Version classiqueVersion mobile

Les corsaires du littoral

 | 
Patrick Villiers

Chapitre II. Dunkerque, capitale de la course espagnole en mer du Nord

Texte intégral

1Après l’aventure de l’invincible Armada, la marine de guerre espagnole ne pouvait espérer faire le blocus des côtes des provinces rebelles, mais les stratèges espagnols cherchèrent à tirer parti de la Flandre maritime qui leur était favorable. Le gouvernement espagnol voulut encadrer et encourager la tradition corsaire de Dunkerque, Nieuport et Ostende, en favorisant la course et en créant une base navale pour une armada permanente. Les résultats, oubliés de la plupart des historiens, allaient être étonnants. L’armada de Dunkerque et les capres infligèrent des pertes considérables au commerce hollandais, mais une marine, à elle seule, ne peut gagner une guerre.

Dunkerque, siège d’Amirauté aux XVIe et XVIIe siècles

2A partir de 1522, Charles-Quint entreprit de faire réviser l’ordonnance de la Marine de 1487. Il prescrivit à la régente de créer une commission pour étudier les textes français, anglais et espagnols. Aucun document général n’intervint avant l’ordonnance de l’Amirauté du 26 décembre 1540. Les textes de Charles-Quint portèrent surtout sur des proportions à respecter entre le tonnage des navires et l’équipage, 8 hommes pour un bâtiment de 50 tonneaux, 44 pour 300 tonneaux et au-dessus, etc. L’empereur exigea également un armement minimal, consistant pour les navires de commerce en la présence obligatoire d’arquebuses pour les plus faibles, de fauconneaux, d’arquebuses, et de piques pour ceux de 250 à 300 tonneaux. Il réorganisa également les assurances, interdisant d’assurer la totalité du navire et de la cargaison. L’ordonnance du 31 octobre 1543 imposa un modèle de police d’assurance dans lequel tous les cas étaient prévus, notamment la prise par les corsaires ou par les possesseurs de lettres de marque, et même la capture par un navire ami.

3En matière de liquidation de prises, la coutume prévalut du partage par tiers : deux pour les intéressés (y compris l’armateur), et un pour l’équipage. Les captures faites par les navires que l’empereur a fait « équiper, armer et payer et entretenir à ses dépens » étaient partagées pour moitié, entre l’empereur, d’une part, l’amiral et ses gens, d’autre part. En outre, le partage se faisait après le prélèvement du dixième sur l’ensemble du butin. S’il se trouvait de l’artillerie de métal, elle revenait de droit à l’empereur. Conscient qu’il ne resterait plus grand chose pour l’équipage, Charles-Quint avait ajouté que « en cas de bataille et que le chef de l'armée ennemie sera pris, Sa Majesté aura le droit de le laisser au butin ou de le racheter 10 000 florins ». La même règle du partage par moitié fut adoptée pour les prises faites par les navires de guerre armés par le magistrat de Dunkerque : une part pour la ville et l’autre pour les capteurs. Lorsque le capteur était un marchand ou un pêcheur, après prélèvement du dixième, le produit était partagé en trois parts, deux pour le capteur, et une pour l’église du lieu où abordait la prise.

  • 1 Cf. H. Malo, Les corsaires dunkerquois, tome 1, p. 107-109 et 115-117.

4En 1547, le vice-amiral qui fut chargé de la lutte contre les Ecossais reçut dans ses Instructions, l’ordre de s’emparer de tous les pirates, et « de les punir exemplairement dans leurs vies », mais il ne devait piller ni les navires neutres ou munis d’un passeport, ni, bien évidemment, ceux des sujets de l’empereur. Toutes les prises devaient être signalées à l’Amiral et faire l’objet d’un rapport1.

5A la suite des succès des Gueux de la Mer, il fallut organiser des convois pour la flotte de pêche et le grand cabotage. Il fut stipulé que les navires d’escorte ne devaient en aucun cas quitter le convoi, ni pour poursuivre l’ennemi après le combat, ni pour mener les prises à bon port. L’ensemble du butin, s’il y en avait, était partagé à la fin de la campagne, déduction faite du dixième. En 1560, fut installé à Gand un siège d’amirauté, présidé par Philippe de Montmorency, comte de Home, amiral de la mer, assisté de deux conseillers du Conseil des Flandres. Dunkerque dépendit alors de cette amirauté, puis, de 1577 à 1583, Dunkerque passa sous le gouvernement de Guillaume d’Orange. Ce dernier confia la ville à Guillaume Bloys dit Trélon. Ce fidèle était également vice-amiral de Zélande, et il utilisa immédiatement Dunkerque comme base navale orangiste, y affectant trois vaisseaux de guerre. Trélon établit aussitôt un conseil d’Amirauté composé de six conseillers et d’un greffier. On ignore cependant l’activité corsaire exacte de la cité durant cette période.

6Après la reprise de la ville par les Espagnols, Farnèse installa à Dunkerque, en 1583, un nouveau conseil d’Amirauté composé de deux membres et d’un greffier. Il promulgua le 1er septembre un Règlement pour la Marine qui fit fonctionner ce nouveau conseil comme tribunal des prises. Farnèse déclara se réserver, au nom du roi, la délivrance des lettres de mer. L’amiral était supprimé et le droit du dixième versé au Conseil. Ce dernier était également autorisé à prélever sur les captures un « denier à Dieu » dont il fixait le taux pour reconstruire l’église Saint-Eloi détruite par la guerre civile. Pour les corsaires, il fut précisé que la répartition du produit des prises, après prélèvement du dixième, se ferait par tiers, un au propriétaire, un autre à l’avitailleur, et le troisième à l’équipage.

  • 2 Cf. R. Baetens, « Organisation et résultats de la course flamande au XVIIe siècle », Revue de la So (...)

7En 1590 fut publié un nouveau code des prises qui reprenait les règlements de 1488 et 1504 en les précisant. L’amarinage donnait lieu à des formalités précises : le tillac et les cales devaient être fermés et cachetés, la peine de mort punissait le pillage, il était interdit de couler les navires et de noyer les prisonniers. Ce code fut complété en 1596 par une ordonnance sur le droit de « pluntrage » ou de petit butin pour les corsaires. Le 4 novembre de la même année, l’archiduc Albert érigea un Grand Conseil d’Amirauté qui avait son siège à Bruxelles et recevait la compétence de l’amiral en matière de tribunal des prises, supprimant Dunkerque comme siège d’amirauté. L’amiral de la mer restait président du grand conseil. Le vice-amiral était premier conseiller avec quatre adjoints, deux jurisconsultes, deux experts en droit maritime et en commerce, plus un conseiller espagnol qui remplissait les fonctions de « contador », c’est-à-dire de comptable. Ce corps souverain avait compétence sur les prises faites par les corsaires comme par celles faites par les vaisseaux du roi d’Espagne2. Les procès-verbaux des prises et la première procédure étaient faites à Dunkerque, mais le jugement était plaidé à Bruxelles, ce qui augmentait les frais des armateurs dunkerquois. Cette cour jugeait les prises du roi comme celle des corsaires.

  • 3 Cf. Pierre Daudruy, Familles de la marine dunkerquoise, Dunkerque, 1979, généalogie Théodore Bart e (...)

8Le 9 janvier 1597, les sièges des amirautés de Dunkerque et d’Anvers étaient rétablis avec un conseil local de 4 juges. Ce conseil était compétent pour les affaires inférieures à 50 florins, c’est-à-dire les prises et les rançons de faible valeur. Les juges avaient l’interdiction de prendre des intérêts dans la course et d’acheter des marchandises capturées. Pour les affaires plus importantes et pour l’appel, Bruxelles restait compétent. Conséquence de la Trêve de Douze Ans, le conseil de Bruxelles et les deux amirautés furent dissous. A la suite de la rupture de la trêve, la ville de Bergues demanda en 1621 à recevoir l’amirauté à la place de Dunkerque, et s’engagea à construire à ses frais 12 navires de guerre. C’est ainsi que l’infante Isabelle accorda le 17 juillet 1623 des lettres de marque à des capitaines dunkerquois, Mathieu Roels et Jacques Colaert pour deux chaloupes armées par le Magistrat de Bergues3.

  • 4 Cf. « Correspondance de Jean Pennincq, greffier du siège de l’amirauté de Dunkerque », traduite par (...)

9La gouvernante Isabelle promulgua en 1624 une ordonnance donnant compétence à Bergues, mais la ville n’ayant pas tenu la totalité de ses promesses, Dunkerque retrouva le siège de l’amirauté le 6 novembre 1626 avec compétence jusqu’à 100 florins. Le conseil d’amirauté de Bruxelles, qui avait retrouvé ses pouvoirs de la guerre précédente, fonctionna à nouveau comme tribunal des prises. Le greffier de l’amirauté de Dunkerque établissait tous les jours des compte rendus et les transmettait à Bruxelles. Cette correspondance, partiellement conservée, est en cours d’édition par la Société Dunkerquoise d’Histoire et d’Archéologie4. Elle est une mine de renseignements pour l’historien de la course flamande.

10En droit maritime, nul armateur corsaire ne pouvait armer en course sans une lettre de marque. Le droit espagnol des années 1600-1630 appliqua effectivement ce principe, au moins en Europe. Pour ce qui est des Flandres espagnoles, jusqu’en 1627, la « lettre patente » était délivrée par le conseil de Bruxelles. De 1627 à 1646, l’amirauté de Dunkerque reçut le droit de fournir des « lettres patentes » provisoires. Ostende reçut ultérieurement cette faculté, lorsque Dunkerque fut perdue par les Espagnols.

11Cette lettre mentionnait le nom de l’armateur, du capitaine, du bateau, le tonnage, le type du navire et l’artillerie. L’armateur devait verser une caution de 4 000 florins pour un corsaire de moins de 50 lasts et 6 000 florins pour ceux d’un tonnage supérieur. Cette somme importante servait éventuellement à dédommager un armateur dont le navire avait été pris par erreur. Avant d’appareiller, le capitaine prêtait serment de suivre à la lettre le code des prises devant le conseil de Dunkerque. Une fois le rôle d’équipage déposé au siège de l’amirauté, le capitaine pouvait enfin donner l’ordre d’appareillage. Cette législation, ce serment et cette caution nous confirment, s’il en était besoin, à quel point, à partir des années 1550-1600, la course était devenue, en Manche et en Mer du Nord, une affaire sévèrement encadrée. Il en allait tout autrement aux Antilles et dans la mer des Caraïbes.

12En Flandre, le jugement de bonne prise, puis la vente, étaient, elles aussi, l’objet d’une réglementation précise, pour ne pas dire tatillonne. Tous les navires ennemis et ceux naviguant sous une fausse identité étaient alors de « bonne prise ». Etaient également saisissables, les marchandises ennemies et les marchandises qui naviguaient sous pavillon sympathisant avec l’ennemi, ou sur des navires allant ou venant vers des ports ennemis. Les navires sans papier étaient évidemment de bonne prise. Tout navire, même neutre, qui avait combattu avant de se rendre était également saisissable.

Dunkerque vers 1640.

Dunkerque vers 1640.

Cette gravure flamande des années 1630-1640 montre au premier plan à droite une très belle représentation d'une frégate dunkerquoise de 16 canons. On distingue parfaitement les mantelets de sabord que l’on fermait par gros temps. La construction porte encore l’influence du XVIe siècle avec un beaupré portant deux civadières et un mâtereau vertical mais le mât d'artimon porte la brigantine latine indispensable pour louvoyer. A gauche, une frégate vent arrière, au centre une petite barque vent arrière sort du chenal tandis qu'une cague reconnaissable à sa voile aurique à livarde entre dans le port.

Collection de M. Louis de Lesdain, Bibliothèque Communale de Dunkerque

13Lors de la capture, l’équipage avait droit de « pluntrage » ou de « petite piraterie ». Chacun des membres de l’équipage pouvait s’emparer de ce qui appartenait à son homologue dans l’équipage adverse. Par exemple, le chirurgien recevait le coffre et les médicaments du vaincu. Les marins du corsaire s’emparaient des biens personnels de l’équipage et des passagers de la prise, mais devaient « veiller à respecter l’amitié et la foi chrétienne, et à ne pas dépouiller complètement les prisonniers... dans la limite de la décence et de la politesse chrétienne... ». L’équipage prenait également les denrées alimentaires et les boissons embarquées qui s’ajoutaient aux vivres ordinaires du corsaire et le pluntrage ne devait pas dépasser 10 couronnes par matelot.

  • 5 Cf. H. Malo, Les corsaires dunkerquois, op. cit., p. 117-123, p. 259-63 et p. 296-302.

14Le capitaine du corsaire devait ramener tous les papiers de bord du navire capturé. Si la reddition se faisait sans résistance, le capitaine devait veiller à ce qu’aucune violence, ni pillage ne se produisent. On ne pouvait pas exiger des prisonniers de verser une rançon en mer. On devait donc prendre des otages qui étaient conduits au port en attendant le versement de cette rançon. En 1627, le montant maximal de la rançon fut porté à 30 florins, montant régulièrement réévalué. La prise devait ensuite être conduite au port d’attache, sauf cas de force majeure. A l’arrivée, les juges de l’amirauté lisaient le rapport du capitaine corsaire et des prisonniers étaient interrogés pour vérifier ses dires. Après le « jugement de bonne prise », un inventaire était rédigé et affiché dans les villes qui seraient intéressées à la vente. Les marchandises « étaient entreposées dans un magasin sous bonne garde et dans un endroit sûr » en attendant la vente. Les denrées périssables étaient vendues dès l’arrivée de la prise. En cas de mainlevée, le prix de cette vente était remis à l’armateur du navire capturé. La vente se faisait aux enchères publiques, mais certaines procédures pouvaient durer très longtemps, jusqu’à quatre ans en cas d’appel5.

  • 6 Cf. E. Hambye, L’Aumonerie de la flotte de Flandre au XVIIe siècle, Bibliothèque de la Faculté de P (...)

15Le partage des prises était lui aussi strictement codifié. Le roi recevait le dixième des prises, 2 % étaient ensuite retenus au titre de la « caisse mutualiste ». A partir de 1626, une ordonnance prévoira que cette dernière somme soit destinée aux blessés, aux prisonniers, aux veuves et orphelins. Cette disposition sera reprise à Ostende de 1657 à 17166. Les intéressés, l’équipage et le capitaine se partageaient le reste. Les auteurs se contredisent sur le mode du partage. Selon les uns, les intéressés, c’est-à-dire l’armateur et les actionnaires, recevaient 66 %, selon les autres, 50 %. Le profit restant était ensuite reversé à l’équipage au prorata du nombre de parts, le capitaine, ses lieutenants et les officiers mariniers ayant le plus grand nombre de parts. Habituellement, une charte-partie établissait avant l’appareillage le nombre de parts de prise de chacun, du mousse au capitaine. La gravité des blessures était codifiée et majorait le nombre de parts. La mort du marin augmentait également le nombre de parts qui étaient versées aux ayants - droit.

  • 7 Cf. Richard A. Stradling, « Les corsaires dunkerquois et l’Espagne : 1621-1648, un record de pillag (...)

16Lorsqu’il s’agissait de navires appartenant au roi, la répartition du produit des prises était différente, ce qui était généralement le cas des bâtiments de l’armada de Dunkerque. Le 1/10e allait au capitaine général, le contador, le proveedor et le veedor recevaient chacun 1/50e. Le dépositaire chargé de l’instruction de la prise et de sa vente recevait 1/5e. L’église du lieu pouvait recevoir le tiers de la prise s’il s’agissait d’un navire marchand. Le reste était partagé à raison de deux tiers pour la caisse de l’armada et d’un tiers pour l’équipage. En raison de ce type de partage et du nombre plus élevé de marins sur les navires de guerre, les marins préféraient servir sur les navires corsaires où la part reçue était plus importante et échappait davantage aux contrôles7.

  • 8 H. Malo, Les corsaires dunkerquois, op. cit., p. 185 et 203-206.

17La distinction entre un navire de l’armada pratiquant la course de manière secondaire et un corsaire armé par le Magistrat, ou par un particulier, n’était pas toujours nette dans la réalité. En effet, les navires de guerre n’étaient pas à la mer toute l’année. Lorsque les finances du roi d’Espagne devinrent particulièrement basses, comme en 1605, des navires royaux furent loués à des armateurs corsaires tels que le gouverneur de Dunkerque, le grand bailli et Jacques Van de Walle. Ils obtinrent la remise du quint, mais payèrent le dixième. A l’inverse, en 1588, Farnèse recruta des flibôts de guerre appartenant à des particuliers. Les capitaines du Magistrat recevaient des patentes du roi, et beaucoup furent ensuite recrutés dans la marine royale tels Antoine Rycx, Mathieu Colaert ou Michel Jacobsen. Le Magistrat de Dunkerque prit en entier l’armement d’une croisière mais s’associa également à moitié avec le gouverneur. Il pouvait également s’intéresser pour un tiers pour un navire du roi. Le trésorier et le receveur général des prises prirent également des intérêts à titre personnel dans des armements particuliers8.

18Au XVIe siècle, comme dans la première moitié du XVIIe siècle, un capitaine de guerre achetait lui-même les vivres pour son équipage et une grande partie de ravitaillement de son navire. Cette pratique se poursuivit dans la plupart des marines européennes jusqu’aux années 1650-1660. Les capitaines de l’armada prenaient les navires de guerre pour la campagne moyennant un prix débattu avec les commis de roi ou de l’archiduc. Il en était de même pour la nourriture et l’entretien des soldats, des matelots et des officiers à bord des bâtiments. Ce système donnait lieu à tous les excès, et permettait à certains capitaines de s’enrichir au détriment de l’équipage. Les officiers du roi pouvaient gagner davantage en trichant sur la nourriture et les frais du navire qu’en faisant des prises ou en combattant. Le navire amiral de Diericksen fut vendu et racheté par le même vendeur. Le capitaine du Saint-Albert ne répara pas son bâtiment et resta au port, puis il offrit de le remettre en état à ses frais si on lui accordait à son compte deux voyages au commerce en Espagne.

  • 9 Ibidem, H. Malo, p. 267-271 et p. 209-210.

19Certains devinrent armateurs ou actionnaires avec l’argent ainsi obtenu. Un capitaine pouvait, en effet, armer en course lorsque l’escadre était désarmée. Tel fut le cas du capitaine Pedro-Hieronimo Caro, venu à Dunkerque avec Farnèse en 1592, et qui devint un grand armateur dunkerquois. Michel Jacobsen lança de petits corsaires en 1602-1603, de même que Jacob-Janssen Boey qui, en 1604, se fit adjoindre des chaloupes pour prendre et ramener des prises à Ostende. Gaspard Rombout, alors officier de G.C. Wittebole, obtint des matelots de Michel Jacobsen et arma un navire en 1595. Il fit trois croisières et s’empara d’un navire de guerre ennemi. Cet exploit lui valut d’entrer dans la marine royale le 9 août 1597 avec « le traitement de capitaine ordinaire du roi »9.

  • 10 Ibidem, p. 206-208 et p. 267-68.

