Version classiqueVersion mobile

Les corsaires du littoral

 | 
Patrick Villiers

Chapitre VI. Les corsaires du Littoral et l’escadre de Dunkerque pendant la guerre de Succession d’Espagne (4 mai 1702 - avril 1713)

Texte intégral

L’escadre de Dunkerque, de Jean Bart au Chevalier Tourouvre

Dunkerque à la mort de Jean Bart

1Le 30 octobre 1697, pendant les négociations qui allaient mener aux traités de Ryswick, Louis XIV déclara la mainlevée de toute prise faite après le 2 octobre. Il avait ouvert les ports français aux Hollandais depuis le 15 octobre. Prises et rançons furent progressivement liquidées et les otages renvoyés dans leurs pays. Les derniers équipages de corsaires dunkerquois furent libérés par les ennemis en 1700. Pour apurer les liquidations des navires royaux prêtés au cinquième, le roi déchargea certains débiteurs, comme Géraldin et le comte de Grammont, du remplacement des approvisionnements des Yeux, de la Railleuse et de la Naïade. Jean Bart et les intendants Desmadris et Céberet conclurent à l’impossibilité d’incorporer les matelots flamands qui avaient servi sur les corsaires du Littoral dans le système des classes. Ils proposèrent de retenir seulement les matelots français établis et mariés à Dunkerque. Les armateurs furent incités à les employer de préférence. En décembre 1697, on vit même passer par Dunkerque une vingtaine de flibustiers noirs, qui avaient servi sous les ordres de Pointis. Faits prisonniers lors de l’expédition contre Carthagène des Indes, ils avaient été renvoyés en Angleterre. L’intendant les habilla et les envoya à La Rochelle, où leur retour aux Antilles fut organisé.

  • 1 Sur la reprise de Dunkerque et des ports du Littoral, voir C. Pfister : Ports, navires et négociant (...)

2Profitant de la paix, Desmadris chercha à relancer le cabotage et la pêche au hareng. En juin 1699, la vente des cargaisons de caboteurs chargés de blé entraîna une baisse du prix qui soulagea considérablement la ville et les environs, mais il mourut quelques semaines plus tard. Barentin, maître des requêtes, lui succéda comme intendant de Flandre1. Le lieutenant-général comte de Relingue ayant quitté Dunkerque pour Toulon, Jean Bart fut alors nommé commandant de la Marine, assurant le commandement du port, mais l’intendant de marine Céberet gardait la gestion de l’arsenal. Avec le retour de la paix, Jean Bart fit souvent preuve d’un caractère entier, notamment envers Le Potier de La Hestroye, lieutenant-général de l’Amirauté. Jérôme Phélypeaux de Pontchartrain, qui succéda à son père Louis comme secrétaire d’Etat à la Marine en 1699, fut obligé d’intervenir à plusieurs reprises. Bart souleva en effet des difficultés avec tous les fonctionnaires avec lesquels il eut des relations de service.

  • 2 AN. Marine 108, juin 1699.

3A la suite d’une querelle entre Bart et Gaspard Ducoudray, lieutenant du roi à Dunkerque depuis 1696, Barentin résuma ainsi leur querelle : « M. Ducoudray est prompt et on aurait toujours des procès avec lui si on ne lui donnait pas le temps de revenir de sa première vivacité. Après quoi, il convient ordinairement qu'il s’est emporté sans raison. M. Bart est d'un caractère très opposé. Il tâche de mettre la raison de son côté, en gardant plus de modération dans ses paroles ; mais l’accès qu'il se vante d’avoir auprès de Sa Majesté le rend aussi peu traitable envers ceux qui ne dépendent pas de lui, qu'envers les officiers de la Marine qui quittent tous le port de Dunkerque pour ne pas servir sous ses ordres »2. Le roi et Pontchartrain furent souvent conciliants avec Jean Bart, car la menace d’une nouvelle guerre apparaissait de plus en plus nettement avec le problème de la succession au trône d’Espagne.

4Les années 1700 virent un important changement parmi les dirigeants européens accompagné par un bouleversement des alliances diplomatiques. Le 16 septembre 1701, Jacques II d’Angleterre s’éteignait en France, et Louis XIV reconnaissait son fils sous le nom de Jacques III, comme roi d’Angleterre, d’Ecosse et d’Irlande. Le 19 mars 1702 mourait Guillaume d’Orange. La reine Anne lui succéda, s’engageant à continuer sa politique étrangère mais la disparition la plus lourde de conséquences diplomatiques fut celle de Charles II d’Espagne. Il mourait sans descendance le 1er novembre 1700. Refusant les différents traités qui cherchaient à partager son royaume, il désigna le duc d’Anjou, petit-fils de Louis XIV, comme son héritier universel. Louis XIV ayant accepté ce testament, l’Angleterre, les Provinces-Unies et l’empereur signaient une « grande alliance » le 7 septembre 1701. L’Angleterre et l’Allemagne déclaraient la guerre à la France et à l’Espagne le 4 mai et les Provinces-Unies le 15 mai 1702.

5La France et l’Espagne, en guerre depuis plus de deux siècles, devenaient alliées. Sur le plan terrestre « il n'y avait plus de Pyrénées ». Sur le plan maritime, la France devait renoncer à attaquer l’empire espagnol et même le défendre. C’était la fin de la flibuste et le début de la guerre des convois dans l’Atlantique. En mer du Nord, la Flandre espagnole devenait notre alliée, et Ostende, une base navale de tout premier ordre. Anciens Dunkerquois fidèles à l’Espagne et ceux, devenus français en 1660, se réconciliaient. Jean Bart partit à Ostende pour déterminer avec le maréchal de Bouflers la défense d’Anvers et de l’Escaut. Il était accompagné de pilotes, venant apprendre l’entrée des ports de la Flandre espagnole. Le chevalier de Saint-Pol leva un plan d’Ostende avec les meilleurs mouillages pour les vaisseaux et les galères.

6Depuis 1700, une escadre était armée à Dunkerque comprenant l'Amphitrite, 350 h., l'Adroit, 250 h., le Maure, 330 h. et l'Alcyon, 200 h., avec, outre Jean Bart, le marquis de Blénac, le chevalier de Saint-Pol et le comte de Bussy. Pontchartrain décida de renforcer l’escadre du Nord en lui affectant le Triton de 44 c. et le Hasardeux de 50 c. Ce dernier, construit à Lorient, était initialement destiné à Jean Bart. En avril 1701, l’escadre de Dunkerque reçut l’ordre de se tenir prête, mais la rupture ne paraissant plus immédiate, Louis XIV en ordonna le désarmement le 12 octobre.

  • 3 Jean Martheille, Mémoire d’un protestant condamné aux galères de France, Paris 1865, p. 145-149.

7Cependant, la guerre apparaissant inéluctable, le roi Louis XIV ordonna le 16 mars 1701 d’envoyer six galères de Rochefort pour croiser en Manche. Après avoir mouillé à Saint-Malo le 10 juillet, elles firent escale au Havre, et, toujours commandées par le chevalier de la Pailleterie, elles entrèrent à Dunkerque le 31 juillet 1701. Elles désarmèrent en octobre, en gardant sur place leurs équipages, composés de soldats mais surtout de forçats. Le logement des officiers posa problème, mais plus encore celui des galériens. Comme à Marseille, les habitants de Dunkerque eurent recours aux forçats pour de multiples besognes avec la complicité des comités3.

  • 4 Jean Leymaries, « La fortune de Jean Bart », art. cit.

8Le 17 décembre, Jean Bart partit pour Le Havre pour inspecter son futur navire, le Fendant de 70 c. Il revint dans sa ville le 28 suivant après avoir indiqué les modifications à apporter. En mars, il surveilla le radoub des galères. Le 4 avril, le Fendant mouilla en rade, et le 12, les vents étant favorables, il entra aisément dans le port : « Le roi n'a point de vaisseau qui gouverne mieux que celui-là ». L’escadre du Nord devait également comprendre le Maure, chevalier de Courbon-Saint-Léger, l’Amphitrite, chevalier de Saint-Pol, et l'Adroit, Cabaret, ces trois commandants étant tous capitaines de vaisseau. C’est en surveillant l’entrée du Fendant que Jean Bart fut victime d’un refroidissement qui dégénéra en pleurésie. Le 15, il recevait les derniers sacrements, le 25, son état sembla s’améliorer, mais le lendemain, il fit une rechute et rendit le dernier soupir le 27 avril 1702 à trois heures de l’après-midi. Sa fortune à sa mort en 1702 se montait à 125 000 l.t. Des trois enfants que lui avait donné Nicole Gouttière, seul vivait encore François Bart, lieutenant de vaisseau. La mort avait également lourdement frappé sa descendance avec Marie Tugghe. Six enfants sur dix étaient morts du vivant de Jean Bart. Le roi accorda à Jean Louis, Ignace et aux deux filles ainsi qu’à la veuve un brevet de pension de 2 000 l.t.4 Avec la mort de Tourville, l’année précédente, la marine française perdait un autre grand capitaine, mais surtout un des meilleurs connaisseurs de la Manche et de la mer du Nord.

De Pointis à Saint-Pol

9Il fallait pourvoir au remplacement de Bart. Louis XIV désigna le baron de Pointis, avec commandement sur les vaisseaux comme sur les galères. Jean-Louis Bernard Desjean, baron de Pointis, alors âgé de 56 ans, s’était illustré dans la prise et la capitulation de Carthagène des Indes le 4 mai 1697. Il commandait l’escadre, et Ducasse, les flibustiers. Pointis avait volé les flibustiers au profit du roi, leur laissant seulement 100 000 l.t. au lieu des 2 millions qui leur revenaient pour un butin estimé à 6-8 millions de l.t. Ducasse n’avait pas hésité à demander à Louis XIV de faire justice contre la perfidie de Pointis et son « ingratitude abhorrée de tous les gens d’honneur ». Les flibustiers pillèrent Carthagène une deuxième fois, mais Pointis ramena son escadre en dépit de ses malades et de l’escadre anglaise de Neville. Louis XIV amnistia les flibustiers et Pointis ne fut pas inquiété.

  • 5 A.N. Marine, B4 21, fo 170.

10Le 25 octobre 1701, Pointis avait adressé un Mémoire à Pontchartrain sur un projet d’emploi de l’escadre de Dunkerque en mer du Nord, mer où il n’avait jamais navigué5. Il proposait d’employer une machine incendiaire, et, avec 40 frégates, de dévaster la côte anglaise. Fin décembre, il proposa de bombarder Amsterdam, ou éventuellement, de prendre Flessingue en combinant les six vaisseaux de Jean Bart, les galères et douze galiotes à fond plat.

11De Dunkerque, il envoya quatre nouveaux mémoires d’opérations au cours de l’année 1702, mais, dans les faits, il donna surtout des ordres aux galères. Les six galères furent réarmées en avril. Elles étaient nommées l'Heureuse, la Palme, la Triomphante, la Martiale, l'Emeraude et la Marquise, et commandées par les chevaliers de La Pailleterie, de Langeron, de Valence, de Fontette et de Cheylades de Montvilliers. Le 11 mai 1702, Pointis ordonna aux galères de secourir le fort Isabelle dans la rivière de l’Ecluse, mais le vent les en empêcha. La Triomphante, la Martiale et la Marquise eurent des avaries qui révélaient le manque de pratique des officiers de la navigation en mer du nord. Le 4 juillet, les galères, mouillées à une lieue de Nieuport, attaquèrent à trois heures du matin les douze vaisseaux du vice-amiral Evertsen. La Pailleterie divisa ses galères en deux groupes, trois firent diversion contre un des vaisseaux et les trois autres se portèrent vers l'Eenhorn (Licorne) de 56 c. et 220 h. que les Français voulaient capturer. Le tir de la Licorne démonta les canons de l'Heureuse, mais les cinq autre galères convergèrent et s’emparèrent à l’abordage du vaisseau hollandais qui perdit 48 hommes contre 62 chez les Français. L’exploit était indiscutable et La Pailleterie y gagna son brevet de chef d’escadre. Les galères désarmèrent en septembre.

  • 6 Jean Martheille, Mémoire d'un protestant..., op. cit., p. 149.

12L’année 1703 se passa en vaines croisières des galères au large des côtes anglaises. Les marchands anglais naviguaient tous en convois trop bien escortés. En septembre, une expérience d’échouage des galères à Ambleteuse fut réussie en présence du duc d’Aumont, mais la rade étant non protégée des vents de sud-ouest, on renonça à l’utiliser. L’hivernage des forçats fut amélioré par l’emploi de cinq flûtes aménagées en caserne flottante. Auparavant, comme en Méditerranée, les forçats dormaient à bord des galères avec seulement des bâches pour les protéger des intempéries. Quatre galères en mauvais état furent vendues et remplacées par des neuves. Devant l’emploi des galères, les Hollandais ripostèrent en tendant un piège sous la forme de cinq navires de guerre déguisés en lents navires de la V.O.C. En dépit de la méfiance du chevalier de Fontette qui commandait l’Emeraude, La Pailleterie ordonna d’attaquer. Dévoilant leurs canons chargés à mitraille, les Hollandais mirent 250 Français hors de combat, montrant ainsi les limites de l’emploi des galères. En 1705, La Pailleterie poursuivit en vain des petits bâtiments anglais. Anglais et Hollandais, connaissant parfaitement l’existence des galères de Dunkerque, préféraient virer de bord dès qu’ils apercevaient les voiles latines si caractéristiques des galères. Les galères ne rejouèrent à nouveau un rôle offensif qu’après le remplacement de La Pailleterie par Langeron en 17066. Elles firent cependant quelques prises, mais l’offensive ne pouvait reposer sur elles seules.

  • 7 A.N., Marine B2 162, fo 140 et 380 et Marine B3 116, f 92.
  • 8 Idem, B4 23, fo 41-45, octobre-novembre 1702.

13Indiscutablement, les projets de Pointis étaient marqués par son expérience de la guerre aux colonies, mais ils étaient inadaptés aux réalités de la lutte contre les Hollandais. Dans les faits, il s’avéra inactif, en grande partie parce qu’il ne put franchir le blocus ennemi7. Le chevalier de Saint-Pol avait assuré l’intérim après la mort de Bart. Devant l’inactivité de Pointis, il proposa en septembre 1702 d’attaquer la flotte de Moscovie. Pontchartrain transmit le projet à Pointis qui imagina d’attaquer le Texel, mais fut incapable d’organiser une sortie de l’escadre. En novembre, tous les vaisseaux furent désarmés à l’exception de l'Adroit et du Milford confiés à Saint-Pol et à Beaujeu. « C’est trop peu pour vous » écrivit le ministre à Pointis, sans que l’on sache s’il faisait de l’ironie8. Le chevalier Marc Antoine Saint-Pol de Hécourt comprit qu’il avait une chance de montrer sa valeur.

  • 9 E. Mancel, Le chevalier de Saint-Pol-Hécourt, Dunkerque 1905. On y trouve notamment publié le rappo (...)

14Né en 1665, entré dans la Marine à l’âge de 15 ans, il avait d’abord navigué sous Duquesne. Nommé sous-lieutenant de galère le 20 mars 1681, il navigua sur le Magnifique comme sous-lieutenant de vaisseau en 1685 et fut promu lieutenant de vaisseau à Toulon le 1er janvier 1691. Capitaine de vaisseau le 1er janvier 1693, il fut alors affecté à Dunkerque, et en mai 1694, il commanda le Mignon de 50 c. dans l’escadre de Jean Bart. Bien qu’ayant surtout navigué en Méditerranée, Saint-Pol se distingua au Texel en prenant à l’abordage le vaisseau de 56, le Stadenlande, au prix de 7 tués et 30 blessés, contre 60 tués et 80 blessés hollandais. Il se fit également remarquer dans la défense de Dunkerque en 1695 et dans les croisières de 1696 et 16979. Sa carrière avait été incontestablement rapide. Agé de 37 ans en 1702, il était, dans les faits, le second de Jean Bart à la tête de l’escadre du Nord, mais trop jeune pour la commander en titre. La croisière de l’hiver 1702 lui permit de montrer des qualités de marin et de combattant qui égalaient celles de Jean Bart.

15Pontchartrain lui demandait essentiellement une mission d’escorte. Saint-Pol devait croiser sur la côte de Calais à Ostende et protéger l’entrée en Manche des navires danois chargés de blé. Il devait également favoriser le passage des Suédois dont les cargaisons de bois et de goudron étaient attendues par les arsenaux royaux et protéger l’entrée à Boulogne, Calais ou Dunkerque, des prises faites par les corsaires du Littoral. L'Adroit, 40c., 200 h., et le Milford, 30c.et 160 h. appareillèrent le 20 janvier. Le 28, Saint-Pol s’empara à l’abordage du Ludlow, frégate anglaise à deux ponts de 34 c. et 160 h. qui, en outre, transportait 160 soldats et officiers. Le combat fut d’une rare violence, l’ancien corsaire Van Crombrugghe, blessé au bras, en resta estropié. Le Ludlow était une très belle unité qui fut immédiatement réaffectée à l’escadre du Nord. Simultanément, Beaujeu captura la caïche de blé que l’Anglais tirait en remorque. La division Saint-Pol rentra ensuite à Dunkerque avec ses prises pour réparer.

  • 10 A.N. Marine B4 24, fo 125, Projet du sieur Saint-Pol pour un armement en course.

16Le chevalier de Saint-Pol proposa alors à Pontchartrain d’armer en course cinq grandes frégates et une petite. Cette escadre était destinée à croiser des Orcades à la côte de Norvège, du mois d’avril au mois de novembre. Moyennant la clause du cinquième, les navires du roi seraient prêtés à une société qui ferait les frais d’armement, paierait les soldes des officiers, des soldats de marine et des matelots des classes. Le roi aurait à fournir les munitions, les agrès et les vivres10.

17Le projet fut approuvé mais ne comprit que deux bâtiments du roi : l’Adroit de 42 c., 20 de 12, 18 de 6 et 4 de 4 et 279 h., commandé par Saint-Pol, et le Milford de 28 c., 179 h., commandé par Damas de Marillac, capitaine de frégate. Saint-Pol appareilla le 18 février avec le droit d’intercepter tous les navires de Dantzig sans passeport du consul de France. La présence de deux vaisseaux anglais de 50 c. et le mauvais temps empêchèrent toute action jusqu’en avril. Saint-Pol décida alors de se renforcer avec des corsaires en relâche à Ostende. Le 19 avril, il appareilla avec la Dryade du Havre, de 46 c. et 330 h., capitaine Graton de Villogé, la Palme Couronnée, capitaine Cornil Meyne et l'Espérance, 120 t., de Cornil Bernard, tous deux de Dunkerque, frégate de 16 c. chacune et 110 h. Deux corsaires d’Ostende, la Reine d’Espagne, 40 c. et 260 h., capitaine Paul Beestenbustel, et la Notre Dame de Montaigu, 10 c. et 75 h., commandée par Antoine Cornelissen, complétaient cette division.

  • 11 Id. 10 25, fo 309-312, Journal de navigation du sieur Saint-Pol, 12 mars et 2 avril 1703.

18Deux jours plus tard, Saint-Pol, qui venait d’être promu chevalier de Saint-Louis, intercepta un convoi anglais parti d’Hellvoetsluys pour Londres. Il était escorté par deux vaisseaux et un navire marchand armé de 36 canons, le Muscovia Merchant. Saint-Pol s’en empara immédiatement avant de se tourner vers la Salisbury de 52c., déjà canonnée par Graton de Villogé et qui venait de perdre son perroquet de misaine. La Salisbury fut capturée après une heure et demie de combat, les jets de grenade et une bordée de l'Adroit ayant fait à son bord 18 morts, dont deux officiers, et 43 blessés. Les corsaires prirent huit marchands. Le lendemain, les corsaires firent 4 autres prises dont 3 conduites à Ostende. Saint-Pol mit son pavillon sur la Salisbury et entra triomphalement à Dunkerque le 22 avril malgré une escadre anglaise de quinze vaisseaux. Le maître d’équipage de l'Adroit reçut une médaille d’or. François Bart, remplaçant Van Crombrugghe blessé, avait embarqué avec son jeune frère Jean-Louis comme mousse. Louis XIV récompensa Jean-Louis Bart, qui avait été fortement contusionné au cours de la bataille, en le nommant garde de la marine à l’âge de 10 ans alors qu’il fallait en avoir 1611.

19Le produit net se monta à 423 259 l.t.. Le partage s’opéra selon les règles de Dunkerque : un pied de quille pour une part, les canons étaient comptés à raison d’une part par 3 livres de balle du calibre du canon, un mousse pour une demi part et le marin le moins qualifié pour une part. L'Adroit reçut 89 582 l.t. et le Milford 58 490 l.t. La part versée à J.-B. Bénézet pour la Dryade du Havre se monta à 95 951 l.t. Joseph d’Egmont, directeur des vaisseaux de Flandre et d’Ostende, obtint pour la Reine d'Espagne : 81 954 l.t. et 28 403 l.t. pour la Notre-Dame. Nicolas Taverne reçut 36 993 l.t. pour la Palme-couronnée et François Tugghe, 31 884 l.t. pour l'Espérance.

  • 12 A.N. Marine, B2 166 et 168, Instructions des 9 mai et 9 juin 1703.

20Cet armement lut un des premiers à capitaux mixtes de la guerre de Succession d’Espagne. Pontchartrain n’en avait pas encore fait un dogme puisque le 5 juin, Saint-Pol, sur le Salisbury, leva l’ancre avec le Milford, l'Adroit et le Ludlow, tous avec commandements et équipages du roi. Il était muni des instructions royales suivantes : « Mon intention est que vous vous appliquiez particulièrement à détruire le commerce de mes ennemis, le mal que vous pourrez leur faire étant le plus sensible qu'on le puisse et le plus capable de les porter à désirer la paix... »12. C’était, à quelques mots près, les ordres donnés à Jean Bart à la veille de la campagne du Texel. Saint-Pol avait la liberté de couler ou de rançonner ses prises, il pouvait mettre les prisonniers hollandais sur des neutres mais les Anglais devraient tous être ramenés en France.

