Version classiqueVersion mobile

Les banques et les mutations des entreprises

 | 
Hubert Bonin
, 
Jean-François Eck

Conclusion générale

Jean-François Eck

Texte intégral

1Présentées et discutées lors du colloque qui s’est tenu à Roubaix, aux Archives nationales du monde du travail, les 8 et 9 juin 2011, sous les auspices de la Mission histoire de la Société générale, de l’Université de Lille III (umr Irhis) et de l’umr Cnrs Gretha (Université de Bordeaux), la douzaine de contributions rassemblées ici ne prétendaient pas, en dépit de leur titre, brosser un tableau général et exhaustif des relations entre les banques et les mutations des entreprises. Il s’agissait, à partir d’un cas particulier, celui de Lille-Roubaix-Tourcoing aux xixe et xxe siècles, de savoir comment s’y sont établis et développés ces rapports réciproques. Pourtant, en sélectionnant une place industrielle, bancaire et financière de toute première importance, les initiateurs de cette manifestation ambitionnaient de susciter des réflexions de portée générale qui fussent susceptibles d’intéresser à la fois les historiens de l’économie et les représentants d’autres publics : archivistes, chefs d’entreprise, banquiers. Tous ont accepté d’y apporter leur contribution, que ce soit sous forme de communications et de témoignages ou encore de participation aux discussions et à la table ronde entre industriels et banquiers qui a été organisée, mais dont, malheureusement, il n’a pas été possible de reproduire les débats. Quels sont les enseignements qui se dégagent de cet ensemble ? Répondent-ils aux questions posées dans son introduction par Hubert Bonin ?

2À la lecture de cet ouvrage, une impression générale de foisonnement se dégage. Traitant en détail plusieurs aspects, tandis qu’il en laisse d’autres à l’état d’ébauche, il reflète une réalité elle-même diverse et complexe. Les rapports entre les banques et les entreprises, dès lors qu’on les observe au prisme d’un territoire aux dimensions limitées, s’avèrent en effet d’une étonnante variété, en fonction des catégories d’acteurs, mais aussi des périodes et des localisations. Ils diffèrent selon qu’il s’agit d’établissements bancaires et d’entreprises industrielles qui ont été créés sur place ou qui se sont d’abord développés sur une base nationale et sont venus ensuite s’établir dans la région. Ils ne sont pas les mêmes lorsqu’ils impliquent de grandes ou de petites entreprises, des firmes restées sous le contrôle des familles fondatrices ou passées sous celui de cadres salariés. Ils varient, bien sûr, en fonction de la branche d’activité et de son degré de concurrence interne. L’évolution au cours du temps, loin d’obéir à un schéma unique, dessine des configurations multiples et aboutit à des résultats tantôt durables, tantôt éphémères. La localisation forme un élément supplémentaire de différenciation : les rapports entre banques et entreprises ne sont pas identiques à Lille et à Roubaix, pourtant distantes d’une dizaine de kilomètres seulement.

3C’est donc d’un véritable kaléidoscope qu’il s’agit, et on a scrupule à en trahir quelque peu la richesse en résumant son contenu autour de quelques traits seulement, même si c’est le lot de toute conclusion. Pour ce faire, on relèvera tout d’abord les points à propos desquels l’ouvrage confirme les études antérieures, qu’elles portent sur les rapports entre banques et entreprises ou sur le microcosme nordiste. Puis on soulignera ceux, plus nombreux que les précédents, qui rectifient, voire démentent certaines présentations et font apparaître des aspects inédits. Enfin, on insistera sur le caractère inachevé d’une entreprise qui reste à plusieurs égards à l’état de chantier. L’ambition des organisateurs de ce colloque n’était pas en effet de présenter des résultats définitifs qui formeraient autant d’acquis de la recherche, mais de laisser ouvertes des interrogations afin d’inciter au développement d’autres travaux et de contribuer ainsi aux nouvelles orientations prises aujourd’hui par l’histoire économique des xixe et xxe siècles.

1. Des confirmations

  • 1 Cf. Françoise Bosman (dir.), avec Jean-Paul Barrière, Christian Borde, Jean-François Eck, Gérard Ga (...)

4Sur plusieurs points, l’ouvrage confirme des résultats déjà acquis. Cela n’a rien d’étonnant si l’on songe au caractère classique des sources utilisées par les auteurs de chapitres, ainsi qu’aux concepts auxquels ils font appel pour les interpréter. Les sources sont d’abord et avant tout, bien évidemment, d’origine bancaire : celles qui sont conservées aux Archives nationales du monde du travail à Roubaix, dont les deux principales responsables, Françoise Bosman, directrice, et Gersende Piernas, chargée d’études documentaires, ont montré toute la richesse et la diversité1 ; celles de la Société générale à Paris, qui incluent aussi les fonds des banques intégrées ultérieurement dans le groupe, notamment le Crédit du Nord, étudié ici, pour la partie de son histoire postérieure à 1945, par Sabine Effosse ; celles d’autres banques enfin : la Banque de France, tout d’abord, dont les rapports d’inspection des succursales de Lille et de Roubaix fournissent la trame de maints développements, ainsi que les grands établissements de crédit établis dans la région (Crédit lyonnais, Ccf, Cic), ou celles de la Banque de l’union parisienne, marraine de la Banque générale du Nord dans l’entre-deux-guerres.