20Cependant, la volonté d’employer les corsaires comme complément à l’armada était incontestable, comme en témoigne la correspondance de l’Amirauté en date du 5 septembre 1599 : « Il faudrait autant que possible employer pour faire la guerre aux rebelles des officiers volontaires sans que les rôles de nos capitaines en souffrent ». Christofle de Hannoy reçut le 17 janvier 1597 une commission en guerre, à condition de n’enrôler ni officiers ni matelots du service du roi, sauf du consentement du vice-amiral, mais avec obligation de former l’équipage sur le pied des bateaux de guerre. Par contre, les galères de Frédéric Spinola, directement affrétées à Gênes par l’archiduc Albert, représentent un cas encore différent. De 1599 à 1603, six à huit galères furent affrétées. Spinola reçut le titre de « chef des galères d’Espagne armées ès côtes de Flandres au service et secours des pays par de ça ». Là encore, la législation pour la liquidation des prises fut un cas particulier. L’archiduc, n’ayant plus d’argent, vendit à forfait le siège d’Ostende à Spinola. Son premier soin fut de casser, pour malversations, 600 officiers et sous-officiers de terre.10

La course à Dunkerque, de la dissidence hollandaise à la Trêve de Douze Ans : (des années 1560 à 1609)

  • 11 Cf. P. Daudruy, Familles de la marine, op. cit., généalogie Antoine Bart, p. 38.

21Des années 1560 à 1609, les provinces dissidentes des Pays-Bas espagnols passèrent de la révolte à la guerre d’indépendance. Dans un premier temps, Dunkerque fut relativement peu touché par les Gueux de la Mer qui naviguaient surtout au large d’Amsterdam et des côtes de la Frise. Lorsque les corsaires des révoltés devinrent suffisamment puissants pour croiser dans le Pas-de-Calais et en Manche, ils s’attaquèrent alors aux navires de pêche fidèles aux Espagnols. Dunkerque arma un navire de guerre pour les défendre à partir de 1569, le Lévrier, commandant Cornil Weus. Antoine Bart, le trisaïeul de Jean Bart, aurait été maître d’équipage sur ce navire11.

  • 12 Cf L. Lemaire, Histoire de Dunkerque, op. cit., p. 117, et H. Malo, Les corsaires dunkerquois, tome (...)

22En 1570, le gouverneur Symphorien de Ghistelles fit construire des navires garde-côtes qui s’emparèrent de plusieurs corsaires rebelles. Ces derniers furent jugés pirates et pendus haut et court. En dépit de ces mesures, à la suite des prises faites par les gueux de mer, le nombre de busses de pêche dunkerquoises chuta de 120 en 1566, à 12 en 1572. Les attaques des corsaires hollandais eurent ainsi une conséquence décisive sur l’évolution du port de Dunkerque. Ne pouvant plus vivre de la pêche, les armateurs et les marins se reconvertirent alors dans l’économie corsaire. Le succès fut immédiatement au rendez-vous, créant une tradition qui allait durer jusqu’en 1815. De nombreuses prises furent faites, notamment en 1574. Cette activité cessa temporairement de 1577 à 1583, lorsque, Dunkerque passa sous le gouvernement de Guillaume d’Orange12. Rappelons qu’en 1579, lors de l’Union d’Utrecht, les provinces en révolte contre l’Espagne s’unirent en une fédération qui regroupa environ deux millions d’habitants sur 25 000 km.

23Après le retour de Dunkerque aux Espagnols, le port connut une certaine reprise commerciale grâce aux caboteurs sous pavillon neutre, mais les Etats Généraux des Provinces-Unies rappelèrent que tout navire, même neutre, qui sortirait des ports espagnols de Flandre serait de bonne prise. Cette annonce était d’autant plus dissuasive que, si Nieuport et Furnes étaient aux Espagnols, Ostende restait aux mains des Hollandais qui en avaient fait une base avancée pour leurs corsaires et pour l’escadre, faisant le blocus de la Manche. Devant le marasme de Dunkerque, Philippe II autorisa à nouveau la course le 1er février 1585 pour les particuliers comme pour l’escadre de Wacken, lorsqu’elle n’avait pas de mission d’escorte. En outre, la ville arma alors chaque année un navire de guerre pour attaquer les Hollandais et protéger la pêche côtière. Charles Dauwère fut le premier à en recevoir le commandement. Les Etats Généraux ripostèrent en tentant de bloquer le port.

  • 13 Cf. H. Malo, Les corsaires dunkerquois, p. 187-88.

24Le 28 août 1587, ils décidèrent que les corsaires dunkerquois devraient être traités comme des pirates. Tous ceux qui seraient capturés seraient jetés à la mer, liés deux à deux, ce que, par un euphémisme cruel, on appela « le lavement de pieds à la hollandaise ». Les Dunkerquois appliquèrent les mêmes mesures en représailles. Dans les deux camps, on avait déjà pendu des marins, mais souvent, il s’agissait d’équipages plus proches des pirates que des corsaires. En 1583, les deux camps avaient même conclu un accord pour l’échange des prisonniers. Cette décision des Etats-Généraux, qui remettait en cause l’humanisation du sort des marins prisonniers de guerre, souleva une haine farouche qui donna à cette guerre un exceptionnel caractère d’atrocité dans les deux camps13.

25Lors de la retraite de l’invincible armada, des pilotes dunkerquois tels Jacobsen, Jacques Rycx et Fr. Ryndt aidèrent les Espagnols à rentrer en Espagne puis revinrent pour servir dans l’armada de Dunkerque, où ils s’illustrèrent comme capitaines. Devant la menace que représentaient les navires de guerre espagnols et les corsaires, les Hollandais cherchèrent à faire le blocus rapproché de Dunkerque. En 1589, ils réussirent à forcer plusieurs navires espagnols sur le point d’être capturés à se jeter à la côte devant Mardyck. En conséquence, Farnèse réorganisa ses 28 flibôts de guerre ; les uns pour armer une escadre basée à Dunkerque, d’autres pour celle d’Anvers, et les derniers vendus ou rendus aux particuliers. Le tableau suivant montre la répartition des navires de guerre entre ces deux ports :

Equipage de Dunkerque en 1590

tonnage

équipage

capitaines

Conception

60

60

Jan Wilshuysen

Victoire

60

50

Jan Roelofsen

Saint-Cosme

40

40

Adrien Diericksen

Saint-Nicolas

40

40

G.-C. Wittebole

Chien Noir

90

60

François Adriaensen

Saint-Pierre

35

35

Michel Soetendaele

Boucq de Norvège

56

45

Jan-Claissen Dicx

Saint-Laurent

35

35

Alonso Garcia

Saint-Philippe

45

40

Vincent Rouff

Alexandre*

60

50

Francisco Sobrado

Saint-Jérôme

heu

25

Mathieu Bloucq

Bonne Aventure

heu

25

Adrien Diericksen

* L'Alexandre était basé à Nieuport.

Equipage d’Anvers en 1590

tonnage

équipage

capitaines

Saint-Antoine

100

60

Jacob-Janssen Booy

Santa Anna

90

50

Pieter Janssen

Saint-Chritofle

30

35

Cornil Hendricx

Sainte-Catherine

80

50

Antoine de Meestere

Saint-Charles

80

50

Jacob Bay

Fortune

15

30

Marcq Adrien

Saint-Thomas

25

35

Jan Van Schoenheven

Saint-Philippe

30

35

P. Van den Camere

Saint-Andrien

30

35

Adrien Jacobsen

Saint Augustin

18

25

Pieter Cornelissen

Aigle

16

30

Foppe Janssen

Saint-Jean

16

30

Adrien Diericksen

  • 14 Pour les tableaux, cf. H. Malo, Les corsaires dunkerquois, tome 1, p. 201-204.

26Ces deux tableaux nous révèlent la faiblesse du tonnage de ces bâtiments. Aucun navire de plus de 100 lasts, aucun équipage de plus de 60 hommes, néanmoins le ratio habituel des corsaires et des navires de guerre : un homme pour 0,5 à 1 tonneau est à peu près respecté. A noter que 17 noms de bâtiments sur 24 sont des noms de saints. Un navire de guerre représente la puissance et les convictions de l’Etat. Ici, il s’agit de montrer que l’empereur, comme les archiducs, sont profondément attachés à l’Eglise catholique. L’escadre de Dunkerque est plus homogène que celle d’Anvers avec des navires variant de 35 à 60 tonneaux, exception faite du Chien Noir. Ce dernier a été acheté 3 000 livres à Denis l’Hermite, d’Anvers, pour servir de navire amiral en remplacement de la Conception que Jan Wilshuysen a jeté à la côte. Mis à pied de l’équipage Dunkerque pour incapacité, Wilshuysen s’associa cependant avec un certain Philippe Raulces pour acheter 1 700 livres la Colombe Blanche qu’il arma en course et dont il prit le commandement14.

  • 15 Cf A.P. van Vliet, Vissers en Kapers 1580-1648, Hollandse Historische Reeks XX, Leiden 1994, 327 p. (...)

27Avec des navires d’un tonnage aussi réduit, on comprend que les missions aient été principalement l’escorte des pêcheurs et des petits caboteurs fidèles à l’Espagne et la lutte contre les petits navires des Etats-Généraux, particulièrement les pêcheurs de hareng. Ces deux escadres coûtaient cher mais n’étaient en mer qu’une partie de l’année. En 1590, on signala 21 capitaines des armadas du Nord sans affectation. A noter la présence d’un seul nom espagnol. Le commandement était donc essentiellement confié à des Flamands, bien meilleurs connaisseurs des côtes de la mer du Nord. Les Hollandais tentèrent à nouveau de faire un blocus étroit de Dunkerque. Cependant, l’armada commandée par le vice-amiral de Wacken, renforcée par sept corsaires dunkerquois, réussit à briser ce blocus et à faire plusieurs prises. Sur terre, les défenses de la ville furent renforcées, de nouvelles casemates construites à l’ouest de la ville, et un nouveau bastion fut bâti du côté sud, derrière le couvent des Récollets. Constatant l’inefficacité du blocus qui se révéla très coûteux en hommes et en navires, les amiraux hollandais demandèrent, et obtinrent, l’abandon de cette tactique en 159415.

28Le nombre des navires royaux déclina pour tomber à 11 en 1595 et 1596. L’archiduc Albert, qui succéda à Farnèse, voulut porter ce nombre à 12, mais il se trouva, à son tour, confronté au problème du financement des soldes des équipages. En 1597, quatre sont affectés à Dunkerque ; il s’agissait du Saint-Albert, 80 h., cap. Adrien Dieriksen, du Chat, 60 h. ; cap. G.-C. Wittebole, de l'Aigle, 60 h., cap. Jan Claissen et du Saint-Pol, 70 h., cap. Gaspard Rombout. Tous ces capitaines étaient déjà sur la liste de 1590, sauf Gaspard Rombout, le futur amiral. Les autres navires étaient tous à Calais, sous l’autorité directe d’Adrien Dieriksen, lieutenant-amiral à Dunkerque. Il commandait précédemment l’équipage d’Anvers, maintenant réduit à 5 navires.

29En 1596, la ville de Dunkerque arma deux navires : le Lévrier, commandé par Jacobsen, et le Saint-Eloi, monté par De Koster, chargés de protéger la flotte de pêche et d’attaquer les navires ennemis. Au cours d’un affrontement, De Koster, cerné par une flotte hollandaise, préféra se faire sauter plutôt que de se rendre. Néanmoins, plus de 35 navires hollandais furent capturés ce printemps-là et les pêcheurs de la rébellion versèrent 300 000 florins. A partir de 1597, le roi accorda chaque année 25 000 florins par mois pour l’entretien de l’armée navale mais cette somme était insuffisante. Cette même année, pour augmenter ses revenus, l’amirauté vendit aux Hollandais des dizaines de passeports, 64 passeports le 24 juin 1597, ce qui protégea ainsi les caboteurs et les pêcheurs des Etats-Généraux. Plusieurs armateurs dunkerquois se retirèrent alors de la course.

  • 16 Ibidem, L. Lemaire, Histoire de Dunkerque, p. 129 et R. Baetens, « Organisation et résultats... », (...)

30Aux prises faites sur les rebelles, il faut ajouter les captures françaises, particulièrement les navires de pêche et de cabotage de Saint-Valéry-sur-Somme, de Boulogne et de Calais. En avril, l’archiduc Albert d’Autriche attaqua cette dernière ville par la terre, et chargea de Van Wacken de faire le blocus maritime. La cité fut prise après onze jours de siège, et Van Wacken y affecta la moitié de sa flotte. Calais devint alors un refuge supplémentaire précieux pour les corsaires dunkerquois opérant en Manche. Le 25 février 1597, 40 navires de guerre espagnols, commandés par l’amiral Martin de Bertendona, arrivèrent à Calais chargés de troupes, mais ces navires manquaient de pain et de poudre, et il fallut faire venir des charpentiers et des calfats de Gand et d’Anvers pour les réparer. Une flotte hollandaise commandée par Peter Van des Does, vint à nouveau faire le blocus de Dunkerque. Elle tenta vainement de couler des flûtes chargées de pierres dans le chenal d’accès. Avec la paix de Vervins de 1598, Calais fut rendu à Henri IV. Philippe II rendit également au roi de France son titre de seigneur foncier de Dunkerque, de Bourbourg et Gravelines, mais, dans les faits, Dunkerque resta sous le gouvernement des Archiducs Albert et Isabelle16.

31Cependant, les hostilités avec la Hollande se poursuivirent. Maurice de Nassau, quittant Ostende pour assiéger Nieuport, obtint une victoire sanglante sur l’archiduc Albert le 2 juillet 1600, mais il leva le siège, renonçant à l’offensive qui aurait dû le mener ensuite devant Dunkerque. Les hostilités se poursuivirent alors sur mer. L’archiduc ordonna à l’amiral d’Arenberg, arrivé à Dunkerque le 30 juillet, « de prendre son cours vers la pêcherie des rebelles, les envahir, et de mettre au fonds tous les bateaux qu'il pourra atteindre, amenant prisonniers tous les hommes desquels se pourra tirer service ou rançon, et mettant quelque part à terre ceux qu’il ne pourra amener ; et au surplus faire tel dégât aux rets et instruments de pêcherie que pour cette année elle leur soit rendue inutile ».

32Cette mission fut confiée à Van Wacken qui prit le commandement d’une flottille constituée de navires de l’armada et de corsaires dunkerquois :

  • 17 A.P. van Vliet, Vissers en Kapers, op. cit., p.86.

Tonnage, canons et équipage de l’escadre de Van Wacken en 160017.

Capitaines

Tonnage

Canons

Equipage

Adrien Dieriksen

80

16

118

Mathieu Jacobsen

70

12

77

Michel Jacobsen

70

14

75

Frans Willemsen

70

12

102

Frans Pleite

40

8

52

Willem Jansen

36

8

63

Egbert Willemsen

36

8

65

Roel Collaart

36

8

55

Sibran Pietersen

30

6

53

Gaspard Rombout

25

6

55

Jacques Colaert

25

6

43

Rippert Rippertsen

24

4

51

Total

506

100

809

33Le calibre des canons n’est pas connu, mais les boulets devaient peser 4 à 6 livres, exceptionnellement 8 livres. Le tonnage et la construction de ces bateaux n’auraient pas supporté des calibres plus élevés. En dépit de la faiblesse relative de cette escadre, Van Wacken attaqua avec succès la flotte de pêche au hareng, protégée par quatre navires de guerre ; l’un fut coulé, un second brûla et les deux derniers, très malmenés, réussirent à s’échapper. Plusieurs dizaines de busses furent détruites. 200 autres, qui s’apprêtaient à appareiller, furent désarmées. Les Hollandais et leurs alliés anglais continuaient à jeter à la mer les marins des corsaires de la Flandre espagnole qu’ils capturaient. Les équipages furent particulièrement durs avec les pêcheurs hollandais, coupant l’oreille aux uns, jetant les autres à la mer. Pour empêcher une nouvelle sortie de l’armada, les Hollandais réussirent pendant l’automne à couler des flûtes chargées de pierres dans le chenal du port de Dunkerque. Cependant, le courant et la tempête détruisirent ces obstructions, et de février à mai 1601, trente prises furent déclarées à l’amirauté de Dunkerque.

34La violence au détriment des prisonniers se poursuivait dans chaque camp. Ainsi, en septembre 1600, Jacques Coalert, sur le Chat-qui aggrippe, navire de l’armada de Van Wacken, fut capturé, après un furieux combat, au cours duquel le mât fut brisé par un coup de canon. Les 38 survivants furent pendus en dépit des efforts de l’Amirauté de Dunkerque. Il est vrai que les hommes de Van Wacken avaient jeté par dessus bord une partie des Hollandais de la flotte harenguière. L’archiduc délivra alors une ordonnance secrète enjoignant à « tous les capitaines et gens de mer de couler à fond tous les vaisseaux anglais qu’ils ne pourront mener dans le port de Dunkerque et qu’au regard des Hollandais et autres rebelles, ils ne couleront pas seulement à fond leurs navires mais aussi leurs équipages, à moins d’en pouvoir tirer une bien grande et extraordinaire rançon ». Le 27 septembre 1601, le capitaine du navire, armé par la ville pour protéger le commerce dunkerquois, vint rendre compte au magistrat qu’il avait ainsi jeté à la mer 62 marins hollandais. Cette brutalité choqua les bourgeois dunkerquois qui ignoraient l’ordonnance de l’archiduc.

  • 18 H. Malo, Les corsaires dunkerquois, tome 1, p. 124-26, 225-27et 249-251.

35Néanmoins, tous les marins hollandais ne subissaient pas ce sort, puisqu’en 1599, le montant des rançons pour la libération des prisonniers se monta à 336 940 florins, en 1600 à 145 650 florins, et en 1601 à 298 950 florins. Le 5 juillet 1602, l’archiduc entreprit le siège d’Ostende, encore aux mains des Hollandais, dont les corsaires ruinaient la pêche et le cabotage dunkerquois. Pendant le siège qui devait durer plus de trois ans, l’archiduc acheta leurs prisonniers aux armateurs particuliers, les payant mi en argent, mi en canons. Il leur proposa de servir à bord des navires de l’armada moyennant serment de fidélité. Ceux qui refusèrent furent envoyés sur les galères de Spinola, de même que les « hérétiques ». Lorsque les galères étaient désarmées, ou avaient leur équipage complet, les prisonniers étaient gardés dans la prison de Dunkerque, petit bâtiment très insalubre où ils furent jusqu’à 180 : « Ils meurent ou languissent quasi de vermine, froidure ou autre nécessité... ». Les plus riches échappaient à ce sort en payant rançon. Ils pouvaient, dans certains cas, être logés chez les particuliers18.

36Diericksen, nommé vice-amiral et commandant de « l’escadre des Archiducs », nouveau nom donné à l’armada de Dunkerque depuis l’avènement d’Albert et d’Isabelle, s’illustra particulièrement contre les vaisseaux hollandais du blocus. En 1602, alors qu’il naviguait isolément, Diericksen fut attaqué par 14 navires ennemis. Il fut contraint de s’échouer et parvint à s’échapper à pied avec son équipage. Il prit sa revanche le 9 mai. A la tête de 10 navires, Diericksen s’empara de 7 bâtiments anglais, puis d’un navire chargé de drap. Ce dernier permit d’habiller à neuf tous les hommes de l’armada. A la mort d’Elisabeth 1re en 1603, son successeur, Jacques 1er, signa immédiatement la paix avec l’Espagne. Philippe III chercha alors à renforcer les Flandres, car en 1603, les archiducs, financièrement épuisés, n’équipaient plus que 6 navires, puis 5 en 1604 et 1605.

