Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les banques et les mutations des entreprises

 | 
Hubert Bonin
, 
Jean-François Eck

Partie I. Les leviers de l'histoire bancaire

Chapitre 3-Les sources de l’histoire bancaire aux Archives nationales du monde du travail

Françoise Bosman et Gersende Piernas

Résumé

Les Archives nationales du monde du travail à Roubaix conservent un ensemble d’archives bancaires historiques d’environ 8 kilomètres unique en France. Publics ou privés, ces 89 fonds proviennent du monde du négoce, du courtage et du monde bancaire majoritairement français, d’envergure aussi bien internationale, nationale que locale. Ils renferment des archives originales ou microfilmées couvrant une période allant de 1663 à 2011 et relatives à leur constitution, leur administration et à leurs activités. Ces fonds classés sont désormais largement accessibles aux chercheurs grâce à la signalisation de leurs inventaires sur le site Internet des ANMT, qui y trouveront des sources non seulement économiques, mais aussi politiques, techniques et sociales, méconnues et parfois inédites.

The Archives nationales du monde du travail in Roubaix keep an exceptional collection of historical bank archives of approximately 8 kilometres unique in France. Public or private, these 89 funds come from the world of brokerage and banking mainly French, both of international, national and local role. They contain original or microfilmed archives covering a period from 1663 to 2011 and relating to their constitution, administration and activities. These funds are classified now widely available to researchers through the signalling of their inventory on the website of ANMT, who will find sources not only economic but political, technical and social, sometimes new and unknown.

Texte intégral

1Le site des Archives nationales de Roubaix a été créé en 1983 dans l’ancienne filature Motte-Bossut au cœur de la ville textile et inauguré en octobre 1993 ; il constituait le cinquième et dernier Centre des Archives nationales. À la fin de l’année 2006, dans le cadre d’une réforme générale des Archives nationales et la perspective d’un nouveau site à Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) à l’horizon 2011, la structure juridique des Archives nationales a été modifiée pour aboutir à l’organisation de trois Services à compétence nationale :

  • les « Archives nationales » constituées du site historique parisien, du site de Fontainebleau et du site de Pierrefitte actuellement en préfiguration,

  • les « Archives nationales de l’Outre-Mer » à Aix-en-Provence,

  • les « Archives nationales du monde du travail » à Roubaix.

2On sait que, très vite après son ouverture, le site de Roubaix a vu ses missions radicalement évoluer : il est passé de missions scientifiques axées sur la région Nord-Pas-de-Calais et sur la région parisienne à des missions couvrant tout le territoire national : le maillage de cinq centres interrégionaux pour partager la conservation des fonds économiques et sociaux français au plus près de leur provenance devait rester un projet malheureusement inabouti, amenant Roubaix à faire face, sans moyens particulièrement accrus, à l’absence des quatre autres sites. Ainsi, après avoir reçu les transferts de la quasi-totalité des anciennes séries AQ (fonds d’entreprises) et AS (fonds d’associations) dans les premières années de son fonctionnement, le Centre des Archives du monde du travail (Camt dans sa dénomination première) a été mis devant la nécessité impérieuse de veiller sur la France entière. Pour être exact, ceci était déjà le cas du fait que la Section des archives économiques, créée après la Seconde Guerre mondiale sur le site parisien, était en relation directe avec les sièges sociaux nationaux d’entreprises et d’associations presque tous évidemment localisés sur Paris.

3Il faut redire ici l’intérêt de l’ouverture d’un site d’Archives nationales spécialisé dans la conservation – qui devient bien vite du sauvetage – des fonds économiques et sociaux. La réussite vient d’un paradoxe : en retard sur leurs voisins dans ce domaine durant toute la première moitié du xxe siècle, les archivistes français vont se trouver dans une configuration tout à fait unique qui fait intervenir directement l’État dans la constitution de fonds privés, de surcroît détenus par des producteurs qui, soit se méconnaissent, soit se combattent. L’État est donc l’élément unificateur et moteur d’une vraie politique nationale, qui trouve aussi son écho en Archives départementales. Il permet, depuis plus de cinquante ans, et surtout depuis la crise des années 1980 qui voit se transformer radicalement le monde industriel français et ses fleurons (textile, chantiers navals, sidérurgie, charbonnages, banques), de donner toute leur valeur aux fonds privés, en interaction avec les fonds publics. Placé devant des masses d’archives à sauver, le Camt a voulu, à chaque fois que cela était possible, ne pas extraire les fonds de leur lieu de production et a donc travaillé en réseau avec les Archives départementales et en osmose avec les initiatives privées telles que les services d’archives créés en interne dans les entreprises, les associations, les syndicats, les mouvements caritatifs – le concept de monde du travail a élargi considérablement le champ de la collecte, y compris au niveau des cabinets d’architectes – et telles que les Fondations.

