Version classiqueVersion mobile

Les corsaires du littoral

 | 
Patrick Villiers

Chapitre IV. La Manche et le Pas-de-Calais, un littoral propice aux corsaires français

Texte intégral

Le littoral, de la prise de Dunkerque à la mort de Mazarin

La première occupation française de Dunkerque

1A la suite de la reddition de Dunkerque, la plupart des capres dunkerquois se réfugièrent à Ostende. Ils furent 21 en 1649, pour culminer à 31 en 1650. Mazarin confia Dunkerque au maréchal de Rantzau qui s’efforça de ramener les marins dans la ville et d’y rétablir une flotte. En décembre 1646, Duquesne vint inspecter le port sur ordre de Mazarin. Le 2 mai 1647, une ordonnance royale établissait un siège d’amirauté française à Dunkerque. Un conflit de compétence s’avérant inévitable entre le Magistrat et le procureur du roi, le bourgmestre et les échevins demandèrent au roi de définir la compétence de l’Amirauté telle qu’elle était fixée sous la domination espagnole, ce qui fut accordé par Mazarin au nom de Louis XIV. Un seul corsaire entra dans le port en 1647 et il était d’origine anglaise. Il fut d’ailleurs contraint de relâcher sa prise. Cette même année vit le passage à Dunkerque de navires achetés à la Suède pour la marine royale française. Abraham Duquesne, chargé de cette mission, fut nommé chef d’escadre de Dunkerque, mais il reçut en août l’ordre de rallier la Méditerranée et y combattit en 1648 et 1649. En juin 1648, Rantzau tenta un coup de main contre Ostende, mais les Espagnols, prévenus par le capitaine Clinkaert, un ex-corsaire dunkerquois, le repoussèrent.

2Soupçonné à tort d’intelligence avec l’ennemi, Rantzau fut appelé à la Cour en février 1649, et remplacé comme gouverneur par d’Estrades. Ce dernier voulut faire revivre la course en autorisant l’attaque des vaisseaux anglais, mais de Brienne donna l’ordre d’interdire ces armements corsaires, de peur d’une alliance entre l’Angleterre et l’Espagne. La plupart des corsaires dunkerquois restèrent donc à Ostende et participèrent, sous le pavillon espagnol, au blocus de leur ancien port d’attache. Ainsi, l’armateur Jean de Bok arma 14 frégates qui bloquèrent Dunkerque sept semaines en 1651. Cette même année vit la reprise de l’offensive par l’Espagne dans les Flandres et l’Artois. Le 5 septembre, Furnes tombait, suivi par Bergues le 28. Au cours de l’hiver, Honsdschoote, Petite et Grande Synthe et Bourbourg furent prises, tandis que le comte d’Estrades avait les plus grandes difficultés à nourrir ses 3 000 soldats, et proposait de céder Dunkerque aux Anglais.

  • 1 H. Malo, Les corsaires, op. cit., p. 420.
  • 2 A. Lottin, Histoire de Boulogne..., op. cit., p. 132.

3Le 30 janvier 1652, d’Estrades écrivit à Le Tellier que « les ennemis font préparer onze frégates à Ostende ». Le 14 avril, 25 frégates flamandes participèrent à la reprise de Mardyck par les Espagnols. A la suite de l’appel au secours d’Estrades, Vendôme reçut l’ordre de quitter Brest pour se porter au secours de Dunkerque assiégé, mais il devait auparavant affronter la flotte espagnole qui croisait devant l’île de Ré. Vendôme battit les Espagnols le 9 août, mais ne repartit de La Rochelle que le 29, et n’arriva à Dieppe que le 11 septembre. Simultanément, le duc d’Aumont préparait à Calais une petite flotte de secours et réunissait 1 500 hommes de troupes, mais, le 13, Dunkerque capitulait1. Au même moment, Cromwell, mécontent de ses discussions avec la France, donna ordre de s’emparer des bâtiments français en Manche, de guerre comme de commerce. La flotte anglaise captura ainsi par surprise sept navires de guerre français commandés par Du Mesnillet qui sortaient de Calais. On peut s’étonner de l’incapacité du duc d’Aumont, gouverneur de Boulogne, à secourir Dunkerque. En fait, le Boulonnais et le Calaisis étaient épuisés par un état de guerre incessant depuis 1635 avec un ennemi qui détenait toujours l’Audomarois. En 1651, Desvres et Ucqueliers furent ravagés par les Espagnols. En juillet 1653, ils ravagèrent Wimille mais furent châtiés par les troupes du duc d’Aumont2. Si, en septembre, les Français prirent Mouzon et Sainte-Menehould, en novembre, ils durent abandonner au roi d’Espagne la prestigieuse place de Rocroi. Ainsi, à peine reprise, Dunkerque reprit son ancien rôle de capitale de l’armada espagnole et de base des capres.

1652-1658 : La dernière présence espagnole de Dunkerque à Gravelines

  • 3 Dr Lemaire, Histoire de Dunkerque, op. cit., p. 174.

4L’archiduc Léopold Guillaume ne trouva dans la ville qu’une population très réduite, épuisée par la famine. Il nomma le marquis de Lède gouverneur et réorganisa immédiatement l’ancien corps échevinal et l’amirauté. Le fort Mardycq fut reconstruit. Le 28 mai 1654, l’explosion des munitions stockées dans les caves du château de Gravelines ravagea la majorité des maisons de cette ville3. Les hostilités ayant cessé contre la Hollande, mais continuant avec la France, les corsaires d’Ostende revinrent à nouveau à Dunkerque. Ils s’emparèrent de navires pêcheurs de Boulogne et de Calais, mais la médiocrité de ces prises les amena à croiser jusque dans le golfe de Gascogne. Le cabotage reprit également. L’archiduc autorisa les marchands dunkerquois à lever un droit de convoi de 1,5 % sur les marchandises pour payer les frégates d’escorte. Une armada fut de nouveau basée dans le port, commandée par Mathieu Maes. D’abord charpentier, puis pilote, il s’était distingué dans l’expédition de Flessingue. Agé de 43 ans, il se maria à Dunkerque en 1654. A la prise de la ville en 1658, il se fixera en Espagne. Nommé amiral des Flandres, il mourut à Cadix en 1668, vice-amiral d’Espagne.

  • 4 Faulconnier, Description historique de Dunkerque, op. cit., tome II, p. 17.

5Les hostilités espagnoles contre l’Angleterre reprirent en 1655. En mai 1656, sept corsaires dunkerquois et cinq ostendais firent 20 prises anglaises. Fin juin, une division de sept corsaires dunkerquois et six ostendais s’empara de 70 caboteurs, charbonniers pour la plupart, paralysant ainsi le port de Newcastle. Douze frégates anglaises montèrent alors le blocus devant Dunkerque, mais furent dispersées par les tempêtes d’automne. En dépit de l’envoi de la flotte de Lord Montagu par Cromwell, une flotte de charbonniers valant 400 000 florins et la frégate d’escorte de 28 canons furent prises par les Dunkerquois et les Ostendais à l’automne4.

  • 5 R. Baetens, Organisation et résultats..., art. cit., RDHA, 1983, p. 6.

6Selon les registres des rapports de mer, on dénombra à Ostende et Dunkerque le nombre de corsaires suivants5 :

Corsaires espagnols à Ostende et Dunkerque de 1651 à 1660

Corsaires espagnols à Ostende et Dunkerque de 1651 à 1660

7Le nombre des armateurs passa de 32 en 1651 à 74 en 1656. En 1658, 25 étaient dunkerquois et 18 ostendais. Ce nombre retomba à 28 puis 16 les années suivantes. En 1658, 20 corsaires dunkerquois quittèrent Dunkerque pour Ostende et continuèrent leurs captures jusqu’à la fin des hostilités en 1660.

  • 6 Tableau établi à partir des chiffres de H. Malo et R. Baetens.

Captures faites sur les Français et les Anglais par les Espagnols et menées à Ostende et Dunkerque de 1651 à 16606

Captures faites sur les Français et les Anglais par les Espagnols et menées à Ostende et Dunkerque de 1651 à 16606

* valeur en milliers de florins

  • 7 F. Bluche, Louis XIV, Paris 1994, p. 108.

8Les tableaux ci-dessus montrent que, de 1651 à 1660, les capres flamands s’emparèrent de 981 navires français valant 2 117 000 florins et de 572 bâtiments anglais valant 2 572 000 florins. En moyenne, les navires anglais valaient deux fois plus que les Français. L’année 1656 fut particulièrement rude pour le commerce maritime de ces deux nations. Sur le plan des opérations militaires terrestres, l’année 1655 avait vu la brillante campagne des Flandres avec la prise de Landrecies par Condé, et surtout la victoire de Saint-Ghislain. Le gouverneur de Péronne, Charles de Monchy, marquis d’Ocquincourt, sembla prêt à rejoindre Condé, mais Mazarin lui versa 600 000 livres pour l’empêcher de trahir. Sur le plan maritime, le commerce français en Manche-est eut moins de pertes en 1653 que l’année précédente, mais elles restaient d’un niveau très élevé. Aussi, dès l’été 1654, Mazarin accueillit favorablement le projet d’alliance entre la France et l’Angleterre. Le ministre savait à quel point Cromwell était haï en France, mais ne voyait pas d’autre moyen pour reprendre les villes du Pas-de-Calais Nord à Philippe IV. En novembre 1655, les deux nations conclurent un traité de commerce. Cromwell tenta d’organiser le blocus maritime de Dunkerque et d’Ostende en 1656 et 1657, un certain nombre de corsaires flamands vendirent alors leurs prises à Cadix et Vigo. Devant les succès des capres, Cromwell et Mazarin signèrent le traité de Paris le 3 mars 1657, et décidèrent de reprendre l’offensive conjointement en Flandre maritime7.

9L’Angleterre s’engagea à fournir 40 navires et 6 000 hommes, la France 20 000 soldats pour assiéger Gravelines, Mardyck et Dunkerque. En cas de succès, la première ville revenait à la France et les autres places aux Anglais qui s’engageaient à maintenir la religion catholique. Les troupes anglaises débarquèrent à la fin mai. Turenne, après s’être emparé de Bourbourg, prit Mardyck le 30 octobre qui fut remis aux Anglais. Le traité ayant été renouvelé pour 1658, Mazarin vint avec Louis XIV pour mener le siège de Dunkerque. Le 23 mai, Turenne campait à Hazebrouck et à Cassel et atteignit le lendemain la digue de Dunkerque à Bergues. De son côté, le marquis de Lède fit ouvrir les écluses inondant la partie basse de la plaine maritime, mais Turenne le battit à la bataille des Dunes le 14 juin, bataille dont Napoléon a dit qu'elle fut la plus belle livrée par Turenne. Dunkerque se rendit le 25 juin. Louis XIV, qui avait assisté les années précédentes aux combats de Sainte-Ménehould et de Saint-Ghislain, avait suivi de très près ces opérations. Le roi entra triomphalement dans Dunkerque, mais ne put suivre la campagne de Turenne, car il tomba malade le 29 juin à Mardyck. Ramené à Calais, il resta entre la vie et la mort près de quinze jours. Calais, Dunkerque et le littoral restèrent ainsi marqués, à plus d’un titre, dans l’esprit du souverain. Conformément au traité de Paris, Dunkerque fut remis aux Anglais.

Dunkerque vers 1640.

Dunkerque vers 1640.

Cette vue de Dunkerque gravée par Rombout van der Noye recopie également Vedastus du Plonick mais présente la ville avec un autre cadrage. Elle est surtout remarquable par sa triple légende en latin, en flamand et en français célébrant le rattachement de Dunkerque dans le royaume de France et le rôle maritime qu’on attend du port.

Bibliothèque Communale de Dunkerque

Dunkerque, port anglais : 1658-1662

10L’ambassadeur anglais Lockhart en devint le gouverneur. Il trouva une ville ravagée par la guerre qui ne comptait plus que 4 000 habitants. Avec habileté, Lockhart rendit sa charge au bailli Faulconnier, ouvertement francophile, que les Espagnols avaient écarté. Dunkerque se révéla rapidement une charge pour l’Angleterre. Ruinée, elle ne pouvait payer la solde et l’entretien de la garnison qui se mutina. Olivier Cromwell venait de mourir, et son fils Richard s’avéra incapable de diriger le pays. La garnison de Dunkerque et le gouverneur se rangèrent dans le camp du Parlement, puis, le 11 décembre 1659, Lockhart assura Monck de sa fidélité. Ce dernier, à la tête d’une armée d’Ecossais et de royalistes, avait pris Londres, et installé un nouveau Parlement. Charles II chercha à rentrer en Angleterre et demanda à Lockhart de le recevoir à Dunkerque et d’assurer son passage. Ce dernier refusa et le futur roi s’installa à Bréda, d’où il rédigea une déclaration au Parlement. Cette déclaration fut accueillie avec enthousiasme en Angleterre, et le nouveau Magistrat de Dunkerque, Thomas Sergeant, déclara le 31 mai Charles II comme suzerain. Le lendemain, Charles entrait dans la ville et s’embarquait pour Londres le 4. Lockhart était remplacé le lendemain par le colonel Hardley. Il fut lui-même remplacé par son frère à la fin de l’année, à qui succéda Rutherford en juin 1661.

  • 8 C. Pfister, « Dunkerque de Cromwell à Charles II (1658-1662) », Guerre et Paix, 1660-1815, Journées (...)
  • 9 In Lemaire, Histoire de Dunkerque, op. cit., p. 190. Voir surtout Y. Vandendrieske. Dunkerque aux A (...)

11Tous rencontrèrent les mêmes difficultés à payer la garnison et à réparer les fortifications, car les environs de Dunkerque étaient ruinés par la guerre. L’Anglais John Grenhalgh décrivit ainsi Mardyck : « Je suis allé à Mardyck, les maisons y sont brûlées. J’ai vu qu’il n’en reste que six. La plupart des villages voisins ont été brûlés lors des dernières guerres. J’ai compté sept ou huit églises qui subsistent au milieu d’un désert. Elles ne gardent que des murs nus et les traces des rues autour d’elles ». Un recensement effectué à la demande de Lockhart dénombra le 30 juillet 1659, 1621 femmes, 1060 hommes et 2419 enfants8. Le fort Léon, en bois, fut démoli et remplacé par une citadelle en grosse maçonnerie. Les dunes, qui dominaient les fortifications à l’Est, furent rasées, donnant naissance à l’esplanade de Nieuport, mais, dans le même temps, les Anglais refusèrent de réparer les jetées du port et interdirent de pratiquer les chasses d’eau à marée basse. Le chenal s’envasa, et « les navires de 300 à 400 tonneaux ne pouvaient entrer que tous les quinze jours à vive eau »9. Hostiles aux Anglais, de nombreux marins et armateurs étaient partis pour Ostende dès 1658. Le 20 septembre 1660, le roi d’Angleterre ayant déclaré la cessation des hostilités avec l’Espagne, les derniers équipages corsaires passèrent en Hollande, voire en Espagne où la guerre contre le Portugal continuait. La mort de Mazarin et les difficultés financières anglaises allaient mettre fin à cette période anglaise.

Louis XIV et les ports du Pas-de-Calais au début du règne

La situation de Boulogne, Calais et Dunkerque

12L’entretien de la maison royale, de la marine de guerre, de la Jamaïque et de Dunkerque dépassait les revenus de la Couronne britannique. Charles II, sur le conseil de Hyde de Clarendon, son chancelier, décida de vendre Dunkerque. Après de laborieuses tractations, le prix baissa de 12 à 5 millions de livres tournois. Le 27 octobre 1662, Dunkerque, sa citadelle et son territoire, passaient sous tutelle française. Louis XIV faisait son entrée solennelle le 2 décembre. Cette même année, le budget de la marine française fut de 3 millions ; il passa à 6,5 millions en 1665 et à 10,5 en 1666. Ainsi, l’achat de Dunkerque représenta six mois du budget moyen de la Marine pour les années 1660-1670.

  • 10 Colbert à Chastillon, 26 novembre 1662, in P. Clément, Lettres, instructions et mémoires de Colbert (...)

13La joie fut très grande en Hollande, alors alliée de la France, qui se crut débarrassée des capres dunkerquois. Le 27 avril 1663, au Traité de Paris, les deux nations confirmaient leur alliance et s’engageaient à ouvrir leurs ports aux vaisseaux de guerre des deux camps, aux marchands pour s’y réfugier, et aux corsaires pour y mener leurs prises. Les armateurs corsaires des deux nations devaient déposer une caution de 15 000 l.t. en garantie des dommages qu’ils commettraient au préjudice des sujets de l’un ou l’autre Etat. Le port de Dunkerque était alors « en pauvre état et grande ruine. Le canal n'offrait que 11 pieds d'eau à marée haute. La mer y montait à peine de 4 pieds par marée ». Cependant, en même temps que se signait le traité de Paris, Colbert écrivait à Chastillon, intendant des fortifications de Dunkerque, qu’il attendait un ingénieur venu d’Amsterdam, et que tous deux devraient déterminer « tout ce qui se pourra faire tant à la fosse de Mardycq qu’au havre de Dunkerque lequel, il faut rendre s'il se peut, un des meilleurs ports de l’océan »10.

Vue de Boulogne à, la fin du XVIe siècle par Claude Chastillon

Vue de Boulogne à, la fin du XVIe siècle par Claude Chastillon

Sur cette vue de Boulogne par Chastillon, l’absence d'infrastructures portuaires apparaît clairement. La présence de bancs de sable rendait presque impossible l’entrée dans l’embouchure de la Liane pour les navires de plus de 150tx. Cette situation continuera jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. On distingue bien la tour de l’Odre qui portait à son sommet un des rares phares du Pas-de-Calais.

Bibliothèque Municipale de Boulogne, Portefeuille 46, no 16, Cliché serv. phot. Ville de Boulogne, G. Capron.

« Siège de lu place-forte de Calais faut le cardinal-archiduc Albert d'Autriche eu avril 1596 »

« Siège de lu place-forte de Calais faut le cardinal-archiduc Albert d'Autriche eu avril 1596 »

On distingue nettement sur cette gravure les fortifications de la ville et notamment les nouveaux bastions « à l’italienne ». Les infrastructures portuaires restent rudimentaires. On note à l’arrière plan, en haut et de gauche à droite, sur le front de mer : les dunes, le Risban, le chenal et l’unique jetée du port.

Collection particulière

14Le roi d’Angleterre n’était pas le seul à avoir des problèmes financiers. La pression fiscale avait fortement augmenté dans le Boulonnais. Le 14 juin 1656, le bruit ayant couru que Davilly et la Grange, respectivement receveurs des traites du bureau de Picardie et de Calais, étaient venus à Boulogne pour instaurer la gabelle, la révolte gronda aussitôt à Boulogne et à Wimille. Le 8 juillet, des placards et des libelles appelèrent la noblesse locale à se révolter contre le maréchal d’Aumont, gouverneur de la ville, « le grand tyran du Boulonnais ». En février 1657, la venue de l’intendant de Picardie, Lefebvre d’Ormesson, provoqua des troubles. Quelques mois plus tard, Louis XIV, en tournée d’inspection, passa très vite dans cette province. Il est vrai que le Boulonnais devait payer pour 1657, la somme de 81 740 l.t., dont 2 634 l.t. à la charge d’Outreau et 1262 l.t. de Wimille. La ville de Boulogne était toujours exemptée, car elle devait entretenir ses fortifications. A peine Mazarin était-il décédé que Colbert, sur ordre de Louis XIV, essayait d’augmenter la pression fiscale sur le Boulonnais. En 1661, le Boulonnais [qui n’était] « ni pays d'élection, ni pays d'Etat, mais renfermé dans ses privilèges et exemptions » était astreint à payer 30 000 l.t. pour le quartier d’hiver des troupes. Cette décision lança dans la révolte une population touchée de plein fouet par la grave crise de subsistance de l’année 1661-1662. A l’été 1662, la crise frumentaire atteignit son paroxysme. Devant le refus de payer ce nouvel impôt, Louis XIV ordonna alors à 210 cavaliers d’entrer dans le Boulonnais, déclenchant ainsi la « guerre du Lustucru ». Des milliers de personnes se révoltèrent. Louis XIV frappa fort et vite. Une armée commandée par le marquis de Montpezat et le duc d’Elbeuf écrasa les paysans révoltés. 386 hommes furent envoyés aux galères par peur d’une contagion à l’Artois nouvellement annexé. Colbert et Louvois voulaient supprimer les privilèges du Boulonnais, mais Machault suggéra d’éviter cette mesure, car « les pays frontières ont des considérations si délicates que, on regarde les temps à venir, dans lesquels ils peuvent consacrer des ressentiments qui ont des suites fâcheuses ». Louis XIV rétablira les privilèges du Boulonnais, mais le pays fut obligé d’admettre définitivement le paiement annuel du quartier d’hiver qui, en 1662, se monta à 50 000 l.t., et à 43 950 l.t. en 1698.

  • 11 Bernard Cros, « Dunkerque port de guerre du roi soleil 1662-1714 », R.H.D.L., 1997.

15Si, dans le Calaisis, il n’y eut pas de révolte semblable à celle du « Lustucru », des crises de subsistance très dures se produisirent en 1638 et surtout en 1647 où la mortalité augmenta de 50 %. La crise de 1661-62 y fut également durement ressentie. Tout en le sachant, Louis XIV n’en prépara pas moins la guerre qu’il devinait proche en chargeant Pierre de Chastillon de Louvigny, directeur des fortifications de Flandre et Picardie, de faire le plan des fortifications à reconstruire de Dunkerque. En 1663, Chastillon passa les premiers marchés. L’année suivante, Colbert ordonna à une commission d’experts composée de l’intendant Colbert de Terron, des ingénieurs Clerville, commissaire général des fortifications, Chastillon et du Hollandais Janssen, de l’architecte Blondel et de capitaines de vaisseaux, d’analyser le littoral. La commission nota que Calais et Boulogne ne pouvaient devenir des arsenaux. En revanche, Dunkerque bénéficiait d’une rade exceptionnelle « à une lieue de distance de la ville, capable de contenir 500 vaisseaux et plus ». Cependant, le port et son accès étaient très médiocres : « les navires prennent les temps de la marée haute pour entrer au canal conduisant au havre, lequel présentement est fort bardé de sable et à peu près rempli entièrement »11.

16Dunkerque ayant été administrativement rattachée à la Picardie, le subdélégué de l’intendant de Picardie fut simultanément commissaire général de la Marine et lieutenant-général de l’Amirauté. A l’automne 1662, Louis XIV nomma Nacquart intendant de la Marine de Dunkerque. Gravelines, nommé siège d’amirauté à la suite de la reconquête de Dunkerque par les Espagnols en juillet 1659, le resta jusqu’au 14 août 1671, date des lettres patentes qui rétablirent Dunkerque dans cette fonction. Louis XIV avait pris cette décision lors de son séjour dunkerquois du 3 au 27 mai.

Colbert et la réorganisation de la Marine

17A son arrivée effective au pouvoir en 1661, Louis XIV entreprit de reprendre en mains l’ensemble de l’administration. Cette réorganisation centralisatrice fut particulièrement importante dans la Marine, mais elle prit plus de vingt ans, l’ordonnance de la Marine d’août 1681 et le Code noir de 1685 en étant les points d’orgue.

18A partir de 1660, Colbert fut, dans les faits, chargé de l’administration de la Marine et des Colonies, particulièrement du point de vue financier. On oublie trop souvent qu’il eut trois grands problèmes à résoudre ; le premier, administratif : redonner à Louis XIV l’autorité sur la Marine ; le second, militaire : amener la marine française aux niveaux des marines hollandaise, anglaise et espagnole ; le troisième était de procurer les ressources financières à une entreprise aussi ambitieuse. Je me permets, pour ces trois sujets, de renvoyer à ma thèse, et de les résumer en montrant en quoi le littoral fut concerné.

