Version classiqueVersion mobile

Paul Desjardins et les Décades de Pontigny

 | 
François Chaubet

Introduction

Texte intégral

  • 1 Roger Martin du Gard, Correspondance générale VII, 1937-1939, édition établie et annotée par Pierr (...)

1En août 1937, Roger Martin du Gard écrivait ainsi à Stefan Zweig en le pressant de participer aux Entretiens ou Décades de Pontigny : « Comme j’aimerais vous convaincre et vous y attirer ! [...] tâchez de bien connaître avant qu’il soit trop tard cet extraordinaire phalanstère provisoire qui aura, malgré tout, tenu une énorme place dans la vie intellectuelle de ce temps [...]1 ». Deux ans plus tard, en effet, les Décades de Pontigny furent définitivement interrompues par la déclaration de guerre. Prenait fin une des institutions intellectuelles les plus originales de la première moitié du XXe siècle, tout à la fois foyer et écho, acteur et témoin du rayonnement de la culture française et européenne.

2Ce fut en août 1910 que s’ouvrirent les premières Décades de Pontigny, dans le cadre d’une ancienne abbaye cistercienne rachetée en 1906 par un professeur de lettres parisien, Paul Desjardins ; closes en 1914, les Décades furent à nouveau organisées à partir de 1922, sans interruption jusqu’en août 1939. Chaque été, dans ce « village magique » (Vladimir Jankélévitch) de l’Yonne, se réunirent les élites intellectuelles de tous les pays afin de débattre sur des thèmes variés. Les sujets de discussion englobaient des questions politico-sociales, des questions philosophico-religieuses et enfin, des problèmes littéraires. Une durée de séjour de dix jours (décade) fut adoptée et chaque décade abritait en moyenne une vingtaine de personnes avant 1914, une cinquantaine après 1922. Vers 1924-1925, les Entretiens de Pontigny devinrent une étonnante réussite intellectuelle, voire mondaine ; le pèlerinage aoûtien vers l’abbaye amenait des hommes de lettres, des journalistes, de grands universitaires, des hommes politiques. Les décadistes signèrent le plus beau des livres d’or : de Gide à Valéry, de Malraux à Raymond Aron, de Charles du Bos à François Mauriac, de Léon Brunschvicg à Gaston Bachelard, d’Albert Thomas à Paul Langevin.

3Les Décades entendaient faire triompher la grande tradition humaniste fondée sur la confrontation des opinions et le souci constant du respect de la liberté de l’esprit et des méthodes critiques qui la préservent. Une des maximes de Montesquieu résumait admirablement l’esprit de Pontigny : « Ce n’est qu’avec la raison des autres qu’on devient soi-même raisonnable ». Surtout, ce Port-Royal des Champs du vingtième siècle s’était fixé comme règle cardinale d’inviter des personnalités étrangères, afin de donner tout son éclat à son projet de libre entretien des esprits. Pendant presque trente ans, au cours de soixante-dix décades et de sept cents jours de conversations, Pontigny mêla érudition parfaite, profondeur intellectuelle et, parfois, le souffle de l’Esprit. Du Cap Nord à la Tunisie, de l’Inde à l’Amérique, la renommée des Décades s’étendit et leur caractère « unique, inimitable, indéfendable et indispensable » (Raymond Aron) fut unanimement célébré.

  • 2 In Memoriam Paul Desjardins (1859-1940), Bulletin de l’Union pour la vérité – Cahiers de Pontigny, (...)
  • 3 Paul Desjardins et les Décades de Pontigny, préface d’André Maurois, Paris, P.U.F., 1964, 416 p.
  • 4 Jean Schlumberger « Paul Desjardins », Nouvelle Revue Française, 1er avril 1940, no 319, pp. 554-5 (...)
  • 5 Voir Jean Dietz, « Paul Desjardins », Cahiers de la Quinzaine, 18e cahier de la 19e série, 1930, 6 (...)
  • 6 L’Union reçut en 1931 le prix de l’Académie Française, « Estrade-Delcros », décerné tous les 5 ans (...)
  • 7 A l’exception de l’article de Michèle Leleu sur « Charles Du Bos animateur de décades », in Paul D (...)