4En 2011, les Anmt totalisent 40 km linéaires d’archives pour une capacité totale de 52 km. Les archives d’entreprises représentent environ 60 % de cet ensemble. Parmi elles, on comptabilise 8 km linéaires d’archives bancaires. On entend par archives bancaires celles provenant du négoce, du courtage et des banques, l’ensemble de ces activités étant étroitement lié. Ce chapitre dresse le bilan archivistique de ces fonds afin d’en offrir un panorama à la recherche historique. Il convient ici de revenir sur l’histoire de leur collecte, sur leur traitement archivistique et sur leur contenu.

1. Un panorama des fonds bancaires

5Les fonds bancaires sont composés de plusieurs ensembles, dont la variété s’explique par la diversité des parcours suivis dans l’histoire récente de ces archives.

A. Les Anmt héritières d’une collecte séculaire

6Les archives bancaires ont été, dès les années 1950, au cœur de la collecte de la Section des archives économiques des Archives nationales. Elles sont conservées au sein de la série AQ « Archives d’entreprises », et représentent 44 fonds collectés. Les premiers entrent bien avant la création de cette section pour être conservés dans la série AB XIX : celui de la Banque de Laborde est donné en 1911 et celui de la banque Camondo en 1939. À l’ouverture de la série AQ, ils y sont re-cotés. Le dernier fonds bancaire collecté de la série AQ est celui de la banque Mirabaud, donné en 1995. Cette première collecte parisienne représente 3 897,35 mètres linéaires de documents originaux. Il faut aussi y ajouter 140 bobines de documents microfilmés. Les fonds bancaires AQ couvrent une période allant de [1663] à 1991.

7Sur ces 44 fonds, sept sont des fonds publics, soit dès leur création, soit par nationalisation :

  • Compagnie des agents de change de Paris, puis Société des Bourses françaises (agents publics depuis 1572)

  • Banque nationale pour le commerce et l’industrie (nationalisation de 1945)

  • Compagnie financière de Suez (nationalisation de 1982)

  • Banque hypothécaire franco-argentine (nationalisation de 1982, car filiale de la CFS)

  • Banque Rothschild (nationalisation de 1982).

8Ces archives publiques représentent 2 031 mètres linéaires et dix bobines de microfilms, soit un peu plus de la moitié des fonds bancaires collectés sur Paris. Les autres sont des archives privées entrées par différentes voies : douze dons, trois achats, une déshérence, quinze dépôts et deux séquestres : les archives de Commerzbank et Mitsubishi, branches françaises, ont été mises sous séquestre en 1944 et sont devenues propriété de l’État à l’issue de la procédure.

9Le microfilmage est aussi un mode d’entrée mais aux contours juridiques particuliers. Soit ces microfilms sont issus d’une campagne de substitution des originaux collectés à préserver, soit ils sont l’alternative à la non-collecte des archives papiers originales parce que les propriétaires, quoique convaincus de contribuer à l’histoire économique, hésitent à les confier, même sous forme de dépôt. Ainsi, le microfilm devient un moyen très facile de résoudre le problème, notamment pour cinq fonds (banque Seillière, banques départementales, Comptoir des entrepreneurs, Caisse générale du commerce et de l’industrie, Caisse des comptes courants). Le microfilm appartient à l’État et le contenu peut être néanmoins toujours soumis à l’autorisation du déposant pour sa communication. Par ailleurs, certains fonds n’ont pas été transférés à Roubaix à l’ouverture du Camt, après refus des propriétaires de quitter le site de Paris. Leur collecte a été rendue en partie possible via les microfilms de substitution qui préexistaient et étaient contemporains à leur première collecte (Papiers Greffuhle et Gradis).

