Version classiqueVersion mobile

La société française au Moyen Âge

 | 
Alain Derville

Deuxième partie. Les groupes sociaux

Chapitre I. Le Haut Moyen Âge. Caractères généraux

Texte intégral

1On parle volontiers du millénaire médiéval : 500-1500. S’il se passe vers 1500 assez de changements majeurs pour justifier ce terminus ad quem, 500 n’a qu’un intérêt mnémotechnique, car très longue fut l’agonie du monde antique.

l.– Les vicissitudes politiques

2Le 31 décembre 406 le Rhin, qui était gelé, fut franchi par des hordes cosmopolites qui fuyaient les Huns. Ces barbares firent leurs ravages habituels et on finit par les établir ici ou là dans les termes d’un traité (foedus). Il en fut de même pour les Wisigoths, qui arrivèrent bientôt d’Italie. Les fédérés gardaient leurs lois et leurs rois. Il y eut donc des royaumes barbares à l’intérieur de l’empire. Les envahisseurs reçurent le tiers, la moitié ou les deux tiers des biens des autochtones et les nobles romains apprirent à servir des rois vêtus de peaux de bêtes et qui parfois persécutaient le clergé catholique : ce furent des « collaborateurs ».

3La ruine de l’Etat fut antérieure à la fin de l’empire d’occident. Dès le Ve siècle l’évasion fiscale tua l’impôt. Valentinien III (425-455) se plaignit de ne plus pouvoir payer le soldat. En 458 Majorien effaça les arriérés : ce n’était pas un remède, mais un aveu d’impuissance. Peut-être est-ce la raison pour laquelle les fédérés barbares furent payés en terres. Les aristocrates romains furent de moins en moins de hauts fonctionnaires payés par l’Etat, de plus en plus des rentiers du sol et Sidoine Apollinaire († vers 483) se plaignit de la disparition des offices et du cursus honorum (carrière des honneurs).

4Disparut aussi l’enseignement des lettres. Il avait eu une finalité professionnelle, car la rhétorique passait pour indispensable au service de l’empire. Vers 430, faute de débouchés, faute d’argent, les écoles publiques s’éteignirent. Restaient les précepteurs. Mais la culture désintéressée n’intéressait plus les jeunes, qui se hâtaient d’oublier ce qu’on les avait contraints à apprendre. Peu à peu le langage se dégrada. Ainsi Rome fut-elle trahie par ses élites : celles-ci n’avaient pas su entretenir les monuments qui faisaient la gloire de leur civilisation ; elles ne surent pas plus maintenir la langue qui formait le fondement de leur culture. Ainsi périt Rome. Sans l’Eglise rien n’aurait survécu de l’héritage antique.

5Après la mort de Majorien (461) les empereurs renoncèrent à contenir les appétits territoriaux des rois barbares et le dernier d’entre eux fut déposé en 476 sans que nul s’en aperçût. Alors les seigneurs de la guerre se disputèrent la Gaule. Clovis (481-511) l’emporta et la Gaule devint le royaume des Francs.

6L’histoire politique de la période s’inscrit entre la ruine de l’empire romain et celle de l’empire franc. Deux dynasties se succédèrent, Mérovingiens et Carolingiens, dont l’échec fut identique. Apparemment aucun pouvoir de grande étendue n’était viable. Les rois s’épuisaient à contrôler des royaumes trop vastes pour eux et tôt ou tard, quelle que fût leur énergie, la réalité du pouvoir glissait de leurs mains en celles de leurs agents locaux. Comme dans tous les mondes sous-développés, ces grandes constructions étatiques étaient des colosses aux pieds d’argile.

7Les Mérovingiens ont mauvaise presse, encore que la mode soit aujourd’hui de les réhabiliter. Clovis, guerrier heureux, avait conquis une grande partie de la Gaule et de la Germanie. C’était le royaume des Francs (regnum Francorum), non la France. Ce qui fut baptisé en 498 (?), ce fut l’Allemagne autant que la France. L’Allemagne « fille aînée de l’Eglise » ? Pourquoi pas ? Après Clovis ses quatre fils se partagèrent le regnum, également, à la mode germanique, comme une propriété privée. Les filles n’eurent rien ; d’ailleurs on ignore la descendance des Mérovingiens en ligne féminine. Les quatre frères maintinrent assez facilement l’unité, grâce à la dynamique de la conquête : ils achevèrent celles de la Gaule et de la Germanie.