19Sur le plan administratif, Colbert ne fut pas immédiatement en charge de la Marine et des Colonies, du moins sur le plan officiel. Ce n’est qu’en 1669 que Louis XIV lui permit d’acquérir, moyennant 700 000 l.t., la charge de secrétaire d’Etat à la Marine et aux Colonies. Depuis 1644, les flottes du Ponant et du Levant étaient sous une autorité administrative séparée. En 1661, Loménie de Brienne, secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères, avait la responsabilité du Ponant, et Le Tellier, secrétaire d’Etat à la Guerre, celle du Levant. Louis XIV leur demanda d’en rendre compte à Colbert. Plus grave encore était le problème de César de Vendôme, fils naturel d’Henri IV et de Gabrielle d’Estrées. Après avoir copieusement frondé, il se rallia à Anne d’Autriche le 12 mai 1650, en contrepartie de la charge de Grand Maître des Mers, Chef et Surintendant général du Commerce et Navigation de France. Il recevait ainsi les pouvoirs de l’Amiral de France en matière de justice et d’administration, notamment la délivrance des lettres de marque, mais aussi le pouvoir de nommer les officiers de vaisseaux. Son second fils, François de Vendôme, duc de Beaufort, né à Paris en 1616, obtenait la survivance de cette charge. Aussi turbulent que son père, François avait également beaucoup frondé et y avait acquis le titre douteux de roi de la Halle.

  • 12 Sur ce sujet, voir l’article fondamental d’Etienne Taillemite, « Colbert, Secrétaire d’Etat de la M (...)

20Avec Louis XIV et Colbert, le Grand Maître allait s’effacer, puis disparaître, pour faire place à un amiral potiche, et le secrétaire d’Etat à la Marine, qui n’était rien, devint tout. Cette reprise en mains de la Marine et des Colonies se fit progressivement. En 1662, les trésoriers généraux de la Marine reçurent ordre d’obéir exclusivement à Colbert, mais César de Vendôme n’était pas Fouquet ! Oncle naturel de Louis XIV, c’était un prince du sang, et ce n’est que le 31 décembre 1665, deux mois après la mort de César, que Louis XIV écrivit à son fils, François de Beaufort : « Mon cousin, ayant ordonné au sieur Colbert de prendre soin de toutes les affaires de la Marine, je vous fais cette lettre pour vous dire que mon intention est que vous lui donniez dorénavant entière créance sur tout ce qu'il vous écrira de ma part sur cette matière »12.

  • 13 E.T. Hamy, « François Panetié, premier chef d’escadre des Armées Navales », Mémoires de la Société (...)

21Dans le Ponant, Duquesne était le chef d’escadre de Dunkerque. Il devait une partie de sa carrière à Fouquet. Il chercha donc à se rendre indispensable auprès de Colbert, tout en discréditant ses rivaux et supérieurs hiérarchiques : le chevalier Paul et le commandeur de Nuchèzes. Colbert, dont le pouvoir n’était pas encore assuré, s’en remit à Beaufort pour l’armement de l’escadre du Ponant à La Rochelle, et pour faire obéir Duquesne. Cette escadre partit croiser en Méditerranée sous l’autorité de Beaufort. Abandonnant Fouquet sans vergogne, Duquesne se rallia à Colbert et ménagea Beaufort. La correspondance des Archives de la Marine montre que Colbert, surtout dans le Levant, continua de consulter Beaufort et de lui demander sa signature : commissions de capitaine, de lettres de marque, etc. Ainsi, en 1665 et 1667, le boulonnais François Panetié eut sa commission de capitaine de frégate signée par Beaufort13.

22Début 1665, Colbert du Terron, cousin germain de Colbert, assisté de l’architecte du roi Blondel, rendit compte à Colbert de sa mission sur les côtes du Ponant. Le choix se porta sur Rochefort comme nouvel arsenal. La première pierre fut posée en 1666. Simultanément, Brest et Le Havre recevaient des crédits, mais Toulon restait le premier arsenal de la France. Louis XIV voulait une présence navale française à la mer et la Méditerranée était la plus propice pour reconstruire la flotte française. Combattre les corsaires barbaresques permettait de protéger le commerce français en Méditerranée et de former officiers et équipages à une guerre future. 14 vaisseaux furent armés en 1662. Le 3 mars 1663, Duquesne s’empara du vaisseau amiral du dey d’Alger et de sa cargaison estimée à 200 000 l.t.. En 1664, 12 vaisseaux du roi de France, divisés en quatre groupes, eurent ordre de naviguer de Dunkerque au Levant. Le 23 juillet, Beaufort, avec 15 vaisseaux et 40 transports, débarqua sur la côte de Kabylie, dans le port de Gigery, mais l’affaire s’enlisa. On déplora rapidement 1300 malades, tandis que la peste s’abattait sur Toulon. L’affaire se finit sans gloire par le retour de l’escadre en novembre, mais, en 1665, l’escadre, commandée par Beaufort de février à avril, coula le vaisseau amiral d’Alger et ramena un riche butin. Il en fut de même au cours de l’été.

23Ces succès raffermirent auprès du roi la position de Beaufort. Elle montra également que la Marine, arme technique, ne peut, et ne pouvait, se construire en quatre à cinq ans, même en y consacrant des crédits élevés. Il fallait, non seulement, construire des arsenaux, mais former les hommes, officiers, sous-officiers et matelots, tâche de longue haleine. Il fallait également acheter vaisseaux et canons. En 1661, la France n’avait que 9 vaisseaux, alors que l’Angleterre en avait 47 portant 4 900 pièces de canons. Rappelons qu’une armée terrestre de 30 000 hommes n’en alignait à cette date qu’une trentaine. L’argent permit cependant la construction et l’achat de vaisseaux, comme le prouve le tableau suivant :

Les budgets de la Marine de 1662 à 1669

1662

3 000 000 lt.

1663

4 500 000 lt.

1664

4 500 000 lt.

1665

6 500 000 lt.

1666

10 500 000 lt.

1667

10 225 361 lt.

1668

9 326 629 lt.

1669

13 000 000 lt

24Si l’on retient 1662 comme année de départ, le budget de la Marine doubla de 1662 à 1665, tripla en 1666 et quadrupla à partir de 1669. Il connut ensuite une relative stabilité jusqu’en 1688. On peut mesurer cet effort en le comparant à l’évolution des dépenses de la monarchie de 1662 à 1715. En 1662, les dépenses royales se montèrent à 65 millions et la marine représentait 4,6 %. A partir de 1665, elle représenta 12,8 %. En 1666, ses dépenses furent même supérieures à celles de l’armée. Le nombre de vaisseaux augmenta de manière spectaculaire.

  • 14 P. Villiers, Marine royale, corsaire et trafic dans l'Atlantique de Louis XIV à Louis XVI, Lille 19 (...)

Effectif de la flotte française de 1661 à 166914

Effectif de la flotte française de 1661 à 166914

25Colbert réussit ainsi son premier pari en créant, en un temps record, une flotte numériquement significative, mais elle n’était pas apte à soutenir la comparaison avec les flottes anglaise ou hollandaise, comme le montra la guerre de Dévolution.

Le Pas-de-Calais pendant la guerre de Dévolution

Le logement des gens de guerre et le recrutement des gens de mer

  • 15 Bibliothèque Nationale, Cinq Cents Colbert, no 199, f 1 à 11.
  • 16 A.N. fonds Marine, B3 3, f 242, Nacquart à Colbert, juillet 1664 et suivants.

26Depuis 1661, une vie maritime indiscutable avait repris à Dunkerque. Un « Etat des vaisseaux à Dunkerque en 1664 » dénombra 75 bateaux de 10 à 30 tonneaux, 7 de 30 à 80, 1 de 80 à 100, 3 de 100 à 200 et 1 de 240, soit au total 2 675 tonneaux. Les bélandres et les barques de pêche composaient l’essentiel des 75 bâtiments de moins de 30 tonneaux. Un état des capitaines notait qu’un seul dunkerquois : Jacob-Janssen Couwenaer, était apte à être capitaine de guerre, et seuls Jean Houckers, Jacob Bart, François Janssen, Balthazar Kerlinck et Jacob Rogier pour naviguer en guerre et marchandises15. Le nombre élevé des patrons pêcheurs s’explique par une mesure prise en leur faveur. D’Estrades, l’ambassadeur de France auprès des Etats-Généraux, fit dire aux marins dunkerquois passés en Hollande qu’ils auraient la liberté de conscience et que chaque bateau pêcheur recevrait 600 l.t. par an. En outre, les Dunkerquois furent dispensés de servir sur les navires de guerre français. Des habitants de Dordrecht et de Gertruidenberg s’installèrent, moyennant le monopole de la pêche au saumon de Nieuport à Gravelines, et l’exemption du logement des gens de guerre. Dans une ville frontière, ce privilège était considérable. Le 3 décembre 1662, Louis XIV avait ordonné que les soldats en garnison à Dunkerque payassent leurs vivres à l’habitant, n’exigeant que le logement, et, en même temps, il avait commencé à faire construire des baraques. En janvier 1663, on pouvait y loger 1800 soldats. Nacquart en fit construire de nouvelles, car il fallait héberger les 46 compagnies de la garnison. Les Dunkerquois furent ainsi progressivement tous dispensés du logement des troupes, à l’exception du logement des officiers16.

27Les tentatives de recrutement des amiraux flamands espagnols d’origine dunkerquoise échoua, car ils auraient perdu les titres octroyés par le roi d’Espagne. Pierre Colaert était devenu Pedro Colarti, Antoine Mény, don Antonio Meni. Jean et Hubert, les fils de Jacques Colaert, restèrent en Espagne, et leurs biens dunkerquois furent confisqués, mais leurs sœurs, qui avaient épousé des Français, Guislain et Liévin Herson, restèrent en France. Nacquart recruta cependant les capitaines Diego Laina et Jacob de Vrieze pour commander des flûtes, mais il leur reprocha de laisser trop souvent leurs équipages s’enivrer. Il fallait absolument trouver deux capitaines pour commander les frégates destinées à protéger les bélandres chargées de pierre qui faisaient la navette de Boulogne vers Calais, Gravelines et Dunkerque. Les pierres des carrières de Boulogne étaient indispensables pour les fortifications côtières.

  • 17 A.N. fonds Marine, B4 3, f 16, Mémoire des Raisons pour obtenir des lettres de représailles contre (...)

28Le recrutement de marins du littoral s’imposait pour commander ces frégates, d’autant que, depuis le 22 février 1665, une deuxième guerre venait d’éclater entre l’Angleterre et les Provinces-Unies. Chaque camp arma ses corsaires qui ne respectèrent pas toujours la neutralité française, c’est pourquoi les armateurs français demandèrent des lettres de représailles contre les Anglais. Colbert les refusa, mais, en décembre 1665, le commissaire Dumas, envoyé à Londres, obtint restitution de 200 navires et de 6 millions de l.t. Les corsaires hollandais attaquèrent eux aussi les navires du littoral. Ainsi, en juillet, le capitaine Tosse, de Dunkerque, revenant d’Elseneur avait été pris par un capre hollandais et conduit à Enkhuisen17. Nacquart proposa donc le dunkerquois Alexandre Jacobsen et le boulonnais François Panetié pour commander les frégates d’escorte.

Une marine de guerre très discrète

29Jacobsen, petit-fils de Michel Jacobsen, n’avait pas voulu servir le roi d’Espagne et venait également de refuser le commandement d’un navire de 50 canons des Provinces-Unies. Il était recommandé par le comte d’Estrades. Nacquart souligna également qu’il s’entendait bien avec Panetié, sous les ordres duquel il avait servi. François Panetié était recommandé par le maréchal d’Aumont. Ce dernier, en charge de la défense du littoral, avait fait armer deux frégates en 1642 et 1643 : la Notre Dame du Rosaire de 30 tx. et la Louise d’Aumont de 120 tx. Ces deux frégates participèrent également au siège de Gravelines en 1644 et à la défense de Dunkerque en 1646 comme garde-côtes et comme corsaires. Le maréchal en arma d’autres, mais la plupart des documents ont disparu. Le 16 juin 1660, Panetié reçut le commandement de la frégate de 80 tonneaux, la Notre Dame « congé, pouvoir et permission pour courir sus aux sujets du roi d’Espagne et aux ennemis de l'Etat, pirates, corsaires et gens sans aveu » pendant un an, « le long des côtes, rades de France de Flandres et d’Espagne et en tout lieu que bon lui semblera... ».

30Panetié était le fils de Claude de La Croix, chevalier, seigneur de Panetié et de Belle Croix, exempt des gardes du roi et capitaine au régiment du maréchal d’Aumont, gouverneur du château de Boulogne. Panetié était donc de petite noblesse, et il est certain qu’il apprit le métier de marin sur les frégates du maréchal. La Notre Dame était en effet armée à Boulogne par d’Aumont. On retrouve Panetié en 1662, commandant la frégate le Nom de Jésus, armée à Boulogne par le même maréchal. Le 4 décembre, à la suite du passage de Louis XIV à Boulogne, Panetié fut chargé de conduire à Londres le comte de Vivonne.

31Ces recommandations furent suivies d’effet. Le 31 mars 1665, « Le Roy ayant résolu de faire armer et équiper en guerre un nombre considérable de ses meilleurs vaisseaux à dessein de tenir les mers et côtes de son obéissance tant en Levant qu’en Ponant, libres et exemptes de piraterie de la part des corsaires d’Afrique ou autres qui pourraient sous quelque prétexte que ce puisse être, troubler et incommoder le commerce maritime de ses sujets.. Le Grand maître, chef et surintendant de la navigation commet, ordonne et établit dans les formes ordinaires... le sieur François Panetié... pour monter et commander le vaisseau nommé l’Hirondelle qui est présent au port de Dunkerque... ». Jacobsen reçut une commission identique, le faisant également entrer dans la marine royale.

32Le premier reçut le commandement de l'Hirondelle, frégate de 26 canons et 200 hommes, construite à Dunkerque en 1663, et le second, celui de la Notre Dame des Anges, frégate de 16 canons et 150 hommes, construite au Havre en 1659. Leur mission fut de croiser devant Mardyck et d’escorter les convois côtiers jusqu’à Dieppe. Le 13 juin 1665, en mer du Nord, au large des côtes anglaises, près de Lowestoff, la flotte hollandaise, forte de 103 navires et de 4869 canons, commandée par Jacob van Wassenaer, affronta les 4 192 canons anglais sous les ordres du duc d’York et du comte de Sandwich. Pour la première fois, les Anglais appliquèrent la tactique du combat en ligne de file. Leurs canons, plus puissants, et ayant une plus longue portée, firent des ravages chez les Hollandais dont le navire amiral l'Eendracht explosa. La mort de Wassenaer divisa les amiraux hollandais Evertsen et Tromp qui se disputèrent le commandement, favorisant ainsi la victoire anglaise. Ruyter, revenu d’Afrique où il avait repris aux Anglais les comptoirs négriers de la côte du Sénégal, chercha en vain à prendre sa revanche au cours de l’été et de l’automne. Les Anglais commandés par Sandwich s’emparèrent, au large des Orcades, d’une dizaine de vaisseaux de la V.O.C. et de la W.I.C. dispersés par la tempête. Le pillage mené par Sandwich fut si exagéré qu’il fut chassé de la marine et nommé ultérieurement ambassadeur. La peste noire, qui sévissait à Londres depuis avril, atteignit son paroxysme en septembre, faisant 100 000 morts. Cette peste passa ensuite sur le littoral où Dunkerque fut particulièrement frappé avec 3 000 morts, dont le procureur du roi à l’Amirauté, Ignace Tugghe ; la fille de ce dernier, Marie Jacqueline, sera la seconde épouse de Jean Bart en 1689.

33Les forces navales françaises en 1665 étaient concentrées en Méditerranée. Panetié et Jacobsen jouèrent en Manche un rôle mineur, mais essentiel, de protection du cabotage contre les corsaires ennemis. Au cours de l’hiver 1665-66, Colbert fit le choix définitif de Rochefort comme arsenal et démarra immédiatement les travaux. En mai, douze vaisseaux furent armés à La Rochelle sous les ordres de Duquesne, afin d’escorter Mademoiselle d’Aumale qui partait épouser le roi du Portugal. Fille de Charles-Amédée de Savoie, duc de Nemours, elle était petite-fille de César, duc de Vendôme ; sa mère, Elisabeth de Bourbon-Vendôme, était la sœur du duc de Beaufort. L’escadre appareilla le 3 juillet 1666 et ne quitta Belem pour retourner en France que le 15 août. Beaufort, parti de Toulon, arriva à la Palice le 25 août et s’étonna fort de ne pas y trouver Duquesne. Les Français ne firent leur jonction en Manche que le 23 septembre, et reçurent de rudes reproches de Ruyter. La France s’était déclarée alliée des Hollandais en février, mais depuis, les flottes de guerre hollandaises avaient affronté seules les Anglais, notamment à la bataille des Quatre Jours qui, du 11 au 14 juin, se déroula entre Nieuport et Ostende.

34De Boulogne à Dunkerque, les forces françaises étaient réduites aux deux frégates de Panetié et Jacobsen. Dès le début de la bataille des Quatre Jours, Panetié, Jacobsen, Nacquart et Beaulieu tinrent à Dunkerque un conseil de guerre, et le lendemain, Jacobsen appareilla pour connaître l’issue de la bataille. Au terme de ce combat acharné, les Anglais avaient eu 4 navires coulés et 6 capturés, 2 amiraux et 12 capitaines tués, 2 500 marins tués ou blessés, et 2 000 capturés. Les Hollandais de Ruyter étaient victorieux, mais avec 3 amiraux tués et 2 500 marins hors de combat. Les deux camps réparèrent les dégâts en moins de six semaines, et le 22 juillet, Ruyter se présenta devant la Tamise, le jour de la Saint-Jacques, le 25 juillet. Les deux camps adoptèrent la tactique de la ligne de file, mais Tromp ne respecta pas les ordres de Ruyter, et la flotte des Provinces-Unies perdit 20 navires coulés ou incendiés, et 7 000 hommes. En septembre, Ruyter, ayant réparé sa flotte, chercha un nouvel engagement à l’entrée de la Manche, tout en attendant ses alliés français.

  • 18 Ibidem, Marine B5 2. Cf. Description exacte de tout ce qui s'est passé entre le Roy d'Angleterre, l (...)

35La flotte française était profondément divisée par les querelles entre le chevalier Paul et Duquesne, ce dernier étant, la plupart du temps, responsable des différends. Beaufort pria Duquesne de venir à bord du navire amiral le Saint-Philippe de 92 canons et 1 200 tonneaux comme capitaine de pavillon, donnant le Vendôme à Paul. Le mois de septembre fut marqué par le mauvais temps. Paul, à la tête des 15 vaisseaux de son escadre, se trouva séparé des 40 autres vaisseaux de la flotte, car il ne connaissait pas la Manche. Depuis le 13 septembre, Ruyter croisait devant Dunkerque, et le 28 septembre, à la suite d’une grande tempête, il fit escale avec sa flotte devant Boulogne pour réparer ses avaries, cinq de ses navires ayant eu des mâts et des vergues endommagés. Au début d’octobre, les vaisseaux du chevalier Paul, dispersés par la tempête, se heurtèrent au large de Dungeness à une partie de la flotte du duc d’York. Les capitaines français montrèrent alors leur inexpérience. Le Rubis, commandé par la Roche-Saint-André, fut capturé à l’issue d’un combat de sept heures qui vit 116 marins français mis hors de combat. Le Bourbon de 66 canons et le Mazarin de 40 canons, fort maltraités par le feu ennemi, gagnèrent le Havre à grand peine. La Ville de Rouen, 38 canons, se réfugia à Boulogne, et le Dragon, 36 canons, commandé par Préaux-Mercey, après avoir combattu trois Anglais, arriva difficilement à Dieppe le 13 octobre18.

  • 19 In M. Vergé-Franceschi, Abraham Duquesne, Paris, 1992, p.223.

36Louis XIV laissa éclater sa colère, reprochant au chevalier Paul, alors âgé de 70 ans, d’avoir manqué sa jonction avec Ruyter : « en une occasion si importante et si hardie les capitaines des quatorze vaisseaux qui se sont séparés de mon pavillon sont blâmables » mais Beaufort, en tant que commandant en chef, ne fut pas épargné : « Vous devez bien observer que le vaisseau qui porte mon pavillon doit être toujours le plus pesant de mon armée, c’est-à-dire, encore qu’il soit le meilleur voilier, c’est à lui de régler sa manœuvre, de sorte que les vaisseaux les plus pesants le puissent suivre, étant bien possible qu’un ou deux vaisseaux s’en séparent, ou qu’une grande tempête divise toute l'armée. Mais, dans un temps égal, le nombre de quatorze est trop grand pour ne pas les attendre »19.

37Ce texte de Louis XIV, relativement peu connu, mérite qu’on s’y attarde. Louis XIV, à cette date, connaissait peu le monde de la mer. Il en était de même de Colbert, mais le roi avait parfaitement compris que Duquesne et Beaufort n’avaient pas attendu le chevalier Paul. Or, en Manche, de nuit ou par temps de brume, il était facile à une armée d’être divisée sous l’influence des courants de marée. Tourville, qui, comme Paul, navigua surtout en Méditerranée, en sera victime à Barfleur. Louis XIV avait bien senti les divisions qui frappaient les chefs de la marine française, d’autant qu’il en était de même chez les amiraux hollandais et anglais.

38Pour limiter l’activité des corsaires anglais, Panetié et Jacobsen croisèrent de Boulogne à Dunkerque jusqu’au 4 août 1666. Ayant reçu l’ordre de rejoindre Beaufort à la Rochelle, ils laissèrent une barque longue du roi pour lutter contre les corsaires ennemis. Renforcés par la Diligente, 120 tx, 12 canons, commandée par Cabaret, et par la Maligne, 120 tx, 4 canons, commandée par Brémant, ils revinrent en octobre en escortant un convoi de sel appartenant aux fermiers de la gabelle. A l’exception de Jacobsen, cette division repartit ensuite pour Brest, puis escorta en novembre un convoi de brûlots pour Bordeaux avant de revenir à Brest le 3 décembre où elle retrouva la flotte de Beaufort qui y avait désarmé. Le 1er janvier, Panetié reçut de Beaufort le renouvellement de sa commission de capitaine. Le 11, il fut chargé avec sa division de l’escorte d’un nouveau convoi de sel de Brest au Havre, et « si le vent le permet, en faisant secours en revenant et donnant escorte aux marchands qui en auront besoin, si aucun y a ». La division fut ensuite incorporée dans l’armée navale de Beaufort, et croisa au large des côtes atlantiques.

39Le 8 mai 1667, la France entra en guerre contre l’Espagne qui encouragea aussitôt Ostende à armer des corsaires. En Manche et mer du Nord, l’offensive était laissée aux Hollandais. Profitant de l’affaiblissement des Anglais désorganisés par l’incendie de Londres, Ruyter et de Witt, avec 50 navires de guerre, réussirent un des plus grands exploits navals de tous les temps, remontant la Tamise sur plus de 30 km, puis la Medway où se trouvait l’arsenal de Chatham. Ils s’emparèrent le 20 juin du navire amiral Royal Charles et brûlèrent les plus beaux vaisseaux anglais. Le 6 juillet, Panetié et sa division furent à nouveau chargés de l’escorte d’un convoi de la gabelle. Le 31 juillet, les Anglais signèrent la paix à Bréda avec la Hollande et la France, mais la guerre « des droits de la Reine » continua contre l’Espagne. Panetié et sa division reçurent mission de « protéger tout le commerce des sujets de Sa Majesté depuis la tête de la Manche de manière qu’ils soient hors d’état d’être insultés par les corsaires d’Ostende et les Anglais et Hollandais qui auront pu prendre des commissions en ce dernier lieu.. ».

