Desktop versionMobile Version

Les corsaires du littoral

 | 
Patrick Villiers

Liste des tableaux et illustrations

Volltext

• Equipage de Dunkerque en 1590

54

• Equipage d’Anvers en 1590

55

• Tonnage, canons et équipage de l’escadre de Van Wacken en 1600

57

• Prises ennemies menées par les corsaires et par l'armada dans les ports des Pays-Bas espagnols de 1629 à 1638

64

• Total des pertes infligées par les corsaires flamands et par les navires de l’armada des Archiducs (1626-1637)

65

• Valeur des captures faites sur les Provinces-Unies de 1626 à 1634 dans les amirautés de Flandre (en florins carolus)

70

• Origine, nombre et valeur des navires pris par les corsaires flamands de 1642 à 1646 (en florins)

93

• Navires royaux en activité sur les côtes flamandes en 1634 et 1642

106

• Corsaires en activité sur les côtes flamandes en 1634 et 1642

116

• Tonnage et valeur comparés des prises faites par les corsaires et l'armada

134

• Répartition des 161 prises faites par les capres et l’armada en 1634

135

• Fortune après décès des capitaines dunkerquois (1640-1650)

141/142

• Corsaires espagnols à Ostende et Dunkerque de 1651 à 1660

147

• Captures faites sur les Français et les Anglais par les Espagnols et menées à Ostende et Dunkerque de 1651 à 1660

148

• Les budgets de la Marine de 1662 à 1669

157

• Effectif de la flotte française de 1661 à 1669

157

• Navires et capitaines corsaires dunkerquois de 1666 à 1668

165

• Répartition des armements corsaires à Dunkerque en fonction du tonnage 1672-1678

194

• Répartition des armements corsaires à Dunkerque en fonction du tonnage 1688-1697

255

• Prix d’un corsaire neuf de 1688 à 1697

257

• Répartition des armements corsaires à Saint-Malo de 1688 à 1697 en fonction du tonnage

258

• Prises et rançons menées à Dunkerque et Saint-Malo de 1688 à 1694 et de 1695 à 1697

260

• Corsaire de 12 canons et 80 hommes ayant fait une prise de 40 000 l.t

262

•Jugements de bonne prise de l’Amiral de France

279

• Total des vaisseaux et bâtiments du roi armés en 1704

290

• Prises et rançons pendant la guerre de Succession d’Espagne d’après les ports où elles ont été conduites

315

• Répartition des armements corsaires à Dunkerque en fonction du tonnage.

317

• Valeur des prises vendues à Dunkerque de 1706 à 1709 (produit net)

325

• Prises et rançons conduites à Dunkerque, Calais et Saint-Malo de 1702 à 1713

326

• Rançons déclarées à Dunkerque de mai à décembre 1703

327

• Prises et rançons jugées à Dunkerque, 1702-1713

327

• Nationalité des prises et des rançons en 1707, 1708 et 1711

328

• Dixième de l’amiral de France en 1706

329

• Mise hors du corsaire la Boulonnaise en 1702

332

*

Photo de couverture Jonaert, Bombardement de Dunkerque en 1695

(@ Musée des Beaux-Arts de Dunkerque, cliché de J. Quecq d’Henripret, BA P. 622)

*

1. Dunkerque entourée de sa première muraille. Gravelines et Bourbourg – 15

Sur cette gravure de la fin du XVIe siècle sont rassemblées trois vues, une de Dunkerque, à gauche, au premier plan, une vue de Gravelines et à droite celle de Bourbourg. La vue de Dunkerque montre la ville en arrière-plan. L'artiste a exagéré la part du port qui à cette date est à peine aménagé. Bourbourg est ici entourée d'une fortification à peine modernisée depuis le moyen âge. Au contraire, Gravelines est représentée avec sa nouvelle fortification bastionnée « à l'italienne ».

(Bibliothèque communale de Dunkerque)

*

2. Dunkerque vers 1640 – 49

Cette gravure flamande des années 1630-1640 montre au premier plan à droite une très belle représentation d’une frégate dunkerquoise de 16 canons. On distingue parfaitement les mantelets de sabord que l’on fermait par gros temps. La construction porte encore l’influence du XVIe siècle avec un beaupré portant deux civadières et un mâtereau vertical mais le mât d'artimon porte la brigantine latine indispensable pour louvoyer. A gauche, une frégate vent arrière, au centre une petite barque vent arrière sort du chenal tandis qu'une cague reconnaissable à sa voile aurique à livarde entre dans le port.

(Collection de M. Louis de Lesdain, Bibliothèque communale de Dunkerque)

*

3. Amiral Jacques Colaert – 77

Cette gravure représente Jacques Colaert. Il débuta comme capitaine corsaire de la chaloupe du magistrat de Bergues en 1623, puis entra au service de l'armada de Dunkerque où il fut nommé capitaine de vaisseau puis amiral de l’armée navale de Flandre le 6 mars 1637. Il s’illustra par des combats brillants contre les amiraux hollandais et par un rapport remarquable sur la stratégie à adopter contre les Hollandais. A noter que le collier autour du cou n’est probablement pas celui de l’ordre de Saint-Jacques mais le collier d’or accordé par le roi aux meilleurs corsaires.

(@ Musée des Beaux-Arts de Dunkerque, cliché de J. Quecq d’Henripret, BA P. 224)

*

4. Vue de Dunkerque vers 1640 – 115

Ce « Profil de la ville de Dunkerque » est une copie de Vedastus du Plonick parue dans la première édition du « Sanderus » (Flandria Illustrata) en 1641. Sur cette gravure d'une haute qualité documentaire, on distingue très bien au centre le port et le chenal partiellement ensablé. Au premier plan à gauche, trois frégates de guerre « dunkerquoises », à une seule batterie de canons, au milieu du chenal, un dogre s'apprête à sortir. Sur la droite, on note successivement, une petite flûte à trois mâts, non armée, une busse hollandaise, une frégate de 16 canons et un petit galion de guerre espagnols.

(Bibliothèque communale de Dunkerque)

*

5. Dunkerque vers 1640 – 149

Cette vue de Dunkerque gravée par Rombout van der Noye recopie également Vedastus du Plonick mais présente la ville avec un autre cadrage. Elle est surtout remarquable par sa triple légende en latin, en flamand et en français célébrant le rattachement de Dunkerque dans le royaume de France et le rôle maritime qu’on attend du port.

(Bibliothèque communale de Dunkerque)

*

6. Vue de Boulogne à la fin du XVIe siècle par Claude Chastillon – 152

Sur cette vue de Boulogne par Chastillon, l’absence d'infrastructures portuaires apparaît clairement. La présence de bancs de sable rendait presque impossible l’entrée dans l’embouchure de la Liane pour les navires de plus de 150tx. Cette situation continuera jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. On distingue bien la tour de l’Odre qui portait à son sommet un des rares phares du Pas-de-Calais.

(Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer ; Portefeuille 46, n 16. Cliché serv. phot. ville de Boulogne, G. Capron)

*

Siège de la place-forte de Calais par le cardinal-archiduc Albert d’Autriche en avril 1596 – 152

On distingue nettement sur cette gravure les fortifications de la ville et notamment les nouveaux bastions « à l’italienne ». Les infrastructures portuaires restent rudimentaires. On note à l’arrière plan, en haut et de gauche à droite, sur le front de mer : les dunes, le Risban, le chenal et l’unique jetée du port.

(Collection particulière)

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search