Version classiqueVersion mobile

Construire au Moyen Âge

 | 
Alain Salamagne

Avant-propos

Jean-Claude Hocquet

Texte intégral

1Le titre de l’ouvrage est explicite et ambitieux : Construire au Moyen Age, l’illustration en est offerte par Douai essentiellement, qui, dans ses archives communales, municipales dirait-on aujourd’hui, a conservé la trace des délibérations urbaines. La construction dont il s’agit est, par conséquent, d’ordre public et le livre répartit la matière en deux grands chapitres : la fortification urbaine et l’industrie du bâtiment.

2Alain Salamagne a écrit mieux qu’un travail d’archéologie militaire, toujours un peu sec et technique, il a fait œuvre d’historien et son livre s’ouvre sur un examen attentif des sources qu’il a découvertes dans les très riches archives de la ville. Le dossier ainsi constitué à partir des documents écrits, délibérations municipales, livres de comptes, lettres, enrichit notre connaissance de la savoureuse langue chti’mi du xive ou du xve siècle. Les puristes vont se récrier de voir ainsi accolées la langue picarde de la fin du Moyen Âge et la sympathique épithète par laquelle se désignent aujourd’hui les gens du Nord eux-mêmes. Lisez et vous verrez que l’on écrit alors officiellement et savamment ce qui passe aujourd’hui pour un patois populaire uniquement parlé au village et dans les faubourgs.

3A chaque pas, l’auteur compare, avec les villes voisines, leurs remparts, leurs portes fortifiées et l’ouvrage est aussi une mine de renseignements sur Valenciennes et Cambrai, Lille et Arras, Béthune, Ardres et Saint-Omer, sur le patrimoine urbain de notre région et des anciens Pays Bas si proches qu’aucune frontière naturelle ne sépare, et ceci aussi fait son extrême intérêt. Ajoutons-y une touche discrète d’humour qui, par ci par là, vient provoquer le sourire du lecteur, ainsi quand, à la suite d’un savant dominicain, il reprend la comparaison du « franc-maçon », l’expert, le maître, et du prélat, l’évêque, qui donnent des ordres sans travailler eux-mêmes : ils disent aux autres, « par ci me le taille » mais ils ne font rien (du bloc de pierre), car le moine oublie l’investissement intellectuel dans le travail « déjà conçu par l’esprit ». L’occasion était belle de réhabiliter cette forme supérieure du travail.

4Autre notation digne d’être relevée, ces villes sont déjà sur une frontière, dans une région que le roi de France dispute au xiiie siècle aux grands féodaux, surtout au comte de Flandre, et qu’il doit défendre aux siècles suivants contre les Anglais et leurs alliés, mais les fortifications voulues par le roi sont mal acceptées par les populations qui supportent difficilement les expropriations de terrains ou de logements, les opérations de voirie ou de remembrement. C’est là un enjeu social plus que militaire qui est bien mis en valeur grâce à l’enquête historique. Celle-ci donne une nouvelle dimension à l’histoire de l’art que certains tenants de la tradition académique n’ont pas toujours bien comprise. Alain Salamagne échappe à cette myopie.

5Son étude vaut aussi par ses multiples apports à l’histoire des techniques de la construction et des chantiers, même quand il décrit les modestes « terrées » édifiées à la hâte avant de céder la place à de plus solides murailles, mais « modeste » est mal venu pour qualifier ces talus de dix mètres de haut et seize à vingt mètres de large élevés avec la terre de déblai des fossés et plantés d’épineux. Bientôt il faut flanquer ces talus de guérites de bois, puis de tours, tracer au pied le chemin de ronde, à mi-hauteur des courtines percées de poternes et couronnées de parapets. Tout le vocabulaire de l’architecture militaire contemporaine de l’apparition et de l’expansion de l’artillerie surgit au détour des constructions. Les fossés ne trouvent leur efficacité que remplis d’eau, ce qui impose la maîtrise des rivières, de la Scarpe contrôlée par des écluses, que l’ennemi ne peut vider. Le programme est déjà réalisé en 1531 comme le proclamaient fièrement les échevins qui avaient fait installer « certains vans a eauwe (et) artifices secretz » pour nourrir les fossés et empêcher l’ennemi d’en faire la vidange.

6En véritable historien, Alain Salamagne porte un vif intérêt aux hommes, et d’abord à ces maîtres-charpentiers, vrais architectes du temps jadis, qui devaient leur primauté sur les autres corps de métier à la prépondérance du bois dans la construction médiévale, puis aux tailleurs de pierre et aux maçons. Il y a aussi, comme de nos jours, des commissions techniques qui procèdent aux visites et aux expertises et des contrôles financiers qui acceptent les devis.