40Des incidents avaient déjà eu lieu avec les Espagnols. Ainsi, un corsaire ostendais, Pieter de Roo, reprit une prise faite par Alexandre Jacobsen. A l’automne 1666, le gros temps ayant contraint la frégate de Jacobsen à se réfugier à Ostende, les officiers de l’amirauté espagnole l’arrêtèrent, prenant prétexte d’une plainte d’un marchand anglais naturalisé hollandais, lui reprochant d’avoir considéré son navire comme bonne prise. L’intendant Nacquart fut très ferme car Jacobsen, commissionné par Beaufort, ne pouvait en aucun cas être assimilé à un pirate. Pour encourager la course, Louis XIV avait autorisé Jacobsen à servir comme corsaire pendant l’hiver. La frégate fut relâchée, mais Jacobsen gardé en otage. Nacquart s’empara de navires flamands mouillés en rade de Mardick. Et Jacobsen fut libéré en janvier 1667 et reprit son commandement et sous les ordres de Panetié sur l'Hirondelle, Jacobsen sur la Notre-Dame-des-Anges fit de nombreuses missions d’escorte du Havre à Dunkerque. Au cours de l’une d’elles, Panetié échoua l’Hirondelle, mais se sortit heureusement de ce mauvais pas. A la demande de Jean-Baptiste Brodart, commissaire général, qui avait succédé à Nacquart le 9 février 1667, Panetié ramena en octobre un chargement de cuivre de Hongrie et de planches de chêne acquis à Hambourg « pour les magasins de la marine du Ponant où l'on en a besoin pour la construction de ses vaisseaux et la fonte de ses canons ».

41Ces approvisionnements étaient en effet indispensables. En 1665, les chantiers navals de Dunkerque avait lancé le Flamand de 600 tonneaux et 42 canons, mais l’année suivante, le manque de bois fit arrêter la construction du Dunkerquois qui ne fut lancé qu’au début 1667. Il ne fut prêt qu’à la fin de l’automne. Le 11 janvier 1668, analysant ces missions, Panetié se plaignit à Colbert de la mauvaise distribution des vivres : « C'est à mon grand regret que je suis obligé de venir si souvent dans les rades... Je vous supplie très humblement de me faire toucher tout d'un coup trois ou quatre mois de vivres et vous verrez, Monseigneur, que je prends grand plaisir à la mer et à faire quelque chose qui puisse vous agréer... ». Panetié tint parole car, au cours de l’hiver, il délivra devant Plymouth un vaisseau de la compagnie des Indes occidentales de 32 canons attaqué par des corsaires ostendais et le convoya jusqu’au Havre. Au printemps, il reçut un vaisseau plus puissant, le Dunkerquois de 400 hommes d’équipage et de 46 canons. Un tel armement était indispensable face aux Ostendais, mais la signature de la paix en mai ne permit pas à Panetié de faire ses preuves.

  • 20 In H. Malo, Les corsaires, op. cit., p. 36-37.
  • 21 in W. Debrock, « Gens d’Ostende et de Dunkerque en temps de guerre et temps de paix », Revue des Am (...)

42De juillet à décembre 1667, on dénombra 40 corsaires espagnols à Ostende dont vingt navires armés de 20 à 40 canons, ayant donc un armement égal ou supérieur à l'Hirondelle et à la Notre Dame des Anges. Certains de ces corsaires venaient de Hollande, et de Lionne écrivit à d’Estrades le 25 novembre 1667 pour lui faire part des plaintes d’armateurs français contre des corsaires hollandais de Flessingue qui avaient acheté des commissions en course à Ostende : il faut faire cesser « ce scandaleux désordre entre alliés »20. Ils auraient fait une centaine de prises sur les Français, néanmoins, au même moment, les armateurs d’Ostende envoyaient une supplique au Conseil Supérieur de l’Amirauté de Bruxelles demandant des conditions favorables à la course car ils avaient peur de se voir priver des gens de mer attirés par les salaires français21. En réalité, il n’en était rien, la course française du Littoral avait à peine repris.

La course littorale, un recours limité

  • 22 A.N. fonds Marine, B2 7, fo 73, Instructions à mrs Nacquart et Brodart.

43Dès le début des hostilités contre l’Angleterre, les armateurs français demandèrent à armer en course et Colbert autorisa la visite de tous les navires suspectés de transporter des marchandises de contrebande. L’Amirauté, au nom de Beaufort, délivra les commissions en course. Le duc d’Aumont arma une frégate en course, et deux Calaisiens, Simon Coinet et Noël Leroux, prirent le commandement d’un corsaire. Louis XIV écrivit à Nacquart puis à Brodart pour qu’ils « emploient toute leur industrie pour obliger les capitaines et autres gens de mer qui sont à Dunkerque de recommencer la guerre qu’ils ont autrefois fait avec tant de gloire et de succès en les faisant gagner et obliger par là ceux qui se sont retirés à y revenir, comme aussi à augmenter le commerce de ladite ville »22.

44Cependant, par rapport à Ostende, les corsaires dunkerquois sous pavillon français furent en nombre et en armement limités avec sept navires en 1666 et huit l’année suivante, comme le montre le tableau suivant :

Navires et capitaines corsaires dunkerquois de 1666 à 1668

Navires et capitaines corsaires dunkerquois de 1666 à 1668

45Comme au temps de l’époque espagnole, deux types de corsaires apparaissent clairement, ceux de moins de 25 tonneaux et ceux de 60 à 80 tonneaux, les premiers impliquant un financement local, les seconds, le recours à des capitaux régionaux ou à la Cour. Seul le Saint François de Paule fut armé trois fois, dont deux avec Jacques de Clerc comme capitaine. Ce dernier reçut comme troisième commandement le Lévrier de 80 tonneaux, vraisemblablement un navire neuf. Si Michel van de Kerchove et Pierre Van Gelder gardèrent deux années de suite, le premier la Chasse, le second la Sainte Elisabeth, Jean Moor perdit le commandement du Saint Louis au profit de Willem Pieters.

46Les résultats de ces corsaires ne sont pas connus avec certitude, mais ils ont principalement pris pour cible les caboteurs anglais. La conjoncture était extrêmement difficile avec la concurrence des corsaires alliés hollandais. En outre, la présence des flottes de guerre hollandaises en Manche et en mer du Nord amena les navires anglais à naviguer en convoi ou à prendre les plus grandes précautions ; le trafic en Manche était ainsi des plus réduits. De plus, le pavillon espagnol, neutre jusqu’au 8 mai 1667, protégea certains Anglais. A la déclaration de guerre entre la France et l’Espagne, le trafic commercial d’Ostende chuta fortement, diminuant d’autant le nombre de proies potentielles pour les corsaires du Littoral. Cependant, Omaer se distingua comme armateur dunkerquois et le capitaine de Clerc reçut une gratification de 10 pistoles pour avoir résisté victorieusement à deux corvettes ostendaises. Un autre armateur dunkerquois obtint 20 pistoles pour la prise d’une corvette également ostendaise.

47L’entrée en guerre contre les flamands espagnols et la signature de la paix avec l’Angleterre se traduisirent par le désarmement de la plupart des corsaires dunkerquois. On nota un seul armement en 1668. Armateurs, capitaines et équipages avaient encore trop de liens familiaux dans les deux camps. Ainsi, Jacob de Vrieze, qui avait pourtant commandé une flûte royale, passa à Ostende. Le traité signé à Aix-la-Chapelle le 2 mai 1668 ramena la paix en Manche. Plusieurs capitaines qui avaient servi comme corsaires espagnols ou hollandais revinrent alors à Dunkerque et naviguèrent au grand cabotage, voire à la côte d’Afrique. De nombreux marins revinrent également, qu’ils eussent servi sous pavillon hollandais ou espagnol, parmi eux, les Bart.

48Sans être négligeable, la course sur le Littoral, comme sur les autres côtes de France, n’avait pas répondu aux attentes de Colbert. Dès 1667, il chargea Nicolas de La Reynie, le futur lieutenant-général de police, d’une enquête sur la législation corsaire appliquée dans les différents ports, de Dunkerque à Hendaye. Avec le retour de la paix, de nombreux officiers de marine se retrouvèrent sans activité. Beaufort proposa de les employer dans une croisade pour venir au secours de Candie, défendue par les Vénitiens contre les Turcs. La France, étant alliée de la Sublime Porte, ne pouvait officiellement participer à cette expédition qui se fit sous le pavillon du Pape. Les forces françaises sur mer étaient commandées par Beaufort. On a souvent dit que Colbert et Louis XIV y voyaient un bon moyen d’éloigner Beaufort, mais alors comment expliquer la présence de Vivonne, frère de Madame de Montespan, alors favorite en titre du roi, et celle du cousin germain de Colbert, Colbert de Maulevrier ? L’expédition vit la mésentente entre Beaufort, pour la Marine, et Navailles, pour la terre. Le boulonnais Panetié, « capitaine d’augmentation », servit sur l’Etoile, commandée par Comtay d’Humières. Panetié s’illustra brillamment à terre en commandant le bataillon d’Amères qui était embarqué sur l'Etoile. Le 25 juin, une sortie générale des Français fit 1 300 morts et 1 500 blessés chez les croisés. Beaufort disparut au cours de la bataille, et on ne retrouva jamais son corps. Cette disparition arrangea indiscutablement Louis XIV et Colbert. Elle leur permit d’imposer en cette année 1669 de nombreuses réformes dans la Marine.

Colbert et les réformes administratives de 1669

49Avant même l’expédition de Candie, le 18 février 1669, Louis XIV permit à Colbert d’acquérir la charge de Secrétaire d’Etat à la Marine avec survivance pour son fils Seignelay. La mort de Beaufort permit à Louis XIV, toujours obnubilé par la Fronde, de réorganiser la nomination du haut commandement de la Marine. Il passa désormais sous l’autorité exclusive du roi : « Sa Majesté se réserve le choix et provisions de tous les officiers de guerre et de finance qui ont emploi et fonction, savoir les vice-amiraux, lieutenants-généraux, chefs d’escadre, capitaines de vaisseau, brûlot et frégate, lieutenants, enseignes, pilotes, capitaines et officiers des ports et garde-côtes, intendants, commissaires, contrôleurs généraux et particuliers, gardes-magasins et généralement tous autres officiers de la qualité ci-dessus, ensemble tout ce qui peut concerner les constructions et radoubs des vaisseaux et les achats de toutes sortes de marchandises et munitions pour les magasins et armements de marine et l’arrêté des états de toutes dépenses faites par le Trésorier de la Marine... ».

50Il s’agissait d’une réforme capitale, puisque la charge de Grand Maître était supprimée. Les attributions militaires de l’Amiral de France étaient pratiquement réduites à néant. Le commandement effectif des escadres à la mer fut pourvu par la création de deux charges de vice-amiraux, l’une pour le Levant et l’autre pour le Ponant. Le comte Jean d’Estrées, lieutenant-général des armées navales, en reçut les provisions le 12 novembre 1669 pour les mers du Ponant, à l’exception de la Bretagne. Avant cette date, le recrutement des officiers n’était pas l’objet de règles précises, ce qui donnait lieu à d’innombrables conflits de préséances, comme l’a montré l’exemple de Duquesne. Toutes les commissions de capitaines accordées par Beaufort furent réétudiées sur la base des rapports envoyés par les intendants de marine, comme Colbert le demanda le 1er novembre 1669 à Gravier pour Dunkerque :

« Je vous enverrai dans peu de jours les commissions du roi pour les officiers de marine que Sa Majesté voudra continuer à son service au port de Dunkerque, et pour cet effet, je reverrai le mémoire que vous m’avez envoyé de leurs bonnes ou mauvaises qualités... ».

  • 23 Id., Marine, B3 9, fo 474.

51La sélection fut assez sévère. Beaucoup d’officiers, soupçonnés d’être encore, ou d’avoir été, amis de Fouquet ou de Beaufort, furent éliminés. 58 capitaines de vaisseau furent confirmés, dont Panetié. L’organisation des états-majors des vaisseaux fut repensée afin d’incorporer officiers nobles et officiers issus de la marine marchande. Colbert expliqua sa réforme à Terron en ces termes : « Je voudrais même mettre toujours ensemble autant qu’il se pourrait un bon capitaine gentilhomme, un lieutenant et un enseigne de même avec trois officiers matelots en second, le tout d’un même pays ou amis en sorte qu’ils puissent bien s’accommoder ensemble, bien entendu que toutes les fois que le service du roi, le désiroit, l'on mettroit ensemble le matelot en premier et le gentilhomme en second et Sa Majesté entretiendrait toujours 60 capitaines, 60 lieutenants et 60 enseignes, duquel nombre il faudrait qu’il y en eût toujours dans les ports qu’ils ne seront payés que suivant le service actuel qu’ils rendront dans les ports soit sur les vaisseaux et sur le pied des revues qui seront faites tous les mois »23.

52Mettre ensemble des officiers qui se connaissaient était une excellente idée pour obtenir des états-majors qui obéissent à leur commandant, de même qu’associer nobles et marins de la marine marchande. A noter que Colbert reconnaît la supériorité de la compétence à celle des quartiers de noblesse. La carrière de Duquesne ou de Panetié le prouve. 36 vaisseaux et 25 capitaines furent affectés à Rochefort, 20 vaisseaux et 12 capitaines à Brest et 24 vaisseaux et 15 capitaines à Toulon. Avec cette réforme, le statut des officiers de marine fut définitivement fixé. Ils devenaient définitivement des salariés de l’Etat. Pour la première fois, un service à terre était prévu pour les officiers non embarqués qui devaient « être employés par les intendants tant à la garde des vaisseaux qu’aux autres fonctions de leur métier ». La volonté d’employer des nobles comme officiers de marine était clairement annoncée, mais la noblesse ne devait pas l’emporter sur la compétence. La noblesse pauvre fut rapidement attirée par ces mesures, car, à la différence de l’armée de terre, on n’avait pas à acheter son brevet.

53Si le titre de Grand Maître de la navigation disparut, Louis XIV n’osa pas supprimer l’Amirauté. Il préféra donner cet office au comte de Vermandois, âgé de trois ans, fils qu’il avait eu de Mademoiselle de La Vallière, ce qui résolut de fait les pouvoirs réels de commandement à la mer de l’Amiral de France. La charge s’occupait surtout des problèmes de justice de l’amirauté, et particulièrement : des amendes, du dixième des prises et conquêtes faites à la mer, du droit d’ancrage et du droit des congés sur les bâtiments de commerce sortant du royaume. Il s’agissait d’un cadeau royal, car l’office d’Amiral de France était un de ceux qui rapportait le plus à son propriétaire par la vente de tous les congés, auquel s’ajoutait, en temps de guerre, le dixième des prises.

  • 24 In Etienne Taillemite, « Colbert… et les réformes de 1669, » art. cit., p. 42.

54Après avoir réorganisé le corps des officiers d’épée, Colbert organisa un véritable corps des officiers de plume. Les charges qui étaient vénales furent remboursées, intendants des ports, commissaires généraux et commissaires ordonnateurs, devinrent, eux aussi, des salariés. L’armement des navires de guerre, que ce fut pour les vivres, les poudres, les bois ou les canons, fut confié aux arsenaux dirigés par les intendants. En mer, la gestion des escadres fut confiée aux commissaires généraux. Brodart, ancien commissaire général de Dunkerque, fut le premier chargé de surveiller une escadre, celle de Beaufort, le 15 avril 1669 : « Le roy ayant résolu de faire embarquer à l’avenir sur toutes ses armées navales et sur chacune escadre de ses vaisseaux qui sera mise en mer un commissaire général avec quelques commissaires particuliers »24. Du lieutenant-général au capitaine de brûlot, chacun fut soumis à la surveillance des intendants et des commissaires et de leurs représentants, les écrivains royaux. Ces derniers avaient également en charge la surveillance des prises.

55En dépit des efforts de Colbert, il y eut de nombreux conflits entre les capitaines de vaisseaux et les officiers de plume. Duquesne, Jean Bart, Forbin ou Duguay-Trouin furent tous accusés d’avoir pillé des prises, bien qu’étant officiers de vaisseau. Cette réforme s’affirma déterminante car elle diminua sensiblement la gabegie et la corruption qui, trop souvent, dominaient dans les arsenaux. Duquesne fut accusé à plusieurs reprises d’embarquer plus d’approvisionnements que ceux prescrits par les règlements en fonction du rang des vaisseaux. A titre anecdotique, notons qu’à partir des années 1661, les vaisseaux du roi portèrent, comme bannière royale, un drapeau blanc fleurdelisé. Ce drapeau blanc symbolisait la « royalisation » de vaisseaux de guerre. En effet, depuis Louis XIII, les régiments de l’armée de terre appartenant au roi portaient un drapeau blanc pour les distinguer des régiments étrangers. Cette « royalisation » de la flotte de guerre mit fin à de nombreuses corruptions et permit une économie sensible, à un moment où les dépenses de la Marine croissaient fortement, dans les arsenaux mais aussi dans les ports. Dans la même optique, Louis XIV travailla à développer les arsenaux et les forteresses royales. Le retour de la paix vit ainsi une relance des travaux pour les ports et les fortifications de la Manche, notamment à Boulogne, à Calais et surtout à Dunkerque.

Les travaux sur le littoral de 1668 à 1672

  • 25 In Visite des ports et havres de l'océan depuis Dunkerque jusqu'à Bayonne, faite en l'année 1664 pa (...)

56Avec la guerre de Dévolution, les forts du Littoral furent sommairement remis en état. A Boulogne, l’essentiel porta sur l’artillerie et à Calais, l’essentiel de la défense reposa sur le fort Nieulay, mais en dépit des travaux entrepris par Charrost de 1653 à 1655, le fort restait ancien. Colbert concentra ses efforts sur Dunkerque. Le rapport de la commission de 1664 avait relevé les qualités du site, mais aussi le mauvais entretien du port : « Les navires prennent le temps de la marée haute pour entrer au canal conduisant au havre, lequel présentement est fort bardé de sable et à peu près rempli entièrement, il y peut avoir à morte eau sur la barre neuf à dix pieds d’eau, et à vive eau treize à quatorze pieds »25.

57L’évolution de la masse du banc Schurken était la principale responsable de cette évolution. Vauban fut chargé de résoudre ce problème. Il était passé une première fois en 1663. Nommé, en 1668, gouverneur de la citadelle de Lille, il prit également en charge Dunkerque. Vauban était le protégé de Louvois. Ce dernier lui demanda de porter un jugement sur le projet de Clerville qui proposait un fort. Vauban séjourna du 13 septembre au 18 octobre, osant ne pas répondre à Louvois qui le harcelait : « Quand ce serait pour mourir, je ne saurais aller plus vite. Quand je trace, je n’écris point et quand j'écris, je ne saurais dessiner. Il faut que toutes choses se fassent les unes après les autres et qu’on n’ait encore le temps d’y songer car ce n’est pas ici un jeu d’enfant ». Le 11 octobre, il écrit à Louvois « Comme je suis extrêmement amoureux du dessin des vieux bastions et de la citadelle, je l’ai tracé moi-même, et il n'y a rien que je n’ai revu au moins deux fois ; en fin le subalterne n’y a pas seulement touché la toise... ». La semaine suivante, il communiqua à Louvois et Colbert le plan des fortifications de la ville et le devis. Il en coûtera deux millions de l.t. pour avoir une place forte qui « sera l’admiration des siècles à venir, qui avec hommes et munitions pourrait retenir une armée... ».

  • 26 Jean-Marie Goris « Vauban et Dunkerque d’après sa correspondance », RSDHA, nov. 1991, p. 43-72, p.  (...)

58En 1669, Vauban ne vint que 13 jours et 5 jours seulement en 1670, mais il écrivit 12 lettres du 10 octobre au 31 décembre. Si Louvois avait pris la décision de commencer les travaux, il avait également étudié tous les devis en détail et cherché à diminuer toutes les dépenses. Il proposa de remplacer l’enduit composé pour moitié de chaux de Boulogne et de chaux blanche par un mélange de chaux de Lille et de Tournai, ce qui aurait fait économiser 50 000 livres, mais Vauban refusa au nom de la baisse de qualité. Louvois essaya également de faire remplacer les 4 000 brouettes demandées par Vauban par des hottes, car il estimait qu’il n’y avait que 56 000 toises cubes de revêtement de terre à remuer, et que « le soldat étant maladroit ne les saurait conduire et les romprait au lieu que, se servant de hottes, il en coûtera moins cher et on leur donnera un outil dont ils sont accoutumés de se servir ». Finalement Louvois envoya 3 000 brouettes, mais également 12 000 hottes. Les travaux s’accélérèrent en 1671, et Vauban séjourna deux mois, surveillant particulièrement la construction du batardeau et du bastion de la porte de l’écluse bleue26.

59On travailla également avec vigueur au chenal. Le 22 juin 1671, Louis XIV écrivit à Gravier de « faire travailler incessamment au fascinage du grand banc et aux autres ouvrages les plus pressants qui peuvent contribuer à bonifier le port ». Il s’agissait de reprendre les digues existantes, de les restaurer et de les prolonger à travers le banc Schurken. Il fallait, tout à la fois, créer deux jetées pour retenir le sable par des fascines et creuser le banc sur une longueur de 500 toises (un km). Les écluses en construction à Dunkerque devaient, en étant ouvertes brutalement à marée basse, créer un effet de chasse destiné à empêcher le sable de revenir. Gravier avait bien mesuré les difficultés de l’entreprise. Il y avait, en effet, 12 500 toises cubes de matériaux (plus de 90 000 m3) à enlever, afin, pour obéir à Louis XIV, de « rendre le port de Dunkerque capable de l’entrée et la sortie de vaisseaux de 7 à 800 tonneaux ». Jugeant Gravier trop timoré, Colbert le remplaça en décembre par le commissaire général Hubert venu du Havre, mais les travaux se traînèrent, en partie par manque d’argent, en partie par manque de coordination avec les travaux de l’écluse bleue sous la responsabilité des ingénieurs de Louvois. A l’entrée en guerre en 1672, la moitié du banc seulement était creusée. Les travaux de l’arsenal étaient plus avancés.

  • 27 A.N. fonds Marine, B3 8, fo 31, Gravier à Colbert, 10 décembre 1669.

60Louis XIV avait en effet décidé que Dunkerque serait arsenal royal et base d’une escadre de guerre. Gravier proposa en 1669 de creuser un bassin à l’intérieur des fortifications et de bâtir les constructions indispensables au stockage des approvisionnements d’une escadre : « Le lieu que j’ai choisi pour l’agrandissement de l’arsenal est enclos dans les fortifications de cette place et les vaisseaux y pourront demeurer en aussi grande sûreté que s’ils étaient au milieu de Paris. J’ose vous dire, Monseigneur, que tout le monde d’ici demeure d'accord qu'il ne peut se rien voir de plus avantageux pour la marine que cette situation qui semble avoir été faite exprès »27.

61Le bassin était prévu pour accueillir 45 à 50 vaisseaux de 1 000 tx, de 15 pieds de profondeur et fermé par une écluse de 48 pieds d’ouverture, les dépenses évaluées à 120 000 l.t. Les travaux furent activement poussés à partir de juin 1670, et les déblais mis en dépôt de l’autre côté du canal de Furnes pour créer un espace d’urbanisation. Gravier envisageait de créer vingt magasins particuliers pour les agrès des vaisseaux, pour le chantier de construction, pour stocker l’équipement des vaisseaux désarmés : affûts, boulets, poudres, cordages, etc. Colbert approuva ce projet, à condition de limiter à douze les magasins particuliers, nombre nécessaire pour une escadre de dix à douze vaisseaux. En juin 1670, des forgerons venus de Hollande travaillaient à la serrurerie des bâtiments en attendant que la forge fut terminée. La construction de ces magasins et ateliers fut presque achevée à la fin de 1671, cependant, l’arsenal ne disposait que d’une corderie provisoire très insuffisante. Ainsi, au moment où s’engagèrent les hostilités de la guerre de Hollande, le port, le chenal et l’arsenal de Dunkerque étaient loin d’être achevés, et la marine de guerre ne disposait toujours pas d’un arsenal digne de ce nom, car, sans un chenal suffisant et accessible par tous les temps, le port militaire restait réduit à une activité occasionnelle.