10La collecte du site de Roubaix a été avant tout un complément des premiers fonds transférés (Association nationale de porteurs de valeurs mobilières, banques Mallet, Neuflize, ottomane, Raphaël, Schlumberger, Thuret, Société des Bourses françaises) puis une prospection plus large. En 2012, le bilan annuel de l’année passée montre que la collecte des archives des firmes compose encore 60 % des entrées du site de Roubaix. Parmi elles, les fonds bancaires ont continué à arriver, soit 4 190,32 m.l. : par exemple, le chantier de 2001 à 2007 pour recueillir l’ensemble du fonds historique du Crédit foncier de France et le retour en 2003 des fonds de la Fondation pour l’histoire de la banque et de la finance (archives Neuflize, Schlumberger, Mallet, Seillière, Demachy, Thuret, Abn Amro) qui, après avoir été restitués à la Fondation par les Archives nationales à Paris, ont été à nouveau transférés à l’État sur l’actuel site de Roubaix au terme des travaux de la Fondation. Le patrimoine bancaire privé suit ainsi la volonté de leurs propriétaires et les Archives nationales savent répondre aux sollicitations, qu’il s’agisse de restituer des fonds déposés pour aider à la constitution de pôles de recherche et de mise en valeur, ou qu’il s’agisse de les reprendre en charge lorsque les conditions de pérennité de ces pôles ne sont plus garanties. Évidemment, l’option du don à l’État, à chaque fois que cela est possible, est de loin la solution préférable, mais elle ne peut pas être systématisée dans le domaine des archives bancaires dont la transmission d’un propriétaire à l’autre est la règle, plus fortement que dans n’importe quelle autre activité. On compte ainsi 45 fonds collectés de 1987 à 2011 :

  • huit versements d’archives publiques : Compagnie financière de Suez, Société des bourses françaises, soit 1 416,16 mètres linéaires et quatorze bobines de microfilms, et donc un tiers de la collecte roubaisienne,

  • 37 fonds d’archives privées : sept dons, un achat, deux déshérences, 27 dépôts.

11Ces fonds couvrent une période allant du xviiie siècle à 2008.

12Parmi tous ces fonds, on remarque la présence de fonds bancaires en provenance d’établissements bancaires, de clients, de familles ou de personnes ayant fondé une banque (Ouvrard, Rothschild) ou y travaillant (Fonds Jean Peyrelevade, l’ancien président de la Compagnie financière de Suez, puis de l’Uap). Les archives professionnelles sont intimement mêlées aux archives familiales. Ces fonds côtoient ceux de sociétés de négoce dont les activités amorcent celles des banques, ainsi que ceux de la Compagnie des agents de change de Paris, devenue Société des Bourses françaises puis Euronext, qui représentent les activités boursières, de même que ceux de la maison Lebel, Laborne & Cie, courtiers en valeurs mobilières, ou ceux d’associations (Association nationale de porteurs de valeurs mobilières et Association de défense des créanciers de la banque Pallas-Stern-Adefic) et ceux de compagnies financières (Suez).

13Cette collecte s’est aussi accompagnée de propositions sans suite. Ainsi, la Section économique et sociale s’est vu proposer en mars 1979 par la Banque française du commerce extérieur, dont le siège est Paris, le dépôt éventuel de ses archives historiques. Elle demanda quelles typologies documentaires seraient susceptibles d’intéresser les Archives nationales. Le dossier a traîné jusqu’en 1980, où l’on apprit que, finalement, elle souhaitait connaître seulement les délais de conservation et de communication plutôt que de confier ses documents.

14Le Camt puis les Anmt n’ont pu collecter les archives du Crédit du Nord, pourtant nationalisé en 1982. Le premier contact se fait en 1995 via la direction de la communication de la banque : un retraité du Crédit du Nord en charge d’un mémoire sur le centenaire de l’établissement conserverait des documents chez lui ; le dossier indique clairement que, malgré l’appui du Crédit du Nord, il demeure récalcitrant et difficile à convaincre. Il faut attendre 1999 pour que le Crédit du Nord sollicite à nouveau le Camt afin de lui confier les archives historiques stockées à Gondecourt (Nord). Mais, n’ayant obtenu aucune intervention du service, il ne donne plus suite, malgré une relance en 2006. Il est apparu que ces archives avaient été collectées entre-temps par le service des archives historiques de la Société générale, puisque ce groupe avait acquis le Crédit du Nord. En un autre exemple de ces difficultés, en 2007, le Camt est contacté par un descendant de la banque Cottus à Sarlat dans le Périgord ; il s’agit d’une banque locale fondée en 1898 et cédée en octobre 1956 à un ancêtre de Bnp Paribas, la Bnci, dans le cadre de l’extension du réseau d’agences de cette dernière. Passée la prescription trentenaire, le père du descendant a, par souci de confidentialité, préféré détruire l’essentiel des dossiers et informations relatives à la clientèle, comme, par exemple, les doubles de relevés de comptes, les correspondances, etc. Seuls subsistent donc quelques grands livres de comptes, inventaires, soit environ 30 mètres linéaires. Le propriétaire est également en contact avec l’Association pour l’histoire de Bnp Paribas, mais le dossier est resté sans suite.

