Version classiqueVersion mobile

Louis Loucheur

 | 
Stephen D. Carls

Chapitre VI. La transition vers l’après-guerre, 1918-1919

Texte intégral

1Le 11 novembre 1918, un armistice fut signé avec l'Allemagne. Les Alliés fêtèrent le triomphe de la démocratie, et la France toute entière célébra la victoire. A Paris, les représentants d’une trentaine de nations prirent part aux réjouissances spectaculaires qui comprenaient un défilé de la victoire des troupes alliées sur les Champs Elysées, où quarante-sept ans plus tôt les troupes prussiennes avaient défilé après la défaite de la France dans la guerre franco-prussienne. Le peuple de France était reconnaissant pour la victoire et la paix.

2Mais avec la paix vinrent des problèmes. La France était engagée dans une économie de guerre qui comprenait la production de grandes quantités de matériel de guerre, de vastes usines de munitions, et une consommation importante de matières premières. La soudaineté de la capitulation allemande plaça la France devant de nouvelles priorités de paix. Il fallait transformer l’économie de guerre et jeter les bases d’une économie de paix aussi rapidement que les circonstances le permettaient. Loucheur joua un rôle dans cette transition au ministère de l’Armement, puis au ministère de la Reconstitution industrielle, qui lui succéda.

  • 1 Kuisel, Capitalism and the State, p. 50.

3Le ministère de la Reconstitution industrielle naquit d’une recommandation faite par le ministère du Commerce au début de 1918, et qui prévoyait de faire superviser le développement et la démobilisation industriels de l’après-guerre par un nouveau ministère. La proposition consistait à assimiler certains services des ministères de l’Armement et du Commerce au nouveau ministère qui se verrait également confier la reconstitution industrielle des régions dévastées. Peu après la fin des hostilités, Clemenceau donna suite à cette idée, et en confia à Loucheur les responsabilités ministérielles implicites, notamment dans le domaine des matières premières et de la politique d’importation. En même temps, le président du Conseil réduisit considérablement l’influence de Clémentel dont le ministère du Commerce avait joué un rôle de premier plan dans la politique économique pendant la guerre. Tout ceci prépara l’ascension de Loucheur au poste de principal conseiller économique de Clemenceau au début de 19191.

  • 2 Ibid., p. 44-48, 53.

4A la fin de 1918, les deux hommes les plus étroitement liés au développement de la politique économique d'après-guerre étaient Loucheur et Clémentel. Bien qu’ils aient été d’accord sur le besoin de moderniser l’industrie, leurs vues différaient sur les moyens d’y parvenir. Clémentel, dont l’équipe avait établi des plans pour l’économie d’après-guerre pendant le conflit, formula un grand projet qui comprenait des ententes de producteurs (les cartels), des organismes économiques régionaux, et un partenariat entre le gouvernement, la main d’œuvre et le patronat, le tout dans une vision industrielle modernisatrice. Un puissant ministère de l’Economie nationale fut envisagé pour coordonner ce réseau économique et pour pallier aux initiatives privées si nécessaire. Le projet de Clémentel prévoyait la coopération internationale : en septembre 1918, dans un mémorandum qui servit de base pour la politique française économique lors des négociations de paix avec les Alliés, il prôna la continuation de la mise en commun par les Alliés des matières premières rares à des prix raisonnables. Mais les milieux d’affaires français s’opposèrent vigoureusement à un plan nettement étatiste qui de surcroît se heurtait à l’opposition des Etats-Unis (voir infra, p. 155)2.

  • 3 Procès-verbal, Commission de Réorganisation économique (Chambre), 18 octobre 1917, dans C, 7771, AN

5Loucheur n’avait pas de plan détaillé de renouveau économique à présenter à la fin de la guerre, principalement parce qu’il avait investi son énergie dans la production de munitions et qu’il avait cru, jusqu’aux toutes dernières semaines de la guerre, que le conflit continuerait jusqu’en 1919. En outre, il avait dû s’attendre à ce que ses services à l'Etat prennent fin une fois que l’état d’urgence lié à la guerre aurait disparu. Néanmoins, il avait une vision de ce que devrait être l’économie française d’après-guerre et il en parla à la commission de Réorganisation économique de la Chambre en 1917 ; ce furent ces idées qui l’aidèrent à formuler une politique économique de temps de paix lorsqu’il se pencha sur cette question après l’armistice3.

6A la fin de 1918, Loucheur était bien moins étatiste que Clémentel et bien plus intéressé que lui à rétablir la liberté commerciale aussi rapidement que possible. Il pensait que la plus grande partie de la reconstruction économique pourrait être assurée par des initiatives privées. Toutefois, il savait que la participation de l’Etat était inévitable, et sa nature pragmatique lui permit de la recommander là où il le jugeait nécessaire. Par exemple, il s’unit à Clémentel pour demander un système de mise en commun des ressources par les Alliés, mais il se montra flexible quand ce projet déplut.

  • 4 Ibid.

7Pendant les mois de transition, Loucheur voulut jeter les bases d’une économie française forte, efficace, compétitive, et modernisée. Il critiqua les faiblesses de la vie économique française d’avant-guerre : des entreprises petites et inefficaces, l’individualisme et la jalousie, les barrières douanières, des exportations timides, et la dépendance excessive de l’étranger en produits finis et en matières premières4. Il espérait faire de la France une puissance exportatrice de premier plan capable de concurrencer l’Allemagne, l’Angleterre, et les Etats-Unis. Dès le début, il parla en faveur des associations industrielles et appuya les tentatives de créer de puissantes ententes de producteurs pour le fer et l’acier. Il encouragea la production en masse et le regroupement d’usines spécialisées autour de la manufacture d’un produit. Et, pour combattre la dépendance de l’étranger en produits finis, il envisagea de transformer temporairement les usines de munitions de l’Etat pour leur faire fabriquer des produits peu courants en France, tels les machines à coudre, les machines à écrire et les engrais.

8Loucheur était impatient de raffermir la position de la France en matières premières et en énergie. Comme le charbon était le moteur de la vie industrielle française, le coût d’autres produits et matières dépendait de son prix. Comprenant cela, Loucheur se battit avec ardeur pour garder le prix du charbon à un niveau suffisamment bas pour assurer la compétitivité française avec le reste du monde industrialisé ; cela explique également son vif intérêt dans la mise en commun des ressources par les Alliés à des taux équitables. Pour satisfaire aux besoins de la France en énergie, Loucheur encouragea la production domestique, chercha des sources à l’étranger, et recommanda de développer de nouvelles formes d’énergie, telle l’hydro-électricité.

  • 5 France, Annales de la Chambre : Débats, 14 février 1919, p. 567.

9Loucheur voulait apporter au libéralisme économique une tendance modernisatrice fondée sur le soutien du gouvernement et la participation de l’Etat. Il souligna le besoin pour les industriels français d’embrasser un nouvel esprit économique dans un discours à la Chambre des Députés le 14 février 1919 : « Il leur faut de la hardiesse, mais il faut aussi qu’on leur donne la confiance qui leur est nécessaire... C’est cette politique de hardiesse et de confiance que nous devons poursuivre aujourd’hui et, en descendant de cette tribune, je n’ajouterai qu’un mot : c’est que, actuellement, dans la bouche de tous les Français, il ne doit y avoir qu’un seul hymne, ‘l’hymne à la production’ »5. Mais il s’avéra beaucoup plus difficile de réaliser ces idées que de les exprimer. Loucheur se heurta à la résistance répétée des lobbies. La pression des industriels, une campagne de presse, et des attaques à la Chambre contre certains aciéristes le forcèrent à modifier ses plans pour la création de puissantes associations métallurgiques. Et beaucoup d’ouvriers s’intéressaient moins à la production qu'à une semaine de travail raccourcie. D’assurer du charbon à un prix compétitif devint donc un problème redoutable qui dépendait de circonstances qui échappaient au contrôle de Loucheur.

Premières décisions industrielles

10L’étatisme, caractérisé par la participation lourde de l’Etat à la vie économique française, avait atteint un niveau inégalé à la fin de la guerre. Dès que la guerre fut finie, le secteur privé réclama le retour à la liberté commerciale. Tout en donnant son accord de principe à la relaxation des contrôles de l’Etat dans l’économie, Loucheur savait que l’économie ne pouvait pas reprendre un rythme de paix sans une période d’adaptation pendant laquelle l’Etat jouerait un rôle essentiel.

