Versione classicaVersione mobile

Paul Desjardins et les Décades de Pontigny

 | 
François Chaubet

Première partie. Genèse et mise en place des premières Décades de Pontigny

Conclusion de la première partie

Testo integrale

  • 44 Albert Thibaudet, « Pour l’histoire du parti intellectuel », N.R.F., août 1932, no 227, pp. 265-270 (...)

1Formuler un jugement d’ensemble sur ce premier Pontigny rend l’analyste tributaire d’un regard rétrospectif sur la trajectoire intellectuelle de Paul Desjardins et d’une évaluation du rôle joué par l’Union entre 1891 et 1914. Cette approche panoramique, Albert Thibaudet l’effectua en se penchant sur la généalogie du parti intellectuel (1870-1930)44. Il y montrait la place centrale de l'Union dans l’histoire de ce « syndicalisme intellectuel, de ce cléricalisme laïque à fondations temporelles, dont l’ancêtre encore très actif paraît bien Paul Desjardins ». Pourquoi donc, dans les séquences de la vie intellectuelle française, devait-on isoler cette petite association qui aima par dessus tout la sourdine et l’ombre ? En fait, de ce parti intellectuel, « démocrate, idéologique et universitaire » (Thibaudet), l'Union affiche de manière exemplaire les thèmes tout en se retrouvant au cœur de ses réseaux de sociabilité.

  • 45 Cette réflexion est celle de Christophe Charle dans Naissance des intellectuels, op. cit. Voir de (...)

2L’association menée par Paul Desjardins a peut-être délivré la quintessence de l’idéologie de la tribu. La réflexion sur la dé-liaison nécessaire entre pouvoir spirituel et pouvoir temporel paraît surgir du tréfonds de l’Union pour l’Action Morale et de Lagneau. L’Affaire Dreyfus projeta cette conviction sur un terrain politique ; la pensée de « l’engagement » demeurait avant tout l’expression d’une concurrence entre élites intellectuelles et élites politiques45 ; elle traduit la vigilance critique des clercs afin de déjouer les menaces du pouvoir temporel. La mystique dreyfusarde dont parlera plus tard Péguy résulte d’une démarche qui incite à la séparation des deux pouvoirs et à la préservation de la cléricature dans sa destination propre : le gouvernement de l’opinion et l’établissement ou le maintien de principes qui doivent présider à la vie publique. Mais, contrairement à un Renan, le pouvoir spirituel chez les dreyfusards ne s’incarne pas obligatoirement dans une aristocratie de l’esprit, mâtinée de piété religieuse afin de se faire accepter du plus grand nombre. l’Union, si elle croyait aux vertus du petit nombre, se pensait ouverte à tous. En effet, Desjardins eut un public de primaires supérieurs aussi bien que d’universitaires. Le rôle de l’Union dans la naissance des Universités Populaires tend à rappeler que loin de mépriser les masses ou de craindre leur révolte, les intellectuels dreyfusards s’attachaient à dialoguer avec elles. Comme Condorcet, ces membres des avant-gardes scientifiques et littéraires estimaient que l’homme éclairé, même s’il ne dispose que d’un savoir élémentaire, ne peut être soumis aux dogmes. Et le rôle d’institutions comme l’Union, les Universités Populaires, fut d’opérer un lien entre le parcours singulier des individus et l’universalité républicaine contenue dans les principes de Raison, de Progrès. L’attitude ouverte et « progressiste » d’une partie de l’Université donna naissance ou accéléra la constitution de réseaux étroits, fortement recoupés, qui s’attelèrent à ce programme de médiation culturelle. L’Union tire sa force d’être placée le plus souvent à la confluence de ces réseaux.

  • 46 Bernard Lavergne, Essor et décadence des idées politiques et sociales en France de 1900 à nos jour (...)

3Avant 1914, la rue Visconti réussit à brasser un public de qualité. Le jeune Bernard Lavergne, étudiant en droit alors, laisse un souvenir enthousiaste de cette époque : « [...] si sur les bancs des Facultés j’ai acquis bien des connaissances techniques, à l’Union pour la vérité j’ai respiré ce large humanisme, cet amour des grandes traditions libérales et socialistes, le respect du grand message de 1789 [...] peut-être à cette époque n’existait-il pas au monde entier un foyer de culture plus riche et plus rayonnant que ce groupe que présidait Paul Desjardins avec une maîtrise et une bienveillance incomparable46 ». Les liens de l’Union étaient vivaces avec la Revue de Métaphysique et Morale et la Société française de Philosophie, à travers Léon Brunschvicg ; avec Durkheim et l’Année Sociologique, Bouglé était l’intermédiaire privilégié. Avec Pages Libres et les Cahiers de la Quinzaine, tout un milieu d’intellectuels socialistes ou socialisants se recoupait avec le groupe de la rue Visconti, Charles Andler en tête, suivi d’un Albert Thierry, d’un Albert Thomas, voire d’un Emile Durkheim. On ne peut qu’être frappé par l’extraordinaire fluidité de ces milieux d’innovateurs intellectuels, où les mêmes personnes circulent au sein d’un réseau dont le soubassement serait la fraction des universitaires progressistes.

4Quant à Paul Desjardins, son rôle d’animateur constant de l’Union, en dépit des changements intervenus dans le programme intellectuel de l’association, ne laisse pas d’intriguer. Nous formulerons davantage une hypothèse interprétative qu’une réelle démonstration qui supposerait un travail plus systématique sur la trajectoire de Desjardins. Le ressort de cette faculté d’adaptation aux divers changements intervenus dans le champ intellectuel peut tenir à sa capacité à mobiliser efficacement les dispositions de son habitus. Doté d’un fort capital social et culturel, il est à même de se porter à la tête des mouvements intellectuels de cette fin de siècle (l’idéalisme religieux des années 1890-1891, le réveil critique des années 1898-1900) qui expriment à chaque fois une des tendances de son héritage socioculturel. Non content d’exercer un rôle de conducteur, il parvient également à s’entourer d’hommes influents, universitaires du Collège de France notamment (Monod, Bédier, Gaston Paris), hauts fonctionnaires (Arthur Fontaine, F. Buisson, F. Pécaut) qui permettent une institutionnalisation précoce des mouvements fondés. Pontigny, avant 1914, est l’héritier direct de l’Union, irrigué par les mêmes personnes (sauf les étrangers), préoccupé par les mêmes thèmes, dirigé par le même Paul Desjardins. La guerre interrompt pendant huit ans le déroulement des Décades. A la reprise, en 1922, les Décades s’éloignent assez largement de ce premier modèle.

Note

44 Albert Thibaudet, « Pour l’histoire du parti intellectuel », N.R.F., août 1932, no 227, pp. 265-270. La parution du livre de Charles Andler, Vie de Lucien Herr inspire sa réflexion.

45 Cette réflexion est celle de Christophe Charle dans Naissance des intellectuels, op. cit. Voir de même sa présentation synthétique des intellectuels aux XIXe siècle, « Intellectuels, Bildungbürgertum et professions au XIXe siècle », Actes de la recherche en Science Sociale, no 1, 106-107, mars 1995, pp. 87-95.

46 Bernard Lavergne, Essor et décadence des idées politiques et sociales en France de 1900 à nos jours, Paris, Librairie Fischbacher, 1965, 258 p., p. 138. Cependant, les notes du Journal en juillet 1912 (inédit) de Georges Guy-Grand parle d’un public souvent clairsemé où les samedis comptent toujours les quelques mêmes fidèles : Charles Gide, Rossignol.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search