Version classiqueVersion mobile

Les corsaires du littoral

 | 
Patrick Villiers

Chapitre V. De la crise du système des classes à l’escadre du Nord

Texte intégral

1Sous Louis XIV, comme lors des règnes précédents, les grandes escadres désarmaient l’hiver. Ne naviguaient alors que les bâtiments de charge, les bâtiments d’escorte et les navires de guerre en mission particulière, notamment ceux envoyés outre mer. Le désarmement des vaisseaux libérait dans chaque camp un très grand nombre de marins qui trouvaient immédiatement à s’engager à la pêche au hareng, au cabotage voire à la course. L’échec de la presse amena Colbert et ses conseillers à inventer le système des classes. Colbert de Terron, intendant de Rochefort, expérimenta cette réforme en septembre 1668. Louis XIV, dans une lettre adressée à l’amiral Beaufort le 19 avril 1669, montra qu’il connaissait les réticences des marins français à servir sur ses navires, service militaire devenu indispensable avec le développement de la marine de guerre française :

  • 1 A.N., fonds Marine, IV 8, fo 48.

« Les difficultés qui se rencontrent de toutes parts à la levée des équipages de mes vaisseaux sont telles qu’il est impossible que je puisse penser à faire de grands armements si je ne trouve moyen de changer la mauvaise disposition et l’aversion presque insurmontable qu’ont les gens de mer de s’engager au service de mes vaisseaux et le mauvais traitement qu’ils disent recevoir des capitaines fait une telle impression sur leurs esprits, qu’ils aiment mieux courir toutes sortes de risques pour éviter d’être trouvés lorsque les levées se font. »1

  • 2 A.N, fonds Marine, B3 12 fo 59 et B2 16, fo 268, 23 avril 1672.

2Le 17 avril 1672, onze jours après la déclaration de guerre contre les Provinces-Unies, Hubert écrivit à Colbert pour lui témoigner des réticences des Dunkerquois à servir le roi. Lorsque les capitaines La Preille et Du Fay voulurent incorporer des marins flamands sur leurs barques longues, le doyen des gens de mer de Dunkerque vint rappeler leurs revendications : s’engager pour trois mois seulement, refus de servir sur les grands vaisseaux et être payés 54 livres. Les gens de mer de Dunkerque menacèrent de faire échouer les navires en cas d’embarquement de force. Colbert répondit très durement par un Mémoire du Roy que « s’ils étaient jamais assez mal intentionnés pour faire donner à la côte les bâtiments sur lesquels ils serviraient, Sa Majesté les ferait pendre... ». En fait, Panetié leva au Havre l’équipage de son vaisseau l'Heureux de 48 canons. Il en fut de même pour celui de l’Alcyon de Bilaud-Bléor2.

  • 3 Ibidem, B3 15, fo 83.

3Pour trouver suffisamment d’hommes, les commissions des corsaires furent suspendues et on fit venir 30 matelots de Calais, 80 de Boulogne et 12 de Picardie, mais on évita de prendre des Dunkerquois. Rappelons que matelot ne voulait pas dire marin. Il fallait être âgé de 18 ans, avoir fait deux campagnes sur les navires du roi et évidemment ne pas être invalide. Le cadre du classement était la paroisse et le curé dénonçait au commissaire aux classes les marins déserteurs. La plupart des marins du littoral allant du Havre à Calais ne purent échapper aux réquisitions mais il en alla tout autrement à Dunkerque dont les matelots utilisèrent leur connaissance du flamand pour passer de l’autre côté de la frontière. L'Heureux fut incorporé dans l’armée navale. Les incidents entre les officiers du roi et la population maritime se multiplièrent au cours de l’automne et de l’hiver 1672. Les armateurs, tels les puissants Omaer n’hésitaient pas à embaucher les matelots déserteurs, ce qui leur permettait de les payer moins cher. Le 13 avril 1673, le lieutenant de l’amirauté, La Bourelie, devant la difficulté de trouver 100 matelots à Calais et à Boulogne pour embarquer sur les navires du roi, « a résolu de faire saisir les parts de prises qui appartiennent aux matelots pour les punir ». Le 15 juin, Hubert écrivit à Colbert : « Je prendrai mon temps pour donner les ordres pour lever les matelots à Dunkerque, attendu que si l’ordre était su, les matelots se retourneraient à Nieuport et Os tende »3.

  • 4 Ibidem, B2 20, fo 145 et suiv. Enrôlement des matelots.

4Ce fut le 9 septembre 1673 que Colbert décida la généralisation des classes aux gens de mer des paroisses maritimes allant du Havre à Dunkerque4. Un statut particulier fut accordé à Dunkerque : les matelots flamands furent réputés « étrangers » aux classes, tandis que des condamnations allant jusqu’aux galères et à la peine de mort, étaient prononcées contre les déserteurs. Devant la sévérité de ces mesures, certains Dunkerquois de la classe de service passèrent à Calais pour y embarquer sur les navires marchands. En embarquant sur les navires calaisiens, ils étaient inscrits dans les registres de l’inscription maritime mais, étant en mer au moment des grandes réquisitions pour le service des vaisseaux du roi de France, ils échappaient dans les faits à un embarquement sur un navire royal.

5Le système des classes était très coercitif, mais son plus grave défaut était d’être très coûteux pour la Marine. Il fallait réquisitionner les marins à l’avance et les garder dans les ports en attendant l’armement effectif du navire, ce qui impliquait les frais de route : la « conduite » à l’aller comme au retour, mais aussi le versement d’une solde. Or, Colbert, pour faire des économies, décida que les marins au port ne recevraient que la demi-solde. De plus, le ministre faisait systématiquement verser les soldes des matelots avec retard. Sous Louis XIV, les différences essentielles entre le matelot et le soldat était l’âge et la situation de famille. Un soldat était le plus souvent célibataire et jeune, le matelot était marié, âgé en moyenne de plus de 30 ans, avec des enfants à charge. Embarquer sur un navire du roi signifiait, pour sa famille, ne plus avoir d’argent, une fois reçus les deux mois d’avance réglementaire. La misère de la famille du marin était la première cause de la désertion, comme en témoigne la correspondance des commissaires aux classes. En s’engageant sur un caboteur ou sur un corsaire, le matelot était sûr de recevoir deux mois d’avance, puis le solde en fonction de la longueur de l’embarquement. Multiplier les embarquements courts étaient ainsi synonymes de rentrées d’argent.

6A Dunkerque, Hubert chercha alors à améliorer le sort des matelots en faisant verser une partie de leurs soldes à leurs femmes. Les femmes de matelots reçurent 16 livres par mois et l’épouse de Charles Oniscotte, maître d’équipage, 23 livres. Hubert chercha également à accélérer la vente des prises faites par les navires du roi. La Querelleuse, commandée par Dussignan, avait été prêtée à la course à des particuliers. Elle s’empara du Saint-Martin qui fut vendue pour 5 981 l.t. Lors de la liquidation de cette prise, l’amiral de France, au titre du 1/10e reçut 598 l.t. Une fois déduits les frais de justice et de vente, le produit net se monta à 4 815 l.t. qui furent partagés en trois tiers de 1 605 l.t., un pour le roi, un pour 1 armateur et le dernier pour l’équipage. Sachant que l’équipage comptait une quarantaine d’hommes, les parts des matelots et des officiers mariniers varièrent entre 30 et 80 l.t., soit l’équivalent de deux mois de salaires. La liquidation et la vente de la prise s’étant faites rapidement, on peut penser que l’équipage obtint assez vite ses parts de prises, ce qui constitua ainsi une motivation non négligeable pour servir le roi.

  • 5 Ibidem, B3 15, fo 152, 64 et 65.

7Hubert lui-même avait pris des intérêts en course ainsi que sa femme et sa belle soeur. Il se plaignit à Colbert le 14 avril 1673 de deux mainlevées prononcées par le conseil du roi, ce qui lui faisait perdre une somme non négligeable : « J’en souffre en mon particulier étant chargé de grande famille et je n’ai pas besoin de perdre... ». De plus, une de ces mainlevées avait été reprise par les Anglais et l’autre était passée à l’ennemi : « l’une chargée de beurre est allée d’ici en Zélande, l’autre, du Danemark, a été prise par les Anglais et adjugée... »5.

  • 6 Ibidem, B2 26, 12 octobre 1674.

8Le 12 octobre 1673, à la suite de nombreux échanges de lettres avec Hubert, Colbert autorisa officiellement les barques longues utilisées pour les escortes de convois à faire des croisières de course lorsque les circonstances le permettraient. Dans ce dernier cas, les officiers et équipages ne toucheraient que la demi-solde mais ils se partageraient le tiers du produit des prises6. Colbert généralisait ce qui avait été pratiqué au cas par cas. Ainsi, sur le Littoral, les quelques frégates légères du roi, mais surtout les barques longues pratiquèrent à la fois l’escorte et la course.

Panetié, des barques longues à l’Entendu

  • 7 Ibidem, B3 15, fo 67.

9Panetié, comme nous l’avons vu dans le chapitre précédent, fut affecté à de nombreuses missions d’escortes dans le Pas-de-Calais et la Manche, missions distinctes de la course mais qui impliquaient une présence quasi permanente à la mer, aussi éprouvante pour les hommes que pour les navires. Il en était de même pour ses adjoints qui commandaient les petites frégates ou les barques longues royales. En 1672, les navires du roi se battirent d’abord contre les bâtiments des Provinces-Unies, puis, avec l’entrée de guerre de l’Espagne, contre ceux des Pays-Bas espagnols. Dans ce dernier cas, il s’agissait surtout des capres d’Ostende, mais l’année suivante, les Anglais ayant conclu un armistice avec les Hollandais, leurs navires de guerre devinrent de plus en plus agressifs contre les capres français et contre les barques longues du roi de France. Le 23 avril, Hubert écrivit à Colbert : « Demain, je ferai partir Mrs Dufay, Beaumanoir et Noux pour croiser au Pas-de-Calais entre nos côtes et celles d’Angleterre »7. Tous trois commandaient une barque longue royale.

10La guerre sur mer coûtait cher, et Hubert, sur les ordres de son ministre, chercha manifestement à faire partager les frais des navires de guerre aux riverains en les encourageant à investir dans les armements de barques longues autorisées pour une campagne à faire la course. Le 29 octobre 1673, Hubert dressa le bilan suivant de ses tentatives : « Toutes les barques longues pourraient servir à la course s'ils se trouvaient assez de gens pour les prendre. Il y en a trois, l’Assurée, l'Adroite et l'Entreprenant, qui peuvent tenir la mer par mauvais temps. Les autres, qui sont moins fortes, peuvent servir à croiser dans le Pas-de-Calais jusqu’à la hauteur de Nieuport et se retirer dans nos ports par mauvais temps ».

  • 8 Ibidem, B2 25, fo 25.

11Le 20 mai 1674, Dantzé, ramenant à Calais une reprise de charbon faite sur les Ostendais, fut attaqué par des corsaires d’Ostende qui la lui reprirent sous le fort du Risban, s’emparant également d’un caboteur. Le vent et la marée étant devenus contraires, les frégates la Mignonne et la Trompeuse, commandées par Noël Le Roux et Le Hocq, leur donnèrent la chasse. Le Hocq, cassant sa vergue, renonça à la chasse mais il fut suppléé par Dantzé. L’un des deux marchands fut repris, ainsi qu’un des deux capres. A la suite de ce combat, Dantzé reçut le commandement de la Bouffonne, petite frégate de 8 canons, et fut ultérieurement promu capitaine de frégate légère. Au 11 mai 1674, les barques longues étaient au nombre de neuf : la Hardie, 4 c., 25 h., du Fay ; l'Entreprenante, 4 c., 25 h., de La Preille ; l'Assurée, 4 c., 25 h., du Vignau ; Adroite, 4 c., 20 h., Nicolas Noux ; la Fidèle, 2 c., 20 h., d’Armanville ; la Ferme, 2 c., 20 h. de Beauregard ; la Fine, 3 c., 20 h., de Lèvy ; la Pouponne, 2 c., 20 h., de Beaumanoir ; l'Inconnue, 2 c., 20 h., de Sédirac8.

  • 9 Ibidem, fo 106, 5 octobre 1674.

12Lors du désarmement de l’Hercule en septembre 1674, Panetié se vit refuser par le roi le vaisseau qu’il voulait armer en course pour trois mois mais, début octobre, Colbert le convoqua à Versailles. De leurs entretiens naquit la constitution d’une petite escadre composée du Fâcheux et du Brutal, de la Mignonne plus deux barques longues. Le 5 octobre, le ministre publia un « Règlement sur les conditions auxquelles les vaisseaux du Roy pourront être donnés à des particuliers pour armer en cours »9. Il y réaffirmait la volonté de Louis XIV de recevoir un tiers du montant des prises faites par ses vaisseaux.

  • 10 Ibidem, B3 19, fo 19.

13Le 12, Colbert autorisa les barques longues à faire une croisière de course pour amadouer les matelots du Littoral, car, en Picardie, les matelots refusaient de se laisser enrôler si leur solde n’était pas augmentée. Dans ses Instructions, datées du 31 octobre 1674, Panetié reçut mission en premier d’escorter les bélandres, mais surtout, d’intercepter les corsaires hollandais et flamands et leurs prises, afin d’assurer le passage entre Dunkerque et la Manche. Colbert lui confia le Fâcheux de 40 canons. Arrivé à Dunkerque le 9 novembre, Panetié acheva son armement le 11 janvier, recrutant des Picards, mais également un bon nombre de Flamands. Tout sembla se dérouler pour le mieux. Son principal problème fut la sortie du port, le chenal se révélant difficilement praticable pour son 40 canons. La menace ennemie restait très présente. La Fidèle, capitaine Selingue, combattit le 19 janvier deux capres ostendais armés de 8 et 6 canons, permettant ainsi aux bélandres qu’il escortait de s’échapper. Elle jaugeait 40 tonneaux et portait 6 canons de fer de 3. Son équipage avait été porté à 31 hommes, il était armé de 3 espingoles, 10 mousquets, 10 mousquetons, 8 fusils, 15 pistolets, 10 haches d’armes, 2 pertuisanes et 12 demi-piques10.

  • 11 Ibidem, B3 17, fo 32 et 47.

14Pendant ce temps, le recrutement de l’équipage du Brutal, destiné au chevalier de Béthune, s’avéra ardu. De nombreux incidents s’étaient produits à Dunkerque depuis le début de l’année 1674. En avril, le pilote Dierick Lurens avait refusé de servir sur la barque longue l'Adroite, et s’était engagé au service de l’armateur Hereford, également consul d’Angleterre, affirmant « qu'il aimerait mieux mourir que de servir sur les vaisseaux du roi ». Hereford chercha à le protéger de l’archer de la Marine venu le réquisitionner. Hereford fut condamné à 500 l.t. d’amende. Omaer, qui avait également cherché à protéger des matelots, mais qui, ce faisant, avait copieusement injurié le lieutenant général de l’Amirauté, fut condamné le 15 novembre 1674, à lire publiquement des excuses. Ces deux condamnations contribuèrent à échauffer les esprits11.

15Ne pouvant trouver assez de matelots à Dunkerque, Hubert se rendit à Calais le 9 janvier pour essayer de réquisitionner quatre hommes d’un corsaire. L’équipage se révolta et un des marins menaça le capitaine d’un couteau. Le lendemain, Louis XIV décida un embargo des navires de commerce et des corsaires de Dunkerque. Ce même mois, le roi débaptisa et rebaptisa un certain nombre de ses navires de guerre. C’est ainsi que le Fâcheux fut renommé l'Entendu, et le Brutal rebaptisé le Croissant. Le 14 février, Louis XIV leva partiellement cet embargo en faveur des corsaires, mais le rétablit le 1er mars en apprenant que le Croissant n’avait toujours pas son équipage complet.

  • 12 Ibidem, B2 30, fo 30 et passim.

16Colbert ayant appris la constitution d’un convoi marchand à Ostende, Panetié eut ordre de chercher à l’intercepter avec le renfort de la Gaillarde et de la frégate Mignonne, cette dernière commandée par La Treille, mais pour trois semaines seulement. L'Entendu appareilla pour les côtes anglaises le 26 février. Tout semblait se dérouler pour le mieux lorsque Panetié apprit au ministre que, le 4 mars, son navire avait été volontairement incendié par une partie de l’équipage. Colbert fit aussitôt incarcérer Panetié à la forteresse de Boulogne, et déclencha une enquête. Celle-ci révéla que Panetié avait refusé de célébrer Mardi-Gras et qu’en représailles, quelques matelots avaient mis le feu au navire et en avaient profité pour se réfugier en Angleterre. Seulement 36 hommes de l’équipage furent retrouvés. Les autres désertèrent et passèrent sur des navires anglais. Panetié, comme tout capitaine ayant perdu son navire, devait passer en cour martiale. L’enquête l’ayant innocenté, Panetié fut libéré dès le 26 avril. François Le Tonnelier de Breteuil, intendant de Picardie, rendit son verdict le 7 juin. Six hommes, dont un maître d'équipage, furent déclarés coupables. Les deux meneurs, jugés par contumace, furent pendus en effigie et condamnés à 100 l.t. d’amende. Colbert accorda à Panetié le commandement de l’ancien Dauphin, rebaptisé à son tour l'Entendu, qui se trouvait à l’arsenal du Havre12.

17Colbert comprit la leçon. Pour ce nouvel Entendu, on fit venir de Normandie 60 matelots « lesquels étant mêlés avec le reste des matelots de Calais et de Boulogne et du petit nombre de ceux qu’on aura levés à Dunkerque, composeront un équipage sur lequel on pourra se fier ». Le ministre recommanda également de prendre les principaux officiers mariniers à Boulogne et Calais. Pour « la garnison du vaisseau, le duc d’Aumont fournira trente soldats et le reste se trouvera à Calais et aux environs ». Dorénavant, les armateurs dunkerquois furent dispensés de l’embargo si leurs corsaires étaient montés exclusivement par des équipages étrangers. Les Dunkerquois, parlant flamand, passaient évidemment pour étrangers.

18Une mesure prise par Jean Bart, lorsqu’il fut nommé officier du roi, fut d’accorder de la bière à ses hommes à la place de la ration de vin réglementaire, et, bien entendu, de célébrer et de participer en personne aux fêtes flamandes. Jean Bart lui-même eut de nombreux déserteurs en juin 1675. Plusieurs de ses hommes, après avoir touché leurs avances et participé au « foyus », c’est-à-dire le repas traditionnel précédant l’embarquement, refusèrent de joindre le bord. Jean Bart et son armateur leur firent un procès pour récupérer les avances.

  • 13 Ibidem, B2 31, fo 31.

19Dans son « Mémoire sur la Disposition des vaisseaux garde-costes pendant l’année prochaine 1675 », Colbert avait écrit que : « l’expérience du peu de temps que le sieur Panetié est demeuré en mer a fait connaître que rien ne pourrait tant incommoder les ennemis dans leur commerce que de tenir quelques vaisseaux armés vers le Pas-de-Calais qui pourraient faire des courses dans la mer du Nord ». En dépit de l’incendie de l'Entendu, les bâtiments du roi eurent ordre d’appareiller le plus vite possible. Le Croissant, ayant enfin son équipage, s’illustra en capturant, à sa première sortie, une frégate corsaire de Flessingue, la Cloche, de 36 canons et 150 hommes. Tandis que la Bouffonne et la Gaillarde étaient chargées de protéger la côte de Normandie, Panetié appareillait le 17 mai avec mission de « demeurer au Pas-de-Calais et de chasser les corsaires qui sont sur la côte », cependant, il était autorisé à croiser jusqu’à la Frise et le Dogger-bank. Il avait sous ses ordres le Croissant, la Maligne et la Mignonne13.

20Début juin, Panetié fut renforcé par la frégate boulonnaise du duc d’Aumont, le Nom de Jésus. La petite division intercepta trois corsaires hollandais, dont l’un s’échoua sur les côtes anglaises, mais pendant la chasse, elle donna dans une flotte des Provinces-Unies de 50 navires escortés par quatre vaisseaux de 44 canons. Panetié tint tête à ces quatre vaisseaux tandis qu’un navire de commerce était brûlé, trois désemparés et que le Nom de Jésus s’emparait d’un marchand ramené avec succès le 7 juin. Panetié se plaignit que Brémant, sur la Maligne, l’avait mal soutenu.

21Quelques jours plus tard, Panetié et Béthune furent à l’origine d’un grave incident diplomatique avec l’Angleterre que Colbert narra à de Ruvigny, l’ambassadeur de France à Londres : « ayant aperçu vers la côte d'Angleterre deux capres hollandais, Panetié mit le pavillon de cette nation pour les approcher de plus près et pour les prendre, s’il était possible, mais, ayant vu un vaisseau de guerre anglais venir à lui, il ôta son pavillon hollandais et mit celui de France, croyant éviter par là toute contestation.

22Le capitaine anglais lui demanda d’où était le navire, il répondit : « au Roy de France », et le capitaine anglais lui ayant demandé de baisser le pavillon pour le saluer, le sieur Panetié, fondé sur ce qui a été réglé avec le Roy d’Angleterre même, que ces vaisseaux ne rendraient ni ne recevraient aucun salut des vaisseaux de guerre du Roy d'Angleterre refusa le salut.

23Le capitaine anglais revira sur lui et tira deux coups de canon à balle auxquels le sieur Panetié ne répondit point. Mais, le même capitaine ayant donné toute sa bordée à une frégate de 10 pièces de canons (le Croissant du chevalier de Béthune), le capitaine de frégate lui répondit alors de la sienne. Le capitaine anglais revira alors sur le sieur Panetié et lui tira trois volées de canon auxquelles ne répondit que d’une seule, après quoi l’Anglais prit épouvante et se retira vent arrière ».

24Panetié avait appliqué fidèlement le règlement de 1665. Colbert tout en affirmant que « le sieur Panetié n’a rien fait en cette occasion qu’il ne dût faire » écrivit à l’ambassadeur que « pour éviter pareille rencontre à l’avenir et ôter tout sujet au Parlement d’Angleterre de se plaindre comme il a fait à cette occasion, Sa Majesté a envoyé ses ordres au sieur Panetié de s'éloigner des côtes d’Angleterre et d’éviter, autant qu’il lui sera possible la rencontre des vaisseaux anglais ».

25Quelques jours plus tard, Panetié affronta quatre vaisseaux de guerre hollandais et fut blessé lors du combat. Là encore, il accusa Brémant d’avoir manqué de courage. Colbert fit faire une enquête, à l’issue de laquelle Brémant fut rayé des listes de la Marine. Il fut ultérieurement réintégré, mais seulement comme capitaine de brûlot. Pour éviter tout problème avec les Anglais, l'Entendu et le Croissant furent remplacés par des bâtiments de force inférieure, et Colbert proposa de placer l’escadre de Dunkerque sous le commandement « de capitaines qui ne paraîtraient que comme des armateurs particuliers avec commission de M. l’Amiral ».

26Colbert tirait ainsi la conséquence de la faiblesse de la marine de guerre française en Manche et laissait l’offensive aux corsaires. Il aurait voulu que les armateurs malouins et dunkerquois regroupent leurs navires en une petite escadre de corsaires. Hubert, l’intendant du port de Dunkerque, lui répondit alors : « Si Sa Majesté pense simplement à porter ceux de Dunkerque à faire la guerre à ses ennemis de la manière qu’ils ont fait, il n’y a pas de nécessité de les obliger tous à faire de fortes escadres.

27Outre qu’il n’y aurait pas assez de matelots, il y aurait moins à espérer pour eux, et de mal à faire aux autres. Ou le commerce des ennemis cesserait, voyant des forces dehors, ou ils en auraient d’autres pour le favoriser. Dans la disposition où sont la plupart des armateurs de leurs vaisseaux, il y a tant de personnes intéressées que souvent ils ont peine à convenir de ce qu’ils ont à faire.

28Pour le dessein qu’on aurait de les joindre tous ensemble, il faudrait les pressentir et quasi leur dire la pensée qu’on aurait, ce qui me parait de conséquence. La mienne serait de préparer adroitement ceux qui ont les plus considérables bâtiments, leur offrant quelques secours ; même si Sa Majesté voulait leur accorder de ses frégates, les donner en place de celles qui n’auraient pas de disposition à se joindre à eux, on pourrait demander le dixième des prises qui se feraient, leur laissant le reste pour augmenter la part des matelots et pour les désintéresser d’ailleurs. De la sorte, ils pourraient s’engager dans les dépenses d’armement qui ne sont pas de peu de considération... ».

29Hubert poursuivait en soulignant la baisse du profit à Dunkerque : « Il est bon d'observer sur cela que les prises qui se sont faites n’ont pas beaucoup enrichi les armateurs. La plupart de leurs gains sont en vaisseaux qui leur demeurent sur les bras et peu d'argent pour faire des armements.

  • 14 In H. Malo, Les corsaires, op. cit., fo 60 et 80.

30Ainsi, outre les frégates de Sa Majesté, il les faudra secourir d’ailleurs, les intéressant de telle sorte que l'apparence de profits les fasse agir... De cette sorte, on pourra être en état d’attaquer toutes les flottes qui entrent et sortent, et incommoder extrêmement les ennemis de Sa Majesté »14.

31Ce texte montre à quel point Hubert avait compris la différence de conception entre les capitaines et les armateurs de corsaires « particuliers » qui visaient exclusivement le profit et ce que nous pourrions appeler la « stratégie corsaire », c’est-à-dire vouloir attaquer l’ennemi dans son commerce, mais qui supposait, pour être efficace, d’attaquer les navires d’escorte ennemis.

32A partir du moment où le commerce devenait un enjeu, il est évident que la Marine adverse devait, entre autres missions, escorter ses bâtiments marchands, domaine où Anglais et Hollandais avaient une solide tradition issue de leurs conflits précédents. Dès lors, les corsaires français étaient-ils capables, sans l’aide des navires du roi, d’attaquer des convois ennemis solidement escortés et de faire des prises tout à la fois rentables pour les intéressés et susceptibles d’affaiblir sensiblement l’économie ennemie ?

