Version classiqueVersion mobile

Louis Loucheur

 | 
Stephen D. Carls

Chapitre V. Les derniers mois de la guerre, 1918

Texte intégral

  • 1 Cyril Falls, The Great War (New York, 1961), p. 331-332. Geoffrey Bruun, Clemenceau (1943 ; réimpri (...)

1A 4 heures 40, le 21 mars 1918, le calme du front occidental fut brisé : les Allemands commencèrent un barrage intensif d’artillerie à la jonction entre les lignes de défense anglaises et françaises. Ce bombardement de cinq heures fut suivi par un assaut d’infanterie qui ouvrit rapidement une brèche entre les forces anglaises et françaises. Le lendemain, le pilonnement du quartier militaire général de Compiègne força l’état-major à se replier dans un endroit sûr, loin du théâtre des hostilités qui changeait rapidement. Le 23 mars, les canons allemands extra-longs appelés les Grosses Berthas commencèrent à bombarder Paris tous les quarts d’heures. Bien des Parisiens quittèrent la capitale plutôt que de s’exposer à la menace grandissante venue de l’Est. Même le gouvernement se prépara à partir au pied levé pour Tours. Les Allemands cherchaient à diviser définitivement les forces françaises et anglaises et à les faire capituler en combat ouvert avant qu’elles ne puissent bénéficier de l’arrivée des troupes américaines1.

  • 2 Poincaré, Au service de la France, IX, p. 371.

2Pendant les semaines suivantes, la situation militaire des Alliés resta instable. Loucheur se trouva confronté à une nouvelle crise, car, au fur et à mesure de l’avance allemande, les Alliés donnaient la priorité au transport de troupes et de matériel militaire, perturbant ainsi le réseau de livraison du charbon et d’autres matières. En outre, Paris étant une fois de plus menacé, il dut préparer le transfert des industries critiques vers d’autres parties de la France. Il fit également face à de sérieux troubles du travail en mai et, au fur et à mesure de la détérioration de la situation générale des Alliés au cours du printemps, il fut en butte à de nouvelles attaques parlementaires. Bien que certains de ses problèmes s’estompèrent pendant l’été lorsque les Alliés commencèrent à repousser les Allemands, les pressions continuèrent pour maintenir un niveau élevé de production des munitions, en particulier parce qu’on s’attendait généralement à ce que la guerre se prolongeât jusqu’en 1919. Le charbon, l'acier, la main d’œuvre, et la production des munitions, qui étaient liées, continuèrent d’occuper Loucheur pendant les derniers mois de la guerre. Peu après le début de l’offensive allemande de mars, toutefois, les Français et les Anglais, tétanisés par la crise militaire, décidèrent d’établir un haut commandement militaire unique. Le rôle de Loucheur dans cet épisode révèle qu’il était très lié à Clemenceau2.

Loucheur, Clemenceau, et le haut commandement unique

  • 3 Pour une discussion des profits de guerre, voir infra, p. 201-202.
  • 4 Lloyd George, War Memoirs, V, p. 197. Mermeix (pseud.), Le Combat des trois : Notes et documents su (...)

3Loucheur gagna le respect et l’amitié de Clemenceau au cours des mois qui suivirent la crise ministérielle de novembre 1917. En tant que ministre de l’Armement, Loucheur voyait Clemenceau presque quotidiennement. Cela lui donna un avantage important, car, en dehors de Stephen Pichon, le ministre des Affaires étrangères, il était le seul membre du Conseil à avoir un contact personnel aussi fréquent avec le président du Conseil. Cependant, au début de leur relation, Clemenceau n’avait guère confiance en Loucheur, en partie à cause de rumeurs le décrivant comme un profiteur de guerre qui, une fois ministre de l’Armement, donnerait des contrats lucratifs à ses amis3. Les réserves de Clemenceau s’effacèrent au fur et à mesure qu’il en vint à apprécier les vues optimistes, les talents politiques, l’expertise en matière de production, et l’énergie avec laquelle le ministre de l’Armement entreprenait ses tâches. Il y avait une affinité naturelle entre eux, car ils étaient tous deux avant tout hommes d’action plutôt que de paroles. Les qualités de Loucheur, jointes à son talent pour se faire valoir, lui valurent la confiance totale et l’amitié de Clemenceau, au point que le président du Conseil utilisait le terme d’affection « mon petit » en s’adressant à lui4.

  • 5 Rapport dactylographié sur le haut commandement unique, par Paul Painlevé, 1928 ou 1929, dans Sous- (...)
  • 6 Louis Loucheur à la comtesse de Courville, 14 août 1922, dans les Papiers Louis Loucheur 10/C, 1.
  • 7 Ibid. Lloyd George, War Memoirs, IV, p. 549-550.

4L’idée d’un commandement unique allié n’était pas étrangère à Loucheur. En octobre, son appui enthousiaste avait aidé le président du Conseil, Painlevé, à obtenir l’accord du Comité de guerre pour créer un Comité interallié de guerre, la première étape vers la création d’un commandement unique5. Loucheur écrivit par la suite qu’il apporta l’appui décisif pour une approche unifiée des opérations militaires au cours de la séance d’octobre et dans les jours suivants : « Il [Painlevé] me suivit d’abord, et ensuite (ce qui était tout naturel puisque chef du Gouvernement) me précéda »6. L’enthousiasme de Loucheur pour ce projet qui avait été discuté en divers endroits en septembre et au début d’octobre, était lié à l’intérêt qu’il portait à renforcer la coopération alliée dans d’autres domaines sur lesquels il travaillait, notamment le domaine économique. Loucheur se rendit à Londres en octobre avec la délégation dirigée par Painlevé pour discuter de la coopération militaire avec les Anglais ; mais les négociations clé furent conduites du côté français par Painlevé et Henry Franklin-Bouillon qui venait d’être nommé ministre d’Etat7.

  • 8 Loucheur à la comtesse De Courville, 14 août 1922, dans les Papiers Louis Loucheur 10/C. Falls, The (...)

5Loucheur fut l’un des principaux acteurs qui poussèrent à la création d’un Conseil supérieur de guerre, ou Conseil suprême, en novembre. Chargé de coordonner les opérations militaires, le CSG s’avéra moins efficace qu’un commandement unique, mais, étant donné les circonstances, il était le meilleur organisme possible. Sa faiblesse fut visible lors de l’offensive allemande de mars : ni Philippe Pétain ni Sir Douglas Haig, le maréchal commandant la British Expeditionary Force en France, n’acceptèrent de lui donner la réserve générale interalliée qu’il leur demandait8. Lorsque les Allemands attaquèrent, il n’y avait toujours pas d’autorité unique efficace pour superviser les mouvements des troupes alliées.

  • 9 Loucheur, Carnets secrets, p. 52-53, 178. Guy Pedroncini, Pétain : Général en chef, 1917-1918 (Pari (...)

6Dans les jours suivants, le rapport étroit de Loucheur avec Clemenceau et l’intérêt qu’il portait à l’idée d’un commandement unique l’amenèrent à participer à une série d’événements qui s’achevèrent par une réunion historique des représentants français et anglais à Doullens le 26 mars. Le 24 mars, Clemenceau envoya Loucheur faire le point sur la situation militaire avec Pétain parce que ce dernier lui avait fait part de ses doutes sur la possibilité d’arrêter les Allemands. Pendant son entretien avec Pétain, Loucheur souligna l’importance du contact entre les forces françaises et anglaises. Ne pouvant joindre Clemenceau à son retour à Paris ce soir-là, Loucheur discuta de la position de Pétain avec Ferdinand Foch, le chef d’état-major de l’armée française. « Trépidant », se promenant « dans mon cabinet comme un lion en cage, allant et venant, avec sa petite canne sous le bras », le général Foch exprima sa confiance dans les forces alliées. Mais il critiqua Pétain, disant que si le commandant en chef exécutait les campagnes avec talent, il n’avait pas le sens de la stratégie. Il mentionna également une conversation qu’il avait eue dans la journée avec Clemenceau, au cours de laquelle il avait souligné le besoin d’un commandement unique9.

  • 10 Loucheur, Carnets secrets, p. 53-54. Richard Griffiths, Marshal Pétain (Londres, 1970), p. 70.

7Le lendemain matin, 25, Loucheur fit part de ces entretiens à Clemenceau alors qu'ils se rendaient à l’Elysée pour voir le président Poincaré. A l’Elysée, les trois hommes furent d’accord qu’il était impératif de colmater la brèche entre les forces anglaises et françaises aussi rapidement que possible. Loucheur fut dépêché au quartier général de Pétain à Compiègne pour y apprendre quels préparatifs ce dernier avait faits dans ce sens et pour organiser une réunion l’après-midi avec Lord Milner, le secrétaire d’Etat anglais à la Guerre10.

8Lorsque Loucheur vit Pétain en début d’après-midi, il le trouva toujours pessimiste :

  • 11 Loucheur, Carnets secrets, p. 179.

Il [Pétain] envisage l’éventualité des armées française et anglaise séparées. L’armée anglaise se rabattra sur Calais et défendra ses bases. L’armée française pourrait ne pas abandonner ses tranchées actuelles depuis Soissons jusqu’à l’Alsace avec une branche verticale descendant de Soissons jusqu’où elle pourrait. C’est quasi l’abandon de toute la France et l’impossibilité presqu’absolue du ravitaillement. Je lui montre qu’il faut tout faire avant d’en arriver là et pour cela dégarnir l’Est, tant qu’il faudra. Il me dit qu’il l’a déjà fait. Il me dit qu’il est très inquiet de la dureté de la bataille sur l’Oise ; il me dit qu’il faudrait pousser Clemenceau à demander la paix. La France a subi la trahison des Russes, la lâcheté des Italiens, la faiblesse des Anglais, la faillite des Américains, son honneur est sauf. Peut-être bien, grâce au fait que son armée n’est pas détruite, obtiendra-t-elle des conditions de paix moins dures. »11

  • 12 Ibid., p. 55-56, 179-180. Falls, The Great War, p. 334-335.