4Or, après l'ultime décade de 1939, Paul Desjardins et Pontigny s’effacèrent de la mémoire intellectuelle. Certes, deux ouvrages s’efforcèrent de fixer l’image du fondateur des Décades. En 1949 parut un premier recueil de témoignages2 ; dix ans plus tard, se tint un colloque à Cerisy (propriété de la famille Desjardins) organisé par Anne Heurgon-Desjardins autour de la personnalité de son père, et de sa place dans la vie intellectuelle entre 1880 et 19403. Les études réunies mettaient l’accent sur l’activité de Desjardins avant l’ouverture de Pontigny. Cet éclairage s’imposait d’autant plus que l’homme, comme le notait Jean Schlumberger à sa mort, en 1940, avait irrigué de multiples façons le champ intellectuel de son époque : « quand on fera l’histoire de la pensée française depuis le début du siècle – non pas l’histoire de ses manifestations éclatantes mais celle de ses courants profonds – on ne sera pas étonné de tous les mouvements, de toutes les idées dont il faudra faire remonter l’origine à Paul Desjardins4 ». Ce dernier avait été l’inlassable animateur de petits groupes intellectuels dont l’Union pour l’Action Morale, fondée en 1892 avec le capitaine Hubert Lyautey, puis transformée en Union pour la vérité à partir de 1905. Les préoccupations intellectuelles de l’Union étaient multiples, de l’éducation au droit international, des problèmes économiques et sociaux aux questions de morale. Elle réunit pendant plusieurs décennies certains des meilleurs esprits de son époque et exerça, au tournant du siècle, une grande influence sur la scène intellectuelle française. Dès les années 1930, l’œuvre de Desjardins5, le rayonnement de son association6, parurent bénéficier d’une première reconnaissance. L’ombre volontaire dont s’était entouré le fondateur de l’Union et des Décades de Pontigny semblait céder à la pleine lumière d’un travail historique quand mourut Paul Desjardins en 1940. Or, le bilan, on l'a entrevu, demeura mince. A cela nous voyons deux raisons plausibles. La première tient au contexte de la Libération qui put contribuer à déconsidérer partiellement Pontigny, son climat idéaliste et humaniste. Le libéralisme intellectuel des Décades, son suc le plus nourricier, ne semblait-il pas caduc aux yeux des sectateurs de l’engagement ? Desjardins avait désiré, à Pontigny, faire vivre un état d’esprit qui promût l’in cessante remise en question de tous les principes, de toutes les idées. De toute évidence, l’absolu de l’engagement après 1945 s’éloignait de cet idéal critique. La seconde raison relève d’une objection autrement plus inquiétante pour l’historien : l’essentiel des archives de Paul Desjardins fut volé en 1942 par la Gestapo. Ce trésor de soixante années de correspondances, de Renan à Raymond Aron, aurait permis sans nul doute une reconstitution aisée du milieu pontignacien. Ainsi, le colloque de 1959 trahissait cette difficulté ; si les contributions consacrées à Pontigny livraient des témoignages intéressants, il manquait néanmoins d’études systématiques sur des points précis7 ; l’absence de sténographie s’inscrivait comme une difficulté supplémentaire et ajoutait l’ultime halo de mystère prestigieux aux Décades. Au total, quelques Correspondances, quelques Journaux intimes, des Mémoires, le plus souvent issus du cercle de la N.R.F., jetaient une lumière parcimonieuse sur ce qui fut un moment capital de l’intelligence française et européenne.

  • 8 Jean-François Sirinelli, « Le hasard ou la nécessité ? Une histoire en chantier : l’histoire des i (...)
  • 9 Michel Trébitsch, « Avant-propos : la chapelle, le clan et le microcosme » in Cahiers I.H.T.P, op. (...)

