Version classiqueVersion mobile

Louis Loucheur

 | 
Stephen D. Carls

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Wright, France in Modem Times, p. 357-358, 363-366. Kuisel, Ernest Mercier, p. 86-88 Kuisel, Capita (...)

1La carrière publique de Loucheur se déroula à la fin d’une période importante de la IIIe République. Lorsqu’il entra au gouvernement en 1916, la France était engagée dans une guerre sans précédent qui mit son système à rude épreuve. Une fois la victoire achevée, bien des Français, avides de normalité, voulaient ressusciter immédiatement les valeurs libérales d’avant-guerre dans la mesure du possible. Au niveau économique, leur désir fut réalisé lorsque les contrôles gouvernementaux de guerre furent rapidement abolis et que les anciennes habitudes commerciales reprirent dans bien des secteurs. Culminant avec un taux de production de 140 en 1929-1930, comparé avec un index de base de 100 en 1913, la croissance industrielle des années vingt sembla confirmer la sagesse de ce retour aux méthodes libérales. Certains milieux, pourtant, pensaient que la France avait besoin de modernisation économique et sociale. Les néo-Saint-Simoniens voulaient rationaliser l’industrie française afin de la rendre plus productive et plus efficace. L’ardeur modernisatrice gagna le niveau international à partir du milieu des années vingt et prit corps dans les tentatives d’établir la coopération économique européenne. Mais la crise économique mondiale, dont les effets se firent sentir en France en 1931, l’année de la mort de Loucheur, ruina les efforts des modernisateurs en provoquant des mesures favorables aux producteurs faibles et inefficaces1.

2En tête des modernisateurs était Loucheur, l’un des premiers technocrates français. Après une brillante carrière de fabricant d’armes privé, il entra pendant la guerre au gouvernement auquel il apporta ses valeurs technocratiques. Ministre, il établit des programmes de production ambitieux. Pour les réaliser, il encouragea la production de masse, l'utilisation rationnelle des ressources, un traitement souple des questions ouvrières, et des contrôles de qualité rigoureux. Qui plus est, il accepta des responsabilités ministérielles accrues dans l’espoir de rendre sa gestion plus efficace. Il recruta des assistants qui partageaient ses vues, mais il se heurta souvent à l’opposition des politiciens et des bureaucrates dont les priorités contrariaient les siennes. Malentendus et conflits le poursuivirent tout au long de la guerre.

3Bien qu’en général favorable au libéralisme économique, Loucheur n’hésita pas à utiliser l’Etat pour coordonner et superviser des activités économiques qu’il pensait ainsi aider, telles l’achat et la distribution de matières premières essentielles. Les urgences causées par la guerre motivaient incontestablement sa recommandation d’une intervention étatiste à grande échelle, mais cette dernière découlait également de son pragmatisme. Il était prêt à laisser l’Etat diriger certains aspects de l’économie internationale, comme par exemple la coopération interalliée économique sophistiquée qu’il aida à organiser pour répondre à la guerre sous-marine allemande.

4Par ses efforts en France et à l’étranger, Loucheur apporta une contribution décisive à la défaite des puissances centrales en 1918. Il prouva qu’un homme d’affaires technocrate pouvait organiser la production de guerre dans des circonstances extrêmement difficiles. Toutefois, ses succès furent vite oubliés, en partie parce qu’il fut précédé au ministère de l’Armement par Albert Thomas dont les contributions à la production d’armements avaient captivé l’attention du public. Pourtant, ce fut Loucheur qui fut l’organisateur clé de l’industrie de guerre française pendant les deux dernières années du conflit, en particulier après le départ de Thomas en septembre 1917. De bien des façons, 1917 et 1918 posèrent des problèmes de matières premières et de fabrication d’armements plus graves que lorsque Thomas était en poste.