15En tout, ce sont 89 fonds collectés sur sollicitation extérieure. En effet, les grands établissements bancaires, y compris nationalisés, ont eu recours assez tôt à la création de leur propre service d’archives. On notera la difficulté à collecter les archives publiques des banques nationalisées : problème de personnel scientifique, respect et connaissance de la loi Archives, courte durée de la nationalisation, fonds d’importance matérielle notoire, etc. Les archives bancaires publiques collectées sur Paris et sur Roubaix représentent 43 % de la collecte.

16Ces 8 km linéaires conservés aux Anmt concernent des établissements français remontant pour les plus anciens aux xve et xvie siècles (Gravereau, Gradis, Compagnie des agents de change) et pour les autres allant jusqu’au xxie siècle. L’ensemble des différents types d’établissements bancaires (émissions, dépôts, escomptes, finances) est représenté : des banques d’Ancien Régime aux banques du xixe siècle (Banque de France, Banques départementales, Comptoirs d’escompte, Caisses d’épargne, banques coloniales, crédits fonciers et banques hypothécaires, banques coopératives) et du xxe siècle. On y distingue les banques commerciales des banques d’affaires, et notamment la Haute Banque. On remarque des établissements nationaux réputés et d’autres locaux qui le sont moins. Tout un réseau de petits établissements bancaires apparaît également dans la clientèle de ces grandes banques. Les établissements bancaires étrangers sont aussi représentés par leur filiale en France (Commerzbank, Mitsubishi, Abn Amro, par exemple) mais aussi par leurs implantations à l’étranger (NM Rothschild & Sons en Angleterre, Banque ottomane). Les archives d’Euronext et de l’Association nationale de porteurs de valeurs mobilières concentrent, comme certains fonds bancaires, une documentation abondante sur les sociétés cotées en Bourse, dont les banques à la fois françaises et étrangères.

17Il a semblé intéressant de donner ci-après la liste et les références archivistiques de tous les fonds bancaires donnés ou déposés à Roubaix en distinguant la collecte à Paris jusqu’en 1993, puis celle à Roubaix à compter de cette date. Les fonds de la Haute Banque sont surlignés sur cette liste, puis ensuite détaillés dans la seconde partie de ce chapitre.

B. Des fonds majoritairement classés et accessibles

18Sur les 89 fonds conservés, seuls sept ne sont pas classés et un est toujours en cours de classement, le fonds Rothschild et sa volumineuse correspondance de la clientèle. Les autres disposent tous d’un inventaire papier et/ou électronique, dont un seul, celui de la Caisse centrale de crédit coopératif, a été publié en 2000. Par ailleurs, les Anmt ont lancé en 2010 une campagne de rétro-conversion des inventaires papier dactylographiés afin de les mettre en ligne sur leur site Internet [www.archivesnationales.culture.gouv.fr/camt]. L’on peut ainsi choisir un fonds par rapport à sa raison sociale, à son nom propre, à son titre en circulant rapidement dans la liste alphabétique. Les fiches descriptives permettent d’entrer dans l’inventaire détaillé. Aucun autre mode d’interrogation n’est disponible pour l’instant, mais les Archives nationales du monde du travail constituent le Service qui offre le plus d’instruments de recherche en ligne au sein du réseau des archives publiques.

