Version classiqueVersion mobile

Les banques et les mutations des entreprises

 | 
Hubert Bonin
, 
Jean-François Eck

Partie II. Lille-Roubaix-Tourcoing : analyse d'un foyer entrepreneurial

Chapitre 4-Territoire et dynamique industrielle : des configurations historiquement différenciées (France, xixe-xxe siècles)

Jean-Claude Daumas

Résumé

Depuis la découverte à la fin des années 1870 des succès spectaculaires de la Troisième Italie, l’étude des districts industriels est à la mode, mais, le plus souvent, l’approche est à la fois prisonnière du « modèle italien » et plus monographique que comparative. Au contraire, notre chapitre cherche à comprendre le fonctionnement et la dynamique de développement des systèmes productifs locaux en centrant la réflexion sur trois questions essentielles : les caractéristiques du système des entreprises, le rôle des institutions collectives et l’encastrement du système productif dans les réseaux sociaux. Fondée sur l’étude de quatre cas (Elbeuf, Roubaix-Tourcoing, Lyon, Toulouse), l’analyse a une dimension comparative qui vise moins à inventorier les facteurs qui les différencient – à vrai dire très nombreux – qu’à dégager les modalités d’articulation entre entreprises et territoire afin d’aller vers une typologie des formes d’organisation productive des territoires.

Texte intégral

  • 1 Virginia Woolf, Une chambre à soi (1929), Paris, Denoël, 1977.

1Invitée en 1928 à donner à Cambridge une conférence sur « les femmes et le roman », Virginia Woolf avouait à ses auditeurs sa perplexité devant un sujet aussi vaste et complexe, avant de se résoudre à ne traiter, pour reprendre ses mots, qu’« un point de détail » : les conditions matérielles qui limitent l’accès des femmes à l’écriture1. Toute révérence gardée, c’est un peu le même sentiment que j’éprouve aujourd’hui devant une question qui implique de réfléchir sur une série de notions à la fois proches et distinctes : « Place industrielle, district industriel, réseaux industriels, enracinement patronal : qu’est-ce qu’une région industrieuse ? ». Aussi, m’autorisant de l’exemple de la célèbre romancière anglaise, j’ai choisi de réduire la voilure en reformulant les questions posées pour m’intéresser aux articulations entre territoire et dynamique industrielle.

  • 2 Arnaldo Bagnasco, Tre Italia. La problematica territoriale dello sviluppo italiano, Bologne, Il Mu (...)
  • 3 Michel Lescure, « Introduction générale. Le territoire comme organisation et comme institution », (...)
  • 4 Dans une œuvre abondante, on citera en particulier deux recueils d’articles édités à Turin par Bol (...)
  • 5 Jonathan Zeitlin, « Industrial district and local economic regeneration : Overview and comment », (...)

2Depuis les premiers travaux sur la « Troisième Italie »2 à la fin des années 1970, la plupart des chercheurs ont vu dans le territoire l’une des bases de l’organisation et du développement économiques3. Avec la « redécouverte » en 1979 par Giacomo Becattini4 du concept marshallien de « district industriel », depuis longtemps tombé dans l’oubli, c’est sous ce pavillon qu’ont été menées la plupart des recherches sur la « localisation de l’industrie » (Alfred Marshall), même si les justifications théoriques qu’elles mobilisent sont souvent d’une grande diversité et associées sans réelle cohérence. Le modèle canonique du district industriel, tel qu’il a été défini par l’école italienne à la suite de G. Becattini, est trop rigide et trop étroitement lié à l’expérience italienne pour être universellement opératoire5. M’appuyant sur l’énorme littérature internationale sur ce qu’on pourrait appeler les organisations productives territorialisées pour ne pas entrer dans des querelles byzantines sur la terminologie (district industriel, système productif localisé, cluster, etc.), j’ai donc cherché à dégager une définition à la fois plus large et plus souple qui a l’avantage de permettre d’embrasser une grande variété de cas. Elle réunit cinq traits principaux : la concentration sur un territoire historiquement délimité d’un grand nombre de firmes, la spécialisation de ces entreprises autour d’un produit industriel exigeant la mise en œuvre de savoir-faire spécifiques, des relations d’échanges plus ou moins intenses entre ces firmes, « l’encastrement » des entreprises dans des réseaux sociaux, et l’existence de règles et d’institutions assurant le maintien et le fonctionnement du système productif.

3C’est en m’inspirant de cette définition que je me suis interrogé sur trois questions qui me paraissent centrales pour comprendre ce type de système productif : les caractéristiques du système des entreprises, le rôle des institutions collectives, et les formes d’encastrement de l’économique. Menée à partir de quatre cas – Elbeuf, Roubaix-Tourcoing, Lyon, Toulouse – qui représentent des configurations singulières à la fois par l’histoire, l’organisation et le fonctionnement, l’étude débouche sur une analyse comparative qui a moins pour objectif de dresser un inventaire exhaustif des facteurs qui différencient les cas sous revue, à vrai dire très nombreux, ce qui renverrait le lecteur à l’infinie diversité des situations locales, que de mesurer l’écart entre chaque cas étudié et le concept de district tel que je viens d’en rappeler les composantes principales. Naturellement, beaucoup d’autres cas auraient pu être évoqués, mais ceux-ci ont l’avantage d’être bien documentés et suffisamment variés pour faire ressortir les différentes facettes du problème.

  • 6 Jean-Luc Mastin, Capitalisme régional et financement de l’industrie, région lilloise, 1850-1914, t (...)

4Je regrette évidemment de ne pouvoir faire une place plus large dans l’histoire de ces territoires industriels à l’organisation du crédit. La raison de cette abstention est toute simple : jusqu’à maintenant les chercheurs français, à l’exception notable de Michel Lescure, qui a étudié le financement du district choletais, se sont peu intéressés à cet aspect de la question, si bien qu’on ne sait pas grand-chose du rôle des banques dans la formation, l’organisation et le fonctionnement des districts industriels. Toutefois, j’ai fait une exception pour Roubaix-Tourcoing puisque, des quatre cas sous revue, c’est le seul qui est bien documenté grâce à la thèse de Jean-Luc Mastin sur le financement de l’industrie dans la région lilloise au xixe siècle6. Encore dois-je préciser que les données que je lui emprunte sont utilisées pour défendre une position opposée à celle de son auteur qui refuse de voir dans le complexe textile de Roubaix-Tourcoing un « système productif localisé ».

1. La draperie elbeuvienne : dualisme, faiblesse institutionnelle et absence de solidarité patronale

  • 7 Francis Concato et Pierre Largesse, De la Chambre consultative à la Chambre de commerce, 1801-1861 (...)

5À Elbeuf, le travail de la laine était une tradition ancienne, bien antérieure à la création de la manufacture royale7 en 1666. La draperie s’y est développée sur un territoire restreint que, à partir du xixe siècle, on a appelé « le rayon elbeuvien ». Tourné vers la fabrication de tissus d’habillement pour laine cardée, ce micro-système productif était caractérisé par la concentration d’entreprises fortement spécialisées.

6À la fin du Second Empire, la draperie elbeuvienne s’organisait dans un cadre proto-industriel mais, du fait du progrès technique, travail concentré et travail à domicile, travail manuel et travail sur machines, concentration urbaine et dispersion rurale étaient étroitement enchevêtrés. La production y était fractionnée entre un grand nombre d’entreprises (518 en 1866 contre 295 en 1853) et seule une minorité de fabricants (36 sur 234 en 1870) possédait une fabrique avec un moteur et des machines, les autres se contentant d’un comptoir et faisant travailler façonniers et travailleurs à domicile. En fait, ce sont les façonniers qui donnaient à la fabrique elbeuvienne l’essentiel de ses moyens de production. Quelques grosses manufactures (Grandin, Chennevière, Flavigny) dominaient l’industrie locale mais l’intégration de tous les stades de la fabrication du drap n’était réalisée complètement que chez le dernier. La préparation de la laine, la finition du drap et sa commercialisation étaient initialement domiciliées à la ville, alors que la filature et le tissage, gros consommateurs de main-d’œuvre, étaient abandonnés à la campagne, mais, à la fin des années 1860, du fait de diffusion du machinisme et de la concentration de la production qui en résultait, une part croissante de la production et des travailleurs était concentrée à la ville. Par sa flexibilité, cette organisation de la production était bien adaptée à la fabrication de tissus de nouveauté dont la demande était très fluctuante. Cependant, à la veille de la guerre franco-prussienne, de l’avis de tous les observateurs, ce système avait atteint ses limites car il ne permettait pas de faire face à la concurrence des pays où existaient des établissements puissants, bien équipés et intégrés.

