Version classiqueVersion mobile

La société française au Moyen Âge

 | 
Alain Derville

Première partie. Les cadres sociaux

Chapitre IV. La ville

Texte intégral

1.– Histoire

1.1.– Rome

1Les Gaulois avaient eu des villes, mais c’est à Rome qu’on doit l’urbanisation systématique de la Gaule. Ce premier réseau urbain suffit jusqu’au Xe siècle.

2Le projet impérial définit des civitates (cités) qui étaient à la fois le territoire d’un peuple et la ville chef-lieu. Il y en eut quelque 112. D’autres villes furent fondées, dans le midi, pour accueillir des colons romains dotés d’un lot de terre.

3La ville romaine, instrument de l’acculturation des Gaulois, fut planifiée sur le modèle des camps militaires, avec deux artères maîtresses, un forum central, des îlots à bâtir, et conçue sur le modèle de Rome : mêmes institutions, mêmes équipements collectifs, même décor monumental ; de même pour les cultes et la culture. Les riches propriétaires fonciers vinrent résider dans de somptueuses maisons pour jouir de tous les bienfaits de la civilisation. La ville romaine fut donc une ville de rentiers, d’oisifs, souvent enclins à financer la construction des édifices publics et les réjouissances offertes à la plèbe qui immortaliseraient leur mémoire. C’est ce qu’on appelle l’évergétisme.

4Ce projet urbain force l’admiration, mais sa réalisation fut fort inégale. Plus on s’éloigne de la Méditerranée, plus les villes sont rares, petites et somnolentes. Dans la Belgica (au nord de la Seine) elles n’eurent guère de monuments publics, parfois même pas un forum, et les lotissements restèrent à moitié vides. L’échec fut aussi d’ordre économique. La principale fonction des villes fut la consommation. Comme le montre l’exemple commode de la céramique, l’industrie fut surtout rurale. L’urbanisation fut donc assez artificielle et ces villes splendides furent fragiles. En tout cas elles résistèrent mal aux invasions du IIIe siècle.

5Certaines villes ne s’en relevèrent jamais. Les autres s’enfermèrent dans des enceintes souvent réduites, surtout dans le nord de la Gaule. A Paris la rive gauche fut abandonnée et le forum sans doute transformé en forteresse. On n’occupa plus que l’île de la Cité. La surface passa de 45 à 9 ha. Dans beaucoup de villes la voirie antique, qui avait été orthogonale, s’effaça. A Amiens, « ville éminente », mais qui ne faisait plus que 10 ha, ce qui laisse imaginer les autres, le sol romain gît aujourd’hui sous cinq mètres de gravats. La ville dut être incendiée plusieurs fois et peut-être abandonnée. En tout cas les rues modernes, c’est-à-dire médiévales, sont en discordance avec les rues antiques. Le cas semble exemplaire.

6Cette lamentable décadence s’explique par la récession économique : quand l’économie est dynamique, les villes ont vite fait de se relever de leur ruine.

7Les changements politiques ne furent pas moindres. La cité, qui avait été une petite république de type méditerranéen, fut administrée par les fonctionnaires impériaux et devint un rouage de l’administration. Les décurions ou membres de la curie municipale, furent astreints héréditairement à percevoir l’impôt dans le territoire de la cité ; ils en furent responsables collectivement, sur leurs biens. Ceux qui le purent allèrent vivre dans leurs grands et beaux domaines ruraux. Les villae des IVe et Ve siècles furent somptueuses ; elles comportèrent souvent des ateliers, d’où l’émigration des artisans urbains et la ruine de leurs corporations (collegia). « Les villes ont perdu leur splendeur », déplorait l’empereur Honorius en 400 ; « elles ont perdu leurs curiales et leurs collegiati », précisa l’empereur Majorien vers 455.

8La place des riches citoyens fut prise par l’Eglise, du moins après 313, sous les empereurs chrétiens. Des églises purent s’élever intra muros. L’évêque devint un personnage officiel autorisé à arbitrer les conflits privés et peu à peu le véritable chef de l’administration locale. Les pompes et les fastes de la vie urbaine furent de moins en moins les jeux du cirque, de plus en plus les processions et les fêtes carillonnées. L’évergétisme se manifesta par la fondation de basiliques, de monastères. Peu à peu la cité antique devint une « cité sainte » fameuse surtout par ses reliques et ses sanctuaires. L’Eglise s’identifia si bien à la ville que la vie urbaine s’éteignit dans les cités sans évêque.

9Bref, ce que l’Antiquité légua au moyen âge, ce furent des remparts et des évêques.

1.2.– Le Haut Moyen Âge

10Vue la ruine de l’Etat la ville cessa d’être le centre administratif de la civitas. Le mot cité ne signifia plus que « ville épiscopale ». Pour le ressort territorial on parla de pagus (pays ; pluriel pagi), puis de comté, car le seul officier public qui survécût fut le comte, investi de tous les pouvoirs. Les institutions municipales s’étiolèrent, puis s’éteignirent. La dernière fonction de la curie avait été de tenir à jour le cadastre, base de l’assiette de l’impôt foncier. Plus d’impôt, plus de cadastre, plus de curie.

11La vie urbaine s’appauvrit très vite. Plus de spectacles offerts à la plèbe ; les arènes allèrent à ruine ou devinrent des habitats fortifiés. Plus d’aqueducs en état de fonctionnement, plus d’eau courante, plus de thermes : tout un pan de la civilisation antique disparut, l’hygiène corporelle et l'otium, le loisir distingué fait de conférences et de conversations raffinées. D’ailleurs les riches préféraient la chasse, plaisir rustique, plaisir brutal et plus rien n’empêchait personne d’aller vivre à la campagne.