7Singulière modernité, et le travail de Salamagne nous rappelle fort opportunément que l’une des industries partout présente au Moyen Âge fut, beaucoup plus que la draperie et les autres textiles si abondamment étudiés depuis des lustres dans nos villes drapantes, précisément la construction. Celle-ci acquiert ici ses lettres de noblesse, sans que pour autant il nous soit parlé de palais et de cathédrales. Le secteur du bâtiment et des travaux publics ne se réduit pas aux seuls remparts, tours et portes, la commune gère aussi l’entretien des cauchies, les rues pavées, en ville et dans sa banlieue, des ponts et canaux, des puits et fontaines qui distribuent l’eau, du beffroi et des halles, voire des boucheries. Douai tire un autre élément de sa richesse de sa fonction de marché et d’étape des grains au débouché sur la rivière des riches campagnes céréalières du Cambrésis et de l’Artois d’où les grandes villes flamandes font venir leurs approvisionnements. Parmi les secteurs d’emploi si difficiles à appréhender car les sources se réduisent souvent aux seuls registres d’admission à la bourgeoisie, ce qui exclut les compagnons et les apprentis, il ne faut pas craindre de revoir à la hausse les 10 % de l’emploi industriel traditionnellement reconnu au bâtiment qui inclut bien plus que les trois métiers de maçon, charpentier et couvreur. En amont il faut compter avec les carriers, briquetiers, tuiliers, chauleurs, marchands de sable, de fer, de bois, tailleurs de pierres, etc., chaque maître employant des manœuvres et des aides.

8Alain Salamagne adore parler du travail manuel, on le sent à l’aise à décrire comment dégauger un grès (le dégauchir), le jauger puis le marquer. Il aime le travail bien fait et il sait comment les hommes s’acquittaient de leur tâche au xve siècle : pour la construction de la Tour des Dames, l’échevinage confia quatre missions d’inspection à des experts, maîtres-maçons venus des villes voisines, Valenciennes, Lille et Tournai, qui intervinrent à chacune des étapes de l’édification, les premiers établirent un devis général par écrit, les seconds furent invités deux mois plus tard à donner leur avis sur le maintien et la reprise des fondations anciennes de la vieille tour du Dicq au centre de la nouvelle construction, d’autres furent consultés à l’achèvement des tranchées pour dire s’il fallait lever de nouvelles fondations sur pilotis, tous furent conviés à la pose de la première pierre, et revinrent en cours de construction examiner s’il fallait ajuster le devis en cours d’opération. Ces expertises multipliées aboutissaient à une intervention collégiale qui scindait la conception de l’œuvre et la direction du chantier.

9Les maîtres-maçons avaient tous pris part à la construction des murailles dans leur ville ou sur des chantiers comtaux proches, à Cambrai ou Le Quesnoy par exemple. Travaillaient-ils sur plan dressé par un architecte ? Notre ami fait remarquer que bien peu de plans ont été conservés et qu’il s’agit alors de plans d’édifices non construits. Les experts en fait faisaient la « pour traiture » et dessinaient des formes et des modèles, non des plans.

10Les travaux avaient un coût et la ville disposait de recettes pour payer les fournitures et la main-d’œuvre, de 10 à 20 % du budget annuel, je ne crois pas que « l’ampleur des travaux dépendait des ressources financières de la ville » car, déjà au Moyen Âge, il existait une priorité à la défense, bien compréhensible, et le pouvoir urbain n’hésitait jamais à recourir au crédit. A preuve : le service de la dette, paiement des intérêts et amortissement des emprunts, absorbait 46 % de la dépense annuelle à la fin du xive siècle. Il est clair que la dépense anticipe la recette et que les impôts présents sont destinés à payer les dépenses passées financées par le crédit. C’était là le « b.a.-ba » d’une saine gestion des finances publiques, ne pas attendre d’avoir l’argent pour le dépenser.

11Alain Salamagne qui ne veut rien laisser ni au hasard ni dans l’ombre – comme il a raison ! – n’esquive aucune difficulté et affronte hardiment les questions si délicates des poids et mesures. Ayant procédé à des dépouillements systématiques, il a découvert aussi des pépites comme la contenance de la navelée, la barque fluviale ou petite « nave » qui emportait 384 pieds3 de pierres (12 x 8 x 6 pieds) ou 9,14 m3, soit au poids de la pierre bleue de Tournai près de 25 tonnes : sur la Scarpe, trois de ces barques cèdent leur chargement à la « nave » qui en un seul voyage apporte 75 tonnes de pierres aux chantiers urbains. On ne dira jamais trop tous les avantages que les villes de plaine des Pays-Bas et du Nord ont tirés de leur position sur de calmes rivières qui n’avaient besoin que d’un minimum d’aménagements pour être navigables.

12L’ouvrage excitera la curiosité du public cultivé soucieux de savoir le passé de ses villes, il deviendra aussi un instrument de consultation pour les professionnels, ceux du bâtiment peut-être, à coup sûr aussi les historiens et les linguistes, car l’auteur a eu l’excellente idée de présenter un glossaire des termes techniques de la construction, œuvre tout-à-fait originale appelée à rendre de grands services, enfin on y trouvera une abondante série de textes sur la construction qui ne pourra laisser indifférent quiconque aime lire notre vieille langue d’oil, façon picarde, ou cherche des textes vivants à faire commenter par la classe. Quant au signataire de ces lignes, il s’est senti honoré d’être invité à préfacer un si beau travail et heureux de pouvoir témoigner son amitié à son jeune auteur.

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search