Desktop versionMobile version

La société française au Moyen Âge

 | 
Alain Derville

Deuxième partie. Les groupes sociaux

Chapitre V. La genèse du monde moderne. Caractères généraux

Full text

1.– La guerre de Cent Ans

1L’histoire de cette période est dominée par la Guerre de Cent Ans. Un phénomène aussi encombrant a peu de chances d’être simple. De fait son interprétation varie selon les écoles, d’autant plus que c’est un sujet sensible, voire douloureux pour certains chauvinismes.

2Pour beaucoup d’historiens français ayant la fibre patriotique assez développée, c’est une guerre nationale et les Anglais jouent le rôle du vilain : ils sont les agresseurs et il est juste qu’ils aient été punis. La cause de ce long conflit serait dynastique : en 1328, à la mort du dernier des Capétiens directs, la couronne fut adjugée par les Grands du royaume à Philippe de Valois, neveu de Philippe le Bel en ligne masculine, et non pas à Edouard III d’Angleterre, son petit-fils, mais par les femmes. Plus tard on invoqua la loi salique, qui interdisait aux filles la possession de la terra salica, c’est-à-dire ancestrale. Sur le moment Edouard III fut évincé parce qu’il n’était pas « né du royaume » : la préférence nationale joua contre lui. D’ailleurs il était jeune, faible, sans crédit. En 1337, quand il fut sorti de ses difficultés, il revendiqua l’héritage de ses ancêtres : saint Louis n’était-il pas son bisaïeul ?

3Dynastique, comme beaucoup de conflits médiévaux, ou nationale, comme tant de guerres modernes, cette guerre aurait duré jusqu’en 1453, date de la « reprise » de Bordeaux et de l’Aquitaine par les armes de Charles VIL C’est la version officielle, celle des manuels. On peut aussi faire durer la guerre jusqu’en 1558, date de la « reprise » de Calais, voire jusqu’à la paix d’Amiens (1802) qui vit le roi d’Angleterre renoncer à son vain titre de roi de France. Un historien anglais a été jusqu’à écrire que la guerre n’était pas terminée, puisque la paix n’avait jamais été signée et que, par conséquent, les Anglais ne l’avaient pas perdue.

4Pour la plupart des historiens anglais Edouard III était un prince français, souvent allié à d’autres princes français. La guerre fut donc une guerre civile : ce fut, tout simplement, la révolte des princes contre les insupportables empiétements d’une monarchie administrative virtuellement absolue et la mauvaise foi serait plutôt du côté du roi et de ses gens.

5Qu’on en juge par le sort de l’Aquitaine, le vieux fief planta-genêt, celui d’Aliénor. En 1258 Louis IX avait restitué à son beau-frère, Henri III d’Angleterre, un duché imposant comprenant entre autres le Périgord, le Quercy et l’expectative de l’Agenais et de la Saintonge. Or le roi-duc voulut, lui aussi, car c’était l’air du temps, imposer à ses sujets gascons une autorité monarchique et virtuellement absolue. Les Gascons firent appel au suzerain, le roi de France. A plusieurs reprises l’Aquitaine fut confisquée, envahie, conquise. Des paix boiteuses ne restituèrent au roi-duc qu’une province singulièrement diminuée : en 1328 il ne lui resterait qu’une étroite bande côtière allant de Bordeaux à Bayonne.

6Les autres princes français n’étaient pas mieux traités. Après trente ans de guerre (1297-1328) le comte de Flandre perdit Béthune, la Flandre Wallonne, le Tournaisis : tous ses sujets de langue romane. Il est vrai que la royauté paya très cher ces succès : les Flamands refusèrent désormais la justice du roi, la fiscalité du roi et même la langue du roi.

7Dans cette optique il faut dire que la Guerre de Cent Ans commença en 1294 contre l’Angleterre et en 1297 contre la Flandre et qu’elle se termina avec l’annexion des derniers grands fiefs, la Guyenne (1453), la Bourgogne et la Picardie (1477), l’Anjou et la Provence (1481), la Bretagne (1491) ou la perte définitive, de facto puis de jure en 1521-1526, de l’Artois et de la Flandre, ou encore avec la réunion à la couronne des apanages ou domaines de Louis XII (1498), de François Ier (1515) et même d’Henri IV (1589). Cependant, si on ne considère que les hostilités, on peut s’arrêter à 1493 : à cette date le roi renonça à tout espoir de conquérir les Pays Bas bourguignons et se lança dans l’aventure des guerres d’Italie : c’était bien la fin du moyen âge.