11Par conséquent, il conçut des mesures visant à stimuler la production du temps de paix par l’industrie privée. Il décida également du sort des usines de munitions de l’Etat qui avaient employé des dizaines de milliers d’ouvriers pendant la guerre. Sur cette question, il fut pris entre ceux qui voulaient voir l’Etat assumer de façon permanente la fabrication de certains produits non liés à la guerre et ceux qui refusaient toute production de paix par l’Etat. Comme il prévoyait que l’industrie métallurgique jouerait un rôle essentiel, tout en réduisant les contrôles de guerre après l’armistice, il essaya d’utiliser l’influence du gouvernement pour encourager la formation d’ententes industrielles. Le charbon étant en quantité extrêmement limitée, il ne pouvait pas être complètement déréglementé sans créer une situation chaotique. Il fallait donc choisir soigneusement les modifications à apporter au système de guerre, et Loucheur dut trouver un moyen d’assurer des réserves de charbon suffisantes pendant l’hiver de 1918-19.

  • 6 Le ministre de l’Armement et des Fabrications de guerre à Messieurs les inspecteurs des forges, les (...)
  • 7 Procès-verbal, Commission de l’Armée (Chambre), 15 novembre 1918, dans C, 7501, AN.

12La démobilisation industrielle qui l’attendait était impressionnante, car, à la fin de la guerre, environ douze mille usines relevaient de la juridiction de son ministère. Il voulait en convertir la plupart à une production de paix avec le moins de perturbations possible. Ainsi, il diminua progressivement la fabrication de certains matériels de guerre, laissant les besoins militaires et la disponibilité en main d’œuvre dicter le rythme de cette reconversion. Il convoqua les industriels pour les aider à se reconvertir dans les produits de temps de paix sans annuler d’emplois6. Par exemple, Le Creusot employait soixante-cinq mille ouvriers à la fin de la guerre dans ses usines principales et annexes. Loucheur décida de leur commander entre quatre et cinq cents locomotives, et il dit à la commission de l’Armée de la Chambre le 15 novembre 1918, « Le Creusot, après avoir résisté un peu, a été stupéfait de constater qu’avec ses ateliers où le montage exige des moyens énormes..., au lieu de faire 200 locomotives en deux ans, il pourrait, par le moyen que j’indique, en faire 500 et même 600. Il lui suffit de se faire aider, de faire faire les pièces de séries, toujours les mêmes, dans d’autres ateliers. » Il est évident que Loucheur avait l’intention de surveiller de très près les grandes industries comme Le Creusot, en partie à cause du nombre d’ouvriers concernés, mais aussi parce qu’il croyait que l’industrie lourde était la clé du renouveau français. Il se prépara également à encourager des compagnies à basse performance à fusionner avec de grandes companies pour appliquer le principe de la production en masse7.

  • 8 La Journée industrielle, 10 janvier 1919, p. 1, 11 janvier 1919, p. 2. Le Temps, 26 décembre 1918, (...)
  • 9 France, Annales de la Chambre : Débats, 14 février 1919, p. 559.

13Pendant ce temps, on reprochait au gouvernement de ne pas abolir les contrôles. Plusieurs associations industrielles et un certain nombre de journaux s’élevaient contre les politiques étatistes. Ces sentiments étaient suffisamment répandus pour susciter la création de ligues industrielles unies dans la lutte contre l’étatisme sous toutes ses formes8. L’on déplorait particulièrement la position du gouvernement sur les importations. Mais, responsable des importations depuis la création du ministère de la Reconstitution industrielle, Loucheur refusa de céder bien que personnellement il préférât la liberté commerciale. Il expliqua à la Chambre des Députés le 14 février 1919 que deux considérations primordiales expliquaient la position du gouvernement : il fallait assurer la stabilité du franc, menacée par un important déficit de la balance des paiements, tout en donnant à l’industrie française le temps de se remettre de la guerre avant de l’exposer à des secousses externes. Il admit toutefois que ce souci exigeait de prévenir des prix élevés. Il expliqua qu’il fallait moduler le robinet de l’importation, citant un cas où les produits en acier anglais avaient été importés pour forcer les producteurs français à baisser leurs prix9. Ces explications ne donnèrent pas satisfaction à ses adversaires qui continuèrent à protester pendant le printemps.

  • 10 Godfrey, Capitalism at War, p. 106-127. Frank Arnold Haight, A History of French Commercial Policie (...)

14Loucheur agit rapidement pour abolir un autre instrument de contrôle datant du temps de guerre, les consortiums. Comprenant des fabricants et des marchands dépendant de denrées comme le coton ou le jute, les consortiums avaient été formés pour centraliser les achats de produits à l’étranger. C’étaient des corporations fermées, si bien que les industriels ou les marchands qui refusaient d’en faire partie étaient exclus des achats à l’étranger. Contrôlés par les commissions gouvernementales qui coordonnaient les transports et contrôlaient les prix, la plupart d’entre eux avaient été rattachés au ministère du Commerce pendant la guerre, puis ils furent placés sous la tutelle de Loucheur lorsqu’il fut nommé ministre de la Reconstitution industrielle. Les milieux d’affaires qui avaient toléré les consortiums pendant la guerre exigèrent alors leur disparition. Loucheur, qui partageait leurs vues, agit rapidement. Il put dire à la Chambre des Députés en février qu’il n’en restait plus que trois, sur lesquels un dont la dissolution était prévue pour la fin de mars10. Ce fut là un signe encourageant pour les adversaires de l’étatisme, mais, pour Clémentel qui croyait dans l’utilité des consortiums, cela représenta une défaite majeure.

Les établissements de l’État

15Les programmes de fabrication de munitions, qui fonctionnaient à plein au début de novembre, furent fortement réduits à la signature de l’armistice. Il fallut décider du sort des usines de munitions de l’Etat. Loucheur voulait les garder en état de quasi-préparation au cas où l’armistice serait rompu avant la signature du traité de paix. Mais il dut prévoir le réemploi de la plupart de leur main d’œuvre. On pouvait certes reconvertir certains ateliers des usines de l’Etat pour la production de biens de paix, surtout ceux que la France importait avant la guerre ou ceux dont on avait besoin, tels les locomotives, les wagons, l’équipement téléphonique, et les pièces de rechange pour l’équipement ferroviaire.

  • 11 Procès-verbal, Commission de l’Armée (Chambre), 15 novembre 1918, dans C, 7501, AN. Proposition de (...)

16Loucheur communiqua ses idées sur les usines de guerre de l’Etat à la commission de l’Armée de la Chambre le 15 novembre 1918. Il pensait que les poudreries de l’Etat devraient être affectées à la production d’engrais. Bien que proclamant son adhésion à l’industrie privée, il fit remarquer que ces usines pourrait même aider à contrôler les prix des engrais, puisque, agissant comme une soupape de sécurité, elles pourraient empêcher la réapparition du redoutable Cartel des carbures. Il suggéra que la participation de l’Etat à la production d’engrais encouragerait le développement du secteur agricole. Il donna également l'impression que l’Etat pourrait s’engager dans la production d’autres biens, l’équipement téléphonique lui servant d’exemple. Ses déclarations ce jour-là encouragèrent Albert Thomas qui commenta, « C’était là une bonne, solide, quoique modérée doctrine d’étatisme »11.

  • 12 Article du journal Les Débats, 27 novembre 1918, dans F 7, 13367, AN. Le Temps, 1er décembre 1918, (...)

17Mais l’opposition était coriace. La presse critiqua ce concept dans plusieurs articles et publia les protestations des associations industrielles et commerciales. Le journal Les Débats rappela la débâcle de l’expérience des ateliers nationaux en 1848. Le Parlement s’insurgea, Raphaël Milliès-Lacroix, rapporteur auprès de la commission des Finances du Sénat, étant l’un des ténors de l’opposition12.

  • 13 Procès-verbal, Commission du Budget (Chambre), 12 décembre 1918, dans C, 7561, AN.