37Le 24 mai 1605, Pedro de Zubiaur quitta Lisbonne avec 8 gros vaisseaux et deux frégates, pour conduire à Dunkerque un tercio de 2 400 soldats. Il reçut le renfort de quatre navires de l’archiduc, mais les forces espagnoles furent interceptées par 80 navires hollandais commandés par l’amiral Haultain, chargé du blocus de Dunkerque. Les Espagnols perdirent deux vaisseaux, 6 capitaines et 400 hommes et l’équipage du Saint-Jean de Dunkerque jeté par dessus bord. Les autres navires se réfugièrent à Douvres. Le novembre, Diericksen fut intercepté à son tour. Il mourut frappé d’un coup de lance au cours d’un abordage contre le Hollandais Moy-Lambert. Son équipage était fort de 126 hommes. Les 89 survivants acceptèrent de se rendre contre promesse de vie sauve. 60 d’entre eux, conduits à Enkhuisen et Amsterdam, furent pendus, les autres réussirent à s’évader. Dans le cas du Saint-Jean, comme de celui des matelots de Diericksen, il s’agissait de navires de guerre. En dépit de ces pertes, en 1606, l’armada mobilisa encore dix vaisseaux qui s’emparèrent de nombreuses busses de pêche, de navires marchands et même de neutres.

  • 19 H. Malo, Les corsaires dunkerquois, op cit., p 227-8 et p. 230-31.

38En 1600, le dixième et le tiers des Archiducs sur les prises s’élevèrent à 16 115 livres, chiffre médiocre qui s’explique parce que l’essentiel des moyens furent consacrés à la destruction de la flotte de pêche hollandaise. Du 7 juin 1600 au 7 juin 1606, le prélèvement du dixième et du tiers des Archiducs sur les prises atteignit, pour leurs seuls navires, 428 119 livres et les droits sur les prises des particuliers 160 669 livres. Il faut y ajouter le montant des prises vendues en Espagne, chiffre non connu. De juin 1606 à juin 1607, trois navires des archiducs produisirent pour 5 870 livres. Pendant le même laps de temps, 7 corsaires de Jean Gamel, deux de Van de Walle, et un de Laurent de Niélis, en firent pour 10 720 livres19. Ces chiffres pour être non négligeables, témoignent d’un déclin de l’activité corsaire, quelle fut pratiquée par les navires de guerre ou par les corsaires privés, jusqu’a la signature de la Trêve. A partir de 1598, Philippe III avait attribué le dixième et le trentième des prises faites dans les Flandres, plus les « droits d’attache » à l’armée navale des Flandres et aux services de l’amirauté de Bruxelles. Encore fallait-il que la liquidation des prises fut faite !

  • 20 Ibidem, p 256-265 ; voir également R. Baetens, Organisation et résultats..., art. cit., p. 5. et L. (...)

39Marins et officiers se plaignaient de la lenteur que les fonctionnaires espagnols déployaient pour juger les prises. A Dunkerque, le conseil se réunissait en théorie le mardi, le jeudi et le samedi de 9 heures à 11 heures et de 15 heures à 17 heures. Les juges étaient tenus d’assister aux réunions, ou ils perdaient leurs indemnités de vacation qui se montaient à un florin par jour. Conséquence des doubles juridictions entre Dunkerque et Bruxelles et des appels, le retard portait en moyenne sur plusieurs années, pour les parts de prises des marins du roi, comme pour celles des armements particuliers. S’y ajoutaient la gabegie et la corruption bien expliquées par H. Malo20.

40Au début du XVIIe siècle, les deux camps étaient financièrement épuisés. A Dunkerque, le Magistrat, cependant lui-même armateur en course, ne disposait pas de ressources suffisantes pour entretenir le port et curer le chenal. Un premier armistice fut signé par les archiducs espagnols en avril 1607, puis rompu en août 1608, mais avec l’arbitrage d’Henri IV, une trêve, conclue pour douze ans, fut finalement signée le 9 avril 1609, mettant temporairement fin à près de 60 ans d’hostilités.

  • 21 R.A. Stradling, « Les corsaires dunkerquois... », art. cit.

41Il est difficile de déterminer le nombre annuel des armements corsaires de Nieuport à Gravelines. Certains auteurs, tel Lemaire, s’appuyant sur H. Malo, affirment que, de 1598 à 1607, on dénombra 52 navires corsaires dunkerquois, dont 30 armés chaque année. Certes, à Dunkerque, un corsaire naviguait en général plusieurs années avant de se faire prendre, mais ce nombre de navires semble trop faible par rapport à celui des armements. Il est plus vraisemblable qu’il faille dire 30 bâtiments corsaires et 52 armements par les particuliers chaque année21. Il faudrait également connaître la durée des campagnes de course des navires des particuliers : deux, quatre ou six mois ? Un bâtiment, s’il était réarmé, pouvait faire plusieurs campagnes de course successives par an, au moins deux généralement, mais cela dépendait de la durée inscrite par l’amirauté sur la lettre de marque. Cette durée semble avoir été fixée au cas par cas.

  • 22 P.Villiers, Les Européens et la mer..., op. cit., p. 61-63.

42La présence d’une armada, pratiquant à certaines époques, une stratégie corsaire, est un des aspects très nouveaux de la guerre en Manche et mer du Nord au cours de la période 1580-1609. Cette nouveauté a été souvent mal perçue par les contemporains, puis par la plupart des historiens maritimes, qui ont confondu le plus souvent les deux types de course et ont attribué aux uns, les résultats de la stratégie des autres. L’armada basée à Dunkerque a beaucoup gêné le commerce et l’activité des corsaires hollandais. Cette armada, en combattant surtout les plus grands vaisseaux hollandais, permettait aux petits corsaires de Dunkerque et de Nieuport de s’emparer plus aisément des navires marchands ennemis. Néanmoins, une stratégie corsaire ne peut suffire à elle seule à remporter une guerre. Comme l’a montré A.P. Van Pliet, les pêcheurs hollandais ont souffert de l’armada de Dunkerque et d’Anvers, mais ils ont néanmoins poursuivi leurs activités. Le commerce hollandais par le Pas-de-Calais a chuté, sans que l’on puisse mesurer cette baisse avec exactitude, mais, à la même date, les négociants hollandais réussirent leur percée dans l’océan Indien. En 1595, les Hollandais armèrent une escadre qui prit pied à Bantam. Seuls 87 marins sur 249 revinrent au Texel mais, en 1598, 22 navires partirent pour l’océan Indien. Pour organiser la frénésie des armements vers l’océan indien, le Grand Pensionnaire Oldenbarnevelt regroupa les différentes compagnies en une seule, la Veregnigde Oost-Indische Compagnie, la V.O.C. avec un capital initial de 6,5 millions de florins, soit l’équivalent de 64 tonnes d’or. Pour éviter les corsaires de Dunkerque, ces navires passèrent par les Orcades, commençant ainsi une des plus belles aventures économiques et coloniales des XVIIe et XVIIIe siècles22.

43La guerre d’indépendance des Provinces-Unies a profondément bouleversé l’économie littorale de l’Aa à l’Ems. Dunkerque se tourna résolument vers la péninsule ibérique et le caractère profondément espagnol de la ville fut encore renforcé. Tout en restant flamand, le port se tourna de plus en plus vers l’Espagne et le Portugal. La guerre, en ruinant l’activité traditionnelle de pêche et de petit cabotage, a lancé Dunkerque dans la guerre de course pour plus de trois siècles. La brève reprise des années de paix ne suffit pas à réorienter la Flandre maritime espagnole vers la pêche et le cabotage. Dès la rupture de la Trêve en 1621, Dunkerque, Nieuport comme Ostende se lancèrent à nouveau dans la guerre de course. Les archives de l’amirauté de Bruxelles permettent de la mesurer pendant le conflit hispano-hollandais de 1621-1648 avec une bonne précision et de séparer les résultats de l’armada de ceux des corsaires privés.

Essai de mesure de la course à Dunkerque de 1621 à 1646

  • 23 L. Lemaire, Histoire de Dunkerque, op. cit., p. 133.

44Pendant la Trêve, les marins dunkerquois se tournèrent à nouveau vers la pêche. Le 24 avril 1615, à la demande du Magistrat, les archiducs confirmèrent l’exemption du hareng dunkerquois de tout tonlieu. Preuve d’un dynamisme certain, Jean Le Clerck, marchand anglais résidant à Dunkerque, arma à la pêche à la baleine en 1616, et son premier armement rapporta 93 tonneaux d’huile. L’année suivante, il équipa 7 navires avec un armateur de Rouen, nommé Lesturgeon. Les navires partirent pour le Spitzberg, mais ils se heurtèrent aux baleiniers hollandais. Ces derniers, protégés par quatre vaisseaux de guerre armés de 40 canons, les obligèrent à quitter cette région, et l’armement fut un échec23.

45Dès 1621, les hostilités entre l’Espagne et les Provinces-Unies reprirent, en grande partie à cause des Provinces-Unies qui multipliaient les provocations en mer du Nord, sur les côtes d’Espagne comme outre-mer. A la suite de la mort de l’archiduc Albert, le 13 juillet, l’Espagne se considéra comme rentrée en possession de ses provinces, et traita Isabelle non plus comme une quasi souveraine, mais comme une simple gouvernante des Pays-Bas espagnols. La direction du pays appartint alors à Madrid. Ce changement survint à la mort de Philippe III, auquel succéda Philippe IV. Agé de 16 ans, le nouveau roi accorda sa confiance à Lerma puis à Gaspart de Guzman, comte-duc d’Olivares. Ce dernier, énergique et intelligent, entreprit une réorganisation de l’administration, et tenta de réformer la marine et l’armée. Douze navires de guerre furent mis en construction à Dunkerque. Comme tout responsable de la Marine, Olivares tenta d’en réduire les dépenses tout en cherchant à en améliorer les résultats.

46Le conflit commença par une phase terrestre qui culmina avec le siège de Bréda en 1625. Le musée des Beaux-Arts de Dunkerque possède un très beau tableau de B. Peeters, représentant la ville d’Anvers célébrant cette victoire et montrant des navires de l’Armada couverts de pavillons. Bien que la reddition de la ville ait suscité de joyeuses acclamations dans toutes les possessions espagnoles, Philippe IV et Olivares considérèrent cette campagne militaire avec méfiance, car elle coûta énormément d’argent, d’hommes et de matériels. Elle imposa un très fort accroissement des « asientos de dineros », les crédits militaires, qui furent à l’origine de la terrible crise financière de 1627. Il devint clair que cette stratégie ne pouvait être poursuivie. Olivares et ses conseillers imaginèrent alors un autre type de guerre, basé sur les ressources maritimes de l’ennemi, et visant les grands ressorts de la puissance hollandaise. Paradoxalement, l’Espagne défia alors les Provinces-Unies là où elles semblaient les plus fortes : la guerre sur mer, la pêche et le commerce maritime.

47On l’oublie trop souvent, mais l’Espagne était encore une grande puissance maritime, particulièrement en Méditerranée et en Atlantique. Comme l’a bien montré Pierre Chaunu, les convois de galions chargés de l’argent des mines d’Amérique restèrent quasi - invulnérables jusqu’aux années 1660, à quelques exceptions près. L’ensemble des actions ennemies fit seulement perdre 62 galions de 1546 à 1650. Dès 1620, un vaste programme de reconstruction de la flotte de guerre atlantique : l'Armada del Mar Oceano avait été décidé. En 1622, un million de ducats par an, soit 15 % des dépenses de guerre espagnoles, fut affecté à la Junta de Armadas par Lerma, le prédécesseur d’Olivares, et une flotte de mer de 80 unités fut armée en Espagne même. En outre, pendant la Trêve, onze vaisseaux avaient été construits à Dunkerque, et Michel Jacobsen en avait reçu le commandement. En 1621, Dunkerque redevint la base et le quartier général d’une armada destinée à la guerre économique : attaque des convois et de la flotte de pêche. Les armements corsaires furent également encouragés à Ostende et Nieuport. L’année suivante, la construction dans les chantiers navals flamands d’une flotte de 20 frégates fut ordonnée par l’infante Isabelle.

48Jan Jocobsen, à bord du Saint-Vincent de l’armada de Dunkerque, sous les ordres de l’amiral Pedro de la Plesa, en compagnie d’un autre vaisseau espagnol commandé par Juan Garcia, affronta neuf hollandais commandés par le vice-amiral Herman Kleuter le 2 octobre 1622. Les trois vaisseaux avaient quitté Ostende vers onze heures du soir, et les Hollandais parvinrent à isoler Jan Jacobsen. Avec son équipage de 180 hommes, il se battit seul pendant treize heures, coulant un premier ennemi avant de se faire sauter avec un second bâtiment des Provinces-Unies. Les Hollandais avaient perdu plus de 400 hommes, cependant Herman Kreuter fut gratifié d’un collier d’or par les Etats-Généraux. Il avait promis « bon quartier » à la trentaine de survivants mais la plupart furent pendus.

  • 24 P. Daudruy, Familles de la marine, op. cit., généalogie Gaspard Bart, p. 102 et Agnès Jacobsen-Mich (...)

49Par mesure de représailles, le Magistrat de Dunkerque choisit 30 Hollandais prisonniers et les envoya au gibet. Cependant, au moins deux marins dunkerquois ne furent pas tués par les Hollandais : Cornil Jacobsen et Gaspard Bart, tous deux mousses. Jean Bart sera le petit-neveu de Gaspard qui navigua ultérieurement comme officier sur des navires de l’armada comme sur des corsaires. Il épousa Cornélie Dauwers, elle-même fille du capitaine corsaire René Dauwers. Gaspard mourut des suites des blessures reçues au combat naval du 15 février 1639. Jan Jacobsen avait une fille, Agnès, qui, le 30 janvier 1618, avait épousé en secondes noces, Michel Bart, oncle de Jean Bart. Michel Bart mourut quelques jours après le sanglant combat du 22 novembre 1644 qu’il livra comme officier corsaire contre sept frégates anglaises commandées par l’amiral Antoine Davery24.

50Le combat livré par Jan Jacobsen témoigne de l’extrême violence des affrontements entre les deux camps dès l’ouverture des hostilités. Les marins et les officiers dunkerquois, comme ceux de Nieuport ou d’Ostende, servirent alors soit comme marins du roi d’Espagne, soit comme matelots sur les corsaires flamands. Les travaux récents des historiens Roland Baetens et R.A. Stradling, confirmant ceux d’Henri Malo, permettent de dresser un tableau précis des résultats de la course dunkerquoise et de cet aspect méconnu de l’armada espagnole pendant la guerre de Trente Ans. Deux types d’actions doivent être totalement séparés en termes militaires, celles de l’armada, qui était composée de navires de guerre royaux et celles menées par les « corsaires des particuliers », comme le prouve le tableau suivant élaboré par R. A. Stradling :

  • 25 R. A Stradling, « Les corsaires dunkerquois et l’Espagne... », art. cit.

Prises ennemies menées par les corsaires et par l’armada dans les ports des Pays-Bas espagnols de 1629 à 163825

Prises ennemies menées par les corsaires et par l’armada dans les ports des Pays-Bas espagnols de 1629 à 163825

51Le nombre des captures faites par les capres varia de 106 à 252 selon les années alors que celui des prises faites par les navires de guerre espagnols baissa fortement jusqu’en 1634, avant de remonter à partir de 1636. En effet, la recherche des prises n’était pas la première mission de l’armada de Dunkerque. Sa priorité était le convoyage des transports de troupes : les « Tercios » envoyés pour renforcer les effectifs de l’armée des Flandres. La deuxième mission était, comme pendant la guerre précédente, d’opérer des raids de destruction contre la flotte de pêche hollandaise. Ces attaques furent très efficaces à partir de 1625, mais ne sont pas comptabilisées ici par R. A. Stradling. Ainsi, en octobre 1625, Francisco de Ribera avec une armada de 12 navires, détruisit de 140 à 185 harenguiers hollandais au large de l’Ecosse, dont 100 appartenant au seul port d’Enkhuysen. Les Hollandais avaient bien affecté une escadre de 20 navires pour bloquer Dunkerque, mais une tempête, soufflant du 23 au 26 octobre, dispersa cette flotte. Elle permit à l’armada de sortir sans encombre sous les yeux de l’Infante, qui séjourna dans la ville du 18 août au 6 novembre. A la suite de ce désastre, les Etats-Généraux promirent une prime de 4 000 à 30 000 florins par navire dunkerquois capturé, corsaire ou armada.

 

52Le tableau précédent recense les prises réellement conduites dans les ports des Pays-Bas espagnols. Roland Baetens a tenté d’ajouter aux navires capturés par l’armada et les corsaires, les navires coulés, afin de mieux appréhender les pertes réelles subies par les ennemis de l’Espagne de 1626 à 1637. Ses recherches confirment que les corsaires coulaient assez peu leurs prises.

  • 26 R. Baetens, « Organisation et résultats... », art. cit., p. 6.

Total des pertes infligées par les corsaires flamands et par les navires de l’armada des Archiducs (1626-1637)26

Total des pertes infligées par les corsaires flamands et par les navires de l’armada des Archiducs (1626-1637)26

(x) : Les chiffres sont des estimations provenant de la correspondance du greffier Penninck.

53En 1627, Francisco de Ribera commandait l’armada de Dunkerque. Il ne reçut qu’en octobre l’ordre d’appareiller avec 14 galions et trois pataches pour renforcer les Français de Richelieu qui faisaient le siège devant la Rochelle, mais prenant prétexte que les Anglais étaient revenus chez eux, il rebroussa chemin, préférant croiser en Manche. Cependant, Michel Jacobsen, lui aussi basé à Dunkerque, détruisit 50 navires de pêche au large du Groenland. Au cours de l’hiver, les Hollandais tentèrent d’attaquer Dunkerque, mais portèrent finalement leur action contre Gravelines. Ribera, renforcé par l’armateur particulier Van de Walle, qui fournit une dizaine de corsaires, les obligea à renoncer. Il divisa alors ses forces en deux escadres. La première, sous ses ordres, s’empara de dix-huit navires hollandais sortant des ports d’Angleterre, ainsi que de plusieurs navires anglais, ce qui amena le Parlement anglais à se plaindre à Charles 1er. Colaert, à la tête de la deuxième, prit treize marchands hollandais et brûla 70 barques de pêche.

54Louis XIII, victorieux à la Rochelle, fit alors sa paix avec l’Angleterre, bientôt imitée par l’Espagne. Les Provinces-Unies restèrent seules en lutte contre l’Espagne. En 1629, Pieter Heine « la terreur des mers des Indes » vint bloquer Dunkerque. Rombout sortit de nuit avec deux autres bâtiments de l’armada pour tenter de libérer le port. Il réussit à prendre le navire de l’amiral hollandais entre deux feux, et Heine « comme il étoit sur le haut du navire, au troisième boulet que les ennemis envoyèrent dans son vaisseau, il en reçut un à l’espaule qui luy emporta l’éperon et l’estendit mort sur la place ». Tromp, alors lieutenant, cacha aux Dunkerquois la mort de Heine et continua le combat. Renforcé par quatre navires, il obligea Rombout à amener son pavillon sous promesse de vie sauve. Le corps de Heine fut ramené à Delft, où il reçut des funérailles magnifiques. Rombout fut échangé.

  • 27 L. Lemaire, Histoire de Dunkerque..., op. cit., p. 140

55L’année suivante, l’armada, commandée par le comte Van Wacken, se heurta à une flotte hollandaise supérieure en nombre, et perdit sept navires. Son bilan au cours de l’année 1630 resta modeste. Les Hollandais tentèrent un débarquement à Mardyck mais furent repoussés par les canons du fort et par la cavalerie. En dépit des forces hollandaises consacrées au blocus, les capres dunkerquois se seraient emparés pour 12 millions de florins de navires et de marchandises de 1628 à 163027.