9Mais, lors de l’entretien de la fin de l’après-midi avec Milner, Poincaré, Clemenceau, Loucheur et Foch, Pétain se montra plus optimiste lorsqu’il décrivit les mouvements des divisions françaises par lesquelles il était en train de renforcer les forces anglaises assiégées. Lorsque les Français demandèrent à Milner ce que les Anglais avaient l’intention de faire pour cimenter la coopération des deux armées, ce dernier ne prit aucun engagement, se retranchant derrière la nécessité d’une consultation avec Haig et le général Henry Wilson, le chef d’état-major impérial12.

  • 13 Falls, The Great War. p. 335. Pedroncini, Pétain, p. 332-335. Griffiths, Marshal Pétain, p 70-72.
  • 14 Loucheur, Carnets secrets, p. 59-60. En 1928, Loucheur commémora le dixième anniversaire de l’entre (...)
  • 15 Falls, The Great War. p. 336.

10Comme convenu, les deux parties se réunirent le lendemain matin, 26, à Doullens – du côté anglais, Haig, Wilson, Milner et Sir Herbert Lawrence, le commandant en chef de Haig ; du côté français, Clemenceau, Poincaré, Loucheur, Foch et Pétain. La formule à laquelle ils arrivèrent en suivant les suggestions de Milner et de Haig, qui supportaient Foch, donnait à ce dernier l’autorité de coordonner les efforts des deux armées13. A la demande de Clemenceau, Loucheur fit faire deux copies du texte original. A la fin de la réunion, Poincaré déclara : « Je crois, Messieurs, que nous avons bien travaillé pour la victoire »14. Bientôt, Foch amena des renforts dans la zone des combats, et la brèche entre les forces françaises et anglaises fut comblée. Le 5 avril, les Allemands cessèrent leur offensive et commencèrent à chercher d’autres points d’attaque15.

  • 16 Loucheur à la comtesse de Courville, 14 août 1922, dans les Papiers Louis Loucheur 10/C. Pedroncini (...)

11Loucheur joua un rôle plus important dans les événements qui conduisirent à l’entrevue décisive de Doullens que lors de l’entrevue elle-même. Il avait fait campagne pour Foch en 1917, le recommandant pour un poste important lors des entretiens anglo-français de Londres en octobre. Etant donné la nature optimiste de Loucheur et l’appui assidu qu’il apportait à Foch, il semble probable qu’il ait parlé de façon plus élogieuse de son ancien chef d’escadron que de Pétain en mars 1918. Quoi qu’il en fût, Clemenceau ne se rallia pas définitivement aux idées de Foch avant le 26 mars16.

  • 17 Loucheur, Carnets secrets, p. 60.

12La présence de Loucheur à Doullens avait une importance symbolique : elle reflétait l’intimité de sa relation avec Clemenceau et la considération dont il jouissait au sein du gouvernement. En dehors de Clemenceau et de Poincaré, il était le seul membre du gouvernement présent. Et l’affection de Clemenceau pour lui était évidente lorsqu’il demanda à Loucheur de faire deux copies de l’accord ; en riant, il lui dit : « Pour vous récompenser, je vous fais cadeau du brouillon »17.

Les troubles du travail

13Les Allemands attaquèrent de nouveau en avril, cette fois contre les lignes anglo-portugaises à l’extrémité nord du front allié. Connue sous le nom d’offensive de la Lys, cette attaque commença par un succès, mais se termina avant la fin du mois. Toutefois, bien que les Alliés aient arrêté les avances allemandes par deux fois, ils redoutaient toujours une défaite finale ; la situation du front resta tendue en mai.

  • 18 Falls, The Great War, p 337-342. Pierre Miquel, La Grande Guerre (Paris, 1983), p. 554-556. « L’Eta (...)
  • 19 Rapports sur les activités des ouvriers de l’usine Renault le 11 mai 1918, daté du 12 mai 1918, dan (...)

14A l'arrière aussi, la situation était tendue. Lors de l’offensive allemande de mars, Clemenceau, qui redoutait des poussées révolutionnaires parmi les ouvriers, garda quatre divisions de cavalerie à l’arrière par précaution. Rien n’arriva alors, mais de graves troubles du travail éclatèrent en mai18. Les perturbations les plus importantes étaient à Paris et touchaient Loucheur directement, parce qu'elles affectaient la production d’armements. Le 11 mai, une centaine de délégués d’atelier de Renault (voir supra, p. 86-87, 90-91) se réunirent au Restaurant de la Victoire à Billancourt et ratifièrent l’idée d’une grève générale immédiate. Leur dessein fut approuvé le lendemain lors d’une réunion de six cents délégués d’usines de guerre, et au matin du 13 mai, plus de vingt mille ouvriers de Renault se mirent en grève. La grève s’étendit rapidement à d’autres usines de guerre de la région parisienne, et on estime qu’au plus fort du mouvement elle comprenait 200 000 ouvriers. Les grévistes réclamaient la paix immédiate et protestaient contre le rappel de jeunes recrues affectées aux usines d’armement. La rumeur courait que les ouvriers rappelés seraient remplacés par des Américains19.

  • 20 Rapport d’une réunion du personnel de la Maison Hanriot le 13 mai 1918, daté du 14 mai 1918, dans F (...)

15Comme l’agitation s’étendait, le ministère de Loucheur commença à prendre des mesures pour y pallier. Le 13 mai au matin, le colonel Weil, agissant en porte-parole du ministère de l’Armement, avertit les délégués de Renault que les soldats mobilisés faisant la grève risquaient d’être renvoyés au front et que les meneurs de grève seraient pénalisés. Il est fort probable que Loucheur sollicita l’aide de Thomas. Le groupe parlementaire socialiste décida d’envoyer une délégation, qui comprenait Thomas, auprès de Loucheur et de Clemenceau l’après-midi du 14 mai. Manifestement en contact avec les grévistes, les membres de la délégation se plaignirent de la façon dont la loi Mourier (voir supra, p. 49-50) était appliquée aux jeunes ouvriers et soulignèrent le mal que la rumeur d’une main d’œuvre américaine faisait dans les usines. Loucheur répondit que le gouvernement rappelait le personnel d’usine mobilisé exactement selon les prescriptions de la loi Mourier. Il assura toutefois la délégation qu’il n’était pas prévu de remplacer les ouvriers français rappelés par des ouvriers américains20. Thomas et les socialistes transmirent ces informations aux grévistes ; devant l'imminence d’une offensive allemande majeure, ils firent appel au patriotisme des ouvriers pour mettre fin à la grève.

  • 21 Rapport sur la réunion des délégués d’atelier des usines de guerre de la région parisienne le 15 ma (...)
  • 22 Rapport sur le moral des ouvriers des usines de guerre de la région parisienne, 31 juillet 1918, da (...)

16Convaincu que ces perturbations étaient en grande partie imputables aux délégués d’atelier, Loucheur commença à pénaliser certains d’entre eux. Alphonse Merrheim, leader de la Fédération des métaux qui prit la tête du mouvement de grève le 16 mai, se plaignit du caractère répressif de certaines mesures gouvernementales et enjoignit à la classe ouvrière de ne pas les tolérer. Il fit même appel à la délégation parlementaire socialiste pour demander au gouvernement de se justifier. Mais le gouvernement continua à sévir contre les grévistes en rappelant les sursistaires à leurs dépôts ; un nombre important de rappelés étaient des délégués d’atelier21. Bien que le gouvernement ait cédé après la fin de la grève en affectant à d’autres usines une bonne partie des ouvriers rappelés, le coup porté à l’institution du délégué d’atelier était grave. Un observateur nota à la fin de juillet que « Dans beaucoup d’ateliers, il paraît impossible ou à peu près de remplacer les délégués partis ou démissionnaires, et là où des candidatures pourraient se présenter, il n'a pas été procédé à des élections. Dans ces conditions, on ne voit pas bien comment pourrait se produire actuellement une action dans laquelle serait entraînée la masse des ouvriers des usines de guerre »22.

  • 23 Hatry, « Les Délégués d’atelier », p. 232.

17Comme on s’attendait à une attaque allemande, la Fédération des métaux hésitait à poursuivre la grève. Après avoir discuté avec la délégation parlementaire socialiste, Loucheur, et Clemenceau, les représentants syndicaux demandèrent le 18 mai aux ouvriers de reprendre le travail. C’était là une capitulation, car le gouvernement ne fit aucune concession aux ouvriers23.

18L’attitude de Loucheur envers la grève fut influencée par deux facteurs. Lun était sa conviction que les délégués d’atelier étaient la cause principale de la grève. Ce n’était pas la première fois qu’ils se livraient à des activités controversées, et Loucheur les avait prévenus : sa directive du 21 février limitait strictement leurs fonctions. Moins de trois mois après cet avertissement, les délégués semblaient être de nouveau les fauteurs de troubles. Les voyant sous ce jour, Loucheur crut que la fermeté s’imposait pour éviter que les perturbations ne s’étendent et pour diminuer leur influence dans les usines de guerre. Il se peut qu’il ait eu des doutes à l’égard des délégués d’atelier avant cette grève ; mais il eut probablement de sérieuses réserves à l’égard de leur utilité à partir de ce moment-là, et il ne fut certainement pas fâché de voir faiblir l’institution des délégués pendant les derniers mois de la guerre.

  • 24 Nicholas Papayanis, « Collaboration and Pacifism in France During World War 1 », Francia, V (1977), (...)

19L'autre facteur qui joua dans l’attitude de Loucheur était l’imminence de l’offensive allemande, qui interdisait toute distraction interne. Même un pacifiste comme Merrheim recula devant la perspective des revers militaires et sociaux qu’une grève prolongée risquait d’engendrer24. Le patriotisme et la peur de la puissance militaire allemande semblent avoir prévalu ; l’ordre revint dans les usines. Dans le mouvement ouvrier, personne ne voulait voir la classe ouvrière être accusée d’affaiblir l’effort militaire allié à un moment crucial.

  • 25 Ferro, The Great War, p. 216.