21Saint-Pol appareilla en déjouant une escadre anglaise de 6 vaisseaux et une division hollandaise de 4 vaisseaux commandée par l’amiral Callenburgh sur le Dordrecht de 72 c. Obéissant à ses instructions, le 22 juin, il attaqua la flotte de pêche harenguière hollandaise protégée par quatre vaisseaux. L’engagement fut d’une rare violence. Saint-Pol captura le Soleil Doré de 44 c. et 200 h. Le Ludlow fit de même avec le Wolfswinckel de 24 c. et 100 h. Après un quart d’heure de combat contre l'Adroit, le Château d’Anvers, 44c., explosa, crevant la coque de l'Adroit. Quatre survivants furent repêchés chez les Hollandais sur 200. Cent dix-huit Français périrent également dont le capitaine de Sève. On repêcha cependant Vandermersh, capitaine de flûte et beau-frère de Jean Bart et 52 membres de l’équipage de l’Adroit. Le Soleil Doré, trop endommagé, fut coulé et on poursuivit la flotte de pêche qui s’était réfugiée dans les Shetland. François Bart, avec trois chaloupes et deux canots, brûla au total 43 busses après avoir mis en fuite les équipages ennemis retranchés à terre. Le 30 juin, Roquefeuil, sur le Ludlow, en brûla cent dix-huit : « Jamais flotte n'a été si bien détruite. Il ne s'est pas sauvé vingt busses des cent quatre-vingt quelles étaient ». Tandis que le Ludlow réparait à Bergen où les Danois firent de nombreuses difficultés, Saint-Pol continua à croiser le long des côtes d’Ecosse. Courant juillet, Saint-Pol et ses navires s’emparèrent du Zaamslagh de 32c, destiné à protéger les harenguiers sur la côte écossaise. Vandermersh le ramena en France. Le 9 août, ils firent leur jonction avec la division de La Luzerne armée en juillet à Dunkerque : l'Amphitrite, 50c., 323 h., le Jersey, de Camilly, 44c., 256 h. et les Yeux, Beaujeu, 36c. et 185 h.

  • 13 Idem, B4 25, fo 314 à 339, Journal de navigation du sieur Saint-Pol du 4 août au 14 octobre 1703 et(...)

22La mission de La Luzerne était, elle aussi, exclusivement militaire : intercepter les busses hollandaises. Plus ancien dans le grade, il prit le commandement des deux divisions : « Le zèle que M. de Saint-Pol a pour le service du roi lui fit sacrifier en cette occasion ses intérêts et le détermina à se joindre à moi et à servir sous mes ordres » souligna avec honnêteté La Luzerne dans son rapport. En effet, il attaqua la flotte des busses de la Meuse sans attendre Saint-Pol. Trois des navires hollandais d’escorte, forts de 40, 36 et 32 canons, furent pris. 800 prisonniers hollandais furent entassés sur des busses et les trois escorteurs brûlés. Les deux divisions se séparèrent ensuite, et la Luzerne ravitailla à Maelstrand en Suède où il fut très bien accueilli. Les deux divisions se retrouvèrent le 4 octobre. Elles naviguèrent de conserve et, le 14 octobre, après avoir échappé à une escadre anglaise et à deux hollandaises, désarmèrent à Dunkerque. Les deux chefs furent chaudement félicités pour les entraves apportés au commerce et à la pêche hollandaise13. Faulconnier estima à 160 le nombre des busses détruites et leur valeur à deux millions de l.t. Il s’agissait bien d’une mission de destruction car quatre ou cinq prises seulement furent conduites dans un port et liquidées au profit du roi, les autres ayant été brûlées ou coulées.

23A ces destructions, il faut ajouter que les Anglais et les Hollandais mobilisèrent plus de cinquante vaisseaux tant pour poursuivre Saint-Pol et la Luzerne que pour escorter les convois de la Baltique et de la flotte de Russie, ce qui soulagea d’autant les flottes de guerre françaises de Brest, Rochefort et Toulon. Contrairement à ce qui a été écrit trop souvent, au début de la guerre de Succession d’Espagne, la marine de guerre française commença par pratiquer une guerre d’escadre, comme le montre le tableau suivant :

Total des vaisseaux et bâtiments du roi armés en 1704

Total des vaisseaux et bâtiments du roi armés en 1704

* Le classement des vaisseaux sous Louis XIX se faisaient par rang, allant de 110 canons à 40 canons.

  • 14 P. Villiers, Marine royale..., op. cit., p. 82-83.

24En 1692 et 1696, la marine de Louis XIV se montait officiellement à 135 vaisseaux mais, dans les faits, certains bâtiments, trop vieux pour naviguer, figuraient encore sur les listes. Dans la réalité, cent dix vaisseaux étaient réellement opérationnels. En 1704, la flotte avait vieilli et moins d’une centaine de vaisseaux était capable d’une navigation militaire. Comme le montre ce tableau, 75 d’entre eux furent armés, ce qui représenta un grand effort financier. En 1702 et 1703, le budget de la marine fut de 28 millions de l.t., montant très proche des 30-32 millions des années 1691-1694. En 1704, 57 vaisseaux sur 75 naviguèrent dans l’armée navale du comte de Toulouse et participèrent à la victoire de Velez-Malaga14. Les vaisseaux dunkerquois figurent ci-dessus sous la rubrique : divers armements. Aux vaisseaux armés pour les missions d’escorte, il faut ajouter les vaisseaux et les frégates prêtés aux particuliers. Louis XIV encouragea cette pratique au début de l’année 1704. Il exigea cependant que tous ses navires comportassent un écrivain du roi, rémunéré par la Marine, « chargé de rendre compte de tout ce qui se passerait au cours de la navigation, concernant la consommation des réserves fournies par les arsenaux…, la distribution des vivres, le respect du cinquième et le liard pour libre pour les corsaires blessés... ».

  • 15 H. Malo, La grande guerre, op. cit., p. 26-27.

25A Dunkerque, Beaujeu se vit accorder le Milford de 250 tx., 18 c. et 213 h., à condition de « se régler comme un corsaire dont l’objet est de faire des prises sur les ennemis de l’Etat et de faire le profit de ses armateurs ». Beaujeu fit plusieurs prises, dont l’une fit naufrage devant Calais sans que les habitants se portassent à son secours15. Les Yeux furent accordés aux conditions du cinquième à Nicolas de Lambert, lieutenant d’artillerie de marine, qui promit d’attaquer la flotte de Hambourg. Parti le 21 avril, il rentra le 23 juin avec plusieurs prises et rançons, mais sans avoir attaqué cette flotte, et « on lui sait très mauvais gré d'en avoir imposé ». Il ressortit avec le corsaire havrais la Dryade, commandé par Jamain. Tous deux attaquèrent un vaisseau hollandais destiné à Livourne, armé de 36 canons et de 100 h. Le Hollandais combattit farouchement et fut capturé au prix de 7 morts et 17 blessés. En ramenant sa prise à Dunkerque, Lambert fut attaqué par un vaisseau zélandais de 40 canons et 300 h.. Au troisième abordage, l’équipage des Jeux se débanda et les Hollandais délivrèrent leurs compatriotes.

26La Licorne et le Mignon furent accordés en mai à un grand négociant de Dunkerque, Simon Coulange qui agissait au nom d’autres Dunkerquois : Moinet, Bougis, Voille et Delezat. Le plus grand armement fut confié au chevalier de Saint-Pol. L’intendant Barentin fut incité à rechercher des actionnaires et à souscrire des actions. Le 11 mai, se constitua une société pour armer pendant six mois les six vaisseaux et frégates du roi qui se trouvaient sans emploi à Dunkerque, à l’initiative de Delezat agissant « pour lui et les sieurs Voile, Bougis et Moinet, ses associés à l’entreprise ». Louis Le Bigot, seigneur de Gastines, intendant de Flandre et Picardie, signa le contrat au nom du roi. Jean Moinet était le dépositaire général, la campagne était prévue pour six mois. Le roi prit à sa charge les munitions des vaisseaux, la solde de 250 soldats sur 300, et la solde des officiers moyennant la condition du cinquième des profits. Les armateurs émirent 344 actions de 1000 l.t., 65 actionnaires souscrivirent, en majorité des nobles. Certains appartenaient à la Marine comme officiers d’épée, tel le chevalier de la Pailleterie, qui commandait les galères de Dunkerque, Guichen, etc., ou de plume comme Barentin, Bigot de la Mothe ou Bégon, d’autres de l’armée de terre. On nota aussi des étrangers dont l’Electeur de Cologne et de riches marchands de Bruxelles, mais seulement un dunkerquois : Jacques-Winoc Plets, l’armateur bien connu.

27L’escadre se composait du Salisbury, 50c., 350 h., chevalier de Saint-Pol, de l'Amphitrite, 50 c., 350 h., comte de Ferrière, du Jersey, de Nesmond, 41 c., 300 h., Milford, 30 c., 200 h., de Marillac, l’Héroïne, François Bart, 20c., 150 h., et de la Médée, 20c, 150 h., Desabrerois. Elle appareilla le 21 juillet sous les ordres de Saint-Pol, sans que le total des fonds ait été levé. Le seul des associés Coulange à avoir souscrit fut Jacques Voille, directeur général des vivres de la Marine en Flandre et Picardie, également trésorier de France à Bourges et procureur de Moinet à Dunkerque. La compagnie se réservait, mais sans y souscrire, 40 actions. Tout reposait sur les prises à venir. Comme le signala Barentin, « ces associés dans l’armement ont trouvé le secret de faire partir l’escadre sans avoir déboursé un sol », ce qui n’était pas tout à fait vrai, puisque Moinet avait déboursé 120 000 l.t. dont il faut déduire les 55 000 l.t. provenant des actions. « A supposer que l’escadre ne fasse pas de prises, il perd plus de 50 000 écus ».

28La division Saint-Pol fut attaquée le 15 août par quatre vaisseaux anglais dont le Revenge de 70 canons, et le Falmouth de 52 canons. Saint-Pol, bien soutenu par l’Héroïne et l'Amphitrite, captura le Falmouth au prix de nombreux morts et blessés, dont le comte de Ferrière et son frère. Se faisant le porte-parole des actionnaires, l’intendant Gastines écrivait : « Il serait à souhaiter que M. de Saint-Pol ne trouva pas tant de navires de guerre, et plus d'indiens ou de riches interlopes ». Saint-Pol désarma le 15 décembre à Dunkerque. Au total, l’escadre avait fait onze bonnes prises, dont deux frégates de guerre de Flessingue de 20 et 16 canons. Le produit brut se monta à 320 000 livres, et le produit net à 143 000 livres, c’est-à-dire que, théoriquement, la campagne fut déficitaire. Le beau-père de Delezat n’était autre que Plets, l’armateur si décrié. Moinet apparut sous un jour douteux, au moins sur le plan comptable, et Barentin fut chargé de tirer au clair la comptabilité. Les actions en blanc furent annulées, ce qui ramena à 200 le nombre d’actions réelles. Voille demanda au roi la remise du cinquième, approuvé par Barentin qui souligna les résultats militaires de cette campagne. Le Falmouth était un très beau navire de guerre, construit le 25 juin 1693 à Depford dans le cadre du programme des vaisseaux de 4e rang et 50 canons. Finalement les recettes s’établirent à 137 117 l.t. et la dépense à 154 938 l.t.

  • 16 Ibidem, p. 35-38 et surtout J. Bromley : « Jacques-Winoc Plets... », art. cit., p. 68-75.

29L’Electeur de Cologne voulut rentrer dans ses fonds. En 1707, il lui en fut promis la moitié. Les derniers comptes furent arrêtés en 1718 mais l’argent n’avait pas été perdu pour tous les actionnaires. Plets, Delezat et autres s’étaient largement servis, démontrant ainsi que les armements corsaires permettaient à certains armateurs peu regardants de jongler avec les écritures comptables. Il est à noter que la plupart des prises ne furent pas conduites et vendues à Dunkerque mais, à Brest, ce qui explique la forte différence entre le produit net et le brut16.

30En avril 1705, Pontchartrain donna ordre à Saint-Pol de croiser deux mois sur la Salisbury, accompagné du Protée et du Ludlow. On leva des équipages jusqu’en Normandie. A la suite d’un échange de prisonniers par le paquebot de Calais, Saint-Pol ne jugea que 60 matelots français sur 500 capables de servir à nouveau. Ayant appareillé le 16 mai, le chevalier intercepta 16 marchands hollandais escortés par deux vaisseaux de 50 et 40 canons, le Wilverhorst et le Raadhuis-Van-Harlem. Saint-Pol attaqua le premier, le Protée le second et le Ludlow poursuivit les marchands. Le Wilverhorst fut capturé, mais après trois heures de combat, le Raadhuis-Van-Harlem réussit à s’échapper. Roquefeuil se plaignit que son équipage lui eut manqué. Une partie de marchands s’échappa, cependant Saint-Pol rentra le 23 mai à Dunkerque avec dix prises qui produisirent 225 365 l.t. Après le changement du grand mât du Protée, l’escadre repartit le 15 juin, accompagnée de deux frégates de la Chambre de commerce de Dunkerque et de plusieurs corsaires. Là encore, la mission était surtout militaire.

31Saint-Pol chassa et détruisit plusieurs busses, puis doubla les Shetland et rentra par la mer d’Irlande. Après avoir évité une escadre anglaise de 21 vaisseaux devant Ouessant, il mouilla à Brest le 5 août avec une seule prise, le Tigre-Galley de 20c. et 40 h., qui fut vendu pour plus de 40 000 l.t., le dixième aux équipages du roi fut de 3 553 l.t., ce qui confirme que cette mission ne relevait pas des armements particuliers. Saint-Pol leva l’ancre le 6 septembre avec mission de croiser du cap Ortegal au Finisterre, c’est-à-dire le long des côtes espagnoles pour assurer la protection d’une flotte française venant de Saint-Domingue. Le Jersey de 30 c. et le Triton de 50 c. remplacèrent le Ludlow hors d’état de reprendre la mer. De retour en octobre à Dunkerque, il en ressortit le 30, accompagné du Protée commandé par Roquefeuil, du Triton, capitaine Descoyeux, du Jersey, capitaine Hennequin, et de l'Héroïne, capitaine François B art.

32Le jour même, ils s’emparèrent de 8 dogres, et, le lendemain, ils interceptèrent un convoi anglais de 11 marchands revenant de la Baltique sous la protection du Pendennis, 50c., capitaine Foljamb, du Blakwall, 50 c., capitaine Martin, et du Sorlingues, 32c., commandé par William Coeny. Tandis que l'Héroïne et les corsaires s’emparaient des flûtes, Saint-Pol envoya le signal d’abordage et se porta sur le Pendennis, sans attendre le Triton, mauvais voilier. Le combat fut très violent, et en montant à l’abordage, Saint-Pol reçut une balle de mousquet mortelle en pleine poitrine. Le comte d’Illiers, son second lui succéda, mais, profitant du désarroi à bord du vaisseau français, le Pendennis se dégagea pour attaquer le Protée qui venait de s’emparer du Blakwall. Roquefeuil, secouru par le Triton, retourna l’engagement en sa faveur et se rendit maître du Pendennis. Un des derniers boulets frappa mortellement le chevalier Descoyeux, lui arrachant le bras. « Il n’y a pas eu sous le règne du Roi une action pareille à celle du Protée, car il est de fait qu’après avoir enlevé de bâbord un vaisseau percé pour 58 canons, il en a enlevé un autre qui est venu l’aborder de tribord, malgré tout le désordre et la confusion où se trouve un vaisseau qui vient d’en enlever un autre plus fort que lui... ».

  • 17 A.N. Marine B4 28, fo 163-178 et B3 127, fo 264-315.

33Cette expédition n’avait pas été financée par l’argent privé, et si elle fut rentable pour le roi, tant sur le plan stratégique que sur le plan financier, les équipages et les officiers en bénéficièrent peu. L’inventaire après décès de Saint-Pol confirma qu’il ne s’était pas enrichi au service du roi. Le chevalier avait demandé dans son testament que le roi distribua des grâces à son frère, chanoine, et à ses neveux, dont l’un était garde de la Marine. Louis XIV s’en acquitta d’autant plus facilement que Saint-Pol était le prototype de l’officier de marine tel qu’il le voulait : formé dans les gardes de la Marine, issu de la noblesse et obéissant jusqu’à la mort. Saint-Pol Dufay fut nommé enseigne17.

34Tandis que Saint-Pol accomplissait des missions au titre de la marine de guerre, Louis XIV encourageait le prêt de ses navires à des armements au cinquième avec des particuliers, notamment à Toulon et Saint-Malo. A Dunkerque, François Bart demanda à garder l'Héroïne pour une croisière corsaire, mais la frégate fut accordée à Beaujeu aux conditions du cinquième et le roi y prit 12 actions. Parti en janvier, Beaujeu rentra le 10 juin 1705 avec 4 prises qui produisirent 102 126 l.t., la croisière fut incontestablement une réussite.

35Le 21 janvier 1705, l’armateur dunkerquois Plets expédia un projet d’enlever les flottes d’Arkhangelsk, mais Pontchartrain refusa ce plan. Cependant, sur proposition de l’intendant Du Guay, il autorisa Plets, Vertesalle et Mestdaghe qui avaient déjà obtenu le Mignon et la Licorne l’année précédente, avec Mestdaghe comme dépositaire, de se joindre à l’escadre de Beaujeu avec Vertesalle comme dépositaire. Louis XIV s’intéressa à cet armement au prorata des avances qu’il fit aux officiers entretenus, aux officiers mariniers et aux soldats. L’escadre armée en novembre 1705 appareilla en janvier, renforcée par la Diane, armée au Havre, et commandée par Pierre Maisonneuve. L’expédition fut catastrophique. Une seule prise fut faite, très riche néanmoins. Elle fut partiellement pillée par la Diane et vendue pour 100 000 l.t., dont le roi fit remise des deux tiers aux armateurs. Du Guay fut tancé par Pontchartrain : « Je suis obligé de vous dire que vous donnez tête baissée dans les visions du sieur Plets ». Pontchartrain ajouta ensuite : « Cela coûte beaucoup à Sa Majesté et cela engage les particuliers à perdre mal à propos leur argent ». Les comptes ne furent remis qu’en 1709. Cet échec écarta Beaujeu mais aussi La Luzerne, de la succession du chevalier de Saint-Pol. Le roi choisit Forbin par une lettre du 24 février 1706.

Forbin et la stratégie corsaire de Louis XIV

36Dans ses Mémoires, Forbin a raconté sa nomination. Pontchartrain adressa au chevalier une « Lettre du Roy » pour prendre le commandement de l’escadre de Dunkerque et non un ordre, ce qui laissa les frais de mission à sa charge. Forbin fit traîner sa réponse en longueur et obtint de Pontchartrain une plus grande liberté d’action que ne lui accordaient ses Instructions : « Il me parait qu’il serait plus convenable de me laisser agir de moi-même. Le Ministre me répondit que j’étais bien hardi de vouloir me charger ainsi des événements.

37Monsieur, lui répliquai-je, je sais ce que je veux faire et je vois fort bien que je ne risque pas beaucoup en tout ceci. Le port de Dunkerque est au milieu des ennemis et les occasions ne me manqueront pas. Si je suis maître de faire ce qu’il me plaira, je prendrai mon temps si à propos que les ennemis du Roi n'y trouveront peut-être pas leur compte... ».

  • 18 Forbin, Mémoires du comte de Forbin, op. cit., t. 2, p. 200-201. A.N. Marine, b-173, fo 316, B3 189 (...)

38Le chevalier calquait ainsi sa conduite sur celle de Jean Bart quelques années plus tôt. Forbin prétendit que « Sa Majesté ayant été informée de tout ce que j’avais dit au Ministre, répondit : Le Chevalier de Forbin a raison, il faut se fier à lui et le laisser faire »18. Dans ses Mémoires, Forbin affirma également qu’il trouva l’arsenal très mal tenu, il se plaignit notamment des sabres qui ne coupaient pas et sans fourreau, et de la mauvaise qualité des voiles. Comme le montrent les Archives de la Marine, les armements de Forbin ne furent pas en majorité des armements au cinquième. De même, si certaines missions furent corsaires, d’autres furent classiques, notamment les mission de destruction de busses harenguières ou celles d’escortes de convois. Il faut donc les examiner une à une pour éviter les confusions.

39Le premier armement de Forbin se fit, semble-t-il, aux conditions du cinquième, avec ordre de ne pas attaquer les flottes de guerre retranchées au fond des golfes. Forbin mit son pavillon sur le Mars, 54c., 350 h., avec sous ses ordres le Protée, 48c., Roquefeuil, le Salisbury 52c., Vezins, le Blakwall, 54 c., Tourouvre, le Jersey, 46c., Lanquetot, la Dryade, 44c., d’Illiers, les Sorlingues, 32c., d’Hennequin, l'Héroïne, 20c., François Bart, plus trois corsaires dont deux Ostendais. La moitié de cette force était ainsi constituée de vaisseaux pris à la Royal Navy.

40Forbin leva l’ancre le 2 juin. Cinq jours plus tard, il s’empara de sept navires anglais qui furent conduits à Dunkerque par les Sorlingues. Devant l’importance des forces ennemies en mer du Nord, le chevalier remonta croiser aux îles Féroë puis fit escale au Danemark « pour espalmer ses vaisseaux ». Afin d’éviter une escadre ennemie de 15 vaisseaux, il prit le parti de faire le tour de l’Ecosse et de l’Irlande, croisant sur les routes des grandes flûtes hollandaises qui ne voulaient plus emprunter la Manche. Il s’empara ainsi d’un vaisseau de la V.O.C. qui « portait pour 60 000 écus d’argent monnayé et la cargaison qui en valait bien autant ». Il s’agissait de la Ville de Hambourg, de 56c. Le 12 et le 13 juillet, le Protée et le Jersey s’emparèrent de deux navires hollandais armés de 40 c et 22 c. Forbin décrivit ainsi l’événement « A quelques jours de là, je fis deux prises considérables. Je les amenai à Brest où elles furent vendues au profit du Roi aussi bien que la cargaison du navire hollandais ».

