Version classiqueVersion mobile

Les banques et les mutations des entreprises

 | 
Hubert Bonin
, 
Jean-François Eck

Partie III. Système bancaire et économie régionale

Chapitre 6-« Cent banques pour une place » : panorama de la métropole bancaire de Lille-Roubaix-Tourcoing en 1850-1914

Matthieu de Oliveira

Résumé

Place industrielle majeure, la métropole de Lille-Roubaix-Tourcoing requiert, pour assurer son développement, des infrastructures bancaires nombreuses et le triplement du nombre d’établissements entre 1850 et 1914 répond à ce besoin. Pour autant, la nature juridique et les raisons sociales demeurent multiples alors qu’une vaste hiérarchie bancaire se met en place au cours de la période. La concurrence est donc rude, opposant « grands et petits » établissements, banques locales, régionales ou « à réseaux » sous l’autorité de la Banque de France. Et le plus souvent, l’implantation double, voire triple, prévaut, afin d’offrir un service de proximité et de tenir compte des spécificités de chaque cité. Ce sont enfin la compétence, l’expérience et la connaissance des usages bancaires qui font bien souvent la différence parmi les professionnels.

Texte intégral

  • 1 Pierre Pouchain, L’industrialisation de la région lilloise de 1800 à 1860 : contribution à l’étude (...)
  • 2 Jacques Toulemonde, Naissance d’une métropole : histoire économique et sociale de Roubaix et Tourco (...)
  • 3 Cité par Pierre Boissé (dir.), Tourcoing, 1711-1984, Lille, DRAC Nord-Pas-de-Calais, 1986, volume 1 (...)

1Le Nord-Pas-de-Calais est sans conteste une vieille région industrielle qui connaît un formidable essor au cours de la seconde moitié du xixe siècle ; elle parvient à poursuivre sur la lancée de la première révolution industrielle1 par-delà les années 1800. En effet, une tradition textile s’est constituée dans la Flandre intérieure qui, bientôt, domine sur le territoire de ce qui est appelé à devenir la métropole de Lille-Roubaix-Tourcoing2. « La période décennale qui s’est écoulée de 1850 à 1860 a été marquée, dans la région manufacturière de Roubaix et Tourcoing, par un développement des diverses industries locales vraiment inouï et tel qu’il n’y en a peut-être pas dans l’histoire de l’Empire. Tous les établissements préexistants ont été agrandis, un nombre plus considérable d’autres établissements a été formé »3, selon la Chambre consultative de Tourcoing en 1860. De fait, la place compte alors 50 peignages mécanisés et 83 000 broches et le chiffre atteint 460 établissements de ce type et 420 000 broches en 1900. Elle tend progressivement à se spécialiser dans le traitement de la laine, le coton devenant la « spécialité » de sa voisine Roubaix. La métropole de Lille-Roubaix-Tourcoing assure à la fin du xixe siècle 40 % de la production du coton français, 85 à 90 % de la production linière, 40 % des fils de laine et 30 % des tissus de laine.

  • 4 C’est en particulier vrai pour Roubaix ; cf. l’ouvrage de Chantal Petillon, La population de Roubai (...)

2Ce formidable potentiel productif repose essentiellement sur la conjugaison de plusieurs facteurs. En premier lieu, une conurbation d’autant plus efficace que les trois places qui la composent partagent une proximité relative : Lille n’est qu’à 14 km de Tourcoing et 11 de Roubaix, deux villes distantes de 4 km seulement ; le grand boulevard inauguré en 1909 assure une liaison rapide entre les trois centres-villes par le tramway (le « Mongy »). Vient ensuite une population en constante augmentation : le tableau présenté ci-dessous atteste de son triplement4 entre 1851 et 1911, et encore ne prend-on pas en compte la situation des nombreuses communes situées entre ces trois cités et dont le développement contribue amplement à la densification du tissu urbain de la métropole.

Tableau 1. Population des trois cités

Lille

Roubaix

Tourcoing

Total

1851

75 795

34 698

27 615

138 108

1861

131 727

49 271

33 498

214 496

1876

162 775

83 661

48 634

295 070

1881

178 144

91 757

51 895

321 796

1891

201 211

114 917

65 477

381 605

1901

210 696

124 365

79 243

414 304

1911

217 807

122 723

82 644

423 174

Source : Recensements de population, d’après la base Cassini de l’ÉHESS

3Cette dernière bénéficie enfin et peut-être surtout d’un encadrement institutionnel favorable puisqu’on note à la fois la présence d’une Chambre consultative des arts et métiers et d’une Chambre de commerce dans chacune des trois places, attestant de la vigueur du tissu entrepreneurial local, ainsi que de deux succursales de la Banque de France qui dominent un réseau bancaire dense, diversifié et en forte croissance, qui se trouve au cœur de cette présentation. C’est justement cet environnement favorable qui contribue à répondre aux besoins croissants d’une industrie qui, progressivement, ne peut plus compter sur les seules ressources de l’autofinancement mais continue de solliciter un crédit bancaire.

4Quels sont les contours de ce milieu bancaire dans la phase de premier essor, aux belles années de l’industrialisation triomphante ? Qui sont les acteurs bancaires de cette place un peu particulière qu’est le territoire des trois cités de Lille-Roubaix-Tourcoing ? Comment se structure une offre qui repose sur une multiplicité de maisons, concurrentes mais parfois liées par des intérêts convergents, en particulier lorsqu’il s’agit de faire face à ce qui est vu – ou vécu – comme une intrusion de la part d’établissements bancaires non locaux ou régionaux ? Qui sont les hommes à l’œuvre pour faire fonctionner cette imposante machine bancaire ?

