Version classiqueVersion mobile

Construire au Moyen Âge

 | 
Alain Salamagne

Première partie

La genèse et le développement de la dernière enceinte de Douai

Texte intégral

1. Les modifications apportées aux fortifications médiévales du début du xvie siècle au xixe siècle

1.1. Rectification du tracé de l’enceinte et du profil des ouvrages

1Au début du xixe siècle, Douai conservait encore la plus grande partie de son circuit fortifié médiéval dont le tracé n’avait guère été entamé par les siècles successifs, les bastions du xvie siècle s’étant superposés aux courtines médiévales. Néanmoins un certain nombre d’interventions avaient modifié le profil de la fortification pour l’adapter à l’artillerie à feu.

  • 14 Dépense de 683 livres ; AMD, CC 260, 206 v°. Travaux réalisés par Simon de Masgnières, maître-maçon (...)
  • 15 AMD, CC 272,131 v° et 189 v°.
  • 16 AMD, CC 263.
  • 17 AMD, CC 1051 et 1053 ; sur les travaux réalisés au début du xvie siècle sur les enceintes régionale (...)
  • 18 AMD, CC 1048.
  • 19 Voir encore sur ces modifications, Douai, son histoire militaire, ses fortifications, 1892, p. 181- (...)

2Au xvie siècle, on arasa – comme sur la plupart des enceintes – les niveaux supérieurs des tours à hauteur des courtines collatérales et on les rempara (Fig. 26). Le remparement des levées de terre primitives entraîna le prolongement des passages des portes, côté ville, afin d’assurer la continuité de la circulation sur le rempart (Fig. 10), passages dont la longueur fut portée à 17 m (pour la porte Saint-Eloi en 1541-4214 et 22 m pour la porte d’Esquerchin) : en 1553-54, la porte d’eau fut prolongée d’une vaulsure, pour par-dessus icelle riviere et vaulsure quarriez l’artillerie15. Les fossés furent élargis et approfondis en 1544-4516, en particulier entre la tour des Hours et la porte Saint-Eloi, puis à partir de 1599 les arrières-fossés entre les portes Morel et Notre-Dame17, les murailles de la tour des Hours à la porte Saint-Eloi furent surélevées en 159718, etc. Si des travaux importants furent conduits sur l’enceinte aux xviie et xviiie siècles, ils concernèrent cependant en priorité les ouvrages extérieurs : Vauban, chargé de la fortification de la ville à la suite de sa conquête sur l’Espagne en 1667, limita son intervention à des modifications mineures du tracé comme en témoigne entre autre le plan-relief de la ville réalisé en 1710. A partir de 1740, de nouveaux bastions renforcèrent la défense du corps de place19, mais ce fut le projet de bastionnement général du corps de place -conduit au xixe siècle – qui entraîna la disparition de la plupart des tours médiévales des fronts des portes Morel, Notre-Dame, et Saint-Eloi. Les impératifs de la circulation entraînèrent d’autre part la mutilation des accès en ville : les tours de la porte Notre-Dame furent percées en 1853 afin de ménager deux passages supplémentaires à la circulation.

1.2. Démantèlement et patrimoine

3Le déclassement de la place – décidé par la loi du 27 mai 1889 et mené à bien aux termes d’une convention signée entre l’Etat et la ville de Douai le 8 août 1890 – ne laissa subsister que quelques fragments de l’enceinte médiévale, portes d’Arras et de Valenciennes, tour 63 et tour des Dames. Encore ces ouvrages n’ont-ils conservé qu’un seul niveau.

  • 20 AMD, 02 838 ; le plan d’agrandissement général de la ville fut approuvé le 12 février 1892, ADN, 02 (...)

4Dans la convention du 8 août 1890 passée entre l’État et la ville de Douai, le démantèlement devait être opéré par le Génie moyennant une subvention de 800 000 francs de la ville et de 500 000 francs de la Compagnie des Chemins de Fer du Nord. Celle-ci avait acquis de l’État – pour 300 000 francs – 11 hectares et 22 ares de terrains, à charge pour elle d’en effectuer le démantèlement. Un emprunt de 1 500 000 francs autorisé par la loi du 21 janvier 1891 assura les dépenses du démantèlement qui, entamé dès 1892, fut terminé les années suivantes20.

  • 21 AMD, 02 147.

5Le démantèlement (Fig. 1 et 2) opposa les partisans de la conservation de certains fragments des fortifications (un premier rapport du 8 mars 1891 avait demandé le maintien des tours de Bourgogne, des Hours, du Barlet, de Saint-Eloi) et ceux de la destruction radicale de tous les vestiges. Une demande de conservation de la porte d’Arras émise en 1894 entraîna une pétition des riverains qui exigèrent du maire sa destruction : Cette porte n’est qu’un vieux débris, une ruine. Pour la restaurer, il n’y aurait qu’un moyen : la raser et la reconstruire (...). Cette porte masquera toujours la vue et produira toujours comme aujourd’hui un effet des plus désagréables. D’autre part, elle semblera marquer une limite à l’expansion de la ville de ce côté... Donnez-nous beaucoup d’air et beaucoup de lumière21... La pétition, qui ne reflétait finalement que les vues d’un groupe d’intérêt limité, illustrait néanmoins l’état d’esprit de la fin du xixe siècle qui assimilait le démantèlement à une mesure d’hygiène et de santé publique, le rêve urbain étant celui d’une ville ouverte, aérée, ceinturée de larges boulevards ombragés.

  • 22 AMD, 02 256. Côté ville des lierres furent plantés pour masquer le délabrement des maçonneries.

6La porte d’Arras ainsi que la tour des Dames furent finalement conservées (Fig. 16 et 41), mais isolées sur un square ou un jardin public, solution qui présente l’inconvénient d’ôter au monument une grande partie de sa lisibilité. Cet isolement a contribué en outre à la dégradation des éléments préservés, qui ne sont pas intégrés dans des circuits de découverte, et dont les fossés ont été remblayés. Quant au seul édifice qui les conserve, la porte d’Arras, cet aménagement résulte d’une délibération du 24 février 1905 du Conseil Municipal qui décidait, pour justifier le maintien d’un pont-levis à la porte, d’ouvrir au pied et au-devant des tours un fossé de 4 m de largeur sur 2,80 m de profondeur22. A Douai, comme à Cambrai ou Valenciennes, on ne sauvegarda que les seules parties médiévales des édifices, de telle sorte que leur aspect paraît singulièrement tronqué, comme la porte d’Arras qui ne présente, côté ville, qu’un écorché masqué par une végétation parasitaire (Fig. 18).

7Le patrimoine conservé est donc réduit, mais il faut souligner que le sol douaisien recèle au moins les fondations de la dernière enceinte médiévale et de ses flanquements voire, près de la porte d’Arras, des levées de terre.

2. Les origines géostratégiques du site

2.1. L’assiette historique du site

  • 23 LOHRMANN, 1985, p. 196 et sqq. ; LOUIS, 1990, p. 5 et sqq.

8A la confluence de régions naturelles, l’Ostrevant à l’est, la Pévèle au nord, la Gohelle à l’ouest, Douai est traversé par la Scarpe qui, depuis Arras, coule en direction du nord-est pour, après sa réunion avec la Sensée et sa traversée de Douai, se jeter dans l’Escaut (Fig. 3 à 5). Fruit en grande partie de travaux de captage et de retenue artificielle – dont le dernier celui d’Arleux a été daté de 1076-110223 -, la Scarpe assurait l’inondation des fossés de la ville.

  • 24 Voir ESPINAS, 1902, p. 244-245, nt. 2.
  • 25 Cotes données dans LOHRMANN, 1985a, p. 198 et DEMOLON, HALBOUT, LOUIS, LOUIS-VANBAUCE, 1990, p. 7. (...)

9Au point de rencontre de provinces frontalières, Flandre, Hainaut, Artois, à proximité de terres de débats comme l’Ostrevant, sur un axe de communication important entre Valenciennes à l’est et Arras à l’ouest, lieu d’étape et terminus de la navigation, la ville de Douai constitua très tôt un point fort24. Aussi du xie siècle au début du xvie siècle les fortifications furent-elles sans cesse amplifiées et améliorées, pour faire face à l’évolution des moyens d’attaque. Comme à Cambrai, Valenciennes, Arras ou Saint-Omer, l’urbanisation primitive se fit sur ou à côté d’un cours d’eau, par l’implantation d’un lieu-fort puis la conquête progressive d’un espace plus vaste à la périphérie du fleuve. A la fin du Moyen Âge, les fronts de l’enceinte présentaient des différences de niveau qui, pour être limitées, n’en étaient pas moins significatives : l’entrée des eaux de la Scarpe (porte 29) se trouvait à la cote 21 (24 en cas de fermeture des écluses) et la sortie des eaux (porte 67) à la cote 19, mais les fronts à hauteur de la place du Barlet, rive droite, étaient à la cote 3025. En conséquence, et compte tenu de fossés dont la profondeur devait être voisine de 3 m, l’inondation des fronts orientaux nécessitait de relever de 6 m les seuils d’eau.

2.2. La genèse du site fortifié

  • 26 ESPINAS, 1913, vol 1, p. 16-18 et 521 ; DEMOLON, HALBOUT, LOUIS, LOUISVANBAUCE, 1990, p. 13. Le cas (...)
  • 27 Selon ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 16, nt. 2, le bras principal de la Scarpe aurait été situé à l’oues (...)
  • 28 Actum publice apud castrum Duacum in monasterio S. Amati, 1038 ; BRASSART, 1877, 2, p. 657 et ESPIN (...)
  • 29 ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 17-18 ; la tour était accompagnée de murailles, dont le châtelain détruis (...)
  • 30 ESPINAS, 1902, p. 8 et sqq. ; ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 34.

10Douai bénéficia d’un essor urbain précoce (Fig. 9) : le castrum Duagium ou Duvagium mentionné par Flodoard en 930 — lorsqu’il fut pris par le duc de Lotharingie Herbert – atteste qu’à cette date une fortification existait sur le site de Douai, fortification dont s’empara vers 945 le comte de Flandre Arnoul Ier26. Cette fortification castrale, assise sur la rive occidentale de la Scarpe27, qui incluait la collégiale Saint-Amé28, se limitait à un îlot dont les fossés étaient inondés par une dérivation des eaux de la Scarpe. Au nord du castrum, la turris (1123) élevée sur une motte, qualifiée dès 1187 de Vetus turris, était la propriété du châtelain29. Progressivement, de nouvelles zones de peuplement s’agglomérèrent au noyau originel, Douayeul (Duiellum en 1076, puis Duaculuni) au nord, le Castel Bourgeois à l’est, et le burgus (cité en 1081) au-delà30. De par sa position la turris contrôlait ainsi les voies de communication d’est en ouest, d’Arras à Valenciennes, et le Rivage, lieu de transbordement des marchandises.

11La genèse topographique du site douaisien semble fort proche de celui de Valenciennes où, au castrum établi à la fin du xe siècle se juxtaposa, dans la première moitié du xie siècle le Vieux Bourg, dans la seconde moitié du xie siècle le Neuf Bourg. A Valenciennes (Fig. 8), le castrum s’implanta le long de la rive droite de l’Escaut et son isolement fut complété par la dérivation des eaux de la rivière en des canaux artificiels. Sa localisation semble bien avoir été déterminée par la volonté de contrôler les voies de communication qui franchissaient à cet endroit le fleuve, en profitant d’un gué naturel. En fut-il de même à Douai ?

  • 31 ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 19. La crypte de Saint-Amé fut dédicacée en 1024, voir HÉLIOT, 1959, p. 1 (...)
  • 32 A Douai, la turris comitis est attestée dès 1123, ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 16. Sur les origines et (...)

12A Valenciennes et Douai ces castra, comme le cas était fréquent, enfermaient une collégiale respectivement dédiée à Saint-Jean et Saint-Amé31 – la seconde fondée vers 945-950 par le comte de Flandre Arnoul-, et un réduit fortifié constitué d’une motte couronnée par une turris au début du xiie siècle32.

  • 33 DEMOLON, HALBOUT, LOUIS, LOUIS-VANBAUCE, 1990, p. 16.
  • 34 ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 20 et sqq. ; DEMOLON, HALBOUT, LOUIS, LOUISVANBAUCE, 1990, p. 20. Voir en (...)
  • 35 Voir les études sur ces sites parues dans BEAUSSART, SALAMAGNE, 1995.

13A Douai le réduit fortifié, au sud du castrum, remontait à la fin du xe siècle33 : au xiie siècle il fut renforcé, probablement par Philippe d’Alsace, d’une turris attestée en 1187 sous le nom de Neuve Tour, donjon quadrangulaire de 18 à 19 m de côté entouré d’une enceinte polygonale de 45 m de diamètre34. Comme telles les dispositions de ce réduit étaient fort proches de celles de quelques forteresses hainuyères des années 1150-1170 : châteaux de Valenciennes (dit château Mahon) et d’Ath dus à Baudouin IV l’Édifieur (1125-1171), château de Condé bâti par Nicolas le Beau, seigneur d’Avesnes entre 1147 et 1170 ; dans l’un et l’autre cas, le donjon en position centrale était renforcé par une enceinte polygonale35.

  • 36 Voir d’une manière générale, LAVEDAN et HUGUENEY, 1974 et COLLECTIF, 1994.
  • 37 DEMOLON, HALBOUT, LOUIS, LOUIS-VANBAUCE, 1990, p. 19-20.
  • 38 ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 32 et sqq. Mention des portes de l’ancienne enceinte dans la seconde moit (...)
  • 39 Nous n’en trouvons pas trace aux xive et xve siècles, alors que, la plupart du temps utilisés comme (...)
  • 40 Gesta Gerardi II Episcopi, MGH, VII, p. 499.
  • 41 LOUIS, 1990, p. 5-39 et surtout p. 36-37, attribue l’aménagement de la rivière d’Arleux au comte Ro (...)
  • 42 Le ms. 980, BMD, f° 61-62, attribue l’agrandissement de l’enceinte – qui aurait indu alors le march (...)
  • 43 PJ 1, 2 et 4.
  • 44 Par exemple lors de construction de la porte Notre-Dame (cf. 4.4.). Des travaux aux courtines sont (...)

14Par sa morphologie, Douai peut ainsi être rattachée à ces villes nées à l’ombre ou à proximité d’un castrum36. Ce premier noyau fortifié fut enveloppé d’une enceinte dont la datation s’avère difficile37. Son tracé d’un périmètre de 2 200 m peut être reconstitué grâce aux anciens fossés devenus des canaux : percée de 8 portes et de 4 poternes, et en amont d’une porte d’eau dite des Arcs comme à Tournai et Valenciennes38, elle était dépourvue de tout flanquement39, alors que celle de Cambrai érigée sous l’évêque Gérard II (1076-1092) en possédait40. Nous serions dès lors enclins à la croire antérieure aux années 1100, point de vue qui semble être corroboré par la relation établie entre sa construction et le détournement de la rivière d’Arleux, détournement nécessité en partie par l’approvisionnement en eau des fossés41. Reconnaissons néanmoins que les preuves restent fragiles42. Cette enceinte était en tout cas construite en dur dès le xiiie siècle43 et au xive siècle les comptes de la ville font mention de la récupération intensive de ses pierres44. Les fouilles de Pierre Demolon, sur Mot Samiia, ont d’autre part dégagé en 1988 près de 70 m de murailles épaisses de 1,30 m.

  • 45 WARNKOENIG, I,1835, p. 232.
  • 46 WARNKOENIG, 1,1835, p. 354
  • 47 FUNCK-BRENTANO, 1896, p. 192 ; ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 73, ac municiones novas que fortalicias ap (...)
  • 48 FUNCK-BRENTANO, 1896, p. 212-215 ; LANGLOIS, 1899, p. 329.
  • 49 FUNCK-BRENTANO, 1896, p. 238 et sqq.
  • 50 FUNCK-BRENTANO, 1896, p. 333-334 et 416.
  • 51 FUNCK-BRENTANO, 1896, p. 439, 455.
  • 52 ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 73, 76 et sqq. Cf. sur le contexte, FUNCK-BRENTANO, 1896.

15Au xiiie siècle, dans le contexte des guerres de Flandre, Douai fut l’objet de la rivalité des rois de France et des comtes de Flandre. Au traité de Melun en 1226, la comtesse Jeanne de Flandre livrait à Louis VII, Lille, Douai et l’Ecluse, Douai devant être occupé par une garnison française durant 10 ans45. En 1229, Louis IX permit à Eerrand, comte de Flandre, de rebâtir en pierre les portes de ses villes de Flandre avec des fondations en pierre mais des superstructures en bois46. En juin 1296, Philippe le Bel, en conflit avec le comte de Flandre Guy de Dampierre à propos de la possession de Valenciennes, prit sous sa garde les cinq villes de Flandre, Gand, Bruges, Ypres, Lille et Douai, qu’il conserva jusqu’au 28 août. En 1297, Guy de Dampierre fit ériger à Douai de nouvelles fortifications47 et donnait l’ordre à son fils, Robert de Béthune, de s’emparer du château de Mortagne, comme de celui d’Helchin qui appartenait à l’évêque de Tournai, tandis que le roi de France se saisissait de ceux de Tortequenne (Pas-de-Calais), de l’Écluse sur la Sensée (11 km au sud de Douai), de la Brayelle au sud de Douai, dont il renforçait les garnisons ; il faisait encore occuper l’abbaye d’Anchin48. Le 2 juin 1297, l’armée royale partait de Compïègne et le 15 s’établissait entre Hénin-Liétard et Douai, tandis qu’un contingent dépassait Douai pour prendre Pont-à-Raches, passage fortifié sur la Scarpe. Les troupes royales s’emparaient d’Orchies, Béthune, puis investissaient le 23 juin 1297 Lille qui se rendait le 1er septembre49. Le 6 janvier 1300, Charles de Valois s’emparait de Douai, mais reperdait la ville en août 1302 après la défaite de Courtrai (le 11 juillet), ainsi que Lille ; la ville fut alors renforcée par des contingents brugeois50. Le Hainaut fut également menacé par l’offensive flamande, car en 1303 Lessines fut pris par les fris de Gui de Dampierre et Tournai assiégé51. En 1304 la victoire de Mons-en-Pévèle livrait de nouveau Douai au roi de France qui en 1305 prenait en gage les trois châtellenies de Lille, Douai et Béthune dont il se faisait confirmer la cession au traité de Pontoise en juillet 131252.

3. La dernière enceinte de Douai (du xive au xvie siècle)

3.1. La fondation de la seconde enceinte au xive siècle : le tracé des fossés et les levées de terre

  • 53 ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 42.
  • 54 DERVILLE, 1983, p. 289 avait donné 180 ha et 5 625 m.
  • 55 SALAMAGNE, 1992a.
  • 56 ESPINAS, 1930. Le travail de dépouillement des archives de J.-C. Desquiens (DESQUIENS, 1994, en par (...)
  • 57 Voir DEMOLON, HALBOUT, LOUIS, LOUIS-VANBAUCE, 1990, p. 25-26.
  • 58 AMD, AA. 84, 15 r° : toute la pieche de terre entierement que on apele Waskies si comme elle (est) (...)
  • 59 AMD, AA. 84,16 v.
  • 60 ESPINAS, 1930, p. 78 et p. 143 ; DEMOLON, HALBOUT, LOUIS, LOUIS-VANBAUCE, 1990, p. 25-26. Voir, nt. (...)
  • 61 FUNCK-BRENTANO, 1896, p. 95.
  • 62 Les revenus urbains étaient d’autre part diminués en raison de la saisie des biens des bourgeois de (...)
  • 63 LANGLOIS, 1899, p. 321-322, 326.
  • 64 LANGLOIS, 1899, p. 322-324, 328 : plus de 100 000 livres consacrées à l’armement d’une flotte.
  • 65 DELMAIRE, 1976.
  • 66 PLATELLE, 1965, p. 219.
  • 67 DHÉRENT, 1983, p. 374-375.

