Version classiqueVersion mobile

La société française au Moyen Âge

 | 
Alain Derville

Deuxième partie. Les groupes sociaux

Chapitre III. L’époque féodale, caractères généraux

Texte intégral

1. – Les richesses et les hommes

1Rarement césure historique aura été mieux marquée que celle de « 900 », comme on dit un peu cavalièrement pour désigner les nouvelles invasions qui, ici dès 793, là jusqu’en 973, accablèrent les différentes régions de France, anéantissant les progrès de l’époque franque.

2Les Normands apparurent en 799 sur les côtes de la Gaule. Dès 843 ils prirent l’habitude d’hiverner dans le pays et de dévaster les alentours, de plus en plus loin, car ils étaient devenus des cavaliers. Personne ne leur résista. Les villes, pourtant imprenables grâce à leurs murailles antiques, ne furent pas défendues. Paris fut prise, pillée, brûlée trois fois (845, 856-857, 861) avant le siège fameux de 885. La Flandre avait été bien défendue par le marquis Baudouin ; à sa mort (879), le pays était bien peuplé et regorgeait de toute sorte de richesse. C’est alors que la « grande armée danoise », évacuant l’Angleterre, se répandit dans le bassin de l’Escaut pour ne l’abandonner, en 885, qu’exsangue, ruiné, quasiment désert, « dépeuplé par la famine et par la fuite », écrivit un témoin oculaire. Ainsi furent impitoyablement dévastés les bassins de la Seine, de la Loire et de la Garonne. On arrête communément ces horreurs à la date de 911, date de l’installation officielle des Vikings en Normandie, mais la Bretagne ne fut délivrée qu’en 937 et il y eut encore des raids jusqu’en 1018.

3Plus à l’est les ravages et les destructions furent le fait des Hongrois, qui s’avancèrent jusqu’à Cambrai, Orléans et Mende. Quant aux Musulmans il est bien connu qu’ils infestèrent les rivages méditerranéens, parfois jusqu’au XIXe siècle, faisant la chasse à l’homme. Or dès 839 ils établirent des camps en Provence. A partir de 890 une bande s’installa à Fraxinetum, dans le massif des Maures (La Garde-Freinet) ; elle étendit ses raids dévastateurs jusqu’à Saint-Gall, en Suisse. Quand enfin Fraxinetum fut détruit (973), la Provence et les Alpes n’étaient plus qu’un désert.

4Partout les ruines furent graves et durables. Tous les historiens locaux ont constaté la disparition de nombreux toponymes carolingiens, donc celle des habitats correspondants. « Ils tuent, ils brûlent, ils ravagent... Ils tuent tout le monde », écrivait Abbon de Saint-Germain-des-Prés en 885. 24 ans plus tard les évêques de la province de Reims se lamentaient de même : « Ce ne sont que villes dépeuplées, monastères jetés à bas ou incendiés, champs réduits en solitudes ». La reconstruction n’était donc même pas entamée, faute d’hommes sans doute. Partout elle fut très lente ; à Paris, on l’a vu, elle prit plusieurs siècles. De plus les structures domaniales étaient ruinées : « Le serf obtient sa liberté, le libre tombe dans la servitude... plus de maison régie avec fermeté par un maître vivant », écrit encore Abbon. Le comble de la ruine fut atteint en Provence : la province fut, littéralement, un désert ; après l’expulsion des Sarrasins de la Garde-Freinet les survivants occupèrent les terres vides, chacun selon ses moyens, sans avoir égard aux anciennes possessions : colonisation sauvage dans un pays vierge.

5Cependant parut en 1970 un opuscule au titre provocateur : « Les invasions normandes. Un catastrophe ? ». La réponse, bien sûr, était non. La soif de nouveauté a fait la fortune de cette thèse, qui était pourtant insinuée avec prudence et certains historiens ont été jusqu’à écrire que ces invasions avaient été, non seulement bénignes, mais bénéfiques. L’argument semble être qu’on ne connaît la catastrophe que par le témoignage des clercs. Le contraire eût été étonnant. Par conséquent seuls les clercs auraient souffert. La déduction n’est pas logiquement correcte. Quant aux bienfaits de ces invasions, aucune preuve n’en a été apportée. Cependant le mal est fait et nul n’ose plus parler de catastrophe sinon, encore une fois, les historiens locaux. Il convient de secouer cette torpeur et de réveiller le sens critique.

6On aimerait pouvoir chiffrer les pertes économiques et démographiques, qui allaient de pair. On ne peut que présenter des hypothèses. Un bon auteur a estimé la densité de la population française vers 500 à 5,5 au km2 ; on sait qu’en 1328 elle était de 40 ; en huit siècles le nombre des hommes avait été multiplié par 7,27, ce qui suppose un taux de croissance annuel moyen de 0,25. Rien, hormis l’hypothèse des taches solaires ou du « doigt de Dieu » (sic), ne permet de penser que la fécondité des couples a varié dans un sens ou dans l’autre de façon significative et durable. On n’a pas le droit de réduire arbitrairement la croissance de la période 500-900. La progression dut être lente et continue.

