Version classiqueVersion mobile

Paul Desjardins et les Décades de Pontigny

 | 
François Chaubet

Deuxième partie. Le rayonnement des Décades de Pontigny (1922-1931). Le succès Européen d’une institution culturelle bien française

Introduction

Texte intégral

1Durant la guerre, Paul Desjardins, l’Union, Pontigny, se mobilisèrent résolument en faveur de la victoire. l’Abbaye devint un hôpital militaire jusqu’en 1920, la rue Visconti organisa des « Entretiens des non-combattants » et l’auteur du Devoir Présent créa en 1917 une « Ligue civique » avec Lanson et Ernest Denis, puis la « Civilisation française » (1918), organes de propagande patriotique. Toutefois, il n’entrait pas dans les habitudes du groupe de la rue Visconti de simplifier, de se porter aux extrêmes et de renoncer à chercher. Assez vite, la nécessité de jeter un pont par dessus le fossé des quatre années de guerre se fit jour et Paul Desjardins ouvrit les Décades à quelques Allemands dès 1922. Cet accueil inaugural, avant les années fastes de la médiation culturelle franco-allemande des années 1925-1930, contribua à la réputation des Décades hors des frontières de l’Hexagone. A l’intérieur de celui-ci, cette soudaine notoriété exerça une non moins grande séduction ; subjugués par les mystères d’un lieu assez fermé, les clercs vinrent y chercher une consécration pour les uns, une légitimation pour les autres. Surtout, la perspective idéologico-politique qui guide la recherche collective des décadistes paraît bien différente de celle qui s’imposait aux pontignaciens d’avant août 1914. Les quatre années de guerre, qui avaient traduit l’intervention massive des masses dans la vie des sociétés européennes, amenèrent ces anciens dreyfusards à penser, qu’à l’ère de la « révolte des masses » il leur revenait désormais la tâche de fédérer les élites afin de contenir un processus potentiellement destructeur. De même, dans la dégradation des valeurs produite par le premier conflit mondial, il parut incomber aux intellectuels la mission de ressaisir la totalité de la culture humaine afin de sauvegarder l’héritage humaniste de l’Europe.

2A la fois européen et profondément français, Pontigny fit briller les deux foyers de son ellipse. Cette réussite intellectuelle et sociale de l’institution dont il faut montrer les ressorts, distincts, partiellement, de ceux de l'avant-guerre, nous est mieux connue grâce à une documentation plus abondante.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search