20L’offensive vint le 27 mai : ce fut l’attaque du Chemin des Dames. Les Allemands, qui l’avaient prévue comme une diversion leur permettant de reprendre les armes contre les Anglais, furent abasourdis de voir la rapidité de leur avance pendant les premiers jours ; ils en abandonnèrent leur plan original pour concentrer le plus gros de leur effort contre les Français. Les forces alliées se ressaisirent et l’offensive fut arrêtée le 11 juin. Néanmoins, ce succès eut des répercussions au-delà des champs de bataille. A Paris, Clemenceau fut forcé de défendre sa politique militaire devant la Chambre des Députés dans une atmosphère chargée25, qui affecta également Loucheur.

  • 26 Ibid., p. 216-217.

21La poussée allemande finale de la mi-juillet se solda rapidement par une retraite générale après la seconde bataille de la Marne gagnée par les Alliés. Maintenant que les Alliés avaient repris l’avantage, la fin du conflit n’était plus qu’une question de mois26. Toutefois, même au début de l'automne, les Alliés ne savaient pas combien la fin de la guerre était proche ; Loucheur continua donc à donner toute son attention à la production de guerre jusqu’aux derniers jours des combats.

Le charbon

22Si les offensives allemandes du printemps avaient contribué à la création d’un haut commandement unique et à la décision par la Fédération des métaux d’abandonner la grève, elles testèrent aussi l’efficacité de la coopération alliée qui avait pris corps dans l’accord de mi-mars sur le charbon. L’attaque de mars, en particulier, ébranla le système d’approvisionnement entre l’Angleterre, la France, et l’Italie et compromit le délicat équilibre atteint par Loucheur sur le front domestique pendant l’hiver.

  • 27 Procès-verbal, Commission de l’Armée (Chambre), 5 avril 1918, dans C, 7500, AN.

23Les transports des mines du Pas-de-Calais vers Paris et l’Est de la France furent les plus touchés. Avant l’attaque allemande de mars, les mines de cette région produisaient 900 000 des 2,1 millions de tonnes de charbon français extrait mensuellement. La ligne ferroviaire principale pour les livraisons en provenance du Nord, qui passait par Amiens, fut menacée pendant plusieurs jours. Et, bien que les Allemands ne purent, en fin de compte, s’emparer de la ville, les transports furent affectés en priorité aux troupes et à l’approvisionnement militaire et le nombre des convois de charbon en provenance du Pas-de-Calais chuta. Le 15 avril, tout en disant à la commission de l’Armée de la Chambre que les Français n’avaient pu expédier vers l’intérieur qu’un tiers du charbon normalement acheminé par rail, Loucheur faisait déjà appel à d’autres moyens de transport, changeant les itinéraires et empruntant la voie maritime entre Dunkerque et Rouen. Craignant que les Allemands ne s’emparent de la région des mines, il fit promettre à Foch de veiller tout particulièrement à ce qu’elle soit protégée contre une attaque27.

  • 28 Clémentel, La France et la politique économique, p. 255.

24Pour remplacer le charbon manquant, Loucheur et les Français se tournèrent vers les Anglais. Loucheur dit au Conseil allié des transports maritimes, qui tint sa deuxième session du 23 au 25 avril, qu’à part 300 000 tonnes mises à la disposition du département du Nord et de l’armée anglaise, les ressources du Pas-de-Calais n’étaient pas fiables. Il demanda aux Anglais de pourvoir à la différence, suggérant des livraisons d’entre 400 000 et 450 000 tonnes par mois28.

  • 29 Le Foreign Office à Lord Bertie, 20 avril 1918, dans FO 382/2079, Dossier 1398, PRO. Richard A. S. (...)

25Les Anglais avaient déjà décidé, plusieurs jours avant la conférence, d’aider les Français. Le gouvernement anglais avait fait savoir à Lord Bertie, son ambassadeur à Paris, qu’il voyait d’un œil favorable la livraison à la France d’entre 150 000 et 200 000 tonnes de charbon anglais. La délégation anglaise officielle qui se rendit en France pour mettre au point un programme de livraison conclut un accord satisfaisant lors de la session d’avril du Conseil allié des transports maritimes. L’accord établit un chiffre d’exportation total de 1,74 million de tonnes de charbon anglais par mois vers la France29.

  • 30 Mémorandum d’une réunion au ministère des Transports maritimes, 22 avril 1918, dans FO 382/2079, Do (...)
  • 31 Approvisionnement de charbon pour l’exportation, Ministère des Transports maritimes, 8 mai 1918, da (...)
  • 32 Redmayne, The British Coal-Mining Industry, p. 188, 192-194. Lord Robert Cecil à Louis Loucheur, 31 (...)

26A ce point, les Anglais s’inquiétaient pour les convois et la main d’œuvre. Londres accepta de donner la priorité aux bateaux à destination de la France une fois que ses engagements vis-à-vis des nations neutres étaient remplis, mais « aussi discrètement que possible »30. En réalité, Sir Joseph Maclay, le Shipping Controller (ministre anglais de la Navigation), se procura tellement de bateaux pour les transports de charbon qu’il se plaignit au début de mai de devoir en renvoyer un grand nombre sur lest31. Le problème de la main d’œuvre fut plus grave ; au début de l’année, le gouvernement anglais avait ordonné le rappel de cinquante mille mineurs, puis, après le début des attaques allemandes du printemps, il en rappela vingt-cinq mille de plus. Bien que le gouvernement essayât de remplacer certains rappelés par des mineurs mobilisés de constitution physique faible, les remplacements s’effectuèrent lentement, et la production de charbon tomba. L’agitation ouvrière et le déclenchement d’une épidémie de grippe vinrent exacerber la pénurie de main d’œuvre en mai et juin32.

  • 33 Procès-verbal, Commission de l'Armée (Chambre), 5 avril 1918, dans C, 7500, AN. Salter, Allied Ship (...)

27Les livraisons de charbon français à l’Italie par rail furent perturbées par le transfert de troupes alliées du front italien à la zone menacée par l’offensive allemande de mars. Pendant quelque temps, Loucheur pensa interrompre ces livraisons et laisser l’Angleterre en porter tout le poids. Lors des négociations suivantes, qui en toute probabilité portèrent sur l’augmentation des livraisons de charbon anglais à la France, les Français firent marche arrière et s’engagèrent à envoyer du charbon aux Italiens, mais en quantité réduite. Anticipant leur stratégie, l’exécutif du Conseil maritime détourna vers l’Italie des livraisons importantes destinées à Gibraltar et à la Méditerranée. Dans les mois suivants, la quantité de charbon livrée par les Anglais à l’Italie par mer augmenta substantiellement. Toutefois, cette solution augmentait la longueur du trajet pour les Anglais33.

  • 34 Sardier, Le Ravitaillement en charbon, p. 91-94.

28L’approvisionnement domestique en charbon devenant de plus en plus précaire, et la dépendance française vis-à-vis de l’Angleterre augmentant, la panique et la spéculation se propagèrent. Le 15 juin, Loucheur imposa par ordre administratif des contrôles gouvernementaux visant à juguler l’inflation. Comme il voulait un coût unique pour le charbon importé à travers toute la France pour simplifier l’administration des prix par le gouvernement, il établit, entre autres, un système de péréquation pour les taux de port du charbon anglais. Jusque-là, les taux avaient varié selon le type de navire utilisé. Par l’ordre du 15 juin, Loucheur établit également un prix maximum pour chacun des éléments du prix payé par les consommateurs pour le charbon anglais et français. On demanda aux consommateurs de comparer les prix qu’on leur demandait aux barêmes établis par le gouvernement et de ne pas payer plus cher que le prix officiel maximum. Loucheur était convaincu que la France verrait les prix du charbon baisser et les spéculateurs se décourager34.

  • 35 Louis Loucheur à Stephen Pichon, 24 juin 1918, dans la Série Z, Europe, 1918-1929, Grande-Bretagne, (...)

29Pendant que Loucheur tentait de stabiliser le prix du charbon en France, les Anglais annoncèrent une augmentation générale du prix du leur. Loucheur réagit avec modération à cette annonce : le 24 juin, il écrivit à Pichon que, vu le renchérissement des coûts de production du charbon anglais, il serait d’autant plus maladroit de protester contre les nouveaux tarifs, que l’augmentation des prix touchait le charbon vendu aux Anglais tout autant que le charbon exporté. Il pensait cependant que les Français devaient profiter de l’occasion pour demander que les deux pays se penchent sur le problème des prix du charbon et des transports d’après-guerre. Cette suggestion fut le premier effort français en vue d’assurer la continuation après la guerre de la politique anglaise pratiquée depuis l’été 1916, de vente du charbon aux Français et aux Italiens à des prix inférieurs à celui exigé des autres pays. L'idée de Loucheur fut appuyée par les autres ministres, et les Anglais acceptèrent de continuer cette politique préférentielle après la guerre, sans toutefois lui assigner de durée spécifique35.

  • 36 Procès-verbal, Commission de l’Armée (Chambre), 3 août 1918, dans C, 7500, AN.
  • 37 Conseil interallié de l’armement et des munitions, 14-15 août 1918, dans F 12, 7799, AN. Le capitai (...)

30En août, la situation militaire des Alliés s’était suffisamment améliorée pour permettre à Loucheur de commencer à augmenter les livraisons de charbon du Pas-de-Calais. Il dit à la commission de l’Armée de la Chambre le 3 août que le nombre de trains en partance des mines avait augmenté au cours des jours précédents et que la mise en service imminente d’une nouvelle ligne ferroviaire améliorerait rapidement les transports de charbon36. Il savait toutefois que la production domestique restait bien en-dessous des besoins minimums, et il continua d’espérer que les Anglais augmenteraient leurs livraisons. Se joignant à d’autres dirigeants français pour obtenir satisfaction, il utilisa à la mi-août le Conseil interallié de l’armement et des munitions – une branche du Conseil allié des transports maritimes – pour faire comprendre à Churchill l’urgence de la situation et pour encourager les Anglais à agir. En même temps, les délégués français au Conseil allié des transports maritimes, soutenus par les Etats-Unis et l’Italie, envoyèrent un message à Lloyd George sur l’état désespéré de la situation. Ils lui firent remarquer que, bien que la production française minimale ait été estimée à 2,2 millions de tonnes par mois, le rendement des mines était tombé à 1,5 million de tonnes après l’offensive de mars. Fait déplorable, les livraisons de charbon anglais à la France étaient tombées depuis avril de plus d’un million de tonnes au-dessous du niveau espéré. Pour la semaine qui s’achevait le 17 août, presque tout le fret anglais destiné au transport du charbon en France avait été immobilisé par manque de charbon37.