8Puis l’arrêt de l’expansion entraîna des guerres civiles (561-613), chacun des rois ne pouvant plus s’étendre qu’aux dépens des autres. Grégoire de Tours († 594) a laissé une chronique horrifïée des mœurs politiques et privées de ces roitelets qui trucidaient allégrement cousins, neveux, fils et femmes, et qui se vautraient dans le stupre. Clotaire II (613-629) et Dagobert I (629-638) rétablirent un moment l’unité du royaume et furent encore raisonnablement puissants, mais après eux ce fut la déroute : rois éphémères, morts jeunes, dégénérés ou épuisés de débauches, rois fainéants traînés aux assemblées publiques sur des chars à bœufs, dirait plus tard Eginhard avec mépris.

9Ces rois fantoches ne voulaient-ils donc rien faire ? Disons plutôt qu’ils ne pouvaient plus rien faire, car ils étaient ruinés, ce qui était rédhibitoire à une époque où la fidélité se payait. De l’immense fisc romain, encore accru par les spoliations de la conquête franque, il ne restait rien : l’un après l’autre les fiscs (domaines) avaient été donnés, aux Eglises c’est sûr, aux grands surtout, c’est probable. Bref le Français de l’an 2000 a bien de la peine à s’enflammer pour les quinze « rois fainéants » qui se succédèrent de la mort de Dagobert I (638) à la déposition de Childéric III (751). Leur réhabilitation semble impossible.

10On leur pardonnerait assassinats et concubines si, au moins, ils avaient su maintenir l’impôt romain, mais celui-ci disparut au VIe siècle. Les Francs étaient exempts d’impôts ; les Eglises aussi ; de même certaines cités. Les vies de saints présentent l’impôt comme une exaction impie, punie par le Ciel. Au VIe siècle les rares tentatives pour lever le vieil impôt déclenchèrent des émeutes ; des percepteurs furent massacrés. On a pu dire que le meilleur moyen de se débarrasser d’un personnage gênant était de l’envoyer lever l’impôt dans quelque cité : on était sûr de ne pas le revoir. Bref il ne subsista, ici ou là, que quelques redevances qu’il serait présomptueux de rattacher à la fiscalité impériale. Ce fut un grand poids du moins pour les propriétaires. Nonobstant, certains historiens professent que l’impôt foncier a survécu jusqu’au XIIe siècle. On peut se passer de cette hypothèse. Le mot fisc finit par ne plus désigner qu’un domaine foncier, comme si le roi n’avait plus d’autres revenus que ceux de ses villae.

11Le pouvoir royal faiblissant, le regnurn Francorum se fragmenta. Les peuples mal soumis de la Gaule (Aquitains, Basques, Bretons, Provençaux) et de la Germanie (Alamans, Bavarois, Thuringiens, Frisons, Saxons surtout) s’émancipèrent. Dans le cœur même du royaume on vit apparaître, dès 575-625, trois nations, les Austrasiens, les Neustriens et les Bourguignons, chacune avec son aristocratie dirigée par un maire du palais (major domus). Après la mort de Dagobert I (638) se déchaîna une lutte féroce entre les trois maires, pour le contrôle du regnum. Le vainqueur en fut, en 687, le maire du palais austrasien, Pépin, dit de Herstal, le fondateur de la dynastie carolingienne. En 751 le dernier roi de la race de Clovis fut déposé. Pépin I, dit le Bref, fut élu roi par les grands et sacré par les évêques, puis par le pape.

