Version classiqueVersion mobile

Les banques et les mutations des entreprises

 | 
Hubert Bonin
, 
Jean-François Eck

Résumés

Texte intégral

1Michel Lescure

2En règle générale, les petites et moyennes entreprises jouent un rôle économique plus important dans les pays caractérisés par le caractère récent de l’État central et son corollaire, la forte décentralisation politique et administrative, que dans les autres. Ceci s’explique par la volonté et la capacité des collectivités locales (la « périphérie ») de soutenir le développement d’un réseau bancaire à but non lucratif (non-profit) (Banques populaires, Caisses d’épargne), dans le but de résister à la concentration économique et politique au profit du « Centre » ; par son organisation très décentralisée le secteur bancaire à caractère non lucratif est en effet le segment du secteur bancaire le plus apte à pouvoir financer les pme régionales. En Europe occidentale, la France constitue une exception à cette règle. L’ancienneté et la force de l’État central et son corollaire, la longue faiblesse des banques décentralisées à caractère non lucratif, n’ont pas empêché le maintien d’un large front de pme. Pour étudier les raisons de ce phénomène, le chapitre met en valeur les types successifs de segmentation du secteur bancaire et les met en relation avec la politique de l’État central.

3Usually small and middle-size firms play a more important part in European countries with recent central state and strong local authorities than in others. This can be explained by the will and the ability of local authorities (the “Periphery”) to support the development of a strong local non profit banking sector (cooperative and savings banks), in order to break the process of economic and political concentration operated by the “Centre”. The decentralisation of their organisation makes these banks the most suitable to the financing of regional small firms. In western European countries France is an exception to this rule. The strength and the ancientness of central state coupled with the weakness of local authorities has long prevented local non profit banks to develop; however this did not prevent smes to flourish so that they represent a large share of French industrial structures. To explain this exception, the chapter studies the successive types of French banking segmentation and the role played by the central state in this segmentation.

4Françoise Bosman & Gersende Piernas

5Les Archives nationales du monde du travail à Roubaix conservent un ensemble d’archives bancaires historiques d’environ 8 kilomètres unique en France. Publics ou privés, ces 89 fonds proviennent du monde du négoce, du courtage et du monde bancaire majoritairement français, d’envergure aussi bien internationale, nationale que locale. Ils renferment des archives originales ou microfilmées couvrant une période allant de 1663 à 2011 et relatives à leur constitution, leur administration et à leurs activités. Ces fonds classés sont désormais largement accessibles aux chercheurs grâce à la signalisation de leurs inventaires sur le site Internet des ANMT, qui y trouveront des sources non seulement économiques, mais aussi politiques, techniques et sociales, méconnues et parfois inédites.

6The Archives nationales du monde du travail in Roubaix keep an exceptional collection of historical bank archives of approximately 8 kilometres unique in France. Public or private, these 89 funds come from the world of brokerage and banking mainly French, both of international, national and local role. They contain original or microfilmed archives covering a period from 1663 to 2011 and relating to their constitution, administration and activities. These funds are classified now widely available to researchers through the signalling of their inventory on the website of ANMT, who will find sources not only economic but political, technical and social, sometimes new and unknown.

7Jean-Claude Daumas

8Depuis la découverte à la fin des années 1870 des succès spectaculaires de la Troisième Italie, l’étude des districts industriels est à la mode, mais, le plus souvent, l’approche est à la fois prisonnière du « modèle italien » et plus monographique que comparative. Au contraire, notre chapitre cherche à comprendre le fonctionnement et la dynamique de développement des systèmes productifs locaux en centrant la réflexion sur trois questions essentielles : les caractéristiques du système des entreprises, le rôle des institutions collectives et l’encastrement du système productif dans les réseaux sociaux. Fondée sur l’étude de quatre cas (Elbeuf, Roubaix-Tourcoing, Lyon, Toulouse), l’analyse a une dimension comparative qui vise moins à inventorier les facteurs qui les différencient – à vrai dire très nombreux – qu’à dégager les modalités d’articulation entre entreprises et territoire afin d’aller vers une typologie des formes d’organisation productive des territoires.