19Ce riche ensemble bancaire, depuis longtemps consulté pour les entrées les plus anciennes, et pour lesquels, parfois, les travaux de tri et de classement des archivistes s’échelonnent sur un demi-siècle (comme c’est le cas du fonds Rothschild qui a fait l’objet de l’attention de tous les chefs de service qui se sont succédé : Bertrand Gille, Isabelle Guérin-Brot, Françoise Hildesheimer, Yvette Lebrigand, Georges Mouradian, Françoise Bosman), offre encore des découvertes. C’est ainsi que le classement actuel du fonds Rothschild, devant aboutir à un inventaire imprimé publié, a permis de retrouver, noyées dans la correspondance financière, des lettres quotidiennes relatives aux événements de la Commune de Paris entre janvier et mai 1871, adressées entre la baronne Betty, nièce et épouse d’Edmond de Rothschild, et le général Changarnier en garnison avec les troupes versaillaises. Le même fonds recèle aussi par exemple, pour le début du xxe siècle, des rapports détaillés et des comptes rendus d’activité de l’École d’Ispahan (Iran) de l’Alliance israélite universelle (Aiu) fondée et financée par la banque pour venir en aide aux juifs d’Iran vivant dans la misère et promouvoir un enseignement laïc républicain intégralement en français, dans un environnement totalement musulman.

20Ainsi, le plus grand ensemble d’archives privées bancaires transféré à un service public d’archives en France est à Roubaix, aux Archives nationales du monde du travail. Quelles en sont les caractéristiques ? Contrairement à ce que l’on pourrait croire s’agissant d’archives liées au secret des affaires financières, l’équilibre de la collecte se fait entre fonds librement communicables et fonds sous autorisation du propriétaire (41 fonds), ce qui signifie qu’il y a suffisamment de versements, de donations à l’État et d’achats par rapport aux fonds déposés par contrats révocables. Notons que la politique initiée en 1949 par le directeur général des Archives de France Charles Braibant, s’agissant du microfilmage de fonds dont les propriétaires ne voulaient pas se dessaisir, a porté ses fruits, puisque l’on compte quelques fonds bancaires n’existant que sous cette forme mais ce type de collecte a cessé à partir des années 1980. En effet, les archivistes privilégient désormais la collecte de documents originaux. La communication des fonds, même sur autorisation, s’effectue sans difficulté, les lecteurs obtenant quasi systématiquement un accord positif des propriétaires.

C. Analyse du contenu des fonds

21La collecte idéale d’un fonds bancaire comprendrait la totalité des documents produits et reçus par cette banque, à savoir ceux relatifs à sa constitution, à son administration et à ses activités. Aucun fonds bancaire complet n’a été collecté, mais certains sont mieux garnis que d’autres. Ainsi, beaucoup sont partiels comme :

  • les banques Adam, Akar, Bernard et Goudchaux & Cie, Blanc, Bnci, Camondo, Espirito Santo et de la Vénétie, Fould et Heine, Fraimer SA, Gravereau, Grenier, Intérêts français, Laborde, Mallet Frères et Cie, Mirabaud, Pâris-Duverney, Patot et Cie, Schlumberger & Cie, Seillière-Demachy, les banques départementales, la Caisse d’épargne de Paris, le Comptoir des entrepreneurs, le Crédit mobilier, la maison de commerce Briansiaux, Fonds Ouvrard, Fonds Peyrelevade, Fonds de clientèle bancaire. Ils ne comprennent plus ou moins que les statuts, les procès-verbaux et les rapports des assemblées générales et du conseil d’administration, les séries de registres de comptabilité, des dossiers de clients, de la correspondance.

  • la Compagnie des agents de change de Paris, devenue Société des Bourses françaises, l’Association nationale de porteurs de valeurs mobilières, ne comporte que de la documentation sur les entreprises (statuts, rapports, coupures de presse, plaquettes et brochures). Les archives de fonctionnement ont été collectées par le service archives du Ministère de l’économie et des finances.

  • le fonds de la banque Barclays (France) ne conserve que des archives d’autres entreprises, notamment celles de la banque Rothschild et de sociétés financières.

22Les fonds les plus fournis sont :

  • la Commerzbank (France), dont les archives ont été séquestrées en 1944, offre à la fois des documents sur le personnel, les finances, l’organisation et les dossiers d’affaires, avec une correspondance non négligeable.

  • Mitsubishi (France), dont les archives ont été séquestrées en 1944, offre en plus des documents sur les actionnaires et les procès-verbaux des organes de décisions.

  • la maison Dreyfus Frères a conservé les statuts, les procès-verbaux des organes de décision, les documents financiers, les documents comptables et de la correspondance.