  • 28 J. Dams, « Michel Jacobsen et la flotte de Flandre, 1621-1632 » Revue des Amis du Vieux Dunkerque, (...)

56Le 16 août 1631, Michel Jacobsen reçut de Philippe IV le titre d'Amiral Général de l’escadre rassemblée dans le port de la Corogne. Il s’agissait d’une flotte de 26 navires, destinée à transporter des troupes d’infanterie espagnole en Flandre. En dépit des Hollandais, ce convoi arriva à Dunkerque fin octobre. L’amiral d’Aytona, Jean de Nassau et le prince de Barbançon avaient fait construire depuis 1629 des chaloupes et des pontons afin de s’emparer de Berg-ob-Zoom. L’opération échoua lamentablement les 11 et 12 septembre 1631. En dépit du brouillard, les navires hollandais coulèrent la plupart des chaloupes, faisant plus de 4 000 prisonniers. Sur le plan maritime, le succès des corsaires ne se démentit pas. Plus de 34 furent lancés en 1632. L’amiral Michel Jacobsen retourna en Espagne en juin 1632 à la tête de trois vaisseaux. Dans des circonstances encore obscures, il livra un combat où il trouva la mort, probablement le 19 juin et fut enterré en Espagne. Fermin de Ochoa prit alors le commandement des trois galions dunkerquois. L’année suivante, un des fils de Michel Jacobsen, Charles, fut promu capitaine de galion à la demande de Jacques Colaert en considération de sa vaillance et « des signalés services rendus par l’amiral Jacobsen »28.

57Les marchands néerlandais s’associèrent alors pour armer à leurs frais neuf vaisseaux de guerre. L’un fut confié à Cornil Janssen, surnommé Haen (le Coq) qui s’attaqua avec succès aux Dunkerquois. Mathieu Rombout l’affronta, avec, sous ses ordres, une frégate de 17 canons et 130 hommes, et une autre de 14 canons et cent hommes. Au terme de trois heures de canonnade, les Dunkerquois renoncèrent, l’un de leurs navires avait coulé et l’autre fortement endommagé, mais Cornil Janssen et la plupart de ses officiers trouvèrent la mort dans cette bataille navale qui témoigne, là encore, de la violence de ces affrontements. Le 3 décembre 1632, le greffier Pennincq notait : « le capitaine Cornille de Harde, armé par le baron d’Esclebecque, dix autres particuliers et deux galions de l’armada sont à la mer ». Les navires de Van de Walle furent très actifs faisant « quatre prises, chacun navire de 20, 30, 50 et 60 tonneaux de vin de Bordeaux, pris par Jaspar Bart, Jacob Prey, en compagnie de Jean Verclytte et Jean de Vriendt ».

58Cependant, le capitaine Antoine Perez, corsaire particulier, « a été chassé sur la côte d’Angleterre par quatre navires des Etats sur le sable d’où ils l’ont retiré et emmené en Hollande mais les gens se sont sauvés à terre excepté deux qui pensant faire de même mais ne sachant nager se sont noyés », tandis que Pierre Qierlinck, lui aussi particulier, était bloqué à Portsmouth par deux autres navires de guerre ennemis. Diericksen s’empara d’une flûte de 100 lasts, chargée de 600 quartels de vin et armée de six canons « à la vue de quatre navires des Etats » et parvient à Ostende après une course poursuite où plus de 100 coups de canons furent tirés avec « un seul matelot tué et six blessés entre lesquels se compte ledit capitaine qui a la jambe percée d'une petite balle de canon, un autre matelot a eu les souliers du pied emportés sans être blessé... ». Les navires de l’armada, commandés par Jacques Colaert, rentrèrent avec trois belles prises. D’après nos calculs, 23 prises furent faites au cours du mois de décembre. Le greffier Pennincq pouvait, à juste titre, envoyer cette lettre triomphale au conseil des prises de Bruxelles : « Vous verrez la moisson des prises, et par raison riches, qu'ont faites les navires de guerre de l’armada et les particuliers... Je puis vous assurer qu’un camp entier ne pourrait donner plus d’altération à l'ennemi que cette armada si elle fut entretenue et n'a chose en tout le règne dont l’éclat des armes de Sa Majesté reçoit plus de lustre car cette renommée court jusqu’aux Indes par toute la mer où il y a trafic et navigation ».

59En juillet 1633, Pennincq envoya un « sommaire de toutes les prises et exploits en mer effectués par les navires de guerre particuliers et l’armada au cours de l’année 1632 » à Dunkerque. Les particuliers firent 317 prises dont 184 sur les Hollandais et 21 coulées ou incendiées au combat. 47 furent faites sur les Français et les Anglais et 11 restitués aux premiers et 8 aux seconds. L’armada en fit 36 dont 6 coulées au combat. Deux furent restituées et quatre étaient encore en litige. 1632 fut ainsi incontestablement la meilleure année de cette période.

  • 29 « Correspondance de Jean Pennincq, greffier du siège de l’amirauté de Dunkerque », janvier – juille (...)

60En dépit de cette conjoncture favorable, les crédits affectés à l’armada étaient toujours insuffisants et les armements se faisaient à coup d’expédients. En outre, les litiges avec Boulogne s’aggravèrent, portant sur des dettes non réglées comme sur des litiges sur des prises. Les Boulonnais saisirent les bélandriers qui venaient charger à Boulogne des pierres de carrière destinées aux édifices religieux de Nieuport et de Dunkerque : « Six bélandriers de Saint-Omer, Nieuport et Dunkerque se détiennent à Boulogne sous forme de représailles, dont quatre ont levé leurs navires sur prises de caution mais deux n’ayant trouvé moyen de ce faire y demeurent et se consument en frais, dépends et dégâts, par dessus l'intérêt que ces pauvres gens pâtissent n’ayant d’autre commodité de gagner la vie à leur femme et enfants... »29

61Le 4 février 1633, six navires de l’armada et quatre de Van de Walle ramenèrent trois navires de la compagnie des Indes, deux de 26 et de 14 canons, au prix de 20 blessés, mais en mars et en avril, les corsaires de Van de Walle rentrèrent tous bredouilles, tandis que les trois navires de guerre armés à Nieuport furent capturés et conduits à Rotterdam. En mai, deux navires de Van de Walle furent capturés par les Hollandais dans le port des Dunes en Angleterre. La conjoncture se dégrada sensiblement, d’autant qu’une épidémie de peste s’abattit à nouveau sur la ville. Le vice-amiral de Wacken mourut également cette année-là, un mois plus tard, son successeur Antoine Meny mourait à son tour. L’archiduchesse Isabelle, âgée de 78 ans, mourait en décembre, et la Flandre redevint alors totalement une province espagnole. Les résultats des corsaires s’améliorèrent en 1634, mais surtout l’année suivante.

62En janvier 1635, le marquis de Fuentes visita l’escadre de Dunkerque, suivi par le cardinal Infant et le marquis d’Aytona. Le 8 février, la France et la Hollande signèrent un traité d’alliance offensive et défensive. Les hostilités entre la France et l’Espagne commencèrent le 16 mai. En dépit d’une escadre de quinze vaisseaux hollandais, renforcée par des navires français, les corsaires firent de nombreuses prises. L’armada s’attaqua alors à la flotte de pêche harenguière, comme le nota, le 31 août, le greffier Jean Pennincq : « A cet instant arrive le capitaine Pierre Pauwels de la mer, sorti avec les autres galions de l'Armada, amenant 46 prisonniers, rapportant que le 17 de ce mois, l'Armada rencontrait une flotte de busses allant à la pêcherie avec un navire de guerre de convoi avec 39 pièces [de canons] duquel l’armada s’est emparée tout premier et par forme de bienséance, puis a encore pris 74 busses qu’ils ont tant brûlées que mis au fond, dont ils ont détenu tous les prisonniers, excepté les garçons qu'ils ont renvoyé... ».

  • 30 Ibidem, janvier - juillet 1635, RSDHA, 1991.

63La lettre suivante nous apprend que 15 autres busses furent détruites sur le Dogger-bank, à la vue de six navires de guerre ennemis. Le 25 août, l’armada rencontra 20 navires de guerre hollandais et engagea le combat avant de se replier à Dunkerque avec 775 prisonniers. La correspondance de Jean Pennincq permet donc de majorer les chiffres de R. Baetens de quelques unités30. Au total, plus de 700 « busses » hollandaises furent ainsi anéanties de 1625 à 1635. Il s’agit ici d’une stratégie de destruction du potentiel hollandais, et non d’une stratégie corsaire, c’est-à-dire de capturer des navires pour les revendre avec le plus de profit possible.

64L’armada avait cependant le droit de s’emparer des navires ennemis pour les revendre, mais seulement en troisième mission. Le tableau de R. Baetens montre bien à quel point la stratégie de l’armada et celle des corsaires flamands étaient différentes. Les corsaires cherchaient à ramener le plus possible de prises ou de rançons dans un port, alors que l’armada pratiquait indifféremment la destruction ou la simple capture. Il en sera de même sous Louis XIV pour l’escadre du roi de France basée à Dunkerque. En outre, l’armada avait mission de s’attaquer de préférence aux vaisseaux de guerre hollandais. Les corsaires flamands suivaient volontiers l’armada car ils en profitaient pour s’emparer des navires de commerce, tandis que l’armada combattait les navires de guerre ennemis. L’escadre prit alors le nom d'Armada de Dunkerque.

  • 31 J.Alcala-Zamora y Queipo de Llano, Espana, Flandesy el Mar del Norte, 1618-39, Barcelone, 1975.

65De 1635 à 1642, les archives de l’amirauté de Bruxelles sont discontinues. Mais un rapport de l’Amirauté de Dunkerque note 157 prises pour 1638, dont 91 cas avec le tonnage connu, soit 13 000 tonneaux. Il est donc certain qu’il faut réévaluer les chiffres de R. Baetens31.

66Les tableaux précédents (cf. notes 25 et 26), et le tableau ci-après, montrent que les résultats combinés des corsaires des Pays-Bas espagnols et de l’Armada dunkerquoise furent donc impressionnants : 1 880 navires capturés jaugeant 209 448 tonneaux pour 1629-1638. R.A. Stradling propose 2 114 navires pris pour 1627-1638 et 250 000 tonneaux. A titre de comparaison, la flotte de commerce anglaise vers 1615 était estimée à 120 000 tonneaux et celle de la France à 110 000 - 130 000 tonneaux (Méditerranée inclue). Ces résultats additionnent prises et rançons. Un navire rançonné recevait un sauf conduit qui durait quelques semaines. Il pouvait, et le cas fut fréquent, être rançonné lors de voyages ultérieurs. Une prise pouvait également être rachetée par des neutres, et être revendue ensuite aux Hollandais. Néanmoins, l’importance du nombre des captures obligea les Provinces-Unies à construire de nombreux navires de commerce et à organiser un système de convois complexe et coûteux. Ce bilan aurait pu être encore plus lourd pour la Hollande si de nombreux navires capturés par les Dunkerquois n’avaient pas été repris par les Hollandais puis les Anglais, voire les Français, qui, tous, participaient au blocus de la Flandre espagnole.

  • 32 R. Baetens, Organisation et résultats..., art. cit., tableau p. 7. 1 florin carolus = 20 patards, = (...)

Valeur des captures faites sur les Provinces-Unies de 1626 à 1634 dans les amirautés de Flandre (en florins carolus)32

Années

corsaires

Armada

Total

Nov. 1626-27

456 079

422 171

878 250

1628

985 201

791 686

1 777 887

1629

1 342 544

502 337

1 844 881

1630

1 670 073

240 911

1 910 984

1631

1 083 071

508 586

1 591 657

1632

1 425 081

193 475

1 618 556

1633

756 079

354 442

1 110 521

1634

600 000

61 756

661 756

Total

8 318 128

3 065 364

11 383 492

67Ramené au mois, le bilan de la course dunkerquoise varia de 12 à 25 navires capturés par mois. La meilleure année connue fut l’année 1632 avec 252 prises pour la course privée, et l’année 1629 avec 55 prises pour l’Armada. Les résultats des corsaires et de l’armada sont très différents par le nombre, mais également par le tonnage et par la valeur des captures. Les premiers s’emparent de 1 593 navires, et les seconds de 287 bâtiments seulement, soit un rapport de 1 à 5,5, mais, en tonnage, le rapport n’est plus que de 3,7. R. Baetens a également calculé la valeur respective des captures faites par l’armada et les navires particuliers au détriment des Provinces-Unies de 1628 à 1634.

68Il apparaît clairement que l’armada captura surtout les vaisseaux de guerre ainsi que les navires les plus riches, navires coloniaux ou de la Baltique, ceux qui naviguaient le plus souvent en convois fortement armés, alors que les Dunkerquois prirent principalement des petits caboteurs et des petits harenguiers. Au cours des huit années ci-dessus, 1 499 navires furent rançonnés ou saisis par les amirautés de Flandre et vendus pour une somme totale de 11 383 492 florins, dont 73 % pour les corsaires, mais l’armada avait coulé le double de navires, (les navires coulés ne sont pas compris dans ces résultats). Sont inclues dans ces nombres, les prises faites sur les Anglais. Selon R. Baetens et H. Malo, elles représentèrent un maximum de 19 % en 1631. Une étude portant sur la nationalité de 284 prises faites de 1630 à 1634 montre que 68 furent anglaises, 20 françaises et 196 hollandaises, soit respectivement 24 %, 7 % et 69 %. Le faible nombre des prises d’origine française s’explique car la France était encore neutre.

  • 33 « Correspondance de Jean Penninck, A Dunkerque, lettre 156, juin 1635, et lettre 173, septembre 163 (...)

69L’entrée en guerre de la France contre l’Espagne amena un nouveau terrain de chasse pour les Flamands, comme l’illustre la correspondance de Jean Penninck. Ainsi, deux bélandres de Calais furent capturés en mai 1635 en dépit d’une flotte française de 15 vaisseaux croisant en Manche. En juin, les corsaires dunkerquois firent 9 prises en trois jours, et 13 autres les jours suivants. 120 prisonniers furent conduits à Dunkerque, et cent autres libérés « retenant seulement les maîtres de navires ». Il s’agissait surtout de caboteurs mais aussi de pêcheurs de Dieppe, de Boulogne ou de Calais. Furent également pris des navires à leur retour de Terre-Neuve. Aux navires français, s’ajoutent les navires anglais, et surtout hollandais, qui commerçaient avec la France. La mention « vin de Bordeaux » est très fréquente. On trouve également « vins de Paris et d’Orléans ». Un des vaisseaux du roi de France, le La Rochelle tomba aux mains des Dunkerquois. Abraham Duquesne Ier, le père du futur vainqueur de Ruyter, fut blessé à mort devant Dunkerque et ramené agonisant dans la ville où il fut enterré. Avant la reprise de la guerre, de nombreux Normands et Bretons servaient sur les capres. La plupart rentrèrent en France. En septembre, trois pêcheurs de Calais furent pris avec 21 hommes d’équipage. Ils furent rapidement libérés, car un cartel d’échange fut établi avec Dunkerque33.

70Dans ce bilan, ne sont pas comptées les prises faites sur les ennemis, mais « reprises » ultérieurement, leur grand nombre montre cependant l’efficacité des navires du blocus à certaines périodes. Les lettres de Jean Pennincq comportent de multiples mentions de prises « reprises » par les Hollandais ou les Français. Ainsi, en août 1635 « trois navires [corsaires de Dunkerque] ont fait diverses prises dont quatre reprises par l’ennemy et deux pillées et laissées partir, de sorte que le tout est peu ou rien... ». Il en avait été de même le 16 mars de la même année : « est arrivé en ce havre, capitaine Jean Saulx amenant quatre prises de 40 jusqu'à 60 lasts, toutes chargées de charbon, dont deux sont reprises par l’ennemy à la vue du fort de Mardick et une autre chassée sur le sable proche de Gravelines, la quatrième seule entant entrée à bon port ».

  • 34 Ibidem, Dunkerque lettre 164, 10 août 1635. idem, lettre 142 et 144, 16 mars 1635 et 18 mars 1635.

71Lors de ces « reprises », l’équipage de prise était généralement capturé. Ainsi, ce même mois de mars 1635, l’armada commandée par Colaert, forte de 13 galions et 7 frégates, s’empara de quatre Hollandais, qui avaient chargé à Bayonne des vins et de la laine pour 200 000 florins. Trois de ces prises furent recapturées dont l’une « venant vers le fort, a été reprise par l’ennemy et menée à Flessingues avec 36 prisonniers qui sont les premiers [pris] depuis l’échange, mais nous en avons assez d’autres pour les délivrer par échanges particuliers, qui est le remède pour les secourir ». Comme le note ici Jean Pennincq, les équipages de corsaires et de l’armada étaient généralement assez rapidement échangés, grâce aux prisonniers qu’eux-mêmes ou les autres corsaires, avaient fait précédemment, changement notable par rapport aux années 1580-160034.

  • 35 P. Villiers, Ph. Jacquin et P. Ragon, Les Européens et la mer. ; op. cit., p.42.

72Si les Hollandais tentaient de bloquer Dunkerque, les bancs de sable et la météorologie favorisaient les Dunkerquois. En octobre 1625, une terrible tempête envoya par le fond 30 navires de la force de blocus anglo-hollandaise. En outre, les Hollandais devaient envoyer chaque année de puissantes flottes en Océan Indien avec la V.O.C., en Méditerranée et surtout en Atlantique pour soutenir la West Indische Compagnie (Compagnie hollandaise pour les Indes occidentales), qui tentait de conquérir le Brésil. 12 à 30 vaisseaux de guerre appareillaient chaque année pour les Antilles et l’Amérique du Sud. De 1621 à 1634, la W.I.C. expédia 800 navires en Amérique. En 1624, les Hollandais s’emparèrent de Bahia au Brésil et remportèrent leur plus grande victoire dans la baie de Matanzas, à l’est de La Havane. Ils s’emparèrent des galions de la flotte d’argent de Vera-Cruz dont la valeur fut estimée à 15 millions de florins. La W.I.C. put ainsi distribuer ses premiers dividendes. Ce déplacement des navires de guerre hollandais dans l’Atlantique leur permit de faire également de nombreuses prises sur les navires ibériques. 547 navires espagnols ou portugais valant 8 millions de florins furent capturés de 1623 à 1636 (soit 39 par an). Il en résulta une baisse du commerce transatlantique espagnol qui passa de 40 000 tonneaux vers 1635 à 30 000 tonneaux dix ans plus tard35.

73Les Hollandais remportèrent leurs plus grands succès sur la côte américaine de 1630 à 1640. Ils s’emparèrent de Tobago, Saint-Eustache et Curaçao de 1631 à 1634, et s’implantèrent au Brésil en 1637. De son côté, la jeune flotte française opéra surtout en Méditerranée. Ce n’est qu’en mai 1637 que l’archevêque de Bordeaux, le marquis de Sourdis, reprit les îles de Lérins, près d’Antibes, où les Espagnols avaient débarqué en 1635. Sur les côtes de l’Atlantique, Sourdis battit le 22 août 1638 l’escadre espagnole de La Corogne, commandée par Lopès de Hoces, mais les troupes françaises qui faisaient le siège de San Sebastian se débandèrent quelques jours plus tard. Le 22 juillet 1640, au large de Cadix, Maillé-Brézé remporta la victoire mais le convoi d’Amérique lui échappa. La flotte française se concentra ensuite en Méditerranée, livrant surtout des batailles de ravitaillement à Tarragone et à Barcelone, et appuyant l’action des troupes terrestres. Elle joua ainsi un rôle de diversion qui favorisa les soulèvements du Portugal et de la Catalogne en 1640. Elle chercha également à défendre une flotte de commerce de 120 000 à 150 000 tonneaux, soit l’équivalent de la flotte anglaise.