16Au nord de l’agglomération primitive formée par le castrum et les bourgs qui lui furent agglomérés, de nouveaux quartiers se développèrent à partir du xiiie siècle, principalement la Neuville, au nord de l’agglomération ancienne, mentionné dès 122553. Au début du xive siècle, une dernière enceinte de 5 300 m de développement enfermant 170 hectares engloba les quartiers issus de l’expansion urbaine54 (Fig. 6) : son tracé apparaît – sauf au nord-est où il résultait d’une reconstruction du XVe siècle – comme régulier et homogène avec de vastes fronts rectilignes. Mais alors que la première enceinte était orientée perpendiculairement au cours du fleuve, la seconde s’étalait dans la vallée alluviale formée par la Scarpe. Cette occupation privilégiée des rives du fleuve par la fortification, processus également visible à Tournai ou Valenciennes55, semble bien répondre à des fins stratégiques : l’établissement des fronts de fortification parallèlement au cours de la rivière facilitait leur inondation. A Douai, on s’est servi des mentions des portes pour avancer la thèse de l’existence de la seconde enceinte dès le xiiie siècle56. Les portes cependant pouvaient recevoir plusieurs qualificatifs, topographique en fonction de la proximité d’un site ou d’un monument, ou géographique en raison de la ville ou du village vers lesquels elles conduisaient. A Valenciennes, la porte de Douai était encore dite Pissotte ou Notre-Dame, à Cambrai la porte de Saint Quentin était qualifiée du Saint-Sépulcre, etc. A Douai, des portes de la première et de la seconde enceinte conservèrent le même nom, comme celle d’Esquerchin. Aussi rien ne nous assure que la mention en 1239 de la porte Saint-Eloi57 se réfère à la dernière enceinte. En 1245, Marguerite, comtesse de Flandre et de Hainaut, et son fils Guy faisaient don à la ville du quartier des waskes ou du Temple58. En 1269, y existait déjà outre des maisons, une cauchie, le chemin qui va de Douay a Raisce et le chemin des navieurs qui longeait la rivière59. Un noyau fortifié autour du faubourg de la Neuville a donc pu exister, ce qui expliquerait la mention en 1284-85 des portes de Rieulay et deviers le Temple60, mais sans permettre de croire au report général dès cette date de l’enceinte. Les années 1280-1281, qui virent les troubles de Bruges et touchèrent Douai en octobre et novembre 1289, ne furent pas favorables à l’ouverture de grands chantiers61 ; les exemples des villes de Tours, de Reims ou de Valenciennes, attestent d’autre part que des bourgs fortifiés aient pu être ultérieurement enserrés dans une enceinte commune. Quant aux travaux réalisés aux fortifications par le comte de Flandre en 1297, leur ampleur a dû être, en tout cas, limitée62. Durant la période française (de 1302 à 1304, puis de 1305 à 1312), les dépenses consenties tant pour l’armée de Flandre et ses approvisionnements (des années 1297 à 1304 et de 1307 à 1308)63, que pour la construction à partir de 1302 d’une flotte de guerre64 mobilisèrent à d’autres fins les ressources royales. Après la bataille de Courtrai (1302), l’Artois et le Douaisis souffrirent des méfaits de la guerre et le pillage des récoltes perturba la rentrée des revenus65 : le trafic sur la Scarpe fut interrompu car les Flamands ravageaient Saint Amand et ses environs66. En 1304, et jusqu’à la remise de la ville à Philippe le Bel après la victoire de Mons-en Pévèle, le commerce des draps douaisiens souffrit de l’état de guerre67.

  • 68 BMD, ms. 98Ø, f° 61-62 et ms. 979, vol. 4, 41 r°.
  • 69 LANGLOIS (réed. 1978), p. 313. Voir encore sur ce contexte, FUNCK-BRENTANO, 1896, en particulier p. (...)
  • 70 Codex Diplomaticus Flandriae ou receuil de documents relatifs aux guerres et dissensions suscitées (...)
  • 71 ESPINAS, 1902, p. 76 et 248.
  • 72 LANGLOIS, 1899, p. 325,329-331, 333-334.
  • 73 LANGLOIS, 1899, p. 335.
  • 74 ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 78-79 ; la ville était alors le lieu de concentration de l’ost royal.
  • 75 BELL HENNEMAN, 1971, p. 112.
  • 76 AMD, CC 685 et 687. Voir sur les octrois d’assises étroitement contrôlés par le pouvoir royal, ESPI (...)
  • 77 AMD, CC 688.
  • 78 AMD, CC 689.
  • 79 AMD, 200ter, rouleau 1.

17Deux chroniques attestent du fait que l’agrandissement de l’enceinte de Douai fut décidée par Philippe le Bel68 – donc avant novembre 1314 date de son décès -, mais après 1305 car le traité conclu à cette date avec le comte de Flandre, Robert de Béthune, prévoyait entre autres la destruction des murailles de Douai69. Les fortifications des cinq villes de Flandre – Douai, Ypres, Lille, Bruges et Gand – devaient être abattues avant la Saint-Jean 1307 ; jusqu’à l’exécution des termes du traité le roi de France recevait en gage les châteaux de Courtrai et Cassel. Mais le château de Cassel fut restitué à Robert de Béthune en 1313 et des délais furent accordées pour la démolition des forteresses70. Au contraire après l’arrangement de Pontoise en juillet 1312 – qui réunissait les villes et châtellenies de Lille, Douai et Béthune au Domaine Royal – Philippe le Bel avait tout intérêt à favoriser l’essor de la cité en renforçant ses fortifications, gage du maintien de son autorité dans un pays conquis. La fondation de la dernière enceinte douaisienne peut donc être située entre juillet 1312 et la fin de l’année 1314, vraisemblablement au début de la bonne saison 1313. Une nouvelle assise fut levée à Douai en 1311 – et l’on connaît la relation fréquente entre la construction d’une enceinte et la levée d’impôts – mais cette dernière ne fait encore mention que du remboursement des dettes, alors que la suivante en 1322 évoque la réparation des fortereces d’icelle ville71... La guerre avec la Flandre – qui éclata en 1314 -, et le siège de Lille, constituèrent des motifs supplémentaires pour accélérer les travaux, même si l’ampleur des dépenses consenties pour entretenir l’armée de Flandre entre 1315 et 131772 et 1325-132873 ne permit pas au pouvoir royal d’aider à leur financement. Par contre dès les années 1330, des autorisations royales furent accordées pour la levée d’impôts nouveaux en relation avec la construction des premiers flanquements érigés en dur, travaux accélérés vers les années 1340, au début de la guerre de Cent Ans, le comte de Hainaut ayant épousé le parti anglais74. Les taxes ou maltôtes levées sur les marchandises entre 1334 et 1336 rapportèrent 10 791 livres en deux années dont le cinquième, 2 158 livres, était réservé comme part royale, le reste, soit 8 633 livres, étant destiné aux fortifications75. En 1338, le roi de France Philippe VI prorogeait les assises sur le vin précédemment accordées pour aider a refaire et rappareiller les forteresses de la ville, puis de nouveau en 1343 pour cinq années76, et en 1347 pour éponger les dettes de la ville entraînées par l’émission de rentes dont le produit avait été converti es forteresse d’icelle ville, tant es portes, en tours, en fosse’z qui ont esté faiz pour la seureté de la dicte ville77... En 1350, Jean le Bon prorogeait pour une durée de deux ans ces assises, tam pro reformacione et sustencione fortaliciorum dicte ville quam pro oneribus habitancium in ea supportandis78... La même année, 573 livres, 17 sous, 8 deniers étaient consacrés aux ouvrages réalisés, pour forteffyer le ville de Douay au lés de entre le porte Olivet et les fours des euwes79.

3.2. La construction des murailles, portes et tours

  • 80 Voir infra.
  • 81 Mention du nouvel dich* de pierre devers le Trinitet dans un acte chirographe du 27 février 1327, B (...)
  • 82 DEMOLON, 1990, p. 25 ; par contre la mention de la porte d’Esquerchin en 1308 ne doit se rapporter (...)
  • 83 AMD, CC 199ter, rouleau 1.
  • 84 AMD, CC 200ter, dépense de 573 livres, 17 s., 8 d.
  • 85 ADPDC, A 83.

18Dans un premier temps, vers 1313-1320, comme les exemples des villes voisines le laissent penser80, la fortification ne fut constituée que de levées de terre façonnées avec les déblais des fossés, puis à la suite furent érigés dans les fossés des batardeaux de bois ou de pierre pour retenir les masses d’eau nécessaires à sa défense81. Quelques années plus tard débuta la construction des portes, d’abord édifiées en bois : la porte d’Ocre est mentionnée en 131582 ; en 1324-25, des portiers étaient rétribués aux portes Vaqueresse, Olivet, d’Arras, d’Esquerchin, d’Ocre, du Temple et de Rieulay83. La porte d’Arras fut la première réédifiée en maçonnerie, puis les portes d’entrée et de sortie des eaux de la Scarpe (portes d’eau 28, 29 et 67), et la tour carrée de Notre-Dame (porte d’eau 6) donnant accès au courant d’Anchin, suivirent, la porte Morel étant la dernière à l’être en 1344. En 1350, les fronts entre la porte Saint Eloi ou Olivet (porte 11) et le fours des eauwes ou entrée des eaux de la Scarpe (tour 27)84 furent fortifiés et en 1349 les échevins de Douai furent autorisés à ouvrir le courant d’eau venant de la maison de la Brayelle, au-sud-ouest de la ville, pour inonder les fossés85. Vers 1350, l’enceinte de près de 5 300 m de développement était donc achevée dans son tracé. Après cette date et jusqu’en 1394, la documentation plus lacunaire, avant la belle série de comptes du xve siècle, ne permet pas de suivre précisément les travaux : on érigea au moins la tour du Dicb (à l’emplacement de la future tour des Dames) et certaines des tours entre la porte d’Esquerchin et la future tour des Bourgeois.

3.3. Les portes du xive siècle : leurs dispositions architecturales

3.3.1. Les portes d’entrée et de sortie des eaux

  • 86 BRASSART, 1883, p. 168 ; ADN, 66J 943.

19La porte d’eau ou tour carrée de Notre-Dame (porte 6) – mentionnée dans un chirographe du 10 mai 137786 – avait un plan quadrangulaire de 6,50 m environ de côté pour une épaisseur murale comprise entre 1,20 m et 2 m, et était barrée d’une herse (Fig. 11).

  • 87 AMD, DD 217.
  • 88 AMD, CC 209, f° 394.

20Les portes d’entrée et de sortie des eaux de la Scarpe ayant été reconstruites aux xvie et xviie siècles, nous ne connaissons pas leurs dispositions médiévales, à l’exception de la façade extérieure de la dernière représentée sur une vue du xvie siècle (Fig. 12 à 15)87. Cette porte donnait passage aux nefs et autres vaisseaux, mais en 1417 il fallut remaçonner I pillier a pointe, c’est-à-dire le bec d’une culée endommagé par les navires88. Ménagée dans un bâtiment quadrangulaire, elle comportait trois niveaux : – le passage fermé d’une herse ouvert sous un arc surbaissé – un second niveau, éclairé par d’étroits jours, qui devait abriter la chambre de manœuvre de la herse, couvert par des combles à forte pente à la base desquels était juchée une bretèche. La présence sur son flanc gauche d’une archère-canonnière à louche et croisillon permet de penser que la porte avait été transformée au xve siècle.

3.3.2. La porte d’Arras

  • 89 Dans une lettre du 15 septembre 1892, le commandant du Génie refusait la destruction demandée par l (...)

21La porte d’Arras (porte 31) échappa de justesse au démantèlement89, non sans avoir alors été amputée du corps de bâtiment quadrangulaire situé à sa gorge.

  • 90 L’intérieur des tours a été défiguré par un voûtement moderne.

22Elle est constituée d’un châtelet à deux tours90, autrefois accosté à sa gorge d’un corps de bâtiment quadrangulaire comprenant au rez-de-chaussée deux salles rectangulaires. Chacune des tours d’un diamètre de 8,40 m et d’une épaisseur murale de 1,60 m est percée de trois embrasures de tir, l’une à simple fente flanquant le front du passage, les deux autres à terminaison à bêche assurant une couverture frontale et latérale des abords de l’ouvrage (Fig. 16 et 21).

23Le passage de la porte s’ouvrait sous un arc brisé à deux rangs de voussoirs reposant sur un piédroit mouluré : aujourd’hui détruit, ce passage – qui devait être primitivement voûté – avait une longueur de 9 m et était accosté de deux salles étroites (6 m x 2 m) communiquant avec le rez-de-chaussée des tours. Deux arbalétrières à plongée et terminaison à bêche percées au-dessus de l’arcade du passage assuraient le flanquement du tablier du pont (Fig. 17 et 19). Au-dessus de ces arbalétrières, quatre corbeaux incrustés dans les maçonneries devaient soutenir l’extrémité des poteaux d’une bretèche de bois ; celle-ci assurait le flanquement vertical de l’entrée du passage. Entre les deux corbeaux médians une niche, coiffée d’un arc en mitre, abritait une statue.

  • 91 Douai, son histoire militaire, ses fortifications, 1892, p. 37 ; WAGON, 1925b, p. 247, la date de 1 (...)
  • 92 En 1398, on couvrait d’esteulle* une de ses tours (AMD, CC 204, f° 253). Mention en 1324-25 Centre (...)

24La porte d’Arras est généralement datée des années 1312-132091. L’absence de pont-levis à flèches prévu d’origine (Fig. 20), le plan avec rentrant prononcé entre les deux tours, le peu de consistance du corps de bâtiment côté ville, constituent effectivement autant d’archaïsmes qui interdisent de faire remonter sa construction au delà de la seconde moitié du xive siècle, le contexte historique permettant de la situer vers 1330-134092.

3.3.3. La porte Saint-Eloi

  • 93 Elle remplaça la porte d’Olivet mentionnée en 1254, WAGON, 1925a, p. 239. Voir AMD, FF 658 et FF 66 (...)
  • 94 . Lors du remparement du xvie siècle, la porte fut prolongée à sa gorge d’un passage long de 17 m e (...)
  • 95 La voûte externe de la porte, reconstruite en 1853, fut portée à 8 m de hauteur à la clef, la voûte (...)
  • 96 Voir le plan, ADN, 66J/1024,1764.
  • 97 AMD, CC 204, f° 252.

25Détruite lors du démantèlement, la porte Saint-Eloi (porte 11, dite encore porte de Paris), adoptait également la formule du châtelet à deux tours et corps de bâtiment rectangulaire93 (Fig. 22 et 23) ; d’une largeur de 19,50 m pour une profondeur de 14,50 m, avec des tours de 8,20 m de diamètre aux murs de 1,50 m d’épaisseur et un passage d’une longueur de 8 m pour une largeur de 4 m, elle avait des dimensions voisines de l’ouvrage précédent. Ses tours – celle de droite étant accostée d’une pièce quadrangulaire à sa gorge – décrivaient intérieurement un cercle parfait s’empâtant dans un mur droit du côté du passage94, comme sur la porte d’Arras, pour lancer un arc plein cintre formant assommoir. Le passage, s’ouvrant sous un arc brisé en tiers-point95, était couvert d’un berceau brisé supporté par des arcs retombant sur des pilastres engagés à imposte moulurée. Le premier niveau de chacune des tours était percé de cinq arbalétrières à simple ébrasement, ultérieurement transformées en arbalétrières-canonnières par comblement de leur plongée96 En 1398-99, le peintre Jehan Rambot était rétribué de 8 livres, 10 sous pour seu salaire d’avoir repoint des armes de France, de Bourgongne et de le ville les IIII banieres et le fleur de lis assise sur les jummaux* et les avant-pis* de le porte Saint-Eloi97 ; à cette date la porte possédait donc des mâchicoulis.

  • 98 AMD, 200ter, rouleau 4.

26Les caractéristiques fort proches des portes d’Arras et Saint-Eloi et la mention de travaux à ses combles vers 135098, permettent de situer autour de ces années-là sa construction.

3.3.4. Les portes d’Esquerchin et d’Ocre

  • 99 La porte d’Ocre fut modifiée en 1569, selon PLOUVAIN, 1822, p. 237.
  • 100 La porte d’Esquerchin fut reconstruite de 1762 à 1769, selon PLOUVAIN, 1822, p. 237.
  • 101 .AMD, CC 201, f° 319.

27Détruites la première au xvie siècle, la seconde au xixe siècle, les portes d’Ocre (porte 57)99 et d’Esquerchin (porte 46)100 adoptaient un plan identique à deux tours circulaires (d’une largeur maximale de 20 m pour une profondeur de 16 m). Elles devaient également dater des années 1330-1350. En 1391-92, le maçon Nicaise Maillefer restaurait les deux pans dou murs qui font braies* à la porte101.

3.3.5. La porte noeve du Temple ou porte Morel

  • 102 AMD, DD 184, pièce du 24 mai 1346, 5 r° et 6 v°. La porte noeve du Temple doit donc être distinguée (...)
  • 103 En 1400-1401, la porte Morel fut dotée d’avant-pis, c’est-à-dire de mâchicoulis (AMD, CC 206, f° 25 (...)
  • 104 PLOUVAIN, 1822, p. 236 donne les dates de 1774-1779.

28La construction de la porte noeve du Temple ou porte Morel (porte 70), du nom du propriétaire du terrain sur laquelle elle fut érigée, Jaquemon de Landast dit Moriel, remontait aux années 1344-1345. En effet en 1346 la ville arrentait à des particuliers le surplus des terrains qui avaient été expropriés pour la construction de la porte noeve du Temple (le gardin qui fait pointe entre deus cauchies* de devant le porte noeve du Temple), terrains situés entre le temple d’une part et le manage de Reullay qui est ad présent Jaquemon de Landas, dit Moriel, d’autre part. La nouvelle porte remplaçant les anciennes portes Saint-Jacques et des Welz de la première enceinte, les deux nouvelles rues devaient converger en pointe vers elle, ce qui est effectivement visible sur le parcellaire ancien102. Comme les précédentes, la porte Morel adoptait la formule du châtelet à deux tours103. Réédifiée au xviiie siècle104, elle fut détruite au xixe siècle.

3.3.6. La porte Vaqueresse

  • 105 AMD, CC 200ter, rouleau 4.
  • 106 Ou ailerons.
  • 107 AMD, CC 213, 184 r°.

29La porte Vaqueresse (porte 1), probablement construite vers 1350 – il est alors fait mention de travaux à sa charpente105 -, adoptait aussi, antérieurement à sa reconstruction en 1454, la formule du châtelet (Fig. 24). En 1429-30, elle était précédée d’un avant-corps106 qui fut en grande partie réédifié et percé sur chaque flanc de cinq embrasures de tir107.

30Autour des années 1350, la dernière enceinte de Douai se présentait donc sous forme de levées de terre ou terrées – ceinturées par des fossés dont les masses d’eau étaient contenues par des batardeaux –, seules les portes étaient construites en dur. Au sommet de ces levées de terre des palissades et guérites, voire des tours de bois, renforçaient la défense de l’obstacle.

3.4. Les fortifications de la fin du xive siècle et du xve siècle : de la terre à la pierre

3.4.1. Des incitations fiscales du pouvoir bourguignon

31De par le mariage en 1369 du frère de Charles V, Philippe duc de Bourgogne, avec l’héritière de Flandre, Marguerite, fille de Louis de Mâle, Douai devait revenir à la maison de Flandre.

  • 108 AMD, CC 694 et 695. ESPINAS, 1902, p. 259 et sqq.
  • 109 AMD, CC 201, f° 247.
  • 110 TAILLIAR, 1875, vol. 2, p. 17.
  • 111 ESPINAS, 1902, p. 260.

32Dès son avènement au comté de Flandre, Philippe le Hardi favorisa la poursuite des travaux aux fortifications : considerans les ouvrages et fortiffications pieca encommenciees en notre bonne ville et forteresse de Douay, il accordait en 1384 l’autorisation de lever des assises et maltôtes dont le produit devait y être affecté, autorisation renouvelée en 1385 et 1402108. En 1392, les officiers du duc de Bourgogne venus vérifier les comptes de la ville insistaient auprès des échevins pour que les ouvrages plus necessaires a la fortiffication de la ville soient fait avant toute œuvre109, évoquant à demi-mot la construction, entamée en 1390, du beffroi. En 1405, Jean sans Peur, inspectant les fortifications, estimait qu’il fallait travailler en priorité aux fronts situés entre les portes Morel et d’Arras qui n’étaient encore constitués que de simples murs de terre et paillotis110. Les pressions, accompagnées d’incitations fiscales, du pouvoir souverain pour accélérer le rythme des travaux apparaissent évidentes ; Georges Espinas avait justement fait remarquer que les fortifications avaient été plus imposées par le pouvoir que désirées par la ville111.