7D’un autre côté tout le monde croit dans le « grand essor » du « beau moyen âge », c’est-à-dire des années 900-1300. Il semble impossible de lui faire une place à moins d’admettre d’abord une forte baisse de la population vers 900, une importante saignée démographique à la fin de l’époque carolingienne. Voici donc, simple exercice d’école, quatre modèles différents.

Evolution de la densité (1 = vers 500)

taux de croissance annuel

hausse de la densité 500-900

baisse vers 900

densité 900-1300

0,25 %

de 1 à 2,696

0 %

de 2,696 à 7,27

0,30 %

de 1 à 3,306

33 %

de 2,2 à 7,27

0,35 %

de 1 à 4,046

55 %

de 1,8 à 7,27

0,40 %

de 1 à 4,93

70 %

de 1,475 à 7,27

8A chacun de choisir, mais il faut être cohérent : si on tient à une forte croissance après 900, il faut admettre une forte régression vers 900 : il faut reculer pour mieux sauter.

9Il ne faut pas moins de rigueur si on considère le progrès économique. Dans l’hypothèse, assez courante, où le taux de la croissance démographique aurait été de 0,4 % par an, la population aurait été multipliée par 4,93 de 900 à 1300. Ou bien le niveau de vie a dramatiquement baissé, ou bien la production alimentaire a été multipliée par 4,93.

10Or, sauf exception, comme le Nord, on n’aperçoit aucun progrès des techniques agricoles ni du rendement des grains. Seule a augmenté la surface emblavée. De combien ? On ne le saura sans doute jamais, vu que les essarts (défrichements) furent le plus souvent l’œuvre des paysans, qui échappent à toute observation. Selon certains auteurs les grands défrichements n’ont augmenté la surface agricole que de 10 %, soit 0,03 % par an. Cela semble incompatible avec le pullulement des hommes. Si on n’a pas défriché massivement, où est le « grand essor » ?

11En résumé le progrès économique et la croissance démographique furent réels, mais peut-être lents et modestes : quelques centièmes pour cent pour le taux moyen annuel. Aujourd’hui on se lamente quand la croissance annuelle n’atteint pas 3 % par an, sans se rendre compte que cela représenterait une multiplication par 19,22 en un siècle. Les historiens euphoriques qui parlent avec emphase du « grand essor » ne connaissent pas le sens du mot essor, ni celui du mot grand. Il faut parler, plutôt, de petits progrès, lents mais cumulatifs.

12Rien ne permet de penser que vers 1280 l’équilibre était rompu entre la population et la production agricole, entre la demande et l’offre. Certains auteurs affirment que la croissance plafonnait, sans en fournir la preuve. En fait, comme il restait beaucoup de bois à défricher, on peut penser qu’il subsistait une marge pour l’expansion. Nulle trace, en tout cas, de ces grandes mortalités saignant périodiquement un « monde plein » menacé de pléthore. 1280 n’est pas 1316. Il serait dangereux d’anticiper.

13Pour l’histoire sociale les défrichements furent de grande conséquence. Partout les essarteurs obtinrent un statut libéral. Ce progrès fut contagieux. Les seigneurs ne purent retenir leurs tenanciers qu’en leur consentant les mêmes libertés que celles qu’on offrait, non loin de là, aux défricheurs. Quant aux serfs, ils quittaient leurs maîtres et trouvaient sans peine à s’établir dans les territoires neufs où on ignorait leur macule juridique. C’est là une forme de la lutte des classes. Au moyen âge la fuite, forme de la grève, fut l’arme absolue des travailleurs.

14De même pour les redevances. Le système domanial avait été ruiné par les invasions, comme le constatait Abbon en 885. Les paysans dictaient leur loi au marché de la main-d’œuvre et les seigneurs durent, bon gré, mal gré, réduire drastiquement leurs charges : de deux ou trois jours de corvée par semaine à quelques jours par an. Finalement le parti le moins mauvais fut de lotir ces vastes réserves inexploitables en y installant des hôtes. Même l’instauration, vers l’an Mil, de la seigneurie justicière (banale) et des mauvaises coutumes ne renversa pas durablement le rapport entre les travailleurs de la terre et leurs maîtres : l’une après l’autre les « coutumes » furent abonnées (bornées), voire rachetées, ce qui semble indiquer que pendant longtemps il y eut trop de terre et pas assez d’hommes.

15Les grandes fermes seigneuriales ne disparurent cependant pas tout à fait. En général subsista la ferme du château, une exploitation d’une ou deux charrues. Sans doute le seigneur l’exploitait-il lui-même, avec des domestiques. Après 1150 apparurent des fermiers. C’étaient des entrepreneurs capitalistes disposant d’un capital fixe (leur matériel et leur cheptel), d’un capital circulant (leurs fonds de roulement, souvent empruntés) et d’un capital technique, leur irremplaçable savoir-faire. Ils louaient les terres, en général pour neuf ans, parfois aussi les bâtiments, non les droits seigneuriaux. Ce capitalisme agraire s’observe en Flandre dès 1150-1200. Il dut s’étendre de proche en proche. Dès lors régna sur les campagnes la triade propriétaire, fermier capitaliste, main-d’œuvre salariée, sept siècles avant Marx.