  • 36 Cité par R. Baetens, Organisation et résultats..., art. cit., note 48.

74Pour les caboteurs espagnols, il devint illusoire d’espérer aller aux Pays-Bas espagnols sans être pris, sauf en passant dans les eaux anglaises, l’Angleterre restant le plus souvent neutre vis-à-vis de l’Espagne, avant de déclarer ultérieurement la guerre à la Hollande. Le cabotage sous pavillon espagnol, à l’exception des convois escortés par l’armada, disparut presque complètement au profit des neutres. Le rôle de la course devint donc encore plus vital pour la Flandre espagnole. L’armada joua cependant un grand rôle jusqu’en 1639, comme le montra, en 1635, la destruction du convoi de 150 busses par Colaert. Cette année-là, les pertes hollandaises se montèrent à 2 millions de florins. De 1631 à 1637, les pêcheurs de Maasluis auraient perdu 200 bateaux, évalués à un million de florins36.

  • 37 H. Malo, Les corsaires..., op. cit., p. 326-327.

75En 1636, Jacques Colaert, alors capitaine de vaisseau, s’empara de l’amiral hollandais Haute Been mais il fut à son tour capturé par Evertsen au large de Dieppe lors de l’attaque de cinq navires hollandais. L’année 1636, outre le combat mémorable entre Colaert et Evertsen au large de Dieppe, vit également des affrontements violents entre Calaisiens et Dunkerquois. Les 14, 15 et 18 janvier, les frégates armées à Calais par le comte de Charost enlevèrent six navires espagnols richement chargés37.

  • 38 « Correspondance de Jean Pennincq... », lettres 269 à 275, janvier à février 1637. RSDHA, 1995. Par (...)

76Colaert fut échangé en juin. Le roi d’Espagne le nomma alors chevalier de Saint-Jacques puis le promut Amiral de Flandre le 16 mars 1637. En 1637, les Hollandais avaient prévu d’attaquer Dunkerque mais le prince d’Orange, jugeant le projet trop hasardeux, préféra attaquer Bréda. Sortie en décembre 1636, l’armada de Dunkerque ne fit que 5 prises en janvier, pour 10 faites par les particuliers. « Le marquis de Fuentes fut assez étonné qu'ils n'ont pas fait plus grand nombre de prises mais disent que tempêtes et orages en sont cause ». En février 1637, l’armada, commandée par Michel de Horne, s’empara cependant d’un convoi de 12 prises et des deux navires d’escorte armés de 28 et 22 canons. En mai, la vente de ces 12 prises rapporta 200 000 florins38.

  • 39 Ibidem, lettre 285, mai 1637.
  • 40 R.A. Stradling, Les corsaires dunkerquois..., art. cit., p. 27.

77L’armada rentra réparer le 15 mars mais avec un maigre butin. Au retour, le 25 mai, quelques semaques avaient été prises et trois navires pêcheurs avaient été coulés, piètre résultat, bien que les vaisseaux aient « durant leur voyage été continuellement aux côtes de Hollande, cherchant rencontre de navires marchands et navires de guerre, tellement qu'en cas que les navires des Etats eussent eu désir de les trouver, ils ont eu assez d’avis et d'adresse pour les trouver ».39 Jean Pennincq sous-entend ici que les navires de guerre hollandais n’avaient pas recherché l’affrontement. Dans sa correspondance, on peut identifier pour janvier à avril, 65 prises, dont 27 faites par l’armada, plus 18 rançons faites par les corsaires particuliers. En août, selon R. A. Stradling, l’armada commandée par S. Rodriguez s’empara ou détruisit plus de 100 busses. Les chiffres de Baetens pour 1637 : 59 navires pris par les corsaires et 21 par l’armada doivent donc être réévalués40.

  • 41 J. Dams « Un mémoire de l’amiral Jacques Colaert au gouvernement espagnol », Revue des Amis du Vieu (...)

78Aux Provinces-Unies, de nombreuses voix s’élevèrent pour protester contre les prises faites par les Espagnols. Les députés des Etats-Généraux reconnurent en décembre 1636 que « les Etats de Hollande et de Zélande souffrent de notre propre négligence et du peu de soin qu'on apporte à la défense de la mer, de la pêche, du trafic et du commerce dudit sel qui disparaîtront en grande partie de ce pays et s’installeront dans d’autres pays neutres.... parce qu’on ne défend pas correctement la mer et les habitants de ces pays contre la puissance des Dunkerquois... C’est pourquoi beaucoup de villes ont résolu de ne plus consentir de nouveaux subsides ni d’accorder les aides jusqu’à ce que l’on ait pris des mesures plus efficaces... ». Jacques Colaert, ayant appris cette crise, formula alors un plan d’attaque des Provinces-Unies, s’appuyant sur son expérience à l’armada de Dunkerque, et sur l’efficacité des capres de la Flandre espagnole41.

Quelle armada et quelle stratégie à Dunkerque ? Le mémoire de l’amiral Jacques Colaert du 30 mars 1637

  • 42 In José Alcalà-Zamora y Quiepo de Liano, Espana, Flandes y el Mar del Norte, 1618-1639. Ce rapport (...)

79Jacques Colaert, se trouvant en Espagne, où le roi venait de le promouvoir amiral, présenta alors un rapport à Madrid le 30 mars 1637. Il répondait à une demande royale sur le rôle et les besoins de la flotte de guerre basée à Dunkerque et sur les améliorations à apporter au port et à la citadelle42. Se fondant sur sa connaissance de l’économie des Provinces-Unies et sur les difficultés économiques mentionnées ci-dessus, le nouvel amiral fit un bilan des forces présentes dans les Flandres. Il proposa d’attaquer le commerce maritime hollandais plutôt que de livrer de grandes batailles navales. Ce mémoire était particulièrement novateur.

80Deux décisions s’imposaient en premier lieu : la construction d’un fort et l’approfondissement de la rade de Dunkerque : « Pour en revenir au creusement d’une souille ou à l’approfondissement de la fosse de Dunkerque afin que les galions de Sa Majesté puissent y entrer et être toujours à flot, sans échouer sur le sable comme cela se passe à présent deux fois par 24 heures, ce qui entraîne la rupture de leurs membrures de sorte que les navires ne peuvent jamais prendre la mer sans faire eau, et la diminution de leur solidité, au point qu’au lieu de durer 20 années, ils ne peuvent servir pendant plus de 10 ans, au cours desquels il faut faire des dépenses excessives de réparations et de radoub. Le bon sens montre suffisamment la nécessité d’entreprendre ses travaux, S. M. épargnera ainsi de très grosses sommes parce que les galions seront protégés contre les dangers des longs voyages et des tempêtes... ».

  • 43 Le banc Vuylbaert se trouvait entre le Scheurten et le Braaks.

81« En ce qui concerne la construction d’une batterie ou d’un fort sur le banc Vuylbaert43, il apparaît aussi quelle sera d’une grande utilité parce que, en dehors du fait que cet ouvrage servirait d’abri aux galions de S. M. et des particuliers, tous les navires marchands amis trouveraient une protection et un port sûr pour déposer et vendre leurs marchandises et au contraire les Hollandais ne pourraient jeter l’ancre devant le port de Dunkerque comme ils en avaient l’habitude.

82Ce serait en effet apporter un atout de poids pour rendre à la province de Flandre le trafic qui en est détourné par la réputation qu'ont les forces maritimes des Hollandais, dit-on, de bloquer et d’assiéger les ports de la côte de Flandre ; et à dire vrai, aujourd’hui ce trafic est un peu moindre pour les navires marchands, parce que tous les ports en question sont des ports de marée qui n’ont suffisamment d’eau qu’une heure par jour pour permettre aux navires d’y entrer ; il est très difficile de se satisfaire de ce temps réduit ; toute erreur est fatale parce que les Hollandais croisent et louvoient sans cesse le long de la côte et attaquent nos navires dès qu’ils les voient mouiller ou sortir du port... ».

83« Mais s’ils avaient la protection du fort, ce serait le contraire qui se produirait, car, étant donné que la route ordinaire qu’on prend pour aller et venir à l’Ouest et à l’Est est la même que pour Dunkerque, en arrivant à sa hauteur, les navires pourraient facilement infléchir leur route pour se glisser vers ledit port sous la protection du fort où ils pourraient arriver à toute heure du jour et de la nuit et jeter l’ancre pour entrer ensuite à Dunkerque à leur aise... ».

84L’amiral souligna ensuite le prix relativement modique d’une telle mesure : « l’approfondissement de la fosse et la construction du fort ne coûteraient pas plus de 40 000 escudos ». Il ajouta que Bergues-Saint-Winoc et le Comté de Flandre accepteraient de prendre en charge une partie de ces dépenses car « on ouvrirait ainsi la porte au trafic, ce qui est une bonne fortune pour les républiques, car c’est le labeur de celles-ci qui rend les provinces pauvres en ressources naturelles égales aux plus riches d’entre elles, comme on le voit chez celles qui parmi les rebelles ont plus d'argent que l’Espagne ».

85Cette apologie de l’économie mercantiliste, étonnante au premier abord dans la bouche d’un amiral, se comprend beaucoup mieux si l’on se rappelle que ces capitaines flamands étaient tous issus de la bourgeoisie marchande. Elle témoigne de la hauteur de vue de Colaert, qui apparaît ainsi non pas comme un obsédé de la bataille navale, mais comme un sain gestionnaire d’une flotte de guerre et de son utilité optimale. Ce point de vue se retrouve dans l’étude de la nécessité de construire une armada à Dunkerque. Fallait-il construire des galions et des frégates, avec quelle puissance de feu, et à quel prix ?

86D’après Colaert, il était possible de construire 40 galions de 400 à 500 tonneaux portant 30 canons. On venait d’en construire deux pour 44 000 escudos plus « 8 000 escudos ou florins pour se procurer les voiles, les cordages et tout ce qui est nécessaire pour chaque galion », ainsi que deux coques de frégates pour 22 000 florins au total, plus 6 000 escudos pour le gréement. On pourrait également fabriquer à Lierganes l’artillerie des galions pour 8 000 escudos et pour 3 000 escudos celle des frégates. « Ladite flotte reviendrait à 648 000 escudos sans l’artillerie et à 1 040 000 escudos avec celle-ci » soit 20 000 escudos pour un galion et 10 000 escudos pour une frégate. La flotte pourrait être construite en un an mais « il est certain qu’on ne trouvera pas suffisamment de bois ni sur la côte de Flandre ni à la portée de la main.... parce que du Nord, le roi de Danemark ne laisse pas sortir le chêne pour les constructions navales ; les Hollandais prennent le leur en Ecosse et la plus grande partie en Allemagne... ».

Amiral Jacques Colaert

Amiral Jacques Colaert

Cette gravure représente Jacques Colaert. Il débuta comme capitaine corsaire de la chaloupe du magistrat de Bergues en 1623, puis entra au service de l'armada de Dunkerque où il fut nommé capitaine de vaisseau puis amiral de l’armée navale de Flandre le 6 mars 1637. Il s’illustra par des combats brillants contre les amiraux hollandais et par un rapport remarquable sur la stratégie à adopter contre les Hollandais. A noter que le collier autour du cou n’est probablement pas celui de l’ordre de Saint-Jacques mais le collier d’or accordé par le roi aux meilleurs corsaires.

@ Musée des Beaux-Arts de Dunkerque, cliché de J, Quecq d’Henripret, BA. R 224

87Outre le bois, les équipages seront également difficiles à trouver. 5000 marins seraient nécessaires mais « à présent on n’en dispose pas de la moitié et on ne peut les former aussi rapidement que des soldats ou des marins de rivières ». Il faudra également penser à les amariner. « Mais en supposant que Sa Majesté arrive à surmonter ces difficultés et d'autres qui pourraient surgir pour mettre ladite flotte à la mer ; il convient de considérer de quelle manière on pourra faire la guerre aux rebelles de Sa Majesté ».

88C’était en effet la question essentielle ; tirant implicitement les leçons de la défaite de l’invincible armada, Colaert refusa par avance toute bataille navale de grande envergure avec les Provinces-Unies, car « les Hollandais qui ont l’opportunité et le temps réuniraient 500 bateaux, étant donné la quantité de navires de haut bord, de marins et d’artilleries dont ils disposent. C’est pour cela qu'ils livrent tant de batailles sur mer, alors qu’ils évitent les batailles sur terre de crainte de manquer de soldats ». Ce nombre de 500 bateaux, très élevé au premier abord, s’explique parce que l’Espagne et les Provinces-Unies incorporaient dans leurs flottes leurs navires marchands transocéaniques, galions chez les Ibériques, flûtes chez les Hollandais. Colaert se méfiait des grandes flottes lourdes à organiser, car s’il peut sembler logique « d’obtenir un meilleur résultat avec de grandes flottes qu'avec des petites, il y a lieu de tenir compte des difficultés qu’on pourrait rencontrer avec les grandes flottes et l'utilité qu’on pourrait attendre des plus petites... ».

89En outre, comme Dunkerque, les ports des Provinces-Unies étaient protégés par des bancs de sable : « Des galions de 400 à 500 tonneaux avec leur artillerie et leurs hommes ne peuvent en aucune façon s’engager dans les canaux de Zélande, encore moins dans la Meuse ou le Zuydersee... ».

90Jacques Colaert développa donc une véritable stratégie maritime inspirée par le rapport déjà cité des députés de Hollande et de Zélande. Ces derniers déclaraient que « premièrement, la libre navigation, deuxièmement la pêche des harengs, troisièmement leurs manufactures, quatrièmement, le transport et le raffinage du gros sel, sont les ressources qui apportent le bonheur aux Provinces-Unies ». En conséquence, il fallait s’attaquer à ces activités, en premier lieu, le commerce maritime hollandais : « si Sa Majesté daignait commander la construction des nouvelles frégates doubles et qu’avec elles et les autres galions et frégates de S. M. et des particuliers, on maintienne l’ordre de parcourir continuellement les mers avec des escadres, les ennemis ne diraient pas qu’ils jouissent d’une grande liberté de trafic étant donné les plaintes et protestations qu’ils ont exprimées... alors que les particuliers n’avaient guère qu’un bateau et S. M. guère plus de sept en mer faute d’argent ». Ici, Colaert minore les armements corsaires et ceux du roi, car c’était d’octobre à mars qu’il y avait le plus d’armements.

91Il fallait ensuite s’attaquer à « la pêche au hareng, source principale de leur richesse ». A l’époque de la Trêve, le hareng employait « 5 000 barques pour la pêche au hareng et on peut dire que maintenant il y en aurait plus de 4 000 de 80 à cent tonneaux, chacune estimée pour le moins à 6 000 escudos ». Colaert estima la flotte de pêche à 60 millions de florins, ajoutant « on peut donc apprécier le trésor que la république tire de cette ressource » auquel il faut ajouter « les bateaux, les filets, les barils, le trafic du sel et la vente des harengs salés ».

  • 44 Les îles Shetland.

92S’appuyant sur son expérience maritime et sur son succès de 1635 (il avait détruit plus de 150 busses de pêche), l’amiral décrivit les lieux de cette pêche et comment l’attaquer au moindre coût : « A la mi-mai, les barques de pêche de Hollande et de Zélande sortent en grand nombre, les pêcheurs ayant d’abord prêté serment de ne jeter aucun filet avant la nuit de la Saint-Jean. Leur route est nord-est, droit vers Hiltlant44 à 60° de latitude et à une distance de 100 lieues castillanes ; ils ne gardent aucun ordre pendant le voyage mais la veille de la Saint-Jean venue, chaque barque prend sa place pour jeter les filets à la nuit tombée. Ils occupent en mer une zone d’au moins 10 lieues de diamètre... » chaque barque ayant « 200 filets de sept brasses, ils ont besoin au moins de cette surface afin de ne pas se gêner mutuellement.

93Cette source de profit qui a tant d’importance pour les Hollandais, ils la gardent tout au plus avec 10 navires de guerre... L’importance de cette zone n’est pas la difficulté majeure. Comme pour pêcher, on ne jette pas l’ancre mais que les bateaux vont et viennent, de nuit les navires de protection se mettent sous le vent par rapport aux barques de pêche pour ne pas s’embarrasser dans les filets et gêner la pêche ».

94Pour attaquer cette flotte, les frégates étaient doublement idéales. Il n’était pas nécessaire de combattre les navires d’escorte. Il fallait « entrer de nuit, vent en poupe et traverser de part en part le lieu de la pêche et en tous sens pour obliger les pêcheurs à couper et à abandonner leurs filets. Les navires d’escorte ne peuvent leur être d’aucun secours en cette éventualité car s’ils voulaient plutôt entrer dans le lieu de pêche, ils causeraient la même confusion et les mêmes destructions que les frégates de Sa Majesté... ».

  • 45 Pour l'étude des convois et de leur protection, cf. P. Villiers Le commerce colonial atlantique et (...)

95On notera l’habileté tactique de Colaert. Pour protéger un convoi, l’escorte se met habituellement « au vent », de manière à pouvoir protéger les navires en cas d’attaque au vent, c’est-à-dire que l’ennemi a pris l’avantage du vent45. Si l’ennemi attaque « sous le vent », l’escorte ayant l’avantage du vent traverse le convoi, vent arrière ou à l’allure du largue et peut alors s’interposer aisément. Ici cette tactique était impossible, car traverser la zone de pêche signifiait détruire les filets des pêcheurs.

96Le troisième point était l’attaque de l’économie hollandaise qui reposait principalement sur « la vente du beurre, du fromage et des produits des manufactures... ». L’amiral Colaert proposait « de porter la guerre en Hollande, d'inonder les prairies hollandaises et d’empêcher l'entrée des grains étrangers ». Il développa plus particulièrement la manière d’intercepter le commerce du Nord : « Les Hollandais ramènent leurs grains de Koenigsberg et de Dantzig par la mer Baltique jusqu’au Sund où ils attendent un convoi pour venir en Hollande ; ils n’ont pas l’habitude de les faire accompagner par plus de trois ou quatre navires de guerre par convoi... ». Là encore, les frégates doubles lui semblaient plus appropriées que les galions pour rechercher les convois et attaquer les navires d’escorte, mais aussi « couler les navires de grains à coups de canon ». On retrouve à nouveau une stratégie de destruction, et non de captures des navires.

97Le dernier point était le commerce du sel : « Les Hollandais disent que, au temps de la trêve, plus de 500 navires voyageaient pour le sel » mais pour « anéantir cette source de profit des Hollandais... on serait forcé de se battre avec les monstres les plus terribles qui trouvent refuge chez les ministres mêmes, à savoir la méchanceté et l'avarice, finalement avec le désordre qui est né en enfer et qui élève plus de rejetons dans les ports d'Espagne qu’en aucun autre endroit du monde... ». Dans cette diatribe, Colaert visait les autorités espagnoles et notamment le Conseil du sel, qui accordait des passeports pour les navires hollandais venant chercher le sel du Portugal « sous le prétexte qu’en donnant le sel aux Hollandais au moyen de licences, on les écarterait de la route des Indes... ». Les navires hollandais, protégés par ces passeports, ne pouvaient plus être la proie des corsaires ou de l’armada. L’amiral soulevait ainsi une des nombreuses contradictions de la politique espagnole, contradiction qui bénéficiait pleinement à l’économie hollandaise.