12L’échec des Mérovingiens ne dut rien à leurs déplorables mœurs privées, mais tout à des causes structurelles. D’ailleurs il se reproduisit avec les Carolingiens qui, sur le plan de la morale privée, furent à peu près exemplaires. Mais les rois étaient faibles parce qu’ils étaient pauvres, trop pauvres pour satisfaire l’inextinguible soif de leurs fidèles, et le fisc fondait comme beurre en poêle.

13Les premiers carolingiens s’employèrent à soumettre les révoltés et les nations périphériques. Par exemple l’Aquitaine ne fut matée qu’en 769, après dix années de dévastations systématiques et il fallut l’indomptable énergie de Charlemagne pour venir à bout des Saxons. En 800, enfin, « la paix régnait » et Charles fut couronné empereur à Rome.

14Déjà pourtant se faisaient entendre de sinistres craquements et certains n’ont pas hésité à parler de « l’échec de Charlemagne ». La conquête s’étant arrêtée, il n’y eut plus ni butin, ni captifs à distribuer aux guerriers francs, plus de places ni de terres à donner aux grands. Or ils étaient tous exigeants. D’autre part le vieil empereur cessa de parcourir son immense empire et de se montrer à ses sujets, à ses agents. Or toute autorité était personnelle, car il n’y avait pas d’Etat. Un pareil empire était ingouvernable. Celui de Napoléon était exactement aussi vaste et l’Empereur, lui aussi, se déplaçait à cheval, mais il avait des préfets. Pourquoi Charlemagne n’en avait-il pas ? Parce qu’il n’avait pas d’argent pour les payer, pas de scribouillards pour la paperasse administrative, ni les structures mentales adéquates. Il lui fallait se montrer partout pour être obéi. Tâche surhumaine.

15Sagement, Charlemagne prit, dès 806, la décision de partager ses royaumes entre ses trois fils. Mais un seul lui survécut. Le partage n’intervint qu’en 843. Alors naquit la Francia occidentalis, la France limitée par les quatre rivières, l’Escaut, la Meuse, la Saône et le Rhône. Le premier roi de France, Charles le Chauve (840-877) fut un prince énergique qui lutta de son mieux contre les Normands, contre ses frères, contre ses grands, mais les moyens lui manquèrent : faute de fiscs à donner il fut parfois réduit à payer ses fidèles avec des abbayes. Ses successeurs furent encore plus faibles. En 888 les grands donnèrent la couronne au comte Eudes, l’ancêtre des Capétiens.

16Les malheurs des Carolingiens du IXe siècle furent donc d’abord conjoncturels, mais la peine qu’ils éprouvèrent à combattre les Normands révèle une faiblesse structurelle. L’ost royal était lent à se mobiliser, peu disposé à combattre. On préférait souvent acheter la retraite des païens par un tribut, ce qui était les inviter à revenir. Une défense efficace ne pouvait être organisée qu’à l’échelon local, ainsi en Flandre jusqu’en 879. On saisit ici la première raison de la naissance des principautés territoriales.

17Qu’importent à l’histoire sociale, dira-t-on, ces tourmentes ? Beaucoup justement. La ruine de l’Etat livra les faibles, sans défense, aux appétits des puissants. Les misères du temps en réduisirent beaucoup à se donner, corps et biens, à ceux qui pouvaient les protéger ou, tout simplement, les nourrir. D’où la généralisation des liens de dépendance et, tôt ou tard, la disparition des paysans indépendants. Les profiteurs furent les puissants, qui s’enrichirent à la fois des largesses des rois et de la dédition des pauvres. Parmi les puissants il convient de ranger les Eglises qui accumulèrent successivement deux gigantesques fortunes. La première fut à moitié ruinée par les sécularisations de Charles Martel et de Pépin I. La seconde, qui se reconstitua aussitôt, ne fut pas moins colossale. Les trois caractères majeurs de cette société furent donc la prépondérance de la grande propriété, la domination des « puissants » sur les « pauvres » et l’avilissement, voire l’extinction progressive du groupe des paysans libres.

18L’échec final des Carolingiens ne doit pas empêcher l’historien de leur reconnaître quelques « mérites ».