7Les structures productives de la draperie ont subi après 1871 une double transformation : d’une part, les entreprises se sont mécanisées et concentrées, et de l’autre, la greffe alsacienne a entraîné la formation de grands établissements mécanisés et intégrés. Le passage progressif de la proto-industrie au système industriel (« factory system ») a été marqué par une décrue rapide du nombre de fabricants (de 234 en 1872 à 31 en 1913). Parallèlement, la taille des établissements a augmenté : en 1900, Elbeuf comptait sept établissements de plus de 300 ouvriers contre un seul en 1876. Malgré une tendance poussée à l’intégration, il subsistait encore de nombreux tissages spécialisés et des façonniers, notamment pour les apprêts. L’installation après 1871 d’industriels alsaciens qui, après l’annexion de l’Alsace, avaient quitté Bischwiller par attachement à la France et parce qu’ils étaient incapables de s’adapter rapidement au marché allemand, a entraîné la greffe sur le corps de la draperie elbeuvienne de structures productives qui lui étaient foncièrement étrangères. Tout, en effet, distinguait les firmes alsaciennes des établissements indigènes : la grande taille (en 1900, Blin & Blin comptait 1 600 salariés et Fraenckel 1 400), la mécanisation de toute la fabrication, une organisation complètement intégrée, une architecture moderne et fonctionnelle, la diversification de la production, la présence dans l’usine d’un fort contingent d’ouvriers alsaciens qui avaient suivi leurs patrons en Normandie, et une politique paternaliste très étendue.

8On retrouve la même opposition au niveau de la politique de financement : les Alsaciens, qui s’autofinançaient largement, s’appuyaient essentiellement sur le crédit informel (famille et fournisseurs) et ne recouraient aux banques d’affaires parisiennes que pour les opérations importantes ou dans les moments difficiles, alors que les fabricants autochtones s’adressaient essentiellement aux banques locales. C’est dire que la greffe alsacienne s’est traduite par un véritable dualisme des structures productives qui, de part et d’autre, obéissaient à des logiques très différentes. Bien plus, la concurrence que les Alsaciens faisaient aux fabricants autochtones était redoutable : alors que, globalement, les ventes d’Elbeuf diminuaient depuis la fin du Second Empire, celles des Alsaciens connaissait une croissance insolente jusqu’à représenter 30 % du chiffre d’affaires de la place en 1900, contre seulement 6 % en 1874.

9De surcroît, ce dualisme recouvrait de profondes différences dans les valeurs et les comportements des deux patronats. D’un côté, alors que la plupart des vieilles lignées manufacturières avaient disparu, des patrons montraient leur esprit plus spéculatif qu’industriel, et préféraient la gestion de riches patrimoines fonciers, la politique ou les professions libérales aux risques de l’industrie, leurs héritiers quittaient Elbeuf et investissaient leurs capitaux ailleurs que dans la draperie, et les filles se mariaient en dehors du milieu local, et qui, catholiques et conservateurs, étaient des piliers du parti de l’Ordre. D’autre part, des industriels dont la carrière avait pris son envol dans les années 1820, chez qui la fidélité à un judaïsme minimal et le respect de l’interdit rabbinique du mariage mixte garantissaient la cohésion sociale et culturelle de la famille, et avaient pour objectif d’assurer la croissance de l’entreprise, l’enrichissement de la famille et la pérennité de son contrôle sur l’affaire et, républicains de toujours, n’avaient pas hésité à s’allier aux socialistes pour permettre à l’Union républicaine de conquérir la mairie.

10Non seulement la draperie elbeuvienne était divisée entre Alsaciens et autochtones, mais elle était minée par un individualisme « étroit et jaloux » que ne cessait de dénoncer le journal L’Industriel elbeuvien. Cet individualisme était à l’origine de la faible efficacité des efforts entrepris par la chambre de commerce pour doter la fabrique de règles et de services collectifs destinés à améliorer son fonctionnement. En effet, ou bien son action a débouché sur des réalisations tardives, modestes et fragiles (école professionnelle, musée commercial, bulletin d’information commerciale), ou bien elle a connu un échec complet (réglementation des usages commerciaux, bureau de douane pour le charbon, condition des laines, mesurage public des étoffes). Cet individualisme a également fait échouer les projets de création d’un syndicat de la draperie en 1877 ou a paralysé son action dans les années 1880 puisqu’il n’est pas parvenu à surmonter les divisions des fabricants sur les conditions de vente des tissus. Les associations de fabricants mises sur pied sous le patronage de la Chambre dans les années 1880 pour développer les ventes à l’étranger n’ont pas davantage tenu leurs promesses puisque ni la mission d’exploration commerciale lancée en Extrême-Orient en 1886 ni l’agence de représentation fondée à Londres en 1887 n’ont eu de suites durables.

11Cette absence de solidarité n’est pas pour rien non plus dans l’échec de toutes les tentatives de greffe de filature peignée, ce qui a contraint les Elbeuviens à acheter leur fil dans le Nord, tissant ainsi des liens de dépendance qui n’ont cessé de se renforcer. Comment s’étonner dès lors que, dans sa réponse à l’enquête de 1904 sur la situation de l’industrie textile, le président de la Chambre de commerce ait reconnu que ces échecs étaient « regrettables » mais pour affirmer aussitôt que « les intérêts particuliers (étaient) trop divers pour qu’il soit facile de les concilier » ? La faiblesse de l’élan collectif du patronat elbeuvien s’enracinait à la fois dans la concurrence interne à la fabrique, la faiblesse des liens familiaux et l’hétérogénéité sociale et culturelle du milieu industriel local liée à la greffe alsacienne.

12En somme, à la veille de la Première Guerre mondiale, la draperie elbeuvienne se caractérisait par le maintien prolongé de structures héritées de l’âge proto-industriel, le dualisme de ses structures productives, l’absence de dynamique collective du patronat et la faiblesse de l’infrastructure institutionnelle. Ses mauvais résultats après 1871 n’ont sans doute pas d’autres ressorts.

2. Roubaix-Tourcoing : un complexe lainier marqué par une croissance à l’américaine

  • 8 Paul de Rousiers, Les Grandes industries modernes. Tome III. Les industries textiles, Paris, Colin (...)

13En 1914, Roubaix-Tourcoing formait le plus important centre textile français8. Son ascension a tellement étonné les contemporains qu’ils l’ont qualifiée d’américaine. Exceptionnelle par sa durée et sa vigueur, sa croissance a fait passer le chiffre de ses ventes de 10 millions de francs en 1806 à un milliard en 1900, alors que la seule production de tissus s’élevait de 1 300 tonnes en 1810 à 42 000 en 1910 ! La population a connu une croissance parallèle : en un siècle, elle a été multipliée par neuf et, en 1911, les deux villes étaient au cœur d’une nébuleuse urbaine de plus de 300 000 habitants. Les deux villes sœurs étaient déjà à la tête de l’industrie textile française à la fin du Second Empire mais leur domination n’a cessé par la suite de se renforcer si bien que, en 1914, elles réalisaient 59,3 % des ventes françaises de tissus de laine contre seulement 30,8 % en 1869. Ce double centre s’est développé en diversifiant sa production jusqu’à travailler toutes les fibres et fabriquer les genres les plus divers, mais son article type était un tissu de qualité moyenne.

  • 9 Gaston Motte, Roubaix à travers les âges, Roubaix, Éditions de la Société d’émulation, 1946, p. 94

14Les deux villes formaient avec leurs faubourgs un ensemble industriel aux activités étroitement enchevêtrées. Quatre traits en faisaient l’originalité : le textile y était pratiquement une mono-industrie ; négoce et industrie y étaient étroitement imbriqués ; tous les stades de la fabrication y étaient réunis de la matière première au produit fini ; et des industries complémentaires (savonnerie, construction mécanique, chimie, etc.) s’y étaient développées. Les contemporains avaient parfaitement conscience de la synergie qui en résultait, ce qui faisait dire à Gaston Motte dans son Roubaix à travers les âges : « Toutes ces activités s’entrecroisent sans se gêner ; mieux encore : en s’entraidant, elles créent un monde de possibilités telles qu’aucune industrie n’est véritablement tributaire de l’extérieur, pour quelque transformation que ce soit, d’une matière première quelconque, certaine qu’elle a de trouver sur place tout ce dont elle a besoin. »9

  • 10 Eugène Motte, discours du 10 avril 1902, cité par Amaury de Baudus, Eugène Motte. Député-maire de (...)