98Il restait un dernier point que Fernand Braudel a particulièrement étudié dans sa Méditerranée au temps de Philippe II, le transport d’argent monnaie en Flandres. Selon Colaert, les frégates doubles étaient, là encore, la solution « pour rétablir le commerce et les communications entre la Flandre et l’Espagne... ». Avec les 24 frégates doubles, « Sa Majesté pourra envoyer en Flandre en toute sécurité tout l’argent et le métal précieux quelle voudra... L’expérience a montré que les frégates doubles peuvent mieux résister aux tempêtes et à la grosse mer qu’aucun autre bateau, de même qu’elles ont plus de voilure, ce qui leur permet d’échapper aux navires de plus grande force. Les particuliers voyant que S. M. confie son argent aux frégates, ils leur feront aussi confiance et feront de même pour les marchandises les plus précieuses ». Le roi pouvait ainsi espérer envoyer chaque année en Espagne trois à quatre escadres de 20 navires. En dépit des tentatives de blocus, ces flottes passeraient toujours, car les escadres ennemies subiraient le mauvais temps et devraient s’éloigner en cas de tempête.

99L’amiral proposait également d’utiliser, l’été, les frégates pour intercepter les navires de la V.O.C., qui préféraient éviter le Pas-de-Calais et contourner l’Irlande puis l’Ecosse, selon les dires du capitaine et pilote Coen « Il les conduit en Hollande par 60° de latitude, les bateaux étant d’ordinaire au nombre de six ou sept, leurs équipages sont si malades, épuisés et fatigués et les navires en si mauvais état qu’avec 12 frégates on pourrait les vaincre... ».

100Colaert concluait en disant que chacune des tactiques proposées pouvait affaiblir notablement les Hollandais, et qu’ainsi « Sa Majesté verra qu’avec des forces et des flottes combien modérées, elle pourra leur ôter les moyens et leurs ressources principales... ». L’expérience de Colaert apparaît constamment dans ce plan qui reprenait, en les systématisant, les différentes tactiques employées par l’armada de Dunkerque depuis le début du siècle. L’accent étant particulièrement mis sur l’attaque de la pêche et du commerce maritime en évitant les engagements contre les escadres de guerre hollandaises.

101Vauban a-t-il eu connaissance de ce document ? C’est peu vraisemblable, mais l’analogie est frappante entre ce document et les conceptions développées par le grand ingénieur du roi : renforcer le port de Dunkerque, attaquer la flotte de pêche et la flotte commerciale, employer des navires de taille moyenne, frégates de préférence, faire naviguer ensemble navires de guerre et corsaires, éviter les grandes batailles navales.

102Colaert devait mourir en Espagne le 30 juillet suivant, au moment où il s’apprêtait à repartir pour la Flandre. Il était âgé de 53 ans. Aurait-il pu appliquer cette stratégie ? C’est probable, mais le sort en décida autrement.

  • 46 John H. Elliott, Olivares, 1587-1645, L'Espagne de Philippe IV, Paris, 1992, p. 590-592.

103Après son exploit de mars contre le convoi hollandais, l’armada prit alors le chemin de l’Espagne, tandis que les corsaires partaient pour la mer du Nord. Outre la défense de Dunkerque, Philippe IV voulait que l’armada flamande participa à la lutte contre les Français dans le golfe de Gascogne. En effet, à la suite de l’entrée en guerre de la France, l’Espagne avait entrepris un effort de guerre exceptionnel. Selon Olivares, au 13 janvier 1636, le Portugal devait avoir une armada de 20 000 tonneaux, la flotte des galions des Indes occidentales devait augmenter de 20 000 tonneaux, l’escadre de l’Atlantique devait passer de 20 000 à 30 000 tonneaux, et l’armada de Dunkerque devait monter à 40 navires. En 1638, Philippe IV annoncera aux Cortes de Castille que jamais la puissance navale de l’Espagne n’avait été aussi grande. Onze millions d’escudos furent dépensés de 1632 à 1638 dont 8,6 pour l’escadre de l’Atlantique et les armadas spécialisées dont celle de Dunkerque46. Le mémoire de Colaert s’inscrivait donc dans une réflexion sur l’emploi de ces forces. L’arrivée de l’armada de retour d’Espagne le 14 décembre fut couronnée de succès, comme le nota le greffier Pennincq :

  • 47 Penninck, « Correspondance... », 11e série, RHDL, 1997, p. 46.

« Je crois qu’avez entendu l’heureux arrivement de notre armada d’Espagne faisant ensemble 38 navires petits et grands, y compris quatre prises de sel et vins de l’exploit de l’île de Ré, et apporté 4 200 hommes d’infanterie et un million et demi d’argent comptant, autre encore deux millions et demi en lettres de change.
Elle est venue en sept jours de la Corogne et en tous les navires, il n’y a point 30 malades, y ayant entre ces navires une patache de Flessingues qui allait les reconnaître au travers de Calais dont ils ont fait prise. »47

104Ce succès indiscutable donna probablement une fausse idée à Olivares et Philippe IV de la possibilité d’envoyer aisément une grande flotte à Dunkerque. C’était méconnaître le rôle croissant de la France en matière maritime et les capacités de réactions des Provinces-Unies. Alors que Colaert voulait porter son effort sur la mer du Nord par une présence permanente à la mer des galions et des frégates, mais sans rechercher de grandes batailles navales, Olivares et le roi imaginèrent d’utiliser au printemps et en été l’armada de Dunkerque sur les côtes espagnoles, et de la renvoyer l’automne et l’hiver en mer du Nord.

  • 48 Lemaire dans son Histoire de Dunkerque, p. 146, cite 118 prises faites de mai à décembre 1638 par M (...)

105Selon R. A. Stradling, le nombre des prises réalisées par les corsaires flamands et l’armada aurait été de 118 de mai à décembre 1638, dont 46 hollandaises et 35 françaises. La plupart des autres prises furent des navires sous pavillon neutre, le plus souvent anglais. En 1639, le nombre de prises chuta également48. En outre, si les prises effectuées sur les Français furent assez nombreuses, elles étaient de faible valeur : petits caboteurs côtiers et navires de pêche, pour la plupart harenguiers de Calais, Boulogne ou Dieppe. Le nombre et la valeur des prises sont à nouveau connus pour les années 1642-1646. Ces données montrent que le rôle de l’armada de Dunkerque chuta à la suite des événements de l’année 1638, puis du désastre de la bataille des Dunes de 1639.

La bataille des Dunes : un tournant ? les années 1639-1646

106Le mémoire de Colaert ne prenait en compte que la stratégie contre les Hollandais. Compte-tenu de l’influence de l’amiral, son projet aurait été en partie exécuté, mais la marine française, commandée par l’amiral Henri d’Escableau de Sourdis, joua un rôle non négligeable face aux Espagnols. En 1638, les Français et Hollandais abandonnèrent le projet d’attaque terrestre de Dunkerque mais décidèrent que Tromp dirigerait le blocus de ce port, tandis que Sourdis utiliserait les vaisseaux français en appui des troupes terrestres pour le siège de Fontarabie.

107Tromp n’arriva qu’en fin avril 1638 devant Dunkerque et l’armada dunkerquoise navigua sans encombre jusqu’à La Corogne. Madrid assigna alors une nouvelle fonction à l’armada dunkerquoise : renforcer la flotte espagnole qui participait à la défense de Fontarabie. L’amiral Oquendo, sur un vaisseau de 66 canons, et le vice-amiral Lope de Hoces, sur un navire de 56 canons, commandaient 24 galions de 30 à 40 canons, plus 7 navires capturés sur les Hollandais, et 20 pris sur les marchands de Hambourg et Lubeck, armés de 18 à 20 canons. L’armada de Dunkerque apporta 13 navires en renfort des dix dunkerquois déjà affectés à diverses missions en Atlantique, dont le transport d’Irlandais pour renforcer les défenseurs de Fontarabie. Au total, 14 galions et 9 frégates étaient mobilisés sur les côtes d’Espagne, soit les deux-tiers de l’armada de Dunkerque.

108Par une manœuvre habile, le 18 août, le chevalier de Montigny réussit à enfermer dans le port de Guéthary douze des meilleurs galions espagnols, plus deux galions et trois frégates de Dunkerque, les bloquant jusqu’à l’arrivée des forces commandées par Sourdis. Le 22 août 1638, les brûlots français, soutenus par les vaisseaux de Sourdis, mirent le feu aux vaisseaux espagnols. Lope de Hoces perdit 11 galions sur 12, six frégates et 3 000 marins expérimentés, mais le 7 septembre, les Espagnols remportaient la victoire de Fontarabie. Les Dunkerquois avaient payé un lourd tribut. Les galions et frégates qui avaient échappé à la défaite de Guéthary rentrèrent hiverner à Dunkerque.

109En dépit de cette défaite, Philippe IV conçut un plan de grande ampleur pour sa marine : d’abord, une concentration des forces sur les côtes espagnoles pendant le printemps, puis, à l’automne, l’envoi d’une grande flotte dans le Pas-de-Calais. Michel Dorne (ou de Hoorn), nommé à la tête des forces dunkerquoises, reçut l’ordre de rejoindre l’amiral Oquendo à La Corogne. C’était oublier les Hollandais et le blocus établi par Tromp. De retour au mois de janvier, il croisa au large de Falmouth pour se présenter le 7 février 1639 devant Mardick avec 11 navires. Après avoir canonné la ville, il mouilla devant le banc du Scheurtjen, celui-là même où Colaert voulait construire un fort.

  • 49 H. Malo, Les corsaires..., op. cit., p. 346-351.

110Le marquis de Fuentès, amiral de Flandre, ordonna à Michel Dorne de sortir. Le combat s’engagea avec une rare violence. Les deux galions des capitaines Meny et Petit, armés chacun de 34 canons et 250 hommes, furent démâtés et contraints de se rendre. On dénombra deux cents tués. Attaqué par deux frégates, le vice-amiral Mathieu Rombout s’échoua sur l’estran ; il parvint à s’enfuir à pied avec son équipage après avoir incendié son navire. Sept galions et deux frégates s’échouèrent également en tentant de passer entre les bancs, mais ils purent se renflouer à la marée montante et se retirèrent dans le port. Après sept heures de combat, Dorne, qui avait plus de 1 600 hommes blessés ou prisonniers, se résolut à retourner à Dunkerque. Le marquis de Fuentes le fit jeter en prison avec Rombout mais le conseil de guerre reconnut leur innocence49.

  • 50 Penninck, « Correspondance... », 11e série, RHDL, 1997, p. 35.

111Tromp remportait là un premier succès éclatant. Avant lui, le blocus de Dunkerque avait été peu efficace. Pennincq put écrire le 10 juillet 1637 : « Les navires des Etats sont ici encore devant le havre en nombre de 16 mais ils n’empêchent aucun des navires marchands de venir sous le fort, avec le convoi ni autrement. Toutes les frégates du roi sont sous le fort comme aussi les particuliers, d’où ils sortiront en mer pour divertir ainsi l’ennemi, afin que, par après, les grands navires puissent suivre... »50.

112Apprenant l’arrivée de la flotte de Tromp en avril 1638, le même Pennincq s’était moqué : « Leur général veut faire preuve de zèle et prétend garder cette côte » mais, en juillet, Govaert Voorens, placé en garde avancée, coula un corsaire et en poursuivit deux autres sous le canon du fort de Mardick. Il reçut une chaîne d’or des Etats-Généraux pour cette action. Cependant, les capres qui étaient en mer s’emparèrent d’un convoi de bois de Norvège. Six autres coulèrent un navire d’escorte et s’emparèrent d’une frégate d’escorte et de deux marchands qu’ils conduisirent à Ostende. Tromp obtint alors un renfort de cinq vaisseaux sous les ordres du vice-amiral Van Berchem qui bloqua Ostende à partir du 19 juillet. Néanmoins, sept frégates s’échappèrent le mois suivant. Tromp décida de faire le blocus le plus rapproché possible. Il se fit envoyer quatre pataches à fond plat, portant dix canons et cent hommes et interdit aux marchands hollandais de ravitailler Dunkerque. Au début d’octobre, la disette éclata et les prises n’arrivaient plus, mais le mauvais temps obligea l’amiral à lever son blocus au début novembre. Trente corsaires appareillèrent aussitôt. Trois furent coulés par un coup de vent mais sept corsaires sortirent fin novembre, faisant de nombreuses prises étudiées précédemment.

113Ce premier blocus avait donc été un demi-échec pour ce qui était de la lutte contre les corsaires, mais Tromp venait d’inventer ce que les Anglais appelleront le « closed blocus ». Cette tactique, qui consiste à bloquer un port par une flotte présente par tous les temps, est très coûteuse en hommes et en navires. Le 14 août 1637, Pennincq avait noté le danger des bancs : « A cet instant est échoué sur le grand banc devant le fort de Mardick un des navires des Etats qui sont à cette rade, où, avec les tempêtes, il est déjà rompu et plein d’eau, doutant si l’on pourra en sauver le canon, ce qui se verra à la basse marée... ». Mais l’école du blocus forma des marins particulièrement expérimentés et résistants qui apprirent à connaître la côte à l’instar des natifs. Elle s’avéra efficace à moyen et long termes. Les succès de 1639 résident en grande partie dans le dur apprentissage de 1638.

114Après sa victoire, Tromp aurait souhaité revenir dès février mais une tempête brisa le mât de l'Emilia, mal réparé du combat précédent. Profitant de son absence, Dorne put appareiller pour la Corogne avec 12 vaisseaux et 6 transports. Il arriva sans encombre, faisant au passage une douzaine de prises. Sourdis voulait rééditer sa tactique de l’année précédente, mais il trouva le port de La Corogne en défense, avec 35 navires sur leurs gardes. La côte espagnole, très dangereuse, rendait un blocus difficile, et Sourdis ne put que ravager deux petits ports de Biscaye, Laredo et Santona, avant de se retirer fin août.

115Forts de ce succès, Olivares et Philippe IV décidèrent de porter une action décisive en mer du Nord : envoyer une cinquantaine de vaisseaux de guerre et 13 000 hommes de troupes, pensant rééditer l’exploit de décembre 1637. Mais, depuis juin, Tromp avait repris le blocus de Dunkerque, s’emparant des navires qui, sous couvert du pavillon neutre, transportaient des troupes espagnoles et de l’argent en Flandre. Ainsi, le 28 juin, il avait intercepté trois navires anglais chargés de 1 070 soldats espagnols. Le 9 juillet, Pennincq nota que « les onze frégates de l’armada sont en mer ; attendues par 25 à 40 navires des Etats ; ils sont 60, y compris les Français qui croisent entre Portland et La Hague ».

116En dépit de cette menace, l’amiral don Antonio de Oquendo reçut le commandement de la flotte destinée à la Flandre. Il mit à la voile le 31 août 1639 avec, sous ses ordres, les vice-amiraux, don Lope de Hoces, commandant l’escadre du Portugal, André de Castro pour l’escadre de Castille, Pedro Quaderon pour celle de Naples, Francisco Sottomayor pour celle de Galice, et Michel Dorne pour Dunkerque, soit 52 navires de guerre et 19 marchands, 36 000 tonneaux, 2 000 canons, 6 000 hommes d’équipage, 8 000 soldats de marine, plus 8 500 fantassins pour l’armée des Flandres.

117Les Hollandais étaient prévenus. Depuis fin août, leur flotte harenguière était en pêche, mais comme l’avait prévu l’amiral Colaert, ils étaient capables de mobiliser autant de navires de guerre que nécessaire. Du 25 juillet au 14 août, Tromp croisa entre Portland et La Hague. Après avoir mouillé devant Dunkerque jusqu’au 6 septembre, il reprit sa faction avec 12 vaisseaux, laissant Banckaert continuer le blocus avec 12 autres navires, et son second, le vice amiral Witte Wittensen, sur le banc de Brack.

118La tactique de Tromp contre Oquendo n’est pas sans rappeler celle des Anglais face à l’invincible Armada. Des frégates rapides lui permettaient de rappeler les vaisseaux en croisière et de communiquer ses ordres entre ses escadres. En outre, dès qu’il apprit l’arrivée des Espagnols, il entreprit de les ralentir, afin de permettre à toutes ses forces de le rejoindre. Le 15 septembre, Tromp aperçut les galions espagnols. Il expédia aussitôt une frégate pour prévenir Banckaert, tandis que son vaisseau amiral tirait des coups de canons pour prévenir Wittensen. Le lendemain, avec 17 vaisseaux, Tromp engagea le combat contre Oquendo. Il perdit le Saint-Christophe, victime d’un incendie, mais Oquendo, son bâtiment fortement endommagé, dut se replier. Après un nouvel engagement le 17, les Espagnols prirent la route de Folkestone, pour se réfugier dans les eaux neutres de l’Angleterre. Le 18, Banckaert fit sa jonction, portant les forces hollandaises à 30 vaisseaux et 446 canons. Pendant plusieurs jours, en plein brouillard, les vaisseaux des deux camps s’affrontèrent, les Hollandais, plus légers et plus maniables, harcelant les Espagnols.

119Là encore, l’analogie avec 1588 est frappante. Tandis que le comte de Charost, à partir de Calais, livrait 40 000 livres de poudre et 4 000 boulets à Tromp, les Espagnols se réfugièrent sous la protection de Douvres, espérant que l’attente découragerait les navires du blocus. Mais, comme Colaert l’avait prévu, les Hollandais mobilisèrent toutes leurs forces, renforçant chaque jour la flotte de Tromp. Cependant, le 20 septembre, 14 navires de l’escadre de Dunkerque et 3 000 soldats, passant par les Godwin-Sands qui n’étaient pas gardés, réussirent à traverser jusqu’à Mardick. Le 27 septembre, d’autres fantassins furent transportés par les 56 chaloupes et navires de pêche de Dunkerque et de Nieuport sous l’escorte de Michel Dorne. Au total, 5 000 soldats et 3 millions d’argent furent débarqués, mais, le 9 octobre, Tromp intercepta 220 soldats transportés sur des chaloupes anglaises.

  • 51 H. Malo, Les corsaires..., op. cit., p. 353-361.

120Le 21 octobre 1639, Oquendo tenta une sortie en force avec 24 vaisseaux face aux cent navires hollandais. La marine espagnole essuya alors un désastre sanglant. Un brûlot incendia le navire de Lope de Hoces, la Santa Teresa. L’amiral et ses 800 hommes périrent dans l’explosion. Les vaisseaux des autres vice-amiraux coulèrent ou se rendirent, cependant Oquendo parvint à Mardick. Son navire amiral aurait eu 1 700 boulets dans la coque. Cinq des six navires de l’escadre de Dunkerque et trois galions le suivirent mais neuf galions tombèrent aux mains des Hollandais et six sombrèrent avant d’entrer à Dunkerque. Le lendemain, les Anglais renflouèrent six galions espagnols et se les approprièrent. Le bilan humain fut de 500 morts hollandais contre 15 navires perdus, et 7 000 morts, blessés ou prisonniers, du côté espagnol51.