1. Un état des lieux du milieu bancaire à Lille-Roubaix-Tourcoing en 1850-1914

5Que représente le milieu bancaire de la métropole au cours de la seconde moitié du xixe siècle ? Combien d’établissements bancaires recense-t-on sur les trois places ? Selon quelle répartition géographique ? Peut-on observer une hiérarchie entre ces établissements ? Afin de répondre à ces questions, il nous a fallu mobiliser les ressources des Annuaires Ravet-Anceau qui paraissent chaque année et recensent l’ensemble des acteurs économiques (et donc bancaires) de Lille, de la métropole et plus largement du département du Nord. À cet effet, nous avons procédé par sondage décennal, en choisissant les années se terminant par 4, soit au total sept « carottes » chronologiques qui permettent d’observer avec assez de finesse la situation et les évolutions dans le temps et dont les résultats sont synthétisés dans le tableau ci-dessous.

Tableau 2. Les « banquiers » à Lille, Roubaix et Tourcoing (1854-1914)

Lille

Roubaix

Tourcoing

Total

1854

11

4

2

17

1864

13

3

4

20

1874

20

6

4

30

1884

31

11

4

46

1894

27

8

8

43

1904

36

12

10

58

1914

59

20

14

93

Source : Annuaire Ravet-Anceau, 1854-1914

6Le premier élément que ce tableau met en évidence est la forte augmentation du nombre d’établissements bancaires au cours de la période, attestant d’une densité sans cesse croissante du milieu bancaire. Cet essor touche chacune des trois villes, de façon différente pourtant : Lille connaît un développement régulier, la décennie 1874-1884 étant la plus florissante avec une augmentation de 33 % ; Roubaix « décolle » véritablement au début du xxe siècle ; la prime revient cependant à Tourcoing qui part de très bas pour atteindre en 1914 un chiffre qui est celui de Lille cinquante ans plus tôt et compte alors sept fois plus de « banques » qu’au début du Second Empire. Au total, le nombre d’établissements a plus que quintuplé en soixante ans, et la tendance se trouve confirmée par une croissance continue d’une décennie sur l’autre (à l’exception du léger repli entre 1884 et 1894, peut-être lié à la Grande Dépression de la fin du xixe siècle) et avec des périodes de forte accélération (+ 50 % entre 1864 et 1874 ; + 60 % entre 1904 et 1914). Ce recensement confirme également la hiérarchie urbaine esquissée sur le plan démographique et plaçant la préfecture du Nord largement devant les deux autres places. En 1914, on compte par exemple trois fois plus de banques à Lille qu’à Roubaix et quatre fois plus qu’à Tourcoing. La cité cotonnière se place toujours devant sa concurrente lainière en termes d’offre bancaire, en valeur absolue et plus significativement encore en parts relatives (1864 et 1894 faisant figure d’exceptions, relatives).

  • 5 Alain Plessis, « Recherches pour un portrait-type d’une succursale de la Banque de France sous le S (...)
  • 6 AD Nord, M 551/14 : Succursale de Roubaix-Tourcoing, lettre du Gouverneur de la Banque de France au (...)
  • 7 Autre situation tout à fait particulière puisqu’on ne trouve que deux autres cas comparables, à Cas (...)

7Pour autant, derrière ces chiffres globalisants se cache une grande disparité de situation et de raisons sociales, couvrant le large spectre des métiers de l’argent, du représentant de l’institut d’émission à l’obscur changeur. L’inventaire des raisons sociales permet finalement de dresser un portrait de groupe des banquiers de la métropole et d’opérer une typologie hiérarchisée des établissements. Au sommet règne sans conteste la Banque de France ou plutôt « ses » succursales. On se trouve en effet devant une situation tout à fait exceptionnelle – voire unique – puisque deux établissements ont été créés à moins de 15 km de distance. La plus ancienne succursale est celle de Lille, héritière de la Banque de Lille fondée en 1836 et « nationalisée » à la faveur de la crise de 18485 ; elle n’en demeure pas moins un établissement « lillois », jugé trop lointain par les manufacturiers et banquiers roubaisiens et tourquennois qui réclament dès 1865 l’ouverture d’une seconde succursale sur leur territoire6 ; l’accord de Paris intervient en 1869, mais la guerre franco-prussienne de 1870 repousse à 1871 l’inauguration effective de l’établissement. Plutôt que de trancher en faveur d’une des deux places, la Banque de France opte pour une succursale double7, installée à mi-chemin des deux villes, à Roubaix mais route de Tourcoing, devenue rue de plein droit entre 1894 et 1904, nouveau signe de l’urbanisation rampante de ce territoire manufacturier.

  • 8 Archives de la Banque de France, rapport d’inspection de la succursale de Roubaix-Tourcoing pour 18 (...)
  • 9 Annuaire statistique du département du Nord pour 1913 ; et AD Nord, M 551/16 : Banque de France, bu (...)

8Cette succursale se signale vite par son activité : le premier rapport d’inspection, celui de 1872, indique que, « en moins de dix mois, la clientèle de la succursale est déjà assez nombreuse en même temps que variée [et] aucune de ces maisons [de banque ou de négoce] n’est engagée au-delà de ses forces »8. Cette forte croissance résulte en premier lieu de l’activité des manufacturiers et autres négociants ; elle s’appuie également sur un réseau en constante densification : la multiplication des « places réunies » et autres bureaux auxiliaires permet en effet à la Banque de se placer au plus près de la clientèle potentielle. Sont ainsi rattachées à la succursale de Lille les places de Marcq-en-Barœul, La Madeleine, Canteleu, Lomme, Loos, Haubourdin et Fives, soit les communes de la banlieue immédiate de la préfecture du Nord, alors que celles de Halluin, Wattrelos, Lys-lez-Lannoy, Lannoy, Croix et Wasquehal relèvent quant à elles de la succursale de Roubaix-Tourcoing9.