5Les bilans de certaines grandes entreprises industrielles, textiles notamment, ont été également utilisés, même s’il convient de ne pas en exagérer la portée, car certaines informations essentielles ne s’y trouvent pas. C’est le cas du « crédit informel » accordé aux entreprises par les membres des réseaux familiaux, ce qui conduit, comme le souligne Jean-Luc Mastin, à sous-estimer le rôle joué par l’endettement dans leur activité. À ces sources essentielles s’en ajoutent d’autres : des documents iconographiques tirés des fonds conservés aux Archives nationales du monde du travail et à la Société générale dont Marjolaine Meeschaert et Sylvie Guillaudeau ont présenté l’apport ; des annuaires, précieux pour l’étude du tissu bancaire, comme ceux utilisés dans sa contribution par Matthieu de Oliveira ; des recensements de population et d’établissements productifs, souvent déjà exploités par les géographes dont les travaux fournissent une trame indispensable à la connaissance de l’évolution de l’économie locale.

  • 2 Voir notamment ses principaux articles, traduits dans : Mark Granovetter, Le marché autrement. Les (...)

6Quant aux concepts mobilisés pour les interprétations, certains, particulièrement bien adaptés à l’analyse des relations entre plusieurs catégories d’acteurs à l’intérieur d’un même territoire, ont été explicitement ou implicitement employés par les auteurs des contributions. Tel est le cas de la notion d’« encastrement » (ou « enracinement »), empruntée aux travaux du sociologue Mark Granovetter2, désormais d’usage courant en histoire économique. Il en est de même des districts industriels auxquels Jean-Claude Daumas a consacré sa contribution, montrant, à travers une comparaison des cas d’Elbeuf, Roubaix-Tourcoing, Lyon et Toulouse, toute leur richesse et leurs vertus heuristiques qui, selon lui, dépassent largement le « modèle » popularisé depuis la fin des années 1970 par les travaux de Giacomo Becattini. C’est aussi le cas de l’analyse historique des systèmes financiers, développée par Douglas Forsyth et Daniel Verdier, dont Michel Lescure souligne, dans sa contribution, la fertilité pour comprendre le cas nordiste et pour le replacer dans le cadre plus large de l’Europe occidentale des xixe et xxe siècles.

7Si l’on se tourne à présent vers l’évolution des politiques bancaires, les contributions confirment, à travers le prisme de Lille-Roubaix-Tourcoing, l’âpreté de la concurrence que suscite, au moins jusqu’au début des années 1950, la conquête de la clientèle dans une région longtemps demeurée, par son poids économique, au premier rang de la province française. Elle se lit à plusieurs symptômes dont les contributions précisent bien la portée : multiples fondations d’établissements, surtout avant 1914 – selon M. de Oliveira, le nombre de banques est multiplié par 5,5 à Lille-Roubaix-Tourcoing en soixante ans, de 1854 à 1914 ; précocité de la présence nordiste des grandes banques parisiennes – H. Bonin relève le cas de la Société générale, établie à Lille dès 1865, soit un an seulement après sa fondation, puis à Roubaix dès 1872 ; adoption par toutes les banques, quelles que soient leurs origines, nationales ou locales, de formes de crédit comme le découvert qui semble « essaimer depuis l’outre-Manche » (H. Bonin) ; pratique massive, dans les succursales de la Banque de France, de l’escompte direct des effets de commerce, dans une proportion du papier présenté, qui, à Roubaix en 1911-1912, atteint, selon J.-L. Mastin, 3,5 à 4 fois la moyenne des succursales de province. Les analyses ici présentées montrent que, à Lille-Roubaix-Tourcoing, des pratiques considérées comme des exceptions au niveau national représentent au contraire la norme à laquelle se plient les comportements.

  • 3 Éric Bussière, Patrice Marcilloux et Denis Varaschin (dir.), La Grande Reconstruction. Reconstruire (...)

8Il en est de même si l’on songe aux traits caractéristiques de l’économie et du patronat. La floraison d’établissements bancaires constatée à Lille-Roubaix-Tourcoing dans le domaine bancaire est la contrepartie de nombreuses créations d’entreprises de toute sorte qui se prolongent bien au-delà de la Belle Époque, en particulier durant la période de reconstruction des années 1920 qui, comme l’ont montré plusieurs travaux récents, ne s’est pas faite dans le Nord « à l’identique » comme le croyait naguère Alfred Sauvy, mais a permis un authentique rajeunissement du potentiel productif, tant dans le bassin minier que dans la métropole nordiste où se développent alors de nombreux cabinets spécialisés dans l’architecture et l’aménagement de bâtiments industriels3. Elle est aussi liée à la reconversion de certains grands groupes du textile vers la distribution commerciale.

