Version classiqueVersion mobile

Construire au Moyen Âge

 | 
Alain Salamagne

Introduction

Texte intégral

En cette Province Belgique y a environ trois cents et vingt villes closes et murées entres lesquelles plusieurs sont très magnifiques et fameuses...
Guicciardin, Description de tous les Pays-Bas autrement appeliez la Basse Allemagne, ed. de 1613, p. 4.

  • 1 A quelques exceptions près, les travaux de MESQUI, 1979 et 1981, SALAMAGNE, 1981, 1983, 1991, 1992 (...)
  • 2 FAUCHERRE, 1993.
  • 3 DELOFFRE ROUMEGOUX, 1993.

1Si l’étude de l’architecture militaire médiévale bénéficie depuis une quinzaine d’années d’un regain d’intérêt, les chercheurs se sont surtout intéressés à l’étude de la fortification castrale et ont laissé dans l’ombre les enceintes urbaines1. Il est vrai que celles-ci ont pour la plupart été victimes de destructions inconsidérées qui en gênent l’étude. Pour les régions du Nord, néanmoins, des monographies récentes ont apporté leur contribution à leur connaissance. Ouvrage d’inventaire pour Montreuil2, d’histoire et d’archéologie pour Béthune3, ces travaux témoignent de l’intérêt que suscite désormais cette thématique.

  • 4 LEGUAY, 1969, a publié une partie des sources concernant les enceintes de Rennes au xve siècle, ma (...)

2Ces fortifications furent souvent, au même titre ou plus encore que les cathédrales, des chantiers inachevés, car à côté de leur nécessaire entretien, s’ajoutait l’obligation de les adapter à l’évolution des techniques poliorcétiques. Ville de suzeraineté française au début du xive siècle, puis flamande à partir de 1369, Douai constitue un exemple représentatif, pour le sud des anciens Pays-Bas, des problèmes posés par la fortification d’une ville au Moyen Âge : du financement des travaux à l’approvisionnement en matériaux, de la conception à la défense des ouvrages, s’y trouvent illustrés – enrichis par la confrontation entre les sources et les monuments – la plupart des thèmes de recherche4.

  • 5 Voir entre autres MESQUI, 1979, p. 97 et sqq. sur le problème de l’archère.
  • 6 A propos des embrasures, cf. SALAMAGNE, 1984, vol. 2, p. 203 et sqq.
  • 7 Voir SALAMAGNE, 1988. Néanmoins, dans l’architecture religieuse l’évolution des éléments du décor (...)
  • 8 Peut-être 1 % de ce qui fut édifié vers 1200 dans les régions du Nord.

3À défaut de sources explicites, la datation des ouvrages fortifiés pose problème au chercheur : force dès lors est de recourir à des classements typologiques, à partir d’éléments référentiels, pour établir des chronologies relatives5. Si la méthode autorise une approche comparative, elle exclue néanmoins d’autres paramètres, techniques, financiers ou défensifs6. Dépourvus d’éléments stylistiques les différenciant, des ouvrages sont donc considérés comme contemporains : la tendance qui en résulte consiste à rapprocher chronologiquement des ensembles monumentaux aux caractéristiques architecturales proches. Cependant la notion de modèle – notion parfaitement reconnue pour l’architecture religieuse – a pu conduire les maîtres d’œuvre à y reproduire des formes identiques7. Développé en fonction de paramètres référentiels – un contexte identique appelant des formes identiques – le modèle était reproduit ne varietur. Comment évaluer l’écart chronologique qui le sépare de sa transcription ? Cerner les réalités locales ou régionales, dans le cadre duquel s’échangèrent d’abord au Moyen Âge les influences, peut nous permettre, même dans le champ étroit du patrimoine qui nous a été conservé8, d’établir des filiations.

4C’est à la fin du Moyen Âge que les enceintes présentèrent ce visage, illustré dans les miniatures du temps, où de puissantes tours chargées d’oriflammes jalonnaient de hautes murailles. Visage qui ne résultait en fait, la plupart du temps, que de la lente poursuite de campagnes de travaux ayant remplacé les levées de terre primitives par des courtines de pierre. L’histoire des fortifications médiévales s’inscrit dans un long dialogue entre la pierre et la terre qui ne fut jamais totalement rompu, même si l’imaginaire urbain correspondait bien à celui d’une ville emmuraillée de hautes tours de pierre : mais entre les terrées primitives et les puissants ouvrages de pierre de la fin du Moyen Âge s’intercalent deux siècles de travaux.

  • 9 Expression de BECHMANN, 1984.

5Participant des conditions du milieu9, l’étude des enceintes urbaines ne peut être dissociée d’un ensemble de facteurs, du cadre politique à l’organisation défensive de la cité, des approvisionnements en matériaux aux techniques de construction.

  • 10 Voir CAILLEAUX, 1993 ; PEYLET-COSTANTINI, 1994 ; CHAPELOT, 1994 ; BERNARDI, 1995 ; HAMON, 1996.