16Le phénomène est malheureusement difficile à apercevoir. Pour voir le gros fermier capitaliste, il faut disposer d’une répartition des exploitations, ce qui est exceptionnel. En général on ne dispose que d’une répartition des propriétés, ce qui n’est pas la même chose. On peut du moins en retenir que la propriété fut de plus en plus morcelée à mesure que la population augmentait. Mais un paysan sans terre pouvait être un gros censier (fermier) et un petit propriétaire louer ses bras.

17Les campagnes s’ouvrirent-elles au commerce, comme on le dit souvent ? La réponse est nuancée. Pour le midi il apparaît plutôt que les villes furent nourries grâce aux prélèvements obligatoires, la dîme (10 %) et la queste (20 %) ; les producteurs n’auraient donc pas eu accès à ce marché. Au contraire dans le Nord : un petit paysan artésien exploitant trois hectares avec un rendement de 30 hl/ha et une yield-ratio de 20 pouvait, après avoir mis de côté sa semence et sa consommation familiale, mener au marché voisin une charrette chargée de 11,25 hl de blé, une tonne. La France est diversité.

18La France urbaine de même. Parfois la croissance fut vive : on l’a dit, la population parisienne dut tripler à chaque siècle de 900 à 1300, de même celle des grandes villes flamandes et artésiennes, mais ce furent là, sans doute, des exceptions. Dans l’ensemble les villes furent plus nombreuses et plus populeuses mais, comme on n’a ni listes des villes, ni chiffres de population, force est de s’en tenir à cette généralité. Il est possible que le taux d’urbanisation n’ait pas tellement augmenté.

19Il est sûr cependant que les villes furent au centre de l’économie de marché et que les marchands devinrent les maîtres de l’économie. Vers l’an Mil les clercs qui décrivaient la société idéale, conforme au plan divin, ne connaissaient que trois ordres, les oratores (clergé), les bellatores (guerriers) et les laboratores (paysans). Les mercatores (marchands), qui ne faisaient pas partie du plan divin, n’apparaissaient que pour être maudits à cause de leur goût du lucre et de leurs gains infâmes : ils ne produisaient rien. Dès 1150 le canoniste Ruffin légitima leurs profits ; au XIIIe siècle les grands théologiens exaltèrent le rôle des marchands, reconnurent leur travail et légitimèrent leurs pratiques.

20Pour l’économie le moment décisif fut sans doute, vers 1150 en Flandre, puis un peu partout, la naissance du capitalisme, c’est-à-dire l’apparition d’entrepreneurs exploitant des salariés. Il y eut un capitalisme commercial avec des brasseurs d’affaires internationaux utilisant des facteurs. Le premier connu est Guillaume Cade de Saint-Omer, dont Robert de Courçon a bien décrit les techniques financières dans son De usura, car il le considérait comme un usurier. Il y eut un capitalisme industriel avec des patrons faisant travailler des artisans, des ouvriers. Mais il convient de signaler que le marchand entrepreneur est un mythe fondé sur un livre de 1923 consacré au célèbre Douaisien Jehan Boinebroke. Certains jeunes historiens y croient encore, ignorant que cette thèse a été maintes fois réfutée ; mais elle revient sans cesse : c’est une hydre. En fait à Douai il était interdit d’être à la fois marchand et drapier. Il y eut enfin, on vient de le voir, un capitalisme agraire avec des fermiers salariant des manouvriers. Apparut donc un marché de la main-d’œuvre comme il y en avait de l’argent et de la terre. D’où le durcissement des classes sociales et, tôt ou tard, l’apparition des luttes sociales.

2.– Les pouvoirs

21La même coupure de 1150 s’impose à celui qui étudie l’histoire politique.

22La période commença par la ruine des cadres politiques. Ce fut, dans un premier temps, la constitution de vastes principautés. Les comtes carolingiens avaient été des fonctionnaires. Dès 877 Charles le Chauve leur avait garanti l’hérédité de leurs « honneurs ». Après la mort de ce grand roi et sous ses faibles successeurs les princes s’efforcèrent d’accumuler les comtés. Ce furent donc, dans un royaume déjà ruiné par les invasions, de nouvelles et impitoyables guerres. Dès 888 les Grands firent rois, alternativement, des Robertiens (Capétiens) et des Carolingiens et c’est seulement en 936, quand leur situation fut à peu près acquise, quand le mal eut été fait, qu’ils rétablirent la dynastie légitime. En 987 l’élection d’Hugues Capet ne fut qu’un accident dû à l’extinction en ligne directe de la lignée royale.

23Le roi Hugues fut certainement le plus faible des Capétiens. Longtemps on a fait de lui « un petit seigneur de l’Ile de France ». En fait c’était le plus puissant des princes français, ou plutôt le moins faible. Ses ancêtres avaient accumulé les comtés et les titres mais, pour des raisons pratiques, tout cela avait été confié à des vicomtes. Le roi Hugues avait sans doute la plus belle collection de vassaux de tout le royaume, mais on arrivait à l’époque où les vassaux ne servaient que quand ils le voulaient bien et considéraient leur « honneur » comme un patrimoine : les vicomtes capétiens s’intitulèrent comtes par la grâce de Dieu (Dei gratia). Du roi le comte d’Anjou ne tenait en fief que trois abbayes du Gâtinais ; l’Anjou lui-même n’était plus un fief, mais un alleu. De plus Hugues Capet paya son usurpation par des concessions territoriales en faveur des uns et des autres. Enfin il se démit de ses comtés, la majesté royale n’admettant pas qu’un roi fût comte. Par exemple il céda Paris à son fidèle Bouchard de Vendôme.

