

82 AMD, CC 216, passim.

83 BRASSART, 1883, p. 164.

84 Comme au château de Warcq (Ardennes) en 971, cf. M. BUR, Vestiges d’habitat seigneurial fortifié des Ardennes et de la vallée de l’Aisne, ARERS, 1980, p. 12.

85 En particulier sur les fronts de la porte Morel à la tour Saint-André. Voir BMD, ms. 1267, vol. 5, p. 212 et sqq.

86 PIERARD, 1981, p. 343.

87 Courtine 47-1 de Cambrai, voir SALAMAGNE, 1991, p. 67.

88 Pour un mur entre la tour du Connétable et la tour Courteheuse en 1473, AMSO, CA, 1472-1473.

89 AMV, J2 355, 1406-07, f° 35 v°.

90 QUENEDEY, 1928, p. 97-98.

91 Par une analyse archéomagnétique.

92 Gilles BLIECK, « Note » dans Archéologie médiévale, vol. XXII, 1992, p. 497.

93 DURAND, 1901, p. 10 et 110.

94 PIÉRARD, 1981, p. 343.

95 SALAMAGNE, 1991, p. 46 et 67 et supra.

96 LESQUIER, 1928, p. 229-230.

97 Voir SALAMAGNE, 1984, vol. 2, p. 217 et sqq. et MESQUI, 1991, p. 238-239.

98 RENN, 1973.

99 SALAMAGNE, 1984, vol. 2, p. 218 ; description de l’enceinte de Bruges dans GILLIODTS-VAN-SEVEREN, 1875, vol. 3, p. 476.

100 Nous avions souligné à propos de l’enceinte de Valenciennes (SALAMAGNE, 1992a, p. 64) l’existence d’un profil différentiel de la fortification, profil de terre sur les fronts inondables, profil de pierre sur les fronts qui ne l’étaient pas.

101 SARFATIJ, 1990, p. 194.

102 Wallet (BMD, ms. 1267, vol. 5) avait reconnu à l’occasion de l’ouverture d’une tranchée près de la tour du Chauffour (au Barlet) quatre niveaux successifs. Nous avons mis le cas en évidence à Valenciennes, SALAMAGNE, 1984, vol. 1, p. 217 et sqq.

103 AMD, CC 216 (1439-40), f° 3 v°.

104 AMD, CC 224, 63 v°.

105 Bien mise en évidence en Angleterre lors des fouilles de Southampton, voir PLATT et COLEMAN-SMITH, 1975.

106 Fouilles en 1992 de l’îlot des Capucins par Alain Jacques qui, dans un courrier (du 2/8/1993) a eu l’amabilité de nous préciser, quant à l’implantation de la levée de terre, qu’il est certain quelle a été mise en place après la seconde moitié du xive siècle, comme le suggère le mobilier céramique retrouvé dans les niveaux du bâtiment dérasé pour sa construction.

107 VANDERSTRAETEN, 1986, p. 99 et sqq ; AML, 16160 (1422).

108 AML, 16210, 74 v°, 76 v° ; on travaillait encore auxdis terraulx pardehors les murs, derrière l’Abbiette.

109 AML, 16210 (1470-71), f 85 et passim.

110 MONSTRELET, 3, p. 86.

111 SALAMAGNE, 1984, vol. 2, p. 228 et sqq. ; en 1449, on portait des terres sur les ternes de le ville entre le tour Saint Nicolay et le forte Montoise four remplir et mettre au loincq lesdistes terrees contre le noef mur estant audit lieu ; AMV, CC 2971, 1449, 68 v°.

112 TORFS et CASTERMAN, 1871.

113 MANNIER, 1880, p. 38.

114 H ELIOT, 1987, p. 59.

115 A. de la BORDERIE, Louis de la Trémoille et la guerre de Bretagne en 1488, Paris, 1877, p. 74 et sqq.

116 A. CALMET, Histoire ecclésiastique et civile de la Lorraine, 1745-1757, vol. 2, p. 173, col. 1017.

117 GIULIATO, 1977 et BUR, 1977, p. 65.

118 FORESTIÉ, 1901, p. 214.

119 LASTEYRIE, 1877, p. 298 et sqq., mettre les terres desdis fossés dedens la ville et par-dessus les murs.

120 CHRISTINE DE PISAN, p. 234.

121 FLAMMERMONT, 1878, p. 210

122 DELAVILLE LE ROULX, 1877, p. 209 et sqq.

123 PUISEUX, 1858, p. 41 et sqq.

124 KERVYN DE LETTENHOVE, Œuvres de Georges Chastellain, Bruxelles, 1863-1866, vol. 1, p. 156.

125 Cit. par R. QUEHEN et D. DIELTENS, Les châteaux cathares et les autres. Les cinquante châteaux des Hautes-Corbières, 1983, p. 59 et sqq.