5L’impulsion qui permit d’aller au devant de ces difficultés vint tout d’abord, indirectement, du dynamisme d’une histoire intellectuelle renouvelée. Des travaux novateurs redessinaient une cartographie suggestive du champ intellectuel de la première moitié du XXe siècle, grâce à une approche plus sociologique de leur objet. A la trilogie utilisée par Jean-François Sirinelli, « Itinéraires, cadres de sociabilité, générations », faisait écho une autre triade, celle qui s’attachait à décrire les « lieux, milieux, réseaux ». A travers ces deux méthodes, on touchait à une histoire sociale des cénacles intellectuels, où la description des structures de sociabilité permettait de « retracer l’étude de la constitution de [ces] groupes et de leurs mémoires internes8 ». Ici, grâce à une documentation essentiellement constituée de correspondances, l’approche s’effectuera donc « de la coulisse » car autant que des énoncés, nous cherchons à comprendre des fonctionnements pour ancrer les prises de position dans le tuf socio-historique. Sans vouloir réduire la portée des discours et l’expression de valeurs à des motifs purement stratégiques de concurrence, il apparaît, au contraire, que la mise en relief des comportements, des jeux de relations, des structures de sociabilité donc, donne toute sa profondeur aux discours et aux idéologies. Relier l’approche descriptive des cadres de sociabilité à celle, plus dynamique, qui prend en compte les valeurs, semble une démarche heuristique féconde, où est préservée l’autonomie propre du champ intellectuel. Pontigny joue pour nous le rôle de lieu d’observation privilégié du champ culturel et, de cet étonnant écheveau intellectuel, nous tirerons le fil d’une histoire collective des individus, de leurs réseaux, de leurs situations vécues et de leurs stratégies singulières. Toutefois, il était délicat d’ignorer les concepts et les hypothèses de travail définis par l’école de Pierre Bourdieu (position dans le champ, instances de consécration - légitimation, par exemple). Mais on a considéré la notion de « champ » surtout de manière historique, dans la mesure où, « en historicisant la typologie [des cadres de sociabilité], on pose au fond le problème de la naissance et de la formation d’un milieu intellectuel9 ». A partir des Décades, la perception de cette dimension diachronique du champ, de ses permanences et des ses variations, peut conduire au cœur même de la culture française, de quelques-uns de ses mécanismes et de certains de ses rites.

  • 10 Lucien Febvre, « Vers une autre Histoire », Combats pour l’Histoire, Paris, A. Colin, 1953, p. 428

6Les ambitions d’un tel programme se heurtaient a priori à d’énormes lacunes de documentation. Un mot d’un grand historien, qui sonnait d’un bel optimisme, fut un talisman : « [...] s’ingénier, le grand mot [...]10 ». Pêche ou chasse : il fallut jeter au loin les filets et suivre des pistes quelles qu’elles fussent ; celles-ci devaient mener aux décadistes si la voie royale qui partait du fondateur de Pontigny s’avérait bel et bien coupée. Heureusement, les Allemands oublièrent à Pontigny de vieilles boîtes à chaussures dans lesquelles se trouvaient deux mille photos prises durant les Décades. Par chance, Anne Heurgon-Desjardins prit la peine d’identifier chaque photo (les décadistes, la décade occupée). Munis d’une petite liasse de papiers bleus, nous eûmes là un précieux viatique, soit la liste alphabétique des principaux participants, document inestimable, qui orienta la plupart des recherches, et le voyage à travers une trentaine de fonds français et étrangers. Parmi ceux-ci, deux massifs émergent : les archives Charles du Bos et celles de Jean Schlumberger, déposées à la bibliothèque Jacques Doucet à Paris. Les deux hommes, par leur intelligent dévouement, apportèrent une contribution de poids aux Décades. Hommes de lettres à la renommée un peu confidentielle au sein de la république des lettres, ils occupèrent à Pontigny les premiers rangs et leur « correspondance-réseau » révèle les rouages internes des Décades.

  • 11 Jean-François Sirinelli, « Biographie et histoire des intellectuels. Le cas des ‘éveilleurs’ et l’ (...)
  • 12 Un jeune chercheur allemand, François Beilecké, a entrepris une thèse sur l’Union pour l’Action Mo (...)

