Version classiqueVersion mobile

Les corsaires du littoral

 | 
Patrick Villiers

Avant-propos

Texte intégral

1Dunkerque, de Philippe II à Louis XVI, Boulogne sous la Révolution et l’Empire, et, dans une moindre mesure, Calais, deviennent tour à tour des capitales corsaires. Rien ne prédisposait cependant ces ports à devenir une métropole corsaire ? Le premier objet de ce livre, qui s’inscrit dans la logique de 30 années de recherches consacrées aux marines de guerres européennes, est de tenter apporter une réponse à cette interrogation.

2De 1568, début de la guerre de 80 ans entre l’Espagne et les futures Provinces-Unies, à 1713, fin de la guerre de Succession d’Espagne, le Pas-de-Calais et la mer du Nord voient un nombre extraordinaire d’affrontements. Certaines batailles navales sont encore dans toutes les mémoires : Invincible Armada, défaite d’Oquendo aux Dunes, victoires dites du Texel, l’une par Ruyter, l’autre par Jean Bart, etc., mais la bataille navale n’est qu’un bref moment de la guerre sur mer. Caboteurs côtiers, caboteurs européens, pêcheurs et corsaires représentent l’essentiel de la réalité maritime de cette époque. Moins glorieux que les rutilants vaisseaux de guerre, leur rôle est souvent primordial dans la survie économique et militaire des ports du littoral.

3C’est au cours de la guerre de 80 ans que la course s’impose véritablement comme une forme de la guerre moderne. Des corsaires des Gueux de Mer aux flûtes des Compagnie orientale et occidentales des Indes (V.OC. et W.I.C), la marine hollandaise fonde son extraordinaire développement sur l’économie corsaire, ruinant Bruges et Anvers. Les profits de la course permettent aux Provinces-Unies, luttant pour leur indépendance, de financer la défense de leurs villes contre les fameux « tercios » espagnols mais également de prendre le contrôle économique de la Baltique et de la mer du Nord. Dunkerque, jusque là petit port de pêche et de cabotage devient alors la tête de pont de l’Espagne pour soutenir son effort de guerre dans les Pays-Bas espagnols. Ses atouts essentiels sont la rade naturelle devant Mardicq et les bancs de sable qui assurent une protection quasi inexpugnable. Le port lui-même, est installé dans l’embouchure d’un Vliet à peine aménagé. Les autorités espagnoles fortifient la ville et la dotent d’un arsenal. Profitant de leur supériorité maritime, les Hollandais chassent les Dunkerquois du Dogger-banck et de la fructueuse pêche du hareng. Armateurs et pêcheurs dunkerquois n’ont alors d’autre choix que de se reconvertir dans la course et/ou dans le service du roi d’Espagne.

4Le conflit sur mer entre l’Espagne et les « révoltés » hollandais donnent progressivement naissance à un statut corsaire pour les capitaines et les équipages. Une guerre civile génère toujours des violences abominables. Les Espagnols mettent à mort les « gueux de mer » qu’ils jugent « pirates » puisque naviguant sous un pavillon non reconnu. Les Hollandais jettent à la mer les Dunkerquois attachés deux à deux, supplice qu’ils appellent par dérision le « lavement de pied à la dunkerquoise ». Les prisonniers sont ultérieurement engagés de force sur les navires de guerre, notamment les galères espagnoles. Les plus riches sont rançonnés. Epargner la vie de l’ennemi se fait très progressivement, de nombreux combats finissant « sans quartier ».