9Le phénomène, important et précoce, qui se poursuit après la Seconde Guerre mondiale, est illustré par les cas célèbres de La Redoute, des Trois Suisses, de Damart, d’Auchan. Il s’accompagne de formes de distribution inédites des articles textiles comme les boutiques en franchise inaugurées par La Lainière de Roubaix avec les laines à tricoter Le Pingouin ou les chaussettes Stemm. Les banques, sur ce point, s’adaptent aux besoins de firmes qui sont leurs principaux clients. S. Effosse relève dans son chapitre que, au milieu des années 1950, le directeur de l’agence roubaisienne de la Société générale siège au conseil d’administration de La Redoute ; et la lecture du témoignage de Raymond Gély, appelé en 1970 à la direction de cette même agence, montre l’importance tout à fait déterminante des relations d’affaires entre son établissement et La Redoute qui est son deuxième client, derrière Auchan.

  • 4 Le Mouvement social, no 132, juillet-septembre 1985, pp. 27-41.

10Plus largement, les chapitres soulignent une inventivité commerciale qui a été de tout temps présente dans le patronat nordiste. Dès 1985, dans un article annonciateur de sa thèse, Jean-Pierre Hirsch posait d’ailleurs la question : « La région lilloise, foyer industriel ou place de négoce ? »4. Vingt ans plus tard, J.-L. Mastin le confirme : le négoce « s’immisce [avant 1914] dans tous les objets sociaux [des entreprises du textile] », car il devient pour elles au moins aussi important d’acheter ou de vendre des toiles que d’en fabriquer.

  • 5 Jean Lambert-Dansette, Quelques familles du patronat textile de Lille-Armentières (1789-1914), Lill (...)

11Un autre trait caractéristique de ce patronat nordiste est l’importance des dynasties familiales et le poids des hiérarchies sociales. Maintes recherches leur ont été consacrées, à commencer par celle réalisée voici plus d’un demi-siècle par l’un des descendants de ces « grandes familles »5. N’est-ce pas toujours ce trait qui se retrouve dans le témoignage de R. Gély, lorsqu’il relate ses débuts à l’agence roubaisienne de la Société générale au milieu des années 1950 ? Il y évoque l’animation particulière du « bureau de saison » ouvert par la banque au Touquet pendant la période estivale, qui semble liée, non seulement aux opérations sur devises qu’entraîne la fréquentation du casino par les touristes britanniques, mais aussi, et peut-être davantage, aux besoins de la clientèle nordiste fortunée qui y passe ses vacances. Plus tard, durant les années 1970, lorsque l’activité bancaire se trouve menacée à Roubaix par la crise et la désindustrialisation qui affectent les entreprises clientes, le même R. Gély, promu directeur de la succursale, tourne son établissement vers la gestion de fortune, les prêts immobiliers, le crédit à la consommation, toutes activités qui fournissent une utile compensation aux difficultés rencontrées dans les opérations avec les entreprises et qui s’avèrent particulièrement rentables, dans des domaines où les catégories privilégiées du Nord ne le cèdent en rien à celles du reste de la France.

2. Des renouvellements

12Confirmant des acquis antérieurs, cet ouvrage apporte sur d’autres points des éléments nouveaux. Tout d’abord, il rectifie les présentations ordinaires qui donnent de Lille-Roubaix-Tourcoing une image convenue ou éloignée de la réalité. Contrairement aux clichés décrivant un centre industriel figé dans des traditions dépassées et désuètes, une place bancaire peu réactive, un milieu de vie répulsif, c’est une impression de dynamisme, de modernisme et d’attractivité qui se dégage des contributions ici rassemblées, tant à travers les analyses des historiens que les témoignages des acteurs.

  • 6 Cf. Jean-François Eck, « Industries et industriels du Nord, deux siècles mouvementés », Histoire d’ (...)

13Le tissu entrepreneurial se renouvelle sans cesse, notamment à partir du milieu des années 1970, car il aura vécu une succession de crises structurelles, mais aussi de renouveaux6. Tandis que s’effondrent les grands groupes du textile, qu’ils soient anciens comme Motte-Bossut, Prouvost ou Tiberghien ou bien issus de rapprochements tardifs comme Thiriez-Dmc ou encore nés de rachats hasardeux comme Agache-Willot, on assiste à une floraison de pme dans les domaines de l’informatique, du paramédical, du conseil aux entreprises, de la publicité. Des vocations anciennes s’affirment dans certaines branches, notamment dans l’agro-alimentaire, avec les succès de Bonduelle dans la conserverie, Lesaffre dans les levures, Roquette dans l’amidon, Holder dans la boulangerie industrielle. Les implantations étrangères se multiplient, reprenant parfois d’anciennes firmes nordistes comme Revlon dans la parfumerie, Schering dans les produits pharmaceutiques, Mölnlycke dans le papier à usage domestique, Verbeke dans le tissage et la teinturerie, Heineken dans la brasserie. Même si elles ne s’avèrent pas toujours durables, elles permettent un profond renouvellement de la base productive.