18Le zèle initial de Loucheur pour les établissements de l’Etat s’adoucit vers le quinze décembre, lorsqu’il déclara à la commission du Budget de la Chambre que l’affectation de certains ateliers à des objectifs de paix devrait être très limitée. Il mentionna Roanne où, au lieu de garder des milliers d’ouvriers, il avait l’intention de garder des effectifs d’un ou deux milliers de personnes pour fabriquer du matériel roulant. Pour justifier l’utilisation des établissements de l’Etat, il avertit : « Il ne faudrait pas, s’il nous arrivait un jour un nouveau malheur de guerre, que nous nous trouvions devant le même trou qu'en 1914 »13.

  • 14 Déclarations faites par Loucheur entre le 15 novembre 1918 et le 30 mars 1919, sur les établissemen (...)

19Le 30 décembre, comparaissant devant le Sénat, il clarifia sa position jusqu’à un certain point en répondant aux questions de Milliès-Lacroix. Il s’accorda avec le sénateur pour dire que les établissements de l’Etat ne devraient pas « faire une concurrence nuisible » à l’industrie privée. Il déclara encore plus nettement qu’il était déterminé à réduire le personnel des établissements de l’Etat aux effectifs d’avant-guerre, et il commença à parler d’utiliser les établissements de l'Etat à des buts civils uniquement de façon temporaire. Il n'avait pas des idées très arrêtées puisqu’il demanda un délai supplémentaire pour établir un programme cohérent14.

  • 15 France, Annales de la Chambre : Débats, 14 février 1919, p. 557-558, 21 février 1919, p. 692-703.

20Loucheur reparla de cette question le 14 février 1919 devant la Chambre des Députés. Il déclara qu’une partie de l’espace libéré dans les établissements de l’Etat devait être affecté à la réparation de matériel roulant à raison d’un rythme mensuel de 1 500 wagons à la fin d’avril et de 2 500 à la fin de juin. Il signala également que huit cents ouvriers étaient employés à faire des ferrures pour la réparation des wagons à Roanne où l’on envisageait la fabrication de wagons neufs « suivant le type unique adopté par le ministre des Travaux publics ». D’autres usines produiraient du tabac et de l’équipement téléphonique et télégraphique. Il indiqua que les poudreries de l’Etat construites pendant la guerre produisaient des engrais agricoles, mais il ne parla plus de les utiliser pour stabiliser les prix. Bref, il fit de son mieux pour rassurer ceux qui redoutaient l’intrusion de l’Etat, mais il laissa plusieurs questions sans réponse, et sa présentation lui valut des critiques à gauche comme à droite15.

  • 16 Proposition de loi présentée par Albert Thomas, Chambre des Députés, Session de 1919, dans 94 AP, 3 (...)

21Au cours des semaines suivantes, il réduisit encore l'ampleur de ses plans visant la reconversion des établissements de l’Etat dans des fabrications d’ordre pacifique. A la fin de mars, il dit à la Chambre qu’il avait réduit à 1 500 par mois ses prévisions pour la réparation des wagons pour juin, et il ne parla plus de construire des wagons à Roanne. Il souligna que la fabrication de matériel agricole était temporaire. Et il revint à son idée de faire produire par les établissements de l’Etat des biens que la France avait importés en grande quantité avant la guerre, tels les machines à écrire et les machines à coudre. Trois jours plus tard, il souligna devant le Sénat que les établissements de l’Etat restaient en marche uniquement pour avoir des installations prêtes à produire des armes si besoin était. Il était de plus en plus clair qu’il s’intéressait de moins en moins à utiliser ces usines pour des fabrications d’ordre pacifique. Au début d’avril, il révisa encore ses prévisions pour les réparations de wagons, cette fois-ci à six cents par mois en juin. Sarcastique, Thomas prédit qu’en juin ce chiffre tomberait à zéro16.

  • 17 L'Usine, 5 juin 1919, p. 17.
  • 18 Proposition de loi présentée par Albert Thomas, Chambre des Députés, Session de 1919, dans 94 AP. 3 (...)

22Loucheur continua également à réduire la production des arsenaux de l’Etat à des niveaux qu’il pensait compatibles avec les besoins civils. A St. Etienne, par exemple, où 12 000 ouvriers avaient été employés au plus fort des opérations, il n’en restait en mai 1919 que 3 800 et le but de Loucheur était de les réduire à 2 500, le personnel restant étant affecté à la production d’équipement téléphonique et télégraphique, de machines à écrire et à coudre, et de matériel roulant17. Mais Thomas se plaignit que ni la doctrine ni le programme de Loucheur ne fussent clairs : « Il vacille un peu entre l’étatisme de la gauche de la Chambre et, si nous osons dire, le privatisme du Sénat. Le plus grave, à notre sens, c’est qu’il n’ait pas encore pour l’ensemble des établissements un programme défini que ne manquerait pas de se tracer un industriel possesseur de l’ensemble formidable que constituent nos établissements d’Etat »18.

  • 19 Article du journal L'Information ouvrière et sociale, 28 mars 1920, p. 1., ibid.

23Pour calmer la gauche, Loucheur créa un comité spécial le 24 février pour étudier les établissements de l’Etat et envisager leur rôle en temps de paix. En présentant son rapport le 20 mai, le comité sembla disposé à reconvertir les usines à des buts civils. 11 recommanda des réformes destinées à augmenter l’efficacité et la responsabilité, et à faire participer l’ensemble du personnel aux profits. Mais les conclusions du comité restèrent lettre morte19. Loucheur était plus intéressé par d’autres sujets, et le besoin de maintenir les usines en état de semi-préparation pour la guerre semblait moins urgent au fur et à mesure que les négociations de paix se rapprochaient d’une conclusion favorable. Et bien des ouvriers des munitions avaient trouvé d'autres emplois. Apparemment, Loucheur décida de ne pas discuter le rapport à moins d’y être forcé.

  • 20 Ibid.

24En mars 1920, le journal de gauche L'Information ouvrière et sociale tenta d’entamer une polémique en se plaignant qu’un an après la parution du rapport, on ne vît aucun résultat20. Mais il était évident, alors, qu’un réseau d’établissements d’Etat n’était plus viable. Pour Loucheur, les considérations économiques et politiques ne le permettaient pas, et l'urgence qui avait rendu l’idée si attrayante avait pris fin depuis longtemps.

La métallurgie

25Loucheur apportait un intérêt tout particulier à voir la France aborder la métallurgie sous un angle nouveau, car il réalisait qu’ayant recouvré la Lorraine, la France verrait sa production d’acier augmenter en flèche. Il désirait créer un système d’ententes entre producteurs qui favoriserait l'efficacité, le rendement, et l’exportation.

  • 21 M. Brelet, La Crise de la métallurgie : La Politique économique et sociale du Comité des Forges (Pa (...)

26Avant la guerre, la plus grande partie de la production française de fer et d’acier avait été destinée à la consommation domestique, et les fabricants avaient montré peu d’intérêt à exporter. Le gouvernement avait favorisé le marché intérieur par une politique protectionniste qui permettait de gros profits. Les exportations étaient une sorte de soupape de sécurité, les producteurs ne se tournant vers les marchés étrangers – sur lesquels ils réalisaient de très faibles profits – que pour éviter une baisse des prix domestiques. On disait que l’industrie métallurgique aurait pu se développer plus rapidement avant la guerre si elle avait été plus agressive sur les marchés internationaux ou si elle avait été forcée de faire concurrence aux importations. Robert Pinot tenta, dans Le Comité des Forges de France au service de la nation, de défendre les industriels en montrant que la croissance de la sidérurgie française, exprimée en pourcentages, avait dépassé celle des principales nations productrices entre 1903 et 1913. Mais ces pourcentages n’impressionnèrent pas Loucheur qui regardait le nombre de tonnes produites ; or, pour les deux métaux, la France était à la traîne des Etats-Unis, de l’Allemagne, et de l’Angleterre en 191321.

  • 22 Les comptoirs, ou les ententes de producteurs, avaient existé avant la guerre, mais leur pouvoir et (...)
  • 23 Henri Flu, Les Comptoirs métallurgiques d'après-guerre (Lyon, 1924), p. 47, 50.