  • 19 Forbin, Ibidem, p. 208-209.

41La mémoire de Forbin est ici curieusement défaillante. En effet, c’est Beaujeu sur le Jersey qui amarina la prise plus riche. Elle contenait 200 000 l.t., en argent monnayé, réparties en dix caisses qui furent chargées sur le Jersey. Trois d’entre elles disparurent. Les marins hollandais, qui avaient commencé à les piller pendant le combat, affirmèrent que l’équipage du Jersey avait repris cet argent. Les deux prises furent conduites avec succès au Port-Louis sous l’escorte de la Dryade. L’escadre, après avoir croisé du cap Clear aux Sorlingues, relâcha à Brest le 11 août. Forbin interrogea Beaujeu qui refusa de reconnaître le pillage. A l’arrivée, Pontchartrain fit enfermer Beaujeu dans le château de Brest. Forbin, lui-même, fut accusé d’avoir voulu forcer l’écrivain du roi du Blakwall à lever les scellés d’une des prises, évidemment pour piller. 200 matelots désertèrent à l’escale, tous se livrant à la contrebande du tabac qui provenait manifestement des prises19.

42L’escadre ressortit le 18 septembre pour croiser en mer du Nord. Le 22, Forbin intercepta 12 voiles qui se révélèrent être une flotte de guerre à laquelle il échappa. Dans la nuit du 1er au 2 octobre, au large du Dogger-bank, il aperçut 70 navires hollandais qui revenaient de Norvège sous l’escorte de six vaisseaux. Les navires de guerre des deux camps s’abordèrent après une forte canonnade et un échange de mousqueterie où chacun visait les officiers de l’autre navire. Forbin a bien relaté cette violence : « J’arrivai sur l’ennemi qui faisait sur moi un horrible feu de canons et de mousqueterie, je l’eus bientôt joint et l’ayant abordé, je commençai à faire feu à mon tour. Je fis pleuvoir dans son bord, une grêle de mousqueterie et grenades, dont il fut si incommodé, qu’il fut forcé d’abandonner les gaillards de devant et derrière.

43Dès que je m'aperçus de son désordre, je criai à mes gens : Allons enfants, courage. A bord, à bord, et pour leur donner l’exemple, je m’avançai de l’avant. D’Escalis qui attendait avec impatience le signal sauta le premier, l'épée à la main, et fut bientôt suivi d'un grand nombre d’officiers, de gardes de Marine et de soldats.

  • 20 Ibidem, p. 212-214.

44Il se fit dans ce moment un carnage horrible de part et d’autre. J’y perdis beaucoup de monde, mais par bonheur la tuerie ne dura pas longtemps. Peu après, d’Escalis me cria de l’arrière du vaisseau ennemi, en m’appelant par mon nom, nous sommes les maîtres : « J’ai tué le capitaine ». Dès lors l'équipage ne s'amusa plus qu'à piller »20.

  • 21 A.N. Marine 133, fo 498, Relation du combat de M. de Forbin.

45Forbin évoquait à raison les pertes humaines. Dans cet engagement, son second fut tué et tous ses navires eurent un ou deux officiers tués. A bord du Jersey, le lieutenant de vaisseau Barentin et l’enseigne d’Estry eurent chacun un bras emporté. La même décharge hollandaise fit six morts et 20 blessés. Le chevalier de Tourouvre se fit remarquer par ses mauvaises manœuvres en abordant sous le vent Forbin et sa prise, qui arrivaient vent arrière. Le feu prit alors sur le vaisseau hollandais de 44c., dénommé le Raaf, mais la majeure partie de l’équipage de Forbin commença à refuser de rentrer à bord du Mars, malgré le danger : « ils pillaient de toutes mains, sans s'embarrasser, ni du danger où ils étaient, ni de celui où j’étais moi-même... ». Se séparant de sa prise qui explosa, le Mars de Forbin heurta à son tour le Blakwall de Tourouvre qui lui arracha le taille mer et six mantelets de sabords. En dépit d’une voie d’eau, Forbin repoussa un autre vaisseau hollandais et parvint à se dégager. François B art et Hennequin furent félicités par Forbin pour avoir capturé l'Hardenbroeck de 50 canons, alors qu’ils ne commandaient chacun qu’une frégate, l’une de 14 c. et l’autre de 28 c. Au cours de l’affrontement contre ces deux frégates, le vaisseau hollandais avait perdu tous ses officiers sauf un21.

46Profitant du combat, le convoi hollandais parvint à s’échapper. Cependant, on peut affirmer que cette croisière avait été une réussite. Outre les 50 busses et le vaisseau hollandais brûlés, dix prises avaient été faites, ainsi qu’une rançon de 7 000 l.t. L'Hardenbroeck fut vendu 48 120 l.t. Le dixième aux équipages rapporta 53 220 l.t. Là encore, Forbin n’en dit pas un mot dans ses Mémoires. Il ne parle pas de ses parts de prises qui furent considérables.

47Du Guay, très satisfait mais lucide, écrivit alors à Pontchartrain à son propos : « Il a une ambition démesurée, rien que les honneurs ne me paraissent capables de la remplir, et il ne faut pas craindre qu’elle se ralentisse après qu'il sera parvenu aux charges générales, car elle ne cessera de le tourmenter tant qu il sentira quelque chose au-dessus de lui ».

48L’intendant avait d’ailleurs écrit dans une autre phrase : « Je crains que vous ne le satisfassiez point avec de l’argent ». C’était sous-estimer le goût du chevalier pour celui-ci car Forbin était tout autant avide d’honneur que d’argent. Il ne s’en cache pas dans ses Mémoires, racontant ainsi ses démêlés avec Pontchartrain : « Je m'aperçus qu’il cherchait à me faire entendre que, puisque j'allais être à la tête d’une escadre, je devais songer à régler ma dépense de telle sorte que je fis honneur au poste que j’allais occuper.

49– Je ne demande pas mieux, Monsieur, pourvu que vous me donniez de quoi. Le ministre me répartit qu'il savait fort bien que je ne manquais pas de moyens, que mes affaires étaient en bon état...

50– Monsieur, lui répliquai-je, l'ouvrier doit vivre de son travail. Si j’ai ramassé quelque bien, ce n’est pas sans peine. Aussi le conserverais-je avec soin, pour être assuré d'une ressource dans mes vieux jours, et pour avoir de quoi vivre, supposez que je vins à être estropié et hors d’état de pouvoir servir.

51Mais dans ce cas, me répondit le ministre, Sa Majesté ne vous abandonnera pas

  • 22 Forbin, Mémoires, p. 202.

52– J’en suis persuadé, lui dis-je, mais tout bien considéré, je trouve qu'il vaut mieux avoir quelque chose à soi. On en attend plus tranquillement les grâces de la Cour, et quand par malheur elles n'arrivent pas, on s’en console avec moins de peine... »22,

  • 23 Ordonnance du 15 avril 1689, Livre neuvième, Des appointements, tables, valets des officiers, etc.

53Derrière les boutades transparaissent les difficultés budgétaires du royaume. Pontchartrain cherchait à faire des économies au détriment des officiers comme des matelots. Suivant l’ordonnance de 1689, Forbin, comme tous les commandants de navires, était tenu de nourrir à sa table « le commissaire, le major, le capitaine en second, les aide-majors, lieutenants, enseignes et aumôniers ». Certains nourrissaient également les gardes de la Marine. A ce titre, le commandant recevait une indemnité fixée à 460 l.t. pour un chef d’escadre, à 360 l.t. pour un vaisseau de 1er et 2e rang et 300 l.t. pour un vaisseau de 3e rang comme l’était le Mars23. Forbin, jugeait, à raison, que le roi faisait ainsi des économies en ne lui accordant pas la commission de chef de l’escadre du Nord. Au même moment, la situation se dégradait sensiblement sur la frontière. Le 6 juillet, Ostende avait capitulé et Vauban s’était installé à Dunkerque avec le commandement des vaisseaux et des galères et la charge des fortifications de Nieuport.

54Forbin fut appelé à la Cour : « Le Ministre me reçut fort gracieusement et me présenta au Roi qui me témoigna être content de mes services. Je répondis à Sa Majesté que j’étais heureux qu'elle se contentât du peu que j’avais fait, mais que j’avais pris langue et qu’étant instruit du commerce des ennemis, je comptais faire la campagne prochaine bien des choses dont Sa Majesté aurait encore plus de lieu d’être satisfaite. Le Roi en souriant me donna lieu de connaître que ma réponse lui avait fait plaisir... ».

55Le chevalier passa l’hiver auprès de ses amis de la Cour : le cardinal de Janson, Grand Aumônier de France, chez qui il logea, l’archevêque d’Aix, Mgr du Luc et le comte du Luc, frère du précédent : « enfin, je jouais gros jeu et je gagnais beaucoup d'argent chez la duchesse de Mantoue ». Cette dernière était âgée de 20 ans, et son mari avait 34 ans de plus. Quel contraste avec la vie de bourgeois de Jean Bart, ou celle d’un noble pauvre comme le chevalier Saint-Pol ! Mais Forbin avait beaucoup d’ennemis et sa promotion, pourtant méritée, lui fut refusée. Le chevalier comprit alors qu’il lui fallait accomplir un exploit à la fois militaire et économique pour que Louis XIV lui accordât enfin cette promotion.

  • 24 Forbin, Mémoires, p. 213-214.

56Pour qui naviguait en mer du Nord, il n’y avait que la prise de la flotte de Moscovie qui répondait à ces conditions. Si Pontchartrain, l'Amiral de France et Louis XIV approuvèrent le projet, le roi, tout en accordant une audience à Forbin, lui refusa la promotion de chef d’escadre. En compensation, le chevalier demanda la promotion du jeune d’Escalis : Pontchartrain refusa : « Vous l’avez fait garde-marine, il n'y a que six mois et vous savez bien que les princes mêmes lorsqu'ils entrent dans ce corps ne sont avancés qu’après un an. Je répondis que l'action que d’Escalis venait de faire, en sautant le premier dans un vaisseau ennemi valait bien six ans d'ancienneté. Le ministre répliqua qu’il en parlerait... »24.

57Forbin fit intervenir l’Amiral de France et le comte de Toulouse et d’Escalis fut promu enseigne. Forbin quitta la cour en mars. En avril 1707, l’escadre passa en rade et appareilla le 11 mai, forte de 9 vaisseaux : Mars, 60c., Forbin, Salisbury, 50c, Vezins, Blackwall, 54c., Tourouvre, Protée, 48c., d’Illiers, Jersey, 40c., F. Bart, Dryade, 40c., V. Combrugghe, Dauphine, 56c., Roquefeuil, Fidèle, 56, d’Hennequin, Griffon, 44c., Nangis et de quatre corvettes neuves de 8 canons. Cigale, Soulaigre, Vipère, Gourville, Aigle, Vandermesch, Levrette, Périer. Forbin dans ses Mémoires, appelle certains de ses vaisseaux de 40 à 50 canons : « frégates ». Il s’agit, en effet, de « grandes frégates » qui, dans les Etats de la Marine, étaient appelées vaisseaux de 4e rang, de 5e rang ou frégates, mais qui, ayant deux ponts, n’avaient évidemment rien à voir avec la frégate dunkerquoise à un seul pont. Ces vaisseaux étaient aptes à se battre en ligne de file comme le prouve la suite des évènements.

58Le lendemain de la sortie, Cornil Saus, signala à Forbin qu’une flotte marchande venait de sortir des Downs. Cornil Saus naviguait sur la frégate du roi la Victoire, armée par la Chambre de commerce de Dunkerque, suivi par 8 corsaires de Dunkerque et d’Ostende. Il s’agissait d’un convoi de 50 marchands pour Lisbonne, les Indes et la Jamaïque escortés par le Royal Oak de 76c., du Grafton et du Hamptoncourt de 70c. et d’une frégate de 40c. Après avoir louvoyé toute la matinée pour prendre l’avantage du vent, Forbin ordonna à ses vaisseaux d’attaquer, deux par deux, chacun des vaisseaux d’escorte et aux corsaires, de s’emparer du convoi, lui-même attaquant le Grafton, navire amiral, avec le Protée en soutien. Tourouvre, au lieu d’attaquer la frégate anglaise, engagea le feu contre le Hamptoncourt. Cet acte de bravoure lui coûta 100 hommes hors de combat, pour un résultat très discutable.

59La Dauphine et le Griffon, dont les armements étaient plus puissants, engagèrent ensuite le combat qui, là encore, fut sanglant. Chez les Anglais, le capitaine Clements fut frappé mortellement, comme du côté français, l’enseigne de vaisseau de Villiers et le lieutenant de vaisseau Saint-Honorine, ce dernier ayant une jambe et deux mains emportées par un boulet. Les hommes d’équipage payèrent également un lourd tribut avant que l’Anglais n’abaisse son pavillon. Forbin captura le Grafton, mais seuls deux officiers, d’Olonne et Geslin, survécurent parmi tout le groupe qui avait sauté à l’abordage. Le jeune d’Escalis fut au nombre des tués, de même que le second, le capitaine de frégate de Villeblain. Forbin montra ses talents de tireur : « je m'aperçus que j’étais posté à la bouche d’un canon qui avait déjà tiré. Je tuai par l’embouchure du sabord, en trois coups différents, trois canonniers qui se hâtaient de le recharger. Je vis aussi, par le même sabord, un homme vêtu de gris-de-fer, qui l’épée à la main, donnai des ordres de côté et d’autre. Je ne doutai pas que ce ne fut le capitaine. Je lui tirai sur le champ un coup de fusil et je le vis tomber. C’était en effet le commandant du vaisseau ». La moitié de l’équipage du Mars fut mise hors de combat, mais le tir du Fidèle démâta le Grafton qui se rendit alors. Autour du Royal Oak, le combat fut tout aussi coûteux chez les officiers des deux camps, mais le vaisseau anglais parvint à s’échapper en profitant du désarroi causé par la mort de Vézins, commandant du Salisbury et par la grave blessure de son second, le baron d’Acy.

60Si la frégate et le Royal Oak s’échappèrent ainsi que 28 marchands, les corsaires en capturèrent 22. Ils en brûlèrent quatre de trop faible valeur. Cornil Saus s’empara d’un marchand chargé de drap pour 50 000 écus. Tous les corsaires firent leur rapport à l’amirauté de Dunkerque. Forbin en fit également un, dont voici un extrait :

« Le 12, il avait ouï qu’était sorti d’Angleterre une flotte d’environ 50 voiles escortés part 3 vaisseaux de guerre et 1 frégate, ce qui lui prendre connaissance de la dite flotte..., que le lendemain il la chassa et la joignit, battit les convois dont il s’est rendu maître de deux, pendant lequel temps, les corsaires qui étaient avec lui au nombre de 8, la Victoire, capitaine Saus, Fortune, capitaine Baeteman, Espérance, capitaine Bernard, Reconnaissance par André Bart, Comte de Toulouse par Léonard Schriver, Duc de Vendôme par Jacques Glasson, Chevalier Bart par Larmes et la Reine d’Espagne par Elderon, ayant reçu l’ordre du sieur déclarant par les signaux qu’il leur fit de donner sur la flotte marchande, firent chasse sur les vaisseaux de la dite flotte et se rendirent maître de 21 voiles marchandes dont il appris depuis qu’une a coulé bas, déclare en outre que les deux convoi ont été pris, ont été enlevé à l’abordage, dans lequel combat il y a eu plusieurs tant officiers majors, qu’officiers mariniers, matelots, soldats et autres, hors de combat, tant tués que blessés au nombre d’environ 220 hommes... ».

  • 25 A.N. marine B4 32, Relation du combat donné par M. de Forbin contre une escadre anglaise le 14 mai (...)

61Forbin fit également un rapport au roi, dans lequel il se plaignit de la qualité de ses équipages : « La bile me soulève contre les commissaires des départements qui nous envoient de si mauvais matelots » et demanda à nouveau sa promotion : « On court volontiers à la gloire Monseigneur quand elle mène à l’élévation. M. de Pointis est mort et l’escadre de Dunkerque est assez belle pour n'être pas commandée par un capitaine particulier ». Louis XIV le nomma enfin chef d’escadre, et le promut comte de Forbin en place de chevalier de Forbin-Gardanne. Il faut souligner que les deux vaisseaux de guerre anglais étaient « très beaux, absolument neufs, très bons voiliers, de la nouvelle construction d’Angleterre.. Ils valent bien à eux seuls 400 000 livres. Le canon de leur première batterie a 32 livres de balle, celui de la seconde, 1625 ».

62Selon H. Malo, après le partage entre le roi et les particuliers, la part revenant à l’escadre du roi se monta à 300 762 l.t. De ce montant, 120 637 l.t. furent prélevées pour la réparation et l’entretien de l’escadre. Il resta 180 000 l.t. dont le dixième revint aux équipages royaux. Les commandants en reçurent le quart : 4 501 l.t., les autres officiers d’état-major, un autre quart, les officiers-mariniers, les soldats, les matelots, les novices et les mousses, la moitié restante, soit 9 003 l.t. seulement. L’escadre de Forbin, les 4 corvettes comprises, comprenait 3 081 hommes et officiers mariniers et 89 officiers dont 24 capitaines et seconds. Un rapide calcul montre que les hommes reçurent 3 l.t. en moyenne alors que les commandants obtinrent 4 500 l.t. divisées par 24, soit 187 l.t., et les membres de l’Etat-Major : 70 l.t.

  • 26 H. Malo, La grande guerre, op. cit., note 1, p. 68.

63Pour un homme d’équipage, recevoir 3 livres tournois après un tel combat apparaît dérisoire. Pour les officiers, la somme était médiocre et ils demandèrent une gratification. Louis XIV répondit alors : « Comme il y a beaucoup de bâtiments marchands pris, la portion qu’ils recevront pour le dixième du produit doit leur suffire ». Au vu de cette phrase et de la somme de 300 000 l.t., bien trop faible pour 22 marchands capturés, je pense que les chiffres ci-dessus ne concernent que les deux navires de guerre et non le convoi capturé, dont la valeur n’est pas, semble-t-il, mentionnée dans les archives que j’ai consultées. La valeur du convoi se situe entre 500 000 et un million de l.t. On voit, par cet exemple, que la prise d’un convoi pouvait remplir les caisses de l’intendant de la Marine, qui étaient déjà bien vides, mais que le roi récompensait bien mal ses équipages. Il faut cependant ajouter qu’au nom du droit de pluntrage, que Forbin appelle ici pillage, officiers et marins ennemis avaient dépouillé de tous leurs biens leurs homologues français26.

  • 27 Marine 31, Desaugiers, fo 229-249.

64Forbin avait effectivement tenu la promesse faite à Louis XIV d’accomplir un exploit. Cependant, le chevalier Desaugiers, qui avait appareillé de Brest en juin 1706 avec quatre navires du roi, avait pris quatre navires de la VOC, que l’on appelle souvent l’escadre de Rio de Janeiro deux au large du Brésil et deux au large de Sainte-Hélène. Leur valeur fut estimée à cinq millions de l.t., valeur bien supérieure donc aux prises de Forbin27. Il semblerait que Forbin, inspiré par Jacques Plets, ait d’ailleurs imaginé un projet contre le cap de Bonne Espérance. Finalement, le 10 juin 1707, après avoir débarqué ses 800 prisonniers et réorganisé ses équipages, le comte appareilla en reprenant son projet initial : attaquer le commerce du Nord. Il est certain, selon J. Bromley, que Forbin s’était concerté avec Plets.

65Après avoir pris, puis brûlé 8 navires ennemis au large de la Hollande, l’escadre du comte remonta jusqu’au 69e degré de latitude Nord, là où « le froid est si cuisant qu’il peut être au mois de janvier en France » et s’empara des navires hollandais et anglais qui allaient ou venaient d’Arkhangelsk. Le 15 juillet, il croisait à 18 lieues du cap Nord. Le 18 juillet, il incorpora dans son escadre une barque longue hambourgeoise : la Constante-Galley, qu’il rebaptisa la Comtesse de Forbin. Le 25 juillet, il se heurta à 20 navires anglais venant de Moscovie dont il s’empara, chargeant les marchandises les plus riches sur 5 navires et brûlant les autres. Du premier au 12 août, Forbin traqua une flotte hollandaise sous l’île de Quilduin (Kelduin), s’emparant de quatre navires, tandis que les autres Français en détruisaient 18. Faisant le bilan de ces destructions, il écrivit à Pontchartrain que 56 navires avaient été pris ou détruits : « Quelle perte pour les ennemis, quel dérangement dans leur commerce. Je suis persuadé qu’en Angleterre et en Hollande, la populace est capable de se soulever. Une pareille perte est générale. Je vous prie de considérer que c’est votre petite escadre de Dunkerque qui fait tout ce désordre... ».

  • 28 Ibidem, C4 272, Relation de la course que M. le comte de Forbin, chef d’escadre... vient de faire d (...)

