Version classiqueVersion mobile

La société française au Moyen Âge

 | 
Alain Derville

Première partie. Les cadres sociaux

Chapitre II. Les liens d’homme à homme

Texte intégral

1Le vocabulaire des savants est souvent corrompu. Ils parlent de féodalisme, voire de féodalité pour désigner la seigneurie, de même qu’en 1789 le législateur abrogea les droits seigneuriaux en disant qu’il abolissait les droits féodaux. Il faut plus de rigueur. Les droits féodaux concernent des fiefs, qui sont le plus souvent des terres : ce sont des droits réels. La vassalité désigne le lien personnel entre le seigneur et son vassal.

2Le vassal est l’homme libre qui, sans aliéner sa liberté, s’est donné à un seigneur, à charge d’obligations réciproques : service, armé en général, en tout cas honorable, contre aide et protection. Le fief est un bien, en général une terre, donnée par un seigneur à un feudataire pour l’aider à survivre et pour l’encourager à servir. Comme le service et le seigneur sont communs aux deux institutions, il était inévitable que celles-ci s’unissent dans un système féodo-vassalique. Mais cela prit du temps.

3On peut même dire que le lien personnel l’emporta longtemps sur le lieu réel et que la vassalité précéda la féodalité. Il y eut une époque où beaucoup de vassaux n’avaient pas de fiefs ou n’en avaient que de petits, où la plupart des domaines n’étaient pas des fiefs, mais des alleux. Tardive fut l’idée que le royaume formait une pyramide féodale au sommet de laquelle siégeait le roi.

1.– Les origines

4Rome n’avait pas ignoré les clientèles ni même, aux années agitées de la fin de la République, les bandes armées. Des milices privées réapparurent aux jours mal assurés de la fin de l’empire. Au Ve siècle, dans cette Aquitaine où les grandes villae étaient fortifiées, on cite des buccellarii, ainsi appelés des biscuits (buccella) qu’on leur donnait. Mais ne s’agit-il que de gardes du corps et de vigiles ? Dans cette même région César avait déjà observé, chez les Sontiates, des « soldures » vivant avec ceux à l’amitié desquels ils s’étaient donnés. Amitié nous semble faible, à moins qu’il n’y ait eu, derrière, de l’homosexualité, mais « donné » doit garder son sens fort : si leur « ami » mourait au combat, les « soldures » ne lui survivaient pas ; ou bien ils mouraient sur son corps, ou bien ils se suicidaient. Chez les Germains, témoin Tacite, les chefs (principes) avaient des compagnons (comites) aussi fanatiquement dévoués. La mort ne brisait pas ces liens : en 453 Valentinien III tua de sa main le patrice Aetius, en 454 les hommes d’Aetius abattirent l’empereur Valentinien. Selon César il était sacrilège (nefas) de ne pas suivre son patron dans la dernière infortune. Nefas, le mot est lâché : on est ici dans le domaine du sacré.

5Au XIe siècle on était encore dans le domaine du religieux. « Si mon seigneur est occis je veux être tué », s’écrie un vassal dans la chanson de Doon de Mayence. Exagération ? Ce n’est pas sûr. On considérait comme normal, pour une âme bien née, de mourir pour son seigneur. Selon les pères du concile de Limoges (1031) c’était une mort agréable à Dieu, un martyre. Donc on était l’homme d’un seigneur pour le meilleur et pour le pire, à la vie, à la mort. Pour comprendre cette mentalité si étrangère à la nôtre, peut-être faut-il évoquer la terrible solidarité des familles maffieuses. La clientèle vassalique était une famille dont le seigneur était le père tout puissant.

6Ce lien personnel très fort se diffusa du haut en bas de la société car, très vite, la ruine de l’Etat accrut la demande de protection privée. Les antrustions étaient les membres de la prestigieuse truste ou clientèle royale. Des hommes libres entraient au service des grands : ils se « commandaient » à la puissance (mund) d’un seigneur (dominus) afin d’obtenir aide et protection. Ils n’aliénaient pas leur liberté, mais ils promettaient un service et la dépendance était viagère. Service, servitium, servitus, ces mots fleurent le servage. De fait le vassal était la propriété de son seigneur. En 1105 Robert Courteheuse, duc de Normandie, donna à son frère le comte d’Evreux quasi equum et bovem, comme un cheval ou un bœuf.

