Version classiqueVersion mobile

La société française au Moyen Âge

 | 
Alain Derville

Introduction

Texte intégral

1Comme l’histoire est l’étude diachronique des hommes en société, toute histoire est sociale, peu ou prou. On isole facilement l’histoire politique dite parfois, non sans mépris, événementielle, l’histoire économique et des histoires ecclésiastiques, religieuses, littéraires, etc. mais tout le reste est mal encadré et, faute de structure d’accueil, l’anthropologie historique envahit l’histoire sociale. On peut trouver des ouvrages qui se réclament de cette dernière discipline mais qui accordent plus d’intérêt à la masturbation qu’à la lutte des classes.

2Si on débarrasse l’histoire sociale de ces excroissances anthropologiques il reste, solide au poste, ce qu’on appellerait volontiers une sociologie historique mais, comme il y a de tout dans la sociologie, on dira, plus prosaïquement, l’histoire des sociétés, de leurs caractères, de leurs structures, de leur fonctionnement et de leurs dysfonctionnements. On étudiera ici moins les faits sociaux que les groupes sociaux qui sont les acteurs de l’histoire sociale.

3Tous les dictionnaires sont d’accord pour définir la société comme une collection d’individus entre lesquels existent des rapports durables et organisés ; ils ont même origine, mêmes usages, mêmes lois ; ils sont unis par une solidarité mécanique, fondée sur la ressemblance, ou organique, fondée sur la différence, la complémentarité, la coopération. C’est cette définition qui permettra de voir, à la fin de ce livre, s’il y eut une société française au moyen âge.

4Toute société présente des traits communs aux individus qui la composent, ce pourquoi elle diffère des autres sociétés, mais aussi d’innombrables nuances : point de société qui ne s’articule en groupes différents, solidaires le plus souvent, antagonistes parfois, d’où des luttes sociales. Des luttes de classes ?

5Je n’ai pas craint d’utiliser les expressions « classes sociales » et « lutte des classes », que tout le monde entend sans peine, mais qui déclenchent toujours une sainte fureur chez certains historiens que, sans vouloir être injurieux, je classerai à l’extrême droite : ils y voient une infection marxiste. D’où, vers 1965-1972, un débat furieux, certains prétendant interdire aux savants l’usage du mot classe et lui substituer la notion d’ordre. L’argument était que, le mot n’étant apparu qu’à la fin du XVIIIe siècle, la chose n’avait pu exister auparavant.

6Il est vrai que l’expression classe sociale est née en 1792, du moins pour désigner un ensemble d’individus ayant en commun une condition sociale, un niveau et un genre de vie, une fonction, une mentalité etc. « Les hommes sont partagés en deux classes, disait déjà Diderot, ceux qui jouissent et ceux qui souffrent ». Donc, pas de classes sociales avant 1792 ? À ce compte-là beaucoup de choses n’auraient pas existé au moyen âge, car le vocabulaire médiéval était pauvre en mots abstraits : pas de société, ni même de moyen âge avant le XVIIe siècle, pas de féodalité avant le XVIIIe, pas de capitalisme avant 1842, si on en croit les dictionnaires. Il faut substituer à cet hyperréalisme un nominalisme résolu : les mots ne sont pas des choses, les choses existent en dehors des mots.

7Manifestement les idéologues de droite n’ont pas lu Raymond Aron. Selon cet auteur, qu’on ne saurait taxer de communisme, il est interdit de parler de classes sociales dans trois cas, d’abord si le principe de différenciation sociale n’est pas économique mais, par exemple, religieux ou racial, ensuite si le sort de chaque individu ne dépend pas du groupe auquel il appartient, mais exclusivement de lui, enfin si la condition socio-économique de tous les individus est fondamentalement la même. Sinon, « il n’est pas illégitime » de parler de classes sociales. Tel était, évidemment, le cas au moyen âge.

8Reste qu’on ne peut employer sans un minimum de précautions un mot aussi explosif que « classes sociales ». Il est sûr qu’on ne peut pas voir d’authentiques luttes des classes dans tous les « mouvements populaires ». Une révolte fiscale ou la lutte, même sanglante, pour la commune ne sont pas des luttes de classes mais des luttes de toute une communauté contre le seigneur ou contre le fisc qui, ni l’un ni l’autre, ne sont des classes sociales, pas plus que la communauté n’est une classe homogène.

9Les sociétés ne cessent de se transformer, mais le changement est infinitésimal. Quand peut-on estimer qu’il est devenu significatif ? La périodisation est plus difficile ici qu’ailleurs : il faut des dates, des repères précis pour des changements qui furent lents, parfois obscurs. Les historiens ne parlent plus guère de révolutions, mais ils usent et parfois abusent de la mutation : point de siècle qui n’ait la sienne. Pour tenter d’y voir clair on a posé en principe que le social était principalement déterminé par l’économique et le politique.