62En effectuant tous ces travaux, Colbert se doutait bien que les autres puissances maritimes verraient d’un mauvais œil le développement de la marine de guerre et de commerce française. Charles Il l’avait rappelé en 1668 : « Le premier empêchement à une alliance franco-anglaise est le grand soin qu'on se donne maintenant en France pour se créer un commerce et peut-être une puissance maritime importante. C’est un si grand sujet d’ombrage pour nous, qui ne pouvons avoir d’importance que par notre commerce et nos forces de mer, que chaque pas que fera la France dans cette direction perpétuera la jalousie entre les deux nations ». Néanmoins, entre Charles II et Louis XIV, tous deux rois très catholiques, la réconciliation avait été rapide. Elle fut marquée par le passage à Dunkerque en mai 1670 d’Henriette d’Angleterre, sœur de Charles II et femme de Monsieur, frère du roi. Henriette embarqua sur la Mary-Rose pour rencontrer son frère à Douvres et lui faire part des offres d’alliance de la France. Le traité fut signé à Douvres le 1er juin. Le 30 juin, celle qui avait obtenu ce rapprochement entre les deux royaumes, Madame, mourait brutalement. Devant une Cour bouleversée par une disparition si inattendue, Bossuet prononçait alors son oraison qui allait devenir si célèbre « Madame se meurt, Madame est morte ».

  • 28 A.N. Marine B2 15, fo 48. Colbert à Panetié.

63Les hostilités entre la France et les Provinces-Unies étaient inévitables. Colbert était en effet à l’origine des nouveaux tarifs douaniers pris en 1667 contre les navires hollandais, tarifs identiques à ceux pris par les Anglais et qui avaient été à l’origine des deux guerres anglo-hollandaises précédentes. Il refusa de les abaisser en 1671, en dépit des démarches de l’ambassadeur. Exiger de faire saluer en premier le pavillon français en mer dans les eaux internationales était un moyen d’indiquer clairement à un ancien allié que l’attitude de la France à son égard avait changé. Ainsi, le 3 août 1671, Colbert, envoyant ses ordres de mission à François Panetié, commandant l’Alcyon, navire destiné à croiser en Manche, lui écrivit : « Sa Majesté ne doute pas que si vous rencontriez quelque vaisseau hollandais qui fasse difficulté de vous saluer, vous ne fassiez votre devoir »28. Le 7 janvier suivant, la France et l’Angleterre renouvelaient leur traité d’alliance. En mars 1672, Charles II expédiait 24 frégates pour rafler le commerce hollandais en Manche et déclarait la troisième guerre anglo-hollandaise. Un mois plus tard, le 6 avril, Louis XIV commençait la guerre dite de Hollande. La flotte française commandée par d’Estrées faisait sa jonction avec son homologue anglais, conformément aux engagements de Louis XIV, qui fournissait 30 vaisseaux et 2 millions de livres, Charles II ayant promis d’armer 50 vaisseaux.

64La réunion des deux escadres fut laborieuse. La Royal Navy avait pris du retard et était très divisée par les querelles religieuses. Chez les Français, le système des classes appliqué depuis 1668 fonctionna très mal, mais finalement l’armée combinée croisa au large du Suffolk au début juin. Ruyter, avec beaucoup d’habileté, surprit la flotte alliée au mouillage à Solebay le 7 juin 1672. Dans l’ensemble, en dépit de leur inexpérience, les Français combattirent avec bravoure, perdant 500 combattants, mais infligeant des pertes sévères aux Hollandais. L’affrontement principal se fit entre Ruyter et les Anglais du duc d’York. La victoire fut indécise, mais victoire hollandaise malgré tout, car Ruyter sauva les Provinces-Unies d’un débarquement.

65En juin 1673, au cours des deux journées de la bataille de Schoonevelt, Ruyter accrocha à nouveau très durement les Franco-Anglais, les contraignant à nouveau à différer le débarquement et sauvant les Provinces-Unies d’un combat sur deux fronts. Au Texel, avec 75 vaisseaux contre 90, l’amiral hollandais obligeait encore les alliés à renoncer à leur débarquement. Ces batailles navales marquèrent un tournant dans la guerre. Louis XIV retira son armée de Hollande et se tourna contre l’Espagne alliée des Hollandais, tandis qu’en 1674, Charles II mit fin à son alliance avec la France et proclama sa neutralité. Dès lors, la marine française se retrouva seule face à la puissante marine hollandaise et à la petite marine espagnole. Louis XIV et Colbert furent ainsi contraints à une révision stratégique radicale. Les forces navales françaises, numériquement inférieures, furent concentrées en Méditerranée. Les missions offensives en Atlantique et surtout en Manche furent abandonnées aux corsaires, comme nous le verrons après avoir étudié la législation corsaire.

Colbert et la législation de la course, de la guerre de Dévolution à l’ordonnance de 1681

66Le rôle essentiel de l’amirauté et de l’amiral de France,

67Les règlements concernant le combat en mer et les mesures pour opérer la saisie de la prise en mer : le pavillon et le combat en mer, les mesures pour opérer la saisie de « bonne prise » en mer,

68La procédure à l’arrivée, l'évolution du Conseil des Prises, l'instruction préalable au jugement,

69Les types de jugement de prises, La vente de la prise, Les frais de jugement et de vente,

 

  • 29 Raveneau de Lussan, Flibustiers de la mer du Sud, Paris, France Empire, 1993.

70Dès son arrivée à la Marine, Colbert annonce son intention de surveiller la course, du moins dans les eaux européennes, car aux Antilles, d’Ogeron, nommé gouverneur de l’île de la Tortue, n’est pas très regardant. Il remet des commissions de corsaire à tous ceux qui attaquent les ennemis de la France dans la mer caraïbe, et principalement les plus riches : les Espagnols29. En Europe, Colbert poursuivit la volonté des nations européennes riveraines de la Mer du Nord, de la Manche et de l’Atlantique pour séparer la guerre de course de la piraterie. Dans le cas français, l’ordonnance de la Marine signée par Charles VI, en 1400, comportait les premières obligations juridiques pour le capitaine et l’armateur corsaires. Elles furent reprises et précisées dans les ordonnances de 1517, 1543, 1555, dans l'Edit sur l’Amirauté de 1584 qui comprenait un code des prises de 30 articles et le Règlement sur la navigation, armement des vaisseaux et des prises qui se font en mer du 1er février 1650.

  • 30 AD des Pyrénées-Atlantiques, registres de l’amirauté de Bayonne, B 8965.

71Les registres de l’amirauté de Bayonne heureusement conservés pour le XVIIe siècle confirment que, pendant la brève guerre de Dévolution, les corsaires bayonnais se virent accorder 9 commissions en guerre, la première du 14 mai 1665 pour le Versailles doré et la dernière en mai 1668 pour la Marie30. Elles avaient été délivrées par Beaufort qui avait l’office de l’Amirauté, comme étudié supra. Dès l’entrée en guerre contre les Provinces-Unies, Colbert avertit que la justice de l’Amirauté était souveraine en matière maritime et qu’il ferait strictement appliquer le droit des prises :

  • 31 In Patrick Villiers, Marine royale, corsaires et trafic dans l'Atlantique de Louis XIV à Louis XV, (...)

« Il ne faut pas que les armateurs s’attendent sous prétexte de la guerre contre les Hollandais que l’on établisse une piraterie contre toutes les nations. Jamais le roi ne confisquera une prise faite sur les alliés... Sa Majesté fera toujours rendre justice pour la mainlevée ou adjudication des prises... Je rapporte moi-même toutes les prises et en vois toutes les procédures et c’est le roi qui juge en personne, il n’y a en aucune jugée dont je ne fasse connaître la justice en quatre mots par toutes mes lettres ».31

72Le secrétaire d’Etat, par l’ordonnance du 23 février 1674, précisa notamment que la commission en course ne pourrait être délivrée et que le départ du corsaire ne serait pas autorisé tant que l’armateur n’aurait pas déposé la caution. Les cautionnaires devaient s’engager à payer tous les dommages-intérêts et amendes auxquels les armateurs pourraient être condamnés. Cette mesure fut appliquée, notamment à Bayonne.

  • 32 Henri Malo, Les corsaires dunkerquois et Jean Bart, Paris 1913, p. 341.

73Le 23 septembre 1676, Colbert réorganisa le Conseil de Marine et créa un Conseil des prises, mais l’amirauté de Bretagne continua de délivrer ses propres commissions signées par le gouverneur de Bretagne, le duc de Chaulnes. Il en découla des conflits avec l’Amiral de France. Ainsi, en 1673, le capitaine Lamenquer écrivit à ses armateurs : « J’ay été fort inquiété des Messieurs de l'Amirauté de Dunkerque à cause que je n’ai pas voulu leur donner connaissance de ma prise.. Ils me veulent passer pour pirate, ni ayant menacé de la prison, disant que ma commission n’était que pour garder les côtes de Bretagne. Ce sont des messieurs qui voudraient profiter de ce que nous avons gagné avec tant de risques et de peine. Ils menacent fort de monseigneur Colbert, ce qui me fait vous envoyer le mémoire que ma donné M. l’intendant d'ici pour que vous preniez les précautions que vous jugerez auprès de Monseigneur le duc de Chaulnes et de Monseigneur Colbert... »32.

74Colbert obligea les officiers de l’Amirauté de Dunkerque à céder, mais dès la paix revenue, il entreprit de réorganiser l’ensemble des circulaires prises depuis les années 1660, ce qui aboutit à l’Ordonnance de la Marine de 1681. Cette grande ordonnance, qui comportait notamment l’organisation du système des classes, traitait des prises dans le Titre IX du Livre III. Ce titre IX se divise en 34 articles de natures fort différentes que l’on peut regrouper en huit thèmes : 1) la commission et son enregistrement à l’amirauté et le rôle de l’armateur comme caution, 2) les règlements concernant la capture en mer, 3) la saisie de la prise en mer, 4) la procédure à l’arrivée, 5) les actes conservatoires en attendant le jugement, 6) les types de jugements, 7) la vente de la prise, 8) la part de l’amiral et la répartition entre les intéressés.

1) Le rôle essentiel de l'amirauté et de l'amiral de France

75L’Article I : « Aucun ne pourra armer en guerre sans commission de l’Amiral » et l’article XXXII : « ...le dixième de la prise sera délivré à l’Amiral... » illustrent le rôle déterminant de l’amiral. C’est ce dernier qui délivrait la commission et qui recevait la somme très élevée de 10 % du produit brut des prises. En outre, ses officiers étaient constamment présents dans la procédure qui va du corsaire à la vente de la prise. Comme le précisa l’article II : « celui qui aura obtenu commission pour équiper un vaisseau en guerre sera tenu de la faire enregistrer au greffe de l'Amirauté ». Les articles XXII, XXIII, XXIV, XXX, XXXI, XXXIV qui concernaient la procédure de bonne prise faisaient tous référence à la justice de l’amirauté

76Nul navire marchand ne pouvait quitter un port français sans un congé de l’amiral, et au retour, le capitaine devait déposer au greffe de l’amirauté son rapport de mer. Le corsaire, navire marchand, était compris dans cette catégorie depuis l’ordonnance de Charles VI publiée en 1400, « aucun ne pourra armer en guerre sans permission de l’Amiral » sous peine d’être considéré comme pirate. Pour éviter un nouveau conflit avec le gouverneur de Bretagne, Louis XIV nommera en 1695, le comte de Toulouse, gouverneur de Bretagne. Toulouse, fils naturel du roi avec Mme de Montespan, était amiral de France depuis la mort du comte de Vermandois en 1683. A partir de 1695, le Conseil des prises, présidé par l’Amiral de France, jugea de toutes les prises dépendant d’une amirauté française y compris celles des colonies. Ainsi de 1695 à 1713, 9 861 jugements ont été conservés aux Archives Nationales dans la sous-série G5, Amirauté et Conseil des Prises.

77L’ordonnance de 1681 ne définit pas la durée de la campagne de course. Dans les faits, sous Louis XIV, la durée ordinaire était de quatre mois, à l’exception très importante de Dunkerque où la durée était de deux mois. Il faudra attendre l’article V du règlement du 25 novembre 1693 pour que cette durée soit définitivement précisée : « Les engagements pour la course ordinaire ne pourront être de plus de quatre mois à compter du jour que le vaisseau mettra à la voile, compris le temps des relâches, à l'exception de celles qui se feront pour amener des prises, prendre des vivres, faire de l’eau, espalmer, et pour d’autres nécessités pressantes pour lesquelles on ne pourra employer plus de 15 jours et le temps qui excédera ce terme sera compté sur les quatre mois ».

78Cette durée sera appliquée sans changement au XVIIIe siècle, puis sous la Révolution. Sous l’Empire, la durée fut portée à 6 mois, éventuellement renouvelable.

2) Les règlements concernant le combat en mer et les mesures pour opérer la saisie de la prise en mer

79Le but du corsaire était de s’emparer de navires ennemis, encore fallait-il s’approcher de l’ennemi puis de le combattre. Les ruses étaient-elles autorisées ? Quel devait donc être le pavillon lors du combat ? L’ordonnance de 1681 répond à ces questions.

Le pavillon et le combat en mer

80Le pavillon est une question essentielle car il prouve la nationalité, mais il reflète aussi la volonté de Louis XIV de montrer le pavillon français. L’article III est formel : « Défendons à nos sujets de prendre commission d’aucuns rois, princes, ou état étrangers pour armer les vaisseaux en guerre et courir la mer sous leur bannière si ce n'est par notre permission, à peine d'être traité comme pirates et l’article IV applique cette même règle à tous les navires ennemis ou présumés : Seront de bonne prise, tous vaisseaux appartenant à nos ennemis ou commandés par des pirates, forbans et autres gens courant la mer sans commission d’aucun prince ni d’état souverain et l'article V à ceux qui auraient double commission : Tout vaisseau combattant sous autre pavillon que celui de l’Etat dont il a commission ou ayant commission de deux princes différents sera aussi de bonne prise. Et s’il est armé en guerre, les capitaines et officiers seront punis comme pirates ».

81En France, la première ordonnance réglementant la bannière en matière de marine se trouve dans l’ordonnance de l’amirauté de juillet 1517 dont l’article XIX portait que les navires français devaient porter le pavillon national. Deux peines différentes étaient applicables dans l’ordonnance de 1681, l’une concernait les hommes : « être traité comme pirate », l’autre le navire : « le navire est de bonne prise ». Etre traité comme pirate entraînait automatiquement la peine de mort. A noter que cette peine était applicable au capitaine et aux officiers si le navire était armé en guerre. Les navires de commerce pouvaient être armés en guerre et marchandises, dans ce dernier cas, la peine était plus légère, la peine de galère pour l’équipage ou l’incorporation de force sur un navire du roi.

  • 33 In Anne Morel, La guerre de course à St-Malo, Mémoires de la Société d'Histoire et d’Archéologie de (...)

82Plusieurs armateurs posèrent le problème du pavillon déguisé devant le Conseil des Prises qui rendit un arrêt favorable à Danycan de Saint-Malo le 17 mars 1696, en jugeant de bonne prise un vaisseau capturé par son corsaire qui avait utilisé le pavillon ennemi pour s’approcher de sa future prise précisant que « l’usage ordinaire des corsaires est de porter et de se servir de pavillons de plusieurs nations amies et ennemies pour tromper les vaisseaux de l'adversaire dont ils s’approchent »33.

  • 34 In Ordonnance du 18 avril 1696. A.N., fonds Marine F2 16 et Marine B2 51, F 274,23 juin 1684.

83Le mois suivant, l’ordonnance du 18 avril 1696 confirma l’obligation « aux capitaines commandant les vaisseaux et à ceux de ses sujets, d'arborer le pavillon de France avant de tirer le coup de semonce ou d’assurance ». Au XVIIe siècle, puis au XVIIIe siècle, le pavillon de France était un pavillon blanc qui se portait en poupe. L’ordonnance de 1689 précise que le pavillon des marchands français était bleu, traversé d’une croix blanche, chargé des armes de France entouré des colliers des ordres de Saint-Michel et du Saint-Esprit. En tête de mât, le marchand pouvait porter le pavillon de sa ville. Ainsi, à Calais, il était bleu traversé d’une croix blanche. Le 23 juin 1684, Louis XIV autorisa les corsaires de Dunkerque à porter un pavillon blanc au franc quartier d’azur, chargé d’une croix blanche et ceux de Calais, un pavillon bleu traversé d’une croix blanche34.

84En Europe, tous les navires marchands savaient que refuser de s’arrêter au coup de semonce, d’un corsaire les rendaient ipso facto de bonne prise comme le rappelle l’article XII : « Tout vaisseau qui refusera d'amener ses voiles après la semonce qui lui en aura été faite par nos vaisseaux, ou ceux de nos sujets armés en guerre, pourra y être contraint par artillerie ou autrement ; & en cas de résistance et de combat, il sera de bonne prise ». Cet article ne faisait que reprendre les ordonnances de 1555 et 1584 et le règlement du 1er février 1650. L’arrêt du navire après le coup de semonce n’impliquait pas nécessairement que le navire fut ennemi. En effet, dans la plupart des conflits, il y avait des neutres dont les navires continuaient à naviguer. Cependant certains transportaient des marchandises appartenant aux belligérants. Le capitaine corsaire devait donc déterminer en mer si le navire neutre était ou non un vrai neutre ou si le navire était un ennemi déguisé. L’ordonnance de 1681 précisait les divers cas mais prévoyait également les sanctions si le capitaine arrêtait à tort un navire marchand.

85Le capitaine corsaire se rendait alors à bord du marchand ou envoyait son second pour inspecter le navire et son chargement. Comme le précise l’article VI, le marchand devait présenter des papiers prouvant sa qualité : « Seront encore de bonne prise les vaisseaux avec leur chargement dans lesquels il ne sera trouvé chartes-parties, connaissements, ni factures. Faisons défenses à tous capitaines, officiers et équipages des vaisseaux preneurs de les soustraire, à peine de punition exemplaire ». Réciproquement, le navire en règle devait repartir librement : « Article XIII, Défendons à tous capitaines de nos vaisseaux armés en guerre d'arrêter ceux de nos sujets, amis ou alliés qui auront amené leurs voiles et présenté leur charte-partie ou police de chargement, et d'y prendre ou souffrir y être pris aucune chose, à peine de la vie ». Depuis l’ordonnance de 1581, confirmée par celle de février 1650, un tel acte était assimilé à de la piraterie.

86Un autre problème pouvait se poser, celui de la nationalité de la cargaison par rapport à celle du navire. L’article VII semble clair : « Tous navires qui se trouveront chargés d’effets appartenant à nos ennemis et les marchandises de nos sujets ou alliés qui se trouveront dans un navire ennemi seront pareillement de bonne prise ». C’était l’application de l’adage : « Le pavillon couvre la marchandise », mais se posa le problème du corps du navire. L’article XI précise ce point : « Les armes et poudres, boulets et autres munitions de guerre, même les chevaux et équipage qui seront transportés pour le service de nos ennemis, seront confisqués en quelque vaisseau qu’ils soient trouvés et à quelque personne qu’ils appartiennent, soit de nos sujets ou alliés ». Ainsi, seuls les objets prohibés étaient confisqués mais non le navire ; dans ce cas, le pavillon ne couvrait pas la marchandise. Par « autres munitions de guerre », il fallait entendre les voiles, le goudron et les cordages. Jean Bart s’empara régulièrement sur des navires neutres de goudrons et bois destinés à l’Angleterre. De Colbert à Pontchartrain, ces produits furent toujours jugés de bonne prise car la marine royale en manquait terriblement.

87Après lecture des connaissements et examen, le capitaine corsaire prenait la décision de bonne prise présumée. Une nouvelle procédure devait alors être appliquée : la protection de la prise contre le pillage par l’équipage, comme le montre l’Article XVI : « Aussitôt que les capitaines des navires armés en guerre se seront rendus maîtres de quelques navires, ils se saisiront des congés, passeports, lettres de mer, charte-parties, connaissements et de tous autres papiers concernants la charge et destination du vaisseau, l’ensemble des clefs des coffres armoires et chambres ; et feront fermer les écoutilles et autres lieux où il y aura des marchandises ». Cette obligation d’apposer les scellés sur la prise se trouvait déjà dans l’article XLIII de l’ordonnance de 1543 et fut reprise dans celle du 1er février 1650. L’article XX confirma l’article XVI mais visa tout autant le débarquement frauduleux des marchandises à terre par l’équipage et l’armateur.

88Il est impossible de traiter ici du pillage des prises par les corsaires, thème qui mériterait un ouvrage à lui seul. La correspondance échangée entre Colbert et ses successeurs avec les armateurs et les capitaines corsaires, mais aussi avec les capitaines du roi, montre l’importance du pillage sans que l’on puisse en déterminer le montant exact. Jean Bart, Forbin, Duguay-Trouin furent tous accusés de pillage.

89Cette ordonnance, étant juridique, se trouva confrontée avec la réalité de la guerre sur mer. N’y avait-t-il pas des cas de force majeure et comment en tenir compte ? Pour limiter les fraudes, Colbert voulait que les corsaires reviennent dans leur port d’attache : « Article XVII : Enjoignons aux capitaines qui auront fait quelque prise de l'amener ou envoyer avec les prisonniers au port où ils auront armé, à peine de perte de leur droit et amende arbitraire, si ce n’est qu’ils fussent forcés par la tempête ou les ennemis de relâcher en quelque autre port, auquel ils seront tenus d'en donner incessamment avis aux intéressés de l'armement ».

90Dans la réalité, comme nous le verrons dans les chapitres suivants, le lieu où les prises étaient conduites était loin de correspondre avec le port d’armement. Calais était souvent le lieu d’arrivée des prises de Dunkerque et les Malouins fréquentaient beaucoup Brest, Le Havre et Port-Louis.

91La difficulté de conduire une prise à bon port pouvait suggérer au capitaine qu’il aurait été plus judicieux de la couler, mais l’article XVIII prévoyait ce cas et l’interdisait : « Faisons défense à peine de la vie à tous chefs, soldats et matelots de couler à fond les vaisseaux pris et de descendre les prisonniers en îles ou des côtes éloignées pour celer la prise ». Cet article reprenait les ordonnances de 1400,1517, 1543 et 1584 qui visaient à empêcher la piraterie. L’ordonnance du 2 décembre 1693 donna l’autorisation de couler une prise lorsqu’elle n’avait pas de valeur, lorsqu’elle était trop difficile à terrir ou lorsque l’équipage du corsaire était insuffisant. Cette circonstance devait rester exceptionnelle.

92Il est cependant deux cas qui ne sont pas mentionnés dans l’ordonnance et qui concernaient les navires de guerre quand ils pratiquaient une stratégie corsaire. Le premier était l’autorisation de couler un navire ennemi trop endommagé. Ainsi, en juin 1675, Panetié, capitaine de vaisseau, chargé de lutter contre les corsaires hollandais en Manche au large de Dunkerque, en coula un, car il le jugea irrécupérable.