15Ce complexe industriel réalisait une extraordinaire concentration d’entreprises : en 1911, Roubaix, à elle seule, comptait 267 établissements qui employaient 60 000 ouvriers. L’industrie de Roubaix-Tourcoing faisait coexister des établissements de taille différente : à côté de petits établissements encore nombreux mais qui ne représentaient qu’une faible part du potentiel productif local, on rencontrait des établissements de taille moyenne, les plus nombreux, mais qui rassemblaient seulement 30 à 40 % des machines et des ouvriers, et de grands établissements qui l’emportaient par le matériel et le nombre d’ouvriers et qui, pour la plupart, étaient intégrés dans de puissants groupes textiles. La division du travail était forte : le plus souvent, ces établissements étaient spécialisés dans une seule opération, ce qui leur permettait de s’adapter aisément à la diversité des fabrications et aux fluctuations de la mode. Malgré la mécanisation et la concentration de la production que l’on constate dans la seconde moitié du siècle, les structures dispersées de la fabrique se sont maintenues et le travail à façon a continué de relier les entreprises entre elles. Dans un discours de 1902, Eugène Motte a résumé la situation d’une formule saisissante : « Roubaix n’est qu’un formidable atelier de 300 usines. »10

16Cependant, la pyramide des entreprises était dominée par une douzaine de groupes familiaux, le plus souvent polyvalents, réunissant plusieurs établissements et employant plus de mille salariés. Six travaillaient principalement la laine : Motte (7 000 ouvriers, dont 70 % à Roubaix), Lepoutre (6 000, dont 87 % à Roubaix), Allart (3 500), Prouvost (3 000), Charles Tiberghien (2 700) et Tiberghien frères (2 200). C’étaient des constellations d’établissements juridiquement et financièrement indépendants mais appartenant à une même famille. Paul de Rousiers a bien analysé l’originalité de ces groupes qui étaient une spécialité de Roubaix-Tourcoing : ils réalisaient une forme d’intégration souple qui était bien adaptée à la diversité et à la mobilité de la production, lesquelles rendaient impossible un équilibre constant entre les différents stades de fabrication, mais pour reprendre ses mots, il s’agissait davantage « d’intégration banquière que d’intégration industrielle ». Ces groupes, qui conjuguaient les avantages de l’intégration et de la dispersion, n’étaient pas des corps étrangers au reste de l’industrie locale, mais y étaient reliés par des milliers de fils où se mêlaient relations d’affaires (travail à façon et crédit) et relations familiales.

  • 11 Jean-Pierre Daviet, op. cit., p. 795.

17Jean-Pierre Daviet a eu recours, pour décrire le fonctionnement du système des entreprises de Roubaix-Tourcoing, à une comparaison qu’il convient de retenir : « Il s’agit bien d’un complexe, avec des complémentarités et des solidarités importantes, qui aboutissait à faire en pratique de Roubaix-Tourcoing l’équivalent d’une entreprise géante, où l’autonomie de la décision éclatée se combine avec une sorte de micro-régulation de la branche. »11

18Le caractère familial des entreprises est l’autre trait essentiel du complexe textile du Nord : quelle que soit leur taille et même lorsque, après 1890, elles ont été de plus en plus nombreuses à prendre la forme de la société anonyme, elles étaient possédées et dirigées par des familles, la transmission d’une génération à l’autre étant la règle. La continuité de l’engagement professionnel dans le textile des héritiers mâles (eux seuls avaient accès à la signature sociale et participaient à la gestion) s’accompagnait du réinvestissement systématique des profits dans l’industrie. Liées entre elles par des relations matrimoniales, ces familles l’étaient aussi par un endettement mutuel qui nourrissait et cimentait la confiance et la solidarité au sein d’un milieu patronal où c’était une habitude de soutenir des parents ou alliés dont les entreprises étaient en difficultés ou d’en commanditer de nouvelles. Gaston Motte avait une belle formule pour décrire ce système de crédit collectif qui avait pour fondement la solidarité familiale : « La solidarité dans les familles et entre les familles est la véritable banque d’affaires de Roubaix-Tourcoing. » De plus, le double centre du Nord apparaît comme une véritable pépinière de dynasties dont les plus importantes (les Motte, Prouvost, Tiberghien, Lepoutre, Allart et quelques autres) dominaient l’industrie locale. Toutes ces familles étaient liées entre elles par de nombreuses alliances matrimoniales, avec parfois des enchaînements d’alliances sur plusieurs générations. Il en a résulté un enchevêtrement si complexe des relations familiales – Louis Bergeron parlait à ce propos de « bourgeonnement » –, encore compliqué par la tradition du double patronyme, que la publication d’un annuaire généalogique des grandes familles de Roubaix-Tourcoing s’imposa comme une nécessité en 1912, cet annuaire faisant depuis lors l’objet de mises à jour régulières.

19Les relations familiales structuraient le milieu patronal local et alimentaient la confiance entre les acteurs, une confiance que renforçaient à la fois la mutualisation du crédit et la tradition locale de défense du nom et de l’honneur commercial. Tous les témoignages soulignent que l’honnêteté dans les transactions et le respect des engagements étaient des règles de conduite tacites mais acceptées de tous. Cependant, les relations informelles ne suffisaient pas à assurer la coordination et le bon fonctionnement du complexe roubaisien : en effet, des conflits individuels, une « concurrence ruineuse », des « spéculations » et des « fraudes » récurrentes ont jalonné toute l’histoire de Roubaix-Tourcoing. C’est pourquoi son fonctionnement s’est appuyé sur un réseau particulièrement dense d’institutions publiques et privées qui avaient pour fonction de fournir des services collectifs aux entreprises, d’élaborer et de diffuser des normes et des règles destinées à contenir l’opportunisme des acteurs et à renforcer la confiance, et d’assurer le fonctionnement du système productif en facilitant l’ajustement des pratiques des entrepreneurs qui étaient bien loin d’être spontanément convergentes.

20Les Chambres de commerce – celle de Roubaix a été fondée en 1872 –, qui réalisaient la concentration des intérêts des chefs d’entreprise, et les syndicats patronaux ont joué un rôle actif dans leur création. Des institutions indispensables pour assurer le fonctionnement et la régulation des marchés des produits lainiers ont peu à peu été mises en place. Elles fournissaient des services techniques et luttaient contre la fraude et la spéculation : Condition publique (1858 à Roubaix, 1863 à Tourcoing), magasins généraux (années 1880), Bourse du commerce (1876), marché à terme (1888) et Caisse de liquidation et de garantie (1892). La Bourse et la Caisse firent la preuve de leur utilité lors de la terrible crise de 1900, où elles contribuèrent à limiter les conséquences pour l’industrie locale de la spéculation sur le marché à terme des laines peignées. Par ailleurs, les différentes corporations se sont dotées de syndicats – une dizaine entre 1886 et 1915 – aux fonctions variées : solidarité contre les grèves, réglementation des conditions de vente, limitation de la production, etc. Autrement dit, on était là entre le syndicat professionnel et le cartel.

21C’est dans le peignage que l’entente entre les producteurs a été poussée le plus loin : créé en 1876 pour rétablir la « bonne concurrence » et renouvelé plusieurs fois sous des formes de plus en plus contraignantes, avec une réglementation de plus en plus complexe et un champ d’action de plus en plus étendu, le cartel des peigneurs reposait sur un système d’engagements visant à supprimer la concurrence, limiter la surproduction et instaurer une solidarité entre les entreprises (indemnisation partielle des peigneurs n’atteignant pas la production minimale). Il a eu une histoire émaillée de dénonciations de « fraudes » et d’appels à renoncer à « l’égoïsme », d’où la multiplication des contrôles et des sanctions ; et Eugène Motte en a été l’élément moteur. Enfin, en 1907, la Société industrielle a mis en place un système de solidarité financière de toutes les corporations face aux grèves longues qui débouche sur la création du Consortium en 1919 ; et en 1909, le Syndicat des fabricants de Roubaix a été à l’origine de la formation du Comptoir français d’exportation. En somme, ces organisations ont tissé un encadrement institutionnel très serré, sans équivalent dans les autres centres lainiers, mais cette coopération n’a pas éliminé la concurrence entre les maisons.

22Le système de crédit local est un élément essentiel du fonctionnement du complexe lainier roubaisien. Le patronat a en quelque sorte financé collectivement l’industrialisation en utilisant capitaux familiaux, commandites et prêts bancaires. Ce système de financement a été d’autant plus efficace que les ressources locales, d’ailleurs considérables, ont été presque exclusivement réservées à l’industrie textile, Roubaisiens et Tourquennois s’étant, à quelques exceptions près, refusés à diversifier leurs investissements. Jusque vers 1870, Lille a exercé un véritable monopole sur la banque, et Roubaix, où les banques locales de quelque importance étaient rares, était comme une succursale de la capitale régionale. Après 1880, les banques locales et régionales se désengageant, la succursale de la Banque de France (ouverte en 1871) et les établissements de crédit parisiens (Crédit lyonnais, Cnep, Société générale) ont joué un rôle décisif, mais, dans les deux cas, la concurrence interbancaire et la puissance financière des grandes familles ont créé les conditions pour que les industriels roubaisiens réussissent à leur imposer les usages locaux.