  • 112 AMD, CC 608.
  • 113 AMD, CC 623.
  • 114 AMD, CC 227.
  • 115 AMD, CC 704 à 708, CC 707 ; ESPINAS, 1902, p. 259 et sqq., soulignait que l’entretien des fortifica (...)

33Au cours du xve siècle, le financement des fortifications fut partiellement assuré par la constitution de rentes viagères permettant la levée d’emprunts : autorisations du duc de Bourgogne Jean sans Peur de créer des rentes viagères jusqu’à 500 couronnes et plus pour en affecter le produit aux fortifications112, de Philippe le Bon le 6 mai 1440 de vendre 300 francs de rentes viagères au capital de 5 ou 6 000 francs affectés spécialement à ces dernières113 et, en 1446, de lever 1 400 livres parisis destinées aux aides et fortifications114. Des lettres patentes (en 1475, 1477, 1486, 1487, 1494, 1521) autorisaient encore la levée de nouvelles taxes dont une partie du produit devait être affectée aux fortifications, ou encore en 1494 à la façon de plusieurs tours, boulvers, douves, fausses brayes* et moineaux115.

3.4.2. La construction des murailles des fronts méridionaux

  • 116 AMD, DD 186, voir PJ 5 ; ESPINAS, 1902, p. 488-489.
  • 117 Totalisant 136 pieds de maçonnerie, soit 41 m ce qui donnerait à chacune de ces tours un diamètre d (...)

34En 1376 le maître-maçon lillois Jehan dou Loussegnot était rétribué de 351 francs pour la construction – probablement entamée dès 1375 – de 947 pieds (environ 280 m) de muraille entre les portes Saint Eloi (porte 11) et d’Arras (porte 31)116, murailles de grès de 21 pieds (environ 6 m) d’élévation renforcées de 5 demi-tours de 24 pieds (environ 7 m) d’élévation117.

  • 118 Et une saillie sur l’escarpe comprise entre 2,80 m et 4 m.
  • 119 AMD, O2 846.

35Les fronts méridionaux de l’enceinte entre la porte Saint Eloi (porte 11) et la tour des Bourgeois (tour 44) furent édifiés dans le dernier quart du xive siècle (Fig. 25 et 26). Ces courtines, partiellement conservées à la fin du xixe siècle, reposaient sur des arcs de fondation de 3,40 m à 4 m de portée retombant sur des piédroits de 1,30 m d’épaisseur. Elles étaient flanquées de tours semi-circulaires – dont le diamètre variait de 5,60 m à 6,60 m en fondation, pour une épaisseur murale comprise entre 1,30 m et 1,40 m118 – disposées tous les 40 à 55 m. Construites en brique sur soubassement de grès, elles possédaient à l’origine deux niveaux voûtés percés d’arbalétrières à bêche119.

3.4.3. Construction de quatre tours et des courtines entre les portes d’Esquerchin (porte 46) et d’Ocre (porte 57), 1394-98

  • 120 Maçonneries réalisées par le maître-maçon Jehan Mourart à 28 francs le cent de pieds (soit 265 fran (...)
  • 121 AMD, CC 203, fos 439-440. Dépense de 4 livres, 7 s., pour frais et despens de bouce et gratificatio (...)

36En 1394, débutait la construction, sur un front de 983 pieds ou 295 mètres (sur les crestes* de le darraine forterreche) entre les portes d’Esquerchin et d’Ocre, de quatre tours et de courtines, en pierre commune d’Antoing pour les fondations, en grès pour le soubassement, en brique pour le reste de l’élévation. Le terrain, marécageux, fut asséché à l’aide d’un engien* a sacquier yaue, puis grillagé de pilotis par le maître-charpentier Jacques de Ferin, aidé de Roisin Turquet et de Jehan de Vitry120. Le 13 avril 1394 une expertise eut lieu en présence des VI-Hommes, du maître-charpentier Jacques de Ferin, des maçons Gillot le Duc, Colart Maillefer, Jehan Mourart et de Simon le Fossier (ou Bertoul, adjudicataire du marché des tranchées de fondation) et d’autres encore, pour avoir advis desdis machons a savoir si le fonds* de le seconde tour estoit bons et souffisans parmy le pilotage que on y faisoit, liquel respondirent apres ce que il l’eurent advisé que on s’y pooit bien asseurer121.

  • 122 AMD, CC 203, f° 467. Une dépense de 60 sous fut comptabilisée pour les fiais et despens et les maço (...)

37Le 30 juillet 1394, les maçons posèrent la première pierre de l’œuvre et reçurent à cette occasion un vin de courtoisie. Le 7 novembre de la même année, les échevins, les VI-Hommes, Simon le Wintre, responsable des comptes ou clerc des VI-Hommes, Jacques de Ferin, Gillot le Duc, Colart Maillefer et Simon le Fossier allerent sur les crestes entre les portes d’Esquerchin et d’Ocre tant pour adviser les murs, tours de grés et de brique que Jehan Mourars avoit fait comme pour avoir adviser sur plusieurs ouvrages qu’il disoit avoir fais as dis murs et tours plus qu’il ne devoit faire par le terme de sen marquiet122. La disparition des comptes suivants ne permet pas de connaître la suite des travaux : on peut estimer que trois campagnes complémentaires (1395, 1396, 1397) furent nécessaires pour les achever.

38Dès 1398, l’activité se transporta sur les fronts compris entre la porte d’Esquerchin et l’entrée des eaux de la Scarpe.

3.4.4. Travaux sur les fronts de la porte d’Esquerchin (porte 46) à l’entrée des eaux de la Scarpe (porte 29)

  • 123 AMD, CC 204, 250 et 253.

39La mention, à la fin de l’année 1398, de la couverture provisoire en chaume (waras* d’esteulle) de la tour des Bourgeois (grosse tour courniere* vers le porte d’Esquerchin) et de l’une des tours de la porte d’Arras123, indique que ces tours étaient en construction.

  • 124 Mention des 1255 environ du fosset del four des aives (TAILLIAR, 1849, p. 225) de la première encei (...)
  • 125 AMD, CC 204, f° 236.

40En 1399, le principal chantier concerna la construction de la tour des Hours (tour des fours de yaues ou grosse tour du baillé* dite ultérieurement des Hours)124 (tour 27) qui, à proximité de la porte d’entrée des eaux ou tour du Baille, devait contrôler l’écoulement de la Scarpe dans les fossés du front Saint-Eloi. Le Magistrat de Douai adressa des lettres aux échevins des villes de Valenciennes, Cambrai, Lille et Courtrai, contenant qu’il leur pluist faire publier deux marquiés, l’un de fosserie* et l’autre de machonnerie, que on avoit intencion de faire devers les ventelles du baile et en four des yaues a le fortreche125...

  • 126 AMD, CC 204, f° 288.
  • 127 AMD, CC 205, fos 300 et 308. Des travaux de détail sont mentionnés en 1401 ; AMD, CC 206, f° 247.
  • 128 Marché de 150 livres pour la restauration de la ronde tour du Baille en 1430 (AMD, CC 213, fos 183, (...)

41Les travaux débutèrent à la bonne saison, la première pierre étant posée le dernier jour du mois d’avril 1399 lors d’une cérémonie qui vit les maçons gratifiés de 48 sous. Le paiement des entrepreneurs eut lieu en septembre de la même année : Simon le Bertoul fut rétribué de 260 livres (pour sen sallaire d’avoir fait et fouy les fondations dou dodasne* de le ronde tour et de deux pans de mur fais et eslevés de machonnerie sur le riviere au dehors des ventelles des fours des yaues par le maniere et sur les conditions qu’il en fu marcandé a lui, en tasque* a cry et a descroix...) et les maçons Colart Maillefer, Gilles Leduc et Jehan Mourart de 495 livres (pour leur sallaire d’avoir mâchonné et fait et eslevé cellui dodasne, tour et deux pans de mur qui y sont au lez ainsi qu’il fu devisé et ordené par marquiet* fait a eulx...)126. La dépense du chantier pour cette année-là peut être estimée à plus de 1 000 livres. Le dernier niveau (darrain estage) de la tour fut monté au cours de la seconde campagne, car en 1400 on pavait de briques sa loge et on réalisait la chape du batardeau (l’encapronnement* dou dodane encommencé au dehors du ventelle* des fours des yaues)127. Mais comme nous n’avons pas mention de la pose de ses combles qui pourtant existaient en 1430 – lorsque les maçons Jaquemart de Vismy et Ghillain des Moustiers les remplacèrent par une terrasse-, il faut penser que les travaux se continuèrent après cette date, d’autant que le maître-maçon entrepreneur n’était rétribué qu’en 1401128.

  • 129 La confrontation de deux plans, l’un de 1820 (AGV, carton 7,15/14) et l’autre de 1826 (ADN, 66 J 93 (...)

42Plantée sur une avancée des murailles à gauche de la porte d’entrée des eaux de la Scarpe (Fig. 27 à 30), la tour, de plan circulaire, s’élevait sur deux niveaux érigés sur un fort soubassement. Le premier niveau, de 10,50 m de diamètre pour une épaisseur murale de 2,10 m, était couvert d’une salle voûtée en coupole, dotée d’une cheminée et percée de trois embrasures de tir, une axiale et deux latérales (celle de gauche ultérieurement remaniée en canonnière) : leur chambre large de 2 m avait des parois ébrasées et une hauteur de 2,60 m sous une voûte surbaissée. Un escalier à vis reliait cette salle – à partir de laquelle se faisait la manœuvre des vannes de l’écluse la traversant de part en part129 – au niveau supérieur. Ce second niveau, aux murs épais de 1,80 m, était éclairé par quatre fenêtres à fonction défensive. Un couloir coudé ouvert à l’extrémité gauche de la salle du premier niveau débouchait au xixe siècle dans les fossés, mais avait été conçu à l’origine pour donner accès aux fausses-braies. Deux murs latéraux, en grès, percés de deux embrasures de tir, reliaient la tour aux courtines du corps de place.

3.4.5. Les défenses avancées des portes : les bailles

  • 130 AMD, CC 205, fos 303, 308 et 309. Les bailles de la porte Saint-Éloi sont mentionnées en 1426 (AMD, (...)
  • 131 AMD, CC 213, 1429-30, 161 v° : les bailles avaient 11 pieds et demi de longueur, 3 pouces et demi d (...)
  • 132 A Gillot de Gand, Carpentier, pour V jours demy tant a retailler et esguisier pluiseurs flasques de (...)
  • 133 Audit Colart Mailefer machon audit mois pour seu sallaire d’avoir fait de machonnerie I pan de mur (...)
  • 134 A Jehan Cornet et Jehan Bauduin, machons, pour leur tasque et sallaire d’avoir fait et machonner po (...)

43Les mentions des bailles sont nombreuses au début du xve siècle : bailles de la porte Vaqueresse, grande baille de la porte d’Esquerchin, bailles de la porte d’Arras dont on remaçonne les pilliers en 1400, bailles au dehors le porte Morel en 1401130, etc. Ces bailles, ou barrières derrière lequelles s’abritaient arbalétriers et archers, constituaient un premier poste de défense contre les tentatives de surprise d’un parti adverse (Fig. 32). Elles étaient constituées des palis – pieux de chêne à la pointe aiguisée131 fermés par des planches horizontales ou ventrières, parfois même par des barres de fer – contre lesquelles des terres étaient massées, en maniere de bollewercq132. Elles étaient souvent renforcées ou accompagnées de murs de maçonnerie : en 1401 le maçon Jehan Loffroy réalisait sur le fossé de la porte Vaqueresse et entre les deux flancs des bailles, un mur de pierre (long de 21 m, haut de 4,50 m et épais de 1,50 m) et le maçon Collart Maillefer en construisait un second de 4,80 m de hauteur sur 1,20 m d’épaisseur133. En 1439-40, on érigeait des murs de brique contre celles de la porte Saint-Éloi134.

4. L’adaptation des fortifications à l’artillerie à feu au xve siècle

  • 135 Par exemple en 1401, trois maçons étaient rétribués de 24 livres pour avoir repavé les entaulemens* (...)
  • 136 Avoir mis jus pierres au tour de l’anchienne forteresche de la ville depuis le porte a l’Estanque j (...)

44Autour des années 1400, Douai présentait le visage d’une ville-forte dont l’enceinte était toujours constituée de levées de terre, sauf les portes et quelques tours et courtines des fronts méridionaux et occidentaux construites en maçonnerie, mais l’enceinte primitive de la ville ne fut pas abandonnée puisque des travaux d’entretien y sont mentionnés jusqu’aux années 1430135, époque du début de son démantèlement136. La rivalité franco-bourguignonne contribua à accélérer le rythme des travaux aux fortifications, Douai, de par sa situation aux frontières méridionales des États bourguignons, restant sous la menace d’une attaque des armées françaises : la construction de boulevards en 1414-15 fut la conséquence directe du siège mis devant Arras en 1414 par le parti Armagnac. Outre l’achèvement du circuit des murailles, il fallait adapter les fortifications à l’artillerie à feu, utilisée par l’attaque à partir des années 1400, les bombardes, pièces de gros ou très gros calibre tirant des projectiles supérieurs à 100 kg, étant capables, par quelques tirs bien ajustés, de ruiner les murailles.

4.1. Les travaux entre la porte Morel (70) et la tour du Dich de la Trinité (79), 1405

  • 137 Voir supra, 3.4.1.
  • 138 AMD, CC 207, f° 279.

45A la fin de l’année 1405 débuta la construction entre la porte Morel (porte 70) et la tour du Dich* de la Trinité (tour 79) de 4 020 pieds (1 205 m) de mures* de terre ordenés a faire pour la deffence de le ville sur les crestes de le fortereche, construction qui semble en relation directe avec la visite cette année-là du duc de Bourgogne qui incita le Magistrat à accélérer le rythme des travaux137. En novembre 1405, le maître-maçon Colart Maillefer fut rétribué de 442 livres pour le fondation et ouverture de fosserie desdis mures de brique et de terre de nouvel fais entre le dite tour du Diq et le porte Moriel : l’ancienne levée de terre fut restaurée sous forme d’un rempart constitué d’un mur interne épais de 40 cm en fondation et de 30 cm en élévation recevant un talus de terre de 1,80 m de hauteur pour une largeur de 75 cm, talus couvert de deux assises de brique ; tous les 30 mètres furent percées trois archères-canonnières de grès et de brique138.

4.2. La construction des premiers boulevards d’artillerie, 1410-1415

46A partir de 1414 des boulevards (bollewers*), ouvrages avancés de bois et de terre conçus pour résister aux tirs d’artillerie de l’assaillant et permettre à la défense de riposter furent construits sur les fronts les plus vulnérables (Fig. 33).

  • 139 AMD, CC 208, 447-448.
  • 140 Ib., f° 395.
  • 141 AMD, CC 208, fos 445-446 : A Jehan de Raucourt, machon, pour seu salaire d’avoir machonné le fondat (...)
  • 142 AMD, CC 209, f° 430 et CC 215, f° 96 r°.
  • 143 Car situé à côté de l’abbaye du même nom. La ville fut condamnée en 1415 à une amende de 173 couron (...)
  • 144 AMD, CC 208, f° 399. On livrait des chênes pour le bollewert des Pres (ib., f° 454) ; pour la const (...)
  • 145 AMD, CC 209, fos 387, 393 et passim.
  • 146 AMD, CC 213,1429-30, f° 151.

47Les travaux du boulevard de la porte d’Esquerchin (boulevard 47) – entamés en 1414, du temps que l’ost du Roy Nostre Sire fu devant le ville d’Arras – allusion au siège de cette ville par les Armagnacs au cours de l’été 1414139 s’achevaient en 1415. Les pavés de la vieille chaussée d’Esquerchin furent défoncés pour y mettre quesnes de travers dont les palis* sont assis sur les deboux140 et une nouvelle chaussée (un coppon* de neufve cauchie*) réalisée pour ce que l’entrée dudit bollewert se soit faicte de costé141. Sa porte, percée sur son flanc droit afin de la défiler des tirs directs de l’artillerie, avait son passage flanqué d’un corps de garde doté d’une cheminée142. Deux autres boulevards de bois et terre furent encore élevés en 1414, le premier devant la porte Vaqueresse (porte 1), le second, dit des Prés143, au point de rencontre des fronts nord et ouest (au saillant de la tour 64) qu’il découvrait parfaitement tout en croisant ses feux avec celui de la porte d’Esquerchin. Le boulevard des Prés était entouré de fossés dont les eaux étaient retenues, en 1417, par un batardeau de grès, à chape de brique, percée d’une tenure d’eau ou écluse144 pour pratiquer des chasses d’eau vers le front nord des fortifications. Les escarpes de ces boulevards, érigées en bois et terre, étaient retenues par des coffrages de bois constitués de pilots ou pieux de 7 pieds de hauteur fermés par des ventrieres* et des croustes* de 5 pieds de longueur (Fig. 65). Contre les pilots, des flasques* de 8 pieds de longueur sur un pied de largeur tenaient les terres des voies*145 ; leur rempart, couvert de plaques de gazon, étaient percé de canonnières146.

4.3. Les tours d’artillerie

4.3.1. La construction de la tour des Dames (1426-1428)

48L’angle nord-ouest de l’enceinte urbaine fut flanqué jusqu’en 1426 par la tour du Dich reconstruite à cette date sous le nom de tour des Dames (tour 64) (tour de grie’s de nouvel commenchié au lieu et place ou soloit estre le Dic* se’ans entre le porte d’Ocre et le porte de l’eave a l’opposite et contre l’abeye des Préz...), la première en date des tours d’artillerie de Douai (Fig. 34 à 40).

4.3.1.1. Campagnes de construction

  • 147 AMD, CC 210, 247-249 et 318.
  • 148 Robert MICHEL, « La défense d’Avignon sous Urbain V et Grégoire XI », Mélanges d’archéologie et d’h (...)

49Le chantier de la tour des Dames débuta en avril 1426 par la destruction de la tour du Dich et du boulevard* de l’abbaye des Prés, qui estoit deriere le tour du Dich, dont les éléments de charpente furent réemployés pour les pilotis de la nouvelle œuvre. La brèche occasionnée dans l’enceinte par la destruction de la tour fut fermée provisoirement par une clôture de bois, à côté de laquelle on construisit une guérite pour loger ceux qui sont de nuit a le garde de le ville et une bastille de bois, entre la tour en construction et le dodasne qui la précédait, pour deffendre le vennue en icelle147. Comme à Avignon dans les années 1360 où, au moment de la construction des portes de l’enceinte on recruta des mercenaires148, on multiplia alors à Douai les mesures de garde.

  • 149 AMD, CC 210, fos 210 et 248.
  • 150 .AMD, CC 210, f° 251.

50En avril et mai, on stocka les matériaux, en particulier les pierres de marbre provenant d’Antoing par la Scarpe et convoyées sur des nefs jusqu’à la porte de sortie des eaux149. Les maçonneries de l’ancienne tour furent démontées et les pierres en provenant triées pour être réutilisées150. Jusqu’au mois de juin l’essentiel des travaux concerna la préparation et la taille des matériaux lithiques, au fur et à mesure de leur déchargement ou de leur arrivée sur le chantier.

  • 151 Une vingtaine de maçons et 4 apprentis en juillet, 19 maçons et 4 apprentis la seconde semaine du m (...)
  • 152 Sur un budget (dépenses) de 29 456 livres, on consacra 4 400 livres, 8 sous, 6 deniers à la tour de (...)

51La première pierre de la tour fut posée le 4 juillet 1426 en présence des échevins de la ville, des contrôleurs des travaux, des maîtres-maçons et charpentiers. Jacquemin de Vismy et Guillain des Monstriers eurent la responsabilité de conseiller* bien et loyalment, solliciter l’ouvrage de machonnerie d’icelle tour, Nicaise Turquet de viseter et administrer* les ouvriers de charpenterie. Dès lors le chantier connut une activité soutenue et une vingtaine de maçons ou plus y sont régulièrement attestés jusqu’à sa clôture fin octobre151, date à laquelle les maçonneries furent couvertes contre les intempéries hivernales : elles étaient alors élevées de 8 m, ce qui correspond à l’implantation du soubassement plein et du premier niveau de la tour jusqu’au sommet de l’extrados de la niche des embrasures de tir. S’il est fait mention dès 1426 de ces dernières, vraisemblablement mises en place durant cette campagne, nous n’avons pas mention de leur voûtement ce qui vient confirmer les limites assignées à cette campagne152.