  • les banques Bnc, Dumény & Cie, Gradis, Hypothécaire franco-argentine, Neuflize, Raphaël, Rothschild, Thuret et Cie, la Caisse centrale de crédit coopératif, la Banque ottomane, le Crédit foncier de France et la Compagnie financière de Suez offrent les fonds les plus complets.

23Les fonds suivants comprennent aussi des archives familiales (généalogie, titres de propriété et successions, papiers personnels, gestion des propriétés, actions sociales, correspondance) : maison de commerce Briansiaux, les banques Mallet Frères & Cie, Raphaël, Rothschild, Seillière-Demachy, Thuret et Cie, et le fonds Ouvrard. On y discerne l’imbrication des parcours familiaux avec la vie des établissements bancaires, se confondant parfois. La vie quotidienne de ces familles de banquiers est ainsi révélée. Les archives bancaires sont donc avant tout celles des élites commerciales et financières, françaises et étrangères, et de confessions religieuses diverses (israélite, catholique, protestante).

24Si cet ensemble bancaire porte essentiellement sur la période industrielle du xixe siècle et post-industrielle du xxe siècle, quelques fonds néanmoins datent de l’Ancien Régime et de la période révolutionnaire : c’est ainsi que les dates extrêmes de ces archives s’échelonnent de 1613 à 2008. Sur une telle distance de temps, la typologie des documents entremêle diversité et permanence. On peut y capter l’évolution du mode de travail bancaire, de ses domaines d’action, de ses normes, de ses méthodes et de son vocabulaire. Le monde des banques et celui des affaires industrielles s’interpénètrent. La politique et l’administration y sont aussi présentes. C’est pourquoi les fonds bancaires de Roubaix sont encore à découvrir, pas seulement par les historiens, mais par toutes les disciplines des sciences humaines.

2. L’apport des archives de la Haute Banque.

25Ce chapitre souhaite avant tout mettre l’accent sur l’importance des fonds de la Haute Banque conservés à Roubaix, parfois difficile à cerner (acteurs, activités, etc.) mais qui a laissé de nombreuses archives. L’historien Alain Plessis, dans l’ouvrage La banque Seillière-Demachy : une dynastie familiale au centre du négoce, de la finance et des arts, publié par Perrin et la Fondation pour l’histoire de la Haute Banque, indique à propos de la Haute Banque : « Cette expression, apparue sous la Restauration, désignait un nombre restreint de banquiers, une vingtaine dans les années 1840, une dizaine entre les deux guerres mondiales. On n’en possède pas la liste officielle, puisqu’il n’y a aucune condition statutaire d’admission dans cette élite. En définitive, la qualité honorifique de membre de la Haute Banque est inséparable de la direction d’un établissement bancaire parisien riche, respectable en raison de son ancienneté, et constitué sous la forme d’une maison privée, d’une société de personnes (en nom collectif ou en commandite simple), et non d’une société par actions. La Haute Banque ne constitue pas pour autant un milieu homogène, et certains des traits ordinairement attribués à ses membres ne se retrouvent que chez la majorité d’entre eux : ainsi leurs débuts dans le grand négoce qui a conduit ces ʺ marchands banquiers ʺ à des activités bancaires, leur origine étrangère, leur appartenance à la religion protestante ou à la religion juive, leur participation précoce aux grandes opérations financières internationales, ou encore l’entrée d’un représentant de la famille dans le Conseil de régence de la Banque de France. » Les vingt fonds (surlignés dans la liste ci-dessous), et qui font l’objet des présentations qui suivent, correspondent donc globalement à cette définition.

A. Les archives de la banque Camondo (1 AQ)

26La banque Camondo est fondée à Constantinople par la famille éponyme, sujette du Saint Empire Romain Germanique et surnommée les « Rothschild de l’Est » ou « de l’Orient ». Entre 1804 et 1925, cet établissement est une haute banque d’affaires dont l’espace géographique d’intervention s’élargit progressivement de Constantinople et Vienne à Paris et jusqu’à New York et Pékin. D’abord, ce sont des commerçants de matières premières et des joailliers devenus grands argentiers de l’Empire ottoman (1834-1868). Les Camondo sont donc passés de la banque commerciale d’Ancien Régime ancrée sur des territoires régionaux aux ressources complémentaires (Méditerranée et Mitteleuropa) à une nouvelle Haute Banque mondialisée opérant à partir de Vienne et de plus en plus depuis Paris et Londres. Cette continuité de la maison dans la banque d’affaires a conduit à la création d’un fonds d’archives comptables avec une organisation simple et immuable où il manque toutefois les papiers et dossiers d’études des affaires projetées ou réalisées.