33En octobre 1676, Panetié fut affecté à l’escadre de Jean d’Estrées qui partit avec 10 vaisseaux aux Antilles. Panetié, qui commandait le Précieux de 54 canons et 300 hommes, fut blessé le 19 décembre lors d’un combat à terre pour reprendre Cayenne. Il reçut un coup de mousquet dans la bouche qui lui « brisa la mâchoire, cassé trois ou quatre dents et emporté le dessus de la lèvre ». En dépit de cette blessure, Panetié survécut et revint à Brest où il fut muté sur le Terrible, mais on le revit à l’automne à Dunkerque.

Omaer, Panetié et le prêt des frégates du roi corsaires

34L’absence des vaisseaux français, en Manche, en 1676 la laissa aux corsaires ennemis. Devant les plaintes du commerce, Colbert chercha à armer une puissante escadre de corsaires. Il demanda « sous le sceau du violet inviolable » à l’intendant de lui envoyer un rapport sur les capitaines, rapport que j’ai cité au chapitre précédent. En accord avec le ministre, Hubert décida d’inciter les corsaires à naviguer en petites escadres, comme à Ostende, et il proposa des barques longues et des frégates du roi aux Dunkerquois.

35En juillet 1677, seul Omaer se laissa convaincre pour demander la Sorcière de 16 canons et 110 hommes, plus la Mignonne et la Lutine de 80 hommes chacune. La convention stipulait que le roi choisissait deux capitaines, que les frais seraient un tiers au roi, deux tiers à l’armateur ; les bénéfices, un tiers au roi, un tiers à l’armateur et le dernier à l’équipage. Les hommes seraient engagés comme sur un capre dunkerquois. Les deux commandants choisis par Colbert furent de la Preille et Deleau, qui commandaient déjà la Sorcière et la Lutine et connaissaient bien la Manche. La dépense initiale se monta à 18 220 l.t. La croisière commença au début d’août par la destruction d’un des vaisseaux hollandais de 10 canons et 60 hommes qui faisaient le blocus rapproché devant la rade. Quelques jours plus tard, un autre corsaire ennemi fut coulé. Début septembre, la petite escadre intercepta une petite flotte venue de Moscovie. La campagne se termina en septembre. Le montant net des prises se monta à 62 638 l.t., il resta 44 417 l.t. à partager pour 18 220 l.t. de dépenses. Omaer présenta les comptes huit mois plus tard. L’affaire avait été indiscutablement rentable. Colbert et Omaer renouvelèrent l’entreprise.

36Une nouvelle escadre fut constituée, comprenant le vaisseau du Roi le Palmier, de 400 tx et 36 c. commandé par Panetié, la Sorcière de 16 c., capitaine Deleau, la Mignonne de 10 c., capitaine Guillotin, et la Lutine, de 10 c., capitaine Pierre Delattre. En novembre, la plupart des Dunkerquois étant déjà embarqués sur d’autres corsaires, il fallut recruter de Boulogne à la Normandie. C’est ainsi que Jean Doublet, célèbre pour son Journal, passa de Honfleur à Dunkerque.

  • 15 A.N. fonds Marine, B2 34, fo 349, 359-60, 389. Instructions du roi et B2 38, fo 45, brevet du roi, (...)

37Là encore, la mission était double, d’abord attaquer les corsaires ennemis, puis faire des prises : « Sa Majesté se remet à lui et elle se promet de sa valeur et expérience dudit sieur Panetié que s’il trouve, comme il y a apparence, des occasions de se signaler dans cette navigation, il en saura bien profiter à l’avantage du commerce de ses sujets et à la ruine de ses ennemis... il est nécessaire que vous soyez continuellement en mer et que vous me donniez avis le plus souvent qu’il vous sera possible de tout ce qui se passera dans cette navigation ». Colbert ajoutait également qu’il fallait éviter de brûler les navires ennemis, notamment les dogres de pêche : « Je sais bien qu'il est facile de couler à fond les dogres mais... l’intention de Sa Majesté est que vous usiez seulement de cette rigueur à l'égard des vaisseaux qui se mettent en état de se défendre et non pas de ceux qui se rendront sans combat ». Colbert précisa également qu’il devait combattre sous pavillon corsaire : « Sa Majesté veut qu’il laisse sa commission de capitaine des vaisseaux de S.M. et qu’il prenne commission de M. l’Amiral comme armateur particulier »15.

38Après avoir appareillé en janvier, la petite escadre s’emparait le 1er février d’une frégate d’Ostende, le Saint-Charles, de 20 canons et 100 hommes d’équipage, qui convoyait un convoi espagnol, puis d’un dogre. Elle fit ensuite, pour 11 rançons, d’un total de 31 396 l.t., mais, après 25 jours de croisière en mer du Nord, une tempête occasionna de graves avaries au Palmier, contraignant Panetié de rentrer au Havre le 28 février. Omaer exigea que les trois frégates continuent la croisière sous le commandement de Deleau. Elles ne rapportèrent qu’un faible butin : 3 rançons d’un total de 6 600 l.t. Omaer accusa Deleau de l’insuccès de cette campagne, car il avait refusé de suivre l’avis de Pierre Delattre qui avait proposé de ranger au plus près les côtes de Hollande pour s’emparer des petits caboteurs.

  • 16 Ibidem, B3 24, fo 26.

39Il est à peu près certain que cette campagne ne fut pas rentable, cependant Omaer et ses co-intéressés se lancèrent dans une nouvelle campagne le 28 avril, toujours dirigée par Panetié. Elle comprenait les navires du roi : le Palmier, la Sorcière, la Lutine et la Mignonne, plus les frégates d’Omaer : la Vipère, de 18 c., commandée par de Lastre et le Dauphin, par Michel Mesmacker. Omaer avait contesté la décision de Colbert de ne pas couler les navires ennemis. En effet, la trêve pêcheresse entre les Hollandais et les pêcheurs français du Littoral avait échoué. Colbert approuva les idées de l’armateur : « Désoler les vaisseaux de la baleine et de la pêche d’Islande ; à défaut de prendre les navires, les rançonner ; au refus de le faire ou si les vaisseaux sont de peu de considération, les faire couler bas... Il faut en user de même à l’égard de la pêche des dogres, en couler bas autant qu’on pourra... Sa Majesté verra bientôt crier le peuple dans le pays de ses ennemis. Il ne faut pas de grosses escadres... Du moins, si cela ne fait pas tout le mal au public [des Provinces-Unies], cela obligera les ennemis à faire de grands armements, bien de la dépense pour les conserver »16

  • 17 Ibidem, B3 28, fo 108, 119, 137, 144 et E 1793, fo 45, 51, 53.

40Omaer fut autorisé à choisir les capitaines, sauf Panetié. Tous furent rémunérés à la part, à l’exception de ce dernier, dont le roi prit en charge les appointements et les frais de table. L’escadre appareilla le 28 avril. Le 9 mai, renforcé par deux frégates du roi, Panetié se heurta à un convoi de 42 dogres. Mesmacker et Panetié s’emparèrent du Prince Guillaume, de 30 canons, frégate chargée de l’escorte, et de plusieurs navires, tous furent conduits à Dunkerque. Le 16 mai, une tempête divisa la flotte d’Omaer. Delattre et Mesmaker s’emparèrent ou rançonnèrent plusieurs pêcheurs. Tous se retrouvèrent à Dunkerque le 27 juin, Panetié ayant capturé deux vaisseaux coloniaux, le premier venant du Surinam, le second de Curaçao. La campagne fut rentable, la vente de la prise du Surinam payant à elle seule tous les frais. Doublet raconte qu’on y trouva 26 000 piastres cachées dans la cale17.

  • 18 Ibidem, fonds Marine, B4 8, fo 232-234, Relation du sieur Panetié sur sa navigation et la prise de (...)

41Profitant de ce bon résultat, Colbert insista auprès d’Omaer pour que l’attaque de la flotte baleinière fût l’objet de la prochaine croisière mais les matelots de Normandie s’y refusèrent. Il obtint de remplacer le Palmier par l'Adroit de 36 canons, construit en 1676. Le 17 août, les Français appareillaient mais, la paix ayant été signée avec les Hollandais, l’objectif devint les convois et les baleiniers hanséatiques. L’escadre de Panetié rencontra 54 baleiniers rentrant du Groenland escortés par un vaisseau de 56 canons, chaque baleinier étant lui-même armé de 8 à 20 canons, et monté par 40 à 60 hommes. Les corsaires d’Omaer refusèrent alors d’attaquer. Il découvrit une flotte de 80 navires hollandais mais qui avaient des passeports. Quelques jours plus tard, Panetié s’empara seul de deux flûtes de Lubeck après avoir combattu le deux frégates d’escorte. Elles étaient richement chargées et leurs ventes payèrent largement la campagne18. A son retour, Panetié, écrivant à Colbert, tira en ces termes le bilan de ces campagnes et de la valeur des capitaines dunkerquois :

« Il ne faut pas s’attendre que ces sortes de Flamands fassent aucune action d’éclat ; il n’y en a que deux à Dunkerque qui vaillent quelque chose, et le commandant doit rendre justice à l’un (Michel Mesmacker) qui était avec lui, qui a assez bien fait son devoir, et qui a gardé le poste qu’il lui avait donné.

  • 19 Ibidem.

Il ne faut regarder ces gens-là que pour incommoder le commerce des ennemis, en leur prenant leurs marchands ; car il est vrai qu’ils sont plus propres à faire la course que les Français et meilleurs matelots, étant nés dans ce métier. »19

42Le second capitaine était Jean Bart. Panetié posait ainsi la question des différents rôles de la course : enrichir l’armateur et l’équipage, ou causer le plus grand dommage possible à l’ennemi. Pour un armateur, un corsaire endommagé était un navire à réparer, donc occasionnant des frais imprévus ; de même, un engagement entraînait des parts de prises exceptionnelles à verser aux familles des hommes morts ou estropiés au combat. Pour les hommes d’équipage, mourir pouvait être glorieux, mais ils savaient que leur famille serait, dans la majorité des cas, dans la misère. Ainsi s’explique le fait que sur les corsaires, nombreux étaient les équipages qui refusaient d’attaquer un bâtiment ennemi jugé trop dangereux.

43Il est particulièrement intéressant de noter que, dès ce conflit, Colbert fut averti par Hubert et Panetié de la différence de conception entre les corsaires qui visaient exclusivement le profit, et ce que nous pourrions appeler la « stratégie corsaire », c’est-à-dire vouloir attaquer l’ennemi dans son commerce. A partir du moment où le commerce devenait un enjeu, il est évident que la Marine adverse devait, entre autres missions, escorter ses bâtiments marchands, domaine où Anglais et Hollandais avaient une solide tradition issue de leurs conflits précédents. Dès lors, les corsaires français étaient-ils capables, sans l’aide des navires du roi, d’attaquer des convois ennemis solidement escortés et de faire des prises tout à la fois rentables pour les intéressés, et susceptibles d’affaiblir sensiblement l’économie ennemie ?

  • 20 B. mun. Dunkerque, ms 78, fo 329, in H. Malo, Les corsaires, p. 108.

44Les brèves expériences de Panetié et d’Omaer montrèrent l’ambiguïté du rôle des corsaires, mais Colbert pouvait croire qu’avec une grande Marine, les mentalités pouvaient changer. L’insuffisance des archives pour ce conflit ne permet pas d’apporter de réponses définitives et empêche des comparaisons valables avec les guerres ultérieures. Panetié fut récompensé par une gratification de 3000 l.t., plus une pension annuelle de 1 500 l.t. Il était évident que, pour renforcer la marine dans le Pas-de-Calais, il fallait faire de Dunkerque un véritable port de guerre et réparer les fortifications de Calais. Selon un « Mémoire concernant la Flandre flamingante » établi en 1697 par Desdris, intendant de Flandre, les Dunkerquois auraient conduit dans leur port 384 prises, qui auraient produit 3 787 695 l.t. plus 400 000 l.t. de frais divers : justice, déchargement, etc. Ce document ne nous donne pas le mode de calcul, et reste ainsi très imprécis sur le produit brut et le produit net. Dans ce mémoire, Desdris affirma que Louis XIV fit annuler et rendre aux Anglais pour un million 800 000 l.t. de prises. Il ajouta que les corsaires hollandais et ostendais en avaient repris pour une valeur de 2,4 millions de l.t. : « or la plupart des reprises avaient été faites à la rade, faute d'entrée et faute de risban, et bien souvent d'une garde-coste qui fut assez forte pour les protéger »20. Desdris justifiait a posteriori les travaux pour approfondir le chenal et protéger le port.

Louis XIV, Vauban et l’achèvement du port et de l’arsenal de Dunkerque

  • 21 In J.M. Goris, « Vauban et Dunkerque d’après sa correspondance », RSDHA, 1991, p. 49. Très bon arti (...)

45Sans chenal suffisant et accessible par tous les temps, le rôle militaire du port était considérablement réduit ; de plus, l’arsenal ne pouvait se développer tant que le problème du chenal n’était pas résolu. En 1676, Dunkerque reçut 70 120 l.t. de Colbert. La situation devenant catastrophique, le ministre demanda un rapport à Vauban, puis son avis sur les travaux de la jetée. Le 25 mars 1677, ce dernier donna ordre de continuer la pose de « la charpenterie de la jetée ». Dans un mémoire, il décrivit ainsi l’entrée du port : « J’aurais tort de discourir sur la marine, ce n’est pas mon métier et j'avoue de bonne foi que j'y entends très peu de choses, mais... l’affaire dont il s’agit est très simple et dépend entièrement du mouvement et de la force des eaux... Personne n’ignore que le havre de Dunkerque n’ait été incomparablement meilleur qu'il n’est, tout le monde sait que son comblement est un ouvrage de la mer et la plupart des gens voient bien qu'il faut que ce soit la même eau qui le nettoie... Il est vrai de dire qu’il n’y a point de ville en Europe où la matière soit si bien disposée pour être un port artificiel »21.

46Louis XIV en fut conscient, accordant alors d’importants moyens. L’année 1678 vit une très grande présence de Vauban (il rédigea 17 lettres et mémoires), et le percement du banc Shurken. Le 22 mai, 950 hommes furent mis pour creuser le banc : « l’armée de la brouette ». Le 30, la coupure fut réalisée, le 21 juin, grâce au jeu des écluses de chasse, le chenal était large de 31 toises et profond de 7,5 pieds, cinq jours plus tard, 36 toises et 9 pieds en morte eau, à marée basse. Il fallait encore construire les jetées en fascines et en charpente, pour maintenir le chenal, puis réaliser un bassin pour contenir 40 navires avec deux écluses dont l’une de 42 toises de long et 7,5 toises de large. Le port ne fut achevé qu’en 1686, mais, en 1680, Louis XIV tint à en faire la visite.

47Colbert et Seignelay voulurent éblouir le roi. Le choix se porta sur un vaisseau de 50 canons, le Rubis, construit à Brest en 1678, rebaptisé pour la circonstance l'Entreprenant. L’intendant Desclouzeaux avait peur que le navire ne s’échoua dans le chenal, mais Colbert exigea la venue du vaisseau qui entra sans encombre dans le port le 25 juillet. Le chevalier de Lhéry reçut le roi à bord le 27. Louis XIV visita également les fortifications et les ouvrages du port. Panetié dirigea la visite de l’arsenal le 28, et on fit jouer les écluses. Le 29, le roi monta sur une galiote luxueusement équipée et assista à un combat naval simulé de l'Adroit et de la Serpente, commandés par Panetié et Albert.

48Cette visite a été décrite par Colbert de Maulévrier dans une lettre à Colbert : « Il est impossible d'entendre tous les applaudissements que le roi et les courtisans donnent aux merveilles qu'on voit ici de la marine. Sans vous en faire un compliment en particulier, S. M. fut hier près de deux heures sur le vaisseau du chevalier de Lhéry, ne pouvant se lasser d'en admirer la beauté et la magnificence. L’on fit faire la revue aux soldats et les manœuvres aux matelots devant elle ; les soldats firent l’exercice avec la même justesse que les mousquetaires du roi, et pour les matelots la légèreté et la vitesse avec laquelle ils montèrent et descendirent plusieurs fois du plus haut des vergues et des mâts du vaisseau servit de spectacle aussi divertissant pour toute la cour qu’il était extraordinaire et nouveau.

49Pendant tout le dîner du roi on ne parla d’autre chose, et le récit que S. M. en fit augmenta tellement la curiosité que pendant tout l'après-dîner on ne dit autre chose, et à quelque heure qu'on passa près du port on voyait les matelots pendant aux vergues et montant aux huniers de ce vaisseau pour donner le plaisir de ce spectacle à la Reine, à madame la Dauphine et aux dames de la cour.

  • 22 In H. Malo, Les corsaires...., op. cit., p. 117.

50La parure et la propreté du vaisseau et des matelots, la bonne mine et l’ajustement des soldats, et toute l’ordonnance de ce modèle de la marine que vous avez fait voir à S. M. s’est trouvée si bien entendue que personne n’y a rien trouvé à blâmer, quoique tout ait été fort examiné par les courtisans qui d'ailleurs se plaisent assez à critiquer les ouvrages les plus parfaits »22.

51Deux jour plus tard, le roi se joignait au concert de louanges et écrivit à son tour à Colbert : « J’ai voulu attendre que j’eusse tout vu, devant que de vous écrire. J'ai été très content des travaux du port et du vaisseau que j’ai examiné de toutes manières. Le chevalier de Lhéry a honneur à l’ordre qui y est. J’ai dit à votre fils de vous mander le détail de toutes les choses. J’entendrai bien mieux maintenant les lettres de marine que je ne faisais, car j’ai vu le vaisseau de toutes manières et faire toutes les manœuvres, tant pour le combat que pour faire la route. Je n’ai jamais vu d’hommes si bien faits que le sont les soldats et les matelots ; si je vois jamais beaucoup de mes vaisseaux ensemble, ils me feront grand plaisir.

  • 23 Ibidem.

52Les travaux de la marine sont surprenants, et je ne m’imaginais pas les choses comme elles sont ; enfin, je suis très satisfait. Mon voyage me coûtera quelque chose, mais mon argent sera bien employé, car j'aurai plus de pièces qui verront la rade et les attaques à revers ; votre fils vous expliquera le détail. J'ai vu comment on fermerait l'arsenal. Je crois que tout ira à merveille et qu'après cela Dunkerque sera le plus beau lieu du monde ; voilà ce que je suis bien aise de vous dire pour aujourd'hui »23.

53Comme le nota Maulévrier, on avait bien fait venir des équipages sélectionnés et vêtus d’un uniforme spécialement confectionné pour cette visite : « Le marquis de Seignelay, secrétaire d’Etat à la marine, qui était ici, avait fait se trouver dans ce port un très beau vaisseau de cinquante pièces de canon, nommé l'Entreprenant, commandé par le chevalier de Lhéry. On avait choisi pour le monter les officiers, les soldats et les matelots les mieux faits du royaume, et les plus adroits, à qui on avait fait faire exprès des habits d’uniformes. Les matelots avaient des culottes bleues et des camisoles rouges, avec un petit galon sur les coutures et de petites écharpes blanches... Les capitaines étaient entièrement couverts d’un point d’Espagne d’or et d'argent. Enfin on n'avait jamais vu un équipage de vaisseau plus leste, mieux composé et plus magnifique ».

  • 24 A.N., fonds Marine, 43, fo 371-373.

54Colbert, se souvenant de l’affaire de l'Entendu, avait interdit que l’on recrute des Dunkerquois. On fit appel aux classes de Dieppe, Boulogne et Calais. Colbert avait demandé que les marins aient tous une taille supérieure à 5 pieds six pouces. A cette époque, comme pendant le siècle suivant, les matelots n’avaient pas d’uniforme. Dès le départ du roi, les marins durent rendre leurs uniformes de parade, uniformes qui finirent par s’abîmer dans les coffres de l’arsenal24.

  • 25 Sur ce problème, lire la mise au point la plus récente et la meilleure : Bernard Cros, « Dunkerque, (...)

55Lors de cette visite, les fortifications autour de la jetée n’étaient pas encore achevées. Les fondations du Risban venaient d’être complétées, et, depuis le printemps trois fours à chaux étaient en service. L’enceinte circulaire mesurait 100 mètres de long. Elle culminait à 15 mètres et portait 54 canons. Le Risban fut achevé en 1683, pour une dépense totale de plus d’un million de l.t., soit l’équivalent de deux vaisseaux de 70 canons. Pour protéger les abords du chenal, on construisit à l’Ouest un fort en charpente baptisé château d’Espérance, et celui de l’Est, Fort Vert. En 1689, Seignelay décida de protéger la fosse de Mardick par une batterie supplémentaire dénommée Fort de Revers. Dunkerque devint ainsi une place inexpugnable, comme le montrèrent les évènements de 169425.

  • 26 C. Pfister-Langanay, « Charpentiers et navires à Dunkerque de Louis XIV à 1914 », Revue du Nord, 19 (...)

56Le port marchand resta à sa place, au pied des vieilles tours bourguignonnes, mais l’arrière-port marécageux fut transformé en parc de la Marine avec trois cales de construction pour les navires du roi et trois pour les marchands et les corsaires. En 1670, le charpentier du roi, Hendrick, avait lancé l'Oiseau de 600 tx, un vaisseau de 4e rang, puis le Croissant de 300 tx, vaisseau de 5e rang, en 1673, mais l’essentiel des constructions pour le roi avait été des barques longues et des frégates légères. La difficulté de l’approvisionnement en bois de construction en était la première cause. La paix revenue, en 1680, Hendrick lançait le Solide et l’Emporté, de 600 tx chacun, le bois venait de Baltique et des forêts boulonnaises. Sur les nouvelles cales, Hendrick construisait, en 1685, le Modéré de 800 tx, suivi du Diamant de 900 tx, en 1687, et, l’année suivante, du Henry, de 1100 tx et 60 canons. Dunkerque était bien devenu un port arsenal, cependant si l’arsenal était établi dans ses grandes lignes, il ne sera jamais achevé. La forme de radoub restera à l’état de projet26.

57Si les travaux de Dunkerque furent les plus spectaculaires, ceux de Calais furent également très importants. De Bonnais, ingénieur chargé des fortifications de Calais, écrivit à Colbert une lettre très alarmiste : « Je suis obligé de vous dire que Calais est la place de ce pays qui est dans le plus mauvais état. On n'y travaille presque plus. La contrescarpe est sans palissade ». Les palissades endommagées furent réparées, des ponts de communication avec l’extérieur furent construits, et des travaux de réparation ou d’agrandissements furent effectués sur l’ensemble des forts. Le Risban fut renforcé par le fort Rouge, construit sur pilotis en 1695, avec un armement de 16 canons de 18 et 24. On y ajouta, en 1701, le Petit fort ou batterie de l’Estran, prévu pour 8 canons d’artillerie terrestre. Les autorités craignaient un débarquement en force des Anglo-Hollandais. Le fort Lapin ou Redoute fut construit en 1690 pour empêcher une éventuelle percée d’un ennemi entre la ville et le fort Nieulay. Il reçut 4 canons. La ville y mit une garnison de 10 hommes et un sergent. On construisit en 1696, au nord-est de Calais, en bord de mer, un fort sur pilotis, le Fort Vert, de 13 canons, destiné à protéger la ville d’une attaque venant de l’est.

  • 27 In A. Derville, Histoire de Calais, op. cit., p. 109-111.

58L’effort principal porta sur le fort Nieulay, qui contrôlait les écluses de Calais et permettait d’inonder les environs. Vauban estimait qu’il était la clé de voûte de la défense de la ville : « Bien fortifier le Nieullet... et quatre à cinq mille hommes, moyennant quoi on peut assurer que les ennemis ne vous feront rien par ce pays-ci et... qu'on pourra leur donner tout loisir d’y former un siège, après quoi... lâcher les écluses, ce sera la plus grande merveille du monde si une bonne partie n'y périt... »27.

59En 1677, Louis XIV en ordonna la reconstruction. En 1689, on construisit une caserne, ce qui allégea la charge des habitants du logement des gens de guerre. Comme Dunkerque, le port de Calais était menacé par l’ensablement. En 1687, à la suite de la révocation de l’Edit de Nantes, les habitants soupçonnés d’être restés protestants ou sympathisants furent punis par l’obligation de loger des soldats. L’ensablement devint critique pour les grands navires et en 1698, un rapport de l’intendant Bignon souligna la nécessité de refaire les jetées : « L’activité du port de Calais, actuellement fort périlleux pour les bâtiments qui y abordent sera avantageux au commerce... Il y a plusieurs incommodités par le mauvais état des jetées, un bâtiment n'y peut entrer sans courir beaucoup de risques... ». Des travaux furent entrepris en 1699.

  • 28 A. Lottin, Histoire de Boulogne, op. cit., p. 135-136.

60A Boulogne, la révolte du Lustucru avait laissé des traces. Louis XIV avait rétabli les privilèges du Boulonnais en 1672 ou 1682, mais le pays fut obligé d’admettre le paiement annuel du « quartier d’hiver » fixé, en 1662, à 50 000 l.t. et qui se monta à 43 950 l.t. en 1698. La peur de voir la « ville haute » tomber aux mains de révoltés ou des Anglais explique la décision de Louis XIV de faire détruire les fortifications. En 1675, Vauban en présenta une adaptation et une rénovation, mais Louvois jugea le projet trop cher. Les travaux de démolition commencèrent avec la destruction de l’environnement du château, de ses glacis, de l’environnement de la porte Gayolle et de la tour Françoise. Ces démolitions coûtaient également très cher, et le roi consentit à laisser subsister l’enceinte intérieure des remparts. Comme le souligne le professeur Alain Lottin, l’opération ne fut pas entièrement négative. Les matériaux furent employés à paver la basse ville, et on commença la construction d’un hôpital général qui fut achevée en 1726. L’arasement des fortifications favorisa l’unité de la cité, en rapprochant la basse ville de pêcheurs et des marins de la haute ville28.

61C’est donc un littoral passablement transformé qui se trouva confronté à la guerre de la Ligue d’Augsbourg.

L’État corsaire, une aide ou une concurrence ?