23À l’instar du Crédit lyonnais, les établissements de crédit parisiens ont fait un effort d’adaptation aux besoins spécifiques de Roubaix-Tourcoing en drainant l’épargne régionale au profit de l’industrie lainière et en privilégiant les découverts au détriment des avances directes. En acceptant la pratique du découvert renouvelé sans garanties réelles – ni hypothèque ni présentation des bilans –, le Crédit lyonnais renonçait à imposer ses normes de liquidité et de sécurité. C’est que, pour accroître le volume de ses opérations, il lui fallait s’aligner sur les exigences de ses clients. De son côté, après 1875, la Banque de France a réagi à la baisse du volume de l’escompte et de ses bénéfices en acceptant du papier de circulation de la part de cédants directs et non des banques locales. Ce papier se composait d’effets tirés sur d’autres firmes (surtout du même groupe familial) ou sur des associés, des parents et même des employés, garantis par des titres, renouvelés chaque année, et destinés à financer des achats de laine et des commandites. Cette pratique a surtout profité à quelques gros clients.

24Après 1895, la Banque de France a développé l’escompte direct, avant de se lancer après 1909 dans une politique de découverts, dits de campagne mais en réalité sans cesse renouvelés. En définitive, elle faisait du « crédit industriel » au taux de l’escompte, ce qui a fait baisser le loyer de l’argent et soutenu la croissance de l’industrie textile. D’abord acceptée à contrecœur, cette politique a été assumée dans les années 1900, d’autant que les risques paraissaient minimes au regard des fortunes énormes accumulées par les industriels locaux et des solidarités familiales. En renonçant à leurs propres normes, les établissements de crédit nationaux et la succursale de la Banque de France se sont coulés dans le moule des usages locaux et ont accepté la logique de fonctionnement du complexe lainier. Certes, à la veille de la guerre, il n’y avait pas à Roubaix-Tourcoing de banque locale capable de financer le développement de l’activité, mais les industriels de la laine avaient réussi à soumettre le système de crédit à leurs besoins.

25En raison de la profondeur des antagonismes sociaux, de la faiblesse des phénomènes d’ascension sociale et de la présence d’une importante colonie d’ouvriers belges, l’on ne discerne pas à Roubaix-Tourcoing d’« osmose » entre la société locale et le système productif telle qu’on a pu la décrire pour les districts italiens. Dès lors, la croissance exceptionnelle de Roubaix-Tourcoing avant 1914 tient moins à de prétendues « valeurs partagées » au sein de la population locale qu’aux structures socioculturelles du patronat qui ont conditionné fortement les rapports des industriels entre eux, avec leurs entreprises (et donc leur gestion) et avec le territoire. On retrouve là une hypothèse ancienne de Louis Reybaud, reprise par nombre d’historiens, d’économistes, de sociologues et de géographes.

26En effet, ce patronat formait alors un milieu socialement et culturellement très homogène, qui se distinguait par une forte endogamie sociale et géographique (on ne se mariait guère en dehors du textile et en dehors de Roubaix-Tourcoing), une fécondité élevée (avec sept enfants en moyenne en 1914, plus élevée même qu’en Alsace !), la continuité de l’engagement professionnel des héritiers dans le textile, le culte du nom et de la famille, un souci dynastique très vif, la solidarité familiale, une commune vision des affaires, la valorisation du travail, l’adhésion à un catholicisme conservateur et autoritaire, une sensibilité réactionnaire largement partagée, un enracinement territorial très fort, un complexe d’infériorité vis-à-vis de Lille et une sorte de comportement de minorité bien mis en évidence par David Landes.

27Cette identité commune était encore renforcée par le modèle de formation qui s’est cristallisé dans le dernier tiers du siècle et qui associait enseignement des humanités dans des collèges religieux, apprentissage sur le tas et formation dans des écoles supérieures créées par les patrons et placées sous leur contrôle qui, à l’instar de l’Institut technique roubaisien (Itr), dispensaient un enseignement technique spécialisé (le travail du textile), plus pratique qu’abstrait, et, sur le plan idéologique, préparaient des patrons chrétiens. C’est dans tout ce système de valeurs et de comportements que s’enracinaient la cohésion, la solidarité et le dynamisme entrepreneurial si caractéristiques des patrons de Roubaix-Tourcoing.

3. Lyon : un exemple classique de fabrique collective

  • 12 Pierre Cayez, L’industrialisation lyonnaise au xixe siècle, Service de reproduction des thèses, Un (...)

28Lyon était, au xixe siècle, la capitale européenne de la soierie dont elle avait le quasi-monopole12. La soierie lyonnaise représentait un cas de « fabrique collective », pour reprendre un concept de Le Play exhumé par Alain Cottereau, c’est-à-dire une forme d’organisation de la production alternative au factory system qui se distingue par une division du travail poussée et une forte spécialisation des entreprises. Géographiquement, cette industrie était concentrée sur la colline de la Croix-Rousse où travaillaient des milliers d’ateliers tous semblables. Cette exceptionnelle concentration d’ouvriers et de métiers était animée par 350 à 450 fabricants – leur nombre est resté à peu près constant sur tout le siècle – dont les bureaux s’agglutinaient au pied de la colline et dans les quartiers du Griffon, de Saint-Clair ou de Croix-Pâquet, et jusqu’à proximité de l’Hôtel de Ville. Les fabricants y préparaient les collections, coordonnaient le travail des façonniers, entreposaient les tissus et traitaient les commandes. Ils n’étaient pas des industriels mais distribuaient le travail entre les façonniers, artisans ou usiniers, en fonction de leur spécialité. D’une grande souplesse, ce système permettait de s’adapter aux fluctuations de la mode et reportait les risques sur les façonniers. Cependant, le monde des fabricants n’était pas homogène car il se divisait en une « petite fabrique », en gros les trois quarts des fabricants, attachée à cette structure dispersée et très dépendante pour la commercialisation de ses tissus des commissionnaires dont les plus importants avaient des succursales à Paris et à Londres, et la « grande fabrique », formée d’industriels possédant ou louant des usines, certains réalisant une intégration poussée de la production.

29La Fabrique formait un monde très ouvert et en perpétuel renouvellement. Les entreprises se renouvelaient rapidement car leur taux de mortalité était élevé : jusqu’en 1878, la moitié des entreprises disparaissait avant la sixième année. En 1901 encore, les deux tiers des maisons avaient moins de quinze ans, quand seules 10 % existaient depuis plus de trente ans, les maisons les plus anciennes relevant de la « grande fabrique ». Ce monde était ouvert vers le bas et intégrait des employés et des chefs d’ateliers qui accédaient au rang de patron soit en créant leur propre maison, soit en s’associant avec un fabricant déjà en place. Du reste, à la fin du siècle, le banquier Édouard Aynard voyait encore dans la fabrique une matrice de promotion sociale. Cependant, à côté de ces nouveaux venus, des familles ont réussi à se maintenir sur plusieurs générations : c’est le cas, notamment, des Bonnet, des Gindre, des Payen, des Martin ou des Arlès-Dufour. Il reste que, en dépit de son hétérogénéité, le monde de la soie se voyait comme une grande famille : lors du décès d’un soyeux, toutes les maisons de soie fermaient en signe de deuil et de solidarité, et en 1873, fabricants et marchands ont fondé ensemble une Caisse générale de secours.

30La Révolution a laissé un grand vide institutionnel puisque, à l’exception du tribunal de conservation remplacé en 1790 par le Tribunal de commerce, toutes les institutions qui assuraient l’encadrement de la soierie avaient été supprimées. Sous le Consulat et l’Empire, l’infrastructure institutionnelle de la soierie a été reconstituée grâce au rétablissement de la Chambre de commerce, du Conseil des prud’hommes, de la Condition des soies et des entrepôts ; elle fut complétée par l’installation d’une succursale de la Banque de France en 1808. D’autres institutions ont vu le jour ultérieurement : la Réunion des fabricants, fondée en 1825 pour lutter contre la fraude et favoriser l’innovation mais interdite par le ministre en 1827, la Société de garantie contre le piquage d’onces autorisée en 1843 et conçue comme un moyen pour « rétablir l’ordre et la loyauté » au sein de la Fabrique, et la Société lyonnaise des déchets créée en 1846 pour lutter contre la fraude et la concurrence déloyale. Surtout, une véritable symbiose a réuni la Chambre de commerce, dominée par les soyeux et présidée par l’un des leurs tout au long du siècle, et l’Association de la fabrique lyonnaise fondée en 1868 avec pour mission d’améliorer le fonctionnement du marché en s’occupant de renseignement commercial, de gestion du contentieux, de veille juridique et fiscale, et de définition de normes communes à l’ensemble des acteurs du secteur ; de surcroît, cette association assurait la représentation des intérêts collectifs de la Fabrique et intervenait comme groupe de pression.