66Ayant appris qu’une escadre anglaise de 11 vaisseaux croisait entre les Shetland et Bergen, Forbin fit charger les marchandises les plus riches sur ses navires. L’étain des prises remplaça le lest et on embarqua les riches ballots d’indigo, les draps de toutes couleurs, et autres effets de grand prix, « de manière que cette cargaison valait plus de douze cent mille livres ». L’escadre fit route ensuite pour l’île de Wardhuis au Danemark devant laquelle elle s’empara de 17 navires hollandais. Huit autres furent capturés le lendemain. Les quatre meilleurs furent chargés des marchandises les plus riches. Forbin autorisa le pillage : « Il se fit un pillage immense. Officiers, écrivains, matelots, soldats, tous s’enrichirent. Il n’y eut que moi qui n’y gagnai rien ». Le comte était particulièrement surveillé par l’écrivain du roi, car sa réputation de pilleur était bien établie. Forbin remarque dans ses Mémoires que les Hollandais faisaient une grande partie de leur retour en lettres de change, ce qui diminuait d’autant la valeur des prises. Il brûla la plupart de ces prises, sauf les quatre dont les capitaines payèrent une rançon. Redoublant le cap Nord le 20 août, il passa par les Féroé le 2 septembre avant de mouiller à Brest le 24 septembre avec son escadre et ses 4 prises. Le roi, enchanté de ce succès, accorda les 24 000 l.t. des rançons comme gratifications aux officiers28.

67Les navires du roi devaient retourner à Dunkerque, mais Pontchartrain fut avisé de la sortie prochaine d’une flotte de ravitaillement pour l’armée anglo-portugaise, battue six mois plus tôt à Almanza. Le ministre suggéra à Forbin et Duguay-Trouin de s’en emparer. Duguay-Trouin était à Brest à la tête d’une escadre du roi, mais prêtée au cinquième à un syndicat d’armateurs malouins. Pontchartrain ne voulait pas lui donner d’ordre précis, car il aurait ainsi engagé les finances du roi dans cet armement. Les deux escadres appareillèrent le 19 octobre, accompagnées de plusieurs corsaires. Le 21, Forbin aperçut la flotte anglaise escortée par le Devonshire, magnifique navire à trois ponts de 90 canons, refondu en 1704, le Cumberland, trois ponts de 80 canons, construit en 1696, le Royal Oak de 76 canons, le Ruby de 50 canons, construit en 1706, et le Chester de 50 canons. Les Français n’avaient aucun trois-ponts. Duguay-Trouin montait le Lys de 72 canons et 1400 tx, Beauharnais, l'Achille de 64c. et 1000 tx., de Courserac, le Jason de 50c et 800 tx. Il y avait également trois grosses frégates à deux ponts : le Maure, 650 tx, 50c., la Gloire, 38 c., 480 tx, et l'Amazone 40c., 500 tx.

68Forbin sur le Mars, Tourouvre sur le Blackwall, Nangis sur le Griffon de 44c., F. Bart sur le Jersey, de Vézins sur Salisbury, participèrent à l’action.

  • 29 Ibidem, p. 264.

69Duguay-Trouin attaqua le Cumberland à l’abordage. Soutenu par la Gloire dont l’artillerie réussit à dévaster les ponts anglais, Duguay réussit à s’emparer du Cumberland de 80c. Si Beauharnais échoua à s’emparer du Royal Oak, le Jason s’empara du Chester. Forbin arriva après le début de l’engagement et captura le Ruby au prix de 30 morts dont son second. Forbin décrivit ainsi son intervention contre le Devonshire : « Il rien restait plus qu’un qui n’eut pas été attaqué, c'était le plus gros de tous. Il prit la fuite. Tourouvre le suivit.. Je donnai la chasse au gros navire qui fuyait à toutes voiles, le chevalier de Nangis et Bart venaient après moi. L’Anglais battait en retraite et faisait grand feu. Son canon et sa mousqueterie incommodèrent notablement le vaisseau de Tourouvre... Bart qui avait gagné les devant sur moi fut aussi fort maltraité et n’avança pas. J’étais prêt à aborder lorsque le feu prit tout à coup dans le vaisseau ennemi avec une telle violence que je faillis être brûlé moi-même.. Il n’est guère possible d’imaginer de spectacle plus terrible. La plus grande partie de l’équipage qui était fort nombreux, se jeta dans la mer et alla chercher dans l’eau la mort qu’il croyait fuir en s'arrachant du milieu de l’incendie... ». Devant la violence de l’incendie, les Français attendirent avant de se porter au secours des Anglais : « Cependant le vaisseau ne sauta point faute de voiles pour le soutenir, mais ayant les sabords ouverts, et la mer le faisant rouler, il se remplit d’eau peu-à-peu, et coula à fond29 ».

70Le succès était indéniable, et à peine arrivé à Dunkerque, Forbin courût à la cour s’en attribuer le succès. Duguay-Trouin, à son retour, démontra combien le rapport de Forbin était tendancieux, et les deux hommes se heurtèrent violemment dans le bureau de Pontchartrain. Forbin avait raison de souligner que ses navires, non espalmés, étaient moins rapides et que le malouin aurait dû l’attendre pour se concerter. Duguay-Trouin avait des comptes à rendre à des actionnaires mécontents. Aussi ambitieux que Forbin, il ne voulut pas laisser passer une telle occasion de se mettre en valeur. La polémique reprit lors de la publication des Mémoires de Forbin en 1729.

71A son retour à Dunkerque, Forbin présenta des comptes qui se révélèrent inférieurs à ce qu’il avait laissé entendre dans ses lettres au ministre. Selon H. Malo, le total se monterait à 658 440 l.t. avant le dixième des équipages, montant fort honorable, mais inférieur au million dont Forbin parle dans ses Mémoires. En outre, Forbin chicana à propos de la prise qu’il avait rebaptisée Comtesse de Forbin, et qu’il avait armée en corsaire pour son propre compte. Le commissaire Vergier demanda les deux-tiers des prises pour le Roi, Forbin voulut tout garder et mit en vente la prise sans en avoir le titre officiel de propriété. Cette affaire a été très bien décrite par Henri Malo. En outre, le comte fut à nouveau suspecté de pillage mais la cour avait trop besoin de lui pour l’expédition d’Ecosse.

72Versailles s’imaginait que si l’on débarquait le prétendant Jacques III en Ecosse, fils de Jacques II, le pays se soulèverait en sa faveur. L’expédition fut décidée en décembre 1707 en dépit des plus expresses réserves de Forbin qui aurait préféré faire un débarquement contre Amsterdam. Les instructions définitives ne parvinrent qu’en mars 1708. Onze navires du roi, dont le Hamptoncourt de 500 h. et 66c., dix-sept corsaires et deux découvertes furent mobilisés, mais dès le 9 mars, les Anglais firent le blocus avec 24 vaisseaux. Forbin parvint cependant à s’échapper dans la nuit du 17 mars. Le 23, l’expédition se présenta devant Edimbourg mais la ville ne se révolta pas. Byng et 40 vaisseaux anglo-hollandais ayant retrouvé Forbin, chercha à engager le combat partiel. Le comte fixa Inverness comme nouveau rendez-vous de débarquement et ordonna à chacun de s’échapper. Au cours de la chasse, le Salisbury commandé par Nangis fut pris après une vigoureuse défense. La tempête et l’absence de pilotes écossais amenèrent le conseil de guerre tenu par Jacques III et Forbin à ordonner de rentrer en France. Au retour, Forbin aperçut six vaisseaux hollandais, mais il se refusa à engager le combat pour ne pas risquer la vie de Jacques III, et le débarqua sain et sauf le 7 avril à Dunkerque. A Londres, l’émotion fut à son comble, et la banque d’Angleterre fut sérieusement ébranlée. Forbin avait espéré faire une campagne de course après avoir débarqué le Prétendant, mais les Anglais refirent immédiatement le blocus du port avec 14, puis 40 vaisseaux anglo-hollandais de 60 à 80 canons chacun. Devant la menace d’un bombardement du port, Forbin organisa la défense avec une estacade de mâts et de câbles et les ennemis renoncèrent, cependant l’escadre du Nord ne fit aucune action militaire de mai à août. Pontchartrain ordonna alors, pour des raisons budgétaires, le désarmement du Hamptoncourt, du Grafton, du Zéphir et des Sorlingues mais de préparer cinq vaisseaux pour une croisière d’automne. Forbin refusa cet armement et proposa de le confier à Tourouvre. Pontchartrain accepta.

Le chevalier de Tourouvre et la généralisation des armements au cinquième

  • 30 A.N. Marine, B2 209, f 497 et B2 214, f 161 et B3 155, f 181, 296, 304 et F2 24, fo 58.

73Tourouvre a toujours fidèlement combattu sous les ordres de Forbin depuis sa nomination sur le Blackwall de 54c. et 40 h. dans l’escadre du Nord en mars 1706. Il mit son pavillon sur le Mars. Cabaret prit le commandement du Griffon, d’Illiers celui du Protée, Hennequin celui de l'Auguste, et Duquesnel reçut le Blackwall. L’armement était fait par le roi mais la stratégie corsaire était indiscutable : Tourouvre avait le choix entre « établir sa croisière devant le Texel » ou « à l’ouvert de la Manche, entre le cap Clear et les Blasques ». Dans tous les cas, il devait relâcher à Brest vers le 15 octobre. L’escadre appareilla en septembre, et, après une course infructueuse, mouilla à Brest le 17 octobre. Tourouvre y laissa le Griffon encombré de malades et repartit le 5 décembre après avoir réparti les matelots flamands du Griffon sur les quatre autres vaisseaux. Le 2 janvier 1710, les soldats du Protée se révoltèrent, refusant d’attaquer un convoi de navires marchands. Tourouvre renvoya le Protée à Brest. Le 10, en division avec le Blackwall, il se heurta à l’escadre de Byng qui croisait en Manche à sa recherche. Duquesnel s’échappa et les Anglais se concentrèrent sur Tourouvre. Les ennemis ayant voulu prendre les ordres de leur amiral, Tourouvre profita de ce répit pour alléger son vaisseau. Il se tourna ensuite contre son poursuivant le plus proche dont il réussit à démâter le grand mât de perroquet. Le vent ayant forci, le Mars s’échappa et rallia ultérieurement Dunkerque pour y désarmer le 28 janvier 1710.30

74La campagne rapporta seulement 24 000 l.t. Dans ses Mémoires, Forbin prétend qu’il avait prévu cet échec. Les explications du comte sont très pertinentes et méritent d’être citées :

  • 31 Forbin, Mémoires..., op. cit., p. 328.

« Ces sortes de courses en hiver ne pouvaient qu’être très périlleuses et de nul profit ; que les nuits étant fort longues, la saison dure et les mers sujettes à bien des tourmentes, il n’y a aucun moyen de rien faire ; qu’il était impossible que les cinq vaisseaux demeuraient longtemps unis : que pour se rejoindre, il faudrait donner des rendez-vous : que la meilleure partie du temps se passerait en jonction : qu’en un mot, les courses dans cette maison ne pouvaient être propres que pour un vaisseau ou deux ou plus, qui en se tenant sur des parages, pouvaient faire quelques prises par hasard…
Tout ce que j’avais prévu arriva. L’escadre sortit. Elle eut à souffrir des mauvais temps. Après avoir été plusieurs fois séparée et réunie, elle retourna à Dunkerque sans avoir fait la moindre prise et après avoir dépensé au roi de grosses sommes… »31.

75Les finances royales étant ruinées, cette escadre fut la dernière armée par le roi à Dunkerque. Le prêt des vaisseaux du roi aux particuliers devint la règle jusqu’à la fin de la guerre. Déjà, par l’ordonnance du 9 juin 1706, Louis XIV avait décidé que le cinquième revenant au roi serait exempt de tout droit de commissions et des intérêts des avances et que ce cinquième ne serait sujet qu’aux frais de justice et autres, selon le règlement de 1694, concurremment avec le tiers de l’équipage.

76De 1706 à 1708, le duc d’Aumont, gouverneur de Boulogne et premier gentilhomme de la chambre, devint co-armateur du Tigre de 32 c. avec l’éminent marchand de Dunkerque : Jean Spycket. A l’automne 1706, neuf navires du roi étaient prêtés à des Dunkerquois : la Victoire, 24c., cap. Baeteman, la Fortune, 22c., cap. J. Poere, les Sorlingues, 28c., cap. C. Saus, l’Ecureuil, 160 tx, 26c., 180 h., cap. Le Mel, le Zéphire, cap. De Blanque, l'Agile, cap. Bameson, la Levrette, cap. Laugier, l'Héroïne, cap. Poulain, le Rossignol, 24c., cap. Smith,, tous sous la condition de désarmer au 31 janvier 1708. Ces deux derniers furent capturés, le Rossignol, le 5 janvier, devant la Tamise par une frégate anglaise de 50 c., le Ludlow-Castle, et l’Héroïne, le 8 janvier, par deux corsaires flessinguois. Le Rossignol était commandé par Smith, jacobite notoire. En dépit des interventions du chevalier de Langeron, Smith fut condamné à mort par les Anglais et exécuté. Ni Louis XIV ni Jacques III n’intervinrent en sa faveur. Selon les uns, il mourut pendu, selon d’autres, il fut écartelé. Louis XIV accorda une pension de 300 l.t. à sa veuve.

77Le chevalier de Langeron, qui avait succédé à la Pailleterie à la tête des galères avait demandé six brigantins destinés à naviguer en coordination avec les galères. Le roi lui accorda seulement l'Agile. A l’automne 1707, Langeron demanda et obtint ce brigantin au cinquième. Chassé par le Charles III, corsaire de Flessingue, l'Agile l’attira sur les bancs des Dunes où ils firent tous deux naufrage. En janvier 1708, Louis XIV lança la construction des six brigantins. Quatre furent prêts en juin où ils se joignirent aux quatre dernières galères commandées par le chevalier de Marsillac. En août, les six brigantins furent postés à l’Est et à l’Ouest du port de Dunkerque et ils prirent plusieurs petits corsaires d’Ostende. Ces brigantins mesuraient 64 pieds de long, 9 de large, 4 de creux pour un tirant d’eau de 3 pieds. L’équipage était de 25 matelots et de 25 soldats. Selon H. Malo, les équipages étaient en majorité originaires de Calais et ils apprirent aux Dunkerquois la manœuvre de ces bâtiments. Ces brigantins furent également prêtés au cinquième.

78Avec le désarmement des galères, les équipages furent débarqués et les soldats regroupés en un bataillon de 930 hommes qui fut particulièrement employé en octobre 1708 pour l’attaque d’Ostende et du fort de Leffinghe, près de Nieuport. Forbin coordonnait la défense de Dunkerque en tant que commandant du port, et Langeron commandait en second les soldats de galères. Un conflit de commandement surgit alors entre les troupes terrestres et les troupes de marine dirigées par Forbin. Le duc de Vendôme demanda à Forbin de renoncer à diriger personnellement. Forbin remit alors le commandement à Langeron et se rendit à la Cour. Le comte signale dans ses Mémoires que les troupes de marine se distinguèrent également en 1710, lors de la défense de Saint-Omer et du Crotoy.

79Le roi pouvait réquisitionner des corsaires. Ce fut le cas lors de l’expédition d’Ecosse. Forbin avait, en effet, exigé de remplacer les flûtes initialement prévues par des corsaires : « Les flûtes qui sont très pesantes et mal construites sont peu propres pour une expédition qui doit se faire vite et sans donner aux ennemis le temps de se reconnaître...

  • 32 AN Marine B2 205, fo 1 à 25 et B3 154, fo 94 à 128.

80Ajoutez que, si en sortant du port, nous trouvons le vent contraire, nous perdrons infailliblement le chemin que nous pourrons avoir fait.. Il faut prendre tous les meilleurs corsaires qu’on trouvera à Dunkerque... »32.

81Forbin avait demandé 30 corsaires, mais 17 corsaires seulement furent réquisitionnés. Le plus puissant était la Sirène de Cornil Meyne, de 180 tx. et 30c., suivi par la Reconnaissance, commandée par Gavois, de 160 tx., comme le Chevalier Bart, capitaine Larmès. La première portait 26 canons et le second 24. Le Guerrier et le Duc de Vendôme de Jacques Glasson portaient 18c. pour 70 tx. Tous les autres étaient de 60 tx et 12c. : le Château de Delft, l'Américaine, le Comte de Toulouse, le Fidèle, la Revanche, la Diane, le Barentin, le Petit-Soleil et l’Espérance. En dépit de leur nom, le Tromp-Galère de 80 tx. et 14 c. et la Galère de Dunkerque de Michel Van Stabel n’étaient que des galiotes ou demi-galères. Tous ces armateurs avaient un contrat d’affrètement mais un an plus tard, le roi n’avait rien versé car les finances royales étaient épuisées.

82Plus que jamais, Ponchartrain chercha à recourir aux armements au cinquième, comme le rapporte Forbin : « II me proposa de chercher moi-même des particuliers pour faire des fonds qu’on employerait à armer l’escadre de Dunkerque. Je lui promis de faire mon possible pour y réussir.

83Il ne m’aurait pas été bien difficile d'en venir à bout mais je n’avais garde de m'en mêler. Il m’aurait fait trop de peine d’engager bien d’honnêtes gens qui avaient une pleine confiance en moi à de grands frais dont il était à craindre qu’ils ne perdissent les avances car il est certain que le ministre n'aurait employé l’escadre que pour le service du roi et nullement au profit de ceux qui auraient prêté leur argent... ».

  • 33 Forbin, Mémoires, op. cit., p. 334-35.

84Forbin désirait par dessus tout être lieutenant-général et il avait compris que Pontchartrain ne lui donnerait jamais cette promotion. Après avoir obtenu sa mutation à Toulon, il démissionna et se retira sur ses terres. Selon ses Mémoires, Forbin aurait proposé au ministre de chercher des actionnaires parmi les milieux financiers qui s’enrichissaient de la guerre : « qu'il n'avait qu’à s’adresser aux gens d’affaire et aux partisans qui avaient tout l'argent du royaume et qui avaient assez gagné avec le roi pour ne pas devoir se faire une peine d’une avance qui n'était pas grand chose pour eux »33. Forbin faisait implicitement référence à Samuel Bernard et Jean Nicolas. Les Malouins souscrivirent également aux armements au cinquième et l’expédition de Rio de Janeiro en fut un exemple.

85A Dunkerque, les armateurs et les officiers, tel Cornil Saus, participèrent largement aux armements. A travers le destin de Saus : capitaine, armateur de corsaire particulier, armateur de vaisseaux du roi pour des missions corsaires, s’incarnèrent les mutations successives de cette course dunkerquoise.

Cornil Saus, le corsaire armateur du roi

86Cornil Saus s’était illustré à partir de mai 1689 comme capitaine d’une chaloupe de 8 tx, la Sottise, puis, en juin, la barque longue le Postillon de 45 tx. et 8c. En octobre 1692, sur le Dauphin de 50 tx., il remplaça l’Alcyon dans l’escadre de Jean Bart. La part du Dauphin pour cette croisière se monta à 116 853 l.t. L’année suivante, Saus s’empara d’une frégate corsaire de 22 c. Blessé au cours du combat, il reçut en récompense une médaille d’or du roi. De 1694 à 1697, il commanda uniquement des frégates de 200 tx., 30c. et 200 h. : le Soleil-doré, l’Etoile et la Galère de Dunkerque. Outre de nombreuses prises, il s’empara de plusieurs frégates corsaires anglaises de 14 à 32c.

  • 34 H. Malo, La grande guerre..., p. 204.

87A la reprise des hostilités en 1703, il reçut le Soleil de 120 tx., 18c. et 140h. On le retrouve alors, croisant avec Mathieu de Wulf, Jean Saus, Cornil Bernard et Nicolas Baeteman. Au cours de l’attaque d’un convoi anglais, le 2 octobre 1703, il s’empara, après deux heures de combat, d’une frégate de 24 c. avec l’aide de Mathieu de Wulf. Au cours de l’affrontement, Saus fut blessé d’une balle qui lui traversa la joue. Il fut débarqué et son second, Tormein, acheva la croisière. En 1704, il retrouva le Soleil, mais en juin, en croisière avec Cornil Meyne sur l’Etoile, il fut capturé par un vaisseau anglais de 50 c. Conduit à Douvres, Saus fut rapidement libéré. A son retour en France, la Chambre de Commerce de Dunkerque l’engagea pour commander une de ses deux frégates qu’elle avait fait construire sur les chantiers du roi : la Victoire, 160 tx., 22c., 160 h., et la Fortune, 200 tx., 24c., 200 h. Pour la première campagne, le cinquième du roi se monta à 50 000 l.t. En juillet, la campagne fut catastrophique. A la fin de l’hiver 1704-1705, les deux frégates avaient fait pour 600 000 l.t. Pontchartrain demanda le nom des deux commandants et l’intendant les décrivit ainsi : « Ce sont deux Flamands sans aucun extérieur qui excellent par dessus les autres en deux choses essentielles : l'une qu’ils n’aiment pas la rade, et l’autre qu'ils ne sont pas pillards... Ce n’est que la gloire qui les mène. Ils ne tournent pas le dos comme les autres à ce qui ne leur promet que des coups. » Cornil Saus, qui commandait la Victoire, était alors âgé de 47 ans : « il est couvert de blessures, n'est pas riche, n’a pas de vanité, et fort pieux, fait de grandes aumônes... ». Nicolas Baeteman, âgé de 45 ans, commandait des corsaires depuis 18 ans34.

88En août 1706, le roi lui accorda une épée d’honneur et une pension de 300 l.t. en récompense de la prise de 7 navires de guerre de 20 à 30 c. Le mois suivant, ils capturaient deux corsaires de Flessingue de 20 et 26 canons. L’intendant Du Guay demande pour Saus un brevet de capitaine de brûlot « qui ne vous coûterait rien puisqu'il n’en profiterait que dans les occasions essentielles au service et mettrait le comble à la gloire de ce bon homme ». Le grade de capitaine de brûlot était temporaire, accordé « pour la campagne », mais le roi ne l’accorda qu’en 1708. Du 27 février au 21 mars, les deux frégates, toujours au cinquième du roi, s’illustrèrent avec André Bart sur la Reconnaissance et Cornille Bernard sur l'Espérance.