93Au cours de la même croisière, le chevalier de Béthune sur la frégate corsaire du duc d’Aumont, le Nom de Jésus de Boulogne, s’empara d’une flûte de 600 tx estimée à 80 000 l.t. Menacé par deux vaisseaux escorteurs hollandais, le chevalier de Béthune ordonna d’abandonner le navire et de l’incendier. L’arrivée de Panetié le sauva et la prise fut conduite à Boulogne mais le chevalier se jugeait autorisé à détruire une prise. Colbert les autorisa officiellement dans l’ordonnance de 1681 mais de manière indirecte comme le montre l’article XIX : « Et où les preneurs ne pouvant se charger du vaisseau pris ni de l'équipage, enlèveront seulement les marchandises ou enlèveraient seulement les marchandises ou relâcheraient le tout par composition, ils seront tenus de se saisir des papiers et d'amener au moins les deux principaux officiers du vaisseau pris, à peine d'être privés de ce qui pourrait appartenir en la prise et même de punition corporelle s'il y échet ». Il s’agit ici des rançons, bien que le mot ne soit pas écrit. Selon René Valin dans son Nouveau commentaire, le rançonnement était formellement interdit avant l’ordonnance de 1681. A la suite de cette ordonnance, chaque capitaine reçut à son départ en croisière 12 exemplaires en blanc de billets de rançon. On peut y voir, là encore, l’influence de la législation espagnole.

  • 35 A.N., fonds Marine B3 108, fo 279, Réponse au mémoire de M. de Valincourt au sujet des rançons.
  • 36 A.N., fonds Marine C4 254, fo 260. Ordonnance de 1693, 1696 et 1706.

94A partir de 1688, on nota deux manières de rançonner. Le capitaine du navire rançonné signait l’obligation de verser une somme d’argent après en avoir débattu avec le corsaire. Pour garantir l’exécution de ce traité, il remettait des otages : souvent le second et/ou un représentant de l’armateur ou un membre de sa famille, s’il y en avait un à bord. Cependant, certains maîtres de petites barques « par crainte de venir peut-être mourir en prison... demandent qu’on les conduise en quelque lieu de la côte la plus voisine et qu’ils apporteront en argent la rançon dont on convient par billet... Ils apportent l’argent devant tout l’équipage et ainsi à la connaissance de l’écrivain du roi qui le marque sur son journal ; Le capitaine du corsaire, arrivé qu’il est en France en fait la déclaration, délivre l'argent à l'armateur »35. Cette pratique ne pouvait se faire que si l’ennemi n’avait pas de navires de guerre dans les parages car alors le risque était grand pour le corsaire de se faire capturer. Le 2 décembre 1693, une ordonnance royale autorisa les rançons avec un minimum de 1 000 l.t. et un maximum de 10 000 l.t. Par dérogation, le minimum fut supprimé à Dunkerque et le maximum par rançon porté à 15 000 livres. Les rançons étaient elles aussi soumises au Conseil des Prises comme en témoignent les arrêts du Conseil et les règlements de décembre 1693, de mars 1696 et du 27 janvier 170 636.

Les mesures pour opérer la saisie de « bonne prise » en mer

95Dès que le capitaine prenait la décision de s’emparer d’un navire, il devait impérativement suivre certaines règles : « Article XVI : Aussitôt que les capitaines des navires armés en guerre se seront rendus maîtres de quelques navires, ils se saisiront des congés, passeports, lettres de mer, charte-parties, connaissements et de tous autres papiers concernants la charge et destination du vaisseau, l’ensemble des clefs des coffres armoires et chambres, et feront fermer les écoutilles et autres lieux où il y aura des marchandises ».

  • 37 Ordonnance du 25 novembre 1693.

96Cette obligation se trouvait déjà dans l’article XLIII de l’ordonnance de 1543 et fut reprise dans celle du 1er février 1650. Elle visait à empêcher le pillage et à protéger les intérêts des intéressés à l’armement. Certains agissements de l’équipage étaient tolérés tels le droit de « pluntrage ». Sous ce vocable, on entendait le fait que l’équipage preneur avait le droit de dépouiller son homologue de l’équipage capturé : le chirurgien prenant le coffre du chirurgien, le matelot celui du matelot, etc. Ce dernier cas posait problème car le corsaire avait presque toujours un équipage supérieur à celui du navire capturé. Le capitaine avait droit de s’adjuger « tout ce qui se trouve dans la chambre du navire... » à condition que l’ensemble ne dépasse pas 500 écus, soit 1 500 l.t.37.

  • 38 A.N., fonds Marine F2 12, Richomme, 14 octobre 1693.

97Le pillage était cependant autorisé lorsque la lutte contre l’ennemi avait été particulièrement rude. Le capitaine pouvait promettre le pillage comme le rappelle Richomme, lieutenant de l’amirauté de Saint-Malo, dans une lettre du 14 octobre 1693 : « Vous observerez que l'usage dans la course est que tout ce qui se trouve dans la chambre du capitaine et dans l’entre-deux-ponts des bâtiments pris à l’abordage appartient aux matelots qui, peut-être, sans l’espérance de ce profit, combattraient avec moins d’ardeur »38.

98Le navire capturé recevait un équipage de prise commandé par un capitaine de prise muni d’une copie de la commission de prise. Ainsi en cas de capture, il ne pouvait être assimilé à un pirate. Généralement, l’équipage corsaire ne restait pas longtemps prisonnier car, par le biais des équipages des navires rançonnés qui étaient libérés sur parole, les autres corsaires demandaient les échanges de prisonniers. Conduire une prise vers un port ami était en moyenne assez court, quelques jours, sauf si la prise avait été capturée dans l’océan et que les vents se révélaient contraires. Dès l’arrivée au port, une nouvelle procédure était mise en place.

3) La procédure à l’arrivée de la prise

L’évolution du Conseil des Prises

99Pour que la prise fut déclarée bonne ou mauvaise, il fallait procéder à un jugement devant une autorité compétente qui prit progressivement le nom de Conseil des prises. Depuis le début du XVIIe siècle, les sièges particuliers d’amirauté cessèrent de juger les prises en première instance et ne procédèrent désormais qu’à l’instruction et à l’exécution du jugement. A partir de 1627, Richelieu prit la présidence du Conseil de Marine composé de cinq membres. Le cardinal prenait seul ses décisions, les membres n’ayant qu’une voix consultative, et il ne tolérait aucun appel devant le parlement. A sa mort, le duc de Brézé fit de même, et à partir de 1646, Anne d’Autriche jugea les prises avec son Conseil particulier. A partir de 1650, Vendôme reprit la procédure du jugement des prises avec le Conseil de Marine comme procédure de droit commun. Le conseil était composé de conseillers d’Etat, de maîtres des requêtes et du secrétaire général de la Marine. Il se réunissait à l’hôtel de Vendôme dans un appartement particulier appelé appartement de l’amirauté. Dans les cas complexes pouvant entraîner des difficultés diplomatiques, les prises pouvaient être jugées par arrêt du Conseil d’Etat. La prise était alors jugée par le Conseil du Roi, en présence du grand maître de la navigation, sur le rapport d’un commissaire du Conseil de la Marine.

100Avec Colbert, la charge d’amiral ayant été rétablie mais l’amiral étant mineur, un règlement du 6 juin 1672 indiqua que les prises seraient jugées en Conseil du Roi. Dans la réalité, Colbert jugeait seul, mais le plus souvent en présence du roi. Les secrétaires expédiaient alors les décisions sous forme d’arrêt du Conseil approuvé par le roi en conseil particulier. A la suite des protestations des puissances étrangères, un nouveau texte intervint le 23 septembre 1676 pour organiser un Conseil des Prises qui fonctionna jusqu’à la paix de Nimègue en 1679. Le Conseil des prises était créé à chaque guerre. Il fut rétabli le 21 octobre 1688 jusqu’à juin 1697. Ce conseil était composé de trois conseillers du Conseil royal des Finances, de trois conseillers d’Etat, du secrétaire d’Etat à la Marine et de trois maîtres des requêtes. C’était une sorte de commission extraordinaire du Conseil et ses décisions étaient rendues sous forme d’arrêt du Conseil. Cette organisation laissait ainsi à Colbert, puis à Seignelay et à Pontchartrain, la direction complète du Conseil des Prises. A la majorité du comte de Toulouse, en dépit des réticences de Pontchartrain, Louis XIV, qui aimait beaucoup son fils, lui restitua en tant qu’Amiral de France l’autorité pour juger les prises par le règlement du 9 mars 1695. L’article 1 indique que les prises seraient dorénavant jugées par ordonnances rendues par le comte de Toulouse. L’Amiral présidait le conseil et sa voix était prépondérante en cas d’avis partagé. Toutes les requêtes devaient lui être adressées et les ordonnances portaient son en-tête. Cependant le conseil des Prises était toujours composé de conseillers d’Etat et de maîtres des requêtes et demeurait une commission extraordinaire du Conseil d’Etat. Il était toujours sous la direction et la surveillance du roi et du secrétaire d’Etat à la Marine à travers le Conseil royal des Finances qui connaissait les affaires de prises en cas d’appel.

L’instruction préalable au jugement

101En application de l’article XXI, le capitaine devait faire un rapport dès son arrivée : « Aussitôt que la prise aura été amenée en quelques rades ou ports de notre royaume, le capitaine qui l’aura faite, s’il y est en personne, sinon celui qu’il en aura chargé, sera tenu de faire son rapport aux officiers de l’Amirauté, de leur représenter et mettre entre leurs mains les papiers et prisonniers et de leur déclarer le jour et l’heure que le vaisseau aura été pris, en quel lieu, ou à quelle hauteur, si le capitaine a fait refus d'amener les voiles, ou de faire voir sa commission ou son congé, s’il a attaqué, ou s'il s'est défendu, quel pavillon il portait et les autres circonstances de la prise et de son voyage ».

102Une partie des rapports de mer de Dunkerque est conservée aux Archives Nationales. Nous en citerons dans les chapitres suivants. Cet article se trouvait déjà dans le règlement des 6 juin 1672, 20 août 1673 et sera repris dans celui du 6 août 1692. Il s’agissait de déterminer si les circonstances de la capture coïncidaient avec les dispositions de l’ordonnance. Plusieurs cas pouvaient se présenter. Les articles XXIII et XXIV donnaient le cas le plus fréquent : « Le procès verbal des officiers de l'Amirauté sera en présence du capitaine ou maître du vaisseau pris et s’il est absent, en la présence de deux principaux officiers ou matelots de son équipage, ensemble du capitaine ou autre officier du vaisseau preneur et même des réclameurs, s’il s’en présente ».

103Article XXIV : « Les officiers de l’Amirauté entendront sur le fait de la prise le maître ou commandant du vaisseau pris, et les principaux de son équipage, même quelques officiers et matelots du vaisseau preneur, s’il est besoin ».

104Les officiers de l’amirauté pouvaient ainsi établir des témoignages contradictoires, notamment sur l’emploi du pavillon national et l’absence de pillage. Des frais de traducteur étaient prévus pour interroger les prisonniers. Ces dispositions étaient déjà présentes dans les ordonnances de 1400, art. IV et 1584, art. XLII et XLV. L’article XXV posait le cas particulier du navire sans pièce justificative : « Si le vaisseau est amené sans prisonnier, sans charte parties ni connaissements, les officiers, soldats et équipage de celui qui l’aura pris seront séparément examinés sur les circonstances de la prise et pourquoi le navire a été amené sans prisonnier et seront le vaisseau et les marchandises visités par experts pour connaître s’il se peut sur qui la prise a été faite ». L’objet de cet article était de déterminer s’il ne s’était rien passé contre les règles de la mer. La prise était alors partagée entre le roi, l’Amiral et les armateurs : Article XXVI, « Si par la disposition de l’équipage et la visite du vaisseau et des marchandises, on ne peut découvrir sur qui la prise aura été faite, le tout sera inventorié, apretié et mis sous bonne et sure garde, pour être restitué à qui il appartiendra, s’il est réclamé dans l’an et jour, sinon partagé comme épave de mer également entre nous, l’amiral et les armateurs ».

105Ainsi les seigneurs possesseurs de terres littorales étaient exclus du partage. L’ordonnance qui incluait de fait les épaves confirmait la volonté du roi de posséder le littoral. L’équipage était également exclu, ce qui fait qu’il n’avait aucun intérêt à dissimuler des indices.

106La plupart des rapports des capitaines se ressemblaient. Ils étaient joints à l’ensemble des pièces de procédures. Dès réception du rapport, « les officiers de l’Amirauté se transporteront incessamment sur le vaisseau pris, soit qu'il ait mouillé en rade ou qu’il soit entré dans le port, dresseront procès-verbal de la quantité et qualité des marchandises, et de l’état auquel ils trouveront les chambres, armoires, écoutilles et fonds de cale du vaisseau, qu’ils seront ensuite fermés et scellés du sceau de l'Amirauté et ils y établiront des gardes pour veiller à la conservation du scellé et pour empêcher le divertissement des effets (article XXVI) ».

107Si les marchandises étaient périssables, des mesures conservatoires étaient prévues. Les marchandises étaient retirées du navire et mises à terre : Article XXVII : « il en sera fait inventaire en présence de notre Procureur et des parties intéressées, qui le signeront si elles peuvent signer pour ensuite être mises sous la garde d’une personne solvable ou dans des magasins fermant à trois clefs différentes ».

108L’Article XXVIII précisait que « les marchandises qui ne pourrront être conservées seront vendues sur la réquisition des parties intéressées et adjugées au plus offrant en présence de notre procureur... » et l’article XXIX que « le prix de la vente sera mis entre les mains d’un bourgeois solvable pour être délivré après le jugement de la prise à qui il appartiendra ».

109A la fin de l’instruction, les officiers de l’amirauté présentaient une dernière fois les documents à signer au capitaine du navire pris pour signature. L’ensemble des pièces était alors envoyé par le greffier de l’amirauté au secrétaire général de la Marine. Les officiers de l’amirauté devaient instruire les prises « sans qu’ils puissent juger en aucun cas » (article 10 du règlement de 1695), cependant, depuis un arrêt du Conseil d’Etat du 2 octobre 1689, confirmé par ce même règlement de 1695, les amirautés étaient autorisées à juger en première instance les prises ennemies si le caractère de bonne prise était confirmé par les pièces à bord et les interrogatoires des prisonniers. La procédure et le jugement éventuel étaient ensuite envoyés au secrétaire général de la Marine.

4) Les types de jugements de prises

110Le secrétaire général de la Marine transmettait alors les documents au président du Conseil des Prises qui chargeait l’un de ses commissaires de faire un rapport. La longueur de l’instruction dépendait selon que la prise était réclamée ou non par un avocat. Le commissaire vérifiait la procédure et donnait son avis dans un rapport sommaire. La prise pouvait alors être jugée huit jours après la remise des pièces. De 1672 à 1695, les jugements prirent la forme d’arrêt du Conseil d’Etat, avec visa du chancelier et furent expédiés par le secrétaire d’Etat de la Marine. A partir de 1695, ils prirent la forme d’ordonnance de l’Amiral. La prise était alors ou non jugée de bonne prise.

111D’après nos recherches, nous pouvons dire qu’en moyenne, il s’écoulait un délai de trois à six mois entre la saisie de la prise et le jugement. Le 19 août 1678, le Schiedam fut attribué à Jean Bart en ces termes : « Vu par le Roi, étant en son conseil, le procès-verbal fait par le lieutenant en l’amirauté de Dunkerque, sur les rapports des capitaines Charles Geyser, Jean Bart et Jean Soutenaye, commandant les frégates l’Empereur, le Dauphin et la Notre-Dame de Lombardie, des 13 et 14 juin dernier, contenant que le 18 dudit mois, environ à la hauteur du Texel, ils découvrirent un navire de guerre, auquel ils donnèrent la chasse ; que, ledit navire les ayant attendus, ledit Bart l’aborda le premier, Soutenaye le seconda, et se mit à son côté pour jeter son monde dans sa frégate afin de plus aisément aborder ledit navire de guerre ; qu'ensuite ledit capitaine Keyser l'aborda par la poupe, et, après un combat d’une heure et demie, ils s’en rendirent les maîtres : dans lequel combat ils eurent 6 hommes tués, 30 blessés, et ledit capitaine Bart eut le visage et les mains brûlés, et les gras de jambes emportés d’un coup de canon ; et ont fait conduire ladite prise à Dunkerque... ».

  • 39 In Patrick Villiers, « Jean Bart, corsaire du roi, roi des corsaires », Ensemble, juin 1995, p. 78.

112L’interrogatoire de Willem Ranc, capitaine de la frégate prise, de Sébastien Van der Concke, pilote, des officiers et hommes d’équipage ayant confirmé ces déclarations : « Le Roi, étant en son conseil, a déclaré et déclare ledit navire de guerre nommé Le Schiedam, ses agrès, apparaux, armes, munitions, mitrailles et autres choses étant en icelui, de bonne prise, et, en conséquence, les a adjugés et adjuge aux-dits capitaines Keyser, Bart et Soutenaye, à la réserve du dixième de ladite prise appartenant au sieur comte de Vermandois, amiral de France qui sera fourni et payé au receveur de ses droits »39.

113Cet arrêt du conseil des Prises nous montre à quel point cette procédure est précieuse pour l’historien car elle permet de séparer le mythe corsaire de sa réalité. Pour les guerres de Louis XIV, plus de 9 900 de ces arrêts ont été conservés, cependant la plupart sont postérieurs à 1695. Ces rapports permettent de savoir comment s’est opérée la capture du navire, son lieu, le nombre de capteurs et s’il y a eu ou non combat. Dans le cas ci-dessus, la prise avait été faite par trois corsaires agissant ensemble ; le partage se faisait ensuite au prorata du nombre des canons. Nous en étudierons des exemples dans les chapitres suivants.

114Dans le cadre de la course, le corsaire français pouvait reprendre un navire français pris par un ennemi, ce que l’on appelait alors « la rescousse ». L’ordonnance explicite les différents cas possibles dans les articles VIII, IX, et X : Article VIII : « si aucun navire de nos sujets est repris sur nos ennemis après qu’il aura demeuré entre leurs mains 24 heures la prise sera bonne. Et si elle est faite avant les 24 heures, il sera restitué au propriétaire avec tout ce qui était dedans, à la réserve du tiers qui sera donné au navire qui aura fait la rescousse.

115Article IX : Si le navire sans être recous est abandonné par les ennemis, ou si par tempête, ou autre cas fortuit, il revient en la possession de nos sujets avant qu’il ait été conduit dans aucun port ennemi, il sera rendu au propriétaire qui le réclamera dans l’an et jour quoiqu’il ait été plus de vingt heures entre les mains des ennemis.

116Article X : Les navires et effets de nos sujets ou alliés repris sur les pirates et réclamés dans l’an et jour de la déclaration qui en aura été faite en l’amirauté seront rendus en l’Amirauté, aux propriétaires en payant le tiers de la valeur du vaisseau et des marchandises pour frais de rescousse ».

117Il restait encore un dernier cas : celui des navires étrangers se livrant eux aussi à la course. L’article XIV posait le problème d’une prise faite par un corsaire étranger. Deux cas se présentaient : d’abord le cas où la France était neutre tant vis à vis de la prise que du preneur auquel cas : « Aucun vaisseau pris par capitaine ayant commission étrangère ne pourront demeurer plus de vingt-quatre heures dans nos ports et havres, s’ils ne sont retenus par la tempête ». En revanche, s’il s’agissait d’une prise « faite sur nos ennemis », l’instruction et la vente pouvaient se faire en France, sauf s’il s’agissait de marchandises prohibées. Cet article reprenait l’article XX de l’ordonnance de juillet 1517 qui assimilait les prises faites sur les ennemis à une prise faite par les Français et réciproquement. En effet, les prises françaises pouvaient être vendues dans les ports alliés, voire neutres dans certains cas. Le cas était particulièrement fréquent pour les Dunkerquois.

118L’article XV précisait en outre que « si dans les prises étrangères amenées dans nos ports par des navires de guerre armés sous commission étrangère, se trouvent des marchandises appartenant à nos sujets, amis ou alliés, celles de nos sujets leurs seront rendues et les autres ne pourront être mises en magasin ni achetées par aucune personne sous quelque prétexte que ce puisse être ».

5) L’exécution du jugement

119Il restait à exécuter le jugement, c’est-à-dire vendre la prise, condition indispensable pour que les intéressés reçoivent leur retour sur investissement, les marins leurs parts de prise, et l’Amiral le dixième de la valeur des prises.

La vente de la prise

120Sitôt le jugement connu, l’armateur organisait une vente aux enchères des marchandises de la prise et du bâtiment. C’était son intérêt, et l’article XXX enjoignait aux officiers de l’Amirauté de le faire au plus vite : « Article XXX, Enjoignons aux officiers de l'Amirauté de procéder incessamment à l’exécution des arrêts et jugements qui interviendront sur le fait des prises et de faire incontinent et sans délai la délivrance des vaisseaux, marchandises et effets dont la main-levée sera ordonnée, à peine d’interdiction, de cinq cents livres d'amende et de tous dépends, dommages et intérêts ».

121Encore fallait-il que les bureaux envoient rapidement les documents dans les ports. L’étude des liquidations montre qu’il s’écoulait environ un mois à deux mois entre la décision du conseil et sa notification. L’armateur corsaire procédait alors à l’organisation de la vente aux enchères. Ainsi à Saint-Malo, les ventes se faisaient au « Ravelin », c’est-à-dire à la Bourse de commerce. Les marchandises étaient exposées en partie et par lots, car la vente ne pouvait pas être faite « en bloc ». Le prix devait être payé comptant ou en lettres de change à deux mois d’échéance.

122L'article XXXII interdisait « aux officiers de l’amirauté de se rendre adjudicataires directement ou indirectement des vaisseaux, marchandises et autres effets venant des prises à peine de confiscation, quinze cents livres d’amende et d’interdiction de leur charge ». Dans la réalité, de nombreux officiers de l’amirauté furent actionnaires des corsaires, ce qui n’était pas défendu, et nombreux furent ceux qui utilisèrent les membres de leurs familles comme prête-noms.

123L'article XXXI précisait que « Sera prise avant partage la somme à laquelle se trouveront monter les frais du déchargement et de la garde du vaisseau et des marchandises suivant l’état qui en sera arrêté par le lieutenant de l’amirauté en présence de notre procureur et des intéressés », mais non les frais de justice de l’amirauté qui étaient considérables comme nous le verrons ci-après.

Les frais de jugement et de vente

124C’est alors qu’était prélevé le dixième de l’Amiral (article XXXII) et les frais de justice étaient pris ensuite. Cette disposition augmentait sensiblement la somme versée à l’Amiral. Ce dixième pour l’amiral de France avait été créé en février 1543.

125Vauban dans son Mémoire sur la Caprerie a chiffré les frais moyens d’une prise de 40 000 livres faites par un corsaire de 12 canons et 80 hommes.

  • Frais ordinaires en arrivant au port : pilotage 50 livres, amarinage 300 livres, décharge 60 livres, magasinage 100 livres,

  • Droits de l’amirauté et frais de vente 400 livres

  • Poursuites à Paris pour obtenir l’arrêt : 600 livres : total 1150 livres.

126Il reste donc 38 850 livres sur lesquels sont prélevés le dixième de l’amiral soit 3850 livres.

127Les frais de la justice de l’Amirauté étaient prélevés sur les 35 000 livres qui restaient. Le règlement du Conseil du 20 août 1673 fixa le montant des honoraires des officiers de l’amirauté : « pour les rapports et déclarations de prises... » le lieutenant général recevait 4 livres, le procureur 30 sols et le greffier 4 livres.

  • « pour l’audition de chaque témoin », le lieutenant général recevait 8 sols et le procureur 4 sols, le greffier 4 sols.

  • « pour la confection d'inventaires, procès verbaux de déchargement des vaisseaux, estimations, ventes, etc. par vacation de 3 heures », le lieutenant général recevait 3 livres et le procureur 3 livres, le greffier 2 livres.

  • « lorsque les officiers seront tenus de sortir du lieu de leur demeure pour les fonctions de leurs charges », le lieutenant général recevait par jour 12 livres, le procureur 8 livres et le greffier 6 livres.

  • 40 A.N., fonds Marine F2 19, 24 mai 1702.