12La disparition du carcan étatique fut le coup de grâce pour les économies urbaines : disparurent les manufactures d’Etat et les magasins où s’entreposait le blé de l’annone (tribut en nature). Il n’y eut plus en ville que les artisans travaillant pour l’Eglise, si peu nombreux que, quand un évêque voulait reconstruire sa cathédrale, il devait en faire venir de toute la Gaule. Le commerce se réduisit à peu près à l’importation de produits rares et coûteux venus de la Méditerranée ou de l’Orient. D’où la présence, ici et là, de Levantins (Syri) fort riches, mais moins nombreux qu’on ne l’a dit. Ils furent peu à peu assimilés et il n’y eut plus que les Juifs pour animer ce qu’on appelle pompeusement le commerce international.

13Bref, la fonction économique des villes s’atrophia. Resta une vie locale avec des marchés de village où les monétaires émirent parfois des tiers de sou (trientes), du moins tant qu’il y eut de l’or, c’est-à-dire jusque vers 670-679. A elle seule cette ruine de l’économie antique suffirait à expliquer la décadence de la vie urbaine.

14En revanche, ne fût-ce qu’en raison des guerres civiles, la cité garda sa fonction militaire et son enceinte. C’est vers 800-850 que, confiants dans la paix carolingienne, des évêques demandèrent et obtinrent la permission de démanteler la muraille antique pour en tirer de la pierre à bâtir. Le réveil devait être terrible avec les invasions normandes.

15Plus importante encore fut la fonction sacrée. Plus que jamais les villes furent des « cités saintes, des conglomérats de corps saints, de sanctuaires desservis par une armée de clercs et de moines ». Dans le nord de la Gaule, beaucoup de villes où la parure monumentale romaine avait été pauvre eurent de riches et nombreux monuments chrétiens. Si Paris était la ville la plus splendide (urbs perpulchra), c’est qu’elle comptait 33 sanctuaires, dont 9 dans la seule île de la cité. Les autres regroupaient souvent quelques maisons : l’habitat était polynucléaire, mais la vie était rurale. Dans la Cité même il y avait beaucoup de jardins. Il est donc peu probable que le Paris du IXe siècle ait compté 24 000 habitants. 5 000 semble plus raisonnable. Qu’on juge par là des autres villes.

16Parfois l’empreinte romaine s’effaça complètement. Des cités s’éteignirent un peu partout, même dans le midi méditerranéen. Pour l’extrême nord de la Gaule, déjà si mal urbanisé, le bilan est tragique. Comme tous les castra des frontières ceux du Litus saxonicum furent abandonnés et, tel Oudenburg, ne furent plus que des carrières de pierre. On a retrouvé des tombes saxonnes à l’intérieur de l’enceinte de Boulogne : la cité n’était plus qu’un cimetière. Quand saint Vaast fut nommé évêque d’Arras, vers 500, il trouva des broussailles dans sa cité et dans sa cathédrale un ours. L’évêché ne survécut que sur le papier ; il fut uni à celui de Cambrai ; de même, plus tard celui de Tournai à celui de Noyon. Au nord de la Somme il ne restait que deux cités, Thérouanne et Cambrai.

17Les textes du haut moyen âge, plus variés que ceux du bas empire, permettent d’apercevoir d’autres agglomérations, peut-être urbaines. Vers 575 Grégoire de Tours s’étonnait qu’un castrum comme Dijon ne fût pas une cité, n’eût pas d’évêque. Il y avait d’autres castra, moins méritants sans doute. Chacun des peuples gaulois avait eu ses oppida, que Rome avait dédaignés et qui retrouvèrent quelque importance. Certains d’entre eux devinrent des chefs-lieux de pagi, ainsi Alise (Alesia) ou le Mont Lassois, où il y eut castrum, abbaye, atelier monétaire. D’autres donnèrent naissance à des villes médiévales, comme Amboise, Chinon, Loches ou Saumur, mais quand ? Pour l’instant l’économie était sans doute trop languissante pour que naquissent de vraies villes.

18Si on insiste sur la fonction sacrée des villes, il faut placer ici certaines abbayes. A l’époque franque la capitale sacrée du diocèse de Thérouanne ne fut pas la cité épiscopale, mais l’abbaye de Sithiu où reposaient, plus puissants morts que vivants, patrons et protecteurs du peuple morin, saint Orner, saint Bertin et quelques autres dont les restes étaient le palladium de la patria. Mais Sithiu n’avait aucune autre fonction : c’était un centre, non une ville.

19La période carolingienne vit un certain progrès économique dont témoigne, vers 662-675, l’apparition, dans les pays riverains de la mer du Nord pour commencer, du denier d’argent pur. Cela suffit-il pour ranimer les villes gauloises ? Il est impossible de le dire. L’équipement urbain légué par Rome était plus que suffisant et bien des cités flottaient dans leurs enceintes minuscules comme dans des vêtements trop larges. Le temps n’était pas venu, et de loin, où elles feraient péter les coutures. Il y eut, tout au plus, des bourgs autour de certains monastères suburbains, ainsi à Tours (837), Dijon (840-850), Lyon (858), Orléans (875-877). En 816 le concile d’Aix avait parlé de monastères établis in vicis, castris, burgis et civitatibus, dans les villages, châteaux, bourgs et cités. Des bourgs : simples amas de cabanes comme à l’époque romaine ?

20Si on veut observer un éveil ou un réveil urbain, c’est à l’extrême nord de la Gaule qu’il faut s’intéresser, parce que c’est là qu’il y avait tout à faire, parce que c’est là que le progrès économique fut le plus vigoureux, parce que les savants belges ont été très diligents. Des portus (ports), des tonlieux, des monétaires, on en trouve surtout sur la Meuse et un peu sur l’Escaut (Gand, Tournai) ou sur la Scarpe (Lambres). Au IXe siècle on voit qualifiés de castrum, de municipium, de civitas même, Bruges, Courtrai, Gand : c’étaient des chefs-lieux de pagus. Sur la côte l’éveil du commerce des mers du nord fit naître des places commerciales dites emporium en latin, wic en germanique. Quentovic, le wic de la Canche, fut un des grands emporia internationaux de l’époque franque. Boulogne sortit de sa torpeur, releva ses murailles et Charlemagne y basa une flottille pour combattre les Normands. Plus au nord on trouve « le port de l'Yser » (Iserae portus = Furnes ?). Au-delà Bruges porte un nom norrois (Bryggja = quai) ; elle fut peut-être d’abord un wic mais le colmatage de la côte lui interdit bientôt toute activité maritime. On trouve d’autres ports jusqu’au grand emporium de Dorestad, sur le Rhin, ainsi Domburg, dans l’île de Walcheren, qui fut actif par moments, ainsi au haut empire, puis aux VI-VIIIe siècles. Autant de créations éphémères.