Dunkerque, base de l'escadre du Nord

62La France déclara officiellement la guerre à la Hollande le 2 novembre 1688, mais le Conseil du Roi prit le 17 septembre comme date de départ pour les jugements de bonne prise, et les premières commissions en course furent signées le 5 octobre. Le 15 avril 1689, le roi entrait en guerre contre l’Espagne, et le 25 juin contre l’Angleterre. A Dunkerque, Patoulet envoya immédiatement des navires à la découverte et installa des guetteurs au Gris-Nez et au Blanc-Nez pour surveiller les frégates ennemies. En 1688, après le lancement de l'Alcyon, de 400 tx, Seignelay ordonna la construction des vaisseaux l'Assuré, de 1000 tx et 64 c., le Tigre, de 400 tx et 36 c., Les Jeux, l'Opiniâtre et le Capricieux, de 300 tx et 36 c., des frégates la Railleuse et l'Aurore, de 170 tx et 20 c., et de trois frégates de 80 tx et 12 c. : la Trompeuse, la Fée et la Charmante, tous lancés en 1689 sur plans de Hendrick. L’année suivante, Le Vasseur lança l’Entendu de 800 tx et 60 canons, tandis qu’Hendrick assurait la construction de l'Audacieuse, de 90 tx et 16 c., et de deux barques longues de 60 tx et 10 c., l'Emeraude et la Choquante. L’arsenal ralentit son effort en 1690 avec le lancement de l'Entendu, de 800 tx et 60 c., pour construire l’année suivante ses plus grands vaisseaux : le Prompt de 1200 tx et 76 c., l'Ecueil de 1000 tx et 64 c., le Capable et la Perle de 900 tx, de 58 et 52 c., tous sur plan de Levasseur, successeur d’Hendrick. Les commandes royales cessèrent presque totalement pendant le reste de la guerre, l'Alcyon, de 38 c. et 263 tx, lancé en 1696, fut le dernier vaisseau construit avant 1704. Il y eut cependant plusieurs commandes de barques longues.

  • 29 C. Pfister-Langanay, « Stratégies, construction navale et charpentiers à Dunkerque sous Louis XIV » (...)

63Cette baisse s’explique par la conjonction de plusieurs facteurs : l’apogée de la flotte de guerre, la difficulté des approvisionnements en bois, mais aussi l’importance des commandes de corsaires par les particuliers29.

64Tous ces vaisseaux ne furent pas au service de la marine royale, au sens strict du terme. Dès le début du conflit, Seignelay chercha à prêter les vaisseaux du roi aux particuliers. Dès les 8 et 20 novembre 1688, le fils de Colbert publia deux ordonnances par lesquelles le roi abandonnait son droit au tiers des prises faites par ses navires, droit qui avait été réaffirmé par le règlement du 5 octobre 1674. Louis XIV avantageait également les investisseurs particuliers en leur octroyant des tarifs avantageux pour la réparation, le renouvellement des approvisionnements et du gréement lors du retour des navires prêtés dans l’arsenal. Le roi prenait également à sa charge l’assurance des bâtiments et les appointements de ses officiers servant à bord de ceux-ci : « désirant exciter ses sujets à entreprendre l’armement d’un grand nombre de ces vaisseaux quelle veut donner pour courir sus sur les ennemis de l'Etat ».

65Selon Valin, « l’ordonnance générale du 15 avril 1689... révoqua tacitement les exceptions des 8 et 20 novembre 1688, ce qui est une singularité remarquable... mais les choses ne restèrent pas longtemps sur ce pied là... il y eut un nouveau règlement sur ce sujet en date du 5 décembre 1691... ».

  • 30 R.J. Valin, Nouveau Commentaire sur l'Ordonnance de la marine du mois d'août 1681, La Rochelle, 176 (...)

66En effet, à la mort de Seignelay, Pontchartrain revint sur certains avantages. Il décida d’interdire le prêt des vaisseaux de plus de 44 canons, de remettre en cause les prix de faveur des arsenaux lors du retour des vaisseaux, et exigea que « lorsqu’il serait donné quelque vaisseau pour la course, l’intendant du port ferait un traité avec les armateurs, lequel serait envoyé au Ministre de la Marine pour servir au jugement des prises..., qu’il serait fait un inventaire au pied duquel les armateurs s’obligeraient de rendre le vaisseau au même état et de remplacer les consommations ». En dépit de ces traités, les litiges se poursuivaient lors du retour des vaisseaux. Pontchartrain publia un nouveau règlement le 6 octobre 1694 : « le Roi... réserva à son profit le cinquième des prises, déduction faite des frais de justice, de garde et de vente, et du dixième de l'Amiral ; moyennant quoi Sa majesté se chargea du remplacement des consommations, ou plutôt en déchargea les armateurs »30.

  • 31 Rapport de Gaspard Bart, 1er novembre 1688, Jean Bart, 13 novembre et 31 décembre, A.N. Marine 252, (...)

67Ainsi, contrairement à ce que l’on écrit trop souvent, les mesures de Pontchartrain en faveur de l’emploi des vaisseaux du roi à la course furent moins avantageuses que celles de Seignelay. Ce dernier encouragea particulièrement cet emploi à Dunkerque, mais aussi à Toulon comme l’a bien montré J. Bromley. L’intendant Girardin de Vauvré prêta 19 bâtiments de 1688 à 1694, allant du France et du Prudent de 3e rang aux felouques. Le secrétaire d’Etat investit personnellement 30 000 l.t., l’intendant, 25 000 l.t., de même que Louis XIV dans l’armement du Ferme, de 60 c., de l'Aquilon, 52 c. et du Fidèle, de 48 c. à l’automne 1688. Ils furent imités par les principaux grands commis de la Marine, Bégon, Latouche et Salaberry. Le roi avait, en effet, ordonné à Seignelay d’armer en course à titre personnel « pour l’exemple ». Le secrétaire d’Etat porta également toute son attention à Dunkerque. Le 6 novembre 1688, Jean Bart recevait le commandement de la Railleuse, de 16 c. et 150 tx, Antoine Selingue celui de la Sorcière, de 24 c. le 29 novembre et Albert, celui de la Serpente. En réalité, Jean Bart avait pris la mer seul dès le 25 octobre, s’emparant le surlendemain d’une busse hollandaise sous pavillon écossais. Il repartit le 28 avec Albert et Selingue, et tous trois s’emparèrent de quatre flûtes de la V.O.C., la compagnie hollandaise des Indes. Le lendemain, il captura une pinasse d’Amsterdam qu’il conduisit à Mardick. Du 20 au 27 novembre, croisant au large du Texel, il prit trois navires revenant de Moscovie. Il venait de prendre une flûte chargée de produits coloniaux lorsqu’il fut poursuivi par quatre frégates hollandaises. Dans son rapport du 31 décembre 1688, il signala qu’il avait cependant eu le temps de prendre 4 caisses de peaux de castor et d’étoffe de soie31.

68Bien que la liquidation de cette croisière ne soit pas connue, elle fut incontestablement très rentable, notamment par les prises des flûtes de la VOC. Dans son Journal, Dangeau note que le 17 avril 1689, Seignelay se vanta d’avoir gagné pour sa part 20 000 pistoles des quatre millions de prises faites à cette date sur les Hollandais. Le secrétaire d’Etat avait refusé au maréchal d’Humières, à d’Harcourt, à de Pertuis et l’intendant Desmadris, les frégates commandées par Jean Bart. Il les avait armées pour son propre compte avec Louvois et Colbert de Croissy. Pour être certain que ses intérêts seraient bien défendus, Seignelay avait permis à Patoulet d’entrer dans ses armements pour un huitième. Patoulet, interrogé pour signaler les meilleurs capitaines, avait répondu « Je ne connais personne qui soit plus capable de les monter que M. Bart et Albert ».

69La course n’était pas la seule mission de l’escadre du Nord. Louis XIV voulut réunir sous le commandement du chef d’escadre de Beaujeu, les quatre frégates de Seignelay, un vaisseau de 30 canons, une barque longue et la flûte le Profond pour aller razzier les busses hollandais en pêche au hareng sur le Dogger-bank, mais le projet fut éventé. Patoulet demanda si l’on pouvait couler des prises : « Nos armateurs m'ont demandé, et particulièrement M. Bart, si ayant fait des prises, ils pourraient les couler à fond plutôt que de les laisser retomber entre les mains des ennemis qui seraient plus forts qu’eux. J’ay répondu à ce dernier (dont je suis persuadé de sa probité) qu'il pourrait en user comme il l’estimerait à propos », mais il voulait l’avis de Seignelay pour autoriser les autres capitaines.

70Jean Bart rédigea d’ailleurs, en janvier 1689, un « mémoire pour la destruction du commerce hollandais dans les différentes mers du Nord, sans lequel l’état de Hollande ne peut subsister » où la destruction des navires ennemis l’emportait sur leur capture.

  • 32 H. Malo, Les corsaires..., op. cit., p. 182

71Le chevalier de Forbin, de retour de son expédition du Siam fut affecté à Dunkerque sur la Railleuse, « frégate de seize pièces de canon, avec ordre de croiser en Manche « . Selon H. Malo, il aurait pris des parts dans le corsaire Famille Royale de 150 tx, armé par de Wulf et Lefevre, et commandé par J.B. Kiel32. Il décrit ainsi dans ses Mémoires sa première mission en avril 1689 :

  • 33 Forbin, Mémoires du comte de Forbin, Amsterdam, 1730, 2 t., p. 268.

« J’étais en mer depuis quelques jours, lorsque le gouverneur de Calais me fit savoir que les Espagnols nous ayant déclaré la guerre, je pouvais arrêter tout ce que je trouverais de vaisseaux de leur nation. Dès le lendemain, je rencontrai à la suite d’une flotte marchande anglaise, quatre petits bâtiments ostendais. Je les arrêtai sans peine et comme ils ignoraient que nous eussions guerre avec l’Espagne, ils se laissèrent conduire à Dunkerque, où ils furent confisqués au profit du Roy. »33

72Dans ce cas précis du début de la guerre, les prises pouvaient être attribuées au roi sans versement à l’équipage. Ce texte confirme qu’à cette date, la Railleuse n’était plus en armement particulier. Forbin passa alors sous les ordres de Jean Bart, qui commandait maintenant la frégate de 24 canons, les Yeux (et non, comme écrit trop souvent, les « Jeux »). Il fut envisagé de confier à Jean Bart le passage de Jacques II en Irlande mais finalement il reçut l’ordre d’escorter des bâtiments pour Brest, avec mission au retour « de chasser les capres hollandais qui sont en grand nombre sur les côtes de France ». Forbin a bien décrit cette mission : « Nous avions ordre de convoyer au port de Brest, quelques bâtiments chargés pour le compte du roi. Outre mon équipage qui était de 120 hommes, j’avais embarqué à Dunkerque cent soldats qui devaient aussi être transportés à Brest.

73Pendant ce trajet, un corsaire hollandais de 14 pièces de canon vint nous reconnaître ; je lui donnai la chasse et le joignis. Son imprudence fut cause de la perte de plus de la moitié de son équipage : car comme il vit que j’allais aborder, il s'avisa de faire clouer les écoutilles afin que ses gens n’ayant plus où se sauver fussent obligés de se défendre jusqu’à la dernière extrémité.

74L’abordage se fit, je n'en ai guère vu de plus sanglant : ces malheureux se battaient en désespérés en sorte que dans un instant leur pont fut couvert de morts. A cette vue, je sautai dans le vaisseau pour faire finir cette tuerie ; sans cela, il n’en réchappait pas un seul, tant mes gens étaient irrités de la résistance qu’on leur avait fait ».

75A l’arrivée à Brest, Forbin et Jean Bart apprirent la déclaration de guerre à l’Angleterre et une nouvelle mission d’escorte : « Nous trouvâmes en arrivant au port vingt vaisseaux marchands prêts à partir. Ils nous demandèrent escorte, ce que nous accordâmes bien volontiers ». Par le travers de l’île de Wight, le convoi fut intercepté par deux Anglais de 50 canons. Forbin prétend que l’idée de protéger le convoi lui revint : « Je représentai à Bart qu’à la vérité nos vaisseaux étant légers et bons voiliers, il nous serait aisé de nous sauver si nous le voulions ; mais que cette manœuvre, si elle nous mettait en sûreté, nous déshonorerait dans le monde : que nous pouvions être assurés que ces deux vaisseaux nous enlèveraient plus de la moitié de nos bâtiments ; qu’on ne manquerait pas de nous rendre responsables d’un événement si fâcheux... ». Au cours du combat, les deux marchands qui devaient renforcer les deux frégates se dérobèrent. Forbin et Jean Bart durent se rendre. « Ce combat fut long et sanglant, il dura deux grandes heures, c'est-à-dire bien au delà de ce qu'il en faut pour un abordage. Les deux tiers de mon équipage avaient été tués

  • 34 Ibidem, p. 273.

76J’avais reçu moi-même six blessures plus incommodantes que dangereuses, cependant nous combattions toujours. Je descendis pour me faire panser car je perdais beaucoup de sang... L’équipage qui était demeuré sans commandant, voyant tout le pont couvert de morts, ne songea qu’à se sauver. Mon valet qui était remonté, les trouvant dans cette disposition, et apercevant six matelots qui se jetaient dans la chaloupe, les suivit sans s'embarrasser de l'état où il me laissait, alla avec eux à bord d’un marchand de la flotte qui les reçut »34.

77Les Mémoires de Forbin sont à prendre avec circonspection, car il cherche systématiquement à se donner le beau rôle, mais ici, ce qui est le plus important à noter, c’est qu’en tant qu’officier du roi, il ne trouve pas désobligeant d’escorter les navires, qu’il se sent obligé de combattre un ennemi supérieur en nombre, et qu’il ne peut se rendre avant d’avoir longuement combattu. Ces trois attitudes étaient totalement différentes de celles d’un corsaire, comme nous le reverrons dans la suite de ce chapitre.

78Chez les Anglais, les pertes furent également très lourdes, les officiers furent mis hors de combat, et c’est le maître d’équipage Robert Sinnock qui ramena le vaisseau qui avait vaincu Jean Bart. Le convoi français fut sauvé. Jean Bart et Forbin, faits prisonniers, s’évadèrent grâce au Dunkerquois. Forbin a rapporté cette évasion dont le récit a été maintes fois reproduit. Le Provencal se rendit à Versailles tandis que Bart regagnait Dunkerque, où Vauban écrivit une fort belle lettre à Seignelay : « La vérité est qu'il m’a donné pour excuse que ne sachant pas bien parler français et ayant été battu, il n'a osé hasarder de se présenter devant le Roy en cet état, mais que quand il aura bien pris sa revanche, que pour lors, si on veut qu’il y aille, il ira.

79Voilà à peu près Monseigneur, comme il faut les gens de guerre, et plut à Dieu que toute votre marine fut toute sur ce pied là. Pour moi, j’aime qu’un homme de guerre doive tout à son mérite et non à la faveur ».

80Cette lettre de Vauban est très éclairante. Il ne fait aucune référence à Forbin ou à Bart comme corsaires, mais bien comme officiers de marine. Louis XIV les promut tous deux capitaines de vaisseau, Bart était alors âgé de 38 ans. A l’automne, le roi l’autorisa à se remarier avec Marie-Jacqueline Tugghe. Le corsaire avait épousé la fille d’un aubergiste nanti, l’officier du roi se maria avec la fille d’un ancien procureur de l’Amirauté et échevin de Dunkerque. Marie Tugghe, parfaitement éduquée, poussera constamment la carrière de son mari. Habile et ambitieuse, elle sera diplomate pour adoucir les heurts de Jean Bart, jaloux de ses prérogatives, et gérera avec finesse les affaires corsaires de son mari.

  • 35 Jean Doublet, Cahiers.., 5e cahier, années 1689-1690, édité par Charles Bréard, Paris 1883.

81Dans ses Cahiers, Jean Doublet écrivit, qu’après avoir fait une croisière sur la Princesse de Conti pour le compte des sieurs Gérardin et Lech de Dunkerque, il refusa une frégate corsaire de 24 c. pour le commandement de la barque longue du roi, la Sans-Peur, de 8 c et 40 h. avec sous ses ordres l'Utile de 6 c. commandée par Durand : « Nous reçûmes cachetés les ordres de la Cour, ils portaient d’aller devant la rivière Tamise de Londres pour observer combien de bateaux de guerre nous y pourrions découvrir et à peu près leurs forces... ». En mai 1689, Patoulet lui ordonna de faire des escortes : « Disposez-vous à partir dès matin, si le vent le permet pour escorter plusieurs petits bâtiments qui attendent pour aller à Calais, Boulogne et Saint-Valéry-en-Somme. Puis vous en ramènerez d’autres qui sont pour revenir ici... Nous fîmes ce manège durant près de deux mois, puis nous escortâmes des bâtiments jusqu’au Havre. M. de Louvigny, pour lors intendant, m’ordonna d’en escorter jusqu’à Cherbourg ». Il reçut ensuite l’ordre d’aller croiser en Manche « depuis les hauteurs de 50° jusqu’au 47° et sur le tout de ne pas nous arrêter à faire aucune prise ». Il fut secondé, dans cette mission, par deux corsaires commandés par le chevalier de Beaumont et son frère, M. de Rantot. Seignelay les dédommagea du changement de leur mission. Celle-ci n’était pas sans danger. Quelques mois plus tôt, l'Utile avait été capturé, puis repris. Doublet apercevant la flotte anglaise devant Torbay fut poursuivi par deux frégates ennemies. Il reprit ensuite ses escortes durant l’hiver. L’année suivante, il fut à nouveau affecté à l’observation des vaisseaux anglo-hollandais en Manche35. Doublet, au service du roi, n’eut donc, pendant ces deux années en Manche, aucune mission corsaire.

82Les Ostendais ripostèrent aux croisières françaises en armant des gardes-côtes. Trois de leurs frégates, armées de 18 à 36 canons, s’emparèrent de 28 prises qui cherchaient à entrer à Dunkerque ou Calais. Vauban écrivit alors à Seignelay pour demander l’armement de 5 à 6 navires royaux de 25 à 50 canons, précisant que, si le roi y consentait, il était prêt à investir dans un armement corsaire, mille pistoles, et ses amis 20 000 l.t. Le secrétaire d’Etat constitua en juillet une petite escadre commandée par d’Amblimont sur la flûte le Profond, armé de 40 c., Selingue sur la Serpente, Herpin sur la Sorcière et de La Motte-Michel sur la Trompeuse de 12 c. L’escadre appareilla le 19 juillet pour croiser au large du Texel. Le 27, elle livra un violent combat contre deux flûtes et deux vaisseaux hollandais. Le Profond fut détruit par un boulet qui mit le feu aux poudres, et les deux vaisseaux hollandais furent également victimes d’un incendie. Les deux flûtes venaient du Surinam et de Curaçao. Elles entrèrent à Dunkerque le 4 août, où elles furent vendues plus de 200 000 l.t. D’Amblimont obtint une gratification de 4 000 l.t. Fin août, Selingue, Herpin et Lamotte, avertis par 1'intendant d’une barque longue d’Ostende remorquant une prise, sortirent du port, et après un combat contre le corsaire soutenu par deux autres ostendais, reprirent le bâtiment originaire de Dieppe, retour d’Amérique avec un chargement de sucre et de bois de Campêche.

  • 36 Arch. Nat., fonds Marine B2 72 et B2 73 et C4 253.

83Au début novembre, Seignelay ordonna à Jean Bart d’appareiller sur l'Alcyon, de 30 c., du Capricieux de Selingue et l’Opiniatre d’Herpin. Le 19 décembre, Jean Bart intercepta une flûte et une galiote sous pavillon danois. Elles étaient neutres mais transportaient des soldats du Danemark en Ecosse. Jean Bart amarina ces deux bâtiments car il voulait « les empêcher de grossir les rangs des ennemis du roi ». Toutes les actions de la petite escadre du nord étaient donc indiscutablement militaires. Jamais un corsaire n’a intercepté des troupes de guerre ennemies. Cependant les jours suivant, Bart s’empara de deux dogres et en rançonna deux autres. A son retour le 8 janvier 1690, Seignelay le félicita de la prise des deux Danois36. Le mois suivant, Bart trouvait ordre de rejoindre l’armée navale à Brest où se trouvait également Panetié.

  • 37 Mercure Galant, mai 1689, p. 309 et suiv.

84Depuis avril 1689, Panetié était sous les ordres de Château-Renault avec qui il s’illustra à Bantry le 9 mai 1689. Il fut le chef de file de l’avant-garde française sur le François, de 44 canons et 350 h., construit en 1669. Le Mercure Galant de mai 1689 décrivit ainsi le brillant combat de Panetié : « Il se passa une chose singulière entre ces deux avant-gardes... Le vaisseau que montait M. Panetié n’ayant que 44 canons et le vaisseau contre lequel il combattait en ayant 70, il s'approcha sans tirer jusqu’à la portée du mousquet et comme ses sabords étaient ouverts, il fit une décharge de mousqueterie, qui tua ou blessa la plupart de ceux qui étaient à ces ouvertures. On les referma aussitôt, ce qui empêcha ce vaisseau anglais de faire feu de son canon. M. Panetié fit tirer le sien, et tous les vaisseaux de l’avant-garde ayant fait de même sur celle des ennemis, cette dernière se retira fort mal traitée et ne se battit plus »37.

  • 38 Arch. Nat., fonds Marine B2 71, B2 72 et B2 73.

85Les Anglais eurent en effet 600 morts ou blessés, contre 40 morts et 93 blessés chez les Français. Cette victoire navale fut mal exploitée et les forces terrestres anglaises restèrent intactes, ce qui fut à l’origine de la défaite de Jacques II à la Boyne l’année suivante et de son retour piteux en France sur une frégate française. Panetié fut félicité par Seignelay et reçut le commandement du Bourbon, de 50 c. et 400 h. sur lequel il embarqua le 13 août et croisa en Manche ouest. Il s’empara notamment de la frégate anglaise l'Eveillé. A son désarmement, le 30 octobre, il trouva sa promotion de chef d’escadre de la province de Normandie, après 24 ans dans le grade de capitaine de vaisseau, succédant à Gabaret, promu lieutenant-général. En croisant à l’entrée de la Manche, Panetié s’empara d’un corsaire ostendais et reprit un navire de Saint-Malo chargé d’eau-de-vie, puis alla désarmer à Rochefort38.

  • 39 Ibidem, B3 62, fo 528.

86Au début de 1690, Panetié prit le commandement du Terrible, de 74 c. et 490 h. dans l’armée navale qui se rassemblait à Brest. Dunkerque joua alors son rôle d’arsenal du roi en armant le Henry, le Sage, le Faucon, le Palmier, l'Alcyon et l'Opiniâtre. D’Amblimont fut chargé de conduire cette escadre à Brest où elle arriva sans encombre le 6 mars. Le marquis d’Amfreville l’incorpora dans son armée, avec mission d’aller débarquer 6 000 hommes de troupes en Irlande. Les soldats furent finalement débarqués à Cork, et l’armée navale rentra fin avril. Le 29 avril, Jean Bart, qui venait de participer à cette action sur l'Alcyon, adressa à Seignelay un projet « sur une entreprise à exécuter dans la rivière de Londres ». Il proposait de s’emparer du mouillage des Dunes avant la jonction des flottes anglaises et hollandaises et de dévaster l’embouchure de la Tamise, notamment l’arsenal de Chatham. Il reprenait, dans ces grandes lignes, l’attaque de Ruyter dans la Tamise à laquelle il avait participé comme mousse. Il proposait d’exploiter le système des classes qui permettait d’armer les vaisseaux français plus rapidement que ceux de l’ennemi : « comme nous le pouvions l’année passée et comme nous l’avons pu et pouvons peut-être encore celle-ci, ayant toujours eu l’avantage d’être plus tôt et mieux armés qu’eux »39.

87Seignelay et Louvois adoptèrent un plan assez différent. Le 23 juin, les 75 vaisseaux de guerre français quittaient Brest pour entrer dans la Manche et engager la flotte anglo-hollandaise « jusque dans la Tamise ». Bart et Forbin étaient détachés de la flotte pour rechercher les vaisseaux ennemis et les dénombrer, ce qu’ils firent du 3 au 10 juillet après avoir trouvé Herbert en rade de Sainte-Hélène. Leurs navires, l'Alcyon et le Fidèle, n’étaient pas assez puissants pour combattre en ligne de file et servirent de répétiteurs de signaux lors de la bataille de Béveziers. Cependant, Panetié prit une part très active à ce combat victorieux. Son vaisseau, le Terrible, reçut une bombe qui mit le feu à bord. Au soir du combat qui avait duré sept heures, son équipage comptait 31 morts et 62 blessés. La victoire fut incontestable, mais Tourville, marin de la Méditerranée, fut surpris par l’ampleur des marées de la Manche. Il oublia de faire mouiller l’armée française qui fut éloignée de l’ennemi par le reflux. Herbert put sauver une partie de sa flotte en se réfugiant dans la Tamise où Tourville refusa de s’engager. Un vaisseau hollandais fut pris, six coulés ou sabordés, et un Anglais de 70 canons, l'Anne, détruit. La flotte anglo-hollandaise fut endommagée mais non détruite. Le lendemain, Guillaume, qui avait profité de la concentration de vaisseaux français dans la Manche pour obtenir la maîtrise de la mer d’Irlande, remportait la victoire de la Boyne, contraignant Jacques II à quitter l’Irlande et à se réfugier en France. L’idée d’une guerre remportée principalement par Jacques II devait être abandonnée. Béveziers, sur le plan stratégique, était un échec. Louvois n’avait rien prévu pour exploiter la victoire, il n’y avait aucune force terrestre à débarquer sur Londres dont les habitants restèrent fidèles à Guillaume.

  • 40 Sur ce sujet, voir P. Villiers, Marine royale..., tome 1, p. 75-80 et 100-120.

88La grande occasion d’une guerre courte était perdue. Les deux camps allaient s’engager dans une guerre d’usure où, sur le plan maritime, la France avait l’infériorité numérique en termes de vaisseaux et en hommes, face aux deux marines les plus puissantes d’Europe40.

89En août et en septembre, Jean Bart croisa au large d’Héligoland, rançonnant deux baleiniers de Hambourg pour 132 250 l.t., puis 5 pêcheurs anglais de Rye pour 140 £, sa mission était incontestablement corsaire, mais on ne sait si son navire était armé par des capitaux privés. Seignelay lui donna mission d’aller chercher à Hambourg un « sieur Mazen » et deux navires chargés de cuivre, de munitions et d’armes. Jean Bart demanda alors à armer l'Alcyon, le Tigre, les Yeux et un quatrième vaisseau qui, finalement, ne fut pas prêt, pour essayer d’intercepter la flotte de Moscovie en même temps qu’il allait à Hambourg.

  • 41 Forbin, Mémoires…, op. cit., p. 305.