19Le premier acquis de cette période fut d’ordre constitutionnel. Le pouvoir des reges criniti, des rois mérovingiens chevelus, avait été de l’ordre du sacré : terrible et sans règle, comme leur toison. Celui des Carolingiens fut religieux, c’est-à-dire soumis à des observances, comme leur chevelure à des peignes, à des diadèmes. Ce fut un changement définitif.

20Le système politique du bas empire avait été l’absolutisme de droit divin. Le césar (tzar) était le maître tout puissant (autocratôr), représentant de Dieu sur la terre, égal aux apôtres (isoapostolos), devant lequel se prosternaient le patriarche de Constantinople et celui de Rome (rite de la proskunèsis). Ce pouvoir absolu n’était tempéré que par l’assassinat et le pronunciamento, lesquels ne faisaient que changer le titulaire, sans réformer le système. Telle fut la tradition byzantine, jusqu’à Staline inclus.

21Or en 751 le roi Pépin fut élu par les grands avec l’accord du pape, puis oint par les évêques. Trois ans plus tard, à Saint-Denis, le pape sacra à nouveau Pépin et, dans la foulée, ses deux fils. Il menaça des pires sanctions ceux qui à l’avenir oseraient « élire un roi issu d’autres reins que ceux-là même que la divine piété avait jugé bon d’exalter ». Ainsi furent réunis les trois éléments de la légitimité royale, la race, l’élection, l’onction.

22L’élection était informelle, mais la royauté fut bel et bien contractuelle. Dès 843, au plaid de Coulaines, Charles le Chauve fit à ses fidèles des promesses formelles ; en 858 il échangea avec eux des serments précis. C’était la réciprocité vassalique. Pour la première fois on avait un Etat de droit.

23Quant à l’onction, le mot « sacre » ne doit pas induire en erreur : il ne s’agit que d’un sacré de consécration, dilué dans des rites et plus respectable que terrifiant. Les rois mérovingiens, sans onction, avaient été autrement sacrés ! Pour les rois carolingiens le mot religieux convient mieux. La royauté était désormais un office, un ministère voulu par Dieu, qui conférait à son titulaire moins de pouvoirs que de devoirs. Le roi était comptable de ses actes devant Dieu, voire devant les évêques. En forçant les termes on pourrait dire que le roi mérovingien avait été absolu, que le carolingien était constitutionnel. Se révolter contre lui n’était plus un sacrilège mais, à la limite, légitime.

24En dépit des apparences la période fut plutôt paisible, plus en tout cas que la suivante. On n’en veut pour preuve que l’absence de châteaux privés. On sait aussi que les enceintes antiques servirent parfois de carrières pour la pierre à bâtir. En 864 le roi ordonna même que les forteresses récemment élevées par les particuliers fussent rasées, car elles ne servaient qu’à opprimer les gens du voisinage. C’était le temps des invasions normandes, mais on estimait que les cités romaines et les oppida celtiques offraient aux populations des refuges suffisants.

25Les Carolingiens, Charlemagne en particulier, firent de grands efforts pour maintenir la paix, c’est-à-dire pour améliorer le fonctionnement de la justice. On vit apparaître l’enquête d’office en cas de crime. Les jugements du mallus publicus (tribunal public) furent définitifs, sans appel. Celui qui n’était pas content de ses juges pouvait les attaquer pour « faux jugement » devant le tribunal du Palais. Comme celui-ci était débordé, beaucoup de causes furent déférées aux missi, qui apparaissent comme des délégués itinérants du Palais. Celui qui refusait de se soumettre aux sentences était « banni », c’est-à-dire mis hors la loi. Charlemagne voulut même mettre fin aux faides en imposant à tous le recours aux tribunaux et la composition pécuniaire. On en vient à se demander si un Etat n’était pas en train de renaître. En tout cas il y avait longtemps qu’on n’avait vu pareille activité législative.