27Pendant la guerre, Loucheur et Clémentel avaient conclu qu’il faudrait après la guerre créer un comptoir général de vente de tous les produits métallurgiques, soit une entente de producteurs capable de coordonner la production, les prix, et les efforts de la France au niveau international22. Le gouvernement avait approuvé cette idée au début de 1917, et Loucheur avait établi une liaison permanente avec le Comité des Forges. Le rapport de la commission que le Comité avait chargé d’étudier la question, parut au début de 1918 et établit dans ses grandes lignes l’organisation du comptoir. Une étude ultérieure plus détaillée révéla qu’un comptoir général n’était pas réalisable à cause de la diversité des produits métallurgiques. Le gouvernement et les producteurs décidèrent alors qu’il était préférable de procéder par étapes en créant d’abord des comptoirs pour des secteurs de production spécifiques, puis en les réunissant23.

  • 24 Procès-verbal, Commission de l’Armée (Chambre), 15 novembre 1918, dans C, 7501, AN. Pinot, Le Comit (...)

28Tout en participant à ces discussions, Loucheur tentait de stimuler un renouveau rapide, à grande échelle, de la production métallurgique civile. Il dit à la commission de l’Armée de la Chambre le 15 novembre que la production ne reprendrait pas vigueur sans une baisse des prix du charbon et de l’acier, et il affirma sa volonté d’en faire baisser les prix dès que possible. Il savait qu’il pouvait compter sur le soutien du Comité des Forges, qui partageait ses vues. Le Comité collabora étroitement avec lui sur ce sujet au cours des semaines qui suivirent l’armistice24.

  • 25 Bulletin des usines de guerre, 2 décembre 1918. dans 10 N, 2, SHAT. Pinot, Le Comité des Forges, p. (...)

29Avant la fin du mois, Loucheur avait annoncé des réductions de prix du charbon anglais et français de 30 % à 40 % sur le marché intérieur. Le 13 décembre, il dit à une délégation du Comité des Forges qu’une baisse de prix d’environ 33 % était prévue pour les produits métallurgiques. Tous les nouveaux prix, y compris ceux du charbon et du coke, seraient rétroactifs à dater du 11 novembre. Le gouvernement promit également de continuer les restrictions à l’importation, de réglementer les produits en provenance de Lorraine et de la rive gauche du Rhin, et d’absorber 80 % des pertes que les nouveaux prix feraient subir aux stocks produits avant le 11 novembre25.

30Pourtant, la générosité du gouvernement dépendait d’une condition qui fut imposée par Loucheur : pour recevoir une assistance financière, les métallurgistes devraient faire partie d’un comptoir. Loucheur croyait en effet que les groupements assureraient à la France une position compétitive sur les marchés internationaux et que des prix intérieurs fixes arrêteraient la spéculation.

  • 26 Flu, Les Comptoirs métallurgiques, p. 53.

31Le 18 décembre, le gouvernement annonça les nouveaux prix et la suppression des formalités et des restrictions gouvernementales pour les commandes de produits en acier. Mais Loucheur ne leva les contrôles qu’après que les aciéristes eurent signé un accord provisionnel créant le Comptoir sidérurgique de France. Au lieu de traiter avec l’Etat, les producteurs passaient maintenant par le Comptoir pour remplir les commandes des consommateurs26. Un système centralisateur restait donc en place pour les produits en acier, mais le rôle du gouvernement y était beaucoup moins visible que pendant la guerre.

  • 27 Pinot, Le Comité des Forges, p. 225, 330-335

32Au début de 1919, Loucheur renforça les pouvoirs du Comptoir sidérurgique en lui donnant un monopole sur les produits en acier séquestrés en Lorraine. Les bénéfices de la vente de ces produits allèrent à l’Etat qui utilisa cet argent pour payer sa part des 80 % de pertes dues aux baisses de prix rétroactives27.

33Comme la formation d’un comptoir de fonte se faisait plus lentement, Loucheur ne leva pas les contrôles sur la fonte le 18 décembre. Désireux de bénéficier des avantages liés à leur participation à un comptoir, les métallurgistes se réunirent le 24 décembre et décidèrent que les différences de leurs méthodes de production, jointes à l’éparpillement des usines, requiéraient deux comptoirs, un pour les fontes hématites, et l’autre pour les fontes phosphoreuses. Un nouvel organisme serait créé pour la fonte hématite, tandis que le Comptoir métallurgique de Longwy, qui avait existé avant la guerre, centraliserait les opérations concernant la fonte phosphoreuse.

  • 28 Flu, Les Comptoirs métallurgiques, p. 53-56.

34Avec un comptoir de fonte reconstitué et un autre en cours de formation, Loucheur annonça le 31 décembre la fin de la centralisation et de la péréquation gouvernementales des prix de la fonte. En attendant la mise en route du nouveau comptoir, le Comité des Forges centraliserait les commandes de fonte hématite. Pour augmenter l’influence des deux comptoirs, Loucheur leur donna un monopole joint sur la vente des produits métallurgiques provenant des usines de Lorraine. Il rendit également quasiment obligatoire la participation à l’un des comptoirs de fonte en stipulant que l’attribution de coke par l’Etat, qui en contrôlait toujours la distribution, dépendrait en partie de la quantité de fonte que ces derniers remettraient à un comptoir pour le vendre28.

  • 29 Ibid., p. 56-57.

35L’optimisme de Loucheur au sujet des comptoirs dura jusqu'en janvier 1919. Il commença à discuter la création d’organismes semblables pour d’autres produits métallurgiques, et de prévoir des encouragements gouvernementaux pour assurer leur succès. Il fut satisfait lorsque, le 10 janvier, une commission chargée de rédiger les statuts du comptoir de fonte hématite acheva son travail et envoya aux adhérents éventuels les statuts, un contrat provisoire, et une demande d’adhésion de principe. Le 15 janvier, il vanta les comptoirs lors d'une réunion avec les industriels29.

  • 30 Ibid., p. 57-58. Il est également possible que Jules Niclausse, l’influent industriel qui favorisai (...)
  • 31 France, Annales de la Chambre : Débats, 24 janvier 1919, p. 176-180, 31 janvier 1919, p. 288-302.
  • 32 Ibid., 14 février 1919, p. 566-567.

36Redoutant de perdre les bénéfices de l’Etat s’ils ne faisaient pas partie d’un comptoir et d’être écrasés par les grandes compagnies s’ils en faisaient partie – puisque Loucheur préférait clairement les grandes entreprises aux petites – les petits producteurs manifestèrent leur opposition. Ils travaillèrent en coulisse pour orchestrer une campagne de presse virulente contre les comptoirs30. Les adversaires parlementaires du gouvernement étendirent le débat à la conduite de l’industrie métallurgique pendant la guerre. Le critique le plus vocal était Edouard Barthe, un député socialiste qui, dans un discours à la Chambre à la fin de janvier, questionna le rôle joué pendant la guerre par le Comité des Forges, l’attitude du gouvernement à son égard, et les décisions affectant l’industrie métallurgique en général31. Comme il avait été en relations avec le Comité pendant la guerre, Loucheur participa au débat et contesta les dires de Barthe à plusieurs reprises. Le 14 février, il répondit aux critiques dans un discours de politique économique. Conscient des doutes que les attaques avaient fait germer dans l’esprit du public, il tenta de se distancer de l’industrie métallurgique, et il ne mentionna pas une seule fois les comptoirs qu’il avait tant cherché à développer. Par contre, il s’attarda sur la position privilégiée dont l’industrie avait bénéficié avant la guerre, arguant que des dispositions pareilles ne pouvaient pas être maintenues si la France souhaitait équilibrer sa balance commerciale à un moment où elle était en train de devenir une importante exportatrice de produits métallurgiques. Il dit que l’« oreiller de paresse », c’est-à-dire les barrières douanières, encourageaient l’inefficacité et l’inflation32.

  • 33 Lord Derby à Lord Curzon, 20 janvier 1919, dans Foreign Office, General Correspondence, Political, (...)

37Comme les attaques provenaient d’une minorité qui parlait haut et fort, Loucheur décida d’interrompre la création des comptoirs. Depuis janvier, il faisait l’objet d’une campagne de presse lancée par le journaliste d’extrême droite Léon Daudet qui l’accusait de vouloir bâtir un trust de la presse. La campagne était tellement violente que l’ambassadeur de Grande-Bretagne à Paris la mentionna dans un rapport au Foreign Office33. Loucheur risquait sa situation politique s’il continuait à soutenir l’idée des comptoirs ; le 12 février il réunit les producteurs de fonte pour leur annoncer qu’il arrêtait ses efforts. L’assistance financière ne dépendrait désormais plus de la participation à un comptoir ; au contraire, une branche spéciale du ministère de la Reconstitution industrielle s’en occuperait. En outre, le gouvernement prévut de mettre fin aux contrôles sur les produits métallurgiques à la fin de mars.