7Le rite par lequel on se commendait en vasselage est bien connu dès le VIIIe siècle : le vassal, agenouillé, sans armes, mettait ses mains entre celles de son seigneur (senior, dominus) puis prêtait sur les reliques un serment de fidélité. C’était l’hommage, qui ne devait plus changer fondamentalement jusqu’en 1789.

8Au IXe siècle le dépendant fut souvent appelé miles (guerrier), parce que le service demandé était surtout celui des armes, ou homo. Pour vague qu’il soit le mot homo (homme) ne souffre aucune ambiguïté : il n’exprime que la dépendance. Au Xe siècle Richer employait le plus souvent l’adjectif possessif ou le génitif de possession : suus effectus est, c’est-à-dire il devint son (homme), ou regis factus est, c’est-à-dire il fut fait (l’homme) du roi. Le mot miles est plus ambigu : signifie-t-il vassal ou guerrier, le noble vassal ou l’humble soudard ? La militia était-elle la classe professionnelle des guerriers ou la classe politique des vassaux ? Oui, plutôt. En 987 un des arguments qui ont servi à évincer du trône l’oncle du dernier roi carolingien, c’est qu’il avait épousé une femme de l’ordre des milites, de ceux « qui mettaient leurs mains sous les pieds d’Hugues Capet » (rite de l’hommage autrement inconnu). Cette femme était la fille du comte de Troyes, donc d’un prince, mais d’un prince vassal.

9Les grands étaient donc les vassaux d’un plus grand et les nobles d’un plus noble. En 890 l’auteur des Miracles de saint Bertin écrit que presque toute la noblesse du pays (nobilitas terrae) avait quitté la Flandre pour servir « ses chers seigneurs » ; ne restaient sur place que ceux qui étaient assez riches pour ne dépendre que des pouvoirs publics. Cette situation était conforme aux vœux du roi qui, en 847, avait édicté que tout homme libre eût un seigneur, lui-même ou un de ses fidèles. Il s’agissait de structurer un royaume flasque et de soutenir l’édifice branlant de l’obéissance au roi par l’échafaudage des fidélités personnelles. Mais le remède était parfois pire que le mal : si un grand se révoltait contre le roi, ses vassaux le suivaient et nul n’y trouvait rien à redire. En fait les couches inférieures de la société politique étaient médiatisées ; les autres étaient très mal encadrées par la vassalité.

10Le problème était d’enserrer les puissants dans les liens d’une fidélité efficace. Il fut très mal résolu jusqu’à Louis XIV. On a donc eu raison d’opposer les « two levels of feudalism », les deux niveaux de la féodalité : d’une part les grands vassaux, de l’autre les simples guerriers.

11C’est à ces derniers qu’on pense quand on dit que le service vassalique était illimité. Ils servaient leurs seigneurs avec toutes leurs forces et sans limite, ni dans l’espace, ni dans le temps, ni dans l’honneur, car des assassinats politiques furent commis par des vassaux dévoués corps et âme à leurs seigneurs. Au contraire les grands étaient des vassaux inconstants. Ils prêtaient l’hommage au roi quand ils le rencontraient, c’est-à-dire souvent jamais, et ils violaient allégrement leur serment de fidélité : Hugues le Grand, duc de France, fit hommage au roi en 936 ; révolté, puis vaincu, il prêta un second hommage en 946, puis de même en 950. L’hommage des princes n’était qu’une alliance fragile.

12Cette considération permet d’interpréter la fameuse lettre de l’évêque Fulbert de Chartres au duc d’Aquitaine vers 1020. Selon l’évêque le vassal avait surtout des devoirs négatifs : ne faire ni tort, ni dommage, ni honte, ni vilenie à son seigneur. La vassalité n’était donc guère plus qu’un pacte de non-agression. Cependant, ajoutait brièvement Fulbert, il faut faire plus pour mériter son casamentum, son fief. Telle était la loi des grands, sûrement pas celle des petits qui étaient si souvent mal traités par leurs seigneurs et qui espéraient longtemps, parfois en vain, un petit fief, trop heureux si le maître ne le leur reprenait pas. Un bon seigneur de 900 comme saint Géraud donnait peu de fiefs à ses chevaliers, mais il ne reprenait pas ses dons.