26Le dernier titre de gloire des Carolingiens est d’avoir rassemblé et soutenu les hommes d’élite à qui on doit la régénération de l’Eglise et la renaissance de la culture. Pour commencer il fallut réformer l’écriture ; ce fut la « minuscule Caroline », c’est-à-dire notre écriture script. On dut aussi réapprendre le latin. Puis on imita les Anciens, tel Eginhard écrivant une vie de Charlemagne sur le modèle du Suétone. Une troisième génération produisit des œuvres originales, ambitieuses même. Le mouvement ainsi lancé ne devait plus s’arrêter. Du même furent réformés l’Eglise, le culte et jusqu’au chant liturgique. Cette culture savante fut déterminante. Désormais le latin correct, si ce n’est élégant, distinguerait les intellectuels, les clercs : nouveau type social appelé à un bel avenir.

2.– Le nouvel équilibre économique

27La démographie et l’économie, qui constituent le second pilier de l’histoire sociale, présentent des données complexes, car l’époque carolingienne n’est pas l’époque mérovingienne, non plus que le midi n’est le nord.

28Certains savants de premier plan croient encore au schéma manichéen proposé jadis par Henri Pirenne : longue survie de l’économie antique, du commerce méditerranéen et de la monnaie d’or, bref de la prospérité, puis, à cause des Arabes, mort du grand commerce méditerranéen, repli de l’économie et frappe de pièces d’argent. Bref, les grands siècles seraient le VIe et le VIIe, les siècles tristes le VIIIe et le IXe. On prétend réhabiliter à la fois les Mérovingiens et leur époque. C’est sans doute une entreprise désespérée.

29D’abord la peste sévit, du moins dans la moitié sud du pays. De 543 à 694 douze épidémies sont signalées, capables chacune d’enlever « la majeure partie de la population ». De plus l’Aquitaine, c’est-à-dire les régions du sud de la Loire, s’étant souvent rebellée contre les rois francs, ceux-ci ripostèrent par des raids, détruisant tout et réduisant les hommes en captivité. La soumission définitive ne fut acquise qu’en 769, après dix années de dévastations systématiques, mais le pays était exsangue, quasi vide. De même pour la Provence.

30Cependant l’économie antique avait agonisé. Le commerce avait décliné dès le bas empire. Les ouvriers ayant émigré vers les ateliers des grands domaines ruraux, les villes s’étaient atrophiées. En fait de commerce il restait surtout l’importation des produits du luxe oriental, soldée par des sorties de métal jaune, car la Gaule n’avait rien à vendre. Le stock d’or diminuant, on en vint à émettre des pièces comportant 90 % d’argent : de l’or pâle. Vers 670-679 les frappes cessèrent. Mahomet n’y était pour rien.

31Le nord de la Gaule eut une histoire exactement opposée. Ici le nadir dut se situer vers 250-275, à cause des invasions. Ce fut, a-t-on dit, la pire catastrophe de toute l’histoire de France. Beaucoup d’habitats disparurent, comme le prouve, en mainte région, la rareté des toponymes gallo-romains en -y (-iacus). Pour « faire reverdir les champs » Rome installa des lètes d’origine barbare d’où, dès les IVe et Ve siècles, des toponymes en -ies (-iacas) formés sur un anthroponyme germanique. Aux VIe et VIIe siècles ce furent, beaucoup plus nombreux, les toponymes en -court et en -ville puis, aux VIIIe et IXe siècles, les toponymes en -villers, beaucoup moins nombreux : le monde se remplissait. Ici, point de pestes, point de dévastations. Ce qui explique Charlemagne, ce n’est pas Mahomet, comme le voulait Pirenne, c’est la fécondité des Franques.

32Les progrès économiques furent réels, mais modestes. Le signe le plus sûr est, vers 675, l’apparition du denier d’argent, monnaie internationale des mers du nord, qui était bien adapté au commerce des denrées de petit prix. Mais, on l’a vu, le développement urbain resta très hésitant. Les progrès agricoles furent plus significatifs.