  • 10 Philippe Decroix, La saga d’une grande banque du Nord de la France, 1846-1934. 1 : Verley, Decroix (...)
  • 11 Pierre Pouchain, Ébauche d’une histoire du Crédit du Nord, de la fondation à 1939, mémoire de maîtr (...)
  • 12 Cité par Pierre Boissé (dir.), Tourcoing…, op. cit., p. 215

9Viennent ensuite, à égalité d’importance et donc en concurrence directe, les grandes banques régionales et les établissements nationaux à réseau. Les premières ont pour nom Devilder & Cie, Verley, Decroix & Cie10 ou encore le Crédit du Nord11, héritier du Comptoir d’escompte de Lille fondé en 1848 ; elles bénéficient d’une antériorité certaine et apparaissent comme le prolongement des activités manufacturières ou négociantes qui les ont parfois suscitées. Auguste Scalbert est ainsi le petit-fils d’un sayetteur et Charles Verley vient d’une famille d’« épiciers » ; de son côté, Jules Decroix explique son orientation professionnelle par le fait que « les filatures de coton et de lin ont vu les produits de leur fabrication s’accumuler dans leurs magasins et nous ont demandé un coup d’épaule que nous leur avons donné en toute sécurité, le choix de nos clients ne pouvant nous laisser la moindre crainte »12.

  • 13 Société générale pour favoriser le développement du commerce et de l’industrie en France : 1864-196 (...)
  • 14 Un siècle d’économie française : 1863-1963 [Livre du centenaire], Paris, Crédit lyonnais, 1963. Jea (...)

10Les banques de dépôts quant à elles optent pour des stratégies comparables mais décalées dans le temps. La Société générale manifeste ainsi sa volonté de s’implanter en province dès la première décennie de son existence et s’installe précocement dans le Nord, en ouvrant une agence à Lille13 dès mars 1865. De son côté, le Crédit lyonnais ne développe son réseau dit « départemental » que dans les années 1880 et n’ouvre son agence de Lille14 qu’en 1881.

  • 15 Archives de la Banque de France, rapport d’inspection de la succursale de Roubaix-Tourcoing pour 18 (...)

11Un bon cran en dessous s’affirment les banques locales. Elles compensent leur relative faiblesse de capitaux par une antériorité forte et une implantation au plus près des besoins de leurs clients, à l’image de la banque Joire ou de Pérot & Cie. Face à la concurrence croissante des banques à réseau, les banquiers locaux et régionaux optent bientôt pour un regroupement qui leur permette de conserver leur identité locale. On voit successivement se créer une Union des banquiers des départements (1881), un Syndicat des banquiers de province (1889) et une Société centrale des banques de province (1904). Au niveau local, ce type d’initiative se manifeste précocement par la fondation, en octobre 1875, de la Banque régionale du Nord fondée au capital de 4 millions de francs : « Les actionnaires sont la plupart des industriels qui assurent à la Banque régionale un noyau d’excellente clientèle. Le capital versé est insuffisant pour les affaires traitées par cette maison qui marche d’ailleurs prudemment et ne remet à l’escompte que du bon papier », une « maison d’avenir », en somme, selon l’inspecteur de la Banque de France15.

12Au bas de l’échelle bancaire se trouve enfin la foule des petits escompteurs, changeurs et autres agents de recouvrement. Ils entrent dans la carrière sous leur nom, pour leur propre compte, mais leur volume d’activité est forcément limité. On pense par exemple, à Lille, à César Carlier, qui pratique l’escompte et le recouvrement d’effets à Lille en 1874 ou à son collègue Ketelair (1894), à Achille Noyelle & Cie à Roubaix (1884) ou encore à Gervalle à Tourcoing (1904). Les plus talentueux, les mieux introduits dans le milieu, peuvent espérer être remarqués et se voir confier une affaire plus importante comme fondé de pouvoir. C’est le cas d’un Rouzé-Mathon, qui préside aux destinées d’un établissement de banque, recouvrement, vente et achats de fonds publics à Lille en 1854, puis associé – avec Bizard et Lemoigne – à l’aventure du Comptoir des Flandres en 1884.

13Les Annuaires Ravet-Anceau précisent également les adresses des différents établissements. Ils permettent dès lors de les situer précisément sur une carte de chacune des trois villes et, lorsque la concentration est forte, de signaler les quartiers ou les rues les plus recherchés. À Lille, ce sont ainsi les rues Royale et Esquermoise (la seconde prolonge la première vers le centre-ville), Faidherbe (qui assure le lien entre la gare et le centre-ville) ou encore Nationale qui sont les plus prisées par les banques. À Roubaix, la majorité des établissements est installée rues de la Gare, Nain (parallèle à la précédente) et des Fossés aux chênes ; à Tourcoing enfin, ce sont les rues Carnot et de Tournai qui accueillent la plupart des banques.

14Cette source permet également de suivre un même établissement dans ses implantations successives, au gré de ses déménagements au sein d’un même territoire urbain, qui sont autant de signes de son évolution et dans le meilleur des cas de son importance croissante. Suivons ainsi les pérégrinations des deux grandes banques de dépôt étrangères à la région dans la ville de Lille : la Société générale s’installe en premier lieu au 95 de la rue Nationale (1874), puis migre au 24, rue Esquermoise (1884 et 1894) avant de revenir rue Nationale, au no 43 (1904) puis au no 51 (1914), achevant un circuit de quatre déménagements en 40 ans qui la ramène à son point de départ (ou presque) ; le Crédit lyonnais s’établit quant à lui au 9, rue Esquermoise en 1884 puis opte dès 1894 pour le 28, rue Nationale qu’il ne quitte plus. Cette implantation sur l’un des principaux axes de la ville semble d’ailleurs pleinement satisfaire l’une et l’autre banques, puisque leurs agences principales y sont encore localisées à ce jour. À l’inverse, la Banque de France reprend les locaux de la Banque de Lille au no 69 de la rue Royale et n’en bouge plus, sauf à progressivement annexer les parcelles adjacentes (no 73 et 75) pour accompagner le développement de ses activités à la fin du xixe siècle.