24Mais les autres princes n’étaient pas mieux lottis que le roi. Jamais les pouvoirs publics ne furent plus impuissants que vers l’an Mil, en raison de l’explosion de la seigneurie dite banale ou châtelaine, plus exactement justicière. Les princes avaient maintenu, à leur profit, les structures administratives franques, le comté (pagus) et le tribunal public (mallus publiais). Tout cela disparut. Il n’y eut plus que des justices privées s’exerçant dans le « détroit » (districtus) du château, c’est-à-dire aussi loin que pouvait se faire sentir le pouvoir du châtelain. Cela ne se fit pas sans beaucoup de violences. En particulier les paysans furent accablés par de nouvelles exactions dites « mauvaises coutumes ».

25La reconstruction politique fut très longue. Elle fut d’abord l’œuvre des princes territoriaux en qui l’idéologie jacobine a voulu voir des agents malfaisants, des diviseurs, en qui il faut voir, plutôt, des rassembleurs, des agents inconscients de l’unité nationale. Elle fut surtout l’œuvre des rois.

26Le premier aspect fut l’extension du domaine royal. Celui-ci n’était pas constitué de vastes circonscriptions homogènes, comme les atlas tendraient à le faire croire. C’était plutôt une mosaïque de droits très divers : le domaine, c’est tout ce qui n’était pas fief. Dans le détail on le connaît surtout par les donations pieuses des rois, autrement dit par les aliénations. On connaît cependant des acquisitions par exemple, en 1016, celle de Paris, puis beaucoup d’autres, importantes ou non. Le domaine étant administré par des prévôts, il est bon de noter qu’il y avait 24 prévôtés en 1031, 51 en 1180 et 70 en 1202, après les premières conquêtes de Philippe Auguste. Cette même année le roi fit prononcer par sa cour la commise (confiscation) des fiefs de Jean sans Terre, par ailleurs roi d’Angleterre, pour contumace et défaut de service. Il se chargea d’exécuter la sentence en occupant la Normandie et les pays de la Loire. Son fils, Louis VIII, fit le reste et, de plus, conquit le Languedoc. Désormais le domaine royal touchait à la Manche, à l’Atlantique, à la Méditerranée.

27L’administration royale était peut-être hors d’état de digérer ces énormes acquisitions et Louis VIII fut sans doute sage de donner à ses fils cadets de vastes apanages : Robert eut l’Artois et l’espérance, déçue, d’épouser l’héritière de la Flandre et du Hainaut, Alphonse eut le Poitou et l’Auvergne, plus la main de l’héritière de Toulouse, Charles eut l’Anjou et, bientôt la main de l’héritière de la Provence. Ces « princes des fleurs de lys » furent pour le roi d’utiles auxiliaires. D’ailleurs les apanages devaient faire retour à la couronne faute d’hoir mâle, ce qui advint en 1270 à la mort d’Alphonse. Ce prince, qui avait été un administrateur tatillon, avait bien préparé la réunion de ses domaines à la couronne et les officiers du roi n’eurent aucune peine à prendre possession de ses terres en 1270.

28Quand Philippe le Bel, qui avait épousé l’héritière du comté de Champagne et du royaume de Navarre, devint roi en 1285, il ne subsistait plus que quatre grands fiefs, la Bourgogne et la Bretagne, qui d’ailleurs avaient des princes d’origine capétienne et fort dociles, la Flandre et la Guyenne qui, au contraire, devaient donner tant de fil à retordre à Philippe le Bel et à ses successeurs.

29L’extension du domaine royal se fit donc sans à-coups, de génération en génération, mais il est évident que le règne de Philippe Auguste (1179-1223) marqua une forte accélération. Ce roi fut le véritable fondateur de la grandeur capétienne. Mais cela ne toucha pas directement la société française. Pour le paysan ou le chevalier il importait peu que le seigneur fût le châtelain voisin, le comte, le prince ou le roi. Ce qui importait, c’est que le pouvoir fût assez fort pour faire régner la paix.

30La reconstruction politique comporta aussi le renforcement des structures féodo-vassaliques. Au Xe siècle les liens entre le roi et les princes se distendirent peu à peu. Les Grands vinrent de moins en moins souvent à la cour et, ne rencontrant plus le roi, ne lui rendirent plus l’hommage. L’aire du rayonnement royal peut se mesurer par la cartographie des diplômes obtenus du roi par les impétrants : elle se réduisit comme une peau de chagrin car le roi n’avait plus rien à donner, ni même le moyen de défendre ceux qui faisaient appel à sa protection. Ce fut pire encore après 987. Dans le midi on cessa un moment de dater les actes de l’année du règne d’Hugues Capet pour les dater du règne du Christ. Bientôt la cour du roi ne fut plus garnie que de quelques prélats, de châtelains, voire de chevaliers de l’Ile-de-France. On le voit par les souscriptions au bas des diplômes royaux. En effet le monogramme et le sceau du roi ne suffisaient plus à valider un acte ; il fallait des témoins, des garants. De ce point de vue le roi n’était plus qu’un prince comme les autres, « une personne privée », a-t-on dit.