  • 34 Flu, Les Comptoirs métallurgiques, p. 58, 99.

38Loucheur ne devait jamais vraiment reprendre son initiative au sujet des comptoirs. Dans les semaines qui suivirent son discours du 14 février, le mouvement des comptoirs subit d'autres revers. Au début de mars, les industriels liés au Comptoir des fontes hématites se virent rembourser leurs droits d’inscription ; l’organisation avait échoué. Le Comptoir de Longwy se vit lui aussi retirer son rôle centralisateur et reprit la fonction d'agent de vente des produits français en fonte phosphoreuse qu’il avait eue avant la guerre. Un peu plus tard, toujours en mars, le Comptoir sidérurgique perdit son monopole sur les produits en acier séquestrés en Lorraine au profit d’une association de producteurs des régions dévastées34.

  • 35 Ibid., p. 58-59. Charles S. Maier, Recasting Bourgeois Europe : Stabilization in France. Germany, a (...)

39L’opprobre entourant l’industrie métallurgique s’effaça au cours du printemps 1919, lorsqu’une commission d’enquête parlementaire conclut que les accusations portées contre ses pratiques et ses décisions pendant la guerre n’étaient pas fondées. Il redevint possible d’organiser des comptoirs sans aide gouvernementale. Un Comptoir des fontes hématites fut créé en mai avec des statuts à peine différents de ceux du groupement original, et des comptoirs furent organisés pour d’autres produits métallurgiques. Mais, comme la campagne anti-comptoir, anti-métallurgie avait privé le gouvernement de ses moyens de pression sur les producteurs récalcitrants et lui avait ôté le pouvoir d’accorder des monopoles aux comptoirs, la centralisation de l’industrie métallurgique déclina35.

40Confronté à une opposition criarde et à une situation politique inconfortable, Loucheur choisit de battre en retraite plutôt que de compromettre sa réputation de ministre. C’était là sans doute une décision politique avisée, mais cette situation montrait qu’il y avait également des limites insurmontables. Il semble qu’à partir de ce moment, Loucheur ait laissé les métallurgistes continuer de leur propre chef.

Le charbon

  • 36 Ministère du Commerce, Rapport général sur l'industrie française, I, p. 7-8. Ces chiffres ne compre (...)

41Loucheur savait que le charbon était encore plus important que la métallurgie pour l’économie de la France. Or, à la fin de la guerre, la crise du charbon fut aggravée par la destruction des mines du nord-est de la France par les armées allemandes en retraite, par une crise des transports, et par le ralentissement de la production en Angleterre. La démobilisation exacerba cette situation. Les besoins de la France à long terme le préoccupaient également. Avec le rattachement de l’Alsace-Lorraine, ces besoins allaient être bien supérieurs aux 59,5 millions de tonnes consommés en 191336. Loucheur espéra tout d’abord recevoir de généreuses livraisons d’Angleterre et de Belgique et compta sur le traité de paix pour obtenir du charbon allemand au titre des réparations. Mais la crise du charbon voulait également dire que le gouvernement devrait prolonger les contrôles ; une des tâches de Loucheur à la fin de la guerre fut donc d’adapter ceux qu’il avait mis en place pendant la guerre de façon à satisfaire les critiques, sans compromettre l’efficacité du système.

  • 37 Procès-verbal, Commission de l’Armée (Chambre), 15 novembre 1918, dans C, 7501, AN. Bulletin des us (...)
  • 38 Walter A. McDougall, France’s Rhineland Diplomacy, 1914-1924 : The Last Bid for a Balance of Power (...)

42Peu de temps après l’armistice, Loucheur s’ouvrit à la commission de l’Armée de la Chambre de son intention de diminuer les prix du charbon pour stimuler un retour rapide à la production industrielle totale. 11 disposait pour ce faire d’un fond de péréquation d’environ 250 millions de francs. Vers la fin de novembre, il annonça un prix moyen de soixante-cinq francs par tonne, soit une baisse d’entre trente et quarante francs37. Un dispositif administratif d’application de cette mesure étant nécessaire, Loucheur pensa continuer à utiliser le Bureau national des charbons. Mais l’opposition au système de guerre était forte. Les grandes compagnies, surtout celles associées à l’acier, s’opposèrent à la péréquation qui favorisait les petits consommateurs auxquels manquait le pouvoir de négocier des prix favorables. Et, bien que plusieurs industriels français admirent que des contrôles gouvernementaux s’imposaient, ils préféraient une transition dominée par les intérêts privés. Ils suggérèrent à cette fin un office central des charbons privé sous tutelle de l’Etat pour surveiller le Bureau national des charbons, dont ils voulaient faire un organisme strictement exécutif38.

  • 39 L'Usine, 23 janvier 1919, p. 21.
  • 40 Sardier, Le Ravitaillement en charbon, p. 174. L'Usine, 29 mai 1919, p. 21, 23.

43Sensible aux critiques adressées au système en vigueur, Loucheur établit une commission d’étude au début de janvier, tout en disant clairement que l’état critique de la situation exigeait de garder un organisme administratif en place pour superviser la distribution et la péréquation39. Loucheur n’avait pas l’intention d’abandonner des dispositifs, dont la péréquation, qu’il considérait essentiels pour la transition vers la paix. En mai, la commission présenta son rapport et Loucheur en approuva les conclusions : il créa une nouvelle structure qui entra en vigueur le 1er juillet. Aucun organisme exécutif ne faisait partie du plan, ce qui surprit et déçut certains. Par contre, le Bureau national des charbons conservait le contrôle de la distribution. Les catégories de consommateurs que le système de Loucheur avait établi en 1917 étaient également conservées avec des changements mineurs. Ce qui était nouveau était la façon dont les consommateurs privés se procuraient du charbon. Au lieu de l’acheter à travers les groupements auxquels ils appartenaient, ils étaient désormais libres d’obtenir par leurs propres moyens les quantités de charbon allouées par leurs groupements40. C’était là un premier pas prudent vers la liberté commerciale ; à ce point, c’était tout ce qu’on pouvait raisonnablement faire.

  • 41 Annales de la Chambre : Débats, 14 février 1919, p. 560. H. Bonin, La Reconstitution des houillères (...)
  • 42 Le Consul intérimaire à Lyon à Lord Curzon, 26 juin 1919, dans FO 382/2484, PRO.

44Loucheur avertit la Chambre que la production de charbon domestique n’atteindrait pas les niveaux d’avant-guerre avant plusieurs années, car presque vingt millions de tonnes par an avaient été éliminées par les destructions considérables subies par les mines du nord-est de la France41. Mais il ne pouvait pas prévoir la chute brutale de la production de guerre après l’armistice. La démobilisation des ouvriers et la réadoption en mars de la journée de huit heures par l’industrie minière contribuèrent à faire baisser le rendement. Dans la région de la Loire, entre février 1918 et février 1919, le charbon extrait tomba de 388 191 à 366 698 tonnes, en mars de 441 620 à 341 759 tonnes, et en avril de 435 284 à 281 299 tonnes42.

  • 43 Le capitaine Pilliard à Louis Loucheur, 30 novembre 1918, dans F 12, 7785, AN. Salter, Allied Shipp (...)

45Les Anglais n’avaient pas tenu leurs obligations vis-à-vis des Français pendant les derniers mois du conflit, et leur production de charbon ralentit elle aussi juste après l’armistice. Mais ils continuèrent à fournir du charbon aux Français et aux Italiens sur une base prioritaire et à des prix inférieurs à ceux qu’ils faisaient payer aux pays neutres, et, en janvier, l’Angleterre conclut avec la France et l’Italie des accords séparés leur garantissant un fret à concurrence d’un maximum fixe – le fret que la France et l’Italie avaient en service à la fin d’octobre 1918 – à un taux maximum fixe. Les dispositions prises avec la France rendaient cette dernière responsable d’assurer tout fret additionnel nécessaire pour leurs services d’importation, y compris pour le charbon. Les accords de janvier, qui représentaient une transition entre le pooling du fret allié pendant la guerre et la liberté commerciale, apportèrent quelque soulagement à Loucheur. Il avait dit à la Commission interministérielle des charbons en septembre 1918 qu’on pouvait s’attendre à de très grandes difficultés au lendemain de la guerre, car le rétablissement des opérations commerciales de temps de paix créerait de fortes demandes de fret43.