  • 38 Redmayne, The British Coal-Mining Industry, p. 190.
  • 39 Ibid. p. 189-191,

31Conscients que la crise du charbon les touchait autant que le continent, les Anglais réagirent en lançant une campagne pour augmenter la production. Le 10 août, Lloyd George prononça un discours devant un groupe de mineurs gallois dans lequel, parlant de l’ennemi, il encouragea les mineurs à « les bombarder de charbon ! Lancez-le par wagons entiers ! Chaque wagon supplémentaire signifie pour nous des victoires qui représentent la liberté, la justice, et la paix dans le monde tout entier »38. Plusieurs jours plus tard, Sir Guy Calthrop, le Contrôleur anglais du charbon, lut aux délégués réunis à la conférence de la Fédération britannique des mineurs les messages de Clemenceau, Haig, et Foch qui tous demandaient aux mineurs d'augmenter leur rendement. Le gouvernement ordonna également le retour des mineurs du service militaire aussi rapidement que possible39.

  • 40 Lord Robert Cecil à Lord Bertie, 8 août 1918, dans FO 382/2079, Dossier 1398, PRO.

32En même temps, les Anglais rappelèrent aux Français qu’ils étaient eux aussi responsables pour le fait que les livraisons anglaises étaient plus basses que prévu. Au début d’août, Lord Robert Cecil, sous-secrétaire d’Etat britannique aux Affaires étrangères, dit à Loucheur qu’une grande partie du problème était que les ports français étaient incapables d’absorber le charbon à l’arrivée. Il admit néanmoins que, même si les conditions portuaires s’amélioraient rapidement – ce qui lui semblait improbable – l’Angleterre ne pourrait probablement pas satisfaire aux demandes françaises en charbon parce que les mineurs anglais étaient rappelés au front. Il suggéra aux Français d’essayer d’augmenter le rendement des mines de Bruay situées dans le Pas-de-Calais40.

  • 41 Louis Loucheur à Lord Robert Cecil, 13 août 1918, ibid.

33Loucheur tenta d’exonérer la France dans sa réponse à Cecil du 13 août. Selon lui, contrairement aux apparences, les ports français étaient équipés pour recevoir le charbon demandé : si l’Angleterre le transportait, les Français le déchargeraient. Loucheur suggéra même aux Anglais de céder une partie du charbon réservé pour leur usage domestique et d’augmenter de 300 000 tonnes par mois ce qu’ils envoyaient en France. Il assura Cecil que les Français faisaient tout leur possible pour augmenter le rendement des mines de Bruay et qu’une amélioration notable pouvait y être attendue dans la deuxième moitié d’août41.

  • 42 Sir Joseph Maclay à Lord Robert Cecil, 19 août 1918, ibid. Procès-verbal, Comité de guerre, 15 juil (...)

34Loucheur savait probablement que l’état des transports français interdisait de transporter le charbon vers l’intérieur, et que les affréteurs avaient des problèmes pour décharger le charbon dans les ports. Loucheur voulait donc faire pression sur les Anglais ; toutefois, il croyait sincèrement que les conditions portuaires seraient corrigées. Son optimisme venait en partie de mesures gouvernementales prises en juillet pour remédier à la crise des transports : une de ces mesures prévoyait d’utiliser son ministère pour réparer locomotives et wagons42. Et il avait résolu une crise semblable dans les ports français au début de 1917.

  • 43 Salter, Allied Shipping Control, p. 197, 201, 213. Brouillon d’une lettre de Lord Robert Cecil à Lo (...)

35Malgré les efforts de Loucheur en France, auprès des Anglais, et auprès du Conseil allié des transports maritimes, où le problème fut discuté au cours de ses deux dernières séances du temps de guerre, la première les 29 et 30 août et la seconde du 30 septembre au 2 octobre, les importations de charbon anglais restèrent bien en-dessous des 1,74 million de tonnes mensuelles prévues par le programme d’avril. En septembre, 1 244 174 tonnes furent livrées, et en octobre 1 251 073 tonnes. Le rendement des mines anglaises était insuffisant, et les délais pour l'enlèvement du charbon dans les ports continuèrent d’être longs pendant l’automne. Et, à cause d’exigences militaires continuelles, Loucheur ne put faire fonctionner les chemins de fer français au niveau qu’il avait audacieusement promis aux Anglais en août43.

  • 44 Henri Marcesche, Le Charbon : Elément de réparations et de négociations dans le traité de Versaille (...)

36Malgré tous les efforts de Loucheur, la France aborda un nouvel hiver avec des réserves inexistantes, des transports sérieusement désorganisés, une production domestique réduite, et des livraisons anglaises insuffisantes. A Paris, les arrivées de charbon étaient bien en-dessous des niveaux attendus, et à Lyon, entre août et novembre, les livraisons furent bien inférieures à celles de 1917 pour la même période44.

37Les huit derniers mois de la guerre mettent en évidence la fragilité de l’équilibre atteint par Loucheur en matière de ravitaillement en charbon pendant l’hiver de 1917-1918 ; il fut rapidement détruit pendant l’offensive allemande de mars. Et, bien que Loucheur s’efforçât de reprendre la situation en main au printemps et en été, il fut contrarié par plusieurs circonstances indépendantes de sa volonté : problèmes ouvriers en Angleterre, crise des transports en France, destruction des mines françaises par les Allemands pendant les dernières semaines de la guerre. Il put compter sur la coopération alliée pendant trois mois, le Conseil allié des transports maritimes lui fournissant une aide importante en coordonnant les programmes charbonniers de l’Angleterre, de la France, et de l’Italie. En outre, le Conseil lui servit de forum devant lequel il put faire appel pour obtenir davantage de charbon.

La métallurgie

38L'offensive de mars provoqua des difficultés semblables dans le domaine du fer et de l’acier : pénuries graves, crise des transports, spéculation. La France avait dépendu de l’Angleterre pour les deux métaux, et donc, lorsqu’il devint de plus en plus difficile de se les procurer en 1918, Loucheur dut tenter de trouver de nouveaux fournisseurs. Bien que les pénuries de fer et d’acier touchent moins directement le public que le manque de charbon, ces métaux étaient essentiels pour l’effort de guerre. Comme Loucheur était en plus tenu de fournir des munitions aux forces américaines qui arrivaient en France, il dut également trouver des fournisseurs capables de satisfaire les besoins de la France en métaux non ferreux. Il choisit de prendre des mesures visant à stabiliser les prix et à poursuivre la centralisation des commandes et de la distribution. Appliquant ses remèdes à plusieurs métaux, il consacra néanmoins davantage d’attention à la fonte, pour l’approvisionnement de laquelle il s’était déjà battu. La fonte devenait en effet de plus en plus importante pendant les derniers mois de la guerre.

  • 45 Commission interministérielle des métaux et fabrications de guerre, 27 février 1918, dans F 30, 150 (...)

39Les Français s’attendaient à des réductions importantes d’acier et de fonte en provenance d’Angleterre, mais, pour l’acier au moins, ils espéraient repousser le plus longtemps possible l’application de la décision, prise par le gouvernement anglais pendant l’hiver, de réduire drastiquement leurs livraisons. D’un autre côté, le procès-verbal d’une réunion du CIM en février suggère que la France était résignée à accepter une diminution immédiate des livraisons anglaises de fonte hématite de vingt mille tonnes à dix mille tonnes par mois. A cette réunion, il fut proposé de répartir la quantité d’acier britannique prévue pour l’ensemble des programmes français pendant le reste de l’année – un maximum de 250 000 tonnes – de sorte que les plus grosses livraisons – soit 35 450 tonnes par mois – soient faites au début, avec des réductions échelonnées sur le reste de l’année. Loucheur fut probablement l’instigateur de cette stratégie, car elle correspondait à sa méthode de temps de guerre qui consistait à satisfaire les besoins du moment tout en reculant les réductions de livraisons autant que possible. Mais même ces espoirs furent bientôt contrariés ; en mai, les Français estimèrent recevoir d’Angleterre par mois pour leurs programmes environ 24 000 tonnes, soit 5 500 tonnes en dessous des 29 500 tonnes prévues en février pour le mois de mai. Bien que le Comité de guerre, en révisant ses prévisions trimestrielles pour les produits métallurgiques le 15 juillet, ait augmenté le montant mensuel à 40 000 tonnes pour la période allant de juillet à septembre, les livraisons continuèrent à ne pas correspondre aux besoins français45.

  • 46 Fontaine, French Industry During the War, p. 274.

40La solution ne se trouvait pas non plus dans l’augmentation de la production domestique, car la pénurie de charbon et la crise des transports résultant des attaques allemandes mirent les Français dans l'impossibilité de maintenir leurs niveaux de production d’acier et de fonte. En 1918, les aciéries ne produisaient qu’à 59 % de la capacité totale de production ; le rendement de la fonte était à 56 %, contre un taux de rendement de 94 % de capacité pour l’acier et de 100 % pour la fonte en 191646. Même en tenant compte du fait que la capacité de production était plus élevée en 1918 qu’en 1916, grâce au programme de construction que Loucheur travailla tant à développer en 1917, le taux réduit d’utilisation de la capacité de production pour 1918 indique la gravité des déficiences de production cette année-là.

  • 47 Procès-verbal, Commission de l'Armée (Chambre), 5 avril 1918, dans C, 7500, AN. Procès-verbal, Comm (...)