31Quoique les rois, comme tous les princes, aient usé leurs forces à faire la police du domaine royal, avec un certain succès à partir de Louis VI (1108-1137), et à guerroyer contre leurs voisins, il leur arriva d’intervenir, en tant que rois, dans les affaires internes des grandes principautés. Ce fut d’abord sans grand succès. En Flandre, lors de la crise de 1070, Philippe I, battu à Cassel, ne put empêcher l’usurpation de Robert le Frison ; lors de la crise de 1127 Louis VI réussit à imposer son candidat, Guillaume Cliton, mais celui-ci fut vaincu et tué par ses sujets et le roi n’insista pas.

32Les choses changèrent après 1150. Louis VII (1137-1180), ce roi qu’on dit faible, se manifesta au sud de la Loire. En 1159 comme Henri II Plantagenêt, roi d’Angleterre et duc d’Aquitaine, voulait se soumettre le comte de Toulouse, le roi se jeta dans Toulouse, ce qui suffit à faire reculer le puissant vassal plantagenêt. Dès les années 1160 il intervint en Auvergne, puis en Bourgogne, à l’appel des évêques, et il en profita pour se faire rendre plusieurs hommages par des seigneurs qui, jusque là, avaient ignoré le roi et qui reprirent de lui, en fief, leurs châteaux et divers droits. On vit aussi les Grands revenir à la cour. En 1152 Henri II Plantagenêt accepta de prêter au roi l’hommage lige ; il revendiqua l’office de sénéchal et, dès 1169, il envoya son fils le remplir, c’est-à-dire couper la viande du roi et lui présenter les plats à genoux. En 1190 Richard Cœur-de-Lion fit hommage à Philippe Auguste pour tous ses fiefs.

33De fait, les grandes principautés, qui avaient été des alleux, étaient devenues des fiefs. Dès 1127 Guillaume Cliton, le nouveau comte de Flandre, avait accepté de payer, pour son investiture féodale, un lourd relief, nouveauté qui ne plut pas aux Flamands. On connaît assez bien les reliefs exigés par Philippe Auguste. En 1200 Jean sans Terre, qui tenait tout l’ouest du royaume, de la Normandie à la Gascogne, promit un relief de 20 000 marcs d’esterlins, soit 4 607 kg d’argent, près de 38 000 livres parisis. C’était assez peu puisque le petit comté de Boulogne payait 7 000 livres. Le relief était, dit-on, égal au revenu annuel du fief. En fait il n’y avait pas de taux, pas de coutume. Cela dépendait du rapport des forces.

34Bref, c’est au XIIe siècle, particulièrement après 1150, que la royauté, qui avait été jusque là vassalique, devint féodale. Vers 1144 Suger traitait le duc de Normandie de feudataire du roi et plaçait ce dernier au sommet de la pyramide féodale. Cela changea beaucoup de choses, du moins pour la noblesse. Jusque là la règle avait été : « l’homme de mon homme n’est pas mon homme ». Désormais on vit la justice du roi s’étendre à ses arrière-vassaux. En 1201 c’est sur l’appel des Lusignan, barons poitevins, que Jean sans Terre fut cité à la cour du roi et condamné à la confiscation de ses biens, pour contumace et aussi, écrit un chroniqueur anglais, pour ce que depuis longtemps les Plantagenêts avaient négligé leurs devoirs féodo-vassaliques. C’est cela, la royauté féodale.

35C’était plus encore. Quoique le roi n’autorisât pas l’enseignement à Paris des lois, c’est-à-dire du droit romain, qui était celui de l’empereur, les juristes lui appliquèrent fort bien des formules impériales. En 1210 Alanus (Alain d’Anglais) enseignait que le roi a autant de droit (tantum juris) en son royaume que l’empereur dans l’empire et en 1256 Jean de Blanot disait que le roi était prince (princeps) dans son royaume car il ne reconnaissait pas de supérieur au temporel. « Le roi notre sire est empereur en son royaume », telle fut la conviction des français du XIIIe siècle. Le roi n’était plus un suzerain, mais un souverain.

36Le quatrième aspect de la reconstruction politique, beaucoup plus moderne, puisqu’il annonçait l’Etat administratif, fut la création des baillis. Jusque là les domaines, royal et princiers, avaient été administrés par des prévôts, comment qu’on les nommât. C’étaient des agents locaux chargés de rendre la justice et de percevoir les revenus. Ils étaient parfois héréditaires, plus souvent fermiers. C’étaient des hommes d’assez basse extraction, souvent honnis pour leurs abus de pouvoir. On leur superposa des baillis, dès 1150 en Normandie, dès 1161 en Champagne, 1170 en Flandre et vers 1185, si ce n’est plus tôt, dans le domaine royal, puis partout. Les baillis du roi furent d’abord des enquêteurs allant par paire, sans ressort nettement défini. Peu à peu l’institution se stabilisa et les bailliages, ou les sénéchaussées, comme on disait dans le midi, devinrent des circonscriptions administratives aux frontières précises. Les baillis étaient nommés, mutés, révoqués au besoin, payés bien sûr. C’était, sept siècles après Rome, la réapparition du fonctionnaire, type social de grand avenir.