126 BRUAND, 1957, p. 66.

127 GABRIEL, 1921, p. 75. Voir encore pour d’autres exemples SALAMAGNE, 1986, p. 424 et sqq.

128 DELAVILLE LE ROULX, 1877, p. 209 et sqq.

129 AMA, CC 74, 16 r°.

130 GAUTIER et LESORT, 1907 ; pour avoir emmuret de muraille fait de terre et fiens de VI fiéz d’espois et de deux piéz ou environ far dessus les flayaux*...

131 SALAMAGNE, 1992b.

132 AMD, CC 1049.

133 Sufra 1.1 et AGV, carton 2, 16,1756 pour la porte d’Esquerchin, ADN, 66J 902.

134 Tout au moins entre la porte Notre-Dame et la tour d’eau du Barlet, ADN, 66J 948, 1839.

135 Wallet (BMD, ms. 1267, vol. 5, f° 212 et sqq.) dessine des embrasures à simple ébrasement dépourvues de plongée, cf. SALAMAGNE, 1991, p. 99 et sqq.

136 RICHEBÉ, 1893, p. 478.

137 AMD, CC 201, fos 247 et 287.

138 AMV, CC 2969, f° 75.

139 AMV, CC 2969, f° 77 r°.

140 DELAVILLE LE ROULX, 1878, vol. 1, p. 171, 286, 288 et passim.

141 DURAND, 1901, p. 21.

142 Nombreux exemples sur les forteresses de Savoie, voir CATTIN, 1997, p. 270 et passim.

143 LEBLANC, 1985, p. 25 et sqq. et WOLF, 1954, p. 99.

144 GRAS, 1943, p. 93.

145 LEGUAY, 1969, p. 140-142.

146 AMD, CC 201, f° 323 : Item au-devant nommé maistre Jaque de Ferin pour une nuit qu’il villa au baille au command des eschevins four le doubte des yaues qui venoient grandes, VI sous ; 5 autres charpentiers furent rétribués pour les mêmes raisons.

147 AMV, CC 2969, f° 6.

148 AMV, CC 2969, f° 3.

149 AET, no 2642.

150 VECHE, 1985, p. 59.

151 AET, no 2644 à 2646.

152 AET, no 2671.

153 ADN, B 13152, pièce 152952.

154 DÜRER, 1527.

155 Fouilles de P. Demolon de 1979 à 1993 sur les sites de la Fontaine Saint-Maurand, de la rue du Canteleu (xive siècle), de la résidence d’Anchin (murs de clôture du xviie ou xviiie).

156 SALAMAGNE, 1996c, p. 177-192.

157 RENOUX, 1991, p. 433 et sq. Les arcs avaient une portée de 3,50 m pour une hauteur de 3 m et leurs piédroits une épaisseur de 2,10 m à 2,80 m.

158 TOULIER, 1974, p. 362.

159 BOZIERES, 1864, p. 43 et supra.

160 Voir sur l’ensemble du problème, E. LOUIS, « L’alimentation de Douai en eau, au Moyen Âge », dans COLLECTIF, 1990, p. 7-39 et LOHRMANN, 1985. De nombreux dossiers sur le problème des cours d’eau existent aux Archives du Génie de Vincennes.

161 FUNCK-BRENTANO, 1896, p. 456.

162 AMD, CC 204, 252 v°.

163 AMD, CC 216, 89 v°, 90 r°.

164 AMD, CC 230 (1464-65), 41 r° ; mentions fréquentes, AMD, CC 203 (1394), passim.

165 AMD, CC 219, f° 8 v°.

166 Dispositif fréquent sur les tours, portes ou boulevards des enceintes, voir SALAMAGNE, 1992c, p. 268.

167 AML, 16220, 72 v°.

168 MESQUI, 1979, p. 232-240.

169 AMD, CC 216,67 v° ; en 1439-40, un pionnier fut chargé de nettoyer les fossés estant au-devant de la porte Saint Eloi qui traverse le cauchie et par ou les eaues des fossés venant de la tour du Baillie vont a le riviere et fossé qui va a le porte Vaqueresche...