41Loucheur décida de renforcer sa dépendance des Etats-Unis pour l’acier. Les dispositions prises par la France avec l’Amérique au sujet des matières premières destinées à l’artillerie, jointes à la convention Churchill qui garantissait du fret pour la livraison de produits américains en acier, permirent à Loucheur de faire passer les importations d’acier américain pour les fabrications liées à l’artillerie de 82 000 tonnes en février à 122 677 tonnes en mars. Mais elles tombèrent après l’attaque allemande de mars, et en juillet elles n’étaient que de 59 000 tonnes47.

  • 48 Etienne Clémentel à Georges Clemenceau, 2 mai 1918, dans F 12, 7785, AN. Conseil interallié de l'ar (...)
  • 49 Clémentel, La France et la politique économique, p. 275.

42Les pénuries d’acier devinrent si critiques pendant les premiers mois de 1918 qu’en avril Pétain écrivit à Clemenceau que les Français devraient insister auprès des Anglais non seulement pour une augmentation des attributions mensuelles d’acier anglais, mais aussi pour l’application intégrale de la convention Churchill. Clemenceau transmit la lettre à Clémentel qui décida que Loucheur était l’homme qu’il fallait pour aborder ces problèmes. Bien qu’il n’y ait pas de preuves d’actions spécifiques de Loucheur sur cette question, sa réaction ne permet pas de douter qu’il ait maintenu un contact serré avec les Anglais. On sait que Churchill et lui discutèrent de l’acier lors d’une réunion d’un sous-comité du Conseil allié des transports maritimes en août. Bien que le résultat de cet entretien ne soit pas connu, les efforts de Loucheur durent porter des fruits, car, en déterminant leurs évaluations d’acier pour le dernier trimestre de 1918, les Français estimèrent les livraisons mensuelles anglaises à 44 000 tonnes, soit 4 000 tonnes de plus que les prévisions pour le troisième trimestre de l’année48. Entre temps, Clémentel rappela aux Anglais à la fin de juillet que, du fait qu’ils n’appliquaient pas la convention Churchill, l’acier américain destiné à la France restait consigné dans les ports et les usines américaines49. Mais, les Anglais étant dans l’impossibilité de tenir leurs engagements, Loucheur se tourna vers les Etats-Unis. Il envoya des télégrammes et fit pression à travers les représentants français en Amérique : on lui dit, très probablement en juin ou en juillet, que l’acier en transit augmenterait dès que les Français dégageraient celui qui se trouvait déjà dans leurs ports.

  • 50 Procès-verbal, Commission du Budget : Sous-commission des Armements (Chambre), 6 septembre 1918, da (...)

43Pour réduire les délais dans les ports français, Loucheur s’entendit avec Albert Claveille, le ministre des Transports, pour créer un système de navette qui avait tout d’abord été conçu pour le grand arsenal d'Etat de Roanne. D’après ce système, les trains quittaient les ports avec une charge maximale et y revenaient dès qu’ils avaient été déchargés à destination. En l’appliquant à d’autres centres de consommation de l’acier, les Français augmentèrent de 30 % par mois les quantités d’acier transportées des ports vers l’intérieur. Pour assurer l’efficacité des opérations, Loucheur nomma un agent de liaison permanent au ministère des Transports50.

  • 51 Procès-verbaux, Comité de guerre, 15 juillet 1918 et 13 octobre 1918, les deux documents se trouvan (...)

44Une fois les ports dégagés, les livraisons américaines augmentèrent, et l’optimisme revint : lorsque le Comité de guerre évalua ses besoins en acier pour le dernier trimestre de l’année, le gouvernement anticipait en moyenne des arrivées mensuelles de plus de 125 000 tonnes d’acier américain réservées au ministère de Loucheur. La consommation totale d’acier prévue pour le dernier trimestre de l’année était donc bien supérieure à celle du troisième trimestre51. Ces chiffres indiquent que Loucheur et d’autres membres du gouvernement étaient en droit de croire que le pire était passé et que les conditions iraient en s’améliorant.

  • 52 Pinot, Le Comité des Forges, p. 286-289.

45A la fin de l’hiver 1917-1918, Loucheur travaillait toujours à un système global de prix et de distribution pour la fonte. Il avait écrit à Robert Pinot à la fin de 1917 pour demander au Comité des Forges de servir de distributeur, mais il hésita à appliquer son plan lorsqu’il essuya de violentes critiques (voir supra, p. 102). Une fois la tempête calmée, il décida de passer à l’action et écrivit le 18 mars à Pinot qu'il comptait commencer ces opérations le 1er juin. Mais l’offensive allemande qui commença trois jours plus tard força Loucheur à reculer leur entrée en vigueur jusqu’au 1er juillet52.

46La fonte produite en France ne fut donc soumise à aucun contrôle avant juillet 1918. Seuls l’achat et la distribution de la fonte en provenance d’Angleterre, ainsi que la distribution de la fonte achetée par le gouvernement aux Etats-Unis et en France, avaient été confiés à partir de 1916-1917 au Comité des Forges. Cela concernait des quantités de fonte négligeables. Comme la plus grande partie de la fonte produite en France échappait aux contrôles, il y avait des inconsistances et des abus, tels des variations importantes de prix et de processus de distribution.

  • 53 Ibid., p. 122-127. Girault, Le Comité des Forges, p. 135-138.

47Loucheur voulait assurer à tous les utilisateurs des fournitures régulières de fonte à des prix équitables, quelle que soit l’origine du produit. D’après la structure qu’il établit, le CIM déterminait les attributions de fonte pour les ministères et les services publics. A un échelon inférieur, le Service des produits métallurgiques du ministère de Loucheur fixait les montants alloués aux utilisateurs individuels. Enfin venait le Comité des Forges qui, sous le contrôle du ministère de l’Armement, livrait la fonte aux consommateurs à des prix fixes. Loucheur établit une chambre de compensation pour maintenir la péréquation entre les consommateurs et les producteurs. Le système d’intervention qu’il mit en place pour juguler les injustices, le recel, et la spéculation, resta intact après la cessation des hostilités en novembre53.

  • 54 Comité des Forges de France, Circulaire no 961 du 13 septembre 1917, dans 94 AP, 233, AN. Bernard B (...)

48Pour l’acier, les contrôles des prix étaient encore plus limités. Ils semblent avoir commencé le 11 septembre 1917, lorsque le Comptoir d’exportation des produits métallurgiques fut désigné par le gouvernement comme acheteur unique d’acier anglais. Agissant sur les recommandations du CIM, Loucheur établit des prix de base pour cet acier. Les Français furent également aidés en septembre, lorsque les Etats-Unis créèrent un programme de contrôle des prix de la fonte et de l’acier et appliquèrent des prix fixes aux ventes sur le marché intérieur et à l’étranger. Pourtant, aucun contrôle spécifique ne semble avoir été appliqué en 1917 sur l’acier produit en France, bien que les transactions de métaux soient soumis à l’examen du CIM qui était responsable pour la distribution de tous les produits en acier. Loucheur et Clémentel renforcèrent le système en mars 1918 par une décision jointe qui interdisait aux vendeurs de produits en acier et en fonte de majorer de plus de 3 % le prix à la sortie d’usine. Mais les Français n’établirent jamais pour l’acier le même genre de programme qu’ils avaient mis en place pour le charbon et pour la fonte. La réticence du gouvernement peut avoir été liée au pouvoir et à l’influence du lobby français de l’acier. Il est plus plausible que le système ait été trop difficile à gérer, surtout s’il représentait une approche prix-de-production-plus-profit, qui avait été considérée aux Etats-Unis, puis rejetée comme étant ingérable54.

  • 55 Cette politique est visible dans plusieurs documents dans F 12, 7662, 7673, 7786, AN.

49Bien que des tendances centralisatrices en métallurgie aient vu le jour avant mars 1918, les attaques allemandes du printemps rendirent encore plus nécessaire le développement de contrôles gouvernementaux des matières premières. Au début de mai, Loucheur et Clémentel introduisirent un projet de loi visant à placer sous autorité gouvernementale plusieurs matières premières qui y avaient échappé auparavant. Ce fut là une des nombreuses tentatives de Loucheur pendant le printemps pour centraliser l’économie de guerre55.

50Loucheur continua à travailler à un accroissement de la centralisation pendant les dernières semaines de la guerre. En septembre, il s’ouvrit à Clémentel d’un projet d’agent unique d’achat pour tous les produits en fer des Etats-Unis. Mais Clémentel recula, probablement parce qu'il prévoyait une réaction défavorable de la part des milieux d’affaires. En revanche, il suggéra aux utilisateurs de fer américain de centraliser leurs achats à travers leurs propres associations commerciales, ou, sinon, à travers le Comptoir d’exportation des produits métallurgiques ou le Consortium des marchands de fer qui représentaient les consommateurs métallurgiques non liés à la Défense. Loucheur accepta cette idée, mais la planification de ces dispositions recula probablement l’application de la décision interministérielle jusqu’à la fin de la guerre, où l’on n’en avait plus besoin. Néanmoins, cet épisode montre que les tendances centralisatrices du gouvernement ne se relâchèrent pas pendant les dernières semaines du conflit. La façon dont Loucheur traita la métallurgie fut jusqu’à la fin celle qu’il avait adoptée à son entrée au gouvernement. Pendant tout son service de guerre, sa première préoccupation fut d’assurer les besoins du moment pour prévenir de graves réductions dans la fabrication de munitions.

La production d’armements

51Pendant les derniers mois du conflit, les fabrications de guerre prirent une importance renouvelée en raison de la détermination des deux belligérants de remporter une victoire décisive. L’armée et le gouvernement faisaient pression sur Loucheur pour maintenir des réserves importantes d’armes et d'obus et pour augmenter la production de certains matériels tels les chars et les avions. En outre, il était tenu de fournir un certain équipement militaire aux forces américaines nouvellement arrivées en France. Lorsqu'on considère les crises du charbon et des matières premières, on voit bien qu’il n’avait pas la tâche facile, et que ses problèmes étaient aggravés par la menace de bombardements allemands et la perturbation du système de transports français. Il était constamment forcé de s’adapter ; à un moment donné, il programma même la délocalisation de la production de certains matériels de guerre essentiels. En avril et en mai, il fut attaqué au Parlement et dans la presse. Pendant ces mois, toutefois, il conserva l’appui inébranlable de Clemenceau et fit face à ses problèmes avec la même audace et le même entrain qu’il avait manifestés depuis le début du conflit.