13Le fief se généralisa plus lentement que la vassalité. Pour rémunérer leurs fidèles les premiers carolingiens leur avaient baillé des bénéfices parfois taillés, sans vergogne, dans la fortune immobilière des grandes Eglises. Les principaux d’entre eux y installèrent sans doute, comme cavaliers, leurs propres vassaux. Ainsi fut forgé l’instrument de la conquête carolingienne. Aux IXe et Xe siècles les rois imposèrent parfois aux Eglises de caser de nouveaux vassaux. Au IXe siècle ceux qui avaient un bénéfice rendaient l’hommage et ceux qui se recommandaient espéraient recevoir un fief. En principe le fief était viager. En fait à la mort du seigneur on se hâtait de faire hommage au nouveau seigneur pour en obtenir une nouvelle concession et, à la mort du vassal, son fils de même. Le fief tendait à passer dans le patrimoine du vassal.

14La terre étant, sinon la ressource la plus prisée, du moins la plus commune, le fief fut un domaine rural, petit ou grand. Selon Hincmar en 868 le vassal ne servait pas avec toutes ses forces, mais « selon la quantité et la qualité du bénéfice » : la vassalité tendait à passer après le fief.

15L’essentiel, c’est qu’à l’époque carolingienne les liens féodo-vassaliques s’étendirent et se généralisèrent, les comtes prêtèrent hommage au roi et leur honor (fonction) fut considéré comme un fief, pratiquement héréditaire dès 877. Les évêques et les abbés rendirent aussi l’hommage ; les évêchés et les abbayes furent des bénéfices comme les autres, sinon qu’ils n’étaient pas héréditaires.

16Vers 1100 on disait parfois, pour vassal, homo feodalis, homme de fief, comme si le sort normal du vassal eût été d’être chasé. En fait beaucoup de vassaux étaient nourris dans la maison du seigneur. Roland mourant pense à « Charles, son seigneur, qui l’a nourri » et le roi sarrazin promet à ses fidèles qui n’avaient ni terres, ni femmes, de leur donner de riches veuves et de grands domaines. A la fin du XIIe siècle, en Angleterre cette fois, un chevalier aussi célèbre que Guillaume le Maréchal eut beaucoup de peine à obtenir du roi le don d’une riche héritière.

17Dans le Midi les mots furent les mêmes que dans le Nord, mais les réalités furent différentes : fidélité sans hommage, vassalité sans fief, fief sans service, a dit un bon connaisseur. Les documents les plus nombreux et les plus explicites sont des convenientiae (conventions) qui parfois sont des pactes de neutralité, de non-agression, qui parfois établissent une dépendance par exemple, dans le Languedoc de 959, une promesse d’aide et de protection payée par la remise de quelques biens « en commande ».

18Il semble donc exact de dire que le système féodo-vassalique fut ici apporté par la conquête française, c’est-à-dire par la croisade dite des Albigeois. En 1210 le comte de Toulouse, Raymond VI, devint l’homme de l’abbé de Moissac par un accord (concordia) qui créait un lien purement personnel. En 1218 Simon de Montfort devint le vassal de Moissac à titre héréditaire ; il en reçut un fief, lien réel. Pour les Aquitains, s’ils se rebellaient si souvent contre les Plantagenêts, ce n’est pas à cause d’un tempérament inconstant ou perfide, comme l’écrivent les chroniqueurs français, c’est parce qu’ils refusaient de se plier aux dures contraintes féodo-vassaliques importées du nord. Ils ne furent vraiment matés qu’au XIIIe siècle, par Louis VIII et Louis IX.

19Vers 1200 le droit féodal avait atteint son plein développement. Il s’était fixé très lentement, sans qu’on puisse observer son évolution. Il ne fut rédigé, et encore dans certaines provinces seulement, qu’au XIIIe siècle. Autrement il était coutumier, oral. Les dépositaires en étaient les vassaux qui garnissaient la cour du seigneur, jugeaient les causes féodales et prononçaient des arrêts qui faisaient jurisprudence. Il n’est donc pas étonnant que ce droit ait varié de province à province, ni qu’il ait évolué en faveur des vassaux : les droits du seigneur, qui avaient été arbitraires, furent peu à peu limités et souvent fixés assez bas. Puis le droit féodal se figea jusqu’en 1789.