5A la fin de la guerre, Loucheur, voyant les faiblesses du tissu économique français, désirait promouvoir le renouveau économique, mais il fut contrecarré par ceux qui voulaient restaurer l’ordre d’avant-guerre. Sur le plan international, où il espérait que les contrôles alliés des matières premières continueraient, la coopération mise en place pendant la guerre commença à se déliter. Loucheur, qui favorisait un retour à l’initiative privée dans l’économie de l’après-guerre, embrassa une politique qui limitait le rôle économique de l'Etat. Les consortiums de guerre pour les matières premières furent dissous, et Loucheur cessa de s’intéresser à la conversion des arsenaux d’Etat en établissements à buts civils. Pourtant, il croyait l’Etat capable de contribuer à certains de ses plans d’après-guerre, en particulier pour le charbon et la sidérurgie. Il vit que l’obtention de quantités importantes de charbon allemand au titre des réparations favoriserait le renouveau économique français. Il espérait également qu’en contrôlant les prix du charbon il pourrait stimuler la production de fonte et d’acier et rendre la France performante sur les marchés internationaux. Il comprenait bien l’urgence de cette tâche, car la France, en acquérant le potentiel métallurgique lorrain avait la possibilité de devenir la deuxième puissance métallurgique mondiale. Dans ce domaine, il utilisa l’Etat pour promouvoir des ententes industrielles métallurgiques et ne recula qu’au début de 1919, lorsqu’il dut faire face à la résistance des petits producteurs, à de violentes attaques parlementaires, et à une campagne de presse qui le visait personnellement. Loucheur passa des accords financiers spéciaux avec les aciéristes pour obtenir le métal nécessaire à la construction d’une flotte marchande. Il encouragea l’établissement de groupements de producteurs dans les régions dévastées, afin d’aider les industriels à se rétablir, tout en laissant à ces derniers le soin d’établir des plans précis à ces fins. Il parla également de la participation de l’Etat à la propriété de certaines mines sous forme de régie intéressée, un mode d’organisation qu’il présenta de nouveau en 1920 lorsqu’il introduisit un projet de loi pour moderniser les chemins de fer.

6Loucheur tenta également sans relâche de persuader les Français de réévaluer leur culture économique. Il parla d’efficacité devant la Chambre des Députés en février 1919 et, pendant la campagne électorale de 1919, il prêcha l’ouverture aux idées économiques audacieuses. Il cherchait à modeler une société productrice opérant dans le cadre d’une économie française dynamique. Sa campagne de modernisation acquit une dimension politique à l’automne 1919, lorsqu’il décida de se porter candidat à la Chambre, car il était évident que sa future carrière de ministre devrait recevoir la sanction des électeurs. Loucheur espéra sans doute être suivi par d’autres modernisateurs. La Journée industrielle y fit allusion en 1919 en recommandant l’élection d’industriels de premier plan capables de réaliser le potentiel économique de la France. Mais Loucheur lui-même ne fit jamais de campagne systématique pour augmenter le nombre d’experts techniques au Parlement, bien qu’il travailla étroitement pendant les années vingt avec les parlementaires qui œuvraient pour le renouveau économique.

  • 2 Brelet, La Crise de la métallurgie, p. 54-59. Grabau, Industrial Reconstruction, p. 168-169.

7L’étape que l’on pourrait considérer la plus importante des efforts de Loucheur pour moderniser le libéralisme économique de la France d’après-guerre prit fin en janvier 1920, lorsqu’il quitta son poste de ministre de la Reconstitution industrielle alors qu’il venait d’être élu député. Il avait bien des raisons d’être déçu de n’avoir pu faire plus en 1919, mais ses efforts vers le renouveau économique ne furent pas totalement vains. Grâce à ses tentatives, les industries du charbon et de l’acier fusionnèrent jusqu’à un certain point au début des années vingt, un processus dans lequel son partenaire de guerre, Schneider-Creusot, joua un rôle2. Les régions libérées se modernisèrent elles aussi par la persuasion plutôt que sur ordre de l’Etat. La façon dont l’Office de la reconstitution industrielle y introduisit l’électrification industrielle illustre cette approche. Mais, comme Loucheur dépendait des entreprises privées pour bâtir sur les ruines de guerre, la rénovation industrielle des régions libérées fut inégale et sporadique. Pourtant, il est certain que Loucheur aida à donner le ton aux tendances modernisatrices par son travail au ministère de la Reconstitution industrielle en 1919.

8Il ne fut pas longtemps privé de poste. Ses talents de gestionnaire furent de nouveau nécessaires en 1921 au ministère des Régions libérées. Bien qu’il continuât à encourager l’utilisation de méthodes modernes, son souci majeur en 1921 était d’accélérer la reconstruction. Donnant la priorité au règlement des dossiers de dommages de guerre, il en accéléra l’examen. Son succès fut déterminant, même si les problèmes de gestion subsistèrent après son départ du ministère au début de 1922. Par exemple, un résultat involontaire de ses mesures fut que certains sinistrés furent escroqués.

9Loucheur resta le chantre de la modernisation dans les années vingt. Il fit preuve de pragmatisme en modérant son libéralisme économique quand il jugeait que l’intervention de l’Etat était nécessaire pour la santé de la nation. Il joua un rôle critique dans la création de la Compagnie française des pétroles, une société d’économie mixte dont le but était de mettre fin à la dépendence de la France en pétrole. Il supporta également la participation de l’Etat au développement de l’industrie des engrais. Au niveau international, il fut le père de la conférence économique internationale de 1927 où il voulait concentrer les industries européennes de base et réduire les tarifs douaniers. Il prôna même une future union européenne économique.