170 Reconstruction en 1821 de la porte des eaux dont la voûte portait une clef datée de 1617 (AGV, Carton 7, 58 et carton 8, 2). En 1864, on voyait encore les restes de la porte d’eau médiévale (AGV, carton 20, plan 1864). L’aqueduc de la porte Saint-Eloi avait une largeur de 1,10 m pour une hauteur de 1,30 m ; Atlas Douai 1776, BGV.

171 AMD, CC 229 (1462-63), fos 43 et 56 r°.

172 ESPINAS, 1902, p. 181.

173 L’inondation pouvait être saignée par l’ennemi s’il se rendait maître des postes de Biache à partir desquels il évacuait les eaux dans les marais de Palluel ; il pouvait encore intercepter les eaux du canal de Moulinet, bras de la Sensée qu’elle reçoit entre Courcelette et Lambres, et par l’écluse du Roi la jetter dans la Sensée.

174 TAILLIAR, 1875,2, p. 116.

175 Ib.

176 AMD, CC 206, f° 285 et sqq.

177 Voir PJ 9.

178 CLAUZEL, 1996, p. 290-293.

179 SALAMAGNE 1992c, p. 241-281.

180 Sur les positions antérieures et l’énoncé de la problématique SALAMAGNE, 1984 et 1986. La thèse a néanmoins été combattue par M. de Waha, DE WAHA, 1991.

181 SALAMAGNE, 1993

182 Voir supra 5.2.2.1.

183 PIÉRARD, 1971, p. 43 et sqq.

184 RICHEBÉ, 1893, p. 475 et sqq.

185 ROLAND, 1956, p. 114 ; G. BAVAY, Soignies, dans COLLECTIF, 1983, p. 147.

186 BECET, 1949, p. 27.

187 J. RICHARD, « Histoire topographique de Dijon », Mémoires de la Commission des Antiquités du département de la Côte d’Or, XXII, 1951, p. 321

188 LA FONS, 1841, p. 33-34.

189 MICHAUD-FREJAVILLE, 1981, p. 73 ; 31 eschiffes côté terre et 6 côté rivière.

190 Disposés aux angles des murailles ou des portes ; GRAS, 1943, p. 52.

191 DELAVILLE LE ROULX, 1878, vol. 2, p.20 et passim, CHEVALIER, 1975, p. 62 ; sur le système des palissades dans la fortification de terre, cf. COLLECTIF, 1985b.

192 L. MIROT, « Comptes de travaux exécutés aux châteaux du Nivernais (xive-xve siècle) », Bulletin de la Société Nivernaise des Lettres, sciences et arts, 28,1932-1933, p. 336.

193 BLONDEL, 1978, p. 67 et 117. Ces ouvrages (caffalum et eschiffa) étaient fréquemment détériorés par les vents et la neige. CATTIN, 1997, p. 123, 130, 264, 270, 340-343 ; elles étaient couvertes de bardeaux, cindula. CATTIN, 1995, p. 198.

194 André CASTALDO, Seigneurs, villes et pouvoir royal en Languedoc : le consulat médiéval d’Agde (xiiie-xive siècles), Paris, 1974, p. 342.

195 Michel de BOUARD, « Fouilles au château de Bonneville-sur-Touques », Annales de Normandie, 1966, p. 353-354 et 357.

196 ADN, 11033.

197 DURAND, 1901, p. 21.

198 HENNEBERT, 1858, p. 119, 120, 155, 157.

199 RICHARD, 1887, p. 275.

200 MORTET DESCHAMPS, 1929, p. 49-50.

201 BELIDOR, La science des ingénieurs dans la conduite des travaux de fortification et d’architecture civile, Paris, 1729, p. 551 et 552.

202 SALAMAGNE, 1996d.

203 Planches de sapin à Lille en 1302-03, RICHEBÉ, 1893, p. 477.

204 Supra, 3.2. A Cambrai la porte d’entrée de l’Escaut ou tour des vies pilotis était toujours, en 1397, en bois ; CARDEVACQUE, 1889, p. 63-64.

205 Voir supra 3.4.2 et sqq.

206 DE WAHA, 1985, p. 53.

207 MESQUI, 1991, p. 287.

208 SALAMAGNE, 1992a.

209 Ce qui avait entraîné l’obturation des embrasures de tir.

210 BMD, ms. 1267, vol. 5, f° 211 : Wallet observait avec justesse, à propos des sept tours alors conservées entre la porte d’Arras et la tour des Bourgeois, que ces transformations devaient être contemporaines du remparement des murailles, remparement qui comblant en partie les tours, condamna de fait leurs embrasures de tir.