14Parallèlement, tout au long des xixe et xxe siècles, les banques font preuve d’inventivité et de dynamisme, si bien que Lille-Roubaix-Tourcoing peut être qualifié de « véritable laboratoire bancaire, espace d’expérimentations institutionnelles et de constante adaptation du métier de banquier, à la fois pourvoyeur de crédit, conseiller et soutien des entreprises qui font appel à lui » (M. de Oliveira). On voit par exemple la Société générale se lancer à Roubaix, durant les années 1950, dans le réescompte des bons à moyen terme de la Caisse autonome de la reconstruction à trois, six ou neuf ans, alors que, pourtant, la ville n’a connu au cours de la guerre aucune destruction qui permettrait d’y prétendre. Il s’agit d’effets rachetés par elle à un établissement spécialisé dans la collecte de ces bons attribués aux propriétaires des régions sinistrées, puis réescomptés par la banque qui se refinance elle-même automatiquement auprès du Crédit national. Au même moment, puis tout au long des deux décennies suivantes, pour accompagner les opérations de ses clients de la grande distribution et de la vente par correspondance, elle s’équipe en matériel informatique ultramoderne permettant une meilleure tenue des comptes et un encaissement plus rapide des chèques. Elle fournit ainsi un exemple caractéristique de ce que Serge Éveillé, ancien directeur adjoint du groupe de Lille Métropole Nord entreprises (mne), désigne dans son témoignage du nom de « banque de flux ».

15Aussi, bien loin d’être répulsif, le milieu lillois est-il fortement attractif pour les cadres de la banque. Se voir affecté dans l’une des agences de la conurbation lilloise représente une étape dans une carrière qui, si elle est franchie avec succès, permet d’accéder à de plus hautes fonctions au sein de l’institution. C’est le cas dès la fin du xixe siècle, comme le montrent les carrières étudiées dans sa contribution par H. Bonin. Certaines témoignent de spectaculaires ascensions sociales, comme par exemple celle d’Arthur Cloez, natif de Valenciennes, titulaire d’un simple brevet de capacité de l’École supérieure de cette ville. Entré comme employé à l’agence qu’y possède la Société générale en 1896, il poursuit toute sa carrière dans les succursales nordistes de la banque, à Maubeuge, Roubaix et Lille, puis la termine trente ans plus tard au siège parisien. Au cours des années 1950-1960 encore, témoigne R. Gély, l’agence de Roubaix de la Société générale reste « la plus prestigieuse de province ». On est loin ici d’un Nord qui formerait, pour ceux qui auraient la malchance d’y être nés ou de s’y voir affectés, une sorte de purgatoire.

16Les chapitres soulignent aussi l’importance d’un phénomène souvent occulté : la profonde diversité des comportements et des stratégies patronales à l’intérieur même de cette place. En matière de crédit, tout y oppose Roubaix et Tourcoing d’une part (avec une extension jusqu’à Armentières), Lille d’autre part. Tandis que, à Lille, le patronat reste prudent, rétif face à l’endettement auprès des banques, peu enclin aux prises de risques jugés excessifs, à Roubaix et Tourcoing au contraire, il n’hésite pas à aventurer dans tel ou tel projet des sommes considérables qu’il se procure par l’endettement, mettant en jeu non seulement la fortune personnelle des entrepreneurs, mais aussi celles de leur famille ou parentèle. L’« ardeur » des Roubaisiens, pour reprendre un terme souvent utilisé dans la correspondance bancaire, s’oppose à la « réserve » des Lillois. Observant ce fait, J.-L. Mastin s’inscrit en faux contre la vision fréquente d’un patronat nordiste timoré, préférant au crédit bancaire l’autofinancement à partir des bénéfices mis en réserve, attaché avant tout à l’accumulation de l’épargne familiale. Selon lui, l’usage du crédit bancaire est d’autant plus fréquent dans la région lilloise qu’il rend manifeste la puissance du groupe familial qui y recourt pour financer le développement des entreprises relevant de son contrôle.

  • 7 Phrase citée par M. de Oliveira, J.-L. Mastin et H. Bonin, qui ont lu la même source !