27Le fonds 1 AQ, qui ouvre la série des fonds économiques des Archives nationales (site parisien), est entré par don en 1939. Le dossier d’entrée ne comporte aucun document d’information juridique. Cette date d’entrée aux Archives nationales est très émouvante. En 1939, à l’approche de la guerre, Léon Reinach, époux de Béatrice de Camondo, cherche à empêcher la spoliation des collections familiales : immeubles, meubles, œuvres d’art, archives familiales et dossiers d’affaires. En effet, en 1942 et 1943, Béatrice, qui a divorcé de Léon Reinach, et sa fille Fanny, puis Léon et Bertrand sont déportés à Auschwitz où ils sont assassinés par les Nazis entre 1943 et janvier 1945. Cette tragédie met fin à la dynastie des Camondo. Les Archives nationales du monde du travail ont procédé en 2008 à l’ouverture des lourds registres bancaires fermés par des serrures dont les clefs avaient disparu. Le fonds a été pointé avec l’inventaire d’origine de Georges Bourgin. Les registres ont été nettoyés, reconditionnés et rangés en magasin à plat. Durant l’été 2009, Marie-Lucie Rossi, docteur en histoire, a pu travailler sur le fonds de manière approfondie, en révisant la totalité de l’inventaire pour aboutir à la présente version. Quatre de ces précieux registres ont été prêtés pour l’exposition La splendeur des Camondo de Constantinople à Paris (1806-1945), au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme à Paris, du 1er janvier au 7 mars 2012.

B. Les archives de la banque Seillière (cotes 27 AQ et 12 Mi, 2003 053)

28Localisée en Lorraine, liée aux Wendel et associée au développement industriel après la fabrication de draps à Sedan et les fournitures militaires sous le Premier Empire, la banque est d’appartenance catholique, seul cas parmi les autres maisons protestantes et juives. Elle est reprise par la banque Demachy. Celle-ci rend des archives à la famille Seillière. Les dossiers concernant Le Creusot et les Schneider sont alors détruits.

29Madame Seillière, comtesse de Durfort, représentante de la famille, autorise les Archives nationales en 1949 à microfilmer des correspondances familiales et des inventaires de la Maison entre 1828 et 1850 constituant l’entrée 27 AQ et 12 Mi 1 et 2. Les deux volumes originaux de ces correspondances sont ensuite restitués à la famille. Ces microfilms sont toujours aujourd’hui communiqués sous l’autorisation de Madame la comtesse Philippe de Boissieu, fille de la comtesse de Durfort. Dans les années 1970, la déposante demande aux consultants aux Archives nationales que lui soit adressé par courrier « le résumé des éléments qui vous ont semblé intéressants ». Puis, les autorisations de reproduire les microfilms sont suspendues par la famille. Attentive à son patrimoine, elle assortit ses autorisations de consultation de la demande d’envoi des travaux des lecteurs, avant que ces textes soient diffusés ou publiés. Cette demande rejoint celle des Archives nationales, soucieuse d’enrichir les données imprimées (tirages, littérature grise, articles, livres) issues des études des universitaires et chercheurs, sans que cette transmission soit cependant posée préalablement à l’utilisation que peut en faire la communauté scientifique.

  • 1 Aujourd’hui : OBC Neuflize.

30Des documents originaux arrivent aux Archives nationales en 2003 pour la première fois lors de la rétrocession des fonds jusque-là gérés par la Fondation pour l’Histoire de la Haute Banque. Ce complément au fonds 27 AQ microfilmé avait déjà été signalé en son temps par I. Guérin-Brot dans ses dossiers : « Des archives Seillière sont encore conservées après 1850 à la banque Demachy, 223 rue du Faubourg Saint-Honoré à Paris. Elles ne risquent pas d’être détruites. » Le fonds 2003/053 apporte des renseignements sur l’historique de la banque Seillière, sur la généalogie familiale, sur les statuts et la comptabilité, sur un certain nombre d’actes sociaux, sur les titres de propriétés, sur les liens entre Schneider, directeur des Forges de Bazeilles (Ardennes) et François-Alexandre Seillière (correspondance, 1832-1836), ainsi que sur les liens avec les Houillères, Forges et Fonderies du Creusot. Cette entrée est communicable et reproductible sur autorisation de la banque NSMD (Neuflize, Schlumberger, Mallet, Demachy)1, propriétaire signataire en 2003 d’un contrat de dépôt révocable.