5La guerre de 80 ans oblige les autorités espagnoles à adapter à la Manche et à la mer du Nord le droit corsaire, Dunkerque devient siège d’Amirauté et le Conseil des Prises siège à Bruxelles. Il en résulte une bureaucratie précieuse pour l’historien qui peut quantifier le mythe corsaire. Naissent alors une tactique et une stratégie corsaires qui seront copiées par toutes les autres puissances européennes. Les succès dunkerquois résultent des opérations combinées entre navires de guerre et corsaires « particuliers ». Cependant la course ne peut remporter la guerre à elle seule, même si elle donne une pléiade d’amiraux à l’Espagne. En 1637, l’amiral Jacques Colaert, ancien corsaire dunkerquois, analyse la stratégie maritime espagnole. Refusant la bataille d’escadres, il propose d’attaquer les Provinces-Unies à travers leurs forces économiques : flotte de pêche, flotte baleinière, flotte de la Baltique et flotte coloniale. Sa mort à Madrid empêche l’application de ce plan. Son successeur l’amiral Oquendo cherche l’affrontement direct avec la flotte hollandaise. L’opération tourne au désastre ; la bataille des Dunes en octobre 1639 confirme l’analyse de Colaert. Cette défaite marque la fin de l’espérance espagnole de reconquérir le mer du Nord mais la marine espagnole ne disparaît pas pour autant. Galions de l’armada et corsaires particuliers remportent des succès indiscutables. Avec 198 captures en 1642 et 191 prises en 1645, le bilan des années 1642-1646 est supérieur à celui des années 1629-1638. La « frégate dunkerquoise » s’impose comme le navire idéal pour la course et les escadres légères. Le commerce hollandais souffre terriblement et annihiler Dunkerque devient l’un des objectifs essentiels de Tromp.

6Calais et Boulogne jouent alors un rôle déterminant comme bases de ravitaillement et d’appui de la flotte hollandaise. Le première capture de Dunkerque en 1646 par les armées françaises scelle le destin de la course espagnole. Lors du bref retour de Dunkerque dans la couronne espagnole, les armateurs et les équipages se lancent à nouveau dans l’aventure corsaire mais avec des résultats médiocres.

7Lors de la guerre de Dévolution, les ports de Boulogne, Calais et Dunkerque, pour la première fois tous français, pratiquent de concert la guerre de course mais aucun des ports ne bénéficie d’un arsenal digne de ce nom. Le boulonnais Panetié et le dunkerquois Jacobsen, tous deux anciens corsaires, entrent dans la marine royale, principalement pour des missions d’escorte. Jacobsen est autorisé par Colbert à armer en course sa frégate royale avec des capitaux privés. Ainsi commence la pratique des armements « mixtes », appelés ensuite « au cinquième » qui dureront jusqu’en 1713. Avec plus de 227 armements et 500 prises pendant la guerre de Hollande, Dunkerque s’impose comme le premier port métropolitain et Jean Bart avec 92 captures gagne son titre de roi des corsaires. En créant un arsenal moderne à Dunkerque, Louis XIV renoue avec la stratégie espagnole. Pendant la guerre de la ligue d’Augsbourg, l’escadre du Nord, souvent dirigée par Jean Bart, qui finit chef d’escadre, pratique tout autant l’escorte du commerce français que l’attaque des escadres anglo-hollandaises et la destruction des flottes de pêche et de commerce ennemies. Les corsaires du Littoral, principalement dunkerquois, sont étroitement associées à l’escadre du Nord. La plupart naviguent en « meutes », ce qui explique les 2700 captures réussies.

8En dépit de la mort de Jean Bart, l’escadre du Nord, avec Tourouvre, Saint-Pol, La Luzerne, puis Forbin, continua ses exploits, pratiquant escortes et stratégie corsaire. L’épuisement des finances royales amena Louis XIV à prêter à la course ses vaisseaux, notamment à Cornil Saus. De 1702 à 1713, en dépit du blocus du Pas-de-Calais, navires du roi et corsaires « particuliers » firent 3 000 captures sur les 7 000 faites par les Français. Calais se distingua en recevant près de 1 000 captures. Les travaux de Vauban, fortifications, chenal et port à écluses furent déterminants dans les résultats des corsaires du Littoral. Les Anglais ne s’y trompèrent pas en exigeant en 1715 la destruction des écluses et du chenal.

9Au terme de l’analyse de 150 ans d’une histoire maritime du pas-de-Calais dominée par la guerre, la course apparaît comme le phénomène essentiel. Sous Louis XIV, la France porta à son apogée les règles du succès trouvées par les Espagnols : base navale et corsaires particuliers naviguant en coopération avec la marine de guerre. Cependant, si le Littoral parvint le plus souvent à s’enrichir durant les conflits, la course n’a jamais pu à elle seule gagner la guerre.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search