8Civile ou étrangère, cette guerre ? Pour les princes qui la firent ce fut, peut-être, une guerre civile, pour les populations qui la subirent ce fut sûrement une agression étrangère, avec toutes ses horreurs. En 1339, lors de son raid en Vermandois, Edouard III brûla les maisons, tua les hommes, força les femmes et les filles et, dit-on, mutila les petits enfants. En 1347, quand il eut conquis Calais, il en expulsa ses nouveaux sujets, qu’il remplaça par des insulaires. Il n’y a aucun doute : pour beaucoup de Français l’Anglais fut l’ennemi, le suppôt du diable, qui cachait une queue dans ses chausses : l’Anglais « coué ».

9Ainsi les Flamands refusaient la justice et l’impôt du roi ! C’est ici que se dévoile la signification de la Guerre de Cent Ans. Celle-ci fut avant tout la crise, longue mais décisive, par laquelle la France passa de la royauté féodale à la monarchie absolue. Ce raccourci heurtera ceux pour qui l’absolutisme commence avec Louis XIV. Qu’ils lisent donc les historiens du XVIe siècle.

10Retardataire ou conservateur, Louis IX avait été le dernier des rois féodaux. Son petit-fils, Philippe le Bel (1285-1314), peut être considéré comme le premier des rois modernes. Non seulement les organes du gouvernement central furent réglés et perfectionnés, d’où une rapide inflation du fonctionnariat, mais l’action du pouvoir royal se fit envahissante. Sa fiscalité directe s’étendit à tout le royaume, quitte à laisser aux grands vassaux une part de l’impôt. Sa justice d’appel ou d’évocation pénétra jusqu’au fond des grands fiefs, rognant celle des grands vassaux. Le roi étendit le service d’ost à tous ses sujets (arrière-ban). On devait même voir, en 1321, Philippe V rêver d’unifier les mesures du royaume et prescrire de rédiger les coutumes. Bref, le pouvoir royal ne se limitait plus au domaine royal : il s’étendit à tout le royaume. Il n’y avait plus un suzerain, des vassaux et des arrière-vassaux, mais un souverain et des sujets.

11On l’a vu, les légistes du XIIIe siècle avaient posé les bases théoriques du pouvoir absolu du « prince ». En 1210 Alanus avait écrit : rex tantum juris habet in regno quantum imperator in imperio (le roi a autant de droits dans le royaume que l’empereur dans l’empire) et Jean de Blanot en 1250 : rex Franciae in regno suo princeps est nam in temporalibus superiorem non recognoscit (le roi de France est prince dans son royaume, car il ne reconnaît pas de supérieur au temporel). Telles sont les maximes qui inspirèrent les légistes de Philippe le Bel et les officiers de ses successeurs. Le roi n’était plus un seigneur féodal, ni même un suzerain, c’était, comme l’écrivait Beaumanoir en 1286, « le souverain par dessus tous ».

12A l’issue de cette longue gestation que fut la guerre de Cent Ans, la France de Charles VII et de Louis XI était un Etat moderne avec un impôt permanent, non plus consenti, mais imposé, et une armée permanente. Le service de cet Etat restructura la société française en absorbant sans concurrence toutes les capacités. Les uns, gens de robe longue, robins, servirent le roi dans les offices de finances ou de judicature. Les autres, gens de robe courte, servirent dans l’armée : la noblesse fut alors, plus que jamais, la classe militaire, mais elle fut soldée, non fieffée.

13C’est pourquoi on a préféré pour cette période le titre « genèse du monde moderne » au titre couramment employé de « bas moyen âge », qui est péjoratif et qui n’a pas de contenu clair. Mais si le pavillon a été difficile à choisir, la marchandise est parfaitement identifiée.

2.– Du monde plein au monde vide

14Dans une économie pré-industrielle sans progrès technique ni véritable croissance (croissance du P.I.B. per capita) le facteur humain est prépondérant : la démographie détermine le nombre des producteurs et celui des consommateurs. On s’abstient ici de nommer Malthus, qui déclenche toujours de furieuses polémiques, et on s’en tient à la loi de l’offre et de la demande, qu’on peut formuler en dix-sept mots : « quand l’homme est rare il est cher et le blé ne l’est pas ; et inversement ». Mais non réciproquement : on ne peut pas dire « quand le blé est bon marché l’homme est rare ». Ça ne marche pas dans ce sens-là. La relation causale est à sens unique ; la démographie est l’élément déterminant, la variable essentielle, celle qui commande les cycles de l’économie.