17Comme les banques doivent, sous peine de péricliter, constamment s’adapter aux besoins de leur clientèle, voire les devancer, elles n’hésitent pas à pratiquer des formes de crédit comme le découvert, l’avance en compte courant ou le crédit inter-entreprises qui seraient jugées répréhensibles ailleurs. Les succursales des grandes banques parisiennes sont prises dans ce mouvement. Le Crédit lyonnais, relève M. Lescure, n’hésite pas à faire à Roubaix, avant comme après la Première Guerre mondiale, de sérieuses entorses aux principes légués par Henri Germain. Les autres établissements agissent de même car, comme l’écrit en 1879 un inspecteur de la succursale de la Banque de France à Roubaix, dans une phrase citée par plusieurs auteurs des contributions ici regroupées, « une maison de banque qui ne fait pas de découvert n’a pas de raison d’être à Roubaix »7. Un « modèle roubaisien » des rapports entre banques et entreprises a pris corps, qui nuance singulièrement ce que l’on sait du comportement des établissements de crédit dans un pays aux structures bancaires différenciées comme la France et qui se rapproche des pratiques d’autres types de systèmes bancaires, fondés sur la banque « à tout faire » ou « à l’allemande ».

18Enfin ces contributions réexaminent d’une façon neuve les rapports entre une grande place financière et industrielle de province et la capitale. Certes, on l’a vu, la pénétration à Lille-Roubaix-Tourcoing des grands établissements de crédit parisiens s’est faite de bonne heure comme le montrent les dates de fondation respectives de leurs agences et succursales. Mais elle a pour conséquence la menace d’une perte d’indépendance de la place vis-à-vis de Paris. Qu’en est-il en réalité ? Reprenant les apports déjà esquissés dans sa thèse, J.-L. Mastin estime possible d’en préciser l’ampleur à travers la part qui, dans le total des investissements effectués à telle ou telle date dans l’économie locale, est financée par des capitaux d’origine extérieure.

19L’impossibilité d’y parvenir, tout au moins pour l’essentiel de la période envisagée ici, contraint à se tourner vers d’autres approches qui, pour être partielles, n’en sont pas moins éclairantes. Certaines sont fournies par quelques chapitres. Ainsi S. Effosse montre comment le Crédit du Nord, parvenu, au milieu des années 1960, au premier rang des banques de dépôts non nationalisées, représente alors un groupe de dimensions nationales, présent à la fois à Paris, dans le Nord et dans certaines grandes villes du Midi, bien armé pour affirmer sa présence dans tout l’espace situé entre mer du Nord et Méditerranée, en France et dans les pays limitrophes, le long d’un axe alors considéré comme le plus actif du Marché commun. L’échec de cette tentative est cependant flagrant. Manquant des moyens de ses ambitions et affaibli, le Crédit du Nord passe en 1968 sous le contrôle de Paribas, intéressé par son réseau d’agences, qui le fusionne avec celui de la Compagnie française de crédit et de banque, hérité de la Banque de l’union parisienne, puis finit par le revendre à la Société générale en 1996.

20L’épisode est révélateur de la puissance conférée aux banques de Lille-Roubaix-Tourcoing par une économie locale longtemps dynamique. Il suggère que les rapports avec la capitale sont susceptibles de rééquilibrages et ne conduisent pas nécessairement à une perte d’autonomie ou une mise en tutelle analogues à celles subies par d’autres places financières de moindre importance. Il conduit aussi à s’interroger sur la notion même de banque régionale. Le Crédit du Nord, dont le siège administratif, mais non le siège social, se trouve à Paris, dont le Nord est à peine majoritaire dans les dépôts (51 % en 1969) et nettement minoritaire dans les emplois (41 % à la même date), dont la prospérité est davantage affectée par la faillite d’un promoteur immobilier parisien, le groupe Ribourel, que par le repli de l’économie nordiste, dont le président, enfin, Louis-Charles de Fouchier, appartient aux catégories dirigeantes d’envergure nationale, alliant service de l’État et grandes affaires privées, mérite-t-il vraiment le qualificatif de « banque régionale » à la fin des année 1960 ?

21La notion conserve-t-elle encore à cette date une quelconque signification ? Ou s’agit-il seulement d’une catégorie passagère, d’une forme transitoire correspondant à une étape dans l’évolution du système financier français dont M. Lescure souligne, dans sa contribution, l’originalité par rapport aux pays voisins et qui correspondrait aux années 1890-1950 ? Sans fournir de réponse tranchée, l’histoire du Crédit du Nord est révélatrice de la complexité des problèmes que l’étude des rapports entre banques et entreprises à Lille-Roubaix-Tourcoing permet d’aborder.

3. Des interrogations

  • 8 Nous nous permettons de renvoyer sur ce point aux travaux rassemblés par Jean-François Chanet et Je (...)