33Pour l’histoire sociale celui qui importe le plus est la mise au point, vers les VIIe-VIIIe siècles, du système domanial : les grands domaines furent partagés en deux parties à peu près égales, la réserve seigneuriale étant cultivée par les corvées des tenanciers : deux ou trois jours par semaine ! On avait partagé en deux et associé le capital et le travail. Ce système génial avait plus d’efficacité que la gestion esclavagiste et son adoption fait honneur à la rationalité des grands propriétaires francs. Quoiqu’en aient dit certains, ce système a bel et bien existé et semble même avoir été assez général, du moins au nord de la Loire. Il aboutit à caser sur des tenures à la dimension d’une famille (manses) aussi bien des serfs (manses serviles), que des libres (manses ingénuiles) ou des affranchis (manses. lidiles), préparant ainsi la fusion des paysans dans une seule classe de tenanciers soumis à peu près aux mêmes charges.

34La récession du midi et les progrès du nord aboutirent à un déplacement du centre de gravité du royaume franc, qui bascula des rivages lumineux de la Méditerranée aux eaux grises de la mer du Nord. C’est ainsi que, très lentement, la France trouva son équilibre économique et social entre un nord plus dynamique et un midi qui l’était moins.

3.– La difficile unité

35C’est très lentement aussi que la société française recouvra son unité, qu’avaient rompue les invasions.

36Invasions, mot horrible, chose plus horrible encore. Selon Salvien († c 484) à la fin du Ve siècle la Gaule du sud était pleine de misérables réfugiés du Nord. Les historiens d’outre Rhin préfèrent le concept de grandes migrations qui est encore pire : les populations romaines furent submergées, anéanties, refoulées, asservies ou assimilées, comme on le constate pour l’Angleterre, et la frontière de la Romania recula de 100 ou 200 km. Il en fut de même avec les Bretons en Armorique, avec les Basques en Gascogne. Sinon ce fut la cohabitation avec les conquérants, l’occupation. Celle-ci n’était pas agréable. Vers 475 l’odorat délicat de Sidoine Apollinaire était offensé par les senteurs des Wisigoths, par le beurre rance dont ils se pommadaient les poils, par l’ail et l’oignon qu’ils faisaient frire dès potron-minet. C’est là un cas extrême. En général les fédérés barbares vécurent à part : ils reçurent le tiers, la moitié, les deux tiers des biens des Romains. On décora cette spoliation du beau nom d’hospitalité.

37L’oignon frit a valeur de symbole : les vainqueurs différaient des vaincus par la langue, la religion, le droit, les mœurs, la sépulture, la race, bref par tout, sinon qu’ils avaient le même type de société à trois niveaux, nobles, libres et serfs. A la fin la fusion s’opéra, mais ce fut moins rapide, moins facile et moins complet qu’on ne le dit.

38Les Francs étaient les moins romanisés des barbares qui conquirent la Gaule. Mort en 481, le père de Clovis, Childéric, fut inhumé avec ses insignes de général romain, certes, mais aussi avec son trésor, avec son anneau sigillaire portant l’inscription CHILDIRICI REGIS et son visage de profil à la longue crinière de roi franc ; autour de sa tombe furent sacrifiés une trentaine de chevaux que, sans doute, il entendait emmener dans le walhalla. Tels étaient les hommes auxquels l’empereur abandonnait l’administration de la Gaule. C’étaient des rois plus que des magistrats, des barbares non des Romains, « des semi-nomades analphabètes », a dit un bon historien.

39Le fossé religieux était profond. Les Germains étaient en général ariens, c’est-à-dire hérétiques, et à l’occasion ils persécutaient le clergé catholique. C’est dire l’importance du baptême de Clovis (498 ?). Sincère ou astucieuse, cette conversion fut déterminante. Elle ne facilita pas la conquête franque, car la noblesse aquitaine servit jusqu’à la fin dans l’armée wisigothique, mais par la suite elle encouragea les ralliements.