15Le cycle de 1285-1316 se laisse assez bien discerner. Les variations monétaires ne permettent pas d’étudier le prix du blé et on n’a pas beaucoup de salaires, mais il est sûr qu’en Artois les fermages en blé furent multipliés par 1,71 de 1284 à 1315. C’était bel et bien le monde plein, comme disent les historiens qui ont peur de se faire taper sur les doigts s’ils emploient le mot tabou de surpeuplement.

16Survint alors la terrible famine de 1316. Les prix du blé s’affolèrent. Les pauvres moururent « aval les rues », devant les greniers pleins des riches, non de faim à proprement parler, mais plus souvent de maladies gastro-intestinales, car ils ingéraient des aliments infâmes, « indignes d’entrer en corps de chrétien ». La contagion atteignit les ventres pleins. Tout cela suggère une forte mortalité, mais on ne peut chiffrer la ponction démographique. Pour Bruges, où on a le compte des cadavres ramassés dans les rues de mai à octobre 1316, on a estimé les pertes à 5,5 % de la population ; pour Ypres, de même, à 10 %. Les historiens font grand cas de ces chiffres, car ils n’en ont pas d’autres. Or il s’agit là de relevés partiels et un grand économiste a fait observer qu’une mortalité de 5, ou même de 10 % était chose trop ordinaire pour intéresser la plume des chroniqueurs. Comme on le verra plus bas, les grandes mortalités du XIVe siècle emportèrent chacune le tiers de la population.

17En 1316 la cause immédiate fut météorologique : il avait plu sans cesse. La cause profonde était le surpeuplement. Avec ou sans pluies l’équilibre entre la production céréalière et les besoins alimentaires se serait rompu tôt ou tard. S’il y a eu tant de morts en 1316, c’est que trop de pauvres vivaient à la limite de la survie.

18Ensuite on aperçoit bien un cycle 1316-1340. Après la forte saignée de 1316 le prix du blé baissa, le taux des fermages aussi. Les survivants vécurent un peu mieux et, très vite, se remirent à proliférer, tant et si bien que, 25 ans plus tard, le monde était plein à nouveau. Il y eut alors, un peu partout, mais en ordre dispersé, de nouvelles et fortes mortalités : en Cambrésis celle de 1340 emporta 33 % des paysans. Cette fois on ne peut accuser la météorologie. D’ailleurs la catastrophe ne fut pas partout simultanée, si bien qu’elle a échappé aux chroniqueurs comme aux historiens actuels. Si la cause était accidentelle, le phénomène était structurel : un rien suffisait à déclencher la mortalité, mais celle-ci était programmée dans la démographie. Une purge drastique tous les 25 ans, ainsi fonctionnait le monde plein.

19Cela aurait pu durer indéfiniment si la peste n’était apparue en 1349, si elle n’avait pas à nouveau sévi en 1360, en 1369 puis, plus ou moins sévèrement, tous les cinq ans jusqu’en 1669. Les sources cambrésiennes permettent d’affirmer que les grandes pestes du XIVe siècle enlevèrent chacune « la tierce partie du genre humain », comme écrivit Froissart. Les suivantes furent moins meurtrières, mais elles suffirent à empêcher la reprise démographique. Tel fut l’épouvantable fléau que certains historiens désinvoltes ont qualifié d’« accident négligeable ».

20Bref, en 1370 il devait ne rester que 20 % de la population de 1340, un peu plus sans doute vu que les veufs et les veuves convolaient allégrement et que les orphelins pouvaient enfin se marier, d’où de brefs baby-booms. 20 ou 25 % de la population de 1300-1328, c’est ce qu’on trouve pour beaucoup de provinces vers 1450-1500, ainsi le Dauphiné, la Provence, la Bourgogne, la France, la Haute-Normandie ou l’Artois. Evidemment la guerre n’avait rien arrangé, mais le coupable, c’était le bacille de Yersin. Ainsi furent annulés des siècles de progrès démographique et il n’est sans doute pas excessif de dire que le royaume de Charles VII, le Victorieux, n’était pas beaucoup plus peuplé que celui de Charles I, le Chauve. Mais la comparaison est injuste : la France de 850 était un monde plein, celle de 1450 un monde vide.

21Dans le monde plein de 1300 la croissance était bloquée. Les salaires étant faibles et le prix du blé plutôt élevé, les masses avaient un niveau de vie très bas, donc un très faible pouvoir d’achat, ce qui privait les industries urbaines de débouchés et tuait la croissance. Donc les villes ne pouvaient absorber le trop plein de population rurale. Donc les campagnes se surpeuplaient sans cesse un peu plus. Donc le niveau de vie baissait, et ainsi de suite. C’était un cercle vicieux qui ne serait rompu que par la hausse des salaires, c’est-à-dire par la peste. Naturellement on produisait surtout des calories à bon marché : du blé, toujours du blé.