128Grâce à leurs multiples fonctions, les juges arrivaient à percevoir de confortables vacations, d’autant qu’à chaque fois siégeaient le lieutenant général, le lieutenant particulier, le procureur du roi, un greffier, un sergent et un huissier, qui tous percevaient des frais de vacation. Les armateurs s’en plaignaient souvent aux secrétaires d’Etat à la Marine. Pontchartrain écrivit au comte de Toulouse, le 24 mai 1702, pour exposer leurs plaintes : « Pour ce qui est des salaires des juges des officiers de l'amirauté, il ne serait point trop fort si on pouvait mettre quelques bornes au temps de leurs vacations ou les obliger à les bien employer »40.

129Il fallait ensuite retirer les frais de vente et les frais supplémentaires liées à la course, la commission de 2 % de l’armateur et, bien entendu, les dépenses liées à la mise-hors du corsaire. L’ordonnance de 1681 organisait la répartition entre les actionnaires et l’équipage (article XXXIII) : « S’il n’y a aucun contrat de société, les deux tiers appartiendront à ceux qui auront fourni le vaisseau avec les munitions, armement et victuailles, et l'autre aux officiers, matelots et soldats ». Cette disposition fut reprise dans les arrêts du conseil du roi du 25 novembre 1693 et 2 avril 1698. De la part de l'équipage, il fallait retirer les deux mois d’avances versés au départ de la course. La plupart des liquidations particulières du Louis XIV ayant disparu, l’historien doit alors tenter de raisonner sur des données globales ou extrapoler à partir d’exemples très étudiés comme celui de Jean Bart.

Jean Bart et les débuts de la guerre de course sur le Littoral : 1672-1674

  • 41 A. Leymaries. – « Jean Bart et ses proches », Mémoires de la Société Dunkerquoise, 66e volume, p. 9 (...)

130Nous savons aujourd’hui qu’une biographie « truquée » de Jean Bart fut fabriquée à la suite de son anoblissement. Elle fut suivie, au XVIIIe et au XIXe siècles, par la publication de récits et d’anecdotes grandement inventés. Henri Malo, puis A. Leymaries ont largement contribué à rétablir une partie de la vérité historique41. Aujourd’hui le travail le plus solide est incontestablement celui de Pierre Daudruy avec « Familles de la marine dunkerquoise ». Selon cet auteur, les Baert ou Bart sont clairement identifiés à Dunkerque à partir des années 1550-60 avec Antoine Bart, trisaïeul de Jean Bart, maître de pêche en 1653, puis maître d’équipage en 1569 et 1572 sur le Lévrier, équipé par le Magistrat pour protéger les pêcheries. On lui attribue 11 enfants, nés de son épouse Elisabeth Noorman de 1575 à 1600.

  • 42 P. Daudruy, Familles de la marine dunkerquoise, op. cit p. 37 et suiv.

131Le troisième de ses enfants, Jean-François, fut probablement le premier des B art à être capitaine corsaire ; cependant Michel, le quatrième, le grand-père de Jean Bart, ne fut qu’officier sans jamais être commandant ou patron. Un autre de ses enfants, Charles, né en 1600, épousa en 1626 Guillemette Coffyn, fille d’un capitaine corsaire. Les registres de catholicité montrent que les témoins des mariages, les parrains et les marraines des différentes générations de Bart appartenaient tous au milieu corsaire au début comme à la fin du XVIIe siècle42. Le rôle des classes de 1671 porte dix capitaines ou maîtres de barque dunkerquois ayant Bart comme patronyme et dix autres en 1674.

132Jean Bart naquit le 21 octobre 1650 dans une famille de maîtres au cabotage et de corsaires catholiques. On ne sait presque rien de son enfance, mais il est à peu près certain qu’il navigua d’abord pour le compte des Flamands espagnols et également pour les Hollandais. Comme beaucoup d’autres dunkerquois et de flamands, sa famille et lui-même furent attirés par les salaires versés par les Hollandais, en paix comme en guerre. Il embarqua comme mousse à l’âge de huit ans, selon les uns, sur un navire de pêche, selon les autres, sur un caboteur qui navigua principalement entre Dunkerque, la Tamise et Ostende. Ce caboteur spécialisé dans le trafic transManche aurait généreusement pratiqué la contrebande, d’où la connaissance exceptionnelle des bancs et des courants de la Manche Est par Jean Bart. Vers seize ans, attiré par les salaires offerts par les Provinces-Unies, il s’engagea comme novice sur le vaisseau amiral de Ruyter, les Sept Provinces lors de la seconde guerre anglo-hollandaise aux côtés de son ami et cadet de deux ans et demi, Charles de Keyser. De nombreux Dunkerquois firent de même, d’autant que la France pendant la guerre de Dévolution (1666-1668) était alors alliée de la Hollande. Ruyter accomplit alors un exploit exceptionnel. A la tête de 51 vaisseaux, il entra dans l’embouchure de la Tamise et remonta la Medway jusqu’à l’arsenal de Chatham. Là, la flotte hollandaise, après avoir franchi la chaîne de protection de l’arsenal, s’empara du navire amiral Royal Charles qui fut ramené triomphalement en Hollande tandis que l’on mettait le feu à l’arsenal anglais. Jean Bart resta toute sa vie marqué par cet exploit et proposa à plusieurs reprises de refaire un raid identique.

133En dépit du retour de la paix, Jean Bart semble avoir continué à naviguer sur des navires hollandais, mais, en 1672, dès que la France s’allia à l’Angleterre dans la guerre dite de Hollande, il revint dans sa ville natale pour combattre les Hollandais. Les matelots dunkerquois, à la différence de ceux de Gravelines, Calais ou Boulogne avaient le privilège de ne pas être soumis aux classes et étaient donc dispensés de servir sur un navire de guerre du roi. Jean Bart embarqua alors comme simple matelot sur un corsaire dunkerquois. Ce choix en faveur de la France et de Dunkerque n’était pas évident. Contrairement à une légende tenace, la course se relança difficilement à Dunkerque. De plus, la ville avait été ravagée par la peste en 1666. On ferma la dernière léproserie en 1673. Dès le début des hostilités, trois vaisseaux et une patache hollandaise croisèrent devant le port dans lequel étaient basées des barques longues royales. Le principal apport de Dunkerque à la marine royale fut de fournir ces barques longues et douze pilotes spécialistes de la navigation sur les bancs de Flandre à la flotte commandée par d’Estrées.

  • 43 A.N., fonds Marine B2 19, fo 592 et B2 17, fo 104.

134Profitant de la présence de la flotte française sur les côtes anglaises, de nombreux corsaires hollandais croisèrent de Saint-Valéry-sur-Somme à Dunkerque. En six mois, « ils sont devenus si riches par leurs volleries qu’on croit qu’ils s'en abstiendront difficilement quand même la paix se ferait ». Le 10 septembre 1672, Panetié, sur l'Alcyon avec l'Heureux commandé par Bléor reçut ordre de patrouiller au large de Yarmouth « pour y assurer la pêche des sujets de Sa Majesté et en chasser les corsaires ennemis et leurs bâtiments pêcheurs ». Il fut renforcé le 7 octobre par le Duc et le Galant, puis par le Hardi et l'Arrogant, preuve de l’importance que Colbert accordait à la protection de la pêche au hareng. Cette escadre croisa en Manche et dans le Pas-de-Calais jusqu’au début de l’hiver avant de désarmer à Brest43.

135Néanmoins, dix corsaires hollandais sortirent du Texel en décembre 1672 et on en signala une dizaine, de 100 à 150 hommes chacun, prêts à appareiller. En 1673, cent trente corsaires auraient été armés à Middelbourg et Flessingue, ayant de 6 à 30 canons chacun, pour attaquer le commerce français, mais surtout celui des Anglais. A ces corsaires de Zélande, s’ajoutèrent les corsaires d’Ostende, la plupart armés de deux à six canons, mais ils « font plus de mal que de grands bâtiments », et « il est presque impossible à un bâtiment de naviguer sans grand péril ». Les bélandriers qui apportaient les pierres à Dunkerque étaient particulièrement menacés.

  • 44 Ibidem, Marine B2 12, fo 134-158, 30 juillet-4 septembre 1672.

136Hubert, intendant du port, signala à Colbert que seulement deux corsaires dunkerquois avaient été armés en mai 1672. Ils réussirent cependant à intercepter quatre flûtes hollandaises chargées de sel. Le manque de navires et de capitaux freinant les armements dunkerquois, Hubert correspondit avec Colbert de juillet à septembre 1672 pour définir comment prêter les barques longues royales. Les armateurs voulaient les employer à la course, alors que Colbert préférait qu’ils escortent les caboteurs44. Dix-huit armements corsaires eurent lieu cette année là mais aucun corsaire ne dépassait 100 tonneaux, ce qui prouve un financement presque exclusivement local.

  • 45 Ibidem, Marine B2 17, fo 86 et 17 B2 19, fo 783, Colbert, Circulaires aux officiers de l’Amirauté, (...)
  • 46 Ibidem, Marine B23 12, fo 205, 30 octobre 1672.

137Hubert proposa de donner une médaille du roi à tout navire s’emparant d’un corsaire ennemi, reprenant ainsi les récompenses que le roi d’Espagne avait donné aux Flamands au cours des guerres précédentes. Colbert fut plus généreux. Par une lettre circulaire du 17 septembre 1672, adressée à tous les officiers de l’Amirauté, il s’engagea à laisser l’entière propriété du corsaire pris et à donner une gratification de 500 l.t. par canon45. Cette circulaire stimula les capitaines dunkerquois car le 30 octobre suivant, Hubert rapporta à Colbert que « Un corsaire d’ici n’a pas été vingt-quatre heures dehors sans reprendre trois prises : deux françaises et l’autre anglaise. Rencontrant en son chemin un corsaire ennemi qui conduisait trois autres prises, l’aborda par deux fois. Ayant perdu ses cinq officiers, le reste de l'équipage ne voulant plus combattre, il fut obligé de revenir ici avec ses trois prises, laissant son ennemi aussi maltraité que lui, car le bruit est venu que le commandant ennemi y a été tué »46.

138Le nombre de prises faites par les corsaires du Littoral en 1672 n’est pas connu mais la course continua de progresser à Dunkerque avec 23 armements en 1673, le nombre de corsaires de 50 à 99 tx doubla avec l’apparition de la Bonne-Aventure et du Saint-Winnocq, de 60 tx chacun, et de l’Alexandre de 80 tx.. Sur ce dernier, commandé par Willem Dorne, Jean Bart embarqua en mai comme lieutenant et capitaine de prise. Mathieu Van Acker, sur le Saint-François-de-Paule, croisa devant le Texel où il s’empara le 9 novembre du bélandre la Mer rouge, jugé de bonne prise le 19 février 1674. Gérard Jaspart sur l'Adroite, barque longue de 35 tx, captura le 26 novembre le dogre Fortune sauvage et le navire le Brochet, puis, le 5 décembre, l'Espérance, tous trois hollandais. Certains remontèrent jusqu’au Jutland. Il semble que ces navires firent tous au moins deux campagnes par an, ce qui diminua sensiblement les investissements. A Dunkerque, la durée des campagnes corsaires à cette date était variable, de deux à quatre mois, mais la plupart semble avoir duré trois mois. Peu de corsaires furent pris pendant ces deux premières années. Ainsi, on peut affirmer que le début de la course dunkerquoise a été presque totalement autofinancé. Six capitaines de 1672 ne furent pas renouvelés l’année suivante : Olivier Coffyn, Jean Diericksen, Nicolas Droomers, Joseph Martin, Andries Routsart, et Lieven Vanderheyde.

  • 47 A.N., Conseil du Roi, E.1775.

139En revanche, onze nouveaux apparurent sur les listes en 1673, dont Willem Dorne qui fit trois campagnes, la première sur le Saint-Pierre, et les suivantes sur l'Alexandre de 80 tx. Pierre Copman commanda le Lévrier, puis, en décembre, la Bonne Aventure, tous deux de 60 tx. Le 23, il captura le More, au large de Blanckenbergue, mais le roi accorda la main levée car il battait pavillon de Hambourg. Charles de Keyser, l’ami de Jean Bart, fut capitaine du Saint-François-de-Paule en mars et en octobre. Le tonnage de son navire varie de 20 ou de 60 tx selon les diverses sources. Le 9 novembre, il s’empara du bélandre le Saint-Pierre. Antoine Vanderheyde obtint le commandement du Lévrier de 60 tx et du Saint-Louis de 50 tx. Lieven Vanderheyde, sur le Lièvre de 20 tx, livra combat le jour de Noël à un capre hollandais, mais ne put s’en emparer. Il prit sa revanche en reprenant la Sainte-Anne, d’origine française. Celle-ci ayant été capturée depuis plus de 24 heures, le Conseil du Roi la déclara de bonne prise le 4 février 167447.

140Gérard Jaspart sur l'Adroite de 35 tx., Josse Goegebeur sur l'Assurée de 35 tx., Nicolas de La Bie, de nationalité anglaise, sur la Légère de 50 tx., Charles Mary sur une barque longue de 25 tx., Adrien Plaisant sur la Julie et Pierre Troude, sur l'Inconnue, 25 tx., obtinrent leur premier commandement.

  • 48 Ibidem.
  • 49 Ibidem et fonds Marine B3 17, F 62.

141Mais l’exemple de Willem Pieters, pourtant considéré comme « fort brave et expérimenté », montre que nombre de capitaines restaient largement marqués par la tradition du pillage et de la violence de l’époque espagnole. Accusé de pillage en 1673 par l’amirauté de Dunkerque, il se réfugia chez les Espagnols où il reçut le commandement de la frégate de Bruges. Le 27 juin 1674, sous pavillon espagnol, il s’illustra en capturant le corsaire calaisien l'Horloge de Sable. Au cours du combat qui dura quatre heures, le capitaine calaisien Le Roux trouva la mort avec 17 de ses hommes, 20 autres furent blessés. L'Horloge des Sables était l’un des rares corsaires calaisiens. Le Roux avait capturé le 17 novembre précédent le Faucon, originaire de Poméranie, mais le 6 janvier, Louis XIV, pour des raisons diplomatiques, avait ordonné la main levée48. En revanche, le Benjamin, flûte anglaise de 18 h. et 6 c. capturée par les Hollandais et reprise par le corsaire le 19 novembre avait été jugée de bonne prise49.

  • 50 Ibidem, Marine B3 20, fo 178,4 octobre 1673.
  • 51 Ibidem, Marine B3 15, f.166.

142Après les combats du Texel contre les Hollandais, les vaisseaux français furent désarmés à Brest et au Havre. Panetié, en récompense de sa belle conduite aux combats contre Ruyter, reçut le commandement de l'Invincible, succédant à d’Estalle tué d’un coup de canon. Rosmadec succéda alors à Panetié sur le Précieux. Placé sous les ordres de Gabaret qui commandait le Téméraire, il reçut la mission de protéger la pêche au hareng d’octobre à décembre avec le Vaillant et le Duc50. Au cours de l’année 1673, les combats de la marine royale et de la Royal Navy en mer du Nord et la présence des vaisseaux de guerre anglais et français dans le Pasde-Calais en mobilisant l’attention de la marine hollandaise encouragèrent certainement les armements en course à Dunkerque. Cette même année, Jean Bart accomplissait ses premiers exploits comme lieutenant et capitaine de prise. Dans une note datée de 1676, l’intendant Hubert nous éclaire sur ses débuts et ceux de Keyser : « Bons soldats et matelots, je mets ces deux capitaines ensemble parce qu’ils naviguent de conserve ordinairement. Ils sont fils de deux fameux corsaires qui ont fait beaucoup parler d’eux durant la guerre qui était entre les Espagnols et les Hollandais avant le traité de Munster. Ils sont sortis avec honneur de toutes les occasions qu’ils ont trouvé dans leurs courses. Ils n’ont point dégénéré quoique leur mauvaise fortune les ait obligés de servir comme officier-marinier ou matelot dans le commencement de la guerre d’aujourd’hui... »51.

143A noter, comme je l’ai dit précédemment, que le père de Jean Bart n’a jamais été capitaine d’un corsaire.

La guerre de course à Dunkerque 1674-1678

144L’année 1674 semble marquer un tournant dans la guerre de course à Dunkerque. Jean Bart reçut son premier commandement et le nombre des armements continua de croître. Les archives pour cette période sont souvent contradictoires d’une source et d’un auteur à l’autre. A l’aide des Archives de la Marine (notamment les sous-séries B2 et B3), de la série E, Conseil du Roi, et des différents ouvrages de H. Malo et de E. Mancel, j’ai essayé d’établir le tableau suivant :

Tableau des armements corsaires de 1672 à 1678

Tableau des armements corsaires de 1672 à 1678

Répartition des armements corsaires à Dunkerque en fonction du tonnage 1672-1678

145De 1672 à 1678, au moins 227 armements furent faits par les Dunkerquois. Le tonnage est connu pour 180 d’entre eux. Les remarques déjà faites précédemment à propos des différents types de corsaires restent toujours applicables. En 1672, les Dunkerquois armèrent surtout des navires du premier et du deuxième type, c’est-à-dire avec un financement local. Sur les 14 connus, 7 faisaient moins de 50 tonneaux, il s’agissait pour l’essentiel de bâtiments de 30 à 40 tonneaux. Les trois plus gros connus, le Saint-Louis, l'Alexandre et le Saint-François-de-Paule jaugeaient 60 tonneaux et portaient 5 ou 6 canons. Le tonnage et l’armement restaient cependant très réduits. C’est en 1674 que fut armé le premier corsaire à atteindre 100 tx, le Dauphin, confié à Alexandre Jacobsen. Sachant que l’armement d’un corsaire de 100 tx valait une fois et demie celui de deux navires de 50 tx, le tonnage du corsaire est un bon indicateur de la confiance de l’armateur dans le capitaine.

146Si les résultats étaient bons, le capitaine repartait en campagne et recevait un navire neuf ou d’un tonnage plus élevé comme le montrent les cas de Keyser et de Dorne. Ce dernier sur l'Alexandre justifia la confiance de ses actionnaires en repartant pour une deuxième campagne en octobre 1673. Le 6 novembre, il s’empara, à l’abordage, d’une flûte armée de 12 canons, le Sacrifice d'Abraham. Jean Bart participa à cette prise et se distingua en l’amenant à bon port. Le 14, Dorne s’empara de la galiote le Roy David appartenant à des marchands d’Enkhuisen et d’Amsterdam. Conduite à Dunkerque, elle fut jugée de bonne prise comme le Bordink, flûte de 500 tx, chargée de potasses, de peaux d’élan et de castor, venant de Moscovie, capturée le 17 novembre. Le 13 décembre, Dorne s’emparait de la galiote les Armes de Terlibe. A la fin de cette fructueuse campagne, Dorne dernier le recommanda à son armateur, et, en mars 1674, Jean Bart reçut son premier commandement : le Roi David de 35 tonneaux et 35 hommes d’équipage. Le premier bâtiment de Jean Bart était de petit tonnage, mais cette année-là, on arma 3 corsaires de 10 à 15 tx. Selon toute vraisemblance, le Roi David était la galiote capturée par Dorne, donc un navire d’occasion racheté par l’armateur.

147A cause des lacunes documentaires, le problème de l’âge des capitaines corsaires a été peu étudié. En 1674, Jean Bart était âgé de 23 ans, mais si l’on admet la date de naissance que propose H. Malo pour Keyser, soit le 21 mars 1653, ce dernier était capitaine un an avant Jean Bart, à l’âge de vingt ans. Smark avait 34 ans et Vakernier, avec 48 ans, était un des plus âgés. Dans les faits, l’âge importait moins aux armateurs que la capacité à commander les équipages et à ramener des prises. En ce sens, Keyser comme Bart sont exemplaires des carrières des capitaines dunkerquois de 1672 à 1678. Un capitaine n’était gardé que s’il avait des résultats. Malheur au capitaine bredouille, on ne lui donnait pas de seconde chance ! !

148Comme nous le reverrons ci-après, à sa première campagne sur le Roi David, Jean Bart fit sept prises valant 260 000 l.t.. Une telle campagne était exceptionnelle et les armateurs lui confièrent alors la Royale de 60 tx, 8 c. et 80 hommes en janvier 1675. Après la confiscation de la Royale à Hambourg en octobre 1675, son armateur lui donna le commandement le 15 février suivant de la frégate la Palme de 120 tx et de 164 hommes. Elle était armée de 8 canons de 8, 4 de 3 et 2 de 2 livres pour 86 pieds de quille. L’équipage avait multiplié par cinq par rapport au Roi David. Deux ans plus tard, tandis que la Palme entrait en carénage, Omaer lui confia le Dauphin, 130 tx, en janvier puis le 18 mars 1678, la frégate le Mars de 250 tx et 26 canons. Le Mars était le plus grand corsaire présent alors à Dunkerque, le second était le Santa-Maria-Stella-Maris, de 200 t., commandé par Jean Van de Kerkhove. Tous deux étaient probablement des corsaires neufs.

Les capitaines corsaires dunkerquois pendant la guerre de Hollande

  • 52 Ibidem, Marine B3 15, fo 166.

149En 1676, l’intendant Hubert dans une lettre à Colbert analysa les capitaines dunkerquois. Peu trouvèrent grâce à ses yeux à l’exception de Jean Bart, Keyser et Cornil Vackernier dont il fit le portrait suivant52 :

« Le capitaine Jean Bart, âgé d’environ trente ans*, fait capitaine depuis trois ans, commandant actuellement la frégate la Palme, armée de 24 pièces de canon, et équipée de 150 hommes.
Pendant qu’il était lieutenant, son capitaine rendit témoignage aux armateurs de sa conduite et de sa bravoure, ce qui lui fit donner sa première frégate de huit pièces de canon, avec laquelle il prit un convoi hollandais de dix voiles, en compagnie du capitaine Keyser. - Avec sa seconde frégate, de vingt-quatre pièces de canon, accompagnée d’une autre de vingt pièces de canon, commandée par le même capitaine Keyser, ils prirent chacun un convoi hollandais, avec leur flotte chargée de harengs. Les deux mêmes ensemble, avec un autre de moindre force, ont attaqué une flotte sortant d’Angleterre pour Ostende, convoyée par trois navires de guerre. Le capitaine Bart s’attacha à celui de dix-huit pièces de canon, et le prit à la vue des deux autres convois, laissant aux autres capitaines capres de Dunkerque, la flotte entière capturée par eux.
Pendant sa dernière action, ledit capitaine Jean Bart a pris lui seul encore un convoi hollandais de 32 navires.
Le capitaine Keyser, âgé de trente-cinq ans*, commande la frégate le Grand Louis, armée de 20 pièces de canon, et équipée de 150 hommes. Ce qui est dit de lui ci-dessus fait connaître sa liaison avec Jean Bart ; tous deux servent ensemble, ce dernier déférant à l’autre ; mais il leur faut laisser cette liberté de vivre comme ils font, familièrement avec leurs équipages, conférant avec les officiers et matelots quand il faut entreprendre quelque chose ; après quoi leur commandement est absolu.
Le capitaine Michel Smark, âgé de trente-six ans, commandant une frégate neuve de 18 canons, de 10 livres de balles chacun, équipée de 150 hommes. Il a fait plusieurs prises, et revient tout récemment encore de la mer, avec 6 flûtes qu’il a enlevées sous le feu des navires d’escorte. Il n’a pas moins de courage et de conduite que les deux capitaines ci-dessus nommés.
Le capitaine Vackernier, âgé de cinquante ans, commandant la frégate l'Oie, armée de 18 pièces de canon, et équipée de 180 hommes. Ce corsaire a fait plusieurs prises dans la pensée de trouver aussi occasion de se signaler ; il n’a pas moins de courage et de génie que le capitaine Bart ; quoique charpentier de son premier métier, il est bon pilote et peut rendre des services, se croyant capable, et ayant autant de courage que les autres. On aurait peine à les accorder sur la question de préséance dans le commandement. Il y a cette différence entre eux, que Jean Bart hasarderait plus, et ménagerait moins sa personne.
Pitre Vermulle, âgé d’environ 40 ans : celui-ci a servi de maître d’équipage sur la Mignonne et depuis s’est mis dans la caprerie, a très bien fait son devoir. Il a fait quantité de prises très riches et a été un des capitaines les plus heureux du port mais comme il n’a commandé que des bâtiments de 4 et 6 pièces, sa bravoure n’a pas fait encore tant de bruit que celle des autres.
Pitre Lasep, âgé de 40 ans environ : il a été de même au service sur la Fidelle du roi en qualité de maître d’équipage. Ayant eu le commandement d’une frégate armée en course, il a fait paraître qu’il le méritait car au premier voyage qu’il fit avec les sieurs Bart et Keyser, il attaqua le premier trois vaisseaux ennemis dont le moindre était plus fort que lui et ayant essuyé tout le feu, il donna moyen aux dits Keyser et Jean Bart de les venir charger, ensuite de quoi, ils prirent un des vaisseaux ennemis, mirent les deux autres en fuite et prirent 9 bélandres chargés de toutes sortes de marchandises qui étaient sous le convoi des ennemis.
Le capitaine Soutenaie, âgé de 26 ans, commandant une frégate neuve de 10 pièces de c., a fait plusieurs prises et rien d’autre digne de ce nom etc. »

150Les renseignements fournis ci-dessus par Hubert ne sont pas d’une fiabilité absolue. Ici, il se trompe sur l’âge de Jean Bart et de Charles de Keyser et ne donne pas le nom de la frégate de Smark que H. Malo n’a pas réussi à identifier. Pitre Virmule n’est autre que Pierre Vermeulen et Pitre Lasep est Pierre Lassy, l’ex-lieutenant de Jean Bart. Il s’agit ici du point de vue d’un représentant du roi à qui Colbert a demandé de détecter les capitaines qui pourraient le mieux servir le roi en entrant dans la marine de guerre. Hubert donna également 19 autres noms de capitaines en pleine activité et en mentionna sept autres sans emploi. Le dernier descendant des valeureux amiraux flamands, Alexandre Jacobsen, fut ainsi jugé par Hubert : « Il est estimé malheureux, je le crois sans courage ». Jacobsen commanda néanmoins sans interruption de 1672 à 1678, passant successivement de l'Alexandre, 60 tx, en 1672, aux Armes de Dunkerque, 50 tx, puis la Pouponne, 40 tx, la Querelleuse, le Dauphin, 100 tx de 1674 à 1677, mais son dernier navire, armé en 1677 le Saint-Winnocq n’avait plus que 40 tx. A la reprise des hostilités en 1688, il reçut une dernière fois le commandement d’un corsaire, le Tartare, de 20 tx seulement.