2. Densité bancaire et concurrence commerciale

15Cette forte densité bancaire apparaît plus largement comme le reflet d’une importante activité. De fait, le marché de l’argent et du crédit, très concurrentiel, semble générer assez d’affaires pour permettre au monde des manieurs d’argent de prospérer, ce qu’atteste indirectement l’augmentation du nombre d’établissements. Mais comment appréhender et comprendre l’organisation interne de ce milieu qui façonne et structure une métropole tricéphale ?

16En premier lieu, il convient de déterminer le nombre effectif de places bancaires en présence et par voie de conséquence, d’observer le niveau d’intégration des trois cités dans ce domaine d’activités bien spécifique. On est dans ce cadre face à trois options possibles :

  • celle qui privilégie l’existence de trois places distinctes, sur le mode de la stricte division des tâches qui prévaut dans la fabrication (laine à Tourcoing, coton à Roubaix) et la commercialisation (à Lille) des productions locales ; la coexistence d’établissements bancaires en nombre significatif pourrait au premier abord valider cette vision des choses, ce que l’examen de la situation locale par les inspecteurs de la Banque de France semble pour partie confirmer (voir infra) ;

    • 16 Félix-Paul Codaccioni, De l’inégalité sociale dans une grande ville industrielle : le drame de Lill (...)

    celle qui se représente la métropole organisée autour de deux pôles (Lille d’un côté, Roubaix-Tourcoing de l’autre) et reposant sur une nette distinction entre la capitale régionale, à la fois centre administratif et commercial – une ville « bourgeoise » pour aller vite – et les deux places industrielles et ouvrières ; on trouverait donc selon ce schéma les grandes banques à Lille et les moyennes et petites à Roubaix et Tourcoing ; il s’agit pourtant d’une vision par trop caricaturale que la présence de grands patrons manufacturiers – et se revendiquant comme appartenant à la bourgeoisie – dans les deux places industrieuses comme la part notable d’ouvriers à Lille suffirait à invalider16 ;

  • celle, enfin, qui appréhende la « métropole » comme une place multipolaire, sorte de continuum d’activités, de productions et d’affaires, ce qui, dans le domaine bancaire, se traduirait par la présence des mêmes établissements sur deux, voire les trois places.

  • 17 Sébastien-Nicolas Leblond, La banque Pollet de 1824 à 1867, mémoire de maîtrise, Lille 3, 1999.

17De fait, un examen précis des maisons de banque actives sur ce territoire entre 1850 et 1914 met en évidence l’existence d’une implantation double et parfois triple pour une partie d’entre elles au moins. C’est par exemple le cas de la banque Pollet17, présente à Lille comme à Roubaix, de la banque Joire, dirigée à Lille par Henri et à Roubaix par son frère et associé François, de la maison Decroix, Vernier & Verley, présents à Roubaix et à Tourcoing, de la banque Devilder & Cie, dont la maison principale est à Lille mais qui compte une agence à Roubaix et une autre à Tourcoing, ou encore de la banque Pérot, installée à Lille et à Tourcoing avant d’investir les trois places sous la raison sociale Caisse d’escompte de l’arrondissement de Lille.

  • 18 La direction des opérations n’en reste pas moins lilloise, comme le confirme le rapport d’inspectio (...)
  • 19 Louis Bergeron, Les Rothschild et les autres. La gloire des banquiers, Paris, Perrin, 1991 (voir en (...)
  • 20 Hubert Bonin, Histoire de la Société générale, I. 1864-1890, Genève, Droz, 2006. Cf. aussi le chapi (...)
  • 21 Jacques Dagneau, Les agences régionales du Crédit lyonnais, 1870-1914, New-York, Arno Press, 1977.

18C’est également le cas des banques régionales, à l’image du Crédit du Nord : fondé à Lille en 1866 sur la base d’une association entre banquiers parisiens et locaux, il est particulièrement bien implanté dans le « quadrilatère du textile », ouvrant successivement des établissements à Roubaix dès 1867 puis à Armentières (1879), Tourcoing (1889), Halluin (1896), Lannoy (1900) et enfin Croix (1901)18, si bien que, en à peine plus de trente ans, le Crédit du Nord devient l’établissement bancaire le mieux représenté sur la place19. Ce qui est vrai pour les banques locales ou régionales l’est tout autant, sinon plus, pour les grandes banques de dépôts à réseau national. Présente à Lille dès 1865, la Société générale ouvre une sous-agence à Roubaix en mai 1872, promue au rang d’agence de plein droit deux ans plus tard (juillet 1874)20 ; il en est de même pour le Crédit lyonnais qui renforce sa présence (1881) par l’ouverture des sous-agences de Roubaix et Tourcoing en 1882 (devenues agences en 1893)21.

  • 22 Cette question est au cœur de la problématique de Jean-Luc Mastin, Capitalisme régional et financem (...)
  • 23 Archives de la Banque de France, rapport d’inspection de la succursale de Roubaix-Tourcoing en 1879

19Ces implantations multiples constituent sans nul doute un avantage, en ce qu’elles permettent aux établissements concernés d’offrir un service de réelle proximité, qui prenne en compte les spécificités effectives des trois pôles de la métropole, de ses pratiques et de ses besoins. Elles militent également en faveur d’une vision unificatrice de la métropole, même si les spécificités locales demeurent, alors même qu’elle semble confrontée à la montée en puissance des acteurs économiques et financiers étrangers à la région22. Ces derniers peinent parfois à adapter leur pratique bancaire aux exigences et aux spécificités du terrain nordiste : évoquant l’activité de la Société générale sur la place, l’inspecteur de la Banque de France estime que l’établissement de la capitale présente essentiellement du « papier qui vient de la direction de Paris », pointant là sa difficile implantation sur le marché local, et parvient à la conclusion qu’« une maison de banque qui ne fait pas de découvert n’a pas de raison d’être à Roubaix »23.