9Since the discovery at the end of the 1970s of the outstanding achievements of the Third Italy, studying industrial districts has been popular, but, more often than not, the approach to the subject has been more monographic than comparative and unable to free itself from the “Italian pattern”. On the contrary, our chapter aims to understand how local productive systems work and the dynamics of their development by focusing on three major issues: the characteristics of the system of enterprises, the role of collective institutions and how the productive system fits with the social network. The analysis, which is based upon the study of four examples (Elbeuf, Roubaix-Tourcoing, Lyon, Toulouse), has adopted a comparative point of view whose aim is to make clear the ways enterprises and territory interact, in order to bring out a typology of the different forms of productive organization in territories, rather than list all the factors that differentiate them.

10Jean-François Eck

11Plus profondes que dans maints autres foyers productifs, les transformations connues par Lille-Roubaix-Tourcoing durant les cinq décennies qui se sont écoulées depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale ont suscité une rupture décisive avec l’ancienne spécialisation textile qui conférait à cette place une importance décisive au niveau national, voire mondial. Elles sont intimement liées à la disparition de maintes entreprises et à l’adoption par celles qui ont survécu de nouvelles stratégies, passant par la reconversion vers d’autres activités, notamment tertiaires. Il en est résulté un triple phénomène de banalisation, métropolisation et européanisation. Les structures économiques se sont alignées sur le niveau national. Le poids de la métropole lilloise s’est affirmé, reléguant Roubaix et Tourcoing à un rang subalterne. Les relations avec le reste de l’Europe se sont développées à travers l’intensification de la circulation des marchandises et des capitaux et la multiplication des investissements en provenance des pays voisins. Tous ces phénomènes n’ont pas que des conséquences positives. En témoignent la sensibilité au chômage, la perte d’indépendance vis-à-vis d’autres pôles de décision, nationaux ou internationaux. Il reste que la place relative occupée par Lille-Roubaix-Tourcoing dans l’ensemble de l’économie semble aujourd’hui mieux assurée qu’elle ne l’était aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale.

12Within the five decades which occurred since the end of Second World War, Lille-Roubaix-Tourcoing met with changes which seem deeper than in any other industrial regions. So broke down the old specialization in textile industry which gave this place a prominent position of national and even international importance. These changes are closely bound to the death of many firms and to the choice made by the remainders of new strategies, leading to redeployment in other fields, especially in service activities. The result was the apparition of three major trends. The economic structures lined up with their level in the rest of France. Lille became a metropolis, putting back Roubaix and Tourcoing at a subordinated role. Relations with the rest of Europe were strengthened through broader merchandises and capital exchanges and through widening of investments coming from surrounding countries. All those changes had positive, but also negative consequences. The evidence of these latter effects are to be found in the high rate of unemployment, the lack of independence from other national and international economic centers of decision. Yet it may be asserted that the place of Lille-Roubaix-Tourcoing is nowadays stronger that it was just after the Second World War.

13Matthieu de Oliveira

14Place industrielle majeure, la métropole de Lille-Roubaix-Tourcoing requiert, pour assurer son développement, des infrastructures bancaires nombreuses et le triplement du nombre d’établissements entre 1850 et 1914 répond à ce besoin. Pour autant, la nature juridique et les raisons sociales demeurent multiples alors qu’une vaste hiérarchie bancaire se met en place au cours de la période. La concurrence est donc rude, opposant « grands et petits » établissements, banques locales, régionales ou « à réseaux » sous l’autorité de la Banque de France. Et le plus souvent, l’implantation double, voire triple, prévaut, afin d’offrir un service de proximité et de tenir compte des spécificités de chaque cité. Ce sont enfin la compétence, l’expérience et la connaissance des usages bancaires qui font bien souvent la différence parmi les professionnels.