  • 56 Procès-verbal, Commission de l'Armée (Chambre), 5 avril 1918, dans C, 7500, AN. Procès-verbal, Comm (...)

52Lors de l’offensive allemande de mars, Paris fut bombardé par des obus à longue portée. Ces bombardements mirent en évidence le danger couru par les usines de fabrications de guerre, qui étaient situées pour la plupart en région parisienne. Mais, déjà auparavant, Loucheur voyait d’un oeil inquiet cette forte concentration, qu’il jugeait démoralisante pour les Français des autres régions de France. Au début de 1918, il prit donc des mesures pour faire construire certains matériels aéronautiques, par exemple, hors de Paris. Les bombardements allemands accélérèrent le transfert d’industries clé ; au début d’avril, Loucheur transféra certaines fabrications à Lyon et à Bordeaux56.

  • 57 Godfrey, Capitalism at War, p. 257-288. L'Usine, 6 novembre 1919, p. 9. Procès-verbal, Commission d (...)

53Le site le plus important de cette délocalisation était le gigantesque arsenal d’Etat de Roanne, construit sur les ordres de Thomas dans l’attente d’une longue guerre. Les procédés financiers douteux auxquels Thomas avait eu recours pour lancer son projet, et la mauvaise planification qui s’était ensuivie, avaient suscité une controverse au Parlement. Conscient que l’arsenal n’avait pas été utilisé à plein avant les offensives du printemps, Loucheur décida d’y concentrer la production d’obus de 75 mm. Au début de juin, il demanda à André Citroën d’y faire les modifications nécessaires pour la production de haut niveau qu’il envisageait ; cet avocat résolu de l’efficacité et de la productivité était, il en était convaincu, qualifié pour préparer un arsenal capable d’accueillir de quinze à seize mille ouvriers. Citroën produisait des obus en nombre remarquable dans sa propre usine, où il avait introduit de meilleures conditions de travail. A Roanne, Citroën superviserait la construction de barraques en nombre suffisant pour loger plusieurs milliers d’ouvriers, amènerait l’eau courante de la ville en quantité suffisante pour subvenir aux besoins de l’arsenal, et coordonnerait les préparatifs pour la phase d’assemblage de la fabrication57.

  • 58 Loucheur précisa à la commission qu’il était en possession d'une garantie signée par Citroën, conce (...)
  • 59 Procès-verbal, Commission de l’Armée (Chambre), 3 août 1918, dans C, 7500, AN.

54Le choix de Citroën ne fut pas applaudi unanimement. Au Parlement, des soupçons planèrent pendant l’été sur ses intentions à Roanne, et Loucheur dut défendre sa nomination devant la commission de l’Armée de la Chambre en août. A cette occasion, la question se posa de savoir si l’arsenal resterait la propriété de l’Etat. On redoutait en effet que l’arsenal ne soit confié à un groupe industriel et que Citroën lui-même ne joue un rôle intéressé dans l’affaire. Certains députés voyaient l’achat par Citroën de terrains adjacents à l’arsenal comme l’annonce d’une future mainmise sur l’usine par des intérêts privés. Loucheur promit que l’arsenal resterait la propriété de l’Etat et expliqua que les achats de terrain par Citroën étaient réalisés à la demande du ministre sous les ordres duquel il travaillait58. Et, pour défendre la nomination de Citroën, Loucheur souligna que, depuis que ce dernier se trouvait à Roanne, il y avait des réussites spectaculaires dans la fabrication d’obus, dont on attendait des améliorations continues. Loucheur précisa également que l’affectation de Citroën était limitée à une durée de six semaines59.

  • 60 L'Usine, 6 novembre 1919, p. 9, 6 mars 1919, p. 11.

55La confiance que Loucheur avait placée en Citroën s’avéra bien fondée. Lorsque Citroën arriva en juin, l’arsenal produisait 1 000 emboutis d’obus de 75 mm par jour ; 1 1 70 obus de 75 mm entièrement finis avaient été produits depuis l’ouverture de l’arsenal. Trois mois plus tard, la production journalière atteignait 40 000 emboutis d’obus et 8 000 obus entièrement finis. En plus, Citroën réussit à construire les baraques et à fournir suffisamment de produits de première nécessité pour fortement augmenter le nombre d’employés. A un moment donné, le nombre d’ouvriers s’élevait à presque 10 40060.

  • 61 Procès-verbal, Commission du Budget : Sous-commission des Armements (Chambre), 6 septembre 1918, da (...)

56Loucheur assura une livraison suffisante d'obus pour les Alliés pendant la campagne finale de la guerre. Quand les Allemands lancèrent leur attaque du printemps, les Alliés disposaient d’une réserve de plus de 34 millions d'obus. Malgré les quantités massives d’obus consommées pendant le printemps et l’été, il en restait toujours 22,5 millions à la disposition des forces françaises et alliées le 10 août, et l’on était sûr que les réserves seraient reconstituées pendant l’hiver. Avant septembre, Loucheur développa un programme d’obus pour 1919 avec une production journalière moyenne de 350 000 obus basée sur une consommation journalière moyenne de 450 000 obus pour les mois où les combats étaient les plus forts, de mars au 31 octobre. Ces prévisions représentaient une forte augmentation par rapport à 1918, mais elles correspondaient au rythme d'augmentation régulier de la consommation d’obus depuis le début de la guerre ; celle-ci avait atteint une moyenne de 250 000 obus par jour pour la période s’étendant du 21 mars au 1er août 1918, contre 175 000 obus par jour entre le 1er mars et le 31 octobre de l’année précédente61.

  • 62 Reboul, Mobilisation industrielle, 1, p. 49-50.

57Le programme de Loucheur pour l’artillerie lourde fut lui aussi couronné de succès. Pendant les six premiers mois de 1918, 1 915 canons d’artillerie lourde des modèles les plus courants furent produits, et, pendant les derniers mois de la guerre, 1 090, contre 345 pendant la deuxième moitié de 1916. Les effets salutaires du programme de Loucheur firent une différence dans les dernières batailles de la guerre, ainsi qu’en témoigna un officier français : « En mars et en juin 1918, lors des offensives allemandes, nous avions réussi à doter nos armées d’une artillerie lourde nombreuse, qui nous a rendu les plus grands services. Bien que techniquement inférieure à l’artillerie lourde allemande, elle l’a presque constamment dominée grâce au nombre. En tout cas, elle l’a toujours empêchée de donner à son infanterie l’appui que celle-ci eût désiré recevoir »62.

  • 63 Conférence des tanks réunie au ministère de l’Armement et des Fabrications de guerre, 3 décembre 19 (...)
  • 64 Cité par Emmanuel Chadeau, Louis Renault (Paris, 1998), p. 15.
  • 65 Ferro, The Great War, p. 95.

58Pour les chars, dont l’utilité s’imposa lentement, la production à grande échelle ne fut pas mise en route avant le début de 1918. Honorant un accord passé avec les Anglais et les Américains à la fin de 1917, les Français se concentrèrent sur les chars légers ; à la fin d’août 1918, on en avait livré 2 139. Mais ce chiffre, qui était déjà bien loin du total de 3 800 que Pétain demandait, était plus que le nombre de chars dont Pétain disposait ; en effet, certains des chars qui avaient été livrés avaient été détruits au combat ou retirés de la circulation pour réparations. Néanmoins, le 6 septembre, Loucheur put dire à une sous-commission de la commission du Budget de la Chambre que la production de chars légers avait dépassé six cents en juillet et qu’il s’attendait à excéder ce chiffre dans les mois suivants. Il prédit même que l’usine de Louis Renault, le leader des constructeurs de chars légers, atteindrait un niveau de production de 350 à 400 chars par mois. Entre le 1er octobre 1917 et le 30 septembre 1918, les usines Renault produisirent 1 750 chars63. L’importance des chars Renault dans l’arrêt des troupes allemandes en 1918, fut visible dans une lettre que Clemenceau fit envoyer à Renault le 13 juillet par Loucheur : « L’intervention des chars dans la bataille a eu les plus heureuses conséquences : ils nous ont permis non seulement de résister à un ennemi plus nombreux, mais encore de le chasser de ses positions en lui infligeant de lourdes pertes. Partout notre infanterie a accueilli avec enthousiasme ce puissant engin, qui lui facilite la victoire en épargnant son sang, et partout l’ennemi a reculé avec effroi devant le char Renault »64. En novembre 1918, les Français disposaient de plus de 2 000 chars de différents modèles prêts à être utilisés contre les Allemands65.

  • 66 Etevé, La Victoire des cocardes, p. 252-253, 260-261,290, 293. Ferro, The Great War, p. 95. Christi (...)

59En matière d’aéronautique, l’influence de Loucheur ne devint décisive qu’après la publication des décrets des 19 et 21 novembre 1917 par lesquels il assuma l’autorité totale pour la production des avions (voir supra, p. 81). Dans les mois qui suivirent la réorganisation de novembre, la production des avions commença à monter en flèche, juste au moment où l’armée commençait à en demander davantage. La production mensuelle de tous les types passa de 1 470 avions en octobre 1917 à 2 912 avions en août 1918, et le nombre de livraisons pendant les dix derniers mois de la guerre dépassa de beaucoup celui de chacune des années précédentes. En même temps, la construction et la mise à l’essai d’environ soixante prototypes étaient en train lorsque l’armistice fut signé ; le rôle exact de Loucheur dans ce développement n’est pas entièrement connu, mais il fut sûrement engagé, même si sa contribution fut moins importante que pour la fabrication des avions. A la fin de la guerre, la France disposait de plus de 3 200 avions, bien plus qu’elle ne devait en avoir en 194066.

  • 67 Mordacq, Le Ministère Clemenceau, I, p. 280-281.