  • 24 Rapport d’inspection de la succursale de Roubaix-Tourcoing pour 1877 ; c’est moi qui souligne.
  • 25 Archives de la Banque de France, rapport d’inspection de la succursale de Roubaix-Tourcoing pour 18 (...)

20La question se pose également de savoir si cette présence démultipliée ne relève pas, au moins partiellement, d’une stratégie qui vise à profiter des avantages de la double présence de la Banque de France. En clair, l’éventualité existe qu’un banquier dont les effets ont été rejetés par un comité d’escompte tente sa chance auprès de celui de la place voisine. À lire les rapports d’inspection, la question se pose en termes différents selon le moment : à la fin des années 1870, la maison « Pérot & Cie escompte souvent à Roubaix du papier de Lille, assez peu connu par conséquent »24, ce qui incite à penser qu’au moins un banquier profite d’autant plus de cette possibilité que l’information circule mal – voire pas du tout – entre les deux établissements ; dix ans plus tard, on apprend que huit banques de Roubaix et Tourcoing ont également des comptes courants à la succursale de Lille, et que « les deux établissements sont en rapports suivis et échangent la situation de leurs engagements ; dès lors, la dualité de comptes demeure sans inconvénient »25.

  • 26 Cité par Gérard Tassin, « Évolution comparée du réseau bancaire à Calais, Dunkerque et le Nord-Pas- (...)

21Au total, les deux succursales de la Banque se distinguent par l’importance des effets qui leur sont présentés à l’escompte, en nombre comme en volume : en quelques années seulement, la succursale de Lille devient la seconde de France par le volume d’activité, brassant plusieurs millions de francs d’affaires chaque année avant que sa position ne décline quelque peu au début du xixe siècle. Elle occupe ainsi le septième rang en 1911 – avec 599 000 effets encaissés représentant un volume d’affaires de 306 millions – et le troisième rang en 1913. Celle de Roubaix-Tourcoing lui dispute presque continuellement les premières places, avec le sixième rang – 271 000 effets encaissés représentant un volume d’affaires de 314 millions – en 1911 et le quatrième rang26 en 1913.

3. Un tout petit monde bancaire

22Le milieu bancaire en question est finalement assez étroit : tout le monde se connaît et chacun s’y côtoie sur un même terrain de chasse, à la recherche de nouveaux clients et de bonnes affaires. L’extension des opérations comme toute nouvelle implantation passent dès lors par la capacité de chacun à se faire un nom et/ou une réputation, à disposer de locaux adéquats et bien situés, enfin – ou surtout – à confier ses intérêts à un représentant, qu’il soit fondé de pouvoirs ou directeur, disponible, compétent et digne de confiance, connaissant bien la place.

23Dès lors, se renforce la coexistence sur la place de locaux – qui n’en conservent pas moins chacun leurs spécificités de Lillois, Roubaisiens ou Tourquennois – et de « horsains », dans le cadre d’une double relation de concurrence et de complémentarité. Les banques étrangères à la région ou à la métropole recourent le plus souvent à des intermédiaires locaux, au moins dans un premier temps, et qui jouent le rôle recherché d’introducteurs. On voit par exemple la Société générale et le Crédit lyonnais « peupler » leur conseil ou comité d’escompte de commerçants et autres manufacturiers locaux, sur le modèle de ceux en activité dans les succursales de la Banque de France. Il s’agit tout à la fois d’enraciner l’agence nouvellement créée sur un territoire très concurrentiel, de solliciter « l’appui moral et la compétence » de ces notables du monde économique, enfin de prospecter une clientèle jusque-là acquise à des concurrents. La difficulté réside en effet essentiellement pour les banques étrangères à la région à se constituer une clientèle fidèle, alors même que les manufacturiers et autres clients ont des habitudes souvent anciennes auprès des banquiers locaux ou régionaux. « L’esprit de clocher » bancaire domine, pour un temps du moins, jusqu’à ce que la concurrence ne joue ici pleinement son rôle et que chacun intègre les règles du jeu telles qu’elles se jouent sur cette place. On voit ainsi quelques clients quitter leur banque « historique » au profit de celle qui leur offre des conditions de prêt ou des facilités de découvert plus attractives.

24Plus largement, la sollicitation d’un acteur local auquel on confierait la mission de représenter et de diriger l’agence d’un établissement venu de l’extérieur fait figure de véritable stratégie. C’est en tout cas tout à fait observable jusque dans les années 1880-1890, après quoi une « normalisation » s’opère, comme si la spécificité locale perdait de son importance. Le premier directeur de la nouvelle succursale de la Banque de France de Lille est ainsi, dans une solution de continuité, l’ancien directeur de la Banque de Lille, maintenu en place après 1848. Il s’agit de Charles Verley, issu d’une famille de négociants, juge au Tribunal de commerce pendant trente ans, membre de la Chambre de commerce pendant 35 ans et du conseil municipal pendant trente ans. Présenté comme un homme d’une « intelligence remarquable, un esprit fin et perspicace », il demeure en poste jusqu’à son décès en 1872 ; il est alors le doyen des directeurs de succursales, avec 31 ans et 11 mois de service, avant d’être remplacé par un directeur envoyé par l’établissement parisien, Hartung (voir infra).