31Par ailleurs, les intérêts locaux ont peu à peu mis en place les instruments du développement économique avec la création à partir de 1824 d’une série d’établissements bancaires, la mise en place d’un système de transports améliorés (chemins de fer, navigation à vapeur, gares d’eau) dans les années 1820 et 1830, et surtout la fondation en 1826 de l’École de la Martinière qui avait pour mission de former des cadres techniques intermédiaires issus du peuple mais d’où sortirent aussi beaucoup de futurs patrons.

32La Fabrique lyonnaise présentait quelques-unes des caractéristiques d’un district industriel « becattinien » : spécialisation dans un produit historique, sédimentation locale des savoir-faire, division du travail très poussée, renouvellement du patronat pas le bas, et régulation par des institutions collectives. En revanche, le système soyeux ne s’identifiait pas à une ville petite ou moyenne – puisque Lyon était la deuxième ville du pays –, et même débordait largement de l’agglomération lyonnaise puisque la soierie avait essaimé dans une dizaine de départements autour de Lyon où les formes d’organisation de la Fabrique avaient été reproduites. De plus, à la suite de la crise de 1877, l’adoption des soies asiatiques, la mécanisation du tissage, le développement de la teinture en pièces, la multiplication des usines, l’intégration de toute la production, et l’essaimage resserré autour des pôles les plus dynamiques dans les usines de l’Isère, où battait la moitié des métiers mécaniques ont bouleversé les structures de la Fabrique qui s’est en quelque sorte industrialisée. Enfin, à partir de la fin du xixe siècle, le développement de l’industrie chimique et de la transformation des métaux a réduit la place de la soierie dans l’économie lyonnaise, si bien que, dans un tissu économique désormais plus diversifié, les soyeux ont été contraints de coexister avec de nouvelles activités qui n’avaient pas forcément les mêmes intérêts, qu’il s’agisse de gestion de la main-d’œuvre ou d’échanges commerciaux, et qui pouvaient être en concurrence pour l’espace ou les financements. Ce sont là des questions sur lesquelles, faute de recherches empiriques, nous ne savons pas grand-chose.

4. Toulouse : un district technologique

  • 13 Michel Grossetti, « Enseignement supérieur et technopoles. Le cas de l’informatique à Toulouse », (...)

33Ce chapitre se penchera enfin sur ce que, selon les auteurs et les modes, on appelle des « technopoles », des districts technologiques ou des systèmes locaux d’innovation, c’est-à-dire des formes de concentration sur un espace géographique donné d’entreprises, de laboratoires de recherche et de centres de formation entre lesquels circulent les savoir-faire et les personnels et qui coopèrent sur des projets communs. Ce type de phénomène s’observe principalement dans le cadre de grandes agglomérations. En France, Grenoble et Toulouse13 sont les deux villes de province où les relations entre recherche et industrie sont les plus importantes et les plus denses, et cela quel que soit l’indicateur retenu pour mesurer ces échanges : la création d’entreprises par des chercheurs, la co-signature d’articles, l’insertion professionnelle des diplômés, les contrats passés entre organismes de recherche et entreprises, ou le nombre d’emplois liés aux activités de R & D. Cependant, ces deux systèmes d’innovation sont les produits de logiques très différentes : à Grenoble, c’est le résultat d’un développement spontané et endogène, quand Toulouse a bénéficié de décisions politiques nationales qui, en un court laps de temps, ont abouti au transfert d’entreprises, d’écoles et de laboratoires vers la Ville rose, une ville sans vraie bourgeoisie industrielle et où les entreprises de construction aéronautique qui s’y étaient implantées à la faveur de la Première Guerre mondiale (Latécoère, Dewoitine) n’ont guère eu de relations avec les institutions d’enseignement et de recherche locales jusqu’aux années 1970. C’est la politique de décentralisation qui a profondément modifié la donne.

34Cette politique a obéi à une double logique : d’une part, aménager le territoire en déconcentrant les activités susceptibles d’entraîner le développement de l’industrie en province ; de l’autre, moderniser le système industriel national en développant de nouvelles technologies. Les décisions gouvernementales ont joué un rôle décisif mais, par leurs initiatives, les acteurs locaux, tant politiques que scientifiques, en ont rendu le succès possible. C’est ainsi que le maire de Toulouse a été conseillé dans ses choix par un fonctionnaire préfectoral favorable au développement de l’industrie aéronautique et des chercheurs locaux qui étaient en relations avec des collègues parisiens et les instances gouvernementales.

35La décentralisation du Cnes (Centre national des études spatiales) en 1961, le transfert de plusieurs écoles d’ingénieurs – l’ENICA (future ENSICA), l’ENAC, Sup Aéro –, la création d’un laboratoire de recherche associé (le Cert), et le développement de plusieurs laboratoires du Cnrs ont doté Toulouse d’un appareil de formation et de recherche de haut niveau dans les domaines en plein développement de l’électronique, de l’informatique, de l’aéronautique et de l’espace. Ce pôle a été renforcé au cours des années 1970 et 1980 par de nouvelles installations qui se sont développées autour de la future université Paul Sabatier. Parallèlement, le Cnrs a encouragé les transferts d’équipes et de chercheurs depuis Paris et plusieurs grands laboratoires toulousains ont créé des équipes mixtes avec de grandes entreprises implantées localement (Matra, Motorola, Siemens).

36Le transfert du Cnes et des écoles d’ingénieurs a été suivi de l’installation de grandes firmes du secteur spatial (division « Espace » de Matra, Alcatel) et des sociétés de service travaillant dans ce secteur. Au milieu des années 1970, le Cnes et l’Aérospatiale se sont efforcés de structurer les relations avec de nombreux sous-traitants, de favoriser la création de start up (« jeune pousse ») par des ingénieurs locaux, et de financer la recherche universitaire, si bien qu’un système local d’innovation a commencé à prendre forme. La construction à la fin des années 1970, avec le soutien de l’État, par Matra et Thomson de grandes usines l’a renforcé. Toulouse disposait désormais d’une industrie capable de tirer parti des ressources scientifiques locales. Structuré autour du Cnes, le pôle spatial toulousain représentait, en 1995, 40 % de l’activité du secteur en France et 25 % dans l’Union européenne.

37À cette date, trois secteurs étroitement associés dominaient l’industrie locale : l’aéronautique (15 000 salariés), l’espace (6 000) et l’électronique (5 000). Ce système regroupe cinq types d’acteurs : des grands donneurs d’ordres nationaux ou internationaux, des sous-traitants situés dans l’orbite de ces grands groupes et parmi lesquels figurent aussi bien de vielles entreprises locales que des filiales récemment implantées de firmes internationales, des sociétés de services technologiques aux compétences très diverses, particulièrement nombreuses dans l’informatique où elles sont souvent de création locale, des instituts publics de recherche relevant pour la plupart du domaine des sciences pour l’ingénieur et coopérant étroitement avec les départements de R&D des firmes industrielles, et des institutions d’enseignement supérieur, écoles d’ingénieurs et université. Ce sont les relations entre tous ces acteurs qui structurent le système local. Mais son autonomie est limitée car il s’insère dans des réseaux de coopérations européennes et est dépendant des décisions stratégiques et des programmes de recherche de grands groupes domiciliés dans la région Île de France et influencés par l’État.

38Le milieu scientifique et technique qui s’est structuré autour des écoles d’ingénieurs, de l’université et des centres de recherche, est la condition du fonctionnement du complexe aérospatial toulousain. Les échanges entre l’industrie et les institutions de recherche et de formation se développent à plusieurs niveaux. Le recrutement des ingénieurs se fait largement parmi les ingénieurs et les techniciens formés localement : en 1990, la part des diplômés locaux était de 40 % chez Matra et de 70 % à l’Aérospatiale, et bien supérieure dans les sociétés de services. Les rapports entre les entreprises et l’enseignement supérieur revêtent des formes très diverses : stages d’étudiants, co-financement de thèses, présence de cadres d’entreprises dans les comités de perfectionnement des écoles, formation du personnel des entreprises assurée par des chercheurs, et contrats de recherche. Les réseaux d’anciens élèves jouent un rôle important dans les recrutements et la circulation de l’information scientifique. La plupart des entreprises de sous-traitance qui naissent dans l’agglomération, notamment dans l’informatique, résultent d’un essaimage de cadres issus des grandes firmes locales et formés dans les écoles ou à l’université de Toulouse, beaucoup de ces diplômés ayant au surplus des attaches familiales régionales fortes, le capital relationnel jouant un rôle important dans ce type d’opérations. Enfin, les laboratoires de recherche publics collaborent simultanément avec des firmes différentes, parfois concurrentes, comme le Laas, qui travaille à la fois pour Motorola, Actia, Siemens, Eads et Alcatel-Lucent, et participent ainsi à la diffusion des connaissances au sein du complexe aérospatial toulousain.