  • 153 Ou ailerons.

52En l’absence des comptes de l’année 1427, les limites de la seconde campagne ne peuvent être précisées que par référence à la précédente : on procéda au voûtement de la salle du premier niveau et de ses embrasures de tir et on monta les premières assises du second niveau ; ses flancs153 furent achevés au cours de cette campagne.

  • 154 AMD, CC 211, fos 175 et 186, CC 212, f° 145 ; quatre gargouilles de grès évacuaient les eaux pluvia (...)
  • 155 AMD, CC211, f° 186.
  • 156 AMD, CC 211, 175 v°. Marché de 999 livres, dont les maçons reçurent 972 livres sur un total de 2 56 (...)

53En 1428, on éleva le second niveau de la tour sur 27 ou 28 pieds (8,50 m), et sa terrasse, pavée en grès de Bugnicourt maçonné avec enduit d’étanchéité, couverte d’un comble en retrait154 ; fin novembre, le démontage de la grue qui avait servi à tirer les matériaux marqua la clôture du chantier155. L’œuvre de maçonnerie avait été conduite selon la procédure du marché par les deux maîtres-maçons qui avaient eu précédemment la direction du chantier, Jacquemin de Vismy et Guillain des Moustiers156.

  • 157 Restauration en 1479 de deux canonnières, réédification des combles détruits durant les guerres, AM (...)

54Des travaux de restauration mineurs la concernèrent en 1479, mais en 1540 elle perdit son niveau supérieur recouvert d’une toiture légère et sa gorge fut remparée157.

4.3.1.2. Analyse architecturale de la tour des Dames

55La tour des Dames, épargnée par le démantèlement, ne conserve que son premier niveau constitué par une salle circulaire et des flancs ou ailerons*.

56La pierre d’Antoing fut employée pour les fondations et les marches d’escalier à vis, le grès de Bugnicourt pour les parements externes et les encadrements des ouvertures des parements internes, la brique pour les voûtes et les parements internes (Fig. 41).

  • 158 Une embrasure a été transformée tardivement en porte.
  • 159 Il semble que le niveau de la salle ait été abaissé de 60-70 cm à une époque indéterminée, comme en (...)

57La salle décrit un cercle de 15 m de diamètre hors-œuvre, de 7 m de diamètre dans-œuvre pour une épaisseur murale de 4 m (Fig. 36, 42 à 48). Elle est couverte d’une coupole de brique, percée de quatre embrasures de tir – deux latérales, deux frontales – et dotée d’une cheminée158. Elle communique avec les flancs par un couloir dont les parois sont percées de deux ouvertures – celle de gauche donnant sur un réduit à usage de latrines et sur le palier d’une tourelle d’escalier à vis – celle de droite dans une petite pièce quadrangulaire à usage de poudrière ; cette dernière, dont les murs sont élégis par deux niches aveugles, était éclairée primitivement par une fenêtre prenant jour à sa gorge159.

58Le second niveau – qui devait être doté, à l’instar du premier, de quatre archères-canonnières – était couvert d’une terrasse, où débouchait la tourelle d’escalier à vis, bordée d’un parapet à mâchicoulis percé d’une douzaine d’embrasures de tir. La tour avait une vingtaine de mètres de hauteur du fond des fossés au sommet du parapet, outre les combles établis en retrait sur la terrasse.

59Les flancs rattachant la tour aux courtines avaient 15 m de profondeur pour 9,30 m de largeur hors-œuvre (13,50 m de profondeur sur 5,50 m dans-œuvre) et enfermaient un espace à l’air libre à la gorge duquel une porte donnait accès à un couloir ménagé à travers l’enceinte. Près de l’accès à la salle circulaire, des vannes permettaient la manœuvre d’une écluse. Chaque flanc, aux murs épais de 1,90 m, était percé de 2 archères-canonnières au premier niveau, de 6 ou 7 embrasures au second niveau, celui du chemin de ronde accessible par un escalier pris dans l’épaisseur du mur.

60A l’extérieur, la naissance du premier niveau de la tour comme de ses flancs est soulignée par un larmier constitué d’une assise abattue que surmontent, le long des seuls flancs, des gargouilles.

4.3.2. La construction du front de la porte Morel à la porte Notre-Dame, vers 1430-1435.

61En 1432 s’achevait la reconstruction du front de la porte Morel (porte 70) à la tour de la Trinité (tour 79). Au lieu des mures de terre et garites de bos ja tout tourné en ruyne et desolacion, avaient été édifiées, depuis la maison d’un dénommé Jehan de Hem jusqu’à la porte Morel, des courtines en brique sur 1 281 pieds (soit environ 400 m) percées de canonnières et archieres et flanquées de cinq tours dont les IIII sont eslevéz, dowees*, couvertes et parfaites et l’autre est eslevee jusques au deseure des terres...

  • 160 .AMD, CC 214, f° 161.
  • 161 AMD, AMD, CC 214, f° 147 v° et sqq.
  • 162 AMD, AMD, CC 214, f° 47.

62Ces travaux furent conduits tant par tasque* que journées durant 32 semaines du lundi 3 mars au samedi 11 octobre 1432. Le marché de maçonnerie, passé en début de saison, en halle, selon la procédure à la chandelle160, fut obtenu par Jean de Banaix, maître-maçon et tailleur de pierre, rétribué de 1 160 livres pour le fachon, edifficacion et ordonnance de IIII tours par luy faittes et ediffyés esdits murs161... Le maître-maçon de la ville, Jacquemin de Vismy, n’eut qu’un rôle de surveillance du chantier et de réception des matériaux en particulier du grès de Bugnicourt162.

63Cette campagne dut se continuer au moins jusque 1435 et édifier les tours Saint-Jean (tour 75), Saint-Martin (tour 77) et Saint-Jacques (tour 78).

  • 163 Ces tours furent démantelées du xviie au xixe siècle, la tour du Dicq dès avant 1627 ; la clef de v (...)
  • 164 Jehan de Banaix réalisa la taille de 20 rayeres à 4 livres et de 8 canonnières à 25 sous chacune.
  • 165 AMD, CC 214, 148 r°.
  • 166 AMD, CC 215, f° 103.

64Ces tours (Fig. 49 à 56), tours Saint-Christophe ou des Pestiférés, Sainte-Barbe, Saint-Antoine ou de Paix, Sainte-Catherine ou de Sin, Saint-André163, adoptaient un plan circulaire avec tourelle d’escalier à vis à la gorge, et en élévation deux niveaux percés d’archères-canonnières164 surmontés d’une terrasse avec combles en retrait. Les tourelles d’escalier à vis étaient couronnées de heuses* de plomb et de bannières d’airain peintes par Colart Hanoye165. En 1437, les parapets des tours et courtines, depuis la porte Morel jusqu’à la tour Saint-Jacques (tour 78), étaient munis de mantelets de bois166.

4.3.3. Reconstruction d’une partie du front de la porte d’Ocre, 1436-1439

65Les courtines du front de la porte d’Ocre furent reconstruites à partir de la saison 1436 et flanquées de deux tours dites de Saint-Georges et de Saint-Sébastien (tours 59 et 60).

  • 167 AMD, CC 215, 103 r°.
  • 168 AMD, CC 215, 98 v°.

66Le chantier fut conduit en régie directe par le maître-maçon de la ville, Jacquemin de Vismy qui, au début de la saison 1437, traça au sol leur plan – dont les fondations avaient été élevées la saison précédente – et en monta les premiers niveaux : A maistre Jaques de Vismy, maistre machon de la dite ville, pour V jours et demy tant a mettre et assir I sicqueron* pour le point moyen* des tours Sainct Jorge et Sainct Bastien et fait sur le fondacion et engressement* desdites tours plusieurs trés* et enseignemens* des huisseries* et cannonieres dicelles, comme avoir encomenchié a machonner et assir pierres et bricques sur ladite tour Sainct-Bastien a XI sous le jour..., III livres167. Jacquemin de Vismy donna en outre aux machons qui ouvrent de taille pour le ville les maulles* qu’il appartient pour les rayeres* et canonnieres168...

  • 169 AMD, CC 215, f° 112 et sqq.

67A la fin de l’année, les deux tours étaient achevées avec leurs mâchicoulis (avant-pis) et leurs combles d’ardoises169 ; les courtines longues de 200 m qui les reliaient étant en cours d’élévation. Le chantier marcha très vite, puisque les deux niveaux des tours furent montés en une seule campagne.

  • 170 AMD, CC 215, fos 103, 111, 119.

68Jacquemin de Vismy assura non seulement la direction de l’œuvre, mais y travailla encore ; pour la première fonction il fut rétribué d’une somme de 60 livres, pour la seconde d’un salaire journalier de 12 sous170. De nombreux maçons le secondèrent dans sa tâche, Guillaume Jozelet, Jehan de Banaix, Colin Archon, Pierrot Quarchion rétribués 12 sous par jour, Jehan Maillefer fils, Jehan Turquet, Colart de Banaix, fils ou frère de Jehan Banaix, Jehan Patail, Ernoul le Tassart rétribués 8 sous par jour, Jaquemin de Gand 7 sous par jour, Gillet Saudouvien 4 sous, etc. Guillaume Jozelet joua un rôle technique particulier en réalisant, par exemple, la voûte du second niveau de la tour Saint-Georges, après que Jacquemin de Vismy en eut tracé le départ.

  • 171 AMD, CC 215, 107 v°.
  • 172 .AMD, CC 215, 112 v°.

69Elles comportaient deux niveaux voûtés, le premier ou bas estage construit en grès, le second on premier estage édifié en brique, chacune de leurs salles étant percée de trois archères-canonnières171 et couverte d’une coupole. Le second niveau possédait deux huisseries*, l’une pour entrer ens ladite tour, l’autre pour de ladite tour entrer en le montee ad vir*, outre une cheminée à manteau. Un parapet à mâchicoulis percé de 10 fenêtres de tir (rayeres etfenestres) en ceinturait le sommet qui portait en retrait une ronde tour de bricque coiffée de combles172. Un escalier à vis, ménagé dans une tourelle éclairée par deux jours, desservait les différents niveaux.

  • 173 PJ 7.

70Jacquemin de Vismy donna les modèles (maulles) des archères-canonnières dont les grès, fournis par Guillaume Jozelet, briseur de la carrière de Bugnicourt, furent taillés avec leurs aides par Jehan de Banaix et Colin Archon, machons et ouvriers de taille173.

71Les deux tours possédaient quarante embrasures de tir dont vingt (croisiés) avaient une fente verticale dotée d’une mire horizontale et vingt autres une bouche carrée de 20 à 22,50 cm d’ouverture pour le tir des armes à feu. Au total vingt rayeres croisees devaient surmonter vingt canonnières, soit dix embrasures pour armes mécaniques à croix et dix archères-canonnières par tour. Comme chacune des salles possédait 3 archères-canonnières, il existait à chaque niveau deux archères-canonnières supplémentaires qui ne pouvaient se trouver que sur les flancs. En final, les deux premiers niveaux étaient dotés de cinq archères-canonnières à bêche et mire horizontale et le parapet de la terrasse de dix embrasures à fente simple. La tour Saint-Georges, qualifiée de grosse tour, était d’autre part dotée d’une bahotte*, niche pour le stockage des poudres.

4.3.4. Construction du front de Barlet (de la porte Vaqueresse ou Notre Dame à Saint-Eloi) 1440-1455

4.3.4.1. Fondation et élévation de 5 tours

  • 174 AMD, CC 216, 3 v° et 4 r°.
  • 175 AMD, CC 216, 71 r°, 73 r°
  • 176 AMD, CC 216, f° 75.
  • 177 AMD, CC 216, 79 r° ; ils furent rétribués 40 sous par jour, plus leur dépense de bouche, soit pour (...)
  • 178 AMD, CC 216, 85 v° et 79 r°.
  • 179 .AMD, CC 216, 85 v°.
  • 180 AMD, CC 216, 89 v°, 90 r°.

72En 1440, les échevins reçurent l’autorisation du duc de Bourgogne, Philippe le Bon, d’emprunter les sommes nécessaires au curage sur 3 000 pieds des fossés du front de Barlet et à la construction de cinq tours entre les portes Saint-Eloi (porte 11) et Vaqueresse (porte 1), car a l’encontre desdists fosséz de la porte Saint Eloy et le porte Vaqueresche qui est de très peu de valleur et de deffence, n’a nulles tours pour deffendre les murs174 (Fig. 57). Le chantier débuta en avril par les travaux de fondation des tours dont la pose de la première pierre en mai, et juin (pour les tours David, Psalmon ou Salomon) (tours 5, 7), fut à chaque fois accompagnée d’une cérémonie et d’une gratification faite aux maçons175. La première pierre de la tour cornière prés Saint-Eloi ou de Bourgogne (tour 10) fut posée le 12 juillet à la suite d’une expertise du sol de fondation176, celle d’une quatrième tour, dite des Six-Hommes (tour 8) le 2 août. Peu de temps après, le 12 août, le maître-charpentier Jehan Turquet et des représentants des VI-Hommes visitaient les travaux de fondation, visite au cours de laquelle des problèmes nécessitèrent l’expertise des deux maîtres-maçons de Lille et Béthune, Fremin Desgreaux et Jehan Pinchon177. La première pierre de la dernière tour, dite tour Alexandre (tour 9), fut posée le 30 août. L’adjudication du marché des maçonneries eu lieu le 8 mai 1440 à 9 livres le pied pour deux grosses tours et à 6 livres le pied pour une petite tour178. Le chantier ferma dans les derniers jours d’octobre, après que l’on eût recouvert les maçonneries de terre et de briques contre les infiltrations d’eau et le gel. Le maître-maçon adjudicataire des travaux, Guillain des Moustiers, fut rétribué après divers décomptes de 790 livres179. Dans le même temps, Baudart de Poulre, dit Mioncre, travailla aux fossés de ce front dont la largeur fut portée à 100 pieds ou 30 m180.

  • 181 .AMD, CC 217, f° 95.
  • 182 AMD, CC 217, fos 92 à 96.
  • 183 AMD, CC 217, 97 r° et sqq. Les ailerons furent agrandis et surélevés par rapport au devis primitif.

73Le compte suivant n’étant pas antérieur aux années 1444-45, nous ignorons l’activité du chantier entre 1441 et 1444. En 1445, on achevait la tour David ; en avril, on réalisait 12 cintres pour les arques des cannonieres et archieres de ladite tour et, en mai, IIII noefs chintres* pour servir aux cannonieres des ailerons* de ladite tour181, en juin, on réalisait une estanture*pour sur icelle tourner le huvet (coupole du premier estaige) et, en juillet, on voûtait le second niveau182. En septembre, les entrepreneurs Jehan de Hesdin et Willame Jozelet furent rétribués de leur tâche et reçurent en outre, après expertise, 33 livres supplémentaires pour des travaux non prévus dans le devis initial.183.

  • 184 AMD, CC 217, f° 97. Les matériaux devaient être fournis par l’entrepreneur ce qui expliquerait la d (...)

74Les travaux de maçonnerie se montèrent à 842 livres, somme à laquelle il faut ajouter environ 150 livres pour les fondations et plusieurs centaines de livres pour les combles montés en octobre184.

  • 185 AMD, CC 219, fos 70 r°, 78 v°.
  • 186 AMD, CC 219, 77 v° ; voir PJ 13.
  • 187 .Voir PJ 2.
  • 188 AMD, CC 219, fos 82 v°, 83 r°.

75Nous ignorons la nature des travaux conduits de 1448 à 1450 : on peut néanmoins penser que le second niveau de la tour des VI-Hommes fut élevé en 1450, car à la fin de cette saison on couvrait de roseaux le faux comble qui devait le protéger du battement des yaues et, en 1451, on travaillait à sa terrasse et à son parapet185. En 1451, Guillain des Moustiers et Miquiel Huart firent chacun un devis pour l’achèvement de la tour Alexandre186, dont le marché fut pris par Miquiel Huart et Fremin d’Arras187 ; mais en 1452, les maçons Antoine Leclerq, Guillaume le Josne et Jehan Bourgeois y réalisait divers travaux complémentaire, selon un marché de 129 livres de Flandre adjugé le dernier jour d’octobre 1451188.

  • 189 AMD, CC 220, 87 r°.

76La même année 1452 Miquiel Huart et Fremin d’Arras achevaient le premier niveau et commençaient à monter le second niveau de la tour Psalmon dont les devis de maçonnerie et de taille de grès avaient été donnés auparavant par Miquiel Huart, devis prévoyant pour cette tour les mêmes dispositions que pour la tour Alexandre, à l’exception d’une archère-canonnière supplémentaire au second niveau. Les travaux de maçonnerie s’élevèrent à 412 livres, outre 150 livres pour la réalisation du soubassement, 129 livres pour la surélévation de la terrasse soit avec les aménagements de détails, portes, fenêtres, etc., un total proche des 800 livres189.

  • 190 On signale encore des travaux mineurs, pavage de la terrasse de la tour Alexandre ou de l’allee de (...)

77La construction du front Saint Eloi Notre-Dame s’étala ainsi sur une douzaine d’années, de 1440 à 1452190, en raison de l’ouverture, en 1446-47, d’autres chantiers. Les fondations des cinq tours furent élevées en 1440 sur 21 pieds, celles des flancs sur 6 pieds et les murailles près de la tour de Bourgogne sur 40 pieds de longueur et 10 pieds d’épaisseur. Les niveaux supérieurs de la tour David furent montés en 1444 et 1445, ceux des tours Psalmon et Alexandre de 1451 à 1453, ceux de la tour des Six-Hommes probablement de 1448 à 1451. Quant à la tour de Bourgogne, elle devait être achevée entre 1441 et 1444.

4.3.4.2. Reconstitution et description architecturale

  • 191 Divers plans du Génie (ADN, 66J 933, 937, 938, 959) attribuent des mesures identiques aux tours Psa (...)

78Sur les cinq tours, trois d’entre elles – les tours David, des Six hommes et de Bourgogne – étaient qualifiées de grosses tours et deux – les tours Alexandre et Psalmon – de petites tours. Si toutes furent conçues avec des flancs les rattachant aux murailles, les premières se distinguaient des secondes par leurs volumes et leurs dimensions supérieures191 (Fig. 58-59).

79Les grosses tours avaient une épaisseur en fondation de 4,20 m réduite à 3 m au premier niveau pour un diamètre de 12 m. Elles comportaient, sur un soubassement plein d’une hauteur de 6,30 m, deux niveaux plus une terrasse culminant à 19 m par rapport au fond des fossés (à 23 m par rapport aux fondations). Les petites tours Alexandre et Psalmon (Fig. 60) étaient conçues sur un modèle similaire, mais avec des dimensions réduites : 10,20 m de diamètre pour une épaisseur murale de 3,60 m à la base, de 2,40 m ensuite. Les niveaux étaient reliés par un escalier à vis logé dans une tourelle coiffée à son sommet d’un dôme à 6 pans.

  • 192 Elles étaient rejetées à l’extérieur par 6 gargouilles.
  • 193 Ou bonelet.
  • 194 Ou allées et crestiaux.

80Leurs salles circulaires, couvertes d’une coupole de brique percée au sommet d’une ouverture carrée fermée d’une trappe, étaient pourvues de cheminée (c), d’une armoire (réserve de poudre ?) et de latrines ; un autre magasin à poudre était accessible au premier niveau des flancs. Au sommet la terrasse (t), pavée de briques et de pierres plates de grès et bombée en son centre pour le ruissellement périphérique des eaux pluviales192, était couverte de combles en temps de paix. La salle du premier niveau était percée de trois embrasures de tir, celle du second de deux embrasures, mais deux autres existaient dans le pan de gorge droit, couvert d’une voûte en berceau193, qui surmontait le magasin à poudre. Accessibles par une porte (p) percée dans les murailles du corps de place, les flancs étaient percés d’une embrasure de tir et couronnés d’un chemin de ronde bordé d’un parapet crénelé (al)194 desservi par un escalier ménagé dans l’épaisseur du mur (a).