89Après avoir capturé à la hauteur du cap Lizard, la Galère Pucelle qui fut reprise, Saus et les autres capitaines interceptèrent un convoi le 1er mars. Il a ainsi décrit ce combat dans son rapport de mer du 21 mars : « ils auraient rencontré une flotte anglaise d’environ 30 voiles convoyée par six convois. De laquelle flotte le déclarant se serait rendu maître de deux caiches, la première nommée le Retour habile, maître Jean Wellen et l’autre, l’Anne, maître Jan Walles, venant de Londres et allant aux îles de Saint Christophe chargées de munitions de guerre... et après avoir gardé les dites deux prises quatre jours de suite et faisant chasse sur d’autres navires, le déclarant fit signal au capitaine Bernard de se tenir près d'icelle et, comme le vent était nordet avec gros temps, le dit capitaine Bernard a été obligé de relâcher à Brest avec les dites prises... Que le 4e du mois, étant à la même hauteur, en compagnie du capitaine Lemel, le capitaine Baeteman s’est rendu maître d'une frégate de Middelbourg nommée le Duynnenbourg... allant à la côte du Guinée... Que le 15, en compagnie des dits Baeteman, André Bart et Bernard, il se serait rendu maître d’une frégate d’Amsterdam, nommé la Galère de Venise, capitaine Pierre Proop venant de Lisbonne, chargé de sucres, tabac et fruit et allant à Hambourg et qu’une demi heure après, le déclarant se serait rendu maître d'une frégate nommée l’Anne, maître Daniel Jansen Bellincq, venant de Lisbonne chargé de sel, oranges et citrons allant à Flessingue... ». Ces deux dernières prises furent conduites à Dunkerque.

90Les quatre corsaires repartirent ensemble le 2 avril. Le lendemain, ils interceptèrent devant Ambleteuse un pinque irlandais, la Marie, conduit à Calais. Le 6, « étant à la hauteur du cap Lizard, entre les 9 et 10 h. du soir, ils ont aperçu trois navires sur lesquels ils firent tous chasse... ».

91Si la Galère, de Londres se rendit aisément, un des navires ennemis combattit jusqu’au bout : « ledit capitaine Baeteman s’est battu contre y celui pendant trois horloges, que le déclarant étant aussi arrivé, il se serait encore battu contre le navire ennemi pendant deux heures, lors qu’étant tous deux prêts à l’aborder, l’ennemi, voyant qu’il ne pouvait point s’échapper, mit le feu dans ses poudres et se fit sauter... le dit navire anglais monté de 26 canons et 70 hommes dont ils n’ont pu sauver personne... ». Ils prirent ensuite le Saint Joseph, d’Amsterdam, puis deux brigantins anglais, l'Elisabeth allant à Lisbonne et le Tigre de Bristol, allant à Madère, puis l'Elisabeth Opwell, allant à Philadelphie, puis une barque chargée de charbon. Cette dernière fut conduite à Saint-Malo par le corsaire malouin François Desmarets, de 200 tx, capitaine Gravé de la Bouteveille, avec qui ils conclurent un traité de partage des prises. Le 20, Saus s’empara du Dragon d’Or d’Amsterdam qu’il conduisit avec les autres prises à Dunkerque où il désarma le 1er mai.

  • 35 A.N. Marine, C4 272, Rapports de mer.

92La description des prises selon le rapport de mer montre que celles-ci étaient richement chargées à l’exception du charbonnier de Londres. Sachant que les deux rapports correspondent à la même campagne, celle-ci fut probablement rentable, mais les prises furent partagées entre les quatre ou les cinq capteurs, ce qui ne donna pas un grand bénéfice. Les deux sorties furent marquées par des combats, mais Saus ne mentionne pas que son second, Jacques Soetenaie, qui était également son gendre, fut mortellement blessé dans le deuxième combat. Il n’indique pas non plus le nombre de ses déserteurs alors que Baeteman en signala 2 et André Bart, 935.

93En janvier 1708, Saus reçut la frégate du roi les Sorlingues, de 28 c. et 220 h, affrétée au cinquième. Cette frégate avait été également en course l’année précédente du 26 janvier au 2 avril, sous le commandement du sieur de Gourville. Gourville-Thivas avait navigué en 1705-1706 sur l'Héroïne dans l’armement au cinquième de Beaujeu. En avril 1706, il avait commandé la Vipère de 60 tx. dans l’escadre de Forbin. En décembre, Van Hotten, dépositaire de l’armement lui avait confié les Sorlingues avec lequel il avait fait une rançon de 78 £ et pris la Ville de Gottembourg avant de désarmer le 2 avril 1707. Ce maigre bilan explique probablement que les armateurs lui aient préféré Saus. On retrouve Gourville en mars 1708 dans l’expédition d’Ecosse, commandant la Naïade, du roi, montée par 65 h.

94En escadre avec la Victoire commandée par Baeteman, Cornil Bernard sur l’Espérance, 200 tx, et Jean Pour, sur la Fortune de 160 tx, Saus partit croiser dans l’Atlantique. Ils relâchèrent à la Corogne avec 7 prises. Au retour, ils prirent deux corsaires de Flessingue. A l’arrivée à Dunkerque, les Sorlingues et la Victoire furent incorporés dans l’escadre de Forbin en place du Guerrier et du Barentin et participèrent à l’expédition d’Ecosse jusqu’en avril.

95Cornil Saus, après avoir envisagé de ne plus naviguer, reprit la mer le 7 octobre 1708 sur la Dryade, 300 tx, 40c., ex-frégate du roi, la Victoire de Baeteman et la Galère-de-Dunkerque, 200 tx., 30 c. et 220 h. Saus aurait voulu conserver la Victoire, mais l’intendant Du Guay signala que la Victoire et le Prothée, lui aussi au roi, avaient été accordés au sieur de Bonnivet, sur intervention de Daguesseau.

96Saus reprit le cap de l’Atlantique pour une croisière allant de la côte barbaresque au cap Saint-Vincent. Après trois mois de campagne, Saus et ses amis rentrèrent avec 15 prises. Il réarma du 3 mai au 8 août 1709 avec Baeteman pour croiser en mer du Nord, ramenant des navires chargés de blé.

  • 36 J. Bromley, « Le prêt des vaisseau », art. cit., p. 85.

97A la suite de ses succès, Saus demanda le prêt de navires du roi. Il était en concurrence avec des Malouins, mais Pontchartrain lui accorda la préférence. Les discussions furent longues mais les conditions furent très favorables : dispense du cinquième, modération des droits et liberté de vendre dans le royaume le produit des prises. Saus fut associé à l'armement. Du Guay avait insisté auprès de Pontchartrain car il voyait dans le prêt des navires du roi « l’occasion pour faire subsister nos officiers qui ne trouvent plus d’auberge »36.

98Suas reçut alors l'Auguste de 600 tx., 54c., 371 h. et Baeteman, le Blackwall, de 500 tx., 50 h. et 367 h. Il ne s’agissait plus de grosses frégates mais de vaisseaux royaux de 3e et 4e rangs, dignes de rivaliser avec les armements malouins. Forbin avait proposé que l’escadre du Nord fut réunie aux navires de Saus, le tout sous le commandement de la marine, mais les armateurs de Saus se retirèrent de ce projet et armèrent seulement l’Auguste et le Blackwall. Les deux navires appareillèrent le 9 novembre et rentrèrent 4 jours plus tard en ayant capturé l'Hardenbrock de 52 c. qui escortait les busses de la Meuse et une frégate de 12c. La semaine suivante, ils prirent le Lion-de-Mer-irrité de 26c., mais le Sterembourg de 50c. explosa après deux heures de combat. Louis XIV envoya alors à Cornil Saus, son brevet de capitaine de frégate légère. Le 18 décembre, Baeteman et Saus reprirent la mer avec six corsaires. Du 6 au 22 janvier, ils s’emparèrent de 3 corsaires flessinguois de 28 à 34 c.

99En 1710, le roi cessa de financer tout navire de l’escadre du Nord. Pontchartrain chercha à intéresser Saus dans un nouvel armement. Charles Bonjean en fut le directeur et le dépositaire. Saus obtint pour lui-même et ses équipages le tiers du produit des prises et prit des actions. Louis XIV accorda l'Auguste et le Blakwall plus le Protée « persuadé qu’il en fera l'usage le plus convenable au bien de l’Etat et à l’honneur de la nation ». De Blanque obtint le Zéphir, du roi et se joignit aux trois vaisseaux de Saus, de même que les corsaires particuliers Chevalier-Bart et Chevalier-de-Saint-Georges. Tous signèrent un contrat d’association au moment de l’appareillage le 2 octobre.

100La petite escadre choisit le golfe de Gascogne comme théâtre d’opérations et conduisit ses prises à La Corogne et Bordeaux. Les vaisseaux rentrèrent à Dunkerque le 30 décembre tandis que les frégates restaient en Atlantique. Saus ressortit le 6 janvier 1711 avec le Chevalier-Bart commandé par Jacques Larmès à l’annonce de l’arrivée de 22 Anglais venant de Virginie. Il fut rejoint par trois petits corsaires de Calais : le Petit Trompeur, cap. Nicolas Battez, la Sainte-Barbe, cap. Pierre Petit du Bellay et la Toison, cap. Jacques Louvet. Les deux escorteurs anglais prirent la fuite, trois navires furent coulés ou jetés à la côte, et 11 furent capturés. Six vaisseaux de guerre anglais cherchèrent alors à intercepter Saus et les corsaires qui étaient mouillés sous le fort d’Ambleteuse. Les trois Calaisiens se réfugièrent à Calais avec 3 prises tandis que Saus, Larmès et 8 prises étaient bloqués à Ambleteuse par 4 Anglais. Profitant d’un coup de vent, Saus fit une manœuvre de diversion, attirant les vaisseaux de guerre anglais. Deux prises purent gagner Boulogne. Saus revira de bord et prenant en remorque les six prises restantes, il parvint à entrer à Dunkerque. L’armement fut bénéficiaire car les prises étaient chargées de denrées coloniales, notamment du tabac mais deux négociants de Dunkerque, Adrien Douché et Ambroise Nieuverlet, contestèrent les comptes du lieutenant-général de l’Amirauté. Le litige dura jusqu’en 1735 où 18 000 l.t. destinées aux équipages étaient encore bloquées.

101En récompense, Du Guay demanda la croix de Saint-Louis pour Saus mais Pontchartrain refusa car le capitaine de frégate n’avait pas un temps de service suffisant comme officier du roi. En avril, Saus négocia un nouvel armement mais il exigea la signature du roi au lieu de celle de l’intendant. Pontchartrain désigna François Bart comme second de l’escadre avec pouvoir de remplacer Saus en cas d’incapacité. Le fils de Jean Bart commença par refuser. Le roi nomma alors Saus capitaine de vaisseau pour la campagne et lui accorda son ami André Bart, avec brevet de capitaine de brûlot. L’escadre forte de 274 canons et 2 290 hommes était organisée ainsi : le Grafton, 68c., Saus, l'Auguste, 56c., François Bart, Blackwall, 50c., André Bart, Protée, 48c., François Pomet, Fortune, 26c., comte du Guay et Zéphir, 26c., de Blanque.

  • 37 AN Marine B3 191, fo 270-271 et B2 213, fo 45.
  • 38 Idem, B3 204, Conditions accordées à François Bart.

102Le contrat ébauché le 29 avril fut finalement signé par Louis XIV à Marly le 3 juin37. Quatorze vaisseaux anglais firent le blocus de Dunkerque de juin à août 1711. Saus appareilla le 15 août pour le golfe de Gascogne et la côte d’Espagne. La plupart des prises furent conduites à Cadix. L’escadre en fit 24 plus 2 rançons, le produit total dépassa les 700 000 l.t. Elle désarma le 15 décembre. Saus, malade, partit immédiatement prendre les eaux. François Bart et Saus entrèrent en concurrence au printemps 1712 pour l’armement du Grafton et de l'Auguste. François Bart et ses armateurs obtinrent ces vaisseaux le 18 juillet, à condition de ne retenir que des « officiers de marine de Sa Majesté »38.

  • 39 H. Malo, La grande guerre..., p. 197.

103Un autre corsaire dunkerquois, le capitaine Le Mel, avait demandé, en juillet 1709, le Hamptoncourt, le Mars et le Grafton pour acheter du blé au Maroc près de Mogador. Seul le Mars fut réellement employé, avec, à son bord, le commissaire Le Normand de Mézy car Le Mel ne rejoignit jamais le bord39.

104Saus, tombé malade en octobre 1712, ne reprit plus la mer, sauf un voyage à Cadix en 1713-4 pour demander des comptes au dépositaire des prises vendues à Cadix en 1711. A la mort de sa femme, Jeanne Kerlinck, veuve de deux capitaines, Saus donna la majorité de ses biens à l’hôpital de Dunkerque où il se retira. Il y mourut le 23 janvier 1738 à l’âge de 79 ans.

105L’armement de François Bart fut le dernier à obtenir des vaisseaux du roi, mais il ne fut jamais opérationnel. La reine Anne avait accepté une suspension d’armes en juin 1712 sous condition expresse que ses troupes occupent Dunkerque. Louis XIV accepta et le 27 juin les autorités dunkerquoises en furent averties. Le 14 juillet, le chef d’escadre de Champigny, commandant de la Marine au Havre, vint pour exécuter les clauses de l’accord qui concernaient la Marine. Le 18, 32 vaisseaux anglais mouillaient à Mardyck, et le lendemain 28 bâtiments entraient dans le port, marquant ainsi la fin des hostilités à partir de Dunkerque mais la suspension d’armes sur mer ne fut signée que le 19 août, avec effet en Manche douze jours plus tard.

106Saus illustre ainsi la carrière exceptionnelle d’un petit capitaine corsaire, devenu chef d’une escadre de vaisseaux de guerre dont il assura partiellement l’armement, réunissant ainsi les titres de chef de guerre et d’actionnaire. Deux destins sont également très intéressants à noter, celui de François Bart, passant insensiblement de la Marine de guerre à l’armement particulier, tandis qu’André Bart, de corsaire, devenait capitaine de brûlot de la marine royale. Ces trois parcours illustrent les capacités d’adaptation de la Marine de guerre qui, sous la direction de Pontchartrain et de Louis XIV, mit au point des structures juridiques permettant jusqu’au bout de faire naviguer les navires du roi et de faire du tort aux ennemis. Trop de documents comptables ont disparu, mais l’impression générale est que les armements de Forbin et de Saus furent incontestablement profitables aux finances royales. Sur le plan militaire, le bilan fut indéniablement positif, comme le montre le nombre de navires de guerre ou de navires corsaires du 2 et du3e types pris par l’escadre du Nord. Louis XIV fut ingrat avec cette escadre. Forbin n’obtint jamais son grade de lieutenant-général et Saus aurait largement mérité des lettres d’anoblissement. Dès lors, on comprend mieux qu’un Forbin, un Saus ou un André Bart, voire un François Bart, aient privilégié leurs intérêts.

107A Dunkerque, probablement plus que dans tout autre port, les navires du roi et les corsaires particuliers œuvrèrent ensemble comme l’a montré l’analyse de la plupart des exemples de cette partie. Pour des raisons de clarté, il est cependant nécessaire de les étudier séparément.

Essai de quantification, l’apogée dunkerquoise

L'originalité dunkerquoise : les corsaires en association

108Les documents concernant la guerre de course pendant la guerre de Succession d’Espagne sont relativement abondants. La série des jugements de bonne prise de l’Amirauté est presque complète. J’ai pu dresser la statistique globale suivante par année et par grand port :

Prises et rançons pendant la guerre de Succession d’Espagne d’après les ports où elles ont été conduites

Prises et rançons pendant la guerre de Succession d’Espagne d’après les ports où elles ont été conduites

109Certains jugements de prises manquent ; en conséquence, le total des prises et rançons faites par les corsaires français fut au moins de 7 000, supérieur aux 5 680 captures de la guerre de la ligue d’Augsbourg. Ce tableau met en évidence quelques grandes tendances. Indiscutablement, dans ce conflit, l’on fit le plus grand nombre de prises et de rançons dans les ports de la Manche et du Pas-de-Calais qui armèrent également le plus grand nombre des corsaires. Pour Dunkerque, J.S. Bromley a recensé 1 685 captures, 726 rançons et 959 prises, confirmant ainsi les chiffres ci-dessus. Pour ce qui est du nombre d’armements corsaires, Saint-Malo vit sortir 236 bâtiments qui réalisèrent 425 armements. Les chiffres sont moins sûrs pour Dunkerque. On y dénombre au moins 792 expéditions, mais le tonnage n’est connu que pour 588 d’entre elles. En outre, il manque 6 mois de congés en 1705 et autant en 1706. La rubrique Calais regroupe les prises conduites dans les ports de Calais à Dieppe non compris, ce qui inclue notamment Boulogne et Saint-Valéry-sur-Somme. Comme nous l’étudierons ensuite, si Calais et Boulogne eurent plus d’armements corsaires que pendant la guerre précédente, la plupart des prises conduites à Calais furent principalement faites par des Dunkerquois. Dunkerque, avec 1685 captures, semble marquer le pas par rapport aux 2 669 captures faites lors du conflit précédent, cependant les résultats cumulés de Calais et Dunkerque de 1702 à 1713 sont supérieurs à ceux de 1688-1697. Il faut également ajouter les 37 prises conduites à Ostende, mais aussi celles conduites à Brest, voire à Cadix, par les équipages de Cornil Saus, Baeteman, Gaspard Bart, etc. Ainsi Dunkerque eut des résultats supérieurs de 1702 à 1713 à ceux de la guerre précédente.

110Avec l’Espagne comme alliée et non plus comme ennemie, la France développa la course dans le golfe de Gascogne et dans l’Atlantique. La croissance de la course antillaise fut remarquable, symétrique du développement du commerce colonial. Il en fut de même en Méditerranée. En dépit d’une forte présence des navires de guerre anglais, les corsaires français firent de nombreuses captures aux dépens des marchands anglo-hollandais. La conjoncture dunkerquoise se caractérisa par une hausse croissante des prises avec un apogée en 1711, au moment où la marine royale était réduite à des missions d’escorte et où les prêts de navires du roi furent les plus importants.

Répartition des armements corsaires à Dunkerque en fonction du tonnage

Répartition des armements corsaires à Dunkerque en fonction du tonnage

* Total connu : la source principale vient des listes de capitaines établies par Henri Malo et des rapports de mer.
* Nbre armement où le tonnage est connu. En 1705 et en 1706, six mois seulement sont connus. Le total est au moins de 792 armements.

111Par rapport à la guerre de la ligue d’Augsbourg, Dunkerque vit une hausse du nombre des armements, notamment celui des petits bâtiments de moins de 20 tonneaux (82 contre 40) et des navires de 100 tonneaux : 104 et 76 au lieu de 52 et 28. Dans les chiffres dunkerquois, je n’ai pas inclus les prêts de vaisseaux du roi. A ce propos, on ne peut suivre H. Malo, par ailleurs si souvent exact, lorsqu’il écrit, « on voit jusqu'à 100 corsaires tenir la mer en même temps ». Il y eut probablement une centaine d’armements en 1708, en 1709 et en 1711, mais sachant qu’une campagne à Dunkerque durait le plus souvent deux mois, exceptionnellement trois mois, il était impossible d’avoir autant de corsaires simultanément en mer.

112De 1702 à 1713, Saint-Malo arma des bâtiments beaucoup plus grands qu’à Dunkerque puisque les navires de 100 à 400 tonneaux représentèrent plus de 50 % des corsaires connus. Cependant, les corsaires malouins de moins de 50 tonneaux progressèrent fortement, surtout à partir de 1706, ce qui tendrait à corroborer la thèse de la baisse de la rentabilité de la course, ou du moins, un certain désintérêt des investisseurs pour les gros armements, principalement ceux dont le financement n’était pas local.

113Comme lors des conflits précédents, Dunkerquois, Boulonnais et Calaisiens naviguèrent surtout l’automne et l’hiver pour profiter tout à la fois des tempêtes qui dispersaient les convois et les vaisseaux du blocus, mais aussi parce que la longueur des nuits leur permettait d’échapper à leurs poursuivants. On compta certains mois plus de 40 corsaires en mer, chiffre très élevé et confirmé par les rapports de mer. Certains capitaines signalèrent qu’ils avaient rencontré plus de 20 corsaires de Dunkerque, mais aussi de Calais, voire du Havre, et de Saint-Malo. Il y eut cependant des armements l’été, notamment pour suivre les escadres royales de Forbin. Le partage des prises faites en commun fut souvent un casse-tête. L’étude de la carrière mouvementée des capitaines Jean Tilly et Mathieu de Wulf illustre les tableaux ci-dessus.

Deux capitaines dunkerquois exemplaires : Jean Tilly et Mathieu de Wulf

114Parmi les capitaines des corsaires du premier type, l’un d’entre eux se distingua tout particulièrement : Jean Tilly. Il navigua sans interruption de 1703 à 1712, mais aucun de ses navires ne dépassa les 30 tonneaux.

115Jean Tilly commença ses exploits en septembre 1703 sur la chaloupe l'Industrie de 2 tx. et 9 h. Après une escale à Calais, il fit un raid dans la Tamise, abandonnant sa chaloupe qui prenait l’eau pour un navire pêcheur qu’il abandonna en s’emparant de deux petits navires anglais, l’un chargé de pierres, l’autre de marchandises, la Sarah Duth et l'Effort. Il prit ensuite le 15 novembre le commandement du Petit Dauphin de 30 tx, 6 c. et 47 h. Au cours de sa campagne qui dura jusqu’au 24 janvier 1704, il fit trois prises, les Deux Frères de Hambourg qu’il conduisit au Havre le 17 janvier, et les deux autres en association, la Fortune de Flessingue avec Guillaume Gilles, de Calais, sur la Suzanne de 25 t., et avec Louis Lemel, le Saumon Couronné d’Amsterdam. Au cours du mois de décembre, Tilly eut à affronter la grande tempête des 7 et 8 décembre. Lors d’une escale à Ostende, 6 matelots désertèrent. Deux autres se mutinèrent contre Tilly, qui eut également à affronter Gilles et Lemel pour la répartition des prises. A l’été suivant, alors qu’il commandait l'Industrie, une chaloupe de 4 tx et 10 h., il fut jeté à la côte par le gros temps et capturé par des paysans anglais. Enfermé dans la prison de Cholchester, il fut transféré avec son fils à Londres. Les habitants de Cholchester demandèrent à ce qu’il ne fut pas relâché, parce qu’il connaissait trop bien la Tamise et que si on le libérait « il ne manquerait pas de venir les chagriner ». Jean Saus, prisonnier à son tour, partagea son cachot : « étant entré dans ledit cachot, il a trouvé ledit Tilly avec son fils attachés l'un et l’autre de chacun bras avec les fers, couchés sur de la paille, sans pouvoir se remuer ».