7Enfin, ce travail, s’il n’est pas une biographie de Paul Desjardins, s’attache au demeurant à présenter la trajectoire d’un homme qui fut une éminence grise de la vie intellectuelle de son temps. Jean-François Sirinelli avait invité les chercheurs à quitter la « sphère des grandes figures historiques de l’intelligentsia française (les Gide, Mauriac, Sartre, Malraux) et à [descendre] à la strate intermédiaire des intellectuels de moindre renom mais qui comptèrent de leur vivant : écrivains, grands journalistes, professeurs connus [...], [car] à travers eux, ce sont les rouages de la société intellectuelle que l’on peut saisir, avec ses réseaux de sociabilité et ses micro-climats11 » ; vrai cas d’école, Desjardins, catalyseur de trois générations, accède enfin à la mémoire de la communauté historienne12. Martin du Gard avoua le respect agacé que Desjardins lui inspira :

  • 13 Roger Martin du Gard, « Souvenirs », in Œuvres complètes, I, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la (...)

« Mon admission aux Entretiens de Pontigny a été pour moi un événement d’importance, en quelque sorte l’heureux complément de mon introduction dans le groupe de la N.R.F. en 1913 [...] Dès mon arrivée, j’ai été vivement intéressé par le personnage de Paul Desjardins - l’esprit le plus remarquable et le plus déconcertant que j’aie jamais rencontré [...] En lui, rien de médiocre, rien d’insignifiant : ses irritants défauts n’étaient pas moins exceptionnels que ses incomparables qualités [...] Dans la controverse, il avait le génie de l’intervention décisive. Il attendait que chacun eût exprimé ses vues. Puis il prenait la parole. Son esprit lucide et perçant fonçait droit au cœur du sujet13 ».

8Au total, la réflexion historique s’appuie donc sur des notions empruntées librement à la sociologie (les concepts de sociabilité et de champ), à l’enquête culturelle (réflexion sur la nature de la culture française) et à l'histoire des représentations intellectuelles et des idées, afin de donner un début de réponse à cette question : comment expliquer le succès des Décades de Pontigny ? Pour le mémorialiste, la grandeur de l’institution allait de soi ; pour l’historien, elle reste à démontrer.

Notes

1 Roger Martin du Gard, Correspondance générale VII, 1937-1939, édition établie et annotée par Pierre Bardel et Maurice Rieuneau, Paris, Gallimard 1992, 601 p., pp. 131-132.

2 In Memoriam Paul Desjardins (1859-1940), Bulletin de l’Union pour la vérité – Cahiers de Pontigny, Paris, Minuit, 1949, 125 p.

3 Paul Desjardins et les Décades de Pontigny, préface d’André Maurois, Paris, P.U.F., 1964, 416 p.

4 Jean Schlumberger « Paul Desjardins », Nouvelle Revue Française, 1er avril 1940, no 319, pp. 554-556.

5 Voir Jean Dietz, « Paul Desjardins », Cahiers de la Quinzaine, 18e cahier de la 19e série, 1930, 69 p.

6 L’Union reçut en 1931 le prix de l’Académie Française, « Estrade-Delcros », décerné tous les 5 ans à une institution intellectuelle ; en 1926, pour sa première attribution, le prix récompensa la Revue de Métaphysique et Morale.

7 A l’exception de l’article de Michèle Leleu sur « Charles Du Bos animateur de décades », in Paul Desjardins et les Décades de Pontigny, op. cit., pp. 190-200.

8 Jean-François Sirinelli, « Le hasard ou la nécessité ? Une histoire en chantier : l’histoire des intellectuels », Vingtième siècle. Revue d’histoire, no 9, janv.-mars 1986, pp. 97-108.

9 Michel Trébitsch, « Avant-propos : la chapelle, le clan et le microcosme » in Cahiers I.H.T.P, op. cit., p. 16.

10 Lucien Febvre, « Vers une autre Histoire », Combats pour l’Histoire, Paris, A. Colin, 1953, p. 428.

11 Jean-François Sirinelli, « Biographie et histoire des intellectuels. Le cas des ‘éveilleurs’ et l’exemple d’André Bellesort », Actes du Colloque de la Sorbonne, 3-4 mai 1985, Sources travaux historiques, no 3-4, Publications de la Sorbonne, 1985, 271 p., pp. 61-73.

12 Un jeune chercheur allemand, François Beilecké, a entrepris une thèse sur l’Union pour l’Action Morale et l’Union pour la vérité.

13 Roger Martin du Gard, « Souvenirs », in Œuvres complètes, I, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1955, 1403 p., L. XXXV-XC. II.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search