22Pour riches et intéressants qu’ils soient, ces apports ne sauraient cependant dissimuler le caractère à plusieurs égards provisoire et incomplet de notre ouvrage. Celui-ci comporte d’indéniables lacunes. Certaines résultent des archives elles-mêmes qui, parfois, ont disparu au fil des restructurations, par exemple celle du groupe chimique Kuhlmann, au rôle pourtant si important, tant à l’échelle locale que nationale ou internationale. D’autres proviennent de la volonté de concentrer la recherche sur l’essentiel, au prix d’une certaine négligence envers des points importants. Tel est le cas de périodes comme les guerres et les occupations étrangères, aux conséquences multiples pour Lille-Roubaix-Tourcoing, qui ont eu sans nul doute des retombées nombreuses dans le domaine des banques, des entreprises et de leurs relations réciproques, mais qui n’ont pas été étudiées ici8.

  • 9 Cf. Hubert Bonin, La Banque de l’union parisienne (1874/1904-1974). De l’Europe aux outre-mers, Par (...)
  • 10 Claude Depauw, « Une entreprise textile sous les occupations (1914-1918 et 1940-1944). L’apport des (...)

23On aurait été aussi en droit d’attendre davantage de développements sur les rapports entre cette place financière et ses voisines de l’étranger. H. Bonin a certes largement traité des interventions bancaires dans le domaine du change, indispensables, compte tenu des approvisionnements en fibres textiles nécessaires à l’industrie locale, liées aussi aux besoins du négoce et aux difficultés éprouvées par les firmes lors des périodes de dépréciation monétaire, tout particulièrement dans les années 1919-1926. Il a également relevé les tentatives des banques belges et anglaises pour s’implanter localement, telles la Société générale de Belgique qui, associée à la Banque de l’union parisienne9, essaime dans le Nord dans l’entre-deux-guerres, la Lloyds qui ouvre une agence à Lille en 1925, ou encore la Barclays, qui fait de même durant les années 1980. Il manque cependant une analyse concrète des rapports entre les entreprises de la place et les banques étrangères. L’on peut notamment se demander où les établissements productifs contrôlés au-delà des frontières par des capitaux originaires de Lille-Roubaix-Tourcoing se procurent les crédits bancaires dont ils ont besoin. À cet égard, une grande diversité de situations peut être relevée : ainsi, la filature de laine peignée possédée par les Motte jusqu’en 1982 à Mouscron, dans le prolongement en Belgique de la conurbation lilloise, est en rapport, avant 1914, tant avec des banques locales de Courtrai ou de Tournai qu’avec des établissements tourquennois comme Joire ou avec des banques plus lointaines, d’Aix-la-Chapelle ou de Bâle, mais on ignore dans quelles proportions10.

  • 11 Ginette Kurgan-Van Hentenryck, Gouverner la Générale de Belgique. Essai de biographie collective, P (...)

24On pourrait en dire de même des relations avec les autres places bancaires et financières de la province française, qu’elles soient de faibles ou de vastes dimensions : où sont Dunkerque et Valenciennes, Boulogne et Amiens, pour ne pas parler de Rouen, de Nancy ou de Lyon ? Enfin un plus large recours aurait pu être fait aux témoignages oraux, vu la richesse de ceux qu’ont accepté de nous fournir R. Gély et S. Éveillé. L’abondance des informations sur les carrières des dirigeants des banques, examinées au prisme des rapports d’inspection des succursales de la Banque de France à Lille et à Roubaix, aurait mérité que l’on tente une analyse prosopographique du personnel dirigeant, à l’image de ce qui a été fait, par exemple, en Belgique par d’autres équipes de recherche11. Le temps manquait pour lancer et mener à bien de tels programmes qui, sans doute, s’avéreront indispensables à l’avenir.

  • 12 Cf. Marcel Gillet (dir.), La qualité de la vie dans la région Nord-Pas-de-Calais au xxe siècle, Lil (...)