116Tilly fut libéré après trois ans de captivité et commanda à nouveau des corsaires. Il fut à nouveau pris en 1707. Son rapport de mer en décrit les circonstances : « ... commandant la galiote Pilote Côtier, armé en course, a déclaré être parti de ce port le 10 mars, que le 12, étant à la hauteur de Halfcraisse (sic), il a été rencontré par un navire de guerre de la reine d'Angleterre, monté de 26 pièces de canon, nommé le Kuinbiret (sic) dont était le capitaine Jean Schook, lequel s’est rendu maître de sa galiote et l’aurait conduit à Rochester avec tout son équipage. Duquel lieu, le déclarant a été conduit à Douvres où il a resté jusqu’au 28 juin dernier qu’il en est parti pour venir en cette ville ». Le 2 juillet, Jean Tilly, après avoir été échangé, débarquait à Dunkerque.

117En septembre, Pierre Taverne lui confia la frégate le Morien avec laquelle Tilly partit en croisière avec Larmès sur le Chevalier Bart de 150 tx., et Buddaert sur le Soleil de 100 tx. Le 29, par 59°30’, au large de Middelbourg, Tilly s’emparait seul de l'Anne, boyer hambourgeois. Le 6 octobre, ayant perdu les deux autres dans la nuit, il captura au large d’Ostende deux smacks hambourgeois, la Demoiselle Anne et l’Espérance, puis le lendemain un brigantin anglais l’Elisabeth-Marie, mais Tilly fit alors une erreur de navigation et fit naufrage au large de Calais : « la nuit, son navire se serait trouvé être à la côte avec ses deux prises, croyant être au large et seraient tous demeurés échoués, et à deux heures de la dite nuit, son navire s’étant presque rempli d’eau il se serait sauvé à terre avec son équipage, à la réserve d’un contremaître nommé François Viollet qui serait retourné à bord et se serait noyé, la dite frégate s'étant brisée... ». Tilly renfloua cependant le brigantin anglais et sauva une grande partie des marchandises de l’Espérance qui furent conduites à Calais. Taverne, son dépositaire, lui confia un nouveau commandement, une barque longue, le Morien, avec laquelle il appareilla le 23 novembre 1707. Le lendemain, croisant au large de la Meuse, il fut poursuivi et capturé par deux corsaires de Flessingue dont l’un nommé le Dauphin, commandé par Willem Willemsen. Au cours du combat, le maître d’armes du Morien fut tué. Emmené à Trevers (sic) avec son équipage, Tilly fut libéré le 29 novembre et le 3 décembre était revenu à Dunkerque.

  • 40 Ibidem, et surtout les rapports de mer de 1703 à 1711. Voir également deux maîtrises sous notre dir (...)

118L’année suivante, Tilly rembarqua sur la barque longue le Chevalier Bart, de 29 tx., 8 c. et 58 h., suivi en 1709 par l'Aventurier de 10 tx., 21 h., la Petite-Pomme-Couronnée, 6 tx., 22 h., la Découverte de 18 tx, et 41 h. en 1709. En 1710, capitaine du Hardi de 20 tx. et 32 h., il fut poursuivi et rattrapé par un navire de guerre anglais et mis à nouveau en prison. Les commissaires « lui auraient dit qu’ils le garderaient pendant toute la guerre ou jusqu’il mourrai, et pour cet effet, lesdits commissaires le font garder par deux soldats pour l'empêcher de dormir et prendre aucun repos ». On le retrouve néanmoins en 1711, commandant la Demoiselle Isabelle de 10 tx. et 26 h., puis du Saint-Pierre de 20 tx. et 28 h. en 1712. Comme le montre l’étude des rapports de mer, Tilly naviguait très souvent en association avec d’autres capitaines dunkerquois, notamment Jean Buddaert, Larmès, Le Mel, Smith, mais également en 1707 avec Rocquefeuil et Hennequin, capitaines du roi. En dépit de ses séjours en prison, Jean Tilly fut donc toujours libéré. D’après Henri Malo, il semblerait que Tilly ait eu de fréquents problèmes avec ses équipages, ce qui pourrait expliquer qu’aucun armateur ne lui ait confié de corsaires du deuxième ou troisième type40.

119Au moins aussi courageux, mais bien plus brillant, fut Mathieu de Wulf qui, lui aussi, navigua sans interruption de 1703 à 1711, obtenant du roi une épée d’honneur et le brevet de capitaine de brûlot pour la campagne. En 1703, il débuta le 23 janvier sur la Revanche de 100 tx., 16c. et 93 h. et 11 mousses, armateur Gaspard Bart, avec laquelle il fit une deuxième sortie du 31 juillet au 3 octobre. Il rentra trois fois à Dunkerque ramenant 7 prises dont six faites en groupe, soit avec Canoen, capitaine d’Ostende, soit avec Jean Saus, Cornelis Bernard et Nicolas Baeteman. Il abandonna ensuite la Revanche pour la barque longue le jeune Jean de 30 tx., 58 pieds de quille et 6 c. et 55 hommes, armé par François Tugghe. Du 6 décembre au 24 février 1704, il fit six sorties, capturant le 9 décembre la Sainte-Catherine, navire colonial hollandais avec Jean Glasson sur la Couleuvre, produit net 39 900 l.t., puis un grand caboteur anglais, le Guillaume, avec Pierre de Maisonneuve sur la Fortune de 70 tx. et le Postillon de Hambourg avec Norbert Tormein sur le Petit-Soleil de 100 tx. et avec Nicolas Baeteman sur l'Aurore de 40 tx.

120Saint-Pol, de retour de campagne en décembre 1704, rencontra Mathieu de Wulf sur le Grand-Soleil-doré. qui navigua également sur ce navire en 1705. En 1706, de Wulf reçut le Barentin, de 200 tx, 160 h. + 25 mousses. Il repartit le 14 mars 1707 sur le Barentin. Le 12 mai, il se rendit maître du Soleil levant, dogre armé de 6 canons et transportant 130 hommes de troupe qui passaient de Hollande en Angleterre. Il repartit le 16 et à la hauteur de Béveziers, avec la frégate l’Américaine, capitaine Lefranc, de 26 canons, 176 h., il s’empara du Saint-Lucas, sous pavillon suédois, mais, en réalité, allant à Hambourg avec un équipage hambourgeois. « Etant de compagnie avec ledit Lefranc, s’est aussi rendu maître d’un autre navire portant pavillon suédois nommé la Galère de Stockholm... venant de Lisbonne, chargé de sucre et de tabac... ».

121Reparti le 3 juin, avec Lefranc, de Wulf captura le 8 une frégate de 26 c., le Westerbelle, venant de Gênes et allant à Flessingue, « après quatre horloges de combat... lors dudit combat, il a eu un homme de tué, nommé Pierre Vasseur... et cinq blessés... ». Lefranc reprit également aux Flessinguois, l'Ambitieuse, un corsaire malouin de 16c.

122De Wulf, sur le Barentin, avec 172 h. et 12 mousses, appareilla de Dunkerque le 23 septembre pour une nouvelle campagne avec la Sirenne, de Cornil Meyne, la Fidèle de Jean Simoens, François van Reischotte sur la Petite Sirenne, 120 t., et Vermère sur l'Amour de 70 tx. De Wulf et Vermère s’étant séparés du groupe, les trois autres capturèrent le corsaire l'Union de Middelbourg, puis s’étant retrouvé à la hauteur du cap Lizard, ils s’emparèrent ensemble d’un navire génois, le Notre-Dame de Lorette, venant de Lisbonne, et au large de Wissant, du Jeune Jacob, venant de Middelbourg et allant au Surinam. Ces trois prises furent conduites à Dunkerque. De Wulf se plaignit de la désertion de 10 matelots à Dunkerque lors d’une escale le 8 octobre. Reparti le 18, il s’empara le lendemain d’un corsaire de Flessingue après un brillant combat qu’il décrivit ainsi :

« Sur les deux heures après minuit, il aurait aperçu une voile qui faisait route vers la Manche à laquelle il a donné chasse et voyant qu’il n’en approchait guère, il aurait fait tirer deux coups de canon pour le faire amener...il aurait fait tout préparer pour le combat et ensuite l’aurait approché et lui aurait crié d’où était le navire. A quoi, il n’aurait pas répondu et, étant bord à bord, ledit ennemi aurait demandé d’où était le déclarant, il lui aurait répondu qu’il était de Dunkerque, en même temps il aurait tiré sa volée de canons et mousqueterie, voyant bien qu’il avait à faire avec un ennemi ; le déclarant l’aurait alors abordé et comme le navire avait un peu trop d’aire et les voiles de l’ennemi auraient tombé sur son mât, ce qui a causé le séparément de l’un et l’autre, et l’aurait ensuit gardé jusqu’au lendemain à la pointe du jour et l’aurait abordé pour la seconde fois et le déclarant ayant fait amarrer son navire à côté de celui de l’ennemi et resté à bord l’espace de deux horloges de temps en se battant toujours à coups de pistolets et sabres, haches d’armes, piques et grenades ; et, après une heure de combat, le déclarant s’en serait rendu maître, étant une frégate de Flessingue, nommée le Général au Verquerque, monté de 26 pièces de canon et 186 hommes d’équipage, commencé par le capitaine Martin Laurensen, ..dans lequel combat le déclarant a eu 8 hommes tués et 8 blessés et l’ennemi 70 tués ou blessés… ».

123Ayant repris la mer le 25 octobre, le Barentin s’empara d’une barque anglaise en sortant du port mais poursuivi par cinq vaisseaux hollandais, de Wulf dut abandonner cette prise. Le 14 novembre, il fut attaqué par deux corsaires de Flessingue qu’il combattit trois heures avant de leur échapper. Il repartit le 6 décembre, en croisière avec Michel van Stabel, sur la Galère de Dunkerque, ils s’emparèrent le 31 décembre d’une frégate de Rotterdam, la Galère de Ziric-zee, chargée de plomb. En croisière au large de Roscoff, ils interceptèrent le même jour, un convoi anglais de 8 voiles qui s’échappa dans les calmes mais, les jours suivants, ils rançonnèrent une barque irlandaise, puis deux Hollandais. Le 4 janvier, s’étant séparé de van Stabel, il continua sa croisière avec Jean Simoens sur la Sirène de 200 tx. et van Reischote sur la Petite-Sirène de 100 tx. Le soir, ils s’emparèrent d’un corsaire de Middelbourg, « l'Homme Guerrier », capitaine Pierre Douckers, de 30 c. Le Barentin désarma le 11 février sans avoir fait de nouvelle capture.

124De Wulf prit ensuite le commandement du Comte de Toulouse, 200 tx., 28 c., 217 h., en 1708 et 1709. A l’automne 1710, de Wulf commanda le Hamptoncourt, de 66 c., le navire de Forbin en 1709, vaisseau du roi prêté au cinquième. En novembre, croisant au large du Maroc, avec Louis Mouchy de la Fosse sur le Prince des Asturies, ils s’emparèrent de 14 navires de la flotte du Brésil, mais les Algériens en reprirent 8, et les Bayonnais, 4. Deux restèrent entre les mains de Dunkerquois, estimés à 200 000 l.t., chacun.

  • 41 Ibidem et H. Malo, La grande guerre..., op. cit., p. 177 et 227.

125Cet exploit lui valut une épée d’honneur, puis le titre de capitaine de brûlot. En 1711, de Wulf passa ensuite sur l'Auguste, lui aussi vaisseau du roi, qui appartenait à l’escadre Tourouvre l’année précédente. A la fin de l’année, il commanda le Mathieu de 200 tx, 28 c. et 190 h ainsi qu’en 1712. A la paix, imitant Gaspard Bart, Mathieu de Wulf devint armateur41.

126Avec le portrait de ces deux capitaines, les différents aspects de la vie des capitaines dunkerquois sont bien évoqués. Comme le montrent les extraits des rapports de mer, tous les capitaines dunkerquois naviguèrent ensemble, un jour ou l’autre ; cependant, tous n’eurent pas la même carrière, à côté de ceux qui eurent de nombreux navires, beaucoup de dunkerquois ou de calaisiens n’obtinrent qu’un seul commandement. La malchance, mais aussi l’incompétence, étaient très présentes, comme le montre la mésaventure du capitaine Le Dée, commandant la chatte la Trompeuse, en janvier 1708 : « Le 23, sur les 4 heures du matin, son navire aurait échoué entre Gravelines et Calais par la faute du second pilote et des officiers qui étaient de quart, de minuit jusqu'à la dite heure, de manière qu'il se serait entièrement brisé à la seconde marée, et le déclarant se serait sauvé avec la plus grande partie de son équipage, à la réserve des nommés Polart, maître charpentier et son fils, mousse et d'Antoine Picquart, volontaire ».

127Comme pendant les guerres précédentes, beaucoup de capitaines n’eurent qu’un seul commandement comme corsaire, puisqu’on dénombre 360 noms différents pour 792 armements identifiés. Les armateurs donnaient rarement une deuxième chance au capitaine maladroit, car le prix des armements corsaires ne cessa de croître sous le règne de Louis XIV. Dès lors, il faut s’interroger sur la rentabilité de la guerre de Succession d’Espagne et les retombées économiques sur le Littoral.

La course sur le Littoral, une industrie profitable

128Il y eut une inflation sous le règne de Louis XIV, mais, dans l’ensemble, les prix pour armer un corsaire augmentèrent d’environ 10 % de 1702 à 1713 par rapport à la guerre précédente. La question essentielle est le nombre de captures et leur valeur. Beaucoup de chiffres ont été publiés sans grand souci de véracité, portant tant sur le nombre des prises que sur leur valeur. Comme nous l’avons vu ci-dessus, les 1 685 captures conduites à Dunkerque et les 1 298 conduites à Calais furent, pour l’essentiel, faites par des Dunkerquois mais des corsaires d’autres ports fréquentèrent le Pas-de-Calais

129Jacques Cassard, le grand corsaire nantais, conduisit à Dunkerque le 26 avril 1707 la Marie-Anne de Londres, venant de Virginie, armée de 12 pièces de canons, et « chargée entièrement de tabac », prise par 59° Nord. Il était parti de Nantes le 22 mars 1707, sur la frégate la Duchesse Anne, armée de 16 canons et montée par 112 hommes pour croiser en Manche et mer du Nord. Il reprit la mer le 12 mai, et le 18, à la hauteur du Texel, rançonna un dogre pour 2 000 florins argent de Hollande, le lendemain, 3 pêcheurs écossais pour 150 £, puis la Jeanne venant de Dublin pour 200 £, et la Jeannette venant de Fort-Guillaume pour 150 £. Il s’empara d’un brigantin chargé de tabac, qui fut repris par un corsaire d’Ostende, puis d’une galiote hollandaise sur lest. La galiote et les otages des rançons furent, eux aussi menés, à Dunkerque, dont il repartit le 13 juillet. Cassard se saisit le 19 juillet d’un busse harenguier, puis il rançonna deux bâtiments écossais pour 130 et 180 £. Il s’empara également de deux navires écossais dont l’un brûla lors du retour. Au total, il enregistra à Dunkerque 4 prises et 8 rançons. A la dernière escale, 34 marins nantais désertèrent.

130On trouve également plusieurs malouins. Ainsi, le 15 août 1707, la corvette du roi le Saint-Aubin, armée au cinquième, partie de Saint-Malo le 10 avril, fit son rapport à Dunkerque. Commandée par le chevalier de la Marguery, elle avait rançonné 3 dogres hollandais, chacun pour 2 500 livres de Hollande, plus 100 livres pour le pluntrage. Elle avait été poursuivie le 10 août pendant 10 heures par un corsaire flessinguois de 40 canons et s’était sauvée en jetant sa chaloupe à la mer. La corvette reprit la mer le 20 août, en compagnie de la barque longue la Reine d'Espagne de Dunkerque, capitaine Frérard, avec lequel La Marguery avait signé une convention de partage des prises. Le 26, La Marguery combattit pendant deux heures une demie galère anglaise de 14 canons, qui lui causa un mort et deux blessés, mais il ne put l’aborder à cause du mauvais temps.

131La Reine d’Espagne captura une chaloupe hollandaise, mais l’équipage de celle-ci réussit à se libérer. Le 21 août, elle rançonna deux busses, l’une pour 2 300 livres hollandaises, l’autre pour 1 800 l.. Elle prit également une busse qui fut reprise, mais le 23, la Reine d'Espagne fut chassée et capturée par la Concorde, corsaire de Flessingue de 28 canons. Il n’y eut pas de combat car « une demi-heure avant d'être pris, son équipage se soulevait contre lui et voulait se sauver au fond de cale, obligeant le déclarant à amener ses huniers et son pavillon... ». Les otages ayant été repris et libérés, toute la campagne fut perdue. Le capitaine fut rapidement libéré et rentra à Dunkerque le 30 septembre. Le Saint-Aubin ne perçut donc rien de son accord avec la Reine d’Espagne.

132Des corsaires espagnols firent escale ou conduisirent également des captures à Dunkerque. Le 17 août 1707, la barque longue de Nieuport, le Mont-Carmel de 4c. et 43 hommes d’équipage, capitaine Devensent, se réfugia à Dunkerque pour échapper à la tempête.

133Le 27 décembre, la « frégate la Conquérante, armée en course du port de Nieuport, pour sa Majesté le roi d’Espagne en vertu d’une commission de S.A.S monseigneur le duc de Bavière, montée de 14 pièces de canons, équipée de 120 hommes et 15 mousses » fit escale pour se plaindre qu’ayant participé à une prise sur la côte anglaise avec deux corsaires dunkerquois, Buddaert et Rooze, ces derniers refusèrent d’associer la Conquérante à cette prise. Rooze commandait le Neptune de 100 tx et Buddaert, le Soleil, également de 100 tx.

134La frégate le Ponchartrain, de 36 c. et 267 h., appareilla de Brest le 12 juillet 1707 pour croiser des Sorlingues à la côte espagnole. Après avoir fait 9 prises, elle relâcha à Vigo et remonta finir sa croisière en mer du Nord. Devant Flessingue, elle intercepta quatre corsaires flessinguois et s’empara de l’un d’eux, le dogre le Dauphin « monté de 16 pièces de canon et 120 hommes.., que pendant le combat il lui est crevé dans son bord un canon de 8 livres entre deux ponts qui lui a tué trois hommes et huit blessés et démonté deux autres canons de 8, que le dit corsaire ennemi a eu 10 hommes de tués et le capitaine blessé ». A la suite de ce combat, la frégate fit escale à Dunkerque pour débarquer les blessés, réparer le navire et pour y remettre le corsaire au tribunal des prises.

135Si, en bonne logique, il faut retirer ces captures des résultats dunkerquois, à l’inverse, il faut ajouter celles faites par les Dunkerquois et conduites dans d’autres ports : en premier celles conduites et liquidées à Calais, celles faites par les escadres royales et vendues à Bergen comme à Brest, comme nous l’avons vu au début de ce chapitre, notamment avec Forbin, mais il faut ajouter les prises des armements au cinquième. Ainsi, sur les 62 prises françaises vendues à Cadix en 1711, 24 avaient été faites par le dunkerquois Saus et vendues pour 700 000 l.t., soit une valeur moyenne de 29 166 l.t., valeur non négligeable, mais loin derrière les prises de Frérard. Cette même année, le 11 juillet, Pierre Frérard sur la Mutine, de 200 tx., 26 canons, 180 h., et Jean Vermère, commandant la Fidèle, de 150 tx., 28 canons et 170 h., aidé par le Jupiter de Bayonne de 36 canons, s’emparèrent de six vaisseaux hollandais de la W.I.C., venant de Curaçao, qui furent vendus 1 550 000 l.t. à Nantes. Là encore, les résultats ne sont pas inclus dans la course dunkerquoise. La valeur moyenne atteignit 258 000 l.t., chiffre qui s’explique par l’origine coloniale des prises, chargées de sucre, d’indigo et d’argent métal.

  • 42 Rapports de mer des années 1704 à 1711, et H. Malo, La grande guerre..., op. cit., p. 43.

136Des prises coloniales furent cependant conduites à Dunkerque comme la Marie-Galley, capturée en septembre 1707 par Rocquefeuil sur la Dauphine et par le comte d’Hennequin sur le Fidèle, tous les deux navires du roi. Selon le rapport de mer la Marie-Galley, « venant des grandes bides et allant en Angeterre, chargée de mousseline, salpêtre, gomme, poivre et cannelle », était un « indiaman », vaisseau qui était la prise la plus riche qu’un corsaire puisse faire. Selon H. Malo, en juillet 1705, des corsaires ostendais capturèrent un indiaman qu’ils vendirent 1 800 000 l.t.42.

137La frégate la Victorieuse, capitaine Jean Vermère, de conserve avec Rooze sur le Neptune, attaqua au large du Vlie un convoi hollandais de 150 voiles et s’empara d’une flûte qui fut reprise le lendemain. Deux jours plus tard, ils interceptèrent la Paix, venant de Madère et chargée de sucres. Elle fut également reprise malheureusement, car sa vente aurait largement payé la campagne.

138Christian Pfister a établi un tableau de la répartition des prises pour 1706 à 1709.