10Les objectifs modernisateurs de Loucheur comprenaient l’amélioration de la situation des ouvriers dans le système capitaliste français. Dès 1920, il introduisit un projet de loi par lequel le gouvernement s’engageait à construire un grand nombre d’habitations ouvrières. Bien que ce projet de loi ne fût pas voté par le Sénat, sa ténacité fut récompensée en 1928 par le vote d’une autre loi sur le logement qu’il avait parrainée. Plus modérée que son projet de 1920, cette nouvelle loi permit au gouvernement de réaliser la plus importante contribution de l’entre-deux guerres en matière d’habitations ouvrières. Ministre du Travail, Loucheur fut également au centre du débat législatif sur la loi des assurances sociales de 1928-1930, dont il prépara les mesures d’application. Il était mû par un souci humanitaire, mais il se souciait également d’intégrer les ouvriers plus complètement dans le système économique afin d’augmenter leur investissement. Lorsque, au début de 1929, il parla d’émettre des actions du travail qui pourraient être converties en actions de capital, il voulait une fois de plus insérer les intérêts ouvriers dans des intérêts plus vastes. Son introduction d’un projet de loi sur la médiation ouvrière avait lui aussi des buts à la fois technocratiques et humanitaires.

11Conscient du fait que l’Allemagne dépasserait la France au plan économique, et convaincu que la paix européenne dépendait de l’économie, Loucheur conclut que la sécurité française dépendait de la coopération et de la conciliation avec l’enemi. Il prêcha la modération sur la question des réparations à la conférence de la paix et des négociations économiques directes avec les Allemands après la signature du traité de Versailles. Mais les contraintes politiques de la fin de 1919 annulèrent ses efforts. Il renouvela ses tentatives lors des négociations de Wiesbaden en 1921, mais elles non plus ne produisirent pas le résultat espéré.

12Malgré sa perspicacité Loucheur fut, à l’instar d’autres hommes politiques français, lent à saisir la portée de la crise financière dans laquelle se trouvait la France. Préférant éviter des augmentations d’impôts au début des années vingt, il accepta tardivement qu’elles fussent la seule solution. Toutefois, lorsqu’il tenta de faire approuver des mesures draconiennes par la Chambre des Députés à la fin de 1925, il se heurta à la résistance de la commission des Finances qui le força à démissionner de son poste de ministre des Finances. Néanmoins, il aida la France à franchir une mauvaise passe en faisant voter une mesure de taxation préliminaire qui permit au gouvernement de rembourser les bons arrivant à échéance au début de décembre.

  • 3 Kuisel, Capitalism and the State, p. 84-85.

13Au début des années trente, la France était toujours à la traîne d’autres nations industrielles avancées. Le nombre d’entreprises employant de une à cinq personnes avait diminué de 25 % entre 1901 et 1931, et le nombre des grandes entreprises avait doublé, mais il y avait toujours 400 000 petites entreprises en 1931, contre seulement 1 100 grandes entreprises3. Peut-être faut-il blâmer en partie Loucheur pour ne pas avoir réduit l’écart entre le secteur dynamique et le secteur statique de l’économie, car ses mesures modernisatrices ne touchèrent jamais qu’un segment limité de l’économie. II laissa la plupart des décisions aux mains du secteur privé sans supervision de l’Etat, ce qui fit que les changements furent souvent lents. Mais son orientation technocratique devança les idées et les politiques qui furent incorporées au système administratif français après la Deuxième Guerre mondiale, et ses efforts pour le renouveau économique domestique et la coopération économique européenne préfigurèrent les changements qui transformèrent la France après 1945. Même si sa carrière publique fut inégale, ses contributions furent nombreuses. Et, au nombre de ses succès les plus brillants, il faut compter le fait qu’il était le héraut d’une nouvelle classe de « gestionnaires technocratiques » qui devaient avoir une influence extraordinaire sur la vie économique de la France.

Notes

1 Wright, France in Modem Times, p. 357-358, 363-366. Kuisel, Ernest Mercier, p. 86-88 Kuisel, Capitalism and the State, p. 93-98. Tom Kemp, The French Economy, 1913-1939 : The History ofa Décliné (Londres, 1972), p. 99-114.

2 Brelet, La Crise de la métallurgie, p. 54-59. Grabau, Industrial Reconstruction, p. 168-169.

3 Kuisel, Capitalism and the State, p. 84-85.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search