25Outre ses lacunes, l’ouvrage comporte aussi des divergences d’appréciation entre ses contributeurs. L’animation des discussions, vive à plusieurs moments du colloque, se retrouve à travers des oppositions de points de vue que nous avons choisi de conserver, nous refusant délibérément à donner à cet ouvrage une tournure consensuelle qui les masquerait sous les apparences d’une fausse unanimité. Il en est ainsi, par exemple, de la signification des comptes courants d’associés, de montants souvent considérables, figurant au passif des bilans des entreprises textiles de Lille-Roubaix-Tourcoing. Ils en représentent une part essentielle, notamment à la veille de la Première Guerre mondiale où ils forment parfois la majorité des capitaux propres des entreprises. J.-L. Mastin y voit la marque distinctive d’un capitalisme nordiste étroitement contrôlé par les familles fondatrices, dans un tissu entrepreneurial dominé par les pme. Muriel Petit-Konczyk observe au contraire que semblable situation existe dans d’autres régions, concernant des secteurs variés et des entreprises de tailles très différentes. Elle prend à cet égard l’exemple du groupe sidérurgique Châtillon-Commentry-Neuves Maisons, constitué à la fin du xixe siècle dans la France du Centre et de l’Est. Les mêmes protagonistes s’opposent sur d’autres points, notamment sur le marché boursier lillois. Peu animé pour J.-L. Mastin, qui le décrit comme dominé par les familles possédantes qui contrôlent les rares titres négociés, ceux des compagnies charbonnières du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, gérant grâce à lui la fortune procurée par ce véritable « magot », il devient pour M. Petit-Kończyk un instrument utile pour introduire sur le marché les titres de sociétés nouvelles ou pour desserrer l’emprise des groupes familiaux en recrutant de nouvelles catégories d’actionnaires, comme à la Compagnie des mines de Béthune qui, du jour où elle est cotée sur les marchés de Lille et de Paris, échappe à la tutelle des familles originaires du Cambrésis, enrichies dans le négoce des grains et des huiles, qui l’avaient fondée au milieu du xixe siècle. La divergence de points de vue s’explique : tandis que M. Petit-Kończyk élabore sa réflexion dans une perspective comparative, à partir de modèles qui sont ceux des sciences de gestion, J.-L. Mastin la replace dans l’héritage des historiens de la société qui, durant les années 1970, ont beaucoup insisté sur l’âpreté des luttes sociales dans le Nord au xixe siècle et sur l’ampleur des écarts qui marquaient la répartition des revenus et des fortunes et affectaient les conditions de vie12.

26On trouve aussi dans cet ouvrage d’autres cas d’appréciations différentes d’un chapitre à l’autre. C’est le cas par exemple à propos du recours à tel ou tel terme pour désigner un même phénomène, pour des raisons qui tiennent à des conceptions dissemblables des réalités sous-jacentes. Tandis que J.-C. Daumas n’hésite pas à parler de « district industriel » pour qualifier la situation de Lille-Roubaix-Tourcoing qu’il a par ailleurs analysée dans de nombreuses études, J.-L. Mastin, resté fidèle à la conception « becattinienne » du terme, s’y refuse, car il argue que les différences de taille et de mode de contrôle entre les entreprises sont trop grandes pour que l’on puisse recourir à ce terme. Les lecteurs de cet ouvrage ne manqueront pas sans doute de relever d’autres exemples encore de ces divergences et oppositions qui reflètent le caractère provisoire et inachevé d’une recherche, à propos de sujets importants sur lesquels l’unanimité est loin d’être réalisée.

  • 13 Cf. Emmanuel Chadeau, L’économie du risque : les entrepreneurs, 1850-1980, Paris, Olivier Orban, 19 (...)

27Il reste que, sur plusieurs points, cet ouvrage s’ouvre sur des questions qui, par nature, sont destinées à demeurer non tranchées. Qui est responsable du déclin industriel de Lille-Roubaix-Tourcoing, devenue aujourd’hui une grande conurbation tertiaire qui n’a plus d’industriel que son patrimoine ? Peut-on incriminer une érosion de l’esprit d’entreprise13, un manque d’initiatives entrepreneuriales de redéploiement stratégique et de restructuration capitalistique ? Qui lui a fait perdre son autonomie par rapport à d’autres pôles de décision, nationaux ou étrangers ? Faut-il accuser l’égoïsme d’un patronat qui, selon J.-L. Mastin, se serait borné à exploiter « le magot » que lui procuraient ses acquis, sans comprendre suffisamment tôt les nécessités d’une reconversion et d’une diversification ? Ou bien doit-on voir dans le cas de cette ancienne grande place industrielle et financière le produit inéluctable de l’attitude des pouvoirs publics qui, comme le montre M. Lescure, sont restés en France longtemps incapables d’adapter un système financier centralisé à l’excès aux besoins d’un authentique développement régional, contrairement à plusieurs pays voisins ?

28Un autre groupe d’interrogations stimulantes, mais sans doute vouées à rester sans réponse, est formé par les rapports entre stratégie entrepreneuriale et politique bancaire. Laquelle dirige l’autre ? Sont-ce les entreprises qui incitent les banques à s’adapter à leurs besoins ou les banques qui, par les financements inédits qu’elles leur proposent, incitent les entreprises à se développer dans telle ou telle direction ?

29Enfin, sur tout ceci, pèse un problème essentiel, mais qui ne pourra être tranché qu’à mesure que progresseront les recherches en histoire des économies régionales : celui tout à la fois de la représentativité et de la différenciation. Le cas de Lille-Roubaix-Tourcoing, vu au prisme des archives bancaires, et tout spécialement de celles de la Société générale, a-t-il valeur d’exemple ? Diffère-t-il de ce que l’on peut trouver dans d’autres régions ou foyers industriels de France et du reste de l’Europe occidentale ? Les recherches qui se développent autour de plusieurs équipes, tant chez les historiens que chez les économistes ou les spécialistes des sciences de gestion, incitent sur ce point à un certain optimisme. Si cet ouvrage a pu tant soit peu y contribuer, il aura trouvé le but que se proposaient d’atteindre ses responsables.