  • 44 Olivier, La Politique du charbon, p. 51, 55-57. Salter, Allied Shipping Control, p. 360.

46Bien que la production anglaise de charbon reprenne après la démobilisation des mineurs, la demande dépassait de loin l’offre et les exportations anglaises vers la France demeurèrent basses. Pendant le premier trimestre de 1919, il arriva en France en moyenne 1,19 million de tonnes, bien en-dessous des 1,74 million de tonnes qui avaient été convenues le printemps précédent, des 2 millions livrés en 1917, et des livraisons moyennes pendant les derniers mois de la guerre44. Pour Loucheur, ces statistiques étaient sinistres.

  • 45 Procès-verbal du Conseil suprême économique, 17 mars 1919, dans la Série Y, Internationale, 1918-19 (...)

47En mars, Loucheur déclara que la France était forcée d’interrompre ses livraisons de charbon à l’Italie, parce que les réserves françaises étaient inférieures d’un million aux besoins français. Recevant du charbon au compte-goutte, les Italiens comparurent au début d’avril devant le Conseil suprême économique (CSE) qui avait remplacé le Conseil allié des transports maritimes et était devenu le principal organisme économique allié. Loucheur fit d’abord la sourde oreille aux demandes américaines d’aide à l’Italie, mais, devant la gravité de plus en plus évidente de la situation, il changea d’avis. A la séance du 22 avril, il promit aux Italiens cinq mille tonnes de charbon français par jour. Un comité du charbon du CSE recommanda des livraisons mensuelles de 800 000 tonnes de charbon vers l’Italie de la part des nations membres du Conseil, mais, étant donné les problèmes de l’Angleterre et de la France, c’était là un but impossible à atteindre. Les cinq mille tonnes journalières que la France envoya brièvement en avril tombèrent à deux mille au début de mai. Vers la mi-mai, avec la perspective d’une grève des mineurs français, les livraisons à l’Italie furent interrompues45 et le fardeau tomba sur les Anglais.

  • 46 Paul Cambon au ministère des Affaires étrangères, 30 mai 1919, dans Z, Grande-Bretagne, 96, MAE. Lo (...)

48Vers la fin de mai, les Anglais annoncèrent qu'ils cessaient d’accorder des prix réduits à la France et à l’Italie. Ceci, venant juste au moment où les tensions ouvrières empiraient rapidement dans leur secteur minier, indigna les Français, parce que l’Angleterre, tout en imposant des prix plus élevés à la France et à l'Italie, gardait ses prix domestiques artificiellement bas. Le système anglais de double prix porta un coup non seulement au programme domestique de Loucheur, mais également à ses espoirs de rendre l’industrie française concurrentielle sur les marchés mondiaux46.

  • 47 Olivier, La Politique du charbon, p. 178-179. L'Usine, 24 juillet 1919, p. 21.

49A partir de 1914, les Français avaient cessé de recevoir du charbon belge, mais au début de 1919 ils signèrent un accord par lequel la Belgique s’engageait à leur fournir 350 000 tonnes par mois. Toutefois, comme le réseau des transports français était en mauvais état, il n’était pas question de transporter de grandes quantités de charbon. En mars, les importations belges n’étaient que de cinquante mille tonnes. La situation s’améliora par la suite, mais les livraisons restèrent bien en-dessous du niveau convenu. En juillet, les industriels belges, conscients de leurs propres besoins domestiques, se mirent en devoir de restreindre les exportations47. Il était clair que la Belgique continuerait à être un fournisseur peu fiable.

  • 48 Note sur la situation charbonnière de la France depuis l’armistice, 12 septembre 1921, dans Y, 191, (...)

50Les Français commencèrent à recevoir du charbon sarrois dès décembre 1918, et le protocole de Luxembourg du même mois prévut la livraison ininterrompue de charbon allemand à l’Alsace-Lorraine. Mais à part cela, aucun charbon ne vint d’Allemagne avant septembre 191948. Une des principales sources d’avant-guerre resta donc essentiellement inaccessible à la France pendant presque toute cette année de pénurie. Cela renforça la détermination de Loucheur de cultiver les rapports avec l’Angleterre et la Belgique.

51En été 1919, Loucheur n’avait pu trouver de solution satisfaisante, mais il avait fait preuve de souplesse en introduisant un système transitionnel de distribution du charbon qui permettait une plus grande liberté individuelle que la structure qu’il avait mise en place pendant la guerre. Il apparaissait prêt à revenir à la liberté commerciale dès que les conditions seraient favorables. Il mit tous ses espoirs, au début de 1919, dans l’obtention de livraisons substantielles de charbon allemand au titre des réparations.

Les régions libérées

  • 49 Claude Fohlen, La France de l'entre-deux guerres, 1917-1939, 2e éd. ; Paris, 1972), p. 32-33
  • 50 L'Usine. 20 février 1919, p. 7, 9.

52Une des responsabilités du ministère de la Reconstitution industrielle était la gestion des programmes de la reconstruction industrielle des régions libérées dans lesquelles se trouvaient la plupart des vingt mille usines et ateliers détruits en France pendant le conflit. Pour compliquer cette tâche, des sections vitales du réseau des transports avait été endommagé : plus de cinq mille kilomètres de rails, mille kilomètres de canaux, et cinq mille ponts avaient besoin d’être soit réparés soit remplacés49. En février 1919, Loucheur dit au Sénat que la restauration des régions dévastées était « une tâche formidable comme jamais, dans l’histoire du monde, il ne s’en est présenté devant quiconque »50. Né et élevé dans le département dévasté du Nord, Loucheur était en effet bouleversé par la dévastation qu’il y voyait.

  • 51 William MacDonald, Reconstruction in France (Londres, 1922), p. 53-54, 123-124.

53L’agence centrale de cette mission était l’Office de reconstitution industrielle (ORI) qui, jusqu’à son rattachement au ministère de Loucheur avait appartenu au ministère du Blocus et des Régions libérées. L’Office achetait, soit directement soit par d’autres agences, des fournitures, des outils, et des matériaux essentiels pour le renouveau économique, et en assurait une distribution équitable. Le ministère des Régions libérées qui avait été créé pendant la guerre, se vit attribuer des tâches autres que la reconstitution industrielle51.

  • 52 Le gouvernement suivit cette ligne en présentant un projet de loi à la Chambre le 11 mai 1915. Voir(...)

54Le rôle de l'Etat dans la réhabilitation des régions libérées s’avéra important, et les documents datant de l’immédiat après-guerre contiennent de nombreuses références à la priorité accordée à ce territoire dans la reconstruction économique. Comptant rentrer dans ses frais grâce aux Allemands, le gouvernement adopta le principe de la responsabilité de l’Etat pour les dommages de guerre individuels dans un projet de loi introduit en 191552.

  • 53 Ibid., p. 127. Le Progrès du Nord, 4 mars 1919, p. 1.

55Dès 1915, les industries des régions libérées fondèrent une association qui devait par la suite comprendre un millier de compagnies divisées en quatre groupements : les mines et la métallurgie ; les textiles ; la construction électrique et de machinerie ; enfin, l’agriculture et les autres industries. Cette association jeta les bases de la reconstruction en créant des comités régionaux et techniques pour déterminer les priorités et proposer des clauses pour le traité de paix. Elle prépara également des dossiers sur ce qui avait été pris par l’ennemi et sur les besoins minimaux pour la reprise de la production. Son action la plus notoire pendant la guerre fut de donner au Comptoir central d’achats, une corporation privée, le monopole des achats de matériaux requis pour la reconstitution industrielle des régions libérées53.

  • 54 Loucheur, Carnets secrets, p. 105. L’Usine, 20 février 1919, p. 7, 9.
  • 55 Le Progrès du Nord, 4 mars 1919, p. 1.