211 Sur Rambures, DES FORTS, 1937 et SEYDOUX, 1974.

212 SEYDOUX, 1979, p. 93-103.

213 Ib.., p. 128-131 et 134-135.

214 Ib., p. 84-88 ; il s’agit de la salle inférieure de la grosse tour qui date probablement de la seconde moitié du xve siècle.

215 Les tours du xiiie siècle du château de Solre-sur-Sambre (Hainaut belge), sont couvertes de coupoles de pierre, celles du châtelet restaurées à la fin du xve siècle de coupoles de brique.

216 SALAMAGNE, 1991, p. 41 et sqq.

217 SALAMAGNE, 1993a.

218 AMAI, EE1 et DELMAIRE, 1972.

219 AMD, CC 202, fos 310, 311, 312.

220 Voir supra, première partie.

221 SALAMAGNE, 1984, vol. 2, p. 250.

222 En dernier lieu, SALAMAGNE, 1996d, p. 142 et sqq.

223 SALAMAGNE, 1986, p. 334 et sqq.

224 DURAND, 1901, p. 34.

225 BRASSART, 1883, p. 164-167.

226 DURAND, 1901, p. 10.

227 Il est des exceptions comme la tour Valenciennoise à Mons qui, construite en 1359, avait un diamètre de 18 m (PIÉRARD, 1980, p. 692) ou encore la tour Périlleuse à Valenciennes qui atteignait 13 m.

228 Voir supra, 3.4.4.

229 D’après AMD, 02/846.

230 LA FONS-MELICOCQ, 1848, p. 146 et sqq. DELOFFRE ROUMEGOUX, 1993, p. 55-59, assimilent cet ouvrage à la tour Saint-Ignace, conservée.

231 En fait nous connaissons uniquement le diamètre du troisième niveau, 38 pieds parmi les croix de dehors en dehors, soit 11,40 m de diamètre hors-œuvre pour une épaisseur de 6 pieds et demi, soit 2 m.

232 SALAMAGNE, 1991, p. 55 et sqq. Sur les fenêtres de tir, voir SALAMAGNE, 1986, p. 335 et sqq.

233 La terrasse fut plombée par Gautier Martin, maître des œuvres de la ville de Gand, mais couverte aussi d’une charpente adjugée à Mailin Cacherat et Guillebert Milon.

234 AMD, CC 206 et CC 209, f° 369 et passim.

235 Jehan Mina travaillera encore aux fortifications de Béthune en 1429 ; LA FONSMELICOCQ, 1848, p. 146-149 et 204. Les entrepreneurs eurent effectivement gain de cause puisqu’ils furent dédommagés de 38 livres, 8 sous.

236 LEMAIRE, 1911.

237 La mention d’archieres se rapporte aux fentes de tir dotées de bêches encore visibles dans les parements externes de la tour, mais malheureusement obstruées.

238 Sur Cambrai, SALAMAGNE, 1991, p. 41-45, 49 et 55-57.

239 Sur la dernière enceinte de Tournai, voir VECHE, 1985, qui ne propose pas de datation précise pour ces tours.

240 AMV, CC 2970 ; on construisait alors le grant pan de mur entre les deux noefves tours d’emprès le porte Cambrisienne dont les pierres des embrasures de tir étaient taillées par Piérart Bourlet, fils ou frère de Jaquemart.

241 Sur cet ouvrage voir SALAMAGNE, 1984, vol. 1, p. 137 et sqq.

242 SALAMAGNE, 1984, p. 215.

243 Qui initialement n’avaient pas été prévues pour en recevoir ; AMD, CC 213, 1429-30.

244 AMD, CC 202, f 313 (brouté argille a le briqueterie pour faire mortier), CC 224, 55 r, 58 r°, 63 r°.

245 AMD, CC 218 (1446-47), f 79 v°. En 1450-51, nombreux achats de thieulle molue pour restaurer les terrasses des tours des Hours, derrière la Trinité, etc. ; AMD, CC 219, f 68 v, 81 r°, 89 v°.