81Au total, les tours comptaient 11 archères-canonnières (7 dans les salles, 2 dans les flancs) et 14 archères (8 au parapet des tours et 6 dans les flancs). Les archères-canonnières, ménagées sous des niches à arc surbaissé d’une largeur de 1,50 m pour une hauteur de 3 m, s’ouvraient à l’extérieur par une bouche circulaire surmontée d’une fente de tir à mire horizontale ; celles du second niveau des salles avaient leurs joues percées de trous d’encastrement pour caler les pièces d’artillerie.

4.3.5. Le boulevard de la porte d’Esquerchin

  • 195 AMD, CC 218, f° 71. Voir PJ 12.

82Le boulevard de terre de la porte d’Esquerchin fut reconstruit en maçonnerie en 1446-47 par Willaume Jozelet et Pierrot Quargnon195 (Fig. 61 à 65).

  • 196 AMD, CC 218, 78 v°, 70 v° et sqq.
  • 197 AMD, CC 218, f° 71 (des allees d’icellui boslvercq sur le porte haut d’illecq).

83Erigé en brique sauf le soubassement et les encadrements en grès, il décrivait un demi-cercle outrepassé, de 27 m de diamètre au saillant et 15 m à la gorge, pour une profondeur de 39 m. Son périmètre défensif était de 110 m. Le grantpan du boulevard – son flanc gauche – était percé de 4 archères-canonnières à niche. Sa porte, ménagée au flanc droit, était voûtée et flanquée de deux tourelles ; un corps de garde, pourvu d’une cheminée, accostait le débouché de son passage196. Deux escaliers donnaient accès au chemin de ronde qui était bordé d’un parapet de brique à mâchicoulis ; ce parapet, crénelé, de 0,30 m d’épaisseur sur 2,10 m de hauteur, était percé tous les six pieds de rayeres [et]. Deux autres escaliers plus étroits menaient du chemin de ronde au second niveau de la porte du boulevard197.

  • 198 AMD, CC 218, f° 83 ; les ailerons furent surélevés en 1455-56 par le maçon Jehan Gaussel et son fil (...)

84Les flancs retirés ou allerons reliant la gorge du boulevard à la porte d’Esquerchin, était percés d’une canonnière à bouche carrée ; l’un d’entre eux fut percé en outre de 4 archères et d’une deuxième canonnière198.

  • 199 Ce pont surplombait de 4,50 m le fond des fossés ; l’élévation du boulevard était voisine de 8 m ma (...)
  • 200 Avec allerons de deux piés et demy de haulteur, de bricque et demie d’espoisse au loing d’icellui m (...)
  • 201 Fait a ung a léz et a l’autre de l’entree dudit bolluwercq et entree les dis deux ponds au léz des (...)

85En 1470, le maître-maçon de la ville, Jehan de Quesne, fut rétribué de 684 livres pour la construction à la place du pont de charpente primitif d’un pont-dormant long de 15 m et fermé par un pont-levis à chacune de ses extrémités199 : A maistre Jehan du Quesne (...) avoir fait et ediffié de machonnerie travers le fossé du bolluwert de le porte l’entree dudit bolluwercq jusques la creste* dudit fossé du léz des champs contenant entre les deux pondz levichs y fais cincquante piés de long et de hault jusques la cauchie* quinze piés ou environ, les murs piliers servons ausdits ponds levichs, ailerons et une warde* entre iceulx deux ponds... Un mur de contrescarpe en brique de 19 m de long sur 4,50 m de haut et 1,50 m d’épaisseur fut édifié avec une banquette de tir200. Un mur de masque, également en brique, d’une hauteur de 3 m pour une épaisseur de 0,30 m, percé d’archères-fenêtres, permit la traversée à couvert des fossés201.

4.4. Laporte Notre-Dame

4.4.1. L’historique du chantier

  • 202 Les comptes de construction de cet édifice ont été partiellement publiés par WAGON, 1925b.

86L’ancienne porte Vaqueresse, châtelet à deux tours du xiiie siècle précédé d’un avant-corps restauré en 1429-30, fut reconstruite avec ses défenses avancées entre 1454 et 1457202 : une nouvelle porte (porte 1), un avant-corps (brayes et ailerons) (av.-c. 2) et deux batardeaux (dodasnes), une avant-porte (av.-p. 3) furent réédifiés (Fig. 66 à 76).

  • 203 AMD, CC 224,1455-56, f° 48 et sqq.

87Conçue selon la formule du châtelet à deux tours (tours jumelles*) avec côté ville un corps de bâtiment quadrangulaire (les salles de la porte), et un passage central (carrière*), la nouvelle œuvre avait un plan différent de l’ancienne, puisque sa fondation entraîna fin janvier 1455 la destruction des dodasne, piliers, wardes* et ailerons* de le viese porte Vaquereche qui gênaient l’implantation des nouvelles brayes203.

  • 204 Le peintre Simon de Cambrai, né en 1423, fils de Nicaise de Cambrai – lui-même peintre et originair (...)

88La porte Vaqueresse détruite entre 1452 et 1454, la première pierre de la nouvelle oeuvre fut posée le 15 avril 1454 : une pierre taillée (Fig. 70) incrustée à la fin de la saison 1455, côté ville, commémora sa fondation, avec une inscription portant la date de 1453 (anc. st.) dont le modèle fut donné par le peintre Simon de Cambrai204 :

  • 205 AMD, CC 223, 72 v° : A Simon de Cambray, paintre, pour son sallaire de avoir escript et fait pluisi (...)

Mil CCCC chincquante trois
davril XV jours ens ou mois
de ceste porte par devise
fu le pierre premiere assise
205

4.4.1.1 La première campagne, 1454

89La première campagne de construction est assez mal documentée, à défaut des comptes d’octobre 1454 à septembre 1455, mais son ampleur peut être estimée en fonction des éléments d’information fournis par la seconde : on monta la semelle de fondation sur pilotis de l’édifice, son soubassement et les premières assises des tours.

4.4.1.2. La seconde campagne, 1455

  • 206 AMD, CC 223, 46 v°.
  • 207 AMD, CC 223, 48 v°.

90Fin janvier, début février 1455, on détruisit les fondations des anciennes brayes*, dont les pierres furent réemployées dans celles des noefves brayes206 ; fin février, on transportait les déblais de fondation a hotte sur la contrescarpe des fossés207.

  • 208 AMD, CC 223, fos 49 v°, 50 r°.

91Le chantier redémarra activement le 17 mars. Le maçon Jehan Pastour (rétribué de 8 s. par jour) assura la reprise des maçonneries sur les fondations entamées l’année précédente, Pierrot Aleame (rétribué de 11 s.) étant chargé de gauger* et enseigner* coireaux, boutisses et aisselles208.

  • 209 Leur nombre exact est difficile à déterminer, les paiements étant reportés par quinzaine et des ouv (...)
  • 210 AMD, CC 223, f° 50.
  • 211 AMD, CC 223, fos 50 v, 52 r°, 54 r°, 65 v°.

92La première semaine 29 manœuvres découvraient les maçonneries de l’année précédente, qui avaient été protégées durant l’hiver, et assistaient 7 maçons ; la taille de pierre mobilisa, outre trois tailleurs, le maître-maçon aidé de son valet. Fin mars et début avril, 31 manœuvres, 27 bottiers, 3 charpentiers, étaient présents sur le chantier209. On éleva à la suite les parements des tours jumelles* et ceux dedens œuvre, les brayes et ailerons et on travailla à la fondation d’un batardeau210. Les charpentiers achevèrent début avril les cintres des voûtes (chintres* a tournez sus les vaulsures* des encambremments* des canonnieres et les vaulsures de le voye* et cariere*) et ceux des tours qui furent levés durant les mois de mai et juin. Début mai, on montait les maçonneries des tourelles d’escalier et en août celles des vaulsures et croix d’ogive des salles211.

  • 212 AMD, CC 223, 67 v°.
  • 213 AMD, CC 223, 71 r°.

93Début septembre, les maçons Mahieu Cousin et Jehan de Hesdin remplissaient de brique les quartiers* desdites crois d’ogives* d’une des salles des tours, les charpentiers levant les cintres de la seconde salle212. En fin de saison (durant la semaine du 6 au 11 octobre 1455), deux maçons étaient rétribués pour assir et machonner les pierres qui font liste* au tavele* devant sur le ville et autour des tourelles des montees advir de le porte Nostre-Dame, affin de achever et clore l’œuvre213 : cette liste correspondait au cordon courant côté ville à la naissance du second niveau.

94En 1455, on monta donc le premier niveau de la porte avec son passage, ses tours et salles adjacentes et les tourelles d’escalier à vis jusqu’au niveau souligné par le cordon continu les contournant. On éleva simultanément les brayes et ailerons (soubassement et flancs) jusqu’à hauteur du sol.

4.4.1.3. La troisième campagne, 1456

  • 214 AMD, CC 224, 55 r° et sqq. Cependant en juin, on remplaça certaines briques par de plus secques.

95Le chantier rouvrit la semaine du 7 mars 1456. A la fin du mois, Fremin d’Arras réappareillait les maçonneries des voûtes d’ogive des salles latérales de la porte dont les cintres (estanchonnemens et chintres) étaient retirés en avril. Les voûtes étaient donc restées cintrées six mois durant214.

  • 215 AMD, CC 224, 63 r°.
  • 216 AMD, CC 229-230, 39 v°.
  • 217 Pour la réalisation de cette couverture et la surélévation de 10 pieds des maçonneries de la porte, (...)

96Au cours de la troisième campagne, on monta les tourelles d’escalier à vis (qui restaient inachevées en fin de saison) et on entama l’édification du dernier niveau (encommenchement et esleigemenf du darrain estaige) : cette campagne fut néanmoins limitée, car en juin les voûtes des salles et du passage conservaient encore le lit de briques dont elles avaient été protégées durant l’hiver. Le reste des maçonneries fut d’ailleurs recouvert en juillet215 : en fait, elles ne furent élevées que d’une hauteur suffisante à la pose d’une toiture provisoire, faux combles de roseaux et herbaiges plaqués de mortier d’argile qui devaient les garder du batement despluyes, neiges et aultrement ; ces combles provisoires (de 85 pieds de longueur sur 40 pieds de largeur, soit 25,50 m x 12 m) couvrirent le quarré des salles et vaulsur, les tourelles et les tours. En 1462-63 on avait bien la volonté de poursuivre les travaux, puisqu’une commande de pierre était destinée à son second estaige216, mais le projet fut reporté en raison des travaux menés aux Halles. Ce n’est qu’en 1494-95 que son second niveau fut élevé et couvert d’une toiture définitive217.

  • 218 De 126 pieds de longueur, 9 pieds de hauteur deseure la cauchie* et 2 pieds 1/2 d’épaisseur.
  • 219 Qui font brayes* et allerons a un léz et a l’autre de la porte Notre Dame entre le darrain pont lev (...)
  • 220 Espasse* VIII canonnieres quarees dedens, a larmier* par dehors, estoffee* chacune de une rayere cr (...)
  • 221 Un encombrement ou il y a une canonniere ronde et une archiere au deseure.
  • 222 AMD, CC 224, f° 71 ; paiement de 794 livres, 18 sous. En juillet, on confectionnait deux cintres qu (...)
  • 223 Les meneaux (estanfficques*) de ses fenêtres étaient fixés par des goujons de plomb.

97A la suite de la fermeture de ce chantier, l’activité se concentra en 1456 sur la construction – achevée en fin de saison – des brayes*, ailerons* et avant-porte. Fin septembre, Miquiel Huart était rétribué pour avoir réalisé les deux pans de mur en grès218 formant avant-corps219, murs percés de huit archères-canonnières220, de deux huisseries* a aller sur les crestes, de deux rayeres pour veir en arriérés fosséz. Aux extrémités de chacun des deux pans de mur, deux gros piliers de grie’s sur coi repose le tapecul*, furent édifiés et percés d’une archère-canonnière221. Miquiel Huart construisit encore un batardeau (dodasne) de chaque côté de la porte et éleva de 13 pieds une avant-porte222 et sa tourelle d’escalier à vis223. Au sommet, un cordon (liste) marquait la naissance de sa terrasse pavée de dalles de grès jointes par des ancres (agrappes*) et bordée d’un parapet à avant-pis* de grie’s estoffe’s de fentes* et rayeres.

4.4.1.4. La quatrième campagne, 1457

  • 224 AMD, CC 225, 71 r° ; 1457 en août on réalisait les cintres à tourner subz les vaulsures des encombr (...)

98La quatrième campagne, en 1457, concerna la reconstruction des murs collatéraux de la porte et des escaliers d’accès aux courtines : oeuvre de machonerie de certaine portion de murs, canonnières, archieres, passieres*, avant-pis* (...) a ung léz et a l’autre de le porte Notre Dame avecq de deux autres pans de murs et montee de grie’s a tenir les terrees au boult des crestes joingnant lesdits autres murs... Le maçon Ernoul le Tassart édifia, après la destruction des vieux murs de la forteresse, les deux murs collatéraux de la porte, celui vers la tour David de 36 pieds de longueur, celui vers la tour du Dich de 34 pieds, murs dont l’élévation au-dessus du sol naturel ne dépassait pas 8 pieds soit 2,50 m, sol à partir duquel leur épaisseur était réduite à 6 pieds. Chaque pan de mur fut percé d’une archère-canonnière à chambre (ung encambremenf estojféz tous de grie’s a une canonniere et rayere croisyé au deseure), et celui de gauche en outre d’une poterne (huisserie vaulsee a deux parements de grie’s estoffés par dedens œuvre de appas* de grie’s pour par illecq aller es fossés de nuit ou y avaller bacqués) et de latrines (aisemenche* de corps dans un encambremenf) pour les gardes224.

4.4.1.5. Les transformations ultérieures

  • 225 AMD, CC 238, 125 v°. Ils avaient respectivement 6 pieds de hauteur sur 3 pieds et demi de largeur e (...)
  • 226 WAGON, 1925b, p. 326-28.
  • 227 Plouvain donne encore la date de 1771 pour cette restauration extérieure, PLOUVAIN, 1822.
  • 228 ADN, 66J 1022, Projets pour 1851. Améliorer la route nationale 43 de Bouchain à Calais. Porte de Va (...)
  • 229 Dépense de 67 401,48 francs du 20/9/1933 au 30/12/1933 pour la reprise des maçonneries de la tourel (...)
  • 230 Dépense de 4 170 743 francs pour la réfection partielle du parement de grès et du garnissage de bri (...)
  • 231 Devis du 23 juillet 1941 pour 662 951,94 francs, du 29 juillet 1942 pour 488 321,08 francs, de 1945 (...)

99La porte Notre-Dame subit par la suite plusieurs modifications. En 1515-16, le peintre Jehan Bellegambe décorait ses nouveaux combles de deux tableaux de plomb, le premier orné d’une peinture de Notre-Dame, le second des armes royales tenues par deux lions225. Mais en 1540, Charles Quint prescrivait de rabaissier ladicte porte aussi basse que est ad présent la grande vaussure deseure le pont levich et de mettre jus ladicte grande vaussure de devant estant entre les deux jumelles* et icelles jumelles resjoindre ensemble par le devant... Les combles furent effectivement détruits et la porte arasée à hauteur de l’arcade-mâchicoulis du passage en 1563, les échevins étant conscients que ladicte porte est trop haulte et materielle ne servant a fortiffication mais plus tost de remplissement de fosse’z226. Après la conquête française de 1667, un second niveau fut reconstruit afin d’abriter un poste de garde et en 1753 un décor classique plaqué à son saillant227. Elle subit encore de malheureuses modifications en 1853 : pour améliorer la circulation, on perça ses salles et tours de deux passages latéraux228. Épargnée par le démantèlement de la fin du xixe siècle et intégrée dans le tracé des boulevards de la ville, elle bénéficia de travaux de restauration en 1933229, 1938230 et, à la suite des bombardements, en 1940 et 1944231.

4.4.2. Les maîtres d’œuvre

100Lors de la première campagne, Jehan Turquet, maître-charpentier de Douai, eut la responsabilité de solliciter les ouvrages et administrer les matieres et estojfes de charpenterie, Miquiel Huart, maître-maçon et tailleur de pierre, la responsabilité des œuvres de maçonnerie.

  • 232 La quinzaine du 24 mars au 5 avril 1455, Miquiel Huart fut rétribué pour avoir durant 4 jours et de (...)
  • 233 AMD, CC 224, 50 r°.

101Rétribué de 10 sous par jour, ce dernier inspectait les travaux de taille et de maçonnerie, traçait aux ouvriers la fourme* de l’œuvre, selon des plans probablement réalisés lors de la première campagne, en distribuant aux tailleurs les maulles* ou modèles232 ; en 1455, il bénéficia d’un paiement complémentaire de 36 livres pour avoir fait pluiseurs devises* et advertissemens* tant pour les dites machonneryes et taille de griés comme pour acas de pluiseurs manieres de pierre et mesmement fait et baillié ausdis tailleurs, maulles* et beveaux* a ouvrer subz233. D’autres maçons, comme en mars 1455 Pierot Aleame, devaient sous son autorité gauger* et enseigner* coireaux*, boutisses et aisselles*, c’est-à-dire diriger la phase d’appareillage.

  • 234 AMD, CC 219, 78 r° et 109 v° et CC 220, 64 r°, 87 r°.
  • 235 AMD, CC 228,39 v°.

102Miquiel Huart est attesté dans les comptes de la ville au moins dès 1450-51 ; à cette date il donnait avec Guillain des Monstriers un devis pour l’achèvement de la tour Alexandre dont il fut adjudicataire avec Fremin d’Arras l’année suivante. Toujours avec le même Fremin d’Arras, il achevait la tour Psalmon dont il avait également, seul cette fois-ci, rédigé les devis de maçonnerie234 et en 1463, participa au chantier des Halles235.

  • 236 Marché de 794 livres, 18 sous ; AMD, CC 224, f° 71.
  • 237 AMD, CC 224, 70 v°.
  • 238 AMD, CC 224, f° 71.

103Au cours de la seconde campagne, Miquiel Huart prit par adjudication l’œuvre de maçonnerie236, visitée en septembre 1455 par les maçons Guillaume le Josne, Jehan Aleame et Jehan Bourgies, gratifiés de 72 sous avec leur clerc pour donner leur advis*237. Miquiel Huart fut rétribué de 794 livres, 18 sous pour le marché de taille et de maçonnerie passé a cry et a descroix* en Halles le 15 février 1455, outre 34 livres, 17 sous, 9 deniers pour une fourniture de pierre complémentaire et 8 livres pour avoir eu la responsabilité de recepvoir, mesurer et viseter le pierre*238.

  • 239 Rétribution de 100 sous pour tout et parmy le sallaire du clerc qui a escript soubz lui, AMD, CC 22 (...)
  • 240 AMD, CC 225,52 r°.

104La construction de l’avant-porte fut également entreprise par Miquiel Huart qui en réalisa en 1456 la taille de grès. En 1457 cependant, maçonnerie et taille de pierre (pour un marché de 198 livres) furent l’œuvre d’Ernoul le Tassart, Miquiel Huart étant quant à lui rétribué de 100 sous pour la devise* de taille de griés et œuvre de machonnerie des pans de murs de la porte et avoir baillé par declaracion et extimacion de le coustenghe dudit ouvraige, ensamble des matieres et estoffes adce convenables pour sur ce avoir advis* et depuis icelle veue reffait une autre devise* de mendre labeur et coustenghe239. A cette date donc, si Miquiel Huart n’était chargé ni de sa direction, ni de sa construction, il intervenait néanmoins pour en donner les devis et assurer le suivi des marchés : en 1457, il visitait le chantier en compagnie du maître-maçon Guillaume le Josne pour contrôler se les ediffices estoient faits et mis a leur raison sur quoy ils dirent leur oppinion et advis* pour le bien de l’œuvre240.

4.4.3. Analyse architecturale

4.4.3.1. La porte Notre-Dame

  • 241 953 000 briques livrées en octobre-novembre 1455, 127 850 en octobre 1456.

105Les maçonneries sont constituées d’un blocage de moellons et de déchets de taille parementé à l’extérieur en grès, à l’intérieur en brique sauf les encadrements des embrasures de tir, des cheminées, des branches et retombées d’ogive en grès241 ; la pierre d’Antoing eut un usage limité aux marches des escaliers à vis.

  • 242 Les plans du Génie antérieurs à la fin du xixe siècle permettent la reconstitution du plan d’origin (...)
  • 243 SALAMAGNE, 1989, p. 71 et sqq.