90A la même période, Seignelay décida d’organiser une escadre dirigée par le comte de Relingue, dans laquelle se trouvait Forbin, et destinée à croiser en mer du Nord mais les retards et le mauvais temps contraignirent à la désarmer en novembre. C’est alors que Seignelay, le meilleur secrétaire d’Etat à la Marine de Louis XIV, disparaissait à l’âge de 39 ans. Forbin, qui lui devait beaucoup, en a fait un portrait particulièrement flatteur : « On peut dire qu'ayant été formé par un père infatigable et d'une capacité consommée, la France eut peu de ministres si actifs et si vigilants que lui. Que s'il donna une partie de son temps à ses plaisirs, ce fut sans préjudice de ses devoirs qu’il avait toujours présents et qu’il ne laissa jamais en arrière41 ».

91Phélypeaux de Ponchartrain, contrôleur général des finances, reçut alors la charge de la Marine. Il n’avait pas la compétence de son prédécesseur, mais l’historiographie du XIXe siècle en a dressé un portait tout à fait injustifié. Pontchartrain autorisa Jean Bart à prendre un vingtième de l’armement pour Hambourg. Bart accomplit sa mission et revint fin décembre, mais le mauvais temps l’empêcha d’intercepter la flotte de Moscovie. Il fit cependant quelques prises et rançons mais d’une valeur qui ne couvrait pas l’armement des trois navires. Les vaisseaux du roi, qui avaient beaucoup souffert et perdu des câbles et des ancres passèrent au radoub. Ici encore, la mission de Bart était floue : il devait en premier ramener les navires de Hambourg et seulement en second, chercher à faire des prises.

92Louis XIV et Pontchartrain, ce dernier reconnaissant volontiers son incompétence en matière navale, acceptèrent en 1691 la stratégie d’Usson de Bonrepaus, visant plus à intercepter le commerce ennemi qu’à rechercher les batailles navales. Tourville et la flotte de Brest menèrent la « campagne du Large » qui devait aboutir à la prise du convoi de Smyrne mais ce convoi s’échappa, en revanche celui des Antilles fut capturé. Dans cette stratégie, Dunkerque joua alors un rôle très important. Dès janvier 1691, le roi y ordonna l’armement de sept vaisseaux et trois frégates et six barques longues. Une chaloupe de Dunkerque fut mise à la disposition du duc d’Aumont pour intercepter le courrier d’Angleterre. En février, le Tigre du chevalier de Vieuxpont intercepta un paquebot destiné à la Hollande. En riposte, les Anglais envoyèrent en mars sir Ralph Delaval à la tête de 11 vaisseaux pour faire le blocus de Dunkerque, nombre porté à quinze en mai.

93Pontchartrain répartit alors les vaisseaux du roi en deux escadres, l’une commandée par Bart, l’autre par Méricourt, le premier sur l'Alcyon, prenant les vaisseaux légers : le Comte commandée par Forbin, l'Hercule par Languillet, les Yeux par Montségur, le Tigre par de Maisonnette, l'Aurore par le Chevalier de Montault, et le brûlot la Sorcière par Rey. Le ministre promet des « grâces du roi » sur les prises qui seront faites. L’armement se fit avec beaucoup de longueur, l’intendant Patoulet se plaignit à nombreuses reprises des problèmes posés par Jean Bart. Ce dernier obtint à son bord, Jan Dans, capitaine de brûlot, qui venait de quitter le service de la Hollande. Patoulet n’hésita pas à écrire : « On a assez de peine à satisfaire, si j’ose dire, à toutes les fantaisies des officiers de guerre qui ne sont jamais contents ». Dans cette affaire, Forbin prit la défense de Bart, d’autant que l’escadre tenta de sortir dans la nuit du 13 au 14 juillet, mais elle fut bloquée par des vents contraires et 39 navires ennemis : 18 à la passe Ouest, 16 à la passe Est et cinq à la passe Nord.

94Patoulet eut également à se plaindre de Forbin. Le chevalier était renommé pour sa morgue. Il affirme, dans ses Mémoires, qu’ayant prêté 500 l.t. à un bourgeois de Dunkerque, il lui fallut un procès pour obtenir le remboursement de cette somme ; ayant rencontré son créancier dans une rue de la ville, les deux hommes en vinrent aux mains et les amis de Forbin rossèrent le créancier. Ce dernier était protégé par Louvois. Forbin fut mis aux arrêts à la forteresse de Calais et obligé de faire des excuses.

  • 42 H. Malo, Les corsaires, op. cit., p. 235.

95Conséquence du blocus, l’escadre de Méricourt, composée des vaisseaux les plus importants, ne put sortir de la rade jusqu’à l’automne. Seule l’escadre de Bart franchit le blocus dans la nuit du 25 juillet. De 1691 à 1697, le rôle de Dunkerque, comme base de l’escadre du Nord, se confond alors avec celui de Jean Bart. Selon un mémoire du temps, le montant des prises faites par les vaisseaux du roi et vendues à Dunkerque de 1689 à décembre 1692, se monta à 1 247 528 l.t., dont 119 050 l.t. pour le dixième de l’Amiral42.

Jean Bart, corsaire du roi ou chef d’escadre : guerre de course ou guerre contre le commerce ennemi

96Dans ses Mémoires, Forbin prétendit être à l’origine de l’armement de juin 1691 : « Le peu d’apparence qu’il y avait de nous mettre en mer de toute la campagne, me donna lieu de dresser un nouveau projet d'armement pour le compte du roi. Je communiquai mes vues à Barth... J’écrivis donc au ministre...

97Je lui mandais... qu'il semblait convenable, pour ne pas laisser les ennemis entièrement maîtres de la mer, que la Cour consentit à armer une escadre de petits bâtiments qui seraient montés par des capitaines que je nommai et du nombre desquels je me mis ; qu’au premier vent favorable nous sortirions sans difficulté et sans courir aucun risque, en passant par les intervalles des ennemis, d’où, ayant gagné la pleine mer, nous irions dans le Nord interrompre leur commerce... ».

98Après un faux départ, Forbin et Bart finirent par appareiller de nuit, suivis par 9 capres, auxquels se joignirent trois corsaires qui croisaient au large. Dès le départ, le succès fut au rendez-vous, en dépit d’une poursuite de la flotte du blocus. Là encore, Forbin se donna le beau rôle : « Jean Barth prétendit d’abord que c'était quatre vaisseaux ennemis... détachés du blocus... Le bâtiment que je montais était le meilleur voilier de l’escadre, il fut arrêté que j'irais à eux. Je les joignis dans la nuit ; je mis un fanal pour signal et tirai un coup de canon. Je m'approchai jusqu'à la portée de la voix de celui qui me parut être le commandant ; nous nous parlâmes ; il se trouva que c'était un vaisseau de guerre anglais qui escortait les trois autres qui étaient marchands.

99Je me donnais à eux pour Anglais, le capitaine me dit qu'ils venaient d’Ovvatl et qu'ils allaient en Moscovie. Pour moi, je lui fis crier que je venais de Flessingue. Il me crût sur ma parole et je le tins de près toute la nuit. Au point du jour, ayant mis pavillon blanc, je l’abordai et je l’enlevai après un léger combat. Ce navire avait 42 pièces de canons et le mien n'en avait que 32. Je ne perdis que six hommes dans cette action, l'Anglais en perdit 40. Pour les autres trois bâtiments, ils furent enlevés sans difficulté... ».

100Forbin était sur le Comte et le navire anglais se nommait le Tigre, 400 tx, 34 c. et 180 h. Tout le texte de Forbin nous laisse entendre que cette mission était corsaire mais en réalité, les ordres de la Cour étaient en premier lieu de détruire le commerce ennemi : « Les instructions... ordonnaient de brûler toutes les prises qu’il ferait mais l’intendant de Dunkerque, qui avait en vue ses intérêts, lui avait modifié ses ordres, en lui faisant entendre que conformément aux intentions de la Cour il fallait brûler les prises mais cela pourtant ne devait pas avoir lieu dans les prises considérables qu'il fallait conserver... ».

101Suivant les directives de Patoulet, les prises furent renvoyées sur Dunkerque mais le Tigre et une des flûtes furent repris par deux vaisseaux de guerre anglais.

102Bart poursuivit ensuite sa mission, qui était de ravager les pêcheries anglaise et hollandaise au Dogger-bank, puis de faire une descente sur la côte anglaise avant de gagner Bergen pour se ravitailler et de tenter de s’emparer de la flotte de la Baltique. Seul ce dernier point s’apparentait à une croisière de capres. Au cours du mois d’août, l’escadre s’empara de deux navires coloniaux qui furent conduits à Bergen par un capre, deux navires de guerre furent brûlés. Selon la Gazette de France du 18 août, 91 dogres de pêche auraient été détruits. Les prisonniers furent conduits sur les côtes anglaises. Une descente eut lieu sur les côtes d’Ecosse. Là encore, Forbin se donna le beau rôle : « Cette expédition me parut d’autant plus convenable que vraisemblablement elle devait faire du bruit dans le pays et donnerait de la réputation à l’escadre. Barth approuva ma proposition et me laissa toute la conduite de l'affaire... ». L’escadre séparée par le mauvais temps se retrouva à Bergen, Forbin brûlant quatre navires anglais qui avaient malheureusement croisé sa route.

103Bart rencontra alors de nombreuses difficultés avec le gouverneur danois. Si le Danemark et la Suède étaient neutres à cette date, ces deux nations étaient soumises aux pressions des ambassadeurs des belligérants. Le gouverneur de Bergen obligea les navires français à aller « espalmer » à une lieue de la ville et s’empara des trois prises conduites par le chevalier de Montault. Il fallut l’énergie de Jean Bart et de l’ambassadeur de France pour faire céder le gouverneur. Paradoxalement, au même moment, des armateurs et des marins danois armaient des corsaires sous pavillon français.

104Dans ses Mémoires, Forbin accusa Bart de mollesse : « Je trouvai les choses en débarquant dans le plus pauvre état du monde. M. Barth, sans s’embarrasser de rien, faisait bombance dans un cabaret... Le gouverneur qui ne le prenait que pour un corsaire particulier en faisait si peu de cas qu’il lui avait enlevé les prises que nous avions fait... Outrer de l'indolence qu’il témoignait, je lui représentais vivement l’indignité qu'il y avait à souffrir un traitement si honteux et étant allé de ce pas chez le gouverneur qui entendait le français et qui le parlait fort bien : « Monsieur, lui dis-je, d’un air assez vif, de quel droit, et par quelle autorité vous êtes vous emparé des prises que les vaisseaux du roi ont fait ? » Le gouverneur s'excusa en disant qu’il ignorait que ces vaisseaux appartinssent au Roi de France et qu’il ne les avaient pris que pour des corsaires particuliers, que du reste ce n’était pas lui qui en était saisi et que c’était à l’intendant à qui il fallait s'adresser.

105Sur cette réponse, je me rendis chez l'Intendant, qui après m’avoir écouté me renvoya froidement au gouverneur. Je vis bien à qui tout leur manège tendait. M’adressant à Barth : « puisqu’on se moque de nous, lui dis-je, c’est à nous à nous faire justice. Sur le champ, nous armâmes les chaloupes et les canots, et étant venus à bord des prises, nous en chassâmes les Danois qui les gardaient... ».

106Les navires ayant été pillés, Bart et Forbin firent faire un inventaire qui révéla de nombreuses fraudes : « Je vis bientôt qu’on les avait fort allégé par le pillage qui en avait été fait. Sur quoi, je dis à Barth, qu’avant que d’ôter les scellés, j’étais avis qu’on fit venir tous les écrivains et le commissaire, pour faire en leur présence un procès verbal sur l’état des prises et un inventaire de tout ce qu’elles contenaient.

107Ce conseil fut suivi mais nous trouvâmes que tout avait été pillé à moitié... Dans la recherche qui fut faite, le commissaire, ayant été reconnu coupable, fut mis aux fers et le capitaine de frégate qui avait escorté les bâtiments fut mis aux arrêts car il n’était pas au-dessus de tout soupçon ».

  • 43 Forbin, Mémoires, p. 318-324.

108A la suite des interventions de l’ambassadeur de France, les choses s’arrangèrent. Une prise fut vendue et le produit permit de payer les frais d’escale et d’approvisionnement. Là encore, Forbin prétend avoir tout fait, se moquant au passage des habitants de Bergen : « un équipage assez brillant, et sur toute chose un habit bleu que je portais brodé en or, de fort bon goût et fort riche, tout cela ensemble mit dans la tête des habitants de Bergen qu’il fallait que je fus fils naturel du Roi de France. Ces bonnes gens assez grossiers et peu accoutumés à voir des officiers qui fissent de la dépense se prévinrent si fort sur ce sujet qu'il aurait été difficile de les détromper »43.

  • 44 In H. Malo, Les corsaires, op. cit., p. 222.

109Le retour fut mouvementé. Une tempête dispersa l’escadre dans la nuit du 12 au 13 novembre. Il fallut, en outre, déjouer une escadre anglaise et une hollandaise qui faisaient le blocus de Dunkerque. L’affaire du pillage fit grand bruit. Patoulet en avait averti Pontchartrain mais le ministre fut scandalisé par la mise aux fers de l’écrivain et du commissaire. Patoulet dressa alors un portrait très sévère de Bart, avec qui il avait eu des accrochages : « Je l’excuse, c’est un homme grossier qui ne sait pas quelle est l’importance de cette violence... A parler franchement je ne saurais m'empêcher de croire qu’il n’a songé, avec d'autres, qu’à piller et assurer leur pillage. J’avais bonne opinion de lui et croyais qu'un homme de sa valeur n'était pas capable d’ordure »44.

110Bart et Forbin furent convoqués à Versailles. Là encore, ce dernier se donna le beau rôle, assurant que Bart l’avait laissé partir le premier pour la Cour. Pendant ce temps, Pontchartrain fit mener les interrogatoires des matelots et des écrivains. L’innocence de Bart et de Forbin apparut sans que ce dernier ait eu à intervenir, contrairement à ce qu’il a écrit : « Le surlendemain de mon arrivée à Dunkerque et je fus me présenter à M. de Pontchartrain à qui je justifiai si pleinement la conduite que nous avions tenue que le ministre qui avait été prévenu contre nous se rendit à la vérité... ».

111C’était la première visite de Jean Bart à Versailles. Là encore, Forbin se donna le beau rôle : « Comme Barth avait beaucoup de réputation, toute la Cour souhaitait le voir. Je l’introduisais partout, sur quoi les plaisants disaient en badinant, allons voir le Chevalier de Forbin qui mène l’ours, et à dire vrai, ils n'avaient pas tout à fait tort.

112Barth avait fort peu de génie, il ne savait ni lire ni écrire quoiqu’il eut appris à mettre son nom. Il était de Dunkerque. De simple pêcheur, s’étant fait connaître par ses actions, sans protecteur, et sans autre appui que lui-même, il s'éleva par tous les degrés de la Marine, jusqu'à devenir chef d’escadre. Il était de haute taille, robuste, bien fait de corps quoique d’un air grossier. Il parlait peu et mal, du reste très propre pour une action hardie mais absolument incapable d’un projet un peu étendu... ».

 

113Comme nous l’avons vu, Bart avait écrit un projet d’attaque de la Tamise, et il était faux de dire qu’il ne savait ni lire ni écrire. En revanche, il est certain qu’il écrivait ses rapports en flamand, langue qu’il parlait mieux que le français. Les deux prises ramenées de Bergen furent vendues 408 102 l.t., somme considérable, les frais de justice se montèrent à 55 087 l.t. et le dixième pour l’amiral de France, 37 953 l.t. Il resta net 315 061 l.t., mais nous ignorons la répartition et les actionnaires. Jean Bart reçut une gratification royale de 5 000 l.t., et son fils aîné, François, fut nommé garde de la Marine le premier janvier 1692, âgé seulement de 14 ans et demi. C’était, en effet, une des traditions du roi de récompenser le fils pour les mérites du père. Forbin n’eut aucune gratification, et en conçut un si grand dépit qu’il décida de demander sa mutation :

« Je souhaitais fort que M. de Pontchartrain fut instruit de la part que j’y avais, soit par rapport au projet, soit par rapport à l’exécution. Je priais Bart de l’en informer, je comptais qu’il me rendrait ce service, d’autant plus volontiers que je lui en avais rendu un semblable, après notre prison de Plymouth mais, soit bêtise soit timidité, il ne dit jamais un mot en ma faveur...
Je ne voulais plus servir sous un homme avec qui il fallait faire toutes les fonctions, les écritures, les signaux et les projets, tandis qu’il retirait seul tout l’honneur et le profit. Je déclarais sur cela mes sentiments à mes amis du bureau de la Marine et je les priais de faire en sorte qu’on me mit au département de Brest, ce qui me fut accordé ».

114Forbin reçut le commandement de la Perle, avec mission d’escorter à Saint-Malo des vaisseaux chargés de troupes pour la Hougue. Il fut ensuite chargé de naviguer en Manche et d’éclairer l’armée navale dans la campagne de la Hougue. De retour à Dunkerque, Bart fut encouragé à faire entrer dans la marine des flamands. Ce fut le cas de Louis Bommelaer qui sera tué au combat le 28 juin 1695, et de Joris van Crombrugghe, qui vit son brevet temporaire de frégate légère pour la campagne devenir définitif, puis qui fut promu lieutenant de vaisseau à l’automne, et capitaine de brûlot le 1er janvier 1696.

  • 45 Voir nos articles : P. Villiers, « Marine de Colbert ou Marine de Seignelay : victoire de Barfleur (...)

115Louis XIV et Louvois décidèrent pour 1692 un débarquement en Angleterre avec des troupes massées dans le Cotentin. Jean Bart fut chargé de se rendre à l’île de Bass, en Ecosse, à l’entrée de la rivière d’Edimbourg pour y débarquer des officiers fidèles à Jacques II et des armes : 1000 mousquets et 2 000 fusils. Si à Barfleur, Tourville, avec 44 vaisseaux, réussit à vaincre, le premier jour, les 110 vaisseaux anglo-hollandais, sa retraite sur Brest, le lendemain, l’amena à perdre à la Hougue une dizaine de vaisseaux45. La marine française étant ainsi réduite à la défensive, Louis XIV donna un nouveau rôle à l’escadre de Dunkerque devant laquelle trente vaisseaux ennemis menaient la garde. Bart reçut mission d’aller détruire la pêcherie aux harengs des Anglo-Hollandais et d’attaquer la flotte de la Baltique avec le Comte, l'Alcyon, l'Hercule et le Tigre. Plusieurs avaries l’obligèrent à rentrer au port. La nouvelle escadre ne fut prête qu’au 15 septembre.

116Patoulet, se plaignant des retards, dénonça Jean Bart comme ne dormant pas à son bord comme l’exigeait l’ordonnance de 1681 : « M. Bart n'est plus le même homme, il a accommodé ses affaires d'où il s’ensuit qu'il paraît en aimer plus le repos. D'ailleurs, il a une jolie femme qui le retient », mais Pontchartrain refusa de sanctionner le marin. 32 vaisseaux bloquaient le port. Sur ordre de Guillaume d’Orange, la Royal Navy essaya de bloquer Dunkerque en coulant des vaisseaux maçonnés à l’entrée du chenal. Une tempête jeta à la côte deux des brûlots, et Russel fit demi-tour, et finalement, débarqua à Nieuport et Ostende 14 000 hommes. Cette force s’empara de Fumes et d’Ypres, mais renonça à attaquer Dunkerque où le roi avait envoyé le lieutenant-général Colbert de Maulevrier pour diriger la défense. Finalement l’escadre appareilla le 24 octobre. Les corsaires particuliers furent également très touchés par ce blocus, avec seulement 37 armements contre 89 l’année suivante.

117Dès sa sortie, Bart, qui commandait le Comte, intercepta une flotte qui venait de quitter les côtes de Hollande. Guillaume d’Orange était à son bord. Bart, ayant reconnu le navire royal, le força à revenir au port. Dans ses Mémoires, le marquis de Sourches écrivit que « Bart les conduisit, en les canonnant, jusqu'au port où ils allèrent mouiller ». Le 15 novembre, l’escadre intercepta une des flottes de la Baltique, dix prises et un escorteur, la Justice de Staad, furent pris. D’autres prises furent faites les jours suivants. L’escadre rentra le 24 novembre avec quinze prises, dont quatre par Cornil Saus sur le Dauphin de 50 tx. La liquidation de deux prises manque aux Archives nationales mais l’escorteur fut vendu 21 833 l.t. et 12 prises 512 821 l.t., soit une moyenne de 40 000 l.t., ce qui correspond à la valeur des flûtes au cabotage européen.

118Le partage révèle bien qu’il s’agissait d’un armement royal. Après prélèvement des frais de justice et du dixième de l’Amiral, l’équipage et les officiers se partagèrent le dixième net, la somme restante, soit 300 852 l.t. allant à l’intendant de Marine pour le compte du roi. Un conflit opposa Bart et Patoulet. Bart voulut considérer ses deux capitaines Maisonnette et Périer comme de simples lieutenants. Patoulet refusa. Le dixième revenant aux équipages royaux, soit 33 800 l.t., fut divisé en quatre parts de 8 452 l.t.. La première pour les trois capitaines, la deuxième aux états-majors, et les deux autres aux marins. De la première part, Bart reçut 50 % soit 4 225 l.t. et les deux commandants du Tigre et de l’Hercule : 2 112 l.t., son fils François, au titre de la deuxième part, comme garde de la marine, 471 l.t., les écrivains du roi, les chirurgiens et les aumôniers, 235 l.t., les simples matelots, 26 l.t..

  • 46 Arch. Nat. ; Marine, B3 68, B3 75, B3 81 et C4 254 et C4 257.

119Cornil Saus et les hommes du Dauphin reçurent 3 648 l.t. pour la vente de la Justice de Staad, et 113 205 l.t. pour les autres prises. En proportion, les équipages royaux furent moins bien traités, mais leur part s’ajoutait à leur solde, alors que dans le cas des corsaires, il fallait retirer les frais d’armement et de relâche et les avances46. L'Alcyon du chevalier de Saint-Clair, qui s’était trouvé séparé dès le début de la croisière, rentra également avec trois prises.

120En janvier 1693, Bart reçut la mission de conduire le comte d’Avaux et M. de Bonrepaus, ambassadeurs du roi, au Danemark et en Suède. Pontchartrain aurait voulu que les frais de l’armement fussent couverts par des prises faites au retour, mais Bart revint bredouille. Patoulet s’en plaignit au ministre : « Je ne trouve plus en M. Bart toute l’affection qu’il avait pour la mer ». Il se plaignait que Bart s’occupait plus de ses armements en course et au négoce. « Il lui faudrait un aiguillon..., on verrait bientôt M. Bart reprendre ses premières ardeurs pour le service..., le Roy n’aurait pas de peine à l’avancer parce qu’il a de l’ambition, et sa femme qui a du pouvoir sur son esprit, beaucoup plus encore que lui... ». Louis XIV accorda une gratification de 1400 l.t. à Bart et au chevalier de Saint-Clair, et leur ordonna de rejoindre Brest. Bart reçut alors le commandement du Maure de 50 canons, puis du Glorieux de 62 canons et 380 hommes. L’armée navale appareilla le 26 mai pour intercepter le convoi de Smyrne au large du cap Saint-Vincent. Le 28 et le 29 juin, deux vaisseaux de guerre hollandais et 25 marchands furent pris, 45 détruits, Jean Bart en prit six. Le 17 juillet, Tourville détacha Bart pour intercepter une frégate de Salé qui menaçait le commerce mais les Salétins s’échappèrent. Bart rejoignit alors l’armée navale en Méditerranée et désarma à Toulon le 2 septembre. Il revint par terre à Dunkerque le 23 septembre où il trouva le littoral menacé par la famine. Sa campagne avait été, en tous points, celle d’un capitaine de vaisseau, et non celle d’un corsaire.

121En mars 1693, la disette du blé frappa Calais. On préleva 50 setiers de blé sur les prises pour les distribuer aux femmes et aux enfants des matelots du Courgain au service du roi. Le 28 mars, le 16 mai et le 29 septembre, Patoulet distribua une rasière de blé à chaque femme des 48 matelots dunkerquois. Le 4 novembre, Pontchartrain envoya des instructions secrètes à Bart. Il devait aller chercher à Christiansand des navires chargés de blé pour le compte du roi de France. Ayant repris le Comte, il appareilla le 20 novembre avec le Tigre et la corvette la Galante, s’emparant de plusieurs prises. A l’arrivée à Chritiansand, le gouverneur voulut s’emparer d’une de ses prises, Bart y mit le feu. Le 15 janvier, il repartit pour la France avec une trentaine de navires. En dépit du blocus anglais, il les ramena à bon port à la fin de février.

  • 47 Idem, B2 99, B4 15, C4 254 et Mercure Galant, juillet 1694.

122Cet exploit lui valut d’être appelé à Versailles où il prêta serment de chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis entre les mains de Louis XIV. Ce dernier lui donna ses nouvelles instructions le 29 mai : aller chercher un nouveau convoi de 120 voiles rassemblées en Norvège, puis détruire les pêcheries ennemies, la flotte de Moscovie et s’emparer du maximum de charbonniers anglais. Le 26 juin, l’escadre appareilla. Elle était composée du Maure, de 54 c, commandé par Bart, du Fortuné, 50 c., du Jersey, 50 c., du Comte, 40 c., de l’Adroit, 44 c., du Mignon, 50 c., de la corvette la Biche de 6 canons et des flûtes Bienvenu, 12 c. et Portefaix, 24 c. Trois jours plus tard, Bart découvrit une flotte de 100 voiles escortée par huit navires de guerre hollandais armés de 44 à 58 canons. Les Hollandais venaient de s’emparer du convoi français que l’escorte danoise n’avait pas véritablement défendu. Jean Bart ordonna de s’emparer des vaisseaux hollandais à l’abordage. Le combat fut acharné. Le Maure captura le Prince de Frise de 58 c. après une demi-heure de combat, les Hollandais perdant 180 hommes, dont le capitaine et ses seconds, pour trois morts et 27 blessés français. Le Mignon du chevalier Saint-Pol s’empara également du Stadenlande de 50 c. qui perdit 60 hommes tués et 80 blessés. L’Adroit s’empara du Zee-Reep de 34 c. Le 3 juillet, Bart entrait à Dunkerque avec trois vaisseaux ennemis et 30 navires, les autres gagnant heureusement Dieppe et Le Havre. Le prix du blé passa de 30 livres à 3 livres le boisseau. Cette victoire, dite du Texel, a été abondamment décrite par les historiens. Là encore, il s’agit bien d’une mission de marine de guerre47.