Valeur des prises vendues à Dunkerque de 1706 à 1709 (produit net)

Années

1706

1707

1708

1709

Montant des prises en l.t. moins de 20 000

50

82

53

55

20 à 49 999

15

26

24

9

50 à 100 000

5

13

14

12

100 000 à 150 000

4

2

5

4

150 000 à 200 000

3

3

1

1

+ de 200 000

1

4

1

Total

77

127

95

82

Valeur des prises et rançons

2 304 254

3 473 493

3 727 811

2 609 775

139L’étude des rapports de mer confirme ce tableau. Il apparaît nettement que les prises de faible valeur : charbon, sel, potasse, etc. étaient majoritaires. Coques du navire incluses, elles se vendaient toujours moins de 20 000 l.t.. Une unique prise couvrait rarement l’investissement initial. Il y eut cependant chaque année des navires capturés dont la vente dépassa les 100 000, voire les 200 000 livres. Le dernier des mousses bénéficiait alors de ces prises extraordinaires dont la vente relançait le mythe de la guerre de course. Mais dans la réalité quotidienne, les Dunkerquois, comme lors des conflit précédents, faisaient surtout des rançons comme le montre un dépouillement des jugements des prises de l’Amirauté pour la guerre de Succession d’Espagne :

Prises et rançons conduites à Dunkerque, Calais et Saint-Malo de 1702 à 1713

Dunkerque

Calais

Saint-Malo

Prises

959

668

203

Rançons

726

630

135

140A Dunkerque, comme à Calais et Saint-Malo, les prises l’emportèrent sur les rançons. Comme pendant les guerres précédentes, les Malouins, handicapés par la présence des corsaires de Jersey et Guemesey, conduisirent de nombreuses captures dans d’autres ports de la Manche que Saint-Malo. Il faut donc majorer fortement les résultats malouins, cependant numériquement les résultats du Pas-de-Calais sont très élevés, essentiellement par l’interception des convois côtiers et l’attaque des flottes de busses harenguières. Les navires malouins étaient, pour la plupart, des bâtiments du deuxième ou du troisième type qui attaquaient beaucoup moins les convois côtiers que les corsaires du Pas-de-Calais. Les Malouins recherchaient en haute mer les gros caboteurs européens ou les navires coloniaux, faisant ainsi moins de prises et de rançons. Comme l’a montré André Lespagnol, celles de Saint-Malo étaient d’une valeur supérieure à celle des Dunkerquois : 14 000 à 22500 l.t. en moyenne de 1691 à 1697. De 1702 à 1713, les Malouins s’emparèrent de dix « Indiamen », dont le New George, anglais, vendu à Nantes plus de deux millions de l.t., le Beauparterre de la V.O.C., vendu à Saint-Malo en 1713, et l'Esquivick, vendu à Cadix 463 565 l.t., en 1710.

141Face à de telles ventes, le montant des rançons apparaît dérisoire, comme le montre le dépouillement des rapports de mer pendant la première année de guerre.

Rançons déclarées à Dunkerque de mai à décembre 1703

Rançons déclarées à Dunkerque de mai à décembre 1703
  • 43 J.S. Bromley, « La course à Dunkerque sous Louis XIV, une remise en cause », RSDHA, 1988,

Un florin valait approximativement 1,4 l.t.
Pour la £, environ 15 l.t. A Jersey et Guernesey, le taux retenu pour 1702-1708 fut 14 l.t. et 11 sols43.

  • 44 J.S. Bromley, La course à Dunkerque..., art. cit., p. 124-6

142Au cours de la première année du conflit, les Dunkerquois conduisirent les otages de 46 rançons à Dunkerque. Si en mai et juin, les navires interceptés furent surtout anglais, à partir de juillet, ils furent surtout hollandais. Le montant total des rançons ci-dessus fut de 57 200 florins plus 1372 livres sterling, correspondant approximativement à 80 080 l.t., plus 20 580 l.t. pour 46 rançons, soit une moyenne de 2188 l.t.. De 1702 à 1713, la répartition entre les 959 prises et les 726 rançons fut la suivante44 :

Prises et rançons jugées à Dunkerque, 1702-1713

Prises et rançons jugées à Dunkerque, 1702-1713
  • 45 Cité par J.S. Bromley, La course à Dunkerque..., art. cit., p. 125.

143Pour 1707, le contrôleur Vergier donne un montant de 133 700 l.t. pour 57 rançons (sur les 74 faites en 1707) et 53 rançons ayant rapporté 111 470 l.t. (sur 87) en 170845, soit une moyenne de 2 345 l.t. et 2 103 l.t.

144On trouve cependant quelques fortes rançons quand le capteur jugea trop élevé le risque de conduire sa capture à bon port. Ainsi, le 15 septembre 1707, la Mignonne, de Dunkerque, en guerre et marchandises pour Cadix, rançonna une barque anglaise venant de Madère et chargée de 80 pipes de vin pour 450 £ plus 50 £ de pluntrage, soit environ 7 500 l.t. Quand le navire était sur lest, ce qui représentait 10 % en moyenne des captures, le capitaine corsaire préférait le plus souvent demander une rançon plutôt que de conduire la prise à Dunkerque où le marché de la vente des coques de navires était saturé.

145L’analyse des nationalités des captures pour les années 1707, 1708 et 1711 confirme l’analyse de l’année 1703. Les Hollandais furent les plus rançonnés avec 85 bâtiments, suivis par les Anglais avec 65 navires. Dans l’immense majorité des cas, les rançons furent payées, mais J.S. Bromley soulignait avec raison que les otages pouvaient rester de longs mois à Dunkerque dans des conditions de logements qui étaient rarement confortables. Ces otages étaient, pour la plupart, des gens de condition modeste, qui gardaient un mauvais souvenir de leur séjour dunkerquois ou calaisien. A une époque où les assurances individuelles n’existaient pas, être otage était une rude condition avec une perte financière incontestable.

Nationalité des prises et des rançons en 1707,1708 et 1711

Anglais

Hollandais

Suédois ou Hambourgeois

Ostende

1707

44 + 16R

47 + 40R

10+1R

3

1708

29 + 24R

20 + 29R

8

4

1711

35 + 25R

24 + 16R

7

3

R = rançon

146Sachant qu’il y eut environ 800 armements corsaires à Dunkerque et que l’on peut évaluer le nombre de captures faites par des Dunkerquois et menées à Dunkerque à 1400, il apparaît immédiatement qu’un Dunkerquois faisait statistiquement moins de 2 captures par sortie. Si l’on y ajoute celles jugées par l’amirauté de Calais, les résultats montent à 3,5 captures dont 1,5 rançon. La valeur des captures conditionnait donc la rentabilité de la course. Les documents complets ayant disparu, les historiens ont établi des calculs complexes pour déterminer la valeur globale de la course.

  • 46 André Lespagnol, La course malouine au temps de Louis XV, op. cit., p. 163.

147A titre de comparaison, la valeur des prises et rançons vendues à Saint-Malo est estimée à 25 millions de livres produit brut, pour l’ensemble de la guerre pour 203 prises et 135 rançons. André Lespagnol vient brillamment de démontrer qu’il faut fortement majorer ce chiffre qui n’incorpore pas la grande course dans l’Atlantique et l’océan indien. Il estime cette course à 8 millions de livres : c’est donc « à 33 millions de livres que l’on peut évaluer le produit brut global de la course malouine pendant la guerre de succession d’Espagne, soit un résultat brut au moins équivalent à celui de la course dunkerquoise »46.

  • 47 H. Malo, La grande guerre..., op. cit., p. 126.

148John Bromley a montré que les chiffres d’Alexis de Saint-Léger sur le nombre des prises faites par les Dunkerquois étaient fantaisistes, mais que la citation de Faulconnier donnant 30 500 000 livres pour 1702-1712 « sans y comprendre les bâtiments ennemis que nos armateurs ont mené en France et en Espagne où ils ont été vendus » était probablement juste. Pour John Bromley, il ne peut s’agir que d’un produit brut. Or, H. Malo, s’appuyant sur un texte des archives de la Marine affirme avoir trouvé 30 500 000 l.t. pour 1614 prises et rançons et 82 millions de produit brut47. Le premier chiffre recoupe celui de Faulconnier, mais le deuxième ne peut, en aucun cas, s’appliquer aux 1614 prises et rançons dunkerquoises.

149En revanche, ce résultat pourrait être admissible s’il prenait en compte l’ensemble de toutes les prises et rançons faites par les Dunkerquois, notamment les captures conduites dans l’amirauté de Calais, les prises vendues à Bergen, Brest, Ostende, Cadix, etc.

150Les seules données indiscutables sont celles de l’année 1706 concernant le dixième perçu par l’Amiral de France sur le montant brut des captures. Elles sont établies par amirauté.

  • 48 A.N. G5 281, Amiral de France, jugements des prises.

Dixième de l’amiral de France en 170648

Dixième de l’amiral de France en 170648

151Il faut multiplier la valeur par 10 pour obtenir la valeur réelle des prises. Si on retient cette année comme année moyenne, on obtient un total de 32 millions de l.t. pour les 1 685 captures liquidées à Dunkerque, ce qui confirmerait la thèse de J.S. Bromley sur le produit brut. En revanche, à Saint-Malo, on obtiendrait 6,3 millions pour les 338 captures liquidées, chiffre très inférieur à celui des historiens malouins. Si l’on retient pour Calais, la même valeur moyenne que celle de Dunkerque, on obtient 24 millions pour les 1298 captures liquidées dans cette amirauté de 1702 à 1713.

152A titre personnel, me fondant sur ma conviction intime d’historien des corsaires, je pense que l’année 1706 valorise la moyenne habituelle des captures menées à Dunkerque et minore celles de Saint-Malo. Ainsi, je partage les estimations d’André Lespagnol sur la course malouine, mais de la même manière qu’il a ajouté à Saint-Malo le produit des prises liquidées dans les autres amirautés, il faut le faire pour Dunkerque. Dès lors, si l’on estime la part dunkerquoise dans l’amirauté de Calais à un minimum de 15 millions de l.t., et que l’on ajoute l’ensemble des armements royaux faits à Dunkerque et les armements au cinquième, et les prises liquidées hors du port, le montant brut total est assurément supérieur à 50 millions de l.t. et probablement proche des 60 millions, si l’on inclut les « friponneries des armateurs » et le « pillage » des équipages. Evidemment, ce montant n’est pas revenu en entier aux armateurs ou aux équipages dunkerquois, mais il reflète assez fidèlement les pertes subies par les milieux d’affaires anglais et hollandais. Il est difficile d’identifier clairement les corsaires calaisiens et boulonnais, néanmoins, grâce à différents recoupements, j’ai pu établir une liste des capitaines natifs de ces deux ports.

Capitaines et navires corsaires boulonnais et calaisiens

153Les rapports de mer et les jugements des prises contiennent de fréquentes allusions à des corsaires armés à Calais et à Boulogne :

  • 49 Ibidem, Marine 272, Rapports de mer du 21 et 24 juillet 1707.

154Ainsi le 20 juillet 1707, la barque longue la Marguerite–Françoise de Calais, capitaine Louis Villay, de Calais, croisait avec une barque longue de Calais commandée par François Poulain, également natif de Calais, lorsqu’elle fut capturée par une frégate corsaire de Flessingue de 26 canons au large de Portland. François Poulain fut pris le même jour, au large de Yarmouth, par un autre corsaire zélandais de 22 c., l'Inconnu, capitaine Dominique Damster, après une poursuite de 4 heures. Ce corsaire n’était autre que celui qui s’était emparé du Furet du capitaine Le Mel. Par chance, la Marguerite-Françoise fut délivrée le 22 par deux corsaires de Dunkerque : la Sirène, 200 tx., capitaine Cornil Meyne, et le Saint-Laurent de 48 tx, commandé par Jean Constans. La Sirène reprit également une bélandre calaisienne chargée de bois, qui avait été capturée le 21 juillet 170749. J’ai pu identifier 16 capitaines boulonnais ayant commandé un corsaire boulonnais. Un seul boulonnais, Jacques Le Cointtey, commanda un corsaire dunkerquois, Les Quatre Fils Aymon, 20 t., 4 c., 4 p., et 40 h, armé en 1704. Un seul capitaine ayant commandé un navire armé à Boulogne n’était pas natif de ce port. Il s’agissait de Jean Bachelier, de Calais, qui commanda en décembre 1708 la barque longue Commère Joyeuse. Au cours de cette campagne, Bachelier s’empara du Jean de Yarmouth. Au total, Boulogne arma 20 corsaires qui firent 30 armements de 1703 à 1712.

155A Calais, 18 capitaines commandèrent 19 navires qui firent 25 armements de 1703 à 1712, résultats légèrement inférieurs à ceux de Boulogne. Seulement quatre capitaines de Calais armèrent 4 corsaires calaisiens : Louis Villay et François Poulain, en juillet 1707, Sébastien Delaby et Jean Hache en 1708. A l’exception de Delaby, les trois calaisiens naviguèrent ensuite à Dunkerque. François Poulain fut le plus brillant avec un total de 6 armements de 1704 à 1711, dont 5 à Dunkerque. Les navires calaisiens furent majoritairement commandés par des capitaines dunkerquois au nombre de 13, qui commandèrent 14 navires qui firent 19 armements. Deux Dunkerquois se distinguèrent : Pierre Petit-du-Bellay sur la Sainte-Barbe, 6 c., 4 p., 50 h., avec 4 armements de 1708 à 1711, et Jacques Godouin fils, sur la Marie-Joyeuse, 40 t., 8c., 80h. avec 3 armements de 1703 à 1705. Un seul Boulonnais vint à Calais, François d’Isque, pour commander en 1711 la Duchesse d’Aumont, de 25 tx., 50 pieds de quille, armée de 10 canons de 4 et de 4 pierriers et montée par 75 hommes.

156A Boulogne, Gédéon Bloquel fit 6 armements de 1702 à 1704, et Pierre Blart, 3 armements de 1704 à 1706. Des familles de capitaines apparaissent : Jean et Pierre Blart, Pierre et Jean Coillot, commandant chacun une barque longue de 18 tx, de même que Jean et François Desvresne, tous deux capitaines d’une barque longue de 28 tx, ou Oudart et Dominique Paillet. Les derniers armements boulonnais eurent lieu en 1708 et en 1710. De septembre à octobre 1702, Gédéon Bloquel commanda la Boulonnaise, barque longue, 18 tx., 2c., 4 pierriers, puis en novembre, le Postillon, barque longue de Dunkerque. Il retrouva la Boulonnaise, le 20 janvier 1703, avec laquelle il s’empara de la Reine des Anges. Il commanda ensuite la Duchesse, barque longue, 18 tx, 2 c., 2 p., en 1703. En mars 1704, avec le même bâtiment, il captura un navire suédois, chargé de tabac, avec Jacob Baeteman de Dunkerque, sur l'Heureuse.

157Il apparaît nettement que les navires boulonnais étaient tous du même type : la barque longue dont le tonnage varia de 16 à 36 tx., pour 2 à 6 canons et 30 à 50 hommes.

158H. Malo a retrouvé le prix de l’armement de la Boulonnaise en 1702 :

Mise hors du corsaire la Boulonnaise en 1702

Forfait avec le charpentier pour la construction du navire

2 500 l.t.

2 ancres du poids de 2 550 livres, cordages et chaînes

735 l.t.

Voiles

699 l.t.

Canons de 2, pierriers, fusils, pistolets, sabres, boulets

768 l.t.

Chaudières, instruments de cuisines, pompe en fer blanc

23 l.t.

100 1. de grosse poudre, 100 1. de balles de plomb pour fusils et pistolets à 5 sols la livre pesant

100 l.t.

Scies, 2 haches, 2 ciseaux, mèche et vieux hameçons

23 l.t.

4 bidon, 4 petites tinnes, 3 seaux, 4 plats, 4 gamelles, 30 cuillères de bois 8 l.t.

2 lanternes, 2 compas, un plomb de sonde, 4 feux de fer blanc....

10 l.t.

Un canot, gouvernail et rames

100 l.t.

Total

4 978 l.t.

159En 1708, la mise-hors de la Bonne-Aventure, de Boulogne se monta à 4 064 l.t.. Cette somme, importante pour un capitaine pêcheur, pouvait parfaitement être avancée par la bourgeoisie boulonnaise et calaisienne. L’absence de navires du deuxième ou troisième type s’explique par les difficultés à entrer et sortir de la rade ensablée mais aussi par le manque de matelots. Les matelots boulonnais, comme ceux de Calais, étaient soumis au système des classes et servaient à bord de l’escadre du Nord ou sur les navires garde-côtes. Leur recrutement était difficile. Dans ces deux ports, les armateurs avaient le plus grand mal à trouver des équipages, alors que les capitaines étaient dispensés du service du roi.

  • 50 H. Malo note ces deux capitaines comme natifs de Dunkerque, mais signale qu’ils sont de la même fam (...)

160Le plus grand corsaire de Calais fut l'Invalide, 58 t., 10 c., 88 h., commandé par Jean Voisin en 1712. L’essentiel des corsaires calaisiens jaugeait de 30 à 40 tonneaux, le plus petit étant le Fidèle, 2 t., 7 h., commandé par Lasinius Pietersen en 1709. Pierre Petit-du-Bellay, de Dunkerque, se distingua en commandant quatre années de suite la barque longue la Sainte-Barbe, de 6 canons, 4 pierriers et 50 h. armée de 1708 à 1711. Jacques Godouin fils, de Dunkerque, commanda la Marie-Joyeuse, de Calais, 40 t., 8c., 80h. de 1703 à 1705. Il mourut en 1708, capitaine du Soleil de 100 tx., armé à Dunkerque, en combattant la Concordia de 28 canons, de Middelbourg. Le père de Jacques Godouin, lui aussi de Dunkerque, commanda également un corsaire de Calais, le St-Jacques de Bonne-Espérance, 25 t., 6 c., 34 h., en 1704. Ainsi père et fils naviguèrent en course la même année sur deux navires différents50.

161Les Boulonnais firent un minimum de 12 prises et deux rançons, pour la plupart des petits caboteurs anglais. Ils croisèrent essentiellement dans le Pas-de-Calais et de Boulogne au Havre. Les Calaisiens naviguèrent plus vers l’Est, à l’entrée de la mer du nord mais leur tonnage ne leur permettait pas de longues croisières. Le nombre de leurs prises n’est pas connu, mais il doit être d’une trentaine.

162Les 20 capitaines calaisiens qui servirent à Dunkerque et qui effectuèrent 37 armements firent de nombreuses prises. Certains commandèrent des corsaires du deuxième type et firent des croisières fructueuses. François Poulain, de Calais, se distingua de 1704 à 1711. Il commanda le Dauphin, 5 t., 11 h., puis de 1707 à avril 1708, l'Héroïne, 16 c., 157 h., suivie par la Bonne-Espérance, 100 t., 16 c., 136 h. en 1708 et 1709. En 1710, Poulain fut capitaine du Partisan, 60 t., 4 c., 52 h. et de l'Amitié, 54 t., 8 c., 80 h., et finalement de l'Intrépide, 150 t., 24 c., 160 h. en 1711. Jean et François Bachelier, tous deux de Calais, et probablement en famille, commandèrent la même année, le premier, la Surprenante et le second, la Roue de la Fortune, 30 t., 44 h. Si ce navire fut le dernier armement en course de François, Jean commanda le Courtisan en 1711 et la Loterie, 50 t., 10 c., 50 h. en 1712. Marins issus des classes ou étrangers attirés par la course, embarqués à Boulogne, à Calais ou à Dunkerques, tous menaient la même vie en mer et couraient les mêmes risques.

Quelques faits de la vie quotidienne des marins corsaires

163Les rapports de mer et le jugement des prises de la guerre de Succession d’Espagne confirment les conditions de vie déjà évoquées pour les conflits précédents. Globalement, jusqu’aux années 1708, le roi manque d’hommes. Ainsi, en 1707, Forbin embarqua des « sujets du roi du Maroc » et sept flibustiers pris aux Antilles, emmenés en Angleterre et échangés en France. Pontchartrain voulut soumettre les Dunkerquois aux classes, mais l’intendant lui conseilla d’éviter de remettre en cause ce privilège de peur de voir tous les « Flamands » déserter. Les avances continuèrent d’être le principal attrait pour venir à bord des corsaires. En 1707, un canonnier recevait 60 l.t., un second voilier 50 l.t. pour deux mois.

164Les combats firent de nombreux blessés chez les gens de mer. La plupart des pertes eurent lieu dans des combats contre des corsaires ennemis. Ainsi, le capitaine de la frégate le Pontchartrain de Brest, armé de 36 canons, déclara à Dunkerque qu’au cours de son combat victorieux contre le Dauphin de Flessingue, « il lui est crevé dans son bord un canon de 8 livres de balles entre deux ponts qui lui a tué trois hommes et huit de blessés » dont cinq furent débarqués à Dunkerque pour y être soigné, l’ennemi avait eu 10 morts et son capitaine blessé.

  • 51 Ibidem, Marine B4 25, fo 410, janvier 1713, Mémoire des armateurs de Dunkerque sur les moyens de po (...)