60Malgré la performance de Loucheur pendant les derniers mois de la guerre, il s’attira des critiques violentes provenant pour la plupart des milieux gouvernementaux. Dans les difficiles journées qui suivirent l’offensive de mars, même les proches collaborateurs de Clemenceau estimèrent que le ministre de l’Armement était excessivement ambitieux et trop attentif à ses intérêts commerciaux personnels. Mais Clemenceau était préparé à ignorer ces attaques en raison du dévouement de Loucheur à une production maximale et à la victoire militaire67. En outre, en mai, les commissions de l’Armée et du Budget de la Chambre produisirent des rapports confidentiels qui critiquaient l’aviation et l’artillerie d’assaut. Loucheur fut la cible principale des deux rapports qui mettaient en doute ses motifs et sa crédibilité dans les deux domaines.

  • 68 Rapport sur l’aéronautique présenté à la commission de l’Armée par M. d’Aubigny (Chambre), 3 mai 19 (...)

61Le rapport de la commission de l’Armée se prononça en faveur d’une organisation aéronautique unifiée. L’emprise de Loucheur sur la fabrication des avions ne faisait que compliquer un effort déjà entravé par des rivalités bureaucratiques, la confusion, et les retards : « A l’heure actuelle, au moment où les événements militaires ont fini par démontrer la nécessité d’un commandement unique, l’aviation a toujours trois têtes et même quatre. » Tout en admettant que la production d’avions pour le premier trimestre de 1918 en France était de 62 % de plus que pour la même période en 1917, la commission observa que la production anglaise pendant les deux premiers mois de 1918 surpassait de 223 % celle des mois correspondants de 1917. Elle conclut que ces chiffres montraient « une fois de plus l’insuffisance des résultats obtenus » en France68.

  • 69 Une demande anglo-américaine fut déposée le 21 décembre 1917 ; le ministère de Loucheur donna son a (...)
  • 70 Rapport de Monsieur Abel Ferry sur l’artillerie d’assaut, Commission du Budget (Chambre), 10 mai 19 (...)

62Le rapport de la commission du Budget parlait de la gestion des fabrications d’artillerie d’assaut par Loucheur. Tout en louant « sa [Loucheur] prodigieuse activité, sa préparation unique, son don de décision », le rapport reprochait au gouvernement de lui avoir confié de trop lourdes responsabilités, ce qui avait entraîné, pour des domaines spécifiques tels l’artillerie d'assaut, « des à-coups, des retards, des promesses non tenues et un jour, de la part de ceux-là mêmes qui lui font le plus de crédit, des vivacités de discussion en commission. Il n’est pas conforme à l'intérêt publique de charger de tant et de si diverses besognes, même l’actuel ministre de l’Armement. » Le rapport citait plusieurs cas de performance insuffisante : par exemple, Loucheur n’avait pu fournir huit cents chars légers qu’il s’était formellement engagé à construire pendant le premier trimestre de 1918. Son ministère avait pris deux mois pour accorder la permission d’ouvrir à Châteauroux une usine interalliée pour l'assemblage des chars lourds69. Et il y avait eu un retard de six semaines à transmettre une commande de chars, que le rapport imputa à « la mauvaise organisation des services d’artillerie d’assaut au ministère de l’Armement »70.

  • 71 changements introduits par Loucheur dans la production d’avions sont mentionés plus haut, p. 83.

63Présenté à un moment extrêmement délicat pour les armées alliées, le rapport soulignait l’importance grandissante de l’aviation et des chars d’assaut, demandait une production accrue des deux, et exigeait l’étude de réalignements administratifs. Il est sûr que les réseaux de production mis en place par Loucheur pour l’aéronautique et les chars d’assaut était loin d’être parfaits. En plus, il souffrait désormais d’un manque de crédibilité pour n’avoir pu réaliser les prévisions excessivement optimistes des premiers mois de 1918. Mais faire des promesses optimistes et même irréalisables faisait partie intégrale de ses méthodes. Il considérait que, même si elles risquaient de ne pas être réalisées, elles stimulaient le rendement. Loucheur révisa ses programmes au début de 1918 pour encourager la production d'avions, et, au moment même où les rapports étaient présentés, la fabrication des chars était en train de s’améliorer71. Mais il avait une grosse besogne à abattre ; les rapports, à défaut d’autre chose, le lui firent comprendre.

64La commission de l’Armée continua son bras de fer avec le gouvernement au sujet de l’aéronautique à travers un autre rapport présenté juste après l’armistice, en novembre 1918. Elle s’y montrait amèrement déçue que ses recommandations concernant l’établissement d’une autorité aéronautique unique aient été ignorées. Le rapport était particulièrement caustique à l’égard de Jacques-Louis Dumesnil et de Loucheur, qui avaient passé outre les conclusions de la commission. Citant deux examples de leur incompétence administrative en note, le rapport conjecturait qu’ils avaient abandonné la fabrication d’avions à « l’heureuse étoile sous laquelle ils étaient nés à la vie ministérielle [dont ils espéraient qu’elle] saurait les guider victorieusement au milieu du dédale de leurs services ». Le rapport se plaignait également que ni le programme de production de 6 000 avions annoncé par Dumesnil en avril 1918, ni le programme de 4 000 avions mis en place l'automne précédent, avec promesses de livraison au 1er juillet 1918, n’avaient commencé ; un programme encore plus ancien de 2 870 avions n’avait pas été achevé, au moins au 1er octobre. Fait déplorable, malgré les exhortations répétées de la commission, la France n’avait pu construire un nombre respectable d’avions de bombardement.

  • 72 Rapport sur l'aéronautique présenté à la commission de l’Armée par M. d’Aubigny (Chambre), 19 novem (...)
  • 73 Etevé, La Victoire des cocardes, p. 294-295.

65D’après la commission, toutes ces déficiences venaient de la réticence du gouvernement à soumettre l’aéronautique à une autorité unique. Une fois de plus, la commission ne tint pas compte de l’amélioration de la production après les changements organisationnels de novembre 1917, ni des causes des perturbations et des ralentissements, qui étaient dûs à la pénurie de charbon et de matières premières et à la crise des transports72. Malgré toutes ces difficultés, il semble qu’à la fin de la guerre, une partie du programme de quatre mille avions avait été achevée, même si le programme des avions de bombardement était en effet loin d’être fini73.

66Pour Loucheur, les derniers mois de la guerre furent remplis d’incertitudes et de tensions. Bien qu’il n’ait entrepris aucun nouveau projet majeur pendant cette période, il alla de crise en crise. Le moins vexant n’était pas la réticence continuelle des parlementaires à son égard. La fin de la guerre lui fit perdre sa place au gouvernement comme expert technique des fabrications de guerre, mais devant lui s’étendait le démantèlement du massif complexe industriel qui avait poussé si rapidement. Clemenceau fit appel à lui alors que la France entamait la transition de la guerre à la paix. La question était maintenant de savoir combien de temps Loucheur resterait dans la fonction publique. Retournerait-il au monde des affaires, ou opterait-il pour une carrière politique à temps complet ? En novembre 1918, il n’avait pas encore choisi.

Notes

1 Cyril Falls, The Great War (New York, 1961), p. 331-332. Geoffrey Bruun, Clemenceau (1943 ; réimprimé à Hamden, Conn., 1962), 148. Ferro, The Great War, p. 215.

2 Poincaré, Au service de la France, IX, p. 371.

3 Pour une discussion des profits de guerre, voir infra, p. 201-202.

4 Lloyd George, War Memoirs, V, p. 197. Mermeix (pseud.), Le Combat des trois : Notes et documents sur la conférence de la paix (Paris, 1922), p. 133-135.

5 Rapport dactylographié sur le haut commandement unique, par Paul Painlevé, 1928 ou 1929, dans Sous-série 313 AP, Papiers Paul Painlevé, Carton 104, AN.

6 Louis Loucheur à la comtesse de Courville, 14 août 1922, dans les Papiers Louis Loucheur 10/C, 1.

7 Ibid. Lloyd George, War Memoirs, IV, p. 549-550.

8 Loucheur à la comtesse De Courville, 14 août 1922, dans les Papiers Louis Loucheur 10/C. Falls, The Great War, p. 310, 334.

9 Loucheur, Carnets secrets, p. 52-53, 178. Guy Pedroncini, Pétain : Général en chef, 1917-1918 (Paris, 1974), p. 331.

10 Loucheur, Carnets secrets, p. 53-54. Richard Griffiths, Marshal Pétain (Londres, 1970), p. 70.

11 Loucheur, Carnets secrets, p. 179.

12 Ibid., p. 55-56, 179-180. Falls, The Great War, p. 334-335.

13 Falls, The Great War. p. 335. Pedroncini, Pétain, p. 332-335. Griffiths, Marshal Pétain, p 70-72.

14 Loucheur, Carnets secrets, p. 59-60. En 1928, Loucheur commémora le dixième anniversaire de l’entrevue de Doullens en publiant le récit de ce qui était arrivé entre les 24 et 26 mars. Voir Louis Loucheur, Le Commandement unique : Comment il fut réalisé à Doullens. le 25 [sic !] mars 1918 (Lille, 1928).

15 Falls, The Great War. p. 336.

16 Loucheur à la comtesse de Courville, 14 août 1922, dans les Papiers Louis Loucheur 10/C. Pedroncini, Pétain, p. 331.

17 Loucheur, Carnets secrets, p. 60.

18 Falls, The Great War, p 337-342. Pierre Miquel, La Grande Guerre (Paris, 1983), p. 554-556. « L’Etat de l’opinion en France d’après le contrôle de la correspondance du 15 mai au 15 juin 1918 », dans 6 N, 147, SHAT. Les ouvriers métallurgiques de Bourges et de St. Etienne étaient également en grève.

19 Rapports sur les activités des ouvriers de l’usine Renault le 11 mai 1918, daté du 12 mai 1918, dans F 7, 13367, AN. Rapport sur les grèves dans les usines de guerre de la région parisienne, 13 mai 1918, ibid. Hatry, « Les Délégués d’atelier aux usines Renault », p. 232. Rapport sur les grèves dans les usines de guerre de la région parisienne, 13 mai 1918, F7, 13367, AN. Rapport d’une réunion du personnel de la Maison Hanriot le 13 mai 1918, daté du 14 mai 1918, dans F 7, 13367, AN. Coupure du Journal du peuple, 15 mai 1918, dans F12, 8023, AN.