39Par ailleurs, le développement du complexe aérospatial doit beaucoup au soutien d’un ensemble d’institutions publiques et privées : des clubs d’entreprises de haute technologie qui ont pour mission de diffuser l’information technique et d’œuvrer au rapprochement entre science et industrie ; des institutions créées par la région Midi-Pyrénées pour soutenir et coordonner l’effort de recherche régional ainsi qu’aider le développement des pme ; des institutions intercommunales qui, à l’échelle de l’agglomération, interviennent dans les domaines foncier et immobilier ; et, enfin, le pôle de compétitivité, à cheval sur les régions Midi-Pyrénées et Aquitaine, qui est labellisé en 2005 sous le nom d’Aerospace Valley. Celui-ci forme aujourd’hui le premier bassin européen d’emplois dans le domaine de l’aéronautique, de l’espace et des systèmes embarqués (120 000 emplois, 1 600 établissements, 8 500 chercheurs en 2011) et a pour objectif de créer des synergies entre industrie, recherche et formation en développant des projets de coopération et de R & D.

40La densité et l’efficacité des relations entre tous les acteurs du complexe toulousain s’expliquent par l’existence préalable de liens entre les personnes en position de décider de la collaboration. En effet, dans quatre cas sur cinq, cette chaîne de relations s’enracine dans les réseaux sociaux, que ces réseaux aient été formés au cours des années d’études ou entre collègues de travail au sein de l’entreprise. Si on peut parler d’« encastrement », c’est parce que, à Toulouse, comme dans les autres districts technologiques, les réseaux sociaux, scolaires et/ou professionnels, jouent le rôle qui est dévolu à la famille dans les districts « becattiniens ». Au fond, à Toulouse, si l’on adhère à l’analyse de Michel Grossetti, c’est la proximité relationnelle qui est décisive.

41Le système aérospatial toulousain se présente comme un réseau régional de production organisé autour de grandes entreprises. Cependant, depuis sa cristallisation dans les années 1970, ce système a subi de profondes transformations. Dans les années 1980, les grandes entreprises ont connu de grandes difficultés liées à la chute de leur compétitivité, qui les ont poussées à se réorganiser en généralisant le « juste-à-temps » et en imposant à leurs fournisseurs des normes de qualité très strictes. Cette réorganisation, qui a débouché sur une quasi-intégration des pme, a été rendue possible par une nouvelle étape de la politique de décentralisation qui a donné aux collectivités territoriales de nouveaux moyens en matière économique, notamment en ce qui concerne la formation, le soutien aux pme et le transfert de technologies. C’est ainsi que se sont formés autour de PSA, Citroën, Renault, Michelin et Aérospatiale des systèmes industriels régionaux relativement autarciques qui ont un fonctionnement proche du modèle (toyotiste) de « production agile » (« lean production »).

42Dans le cas d’Airbus, on peut distinguer deux étapes dans le processus de restructuration du réseau de sous-traitance. De 1987, année du lancement du programme A330-340, jusqu’au milieu des années 1990, le groupe a rationalisé son activité en se recentrant sur son métier d’avionneur et a décomposé l’avion en sous-ensembles dont la conception et la fabrication ont été confiées aux sous-traitants hiérarchisés en fonction de leur niveau de maîtrise technologique, ce qui s’est accompagné d’une forte réduction de leurs effectifs (de 650 en 1987 à 200 environ en 1993). Ce système a exigé l’élaboration de règles et de routines afin de rationaliser la coordination de la production. À partir du milieu des années 1990, afin de faire face à des dépenses de R & D qui ne cessent de s’accroître, Airbus a poussé plus loin la sélection des fournisseurs avec lesquels il est en relations directes dont le nombre serait aujourd’hui inférieur à une centaine. Ceux-ci participent désormais directement au financement des investissements de R & D et assument des responsabilités jusqu’à la phase de certification de l’appareil. Cette politique de partage des risques aboutit à une organisation pyramidale du réseau de sous-traitance où on distingue quatre niveaux : les systémiers, qui ont la responsabilité de la conception et de la réalisation d’un sous-ensemble technique, les équipementiers, qui fournissent des modules techniques, des sous-traitants de spécialité, qui maîtrisent des savoir-faire spécifiques, et des sous-traitants de production, qui fournissent des produits et des services standardisés. Ce système permet à Airbus de transférer les risques sur ses partenaires, de faire des gains de productivité importants en travaillant avec des sous-traitants plus performants, et de ne pas augmenter ses capacités d’études, de production et de contrôle.

  • 14 Peter Hall et David Soskice (dir.), Varieties of Capitalism, Oxford, Oxford University Press, 2001

43En définitive, plusieurs traits distinguent le complexe toulousain. L’État a joué un rôle décisif dans sa création dans les années 1960 mais, depuis les années 1980, le soutien des collectivités territoriales n’a pas été moins important pour assurer son développement. On est donc là dans une variété de capitalisme qui se rapproche du modèle du « capitalisme coordonné » tel que Peter Hall et David Soskice14 l’ont théorisé et qui fait jouer un rôle important aux institutions politiques dans le développement des stratégies d’innovation, à l’opposé du modèle incarné par la Silicon Valley. C’est autour de grandes entreprises que s’organise le complexe toulousain ; pourtant, même si celles-ci se sont en quelque sorte territorialisées en nouant des relations très denses avec les acteurs locaux, leurs implantations dans l’agglomération toulousaine demeurent dépendantes d’un pouvoir de commandement qui est extérieur à la région. Ces firmes ont des politiques de ressources humaines flexibles qui favorisent la création de jeunes pousses par des ingénieurs et des cadres et contribuent ainsi à façonner le potentiel régional d’innovation.

44Sociétés de services et sous-traitants forment autour des grandes entreprises des systèmes quasi intégrés et hiérarchisés où la coopération et le partage de l’information technico-économique se font dans le cadre de standards imposés par les grands groupes dont les exigences sont sans cesse plus pesantes. La coordination entre entreprises et centres de recherche relève de relations de partenariat qui, pour partie, sont hors-marché, d’où la relative facilité avec laquelle l’information et les connaissances circulent au sein du territoire. Les relations à l’intérieur de ce complexe s’enracinent dans un tissu social de relations académiques et professionnelles qui sont à l’origine d’une culture commune. Quant à sa gouvernance, elle prend une forme mixte puisqu’elle associe les établissements des grands groupes qui jouent un rôle moteur, des organisations patronales qui coordonnent les stratégies des acteurs privés, les collectivités territoriales qui cherchent à promouvoir le développement du territoire, et les organismes publics de recherche et de formation qui se soucient des retombées de leur activité sur celui-ci.

5. Dépasser les cas particuliers

45Les quatre systèmes industriels étudiés ici ont une histoire différente : les districts textiles (Lyon, Elbeuf, Roubaix-Tourcoing) sont pour ainsi dire des créations spontanées qui prolongent les formes d’organisation proto-industrielles, et leur développement a obéi à une dynamique de développement endogène, quand le district technologique de Toulouse doit son démarrage à des décisions extérieures à la région prises au sommet de l’État et aux stratégies de groupes industriels dirigés depuis la région parisienne, mais son développement s’est peu à peu territorialisé, les collectivités locales jouant d’ailleurs un rôle important dans ce processus. Dès lors, l’histoire est pour beaucoup dans ce qui différencie leur organisation et leur fonctionnement et explique les écarts qui les séparent du modèle défini en introduction.

46La division du travail entre un grand nombre d ‘ entreprises spécialisées est une composante essentielle de ces quatre systèmes industriels localisés. Néanmoins, on est en présence de configurations différentes : association dans la draperie elbeuvienne de deux modèles d’organisation distincts, celui de la décomposition du cycle productif et de la spécialisation des entreprises, et celui de l’intégration de toute la production par les grands établissements alsaciens ; opposition entre « petite fabrique » et « grande fabrique » dans la soierie lyonnaise ; système des entreprises dominé par un oligopole de grands groupes familiaux à Roubaix-Tourcoing ; et, à Toulouse, réseaux de sous-traitants hiérarchisés organisés autour de grands groupes internationaux qui sont les pivots du système productif local. De plus, ces systèmes productifs évoluent selon des logiques très différentes : à Elbeuf, la cohérence et l’efficacité du système étaient minées par la concurrence interne, encore renforcée par l’opposition entre Alsaciens et autochtones ; à mesure qu’elle s’est industrialisée, la soierie lyonnaise est passée sous la coupe des entreprises qui constituaient la « grande fabrique » ; à Roubaix-Tourcoing, les grands groupes familiaux assuraient la coordination de la production et des échanges à travers la multitude de fils qui les reliaient aux entreprises qui formaient la base du complexe textile ; enfin, à Toulouse, tout le système est piloté par une poignée de grands groupes dont les stratégies dépassent le cadre local.