10Le point de départ est donc constitué par la fin de l’empire romain et de tout ce qui allait avec lui, impôt direct, corps de fonctionnaires, écoles publiques, poste, réglementation économique et sociale, annone et jeux du cirque (panem et circenses). Cette mort ne fut pas subite et ce n’est pas sans mauvaise conscience qu’on propose deux dates repères, 476, déposition du dernier empereur d’Occident, 481, avènement de Clovis, quoique la conquête franque ait été un phénomène décisif pour l’histoire de la société française. Mais l’irruption des barbares en 406 serait sans doute plus significative. Certains auteurs placent vers les VIIe-VIIIe siècles la substitution à l’économie esclavagiste de l’économie domaniale avec des tenanciers exploitant par des corvées les réserves seigneuriales, mais le phénomène est trop mal connu pour constituer une césure. En revanche la fin du IXe siècle vit la ruine du pouvoir royal, l’effondrement de la population et la récession économique, toutes conséquences des invasions normandes. On a donc un haut moyen âge qui va, sans surprise, de 500 à 900.

11La période suivante connut des progrès économiques et démographiques importants, cela jusque vers 1340-1370, date d’épouvantables mortalités. Selon certains cette croissance aurait plafonné dès 1280, hypothèse invérifiable. Auparavant des nouveautés importantes comme, vers l’an Mil, la seigneurie justicière et, vers 1150, le capitalisme n’ont pas semblé constituer des coupures générales. C’est la politique qui a imposé les dates de 1270, mort de saint Louis, et de 1285, avènement de Philippe le Bel, c’est-à-dire le passage, assez brutal, de la royauté féodale du grand-père à la monarchie administrative et virtuellement absolutiste du petit-fils. Cette période a été baptisée époque féodale.

12Restent les XIVe et XVe siècles. Ce fut d’abord le monde plein, puis les mortalités des années 1340-1370 inaugurèrent le monde vide, ce qui signifia pour les salariés un véritable « âge d’or ». On n’a pas tenu compte de cette cassure, si tragique ou si bénéfique qu’elle ait été. L’essentiel réside sans doute dans les avancées de la monarchie vers l’absolutisme entre 1285, avènement de Philippe IV, et 1483, mort de Louis XI. A cette date on peut admettre que l’Etat moderne avait enfin brisé les résistances « féodales » et que la liquidation des dernières principautés n’était plus qu’une question de temps. Comment appeler cette période ? On parle souvent de « bas moyen âge », ce qui est dépréciatif. « Moyen âge tardif » ne veut pas dire grand-chose. Finalement on a préféré « genèse du monde moderne ».

13La matière étant riche et diverses, le plan fut difficile à trouver et il est certainement imparfait. Dans une première partie j’ai groupé ce qu’on peut appeler les cadres sociaux. Il ne s’agit pas là d’une histoire immobile, mais d’institutions évoluant lentement et se prêtant mal à une étude diachronique. Traiter de la famille période par période eût entraîné d’inutiles répétitions ; la continuité, voire la permanence sont ici beaucoup plus fortes que les ruptures. La seconde partie, consacrée aux groupes sociaux, a été divisée en trois périodes. Pour chacune d’elles on trouvera une vue d’ensemble puis des chapitres particuliers pour les différentes classes sociales.

14L’histoire sociale étant, dit-on, l’histoire totale, la bibliographie est celle de l’histoire de la France médiévale. Je n’ai pu citer que les livres qui m’avaient été les plus utiles. J’ai renoncé à indiquer les travaux de seconde main et ce n’est pas sans d’amers regrets que j’ai sacrifié tant d’articles remplis d’analyses précieuses et de vues pénétrantes. Je compte que les savants identifieront mes emprunts et rendront à chacun l’hommage qui lui est dû.

15Je n’ai pas jugé nécessaire de reprendre par le menu détail les exemples classiques, que tout le monde connaît. Je me suis seulement permis, en quelques occasions, d’illustrer le discours historique par des exemples nouveaux empruntés à la région que je connais le mieux et que trop d’historiens négligent, le Nord. Ils sont si beaux que je prends sans crainte le risque d’être taxé de chauvinisme.

16Certains s’irriteront de voir trop souvent cités l’Artois et Saint-Omer. Est-ce de ma faute si on a les comptes des bailliages artésiens depuis 1285 et non ceux des bailliages royaux ou si les archives audomaroises sont si riches avant 1300 et celles des autres villes flamandes presque vides ? Refuser cet apport serait de l’obscurantisme. Quod absit !

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search