21Ce n’était là qu’un frémissement. Au IXe siècle, des sept futures grandes villes de Flandre, Arras et Saint-Omer étaient des abbayes, Lille n’était qu’un domaine rural, de même sans doute qu’Ypres et Douai ; à Bruges et à Gand le premier habitat « pré-urbain » fut excentré par rapport à la ville ultérieure : solution de continuité topographique.

1.3.– 900-1350 : le second réseau urbain français

22Les invasions qui marquèrent la fin de l’époque carolingienne furent cruelles pour les villes françaises : elles furent prises, pillées, incendiées à plusieurs reprises. Mais les villes de 900 avaient plus de vitalité que les cités du IIIe siècle. Elles relevèrent leurs ruines, puis elles entamèrent une nouvelle croissance. Selon les régions cela se fit plus ou moins tôt, plus ou moins fort.

23Pour le midi méditerranéen, c’est un euphémisme de dire que la vie urbaine fut « fortement perturbée ». Certaines villes furent détruites ; d’autres disparurent, comme Cimiez et Venasque, deux cités qui cédèrent leurs évêques à Nice et Carpentras. Le clergé prit la fuite et les listes épiscopales s’interrompirent, parfois jusqu’à l’an Mil. Le commerce se réduisit tellement que les Juifs se ruralisèrent et que la monnaie d’Aix chôma de 900 à 1150-1200. Donc « la vocation défensive demeura le facteur déterminant de la vitalité urbaine ». L’espace bâti se réduisit à des castra, à Marseille le castrum Babonis, en Arles et à Nîmes les arènes et quelques autres monuments antiques ; vers 1050 Aix, c’était trois castra, celui du comte, celui de l’archevêque, celui des chanoines. Au XIe siècle « la cité est d’abord une garnison », a dit un bon auteur et les villes « sont avant tout des repaires de gens armés ».

24Le réveil urbain fut tardif et, faute d’industrialisation, assez mou. Peu de grandes villes marchandes comme Montpellier, une majorité de petites agglomérations dont le caractère urbain reste parfois douteux. Pour le comté de Provence on peut en relever une vingtaine qui faisaient plus de 400 feux en 1315, plus de 200 en 1471. Des villes ? En tout cas elles avaient rarement eu un statut urbain à l’époque romaine ; pour le moyen âge la réponse est hésitante.

25Dans le sud-ouest aquitain le réseau antique, déjà assez lâche, avait été fort abîmé. Des cités furent restaurées vers 1100, ainsi Saint-Lizier, capitale du Couserans, et Saint-Bertrand, capitale du Comminges. Le touriste actuel, médusé par la modestie de ces cités, se souvient de la sentence de Cantillon : « L’assemblage de plusieurs riches propriétaires de terres qui résident ensemble dans un même lieu suffit pour former une ville ». Une cité pouvait vivre d’un évêque, de son clergé et de la population induite. C’était un centre de consommation, un nœud de relations centripètes.

26Les fondations furent nombreuses. Les quelque quatre cents bastides aquitaines auraient, dit-on, formé le réseau actuel des petites villes et des gros bourgs. Vision bien optimiste ! En fait les réussites furent rares et peu éclatantes. On peut citer Mont-de-Marsan (1133), Montauban (1144), Marmande (vers 1182), Villeneuve-sur-Lot (1255) et Libourne (1269). Cette dernière était bien placée pour contrôler le trafic des vins de la Dordogne. Après des débuts difficiles elle prospéra assez pour se donner des remparts en 1313. L’enquête de 1459 établit que l’enceinte englobait 17 ha dont 8 en labours, vignes et jardins : une demie ville, donc.

27Pour le grand ouest les historiens locaux proposent des chiffres déments : 32 villes pour l’Anjou, 100 pour la Bretagne ! L’urbanisation se réduisit souvent à la fondation de bourgs, 3 à Caen, 5 à Bayeux etc. On l’a vu, les bourgs devinrent rarement des villes. Cependant l’essentiel du réseau urbain date bien du moyen âge central.

28Paris, qui a été bien étudié, est un exemple de choix. La cité avait été dévastée par les Normands en 845, 856 et 861, mais elle résista lors du siège fameux de 885. En 886 les faubourgs n’étaient plus que ruines et la Cité elle-même avait « un aspect campagnard ». La reconstruction fut tardive et lente. Les églises suburbaines, enfin restaurées, donnèrent naissance à des bourgs, dès 1100 sur la rive droite, après 1150 sur la rive gauche ; mais la vie resta rurale : partout des labours et des vignes. Or en 1328 Paris comptait bien 250 000 habitants ; c’était la plus grosse ville de l’Occident et sa population avait triplé à chaque siècle. Cette croissance est déroutante car l’économie parisienne fut très paresseuse : point de puissante industrialisation, point de grands marchands d’envergure internationale, ni même interrégionale. La principale fonction de la ville était la consommation : le roi, la cour, les administrations, un clergé pléthorique y dépensaient des revenus d’origine foncière ou fiscale. C’est du Cantillon tout pur, mais à grande échelle.

29La Flandre offre un tableau différent : vers 900 des villes rares, insignifiantes ; vers 1300 la région la mieux urbanisée de l’Europe, avec huit villes de 10 000 feux et plus (40 000 habitants), dont une, Gand, de 100 000 âmes sans doute. Il semble que cette urbanisation se soit faite en trois vagues successives qu’on peut illustrer par les exemples de Saint-Omer, Ardres et Calais.