123Comme beaucoup d’autres officiers de marine avant lui, Bart envoya un membre de sa famille, ici son fils, apporter le pavillon du Prince de Frise, et le récit du combat dont j’ai extrait le passage le plus significatif :

« Il nous parut après cela qu’il ne fallait plus hésiter à combattre et nous nous y déterminâmes sans avoir égard à la grande inégalité des forces, et comme tous les capitaines convinrent avec moi qu’il fallait brusquer l’affaire sans donner le temps aux ennemis de se reconnaître...
J’arrivai ensuite sur les ennemis ; j’abordai les premiers et je choisis le contre amiral, il avait même dessein que moi, il ne tarda pas à s’en repentir. Je l’attaquai avec tant de vigueur qu’en moins d’une demi-heure il fut enlevé ; le commandant a six blessures dont trois sont mortelles, et un autre blessé ; tous mes officiers ont sauté à bord, ont marqué beaucoup de valeur. Le Fortuné menait la tête ; il aborda celui de tête des Hollandais, mais ses grappins ayant rompu, leurs vaisseaux se séparèrent... Le Mignon aborda deux fois, la première ayant trop grand aire, il ne put tenir, et comme celui auquel il avait à faire, voulut bien être abordé, à la deuxième il l’enleva ; le capitaine et le lieutenant hollandais sont fort blessés ; un enseigne et un garde-marine y ont été aussi blessés. L Adroit aborda celui auquel il devait avoir affaire ; ils furent assez longtemps à bord l’un de l’autre pour que tous ses officiers sautassent à bord dedans avec une vingtaine d’hommes, et il s’était rendu, mais ses grappins s’étant rompus, et voyant venir à lui, en arrière, un vaisseau de cinquante-sept canons pour l’aborder, et ne voulant point l’éviter, il envoya reprendre son monde par sa chaloupe pour leur résister...
Le Jersey qui était le dernier s’adressa comme il devait à celui de la queue, mais comme il ne voulait pas être abordé et qu’il manœuvra pour l’en empêcher, il ne put le prendre comme il souhaitait, il l’aborda et ses grappins ne tinrent pas...
Après cela, les cinq hollandais prirent la fuite...
Vous voyez assez, Monseigneur, par le compte que je vous rends de la manœuvre de chaque vaisseau, qu’ils ont tous fait parfaitement leur devoir, et qu’on ne peut montrer plus de capacité et de valeur que tous les capitaines qui les commandaient ont fait en cette occasion.
Bart. A Dunkerque, le 11 juillet 1694.

124Bart savait que le porteur de la bonne nouvelle recevrait les grâces du ministre et du roi. Effectivement, Pontchartrain présenta François à Louis XIV qui le nomma enseigne ainsi que Dailly de Saint-Vidal, garde marine d’origine irlandaise qui était monté le premier à l’abordage. François Bart ayant glissé sur le parquet de Versailles, le roi déclara en riant : « Messieurs Bart sont meilleurs marins qu’écuyers » et anoblit son père le mois suivant. La lettre d’anoblissement commençait ainsi :

« Louis, par la grâce de Dieu roi de France et de Navarre, à tous présents et à venir, salut.
Comme il n’y a pas de moyen plus assuré pour entretenir l’émulation dans le cœur des officiers qui sont employés à notre service, et pour les exciter à faire des actions éclatantes que de récompenser ceux qui se sont signalés dans les commandements que nous leur avons confiés et les distinguer par des marques glorieuses qui puissent passer jusqu’à la postérité, nous avons par ces considérations, accordé des lettres de noblesse à ceux de nos officiers qui se sont rendus les plus recommandables... mais, de tous les officiers qui ont mérité cet honneur, nous n’en trouvons point qui s’en soit rendu plus digne que notre cher et bien aimé le sieur Jean Bart, chevalier de notre ordre militaire de Saint-Louis, capitaine de marine, commandant actuellement une escadre de nos vaisseaux de guerre, tant par l’ancienneté de ses services que par la qualité de ses actions et de ses blessures... ».

125La suite de la lettre comportait un résumé des combats de Jean Bart, avec quelques erreurs d’ailleurs. A ce texte élogieux, Pontchartrain ajouta : « cependant, vous devez compter qu'en continuant à bien servir vous n’en demeurerez pas là ». A partir d’août, la signature de Bart devint « chevalier Bart », et son épouse signa Mme de Bart.

126Bart n’eut pas le temps de savourer cet honneur car la flotte anglaise menaçait. Depuis 1693, les Anglais attaquaient systématiquement les grands ports corsaires et tentaient de les détruire en les bombardant. Saint-Malo fut attaqué le 24 novembre 1693 avec une machine infernale inventée par le hollandais Meesters. Le 17 juin 1694, Brest fut attaqué par 44 navires de guerre et cent navires de troupes et 50 bateaux plats pour le débarquement. Panetié, qui avait brillamment conduit une partie de la flotte de La Hougue à Saint-Malo en 1692, avait été chargé, avec Vauban, de protéger Brest et ses abords. Il tint en échec l’amiral Berkeley qui ne put entrer dans le goulet et dont les troupes furent repoussées à Camaret. Les Anglais perdirent plus de 1 500 hommes. Berkeley se tourna alors vers le Havre, et surtout Dieppe qui fut bombardé le 22 juillet 1694. Une bombe enflamma une des maisons en bois de Dieppe, déclenchant un incendie qui ravagea la ville.

127Tandis que Bart achevait de réparer ses vaisseaux, Berkeley et Showell se présentèrent devant Dunkerque le 20 septembre. Ils attaquèrent le 22 avec 60 navires. Jean Bart coordonna la défense des forts, et avec onze chaloupes et les barques longues, il empêcha, pendant quatre nuits, les galiotes à bombes ennemies de se rapprocher pour tirer. Le 26, les Anglais se retirèrent. Jérôme Phélypeaux, le fils de Pontchartrain, était venu organiser la défense terrestre. Les princes de sang de l’armée des Flandres accoururent également, dont le comte de Toulouse, amiral de France. Le maréchal de Villeroi, installé au Risban, écrivit le récit de cette attaque à Louis XIV. J’en ai extrait la partie concernant la marine : « M. Bart... est un homme que l'on peut croire en fait de marine. Il commande les chaloupes et les barques longues pour défendre l’entrée du canal et aller au devant des machines infernales pour obliger ceux qui les conduisent d’y mettre le feu de bonne heure, emploi que je ne lui envie point mais qu'il embrasse de tout son cœur...

128Nous avons vu arriver en assez bon nombre six galiotes à bombe, cinq machines infernales, quatre frégates de 30 à 40 canons, trois yachts... M. Bart passera la nuit avec les huit chaloupes armées à la tête du canal pour veiller à ce qui arrivera cette nuit... ».

  • 48 In H. Malo, Les corsaires..., op. cit., p. 279-281.

129En dépit de la croisière anglaise, la frégate du roi la Railleuse, armée par Jacques Géraldin et commandée par Robert Dunbar, entra dans le port suivi par Jacob Bart, frère de Jean Bart avec deux autres corsaires, mais les prises s’échouèrent et furent brûlées par les Anglais. Villeroi incorpora Jacob Bart dans la défense du port : « Le pauvre M. Bartperd2000 écus aux bâtiments qui ont été brûlés dont je suis bien fâché car, en vérité, sire, c’est un bon sujet et qui sert bien Votre Majesté. Je l’ai chargé de veiller soigneusement de fermer l’entrée du canal toutes les nuits... »48.

130Après le départ des Anglo-Hollandais, l’escadre de Bart fut réarmée. Beaucoup de marins d’origine dieppoise avaient déserté. Le 13 novembre, échappant aux navires de Camarthen, Bart appareilla avec cinq vaisseaux, le Maure, le Jersey, le Mignon, l'Adroit et le Comte, tous commandés par des officiers du roi. Il s’agissait d’aller chercher un convoi de blé danois. Sa sortie effraya les Hollandais, contraignant Guillaume d’Orange à différer son départ pour l’Angleterre selon la Gazette de la Haye du 18 novembre : « La nouvelle qu’on a reçue dans le même temps a encore retardé son départ. On a appris en effet que le capitaine Bart étant sorti de Dunkerque ce mois pour aller à ce qu’on disait du côté du Nord est allé sur nos côtes. Qu’ayant trouvé à s’ancrer devant Schowen, une des îles de Zélande, et la flotte d’Ecosse arrivant escorté par deux vaisseaux de guerre, il l’avait attaqué ; qu’il en avait pris une partie et que l’autre s’était jetée dans la Meuse... Sur cet avis, le marquis de Camarthen, qui commande l’escadre, est à la poursuite du capitaine Bart et ainsi le prince d’Orange sera contraint d'attendre son retour pour oser partir... ».

131En dépit de la supériorité numérique écrasante des Anglo-Hollandais, la peur de Jean Bart obligea le roi d’Angleterre à différer son départ. En réalité, Bart après avoir piqué sur Yarmouth pour dérouter les Anglais avait pris le cap de la Norvège et il arriva sans encombre au Vleker. Il en partit le 28 décembre avec dix-huit marchands seulement, les autres ayant refusé de le suivre. Il déjoua le blocus de Shovel qui était mouillé aux Dunes avec 18 vaisseaux et arriva sans encombre à Dunkerque le 2 janvier mais il avait perdu 200 hommes de fatigue et de scorbut et débarqua 400 malades. L’automne avait été bien rempli, mais sans que Bart et son escadre aient mené la moindre action corsaire. Patoulet, malade, se félicita de ce nouvel exploit : « Tout autre officier que lui et qui n’aurait pas autant de connaissance de cette mer, ne se serait point tiré d’affaire » ; le convoi avait en effet livré 30 000 setiers de blé. Jean Bart reçut un congé pour se reposer, mais le roi accorda au comte de Relingue le commandement du port de Dunkerque le 9 mars 1695, avec autorité sur les ports de Boulogne et Calais.

132Dès son arrivée, Relingue fit armer six barques longues et lança la construction de 10 chaloupes canonniers. Il fit exercer l’artillerie des forts et fit mouiller dans les canaux une partie des navires marchands. Le nouveau commandant était convaincu d’une nouvelle descente de Anglais. En effet, le 11 avril 1695, les Anglais tentèrent à nouveau de bombarder la ville. Bart prit le commandement du fort de l’Espérance et coordonna les 18 chaloupes canonnières chargées de la défense de la rade. Les Anglais, commandés par Berkeley, avaient 112 voiles dont cinq brûlots destinés à incendier les forts protégeant la jetée, mais ces machines infernales furent repoussées par les chaloupes et l’artillerie des forts. Les Anglo-Hollandais durent à nouveau se retirer sur un échec total, ayant cependant tiré 1100 bombes sans succès. Berkeley se tourna alors vers Calais, qui fut également bombardé, mais de loin, les Anglais craignant l’artillerie du nouveau fort. L’escadre de Jean Bart resta désarmé tout l’été, toute l’action passa aux corsaires qui furent très actifs. Bart reçut un congé de trois mois en octobre qui lui permit de venir à Versailles où il fut reçu par le roi et Pontchartrain. Le 25 décembre, le roi lui signait un brevet de pension de 2 000 l.t., et le 1er janvier élevait son fils François au grade de lieutenant de vaisseau. Le roi lui confia alors une nouvelle mission, non plus attaquer les pêcheries mais le débarquement en Ecosse de Jacques II à partir de Dunkerque, une escadre devait être commandée par Nesmond et l’autre par Jean Bart. Le lieutenant-général Cabaret reçut le commandement des forces navales de Boulogne, Calais et Dunkerque, avec le droit de réquisitionner les corsaires et leurs équipages.

133Jacques II arriva en février. Le 27, il inspecta Calais puis les fortifications de Dunkerque, mais le lendemain, les Anglais bloquèrent la rade avec 25 vaisseaux. Le projet fut annulé et Jacques II rentra à Saint-Germain. Pontchartrain ordonna alors de confier une partie des navires à Jean Bart. Cette escadre se composa du Maure, de l'Adroit, du Mignon, du Jersey, de l’Alcyon, du Comte et du Milford. On embarqua également les 30 gardes de la marine présents. Saint-Pol remplaça le chevalier de Surgères au commandement du Mignon. Tous les commandants étaient officiers du roi, et les équipages fournis par les classes : 200 matelots venaient de Normandie.

134Les instructions données à Jean Bart furent plutôt vagues. Il lui fallait causer le plus de tort possible à l’ennemi et essayer de ramener des prises, notamment s’emparer de la flotte de la Baltique. Jean Bart appareilla le 12 mai, échappant aux 22 vaisseaux du contre-amiral Bembow. Sept câpres le suivaient, tous allèrent croiser du cap Derneus (pointe méridionale de la Norvège) au Dogger-bank. Le 17 juin, deux corsaires, Jean Saus et Pierre Glasson signalèrent 85 marchands escortés par 5 vaisseaux anglais et hollandais. Après un combat de deux heures, les cinq vaisseaux ennemis furent pris à l’abordage et une partie du convoi capturée. Plus de 1200 marins furent faits prisonniers. L’arrivée soudaine de treize vaisseaux anglo-hollandais obligea Jean Bart à s’enfuir et à brûler les vaisseaux de guerre et 40 des navires capturés. Les corsaires dunkerquois, qui naviguaient avec Jean Bart, rentrèrent à Dunkerque avec quinze prises et rançons qu’ils partagèrent avec le roi. Après une escale à Conkalf au Danemark du 3 au 22 juillet, Bart poursuivit sa mission en dépit des croisières ennemies mais ne put intercepter la flotte de Moscovie. Après une nouvelle escale à Conkalf en septembre, il rentra à Dunkerque le 1er octobre. Faisant le bilan de cette campagne, Bart concluait que son action avait virtuellement empêché la campagne de pêche harenguière du Dogger-bank et obligé les ennemis à entretenir pendant cinq mois 52 vaisseaux de guerre. A la suite de cette campagne, les Hollandais affamés l’appelèrent « le plus grand pirate de Louis XIV ». Sur le plan militaire, cette action fut très brillante. Elle s’apparentait assez peu à la guerre de course mais à une stratégie de blocus qui visait à détruire l’économie ennemie. Elle permit de ne pas laisser l’Atlantique aux Anglo-Hollandais car le gros de l’armée navale était passée en Méditerranée. Quant au montant des prises, il ne pouvait en aucun cas couvrir l’armement de huit vaisseaux de guerre.

135L’intendant Céberet, qui remplaçait Patoulet qui avait démissionné pour des raisons de santé, ne s’y trompa pas : « Le sieur Bart me parait fort sûr dans sa connaissance et entreprend plus hardiment qu’un autre dans ce qu'il sait ». Louis XIV récompensa notre Dunkerquois en lui faisant assurer l’intérim du comte de Relingue, puis en lui conférant les provisions de chef d’escadre le 1er avril 1697. Les appointements annuels de Bart passèrent ainsi de 3600 l.t. à 6 000 l.t. En mai, Pontchartrain décida de confier douze navires à Jean Bart mais ce nombre fut réduit à dix. Beaucoup de matelots vinrent de Dieppe et de Fécamp. La flotte de blocus ennemie s’empara de trois frégates apportant de Rochefort des canons et du vin, ce qui retarda l’armement de l’escadre. Le 15 juillet, aux neuf vaisseaux de Beaumont s’ajoutèrent les quinze vaisseaux de Benbow. Le 30 juillet, neuf navires hollandais les rejoignirent. Jean Bart apprit alors sa nouvelle mission : emmener en Pologne le prince de Conti, candidat au trône de Pologne. La vitesse étant la qualité essentielle, Bart ne garda que le Jersey, l'Alcyon, le Comte et la Railleuse, tous également capables de passer sur les bancs à toute marée. Le prince arriva le 5 septembre, et le nouveau chef d’escadre appareilla le 6 et entra le 13 à Copenhague. Retenu par les vents contraires, il mouilla à Dantzig le 26 septembre. Les habitants de la ville se révélant hostiles aux Français, Conti préféra rentrer en France. L’escadre remit à la voile le 11 novembre et mouilla à Dunkerque le 9 décembre pour apprendre la signature des traités de Ryswick le 20 septembre avec les Provinces-Unies, le 23 avec l’Espagne, le 27 avec l’Angleterre et le 30 octobre avec l’Empereur. Là encore, cette mission ne comporta aucun engagement corsaire.

  • 49 Arch. Nat. ; Marine, IL 497, Vauban, 1695, fo 141 et Marine G. 144, Mémoire sur les armements en co (...)
  • 50 Idem, 82, 12 décembre 1694.
  • 51 A. Martin-Déidier, op. cit., p. 512.

136Ainsi, comme vient de le montrer cette étude précise des missions de Jean Bart, la stratégie corsaire ne fut pas l’essentiel, mais beaucoup plus l’escorte des convois en Manche et mer du Nord, et la destruction des flottes de pêche anglo-hollandaises. Quelle différence avec l’emploi des vaisseaux du roi par les particuliers, si l’on en croit ce « mémoire sur les armements en course des vaisseaux de Sa Majesté » daté de 1696 : « Aucun n'est employé directement à la chasse aux corsaires ennemis, mais à poursuivre les marchands... ». Vauban ne disait pas autre chose l’année précédente : « On se trompe de croire que les vaisseaux du Roy accordés à des particuliers favorisent la course, puisque les armateurs ne songent qu’à leur intérêt et que le Roy sous leur commandement risque sans profit ses vaisseaux.. »49. Le maréchal se contredisait cependant, puisqu’il y avait toujours un risque à attaquer les navires de commerce ennemis. D’autre part, le but des corsaires particuliers n’était pas de chasser les corsaires, mais de faire des prises les plus riches possibles. Le commissaire malouin Gastines devant envoyer une frégate « à la découverte » définit ainsi les qualités du commandant : « Il serait bon que ce soit un officier des galères qui ait le commandement de cette frégate, il fera bien exactement et fidèlement le service qu’un capitaine malouin qui ne songerait uniquement qu’à faire des prises, sans se mettre en peine de la découverte et de donner la chasse aux corsaires ennemis où il n’y a point de profit à faire »50. A Saint-Malo, sur 1 044 prises faites de 1688 à 1697, 33 seulement étaient des navires de guerre ou des corsaires51.

137L’emploi de l’escadre du Nord pour une stratégie corsaire se fit surtout pendant la guerre suivante avec Forbin notamment, comme nous le verrons au chapitre suivant. La confusion dans l’esprit du grand public à propos de Bart s’explique en grande partie par le fait que l’officier du roi croisait avec des corsaires particuliers et qu’il fut souvent soutenu par Vauban, lui-même grand partisan de la guerre de course.

Vauban, théoricien de la guerre de course

  • 52 Oisivetés de M. de Vauban, Paris, 1843, tome 2, p. 158.

138Le 30 novembre 1695, Vauban acheva un « Mémoire concernant la caprerie » qui portait en sous-titre : « La course et les privilèges dont elle a besoin pour se pouvoir établir, les moyens de la faire avec succès sans hasarder d'affaires générales et sans qu'il en puisse coûter que très peu de chose à Sa Majesté »52. A cette date, Louis XIV a perdu la plupart des conseillers du début de son règne Colbert, mais aussi Louvois, et le maréchal de Luxembourg. Vauban savait qu’il serait lu, sinon écouté, par le roi et par Pontchartrain. L’effort de guerre pesait lourdement sur une France qui venait de subir deux années catastrophiques sur le plan agricole. Vauban qui, depuis 1678, a réalisé une double ligne de fortifications de Dunkerque à Dinan et Charleville, avait également écrit plusieurs mémoires visant à réduire le coût des opérations terrestres en s’appuyant sur le nouveau réseau de forteresses.

139Le Mémoire de Vauban repose sur un constat : la France ne dispose que « d'amis tièdes, mutiles ou impuissants... » mais pratiquement toute l'Europe est liguée contre elle : « la puissance de tous les états ligués contre nous... est formidable par rapport aux nôtres ». Leurs forces doublent les nôtres, et « si nous leur avons résisté des sept ou huit années... ce n’a été que par la bonne conduite du roi et en faisant des efforts extraordinaires... ». Vauban examine alors la situation stratégique, économique et maritime des ennemis. « Il n’est pas besoin d’être grand clerc pour savoir que les Anglais et les Hollandais sont les principaux arcs-boutants de la ligue... qu'ils la soutiennent par la guerre... et qu’ils la fomentent sans cesse par l'argent qu’ils distribuent annuellement... ».

140Vauban se livra alors à une analyse mercantiliste des économies de ces deux nations : « cet argent ne vient pas de leur pays. Nous savons qu’il n'y a que celui que le commerce y attire » Toute l’activité économique de ces pays vient de la mer : « par le moyen de la prodigieuse quantité de vaisseaux qui vont et qui viennent continuellement de chez eux dans toutes les parties du monde où ils ont des comptoirs établis... ».

  • 53 A. Lespagnol, La course malouine au temps de Louis XIV, Rennes, 1995, p. 31-75.
  • 54 In Oisivetés..., op. cit., tome 1, p. 246.

141En conséquence, on ne peut les vaincre sur terre. Il faut les attaquer sur mer mais de manière différente : « Ce ne sera point par la guerre sur mer en corps d'armée vu que quelques efforts que nous ayons pu faire jusqu’à présent, les forces qu’ils nous ont opposées ont toujours été égales aux nôtres et pour cela, leur commerce n’a pas laissé d'aller son train... ». Cette phrase de Vauban a été oubliée de la plupart des exégètes de ce texte. Vauban, comme Seignelay avant lui, savait parfaitement que la population maritime de la Grande Bretagne et des Provinces-Unies était supérieure à celle de la France et qu’en conséquence, le nombre de vaisseaux de guerre ennemis était non seulement supérieur en nombre à celui de la France, mais qu’en même temps les Anglo-Hollandais continuaient leur navigation commerciale et à la pêche, alors que le roi de France devait mettre l’embargo sur les ports de commerce pour avoir des équipages pour ses navires de guerre. André Lespagnol a bien montré qu’à Saint-Malo, la course avait été interrompue chaque année de 1689 à 1693 de mai à septembre pour ne pas faire concurrence aux armements royaux53. En août 1693, Vauban avait d’ailleurs présenté un « mémoire des dépenses de la guerre sur laquelle le roi pourrait faire quelques épargnes, août 1693, présenté au roi en décembre 1693 », dans lequel il avait proposé de réduire à 50 le nombre de vaisseaux armés en 1694, ce qui aurait permis au roi de faire une économie de 7 millions et de stimuler la guerre de course en libérant des équipages54. Vauban revenait donc à cette idée mais par l’analyse mercantiliste. Il ne fallait plus chercher les batailles navales mais détruire le commerce ennemi : « Ce ne peut donc être que par la course qui est une guerre sur mer subtile et dérobée dont les coups sont d’autant plus à craindre pour eux qu’ils vont droit à leur couper le nerf de la guerre, ce qui nous doit être infiniment avantageux puisque d’un côté il est impossible qu'ils puissent éviter la ruine de leur commerce que par des frais immenses qui les épuiseront sans y pouvoir que faiblement remédier... ».

142Vauban analysait ensuite les différentes missions d’une flotte de guerre mais concluait que l’infériorité numérique de la flotte française ne permettait pas de les remplir : « il n’y a pas d’apparence que nous puissions nous servir de nos forces de mer pour faire des sièges, ni pour secourir les places maritimes ni même pour empêcher les descentes et encore moins pour en faire.. » Se plaçant sur le plan économique, il ajoutait : « depuis que la guerre dure, nous n’avons tiré aucun avantage de la mer qui ait pu défrayer le roi des dépenses qu’il y a faites. Il faut donc donner un autre tour à la guerre ». Analysant la carte d’Europe sur le plan géostratégique, il notait que « la France a des avantages pour la course qui surpassent en tout et partout ceux de ces voisins, et qu’il n’y a pas d’Etat dans le monde mieux située qu'elle pour la guerre de terre et de mer, mais spécialement pour celle de mer qui peut le mieux nous convenir, qui n’est autre que la course, appuyée et bien soutenue, parce que tout le commerce de ses ennemis passe et repasse à portée de ses côtes et de ses ports les plus considérables.. »

143Après avoir vanté les avantages de Toulon, Dunkerque et Saint-Malo, Vauban soulignait la position de Brest : « il n'y a point de port de mer mieux placé et mieux disposé... », et les avantages de la France en matière de constructions navales, d’officiers et de marins. Il reprochait ensuite au roi de ne pas avoir assez encouragé la guerre de course.

  • 55 J.M. Goris, « Vauban et Dunkerque d’après sa correspondance », RSDHA, 1991, p. 49.
  • 56 P.H. Henrat, « Une expédition française au Spitzberg, le combat de la baie aux Ours, 6 août 1693 »,(...)

144L’historien américain Mahan a été un des premiers à citer ce texte, qui a ensuite été souvent repris, mais à tort, par de nombreux historiens. Vauban, pour être un homme prestigieux, n’est pas le novateur que l’on s’est trop souvent plu à souligner. Son analyse reprend, en grande partie, celle de Colaert étudiée dans le chapitre II. Vauban a longuement parlé avec les armateurs de Dunkerque lors de ses séjours sur le littoral de Boulogne à Dunkerque. Il en fut de même à Saint-Malo. Lui-même plaça de l’argent dans la course, dans les armements particuliers, mais aussi dans les grands armements malouins et l’escadre de Gennes. En 1695, il avait écrit à Pontchartrain : « il est vrai que j’ai mille écus dans l’armement de M. de Nesmond et sur deux autres, mais pas si gros et ce n'est pas de l’hiver dernier que l’envie m’a pris de faire fortune par la course... »55. Les investissements de Vauban furent surtout dans des vaisseaux du roi prêtés aux particuliers, notamment en 1693 dans l’expédition au Spitzberg. Grâce à la savante étude de M. Philippe Henrat, nous en connaissons le déroulement et les résultats. Au vaisseau du roi, le Pélican, se joignit le Prudent, corsaire de 500 tx et deux frégates malouines de 40 canons. Il s’agissait exclusivement de corsaires du 3e type dont aucun n’existait encore à Dunkerque. Le 30 septembre, la flotille intercepta cinq navires coloniaux et 1'escorteur HMS Diamond de 48 c.. Aux millions de livres que rapporta cette expédition, s’ajouta l’impact militaire ; néanmoins, Pontchartrain limita ses prêts de vaisseau à ceux de moins de 44 canons et accorda surtout ceux de Toulon, ne suivant pas en cela les demandes de Vauban56.