  • 27 Philippe Decroix, La saga…, op. cit.

25De la même façon, le premier directeur de l’agence lilloise de la Société générale est, en 1865, Carlos Dathis, issu d’une grande famille du négoce lillois et apparenté aux banquiers Verley, Decroix (ce dernier est son beau-père) & Cie, eux-mêmes présents à la fois à Lille et à Roubaix et pour lesquels il a travaillé depuis comme fondé de pouvoir depuis 183627. À son départ à la retraite en 1875, il est lui aussi remplacé par un « étranger ». Enfin le premier directeur roubaisien du Comptoir d’escompte de Paris est Grimomprez, recruté en 1875 par la Banque régionale du Nord comme administrateur délégué, mais également neveu de Jean-Baptiste Bossut, manufacturier textile en même temps qu’administrateur de la succursale de la Banque de France à Roubaix-Tourcoing.

  • 28 « Crédit du Nord : nouveau directeur Tiedeman, très prudent, timoré même, s’applique à épurer les e (...)
  • 29 Lettre du 27 janvier 1892, citée par H. Bonin, Histoire de la Société générale…, op. cit., p. 151.

26En contrepoint, quelques « étrangers », forts de leur expérience professionnelle, parviennent à s’insérer de façon plus ou moins durable dans le tissu bancaire de la métropole. C’est le cas de Courson de la Villeneuve, originaire de Bretagne, qui débute sa carrière à Paris au Comptoir d’escompte puis à l’Union générale à Lyon : nommé directeur de l’agence roubaisienne de la Société générale en janvier 1879, il y demeure jusqu’à sa mutation-promotion à Angers, en mai 1880. C’est le cas aussi de Tiedeman, ancien de la Société lyonnaise de dépôts et en poste à Lille de décembre 1869 à septembre 1875 avant de passer à la direction du Crédit du Nord28, ou de Subrenat, directeur à Roubaix de mai 1883 à janvier 1889, qui demeurent plus durablement en fonction. Tous font, à leur manière, leur apprentissage sur une place aux usages complexes et tentent de s’y conformer tout en conciliant les intérêts de leur établissement avec ceux de leurs clients, ce qui n’est pas toujours possible. Preuve en est le parcours d’Émile Doucet : parisien d’origine, il est nommé à la tête de l’agence roubaisienne en 1890 et devient rapidement l’un de ceux qui, selon ses dires, « connaî[…]t parfaitement la place de Roubaix et ses exigences ». Il se voit pourtant contraint de présenter sa démission moins de deux ans plus tard et s’en explique de façon circonstanciée dans la lettre qu’il fait parvenir à sa hiérarchie : « Je vois tous mes efforts et mes propositions ayant pour but la prospérité de l’agence continuellement rejetés par l’Administration centrale. Je suis plus que certain que, dans un temps très rapproché, nos meilleurs clients porteront leurs affaires aux banques leur consentant des facilités. »29

  • 30 Archives de la Banque de France, dossier personnel (56764) de François Jules Théophile Hartung.

27À l’inverse, il en est quelques-uns qui ne réussissent jamais, en dépit de leurs qualités reconnues, à se faire un nom sur cette place si particulière. Le parcours du successeur de Verley est à ce titre tout à fait emblématique. Théophile Hartung, second directeur de la succursale lilloise de la Banque de France à partir de mars 1872, compte au total 38 ans et cinq mois de service au sein de l’institut d’émission. Il a successivement exercé ses talents de directeur à Nevers, Mulhouse et Roubaix avant d’arriver à Lille, qui apparaît donc comme une succursale de fin de carrière et fait figure de bâton de maréchal. En 1881, le rapport d’inspection de la succursale signale qu’il « connaît à fond la place de Lille » ; son insertion semble pourtant incertaine et il se trouve bientôt en position délicate. Le rapport de 1884 le présente en effet « entouré d’hommes d’affaires intelligents et capables qui le jugent comme un homme insuffisant. La maison de banque Devilder & Cie ayant une maison à Lille et une succursale à Roubaix ne veut plus présenter un seul effet à Lille. Toutes ses présentations d’escompte sont faites à Roubaix […]. Ce qui discrédite M. Hartung, c’est qu’il veut tout savoir ; or le chef de la maison Verley, Decroix & Cie, appelé à différentes reprises auprès de M. Hartung, lui donnait souvent des renseignements confidentiels et il était tout étonné d’apprendre que ces renseignements étaient connus du directeur. Après plusieurs visites de ce genre, M. Decroix inventait deux ou trois histoires faites à plaisir sur quelques-uns de ses clients, et quel ne fut pas son étonnement d’apprendre comme les fois précédentes de M. Hartung qu’il les connaissait »30. L’inspecteur en conclut que la direction de la succursale lilloise est désormais une charge trop lourde pour lui et considère qu’il y aurait intérêt pour la Banque à mettre à sa tête un homme plus vigilant et plus actif, à l’esprit plus large. Informé de ces éléments, Hartung sollicite bientôt sa mise à la retraite, effective dès le 1er janvier 1885.

  • 31 Archives de la Banque de France, rapports d’inspection de la succursale de Roubaix-Tourcoing pour l (...)
  • 32 Sur son parcours, cf. J.-L. Mastin, Capitalisme régional et financement de l’industrie, op. cit., p (...)