2.– La féodalité classique, normes et réalités

20Le vassal se commandait au seigneur par les rites traditionnels. L’hommage par l’immixtion des mains du vassal dans celles du seigneur, symbole d’auto-dédition, se complétait par un baiser sur la bouche, attesté dès 1127, d’où l’expression « homme de mains et de bouche ». La foi était un serment de non-agression, parfois appelé sécurité (1127). Dès 1198 on voit les parties faire rédiger un procès-verbal de la cérémonie.

21Le vassal devait à son seigneur la soumission et le respect, la fidélité, ou foi, et surtout l’aide et le conseil. L’aide était d’abord militaire. On distinguait l’ost ou expédition, la chevauchée, plus brève, et l’estage ou service de garnison au château du seigneur. Toutes ces prestations furent sévèrement limitées. En 1103 le comte de Flandre, qui disposait bien de 2 000 chevaliers, n’en devait que 20 au roi son seigneur. L’ost se réduisit en général à 40 jours, aux frais du vassal, mais dès la fin du XIIIe siècle la solde était devenue normale. Parfois le service était limité dans l’espace. L’estage se réduisait à quelques jours par an. L’aide pécuniaire, d’abord exceptionnelle, eut tendance à se limiter aux « quatre cas » : chevalerie du fils aîné du seigneur, mariage de sa fille aînée, croisade et rançon. Il y eut des tarifs, en général modérés. Le devoir de conseil, ou de cour, de plaid, s’accomplit à la faveur des séjours que les vassaux faisaient à la cour de leur seigneur ou s’ils y étaient convoqués.

22En retour le seigneur devait à son vassal fidélité, protection et entretien, le plus souvent par l’octroi d’un fief.

23Le lien était rompu par la mort, ou par un accord commun, ou unilatéralement, pour félonie : le vassal défiait son seigneur, c’est-à-dire lui retirait sa foi, le désavouait, ou bien le seigneur faisait condamner le vassal par sa cour.

24En principe on n’avait qu’un seigneur mais on observe dès 895 la pluralité des hommages. Quel seigneur servir ? Le plus ancien ? Le plus généreux ? Le plus puissant ? Ou le seigneur lige, celui auquel on avait prêté l’hommage lige ? La ligesse est attestée dès 1046 mais dès 1100 on constate des cas de pluralité des hommages liges. Dans la France du XIIIe siècle l’hommage lige fut réservé au roi, ce dit-on. Prétention irréaliste ! En Artois par exemple il y avait au XIVe siècle plenté d’hommages liges ou demi-liges, depuis toujours, et il était exclu de toucher à ces droits acquis.

25Le fief était parfois dit militaire, pour le distinguer du fief roturier de certaines provinces. On en était investi par la remise symbolique d’une motte de gazon, d’un rameau etc. Des procès-verbaux sont attestés dès 1143 : par exemple le vassal avouait tenir tel fief et en donnait la description (aveu et dénombrement).

26Le fief était le plus souvent une terre, avec ou sans le ban et la justice, ou un château, ou une partie d’un château, par exemple le donjon ou les créneaux. Ou bien il consistait en droits régaliens, justices et autres, ou bien en des revenus, parfois d’origine ecclésiastique (dîmes, autels). Dès 1087 on trouve des fiefs en argent, ou fiefs-rentes. Tout ce qui portait revenu pouvait être inféodé.

27Les droits sur le fief étaient partagés. Les juristes finirent par dire que le seigneur avait le domaine éminent et le vassal le domaine utile, le droit d’user, non d’abuser c’est-à-dire d’abréger (diminuer) le fief.

28La succession héréditaire en ligne directe ne posait aucun problème. L’héritier devait seulement « relever » le fief et payer un droit de relief, sous peine de confiscation. Le relief fut d’abord arbitraire : en 1127 le roi exigea, contre ses promesses, 1 000 marcs pour le comté de Flandre puis, en 1192 5 000 marcs, soit le revenu d’une année, puis, en 1212 50 000 livres. Au XIIIe siècle des tarifs se fixèrent. A l’origine le relief était dû à la mort du seigneur comme à celle de l’homme ; par la suite seul ce dernier subsista.