30Les invasions se limitèrent aux années 879-886, mais la dévastation fut systématique. Face aux Normands on fortifia ce qu’on pouvait tenir : le long de la côte une ligne de castella, c’est-à-dire d’enceintes circulaires propres à servir de refuges pour les populations d’alentour, dans le haut pays artésien des abbayes comme Saint-Vaast ou Sithiu. En 900 le comte Baudouin II devint abbé de Sithiu. Il dut séculariser le sol, jusque là sacré, du monastère et y installer des hôtes, des bourgeois (oppidani), chacun doté d’une mansura (masure) de 1800 m2. Le tout, qu’on appelait oppidum (bourg), se logeait à l’intérieur du fossé (cingulum) qui jadis avait délimité l’abbaye. Divers privilèges sont probables, mais des remparts n’apparurent guère avant l’an Mil. Telle fut la naissance de Saint-Omer. Dès 938 le juge du comte était appelé praetor urbanus, magistrat urbain : Saint-Omer était une ville. De 900 à 1300 sa population tripla à chaque siècle.

31Pour les villes fondées vers 1070, comme Grammont ou Hénin-Liétard, Ardres fournit un exemple idéal. Ici le pays, entre les grands bois et les vastes marais, était désert. Ardres n’était qu’une lande (arde) avec une taverne sur la route de l’Angleterre. Vers 1050 le seigneur, Elbodon de Selnesse, y fit un essart, un moulin, un vivier. Vers 1070 Arnoul I détruisit Selnesse et transporta son donjon à Ardres, sur une motte ; il fit de sa villa un petit oppidum (oppidulum) borné par un fossé circulaire comme une couronne (quasi corona) ; il créa des échevins et des bourgeois, « comme à Saint-Omer » ; il institua un marché et fonda une collégiale de dix chanoines. Son fils, Arnoul II, (1094-1139), fortifia l'oppidum et construisit la « grande maison » si fameuse parmi historiens et archéologues.

32Ce projet urbain avait donc associé, comme dans la Normandie du temps, le donjon, le clocher et le marché, les nobles, les clercs et les bourgeois. Le premier habitat, qui n’était pas fortifié, est correctement appelé oppidum : c’était un bourg doté de franchises, non de remparts. Au contraire le chroniqueur savait très bien qu’Audruicq et Tournehem, quoique fortifiés, n’étaient pas des oppida, mais des villae : point de franchises, point de bourgeois. Toutes les grandes villes flamandes furent, de même, des oppida avec des oppidani, des bourgs avec des bourgeois. Un historien flamand s’est demandé si le burgus était une forteresse ou un habitat. Il aurait mieux fait de se demander ce qu’était l’oppidum : sûrement un habitat, pas forcément fortifié, mais privilégié. En tout cas l’historien doit renoncer à son latin classique et traduire oppidum par bourg.

33Vers 1150 apparurent dans les mers du nord de gros navires (jusqu’à 200 tonneaux de port) qui ne pouvaient remonter jusqu’à Saint-Omer, Bergues, Dixmude ou Bruges. Le comte, Philippe d’Alsace, fonda donc sur la côte des avant-ports, Gravelines, Mardyck, Dunkerque, Nieuport, Damme et autres. Son frère Mathieu, qui était comte de Boulogne, fit de même à Calais en 1165. Il y avait ici un hameau de pêcheurs. On fonda un bourg (oppidum, burgus maritimus) d’environ 300 masures de 1800 m2, soit 54 ha au moins, avec toutes les institutions urbaines normales à l’époque et quelques franchises. Les équipements économiques, hospitaliers et religieux suivirent sans tarder. En 1229 on fortifia l’oppidum ou du moins une cinquantaine d’hectares. Vers 1300 la population pouvait faire 15 000 âmes ; elle avait triplé à chaque génération : Calais était une ville-champignon.

34Bref, dès 1350, dès 1180 parfois, la France posséda son second réseau urbain, qui devait suffire jusqu’à la révolution industrielle. Il était plus riche que le réseau romain, plus dynamique surtout : que de petites villes ! Quelles puissantes croissances parfois ! Quelle mobilité des hommes !

35Comment expliquer cette universelle floraison ? Pour les villes belges prévaut toujours un schéma pirennien à peine modifié : substrat romain, certes, mais terriblement abîmé et, en fin de compte, non déterminant, puis commerce international à l’époque franque, doublé après 900 par un commerce local né des besoins des castra, puis, après l’an Mil, naissance des villes « au sens plein du terme », grâce à la draperie d’exportation : toujours le commerce lointain ! Le schéma s’applique assez bien à Gand, très mal aux autres villes flamandes.

36Pour les villes françaises on invoquera plutôt le dynamisme de la société rurale, la diversification professionnelle et fonctionnelle, la naissance de populations secondaires et tertiaires, la croissance des échanges internes, la multiplication des marchés. Il ne faut pas dire qu’il y eut des villes parce qu’il y avait un commerce, de préférence international, mais qu’il y eut un commerce, ne fût-il que local, parce qu’il y avait des villes. En tout cas il faut renoncer à la formule presque caricaturale d’un pirennien fanatique, savoir la fondation des villes par des « syndicats de marchands entrepreneurs de fondations urbaines ». Seuls les seigneurs fondèrent des villes. Parfois la ville naquit, comme dit Cantillon, de la corésidence de plusieurs riches propriétaires. Et c’est cela qui fait la force des villes et leur capacité de récupération après une catastrophe. Quentovic, grand emporium international, si brillant à l’époque franque, mais qui n’avait pas de racines locales, pas même une église, disparut sans laisser de traces quand les routes commerciales se déplacèrent, quand la Canche s’ensabla, et on ne sait même pas où faire des fouilles. Bruges, place internationale entre toutes fameuse pendant les XIVe et XVe siècles, survécut à l’ensablement du Zwin et au départ des marchands pour Anvers, car elle avait des racines locales : c’était une vraie ville, non un rendez-vous de nomades.

1.4.– Le Moyen Âge tardif

37Quatre changements affectèrent les villes françaises de 1340 à 1500.