  • 53 Colbert à Eon de Saint-Malo, 30 novembre 1674, in P. Clément, Lettres de Colbert, tome Marine et co (...)

151On ne connaît pas le nombre exact des prises et des rançons pour 1674, mais les résultats furent suffisamment heureux pour que Colbert citât les Dunkerquois en exemple aux Malouins le 30 novembre : « Les frégates malouines ne feront rien tant quelles demeureront en Manche et si elles ne tâchent d’approcher de Hollande. Les petits bâtiments armés en course à Dunkerque ont gagné cette année cinq cent mille écus parce que les armateurs les ont fait aller vers le Texel et le Vlieland et qu’ils n’ont fait aucun voyage sans ramener un, deux, trois ou quatre vaisseaux »53.

152Les bons résultats de 1674 ont manifestement influé sur le nombre d’armements qui passa de 28 à 40 en 1675. En 1675 et 1676, le nombre d’armements corsaires resta constant, puis déclina en 1677 et surtout en 1678, les préliminaires de paix étant signés fin août. Les bâtiments jaugeant de 20 à 80 tonneaux furent les plus nombreux. L’étude des jugements de bonne prise révèle que beaucoup de corsaires s’associaient pour augmenter leur puissance offensive : Willem Dorne et de Keyser croisaient souvent ensemble et Jean Bart fit fréquemment voile avec eux. L’association pouvait être verbale ou donner lieu à un contrat écrit comme celui signé par les trois amis en octobre 1674. Jean Bart s’associa également avec Alexandre Jacobsen sur le Dauphin de 100 tx. Le 25 mars 1676, il appareilla avec une véritable petite escadre comprenant la Palme, Keyser sur le Grand-Louis de 120 tx, Alexandre Jacobsen sur le Dauphin de 100 tx., Pierre Lassy sur l'Ange-Gardien de 130 tx, et Michel Mesmacker sur le Saint-Michel de 40 tx.

  • 54 A.N. Marine, fonds Marine C4 247, fo 58, 61, 162, 173 et 184.

153Sur 122 capitaines corsaires identifiés à Dunkerque pendant la guerre de Hollande, Michel Mesmacker et Alexandre Jacobsen furent les seuls à recevoir un commandement corsaire du début à la fin du conflit. Le premier commença avec le Saint-Pierre de 10 tx pour finir avec le Dauphin de 100 ou 130 tx. Il s’illustra particulièrement en décembre 1676 en poursuivant quatre flûtes hollandaises qui revenaient de Moscovie. Un violent combat s’engagea au cours duquel Michel Mesmacker perdit 11 hommes mais il captura la Demoiselle Christine armée de 9 canons et le Prophète Daniel. Jean Bart qui s’était porté à son secours dut momentanément se retirer devant le feu de la Demoiselle Christine54. Au total, Mesmaker effectua au moins six campagnes. Charles de Keyser, lui aussi ami de Jean Bart, fut capitaine sans interruption de 1673 à 1678. Pour 1678, on note encore Jean Soutenaie capitaine depuis 1674, Pierre Delattre sur la Lutine de 100 tx, Willem Bouwens sur la Sainte Marie de 40 tx, tous deux capitaines depuis 4 ans, et Charles Maréchal, depuis trois ans. En revanche, 9 capitaines sur 26 avaient été promus l’année précédente et 9 autres n’avaient jamais commandé avant 1678. La rotation et la carrière des capitaines étaient donc particulièrement brèves. Rappelons que 32 capitaines corsaires dunkerquois sur 122 capitaines et 3 000 matelots furent pris, tués ou blessés, beaucoup sans avoir fait la moindre prise comme nous pourrons le montrer lors de l’étude de la guerre de la Ligue d’Augsbourg.

Courses, captures et actionnaires

  • 55 Alfred Lassus, Corsaires et capitaines de navires du pays basque, Bayonne, 1987, p. 328-329. Caroli (...)

154La plupart des données ont disparu pour la guerre de Hollande. A Nantes et Saint-Malo, la course fut prospère sans que l’on puisse être précis. Les registres de l’amirauté de Bayonne s’interrompent en 1674. Cependant, Jean Peritz de Haradener commença sa fortune par la course de 1674 à 1678. Né en 1652 (ou en 1645), il fut d’abord capitaine de pêche à Terre-Neuve sur les navires de son père. Il pratiqua ensuite la course notamment en 1676 sur la Notre-Dame-de-la-Paix, 250 tx, 20 canons et pierriers et 70 hommes, armée également par son père. Ses gains à la course et à la pêche lui permirent de devenir son propre armateur. En 1694, il fut anobli par Louis XIV, devenant ainsi un des premiers armateurs corsaires à l’être55.

  • 56 A. Cabantous, La mer et les Hommes, op. cit., p. 37 et p. 46.

155Dunkerque est le seul port corsaire français pour lequel on dispose de quelques données quantitatives. Un mémoire affirme que les Dunkerquois auraient amené dans leur port 384 bâtiments représentant 3 787 695 livres. Louis Lemaire, se fiant aux travaux de Faulconnier et d’Henri Malo, estima que le nombre des prises dunkerquoises aurait été de 450 navires, pour la plupart hollandais, et d’un montant total de 5 millions de livres. Il ajoute les prises conduites et vendues hors de Dunkerque, la plupart étant conduites à Boulogne, Calais ou Dieppe. Il faut retenir une fourchette de 450 à 500 prises et rançons pour une valeur de 5 à 6 millions de livres, chiffre très flatteur pour une course en plein renouveau en dépit de la médiocrité du port. A. Cabantous note que la population de Dunkerque passa de 5 323 habitants à 7 000 en 1676, confirmant la prospérité du port en temps de guerre.56

156Cette réussite a plusieurs causes. A chaque début de conflit, les navires marchands ennemis sont insuffisamment escortés – le phénomène se retrouve à chaque guerre, y compris au XXe siècle –. Des navires faiblement armés, mais montés par des hommes décidés, pouvaient faire des prises fructueuses. De plus, les barques longues de Dunkerque étaient de modestes chaloupes ne nécessitant pas un gros investissement, d’où l’importance de l’auto-financement et des capitaux locaux. Ainsi, le premier beau-père de Jean Bart, François Goutier, propriétaire de la florissante auberge de l’Etoile d’Or, plaça ses capitaux dans l’immobilier, mais aussi dans des parts de navires tels le Saint-Michel, caboteur de 43 tx en 1673. Conséquence de la guerre, Goutier renonça au cabotage et revendit ses 2/8e d’un voyage dont la dépense se monta à 2 700 l.t.. Il avait certainement des capitaux dans les corsaires dirigés par un gendre si heureux en course.

  • 57 A. Leymaries, « Jean Bart et sa fortune », Mémoires de la Société Dunkerquoise, 1926, p. 35, 39, 43 (...)

157Si Omaer est le plus connu des armateurs dunkerquois, les litiges étudiés par A. Leymaries entre armateurs, actionnaires, marins et capitaines corsaires nous donnent les noms de certains investisseurs tels Jacques Le Baer, dépositaire du Dauphin d’Alexandre Jacobsen, mais également de la Palme de Jean Bart en 1676 avec Gérard Morette. Comme nous l’avons vu précédemment, le dépositaire, presque toujours armateur, versait la caution et devait répondre devant le tribunal des plaintes portées contre le capitaine. Ainsi le 20 août 1676, le chirurgien Jean de Visscher attaqua Le Baer pour le non versement par Jean Bart de 2 611 l.t., montant des dépenses pour soigner les blessés de la Palme. La plainte ayant retirée, de Visscher avait dû être réglé. Dans le partage du Pélican entre la Palme de Jean Bart et la Mignonne, frégate du roi quoiqu’armée avec des capitaux privés, le sieur Nicolas Marcadé représentait Lombard, capitaine de la Mignonne, et Voyrin la Palme. On trouve également en 1677 un Martin Morette dépositaire de la Palme. Gagnant son procès, Voyrin obtenait 1451 l.t. au titre de sa part d’actionnaire sur les prises le Prophète David et Demoiselle Christine. Le dépositaire de Mesmaecker, co-preneur de ces prises avec Jean Bart, se nommait Jacques Monsieur et Le Piergois était un de ses associés. Ces associés dans l’armement des corsaires étaient le plus souvent attaqués par les fournisseurs dont ils faisaient traîner les comptes. Les marins étaient également victimes de ces agissements, mais, le 8 mars 1678, Charles de Keyser obtint la condamnation par défaut de Duvivier, armateur de la frégate l'Empereur pour les parts des prises des bélandres d’Ostende, prises faites le 26 mars 1676. Selon H. Malo, Keyser était le capitaine du Grand Louis depuis le 18 mars. Comme il est impossible que Keyser ait commandé deux navires simultanément, Keyser n’a pu être le capitaine du Grand Louis qu’à partir d’avril57.

158Ces litiges prouvent cependant que les plaignants pensaient que leurs créanciers étaient solvables. Ce n’était pas par hasard si, parmi les capitaines et les actionnaires attaqués, on trouvait beaucoup de gens appartenant au groupe lié à Jean Bart.

Jean Bart, roi des corsaires 1675-1678

159Il a beaucoup été écrit sur Jean Bart, mais tant d’erreurs ont été recopiées par la plupart des compilateurs qu’il est nécessaire de rappeler sa carrière. Jean Bart, pratiqua d’abord avec succès une course de gagne-petit. En mars 1674, il obtint sa première commission, le Roi David, de 35 tx, 2 canons et 34 hommes. Il fit sa première prise le 2 avril, « l'Homme sauvage », un dogre de Rotterdam, de 10 hommes d’équipage, chargé de charbon. Elle fut capturée de concert avec Willem Dorne et conduite à Dunkerque par Simon Poix, quartier maître de l’Alexandre et Thomas Stine pour le Roi David. Le jugement du Conseil du Roi confirma la bonne prise « pour partage entre eux à la manière accoutumée ». Le 6 avril, il reprit seul une pinasse anglaise l'Aventure d’Amy, à quatre heures du soir, près de Vlie. Elle avait été capturée par les Hollandais et était armée de dix canons et chargée de vins d’Espagne. Le 16 mai, après deux heures de chasse, Bart s’emparait du dogre la Colombe, capitaine Janssen. Il venait de Norvège chargé de planches et de marchandises diverses.

  • 58 H. Malo donne cette valeur p. 131. Les autres renseignements viennent de E 1775 et E 1776.

160Jean Bart semble avoir été très tolérant avec ses hommes puisque le jugement de bonne prise, accepté par Louis XIV, porte la mention « 400 paires de bas ont été pillés par l’équipage ». Il continua à croiser sur la côte de Hollande puis de Yarmouth au Dogger-Bank, utilisant ainsi ses connaissances maritimes acquises auprès des Hollandais pour capturer le 19 juin à 10 lieues de Vlies, la galiote l'Amitié. Cette dernière fut conduite à Calais dont l’amirauté établit les pièces pour le jugement de bonne prise accordé le 21 juillet 1674. Jean Bart conclut cette campagne en s’emparant le 23 juin de deux busses, le Corbeau noir et les Trois moules, toutes deux venaient d’Enkhuisen. Au total, il fit sept prises valant 260 000 l.t.58

161Sachant que l’on peut estimer l’armement du Roi David de 15 000 à 25 000 l.t, la rentabilité fut exceptionnelle, plus de 1000 %. Après déduction des frais, du dixième de l’Amiral et du 6 deniers pour livre versés aux Invalides, il resta environ 200 à 220 000 l.t. à partager entre les actionnaires et l’équipage, deux-tiers pour les premiers, un tiers pour les seconds, soit 60 à 75 000 l.t. En appliquant le règlement usuel déterminant les parts de prises, l’équipage de 34 hommes se partageait environ 100 parts dont 12 parts pour le capitaine, 10 pour le second, mais 1,5 pour les matelots et une demie pour les novices et les mousses. Jean Bart reçut ainsi de 7 000 à 9 000 l.t., et les matelots 900 à 1200 l.t. à comparer aux 16 livres par mois versé sur les navires du roi. La campagne du Roi David leur rapporta l’équivalent de huit à dix ans de salaires. On comprend mieux l’adoration qui se porta sur Jean Bart. Quant aux actionnaires, ils acceptèrent volontiers d’investir dans un corsaire plus grand : la Royale de 80 tx et 8 canons, commission du 7 août 1674.

162Jean Bart repartit à nouveau le 18 août avec Dorne sur l'Alexandre avec lequel il captura le 24 août l'Elisabeth, galiote de 120 tx, chargée de planches. Le 11 septembre, ils attaquèrent au large du Texel le Jambon Doré, baleinier armé de 8 canons servi par 40 hommes. Le combat dura quatre heures et le capitaine ennemi y trouva la mort. Le jugement de bonne prise fut accordé le 10 novembre, et la vente du navire et de son chargement d’onze baleines se monta à 95 000 l.t. De retour à Dunkerque, Jean Bart signa au début d’octobre un contrat de société avec Willem Dorne et Charles de Keyser. Sortis le 8, ils s’emparèrent d’une flûte chargée de bois de Norvège. Les trois amis s’étant séparés, Bart rencontra ensuite Alexandre Jacobsen sur le Dauphin de 100 tx avec lequel il prit le 24 octobre, à 8 lieues du Dogger-Bank, le Saint-Georges, monté par 12 hommes, flûte chargée de bois du Nord, puis rentra désarmer en novembre. La campagne fut moins rentable que la précédente bien que les 4 navires fussent de bonne valeur, mais il fallut partager avec les autres corsaires et l’équipage était passé de 34 à 80 hommes. La part de Jean Bart devait s’établir entre 3000 et 5000 l.t. Avec de telles sommes, il pouvait s’établir et, à peine arrivé, il se fiança avec Nicole Goutier, âgée de 16 ans.

163Il réarma début janvier 1675 et fit deux prises et une rançon. Le 21, devant le Vlie, il s’attaqua à trois marchands escortés par l'Espérance, petite frégate de l’amirauté de Frise, montée par 50 hommes et armée de 8 canons. Bart, ayant commencé à amariner un des marchands, l'Espérance ouvrit le feu. Le Dunkerquois, refusant le combat d’artillerie, choisit l’abordage. Au terme d’une heure de lutte, la frégate hollandaise fut prise après avoir perdu son capitaine, son lieutenant et 18 hommes. A la suite de cet exploit, Bart rentra réparer et le navire fut désarmé.

164Le 31 janvier, les bans du mariage de Jean Bart étaient publiés, et le 3 février, il épousait la fille de l’aubergiste de l’Etoile d’Or. Nicole Goutier apportait une dot respectable de 10 000 l., soit une somme équivalente aux gains de Jean Bart. Le jeune couple démarrait dans la vie avec une belle aisance. Contrairement à ce qu’on a trop souvent écrit, Jean Bart gagna d’abord sa fortune par la course privée. A noter, que selon le registre de catholicité, le témoin fut Willem Dorne.

165Le 18 avril 1675, Bart sur la Royale appareilla pour croiser à l’embouchure de la Meuse où il rançonna quatre dogres pêcheurs dont il ramena les otages à Dunkerque. Profitant de l’escale, plusieurs marins désertèrent selon une note des archives communales datée du 7 juin. Jean Bart reprit néanmoins la mer avec de Keyser sur le Grand-Louis de 120 tx et Jacobsen sur le Dauphin de 100 tx pour croiser devant l’Elbe. Le 30, après un bref combat, ils prirent les Armes de Hambourg, hollandais de 12 canons, monté par 20 hommes. Ce navire venait des Antilles avec un chargement de sucre, des dents d’éléphants et de la poudre d’or. Un lieutenant de Keyser qui avait pillé un petit sac de poudre d’or fut condamné à le rendre. La vente de la prise rapporta la coquette somme de 112 000 l.t. Fin juillet, Keyser et Bart cherchèrent à s’emparer des busses harenguières. Le 6 août, ils interceptèrent un premier escorteur, le Lévrier, capitaine Armand de Boer, 12 canons et 48 hommes. Armand de Boer combattit vaillament et finit par se rendre avec trois busses, mais 22 autres purent s’échapper. Le 9, Jean Ghevellof, commandant la Bergère, fut capturé après avoir livré combat, mais Keyser et Bart prirent douze busses. Surchargés de prisonniers, ils en placèrent 280 sur 4 busses rançonnées pour 10 700 livres hollandaises. Neuf busses et les deux frégates arrivèrent à bon port, mais deux furent reprises. Cet exploit eut les honneurs de la Gazette de France. « Le capitaine Bart accompagné du capitaine Keyser a enlevé 26 vaisseaux pêcheurs hollandais et deux frégates de 12 canons, l'une l'Espérance de 10 canons fut prise devant Vlie après un combat d’une heure ». A noter l’erreur sur le nom de la frégate.

  • 59 Ibidem, E 1780, Marine C4 247 et B3 19, fo 165.

166Le conseil du roi jugeait en appel des prises. Il était présidé par Louis XIV en personne. Le 7 décembre, le roi jugea de bonne prise les rançons faites par Bart et Keyser mais il estimait plus utile de capturer les navires de faible valeur, voire de les couler, plutôt que de les rançonner. Les armateurs eurent ordre de reverser la moitié du produit des rançons à l’hôpital de Dunkerque. Cette mesure s’appliqua aux autres dunkerquois. Le même jour, Colbert publia un édit interdisant les rançons59. A cette date, les Dunkerquois en auraient fait pour 162 862 l.t.

167Jean Bart renouvela sa commission en guerre le 4 septembre et croisa avec Alexandre Jacobsen sur le Dauphin et Antoine sur le Saint-Pierre, senau de 30 tx. Ils amarinèrent la flûte Arbre de Jessé évaluée à 185 000 l.t. Une tempête d’ouest obligea Jean Bart à faire route vers l’Elbe où il s’échoua. Ayant réussi à remettre à flot son navire, il dut se réfugier à Hambourg pour échapper à quatre vaisseaux de guerre et une frégate, mais Louis XIV venait de déclarer la guerre aux villes hanséatiques. La Royale fut saisie, cependant Bart et son équipage furent relâchés.

Jean Bart, capitaine de la Palme

  • 60 Ibidem, E 1788.

168Omaer et les autres intéressés ne lui en tinrent pas rancune puisqu’ils lui confièrent en février 1676 un nouveau corsaire : la Palme de 120 tx, 150 à 164 hommes. La quille était longue de 86 pieds (27,8m). Il était armé de 8 canons de 8 et 4 de 6 plus 4 de 3 et deux de 2, soit 16 canons60. Ce navire, du deuxième type, était capable de longues croisières en mer du Nord, mais pour le rentabiliser, il fallait attaquer de riches prises ou capturer un grand navire côtier. Dans un cas comme dans l’autre, il fallait vaincre les navires d’escorte hollandais ou hanséates. La commission fut enregistrée le 15 mars. Fidèle à ses habitudes précédentes, Jean Bart appareilla avec des capitaines qu’il connaissait bien : Keyser sur le Grand Louis, 120 tx, Alexandre Jacobsen sur le Dauphin, 100 tx, Pierre Lassy, son ancien lieutenant, sur l'Ange gardien de 130 tx, et Michel Mesmacker sur le Saint-Michel de 40 tx. Willem Dorne était absent de ce groupe car il était probablement décédé à cette date. Selon différents auteurs, il serait mort en mer entre octobre 1675 et juillet 1676.

169Avec une telle force, Bart voulait attaquer les convois côtiers hollandais. Le 26 mars, au large d’Ostende, il s’empara d’abord du Saint-Joseph, pinasse de 10 canons que son capitaine Floria Gloria échoua pour permettre à l’équipage de s’enfuir. Elle fut renflouée et conduite en France. Le lendemain, avec ses quatre amis, il attaqua huit bélandres venant de Londres escortées par trois frégates de guerre. La tactique de Bart était simple, les deux plus faibles s’emparaient des huit bélandres tandis que Lassy et lui-même attaquaient la Tholen, frégate de Flessingue de 18 c à l’abordage. Keyser se porta à la rencontre du Saint-François, capitaine de Moor. Le dernier escorteur, lui aussi ostendais, et le Saint-François choisirent la fuite bien qu’ils fussent armés de 24 et 26 canons. Fin août, Bart s’attaqua à nouveau à la flotte des busses d’Enkhuisen avec Keyser et Lassy. Le 1er septembre, ils prirent une première busse devant le Vlie et se séparèrent en poursuivant les autres. Le lendemain, Bart en captura une seconde devant Ostende. Le 7, encore seul, il se heurta au Neptune, escorteur hollandais de 30 canons. Le combat fut acharné, vingt hollandais furent tués et le commandant hollandais Liénart Cuiyper gravement blessé et le Neptune conduit à Dunkerque.

170La lecture des exploits de Jean Bart ne doit pas faire illusion. Rares étaient les corsaires qui attaquaient les navires de guerre. Souvent les armateurs s’y opposaient car les dégâts des combats coûtaient cher en réparations et en parts de prises pour les veuves et les blessés. Colbert avait proposé des récompenses : une chaîne d’or, mesure manifestement copiée sur les récompenses espagnoles. A la suite de la capture du Neptune, Hubert, l’intendant du port de Dunkerque, la demanda pour Bart. Il fut immédiatement écouté par Louis XIV, car, dans une lettre en date du 24 septembre, Hubert décrivit à Colbert la remise de cette récompense : « J’ai mis dans les mains du capitaine Bart la chaîne d’or que Sa Majesté a bien voulu lui accorder. Si le présent a été reçu de lui avec une grande joie, il ne donne pas moins d’envie aux autres de faire de même que lui quelque belle action.