56En décembre 1918, Loucheur, fidèle à sa tradition de rencontres mensuelles avec les industriels pour écouter leurs doléances et discuter de l'aide gouvernementale, se rendit dans le département du Nord qui avait subi 60 % des dommages de guerre infligés à l’industrie française54. Il noua des liens entre le gouvernement, représenté par l’ORI, et l’industrie, qui travaillait à travers le Comptoir d’achats. Avocat convaincu du Comptoir, il voyait en lui un moyen de procurer aux industriels ce dont ils avaient besoin à des prix inférieurs à ceux qu’ils pouvaient négocier par eux-mêmes. Loucheur ne retira jamais son appui au Comptoir dont les fonctions limitaient le rôle de l’Etat, même lorsque certains industriels critiquèrent son mode de fonctionnement. Quand les industriels en quête d’aide s’adressaient directement à l’Etat, Loucheur s’assurait que le Comptoir fût au courant, bien que la loi donnât à l’Etat le droit de faire des achats pour un industriel : « Là-dessus, on se récriera : ‘L’Etat se fait acheteur et fournisseur !’En aucune manière. Il n’achète pas directement : toutes les opérations commerciales sont effectuées par le Comptoir d’achats, c’est-à-dire, en dernière analyse, par les industriels sinistrés eux-mêmes... L’Etat avance les fonds, voilà tout »55.

  • 56 Convention entre l’Etat et le Groupement des commerçants en fer et industriels producteurs sidérurg (...)

57Mais Loucheur voyait plus loin que le Comptoir d’achats ; il centralisa encore davantage la reconstitution industrielle au printemps en aidant les sinistrés industriels à fonder des groupements. Ceux-ci, qui représentaient des produits tels que l’acier, la fonte, le ciment, et le verre, se virent donner des privilèges et des monopoles qui leur permirent d’obtenir des Allemands les produits qu’ils fabriquaient en temps normal. Le groupement de la fonte et de l'acier obtint le droit d’acheter du matériel pour l’utilisation et la revente dans les territoires allemands occupés par les armées alliées. Le ministère de Loucheur fixait les prix payés par les groupements et, suivant les recommandations des groupements, fixait les prix de revente définitifs56. Loucheur souhaitait visiblement que l’Etat protège les intérêts des sinistrés industriels en faisant porter aux Allemands une part importante du fardeau.

  • 57 L’Usine, 9-16 janvier 1919, p. 3, 20 février 1919, p. 7.
  • 58 MacDonald, Reconstruction in France, p. 70-73, 89.

58Tout comme les industriels des régions libérées, Loucheur portait un vif intérêt aux projets de loi concernant les prestations pour dommages de guerre. Au début de janvier, il se plaignit que le projet de loi alors en discussion contenait des procédures si lourdes que les demandes les plus simples traîneraient pendant cinq ans. Souhaitant une loi qui pourrait être appliquée et gérée rapidement, il s’adressa au Sénat le 15 février, l’implorant de réduire les formalités de demande à un minimum absolu57. La législation sur les paiements des dommages fut votée par le Parlement et devint loi le 17 avril 1919. Presque quatre ans avaient passé depuis que le premier projet avait été déposé et de nombreux débats avaient eu lieu dans les deux chambres. La loi autorisait les propriétaires de biens mobiliers ou immobiliers en France et en Algérie qui étaient éligibles, à recevoir des indemnités déterminées par des commissions cantonales d’indemnisation. La version finale de la loi fut, malgré les avertissements de Loucheur, un véritable labyrinthe bureaucratique58.

  • 59 L'Usine, 9-16 janvier 1919, p. 5, 20 février 1919, p. 7.

59Au début de 1919, Loucheur se concentra également sur la récupération et le remplacement des machines prises par les Allemands aux Français pendant la guerre. En janvier, il dit aux industriels qu’il doutait de la quantité qui pourrait être récupérée, et il les avertit que le remplacement en nature n’était probablement pas le meilleur moyen d’obtenir satisfaction, car l’industrie française risquait d’y perdre des commandes. Un office spécial se chargea des machines-outils, et Loucheur demanda aux fabricants français de lui dire où se trouvaient des pièces volées s’ils le savaient. Dans son discours au Sénat le 15 février, il put se référer à l’enregistrement de quinze mille demandes. Estimant que le nombre des demandes atteindrait probablement 200 000, il affirma que les rouages administratifs chargés de cette question fonctionnaient à temps complet59.

  • 60 La Journée industrielle, 18-19 mai 1919, p 1.Le Temps, 18 mai 1919, p. 2.

60Malgré les problèmes, la reconstitution des industries des régions libérées fit des progrès pendant les premiers mois de la paix. A la mimai, Loucheur et Albert Lebrun, ministre des Régions libérées, inaugurèrent l’allumage du premier haut fourneau dans la région depuis la fin de la guerre. A cette occasion, Loucheur parla de l’importance de la production, et il encouragea les ouvriers à redoubler d’efforts pour accroître leur rythme de production malgré une nouvelle loi sur la journée de huit heures60. Le thème de la production s’accordait avec le rôle qu’il envisageait pour les régions libérées, car il savait que l’importante base industrielle des zones sinistrées serait la pierre angulaire de l’économie française.

61A la fin du printemps de 1919, l’essentiel de la structure organisationnelle de la reconstitution industrielle était en place. Loucheur resta fidèle à ses méthodes en centralisant les fonctions vitales du système à travers des associations industrielles et des comptoirs d’achat. Comme pour la métallurgie et le charbon, il voulait préserver autant que possible l’initiative du secteur privé sans miner une structure qui accordait également un rôle à l’Etat. Il reconnaissait cependant que les négociations avec les autres Etats – l’Allemagne surtout – étaient nécessaires pour faire avancer des questions telles que la restitution de matériaux, les réparations en nature, et l’organisation d’une main d’œuvre allemande pour la reconstruction. A cette fin, Loucheur se servit non seulement de la conférence de la paix, mais aussi d’entretiens bilatéraux avec les Allemands (voir les chapitres 7 et 8).

62Le discours de Loucheur à la Chambre le 14 février 1919 montra clairement qu’il recherchait pour la France une économie basée sur les principes technocratiques de production et d’efficacité. Son approche s’avéra plus modérée que le « grand dessein » esquissé par le ministère du Commerce pendant la guerre, non seulement parce qu’il avait confiance dans l’initiative privée, mais aussi parce qu’il savait ce que le secteur privé était prêt à tolérer en matière d’intervention gouvernementale. Malgré les efforts de Loucheur, une chose semblait déjà certaine à la fin du printemps : l’économie française de temps de paix serait moins efficace et moins orientée vers la production que le système qu’il souhaitait tant développer.

Notes

1 Kuisel, Capitalism and the State, p. 50.

2 Ibid., p. 44-48, 53.

3 Procès-verbal, Commission de Réorganisation économique (Chambre), 18 octobre 1917, dans C, 7771, AN.

4 Ibid.

5 France, Annales de la Chambre : Débats, 14 février 1919, p. 567.

6 Le ministre de l’Armement et des Fabrications de guerre à Messieurs les inspecteurs des forges, les contrôleurs régionaux de la main d'œuvre, 13 novembre 1918, dans F 12, 8023, AN. Circulaire du 13 novembre 1918, dans 94 AP, 370, AN. Procès-verbal, Commission de l’Armée (Chambre), 15 novembre 1918, dans C, 7501, AN. Commission interministérielle des métaux et des fabrications de guerre, 8 novembre 1918, dans F 12, 7666, AN.

7 Procès-verbal, Commission de l’Armée (Chambre), 15 novembre 1918, dans C, 7501, AN.

8 La Journée industrielle, 10 janvier 1919, p. 1, 11 janvier 1919, p. 2. Le Temps, 26 décembre 1918, p 3, 16 février 1919, p. 1, 23 février 1919, p. 1. L'Europe nouvelle, 22 février 1919, p. 346, 348, 1er mars 1919, p. 425-427. Résolution votée le 25 janvier 1919 par l’assemblée plénière des groupements agricoles, commerciaux et industriels de Lyon et de la région, dans 6 N, 152, SHAT.

9 France, Annales de la Chambre : Débats, 14 février 1919, p. 559.

10 Godfrey, Capitalism at War, p. 106-127. Frank Arnold Haight, A History of French Commercial Policies (New York, 1941), p. 84-86, 101-102. Kuisel, Capitalism and the State, p. 50. France, Annales de la Chambre : Débats, 14 février 1919, p. 559-560.