121A la suite de cette défaite largement célébrée du côté hollandais, la marine de guerre espagnole fut durablement affaiblie en Manche et en mer du Nord, mais elle n’était pas totalement anéantie car une partie des fantassins (au moins 6 000 hommes) était passée, ainsi que les vaisseaux d’Oquendo, d’Horne et des Dunkerquois. Il faut noter que la connaissance de la navigation dans le Pas-de-Calais fit la différence entre les capitaines sous pavillon espagnol. Ceux d’origine flamande réussirent pour la plupart à gagner Dunkerque. Du côté espagnol, le courage n’avait pas manqué, mais les pertes de marins des années précédentes n’avaient pas été compensées, tandis que la Hollande fut capable de mobiliser très rapidement les navires nécessaires. A nouveau, l’Espagne fut victime de l’absence en mer du Nord, d’un arsenal et d’un port susceptible d’accueillir une grande flotte. La défaite n’avait pas l’ampleur de celle de 1588 ; néanmoins, le grand dessein d’Olivares – obtenir des Hollandais une paix acceptable grâce au déploiement massif d’une armada en mer du Nord-fut brisé. Au même moment, au large des côtes de l’Amérique du Sud, face à la W.I.C., la flotta du Brésil s’avérait incapable d’utiliser sa suprématie numérique à Itamaraca le 12 janvier 1640. Les Hollandais semblaient triompher sur toutes les mers.

  • 52 Id., p. 643 et Alcalà-Zamora, España, Flandes..., op. cit., p. 459-465. Cf. Lemaire, Histoire de Du (...)
  • 53 A. Cabantous, Histoire de Dunkerque, Toulouse, 1983, p. 72.

122L’Espagne fut contrainte à la défensive. Les vaisseaux de guerre servirent alors surtout aux escortes, et l’action offensive revint principalement aux corsaires. Sur terre, les défenses furent renforcées, là encore, Colaert fut partiellement suivi. A Dunkerque, l’essentiel de la défense du côté de la mer reposa sur le fort Mardick, puis sur la nouvelle enceinte de la ville construite à partir de 164052. Le port, stricto sensu, de Dunkerque était difficilement accessible aux navires mais on ne sait exactement quel était le plus grand tonnage possible. En 1585, un convoi de sept bâtiments entra dans la rade, les tonnages allaient de 80 à 100 tonneaux. De 1585 à 1605, le plus gros tonnage atteignit 200 tonneaux sans que l’on sache si le trafic dunkerquois était médiocre ou si le port ne pouvait accepter de plus grands navires. En 1623, Bernard Grenu, marchand de Lille, acheta à Dunkerque le Santiago et l'Esperanza de 300 tonneaux chacun, ce qui laisserait entendre une meilleure accessibilité du port. Cependant, en 1624, l’ingénieur mathématicien Van Langren détermina une profondeur maximale du havre de 10 à 13 mètres et de 6,50 mètres près du quai, sans définir la longueur de ce mouillage53.

  • 54 J. Pennincq, « Correspondance... », 11e série, RHDL, 1997, p. 35

123La construction du fort de Mardick en 1622 joua un rôle très important, car il put protéger la rade où venaient mouiller les vaisseaux de guerre et les bâtiments marchands de fort tonnage. A l’entrée de la passe, on construisit un fort carré flanqué de quatre bastions, et protégé sur l’arrière par une demie-lune. En avant, il était renforcé par un fort de bois bâti sur pilotis, s’avançant vers la mer et relié au premier par une estacade avec pont-levis. Le fort en terre comprenait une chapelle dédiée à Notre-Dame de Montaigu, à qui l’infante Isabelle rendait une dévotion particulière. C’est pourquoi ce fort fut également appelé fort Montaigu. Dès lors, l’armada mouilla le plus souvent en grande rade, derrière le banc de sable du Scheurtjen. Les corsaires firent de même. Seules les prises et les opérations d’armement et de désarmement avaient lieu dans le port lui-même. En 1637, le fort de Gravelines fut renforcé, comme le nota Pennincq avec satisfaction : « Les ouvrages de Gravelines s'avancent fort, étant les tranchées en perfection, avec douves, fossés et les forts royaux viendront dans peu de jours à 15 pieds de hauteur, tellement que dans 15 jours l’on y aura achevé ; alors se renverront les gens de guerre, y demeurant seulement ceux dont on aura besoin »54. Il s’agissait cependant d’une rade largement ouverte aux tempêtes, voire aux ennemis.

  • 55 A. Cabantous, Histoire de Dunkerque, p. 17 et Lemaire, Histoire de Dunkerque p. 148-151. et Jean Pe (...)

124En 1638, un accord fut passé entre Bruges, Fumes et Dunkerque pour creuser un canal partant de Dunkerque et se terminant à Passchendaele. Baptisé canal de Fumes, il contournait Dunkerque, en empruntant le nouveau canal des Moëres et finissait par une écluse nommée écluse Cobergher. Dorénavant, le trafic put s’opérer jusqu’à Bruges par bélandre sans passer par la mer. Auparavant, en cas de blocus, ce trajet demandait plusieurs semaines. Ainsi, en 1637, le greffier Pennincq décrivait le circuit pour faire venir du vin : « [le tonneau] a besoin de trois semaines de chemin à cause que les bélandres par les rivières sont fore (sic), et doivent changer une fois à Bruges et autrefois à Gand, de bateau, qui sont tous des retardements fort ennuyeux, tellement qu’il faut attendre avec grande patience »55.

125En 1640, après la défaite des Dunes et face à la menace des troupes françaises et hollandaises, Philippe IV décida de construire une deuxième enceinte pour mieux protéger Dunkerque. Composée d’onze bastions, presque circulaire, elle se raccordait au Nord à l’enceinte de 1406, pour aboutir au fond de l’arrière-port, protégeant ainsi le port du côté sud-ouest. On y ajouta le Fort Léon qui devait barrer le passage vers la jetée ouest du port, et protéger ainsi le chenal.

  • 56 L’expression est du professeur Alain Lottin, in Alain Lottin, Histoire de Boulogne, Lille 1982. Voi (...)

126Le port de Calais bénéficia également de nombreux travaux. La ville avait été prise par les Espagnols le 25 avril 1596 au terme d’un siège de seize jours qui avait été un véritable carnage. Rendue à la France le 20 mai 1598 par le traité de Vervins, Calais demeura alors définitivement française sur la base de délimitations définies au traité du 21 octobre 1565. L’Aa forma la frontière avec les Pays-Bas espagnols. Calais succéda ainsi à Boulogne comme « la ville la plus frontière de France »56. Le nouveau gouverneur, Dominique de Vie, compagnon d’armes d’Henri IV, encouragea l’arrivée d’immigrants, attirant notamment des protestants qui donnèrent à Calais une bourgeoisie nouvelle, active et industrieuse. Jusqu’en 1635, le Calaisis bénéficia d’une relative tranquillité. La ville était dans une position stratégique privilégiée. Entourée de nombreux marais et assise sur une côte hostile et mal balisée, elle se trouvait néanmoins sur la voie de passage la plus fréquentée d’Europe de l’Ouest, sentinelle avancée face à l’Angleterre et forteresse à la limite des territoires espagnols.

127Il fallait renforcer les défenses et améliorer le port. Au début du XVIIe siècle, l’entrée du port était délimitée par deux jetées ; celle de l’ouest, plus longue que l’autre, partait du Risban. En 1622, Louis XIII fit construire une digue de 800 toises joignant le fort aux dunes de Sangatte pour empêcher les inondations. Elle coûta 80 000 livres. A cette date, le bassin du Petit Paradis était presque entièrement fermé et un môle partant du Courgain, le quartier des pêcheurs, avançait de l’est vers l’ouest. En 1623, on commença à entourer le Courgain de murailles et à élever un bastion. Pour achever à l’est les nouvelles fortifications du front nord, en 1633, le bassin du Grand Paradis fut fermé par un môle laissant un passage étroit vers l’ouest, tandis que le bassin était élargi vers l’est. Ainsi le 19 septembre 1634 « 80 bâtiments escortés de 4 à 5 vaisseaux du Roi débarquèrent cinq mille hommes et quatorze cents chevaux de l'armée française ». Un rapport des commissaires français venus en 1639 rechercher des sites favorables à la construction d’un arsenal entre Calais et Cherbourg conclut à la difficulté d’établir un bassin en raison de la nature sablonneuse du terrain : « que par ainsi, l'eau s'écoulerait du dit bassin et, de plus, que la profondeur d'eau qui se monterait à l'entrée du port et aux endroits les plus profonds d’icelluy ne montait que de 15 pieds d'eau de grande mer ». Le port ne pouvait accueillir les vaisseaux de plus de 300 tonneaux, ce qui était très supérieur à Boulogne et au port de Dunkerque.

  • 57 A. Derville et A. Vion, Histoire de Calais, Calais, 1985, p. 117-8.

128Richelieu fut très attentif à renforcer Calais. Il fit construire un arsenal composé de salles d’armes, de fours à pain et de vastes greniers pour recevoir des grains. Trois grands souterrains servaient à abriter les troupes en cas de bombardements. En 1625, la garnison se composait de 500 hommes, nombre insuffisant, mais les habitants étaient las des « abus et malversations des soldats ». La première caserne ne sera construite qu’en 168957.

  • 58 Idem, Histoire de Calais, p. 128.

129En 1635, il fallut désensabler le chenal. Richelieu fit construire en 1639 une jetée pour rétrécir le canal « au droit du Grand Paradis et lui donner quarante cinq toises de longueur derrière laquelle les navires étant entrés se peuvent échouer commodément ». Ces travaux s’élevèrent à 82 936 livres tournois. Calais put ainsi accueillir des navires de guerre hollandais et français, principalement des frégates, et servit de base à quelques corsaires armés par des négociants de la ville. La guerre de Trente Ans favorisa la course calaisienne, mais, semble-t-il, uniquement avec des petites unités, chaloupes ou frégates. Elle s’attaquait aux navires espagnols désemparés par la tempête ou par des combats contre les vaisseaux hollandais ou français ; ainsi, en 1633, la poursuite d’une flotte espagnole aurait rapporté 150 000 écus de rançon. La plus belle prise fut faite le 29 mars 1637 par une flottille commandée par Duflos, armateur et ancien mayeur. Elle ramena deux navires espagnols, dont l’un « chargé de lingots d’or », mais il devait s’agir plus vraisemblablement d’argent, l’or étant rarissime à cette époque58.

  • 59 Idem, p. 101-102.

130Sur terre, le « Pays Reconquis », c’est ainsi qu’on appelait les territoires autour de Calais repris sur les Anglais, fut sillonné par les expéditions militaires des deux camps. L’avantage revint progressivement aux Français mais la région souffrit des ravages de la soldatesque. La peste avait frappé le Calaisis en 1603. La léproserie, construite en 1606, se révéla fort utile d’avril 1624 à décembre 1626 pour isoler les habitants contaminés par la maladie, amenée par des navires hollandais. Des crises de subsistances frappèrent le pays en 1632 et en 1638. En conséquence, en 1639, les mariages chutèrent de 42 % et les conceptions de 18 %, tandis que la mortalité augmentait de 51 % en 1638, et 30 % l’année suivante. Cependant, en raison de ses fortifications et de la présence de troupes françaises, Calais ne fut pas une cible militaire car les opérations furent surtout maritimes59.

131Après sa victoire aux Dunes, Tromp rentra à Rotterdam le 29 octobre 1639, laissant le champ libre aux corsaires qui firent dix riches prises ce même mois. En décembre, on dénombra plus de 40 corsaires à la mer, faisant 27 captures, dont 11 le même jour. Au moins 70 prises furent effectuées de juin à décembre 1639. Olivares et Philippe IV eurent de plus en plus recours à l’armada dunkerquoise pour la défense des côtes espagnoles, laissant quelques frégates de guerre et les particuliers mener l’offensive contre le commerce hollandais et français.

132Le 15 février 1640, Michel Dorne, avec 6 galions et 2 frégates, retourna à La Corogne avec Oquendo qui commandait 13 galions transportant des mercenaires wallons. Tous deux avaient rencontré de grandes difficultés à recruter des équipages, car les gens de mer, rescapés des combats précédents, se cachaient, préférant servir sur les capres. Le cardinal infant tira des prisons de Malines des vagabonds pour compléter les équipages. Dorne se sépara le 18 février avec ordre d’attaquer le commerce français. Au large d’Ouessant, il rencontra 13 malouins navigant en convoi qui revenaient de Marseille. Dorne montait un galion de 40 canons du calibre 18 à 36, son navire amiral et son arrière garde, 36 et 32 canons de même calibre ; les autres navires portant 18 à 24 canons de 12 à 24. Chez les Malouins, le Saint-Pierre, de 200 tonneaux, avait 50 hommes et 20 canons de fer de 4 à 6. Les autres bâtiments allaient de 100 à 200 tonneaux, de 30 à 45 hommes d'équipage, et 8 à 14 canons. Un combat violent s’engagea. Les Malouins réussirent à couler le galion commandé par Jacques Gillot, pourtant armé de 24 canons, mais au prix de cinq coulés et plusieurs capturés et conduits à la Corogne. Dorne revint à Dunkerque avec 800 hommes des Tercios, espagnols et italiens, le 27 avril.

  • 60 H. Malo p. 359-362.

133Le greffier Pennincq signale que quatre corsaires particuliers, venus d’Espagne en cinq semaines, débarquèrent également 200 soldats le 15 avril « ce qui est un bon essai ». Il note également 40 particuliers à la mer et une escadrille de 12 chaloupes. Le 29 février, Gaspard Bart combattit pendant six heures la Princesse Emilia de la W.I.C., mais le navire hollandais réussit à se réfugier à Plymouth. Onze frégates rentrèrent en mars avec 4 prises dont un convoi hollandais de 24 canons. Dix frégates interceptèrent, au large des Shetland, quatre vaisseaux de guerre, en coulèrent trois et ramenèrent l’autre. En juillet, trois frégates s’emparèrent de quatre navires après avoir coulé le vaisseau d’escorte. En dix jours, 22 prises entrèrent dans le port de Dunkerque, mais Tromp revint faire le blocus le 10 juillet avec dix navires seulement60.

134Ce nombre réduit avait pour cause la révolution au Portugal. Les Hollandais soutinrent les Portugais que, jusqu’alors, ils attaquaient, tant au Brésil que dans l’océan indien. Pour ce faire, ils réduisirent le nombre de vaisseaux confiés à Tromp. Les Portugais attaquèrent les galions espagnols mouillés dans le Tage. L’un d’eux était dunkerquois. Les insurgés furieux de la résistance de son capitaine, Jean Claissen, le pendirent. Début juillet, le gouverneur de Dunkerque renvoya Dorne en Espagne, mais il se heurta à Witte Wittensen, que Tromp avait envoyé en Manche pour intercepter les galions dunkerquois. Dorne réussit à passer, mais son vice-amiral Mathieu Rombout, sur un galion de 38 canons, et Jean Baselaer, sur une frégate de 26, furent pris. De juillet à août, Tromp intercepta un transport avec 400 soldats, un terre-neuva et un corsaire de 16 canons. En septembre, il reprit 8 prises sur 12, à 4 capres qui rentrèrent dans Dunkerque, mais laissa passer 9 galions transportant 600 soldats espagnols. A l’entrée de l’hiver, en dépit d’un violent combat où il captura un navire de 26 canons, il ne put empêcher les autres galions de rentrer.

  • 61 Ibidem, p. 364-365.

135La correspondance de Pennincq et les archives le confirment : les corsaires particuliers de Dunkerque livraient souvent des combats navals contre les navires de guerre hollandais : « Ils font bravement la guerre ». Le phénomène est d’autant plus à noter que les combats corsaires diminueront sensiblement à la fin du XVIIe siècle et plus encore au XVIIIe siècle. Le 7 décembre 1640, en reconnaissance des services qu’ils rendaient, l’infant don Fernando leur accorda la remise du dixième sur tous les navires de guerre pris, plus « une chaîne d’or qui ne pourra pas être inférieure à 400 écus »61.

136Comme l’année précédente, au début 1641, l’armada de Michel Dorne partit renforcer l’armée espagnole en échappant à Tromp. Dorne trouva la mort dans un combat au large de l’île de Ré, contre des navires français, mais son escadre fit sept prises. La révolte se développa au Portugal. Chez les Français, Brézé fut chargé de croiser dans les eaux de Lisbonne et de protéger l’armement d’une division de galions portugais. Le gouverneur Pedro de Léon ordonna à Mathieu Rombout de partir pour l’Espagne, en dépit des forces hollandaises très supérieures. Les navires dunkerquois se débandèrent, et Rombout trouva la mort le 4 juin au cours de ce combat inégal. Fin septembre, les Provinces-Unies envoyèrent à leur tour une escadre au large du Tage.

137En dépit de ce blocus, les corsaires parvinrent à sortir. Ils perdirent la Perle, armée de 8 canons de bronze et 4 de fer, et montée par 90 hommes, considérée comme la meilleure frégate du port. Mais dix autres frégates réunies en escadre détruisirent sept navires de Bayonne. Sept autres s’emparèrent du Delft qui contenait de l’or, semble-t-il. Selon Pennincq, « il semble aux dires des gens de mer qu’il n’y a pas eu plus riche prise durant cette guerre en l’estimant de voix commune à plus de 500 000 francs, mais pour moi, je croirai facilement à la moitié. Et encore sera-t-elle la plus riche de cette guerre. Ceci sera pour faire relever le courage des gens de mer et des armateurs qui autrement commençait fort à faiblir... ».

138A l’automne, Witte Wittensen, avec 11 vaisseaux, succéda à Tromp. Josse Pieters fut nommé amiral de l’armada de Dunkerque qui fut divisée en deux. La seconde escadre fut commandée par Antoine Mény. Josse Pieters livra surtout des combats au large des côtes espagnoles, en Atlantique comme en Méditerranée. Surpris par les Français commandés par le chevalier Du Cangé en rade de Vivaro, il parvint à sauver ses bâtiments et à se réfugier dans le port de Denia. A la suite des blessures reçues lors de ce combat, il fut fait chevalier de Saint-Jacques.

  • 62 Ibidem, p. 367-372 et Lemaire, Histoire de Dunkerque, op. cit., p. 150-53.

139Tromp vint renforcer Witte Wittensen au printemps avec 16 vaisseaux plus dix, qu’il plaça devant Ostende. Les Dunkerquois tentèrent d’incendier les vaisseaux de Tromp avec des brûlots. Les Hollandais ripostèrent en bombardant la ville le 21 juillet. Josse Pieters et les galions dunkerquois furent affectés à la flotte méditerranéenne qui croisait devant la Catalogne elle aussi en révolte. Le 30 juin 1642, les vaisseaux du marquis de Brézé, venus de Brest, et les galères de Forbin, venues de Toulon sortirent de Barcelone pour affronter les Espagnols. Le combat se termina le lendemain par une victoire française, mais Josse Pieters parvint à sauver ses vaisseaux et se réfugia à Majorque.62

140A la mort de Richelieu, le 4 décembre 1642, la situation militaire française sur le plan terrestre s’était redressée depuis les désastres de 1636. Si le siège de Saint-Omer avait dû être levé en 1638, Hesdin fut capturé en 1640 par les Français, Arras et Aire furent prises en 1641. Cependant, l’année suivante, les armées françaises essuyèrent une suite de revers à Lens, La Bassée et Honnecourt. Paradoxalement, en dépit de la mort de Michel Dorne et de Mathieu Rombout et des défaites de Josse Pieters, en 1642, les corsaires dunkerquois obtinrent un de leurs meilleurs résultats avec 198 prises vendues 2 349 000 florins, dont 119 sur les Hollandais et 53 sur les Français, preuve que les Dunkerquois s’aventuraient de plus en plus en Manche. Ainsi, en dépit de l’affaiblissement de l’armada, de la présence des forces hollandaises de blocus et des armées françaises sans cesse plus présentes, les corsaires flamands, dunkerquois pour l’essentiel, continuèrent à faire d’importantes prises de 1642 à 1646, comme en témoigne le tableau suivant établi par Roland Baetens :

  • 63 Baetens, Organisation et résultats..., art. cit., p. 5.