15Major industrial site, the place of Lille-Roubaix-Tourcoing requires for its development many banking infrastructures and sees the number of its establishments tripling between 1850 and 1914. However, there are many legal forms and social reasons while a multiple banking hierarchy sets up during the period. Competition is fierce, opposing “big and small” institutions, local, regional or “networks” banks under the authority of the Bank of France. And most often, a double or even triple location prevails, to provide local service and to take account of the specificities of each city. These are finally the competence, experience and knowledge of banking practices that are often the difference among the professionals.

16Jean-Luc Mastin

17Dans la région lilloise, les industries traditionnelles, et surtout le textile, secteur prédominant, ont essentiellement besoin de crédit à court terme (escompte et découverts) pour financer fonds de roulement et trésorerie – mais aussi, à Roubaix, les immobilisations. Les capitaux propres sont en effet systématiquement rationnés : la croissance de l’entreprise repose sur l’endettement, celle du groupe est autofinancée. Les banquiers doivent aussi tenir compte des pratiques du capitalisme familial : les groupes entretiennent un endettement mutuel qui renforce les solidarités résultant des alliances endogamiques. De ce fait, le crédit bancaire pèse moins que les circuits informels, avec lesquels il est mis en concurrence. Les « grandes familles » contrôlent les banques régionales et locales. Mais l’intégration de la place dans le système bancaire national amène-t-elle la convergence des pratiques et des normes du crédit bancaire ? La concurrence entre les « sociétés de crédit » à réseaux nationaux d’agences et les banques régionales, forte surtout après 1880, se traduit moins par l’alignement de ces dernières sur les normes de liquidité et de sécurité des premières que par l’adaptation des sociétés de crédit aux habitudes de chaque place : à Roubaix, le Crédit lyonnais fait du crédit personnel comme une banque locale – du moins avec les grands groupes. Mais sa réussite semble fragile : la résistance des banques régionales et locales est bien réelle. Quant à la Banque de France, elle renonce à ses normes d’escompte. Contre la concurrence qui fait chuter le volume de ses escomptes et ses bénéfices après 1875, elle développe l’escompte direct : elle y attire le gros papier commercial, mais tolère et accepte le beau papier de crédit, puis mène ouvertement une « politique de découverts » à partir de 1909. Au total, par le recours accru à la place parisienne, les « grandes familles » ont entretenu une pléthore de capitaux qui a entraîné, à leur seul profit, la sclérose du système bancaire régional.

18In the Lille-Roubaix-Tourcoing region, the light industries, especially textile, which was predominant, needed only short-term credit (discount and overdraft), to finance cash and working capital, and also, in Roubaix, fixed assets. Equity was indeed always rationed: the growth of the firms was financed by credit, the one of the groups was self-financed. Bankers had also to deal with the practices of family capitalism: groups maintained a mutual indebtedness, that strengthened the interdependence that was created by entangled marriages between the “big families”. That is why the banking credit seems to have been less important than the informal one, to which it was always compared. The “big families” controlled regional and local banks. But did the integration of the Lille marketplace in the national banking system lead to the convergence of the banking policies? The competition of the national deposit banks, which was strengthened after 1880, drove less the regional banks to raise their safety and liquidity thresholds, than the former to adapt their strategy to local specificities: the Credit lyonnais branch in Roubaix provided personal loans as any other local bank and granted large overdrafts to the textile groups. But its success seems to have been fragile: the resistance of local and regional banks is obvious. Banque de France gave up on its own lending standards. In order to restore its portfolio and its benefits, that dropped after 1875 because of competition, it developed direct discount: it would have liked to discount the large prime commercial bills, but discounted mostly local finance paper; it tolerated it, then allowed it, and finally embarked explicitly on an “overdrafts policy” since 1909. All things considered, by borrowing more and more on the Paris marketplace, “big families” kept going the overabundance of capitals that led to the sclerosis of the regional banking system, which only favoured their interests.