  • 57 P. Villiers, Marine royale, op. cit., p. 172-174.

145Ce dernier investit également, en juillet 1695, 4 000 l.t. sur 183 000 l.t. dans l’expédition de Gennes de six navires destinés à croiser au long de la côte d’Afrique. Cette campagne fut beaucoup moins rentable et couvrit à peine ses frais57. Les bénéfices de Vauban furent donc très variables mais globalement positifs.

146Plus que son plaidoyer pour la course, finalement peu original au regard de 1'analyse de Colaert, c’est la demande de mesures en faveur des armateurs français qui apparaît la plus intéressante. Vauban développe deux thèmes : les faibles résultats du début de la guerre de la ligue d’Augsbourg et les mesures que l’on doit prendre pour encourager la course. Ce sont ces deux thèmes que nous allons reprendre dans la fin de ce chapitre.

Les corsaires particuliers pendant la guerre de la ligue d’Augsbourg

Les armements corsaires des particuliers à Dunkerque

147On retrouve pour la guerre de la ligue d’Augsbourg, la répartition des navires en deux grands types comme pendant les conflits précédents ainsi que le montre le tableau ci-dessous :

Répartition des armements corsaires à Dunkerque en fonction du tonnage 1688-1697

Répartition des armements corsaires à Dunkerque en fonction du tonnage 1688-1697

* Pour 1691 et 1692, données incomplètes, pour 1695, un semestre seulement.

148Les armement de Jean Bart, de Forbin, etc., et autres officiers du roi, ne sont pas comptabilisés ici, d’où certaines différences avec les chiffres de ma thèse.

149Les archives sont lacunaires pour 1692 et 1691, ainsi que pour 1695. En revanche, les rapports de mer des capitaines permettent de déterminer que tel ou tel capitaine a fait jusqu’à trois voire quatre armements en un an, ce qui augmente le nombre des armements. Dans ma thèse, je m’étais inspiré du répertoire des capitaines corsaires de H. Malo, à partir duquel j’avais dénombré 308 armements au tonnage identifiable et 446 armements dont le capitaine et le navire sont connus. Mes nouvelles recherches, notamment à partir des rapports de mer des capitaines corsaires, m’ont permis de déterminer respectivement 371 et 561 armements. Ces résultats seront encore augmentés dans le futur.

150La question de la durée d’une campagne reste la grande inconnue. A Dunkerque la durée habituelle d’une campagne était de 2 mois, mais les rapports de mer montrent que si la plupart ont duré un mois et demi, certaines ont été de 3 mois, sans que l’on sache quelles sont les causes de ces différences.

  • 58 A.N. Marine, 254, fo 15, 31 octobre 1691.

151La baisse des armements en 1691 et 1692 n’est pas due à la conjoncture mais à des carences des archives. Le nombre des armements tourne vraisemblablement à 60 et 65 armements. L’apogée se situe en 1694 et 1695. Ainsi, il faut donc prendre avec une certaine circonspection les remarques de Vauban sur la crise de la course. Les années 1690, 1691 et 1692 furent marquées par un embargo des navires français dans tous les ports, sauf pour les bâtiments de moins de 20 tonneaux. Cet embargo commença le 4 janvier en 1690 et fut renouvelé le 22 juillet, puis le 21 février en 1691, puis le 12 décembre 1692. Il visait les « matelots » valides, mais les matelots étrangers, les terriens, ou des matelots « invalides », c’est-à-dire estropiés, pouvaient embarquer. L’embargo était arrêté généralement en mai. Certains marins tentèrent de toucher des avances de plusieurs armateurs. Pontchartrain agit brutalement le 31 octobre 1691 en interdisant cette pratique « à peine d'être contraint à restituer les avances, d’être mis au carcan trois jours, d’être mis en prison un mois et de perdre la part de prises »58.

152On passa de 227 armements de 1671-1678 à 561 pour 1688-1697. Les meilleures années avaient été de 45 en 1675 et 1676, la progression fut spectaculaire, 93 armements en 1694 mais également 89 en 1696 et 75 en 1693. Dès 1689, on avait dépassé ceux de la guerre précédente, en nombre mais aussi en tonnage.

  • 59 Ibidem.

153Le 12 septembre 1692, le roi accorda une prime de 2 000 l.t. pour les corsaires ayant enlevé un paquebot d’Espagne, somme portée à 10 000 l.t. pour ceux portant pavillon anglais ou hollandais59 Dix furent pris, dont trois par Charles Jacobsen, presque toujours après de violents combats. L’un d’entre eux coula, Jacobsen sauva 40 hommes, mais 100 périrent noyés. Plus important encore, le roi assouplit sa législation sur les rançons, mais en exigeant que, pour les navires de pêche, le délai pour rentrer au port soit de 8 jours au maximum ; pour les autres, on ne devait accorder que « le temps absolument nécessaire pour aller à leur destination ». Ce temps serait écrit sur les sauf-conduits. S’il était dépassé, le navire pourrait à nouveau être rançonné. Ayant appris que Jean Perre, capitaine de la Nayade de Dunkerque, avait accordé une rançon de 41 000 l.t., puis une autre à un navire chargé de blé, Pontchartrain laissa éclater sa colère : « Il y a prévarication... Sa Majesté, indignée de ce procédé, m'a commandé de vous écrire quelle veut que vous fassiez arrêter ce capitaine aussitôt qu’il sera de retour à Dunkerque ». Il fut effectivement mis en prison. Au bout de deux mois, Pontchartrain accepta qu’il fut jugé par une assemblée des officiers de l’Amirauté. Perre prétendit que le mauvais temps l’avait forcé à accorder ces rançons. On mesurera mieux la valeur de ce navire rançonné si l’on se souvient qu’en août 1690, Jean Bart avait rançonné dix baleiniers de Hambourg pour 131 250 l.t.

154Le 10 décembre 1692, le roi autorisa les rançons de plus de 1 500 l.t. et de moins de 10 000 l.t. Vingt jours plus tard, les armateurs de Dunkerque offrirent de donner au roi 50 000 l.t. à prendre sur le produit des prises 1694 par un droit de 2,5 % sur celles-ci. Cette offre était un remerciement déguisé, car jusqu’à cette date le roi était très réticent à autoriser les rançons. Or, comme nous le reverrons page 259, les Dunkerquois faisaient beaucoup plus de rançons que les Malouins.

155A Dunkerque, le nombre de corsaires de moins de 50 tx représenta 46 % du total des navires connus et ceux de 100 à 200 tx, 18 %, pendant la guerre de Hollande, et 43 % et 17 % pendant la guerre suivante mais la progression la plus spectaculaire fut celle des corsaires de plus de 200 tonneaux dont le nombre passa de 3 à 32 pendant la guerre de la ligue d’Augsbourg. Ce dernier chiffre est fondamental. Il démontre la création d’une bourgeoisie et d’un capitalisme capables de mobiliser des sommes importantes. On peut estimer ainsi le prix des navires pendant la guerre de la ligue d’Augsbourg

Prix d’un corsaire neuf de 1688 à 1697

Prix d’un corsaire neuf de 1688 à 1697

156Il s’agit d’un ordre de grandeur. Rappelons qu’au-delà de 50 tonneaux, le financement changeait d’échelle. A ce stade, le corsaire était armé par un groupe d’actionnaires qui confiaient leurs intérêts à l’un d’entre eux, l’armateur. Après chaque campagne, les comptes étaient arrêtés et le navire toujours revendu, souvent d’ailleurs aux mêmes actionnaires. Il y avait un important marché de l’occasion. De plus, les prises ennemies pouvaient à l’occasion se révéler d’excellents navires et coûtaient moins cher. On conçoit l’intérêt d’employer le même navire pour plusieurs campagnes de suite ; le poste achat et entretien du bâtiment était probablement celui où l’on pouvait réaliser les plus fortes économies. De nombreux armateurs recommandaient à leurs capitaines de ménager le navire et d’éviter le combat contre des vaisseaux de guerre ou des corsaires ennemis.

157A ce premier investissement, il fallait ajouter les frais d’avances à l’équipage (deux mois de salaires), la nourriture, les poudres et les armes, l’assurance, etc.. Ainsi, la mise-hors d’un ancien corsaire de Guernesey, l'Espérance, de 25 tonneaux et 6 canons, réarmé par Crosnier de la Brétaudière de Saint-Malo en 1693, est estimée à 4 750 livres, celle du Montcassel de 80 tonneaux, 12 canons et 100 hommes d’équipage armé la même année, à 60 000 livres ; le Saint-François d’Assise et le Saint-Esprit tous deux de 36 canons et 350 tonneaux ont coûté à eux deux 200 000 livres en 1695, le Harcourt de 450 tonneaux a certainement coûté plus de 80 000 livres à bâtir, et l'Invincible de 600 tonneaux et 54 canons, pris en 1694, est estimé à plus de 150 000 livres. Pour la mise-hors, j’ai retenu l’ordre de grandeur suivant : 4 000 l.t. pour les moins de 20 tx, 10 000 l.t. pour 20 à 49 tx, 40 000 l.t. pour les 50-99 tonneaux, 70 000 l.t. pour 100-199 tonneaux, 90 000 l.t. pour les 200-400 tonneaux, 110 000 l.t. pour les 400-600 tonneaux, et 140 000 l.t. pour les plus de 600 tx.

158Sur cette base, l’investissement corsaire pendant la Ligue d’Augsbourg donne pour Dunkerque 16 millions de livres. A Saint-Malo, l’investissement fut différent de même, que les choix des armateurs dans la taille des corsaires :

  • 60 P. Villiers, Marine royale, op. cit., p. 134.

Répartition des armements corsaires à Saint-Malo de 1688 à 1697 en fonction du tonnage60

Répartition des armements corsaires à Saint-Malo de 1688 à 1697 en fonction du tonnage60
  • 61 A. N. Marine B3 89, fo 200, 215 et 230, juin 1695. Cf. Mémoires de M. René Du Guay-Trouin, p. 37. E (...)

159Le nombre des navires de moins de 50 tx ne fait que 10 %, alors que celui des bâtiments de plus de 200 tx atteint 38 %. L’investissement total des Malouins dans la course dépassa probablement les 30 millions de livres, soit trois fois le budget annuel de la marine royale en 1700. La course, en termes économiques, ne peut pendant la guerre de la ligue d’Augsbourg être considéré comme un phénomène marginal. A Saint-Malo, certains armateurs assurèrent tout ou partie du corsaire. Ainsi en 1695, à Saint-Malo, les corsaires semblent s’être assurés, du moins, les armements très importants de navires du roi. Luc Trouin de la Barbinais, frère de Duguay-Trouin arma le François, de 50 canons, hors prix du navire fourni par le roi, pour 39 222 l.t. dont 5 880 l.t. d’assurance à 15 % pour trois mois (soit 60 % pour un an). Cette assurance ne couvrait que les frais de la course. Sur ordre du Roi, le François partit de Port-Louis avec le Fortuné pour attaquer les baleiniers du Spitzberg. Après trois mois de course infructueuse, il s’emparèrent, sur leur retour, de trois navires de la compagnie anglaise des Indes. La vente aurait été véritablement colossale, on prétendit six millions de livres61.

  • 62 Ibidem, Marine 60, 1690, fo 68.

160En 1690, Jean Bart dans son « Mémoire au regard de la course à Dunkerque » écrivait : Les chambres de Commerce sont fermées, ou du moins, les assurances sont si hautes qu’il n'y a point de commerce qui les puisse souffrir ». Il laissait ainsi entendre que les corsaires dunkerquois ne s’assuraient pas62.

Du mythe à la réalité : essai de quantification, prises ou rançons, navires, capitaines, croisières brillantes et croisières bredouilles, combats navals, les associations de corsaires

1) Prises ou rançons

161Compte tenu des pertes d’archives, on peut estimer à 5700 – 6000 le total des jugements de bonne prise. Dunkerque fut certainement le premier port de France avec un chiffre total de prises et de rançons aux environs de 3 000, dont il faut déduire les mainlevées. Saint-Malo fut le second port, avec 422 lettres de marque pour un tonnage total de 79 485 tx, soit une moyenne annuelle des armements de 52 corsaires pour un tonnage moyen de 188 tx. Le tableau suivant résume les chiffres actuellement connus :

  • 63 Ibidem, Marine, fonds des prises.

Prises et rançons menées à Dunkerque et Saint-Malo de 1688 à 169463

Prises et rançons menées à Dunkerque et Saint-Malo de 1688 à 169463

Prises et rançons menées à Dunkerque et Saint-Malo de 1695 à 1697

Prises et rançons menées à Dunkerque et Saint-Malo de 1695 à 1697
  • 64 A.N., G5 233 et 216.

162De 1688 à 1694, on dénombre 1 149 captures à Dunkerque dont 52 % de rançons et 806 captures à Saint-Malo, dont 12 % de rançons. Sur l’ensemble du conflit, à Saint-Malo, le total fut de 1 044 prises et 234 rançons, soit 1 278 captures dont 18 % de rançons. A Dunkerque, le total des captures identifiées fut de 2 094. De 1688 à 1694, deux constatations s’imposent à la lecture de ce tableau : à Dunkerque, le nombre des rançons fut légèrement supérieur aux prises (+ 8 %) et à Saint-Malo, le rapport rançons/prises ne fut que d’une rançon pour sept navires pris. Saint-Malo l’emporta largement sur Dunkerque quant au nombre de prises (710 contre 551). Après 1694, le nombre des rançons augmenta très fortement à Saint-Malo, sans que l’on sache s’il en fut de même à Dunkerque. Pour les prises, 1692 est la meilleure année pour Saint-Malo et pour Dunkerque, mais, si l’on additionne prises et rançons, l’année 1693 est la meilleure pour la cité de Jean Bart. Un dépouillement rapide des archives de l’Amiral de France donne les résultats suivants pour 1695 : 299 jugements de bonne prise pour Dunkerque, 83 pour Saint-Malo, 29 pour Morlaix, 24 pour Calais et 16 pour Boulogne, etc., total de la Manche : 493, 181 pour l’Atlantique dont 54 pour Brest et 31 pour Nantes, 51 pour la Méditerranée dont 40 pour Toulon et 21 hors de France soit au total 745 captures64. Ce dépouillement confirme la suprématie de Dunkerque et de la Manche. La part de Saint-Malo doit être réévaluée, car beaucoup de prises conduites à Brest et Port-Louis avaient été faites par des Malouins.

  • 65 A.N. Marine, C4 258.

163La croisière de Jacques Betten en 1694 sur la Superbe de 80 tx, 14 c. et 80 h. est exemplaire de l’importance des rançons pour les ports du Pas-de-Calais. La commission en date du 12 juin porta le nom de Jean-François Soyde comme dépositaire. Compte-tenu des vents défavorables et de la croisière ennemie, Jacques Betten n’appareilla que le 29 juin. Le 6 juillet, il fit une première rançon de 1 100 livres de Hollande, et, deux jours plus tard, une rançon anglaise de 80 £. Le 10, en société avec Cornil Meyne sur le Phélypeaux, il fait une rançon de 1000 livres de Hollande. Les jours suivants, les deux corsaires font une prise que Meyne conduisit à bon port. Le 23, Betten fit seul deux rançons, l’une de 1000 livres de Hollande, et l’autre de 100 £. Six jours plus tard, au large de l’Irlande, il rançonna trois navires pour 1500 et deux fois 1800 livres de Hollande. Le 2 août, il rançonna un pêcheur pour 800 livres de Hollande, puis deux jours plus tard, un navire anglais à l’entrée de la rivière Elith en Ecosse pour 110 £, au cours de 10 florins par £. Le 20, devant la rivière Hull, il intercepta deux Anglais pour 110 et 80 £. Le même jour, il partagea une nouvelle rançon avec Jean Herpin et Josse Van de Perre sur la Naïade, frégate du roi prêtée au cinquième. Deux jours plus tard, il partagea également avec eux une rançon de 190 £, puis rentra désarmé le six septembre. Au total, il fit 15 rançons en deux mois. Dans la croisière suivante, du 5 novembre au 3 décembre 1694, il fit 3 rançons et trois prises dont l’une fut reprise le 2 décembre au large de Nieuport par un corsaire d’Ostende65.

164A partir de 1694, les jugements de bonne prise ne séparèrent plus nettement les prises et les rançons conduites à Dunkerque ; on ne peut donc raisonner qu’en données globales. Il apparaît alors, au vu des tableaux ci-dessus, que le nombre de prises malouines resta élevé, même si les résultats de Saint-Malo furent en baisse de 30 % environ après 1692. Cette statistique concorde mal avec la remarque de Vauban dans son Mémoire sur la Caprerie de 1695 : « Nos corsaires ne sont pas protégés par les vaisseaux du Roy qui n'ont point navigué dans l'Océan en corps d’armée ou en escadres depuis deux ans. Il n'y a même eu que peu de gardes-côtes très faibles et hors d’état de paraître devant ceux des ennemis qui sont plus nombreux et plus forts ».

165Plus intéressante est cette autre phrase : « On fait la course actuellement mais avec peu de succès... parce que ce n’est que par le faible moyen de quelques particuliers, peu intelligents et de peu de moyens, qui ne sont pas soutenus et qui se trouvent le plus souvent mal d’y avoir aventuré leurs biens et qui n’ont pas la force de se relever quand la course ne réussit pas dès leurs premiers voyages ou que leurs vaisseaux sont pris par les gardes-côtes ennemis qui sont forts et bons voiliers... ». Ce tableau peu flatteur des armateurs malouins et dunkerquois révèle cependant toute l’importance de l’autofinancement de la course et confirme ce que nous avions déjà constaté pendant les guerres précédentes : le succès des premières campagnes amena la construction des navires du second type, voire du troisième type.

166Les corsaires dunkerquois de 250 tx furent surtout présents à partir de 1692 et 1694. Il s’agissait de corsaires neufs dont beaucoup furent achetés à Dantzig, tel le Mars, de 250 tx, confié à Jacques Bart par les deux premiers armateurs de la ville : Nicaise Cornelissen et Guillaume Taverne. Jacques Bart rentra avec son frère Jean le 19 mai 1694. Ses deux croisières semblent ne pas avoir été très rentables, puisqu’il se retrouva sur une barque longue de 40 tx, le Duc de Bourgogne en 1695. Son frère Gaspard fut plus heureux et commanda presque essentiellement des navires de 300 à 350 tx tels les Jeux, le Cheval-Marin ou la Palme, faisant au total plus de 100 rançons, et s’emparant d’un paquebot d’Angleterre le 26 mars 1694. André Bart, cousin issu de germain de Jean Bart, commanda lui aussi de grands bâtiments : le Saint-François de Paule de 280 tx et 30 c. en mars 1692. En avril 1693, il partit lui aussi à Dantzig prendre livraison de l’Aventurier Fortuné de 200 tx, il repassa ensuite sur des corsaires de 150 tx à 200 tx, tel la Marie en 1696.

  • 66 Vauban, Mémoire sur la caprerie de 1695, op. cit.

167Ainsi, en dépit de l’absence d’une marine royale en Atlantique, et a fortiori en Manche, les résultats de Dunkerque et Saint-Malo sont restés élevés du moins en nombre. En réalité, la question essentielle n’est pas celle du nombre, mais celle de la valeur de prises et des rançons. Malheureusement les sources restant aujourd’hui à la disposition de l’historien sont décevantes et difficilement exploitables. En 1695, Vauban souligna également qu’il était « nécessaire d’écouter les plaintes de ceux qui prétendent avoir eu raison de s’en rebuter... de commencer par retrancher toutes les vexations qu’on fait... Ce n’est par là et par des apparences presque certaines d’y pouvoir faire de gros gains qu’on trouvera moyen d'y engager une infinité de particuliers66 ».

168Que faut-il penser de ces gros gains et des vexations ? Dans des mémoires précédents, Vauban avait déjà développé ses idées. Il jugeait les frais de justice et la part de l’Amiral, trop élevés, et en donna la démonstration suivante :

Corsaire de 12 canons et 80 hommes ayant fait une prise de 40 000 l.t.

Corsaire de 12 canons et 80 hommes ayant fait une prise de 40 000 l.t.

169Ainsi, selon Vauban, pour une prise de forte valeur, les intéressés ne recevaient que 50 % de la vente. Cependant, dans la réalité, ils pouvaient recevoir plus, puisque leur mise de fonds initiale avait payé le navire et les avances à l’équipage. Ces avances étaient déduites des parts de prises de l’équipage, sauf pour ceux qui ne recevaient pas d’avance comme les volontaires, le capitaine, et quelquefois les officiers.

170Selon les divers codes et règlements des prises publiés sous Louis XIV, le capitaine recevait de 24 à 36 parts, le lieutenant et le pilote de 17 à 22 parts, maître-d’équipage 15 à 18, pilote côtier, chirurgien, écrivain, maître-canonnier 10 à 12, canonnier, cuisinier et charpentier 9, matelot 6, volontaires 3, grand mousse 2 et mousse 1.

171Les matelots, étant les plus recherchés, firent monter le prix des avances. Dans la correspondance avec les secrétaires d’Etat de Colbert aux Pontchartrain, revient toujours comme un leitmotiv, les avances trop élevées versées aux matelots, et aux officiers mariniers. En novembre 1689, Louis XIV rendit une l’ordonnance qui limitait le salaire usuel des matelots à dix écus, soit 30 l.t. contre 15 l.t. en temps de paix et qui stipulait que « les meilleurs matelots qui étaient de 8 à 10 écus ne pourraient être portés au-delà de 15 avec défense aux capitaines et armateurs de leur donner davantage à peine de 3 000 l.t., d’amende ». Comme le nota Valin dans son Nouveau Commentaire, les équipages continuèrent à essayer d’exiger la condition la meilleure, et se firent attribuer secrètement des pots de vin. Seule une prise de forte valeur, ou un nombre élevé de rançons, pouvait rentabiliser les navires du deuxième et du troisième types.

2) Armements et noms de navires dunkerquois

172Si le navire n’avait pas été pris, il pouvait soit être vendu et la somme rendue aux actionnaires, soit servir à une autre campagne. En rendant les comptes avec retard, les armateurs forçaient la main des intéressés à l’armement, les empêchant de retirer leurs gains ou leur part dans le corps du bâtiment corsaire, les obligeant, de fait, à financer la campagne suivante. Il est difficile de montrer, avec précision, ce phénomène car la durée des campagnes analysée à partir des commissions et des rapports de mer varia d’un à deux mois, allant jusqu’à trois mois voire quatre mois, sans que l’on connaisse la cause de courses aussi brèves ou aussi longues. Dans la plupart des cas, la durée de la course était de six semaines, ce qui avec les retards et les escales, faisait deux mois. Il est difficile de faire des calculs exacts car beaucoup de navires dunkerquois portaient le même nom, néanmoins certains bâtiments ont fait plusieurs campagnes successives. En 1690, la Trompeuse de 60 tx fut armée trois fois, de même que l'Hirondelle. La Fée et la Licorne naviguèrent deux fois. En 1693, Louis Bommelaer fit trois courses sur la Rusée. En 1694, Pierre Glasson fit trois campagnes d’avril à fin septembre avec la frégate le Chasseur. Jacques Bart, sur sa frégate neuve le Mars, achetée à Dantzig, navigua également pratiquement sans interruption de mars à novembre 1694, en trois armements successifs. Cette même année, la Fortune fit 4 campagnes, de même que l'Entreprenante commandée par Gaspard Bommelaer. L’investissement initial fut ainsi fortement rentabilisé. Dans ces conditions, des prises ou des rançons de moyenne valeur amortissaient aisément la campagne. De 1688 à 1691, le Griffon de 50 tx, la Roue de Fortune de 26 tx, la Revanche de 30 tx, naviguèrent trois ans sans être pris, mais ils ne représentent que 3 navires sur 100 armements identifiés. Cette longévité apparaît exceptionnelle.

173Statistiquement, un bâtiment corsaire dura moins de deux ans pendant la guerre de la ligue d’Augsbourg. Sur 30 armements connus en 1688, 15 navires étaient encore présents en 1689 dont les trois cités ci-dessus. En 1689, 15 corsaires sont nouveaux sur 30, et 34 sur 46 en 1690. Les bâtiments pouvaient changer de noms, mais il semble que ce fut assez rare. Le renouvellement de la flotte était donc très fort : la capture, le naufrage mais aussi l’usure en étaient les causes principales, les armateurs dunkerquois réarmant le même navire plusieurs fois dans l’année. On pourrait multiplier les exemples, mais les lacunes des archives ne permettent pas de les quantifier.

174Les armateurs savaient que le navire corsaire serait rapidement capturé. Ils ne demandaient pas aux constructeurs les mêmes qualités de longévité qu’un navire de pêche ou de commerce qui pouvait naviguer 10 à 15 ans avec des refontes. On employait systématiquement du sapin et non du chêne, et, le plus souvent, le bois était à peine sec. Ce navire perdait rapidement ses qualités de vitesse, surtout après avoir navigué l’hiver en mer du Nord. S’il n’avait pas été capturé, il était alors revendu pour le cabotage. Les prises faites par les corsaires, et dont les qualités nautiques avaient été reconnues, pouvaient devenir des corsaires mais elles étaient, le plus souvent, rebaptisées. On ne peut donc les identifier car les registres de navires de cette période ont disparu.