106En plan (Fig. 69)242, la porte s’inscrit dans un volume presque quadrangulaire de 27 m de large (de 32 m avec ses tours) et de 26 m de profondeur, 29 m avec les tourelles d’escalier. Le premier niveau reprend une disposition courante, où deux tours encadrent un passage central, avec côté ville deux salles rectangulaire. Cependant ce modèle, diffusé dès la fin du xiie siècle243 et devenu au cours du xive siècle un véritable archétype, fut globalement repensé. Les deux tours ne dessinent à l’extérieur et du côté du passage qu’un demi-cercle, la courbe extérieure de chacune d’entre elles se réduisant à un tiers environ de la circonférence du cercle. Le rentrant traditionnel entre les deux tours, habituel dans la formule du châtelet, fut supprimé et renforcé par un empâtement droit, le volume circulaire ne subsistant qu’à l’intérieur. Latéralement ces tours n’ont qu’une faible saillie sur les murs des salles quadrangulaires.

107Chacune des tours est percée de deux embrasures de tir, embrasures de tir frontales (e1) et latérales (e2), et munie d’une cheminée (c). De la tour gauche, on accède à une salle rectangulaire (mp2) communiquant latéralement avec deux autres salles (mpl et mp3) ; les salles (mpl) et (mp2), aveugles, devaient servir de magasins à poudre. Par contre la dernière (mp3), qui débouchait sur le passage central où elle était close de vantaux, était utilisée comme salle d’armes. A ces pièces faisait pendant, de l’autre côté du passage charretier, un passage piétonnier. Côté ville, une porte percée de chaque côté du passage donnait accès aux salles rectangulaires.

108Les deux salles rectangulaires (SG et SD, de 10,80 m sur 7,10 m), sont couvertes de voûtes quadripartites dont les retombées se font sur des consoles incrustées dans le parement des murs. Une cheminée au manteau en plate-bande appareillée est ménagée dans l’épaisseur du mur de chacune des salles (c). Une embrasure de tir (e3) est percée à la naissance de l’arrondi des tours, mais une seconde existe encore à l’extrémité opposée de la salle droite (e4), d’autres encore étaient orientées, nous le verrons, pour couvrir le passage.

  • 244 ADN, 66 J 1022, 1754.
  • 245 Cette statue, sculptée par Charles de Callonne, ne fut posée dans la niche prévue à cet effet au re (...)

109L’élévation du frontispice de la porte, côté ville, est connu par un dessin antérieur aux transformations du xixe siècle (Fig. 73). Le passage débouchait côté ville sous un arc brisé en tiers-point – à double rang de claveaux (voussoirs et sourveaux*) – retombant sur des piédroits massifs soulignés par une imposte qui se continuait le long du passage (Fig. 74). De chaque côté de l’arc une fenêtre à croisée surmontée d’un larmier mouluré assurait l’éclairage des salles rectangulaires244. Les larmiers contournant les fenêtres et l’arc central comme les cordons à mi-hauteur ceinturant le frontispice de la porte, contribuaient à rejeter les eaux pluviales hors des points sensibles des maçonneries, percements et intrados des voûtes. L’appareil du frontispice, de nette taille, était ornementé, au-dessus du panneau de la dédicace, d’une statue de Notre-Dame insérée dans une niche moulurée245.

 

110Le passage (Fig. 75) était défendu, de l’extérieur vers l’intérieur, par les éléments suivants :

  • 246 Détruit au cours du xvie siècle.

– un assommoir246

A

– un pont-levis

PL

– un assommoir

A

– des vantaux

V

– une embrasure de tir

e5

– des vantaux

V

– un assommoir

A

– une embrasure de tir

e6

– une seconde embrasure

e7

– une herse

H

– une chaîne

C

– une embrasure de tir

e8

– un assommoir

A

– des vantaux

V

– un assommoir

A

– une herse

H

  • 247 Sur les schémas défensifs des portes, voir MESQUI, 1981, p. 203 et sqq.

111soit le schéma défensif247 : A. PL.A.V.V.A.H.A.V.A.H. que l’on peut également transcrire de la manière suivante : A-PL-A-V (sas battu par une embrasure) – V.A. (sas battu par deux embrasures) – H.A.V. (sas battu par une embrasure) – A.H., soit un schéma constitué de trois couples défensifs, le second étant conçu pour isoler le débouché du passage piétonnier qui n’était barré, côté champs, que d’un pont-levis et de vantaux.

112Ce type de schéma complexe ne trouve d’équivalents que dans les réalisations de l’architecture militaire anglaise des xiiie et xive siècle : on peut encore le comparer à celui de la porte du Prévost à Thouars qui avait 6 assommoirs, 2 herses, 2 paires de vantaux contre 5 assommoirs, 2 herses, 2 paires de vantaux et un pont-levis à la porte Notre-Dame. L’accumulation des éléments défensifs du passage participait sans doute plus d’une volonté dissuasive que défensive, les villes redoutant les actes de trahison ou de prise par assaut subit des portes.

4.4.3.2. Les ailerons, brayes et dodasnes

  • 248 Soit probablement 6 ou 7 m au-dessus du niveau des fossés.
  • 249 L’un des deux piliers, plus volumineux que son vis-à-vis, possédait une cheminée.
  • 250 AMD, CC 223, f° 68. Dodasne entre l’une desdites brayes et le boult des crestes moyennes allons ver (...)

113La porte fut précédée (Fig. 76) d’une défense avancée (avant-corps 2) constituée de deux pans de mur (brayes et ailerons) de 0,80 m d’épaisseur sur 19 m de longueur et 2,70 m delévation au-dessus de la chaussée248. Ces murs traversant les fossés du corps de place constituaient un avantcorps (allerons) surmonté d’un parapet (avant-pis) percé de 4 archèrescanonnières à croix. Deux poternes (a), dont le débouché était pris sous le feu d’une embrasure à fente verticale, donnaient accès aux levées de terre (crestes*) séparaient fossés et arrières-fossés. L’avant-corps était interrompu à hauteur des levées de terre par un pont-levis (tapecul) reposant sur deux piliers (b) de 3,60 m de hauteur percés d’un ou deux niveaux de tir (une canonniere ronde et une archiere au deseure)249. Le pont-levis s’abattait sur deux piliers secondaires (c), également dotés d’embrasures de tir dont l’une flanquait chacun des batardeaux construits entre les brayes et les levées de terre séparant fossés et arrières-fossés250.

4.4.3.3. L’avant-porte

  • 251 SALAMAGNE, 1988.

114L’avant-porte (av.-p. 3), érigée dans le prolongement de la porte et de son avant-corps, décrivait un plan curviligne, selon une formule courante dans les anciens Pays-Bas au xve siècle251. D’un seul niveau d’élévation, elle était coiffée d’une terrasse et percée de deux embrasures de tir, une canonnière et une archère-canonnière. Son passage – ménagé sur le flanc gauche afin de masquer des tirs frontaux le pont-levis et l’enfilade de l’avant-corps, était voûté de deux berceaux (vaulsure*) dont l’un était doté de deux assommoirs (tuoires) et précédé d’un pont-levis (schéma PL-A-H-V).

4.4.3.4. La conception défensive de la porte Notre-Dame

115La porte Notre-Dame, reprenait le plan de la porte-châtelet, mais en supprimant le rentrant entre les deux tours pour ne plus présenter qu’une façade extérieure rectiligne avec, en légère saillie, l’arcade d’entrée du passage surmontée de la chambre de manœuvre du pont-levis.

116Sa valeur défensive résultait d’abord de l’épaisseur de ses murs, 2,40 m latéralement, 3 à 4 m au saillant, plus vulnérable. Les maçonneries en grès offraient une excellente résistance aux projectiles, boulets de grès tirés par l’artillerie de ce temps, tandis que des fossés d’une trentaine de mètres de large, inondables, empêchaient les travaux de mines.

117La porte ne comportait pas plus d’une trentaine d’embrasures de tir – sept au premier niveau et probablement autant au second, peut-être une dizaine en terrasse – pour un périmètre défensif voisin de 80 m. L’avant-corps comptait huit embrasures à hauteur de la chaussée et deux dans les piliers, l’avant-porte et sa terrasse, une petite dizaine. Au total, une cinquantaine d’embrasures de tir découvraient les fossés du corps de place, leur contrescarpe et les glacis de la place ; les terrasses jouant le rôle de plates-formes d’artillerie. Le fractionnement des éléments défensifs – porte, avant-corps, avant-porte -, par des éléments de rupture (pont-levis, tapecul) permettait le repli ordonné des défenseurs et, grâce à une poterne (p) ménagée dans la courtine à gauche de la porte, leur retraite à l’intérieur de la place.

  • 252 AMD, CC 223, 74 r°. L’embrasure (e3) cependant ne possède par de canonnière.
  • 253 Barreaux de fer (d’un poids de 13 livres) et crampons mis aux deux canonnières du coppon de mur ver (...)

118Les embrasures de tir de la porte avaient un plan à ébrasement simple, celles de l’avant-corps un plan à niche : les premières, voûtées d’un berceau plein cintre en brique avec encadrement en pierre de taille, s’ouvraient à l’extérieur par un orifice circulaire surmonté d’une fente verticale en croix, canonnières embrasees dedens et dehors (à double ébrasement)252. Des barreaux, crampons et gons de fer, destinés à retenir les armes à feu étaient incrustés dans leurs ébrasements, dispositif fréquent à partir des années 1400253, mais dont l’usage ne fut pas systématique, puisque les embrasures de la tour des Dames n’en portent pas trace.

4.5. Les ouvrages de la fin de l’époque médiévale, boulevards, moineaux et fausses-braies

  • 254 WAGON, 1925, p. 262-269.
  • 255 Voir SALAMAGNE, 1996a.
  • 256 Voir J. de le RUE, « La restauration de l’Abbaye de Notre-Dame-des-Prés à l’intérieur de la ville d (...)
  • 257 AMD, CC 232, 44 r°, 60 v.
  • 258 .AMD, BB 1,44 r°.

119Les travaux réalisés sur l’enceinte urbaine entre 1470 et 1478 sont mal connus, à défaut de la conservation des comptes. Si la mort de Charles le Téméraire devant les murs de Nancy, le 5 janvier 1477, permit à Louis XI de se saisir d’une partie des territoires bourguignons depuis longtemps convoités, dès les années 1475 cependant, les échecs successifs du duc avaient suscité l’inquiétude des villes frontalières des Pays-Bas254, et les avaient entraînées à accélérer les travaux aux fortifications255. A Douai, le Conseil de la ville décida dans une délibération du 12 mai 1475 la destruction de l’abbaye cistercienne des Prés, trop proche de la tour des Dames, avec ses eglise, cloistres, dortoir, reffectoir, enfermerie, maisons, cuisines, brasserie, cense, grange, marescauchie et grand nombre de aultres ediffices sumptueulx..., destruction achevée au début de l’année 1477256. Avec les matériaux en procédant, on érigea le bolverc de la tour des Dames, et des moineaux dont celui entre la porte de sortie des eaux et la tour des Corbeaux257. En mai 1475 on recreusait les fossés entre les portes d’Arras et d’Esquerchin et on élevait les boulevards de ces deux portes258.

  • 259 AMD, BB 12,18 r° ; 21 r°.
  • 260 Léopold DEVILLERS, « Le Hainaut sous la régence de Maximilien d’Autriche », Bulletin de la Commissi (...)

120En 1488, la situation dans le sud des Pays-Bas devint critique : la forteresse d’Estrées à 8 km de Douai fut prise et brûlée par les Français de la garnison d’Arras, en 1489 de nombreux villages étaient incendiés et les habitants devaient se réfugier dans les villes-fortes ; en 1492 les Français, logés au Cateau, menaçaient le Quesnoy. En 1489, Marie de Bourgogne rappelait que les échevins faisaient réaliser pluiseurs grans ouvraiges convenables et que par le conseil des gens de guerre, ils avaient renforcé leur arsenal d’artillerie et de poudre259. Mais la reprise d’Arras le 2 novembre 1492 desserrait l’étreinte pesant sur Douai, d’autant qu’en mai 1493 était scellée la paix de Senlis260.

4.5.1. Les moineaux

  • 261 SALAMAGNE, 1992c.

121Attestés dans le second quart du xve siècle, les moineaux sont des flanquements bas destinés à la défense rasante des fossés (Fig. 77)261 : mentionnés à Douai en 1478, ils ne le sont plus en 1515-1516.

  • 262 AMD, DD 217.

122Un moineau attesté en 1479 entre la porte de sortie des eaux de· la Scarpe (porte 67) et la tour des Corbeaux (tour 68) est figuré sur un dessin du xviie siècle représentant ce front, perpendiculairement aux murailles de la ville (Fig. 12). A droite de la porte d’eau, le long de la rivière, existait un second ouvrage – avec toiture à deux pentes et face extérieure obturée par des planches de bois262.

  • 263 AMD, CC 234, 82 r°.

123En 1493-94, des moineaux – dont l’un situé à l’opposite de la tour des Bourgeois – flanquaient non seulement les fossés entre les portes d’Esquerchin et d’Arras mais encore les fausses-braies entre la porte Saint-Eloi (porte 11) et la tour des Hours (tour 27). En 1494, on détruisait ung vies moineau prés le bollvercq des Dames réédifié en brique au boult du dosdane* fait en l’arriere fossé entre ledit bollvercq (d’Ocre) et celui devant la tour des Dames263, c’est-à-dire sur les lignes extérieures de défense des fronts occidentaux de l’enceinte. Lattés de bois, couverts de chaume et d’ardoises, ces moineaux furent reconstruits à la fin du xve siècle en brique.

4.5.2. Les fausses braies et les boulevards de la fin du xve siècle

  • 264 AMD, CC 234, f° 105 et 114 v°. Ces fausses-braies ne sont pas citées en 1486-87, mais les travaux d (...)

124En 1493-94, des faulses brayes sont mentionnées entre la porte Saint-Eloi (ou de Paris) et la tour des Hours et entre la tour des Dames et la porte de sortie des eaux (porte 67). Erigées en 1477 en avant des murailles du corps de place, ces fausses-braies reprirent en partie le tracé des levées de terre intermédiaires264.

  • 265 Il fut réédifié en maçonnerie en 1476-77, cf. WAGON, 1923-1925a, p. 269-270.
  • 266 AMD, DD 210, achat par la ville de terrains hors la porte d’Arras afin d’y édifier un boulewercq.
  • 267 AMD, CC 234, 92 r° et sqq. et DD 212. En 1499, la ville achetait des terrains à des particuliers po (...)
  • 268 Voir infra 6.5.2.

125Dans le dernier quart du xve siècle, de nouveaux boulevards furent édifiés sur les fronts occidentaux (Fig. 78) : boulevards de la tour des Dames ou des Prés vers 1475-78265, de la porte d’Arras en 1492266, de la porte d’Ocre entre 1494 et 1499. Ce dernier, élevé en maçonnerie de briques sur soubassement de grès par les maçons Jehan de Bourgies, Gédéon de le Motte et Andrieu Lalleame, avait ses escarpes, percées de canonnieres et rayeres, couronnées par un chemin de ronde doté d’un parapet (avant-pis**)267. Les fronts occidentaux se trouvèrent alors puissamment défendus par le tir croisé des boulevards de la tour des Dames et de la porte d’Ocre qui, distants de 500 m, tenaient sous leurs feux – grâce aux tirs des pièces d’artillerie à longue portée – les glacis de la place, les fossés extérieurs et les levées de terre intermédiaires ou fausses-braies. Dans le même temps, on renforça le flanquement des courtines au sud de la tour des Dames par la construction des tours 62 et 63 (Fig. 79 à 81). D’un diamètre de 7 m, ces tours construites en brique, sauf le parement externe de leur premier niveau en grès, possédaient deux niveaux couverts en coupole et percés de trois embrasures, une frontale et deux latérales. La tour 63, partiellement conservée, montre en flanc droit une embrasure à niche percée d’une fente de tir à croisillon et terminaison à bêche, dotée d’un large ébrasement externe. Au second niveau cependant, la terminaison à bêche des embrasures était remplacée par un percement rectangulaire surmontée d’une courte fente à croisillon. Ces caractéristiques permettent de situer sa construction vers 1470-80268.

4.5.3. Les boulevards du xvie siècle

126Au début du xvie siècle, de nouveaux boulevards furent construits devant les portes d’Arras et Saint Eloi.

  • 269 AMD, CC 235, 68 v° ; destruction de l’ancienne muraille, derrière une maison dite de le Vinette, po (...)
  • 270 AMD, CC 239, 100 r°.
  • 271 AMD, CC 239, ib., f° 105.
  • 272 AMD, CC 240, 120 r° et CC 242, passim.

127Le boulevard de la porte d’Arras (boulevard 32) fut réédifié en maçonnerie entre 1513 et 15 1 7269. En 1517, le maître-maçon Collart Lalleame travaillait à le tour du bollvercq de le porte d’Arras270 ; la même année le maître-charpentier Jehan du Bois couvrait les deux montees* dicelluy bollvercq de six combles et pinacles et réalisait ung pont levich joingnant ladite tour pour aller es crestes* moyennes des fosse’z d’icelles271. La construction de ce grand fort et sumptueux bollevert se continuait en 1520, et dès l’année suivante on montait ses combles272.

128Construit à une vingtaine de mètres devant la porte d’Arras, il décrivait un demi-cercle de 50 m de diamètre pour une profondeur de 30 m (Fig. 82 à 84). Son flanc droit était renforcé d’une tour semi-circulaire d’un diamètre de 10 m et son flanc gauche d’un châtelet à deux tours semi-circulaires d’un diamètre de 7,50 m dont les murs avaient une épaisseur de 2 m. Une canonnière à bouche rectangulaire percée dans chacune des tours prenait en enfilade la tête de pont. Le châtelet semblait néanmoins appartenir à une campagne de construction antérieure (le boulevard de 1492 ?), car sa tour droite fut chemisée par l’escarpe du xvie siècle.

  • 273 AMD, CC 652.

129Le boulevard de la porte Saint Eloi (boulevard 12) fut édifié entre 1518 et 1520273 (Fig. 85 à 88).

130Au xviiie siècle, il décrivait un demi-cercle outrepassé d’un diamètre maximal de 31 m pour une profondeur de 48 m. La porte de sortie était ménagée à l’extrémité de son flanc droit : le pont-dormant qui franchissait des fossés en eau ne devait dater que du xviie siècle, époque où le boulevard fut renforcé d’une demi-lune.

  • 274 AMD, CC 241,145 v°.
  • 275 AMD, CC 242, 161 r° ; DEHAISNES, 1890, p. 44.
  • 276 AMD, CC 243, 156 v° ; cette dernière mention n’a pas été relevée par Dehaisnes.
  • 277 Voir supra.

131En 1520, le peintre Charles de Picquigny était rétribué de 29 livres pour avoir paint et estoffé de bonne emprimeure et coulleurs a oille les trois heuzes* ensamble touttes les festichures* quy sont ou seront assises sups les galleries nouvellement ediffiés au bollverq de le porte Saint Eloi, les foeulles*, fleurons, couronnes, pommeaux desdites heuzes*, mesmes les raix, doré de fin or et armoyé les escuchons diceulx raix274. En 1521, le peintre douaisien Jean Bellegambe – qui travailla sur de nombreux édifices religieux, de la cathédrale de Cambrai à l’abbaye de Marchiennes – recevait 6 livres, 4 sous, pour avoir entre autre doré les pierres commémoratives et les armoiries impériales incrustées dans les maçonneries de la façade de la porte275. Jean Bellegambe donna encore en 1522 ung patron des armoieries dudit Empereur pour taillier sups blanche pierres pour l’asseoir deseure le nouvel pond levich faict a le porte Saint Eloi276. Le riche décor de ses combles disparut dans la seconde moitié du xvie siècle, à la suite de l’inspection des fortifications par Charles Quint en 1540 qui ordonna de l’emplir de terraulx a haulteur des murailles277, c’est-à-dire de le remparer.

4.5.4. La fin des fortifications médiévales

132La construction des boulevards d’Arras et Saint Eloi acheva les campagnes de grands travaux conduits sur l’enceinte médiévale.

  • 278 Pourtant en 1513-14, comme on posait une grande heuze* de ploncq (d’un poids de 224 livres) sur le (...)