22Dans le monde vide le blé, qui surabondait, fut en général à bon marché et, vu que l’homme était rare, les salaires furent orientés à la hausse, ce que prouvent bien des statistiques. Donc le niveau de vie des masses s’éleva, ce qui rendit de la vigueur aux industries urbaines, ce qui en donna à bien des productions alimentaires jusque là trop chères pour les pauvres : viande, beurre, œufs, fromage, bière, cidre, vin surtout. L’économie du moyen âge tardif fut donc faite de secteurs juxtaposés, les uns florissants, les autres sinistrés. A la limite, faire du blé n’était plus très rentable : il fallait se reconvertir. Mais ce n’était pas facile. L’exemple du Nord, qui mit alors au point la fameuse « agriculture flamande », c’est-à-dire une polyculture intensive, capitaliste et commerciale, est malheureusement isolé.

23L’autre variable économique, ce fut la guerre. Après les dévastations il fallait reconstruire les régions sinistrées. Tout porte à penser que cette reconstruction se fit « à l’identique », sans le moindre effort de reconversion : du blé et du vin, toujours et partout. C’est fort décevant.

24On peut souvent en dire autant des industries urbaines. Dans le nord du royaume celles-ci avaient triomphé grâce à la production de « grands draps », laquelle fut atteinte de plein fouet par la mort des trois quarts de la clientèle riche. Pour les nouveaux consommateurs, qui jusque là s’étaient rhabillés chez le fripier et que la hausse du niveau de vie autorisait à se vêtir de neuf, on produisit des « petits draps » de bas prix, mais pas partout avec un égal succès. Il y eut des draperies assez actives en Normandie ou dans le Languedoc ; ailleurs ce fut le marasme. Dans le nord du royaume il y eut des draperies moribondes, comme à Gand ou Bruges, et des villes prospères, comme Ypres et Saint-Omer. Si les villes du Nord tirèrent assez brillamment leur épingle du jeu, ce fut aussi grâce à la production des merceries, c’est-à-dire de tous les petits objets que vendaient les merciers, des chapeaux aux chapelets. Ainsi s’explique la splendeur des villes de la Flandre et de l’Artois à l’époque bourguignonne.

25Ce qui disparut, ce fut le grand marchand international. Jacques Cœur, qui était un aventurier mégalomane, un peu escroc même, n’est pas représentatif. Loin d’être un type social, il était plutôt l’antithèse du marchand français du temps. Sa chute fut celle de beaucoup de parvenus victimes de leur hybris. D’ailleurs il était seul. Après sa mort le roi ne trouva pas les concours financiers nécessaires pour remettre sur pied les affaires du « grand argentier ». Dans les villes françaises de la fin du moyen âge les grands marchands étaient Italiens, Castillans, Catalans, Portugais ; à Bruges on trouvait toutes les nations de l’Europe.

26Le tableau économique de la France de 1500 est donc assez affligeant, surtout si on fait la comparaison avec les autres nations européennes. Dans le royaume lui-même la Flandre et l’Artois partageaient la prospérité des Pays Bas bourguignons, « terres de promission » (terre promise), comme écrivait Comines, alors que les autres provinces étaient léthargiques.

27Les historiens français accusent la guerre, mais les provinces qui y avaient échappé n’étaient pas plus prospères pour autant et la Flandre flamingante, qui subit une guerre atroce de 1378 à 1385, recouvra assez vite sa prospérité, de même que la Flandre Wallonne après les terribles guerres françaises de 1477-1493 : une région dynamique a vite fait de réparer ses pertes. Donc l’accablante médiocrité de la plupart des provinces françaises a d’autres causes que la guerre. D’ailleurs vers 1500 la guerre avait pris fin depuis un bon demi siècle sans qu’on puisse parler d’une reprise flamboyante. Au contraire, le marasme était général.

28On ferait mieux d’accuser la fiscalité, qui s’appesantit de plus en plus sous le règne du terrible Louis XI, et surtout l’aspiration à la noblesse. Les marchands assez heureux pour avoir amassé une petite fortune l’investissaient dans la terre, dans les fiefs, dans les seigneuries et ils poussaient leurs fils dans la voie des études, des offices. Tout cela menait à la noblesse, plus ou moins vite. C’est ainsi que les élites sociales se détournèrent de l’« ignoble marchandise ». Parfois la société obéit à l’économie, parfois elle lui commande.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search