29En principe le fief était indivisible, d’où un droit d’aînesse. Cependant certains fiefs furent partagés, les cadets faisant hommage à l’aîné. En 1209 l’ordonnance de Villeneuve-sur-Yonne imposa que tous les copartageants fissent hommage au seigneur. Elle ne fut guère observée sinon, un temps, en Artois et dans la région parisienne.

30Il arrivait que l’héritier du fief fût incapable d’en assurer le service. Si c’était un mineur, la garde de l’enfant et du fief était confiée au seigneur ou au parent le plus proche, à charge de lui rendre à sa majorité un fief intact, non saigné à blanc par une exploitation abusive. Si c’était une femme, le seigneur la mariait avec un vassal idoine ; certains vendirent les héritières aux enchères.

31Le fief pouvait être aliéné, en tout ou en partie, avec le congé du seigneur bien sûr. Celui-ci percevait, outre le relief, un droit de 20 %, le quint, et un requint de 4 %.

32Le fief pouvait faire retour au seigneur, ou bien d’un commun accord, le vassal étant dédommagé, ou bien par confiscation (commise) à la suite d’une félonie et d’une sentence de la cour féodale.

33Comme on le voit, le seigneur ne perdit pas tout et l’évolution des rapports féodo-vassaliques aboutit à un compromis assez heureux entre ses droits et ceux de son vassal. Cet équilibre permit à l’institution de durer plusieurs siècles à la satisfaction générale.

34Voilà ce que disent les juristes, mais l’historien qui va sur le terrain, c’est-à-dire aux archives, tombe de haut et ne reconnaît rien.

35Soit Bouvines, petit village de 271 ha, qui finit par compter 14 fiefs, l’un de 17 ha, d’autres plus petits, jusqu’à 0,35 ha, « là où sont mes étables » avouait le vassal. Ces vassaux ne devaient évidemment pas le service d’un chevalier, seulement le service de cour. Dans chacune des communes de l’arrondissement de Lille la Statistique féodale a trouvé, de même, une vingtaine de fiefs : sûrement pas une vingtaine de chevaliers, ni même une vingtaine de sergents comme pour les sergenteries normandes, seulement une vingtaine d’« hommes de fief » devant le service de plaid.

36Soit maintenant l’avoué de Béthune, le premier des barons flamands avant 1200. Dans le sud de la Flandre (Artois) les fiefs avaient été convertis en alleux vers l’an Mil et, si les barons avaient beaucoup de vassaux, le comte d’Artois n’en avait guère : le sire de Béthune n’était le vassal du comte que pour l’avouerie de Saint-Vaast. En 1297, lors de la guerre franco-flamande, il ne répondit pas à la semonce du comte d’Artois, car il était le propre fils du comte de Flandre ; donc ses fiefs furent confisqués, non la terre de Béthune, qui était un alleu. On dressa alors la liste de ses 43 fiefs, tenus par autant d’arrière-vassaux. Ces fiefs étaient souvent minuscules, mais les vassaux parfois considérables. Ces grands seigneurs allaient-ils à la cour de l’avoué, le suivaient-ils à l’ost, tenaient-ils garnison au château de Béthune ? Evidemment non, sinon un petit groupe d’une douzaine, sans doute ceux qu’on appelait les « pairs » du château de Béthune. Donc les obligations vassaliques étaient modulées.

37Soit enfin le roi, qui avait des milliers de vassaux disséminés dans tout le royaume. Où et comment ceux-ci lui rendaient-ils l’hommage, contact physique indispensable ? Au XVIe siècle ils allaient aux château royal de la circonscription, faisaient constater par un notaire l’absence du roi et baisaient, faute de bouche royale, la serrure de la grand porte. Au XVe siècle l’hommage fut rendu par procureur ou entre les mains du bailli royal. Mais avant ? Les juristes ne le disent pas.

3.– La féodalité bâtarde

38La féodalité s’était figée, mais les liens d’homme à homme restaient vivaces et créateurs de nouvelles formes sociales.

