Version classiqueVersion mobile

Louis Loucheur

 | 
Stephen D. Carls

Introduction

Texte intégral

  • 1 Louis Loucheur, Carnets secrets. 1908-1932. édité par Jacques de Launay (Bruxelles, 1962), p. 26.

1« Mardi 12/12/16... 9 h1/2 du soir... Aléa jacta est. »1 Lorsque Louis Loucheur, industriel avant la guerre et fabricant d’armes pendant la guerre, écrivit ces mots dans son journal en apprenant sa nomination au poste de sous-secrétaire d’Etat au nouveau ministère de l'Armement, il ignorait à quel point cet événement allait changer ses projets à long terme. Néanmoins, ces lignes indiquent qu’il sentait que ce tournant imprévu venait de lancer sa vie vers un destin inconnu. Il se peut toutefois qu’il ne se soit agi que d’un nouveau risque pour l’audacieux entrepreneur qu’il était. Son entrée dans la vie publique n’était pas le résultat de plans politiques soigneusement dressés, mais provenait du fait que le gouvernement avait besoin de son expertise technique en matière de fabrication de munitions à un moment où la France souffrait d’une crise de la production. Bien qu’il se soit heurté aux fonctionnaires traditionnels après son entrée au ministère de l'Armement, il devint un administrateur clé grâce à sa compréhension de la nature de la guerre totale, à son talent pour l’efficacité et l’organisation, et à sa connaissance des technologies nouvelles. L’impact à long terme de sa nomination en 1916 devint évident après la guerre. Plutôt que de retourner dans le secteur privé, il resta dans le monde de la politique où il œuvra pour formuler les politiques économiques et sociales de la France jusqu’à sa mort en 1931. C’est sa carrière publique de 1916 à 1931 qui est le principal sujet de la présente étude.

 

2Lors du déclenchement de la Première Guerre mondiale à l’été 1914, on croyait que le conflit prendrait fin au bout de quelques semaines et que son impact économique serait faible. Aucun des belligérants n’avait prévu l’impasse militaire à venir. En France où les combats entraînèrent la perte d’un secteur important de l’industrie lourde et tarirent la source de certaines matières premières indispensables, le gouvernement réagit à la crise des munitions à l’automne en organisant l’industrie privée pour la production de matériel de guerre. Bien que le gouvernement ait tout d’abord dépendu de l’économie de marché, la complexité de la guerre totale lui fit augmenter progressivement les contrôles économiques jusqu’à ce que son influence touche la plupart des secteurs vitaux. Ce fut la dimension économique de la guerre qui fit entrer Loucheur au ministère de l’Armement en décembre 1916. A la fin de la guerre, en tant que ministre de l’Armement, il supervisait un réseau de production de plus d’un million et demi de personnes.

3Après la guerre, Loucheur devint très vite le principal conseiller économique du président du Conseil, Georges Clemenceau. Cette responsabilité, alliée à ses fonctions de ministre de la Reconstitution industrielle, lui permit d’exercer une influence considérable sur la politique économique française en 1919. Ses activités pendant cette année-là comprirent aussi la politique internationale, car il fut un acteur important à la conférence de la paix de Paris et lors des discussions au sujet de la coopération économique alliée de l’après-guerre.

4Les contributions de Loucheur à la politique économique française ne prirent pas fin avec la chute du gouvernement Clemenceau au début de 1920. Elu à la Chambre des Députés à la fin de 1919, Loucheur fit ouvertement connaître au Parlement ses idées en matière d’économie pendant les années vingt. Ministre des Régions libérées de janvier 1921 à janvier 1922, ministre du Commerce, de l’Industrie des Postes, des Télégraphes et Téléphones de mars à juin 1924, ministre des Finances en novembre et décembre 1925, ministre du Commerce et de l'Industrie en juillet 1926, ministre du Travail et de l’Hygiène de juin 1928 à février 1930, ministre de l'Economie nationale en décembre 1930 et janvier 1931, membre de la délégation française à la Société des Nations entre 1924 et 1929, Loucheur eut de nombreuses occasions de prendre des décisions économiques domestiques et internationales. Ses intérêts s’étendaient aux questions sociales : il joua un rôle clé dans le développement et l’application de la législation sur les habitations à bon marché et la préparation d'un programme d’assurances sociales pour les ouvriers.

  • 2 Voir Richard Kuisel, Ernest Mercier : French Technocrat (Berkeley and Los Angeles, 1967), p. vii-ix (...)