38D’abord la population diminua fortement, les pestes ayant enlevé au moins 60 % des habitants. Encore les villes se repeuplèrent-elles assez facilement en puisant dans le réservoir rural. Pour les campagnes les pertes furent plus sévères (souvent 75 %). Donc le taux d’urbanisation augmenta. Cela s’explique aisément : dans le monde plein le niveau de vie des masses avait été tellement faible que le marché des fabricats était très étroit et qu’il y avait relativement peu de travail en ville ; dans le monde vide le niveau de vie des masses augmenta et, avec lui, la demande de fabricats, donc la population ouvrière des villes. Jamais les métiers urbains ne furent aussi joyeux que pendant ces tristes années du « bas » moyen âge.

39On n’a pas signalé de morts de villes après 1340, mais certaines agglomérations se dépeuplèrent tant et si bien qu’on peut douter qu’elles aient conservé une vie urbaine. Pour la Flandre Flamingante il a été proposé qu’en 1469 elle comptait 53 villes faisant de 12 000 à... 27 feux. A ce moment les petites villes de la Flandre Wallonne faisaient de 220 à 300 feux. 20 ou 25 des petites villes flamingantes se tenaient en-dessous de ce seuil. Etaient-ce encore des villes ?

40Dans ces villes sinistrées où « le tiers des maisons (étaient) chutes et inhabitées », il y eut de belles opérations immobilières à réaliser, de beaux hôtels à construire, des hôpitaux et des couvents à installer. Le paysage et l’habitat urbain en furent durablement transformés.

41La guerre imposa brutalement de « fermer » les villes qui ne l’étaient pas. Après Poitiers (1356) les routiers se répandirent partout, pillant sans rencontrer de résistance. Les villes improvisèrent une défense, tracèrent des remparts, exproprièrent des propriétaires, rasèrent des édifices gênants, trouvèrent de l’argent. Des commissions municipales agirent, que le roi reconnut et finit par transformer en échevinages. Le péril anglais disparu on continua l’œuvre entamée. Bref il y aurait eu dans la France de 1500 au moins 1027 villes ou villages fortifiés.

42L’obligation militaire fut astreignante. Il fallut assurer le guet et la garde, plusieurs nuits par semaine parfois. Les inventaires après décès montrent que ces bons bourgeois avaient tout l’équipement de l’hoplite médiéval. Les villes du Nord avaient, depuis longtemps, des « serments », c’est-à-dire des confréries privilégiées d’archers, d’arbalétriers, bientôt de couleuvriniers et d’arquebusiers, que le prince requérait souvent pour servir en rase campagne.

43Enfin la période vit naître beaucoup d’Etats provinciaux. On y convoqua les « bonnes villes », c’est-à-dire les plus importantes. Un bon connaisseur a estimé leur nombre à 200 pour la France du XVIe siècle. Cela en fait environ trois par département actuel. Les autres, les petites villes, attendent souvent que se penche sur elles la sollicitude des historiens.

2.– Définition

44La ville est un phénomène fascinant, mais protéiforme : où passe la limite entre le gros village et la petite ville ? Comment définir le fait urbain ?

45Cicéron distingua les hommes et les pierres, les civitates, rassemblements d’hommes (conventicula hominum) et les urbes, tas de maisons (domicilia conjuncta). La distinction fut reprise par Isidore de Séville, l’instituteur du moyen âge occidental : la ville, écrivit-il, ce sont les remparts ; la cité, ce sont les hommes (urbs ipsa moenia sunt, civitas autem non saxa sed habitatores vocantur). Le paysage et la société, le bâti et le vivant, on n’a pas dit mieux depuis. Mais on peut en dire autant du village.

46En 1910 un éminent sociologue, Raymond Maunier, proposa de classer les sociétés en sociétés simples, ne comportant qu’un groupe social, tels la famille, le hameau, le village, et en sociétés complexes comportant plusieurs groupes sociaux, telles les villes etc. D’un autre côté certaines sociétés n’ont pas de base locale définie, telles les Eglises, d’autres en ont une, ainsi le village, la ville, la nation. Ce qui caractérise la ville, c’est donc la complexité de ses rapports sociaux internes et l’agglomération, particulièrement forte en ce cas. Le village est aussi une agglomération, mais moins concentrée que la ville, et sa société est moins complexe. Entre la ville et le village la différence n’est pas qualitative, mais quantitative : c’est une question de plus ou de moins et c’est bien pourquoi il est si difficile de les distinguer l’une de l’autre. Certains s’y sont employés, mais beaucoup y ont perdu « la plus belle plume de leurs chapeaux », comme dit Villon.

2.1.– Les mauvais critères

47Le critère numérique est inutilisable : aujourd’hui 2000 habitants, pas 1999 ; combien en 500, en 1300, en 1500 ? D’autre part on a peu de chiffres sûrs. Les estimations vont du simple ou quintuple, les unes, anciennes, datant de l’époque où sévissait une hypercritique systématique, les autres plus récentes et plus généreuses, sans compter que les historiens irénistes proposent des chiffres moyens, pour ne faire de peine à personne. Ensuite on peut trouver des agglomérations visiblement urbaines moins peuplées que d’autres évidemment rurales. Enfin, comment mettre côte à côte deux chiffres de 1340 et 1370 quand on sait qu’entre ces deux dates la population a pu baisser des deux tiers ?

48L’application du critère numérique a d’ailleurs conduit à des résultats qui devraient suffire à le déconsidérer. Un savant américain, adepte de la théorie dite rank and size, c’est-à-dire persuadé que dans « une région », une fois les villes rangées par ordre d’importance démographique, 1, 2, 3... n, les populations se succèdent dans l’ordre 1, 1/2, 1/3... 1/n, a proposé pour la « région de Gand » une série de 20 villes dont les dernières auraient fait 2 800 âmes, soit Douai, Lille, Arras, Cambrai, Valenciennes et Mons, qui toutes faisaient sans doute 40 000 habitants vers 1300 et 15 000 au XVe siècle. C’est cocasse.