28En un dernier exemple de ce tour d’horizon des acteurs bancaires de la métropole du Nord, le parcours de Louis-Aimé Hindré qui fait progressivement figure de « mouton noir » sur la place bancaire. Il débute sa carrière comme fondé de pouvoirs au Crédit du Nord avant de se voir confier, à partir de 1875, la co-gérance – avec Grimonprez – de la Banque régionale du Nord ; le rapport d’inspection de la succursale de Roubaix-Tourcoing de 1878 le présente ainsi : « Il était autrefois un peu ardent en affaires ; il semble être modéré aujourd’hui par M. Grimonprez ». Il quitte cependant cet établissement dès 1879 à la suite d’une « affaire où il a fait preuve de peu de jugement », et prend la direction du Comptoir d’escompte du Nord, « nouvellement créé ». En 1884, sa position est des plus précaires aux yeux de la Banque : « Réputation médiocre comme intelligence, pertes à recouvrer, mauvaises décisions, papier douteux, surveillé de près », mais le Comptoir d’escompte du Nord obtient qu’il démissionne seulement en 1882 ; le jugement de l’inspecteur de la Banque est à cet égard sans appel : « Sans manquer précisément de capacité commerciale, il a laissé s’introduire le désordre dans les affaires et la comptabilité ; a consenti des crédits exagérés à des maisons douteuses. »31 Cette dernière mention met un terme à la descente aux enfers d’un banquier qui voit sa réputation s’étioler en une quinzaine d’années et qui disparaît finalement des annales bancaires32.

Conclusion

29Au terme de ce tour d’horizon en terre nordiste, on ne peut que constater le dynamisme de la place de Lille-Roubaix-Tourcoing qui voit son essor économique accompagné par une forte augmentation du nombre de « banques » au cours de la seconde moitié du xixe siècle, tant à l’échelle de la métropole que dans chacune des trois villes qui la composent. Pour autant, ces établissements bancaires ne sont pas de même nature ou de même importance, loin s’en faut. On observe en effet à la fois une nette hiérarchie couvrant l’ensemble du spectre professionnel, des succursales de la Banque de France au plus modeste escompteur, une cohabitation – pas toujours apaisée – entre maisons locales ou régionales et banques dites « à réseau », étrangères à la région, et une concurrence forte entre les acteurs. Chacun à leur niveau, les établissements recensés ont vocation à prendre leur part du marché que forment les acteurs économiques de la métropole, relevant de la manufacture ou du négoce. Selon les cas et les moments, il s’agit de besoins en financement ou de crédit (à court, moyen ou long terme), et c’est aux banquiers de s’adapter à une demande qui, si elle a longtemps prospéré sur les bases d’une organisation juridique et financière au caractère familial revendiqué, tente au tournant des xixe et xxe siècles de consolider et de défendre son modèle de croissance en diversifiant ses soutiens bancaires. À ce titre, la métropole de Lille-Roubaix-Tourcoing apparaît comme un véritable laboratoire bancaire, un espace d’expérimentations institutionnelles et de constantes adaptations du métier de banquier, à la fois pourvoyeur de crédit, conseiller et soutien des entreprises qui font appel à lui.

Usine Hannart Frères à Wasquehal (Nord), Gustave Fleury devant une machine à vapeur Hannart, 1900.

Usine Hannart Frères à Wasquehal (Nord), Gustave Fleury devant une machine à vapeur Hannart, 1900.

ANMT, Fonds des pièces isolées, 2002 026 034

Vue intérieure du Palais des textiles à l’Exposition internationale de Tourcoing (Nord), 1906.

Vue intérieure du Palais des textiles à l’Exposition internationale de Tourcoing (Nord), 1906.

ANMT, Fonds de cartes postales, 2005 054 0038

Vue intérieure de la boulangerie de la Coopérative « L’Union de Lille » (Nord), 1926.

Vue intérieure de la boulangerie de la Coopérative « L’Union de Lille » (Nord), 1926.

ANMT, Fonds de cartes postales, 2005 054 0063

Vue intérieure de la salle de brassage de la Brasserie coopérative de Mons-en-Barœul (Nord), s.d.

Vue intérieure de la salle de brassage de la Brasserie coopérative de Mons-en-Barœul (Nord), s.d.

ANMT, Fonds de cartes postales, 2005 054 0064

Vue intérieure du laboratoire de la Maison Florimond Desprez Veuve & Fils à Capelle (Nord), 1911.

Vue intérieure du laboratoire de la Maison Florimond Desprez Veuve & Fils à Capelle (Nord), 1911.

ANMT, Fonds de cartes postales, 2005 054 0083

Sortie des usines Fives-Lille (sd)

Sortie des usines Fives-Lille (sd)

Usine Motte-Bossut-ROUBAIX

Usine Motte-Bossut-ROUBAIX

Notes

1 Pierre Pouchain, L’industrialisation de la région lilloise de 1800 à 1860 : contribution à l’étude des mécanismes de la croissance, thèse de 3e cycle, Lille 3, 1980.

2 Jacques Toulemonde, Naissance d’une métropole : histoire économique et sociale de Roubaix et Tourcoing au xixe siècle, Tourcoing, G. Frère, 1966.

3 Cité par Pierre Boissé (dir.), Tourcoing, 1711-1984, Lille, DRAC Nord-Pas-de-Calais, 1986, volume 1, p. 213 (« Les établissements bancaires »).

4 C’est en particulier vrai pour Roubaix ; cf. l’ouvrage de Chantal Petillon, La population de Roubaix : industrialisation, démographie et société (1750-1880), Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2006.

5 Alain Plessis, « Recherches pour un portrait-type d’une succursale de la Banque de France sous le Second Empire (Lille) », Revue du Nord, janvier-mars 1967, no 197, pp. 35-55, repris dans Histoires de la Banque de France, Paris, Albin Michel, collection « Mission historique de la Banque de France », 1998, pp. 81-110.

6 AD Nord, M 551/14 : Succursale de Roubaix-Tourcoing, lettre du Gouverneur de la Banque de France au préfet du Nord en date du 20 janvier 1865.