171Dans la pensée que Sa Majesté aurait de tirer service de ces sortes de gens-ci, il y en aurait bonne partie qui se soumettrait volontiers à obéir audit Bart : sa bravoure et sa manière de commander (quoique peu expérimenté) lui a donné quelque créance parmi eux ; mais, à quelque service qu’on les mette, l'intérêt et le gain les font agir ; il est bon même de les intéresser, et d’engager quantité de matelots étrangers à demeurer dans le pays et à s’y attacher.

172Je crois que, leur donnant les secours que Sa Majesté se propose, ils se disposeront à les recevoir et à faire du service. Du moins pourra-t-on les porter faisant la course) à attaquer particulièrement les navires de guerre ».

173Louis XIV accorda la prime promise de 500 livres par canon pris, mais refusa aux intéressés la remise du droit du dixième sur le Neptune et son rachat. A la fin octobre, probablement à l’instigation d’Hubert, Jean Bart reprit la mer sur la Palme qui avait été radoubée avec la Mignonne, commandée par Antoine Lombart. Abusivement présentée comme une frégate du roi, la Mignonne était une barque longue de 60 tonneaux et de 71 pieds de quille pour 77 hommes d’équipage. Elle était armée de 6 canons de 4 et de 2 de 6. Elle appartenait au roi qui l’avait prêtée pour l’automne à des intéressés dunkerquois aux conditions du tiers, un tiers pour le roi, un tiers pour les actionnaires et un tiers pour l’équipage. Le 21 novembre, ils s’emparèrent de la flûte le Pélican, venant des Antilles, armée de 8 canons, 120 tx de bois de Campêche et du Brésil, de 35 tx de sucre et des sacs d’argent. Il semble que les deux équipages aient pillé l’argent du navire, bien que ce fut formellement interdit. Selon le capitaine hollandais, il y avait 32 sacs d’argent contenant 25000 écus, ce qui n’est pas compatible avec le montant officiel de la vente : 69 000 l.t. Comment, dans ce cas précis, empêcher les équipages de se partager une partie des piastres, d’autant que si la Mignonne accompagna le Pélican, Jean Bart continua sa croisière ?

  • 61 Ibidem, Marine C4 247, fo 58, 61, 173 et 184.

174En effet, la Palme se joignit au Dauphin de Michel Mesmacker pour chasser le 21 novembre quatre flûtes revenant de Moscovie. Mesmacker prit le Prophète-Daniel et la Demoiselle Christine au prix d’onze hommes tués. D’après le rapport de combat, les deux Hollandais n’avaient que 13 hommes d’équipage chacun, néanmoins Jean Bart dût s’écarter momentanément devant le feu de la mousqueterie et du canon de la Demoiselle Christine. Le 3 décembre, avec Keyser et Lassy, il s’empara d’un navire de Brême à hauteur de Gorcum, puis rentra désarmer à Dunkerque61. Jean Bart donna alors à sa mère des plats d’argent massif pris à bord du Pélican. Celle-ci tenta de les vendre à un orfèvre nommé Vlittinck, sans passer par l’intermédiaire des gens du roi. Mme Bart et l’orfèvre se disputèrent. L’amirauté eut vent de l’affaire, l’orfèvre fut condamné, mais les Bart durent rendre les plats d’argent à l’amirauté. Notre corsaire commença à recevoir le produit de ses courses, ce qui lui permit d’acheter deux maisons dont celle qui jouxtait la sienne pour le prix de 2 250 l.t.

  • 62 Ibidem, E 1788, jugement du 5 avril 1677.

175La Palme fut réarmée en janvier-février, puis d’avril à juin 1677. Jean Bart continua à naviguer en groupe, tantôt avec Pierre Lassy sur l'AngeGardien de 130 tx et Nicolas Copman sur le Saint-Winoc de 60 tx, tantôt avec les barques longues du roi YEspérance de Jean Soutenaie et la Mignonne d’Antoine Lombard. Il prit plusieurs marchands, mais il rançonna seul quatre dogres et les autorisa à poursuivre leur pêche. Le conseil du roi valida les rançons en ces termes le 5 avril : « Le Roi, étant en son conseil, a adjugé et adjuge audit capitaine Bart les quatre rançons par lui faites ensuite des dogres le Cabilhau, le Caroos, la Femme de Wesby et le Faucon, à la réserve du dixième desdites rançons appartenant au sieur amiral de France, et d'un autre dixième qui sera payé à l’hôpital de la ville de Dunkerque. Fait sa Majesté très expresse inhibition et défenses audit Bart et à tous autres armateurs de s’immiscer à l’avenir de donner une permission de pêcher aux vaisseaux qu’ils auront rencontrés, à peine d’être leur procès fait ».62

176Une trêve pécheresse avait été conclue l’année précédente avec les Hollandais, mais elle n’avait pratiquement pas été respectée. Connaissant l’importance de la pêche dans l’économie hollandaise, le roi refusa que les Dunkerquois accordent à nouveau des rançons. En effet, en théorie, un navire rançonné bénéficiait d’un sauf-conduit. Les Hollandais auraient pu ainsi continuer à pêcher. A noter cependant que les armateurs n’étaient sanctionnés que par un dixième supplémentaire sur le produit des prises au profit de l’hôpital, au lieu de 50 % dans l’arrêt de décembre 1675 cité précédemment.

  • 63 Ibidem, 26 mai.
  • 64 Leymaries, Jean Bart et sa fortune, art. cit., p. 48-49.

177Au large de Gravelines, Bart s’empara après une heure de canonnade du corsaire espagnol Sainte-Cornille qui essayait de lui reprendre une de ses prises. Le 7 mai, avec Soutenaie, il captura le Dauphin Doré, flûte venant de Barcelone pour Middelbourg avec un chargement de sel, de sucre et de citrons63. Ses lettres de noblesse signalent également « qu’il enleva après trois heures de combat très opiniâtre la frégate le Suanenbourg, montée de 24 canons, servant de convoi ». Cette prise est confirmée par une plainte du chirurgien de la Palme, à qui l’on avait dérobé son coffre de chirurgie, alors qu’il soignait les blessés de cette affaire. Jean Bart rentra désarmer le 21 mai, la Palme, usée par ces différentes campagnes, devait passer en radoub64. Cette fin de campagne coïncida avec la naissance le 17 juin du premier fils de Bart, François-Cornil, qui reçut les prénoms de ses deux grands pères. Comme nous le reverrons, François-Cornil finira vice-amiral de France.

  • 65 Ibidem, p. 50-51.

178Le 22 octobre, Bart reçut la commission du Dauphin de 100 tx, mais n’appareilla qu’en novembre après avoir recruté son équipage. La coutume voulait que l’armateur offrit un banquet à l’équipage à la veille de l’embarquement : le « foyus ». Jean Bart avait obtenu du représentant des actionnaires du Dauphin, Pierre Voyrin, que ce banquet se tint chez son beau-père, à l’Etoile d’Or. Voyrin, jugeant la note trop élevée, attaqua François Goutier, alléguant que celui-ci avait porté sur l’addition « des vins livrés hors le foyus, en des maisons particulières », mais Voyrin ne se pas présenta pas à l’audience le 21 janvier et fut condamné à payer la note de 594 l.t., plus les dépens fixés à 20 l.t.65

179Jean Bart retourna croiser sur son terrain de chasse favori, le Texel et le Dogger-bank. Là encore, il navigua en association avec Charles Maréchal sur la Santa-Maria-Stella-Maris de 60 tx, Michel Mesmacker et Alexandre Jacobsen. Il fit sa première prise le 12 décembre, un dogre anglais, mais le conseil du roi les condamna à verser 300 l.t. de dommages et intérêts envers le capitaine arrêté à tort.

180Depuis 1676, les incidents avec les Anglais se multipliaient, mais Louis XIV ne voulait pas leur déclarer la guerre. Au début de 1677, Colbert avait interdit de conduire des prises en Angleterre « ce qui n’aurait d’effet que de consommer ces prises en procédures coûteuses ». Le roi prononça de très nombreuses mainlevées vis à vis de navires anglais qui appartenaient manifestement à des Hollandais. En dépit des efforts de conciliation du roi, le rapprochement anglo-hollandais se poursuivit, se concrétisant en novembre par le mariage de Marie Stuart, nièce de Charles II, avec Guillaume d’Orange. Cependant Louis XIV fit reprendre les travaux du percement du banc devant Dunkerque et poursuivit sa campagne des Flandres, remportant les victoires de Cambrai et de Valenciennes.

  • 66 A.N., E 1792, et fonds Marine B3 19, B3 24 et C4 248.

181Du 1er au 5 janvier 1678, Jean Bart rançonna 5 dogres hollandais : la Mouche noire, le Lourdaud, le Pêcheur, le Paysan et le Maquereau, et désarma le 17 janvier au terme d’une campagne de deux mois. Il reprit alors la Palme et appareilla fin février avec Keyser sur l'Empereur de 20 c, et Soutenaie sur la Notre Dame de Lombardie de 10 c. Deux dogres furent capturés le 2 mars, mais l’un fut repris au large d’Ostende. Deux autres, le Faucon et le Marsouin furent rançonnés le 4. Le lendemain, la petite escadre prit chasse devant trois vaisseaux de guerre anglais de 40, 60 et 80 canons qui protégeaient manifestement les Hollandais66. Depuis le 10 janvier, en effet, le stathouder avait obtenu la signature d’un pacte d’alliance anglo-néerlandais. Louis XIV et Louvois trouvèrent alors la seule réplique efficace pour empêcher l’Angleterre de déclarer la guerre à la France : montrer sa force mais calmer les milieux maritimes. Messine fut évacuée et les insurgents abandonnés, tandis que Louvois préparait une campagne éclair en Flandre espagnole. Le 7 février, Louis quitta Saint-Germain pour Toul, puis Metz le 22. Laissant croire qu’il allait vers Nancy, il piqua sur Stenay où il laissa la reine. Parcourant alors à cheval 60 lieues en trois jours, Louis rejoignit son armée qui marchait sur Gand. Le 4 mars, il trouva Gand investie. Le 9, la ville se rendait et la citadelle capitulait le 12. Louis et le maréchal de Luxembourg se portaient alors sur Ypres qui capitulait le 25 mars. Le roi s’abstint de poursuivre cette campagne éclair vers Ostende et Bruges. La leçon était assez claire, les Anglais n’engagèrent pas les hostilités. Aux Provinces-Unies, le parti de la paix désavoua Guillaume et les négociations amenant la paix de Nimègue commencèrent.

  • 67 Ibidem, E 1792 et Marine C4 248.

182Sur mer, la guerre ne se ralentissait pas. Le 6 mars, Jean Bart et ses compagnons prirent le dogre hollandais le Clomp et le lendemain une flûte de Lübeck, le Saint-Mathieu. Le 10, ils furent poursuivis par une frégate de guerre de l’amirauté de Rotterdam, le Schiedam, de 24 c. et 94 hommes. Son commandant, Willem de Rave fondit sur la Notre-Dame-de-Lombardie. Jean Bart s’interposa et monta à l’abordage, tandis que Soutenaie accosta le Dauphin et le renforça de son équipage ; simultanément Keyser abordait la poupe du Schiedam.. Après une heure de combat acharné, les Hollandais se rendirent ayant perdu 50 hommes. Le rapport de bonne prise du 19 août cité p. 183-184, décrit cette capture et les blessures de Jean Bart. Pour être spectaculaire, ses blessures n’étaient pas très graves. En effet, à peine Bart était-il rentré à Dunkerque avec sa prise que son armateur Jean Omaer retirait le Mars commandé par Joseph van Acker pour le lui confier, la commission datée du 18 mars fut enregistrée le 27 avril67.

183Le Mars avec 250 tx et 26 canons était le plus grand corsaire de Dunkerque. Comme nous le verrons au chapitre suivant, Louis XIV venait de faire travailler au chenal qui pouvait enfin accueillir des tonnages plus importants en attendant, en 1680, de recevoir des vaisseaux de guerre de deuxième et troisième rang. Jean Bart reprit la mer en juin, capturant trois prises dont une grande flûte de Lübeck chargée de vins et de tabac. La signature de la paix le 10 août avec la Hollande et le 17 septembre avec l’Espagne mit fin temporairement à la course avec ces deux nations.

184Avec un minimum de 11 combats et d’au moins 92 prises et rançons, Jean Bart mérite bien son titre de roi des corsaires, mais beaucoup de ses captures furent faites en société avec d’autres capres. Comme l’avait justement noté l’intendant Hubert, Jean Bart apparaît comme une sorte de chef « naturel », autour duquel les autres corsaires se regroupaient sans problème. Son ardeur au combat, alors que tant de capitaines corsaires évitaient de se battre, des qualités humaines indiscutables et une connaissance extraordinaire de la mer du nord ne pouvaient laisser Colbert indifférent, au moment où Panetié s’était trouvé bien seul à la tête des navires du roi. Le recrutement de Jean Bart s’imposait. Il figura en douzième sur la liste des promotions du 5 janvier 1679 sans passer par les grades intermédiaires quasi obligatoires pour les capitaines marchands. Il reçut son brevet le 28 janvier, il avait 28 ans. Dès lors, même s’il commanda des navires pour le compte des particuliers, il fut jusqu’à sa mort inscrit sur les états de la marine royale, gravissant un à un les échelons jusqu’à finir commandant du port de Dunkerque. Le destin de Jean Bart se confondit alors avec le projet de Louis XIV de faire de Dunkerque un grand arsenal, base de l’escadre du Nord. Il allait poursuivre et développer l’œuvre commencée par Panetié, premier marin du Littoral à être devenu capitaine de vaisseau sous Louis XIV et le premier à avoir travaillé à la mise en place de la flotte du roi de France à Dunkerque.

Notes

1 H. Malo, Les corsaires, op. cit., p. 420.

2 A. Lottin, Histoire de Boulogne..., op. cit., p. 132.

3 Dr Lemaire, Histoire de Dunkerque, op. cit., p. 174.

4 Faulconnier, Description historique de Dunkerque, op. cit., tome II, p. 17.

5 R. Baetens, Organisation et résultats..., art. cit., RDHA, 1983, p. 6.

6 Tableau établi à partir des chiffres de H. Malo et R. Baetens.

7 F. Bluche, Louis XIV, Paris 1994, p. 108.

8 C. Pfister, « Dunkerque de Cromwell à Charles II (1658-1662) », Guerre et Paix, 1660-1815, Journées franco-anglaises d’histoire de la Marine, Rochefort 1986, SHM Vincennes, 1987, p. 41-60.

9 In Lemaire, Histoire de Dunkerque, op. cit., p. 190. Voir surtout Y. Vandendrieske. Dunkerque aux Anglais (1658-1662), DES, Lille III, 1971.

10 Colbert à Chastillon, 26 novembre 1662, in P. Clément, Lettres, instructions et mémoires de Colbert, Paris, 1861-1862, tome 3, volume Fortifications.

11 Bernard Cros, « Dunkerque port de guerre du roi soleil 1662-1714 », R.H.D.L., 1997.

12 Sur ce sujet, voir l’article fondamental d’Etienne Taillemite, « Colbert, Secrétaire d’Etat de la Marine et les réformes de 1669 », Mémoires de l'Académie de Marine, 1972. p. 3-61.

13 E.T. Hamy, « François Panetié, premier chef d’escadre des Armées Navales », Mémoires de la Société académique de l'arrondissement de Boulogne-sur-mer, 1903, 170 pages, p. 5-6.

14 P. Villiers, Marine royale, corsaire et trafic dans l'Atlantique de Louis XIV à Louis XVI, Lille 1991, thèse, 2 volumes, 890 pages. Voir p. 58-66.

15 Bibliothèque Nationale, Cinq Cents Colbert, no 199, f 1 à 11.

16 A.N. fonds Marine, B3 3, f 242, Nacquart à Colbert, juillet 1664 et suivants.

17 A.N. fonds Marine, B4 3, f 16, Mémoire des Raisons pour obtenir des lettres de représailles contre les sujets du roi d’Angleterre. Voir également H. Malo, Les corsaires..., op. cit., t. 2, p. 29-31.

18 Ibidem, Marine B5 2. Cf. Description exacte de tout ce qui s'est passé entre le Roy d'Angleterre, le Roy de France, les Etats des Provinces-Unies des Pays-Bas et l'évêque de Munster, commençant en l'an 1664 et finissant avec la conclusion de Paix faite à Bréda en 1667, Amsterdam, 1668, p. 165-170.

19 In M. Vergé-Franceschi, Abraham Duquesne, Paris, 1992, p.223.

20 In H. Malo, Les corsaires, op. cit., p. 36-37.

21 in W. Debrock, « Gens d’Ostende et de Dunkerque en temps de guerre et temps de paix », Revue des Amis du vieux Dunkerque, no 16, juin 1983, p. 125.

22 A.N. fonds Marine, B2 7, fo 73, Instructions à mrs Nacquart et Brodart.

23 Id., Marine, B3 9, fo 474.

24 In Etienne Taillemite, « Colbert… et les réformes de 1669, » art. cit., p. 42.

25 In Visite des ports et havres de l'océan depuis Dunkerque jusqu'à Bayonne, faite en l'année 1664 par M. Colbert de Terron... Archives du Génie, Art. 4, Sect 2, paragraphe 2, carton 1, no 7.

26 Jean-Marie Goris « Vauban et Dunkerque d’après sa correspondance », RSDHA, nov. 1991, p. 43-72, p. 45-47.

27 A.N. fonds Marine, B3 8, fo 31, Gravier à Colbert, 10 décembre 1669.

28 A.N. Marine B2 15, fo 48. Colbert à Panetié.

29 Raveneau de Lussan, Flibustiers de la mer du Sud, Paris, France Empire, 1993.

30 AD des Pyrénées-Atlantiques, registres de l’amirauté de Bayonne, B 8965.

31 In Patrick Villiers, Marine royale, corsaires et trafic dans l'Atlantique de Louis XIV à Louis XV, 2 tomes, Lille 1991, tome 1, p. 122.

32 Henri Malo, Les corsaires dunkerquois et Jean Bart, Paris 1913, p. 341.

33 In Anne Morel, La guerre de course à St-Malo, Mémoires de la Société d'Histoire et d’Archéologie de Bretagne, 1957, p. 56.

34 In Ordonnance du 18 avril 1696. A.N., fonds Marine F2 16 et Marine B2 51, F 274,23 juin 1684.

35 A.N., fonds Marine B3 108, fo 279, Réponse au mémoire de M. de Valincourt au sujet des rançons.

36 A.N., fonds Marine C4 254, fo 260. Ordonnance de 1693, 1696 et 1706.

37 Ordonnance du 25 novembre 1693.

38 A.N., fonds Marine F2 12, Richomme, 14 octobre 1693.

39 In Patrick Villiers, « Jean Bart, corsaire du roi, roi des corsaires », Ensemble, juin 1995, p. 78.

40 A.N., fonds Marine F2 19, 24 mai 1702.

41 A. Leymaries. – « Jean Bart et ses proches », Mémoires de la Société Dunkerquoise, 66e volume, p. 9-281 et « Jean Bart et sa fortune », Mémoires de la Sociét Dunkerquoise, 63e volume, p. 5-88.

42 P. Daudruy, Familles de la marine dunkerquoise, op. cit p. 37 et suiv.

43 A.N., fonds Marine B2 19, fo 592 et B2 17, fo 104.

44 Ibidem, Marine B2 12, fo 134-158, 30 juillet-4 septembre 1672.

45 Ibidem, Marine B2 17, fo 86 et 17 B2 19, fo 783, Colbert, Circulaires aux officiers de l’Amirauté, 17 septembre, 9 octobre et 5 décembre 1672.

46 Ibidem, Marine B23 12, fo 205, 30 octobre 1672.

47 A.N., Conseil du Roi, E.1775.

48 Ibidem.

49 Ibidem et fonds Marine B3 17, F 62.

50 Ibidem, Marine B3 20, fo 178,4 octobre 1673.

51 Ibidem, Marine B3 15, f.166.

52 Ibidem, Marine B3 15, fo 166.

53 Colbert à Eon de Saint-Malo, 30 novembre 1674, in P. Clément, Lettres de Colbert, tome Marine et commerce, p. 283.

54 A.N. Marine, fonds Marine C4 247, fo 58, 61, 162, 173 et 184.

55 Alfred Lassus, Corsaires et capitaines de navires du pays basque, Bayonne, 1987, p. 328-329. Caroline Darricau-Lugat « La course basque et bayonnaise au XVIIe siècle, 1663-1698 d’après les registres de l’amirauté de Bayonne », Revue Historique, oct-déc. 1993, p. 405.

56 A. Cabantous, La mer et les Hommes, op. cit., p. 37 et p. 46.

57 A. Leymaries, « Jean Bart et sa fortune », Mémoires de la Société Dunkerquoise, 1926, p. 35, 39, 43, 50.

58 H. Malo donne cette valeur p. 131. Les autres renseignements viennent de E 1775 et E 1776.

59 Ibidem, E 1780, Marine C4 247 et B3 19, fo 165.

60 Ibidem, E 1788.

61 Ibidem, Marine C4 247, fo 58, 61, 173 et 184.

62 Ibidem, E 1788, jugement du 5 avril 1677.

63 Ibidem, 26 mai.

64 Leymaries, Jean Bart et sa fortune, art. cit., p. 48-49.

65 Ibidem, p. 50-51.

66 A.N., E 1792, et fonds Marine B3 19, B3 24 et C4 248.

67 Ibidem, E 1792 et Marine C4 248.

Table des illustrations

Titre Corsaires espagnols à Ostende et Dunkerque de 1651 à 1660
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49371/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Captures faites sur les Français et les Anglais par les Espagnols et menées à Ostende et Dunkerque de 1651 à 16606
Légende * valeur en milliers de florins
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49371/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Dunkerque vers 1640.
Légende Cette vue de Dunkerque gravée par Rombout van der Noye recopie également Vedastus du Plonick mais présente la ville avec un autre cadrage. Elle est surtout remarquable par sa triple légende en latin, en flamand et en français célébrant le rattachement de Dunkerque dans le royaume de France et le rôle maritime qu’on attend du port.
Crédits Bibliothèque Communale de Dunkerque
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49371/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Vue de Boulogne à, la fin du XVIe siècle par Claude Chastillon
Légende Sur cette vue de Boulogne par Chastillon, l’absence d'infrastructures portuaires apparaît clairement. La présence de bancs de sable rendait presque impossible l’entrée dans l’embouchure de la Liane pour les navires de plus de 150tx. Cette situation continuera jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. On distingue bien la tour de l’Odre qui portait à son sommet un des rares phares du Pas-de-Calais.
Crédits Bibliothèque Municipale de Boulogne, Portefeuille 46, no 16, Cliché serv. phot. Ville de Boulogne, G. Capron.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49371/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre « Siège de lu place-forte de Calais faut le cardinal-archiduc Albert d'Autriche eu avril 1596 »
Légende On distingue nettement sur cette gravure les fortifications de la ville et notamment les nouveaux bastions « à l’italienne ». Les infrastructures portuaires restent rudimentaires. On note à l’arrière plan, en haut et de gauche à droite, sur le front de mer : les dunes, le Risban, le chenal et l’unique jetée du port.
Crédits Collection particulière
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49371/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Effectif de la flotte française de 1661 à 166914
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49371/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Navires et capitaines corsaires dunkerquois de 1666 à 1668
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49371/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Tableau des armements corsaires de 1672 à 1678
Légende Répartition des armements corsaires à Dunkerque en fonction du tonnage 1672-1678
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49371/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search