49Les privilèges, franchises et libertés permettaient-ils de distinguer les villes et les villages ? La réponse doit être nuancée. D’abord on a peu de privilèges accordés aux bourgeois, si bien qu’on doit se demander si les libertés personnelles ne furent pas originelles et si les villes ne furent pas, le plus souvent, le conservatoire des libertés, plutôt que le creuset des libertés individuelles. En revanche certaines communautés obtinrent des privilèges collectifs, notamment pour ce qui touche au gouvernement de la ville. Dans le nord du royaume les échevins furent les juges du seigneur, non les représentants des bourgeois. Leur généralisation jusque dans les moindres villages n’est pas une preuve des conquêtes bourgeoises ou paysannes, c’est un témoin de la persistance des traditions franques. Ailleurs la justice resta au seigneur et à son représentant. Paris fut dirigé par un prévôt jusqu’à 1790 et encore, au-delà, par des préfets. Une « municipalité » parisienne, expression bien pompeuse, n’apparut que vers 1260 avec un prévôt des marchands assisté de 4 échevins et de 24 prud’hommes. Ce n’était qu’un tribunal de commerce.

50La commune, c’est autre chose. Ce fut une communauté jurée pour l’entr’aide, l’auto-défense et la contre-violence, mutui adjutorii conjuratio, dit fort bien Guibert de Nogent. Une fois constituée en être de droit par le serment collectif, la commune put se diriger, avoir des chefs élus (jurés), posséder, ester. Ce fut une personne morale capable d’avoir un seigneur et même des vassaux, comme on le voit à Saint-Omer.

51Mais le mouvement communal fut limité dans le temps et l’espace. Il apparut vers 1070, fut vigoureux au XIIe siècle, s’arrêta vers 1225 et recula dès 1318, certaines communes ayant demandé leur propre suppression. Il marqua surtout la Picardie et la Flandre, moins la France. Dans leurs domaines les Plantagenêts accordèrent assez libéralement la commune à leurs villes, sous la forme atténuée des Etablissements de Rouen. Au total il n’y aurait eu dans le royaume que 150 communes, dont un bon nombre de villages.

52Dans le Midi les villes eurent des consulats, peu à peu, à partir de 1130, des villages aussi, après 1250. Dans la sénéchaussée de Toulouse le nombre des consulats passa de 10 en 1230 à 166 en 1270. Dans le bas Languedoc, il y en eut peu. Le mouvement toucha quelques villes du centre (Lyonnais, Auvergne, Bourbonnais). Rien de tout cela ne permet de distinguer la ville du village.

53Les remparts furent-ils propres aux villes ? Nullement : ils furent propres aux périodes d’insécurité. Ceux du bas empire furent encore fort utiles lors des invasions de 850-950. Ensuite on les négligea. Paris n’eut sa seconde enceinte que vers 1200, soit 190 ha de superficie enclose, mais les nouvelles agglomérations furent rarement fortifiées. Le réveil fut terrible après 1356 et on fortifia à l’envi villes et villages. C’est vers 1360-1375 que Paris construisit sa troisième enceinte (390 ou 439 ha selon les auteurs). On travaillait encore aux remparts sous François Ier. La France de 1500 comptait, on l’a vu, 1027 agglomérations fortifiées, ne fussent-elles que des tas de maisons avec des façades de derrière aveugles et jointives. Rien de spécifiquement urbain dans tout cela.

54Il a été proposé en 1968 de définir la ville par la présence d’un couvent de Mendiants. La France actuelle aurait compté 423 couvents en 1275, 638 en 1350, 693 en 1400, 748 en 1450, 852 en 1500 et 882 en 1550. Quelle explosion ! Autant de villes ? Sûrement pas car trop de localités pourvues d’un couvent (de 20 à 33 % selon les départements) n’avaient apparemment rien d’urbain, tandis que certaines villes authentiques en étaient dépourvues. Les grandes villes, si on les définit par la présence d’au moins quatre couvents, se trouvent dans le midi ; si on considère le nombre d’habitants elles sont dans le nord. Autant vaudrait faire la carte actuelle de la France urbaine en comptant les clubs de rugby à XV.

55Selon d’autres le propre de la ville est d’être un centre. C’était la thèse de Wilhelm Cristaller en 1933 : un « lieu central » engendrerait deux cercles de lieux secondaires, sis respectivement à 21 et à 36 km. On a tenté d’appliquer le schéma à l’Aquitaine, sans grand succès. Ce serait franchement irréaliste dans le Nord, où les grosses villes sont si serrées. Du reste il faudrait définir le centre. Un chef-lieu de canton avec une recette buraliste, un boucher et un boulanger en est-il un ? Un chef-lieu de bailliage était-il une ville, même avec un château, une collégiale, un marché, des mesures propres ? On sent bien que la réponse est hésitante.

56Définir la ville par un seul critère ne menant à rien, on peut tenter de croiser les critères. Pour Max Weber il ne pouvait y avoir de « cité » qu’avec un marché, un rempart, une juridiction autonome et des administrateurs élus. C’est la ville libre allemande du moyen âge tardif, rien de plus. Pour la France de l’époque moderne certains ont sélectionné une dizaine de fonctions et de traits distinctifs et construit des « scalogrammes » où les villes s’étagent selon qu’elles répondent plus ou moins aux critères adoptés. Cela montre un continuum sans rupture entre la grosse ville, qui a « tout bon », et la dernière qui n’a qu’un béguinage et 56 habitants. Un béguinage et 56 habitants, est-ce vraiment une ville ?

2.2.– Les bons critères

57Ce ballet des hypothèses masque mal un consensus : tout le monde sait que la définition correcte est économico-sociale, que la ville est l’agglomération qui ne se nourrit pas elle-même, qui fournit aux villages des services et des fabricats, où dominent les secteurs secondaire et tertiaire. Hélas, peu de documents donnent une liste des habitants avec leurs activités professionnelles. De plus il y avait souvent des artisans dans les villages, des vignerons, des jardiniers, des maraîchers et des pêcheurs dans les villes. Il y avait bien des laboureurs dans le Paris du XVe siècle. Au même moment à Lyon, le métier le plus nombreux était celui des laboureurs et des vignerons et la cité était « à demi rurale ». Entre la ville et le village la différence était de degré, non de nature.

