Version classiqueVersion mobile

Paul Desjardins et les Décades de Pontigny

 | 
François Chaubet

Troisième Partie. Pontigny ou la défense d’un humanisme menacé (1932-1939)

Introduction

Texte intégral

  • 1 Cité par Jean Bastier, in La crise de l’État républicain d’après la Revue des Vivants, art. cit., (...)

1Les années trente sont pour la France, non seulement les « années maudites » (Raymond Aron), de l’ignorance du monde extérieur et la décadence, mais aussi celles où entrent en crise les deux grandes visions du monde qui avaient produit la France moderne : la philosophie républicaine et positiviste du progrès et le traditionalisme catholique. Cependant, c’est la première de ces deux Weltanschaung qui paraît supporter le poids des principales critiques. Léon Brunschvicg, symbole aux yeux de ses contemporains de cet idéalisme jugé désincarné, s’interrogeait lui-même sur les chances de survie des valeurs républicaines : « Y aurait-il eu, sinon renversement des valeurs spirituelles, du moins affaiblissement du sens de la raison et du prix de la liberté chez un peuple soumis pendant la guerre à une tension trop forte pour ses nerfs [...]. Notre éducation romaine, telle qu’elle était donnée, même sous l’Ancien Régime, depuis l’Horace de Corneille et le Britannicus de Racine, est toute entière tournée vers l’exaltation de la liberté républicaine. La grandeur de l’Italie et sa décadence se mesurent pour Montesquieu à la grandeur et à la décadence de la liberté. L’intégrité de la personne morale défendue par Epictète ressemble à cette exhortation à la virilité qu’offre la pensée allemande de Mme de Staël ou de Kant [...]. Donner au peuple les libertés afin que la liberté se réalise, par ce qu’elle entraîne d’élévation morale, par ce qu’elle permet de coordination sociale, c’est de cette pensée confiante et généreuse que devait sortir la législation de la IIIe République1 ».

2Ce beau texte lucide qui signale le moment de la Grande Guerre comme celui de l’entrée progressive dans « l’ère des tyrannies », comme l’indiquera lui-même Elie Halévy en 1936, cherchait dans une reviviscence de la morale républicaine à la fois une épée et un bouclier dans une époque de lutte à mort entre les idéologies. Pontigny partagea avec Brunschvicg cette interrogation angoissée sur le devenir des valeurs libérales de libre examen et de tolérance. Par là, il restait fidèle à sa vocation humaniste. Il l’accomplit même, en gardant obstinément les yeux ouverts sur les phénomènes menaçants dont le triomphe serait sa propre ruine. Les Décades analysent (les raisons d’être du totalitarisme), renseignent (par les témoignages de décadistes ayant séjourné dans une des tyrannies) et même appuient des initiatives militantes (défense des réfugiés).

3Dans la période de politisation intense que constituèrent les années trente, les thèmes littéraires chers à Pontigny connaissent une éclipse compréhensible. D’ailleurs les hommes de lettres, pour certains, abandonnent la plume du romancier pour saisir le stylo du journaliste engagé (Mauriac) ou pour brandir le poing dans les meetings des « compagnons de route » (Gide). Moins présents aussi aux Décades, leurs vides sont comblés par de plus jeunes, proches des mouvements des « non-conformistes ». Ceux-ci sont aussi en majorité des professeurs et des agrégés de philosophie. Ce mouvement de substitution partielle d’une catégorie socio-intellectuelle par une autre n’obéit pas à une logique déterministe trop simple. Il faut sans doute, au-delà de la cause immédiate que représente la politisation du champ intellectuel, chercher un rythme de plus grande ampleur qui justifie cette montée désormais très nette des professeurs de philosophie.

4Nous avons déjà indiqué la logique qui aboutit au renforcement du groupe des professeurs ; il est nécessaire maintenant d’affiner l’analyse en se penchant sur cette catégorie plus étroite que sont les philosophes professionnels. Ainsi, les Décades connaissent-elles une mutation dans leur organisation interne et dans leurs thèmes de réflexion.

Notes

1 Cité par Jean Bastier, in La crise de l’État républicain d’après la Revue des Vivants, art. cit., pp. 181-182.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search