133Au début du xvie siècle, les 5 300 m de murailles étaient flanqués de 80 ouvrages (intervalle moyen de 75 m) contre 57 à Cambrai pour un périmètre de 4 000 m (intervalle de 75 m), 65 à Valenciennes pour un périmètre égal (intervalle de 60 m), 80 à Tournai pour un périmètre de 5 150 m (intervalle de 65 m). A Lille par contre, l’enceinte de 4 600 m de développement n’était renforcée que de 42 flanquements, soit un intervalle de 110 m. Cependant dès 1521, en même temps qu’on édifiait une plateforme d’artillerie au Barlet, on arasait les niveaux supérieurs de la tour des Bourgeois278, vulnérables aux tirs de l’artillerie. Par la suite, la plupart des tours devaient subir le même sort, tandis que leurs murs étaient percés de canonnières à bouche rectangulaire.

134Mais c’est surtout après l’inspection des fortifications de Douai, le 28 novembre 1540, par Charles Quint accompagné d’Adrien de Croy, comte de Roeulx, du seigneur de Boussu, des échevins, des Vd-Hommes et des maîtres d’œuvre, que la physionomie médiévale de l’enceinte fut modifiée. Les instructions données au cours de cette inspection témoignaient de l’évolution des concepts défensifs, même si certaines des mesures préconisées ne devaient être réalisées que plus tard. Le boulevard Saint Eloi – dont on regrettait qu’il n’ait été implanté à hauteur de la tour de Bourgogne pour découvrir les fronts des portes Notre-Dame et Saint-Eloi – était jugé ghaires vaillable en l’estat qu’il est ediffié. Par mesure d’économie, il fut simplement prescrit de le remparer à hauteur des murailles collatérales, d’allonger son flanc droit pour y percer l’entrée (ce qui ne fut pas réalisé) en arasant et remparant la porte Saint-Eloi.

135On prévoyait encore le remparement et le rattachement du boulevard de la porte d’Arras aux courtines, et le percement de canonnières supplémentaires pour battre ses murailles collatérales. L’intervalle de flanquement entre les deux boulevards était trop grand, la tour des Hours devait être arasée pour servir de plate-forme de tir et une seconde plate-forme construite au milieu du front de la porte d’Arras à la tour des Bourgeois. A la place de la batterie corniere estant aupres de la porte d’Esquerchin, ou tour des Bourgeois, devait être érigée une platte forme telles que sont les batteries du chastel de Gand sallant dehors sur les champs, c’est-à-dire un bastion similaire à celui de la citadelle de Gand. La porte d’Esquerchin devait être déplacée vers la porte d’Ocre et reconstruite de telle sorte, que de ladite baterie corniere* l’on puist battre devant ladicte porte, c’est-à-dire que le bastion en découvre parfaitement le saillant. Le boulevard de cette dernière devait disparaître.

  • 279 AMD, DD 216 : convient mener la muraille audroit allant vers la porte d’Occre et dicelle porte d’Oc (...)
  • 280 AMD, DD 216 : item quand au bolverch de la tour des Dames, ladicte Majesté a ordonné de estre rallo (...)

136Entre les portes d’Ocre et d’Esquerchin, un autre bastion devait battre du loing lesdites murailles et défendre, par des feux de flanquement, les deux portes. Le boulevard de la porte d’Ocre devait être rattaché aux murailles de la ville et une nouvelle porte percée en direction de la tour des Dames279. Le boulevard de cette dernière devait subir le même sort, être percé de canonnières sur chaque flanc et remparé, et la tour des Dames transformée en plate-forme d’artillerie280 ; on envisageait de même d’araser et de remparer la porte Morel, de construire à la place de la tour Saint-André une autre batterie corniere de la fachon du chastel de Gand, de rattacher et remparer le boulevard de la porte Notre-Dame et d’araser sa porte, etc.

  • 281 TAILLIAR, 1875, vol. 2, p. 116.

137En 1531, les échevins estimaient encore que la ville était munie de bonnes murailles, garnies de bonnes fortes et puissantes portes, boluwaircz et tours assez prochaines pour secours l’une de l’autre281. Mais les mesures préconisées en 1540 sonnaient le glas de ses fortifications médiévales dont les ouvrages allaient être arasés, remparés ou, pour les boulevards, rattachés aux murailles du corps de place.

Notes

14 Dépense de 683 livres ; AMD, CC 260, 206 v°. Travaux réalisés par Simon de Masgnières, maître-maçon de la ville.

15 AMD, CC 272,131 v° et 189 v°.

16 AMD, CC 263.

17 AMD, CC 1051 et 1053 ; sur les travaux réalisés au début du xvie siècle sur les enceintes régionales, voir SALAMAGNE, 1993d.

18 AMD, CC 1048.

19 Voir encore sur ces modifications, Douai, son histoire militaire, ses fortifications, 1892, p. 181-241.

20 AMD, 02 838 ; le plan d’agrandissement général de la ville fut approuvé le 12 février 1892, ADN, 02 445. C. E. RENERS et A. FLEURQUIN, Douai et le démantèlement, Douai, 1891.

21 AMD, 02 147.

22 AMD, 02 256. Côté ville des lierres furent plantés pour masquer le délabrement des maçonneries.

23 LOHRMANN, 1985, p. 196 et sqq. ; LOUIS, 1990, p. 5 et sqq.

24 Voir ESPINAS, 1902, p. 244-245, nt. 2.

25 Cotes données dans LOHRMANN, 1985a, p. 198 et DEMOLON, HALBOUT, LOUIS, LOUIS-VANBAUCE, 1990, p. 7. Voir encore LOHRMANN, 1985b.

26 ESPINAS, 1913, vol 1, p. 16-18 et 521 ; DEMOLON, HALBOUT, LOUIS, LOUISVANBAUCE, 1990, p. 13. Le castellum est mentionné en 976 dans un diplôme de Lothaire en faveur de Marchiennes. Sur la genèse du site, voir DEMOLON et LOUIS, 1982.

27 Selon ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 16, nt. 2, le bras principal de la Scarpe aurait été situé à l’ouest du castrum Saint-Amé avant la canalisation, au xviie siècle, de la rivière. En fait le plan de Deventer témoigne bien du fait que le bras principal de la rivière passait à l’est du castrum.

28 Actum publice apud castrum Duacum in monasterio S. Amati, 1038 ; BRASSART, 1877, 2, p. 657 et ESPINAS, 1913,1, p. 16, nt. 3.

29 ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 17-18 ; la tour était accompagnée de murailles, dont le châtelain détruisait en 1450-1451, place de la vieille tour, de granspans de mur AMD, CC 219, f” 69 v°.

30 ESPINAS, 1902, p. 8 et sqq. ; ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 34.

31 ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 19. La crypte de Saint-Amé fut dédicacée en 1024, voir HÉLIOT, 1959, p. 164 et sqq.

32 A Douai, la turris comitis est attestée dès 1123, ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 16. Sur les origines et le développement du castrum valenciennois, voir PLATELLE, 1976 et SALAMAGNE, 1984. La fondation de réduits fortifiés à l’intérieur ou à la périphérie d’une enceinte plus vaste est un phénomène courant au xiie siècle, qui a parfois fait croire à la contraction du plan des châteaux, voir P. HÉLIOT, « Le château de Boulogne-sur-Mer et les châteaux gothiques de plan polygonal », Revue archéologique, 6e série, 27, 1947, p. 41-59.

33 DEMOLON, HALBOUT, LOUIS, LOUIS-VANBAUCE, 1990, p. 16.

34 ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 20 et sqq. ; DEMOLON, HALBOUT, LOUIS, LOUISVANBAUCE, 1990, p. 20. Voir encore COLLECTIF, 1988, p. 61 et sqq. ; DEMOLON et LOUIS, 1994.

35 Voir les études sur ces sites parues dans BEAUSSART, SALAMAGNE, 1995.

36 Voir d’une manière générale, LAVEDAN et HUGUENEY, 1974 et COLLECTIF, 1994.

37 DEMOLON, HALBOUT, LOUIS, LOUIS-VANBAUCE, 1990, p. 19-20.

38 ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 32 et sqq. Mention des portes de l’ancienne enceinte dans la seconde moitié du xiiie siècle (1256-1291) : le grant rue dehors le porte Vakerece, porte des Wés, du Markiet en le Grant rue, porte Olivet, de Canteleu, de le Nueville, de Lannoit ou de Saint-Nicolas, Saint-Jakeme, doupont a l’estanke, au Cherf ; ESPINAS, 1936, p. 4 et sqq.

39 Nous n’en trouvons pas trace aux xive et xve siècles, alors que, la plupart du temps utilisés comme habitations privées, ils étaient les derniers à disparaître.

40 Gesta Gerardi II Episcopi, MGH, VII, p. 499.

41 LOUIS, 1990, p. 5-39 et surtout p. 36-37, attribue l’aménagement de la rivière d’Arleux au comte Robert le Frison ou Robert II, vers 1076-1102.

42 Le ms. 980, BMD, f° 61-62, attribue l’agrandissement de l’enceinte – qui aurait indu alors le marché et l’église Saint-Pierre jusqu’à la chapelle de Wez, situé à proximité de la porte du même nom – à Baudouin de Constantinople, soit entre 1195 et 1205. Le ms. 979, f° 41 r°, donne la date de 1250 pour cet agrandissement. Ce dernier manuscrit, f° 5, met quand même en relation création paroisses nouvelles (Saint-Jacques, Notre-Dame, Saint-Nicolas) et extension de l’enceinte.

43 PJ 1, 2 et 4.

44 Par exemple lors de construction de la porte Notre-Dame (cf. 4.4.). Des travaux aux courtines sont attestés dès 1268, AMD, DD 184.

45 WARNKOENIG, I,1835, p. 232.

46 WARNKOENIG, 1,1835, p. 354

47 FUNCK-BRENTANO, 1896, p. 192 ; ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 73, ac municiones novas que fortalicias apud Duacum... faciendo.

48 FUNCK-BRENTANO, 1896, p. 212-215 ; LANGLOIS, 1899, p. 329.

49 FUNCK-BRENTANO, 1896, p. 238 et sqq.

50 FUNCK-BRENTANO, 1896, p. 333-334 et 416.

51 FUNCK-BRENTANO, 1896, p. 439, 455.

52 ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 73, 76 et sqq. Cf. sur le contexte, FUNCK-BRENTANO, 1896.

53 ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 42.

54 DERVILLE, 1983, p. 289 avait donné 180 ha et 5 625 m.

55 SALAMAGNE, 1992a.

56 ESPINAS, 1930. Le travail de dépouillement des archives de J.-C. Desquiens (DESQUIENS, 1994, en particulier p. 81) n’a pas permis sur ce point d’avancée significative.

57 Voir DEMOLON, HALBOUT, LOUIS, LOUIS-VANBAUCE, 1990, p. 25-26.

58 AMD, AA. 84, 15 r° : toute la pieche de terre entierement que on apele Waskies si comme elle (est) d’une part et d’autre la riviere qui oze i est très le manoir du Temple iusques a le daerraine maison de le rue des Weis au leis devers le riviere.

59 AMD, AA. 84,16 v.

60 ESPINAS, 1930, p. 78 et p. 143 ; DEMOLON, HALBOUT, LOUIS, LOUIS-VANBAUCE, 1990, p. 25-26. Voir, nt. 42. Aux xive et xve siècles, le manoir de Rieulay était situé à la Neufville, grande-rue Saint-Jacques outre l’atre en allant a la porte Morelle derriere l’hotel de Rieulay, BRASSART, 1877, vol. 2, p. 571-572.

61 FUNCK-BRENTANO, 1896, p. 95.

62 Les revenus urbains étaient d’autre part diminués en raison de la saisie des biens des bourgeois de Douai ou du non-paiement des dettes, voir FUNCK-BRENTANO, 1896, p. 227.

63 LANGLOIS, 1899, p. 321-322, 326.

64 LANGLOIS, 1899, p. 322-324, 328 : plus de 100 000 livres consacrées à l’armement d’une flotte.

65 DELMAIRE, 1976.

66 PLATELLE, 1965, p. 219.

67 DHÉRENT, 1983, p. 374-375.

68 BMD, ms. 98Ø, f° 61-62 et ms. 979, vol. 4, 41 r°.

69 LANGLOIS (réed. 1978), p. 313. Voir encore sur ce contexte, FUNCK-BRENTANO, 1896, en particulier p. 212 et sqq. et Herman VANDER LINDEN, « Les relations politiques de la Flandre avec la France au xive siècle », Compte rendu des Séances de la Commission royale d’Histoire ou Recueil de ses Bulletins, 5e série, vol. 3, 1893, p. 469 et sqq. Paul THOMAS, Textes historiques sur Lille et le Nord de la France avant 1789, I, 1931, p. 42-45.

70 Codex Diplomaticus Flandriae ou receuil de documents relatifs aux guerres et dissensions suscitées par Philippe-le-Bel, roi de France, contre Gui de Dampierre, comte de Flandre, éd. de Limburg-Stirum, Bruges, 1879, p. 29, 83, 352 et sqq. FUNCK-BRENTANO, 1896, p. 624-625

71 ESPINAS, 1902, p. 76 et 248.

72 LANGLOIS, 1899, p. 325,329-331, 333-334.

73 LANGLOIS, 1899, p. 335.

74 ESPINAS, 1913, vol. 1, p. 78-79 ; la ville était alors le lieu de concentration de l’ost royal.

75 BELL HENNEMAN, 1971, p. 112.

76 AMD, CC 685 et 687. Voir sur les octrois d’assises étroitement contrôlés par le pouvoir royal, ESPINAS, 1902, p. 76, 248-249, 492 et sqq. La première assise est mentionnée en 1230, mais sa levée ne devint régulière qu’à partir du début du xive siècle afin de permettre à la ville de faire face aux charges extraordinaires et en particulier à la construction de l’enceinte, procédé de financement assez général, voir BELL HENNEMAN, 1971 ; CONTAMINE, 1978 et RIGAUDIERE, 1985.

77 AMD, CC 688.

78 AMD, CC 689.

79 AMD, 200ter, rouleau 1.

80 Voir infra.

81 Mention du nouvel dich* de pierre devers le Trinitet dans un acte chirographe du 27 février 1327, BRASSART, 1883, p. 162. Un autre dich ou digue éclusée existait sur le front opposé à hauteur de l’abbaye des Prés.

82 DEMOLON, 1990, p. 25 ; par contre la mention de la porte d’Esquerchin en 1308 ne doit se rapporter qu’à l’édifice de la première enceinte.

83 AMD, CC 199ter, rouleau 1.

84 AMD, CC 200ter, dépense de 573 livres, 17 s., 8 d.

85 ADPDC, A 83.

86 BRASSART, 1883, p. 168 ; ADN, 66J 943.

87 AMD, DD 217.

88 AMD, CC 209, f° 394.

89 Dans une lettre du 15 septembre 1892, le commandant du Génie refusait la destruction demandée par la ville de Douai qui, dans une lettre précédente, avait au contraire sollicité sa conservation (AMD, 02/838). Endommagée lors de la Seconde Guerre Mondiale, la porte d’Arras subit alors une restauration importante.

90 L’intérieur des tours a été défiguré par un voûtement moderne.

91 Douai, son histoire militaire, ses fortifications, 1892, p. 37 ; WAGON, 1925b, p. 247, la date de 1320.

92 En 1398, on couvrait d’esteulle* une de ses tours (AMD, CC 204, f° 253). Mention en 1324-25 Centre deux portes d’Arras, ESPINAS, 1912, p. 185 et AMD, CC 199ter, rouleau 3.

93 Elle remplaça la porte d’Olivet mentionnée en 1254, WAGON, 1925a, p. 239. Voir AMD, FF 658 et FF 660, arrentement en 1262 d’une maison sise hors la porte Olivet, à l’entrée de la rue des Bougres. Le qualificatif de Saint-Eloi était antérieur à la fin du xvie siècle contrairement à ce qui est affirmé dans Douai, son histoire militaire, ses fortifications, 1892, p. 37. AMD, CC 200ter.

94 . Lors du remparement du xvie siècle, la porte fut prolongée à sa gorge d’un passage long de 17 m et large de 7 m.

95 La voûte externe de la porte, reconstruite en 1853, fut portée à 8 m de hauteur à la clef, la voûte du passage étant surhaussée de 4,10 m à 4,60 m (ADN, 66J 1024).

96 Voir le plan, ADN, 66J/1024,1764.

97 AMD, CC 204, f° 252.

98 AMD, 200ter, rouleau 4.

99 La porte d’Ocre fut modifiée en 1569, selon PLOUVAIN, 1822, p. 237.

100 La porte d’Esquerchin fut reconstruite de 1762 à 1769, selon PLOUVAIN, 1822, p. 237.

101 .AMD, CC 201, f° 319.

102 AMD, DD 184, pièce du 24 mai 1346, 5 r° et 6 v°. La porte noeve du Temple doit donc être distinguée de la porte deviers le Temple citée en 1284 (ESPINAS, 1930, p. 144). Sur le Temple, voir F. BRASSART, Quelques notes tirées de Archives de la Maison du Temple de Douai et de l’Hopital Saint-Samson, SFW, vol. 13,1873, p. 58-82.

103 En 1400-1401, la porte Morel fut dotée d’avant-pis, c’est-à-dire de mâchicoulis (AMD, CC 206, f° 255) et mention est faite de la porte du Temple (ib., fos 255 et 273).

104 PLOUVAIN, 1822, p. 236 donne les dates de 1774-1779.

105 AMD, CC 200ter, rouleau 4.

106 Ou ailerons.

107 AMD, CC 213, 184 r°.

108 AMD, CC 694 et 695. ESPINAS, 1902, p. 259 et sqq.

109 AMD, CC 201, f° 247.

110 TAILLIAR, 1875, vol. 2, p. 17.

111 ESPINAS, 1902, p. 260.

112 AMD, CC 608.

113 AMD, CC 623.

114 AMD, CC 227.

115 AMD, CC 704 à 708, CC 707 ; ESPINAS, 1902, p. 259 et sqq., soulignait que l’entretien des fortifications était une charge considérable pour la ville.

116 AMD, DD 186, voir PJ 5 ; ESPINAS, 1902, p. 488-489.

117 Totalisant 136 pieds de maçonnerie, soit 41 m ce qui donnerait à chacune de ces tours un diamètre de 4,80 m.

118 Et une saillie sur l’escarpe comprise entre 2,80 m et 4 m.

119 AMD, O2 846.

120 Maçonneries réalisées par le maître-maçon Jehan Mourart à 28 francs le cent de pieds (soit 265 francs, 6 sous, 6 deniers, à 33 sous le franc et 304 livres), AMD, CC 203, f° 381, 402, 404, 429.

121 AMD, CC 203, fos 439-440. Dépense de 4 livres, 7 s., pour frais et despens de bouce et gratification.

122 AMD, CC 203, f° 467. Une dépense de 60 sous fut comptabilisée pour les fiais et despens et les maçons Colart Maillefer et Gillot le Duc reçurent en courtoisie 100 sous.

123 AMD, CC 204, 250 et 253.

124 Mention des 1255 environ du fosset del four des aives (TAILLIAR, 1849, p. 225) de la première enceinte.

125 AMD, CC 204, f° 236.

126 AMD, CC 204, f° 288.

127 AMD, CC 205, fos 300 et 308. Des travaux de détail sont mentionnés en 1401 ; AMD, CC 206, f° 247.

128 Marché de 150 livres pour la restauration de la ronde tour du Baille en 1430 (AMD, CC 213, fos 183,184 r°, 188 r°).

129 La confrontation de deux plans, l’un de 1820 (AGV, carton 7,15/14) et l’autre de 1826 (ADN, 66 J 936) montre que l’intérieur de la tour fut légèrement modifié entre ces deux dates ; nous ne tiendrons donc compte que du premier état pour la description ; un dernier plan (AMD, 02/846) donne son état au moment du démantèlement.

130 AMD, CC 205, fos 303, 308 et 309. Les bailles de la porte Saint-Éloi sont mentionnées en 1426 (AMD, CC 210, f° 240).

131 AMD, CC 213, 1429-30, 161 v° : les bailles avaient 11 pieds et demi de longueur, 3 pouces et demi de largeur et 4 pouces de hauteur.