246 AMD, CC 219, f° 80 v° et passim, 90 r°.

247 AMD, CC 216, fos 49 v°, 68 r° ; CC 219, f 75 v° et passim ; CC 222 (1453) ; CC 230 (1464-65) et passim.

248 DURAND, 1904, p. 46, 54 et 146-147.

249 GALTIER-MARTI, 1987.

250 FINO, 1977, p. 344 et sqq. ; sur ces terrasses et leurs particularités, voir SALAMAGNE, 1984, vol. 2, p. 257 et sqq.

251 CARDEVACQUE, 1891, p. 18.

252 DEBERSÉE, 1971, p. 413 ; GILLIODTS-VAN-SEVEREN, 1875, vol. 3, p. 471 ; PIÉRARD, 1981, p. 351.

253 BLIECK et VANDERSTRAETEN, 1988, p. 115-116 ; SALAMAGNE, 1981, p. 183 et 186.

254 SALAMAGNE, 1992d, p. 172.

255 GABRIEL, 1921, p. 44 et 137. L’affirmation selon laquelle elles auraient été primitivement séparées des murailles du corps de place, à l’instar du donjon (Torre del Homenaje) du château de Bellver à Palma, nous paraît peu vraisemblable.

256 Sur les origines du modèle, sa signification et sa diffusion dans les anciens Pays-Bas, voir SALAMAGNE, 1984, p. 265 et sqq

257 Parmi diverses études, SALAMAGNE, 1993C.

258 SALAMAGNE, 1993, p 174 et sq.

259 Cf. supra, 4.2 et 4.5.3.

260 Voir SALAMAGNE, 1986, p. 405 et sqq. et SALAMAGNE, 1992d, p. 175.

261 Cf. supra, 4.5.3.

262 En Hainaut voisin, des boulevards de plan outrepassé furent édifiés jusque dans la décennie 1520, cf SALAMAGNE, 1992b.

263 Supra, 4.3.5.

264 Portes du Coudenberg, de Schaerbeek et de Louvain. MARTINY, 1980, p. 18 et 36

265 SALAMAGNE, 1984, p. 82 et sqq.

266 JANSE et STRAALEN, 1974, p. 74 et 102.

267 Nommé maître des œuvres de la ville d’Arras le 4 juillet 1511.

268 Attesté à Arras depuis 1486 au moins. En 1517, Jehan Pasquier de Lille avait donné un premier get et pour traiture en figure* du boulevard de la porte Saint-Prix, mais son projet fut abandonné au profit de celui des deux maîtres-maçons d’Arras, qualifiés de maistres ouvriers congnoissans en affaires d’ouvraiges, qui réalisèrent un nouvel patron et pourget pour lequel ils furent rétribués de 9 livres, 18 s.

269 Voir SALAMAGNE, 1992d, p. 194.

270 Voir SALAMAGNE, 1992, en particulier p. 268 et sqq.

271 ADN, B 14746 et B 16252.

272 Cf. supra, 4.5.5.

273 WAGON, 1923-1925a, p. 271 : faulses braies sur les cestes* et dodennes quy sont entre les deux fossez jusques a le muraille.

274 HELIOT, 1975.

275 SALAMAGNE, 1992c.

276 WAGON, 1923-1925a, p. 270.

277 AMD, DD 217.

278 Cf. supra, 5.4.1. WAGON, 1923-1925a, p. 270 ; nous rectifions la transcription erronée de l’auteur.

279 Sur cette famille monumentale, cf. SALAMAGNE, 1992c, p. 260 et sqq.

280 QUARG, 1967, vol. 2, planche 108.

281 Wallet (BMD, ms. 1267, vol. 5, p. 212 et sqq. et vol. 6, p. 5 et sqq.) avait reconnu la présence d’embrasures à terminaison à bêche sur les tours et murailles des fronts 70-78 et 11 à 44. Entre la porte Saint-Eloi et l’entrée des eaux, l’encadrement de ces embrasures était en pierre blanche, en grès ailleurs.

282 Nous n’excluerons pas néanmoins une reprise ultérieure.

283 SALAMAGNE, 1992d et 1993b.

284 H. P. EYDOUX, « Châteaux des pays de l’Aude », dans Congrès archéologique de France, Pays de l’Aude, 1973, p. 233 ; MESQUI, 1979, p. 110 ; MIQUEL, 1981, vol. 1, p. 280

285 Article peu précis d’A. JARDILLIER, « Le château d’Harcourt », Congrès archéologique de France, 1980, Evrecin, Lieuvin, Pays d’Ouche, 1984, p. 163-176

286 Nous pensons que les exemplaires visibles sur une tour de l’enceinte de la basse-cour du château de Coucy (Aisne), qui a été datée des années 1230-1240 (MESQUI, 1979, p. 109), procèdent d’une reprise.