165Du Guay, sur ordre de Louis XIV, fit employer les marins estropiés à son service comme gardes des vaisseaux et des magasins de l’arsenal. D’autres reçurent la demi-solde. A Dunkerque, la « Table des Pauvres » qui recevait « 4 parts de prises » de chaque navire secourait les marins corsaires les plus démunis. Le 31 mars 1703, un arrêt du Conseil d’Etat, estimant les ressources destinées aux blessés insuffisantes, ordonna la levée de 3 deniers par livre sur les marchandises de prise et son versement à ceux qui auraient été estropiés sur les corsaires51. Aux risques de mort et de blessures, s’ajoutait le risque des prisons anglaises ou hollandaises. Le succès de la course engendra la contre-course, c’est-à-dire l’organisation de croisières ennemies visant à capturer les corsaires et le renforcement de 1'escorte des convois. En 1704, 12 corsaires malouins furent pris, 11 en 1705, 17 en 1708, 20 au cours de l’hiver 1710-1711. On peut donc estimer à plus de cent le nombre de malouins capturés, pour une flotte corsaire de 236 unités. A Dunkerque, les corsaires semblent avoir été un peu plus chanceux, mais au moins 60 corsaires furent pris. L’avantage géographique fut, là encore, déterminant. Connaissant admirablement les bancs, les Dunkerquois pouvaient profiter du faible tirant d’eau de leurs bâtiments pour échapper aux corvettes et aux frégates ennemies, puis, à la nuit, prendre une fausse route et se réfugier dans un port ami. Cette tactique était principalement pratiquée par les petites barques et chaloupes qui sortaient surtout en hiver mais les corsaires hollandais de Flessingue et de Middelbourg se révélèrent redoutables comme nous l’avons vu précédemment. De mars à juin 1707, on relève la capture de Pierre de Conninck, sur son corsaire la Diane après combat, puis celle de Jean Basmaison, sur le Duc de Bretagne, pris par le Jeune Dauphin, corsaire de Middelbourg qui lui laisse une barque de 20 tx, moyennant 1500 l.t. Le 25 mai vit la prise, en course, de la barque longue du roi, Marquise de Bernière, par un corsaire de Flessingue, et trois jours plus tard, de la barque longue du roi, Reine d’Espagne, par quatre corsaires de Flessingue et de Middelbourg. Elle fut délivrée, puis reprise le 17 juin suivant par deux corsaires de Flessingue. Les corsaires de Flessingue pouvaient être très puissamment armés tels la Grande Perle, de 54 c. qui s’empara le 7 février 1709, de Louis Le Mel de Dunkerque, sur l'Ecureuil de 160 tx, 200 h. et 26 canons. Le plus souvent il s’agissait de frégates, telle « la Suzanne, capitaine Daniel Braqueman, montée de 28 pièces de canons et 220 hommes d’équipage » qui s’empara le 10 juillet au large de Yarmouth, de la frégate de Dunkerque, le Roi de Suède, commandée par Pierre Stappe, après « avoir été chassée pendant environ dix heures » et « après quelques décharges de canons et d'artillerie ».

166La promiscuité et l’alcoolisme furent à l’origine de bien des querelles. Deux hommes de Jean Buddert se battirent à coups de bûches. L’une d’elles atteignit un mousse à la tête. Deux canonniers du Hamptoncourt se disputant, un matelot voulut les séparer en se servant de son sabre. Il donna un tel coup à l’un des protagonistes qu’il fallut l’amputer du bras. Pierre Hendriksen, second du Barentin, réprimanda un marin qui venait de s’emparer d’une provision de viande sur une prise. Le marin jeta Hendriksen à terre et le piétina violemment. Les marins et les passagers des prises étaient dépouillés de tout, au nom du droit de pluntrage.

  • 52 A.N.. Marine, B3 154 et 177, correspondance de M. Du Guay.

167L’écrivain du Barentin dépouilla la belle-sœur d’un médecin de Ténériffe avec la complicité de quatre capitaines dunkerquois. L’intendant Du Guay demanda réparation : « Vous lui ferez une justice suffisante si vous ordonnez que l'écrivain qui a été cherché une partie de tout cela [un collier de 200 écus] jusque dans le fond de son sein, soit mis en prison pour quinze jours, et que les capitaines et officiers qui ont partagé son pillage n'aient pas permission de reprendre la mer qu’ils ne lui aient rendu au moins les 200 écus. Ils sont quatre, ce n'est que 50 écus pour chacun52… ».

168Louis XIV exigea un aumônier sur les corsaires à un pont et plus de 60 hommes d’équipage, mais cette ordonnance fut mal appliquée. La plupart des aumôniers furent fournis par les Récollets. Beaucoup n’étaient pas à la hauteur de leur tâche. L’aumônier de l'Adroit s’empara des cloches du Ludlow, un autre vola 60 pistoles à un prisonnier anglais. Vincent Le Patourel, prêtre du diocèse de Coutances, et aumônier sur la Galère volante de Dunkerque, commandée par Hautefeuille, porta plainte le 20 juin 1713 contre le second lieutenant, nommé Dulion, l’accusant de sodomie. Ce témoignage mérité d’être rapporté car les affaires de sexe étaient le plus souvent l’objet d’un tabou : « Ayant relâché à l’Isle-à-Bois, en basse Bretagne, il s’est aperçu que le né Dulion..., commettait des impiétés jusque là même qu’il a été averti qu’il avait voulu commettre le péché de sodomie dans ledit vaisseau... ». Le Patourel en avertit Hautefeuille qui, semble-t-il, refusa de s’occuper de l’affaire. « Cela a autorisé ledit Dulion à continuer son désordre, jusqu’à montrer à nu ses parties... Toutes mes représentations n’ont servi qu’à l’engager à se moquer du déclarant en sorte que pendant la route qu’ils ont faite... ledit Dulion s’est porté à cette extrémité et de répondre au déclarant qu’il n'y avait ni prêtre, ni curé, ni évêque, ni le pape même, qui fut capable de lui faire des corrections, traitant le déclarant de gueux, d'indigne, d'ignorant et plusieurs autres injures, qu’il a affecté d’empêcher de célébrer la messe dans le bord en demeurant dam son lit qui était dans la chambre où elle devait être célébrée, auquel temps il commettait des postures si indécentes que le déclarant ne pouvait s'exposer à dire la messe... ».

  • 53 H. Malo, La grande guerre des corsaires..., op. cit., p. 146-47.

169Le Patourel, ayant demandé à Hautefeuille d’intervenir à nouveau, fut débarqué à Lisbonne par ce dernier qui lui aurait « dit que s’il était assez hardi pour porter plainte qu'il le mettrait aux fers et sur la première roche qu’il trouverait... » L’aumônier quitta alors le bord53.

170Le comportement d’Hautefeuille s’explique en grande partie par l’importance des révoltes, voire des mutineries à bord des corsaires. Les révoltes étaient assez fréquentes. Elles avaient souvent comme origine la volonté de finir le plus vite possible la campagne de course. Ainsi, l’équipage de la Galère de Dunkerque, frégate commandée par Van Stabel, refusa en janvier 1708 de continuer, l’équipage prétextant qu’il restait 4 jours de course. Van Stabel venait de livrer un violent combat « pendant environ deux heures et avait été obligé de le quitter ayant [eu] les deux mâts de hune coupés et un coup dans l’eau ce qui l’a obligé de venir relâcher en ce port, que depuis deux à trois jours son équipage s’est soulevé... que le déclarant leur ayant remontré qu'ils devaient encore croiser 22 jours... ils auraient tous refusé de faire le travail... ». Les hommes ne voulaient pas continuer la course et rééditer la violence d’un combat où « il y eut deux hommes de tués, nommés Charles Lom et Christophe Janssen et quatre de blessés, et lui serait déserté en cette rade le nommé Jean de Grotte, matelot... ».

171Ces désertions étaient très fréquentes. Ce fut le cas en mars 1707 de la frégate du roi l'Ecureuil, armée en course à Dunkerque et dont l’équipage fit assigner le capitaine au Havre, où le navire s’était arrêté pour remâter, pour décréter la fin de la course. L’affaire fut portée devant le juge qui donna tort à l’équipage : « ils ont été condamnés de parachever non seulement la course mais encore de faire payer les journées d’ouvriers que l’on a été obligé de prendre pour faire le travail du vaisseau... ». « Les officiers du déclarant, avec deux archers de la Marine du département ont fait toutes les perquisitions pour ramasser ledit équipage jusqu’à la ville d'Eu ». Mais 109 hommes seulement rembarquèrent. 36 matelots, 5 volontaires et 6 mousses furent portés déserteurs. La frégate reprit la mer et rencontra une frégate anglaise de 44 canons. Une partie des marins refusa le combat : « ils répondirent hautement qu’on ne les tuerait pas tous et qu assurément ils ne se battraient point... ». La course fut interrompue le 25 mars. Une belle prise avait été faite mais les parts de prises auraient probablement été maigres. Les matelots désertèrent mais, non les volontaires, car les matelots, ayant reçu deux mois d’avance, préféraient quitter le bord pour rembarquer à nouveau et toucher de nouvelles avances. Les volontaires, qui ne recevaient pas d’avance, mais seulement des parts de prises, restèrent. En revanche, quand la campagne était bredouille, les volontaires désertaient également.

172Certaines révoltes ou mutineries apparaissent beaucoup plus comme des grèves du combat que des mutineries au vrai sens du terme. L’exemple de la frégate le Pontchartain, frégate de 36 canons, armée à Brest, en est un autre exemple. Partie de Brest le 3 mars 1707, elle fit 8 prises avant de faire escale à Vigo le 15 mai pour caréner et ravitailler. Pour compenser les 55 hommes mis sur ses diverses prises, le capitaine Georges Tanquerelye embaucha 18 hommes, venant d’un paquebot français en escale, probablement eux-même des déserteurs. Dans le même temps, dix hommes désertèrent, ce qui lui coûta « la somme de 303 l.t., laquelle somme doit être rabattus sur les gages que lesdits déserteurs peuvent avoir mérité depuis leur retour de leurs désertions... ». Dans ce dernier cas, il s’agit plus de la volonté de profiter d’une escale que d’une véritable désertion.

  • 54 A.N., Marine C4 272, Rapports de mer 1703, 1707, 1708, 1712.

173Cette même année, l’équipage du Volage se révolta contre Guillaume Schouten pour obtenir double ration d’eau de vie. En avril 1712, l’ivresse amena un marin à menacer de son couteau le lieutenant, puis le capitaine François Saus. Ce dernier le chassa à coups de poings, lui cassant le bras d’un coup de bâton. L’équipage de Jean Fitzgérald le désarma et voulut l’obliger à rentrer au port. Une des révoltes les plus graves se produisit en 1703 sur le Saint-François, 80 t., 12 c., 82 h. Son capitaine François Gersin, après une très dure croisière, se réfugia dans un port de Norvège où il rencontra une frégate du roi commandée par Du Bocage. Plusieurs matelots venus écouter la messe à bord du navire commandé par Du Bocage, l’avertirent qu’une révolte se préparait à bord du Saint-François. Du Bocage prévint Gersin qui se retrancha sur le gaillard d’arrière. Un marin nommé Auteroche mena la sédition en criant : « Vive le roi de Dunkerque, nous ne voulons plus faire la course ». Les hommes, armés de barres de fer, voulurent prendre d’assaut le gaillard d’arrière. Au cours de l’émeute, Auteroche fut tué d’un coup de pistolet par le second. Du Bocage envoya une chaloupe montée par des soldats du roi qui ramenèrent le calme. Gersin rentra à Dunkerque et deux marins jugés comme responsables furent mis en prison54.

174Les échanges de prisonniers avec l’Angleterre et les Provinces-Unies se firent avec une grande régularité. Dès le 24 mai 1702, la France signa un cartel d’échange de prisonniers avec les Provinces-Unies. Conséquence de l’importance du nombre des prises, la balance des prisonniers était en faveur de la France. Les équipages corsaires étaient donc rapidement libérés, ce qui amena certains équipages à refuser de se battre. Poursuivis par un Anglais, les hommes de Van Stabel coupèrent la drisse grand hunier, ce qui amena la capture du navire. Cependant de nombreux corsaires flessinguois tournèrent le cartel en débarquant systématiquement les Français en Angleterre, au Portugal, voir dans des ports de Méditerranée. Devant les menaces de représailles, les Hollandais finrent par appliquer les termes du cartel. Les Anglais, après avoir eu un comportement souvent odieux contre les équipages français, finirent, eux aussi, par échanger correctement les équipages du Littoral.

  • 55 A. Cabantous, La Mer et les Hommes, op. cit., p. 44-45.

175Si à Boulogne et à Calais, les équipages étaient composés en majorité de Français, à Dunkerque, les marins étaient très cosmopolites et leur nombre augmenta fortement. Comme l’a montré A. Cabantous, le nombre de familles de gens de mer ayant payé la capitation passa de 263 en 1701 à 654 en 1708 pour redescendre à 586 en 1711. En comptant une moyenne de 4 personnes par foyer, on passa d’un millier de marins à plus de 2500, compte non tenu de tous ceux qui ne déclaraient rien. Cette hausse confirme les retombées positives de la course sur les gens de mer. Aux Dunkerquois s’ajoutaient les Flamands de la Flandre espagnole, mais également des gens de mer venus des pays nordiques et des volontaires venus de tout le pays55. Les profits de la course étaient indubitablement une cause d’attraction, mais on note une diminution des gens de mer à Dunkerque à partir de 1711-1712. En dépit de cette baisse, la menace dunkerquoise sur le commerce anglais resta très forte et les Anglais firent de Dunkerque une des clauses essentielles pour signer les pourparlers de paix.

La fin de la course à Dunkerque et la signature de la paix

176Les Anglais firent de Dunkerque une des conditions sine qua non à l’ouverture des pourparlers. Ils exigèrent la fermeture de l’arsenal et l’interdiction d’y armer ou d’y recevoir des corsaires. La diplomatie française finit par céder à leurs exigences. Le 18 juillet 1712, des vaisseaux de guerre anglais entrèrent dans le port mais la course continua sur le Littoral car la suspension des hostilités entre Angleterre et France ne fut signée que le 19 août. Cette suspension était provisoire. La durée initiale était de quatre mois, avec entrée en vigueur en Manche et mer du Nord le 31 août 1712, cette durée était portée à six semaines pour les mers s’étendant jusqu’au cap Saint-Vincent et six semaines de plus pour les mers allant de ce cap à l’équateur, et six mois au-delà. Les corsaires français pouvaient relâcher dans les ports des deux nations. La même convention fut signée avec le Portugal le 7 novembre, cependant la course française resta autorisée contre les sujets de l’empereur, notamment contre les navires de Hambourg et des autres ports allemands. En mars 1713, 12 corsaires de Dunkerque basés à Calais étaient encore en mer. La paix définitive ne fut signée à Utrecht que le 11 avril 1713.

177Les gens de mer se tournèrent alors vers les activités du temps de paix. La plupart des marins étrangers quittèrent le littoral. A Dunkerque, les capitaines Mathieu de Wulf et Gaspard Bart se reconvertirent alors comme armateurs, d’autres capitaines choisirent le commerce colonial, la majorité armèrent à la grande pêche ou au cabotage. A Boulogne et à Calais, les capitaines et les marins se tournèrent surtout vers la petite pêche et le cabotage. Ainsi se clôtura une des plus belles périodes maritimes du littoral du Pas-de-Calais. Si les résultats de la course dunkerquoise sous Louis XIV furent probablement supérieurs à ceux de la course sous pavillon espagnol, cette course espagnole doit être réhabilitée. La supériorité de Dunkerque sur les autres ports français teint à l’association étroite de la flotte de guerre et des corsaires particuliers. Là encore, le mérite en revient aux Espagnols et plus particulièrement à l’amiral dunkerquois Colaert. On méprise généralement la course française du XVIIIe siècle et sous l’Empire. Boulogne, Calais et Dunkerque y jouèrent un rôle de premier plan. Si Dunkerque garde la première place sous Louis XV et Louis XVI, Boulogne, appuyé par Calais devient la première place française sous la Révoluton et surtout sous l’Empire.

Notes

1 Sur la reprise de Dunkerque et des ports du Littoral, voir C. Pfister : Ports, navires et négociants, op. cit., p. 111-117.

2 AN. Marine 108, juin 1699.

3 Jean Martheille, Mémoire d’un protestant condamné aux galères de France, Paris 1865, p. 145-149.

4 Jean Leymaries, « La fortune de Jean Bart », art. cit.

5 A.N. Marine, B4 21, fo 170.

6 Jean Martheille, Mémoire d'un protestant..., op. cit., p. 149.

7 A.N., Marine B2 162, fo 140 et 380 et Marine B3 116, f 92.

8 Idem, B4 23, fo 41-45, octobre-novembre 1702.

9 E. Mancel, Le chevalier de Saint-Pol-Hécourt, Dunkerque 1905. On y trouve notamment publié le rapport de la bataille du Texel.

10 A.N. Marine B4 24, fo 125, Projet du sieur Saint-Pol pour un armement en course.

11 Id. 10 25, fo 309-312, Journal de navigation du sieur Saint-Pol, 12 mars et 2 avril 1703.

12 A.N. Marine, B2 166 et 168, Instructions des 9 mai et 9 juin 1703.

13 Idem, B4 25, fo 314 à 339, Journal de navigation du sieur Saint-Pol du 4 août au 14 octobre 1703 et Journal de Roquefeuil.

14 P. Villiers, Marine royale..., op. cit., p. 82-83.

15 H. Malo, La grande guerre, op. cit., p. 26-27.

16 Ibidem, p. 35-38 et surtout J. Bromley : « Jacques-Winoc Plets... », art. cit., p. 68-75.

17 A.N. Marine B4 28, fo 163-178 et B3 127, fo 264-315.

18 Forbin, Mémoires du comte de Forbin, op. cit., t. 2, p. 200-201. A.N. Marine, b-173, fo 316, B3 189, fo 316 et B4 3, fo 6.

19 Forbin, Ibidem, p. 208-209.

20 Ibidem, p. 212-214.

21 A.N. Marine 133, fo 498, Relation du combat de M. de Forbin.

22 Forbin, Mémoires, p. 202.

23 Ordonnance du 15 avril 1689, Livre neuvième, Des appointements, tables, valets des officiers, etc.

24 Forbin, Mémoires, p. 213-214.

25 A.N. marine B4 32, Relation du combat donné par M. de Forbin contre une escadre anglaise le 14 mai 1707 et Marine C4 272, Rapports de mer, fo 56-69.

26 H. Malo, La grande guerre, op. cit., note 1, p. 68.

27 Marine 31, Desaugiers, fo 229-249.

28 Ibidem, C4 272, Relation de la course que M. le comte de Forbin, chef d’escadre... vient de faire dans les mers du Nord…, et Forbin, Mémoires, p. 219-259.

29 Ibidem, p. 264.

30 A.N. Marine, B2 209, f 497 et B2 214, f 161 et B3 155, f 181, 296, 304 et F2 24, fo 58.

31 Forbin, Mémoires..., op. cit., p. 328.

32 AN Marine B2 205, fo 1 à 25 et B3 154, fo 94 à 128.

33 Forbin, Mémoires, op. cit., p. 334-35.

34 H. Malo, La grande guerre..., p. 204.

35 A.N. Marine, C4 272, Rapports de mer.

36 J. Bromley, « Le prêt des vaisseau », art. cit., p. 85.

37 AN Marine B3 191, fo 270-271 et B2 213, fo 45.

38 Idem, B3 204, Conditions accordées à François Bart.

39 H. Malo, La grande guerre..., p. 197.

40 Ibidem, et surtout les rapports de mer de 1703 à 1711. Voir également deux maîtrises sous notre direction : Jauffrey Vigne, La course à Dunkerque en 1707 et début 1708, et Frédéric Cassarano, Course et rapports de mer à Dunkerque au début de la guerre de Succession d'Espagne, maison de la Recherche de Boulogne, année 1997 et 1998.

41 Ibidem et H. Malo, La grande guerre..., op. cit., p. 177 et 227.

42 Rapports de mer des années 1704 à 1711, et H. Malo, La grande guerre..., op. cit., p. 43.

43 J.S. Bromley, « La course à Dunkerque sous Louis XIV, une remise en cause », RSDHA, 1988,

44 J.S. Bromley, La course à Dunkerque..., art. cit., p. 124-6

45 Cité par J.S. Bromley, La course à Dunkerque..., art. cit., p. 125.

46 André Lespagnol, La course malouine au temps de Louis XV, op. cit., p. 163.

47 H. Malo, La grande guerre..., op. cit., p. 126.

48 A.N. G5 281, Amiral de France, jugements des prises.

49 Ibidem, Marine 272, Rapports de mer du 21 et 24 juillet 1707.

50 H. Malo note ces deux capitaines comme natifs de Dunkerque, mais signale qu’ils sont de la même famille qu’Antoine Gaspard Godouin, de la paroisse de Saint-Nicolas de Boulogne, embarqué sur la Découverte et mort en avril 1705 en montant à l’abordage d’un navire ennemi. H. Malo, Les corsaires, op. cit., p. 29.

51 Ibidem, Marine B4 25, fo 410, janvier 1713, Mémoire des armateurs de Dunkerque sur les moyens de pourvoir à la récompense des matelots estropiés.

52 A.N.. Marine, B3 154 et 177, correspondance de M. Du Guay.

53 H. Malo, La grande guerre des corsaires..., op. cit., p. 146-47.

54 A.N., Marine C4 272, Rapports de mer 1703, 1707, 1708, 1712.

55 A. Cabantous, La Mer et les Hommes, op. cit., p. 44-45.

Table des illustrations

Titre Total des vaisseaux et bâtiments du roi armés en 1704
Légende * Le classement des vaisseaux sous Louis XIX se faisaient par rang, allant de 110 canons à 40 canons.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49377/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Prises et rançons pendant la guerre de Succession d’Espagne d’après les ports où elles ont été conduites
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49377/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Répartition des armements corsaires à Dunkerque en fonction du tonnage
Légende * Total connu : la source principale vient des listes de capitaines établies par Henri Malo et des rapports de mer. * Nbre armement où le tonnage est connu. En 1705 et en 1706, six mois seulement sont connus. Le total est au moins de 792 armements.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49377/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Rançons déclarées à Dunkerque de mai à décembre 1703
Légende Un florin valait approximativement 1,4 l.t. Pour la £, environ 15 l.t. A Jersey et Guernesey, le taux retenu pour 1702-1708 fut 14 l.t. et 11 sols43.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49377/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Prises et rançons jugées à Dunkerque, 1702-1713
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49377/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Dixième de l’amiral de France en 170648
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49377/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search