6L’étude de la production et de la commercialisation des matériaux lithiques, de l’organisation des chantiers, de l’analyse des procédés constructifs, s’inscrit dans une tendance actuelle de la recherche à dépasser la seule problématique formelle de l’œuvre d’art pour s’interroger sur les conditions de sa mise en œuvre10. Ce sont ces derniers aspects que nous entendons privilégier dans un travail qui se veut une contribution à l’histoire du chantier médiéval.

7Les comptabilités de Douai offrent une source inégalée sur l’histoire du chantier médiéval, des approvisionnements en matériaux aux différentes phases de la conception architecturale, nous y découvrons les multiples corps de métier intervenant dans leurs spécialités, maçons, charpentiers, forgerons, peintres, etc., sur les nombreux ateliers ouverts par la ville, fortifications certes, mais aussi beffroi et hôtel de ville, ponts, maisons, chaussées, cours d’eau... Dirigeant et ordonnant ces travaux, les échevins déléguaient une part de leurs responsabilité – mais une part seulement – à des bourgeois, les VI-Hommes qui pour certains d’entre eux avaient de réelles compétences. Sensibles à la beauté et au décor des œuvres qu’ils édifiaient, les élus apparaissent néanmoins toujours soucieux de contrôler la dépense publique, exigeant des techniciens du bâtiment des devis contradictoires, ne lançant des chantiers qu’au vu des prévisions budgétaires.

  • 11 On mentionnera néanmoins, sur la pierre, les travaux pionniers de nos collègues belges, voir COLLE (...)
  • 12 DIEUDONNÉ, 1804,1, p. 194-201.
  • 13 DIEUDONNÉ, 1804,1, p. 194.

8L’industrie du bâtiment, de la production et de la transformation de la pierre a été reléguée dans l’ombre par une tradition historiographique privilégiant l’étude de l’industrie textile ou, plus tardivement, du charbon11. Les carrières n’ayant pas laissé d’archives, leur importance ne peut être reconnue qu’au gré des fournitures arrivant sur les chantiers urbains. Pourtant au Moyen Âge, des milliers d’ouvriers et d’artisans travaillaient dans l’industrie du bâtiment ; le Douaisis, le Cambrésis, le Hainaut, bruissaient de l’activité des multiples chantiers, du roulement des chariots remontant des carrières au choc des marteaux frappés sur la pierre. Les photographies prises par Boutique à la fin du xixe siècle donnent une idée du temps où les lourdes nefs, par la Scarpe ou l’Escaut, leurs flancs gonflés de cargaisons de pierre blanche ou de grès, remontaient vers les villes de Brabant, de Flandre ou de Hollande. Le préfet Dieudonné notait (en 1804) qu’avant 1789 « des exportations considérables en étaient faites annuellement, tant dans les départements intérieurs que pour la Belgique, la Hollande et même l’Angleterre ». Entre Douai et Valenciennes, cinquante communes vivaient de l’exploitation du grès : le seul arrondissement de Douai produisait encore en 1789 – alors même que cette industrie n’était plus que l’ombre d’elle-même – 10 343 m3 de grès, soit environ 30 000 tonnes par an ; les quatre arrondissements de Cambrai, Avesnes, Douai et Lille, 95 074 m3 de pierre de taille et moellons, soit plus de 200 000 tonnes12 ! La Révolution anéantit cette prospérité : d’immenses démolitions13 firent durant des décennies de quelques dizaines de cathédrales, d’abbayes et d’églises – parmi les plus grandes et les plus riches de France – des carrières à ciel ouvert. C’est alors que disparut, avec les édifices qu’ils avaient conçus et élevés, le souvenir même de ces artisans, ces maîtres de la pierre qui dès le xiie siècle avaient dressé, comme un défi, dans le ciel de l’Europe, les clochers des cathédrales.

Notes

1 A quelques exceptions près, les travaux de MESQUI, 1979 et 1981, SALAMAGNE, 1981, 1983, 1991, 1992. Mentionnons aussi l’Inventaire Général des Monuments et des Richesses artistiques de la France : Gard, Canton Aigues-Mortes, Paris, 2 vol., 1973.

2 FAUCHERRE, 1993.

3 DELOFFRE ROUMEGOUX, 1993.

4 LEGUAY, 1969, a publié une partie des sources concernant les enceintes de Rennes au xve siècle, mais sans les accompagner d’une analyse architecturale.

5 Voir entre autres MESQUI, 1979, p. 97 et sqq. sur le problème de l’archère.

6 A propos des embrasures, cf. SALAMAGNE, 1984, vol. 2, p. 203 et sqq.

7 Voir SALAMAGNE, 1988. Néanmoins, dans l’architecture religieuse l’évolution des éléments du décor ou de la modénature autorise une reconnaissance de l’évolution stylistique.

8 Peut-être 1 % de ce qui fut édifié vers 1200 dans les régions du Nord.

9 Expression de BECHMANN, 1984.

10 Voir CAILLEAUX, 1993 ; PEYLET-COSTANTINI, 1994 ; CHAPELOT, 1994 ; BERNARDI, 1995 ; HAMON, 1996.

11 On mentionnera néanmoins, sur la pierre, les travaux pionniers de nos collègues belges, voir COLLECTIF, 1979.

12 DIEUDONNÉ, 1804,1, p. 194-201.

13 DIEUDONNÉ, 1804,1, p. 194.

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search