37On fait aux baillis capétiens l’honneur d’avoir étendu le pouvoir royal, au détriment, bien sûr, des vassaux. C’est probablement exact, mais il faut bien voir que cela ne se fit pas sans de graves abus de pouvoir. Pour l’Artois une enquête de 1250 environ montre comment les baillis royaux, puis comtaux, avaient, depuis 1215, rogné la juridiction de l’avoué de Béthune. Cinquante ans plus tard c’était pire encore. Et l’avoué était le plus puissant des barons artésiens ! Qu’on juge des moindres sires. Bien sûr ces baillis n’oubliaient pas leurs propres intérêts. Ils étaient tellement corrompus que par trois fois, en 1281, 1292 et 1299, le comte dut précéder à des épurations systématiques. Le mal, qui ne datait sans doute pas de 1280, était indéracinable : les mêmes abus se reproduisaient avec les nouveaux officiers. Il aurait fallu les pendre tous.

38Que faisaient-ils de pendable ? Ils « grevaient les sujets », en particulier par des faux en écritures publiques, mais de cela le comte n’avait cure. Le plus grave, c’est qu’ils avaient laissé se perdre les droits de leur maître, contre argent bien sûr : ils n’étaient pas incompétents, mais vénaux. « Tout pouvoir corrompt et le pouvoir absolu corrompt absolument », on le sait. Le pouvoir des baillis n’était pas absolu de jure mais, ce qui revient au même, il échappait, de facto, à tout contrôle.

39Il n’en allait pas autrement dans le domaine royal. Heurter l’épaule d’un bailli, d’un sergent, c’était offenser la majesté royale. Autant dire que les gens du roi étaient intouchables. Ils ne le savaient que trop. En 1246, ému par les plaintes qui montaient vers lui et soucieux de laisser un royaume pur et net en partant pour la Terre Sainte, Louis IX prescrivit une enquête sur les agissements de ses officiers. Les résultats furent contradictoires. A certains baillis on ne put reprocher que des peccadilles, mais d’autres étaient de franches fripouilles. Un jugement d’ensemble est donc difficile.

40C’est devenu un article du credo patriotique que de professer la compétence, la loyauté, l’incorruptibilité des baillis français et l’incrédule est quasiment traité de félon, du moins par les Parisiens. Cette dévotion semble être née du choc créé par la défaite de 1940. En 1933 on pouvait se permettre d’être plus crûment réaliste, c’est-à-dire de respecter les textes. Ceux-ci sont souvent accablants. Tous les moyens étaient bons aux gens du roi pour faire de l’argent, à leur profit bien sûr et non, comme certains l’ont généreusement supposé, à celui de leur maître. En 1247 le roi se donna bonne conscience à bon compte et l’effet des enquêtes fut nul. Par exemple les sujets de Joinville furent tant et si bien « détruits et appauvris » par les gens du roi pendant la croisade de 1248 que, en bon seigneur soucieux de défendre ses hommes, Joinville refusa de participer à celle de 1270. Le roi avait, certes, en 1254 et 1256, publié des ordonnances de réformation, les premières d’un genre littéraire assez riche. On juge en général qu’elles eurent peu d’effets, C’était du vent, une gesticulation politique.

41La triste vérité, c’est que le pouvoir corrompt et on ne trouverait pas, de longtemps, le moyen de contrôler les officiers, de corriger leurs abus et de refréner ce qu’il faut bien appeler leur violence.

3.– La violence féodale

42Comme l’a dit Marc Bloch, qui connaissait si bien la société féodale, la violence fut la trame quotidienne de cette époque. Elle était non pas la seconde, mais la première nature de tous ceux qui possédaient la force, c’est-à-dire un cheval et une épée et les clercs n’avaient pas tort d’établir une équivalence entre militia et malicia : les guerriers étaient les mauvais. En fait c’étaient souvent de « bons chrétiens », comme aujourd’hui les parrains de la maffia. Thomas de Marie, sire de Coucy (1100-1130), fut le type même du tyran cruel aux mœurs dépravées, mais il fut aussi un croisé héroïque, l’un des fondateurs de Prémontré et l’insigne bienfaiteur de l’abbaye de Nogent. Il prit à sa convenance, mais il donna largement, ce dont certains le louèrent, d’autres le blâmèrent.

43Pour éviter de répéter Marc Bloch on se bornera ici à analyser un cas exemplaire, celui de la Flandre. Cette principauté passe à juste titre pour l’une des mieux policées du temps. Cependant la violence y était ordinaire. Ici comme ailleurs chaque passage à vide du pouvoir déclenchait un déchaînement de la violence. Ce qu’on sait moins, c’est qu’en dehors de ces crises la violence continuait. Elle prit deux formes, la rapine et la guerre.

44Paysans et bourgeois furent victimes d’exactions, parfois passées en coutume, et de rapines occasionnelles. Mieux connu est le cas des Eglises. Pour commencer les abbayes virent leurs immenses fortunes dilapidées par les princes, qui en étaient parfois les abbés laïcs, ainsi pour Saint-Bertin, qui ne conserva presque rien de ses quelque cent villae carolingiennes ; vers 956-968 Saint-Amand dut céder au comte et au roi plus de vingt villae, évidemment pour caser des vassaux ; le reste suivit peu à peu.