132 A Gillot de Gand, Carpentier, pour V jours demy tant a retailler et esguisier pluiseurs flasques de quesnaux que on a soyé a moittié et dont on a fait pluisseurs pallis* en maniere de bollewercq au dehors de le porte Saint Eloy comme a yceulx avoir assis et ataquiés de ventrieres* et quevilles de fer a VII s. le jour. ; XXXVIII s., VI d. (...), AMD, CC 216 (1439-40), 69 r°. – A Gillot Gayant carpentier, pour IIII jours demy a esguiser pluiseurs pallis et les assis, ventrilliés et claués et parclos a ladite porte Saint Eloy a VII s. le jour ; XXXI s., VI d., ib. f° 88. En 1401, on livrait 4 chênes contenant XIII keuvrons pour les bailles de la porte Morel ; AMD, CC 206, f° 275.

133 Audit Colart Mailefer machon audit mois pour seu sallaire d’avoir fait de machonnerie I pan de mur de pierre commune qui fait recours depuis le grande baille dehors le porte Vaquereche en allant jusques au muret du gardin mouvant deseous sur XVI piés de hault et IIII piéz d’espoisse..., XX livres ; AMD, CC 206, f° 276.

134 A Jehan Cornet et Jehan Bauduin, machons, pour leur tasque et sallaire d’avoir fait et machonner pour la ville II ailerons de brique chacun de IIIIXX piéz de long, de III piéz demi de hault l’un et l’autre, de IIII piéz demi de hault ou plus au dehors de le porte Saint Eloy contre les pallis* que on y a fait de nouvel affin de tenir les terres contre lesdits pallis, pour ce que il en fu marchandé par les VI Hommes, XI libvres ; AMD, CC 216, 64 v°.

135 Par exemple en 1401, trois maçons étaient rétribués de 24 livres pour avoir repavé les entaulemens* des murs de la porte du Markiet rue des Wanttiez (AMD, CC 206, fos 273-280) et des travaux avaient encore lieu au pont et arques de le porte Saint-Jacques, a l’entaulement des ailiers de le porte Saint-Jasque (ib., fos 255 et 273).

136 Avoir mis jus pierres au tour de l’anchienne forteresche de la ville depuis le porte a l’Estanque jusques a le porte aux Ars et a le posterne de le Planque Amoureuse (AMD, CC 214, fos 129 et 130), récupération des pierres de l’ancienne forteresse au jardin de Plaisance, à l’hôpital des Wez en 1450-51 ; AMD, CC 219, fos 77 v°, 79 r°, 88 r°, et passim.

137 Voir supra, 3.4.1.

138 AMD, CC 207, f° 279.

139 AMD, CC 208, 447-448.

140 Ib., f° 395.

141 AMD, CC 208, fos 445-446 : A Jehan de Raucourt, machon, pour seu salaire d’avoir machonné le fondation d’un pan de mur rouillie* que on a fait en le creste* du fossé de dehors le bollewert de ledit porte d’Esquerchin de XXIIII piéz de long et de VI piéz de large ou environ pour faire esponde* et cavech* a le cauchie*.

142 AMD, CC 209, f° 430 et CC 215, f° 96 r°.

143 Car situé à côté de l’abbaye du même nom. La ville fut condamnée en 1415 à une amende de 173 couronnes pour s’être emparée de pierres et autres matériaux appartenant à l’abbaye des Prés, WAGON, 1925a, p. 249.

144 AMD, CC 208, f° 399. On livrait des chênes pour le bollewert des Pres (ib., f° 454) ; pour la construction du batardeau qui revint à 488 livres, voir CC 209, fos 365 et sqq.

145 AMD, CC 209, fos 387, 393 et passim.

146 AMD, CC 213,1429-30, f° 151.

147 AMD, CC 210, 247-249 et 318.

148 Robert MICHEL, « La défense d’Avignon sous Urbain V et Grégoire XI », Mélanges d’archéologie et d’histoire, XXX, 1910, p. 129.

149 AMD, CC 210, fos 210 et 248.

150 .AMD, CC 210, f° 251.

151 Une vingtaine de maçons et 4 apprentis en juillet, 19 maçons et 4 apprentis la seconde semaine du mois d’août (mais pour 4 jours uniquement), vraisemblablement à cause de la fête de l’Assomption.

152 Sur un budget (dépenses) de 29 456 livres, on consacra 4 400 livres, 8 sous, 6 deniers à la tour des Dames, 1 237 livres pour les autres ouvrages.

153 Ou ailerons.

154 AMD, CC 211, fos 175 et 186, CC 212, f° 145 ; quatre gargouilles de grès évacuaient les eaux pluviales.

155 AMD, CC211, f° 186.

156 AMD, CC 211, 175 v°. Marché de 999 livres, dont les maçons reçurent 972 livres sur un total de 2 567 livres. En estimant à 4 000 livres les dépenses de 1427, le coût de la tour avoisinerait les 10 000 livres.

157 Restauration en 1479 de deux canonnières, réédification des combles détruits durant les guerres, AMD, CC 232. Sa toiture fut arasée après 1869 (ADN, 66J 1289).

158 Une embrasure a été transformée tardivement en porte.

159 Il semble que le niveau de la salle ait été abaissé de 60-70 cm à une époque indéterminée, comme en témoignent les encadrements de grès des bases des portes interrompus à partir de 60 cm du sol où ils sont remplacés par un parement de brique. Dans la poudrière la base dégagée a été cimentée. Une partie des maçonneries primitives subsiste à la gorge de la tour sous forme d’un libage de grès non appareillé.

160 .AMD, CC 214, f° 161.

161 AMD, AMD, CC 214, f° 147 v° et sqq.

162 AMD, AMD, CC 214, f° 47.

163 Ces tours furent démantelées du xviie au xixe siècle, la tour du Dicq dès avant 1627 ; la clef de voûte de la tour Saint-André, d’un diamètre de 40 cm en pierre blanche et sculptée d’une croix de Saint-André, fut déposée en 1850 au musée.

164 Jehan de Banaix réalisa la taille de 20 rayeres à 4 livres et de 8 canonnières à 25 sous chacune.

165 AMD, CC 214, 148 r°.

166 AMD, CC 215, f° 103.

167 AMD, CC 215, 103 r°.

168 AMD, CC 215, 98 v°.

169 AMD, CC 215, f° 112 et sqq.

170 AMD, CC 215, fos 103, 111, 119.

171 AMD, CC 215, 107 v°.

172 .AMD, CC 215, 112 v°.

173 PJ 7.

174 AMD, CC 216, 3 v° et 4 r°.

175 AMD, CC 216, 71 r°, 73 r°

176 AMD, CC 216, f° 75.

177 AMD, CC 216, 79 r° ; ils furent rétribués 40 sous par jour, plus leur dépense de bouche, soit pour trois jours une dépense de 16 livres

178 AMD, CC 216, 85 v° et 79 r°.

179 .AMD, CC 216, 85 v°.

180 AMD, CC 216, 89 v°, 90 r°.

181 .AMD, CC 217, f° 95.

182 AMD, CC 217, fos 92 à 96.

183 AMD, CC 217, 97 r° et sqq. Les ailerons furent agrandis et surélevés par rapport au devis primitif.

184 AMD, CC 217, f° 97. Les matériaux devaient être fournis par l’entrepreneur ce qui expliquerait la différence importante, du simple au double, entre le prix des maçonneries du premier et du second niveau ; dans le premier cas on aurait utilisé le grès, dans le second la brique.

185 AMD, CC 219, fos 70 r°, 78 v°.

186 AMD, CC 219, 77 v° ; voir PJ 13.

187 .Voir PJ 2.

188 AMD, CC 219, fos 82 v°, 83 r°.

189 AMD, CC 220, 87 r°.

190 On signale encore des travaux mineurs, pavage de la terrasse de la tour Alexandre ou de l’allee de deseure le bonnel de la tour des VI Hommes en 1455-56 ; AMD, CC 224, 58 v° et sqq.

191 Divers plans du Génie (ADN, 66J 933, 937, 938, 959) attribuent des mesures identiques aux tours Psalmon (tour 7) et Alexandre (tour 9), ou petites tours.

192 Elles étaient rejetées à l’extérieur par 6 gargouilles.

193 Ou bonelet.

194 Ou allées et crestiaux.

195 AMD, CC 218, f° 71. Voir PJ 12.

196 AMD, CC 218, 78 v°, 70 v° et sqq.

197 AMD, CC 218, f° 71 (des allees d’icellui boslvercq sur le porte haut d’illecq).

198 AMD, CC 218, f° 83 ; les ailerons furent surélevés en 1455-56 par le maçon Jehan Gaussel et son fils Hanin (AMD, CC 224, 59 r° et sqq.).

199 Ce pont surplombait de 4,50 m le fond des fossés ; l’élévation du boulevard était voisine de 8 m mais en 1756 elle était limitée à 12 pieds au-dessus du fond des fossés (ADGV, 2/16).

200 Avec allerons de deux piés et demy de haulteur, de bricque et demie d’espoisse au loing d’icellui mur pour seoir les gens...

201 Fait a ung a léz et a l’autre de l’entree dudit bolluwercq et entree les dis deux ponds au léz des champs affin que leu pevist widier d’icelle ville a couvert...

202 Les comptes de construction de cet édifice ont été partiellement publiés par WAGON, 1925b.

203 AMD, CC 224,1455-56, f° 48 et sqq.

204 Le peintre Simon de Cambrai, né en 1423, fils de Nicaise de Cambrai – lui-même peintre et originaire de Villers-au-Tertre, bourgeois de Douai le 17 juillet 1443 – fut reçu bourgeois de Douai le 5 décembre 1445 ; il travailla à Lille en 1453-54 pour le décor du banquet du Voeu du Faisan et, en 1454 et 1456, pour la collégiale Saint-Amé à Douai. DEHAISNES, 1890, p. 12.

205 AMD, CC 223, 72 v° : A Simon de Cambray, paintre, pour son sallaire de avoir escript et fait pluisieurs patrons de grosses lettres de fourme en IIII lingnes contenant la datte de le fondation de ladite porte Notre Dame et desias ponssé et trachié ladite lettre sur une pierre de griéz pour le tailler en icelle, XVI sous. Une version mauvaise figure dans PLOUVAIN, 1822, p. 236.

206 AMD, CC 223, 46 v°.

207 AMD, CC 223, 48 v°.

208 AMD, CC 223, fos 49 v°, 50 r°.

209 Leur nombre exact est difficile à déterminer, les paiements étant reportés par quinzaine et des ouvriers étant rétribués pour un travail partiel au cours des deux semaines.

210 AMD, CC 223, f° 50.

211 AMD, CC 223, fos 50 v, 52 r°, 54 r°, 65 v°.

212 AMD, CC 223, 67 v°.

213 AMD, CC 223, 71 r°.

214 AMD, CC 224, 55 r° et sqq. Cependant en juin, on remplaça certaines briques par de plus secques.

215 AMD, CC 224, 63 r°.

216 AMD, CC 229-230, 39 v°.

217 Pour la réalisation de cette couverture et la surélévation de 10 pieds des maçonneries de la porte, l’archiduc Maximilien accordait en 1494 une prorogation des assises ; WAGON, 1925b, p. 319-322.

218 De 126 pieds de longueur, 9 pieds de hauteur deseure la cauchie* et 2 pieds 1/2 d’épaisseur.

219 Qui font brayes* et allerons a un léz et a l’autre de la porte Notre Dame entre le darrain pont levis et le tappecul de la porte...

220 Espasse* VIII canonnieres quarees dedens, a larmier* par dehors, estoffee* chacune de une rayere croisié au deseure avecq VIII fentes*...

221 Un encombrement ou il y a une canonniere ronde et une archiere au deseure.

222 AMD, CC 224, f° 71 ; paiement de 794 livres, 18 sous. En juillet, on confectionnait deux cintres qui furent levés et ravesty* de roilles* pour tourner subz le vaulsure d’entre les deux piliers du tapecul (ib., 63 r°) ; en août, un charpentier réalisait des quevallés* et hestaux* pour hourder les machons ouvrons aux avantpis et autres edeffices de l’avant-porte (ib., 68 r).

223 Les meneaux (estanfficques*) de ses fenêtres étaient fixés par des goujons de plomb.

224 AMD, CC 225, 71 r° ; 1457 en août on réalisait les cintres à tourner subz les vaulsures des encombrements* des canonnières (ib., 63 r°).

225 AMD, CC 238, 125 v°. Ils avaient respectivement 6 pieds de hauteur sur 3 pieds et demi de largeur et 4 pieds de hauteur sur 3 de largeur.

226 WAGON, 1925b, p. 326-28.

227 Plouvain donne encore la date de 1771 pour cette restauration extérieure, PLOUVAIN, 1822.

228 ADN, 66J 1022, Projets pour 1851. Améliorer la route nationale 43 de Bouchain à Calais. Porte de Valenciennes.

229 Dépense de 67 401,48 francs du 20/9/1933 au 30/12/1933 pour la reprise des maçonneries de la tourelle de droite et l’établissement d’une semelle en béton étanche sur le chemin de ronde ; AMH, 949,1er dossier 1928-38.

230 Dépense de 4 170 743 francs pour la réfection partielle du parement de grès et du garnissage de brique interne de la tour du nord-est et des parties voisines outre la révision des joints et l’injection de ciment pour consolidation.

231 Devis du 23 juillet 1941 pour 662 951,94 francs, du 29 juillet 1942 pour 488 321,08 francs, de 1945 pour 1 504 380 francs ; cette dernière restauration due à l’architecte Gilis portait sur la tourelle de droite partiellement détruite et sur celle de gauche plus légèrement atteinte ; AMH, 949,2e dossier 1941-48. Ce devis prévoyait la restauration des marches de la tourelle d’escalier en pierre de Hon-Hergies.

232 La quinzaine du 24 mars au 5 avril 1455, Miquiel Huart fut rétribué pour avoir durant 4 jours et demi pris warde* sur lesdits ouvriers, leur trachié le fourme del oeuvre, taillié gréz ; AMD, CC 223, f° 50. A maistre Miquiel Huart, maistre machon, pour avoir esté occupé tant a solichiter lesdits ouvriers comme les manouvriers et taillié gréz ; AMD, CC 224, 48 r° et passim. Sur la signification des maulles ou modèles, cf. infra, 7.4.3.

233 AMD, CC 224, 50 r°.

234 AMD, CC 219, 78 r° et 109 v° et CC 220, 64 r°, 87 r°.

235 AMD, CC 228,39 v°.

236 Marché de 794 livres, 18 sous ; AMD, CC 224, f° 71.

237 AMD, CC 224, 70 v°.

238 AMD, CC 224, f° 71.

239 Rétribution de 100 sous pour tout et parmy le sallaire du clerc qui a escript soubz lui, AMD, CC 225, f° 50.

240 AMD, CC 225,52 r°.

241 953 000 briques livrées en octobre-novembre 1455, 127 850 en octobre 1456.

242 Les plans du Génie antérieurs à la fin du xixe siècle permettent la reconstitution du plan d’origine qui servira de support à l’analyse monumentale.

243 SALAMAGNE, 1989, p. 71 et sqq.

244 ADN, 66 J 1022, 1754.

245 Cette statue, sculptée par Charles de Callonne, ne fut posée dans la niche prévue à cet effet au revers de la porte qu’en 1515 ; WAGON, 1925b, p. 319-322.

246 Détruit au cours du xvie siècle.

247 Sur les schémas défensifs des portes, voir MESQUI, 1981, p. 203 et sqq.

248 Soit probablement 6 ou 7 m au-dessus du niveau des fossés.

249 L’un des deux piliers, plus volumineux que son vis-à-vis, possédait une cheminée.

250 AMD, CC 223, f° 68. Dodasne entre l’une desdites brayes et le boult des crestes moyennes allons vers le tour d’Anchin (ib., 50 r°), piliers secondaires a l’oppositte des deux dodasnes joingnants aux murs desdites brayes (CC 224, 71 r°).

251 SALAMAGNE, 1988.

252 AMD, CC 223, 74 r°. L’embrasure (e3) cependant ne possède par de canonnière.

253 Barreaux de fer (d’un poids de 13 livres) et crampons mis aux deux canonnières du coppon de mur vers le Dicq (AMD, CC 225, 70 r°), barreaux et gons de fer mis en oeuvre aux rayeres des ailerons de grès (AMD, CC 224, 75 v°), ou aux encambrements et archeres du premier estaige de la porte Notre-Dame (AMD, CC 223, 74 v°).

254 WAGON, 1925, p. 262-269.

255 Voir SALAMAGNE, 1996a.

256 Voir J. de le RUE, « La restauration de l’Abbaye de Notre-Dame-des-Prés à l’intérieur de la ville de Douai (1477) », Bulletin de la Société d’Etudes de la Province de Cambrai, XXXIII, 1933, p. 37-40.

257 AMD, CC 232, 44 r°, 60 v.

258 .AMD, BB 1,44 r°.

259 AMD, BB 12,18 r° ; 21 r°.

260 Léopold DEVILLERS, « Le Hainaut sous la régence de Maximilien d’Autriche », Bulletin de la Commission Royale d’Histoire, 10,1882, p. 327 et sq., 15,1888, p. 155-366, 16, 1889, p. 178-260.

261 SALAMAGNE, 1992c.

262 AMD, DD 217.

263 AMD, CC 234, 82 r°.

264 AMD, CC 234, f° 105 et 114 v°. Ces fausses-braies ne sont pas citées en 1486-87, mais les travaux devaient être déjà achevés ; les faulses braies sur les crestes et dodennes quy sont entre les deux fosséz de depuis ladite tour des Dames jusques a le prochaine tour de le porte d’Ocre, furent érigées en partie sur les terrains de l’abbaye des Dames ; WAGON, 1925a, p. 271.

265 Il fut réédifié en maçonnerie en 1476-77, cf. WAGON, 1923-1925a, p. 269-270.

266 AMD, DD 210, achat par la ville de terrains hors la porte d’Arras afin d’y édifier un boulewercq.

267 AMD, CC 234, 92 r° et sqq. et DD 212. En 1499, la ville achetait des terrains à des particuliers pour sa construction. Un accord de conciliation fut passé en 1494 entre l’abbaye des Prés et la ville de Douai concernant les dommages que cette abbaye avait du subir à partir de 1476 pour les travaux aux fortifications, WAGON, 1923-1925a, p. 269 et sqq.

268 Voir infra 6.5.2.

269 AMD, CC 235, 68 v° ; destruction de l’ancienne muraille, derrière une maison dite de le Vinette, pour en réemployer les pierres à l’œuvre du bollvercq de le porte d’Arras.

270 AMD, CC 239, 100 r°.

271 AMD, CC 239, ib., f° 105.

272 AMD, CC 240, 120 r° et CC 242, passim.

273 AMD, CC 652.

274 AMD, CC 241,145 v°.

275 AMD, CC 242, 161 r° ; DEHAISNES, 1890, p. 44.

276 AMD, CC 243, 156 v° ; cette dernière mention n’a pas été relevée par Dehaisnes.

277 Voir supra.

278 Pourtant en 1513-14, comme on posait une grande heuze* de ploncq (d’un poids de 224 livres) sur le comble de la tour Saint-André (AMD, CC 236, 97 r°), on n’envisageait pas encore cette solution. Mentionnons aussi en 1524 la construction par Collart Lalleame d’un terre-plein de maçonnerie sur le flanc gauche du boulevard Saint-Eloi, terre-plein long de 11 m et haut de 5,50 m pour une épaisseur de 1,80 m ; AMD, CC 245, 216 r°.

279 AMD, DD 216 : convient mener la muraille audroit allant vers la porte d’Occre et dicelle porte d’Occre en faire une batterie, aussi du bolverch de ladite porte le rallongier de machonnerie jusques aux murailles de la ville, tant d’ung costé comme d’aultre, et les emplir de terraulx pour y faire batterie par-dessus. Aussi conviendra faire l’entree de ladicte porte du costé vers la tour des Dames...

280 AMD, DD 216 : item quand au bolverch de la tour des Dames, ladicte Majesté a ordonné de estre rallongiet de machonnerie, tant par ung costé comme par l’autre, pour rataindre les murailles de la ville et y faire canonnieres pour battre tant du costé vers la porte d’Arras, comme du costé de la porte Morel. Et emplir icelluy bolverch de terraulx. Aussi convient rabaissier ladicte tour des Dames pour faire une batterie...

281 TAILLIAR, 1875, vol. 2, p. 116.

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search