19Muriel Petit-Kończyk

20Déjà, à la fin des années 1990, A. Plessis alertait les historiens sur la nécessaire prise en compte des développements théoriques en finance pour comprendre le comportement passé des banques. À cette époque, il suggérait que l’analyse des pratiques bancaires sous l’angle de l’asymétrie d’information éviterait aux historiens de s’enliser dans des jugements péjoratifs sur l’archaïsme des structures bancaires trop souvent ressassé. La recherche sur le financement des entreprises s’est considérablement étoffée théoriquement et empiriquement depuis plus d’une trentaine d’années. Dans ce chapitre, nous avons sélectionné trois problématiques qui peuvent utilement orienter l’historien tentant de comprendre les décisions de financement des manageurs des périodes passées : la théorie de la hiérarchie du financement, le risque des investisseurs dans les différents stades de développement des firmes et l’activisme des actionnaires. L’objectif est de montrer que les travaux empiriques des historiens doivent aussi mobiliser les théories financières afin d’obtenir les équilibres pertinents dans leur travail scientifique grâce à une confrontation féconde des champs disciplinaires Et le cas d’étude de la place de Lille-Roubaix-Tourcoing en fournit une excellente occasion.

21As early as the late 1990s, Alain Plessis drew historians’ attention to the need to take account of theoretical developments in finance in order to understand the past behaviour of banks. At that time, he suggested that the analysis of banking practices in terms of information asymmetry would prevent historians from getting bogged down in pejorative judgments on archaic banking structures, too often rehashed. Research on corporate finance has grown theoretically and empirically for over thirty years. In this chapter, we selected three issues which can usefully guide the historian who is attempting to understand managerial financing decisions during past periods: the theory of hierarchy in financing, investor risk at the different stages in the development of firms, and shareholder activism. The aim of this chapter is to show that the empirical works of historians have to take into account the well-known financial theories, in order to strike a relevant balance within their academic research thanks to a useful confrontation between the academic fields.

22Sabine Effosse

23Ce chapitre aborde les mutations du Crédit du Nord de la fin de la seconde guerre mondiale à la première désindustrialisation des années 1980. Comment une banque à fort ancrage régional et de dimension intermédiaire a-t-elle fait face à la crise économique consécutive aux chocs pétroliers et à un environnement bancaire de plus en plus concurrentiel ? Fondé sur les archives de l’établissement et celles des autorités de contrôle (Banque de France), notre chapitre montre en premier lieu l’importance de l’ancrage nordiste même si l’analyse des principales places amène à opérer une hiérarchisation entre elles. En second lieu, il analyse les résultats mitigés du redéploiement parisien, et surtout l’échec de la fusion réalisée avec la Banque de l’Union parisienne en 1972-74. Confronté à la crise économique et à la crise identitaire née de la fusion, le Crédit du Nord est au bord du gouffre au début des années 1980. Nationalisé en 1982, il entame alors une longue crise de reconversion.

24This chapter covers how Crédit du Nord changed between the end of the Second World War and the first deindustrialisation of the 1980s. As a medium-sized bank with strong regional roots, how did Crédit du Nord cope with the oil crises of the 1970s and growing competition in the banking sector? Drawing on the bank’s archives and those of credit regulation authorities (Bank of France), the chapter first highlights how the bank’s strong roots in the industrialised North are a key element of its success. Secondly, analysing the mixed consequences of the bank’s move to Paris and the merger with Banque de l’union parisienne in 1972-74, the paper concludes that this new development strategy was a failure. Faced with the economic crisis and its identity crisis as a result of the merger, the early 1980s saw Crédit du Nord on the brink of bankruptcy. Nationalised in 1982, the bank started on the long road to recovery.

25Hubert Bonin

26Dépourvue d’ancrage local face à ses concurrentes nordistes, la Société générale, en challengeur, a dû se doter d’un capital de relations pour se doter de la capacité d’enracinement nécessaire au sein de la communauté d’intérêts patronaux régionale. Elle a aussi valorisé son portefeuille de métiers et de savoir-faire nationaux et internationaux, comme le change, au profit des entreprises les plus ouvertes sur les marchés national, européen, transatlantique et colonial. Mais elle a dû également acquérir un art spécifique de gestion des risques de crédit sur des places où les tendances spéculatives du négoce et l’expansion vigoureuse des productions requéraient une vigilance sévère. C’est pourquoi sa réussite et sa compétitivité ont dépendu fortement du portefeuille de talents des directeurs de ses agences, au point que certains d’entre eux ont achevé leur carrière au sein de la direction parisienne.