45En effet les usurpations se poursuivirent longtemps, « vue la méchanceté croissante des laïques ». A Marchiennes la charte de 1046 énumère huit villae, il en reste quatre dans le polyptyque de 1120 : plus aucune trace des possessions de l’Artois et de la Flandre Wallonne, sinon des autels et quelques dîmes. Les usurpateurs étaient des puissants, des avoués, des chevaliers, de simples maires.

46Les moines en appelaient à la justice comtale, mais celle-ci était impuissante. Charlemagne avait ordonné que les jugements fussent « stables et définitifs ». A l’époque féodale personne ne fut en mesure de faire appliquer les condamnations des tribunaux. Un jugement n’était définitif que si les deux parties y avaient consenti. Au IXe siècle les Eglises avaient intenté des procès aux laïques. Aux Xe-XIIe siècle, les rois et les princes ne purent que confirmer des accords. Autrement dit l’agresseur devait obtenir un dédommagement : on lui laissait une partie de ce qu’il avait pris. Les jugements étaient des compromis.

47Sinon on en appelait à la justice ecclésiastique. Mais l’excommunication était comme un cataplasme sur une jambe de bois. Tout au plus le pillard se mettait en règle in articulo mortis.

48Alors on avait recours à la justice immanente, c’est-à-dire à sainte Rictrude elle-même. On amenait ses reliques sur le lieu du plaid, parfois en vain. Si la vengeance tardait on procédait à la « clameur liturgique » : la châsse était déposée à terre, sur un lit d’épines. La sainte était humiliée, punie. Parfois le miracle se produisait : l’impie mourait « d’une mort pitoyable... après beaucoup de souffrances » ou, pis, d’une mort subite. Et ses parents éplorés de réparer ses méfaits, et les autres, terrorisés, de se purger. Le Livre des miracles de sainte Rictrude contient ainsi 98 notices. Celles-ci datent surtout des années 1033-1048, sous le règne du puissant Baudouin V, et 1116-1133, sous celui de l’énergique Charles le Bon, qui paya de sa vie, en 1127, son zèle pour la défense de ses Eglises car, fait qu’on n’a pas bien relevé, des barons flamands que sa cour avait condamnés étaient les complices du complot qui le mit à mort. Donc même un prince déterminé était incapable d’imposer la paix.

49Vers 1200 ce n’était pas beaucoup mieux. Selon Guillaume d’Andres le châtelain de Saint-Omer, « dominait quasi seul le pays et on ne pouvait rassasier sa faim insatiable qu’avec de grandes quantités de blé ou d’argent ». C’était avant l’annexion française.

50Ensuite les barons artésiens furent mis au pas par la rude poigne des baillis capétiens et l’Anonyme de Béthune s’étonna du « servage » où les gens du roi avaient réduit la noblesse artésienne. La justice régna enfin et les châtelains de Saint-Omer, incapables de prendre, durent vendre. Ils se ruinèrent en trois générations. Ce fut un tournant décisif dans l’histoire de la noblesse. Jusque là on n’avait pu opposer à la violence des nobles que la contre-violence des communes. Désormais il y eut des procès, des « jugements fermes et stables ».

51Restait la guerre, plaisir sacré, plaisir sucré. L’histoire des règnes, c’est avant tout la chronique des luttes des rois ou des princes entre eux ou contre leurs vassaux, grands ou petits. Il y avait aussi des guerres entre les nobles, des guerres privées, diton. Guerres sans plus, faut-il dire. La guerre était une façon légitime de défendre son droit.

52Vue l’« imbécillité » du roi, c’est-à-dire son impotence, l’Eglise prit en main la défense de la paix. Ce fut, dès 989, la paix de Dieu qui imposait aux guerriers, sous serment, d’épargner les faibles et, surtout, de respecter les biens des Eglises puis, dès 1027, la trêve de Dieu, qui leur imposait l’abstinence de la violence du jeudi matin au dimanche soir. C’était une demie mesure. Du reste les serments de paix furent souvent violés. Les princes s’emparèrent bientôt de l’idée. Les comtes de Flandre, par exemple, firent jurer la paix à leurs chevaliers chacun à son tour de 1030 à 1138, pour encadrer chaque génération. Mais la paix du duc ou du comte ne fut pas mieux observée que celle des évêques. En 1155 le roi ordonna, avec l’assentiment des princes, une paix générale dans tout le royaume, pour dix ans. Vœu pieux. La guerre était, pour les nobles, un droit imprescriptible. En 1258 saint Louis interdit la guerre, du moins dans le domaine royal. La noblesse se jugea honnie et l’ordonnance fut anéantie par les rois suivants. En 1283, dans ses Coutumes de Beauvaisis, Beaumanoir décrivit placidement les rites de la guerre entre gentilshommes : c’était un privilège de classe.