58Reste à demander aux auteurs du temps la liste de leurs villes, puis demander aux documents médiévaux ce que ces villes avaient de spécifique.

59La nomenclature médiévale est déconcertante. Dans les dictionnaires on trouve, souvent associés par trois ou quatre dans des énumérations prétendument exhaustives, dix termes différents : burgus (bourg), castellum (château), castrum, civitas (cité), municipium, oppidum, portus (port), vicus, villa (ville), urbs. Cinq de ces termes ont passé dans la langue vulgaire ; les autres sont des élégances néo-classiques. Restent bourg et cité, dont on connaît le sens juridique, château, qui fut bel et bien appliqué à des villes fortifiées, port, qui fut d’un usage limité, mais qui a laissé une trace durable en Flandre, où poorter signifie bourgeois, et l’universel ville.

60Ville, qui avait désigné un domaine rural, une seigneurie, fut appliqué à toutes les agglomérations. L’ambiguïté amena certains à parler de « villes champêtres », de « villes bateices », villes sans franchises, a dit un auteur, villes sans marché (villes u marquiés ne queurt), disait-on en Artois en 1334. Mais c’est seulement au XVe siècle qu’on distingua les villes et les villages.

61Dès 1449 et 1485 les enquêtes fiscales de la Flandre Wallonne, qui ne touchèrent pas aux trois bonnes villes, Lille, Douai, Orchies, identifièrent cinq petites villes, Armentières, Comines, La Bassée, Marchiennes, Seclin ; y ajouter Lannoy, fondée en 1453, qui, étant franche d’impôts, échappa aux enquêtes. Elles avaient qui une draperie, qui un monastère. Ce n’étaient pas des centres. Mais elles avaient une population secondaire et tertiaire, beaucoup d’« ouvriers de divers stilz mechaniques », des marchands, des hôteliers, des officiers, des gentilhommes. Et il en était ainsi pour Marchiennes dès 1320. Pour les manants des villages on dit qu’ils étaient tous « labouriers ou manouvriers », c’est-à-dire cultivateurs. On a pu aussi établir qu’en 1549 la parcelle bâtie était moins étendue dans ces petites villes que dans les villages : l’habitat était plus resserré, plus dense, car il y avait moins de fermes et plus d’échoppes. On en était encore là en 1800.

62D’où l’hypothèse que l’histoire urbaine devrait être régressive et que, pour dresser la liste des villes de 1300, on pourrait, avec toute la prudence requise, partir des listes de 1800, la fièvre de l’urbanisation s’étant calmée entre ces deux dates. Pour la période antérieure il faut être plus réservé. Dans une période de croissance soutenue beaucoup de seigneurs crurent possible d’avoir chacun sa ville, et les profits afférants. D’où la fondation de tant de bourgs, de bastides, de marchés. Mais le champ de l’histoire urbaine est jonché de cadavres. La plupart des bourgs de l’ouest, même dotés d’un marché par leur fondateur, ne sont jamais devenus des villes. Pour l’Artois on repère jusqu’à quelque 32 bourgs, dont la moitié sans devenir urbain, à ce qu’il semble.

63Le double critère, diversité professionnelle et densité de l’habitat, pourrait servir à identifier de petites villes. En 1405 Montesquieu-Volvestre, dans le Toulousain, comptait de 7 à 800 âmes, ce qui était honorable pour un moment d’étiage démographique, dont sans doute 32,47 % du secteur primaire, 45,45 % du secteur secondaire et 22,08 % du secteur tertiaire. Plus qu’un « gros bourg », c’était une petite ville, surtout si l’habitat n’y était pas trop lâche. Ce second critère est important si on ne veut pas faire de gros villages de Lyon ou de Montpellier, où il y avait tant d’agriculteurs.

3.– La vie urbaine

64Les historiens ont donné peu d’attention à un problème fort important, l’insertion de la ville dans l’espace. A Saint-Omer, exemple de choix, on peut cartographier trois cercles concentriques, l’enceinte, qui n’avait qu’une signification militaire, le chingledic, fossé délimitant le bourg, qui avait une signification juridique, et un réseau de bornes pour délimiter la banlieue, qui avait une signification judiciaire, s’agissant de l’espace où s’exerçait la juridiction des échevins. Pour les autres villes flamandes on a quelques indications du même ordre. Pour les villes françaises le problème n’est même pas posé. On assure que les cités avaient des territoires, une quinte de cinq lieues de rayon, une septème, mais on en voit mal le fonctionnement concret. Quel était le statut juridique de la septème de Bourges, qui s’étendait jusqu’à sept lieues de la cité, et celui du « gardiage » de Toulouse, qui faisait de 10 à 12 km de large ? Y eut-il des villages pour contribuer à la construction des enceintes urbaines du moyen âge tardif ?

65La maîtrise de l’espace, c’est aussi la structuration du sol urbain. On a pu écrire un beau livre sur la rue médiévale sans citer la place. Le fait est que les villes françaises n’en avaient pas. Il suffit de compulser le Guide Michelin pour se convaincre qu’elles n’avaient pas de « grand place » centrale. A Paris, rien en dehors des rives de la Seine, rien avant les halles de Philippe Auguste : ici le marché naquit de la ville. En Flandre la ville naquit du marché : point de ville flamande dont le plan ne montre, au cœur de la ville, donc aux racines mêmes de sa croissance, une place ou même deux, la petite, plutôt consacrée au « compenage », et la grande, dite marché aux grains.