5Loucheur fut l'un des premiers cadres techniques connus sous le nom de technocrates et dont l’influence commença réellement à se faire sentir pendant et après la Deuxième Guerre mondiale. Il mit l’accent sur plusieurs idées technocratiques, dont l’efficacité, la consolidation des affaires, une croissance économique vigoureuse, l'interventionnisme gouvernemental accru à travers les experts techniques, la production de masse, et une modernisation économique capable de permettre à la France de rivaliser avec l’Angleterre, les Etats-Unis et l’Allemagne sur les marchés internationaux2. Il introduisit un de ses principaux thèmes d’action de façon spectaculaire en appelant tous les Français, en février 1919, à prendre part à « l’hymne à la production ». Ses études à l’Ecole polytechnique le remplirent incontestablement de zèle pour la modernisation ; cette prestigieuse école d’ingénieurs influença plus d’un adepte de la rénovation industrielle. La philosophie technocratique de Loucheur était liée à sa stratégie vis-à-vis des cas d’urgence économique : il aimait résoudre les problèmes. Son pragmatisme fut visible pendant et après la guerre.

  • 3 Voir Richard Kuisel, Capitalism and the State in Modem France : Renovation and Economie Management (...)

6Loucheur était également un adepte du libéralisme économique, encore qu’il ait eu des doutes au sujet de certaines pratiques libérales de la Troisième République qui avaient eu tendance avant 1914 à favoriser les changements doux et à s’opposer à une croissance rapide potentiellement perturbatrice. L’Etat participait au système économique, mais se contentait en général de maintenir l’équilibre entre les secteurs statiques et dynamiques grâce au protectionnisme douanier, et de soutenir l’économie de marché en intervenant périodiquement pour redresser le cap3. Comme cette politique économique avait apparemment réussi avant la guerre, il n'est pas surprenant qu’à la fin des hostilités le monde des affaires commence à réclamer la levée des contrôles d’urgence et le retour au bon vieux temps. Loucheur désirait lui aussi faire retrouver à la France sa liberté commerciale aussi rapidement que possible et il commença à démanteler certains mécanismes de contrôle du temps de guerre peu après l’armistice de novembre. Il voulait maintenir uniquement une participation étatique sélective. Mais il était également désireux de modifier la politique économique d'avant guerre, ayant vu de première main le retard, la désorganisation, et l’inefficacité de l’industrie française pendant la guerre. Il savait que la France avait besoin d’un renouveau économique pour devenir une grande puissance économique, et il croyait que le gouvernement était à même de jouer un rôle crucial en promouvant les changements qu’il considérait essentiels. Loucheur espérait qu’en infusant au libéralisme économique des concepts modernisateurs, tels la participation étatique limitée dans certaines industries, il pourrait assurer l’avenir industriel de la France. Bien qu’il ait dû tenir compte des contraintes domestiques et internationales imposées à la rénovation industrielle à laquelle il aspirait, il contribua de façon décisive à faire réaliser certains buts essentiels par les modernisateurs pendant la première décennie de l’après-guerre.

7Dans le domaine international, Loucheur préconisait une coopération européenne rapprochée. Par exemple, dès 1919, il proposa un cartel européen de l’acier qui incluerait l'Allemagne. Et il redoubla d’efforts entre 1925 et 1930 pour améliorer la coopération économique européenne, sponsorisant une conférence économique internationale à Genève et donnant son appui aux groupes privés et aux hommes politiques favorables à une union européenne.

8Dans les pages qui suivent, le lecteur apprendra comment un fabricant d’armes devint un des fonctionnaires les plus puissants de France pendant la guerre, et comment il occupa un poste clé dans la victoire alliée sur les Puissances centrales et dans le développement de la politique économique et sociale de la France de l’après-guerre. L'absence de documentation sur un certain nombre de questions n’empêchera pas ce livre, je l’espère, d’éclairer les controverses qui s’attachèrent au nom de Loucheur après son entrée dans le service public en 1916.

Notes

1 Louis Loucheur, Carnets secrets. 1908-1932. édité par Jacques de Launay (Bruxelles, 1962), p. 26.

2 Voir Richard Kuisel, Ernest Mercier : French Technocrat (Berkeley and Los Angeles, 1967), p. vii-ix. Kuisel écrit : « Le technocrate français typique recherche la modernisation économique - c'est-à-dire la croissance économique, l’utilisation scientifique des ressources, et une économie nationale organisée dirigée par des techniciens. Pourtant, la rationalisation économique et politique toute seule ne le satisfait pas, car il veut aussi voir la société pénétrée par les valeurs de l’efficacité, de la productivité, et de l'expertise, et de cette manière encourage une transformation radicale des valeurs traditionnelles ». Kuisel met aussi l’accent sur la technocratie française dans « Technocrats and Public Economic Policy : From the Third to the Fourth Republic journal of European Economic History, Il (1973), p. 53-99.

3 Voir Richard Kuisel, Capitalism and the State in Modem France : Renovation and Economie Management in the Twentieth Century (Cambridge, Ang, 1981), p. 8-20.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search