Annonce d’une opération financière conduite par la branche de banque d’affaires de la Société générale, en 2012

Annonce d’une opération financière conduite par la branche de banque d’affaires de la Société générale, en 2012

Notes

1 Cf. Françoise Bosman (dir.), avec Jean-Paul Barrière, Christian Borde, Jean-François Eck, Gérard Gayot, Olivier Kourchid, Mathieu de Oliveira et Thibault Tellier, Usine à mémoires. Les Archives nationales du monde du travail à Roubaix. Paris, Le Cherche Midi, 2008.

2 Voir notamment ses principaux articles, traduits dans : Mark Granovetter, Le marché autrement. Les réseaux dans l’économie, Paris, Desclée de Brouwer, 2000.

3 Éric Bussière, Patrice Marcilloux et Denis Varaschin (dir.), La Grande Reconstruction. Reconstruire le Pas-de-Calais après la Grande Guerre, Arras, Archives départementales du Pas-de-Calais, 2002. Anne Martin-Langlet, Georges Forest (1881-1932) : un pionnier de l’architecture industrielle dans les régions septentrionales, thèse d’histoire de l’art, sous la direction de François Robichon, Université de Lille III, 2007.

4 Le Mouvement social, no 132, juillet-septembre 1985, pp. 27-41.

5 Jean Lambert-Dansette, Quelques familles du patronat textile de Lille-Armentières (1789-1914), Lille, E. Raoust, 1954.

6 Cf. Jean-François Eck, « Industries et industriels du Nord, deux siècles mouvementés », Histoire d’entreprises, 2011, no 9, pp. 36-45.

7 Phrase citée par M. de Oliveira, J.-L. Mastin et H. Bonin, qui ont lu la même source !

8 Nous nous permettons de renvoyer sur ce point aux travaux rassemblés par Jean-François Chanet et Jean-François Eck, « Occupations militaires et entreprises en Europe occidentale », Entreprises et histoire, no 62, avril 2011, notamment : Jean-François Chanet et Jean-François Eck, « Éditorial. Les entreprises en situation d’occupation militaire en Europe occidentale », pp. 6-10, et numéro ultérieur, à paraître courant 2012.

9 Cf. Hubert Bonin, La Banque de l’union parisienne (1874/1904-1974). De l’Europe aux outre-mers, Paris, Publications de la Sfhom, 2011.

10 Claude Depauw, « Une entreprise textile sous les occupations (1914-1918 et 1940-1944). L’apport des archives de la filature Motte & Cie à Mouscron », in Entreprises et histoire, no 62, op. cit., p. 49-65.

11 Ginette Kurgan-Van Hentenryck, Gouverner la Générale de Belgique. Essai de biographie collective, Paris-Bruxelles, De Boeck Université, 1996.

12 Cf. Marcel Gillet (dir.), La qualité de la vie dans la région Nord-Pas-de-Calais au xxe siècle, Lille, Presses universitaires de Lille, 1975. Félix-Paul Codaccioni, De l’inégalité sociale dans une grande ville industrielle. Le drame de Lille 1850-1914, Lille, Presses universitaires de Lille, 1976.

13 Cf. Emmanuel Chadeau, L’économie du risque : les entrepreneurs, 1850-1980, Paris, Olivier Orban, 1988. Patrick Verley, Entreprises et entrepreneurs du xviiie siècle au début du xxe siècle, Paris, Hachette, 1994. Hubert Bonin, « A short history of entrepreneurship in France (from 1780 up today) », in Youssef Cassis & Ioanna Pepelasi Minoglou (dir.), Country Studies in Entrepreneurship. A Historical Perspective, Oxford, Oxford University Press, 2006, pp. 65-97. Plus largement encore : Julie Bouchard, Comment le retard vient aux Français. Analyse d’un discours sur la recherche, l’innovation et la compétitivité. 1940-1970, Lille, Septentrion, collection « Information-Communication », 2008. Mark Casson, « Growth and dynamics of the firm », in id., The Entrepreneur. An Economic Theory, Cheltenham, Edward Elgar, seconde édition, 2003, pp. 161-187.

Table des illustrations

Titre Annonce d’une opération financière conduite par la branche de banque d’affaires de la Société générale, en 2012
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49112/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 664k

Auteur

Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université Charles-de-Gaulle- Lille 3 (UMR IRHiS) est spécialité d’histoire économique du XXe siècle. Ses travaux portent principalement sur l’histoire des entreprises en France au XXe siècle, envisagée sous divers aspects : rapports entre les entreprises et l’espace productif ; relations économiques entre la France et l’Allemagne ; notamment dans l’optique de la reconversion.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search