175Le changement des noms de navires d’une année sur l’autre traduit cet intense renouvellement. Le nombre de corsaires portant un nom de saint varie de quatre à dix par an. Saint-Nicolas, très présent en 1688 et 1689, s’effaça au profit de Saint-Joseph et Saint-Jacques tandis que Saint-François et Saint-Antoine furent donnés au début comme à la fin du conflit. On trouva également, chaque année, deux ou trois Notre-Dame, mais on passa de neuf noms de saints sur 28 noms en 1688, à 13 sur 78 en 1696. Cette déchristianisation des noms des navires corsaires se retrouva dans le nom des navires coloniaux, alors que les noms de saints restèrent massivement présents pour les navires de pêche jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

176En fait, on sait peu de choses sur les raisons du choix des noms de corsaires. Si l'Entreprenante, la Revanche, la Friponne, la Bonne-Aventure, le Conquérant, l'Intrépide, le Fortuné, la Fortune, la Rusée, le Brave étaient des noms parlants, qu’impliquaient ceux de Nécessaire, de Bienvenue ou de Fantaisie ? Les corsaires ayant un nom de noble tels la Princesse de Conti de 40 tx en 1688-9, le Duc de Berry de 200 tx en 1688-9, le Comte Tourville de 50 tx en 1690, le comte de Toulouse de 150 tx en 1695-7, ou le Comte de Vermandois, la guerre précédente, le Grand Dauphin et le Phélypeaux en 1694, le Comte de Montai de 40 tx en 1696, le Pontchartrain de 400 tx, 40 c. et 320 h. en 1696-7, portaient presque toujours ce nom en hommage à un investisseur important ou prestigieux dans l’armement. Demoiselle-Marie, Demoiselle et Dame Alexandrine, Pétronille, Madeleine, Victorieuse-Angélique étaient les noms des femmes ou filles des armateurs. Le capitaine flamand Snouck, qui se traduit en français par Brochet, donna ce nom à son navire de 30 tx en 1690, mais il appela le suivant de 50 tx : le Griffon. Le nom d’un corsaire particulièrement heureux était quelque-fois redonné par le capitaine ou l’armateur, à un nouveau bâtiment, à la fois pour porter chance et pour attirer les investisseurs. Ainsi Le Mel commanda successivement deux Bonne Espérance, l’une de 60 tx et la suivante de 350 tx.

3) Les capitaines corsaires de Dunkerque

177Une simple lecture des noms des capitaines montre une francisation indiscutable mais avec le maintien d’un très fort noyau flamand. Le succès de la guerre de course pendant la guerre de Hollande, puis les travaux d’agrandissement de la ville et du port, ont favorisé le maintien des Flamands, tout en attirant de nouveaux venus. Les cahiers du Honfleurais Jean Doublet décrivent bien l’attrait de Dunkerque et de Saint-Malo auprès des capitaines les plus dynamiques. Douze capitaines, qui commandèrent un corsaire pendant la guerre de la ligue d’Augsbourg, avaient déjà eu un tel commandement pendant la guerre précédente : Jean Castier, Jean Coffyn, Jacob Cousin, Jean Diericksen, Jean-Baptiste La Salle, Philippe Laval, Charles Maréchal, Govaert Nassen, Nicolas Noets, Olivier Nottebart, Pierre Van Acker, Jean Van Cattendyck. Ce dernier, qui avait commandé en 1677 et 1678, fut le seul de ce groupe à recevoir un commandement de 1689 à 1697. Il arma surtout des bâtiments de 35 à 60 tx, tel le Nécessaire, 60 t., 10 c., 70 h en 1697. Son plus grand navire fut le Solide, 110 t., 14 c. et 89 hommes en 1695 et 1696. La plupart ne commandèrent que les deux ou trois premières années de la guerre, sans que l’on sache avec certitude si leur carrière s’arrêta par la mort ou la maladie ou par l’arrivée de nouveaux capitaines.

178On sait par Jean Doublet que de Keyser, le grand ami de Jean Bart, était devenu un alcoolique invétéré en 1692, et qu’il mourut sans gloire le 3 janvier 1694. Pierre Van Acker, qui commandait en 1675 la Sainte-Thérèse de 40 tx, appartenait à une brillante famille de capitaines corsaires. Pourquoi n’obtint-t-il qu’un seul commandement : la Rose, 6 tx, en 1689 ? Au contraire, Jean Castier, déjà corsaire en 1678 avec le Postillon de 30 tx, dirigea 9 armements corsaires de 1688 à 1694, dont la Sirène de 180 tx, 22 c. et 140 h. en 1694. Il avait commandé au grand cabotage pendant l’entre-deux guerres et alla aux Antilles en 1688 sur la barque longue l'Effrontée avec Pierre Delattre qui commandait l'Adroit, prêté par le roi. Il fut capturé sur le Brave, en septembre 1689, après avoir repoussé trois abordages du corsaire ostendais Philipe van Mastrecht qui lui tua sept hommes et en blessa 22. Castier fut blessé à la jambe d’un éclat de grenade. Libéré, il commanda en 1690 quatre corsaires différents : la Sainte-Claire, 30t., 6c., l'Hirondelle, 25 t., 6c., la Bonne Espérance, 30t., 6c., et la Licorne, 60t., 6c. Son dernier commandement fut la Sirène, 180t., 6c., 21c., 140 h. en 1694.

179Déjà corsaire de 1676 à 1678, et présent de 1689 à 1697, Jean Van Cattendyck eut de nombreux incidents avec les autres capitaines dunkerquois. Le 10 juillet 1690, il obligea sous la menace Jean Bouweren qui rançonnait un dogre à partager avec lui cette rançon et à signer un traité de société. Le lendemain, Jean Bouweren fut capturé par un corsaire zélandais et conduit à Flessingue. Il commandait depuis 1688, en premier, la Baleine de 5 tx, puis le Lévrier de 60 tx. Après sa mésaventure de 1690, il obtint un nouveau commandement trois ans plus tard, avec la Pétronille en 1693 et 1694, puis la Gaie-Compagnie de 4 tx et la Bergère de 30 tx en 1696. En août 1693, Jean Coffyn accusa également Van Cattendyck d’avoir dissimulé dans son rapport de mer une rançon faite en commun le 23 juillet. Van Cattendyck appartenait aux amis des Bart. Ancien lieutenant de Jacques Bart, il navigua fréquemment avec lui et avec Charles Jacobsen, Louis Le Mel et Jacques Betten, notamment en 1695. Son dernier navire fut le Nécessaire de 60 tx, 10c. et 70 h. en 1697.

180L’étude des rapports de mer de 1695 montre que Gaspard et Pierre Bart avaient des méthodes « musclées ». Ainsi, le 14 décembre, Jacques Vryese, au mouillage sur son Léopard Doré, dut couper ses câbles pour éviter une collision avec une frégate qui courait sur lui sans pavillon. Il s’agissait de Gaspard Bart sur le Dauphin couronné qui répondit à ses interrogations par un tir à boulet. Deux mois plus tôt, Pierre Bart, Cornil Saus, Charles Jacobsen et Jean Simoens attaquèrent Philippe Herman qui, sur la Complaisance de 70 tx, amarinait un dogre hollandais. Ils l’obligèrent à venir à bord du navire de Saus, la Demoiselle-Marie, 60 tx, où se trouvaient les trois autres capitaines. Ils le frappèrent pour l’obliger à partager cette prise. Rencontrant Charles Jacobsen le 28 novembre, Herman, oubliant temporairement sa rancœur, lui demanda d’escorter une prise qu’il venait de faire, moyennant 8 000 l.t.

181Rares furent les capitaines qui exercèrent durant toute la guerre de la ligue d’Augsbourg. Jacob Cousin (ou Cosyn) qui débuta sur le Charlemagne, 25 tx en 1688, fut présent de 1688 à 1697, son dernier commandement étant la Bonne-Aventure de 50 tx. Adrien Berlemont, après une interruption de 1692 à 1696, finit sur la Bien-Aimée de Calais, de 30 tonneaux. Jean de Brauwer navigua de 1688 avec le Griffon de 35 tx jusqu’à 1696 sur le Morien de 14 c. et 120 h., avec un arrêt en 1695. Ferdinand Van Bosterhout commença sur le Saint Jean-Baptiste de 70 tx en 1689 et finit sur la Biche de 30 tx et 6 c. en 1696. Charles Jacobsen, Jean Glasson, Dierick Pleyte naviguèrent jusqu’à la fin du conflit : Jacobsen, du Saint-Charles de 70 tx en 1688 au Neptune en 1697, Glasson, de la Trompeuse de 30 tx en 1690 à la Sirène de 24 c. et 150 h. en 1697, et Pleyte, de la Levrette en 1691 au Soleil de 200 tx et 30 canons en 1697.

182Joris Van Crombrugghe, commença avec le Duc de Berry, 200 t. en 1688 mais sur la recommandation de Jean Bart, il devint lieutenant de frégate, puis finit capitaine de brûlot sur l'Alcyon du roi en 1696, mais que fit Jacques Brussin de 1689 à 1696, date où il obtint le Protée de 230 tx et 20 canons ? Nous connaissons mieux Louis Bommelaer, brillant compagnon de Jacques Bart. Il commanda d’abord un navire colonial, la Liberté, de Nantes, avec lequel il alla aux Antilles en 1687 et 1688. Il reçut le Saint-Louis de 100 tx en 1689, puis en 1692, il commanda l'Hercule du roi, sur la recommandation de Jean Bart. Il fut capitaine en 1693 de la barque longue la Rusée, prêtée par le roi, avec laquelle il fit 3 courses. Du 10 janvier au 29 mars 1694, il croisa sur la frégate l'Aurore, avec laquelle il fit deux prises au large de Calais puis passa au commerce sur le Tigre, le 28 avril, pour aller chercher du blé à Dantzig, mais fut pris le 4 juillet. Il fut conduit à Harwich, immédiatement libéré, et de retour à Dunkerque le 10. Du 28 juillet au 28 septembre, il commanda la frégate la Rusée. Le 28 octobre, il obtint la Palme Couronnée de 100 tx, 12 c. et 80 h. Il fut tué au combat sur le Laurier le 25 juin 1695.

  • 67 P. Daudruy, Familles..., op. cit., p. 128.

183La famille Bommelaer a été étudiée par Pierre Daudruy. Louis appartenait à une dynastie de capitaines, apparentée depuis le début du siècle avec d’autres familles corsaires. Son père, Mathieu, né en 1603 et décédé en 1675, commanda en 1665 le Saint-Thomas, qui était alors le plus grand navire dunkerquois. Il eut sept enfants, dont trois furent capitaines corsaires : Louis, Gaspard et René. Louis, né le 15 octobre 1651, avait épousé à Nieuport, en 1679, Marie Looten, d’une famille de capitaines corsaires. René, après avoir commandé en 1693, et au début de 1694, la Bonne-Aventure, passa comme lieutenant sur le Creukel-couronné le 16 mai 1694 où il trouva la mort le 29 mai lors d’un combat au large d’Hambourg contre une pinasse anglaise de 18 canons. La pinasse fut rançonnée pour 700 £. Le commandant du Creukel-couronné n’était autre que son propre frère Gaspard67. René avait épousé en 1688 Anne Blankenker, fille du capitaine corsaire Jean Blankenker. Le témoin du mariage fut Nicolas Baeteman. René eut deux garçons Louis en 1691 et Jacques en 1693 dont le parrain fut Jacques de Vrièse, capitaine corsaire.

184Gaspard, né en 1656, fut nommé capitaine du corsaire les Trois-Fleur-de-Lys en 1688, puis de la frégate l’Entreprenante du 1er avril 1693 au 3 février 1694, puis passa sur le Creukel-couronné le 30 avril 1694 qu’il commanda en mai et juin. Il mourut célibataire l’année suivante le 20 mars 1695, et fut inhumé au cimetière de Dunkerque.

185La majorité des capitaines corsaires nous demeure inconnue. Les cahiers de Doublet nous donnent quelques portraits. Charles de Keyser, nommé lieutenant de vaisseau en 1691, passa sous les ordres de Doublet pour une mission en Ecosse. Capitaine de la barque longue la Sorcière, il fut gravement blessé à l’épaule en attaquant, alors qu’il était ivre, un navire ennemi qui le repoussa. Ses ordres lui prescrivaient cependant de ne pas attaquer tant que la mission n’aurait pas été effectuée. Keyser dut rentrer au port où l’intendant le tança vertement. Il mourut sans gloire en 1694.

  • 68 Relation signée de Louis Le Mesle, Dunkarque 5 janvier 1696, A.N. Marine, B4 17, fo 203.
  • 69 H. Malo, Corsaires et flibustiers, Paris 1932, p. 69-72.

186Louis Le Mel a été surtout étudié par H. Malo. Originaire de Liège, transfuge, il obtint en janvier 1695 le commandement de la barque longue la Subtile de 20t., 4c et 30 h. En deux campagnes successives, il s’illustra par sa témérité en enlevant dans la Tamise trois et peut-être cinq marchands anglais. En juillet, il pénétra dans un petit port anglais, s’empara de quatre navires de pêche qu’il arma de ses hommes et attaqua la flotte qui pêchait au large sous la protection de deux escorteurs de 10 et 4 canons. Après cinq heures de combat, les deux escorteurs et huit pêcheurs étaient brûlés et 14 rançonnés. Prises et rançons des deux campagnes dépassèrent 250 000 l.t. Ce succès amena son armateur à lui proposer la Bonne Espérance de 60 t. 8c. et 60 hommes. Pendant trois mois, Le Mel croisa de la côte hollandaise à la côte anglaise, il s’empara à l’abordage, dans le Vlie, d’une frégate de 16c., faisant pour 300 000 l.t. de prises et de rançons68. Le 20 février 1696, il appareilla sur une frégate de 350 tx nommée également Bonne Espérance, 350 tx, 29c. et 200 h. Le Mel porta alors ses attaques contre Emden. S’étant emparé d’un smack, il en confia le commandement à son second, Pieter de Roucq, avec 50 hommes. Roucq indisposa son équipage qui refusa le plan d’attaque des marchands à 1'embouchure de l’Ems. Le Mel échangea alors les commandements mais il se fit prendre au cours de l’attaque. Roucq ramena la Bonne Espérance à bon port le 23 mars avec deux prises et trois rançons. Louis Le Mel fut alors victime des autorités d’Emden qui firent fusiller six des hommes capturés. Cette nouvelle fit grand bruit à Versailles. En représailles, trois matelots frisons furent condamnés aux galères. L’affaire s’arrêta là, et Le Mel rentra à Dunkerque le 12 avril69. La campagne ne fut probablement pas rentable, et il n’obtint plus de commandement corsaire avant la guerre suivante. Le Mel est typique des capitaines qui prenaient des risques. Chacune de ses croisières fut marquée par au moins un combat, ce qui en fait une exception chez les capitaines corsaires.

4) Croisières brillantes et corsaires bredouilles

187A côté des croisières bien connues, décrites dans les Cahiers de Doublet ou dans les Mémoires de Duguay-Trouin, les rapports de mer dunkerquois des années 1693 et 1694 permettent de mettre en évidence des campagnes indiscutablement brillantes selon le tonnage du corsaire, elles se déroulaient différemment, comme le montrent les croisières de Louis Bommelaer sur la barque longue la Rusée et de Gaspard Bommelaer sur la frégate l'Entreprenante.

188La Rusée fit trois campagnes, commission du 8 mai 1693, départ le 24 mai et fin le 10 juin, deuxième course du 21 juin au 31 juillet, troisième course du 3 août au 3 septembre. Louis Bommelaer croisa principalement dans le Pas-de-Calais. Parti le 24 mai, il rencontra le lendemain, cinq autres dunkerquois auxquels il se joignit pour entrer dans la Tamise, mais chassé par une caiche anglaise, il cassa son grand mât le 28 et mouilla à Boulogne pour y réparer. Il en repartit le 30. Le 3 juin, il s’empara d’un navire génois puis d’un navire anglais qui s’échoua volontairement. Les deux prises furent escortées à Dunkerque. Reparti le 7, il captura un navire trois jours plus tard et revint au port. Il appareilla le 21, et le 25, il chassa un heu anglais qui s’échoua. Trente hommes venus de la côte tentèrent de l’empêcher de s’en emparer, mais il put renflouer le heu et le ramener à Dunkerque. Il en repartit le 27 juin et le 30 amarina un navire portugais. Bredouille au mois de juillet, la chance revint le 31 avec une prise. Reparti le 3 août, il croisa en société avec Adrien Looten sur la Jolie. Le 8, devant Portland, ils firent une prise que Bommelaer mena à Dunkerque. Il appareilla le 19 août et le 23, chassa deux navires, capturant l’un et rançonnant l’autre pour 50 £. Le 2 septembre, il ramena une prise et fit une reprise, terminant sa croisière le 3 septembre. Au total, il fit dix prises et une rançon. La barque longue ne pouvait rester longtemps en mer et devait faire escale pour ravitailler l’équipage. La Manche, le Pas-de-Calais et l’Ouest de la mer du Nord étaient les principaux lieux de croisière.

189La frégate, au contraire, pouvait rester plusieurs semaines en haute mer, comme le montrent les croisières de l'Entreprenante de Gaspard Bommelaer en 1693. La commission date du 1er avril, mais Gaspard Bommelaer ne partit que le 16 mai. Le 1er juin, il vit une flotte de 25 vaisseaux au large de l’Ecosse. De retour à Dunkerque le 10 juin, il en repartit le 8 juillet avec Dierick Grispert sur la Salamandre mais la nuit suivante les sépara. Le 22, croisant avec Jean de Brauwer au large d’Hambourg, ils firent une prise puis se séparèrent. Le lendemain, il rencontra Pierre Glasson, Pierre Ségaerdt, Jean Saus et Pierre Heindricksen. Tous les cinq prirent trois navires le lendemain. Le jour suivant, il chassa deux voiles avec Heindricksen, mais renonça devant l’arrivée d’un convoi de 40 voiles. Le 29, il retrouva cinq autres dunkerquois, Ringout, Jacobsen, Cosyn, Heindricksen et Segaerdt et fit une rançon de 130 £. Le même jour, Jacobsen et Ringout firent chacun une prise. Bommelaer partit ensuite pour l’Ecosse où il croisa avec Saus devant Hull, où Saus fit une prise le 13. Pourchassée par trois navires de guerre, l'Entreprenante rentra à Dunkerque le 23 août.

190Bommelaer repartit pour une seconde course le 2 octobre. Le 13, à hauteur du Texel, il prit un navire anglais, mais deux navires de guerre de 34 et 36 canons le forcèrent à abandonner. Le 11, il fit une rançon sur le Dogger-bank pour 2 000 livres de Hollande. Le 22, il contrôla une flotte suédoise et mouilla le 25 en Norvège. Le 9 novembre, il s’empara d’un navire devant le Texel et désarma le 20 novembre. Sa troisième course débuta le 15 décembre et fit deux prises le 18 et le 21, et rentra le 26. Reparti le 28 décembre, Bommelaer prit 4 voiles d’un convoi de 9 le lendemain et les ramena à Dunkerque. Il appareilla pour une quatrième course le 9 janvier, et le 18, prit deux nouveaux navires à 12 lieues du port. Il repartit ensuite en Manche et fit escale à Dieppe où 29 hommes désertèrent. Il désarma à Dunkerque le 3 février. En quatre courses, il fit seul, ou en compagnie, 14 prises ou rançons.

191On déduirait abusivement de la lecture de ces rapports que toutes les campagnes étaient heureuses. En réalité, beaucoup furent médiocres, voire catastrophiques, sans que l’on sache dans quelle proportion. Nombreux sont les rapports de mer qui ne rapportent que des prises ou des rançons de faible valeur, mais, surtout, les campagnes bredouilles ne donnaient lieu à aucun rapport. Les capitaines de corsaires capturés devaient faire un rapport de mer mais beaucoup ont disparu, semble-t-il. On ne peut donc établir un bilan exact de ces croisières désastreuses qui touchèrent surtout les petits corsaires qui croisaient dans le Pas-de-Calais, là où les forces anti-corsaires étaient les plus importantes et où les navires ennemis étaient le plus escortés. La comparaison entre les croisières de Louis et de Gaspard Bommelaer montre que ce dernier fit beaucoup moins d’escales et croisa beaucoup plus loin mais, surtout, tous deux furent rarement seuls. En juillet, Bommelaer rencontra au moins dix autres corsaires avec lesquels il s’associa le plus souvent, partageant ainsi le produit de ses captures.

5) Les associations de corsaires

  • 70 A.N. Marine B3 82, 23 juin 1694 et 89, 5 janvier, 7 et 11 septembre 1695.

192Lors de la guerre de Hollande, on avait vu à Dunkerque l’association de nombreux corsaires dont Jean Bart. Il en fut de même pendant le conflit suivant. On aurait tort d’en conclure que la pratique dunkerquoise de l’association se retrouvait dans les autres ports. A Saint-Malo, le commissaire Gastines se plaignait au contraire du refus des Malouins de croiser ensemble dans plusieurs lettres, écrites surtout en 1694 et 1695 : « la principale raison qui s’oppose à cette jonction, c’est la difficulté d’unir des sociétés différentes de marchands, surtout de Malouins. Chacun a sa coterie, ses vues, des intérêts, ses manières d’agir différentes, il n’y a nulle confiance entre eux... ». Deux ans plus tard, il ajoutait : « Il n'y a rien que les gens de ce pays-ci haïssent tant que de faire société... » et confirmait en septembre : « Leur penchant sera toujours à naviguer à leur fantaisie. Ils ne sauraient vaincre les antipathies mortelles qu'ils ont les uns contre les autres » et concluait par ces mots très durs : « Pourvu qu’ils fassent leur compte particulier, les Malouins ne se soucient en aucune façon du bien général de la navigation et de la course du royaume »70.

  • 71 Idem, 27 novembre 1695.

193Une des raisons également invoquées contre les associations était le mode de répartition qui prenait en compte le nombre des canons, la longueur des navires et le nombre d’hommes : « Les petits ne veulent pas s'associer avec les grands parce que venant à faire des prises ensemble les gros emportent tout et il reste peu de chose aux petits qui sont plus exposés au feu et courent plus de risques que les grands »71.

  • 72 F2 12, Pontchartrain au sieur de la Hertroye, 28 octobre 1693.

194Gastines essaya d’obliger les Malouins à s’associer, mais Pontchartrain lui répondit : « Il y a trop d’inconvénients à les gêner sur cela » reprenant ce qu’il avait déjà écrit le 28 octobre 1693 : « On s’attirerait des plaintes continuelles sur le peu de liberté qu’on leur laisse qu’ils attribueraient au mauvais succès de leurs courses »72.

195A Dunkerque, au contraire, la pratique de l’association était très fréquente, mais les incidents relatés précédemment, et l’étude des rapports de mer, montrent que les Dunkerquois naviguaient presque toujours dans les mêmes groupes, n’hésitant pas à exclure les autres. Dierick Pleyte et Charles Jacobsen étaient souvent ensemble. En 1694, ce même Jacobsen s’associa avec André Bart, Jean de Potter, Pierre Gourny et Jean Simoens. Gaspard Bart était très souvent avec Gilles Ringoet, Jean Glasson, Jacobsen et Nicolas Baeteman, ce dernier était le parrain du fils de René Bommelaer. On comprend mieux que Louis Bommelaer ait pu croiser avec eux sans problème en 1693. Les liens de parentèle favorisaient ces regroupements, mais il semble bien que les armateurs dunkerquois encourageaient les attaques en groupe.

  • 73 J.S. Bromley, « Jacques-Winoc Plets, armateur en course », RAVD, no 17, 1983.

196J.S. Bromley voit, dans la constitution de ces escadres informelles, la clé du succès de l’armateur Taverne en 1693 et 169473. Il faut enfin souligner les rapports particuliers entre l’escadre du roi à Dunkerque et les capres. Le rôle de Jean Bart est indiscutable. Non seulement les capres se fiaient à son extraordinaire sens marin pour sortir de Dunkerque en dépit du blocus anglo-hollandais, mais il y avait une véritable division du travail entre Jean Bart et les navires du roi attaquant les escorteurs, tandis que les particuliers raflaient les marchands. Au retour, l’amirauté faisait le partage. Le rôle des Bart, comme capitaines ou armateurs particuliers en course, favorisait cette organisation qui se poursuivra après la mort de Jean Bart.

6) Les corsaires du Pas-de-Calais et les combats navals

  • 74 André Lespagnol, La course malouine, op. cit., p. 49-51.

197Une autre originalité dunkerquoise est le nombre élevé des combats livrés par les corsaires du Pas-de-Calais. Beaucoup d’historiens ont, à raison, rappelé que les corsaires ne livraient de combat qu’en dernier recours. Ainsi, le docteur Corre écrivait : « surpris de 2 000 dossiers de prises que j'ai étudiées, je ne pourrai trouver l’exposé véritable de plus d'une cinquantaine de combats ». Pour Saint-Malo, A. Martin-Déidier affirme ne pas avoir identifié plus de 30 combats. André Lespagnol corrige ces affirmations en estimant à une centaine le nombre de combats livrés par les Malouins pendant la guerre de la ligue d’Augsbourg. Il est évident à Saint-Malo, comme ailleurs, que tout bon capitaine corsaire ne recherchait nullement le combat comme une fin en soi. Quelques exceptions furent notables : les Bart, Duguay-Trouin, les frères Porée, Jean Doublet, etc. A Saint-Malo, les plus belles prises furent obtenues par un combat. La prise du vaisseau de guerre de 50 canons, le Diamant, en septembre 1693, par Thomas Avice de Vaujoyeux, fut à l’origine de la fortune du grand armateur Danycan car le Diamant rapportait en poudre d’or le produit des douanes anglaises. Paradoxalement, Vaujoyeux, beau-frère de Danycan, mourut dans la misère. Les prises qui se laissaient prendre ou rançonner étaient les plus nombreuses, mais comme nous l’a montré le tableau des corsaires malouins par tonnage, les Malouins utilisaient surtout des corsaires du 2e et 3e types. Quel caboteur, quel pêcheur, voire quel petit navire colonial, auraient pris le risque de combattre un équipage quatre à dix fois plus nombreux ? A Saint-Malo, on dénombra 20 capitaines morts au combat74. A Dunkerque, le nombre exact n’est pas connu mais il fut beaucoup plus nombreux. L’exemple des frères Bommelaer peut être aisément généralisé.