39Dès 1350 les rois et les princes instituèrent des ordres de chevalerie pour encadrer leurs fidèles. Le décor, qui se voulait séduisant, s’inspira souvent de l’imaginaire chevaleresque ou courtois, mais la visée était politique. En 1351 le roi fonda l’ordre de l’Etoile dont les cinq cents chevaliers lui jurèrent une fidélité absolue : ils firent aussi le vœu de ne pas reculer de plus de quatre pas au combat, bravacherie qui, selon Froissart, coûta bientôt la vie à une centaine d’entre eux. L’ordre ne survécut guère. En 1469 Louis XI fonda celui de saint Michel, pour trente chevaliers. Le plus prestigieux de tous fut celui de la Toison d’or, institué en 1429 par le duc de Bourgogne, Philippe le Bon. Ces ordres-là ne touchèrent qu’une infime minorité de nobles ; d’ailleurs ils comprirent beaucoup d’étrangers : des alliés, non des sujets.

40Plus significative fut ce que les historiens anglais ont appelé la féodalité bâtarde. Les grands retenaient à leur service, dans leur « retenue », des « retainers » à qui ils donnaient des livrées, pour qu’on sût à qui ils appartenaient, des pensions, parfois des fiefs de bourse (fiefs rentes), dont ils poussaient la carrière, qu’ils assistaient en justice et qui les servaient dans les guerres civiles et la lutte des factions. En France de semblables partis cristallisèrent autour des princes des sang. Ceux-ci eurent dans leur clientèle des « pensionnaires » qui étaient des nobles, des gens de loi et même, souvent, des officiers du roi ; ils eurent des emblèmes, le bâton noueux pour Louis d’Orléans, le rabot pour Jean sans peur ; ils avaient des couleurs et on portait leur livrée. Telles furent les factions qui se disputèrent le royaume, Armagnacs et Bourguignons entre autres.

41Le phénomène déborda le niveau princier. Dès 1385 le duc Philippe le Hardi dut interdire aux nobles et notables du bailliage de Bruges de donner à quiconque des cottes, chaperons et autres parures domestiques dont s’ensuivaient « assemblées, délits et entreprises » ; même mesure en 1397 pour la Flandre Wallonne et en 1432 encore pour Saint-Omer.

42Les grands seigneurs bourguignons à qui on donnait la Toison d’or étaient au sommet de pyramides de dépendances. Ils avaient dans leur clientèle des nobles, des officiers du duc, des villes même. Les Croÿ quadrillaient ainsi l’Artois d’un réseau de fidélités. Vers 1450 Saint-Omer honorait Antoine de Croÿ comme son protecteur et ne faisait rien sans son avis. Le receveur de Saint-Omer, officier ducal, s’excusait auprès de la Chambre des comptes de Lille de n’avoir pas encore rendu plusieurs années de ses comptes pour ce qu’il avait été retenu au service du sire de Croÿ, son « maître ».

43Bref, chacun avait un maître. En serait-il autrement au temps des guerres de religion, voire à celui de Richelieu ou de Mazarin ? C’était, informelle encore et comme naissante, une nouvelle féodalité ou plutôt une nouvelle vassalité.

4.– Conclusion

44On n’a pas toujours marqué avec assez de force qu’avec la féodalité s’était créé un Etat de droit. Entre le seigneur et son vassal il y avait, en cas de conflit, un recours judiciaire : le vassal pouvait faire appel à la cour de son seigneur qui était garnie de ses pairs, les autres vassaux, et qui jugeait selon la coutume ; de même le seigneur mécontent de son vassal. C’est ainsi qu’en 1202 Philippe Auguste fit prononcer par sa cour la commise (confiscation) des fiefs que Jean sans Terre, roi d’Angleterre, tenait de lui et qu’il avait « fourfaits ».

45Ce droit constitutionnel fut la base de tous les développements démocratiques ultérieurs. Après 1989 les peuples qui avaient reçu la féodalité, en gros l’Europe catholique, n’ont pas eu grand peine pour passer de la démocratie populaire à la démocratie parlementaire à l’inverse de ceux à qui leur culture politique ne proposait d’autre modèle que l’absolutisme césaro-papiste issu de la tradition byzantine et du bas empire.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search