40Les rois francs se faisaient volontiers servir par des nobles romains et ceux-ci affluaient à la cour où, dit-on, ils s’alliaient avec des nobles barbares, malgré l’oignon frit. Pourtant le nombre des grands portant des noms romains diminua assez vite. Ou bien ceux-ci avaient adopté l’onomastique germanique et ne sont donc plus identifiables, ou bien ils avaient été peu à peu écartés. C’est là le plus probable, car l’aristocratie victorieuse avait coutume d’éliminer l’aristocratie vaincue. La noblesse sénatoriale dut être éliminée à la suite des révoltes aquitaines, de même qu’en Angleterre la noblesse anglo-saxonne après 1066.

41La langue latine, qui avait maintenu au moins une apparence d’unité, se dégrada sans frein. Il ne resta qu’une lingua romana rustica, le parler populaire. L’Eglise elle-même fut incapable de maintenir un latin grammaticalement correct. On l’a vu, quand Charlemagne voulut restaurer le latin, on trouva que celui-ci devait être enseigné dans les écoles, car il n’avait plus grand chose de commun avec les langues vulgaires. Tôt ou tard celles-ci s’éloignèrent les unes des autres et, pour finir, la France fut partagée en une bonne douzaine de dialectes. Ceux du nord (langues d’oïl) étaient assez proches les uns des autres, et de même ceux du midi (langues d’oc), mais entre les uns et les autres le fossé fut profond. Au XIVe siècle certains des papes d’Avignon, qui étaient des Limousins, devraient se faire traduire en latin les lettres des rois de France, qui étaient en français, et ce n’est pas avant 1450, 1350 au mieux, que le français devait entreprendre la conquête de l’Occitanie, pacifiquement d’ailleurs.

42Germains et Romains vivaient sous des droits profondément différents, l’un très évolué, l’autre primitif. Vers 500 les rois barbares firent mettre par écrit, c’est-à-dire en latin, les lois de leurs peuples, qui étaient orales. Quant aux sujets romains, ils reçurent des codes qui n’étaient que des abrégés du code théodosien de 438. Les nouvelles constitutions impériales ne furent pas reçues ni, a fortiori, le code de Justinien : le droit romain ne fut plus qu’une coutume figée.

43Chacun était jugé selon sa loi personnelle. Là où la loi romaine prescrivait des peines afflictives, les lois barbares ne connaissaient que des compositions pécuniaires modulées selon la gravité du crime : on payait le prix du sang (wergeld). Le wergeld des Germains était deux fois plus élevé que celui des Romains. Pour la preuve les barbares recouraient au serment des cojureurs choisis dans la parenté et, en cas de difficulté, à l’ordalie, voire au duel judiciaire. Les différences n’étaient pas moindres pour le droit privé. Pour les causes mixtes, c’est le droit germanique qui devait être appliqué. C’est ainsi que pénétrèrent dans les coutumes des Romains des pratiques nouvelles comme la vengeance et la guerre privée ou la dot payée par le mari, différente de la dot romaine payée par le père.

44C’est ainsi surtout que s’unifia le droit des populations mêlées. Vers 800 Charlemagne prescrivait encore de respecter la personnalité des lois mais celle-ci, invinciblement, cédait à la territorialité. Dans le nord les coutumes furent profondément germanisées, dans le midi l’empreinte romaine domina. D’où l’opposition ultérieure entre pays de droit coutumier et pays de droit écrit, opposition mal nommée car les lois barbares avaient été écrites et le droit romain s’était réduit à une coutume. Il fallut donc plusieurs siècles pour réaliser localement la fusion juridique entre Romains et Germains.

45La fusion religieuse ne fut pas rapide, car le nord de la Gaule ne fut guère évangélisé avant 650. Mais le succès fut complet, du moins en surface plus qu’en profondeur, car la christianisation fut souvent superficielle. La religion se barbarisa pour s’adapter à des convertis sincères, sans doute, mais souvent grossiers.

46Tel pourrait être le mot de la fin : la Gaule ne fut pas tant germanisée qu’elle ne fut barbarisée. Quant aux Germains, ils furent « civilisés » : ils abandonnèrent leurs langues, ils renièrent leur foi, ils répudièrent leurs divinités, ils oublièrent jusqu’aux vertus qui avaient fait d’eux le modèle des « bons sauvages » cher aux moralistes antiques.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search