47Du reste, la rupture avec le localisme est une nécessité pour comprendre le fonctionnement et la dynamique du développement de tous les districts étudiés et pas seulement du pôle aéronautique toulousain. En effet, tous, y compris Elbeuf, pourtant le plus local des quatre, débordent les limites de la ville : s’inscrivant dans le droit fil d’une ancienne tradition proto-industrielle, la draperie elbeuvienne a continué d’essaimer une partie de ses activités sur les plateaux voisins de l’Eure ; Lyon a diffusé la fabrique dans une dizaine de départements limitrophes où son modèle d’organisation s’est imposé ; Roubaix-Tourcoing a très tôt fait travailler des usines de l’autre côté de la frontière avec la Belgique et, à partir de la fin du xixe siècle, a poussé des ramifications aux États-Unis, en Pologne et en Italie, avant, au xxe siècle, d’installer des peignages et des filatures dans les pays producteurs de laine ; le district technologique toulousain, bien loin de se limiter au seul cadre de l’agglomération, s’étend sur deux régions et s’intègre dans des réseaux qui se déploient à l’échelle européenne.

48En somme, les cas étudiés s’écartent sur deux points essentiels du modèle présenté dans l’introduction de ce chapitre. D’une part, on est en présence de configurations bien différentes des réseaux de pme que l’on observe dans certains districts italiens – pas tous : même Prato ne correspond au modèle canonique… – et que la théorie standard qui en est issue a voulu généraliser puisque, dans tous les cas, les grandes entreprises y tiennent une place importante, quoique variable d’un district à l’autre et, de plus, susceptible de reconfigurations dans le temps. De l’autre, ce n’est pas parce que, dans trois des cas étudiés, ce sont des forces essentiellement locales qui impulsent leur développement que celui-ci se limite au seul cadre local dans une sorte de logique autarcique. C’est dire que, pour en comprendre le fonctionnement et la dynamique de développement, il faut intégrer les districts à des espaces plus vastes et diversement articulés.

49La question de la « confiance » occupe une grande place dans la littérature sur les districts. La confiance est au moins autant une conséquence qu’une condition préalable à leur existence : elle est certes le produit d’un ensemble de valeurs communes mais elle ne peut se maintenir dans la durée qu’à la condition que le renouvellement des échanges entre les entreprises l’alimente sans cesse et surtout que, pour combattre l’opportunisme des acteurs – ce que les contemporains qualifient d’« égoïsme » et d’« individualisme » –, des institutions ad hoc édictent des normes et des règles qui s’imposent à tous et façonnent les comportements collectifs. Qui plus est, la création d’institutions n’est pas le produit spontané, en quelque sorte automatique, des valeurs partagées par les acteurs économiques de la place, même si ce terreau semble indispensable, mais au contraire le résultat d’un choix qu’ils font consciemment et des conflits qui les opposent. Au demeurant, si les règles et les normes permettent de réduire les incertitudes, cette maîtrise n’est jamais définitivement acquise car les conflits d’intérêts et les divergences de points de vue renaissent sans cesse, si bien que les institutions n’échappent pas non plus aux contradictions et aux conflits. Les trois villes textiles ont mis sur pied les services collectifs dont le commerce des matières premières et des tissus avait besoin pour se développer mais le réseau qu’ils formaient y était d’une densité très inégale. À cet égard, on peut opposer la draperie elbeuvienne où, parce que le réseau institutionnel, mis en place tardivement, était à la fois faible et fragile, les coûts de transaction étaient élevés, et Roubaix-Tourcoing où le tissu institutionnel, particulièrement dense et solide, assurait le bon fonctionnement du complexe lainier, même si c’était largement au profit d’une poignée de grands groupes familiaux entre lesquels les conflits ne manquaient pourtant pas. À Lyon, l’Association de la Fabrique lyonnaise et la Chambre de commerce se sont occupées d’améliorer le fonctionnement du marché mais, avec la diversification du tissu industriel de l’agglomération à la fin du xixe siècle, des industries aux intérêts concurrents coexistaient sans qu’on sache comment ceux-ci s’agrégeaient dans le cadre des institutions collectives.

  • 15 Michel Offerlé, Sociologie des organisations patronales, Paris, La Découverte, 2009.

50Au demeurant, c’est là une question importante qui n’a guère fait l’objet d’études sérieuses, tant au plan général15 que pour ce qui est des villes qui, comme Bologne, associent plusieurs districts. Toulouse illustre un autre cas de figure : au xxe siècle, avec le développement des politiques économiques de l’État (décentralisation, aménagement du territoire, pôles de compétitivité, etc.), logiques publiques et privées s’enchevêtrent et on a vu se mettre en place un système de gouvernance complexe qui associe institutions publiques – tant étatiques que locales (aussi bien municipales que régionales) – et privées en charge notamment de la formation, de la recherche, de la gestion du foncier et de la politique économique, d’autant qu’il faut également penser l’emboîtement des échelles puisqu’on a affaire à un système productif dont le développement dépend aussi d’instances nationales. Là encore, on est confronté à une gamme d’institutions plus large et plus diversifiée, et à des formes de gouvernance bien plus complexes que ne le donne à penser la littérature sur les districts à l’italienne.

  • 16 Cf. Jacques Palard, La Beauce Inc. Capital social et capital régional, Presses de l’Université de M (...)

51Trop d’analyses idéalisent les districts en les décrivant comme des mondes socialement homogènes, partageant les mêmes valeurs et caractérisées par le consensus, alors même qu’il faudrait analyser de manière précise les formes spécifiques de différenciation sociale et de conflictualité qu’on y découvre. Si l’« osmose » (ou la « symbiose ») entre la communauté locale et le système des entreprises que G. Becattini a théorisée et dont il a fait le cœur de sa définition du district industriel, ne semble se retrouver que dans les districts italiens (et encore pas dans tous), en revanche, il ne fait pas de doute que, d’un système de production localisé à l’autre, les relations économiques se sont construites sur la base de réseaux sociaux d’une grande diversité : communauté d’ingénieurs (Silicon Valley), minorités religieuses (Quakers de Darlington, diamantaires juifs à Anvers), colonies d’immigrants (Blumenau au Brésil) ou de migrants (Gamarra au Pérou), corporations d’artisans (ganterie de Worcester), communautés locales dotées d’une forte identité sociale et culturelle (Beauce québécoise16), communauté d’affaires (district cotonnier de Manchester), proto-industrie urbaine (Marches italiennes), désintégration de grandes entreprises (nombreux districts du Centre et du Nord-Est de l’Italie), etc. On constate également une grande diversité dans les structures sociales et culturelles des territoires étudiés ici.

52Dans les trois districts textiles, la famille joue un rôle important, mais on voit tout ce qui oppose les deux cas extrêmes d’Elbeuf et de Roubaix : dans la cité normande du drap, avec un patronat dépourvu de vraies lignées et où les connexions entre les familles sont faibles, le milieu industriel est rongé par un individualisme qui bloque toute dynamique collective, d’ailleurs rendue difficile par l’opposition entre Alsaciens et autochtones, quand, dans le Nord, il est structuré par les relations familiales qui sont source à la fois de solidarité, de confiance et de dynamisme. À l’inverse, l’homogénéité sociale et culturelle du patronat, sa fermeture sur lui-même, et une très forte culture du produit, ont constitué autant de facteurs expliquant sa fidélité au textile et son refus (plus que son incapacité) de saisir les innovations de la seconde révolution industrielle et donc d’explorer d’autres chemins de développement.

  • 17 Ce type de dynamique a été étudié en détail dans le cas de la Silicon Valley par Michael Ferrary d (...)

53À Toulouse, c’est une communauté d’ingénieurs qui est au cœur du système productif local : la formation dans les mêmes écoles et les échanges entre entreprises sont à l’origine d’une culture commune et favorisent la circulation de l’information. C’est dans cette dynamique qui ignore pour l’essentiel transactions marchandes et contreparties monétaires que s’enracine la capacité du territoire à innover17. Bien plus, quoique relativement homogène, cette communauté reste ouverte et se renouvelle, et c’est sans doute aussi ce qui fait la force de ce district technologique.

54Ainsi, l’approche comparative (seulement esquissée ici) permet d’échapper à la tyrannie du modèle unique et, en identifiant les logiques à l’œuvre, d’aller vers une typologie des formes d’articulation entre industrie et territoire. Ce chapitre n’avait d’autre objectif que d’en souligner la nécessité.