20 Rapport d’une réunion du personnel de la Maison Hanriot le 13 mai 1918, daté du 14 mai 1918, dans F 7, 13367, AN. « Dans les usines de guerre », 15 mai 1918, ibid. Entrée en vigueur en août 1917, la loi Mourier s’appliqua au début de 1918 au rappel des ouvriers qualifiés âgés de vingt-quatre à trente-cinq ans qui avaient été retirés du front en 1914-15 pour travailler en usine. L’offensive allemande de mars 1918 ralentit les rappels qui reprirent à la fin du printemps. En ce qui concerne les ouvriers de remplacement, Loucheur dut dès février répondre à la Fédération des métaux qui l’accusait de vouloir faire venir en grand nombre des ouvriers italiens mobilisés, en affirmant formellement que seuls des citoyens français serviraient aux remplacements ; Voir John N. Horne, Labour at War, p. 113, 184-185.

21 Rapport sur la réunion des délégués d’atelier des usines de guerre de la région parisienne le 15 mai 1918, daté du 16 mai 1918, ibid. Hatry, « Les Délégués d’atelier aux usines Renault », p. 232-233. Rapport sur la réunion des délégués d’atelier des usines de guerre de la région parisienne le 15 mai 1918, daté du 16 mai 1918, dans F 7, 13367, AN.

22 Rapport sur le moral des ouvriers des usines de guerre de la région parisienne, 31 juillet 1918, dans F 7, 13367, AN.

23 Hatry, « Les Délégués d’atelier », p. 232.

24 Nicholas Papayanis, « Collaboration and Pacifism in France During World War 1 », Francia, V (1977), p. 425.

25 Ferro, The Great War, p. 216.

26 Ibid., p. 216-217.

27 Procès-verbal, Commission de l’Armée (Chambre), 5 avril 1918, dans C, 7500, AN.

28 Clémentel, La France et la politique économique, p. 255.

29 Le Foreign Office à Lord Bertie, 20 avril 1918, dans FO 382/2079, Dossier 1398, PRO. Richard A. S. Redmayne, The British Coal-Mining Industry During the War (Oxford, 1923), p. 192. Salter, Allied Shipping Control, p. 213. A la fin de 1917, les livraisons de charbon anglais à la France étaient en moyenne de 1,5 million de tonnes.

30 Mémorandum d’une réunion au ministère des Transports maritimes, 22 avril 1918, dans FO 382/2079, Dossier 1398, PRO.

31 Approvisionnement de charbon pour l’exportation, Ministère des Transports maritimes, 8 mai 1918, dans le Ministère des Transports, MT 25, Ministère des Transports maritimes, 20/52422/1918, PRO.

32 Redmayne, The British Coal-Mining Industry, p. 188, 192-194. Lord Robert Cecil à Louis Loucheur, 31 mai 1918, dans FO 382/2079, Dossier 1398, PRO.

33 Procès-verbal, Commission de l'Armée (Chambre), 5 avril 1918, dans C, 7500, AN. Salter, Allied Shipping Control, p. 165, 190.

34 Sardier, Le Ravitaillement en charbon, p. 91-94.

35 Louis Loucheur à Stephen Pichon, 24 juin 1918, dans la Série Z, Europe, 1918-1929, Grande-Bretagne, Vol. 94, MAE. Etienne Clémentel à Stephen Pichon, 26 juillet 1918, ibid. Olivier, La Politique du charbon, p. 55.

36 Procès-verbal, Commission de l’Armée (Chambre), 3 août 1918, dans C, 7500, AN.

37 Conseil interallié de l’armement et des munitions, 14-15 août 1918, dans F 12, 7799, AN. Le capitaine Pilliard à Louis Loucheur, 18 août 1918, dans F 12, 7683, AN.

38 Redmayne, The British Coal-Mining Industry, p. 190.

39 Ibid. p. 189-191,

40 Lord Robert Cecil à Lord Bertie, 8 août 1918, dans FO 382/2079, Dossier 1398, PRO.

41 Louis Loucheur à Lord Robert Cecil, 13 août 1918, ibid.

42 Sir Joseph Maclay à Lord Robert Cecil, 19 août 1918, ibid. Procès-verbal, Comité de guerre, 15 juillet 1918, dans 3 N, 3, SHAT.

43 Salter, Allied Shipping Control, p. 197, 201, 213. Brouillon d’une lettre de Lord Robert Cecil à Louis Loucheur, le 15 août 1918, dans FO 382/2079, Dossier 1398, PRO. L'Usine, 24 octobre 1918, p. 17. Louis Loucheur au capitaine Pilliard, 3 novembre 1918, dans F 12, 7785, AN.

44 Henri Marcesche, Le Charbon : Elément de réparations et de négociations dans le traité de Versailles et les accords qui l’ont suivi (Lorient, 1933), p. 17. L’Usine, 17 octobre 1918, p. 19. François Dutacq, La Ville de Lyon et la guerre (Paris, 1924), p. 106.

45 Commission interministérielle des métaux et fabrications de guerre, 27 février 1918, dans F 30, 1501, MF. Procès-verbal, Commission du Budget : Sous-commission des Armements (Chambre), 6 septembre 1918, dans 94 AP, 57, AN. Procès-verbal, Comité de guerre, 15 juillet 1918, dans 3 N, 2, SHAT.

46 Fontaine, French Industry During the War, p. 274.

47 Procès-verbal, Commission de l'Armée (Chambre), 5 avril 1918, dans C, 7500, AN. Procès-verbal, Commission du Budget : Sous-commission des Armements (Chambre), 6 septembre 1918, dans 94 AP, 57, AN.

48 Etienne Clémentel à Georges Clemenceau, 2 mai 1918, dans F 12, 7785, AN. Conseil interallié de l'armement et des munitions, 14-15 août 1918, ibid. Procès-verbal, Comité de guerre, 3 octobre 1918, dans 3 N, 3, SHAT.

49 Clémentel, La France et la politique économique, p. 275.

50 Procès-verbal, Commission du Budget : Sous-commission des Armements (Chambre), 6 septembre 1918, dans 94 AP, 57, AN.

51 Procès-verbaux, Comité de guerre, 15 juillet 1918 et 13 octobre 1918, les deux documents se trouvant dans 3 N, 3, SHAT.

52 Pinot, Le Comité des Forges, p. 286-289.

53 Ibid., p. 122-127. Girault, Le Comité des Forges, p. 135-138.

54 Comité des Forges de France, Circulaire no 961 du 13 septembre 1917, dans 94 AP, 233, AN. Bernard Baruch, American Industry in the War (New York, 1941), p. 122-126 L’Usine, 28 mars 1918, p. 7.

55 Cette politique est visible dans plusieurs documents dans F 12, 7662, 7673, 7786, AN.

56 Procès-verbal, Commission de l'Armée (Chambre), 5 avril 1918, dans C, 7500, AN. Procès-verbal, Commission du Budget : Sous-commission des Armements (Chambre), 7 juin 1918, dans C, 7557, AN

57 Godfrey, Capitalism at War, p. 257-288. L'Usine, 6 novembre 1919, p. 9. Procès-verbal, Commission du Budget : Sous-commission des Armements (Chambre), 7 juin 1918, dans C, 7557, AN. Chevrier, « Le Rôle de Loucheur », p. 75-78.

58 Loucheur précisa à la commission qu’il était en possession d'une garantie signée par Citroën, concernant la vente de la propriété à l’Etat à un prix inférieur à celui que l’Etat aurait payé pour l’acheter directement au proprétaire d’origine.

59 Procès-verbal, Commission de l’Armée (Chambre), 3 août 1918, dans C, 7500, AN.

60 L'Usine, 6 novembre 1919, p. 9, 6 mars 1919, p. 11.

61 Procès-verbal, Commission du Budget : Sous-commission des Armements (Chambre), 6 septembre 1918, dans 94 AP, 57, AN.

62 Reboul, Mobilisation industrielle, 1, p. 49-50.

63 Conférence des tanks réunie au ministère de l’Armement et des Fabrications de guerre, 3 décembre 1917, dans la Série Guerre, 1914-1918, Grande-Bretagne, Vol 551, MAE. Procès-verbal, Commission du Budget : Sous-commission des Armements (Chambre), 6 septembre 1918, dans 94 AP, 57, AN. Patrick Fridenson, Histoire des usines Renault ; 1. Naissance de la grande entreprise. 1898-1939 (Paris, 1972), p. 107.

64 Cité par Emmanuel Chadeau, Louis Renault (Paris, 1998), p. 15.

65 Ferro, The Great War, p. 95.

66 Etevé, La Victoire des cocardes, p. 252-253, 260-261,290, 293. Ferro, The Great War, p. 95. Christienne et. al. Histoire de l’aviation militaire française, p. 175. Etevé estime le nombre d’avions à 3 222, tandis que Ferro estime le nombre d’avions prêts pour le combat à 3 437. Il est permis de penser que le chiffre réel était probablement entre les deux.

67 Mordacq, Le Ministère Clemenceau, I, p. 280-281.

68 Rapport sur l’aéronautique présenté à la commission de l’Armée par M. d’Aubigny (Chambre), 3 mai 1918, dans C, 7502, AN. Pour une discussion plus détaillée du contenu du rapport, voir supra, p. 84.

69 Une demande anglo-américaine fut déposée le 21 décembre 1917 ; le ministère de Loucheur donna son autorisation le 18 février 1918.

70 Rapport de Monsieur Abel Ferry sur l’artillerie d’assaut, Commission du Budget (Chambre), 10 mai 1918, dans C, 7502, AN.

71 changements introduits par Loucheur dans la production d’avions sont mentionés plus haut, p. 83.

72 Rapport sur l'aéronautique présenté à la commission de l’Armée par M. d’Aubigny (Chambre), 19 novembre 1918, dans C, 7502, AN.

73 Etevé, La Victoire des cocardes, p. 294-295.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search