11 Procès-verbal, Commission de l’Armée (Chambre), 15 novembre 1918, dans C, 7501, AN. Proposition de loi présentée par Albert Thomas, Chambre des Députés, Session de 1919, dans 94 AP, 367, AN.

12 Article du journal Les Débats, 27 novembre 1918, dans F 7, 13367, AN. Le Temps, 1er décembre 1918, p. 2. Proposition de loi présentée par Albert Thomas, Chambre des Députés, Session de 1919, dans 94 AP, 367, AN.

13 Procès-verbal, Commission du Budget (Chambre), 12 décembre 1918, dans C, 7561, AN.

14 Déclarations faites par Loucheur entre le 15 novembre 1918 et le 30 mars 1919, sur les établissements de l’Etat, dans 94 AP, 367, AN.

15 France, Annales de la Chambre : Débats, 14 février 1919, p. 557-558, 21 février 1919, p. 692-703.

16 Proposition de loi présentée par Albert Thomas, Chambre des Députés, Session de 1919, dans 94 AP, 367. La Journée industrielle, 16 avril 1919, p. 2.

17 L'Usine, 5 juin 1919, p. 17.

18 Proposition de loi présentée par Albert Thomas, Chambre des Députés, Session de 1919, dans 94 AP. 367, AN.

19 Article du journal L'Information ouvrière et sociale, 28 mars 1920, p. 1., ibid.

20 Ibid.

21 M. Brelet, La Crise de la métallurgie : La Politique économique et sociale du Comité des Forges (Paris, 1923), p. 27. Pinot, Le Comité des Forges, p. 44-47. France, Annales de la Chambre : Débats, 14 février 1919, p. 566-567.

22 Les comptoirs, ou les ententes de producteurs, avaient existé avant la guerre, mais leur pouvoir et leur juridiction étaient beaucoup plus limités que ce que Loucheur et Clémentel avaient espéré pour l’après-guerre.

23 Henri Flu, Les Comptoirs métallurgiques d'après-guerre (Lyon, 1924), p. 47, 50.

24 Procès-verbal, Commission de l’Armée (Chambre), 15 novembre 1918, dans C, 7501, AN. Pinot, Le Comité des Forges, p. 220-221. 328-329.

25 Bulletin des usines de guerre, 2 décembre 1918. dans 10 N, 2, SHAT. Pinot, Le Comité des Forges, p. 330-333.

26 Flu, Les Comptoirs métallurgiques, p. 53.

27 Pinot, Le Comité des Forges, p. 225, 330-335

28 Flu, Les Comptoirs métallurgiques, p. 53-56.

29 Ibid., p. 56-57.

30 Ibid., p. 57-58. Il est également possible que Jules Niclausse, l’influent industriel qui favorisait des droits douaniers bas pour l’acier et qui était un adversaire du Comité des Forges, ait été l'un des instigateurs de la controverse à propos de l’industrie métallurgique. Il parait qu’il fournit des informations importantes qui furent utilisées dans les attaques au Parlement. Il y a certainement des preuves pour étayer cette hypothèse, bien qu’elle ne soit pas totalement prouvée. Voir Jeanneney, François de Wendel, p. 71-72.

31 France, Annales de la Chambre : Débats, 24 janvier 1919, p. 176-180, 31 janvier 1919, p. 288-302.

32 Ibid., 14 février 1919, p. 566-567.

33 Lord Derby à Lord Curzon, 20 janvier 1919, dans Foreign Office, General Correspondence, Political, FO 371, Vol. 3751, PRO. Le journal Le Soir se joignit aux attaques à la fin de janvier en accusant Loucheur de participer à la féodalité noire de l’industrie métallurgique, quitte à le blâmer au début de février pour les « scandales de la métallurgie ». Voir Pierre Miquel, La Paix de Versailles et l'opinion publique française (Paris, 1972), p. 506.

34 Flu, Les Comptoirs métallurgiques, p. 58, 99.

35 Ibid., p. 58-59. Charles S. Maier, Recasting Bourgeois Europe : Stabilization in France. Germany, and Italy in the Decade After World War I (Princeton, 1975), p. 74-76.

36 Ministère du Commerce, Rapport général sur l'industrie française, I, p. 7-8. Ces chiffres ne comprennent pas la consommation de coke.

37 Procès-verbal, Commission de l’Armée (Chambre), 15 novembre 1918, dans C, 7501, AN. Bulletin des usines de guerre, 2 décembre 1918, dans 10 N, 2, SHAT.

38 Walter A. McDougall, France’s Rhineland Diplomacy, 1914-1924 : The Last Bid for a Balance of Power in Europe (Princeton, 1978), p. 105. L'Usine, 6 février 1919, p. 21. La Journée industrielle, 16-17 février 1919, p. 2.

39 L'Usine, 23 janvier 1919, p. 21.

40 Sardier, Le Ravitaillement en charbon, p. 174. L'Usine, 29 mai 1919, p. 21, 23.

41 Annales de la Chambre : Débats, 14 février 1919, p. 560. H. Bonin, La Reconstitution des houillères du Nord de la France (Paris, 1926), p. 45.

42 Le Consul intérimaire à Lyon à Lord Curzon, 26 juin 1919, dans FO 382/2484, PRO.

43 Le capitaine Pilliard à Louis Loucheur, 30 novembre 1918, dans F 12, 7785, AN. Salter, Allied Shipping Control, p. 222-223, 226-227, 332-335. La Commission interministérielle des charbons, 10 septembre 1918, dans F 12, 7683, AN.

44 Olivier, La Politique du charbon, p. 51, 55-57. Salter, Allied Shipping Control, p. 360.

45 Procès-verbal du Conseil suprême économique, 17 mars 1919, dans la Série Y, Internationale, 1918-1940, Vol. 151, MAE Procès-verbal du Conseil suprême économique, 7 avril 1919, 11 avril 1919, 22 avril 1919, toutes se trouvant dans Y, 152, MAE. Mémorandum du Comité des charbons, 25 avril 1919, dans les Documents de la Commission américaine pour négocier la paix, 1918-1931, Microfilm 135, HHPL. Rapport du Comité des charbons sur l'Italie, 16 mai 1919, dans les Documents du Conseil suprême économique, texte dactylographié. Vol. 3, Document 146, HHPL.

46 Paul Cambon au ministère des Affaires étrangères, 30 mai 1919, dans Z, Grande-Bretagne, 96, MAE. Louis Loucheur à Etienne Clémentel, 23 juin 1919, dans F 12, 8075, AN.

47 Olivier, La Politique du charbon, p. 178-179. L'Usine, 24 juillet 1919, p. 21.

48 Note sur la situation charbonnière de la France depuis l’armistice, 12 septembre 1921, dans Y, 191, MAE.

49 Claude Fohlen, La France de l'entre-deux guerres, 1917-1939, 2e éd. ; Paris, 1972), p. 32-33

50 L'Usine. 20 février 1919, p. 7, 9.

51 William MacDonald, Reconstruction in France (Londres, 1922), p. 53-54, 123-124.

52 Le gouvernement suivit cette ligne en présentant un projet de loi à la Chambre le 11 mai 1915. Voir MacDonald, Reconstruction in France, p. 63-64.

53 Ibid., p. 127. Le Progrès du Nord, 4 mars 1919, p. 1.

54 Loucheur, Carnets secrets, p. 105. L’Usine, 20 février 1919, p. 7, 9.

55 Le Progrès du Nord, 4 mars 1919, p. 1.

56 Convention entre l’Etat et le Groupement des commerçants en fer et industriels producteurs sidérurgiques sinistrés, sans date, dans la Sous-série AJ 24, Office de Reconstitution industrielle des départements victimes de l’invasion, Carton 128, AN Loucheur à M. le commissaire général de la République, Direction du commerce, de l’industrie et des mines, Strasbourg, et à M. le contrôleur général de l’administration des territoires rhénans, Direction du service économique, Paris, 6 juin 1919, ibid.

57 L’Usine, 9-16 janvier 1919, p. 3, 20 février 1919, p. 7.

58 MacDonald, Reconstruction in France, p. 70-73, 89.

59 L'Usine, 9-16 janvier 1919, p. 5, 20 février 1919, p. 7.

60 La Journée industrielle, 18-19 mai 1919, p 1.Le Temps, 18 mai 1919, p. 2.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search