7 Autre situation tout à fait particulière puisqu’on ne trouve que deux autres cas comparables, à Castres-Mazamet (séparées de 20 km) en 1866 et Salon-Étang de Berre (22 km) en 1898.

8 Archives de la Banque de France, rapport d’inspection de la succursale de Roubaix-Tourcoing pour 1872.

9 Annuaire statistique du département du Nord pour 1913 ; et AD Nord, M 551/16 : Banque de France, bureaux auxiliaires.

10 Philippe Decroix, La saga d’une grande banque du Nord de la France, 1846-1934. 1 : Verley, Decroix & Cie (1846-1919), Paris, Christian, 1999.

11 Pierre Pouchain, Ébauche d’une histoire du Crédit du Nord, de la fondation à 1939, mémoire de maîtrise, Lille 3, 1969, 3 volumes. Valérie Hazard, Le Crédit du Nord, 1848-1939 : d’une banque locale à une banque d’envergure, mémoire de maîtrise, Lille 3, 1995. Hubert Bonin (et alii), Histoire de banques : Crédit du Nord, 1848-1998, Paris, Hervas, 1995 ; seconde édition en 2003.

12 Cité par Pierre Boissé (dir.), Tourcoing…, op. cit., p. 215

13 Société générale pour favoriser le développement du commerce et de l’industrie en France : 1864-1964 [Livre du centenaire], Paris, Société générale-Chaix, 1964.

14 Un siècle d’économie française : 1863-1963 [Livre du centenaire], Paris, Crédit lyonnais, 1963. Jean Bouvier, Le Crédit lyonnais de 1863 à 1882 : les années de formation d’une banque de dépôts, Paris, SEVPEN, 1961, 2 volumes.

15 Archives de la Banque de France, rapport d’inspection de la succursale de Roubaix-Tourcoing pour 1877.

16 Félix-Paul Codaccioni, De l’inégalité sociale dans une grande ville industrielle : le drame de Lille de 1850 à 1914, Paris, Éditions universitaires, 1976.

17 Sébastien-Nicolas Leblond, La banque Pollet de 1824 à 1867, mémoire de maîtrise, Lille 3, 1999.

18 La direction des opérations n’en reste pas moins lilloise, comme le confirme le rapport d’inspection de la succursale de Roubaix-Tourcoing de 1873 : « Crédit du Nord, agence [roubaisienne] de la Société de Lille et opérant sous le contrôle du conseil d’administration, qui est à Lille ».

19 Louis Bergeron, Les Rothschild et les autres. La gloire des banquiers, Paris, Perrin, 1991 (voir en particulier la carte consacrée à « L’implantation territoriale du Crédit du Nord », pp. 180-181).

20 Hubert Bonin, Histoire de la Société générale, I. 1864-1890, Genève, Droz, 2006. Cf. aussi le chapitre consacré à la Société générale dans cet ouvrage.

21 Jacques Dagneau, Les agences régionales du Crédit lyonnais, 1870-1914, New-York, Arno Press, 1977.

22 Cette question est au cœur de la problématique de Jean-Luc Mastin, Capitalisme régional et financement de l’industrie, région lilloise, 1850-1914, thèse de doctorat, Lille 3, 2007.

23 Archives de la Banque de France, rapport d’inspection de la succursale de Roubaix-Tourcoing en 1879.

24 Rapport d’inspection de la succursale de Roubaix-Tourcoing pour 1877 ; c’est moi qui souligne.

25 Archives de la Banque de France, rapport d’inspection de la succursale de Roubaix-Tourcoing pour 1887.

26 Cité par Gérard Tassin, « Évolution comparée du réseau bancaire à Calais, Dunkerque et le Nord-Pas-de-Calais de 1870 à 1914 », Revue historique de Dunkerque et du Littoral, no 42, 2009, p. 259.

27 Philippe Decroix, La saga…, op. cit.

28 « Crédit du Nord : nouveau directeur Tiedeman, très prudent, timoré même, s’applique à épurer les escomptes et remet du papier meilleur que celui présenté autrefois », Archives de la Banque de France, rapport d’inspection de la succursale de Roubaix-Tourcoing, 1876.

29 Lettre du 27 janvier 1892, citée par H. Bonin, Histoire de la Société générale…, op. cit., p. 151.

30 Archives de la Banque de France, dossier personnel (56764) de François Jules Théophile Hartung.

31 Archives de la Banque de France, rapports d’inspection de la succursale de Roubaix-Tourcoing pour les années 1878, 1879, 1884 et 1892.

32 Sur son parcours, cf. J.-L. Mastin, Capitalisme régional et financement de l’industrie, op. cit., pp. 499-502.

Table des illustrations

Titre Usine Hannart Frères à Wasquehal (Nord), Gustave Fleury devant une machine à vapeur Hannart, 1900.
Crédits ANMT, Fonds des pièces isolées, 2002 026 034
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49067/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Vue intérieure du Palais des textiles à l’Exposition internationale de Tourcoing (Nord), 1906.
Crédits ANMT, Fonds de cartes postales, 2005 054 0038
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49067/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Vue intérieure de la boulangerie de la Coopérative « L’Union de Lille » (Nord), 1926.
Crédits ANMT, Fonds de cartes postales, 2005 054 0063
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49067/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Vue intérieure de la salle de brassage de la Brasserie coopérative de Mons-en-Barœul (Nord), s.d.
Crédits ANMT, Fonds de cartes postales, 2005 054 0064
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49067/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Vue intérieure du laboratoire de la Maison Florimond Desprez Veuve & Fils à Capelle (Nord), 1911.
Crédits ANMT, Fonds de cartes postales, 2005 054 0083
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49067/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Sortie des usines Fives-Lille (sd)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49067/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Usine Motte-Bossut-ROUBAIX
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/49067/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search