53La violence effrénée de l’époque féodale explique la multiplication des châteaux. C’est très net déjà au Xe siècle à la faveur des guerres qui accompagnèrent la mise en place des grandes principautés. Ces nouveaux châteaux, peu nombreux encore, furent sans doute élevés sur l’ordre des princes, c’est-à-dire des détenteurs de la puissance publique. Mais vers l’an Mil le vieil ordre franc craqua et châteaux de se multiplier : la France « se hérissa de châteaux », comme disaient les historiens romantiques. Dans l’entre-deux-guerres une réaction hypercritique s’attacha à démontrer, textes en main, que les forteresses de l’époque féodale avaient été peu nombreuses et toujours d’origine publique. Depuis, les archéologues ont découvert d’innombrables fortifications de terre, puissants remparts barrant un éperon, mottes, voire, plus tard, sites fossoyés, c’est-à-dire des plates-formes hautes d’un ou deux mètres, entourées des fossés créés par l’extraction de la terre. Dans le midi la motte fut rare, mais le relief proposait beaucoup de pitons (rocca, petra, puy) où jucher une tour.

54Cette prolifération anarchique exclut toute stratégie d’ensemble. C’était un phénomène social, non militaire, ni politique. Comme écrivit Gauthier de Thérouanne vers 1115, les riches et les nobles élevaient des mottes pour se protéger de leurs supérieurs, pour l’emporter sur leurs égaux, pour opprimer les inférieurs.

55De fait élever une petite motte tronconique haute de 5 m, d’un diamètre de 20 m à la base et de 10 au sommet, c’est-à-dire d’un volume de 916 m3, exigeait 229 journées de terrassier, plus autant peut-être pour les hotteurs et les dameurs et pour les charpentiers qui dressaient le donjon et la palissade. C’était à la portée d’un seigneur de village. Si on ne trouve pas une motte par village, c’est que les pouvoirs supérieurs ont freiné le mouvement. En Normandie Guillaume le Conquérant n’avait toléré que des « maisons fortes » avec une simple palissade, sans tours ni créneaux, et des fossés profonds au plus d’un jet de pelle. Mais chaque passage à vide du pouvoir ducal vit proliférer les châteaux « adultérins », c’est-à-dire illégaux. Et la Normandie était une principauté forte !

56Bref le château fut avant tout un habitat fortifié. L’habitat normal des nobles ? Oui si on appelle ainsi les simples « maisons fortes » des sites fossoyés.

57D’un autre côté les villes qui n’étaient pas des cités étaient normalement appelées castrum (château) et, vue l’importance de l’effectif mobilisable, elles étaient certainement les plus puissantes des forteresses. Quand la longueur de l’enceinte double, c’est que le rayon a doublé, donc que la surface a quadruplé, et la population de même.

58On dit souvent que le château protégeait les manants et qu’à la moindre alerte les paysans se réfugiaient avec leurs biens dans la basse-cour du château, à l’abri de l’enceinte extérieure. Ce n’est pas ce que pensait le roi en 864, lorsqu’il ordonnait de raser les nouvelles fortifications qui ne servaient qu’à opprimer les voisins, ni Gauthier de Thérouanne vers 1115. Le château fut plutôt une arme au service de la violence seigneuriale. Dans la Normandie ducale les Eglises vendaient en toute hâte les domaines près desquels un nouveau château avait été construit, car elles savaient que bientôt ces domaines ne vaudraient plus rien.

4.– Conclusion

59Pourquoi appeler féodale cette période de 375 ans ? Démographie féodale, économie féodale ? Ces expressions n’ont aucun sens, ni même, si on y réfléchit, société féodale. En revanche la royauté de saint Louis était bien féodale. Quand, en 1258, le roi rétrocéda au duc d’Aquitaine, roi d’Angleterre, certaines terres qu’avait conquises son père, c’est qu’il préférait un vassal puissant, mais soumis et utile, à un ennemi faible, mais irréductible. Le lien féodal, enfin rétabli, paraissait le garant de la paix. Le roi ne rendit pas à son vassal toutes les provinces conquises depuis 1202, mais ses barons ne l’en blâmèrent pas moins. Ils étaient déjà modernes ; sans en avoir une conscience nette, ils pensaient déjà à l’unité nationale. Le roi était un retardataire. D’ailleurs il rêvait encore à la croisade. C’était bien un roi féodal. Après lui le pouvoir royal deviendrait rapidement monarchique.

60Mais Louis IX répugnait à cette transformation. Un exemple peut illustrer son style de gouvernement. En 1255 un conflit très grave opposa la ville de Saint-Omer au comte d’Artois, son seigneur. Le roi, saisi, dépêcha deux chevaliers de son hôtel pour résoudre à l’amiable le conflit. Trente ans plus tard son petit-fils, Philippe IV, sollicité d’intervenir dans le conflit entre Gand et le comte de Flandre déférait la cause à son parlement et, en attendant le jugement de la cour, prenait en sa main l’objet du conflit, c’est-à-dire la ville. Un sergent du roi venait faire flotter la bannière aux fleurs de lys au sommet du beffroi de Gand. L’évolution était peut-être inéluctable, mais Louis IX l’avait bloquée : c’était un conservateur, un réactionnaire.

61Dans cette longue période les historiens ont tenté de distinguer un premier et un second âge féodal, sans d’ailleurs s’attacher à les définir. La coupure se situerait vers 1025 selon les uns, vers 1050, 1060 ou 1075 selon d’autres, voire 1160. On doit préférer 1150, date, on l’a vu, de la royauté féodale, de la naissance du capitalisme et, à peu de choses près, du fonctionnaire.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search