287 D’après une aquarelle d’Alexandre Clausel (1802-1884) (Musées de Troyes, 16-1-24) figurant le pont des Deux-Liards, la tour Hercule, le pont Sainte-Catherine.

288 A. SALAMAGNE, « Origines et diffusion des embrasures de tir dans l’architecture militaire de la fin du xiie siècle » : une réévaluation, dans A. SALAMAGNE, R. LE JAN (dir.), « Le château médiéval et la guerre dans l’Europe du Nord-ouest », Lille, 1998, p. 61-75.

289 Voir MARTINY, 1969. Nous ne suivrons pas M. de WAHA (dans GENICOT, 1975, p. 52-55) dans sa datation vers 1300 de Beersel.

290 SALAMAGNE, 1993b.

291 Cf. supra, 3.4.4 et 4.1.

292 SALAMAGNE, 1986, p. 327 et sqq. ; SALAMAGNE, 1993b et sur les exemples anglais KENYON, 1981 et SAUNDERS, 1985.

293 SALAMAGNE, 1993b.

294 La taille de grès est généralement mieux soignée aux angles externes de l’embrasure pour les pierres dites becqs que pour celles qui constituent le plein des parements.

295 Seule l’embrasure latérale gauche de la salle circulaire de la tour est dotée d’une demi-mire.

296 Les arbalètes seraient restées bloquées entre les joues de l’embrasure.

297 Ainsi sur la tour Alexandre en 1451 : Item III gros barreaux de fer mispour afuster culeuvrinnes aux archieres et encambremens du premier estage de ladite tour pesans XLVII libvres (...). Item II gros barreaux coirez mis pour faire afustemens de culeuvrines au second estage de le tour Alixandre pesansparmy deux gons pour l’uisserie de le montée dicelle tour et une buisette, XXX libvres demie (...). Item IIII bareaux quarez mis aux archieres du bonelet et allerons de ladite tour, pesans LVI libvres : AMD, CC 219, fos 102 r°-103 r°.

298 AMD, DD 217.

299 En Gascogne anglaise, Poitou, Auvergne, Comtat-Venaissin, Rouergue, Alsace. MESQUI, 1980, a néanmoins daté de 1240-1250 les embrasures à croix d’Alluyes et Bois-Ruffin outre celles du château de Coudray-Salbart dans les Deux-Sèvres ; cf encore MESQUI, 1979, p. 111.

300 Tour Saint-Ignace, fin xive siècle.

301 Tours des Arquets, d’Abancourt, du Caudron, courtines et échauguettes des fronts méridionaux, voir SALAMAGNE, 1991.

302 Tour du Diable, début xve siècle.

303 Porte d’eau de l’Escaut, fin xive-début xve siècle.

304 Fortifications du quartier Saint-Bavon, voir tableau anonyme de Gand en 1534, musée de la Byloke à Gand.

305 AML, 16166 (1422).

306 SEYDOUX, 1979, p. 94-102.

307 Ib., p. 116-120.

308 MESQUI, 1979, p. 115 ; MIQUEL, 1981, vol. 1, p. 281.

309 Thèse défendue par DE WAHA, 1991, p. 41 et 42, pour lequel les mires horizontales servent aussi à évacuer les fumées.

310 AMD, CC 209, f° 430 ; elles étaient fermées de vantaux à serrures.

311 AMD, CC 216, 89 v°.

312 Supra, 4.4.1.3.

313 Sur les ébrasements externes, voir SALAMAGNE, 1993a.

314 Supra, 4.2.

315 Cf. SALAMAGNE, 1993a, p. 832 et sqq.

316 SALAMAGNE, 1993b.

317 IL s’agit d’une porte d’eau éclusée construite sur les plans de Frans Morael, cf. Bouwen door de eeuwenheen in Vlaangeren Stad Gent, 1979, p. 354-357.

318 ΑΜΑ, BB1, 306 ; CC 77, 5 v° et sqq.

319 SALAMAGNE, 1993 et SALAMAGNE, 1994.

320 SALAMAGNE, 1993a. COLLECTIF, 1987. Il est vrai que l’épaisseur murale donnée aux ouvrages permettait dans ce cas précis de disposer l’arme à couvert : le double ébrasement ne s’imposait donc pas.

321 Certains étaient d’avis de les embraser par dedens et les autres non, LA FONS MÉLICOCQ, 1848, p. 154. Voir encore AMB, CC 89. La découverte des vestiges de l’ouvrage a permis de constater que les embrasures étaient à simple ébrasement.

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search