Origine, nombre et valeur des navires pris par les corsaires flamands de 1642 à 1646 (en florins)63

Origine, nombre et valeur des navires pris par les corsaires flamands de 1642 à 1646 (en florins)63

141La plupart des prises ci-dessus furent faites par les corsaires. Avec 198 captures en 1642 et 191 prises en 1645, les résultats furent inférieurs aux 252 navires de l’année 1632, mais pendant les années 1642-1646, ils furent en moyenne supérieurs à ceux des années 1629-1638. Néanmoins, la valeur globale baissa très fortement. On peut en déduire que les corsaires prirent surtout des caboteurs et des navires de pêche, dont beaucoup d’origine française, plutôt que de riches navires coloniaux hollandais, qui, en moyenne, valaient deux à six fois plus cher. Lorsque le blocus hollandais était trop présent, les prises étaient conduites dans d’autres ports, à Ostende, en Espagne ou dans les ports neutres : Angleterre, ou pays nordiques. En 1642, Dunkerque reçut 64 % des prises, mais ce pourcentage descendit à 39 %, puis 34 % les années suivantes au profit d’Ostende et Nieuport. L’Espagne reçut 15 %, puis 7 % des prises en 1643 et 1644, tandis que les ports neutres de la mer du Nord en recevait 10 à 15 % selon les années. Les prises pouvaient, en effet, être conduites dans un port neutre, puis y être jugées et enfin vendues.

142Les pertes anglaises s’expliquent principalement par l’attitude changeante des autorités flamandes face à la guerre civile anglaise. Les captures faites sur les partisans de Cromwell furent, le plus souvent, déclarées de bonne prise par l’amirauté de Bruxelles, de même que celles de navires anglais neutres transportant des marchandises hollandaises.

143Les corsaires de Dunkerque, Nieuport ou d’Ostende s’emparèrent de quelques navires portugais, mais en faible nombre, car l’Atlantique n’était pas leur terrain de chasse favori : quatre navires furent pris en 1644 pour une valeur de 28 500 florins seulement. Les prises portugaises furent surtout faites de 1651 à 1656.

144Conséquence de ces résultats non négligeables, l’étau ne cessa de se resserrer autour des Dunkerquois, jusqu’à la prise de la ville par les Français en 1646.

  • 64 R.A. Stradling, Les corsaires dunkerquois..., art. cit., p. 27-29 et notes.

145L’année 1643 vit l’arrivée, en janvier, d’une escadre de 24 navires commandée par le vice-amiral Witte Wittensen. Elle tenta à nouveau de bloquer Dunkerque, mais il ne put empêcher la sortie de 11 corsaires du 17 au 28 mars. Tromp vint alors le renforcer, n’hésitant pas à affirmer « Dunkerque est comme morte, sans navigation et sans commerce ». Si le blocus frappa effectivement le cabotage, les corsaires partirent alors de Nieuport et d’Ostende. Leur présence fut si forte que Tromp leva le blocus pour aller protéger l’atterrage de la flotte de Russie aux embouchures de la Meuse64.

  • 65 F. Bluche, Louis XIV, Paris 1994, p. 38.

146Ni le renvoi d’Olivares le 20 janvier, ni la mort de Louis XIII, le 14 mai n’arrêtèrent les hostilités, au contraire. Le 19 mai, jour où le corps du roi défunt fut porté à Saint-Denis, le duc d’Enghien, convaincu de la « nécessité de ne pas laisser s'affaiblir la réputation des armées françaises au début du nouveau règne », attaquait audacieusement l’armée espagnole, pourtant numériquement supérieure, et remportait la victoire de Rocroi. Comme le nota Mazarin, cette « victoire, la plus signalée dont on ait entendu parler depuis longtemps » conforta la régence d’Anne d’Autriche65. L’importance des pertes espagnoles : 8 000 tués, 6 000 prisonniers contre 2 000 du côté français, renversa les données militaires sur la frontière nord de la France. Le recensement des troupes espagnoles au début de 1637 indiqua, pour l’armée des Flandres, 55 000 fantassins sur un effectif théorique de 65 000 mais, sur ces 55 000, pas moins de 44 000 étaient nécessaires à la garde des forteresses. Olivares avait réussi à ajouter 12 à 13 000 hommes aux 11 000 fantassins réellement disponibles, mais avec les pertes subies à Rocroi, les Espagnols furent réduits à la défensive dans les Pays-Bas méridionaux. Les Français, au contraire, encouragés par leurs victoires dans le Roussillon, purent reprendre l’offensive en Flandre.

147Devant cette menace, le gouverneur Pedro de Léon obtint du gouverneur des Pays-Bas méridionaux, Francisco de Mello, de faire construire un fort pour protéger la ville du côté ouest et le port. Ce fort « bâti sur les dunes, petit d'ailleurs mais garni de bonnes palissades et d’une batterie de canons » reçut le nom de fort Léon. Ce fut sur son emplacement que fut construite ultérieurement la citadelle. Tandis que Tromp tenait la mer avec 30 vaisseaux, le duc d’Orléans, secondé par les maréchaux Gassion et la Meilleraie, entreprit le siège de Gravelines dont les habitants ouvrirent les écluses pour inonder les abords. Le fort Philippe fut pris le 12 juin et la ville capitulait le 28 juillet. Le mois suivant, Gassion s’emparait de Watten et Manicamp des forts d’Hennuin et de Rébus, sur la rive gauche de l’Aa. La Flandre maritime s’ouvrait aux troupes françaises.

148En 1645, Mazarin renouvela les fonds accordés aux Provinces-Unies. De son côté, l’armée française s’installa devant Cassel et à Drincham. Le duc d’Orléans opéra une diversion vers la Lys, tandis que Villequier traversait la plaine inondée avec ses troupes qui avaient de l’eau jusqu’à la ceinture. Renforcé par l’armée de Gassion, il commença alors le siège de Mardick, soutenu par les vaisseaux de Tromp embossés dans la rade. Le fort aux palissades en bois se rendit le 7 juillet, et, celui en terre, le 10. Le 14 août, Bourbourg se rendit, après un siège de dix jours. Un vent de panique souffla à Dunkerque, dont les bourgeois prirent la fuite pour Ostende. La ville continua de résister. L’amiral Josse Pieters réussit à quitter le port avec cinq galions, suivis de plusieurs corsaires qui préférèrent désormais se baser à Nieuport ou Ostende. Tromp continua à faire le blocus pendant l’automne, cependant, les Espagnols commandés par Fernando de Solis, firent une sortie dans la nuit du 3 au 4 décembre, réussissant à reprendre Mardyck et son fort.

  • 66 John H. Elliott, Olivares, op. cit., p. 593-595.

149En 1646, les troupes françaises reprirent leur conquête méthodique de la Flandre maritime. L’armée de Gaston d’Orléans s’empara de Bergues puis reprit Mardyck en août, après dix jours de siège. Le duc d’Enghien, appelé pour remplacer Gaston, s’empara de Furnes le 6 septembre, achevant ainsi l’encerclement de Dunkerque. Le gouverneur, le marquis de Lède, fit alors ouvrir les écluses à marée haute, ruinant l’œuvre d’assèchement de Coeberger. Sachant que la ville attendait des renforts, Enghien décida d’attaquer rapidement, d’autant que Tromp, avec dix vaisseaux, assurait le blocus du port. Après avoir défait la cavalerie de Piccolimini sur la plage, il obtint la reddition de la place le 11 octobre 1646. Les conditions étaient relativement généreuses pour l’époque. Les bourgeois avaient le droit de choisir entre le roi de France et le roi d’Espagne. Il leur était loisible de se retirer et de disposer de leurs biens, et les officiers étaient laissés en possession de leurs charges. Les navires avaient la faculté de revenir au port et les prises faites en mer demeuraient acquises aux armateurs, tandis que l’amirauté conservait ses prérogatives66. Ainsi commença pour la ville un premier épisode de domination française, et temporairement, le littoral devient français de Boulogne à Dunkerque.

Notes

1 Cf. H. Malo, Les corsaires dunkerquois, tome 1, p. 107-109 et 115-117.

2 Cf. R. Baetens, « Organisation et résultats de la course flamande au XVIIe siècle », Revue de la Société Dunkerquoise d'Histoire et d'Archéologie, RSDHA, 1983, p. 47-78. R Brightwell, « The Spanish System and the Twelve Years Truce », English Historical Review, 1974, p. 270-292. Voir surtout Louis Lemaire, « L’amirauté à Dunkerque, 1579-1791 », Bulletin de l'Union Faulconnier, XXVI, 1934, p. 155-243, et pour Ostende, W. Debrock, L'amirauté d'Ostende, Ostende, 1959.

3 Cf. Pierre Daudruy, Familles de la marine dunkerquoise, Dunkerque, 1979, généalogie Théodore Bart et Catherine Roels, p. 68.

4 Cf. « Correspondance de Jean Pennincq, greffier du siège de l’amirauté de Dunkerque », traduite par Jean Dams et éditée par la RSDHA, depuis 1986.

5 Cf. H. Malo, Les corsaires dunkerquois, op. cit., p. 117-123, p. 259-63 et p. 296-302.

6 Cf. E. Hambye, L’Aumonerie de la flotte de Flandre au XVIIe siècle, Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de Namur, Louvain, Paris 1967. W. Debrock, « En mutualiteitskas van de Ostende reders te kaapvart 1657-1765 », in Handelingen van het genootschap voor geschiedenis, Société d’Emulation de Bruges, XLLVII, 1960, pp. 74-103.

7 Cf. Richard A. Stradling, « Les corsaires dunkerquois et l’Espagne : 1621-1648, un record de pillage et de destruction », Revue de la Société Dunkerquoise d'Histoire et d'Archéologie, RSDHA, 1995. Du même, voir également Philippe IV and the Government of Spain, 1621-1665, Cambridge, 1988. Louis Lemaire, Histoire de Dunkerque, p. 98-99.

8 H. Malo, Les corsaires dunkerquois, op. cit., p. 185 et 203-206.

9 Ibidem, H. Malo, p. 267-271 et p. 209-210.

10 Ibidem, p. 206-208 et p. 267-68.

11 Cf. P. Daudruy, Familles de la marine, op. cit., généalogie Antoine Bart, p. 38.

12 Cf L. Lemaire, Histoire de Dunkerque, op. cit., p. 117, et H. Malo, Les corsaires dunkerquois, tome 1, p.125-129.

13 Cf. H. Malo, Les corsaires dunkerquois, p. 187-88.

14 Pour les tableaux, cf. H. Malo, Les corsaires dunkerquois, tome 1, p. 201-204.

15 Cf A.P. van Vliet, Vissers en Kapers 1580-1648, Hollandse Historische Reeks XX, Leiden 1994, 327 p. Ouvrage fondamental qui s’appuie sur les sources hollandaises et belges les plus récentes. Voir également L. Lemaire, Histoire de Dunkerque..., p. 123-125.

16 Ibidem, L. Lemaire, Histoire de Dunkerque, p. 129 et R. Baetens, « Organisation et résultats... », art. cit., p. 7, note 44. H. Malo, Les corsaires dunkerquois, tome 1, p. 212-215.

17 A.P. van Vliet, Vissers en Kapers, op. cit., p.86.

18 H. Malo, Les corsaires dunkerquois, tome 1, p. 124-26, 225-27et 249-251.

19 H. Malo, Les corsaires dunkerquois, op cit., p 227-8 et p. 230-31.

20 Ibidem, p 256-265 ; voir également R. Baetens, Organisation et résultats..., art. cit., p. 5. et L. Lemaire, Histoire de Dunkerque, op. cit., p. 125-30.

21 R.A. Stradling, « Les corsaires dunkerquois... », art. cit.

22 P.Villiers, Les Européens et la mer..., op. cit., p. 61-63.

23 L. Lemaire, Histoire de Dunkerque, op. cit., p. 133.

24 P. Daudruy, Familles de la marine, op. cit., généalogie Gaspard Bart, p. 102 et Agnès Jacobsen-Michel Bart, p. 59.

25 R. A Stradling, « Les corsaires dunkerquois et l’Espagne... », art. cit.

26 R. Baetens, « Organisation et résultats... », art. cit., p. 6.

27 L. Lemaire, Histoire de Dunkerque..., op. cit., p. 140

28 J. Dams, « Michel Jacobsen et la flotte de Flandre, 1621-1632 » Revue des Amis du Vieux Dunkerque, no 5, avril 1976, p.43-49 et Pierre Daudruy et J. Dams « Michel Jacobsen, quelques nouveaux documents », Revue des Amis du Vieux Dunkerque, no 13, novembre 1981, p. 7-20.

29 « Correspondance de Jean Pennincq, greffier du siège de l’amirauté de Dunkerque », janvier – juillet 1633, RSDHA, 1987.

30 Ibidem, janvier - juillet 1635, RSDHA, 1991.

31 J.Alcala-Zamora y Queipo de Llano, Espana, Flandesy el Mar del Norte, 1618-39, Barcelone, 1975.

32 R. Baetens, Organisation et résultats..., art. cit., tableau p. 7. 1 florin carolus = 20 patards, = 1/6 de livre de Flandres ; 2 livres parisis = 1 livre d’Artois.

33 « Correspondance de Jean Penninck, A Dunkerque, lettre 156, juin 1635, et lettre 173, septembre 1635. » art. cit. et H. Malo, Les corsaires dunkerquois, tome 1 ; p. 323.

34 Ibidem, Dunkerque lettre 164, 10 août 1635. idem, lettre 142 et 144, 16 mars 1635 et 18 mars 1635.

35 P. Villiers, Ph. Jacquin et P. Ragon, Les Européens et la mer. ; op. cit., p.42.

36 Cité par R. Baetens, Organisation et résultats..., art. cit., note 48.

37 H. Malo, Les corsaires..., op. cit., p. 326-327.

38 « Correspondance de Jean Pennincq... », lettres 269 à 275, janvier à février 1637. RSDHA, 1995. Parmi les capitaines de galions de l’armada ayant fait des prises, on relève les noms de Cornille Meyne, Salvador Rodriguez, Antonia Dias. Capitaines de frégate de l’armada : Jean Basealere et Cornille Simoensen, Mathieu Claissen, Jacques Van Vooren.

39 Ibidem, lettre 285, mai 1637.

40 R.A. Stradling, Les corsaires dunkerquois..., art. cit., p. 27.

41 J. Dams « Un mémoire de l’amiral Jacques Colaert au gouvernement espagnol », Revue des Amis du Vieux Dunkerque, no 16, juin 1983, p. 111.

42 In José Alcalà-Zamora y Quiepo de Liano, Espana, Flandes y el Mar del Norte, 1618-1639. Ce rapport a été traduit et publié par Jean Dams, cf note ci-dessus.

43 Le banc Vuylbaert se trouvait entre le Scheurten et le Braaks.

44 Les îles Shetland.

45 Pour l'étude des convois et de leur protection, cf. P. Villiers Le commerce colonial atlantique et la guerre d'indépendance des Etats-Unis d'Amérique, New-York, Arno Press, 1977 et « La Marine et les convois de Louis XIV à Louis XVI », Revue Historique des Armées, Paris, no 4, 1996, p. 33-47.

46 John H. Elliott, Olivares, 1587-1645, L'Espagne de Philippe IV, Paris, 1992, p. 590-592.

47 Penninck, « Correspondance... », 11e série, RHDL, 1997, p. 46.

48 Lemaire dans son Histoire de Dunkerque, p. 146, cite 118 prises faites de mai à décembre 1638 par Michel de Home. Ce chiffre est admissible au vu des données citées précédemment mais les 800 prises faites en 30 mois par Michel de Horne semblent invraisemblables.

49 H. Malo, Les corsaires..., op. cit., p. 346-351.

50 Penninck, « Correspondance... », 11e série, RHDL, 1997, p. 35.

51 H. Malo, Les corsaires..., op. cit., p. 353-361.

52 Id., p. 643 et Alcalà-Zamora, España, Flandes..., op. cit., p. 459-465. Cf. Lemaire, Histoire de Dunkerque, op. cit., p. 146-147.

53 A. Cabantous, Histoire de Dunkerque, Toulouse, 1983, p. 72.

54 J. Pennincq, « Correspondance... », 11e série, RHDL, 1997, p. 35

55 A. Cabantous, Histoire de Dunkerque, p. 17 et Lemaire, Histoire de Dunkerque p. 148-151. et Jean Pennincq... » lettres 269, 27 février 1637. RSDHA, 1995.

56 L’expression est du professeur Alain Lottin, in Alain Lottin, Histoire de Boulogne, Lille 1982. Voir P. Villiers, Boulogne au XVIe siècle, in Ph. Masson et M. Vergé-Franceschi,, La France et la Mer au siècle des grandes découvertes, 1993.

57 A. Derville et A. Vion, Histoire de Calais, Calais, 1985, p. 117-8.

58 Idem, Histoire de Calais, p. 128.

59 Idem, p. 101-102.

60 H. Malo p. 359-362.

61 Ibidem, p. 364-365.

62 Ibidem, p. 367-372 et Lemaire, Histoire de Dunkerque, op. cit., p. 150-53.

63 Baetens, Organisation et résultats..., art. cit., p. 5.

64 R.A. Stradling, Les corsaires dunkerquois..., art. cit., p. 27-29 et notes.

65 F. Bluche, Louis XIV, Paris 1994, p. 38.

66 John H. Elliott, Olivares, op. cit., p. 593-595.

Table des illustrations

Titre Dunkerque vers 1640.
Légende Cette gravure flamande des années 1630-1640 montre au premier plan à droite une très belle représentation d'une frégate dunkerquoise de 16 canons. On distingue parfaitement les mantelets de sabord que l’on fermait par gros temps. La construction porte encore l’influence du XVIe siècle avec un beaupré portant deux civadières et un mâtereau vertical mais le mât d'artimon porte la brigantine latine indispensable pour louvoyer. A gauche, une frégate vent arrière, au centre une petite barque vent arrière sort du chenal tandis qu'une cague reconnaissable à sa voile aurique à livarde entre dans le port.
Crédits Collection de M. Louis de Lesdain, Bibliothèque Communale de Dunkerque
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49365/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Prises ennemies menées par les corsaires et par l’armada dans les ports des Pays-Bas espagnols de 1629 à 163825
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49365/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Total des pertes infligées par les corsaires flamands et par les navires de l’armada des Archiducs (1626-1637)26
Légende (x) : Les chiffres sont des estimations provenant de la correspondance du greffier Penninck.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49365/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Amiral Jacques Colaert
Légende Cette gravure représente Jacques Colaert. Il débuta comme capitaine corsaire de la chaloupe du magistrat de Bergues en 1623, puis entra au service de l'armada de Dunkerque où il fut nommé capitaine de vaisseau puis amiral de l’armée navale de Flandre le 6 mars 1637. Il s’illustra par des combats brillants contre les amiraux hollandais et par un rapport remarquable sur la stratégie à adopter contre les Hollandais. A noter que le collier autour du cou n’est probablement pas celui de l’ordre de Saint-Jacques mais le collier d’or accordé par le roi aux meilleurs corsaires.
Crédits @ Musée des Beaux-Arts de Dunkerque, cliché de J, Quecq d’Henripret, BA. R 224
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49365/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Origine, nombre et valeur des navires pris par les corsaires flamands de 1642 à 1646 (en florins)63
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49365/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search