66On peut passer ici sur la rue, lieu de la sociabilité, et sur la paroisse, mais on ne peut passer sur les associations. La ville, parce qu’elle était une société, non une communauté, pour reprendre la distinction classique de Tonnies, fut le terrain d’élection des associations et des fraternités volontaires. L’homme des champs vit dans un réseau très dense de solidarités enchevêtrées, l’homme des villes, immigrant coupé de ses racines, est un isolé qui a besoin du réconfort d’une sociabilité, ne s’agît-il que de copieuses libations en commun. A l’époque carolingienne on cite des ghildes fondées sur des serments mutuels, que les rois et les évêques proscrivirent et qui furent peut-être plus rurales qu’urbaines. Seules purent survivre celles qui se mirent sous le patronage d’un saint, telle la célèbre ghilde marchande (ghilda mercatoria) de Saint-Omer. Ses statuts, assez proches de ceux de la frairie de Valenciennes, nous sont parvenus dans une copie qu’on peut dater de 1070-1100. Ils montrent qu’elle regroupait à peu près tous les hommes de la ville pour des cérémonies religieuses et des libations (potaciones) qui duraient deux jours. C’était bien une ghilde germanique avec un vêtement chrétien. En outre la ghilde assurait un rôle public : entretien de la voirie et du mur, assistance aux pauvres et aux lépreux. Manifestement elle fut une école de civisme et la matrice d’où naquit, peu après, la commune. Dès lors la ghilde perdit toute importance politique et ne fut plus, jusqu’en 1789, qu’une confrérie de saint Orner. Le lien entre la confrérie et la commune est également manifeste à Tours, dans plusieurs villes normandes, à Marseille même.

67Les confréries étant plus ou moins des organisations de résistance, elles furent souvent mal vues. Au XIIIe siècle, période d’extrême tension sociale, elles furent souvent abolies. En 1307, le roi les supprima toutes. Il est vrai que c’était au temps des guerres de Flandre et qu’un moment on avait craint que les communes du royaume ne se missent avec les Flamands contre le roi et les nobles.

68Pendant le moyen âge tardif la détente fut totale. Les confréries se multiplièrent à l’envi. Leurs buts furent divers, le plus souvent charitables ou pénitentiels. Naturellement chaque métier eut la sienne. L’aspect religieux fut fortement marqué : messes, funérailles, parfois chapelle avec chapelain salarié et riche mobilier. Elles furent un puissant moyen d’encadrement du peuple, de conformisme moral et social.

69Donc l’homme des villes fut pris dans un réseau de solidarités complexe : il appartint à un métier, à une paroisse, à des confréries. Cette multiplicité fut un facteur de liberté : la contrainte collective se fragmenta. Dans les villages la société était plus totalitaire.

70Le zonage professionnel ne s’observe que dans des villes archaïques comme Montpellier en 1204 ou Toulouse en 1222. Le zonage social semble avoir été très imparfait.

71Confirmant les observations d’Arthur Young en 1789, l’historien de la rue médiévale a tracé un tableau apocalyptique de la pollution, de l’insalubrité, de la puanteur urbaines. Il faut croire que les gens d’alors avaient la narine peu délicate, car les villes, même « ordes et puantes », restaient attirantes. Comme le dit un poète champenois du XVe siècle, les paysannes « désirent les citéz, les doulz mos a eulx recitéz, marchiéz et le théâtre ». Au contraire les villes du Nord étaient propres, saines et plaisantes, au moyen âge comme en 1789.

72Même contraste pour les monuments publics. En fait de parure urbaine les villes françaises n’avaient en général que leurs églises et leurs remparts. Celles du Nord étaient splendides, avec leurs portes triomphales, leurs hôtels de ville superbes et leurs beffrois orgueilleux. C’était là une manifestation de la fierté communale.

73Ces villes avaient une conscience très vive de leur originalité, de leur supériorité, de leur « noblesse » comme elles aimaient à dire dans les articles de leurs procès. En 1469 Saint-Omer proposa qu’elle était « villa, burgus, castrum, oppidum » parce qu’elle avait des remparts, des privilèges et beaucoup de maisons à étages. Ailleurs elle invoquait sa loyauté envers ses princes, ses franchises, privilèges et libertés ; elle se disait « noblement privilégiée et fondée en corps, collège, loi et commune » ; elle était « une bonne ville, de grande ancienneté, fort renommée, de bonne police et gouvernement, profitable à tout le royaume et non mie seulement à tout le pays », disait-elle au temps des guerres anglaises, « belle et puissante, clef et barrière de Flandre et d’Artois », disait-elle au temps des guerres françaises. Et qui plus est, c’était vrai. Il y avait aussi, témoin Villon, un orgueil naïf d’être parisien.

4.– Conclusion

74Se demander combien le royaume comptait de villes, vers 1300 par exemple, est assez oiseux. D’après la géographie des couvents de Mendiants on trouve 226 villes en 1330, Flandre exclue. Mais pour les assemblées de 1302-1335 le roi convoqua les représentants de 570 villes, quoique certaines provinces aient peu député ; il est vrai que 37 d’entre elles n’ont pu être identifiées.

75Les historiens locaux sont plus généreux, souvent à bon droit. Vu de Paris l’Artois ne comptait souvent que deux bonnes villes, Arras et Saint-Omer, mais dix autres villes députèrent aux Etats d’Artois. Dans la Flandre Wallonne il se trouvait neuf villes, dont trois seulement allaient aux Etats. Pour la Flandre flamingante on compte trois grandes villes et cinquante petites. Faut-il pour autant admettre que les 90 vici du Maine soient pour la plupart devenus des villes, de même que les 70 de la Touraine et les 32 « villes closes » de l’Anjou ? Pour ces trois provinces l’historien du XVIIIe siècle ne compte que neuf villes. Manifestement tout le monde ne met pas la même chose derrière les mêmes mots.

76En l’état actuel de la recherche il est donc interdit de spéculer sur le taux d’urbanisation. Pour la Flandre Wallonne des sources de grande valeur donnent des taux de 41,18 % en 1449, 45,19 % en 1485 et 47,09 en 1549. Pour la Flandre flamingante il a été proposé 36 % en 1469, ce qui est peut-être exagéré. Pour les autres provinces on manque de chiffres de population et de bonnes listes des villes.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search