27Deprived from a local anchorage against its Northern competitors, Société générale, acting as a challenger, ought to equip itself with a capital of connections in order to obtain the ability to get embedded within the regional community of business. It also mobilised its portfolio of activities and know-how, either national or international (forex, for example), in favour of the firms being the most opened to national, European, Transatlantic and colonial markets. But it equally had to acquire a specific art of management of credit risks on places where the speculative habits of wholesale trading and the strong growth of productions demanded a drastic vigilance. This explains that its success and its competitiveness there depended closely from the portfolio of talents of the heads of its agencies, so as a few of them even concluded their career within the Paris headquarters of the bank.

28Marjolaine Meeschaert et Sylvie Guillaudeau

29Comment un réseau bancaire se développe-t-il sur un territoire donné ? Quelques pistes sont explorées ici, au fil des archives, en suivant le développement des guichets de la Société générale dans la région de Lille-Roubaix-Tourcoing. Ce réseau a commencé à s’implanter à Lille dès 1865, soit moins d’un an après la création de l’entreprise. Un guichet est ouvert à Roubaix en 1872, un autre fonctionne à Tourcoing en 1900. Le réseau se développe localement malgré une âpre concurrence et des périodes difficiles engendrées par les conflits mondiaux et les crises économiques. Occupant une place prépondérante sur ce territoire, la Société générale adapte ses services aux besoins spécifiques des clients. Elle accompagne à sa manière les mutations profondes des entreprises de la place en proposant des guichets de proximité innovants.

30How did a banking network develop on a given region? Some areas are investigated here, through the archives, by following the development of the Société générale branches in the region of Lille-Roubaix-Tourcoing. The network started in Lille in 1865, i.e. less than one year after the creation of the company. Then a branch was opened in Roubaix in 1872, followed by another one in Tourcoing in 1900. The retail network was developped locally in spite of bitter competition and a difficult environment due to world conflicts and economic crises. Strongly present in this region, Société générale adapted its services to the specific needs of its clients. It stood by local companies, accompanying them, in its own way, in their major transformations and by developing innovative branches, close to its clients which offer flexible services.

31Serge Éveillé

32Les entreprises de la métropole de Lille-Roubaix-Tourcoing ont historiquement eu des besoins spécifiques en matière de traitement des opérations bancaires au regard de la nature des opérations et de leur nombre (importations, exportations, encaissement dans les réseaux de la grande distribution ou de la vente par correspondance). Ce chapitre dresse d’abord une esquisse de l’histoire de la « banque de flux » dans le Nord de 1865 – première implantation de la Société générale à Lille – jusqu’à la veille de la guerre en 1939. Il décrit ensuite comment, face aux mutations de la « banque de flux » des années 1960-1980, et sous l’impulsion des équipes locales, la Société générale a investi, innové, pour accélérer, fiabiliser, sécuriser les traitements des opérations bancaires, tout en en réduisant les coûts et répondre ainsi aux besoins de la clientèle d’entreprises. Enfin il montre les résultats positifs de cette politique sur la forte pénétration de la Société générale sur le rayon.

33The enterprises of Lille-Roubaix-Tourcoing metropolis have, historically, specifics needs for the processing of bank transactions with regard to their kind and their number (import, export, collection in chain stores or postal-selling processes). In a first time this chapter gives an outline of the history of the “flow bank” in the North since 1865 – first establishment of Société générale in Lille – until 1939, just before the war. It describes after how, in front of the “flow bank” change during 1960-1980, and under the local teams stimulus, Société générale has invested, innovated, to speed up, improve the reliability and the security of the processing of bank transactions, and at the same time, has reduced the costs, giving a good answer to the corporate customer needs. Last but not least it shows us the good results of these policies, with the high penetration of Société générale in this area.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search