Notes

1 Virginia Woolf, Une chambre à soi (1929), Paris, Denoël, 1977.

2 Arnaldo Bagnasco, Tre Italia. La problematica territoriale dello sviluppo italiano, Bologne, Il Mulino, 1977.

3 Michel Lescure, « Introduction générale. Le territoire comme organisation et comme institution », in Michel Lescure (dir.), La mobilisation du territoire. Les districts industriels en Europe occidentale du xviie au xxe siècles, Paris, Cheff, 2006, pp. 1-7. Jean-Claude Daumas, « Districts industriels : du concept à l’histoire. Les termes du débat. », numéro spécial de la Revue économique, « Où va l’histoire des entreprises ? », no 1, janvier 2007, pp. 131-152. Jean-Claude Daumas, « Dans la boîte noire des districts », in Jean-Claude Daumas, Pierre Lamard et Laurent Tissot (dir.), Les territoires de l’industrie en Europe (1750-2000), Besançon, Pufc, 2007, pp. 9-34.

4 Dans une œuvre abondante, on citera en particulier deux recueils d’articles édités à Turin par Bollati Boringhieri : Distretti industriali e Made in Italy. Le basi socioculturali del nostro sviluppo economico, 1998, et : Dal distretto industriale allo sviluppo locale. Svolgimento e difesa di une idea, 2000.

5 Jonathan Zeitlin, « Industrial district and local economic regeneration : Overview and comment », in Frank Pyke, Giacomo Becattini et Werner Sengerberger (dir.), Industrial Districts and Interfirm Co-Operation in Italy, Genève, Iils, 1992, p. 286. Sur le concept de district, cf. la synthèse de Jonathan Zeitlin, « Industrial districts and regional clusters », in Geoffrey Jones et Jonathan Zeitlin (dir.), The Oxford Handbook of Business History, Oxford, Oxford University Press, 2007, pp. 219-243.

6 Jean-Luc Mastin, Capitalisme régional et financement de l’industrie, région lilloise, 1850-1914, trois volumes, thèse, université de Lille III, 2007,

7 Francis Concato et Pierre Largesse, De la Chambre consultative à la Chambre de commerce, 1801-1861, Elbeuf, CCI d’Elbeuf, 1891. La Chambre et la Fabrique. Histoire de la Chambre de commerce d’Elbeuf de 1861 à 1914, CCI d’Elbeuf, 2001. Jean-Claude Daumas, L’amour du drap. Blin et Blin, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière familiale, Besançon, Pufc, 1999, « La draperie elbeuvienne à l’époque contemporaine (1870-1975) : territoire, structures des entreprises et coordination de la production », in Jean-François Eck et Michel Lescure (dir.), Villes et districts industriels en Europe occidentale xviie-xxe siècles, Tours, CEHVI, 2002, pp. 307-320. Jean-Claude Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2004. Alain Becchia, La draperie d’Elbeuf (des origines à 1870), Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 2000.

8 Paul de Rousiers, Les Grandes industries modernes. Tome III. Les industries textiles, Paris, Colin, 1925. David S. Landes, « Religion and enterprise : The case of the French textile industry », in Edward Carter, Robert Foster et Joseph Moddy (dir.), Enterprises and Entrepreneurs in 19th and 20th Century France, Baltimore, John Hopkins University Press, 1976, pp. 41-86. Jean-Pierre Daviet, « Le complexe industriel de Roubaix-Tourcoing et le marché de la laine (1840-1950) », Revue du Nord, tome lxix, no 275, octobre-décembre 1987, pp. 777-813. Jean-Pierre Hirsch, Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1780-1860), Paris, Ehess, 1991. Jacques Bonte, Patrons textiles. Un siècle de conduite des entreprises textiles à Roubaix-Tourcoing, 1900-2000, Lille, La Voix du Nord, 2002. Jean-Claude Daumas, Les territoires de la laine, op. cit., et « Patronat, entreprises et institutions dans le complexe textile de Roubaix-Tourcoing au xixe siècle », in Michel Lescure (dir.), La mobilisation du territoire, op. cit., pp. 239-258. Jean-Luc Mastin, Capitalisme régional et financement de l’industrie (…), op. cit. Jean-Luc Mastin, « L’entente et le marché : le cartel des peigneurs de laine de Roubaix-Tourcoing (1881-1914) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 58-2, 2011, pp. 120-145.

9 Gaston Motte, Roubaix à travers les âges, Roubaix, Éditions de la Société d’émulation, 1946, p. 94.

10 Eugène Motte, discours du 10 avril 1902, cité par Amaury de Baudus, Eugène Motte. Député-maire de Roubaix, industriel, Mémoire de maîtrise, Lille III, 1991, p. 130.

11 Jean-Pierre Daviet, op. cit., p. 795.

12 Pierre Cayez, L’industrialisation lyonnaise au xixe siècle, Service de reproduction des thèses, Université de Lille III, 1979, publiée en deux volumes : Métiers Jacquard et hauts-fourneaux, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1978 ; Crise et croissance de l’industrie lyonnaise, 1850-1900, Paris, Cnrs, 1980. Yves Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise, 2 volumes, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1985. 500 années lumière. Mémoire industrielle, Paris, Plon, 1991. Sophie Chauveau, Le patronat de la fabrique lyonnaise de soieries dans la deuxième partie du xixe siècle (1860-1900), mémoire de maîtrise, université de Paris IV, 1991. Alain Cottereau, « The fate of collective manufactures in the industrial world : The silk industries of Lyon and London, 1800-1850 », in Charles Sabel et Jonathan Zeitlin (dir.), World of Possibilities. Flexibility and Mass Production in Western Industrialization, Cambridge, Cambridge University Press, 1997. Bernadette Angleraud et Catherine Pellissier, Les dynasties lyonnaises, Paris, Perrin, 2005. Pierre Vernus, Art, luxe et industrie. Bianchini-Férier, un siècle de soieries lyonnaises, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2007.

13 Michel Grossetti, « Enseignement supérieur et technopoles. Le cas de l’informatique à Toulouse », Revue française de sociologie, volume 31, no 3, 1990, pp. 463-482, Science, industrie et territoire, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1995. Michel Grossetti, « Les effets de proximité spatiale dans les relations entre organisations : une question d’encastrements », Espaces et Sociétés, no 101-102, 2000, pp. 203-219. Michel Grossetti, « Genèse de deux systèmes urbains d’innovation en France : Grenoble et Toulouse », Réalités industrielles. Annales des Mines, février 2001, pp. 68-72. Jean-Pierre Gilly et Michel Grossetti, « Organisation, industrie et territoires. Le cas des systèmes techniques locaux d’innovation », Revue d’économie régionale et urbaine, no 3, 1993, pp. 449-468. Robert Salais et Michael Storper, Les mondes de production. Enquête sur l’identité économique de la France, Paris, Éditions de l’Éhess, 1993. Guy Jalabert, Toulouse, métropole incomplète, Paris, Anthropos, 1995. Michel Quérée (dir.), Les technopoles en Europe. Enjeux et atouts de la diversité, Paris, Datar, 1998. Colin Crouch, Patrick Le Galès, Carlo Trigilia et Helmut Voelzkow, Local Production Systems in Europe. Rise ou Demise ?, Oxford, Oxford University Press, 2001. Jean-Marc Zuliani et Michel Grossetti, « L’agglomération toulousaine, un système productif localisé de la recherche-développement ? », in Régis Guillaume et Fabienne Bogiatto (dir.), Les systèmes productifs locaux en Midi-Pyrénées : vers l’émergence de systèmes régionaux ? Rapport d’étape, Conseil régional de Midi-Pyrénées, juin 2001, pp. 62-67. Jean-Pierre Gilly et Jacques Perrat, « La dynamique institutionnelle des territoires : entre gouvernance locale et régulation globale », Cahiers du GRES, no 5, mai 2003, pp. 1-15. Bob Hancké, « Many roads to flexibility, How large firms built autarchic regional production systems in France », International Journal of Urban and Regional Research, no 27/3, 2003, pp. 510-526. Steven Casper, Creating Silicon Valley in Europe. Public Policy towards New Technology Industries, Oxford, Oxford University Press, 2007. Allen Scottet Jean-Marc Zuliani, « L’industrie de l’informatique à Toulouse : développement, structure, enjeux », Revue d’économie régionale et urbaine, no 3, 2007, pp. 339-363. Allen Scottet Jean-Marc Zuliani, « Le contrôle par la proximité : l’analyse de réseau du pôle de compétitivité Aerospace Valley », Cahiers du Gretha , no 8, Bordeaux, 2010.

14 Peter Hall et David Soskice (dir.), Varieties of Capitalism, Oxford, Oxford University Press, 2001.

15 Michel Offerlé, Sociologie des organisations patronales, Paris, La Découverte, 2009.

16 Cf. Jacques Palard, La Beauce Inc. Capital social et capital régional, Presses de l’Université de Montréal, 2009.

17 Ce type de dynamique a été étudié en détail dans le cas de la Silicon Valley par Michael Ferrary dans « Pour une théorie de l’échange dans les réseaux sociaux. Un essai sur le don dans les réseaux industriels de la Silicon Valley », Cahiers internationaux de sociologie, volume cxi, juillet-décembre 2001, pp. 261-290.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search