198A la différence des Malouins, les Dunkerquois livraient de fréquents combats. La première raison est le nombre élevé des petits corsaires de 5 à 30 tonneaux, contre lesquels un équipage décidé avait sa chance. De nombreux rapports témoignent de ces engagements comme du refus de se laisser rançonner. Indiscutablement, les Hollandais se rendirent moins facilement que les caboteurs gallois chargés de charbon ou les pêcheurs irlandais. Naviguant individuellement, les Malouins hésitaient à attaquer seuls un convoi. Au contraire, les Dunkerquois, habitués à se regrouper, les attaquaient fréquemment. Les Bart et leurs amis le prouvent. Ainsi, en 1693, Gaspard Bart, sur la frégate les Yeux, prêtée par le roi, apercevant le 16 avril, une flotte de 100 voiles au large de Withby, n’hésita pas à s’approcher. Il rançonna 5 navires mais dut livrer un combat pour aborder le cinquième, au prix de 2 tués et 4 blessés. Le 19 août, sur le Cerf-Volant de 50 tx, avec Jacobsen, Jansen, Glasson, Baeteman, plus Normant sur une frégate du roi, Gaspard attaqua une flotte de 8 voiles convoyées par deux navires de 30 et 14 canons. Il perdit son mât au cours du combat, mais quatre navires furent pris. Il en convoya un à Boulogne où il répara son mât et repartit un jour plus tard. Dans la mesure où chaque capitaine ou lieutenant devait faire un rapport de mer, on s’aperçoit que certains omettent de déclarer un combat qui n’a vu ni blessés ni dégâts importants sur le corsaire. Le rapport est une tracasserie administrative qu’ils remplissent souvent avec rapidité, pensant que l’autre capitaine a signalé le combat.

199A l’inverse, tous les capitaines et les équipages ne jouaient pas le jeu. Nombreuses sont les plaintes entre capitaines, s’accusant mutuellement d’avoir attaqué de loin, ou de ne pas s’être porté secours. On comprend mieux l’importance du lien de parentèle, plus sûr que l’ordre d’un armateur.

200Il faut également noter le cas particulier des corsaires jacobites, si bien analysés par J.S. Bromley. A côté de Nantes et de Brest, Saint-Malo et Dunkerque furent les deux bases les plus importantes. Un notable écossais, Robert Dunbar, se distingua particulièrement de 1692 à 1696, mais on trouve également Dominique Masterson sur les Jeux en 1692, Jean Cassgref sur la Fidèle de 50 tx en 1694 et 1695, Bryan sur la Princesse de Conti, de 50 tx, en 1695 et 1696, puis l’année suivante sur la Complaisante de 80 tx., et Antoine Fitzgerald sur les Trois-Sœurs en 1695. Outre le ravitaillement de la base jacobite de Bass Rock dans la Forth jusqu’à sa reddition en juin 1694, les jacobites firent des croisières où les combats furent fréquents. Leur dépositaire-armateur fut surtout Jacques Geraldin (ou Géraldine), qui fut responsable de 16 armements, dont l’un en 1688 avec Doublet. Il fut fait chevalier par le roi Jacques en 1693. Il dut sa réussite financière à la croisière du Fortuné, qu’il arma en association avec Nicolas Geraldin de Saint-Malo, avec, pour capitaine, Beaubriand Levesque, de Grandville. En juillet 1695, Beaubriand Levesque s’empara de navires coloniaux au large du cap Clear, après avoir coulé la frégate d’escorte England Frigott. Geraldin employa d’autres français, tel le Dunkerquois Fernandino Danemberg pour le Sauvage en 1694.

  • 75 J.S. Bromley, « Les corsaires jacobites dans la guerre de Neuf Ans », RHDEDL, no 31 1997.

201Le dixième de l’amiral devait être versé au roi Jacques, mais la législation des prises et la procédure restaient françaises. De février 1693 à août 1694, les commissions furent signées par Louis XIV, mais avec la mention « pour le compte du roy d’Angleterre » puis furent à nouveau signées par le roi Jacques. En juin 1695, le corsaire jacobite Loyal Clancarty, « barge de 22 rames » commandée par Thomas Vaughan, fut saisi par les Anglais après une chasse sur les Goodwin Sands. Là encore, les corsaires jacobites livrèrent de nombreux combats75.

7) Armateurs, cautions et dépositaires

202Les rapports de mer se révèlent à nouveau particulièrement précieux en nous fournissant le nom des dépositaires ou des cautions de l’armement. Le mot armateur était rarement employé sous Louis XIV. A Dunkerque, on distinguait celui qui cautionnait le corsaire lors de la demande de lettre de marque, et le dépositaire, qui gérait la vente des prises et leur répartition. La même personne, tels les frères Taverne, Guillaume et Nicolas, premiers « armateurs corsaires » de Dunkerque, pouvait exercer ces deux fonctions, mais elles étaient généralement distinctes. Jacques Geraldin fut dispensé de caution lors des armements jacobites avec des navires du roi. Il en avait été de même en 1688 pour un autre grand armateur dunkerquois : Jacques Plets, lorsqu’il arma un des premiers corsaires dunkerquois, le Cheval marin de 300 tx., capitaine Pierre Bart en guerre et marchandises : « la solvabilité du sieur Plets étant notoirement connue ».

  • 76 J.S. Bromley, « Jacques-Winoc Plets », art. cit.

203La caution était presque toujours partie prenante de l’armement du navire. Les dépositaires d’un armement étaient très souvent caution d’un autre armement et diminuaient leur part dans le leur, afin de diversifier les risques. J.S. Bromley a montré que Jan Puydt, maître tonnelier et Guillaume Henry, échevin en 1693, furent les cautions de Plets, puis Jean-Baptiste Bart, cousin du chevalier, lui-même dépositaire très actif76. Aux côtés de ceux déjà cités, on trouve Joannes Basmaison, Jean-Baptiste Bart, Nicaise Cornelissen, Jean Ivanchout, Louis Lanhete, Jacques Naechtegall, Jacques Pleyte, Jean Rycx, seul ou avec Taverne, Jean-François Soyde, Jean Baptiste Gottro, d’origine italienne et écrivain de capre, Nicolas Van de Valle, etc. Selon J.S. Bromley, Plets aurait fait 4 armements corsaires en 1688-89, 4 en 1691-92, 16 en 1693-9 et 19 en 1695-96, ce qui en fait sans conteste le premier armateur du Pas-de-Calais ; mais s’était-il, pour autant, enrichi ? Sa réputation de mauvais payeur était en tout cas indiscutable.

Bilan de la course, friponneries des armateurs et reprises

  • 77 A.N. Marine B7 497, fo 141-144, Vauban, Mémoire sur la course..., 1695.

204Les différentes sources concordent pour confirmer le produit des prises et des rançons liquidées à Dunkerque de 1688 à 1697 au montant de 22 167 000 l.t. proposé par H. Malo. En 1697, 19 corsaires, dont Jacques Bart et Cornil Saus, attaquèrent avec succès un convoi en mer d’Irlande et ramenèrent pour 900 000 l.t. de prises. Quatre ans plus tôt, dans un rapport à Pontchartrain, Vauban notait l’encombrement du port de Dunkerque, et affirmait que l’un « des moyens pour relever la course est que tous les vaisseaux de prises puissent être vendus aux amis et ennemis sans restriction. C’est un moyen de faire rentrer de l’argent dans le royaume sinon les ports en seront pleins ; celui de Dunkerque l’est déjà jusqu’au Risban. A joindre que des vaisseaux que l’on prend, il y en a souvent d’inutiles pour la navigation en France et de dangereux pour l’échouage ; enfin on aura de la peine à trouver à s’en défaire dans ce royaume où il ne se fait pas assez de commerce pour les pouvoir tous employer »77.

205En effet, il ne suffisait pas de faire des prises et de les conduire à bon port, encore fallait-il les vendre ! De ce point de vue, les ports du Pas-de-Calais étaient mal situés par rapport au marché français. Il fallait, en outre, compter sur les retards de tous les intervenants dans le jugement et la vente d’une prise. Réagissant contre les lenteurs des procédures, Louis XIV publia une ordonnance le 25 novembre 1689, puis une seconde le 25 novembre 1693, qui firent obligation aux armateurs de « faire vendre les vaisseaux pris et leurs marchandises quinze jours après les arrêts qui auraient déclaré les prises bonnes ».

  • 78 A.N. Marine B3 55, fo 207.

206Une rapide enquête dans le fonds de l’Amiral de France montre qu’en 1695-1696 les jugements intervinrent dans 70 % des cas dans un délai de quatre mois, et 6 % dans un délai de plus de dix mois. Ce délai était même inférieur pour les captures dunkerquoises : en 1695, 70 % des prises furent jugées en moins de trois mois. Néanmoins, en novembre 1693, le dunkerquois Jean Rycx, armateur et dépositaire de 15 prises et rançons vendues représentant la somme de 900 000 l.t., ne put présenter ni un état de répartition ni une seule quittance des 300 000 l.t. revenant aux équipages. Les équipages ayant porté plainte, il fut « contraint par corps » de payer. Taverne se porta garant pour lui, lui évitant un trop long séjour en prison. Rycx ne fut élargi qu’un mois plus tard, après avoir enfin payé. On le retrouve caution et dépositaire en 1694 et les années suivantes. En mai 1694, les officiers et équipages de la Revanche firent également arrêter leur armateur Jacques Naechtegall. « Cette négligence à satisfaire les équipages est la principale cause du peu de succès de quelques armements et de trouver des matelots pour la course » trouve-t-on écrit à cette date dans un « Mémoire touchant les équipages des vaisseaux armés en course par les particuliers »78.

207A la suite des croisières de ses corsaires en Norvège, l’armateur Plets devait des sommes très importantes à Rémy, consul de France à Chritiansund, qui avait avancé les frais d’escale des corsaires. Avec l’accord de Pontchartrain, Rémy fit saisir les prises de Plets en avril 1696 ainsi que celles de Taverne. En 1699, Plets devait également 17 920 l.t. aux propriétaires de plusieurs prises qui avaient bénéficié d’une mainlevée. Il fut mis en faillite l’année suivante mais réussit à se désendetter. Cependant, en 1702, il devait encore 18 872 l.t. au titre du dixième des prises à l’amiral de France pour la période 1691-95, ce qui implique que le produit de ses prises pour cette période aurait dépassé les 200 000 l.t. Il avait également été associé avec Jean Baptiste Bart, et en 1703, tous deux devaient 4 395 l.t. à l’amirauté. J.S. Bromley, qui a particulièrement étudié Jacques-Winoc Plets, a montré à quel point il est difficile de s’y retrouver « dans le labyrinthe » de sa comptabilité, où se confondent les armements en course, les expéditions marchandes et les achats de bois de mâture pour le roi. Les bénéfices d’une activité compensaient les pertes de l’autre. Il est certain que l’arrivée brutale des prises déséquilibrait profondément les prix, mais il est non moins évident que les armateurs, qui devenaient acheteurs de leurs propres prises, n’hésitaient pas à acheter à bas prix pour revendre ultérieurement avec un bon bénéfice. En outre, les fermes interdisaient la vente des marchandises prohibées dans le royaume au nom de leurs monopoles.

  • 79 H. Malo, Les corsaires, op. cit., p. 30

208L’interdiction jusqu’en 1709 de vendre dans le royaume ces denrées interdites impliquait le recours aux marchands étrangers dont certains venaient des pays ennemis. Ainsi le marché des prises à Boulogne, Calais et Dunkerque reposait principalement sur la présence des marchands flamands et hollandais. En demandant le droit de vendre le corps des navires aux étrangers, Vauban proposait, en fait, d’étendre à la coque du bâtiment ce qui se pratiquait plus ou moins officiellement pour les marchandises capturées. La présence des marchands étrangers donnait naissance à tous les tours de passe-passe financiers que l’on peut imaginer, car, en temps de paix, ces armateurs avaient l’habitude de commercer entre eux. Il est évident que l’armateur, dont la commission sur l’armement et le désarmement d’un corsaire était de 1 à 2 %, gagnait plus en spéculant avec les ennemis sur les marchandises de prises. D’où l’accusation souvent justifiée, des « friponneries des armateurs ». C’est ainsi que Pontchartrain écrivit le 25 février 1693 aux officiers de l’amirauté de Boulogne : « Messieurs, le roi ayant été informé des prévarications et friponneries que le sieur de La Mathe a fait dans la sollicitation des prises dont il a été chargé, à la suite du conseil, Sa Majesté l’a fait arrêter et quoique elle veuille bien ne pas faire son procès, elle m’a commandé de vous écrire que son intention est qu’il ne s’en mêle à l’avenir en aucune manière, ni sous quelque prétexte que ce soit, et que vous y teniez la main, en avertissant les armateurs que vous apprendrez être en relation avec lui, qu'il ne lui est pas permis de parler ni travailler pour eux »79.

  • 80 H. Malo, Les corsaires dunkerquois..., op. cit., p. 268.

209A ces méventes, il faut ajouter le nombre de prises reprises par les navires ennemis. Les Espagnols d’Ostende étaient particulièrement redoutables. Les Pays-Bas espagnols n’armèrent jamais simultanément plus de 10 corsaires, mais ceux-ci, très bien placés, se concentrèrent sur la reprise de captures faites par les Dunkerquois. De 1689 à 1694 ils auraient repris une valeur de 2 millions de l.t.. En 1696, la recette de l’amirauté de Bruges était de 271 326 florins. Les corsaires d’Ostende étaient surtout du deuxième type, voire du troisième type, comme le Roi d’Espagne de 66 canons, construit à Bruges en 1694 pour 51 260 florins, ou la Sainte-Marie de 60 canons. Ils n’hésitaient pas à attaquer les corsaires français. Au moins 57 de ces derniers furent capturés, dont 47 de Dunkerque, trois de Calais, trois de Saint-Malo et deux de Dieppe et un de Saint-Jean-de-Luz80.

Une timide activité corsaire à Calais et Boulogne

210Les mentions sur la course à Boulogne et Calais, tant pendant la guerre de Hollande que pendant la guerre de la ligue d’Augsbourg, sont peu nombreuses. La source principale, dépouillée par H. Malo, est une liasse des archives du greffe du Tribunal de commerce de Boulogne-sur-mer. Ces documents portent presque essentiellement sur la période 1688-1697. Le 5 décembre 1688, Antoine Dankart reçut une commission en guerre pour la Fortune, barque de 12 tx armée à Ambleteuse pour « courir sus aux pirates, corsaires et gens sans aveu, même aux sujets des Etats des Provinces-Unies ». Un autre corsaire fut armé à Ambleteuse, le flibôt le Bourq-couronné, de 80 tx., par Gabriel Joubandier du Ram. En 1689, Sébastien de la Bye commanda une chaloupe de 15 tx, le Saint-Charles, Bernard Clary, une chaloupe de 10 tx. et Jean Coget, une chaloupe de 5 tx. Jean Turon, capitaine d’une frégate de Boulogne et Mathias Cacheleu, capitaine d’une frégate de Calais prirent le 2 décembre la Catherine d’Ostende, chargée de vins pour Bruges.

211Il n’y eut pas d’armement en 1690 et 1692, mais deux en 1691 : le Saint-Joseph de 120 tx., capitaine Jacques Le Hot de Calais et la barque longue de 20 tx. de Jean Margollet en septembre. Cette même année, Jean Doublet, sur la Serpente, s’empara le 8 novembre, à 8 lieues au large du Texel, de la flûte hollandaise la Laitière, mais il s’échoua en entrant dans le port. Il fallut décharger de nuit pour sauver les marchandises et les hommes. Cette anecdote confirme le mauvais état du port et les difficultés d’accès.

212En 1693, Jean Margollet sur la Subtile, reprit au corsaire d’Ostende, l'Etoile du Jour, la Brillante, barque de Granville, chargée d’huîtres pour Dieppe. Il s’empara également du Guillaume de Douvres, caboteur chargé de planches, parti de Londres pour Portsmouth, et le Beginning, de Londres, au service du Prince d’Orange. En mars 1694, il commanda la barque longue la Diligente de 25 tx., puis, en février 1695, la Boulonnaise du même tonnage. En 1694, Jean Pamoison prit deux pêcheurs anglais, Walnart prit une galiote ostendoise à la pointe des Perrées, et Thomas Vaughan prit le Michel Ange. François Wien, de Honfleur, reçut le commandement du Triomphant de 15 tx. en septembre 1695. Un des derniers capitaines de la guerre de la ligue d’Augsbourg fut Jean Villiers ou (Villers) sur la Corvette de Boulogne, de 18-20 tonneaux armée en octobre 1697.

  • 81 A. Derville, Histoire de Calais, op. cit., p. 128.

213Deux remarques s’imposent : le nombre annuel d’armements boulonnais ne dépassa jamais celui de cinq, et la plupart des corsaires furent du premier type. On peut faire une analyse assez proche pour Calais qui eut également quelques capitaines qui se distinguèrent. Ainsi, François de Laistre, sur la Trompeuse, réalisa 20 prises. Gédéon Bloquel, avec la Mignonne en 1696, et Jacques Moullien avec le Saint Nicolas et le Saint-Antoine firent également de nombreuses captures. De 1695 à 1697, 100 prises furent conduites à Calais81. Un sondage dans les jugements des prises de l’Amiral de France pour 1695-1698 donne les résultats suivants pour la répartition des captures entre Boulogne, Calais et Dunkerque :

Jugements de bonne prise de l’Amiral de France

Jugements de bonne prise de l’Amiral de France

* l’année 1698 comporte des lacunes.

214Ce sondage porte sur les lieux où les prises ont été conduites et vendues. Certaines prises faites par des Dunkerquois furent vendues à Calais et à Boulogne, de même des Boulonnais et des Calaisiens conduisirent des prises à Dunkerque. Pour l’essentiel, Boulogne et Calais connurent une activité corsaire réduite. Deux raisons expliquent cet état de fait : l’absence de capitaux pour armer des corsaires du deuxième type et surtout le manque d’équipage car Calais et Boulogne étaient soumis au système des classes. Leurs matelots étaient retenus pour les barques longues du roi qui, comme nous l’avons vu, étaient principalement utilisées à l’escorte des convois côtiers. En conséquence, Boulogne et Calais furent des ports surtout fréquentés par les corsaires dunkerquois lorsque, pour des raisons de marée ou de vent, ils ne pouvaient conduire leurs prises à leur port d’attache. Pendant la guerre suivante, la situation évolua sensiblement, notamment en ce qui concerne Calais qui connut alors des travaux importants et qui vit le nombre de prises augmenter sensiblement. Cependant, plus que les différents travaux, ce fut l’évolution de la situation diplomatique qui influa sur la guerre de course sur le littoral de 1702 à 1713.

Notes

1 A.N., fonds Marine, IV 8, fo 48.

2 A.N, fonds Marine, B3 12 fo 59 et B2 16, fo 268, 23 avril 1672.

3 Ibidem, B3 15, fo 83.

4 Ibidem, B2 20, fo 145 et suiv. Enrôlement des matelots.

5 Ibidem, B3 15, fo 152, 64 et 65.

6 Ibidem, B2 26, 12 octobre 1674.

7 Ibidem, B3 15, fo 67.

8 Ibidem, B2 25, fo 25.

9 Ibidem, fo 106, 5 octobre 1674.

10 Ibidem, B3 19, fo 19.

11 Ibidem, B3 17, fo 32 et 47.

12 Ibidem, B2 30, fo 30 et passim.

13 Ibidem, B2 31, fo 31.

14 In H. Malo, Les corsaires, op. cit., fo 60 et 80.

15 A.N. fonds Marine, B2 34, fo 349, 359-60, 389. Instructions du roi et B2 38, fo 45, brevet du roi, à St-Germain en Laye, 7 février 1678.

16 Ibidem, B3 24, fo 26.

17 Ibidem, B3 28, fo 108, 119, 137, 144 et E 1793, fo 45, 51, 53.

18 Ibidem, fonds Marine, B4 8, fo 232-234, Relation du sieur Panetié sur sa navigation et la prise de deux flûtes de Lübeck.

19 Ibidem.

20 B. mun. Dunkerque, ms 78, fo 329, in H. Malo, Les corsaires, p. 108.

21 In J.M. Goris, « Vauban et Dunkerque d’après sa correspondance », RSDHA, 1991, p. 49. Très bon article auquel je renvoie.

22 In H. Malo, Les corsaires...., op. cit., p. 117.

23 Ibidem.

24 A.N., fonds Marine, 43, fo 371-373.

25 Sur ce problème, lire la mise au point la plus récente et la meilleure : Bernard Cros, « Dunkerque, port de guerre du roi soleil, 1662-1714 », Revue Historique de Dunkerque et du Littoral, 1997, p. 49-106.

26 C. Pfister-Langanay, « Charpentiers et navires à Dunkerque de Louis XIV à 1914 », Revue du Nord, 1986, No spécial, p. 267-302.

27 In A. Derville, Histoire de Calais, op. cit., p. 109-111.

28 A. Lottin, Histoire de Boulogne, op. cit., p. 135-136.

29 C. Pfister-Langanay, « Stratégies, construction navale et charpentiers à Dunkerque sous Louis XIV » in L’invention du vaisseau de ligne, Colloque Tatihou, 1992, Paris Kronos, 1997, p. 49-61.

30 R.J. Valin, Nouveau Commentaire sur l'Ordonnance de la marine du mois d'août 1681, La Rochelle, 1760, p. 212.

31 Rapport de Gaspard Bart, 1er novembre 1688, Jean Bart, 13 novembre et 31 décembre, A.N. Marine 252, fo 28, 57, 103-112 et A.N. E 1845, bonne prise du 30 novembre.

32 H. Malo, Les corsaires..., op. cit., p. 182

33 Forbin, Mémoires du comte de Forbin, Amsterdam, 1730, 2 t., p. 268.

34 Ibidem, p. 273.

35 Jean Doublet, Cahiers.., 5e cahier, années 1689-1690, édité par Charles Bréard, Paris 1883.

36 Arch. Nat., fonds Marine B2 72 et B2 73 et C4 253.

37 Mercure Galant, mai 1689, p. 309 et suiv.

38 Arch. Nat., fonds Marine B2 71, B2 72 et B2 73.

39 Ibidem, B3 62, fo 528.

40 Sur ce sujet, voir P. Villiers, Marine royale..., tome 1, p. 75-80 et 100-120.

41 Forbin, Mémoires…, op. cit., p. 305.

42 H. Malo, Les corsaires, op. cit., p. 235.

43 Forbin, Mémoires, p. 318-324.

44 In H. Malo, Les corsaires, op. cit., p. 222.

45 Voir nos articles : P. Villiers, « Marine de Colbert ou Marine de Seignelay : victoire de Barfleur et progrès technique » in Guerres maritimes (1688-1713), IVe journée franco-britannique d’histoire de la Marine, SHM, Vincennes, 1996, p. 173-197 et P. Villiers « Victoire de Barfleur ou défaite de la Hougue », Revue du Nord, tome LXXIV, janvier 1992, p. 53-72.

46 Arch. Nat. ; Marine, B3 68, B3 75, B3 81 et C4 254 et C4 257.

47 Idem, B2 99, B4 15, C4 254 et Mercure Galant, juillet 1694.

48 In H. Malo, Les corsaires..., op. cit., p. 279-281.

49 Arch. Nat. ; Marine, IL 497, Vauban, 1695, fo 141 et Marine G. 144, Mémoire sur les armements en course de Sa Majesté, 1696, no 3.

50 Idem, 82, 12 décembre 1694.

51 A. Martin-Déidier, op. cit., p. 512.

52 Oisivetés de M. de Vauban, Paris, 1843, tome 2, p. 158.

53 A. Lespagnol, La course malouine au temps de Louis XIV, Rennes, 1995, p. 31-75.

54 In Oisivetés..., op. cit., tome 1, p. 246.

55 J.M. Goris, « Vauban et Dunkerque d’après sa correspondance », RSDHA, 1991, p. 49.

56 P.H. Henrat, « Une expédition française au Spitzberg, le combat de la baie aux Ours, 6 août 1693 », Cols bleus, no 1623, 26 juillet 1980.

57 P. Villiers, Marine royale, op. cit., p. 172-174.

58 A.N. Marine, 254, fo 15, 31 octobre 1691.

59 Ibidem.

60 P. Villiers, Marine royale, op. cit., p. 134.

61 A. N. Marine B3 89, fo 200, 215 et 230, juin 1695. Cf. Mémoires de M. René Du Guay-Trouin, p. 37. En dépit de tels taux, le commissaire Gastines rapporta qu’on trouvait difficilement à s’assurer.

62 Ibidem, Marine 60, 1690, fo 68.

63 Ibidem, Marine, fonds des prises.

64 A.N., G5 233 et 216.

65 A.N. Marine, C4 258.

66 Vauban, Mémoire sur la caprerie de 1695, op. cit.

67 P. Daudruy, Familles..., op. cit., p. 128.

68 Relation signée de Louis Le Mesle, Dunkarque 5 janvier 1696, A.N. Marine, B4 17, fo 203.

69 H. Malo, Corsaires et flibustiers, Paris 1932, p. 69-72.

70 A.N. Marine B3 82, 23 juin 1694 et 89, 5 janvier, 7 et 11 septembre 1695.

71 Idem, 27 novembre 1695.

72 F2 12, Pontchartrain au sieur de la Hertroye, 28 octobre 1693.

73 J.S. Bromley, « Jacques-Winoc Plets, armateur en course », RAVD, no 17, 1983.

74 André Lespagnol, La course malouine, op. cit., p. 49-51.

75 J.S. Bromley, « Les corsaires jacobites dans la guerre de Neuf Ans », RHDEDL, no 31 1997.

76 J.S. Bromley, « Jacques-Winoc Plets », art. cit.

77 A.N. Marine B7 497, fo 141-144, Vauban, Mémoire sur la course..., 1695.

78 A.N. Marine B3 55, fo 207.

79 H. Malo, Les corsaires, op. cit., p. 30

80 H. Malo, Les corsaires dunkerquois..., op. cit., p. 268.

81 A. Derville, Histoire de Calais, op. cit., p. 128.

Table des illustrations

Titre Répartition des armements corsaires à Dunkerque en fonction du tonnage 1688-1697
Légende * Pour 1691 et 1692, données incomplètes, pour 1695, un semestre seulement.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49374/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Prix d’un corsaire neuf de 1688 à 1697
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49374/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Répartition des armements corsaires à Saint-Malo de 1688 à 1697 en fonction du tonnage60
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49374/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Prises et rançons menées à Dunkerque et Saint-Malo de 1688 à 169463
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49374/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Prises et rançons menées à Dunkerque et Saint-Malo de 1695 à 1697
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49374/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Corsaire de 12 canons et 80 hommes ayant fait une prise de 40 000 l.t.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49374/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Jugements de bonne prise de l’Amiral de France
Légende * l’année 1698 comporte des lacunes.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49374/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search