C. Les archives de la banque De Neuflize (44 AQ, 144 AQ, 2003 054)

31Cette banque, dirigée par la famille André, protestants de Nîmes (Gard), est installée à Gênes (Italie) sous Louis XIV et, dès la fin du xviiie siècle, prête de l’argent à des princes du sang (Orléans) et à de grands personnages (Choiseul). Installée à Paris à partir de 1800, elle fait du commerce de denrées coloniales et se lance dans les grandes opérations financières, les canaux, l’immobilier, l’assurance, les emprunts. Elle joue un rôle de premier plan dans la fondation des chemins de fer. Liée aux Pereire, elle se développe au Proche Orient, en Turquie et en Égypte. Elle prend le nom De Neuflize en 1896.

32Négocié par Bertrand Gille, le fonds 44 AQ est entré aux Archives nationales en 1956 par contrat de dépôt révocable. L’archiviste déplore alors chez le détenteur des destructions considérables sur la période qui vient de s’écouler, mais souligne l’apport remarquable de ce fonds privé pour la Section des Archives économiques alors que les versements d’archives publiques sollicités auprès des banques nationalisées marquent le pas. Au moment où I. Guérin-Brot transmet l’inventaire définitif et propose de faire détruire les registres de la comptabilité-titres, la banque donne son accord, mais en en demandant la restitution. Les documents classés par les Archives nationales, pour les années 1808 à 1945, se rapportent aux actes de société, aux emprunts, aux relations de voyages, aux relations financières, aux titres de propriétés et à la vie personnelle, avec les archives de la comptabilité centrale et d’abondantes copies de lettres.

33Déposé en 1994 aux Archives nationales, le fonds 144 AQ (articles 41 et 42) apporte un complément de papiers familiaux, d’actes de liquidation de la maison André, de correspondance d’affaires (convention avec la Ville de Paris pour la contribution de la guerre de 1871, dossiers de la Compagnie française pour l’Amérique du Nord). Transférés en 1997 par la Direction des Archives de France à la demande du propriétaire pour mettre en place la Fondation pour l’histoire de la Haute Banque, les fonds 44 AQ et 144 AQ ont été rétrocédés au Centre des Archives du monde du travail en 2003 à la fin des activités de la Fondation. La communication et la reproduction de ces fonds sont aujourd’hui placées sous l’autorisation de la banque NSMD par contrat de dépôt révocable signé en 2003. Accompagnant cette rétrocession, un nouveau dépôt, coté 2003 054, apporte un complément de papiers familiaux et de sociétés De Neuflize dont les plus anciens remontent à la fin du xviiie siècle : actes de société, journaux et grands livres, inventaires, liquidations, successions de famille. Ce fonds est communicable et reproductible également sur autorisation de la banque NSMD.

D. Les archives de la banque Mallet Frères et Cie (57 AQ, 144 AQ, 2003 054)

34Isaac Mallet est issu d’une famille rouennaise protestante émigrée à Genève (Suisse). En 1723, il fonde à Paris une maison de banque et de commission. Au xixe siècle, elle joue un rôle important dans la Haute Banque. Les archives ont subi de lourdes pertes avant 1770 puis entre 1820 et 1870. Le premier fonds est entré aux Archives nationales en 1952, puis le deuxième en 1972 et 1973 pour lequel I. Guérin-Brot reçoit l’autorisation « d’ouvrir par effraction les volumes », car les clés des serrures sont introuvables à la banque. Les documents concernent les grands livres et journaux, les livres d’inventaires et comptes de liquidation de sociétés. Un complément important entre en 1994 sous la cote 144 AQ (articles 1 à 40). Il comporte les actes sociaux et les papiers fondamentaux des différentes sociétés Mallet de 1713 à 1895 et de 1901 à 1927, des bilans, des liquidations, de la correspondance d’affaires et familiales, des grands livres, des évaluations du portefeuille-titres, des comptes de profits et pertes.

35Transférés en 1997 par la Direction des Archives de France à la demande du propriétaire pour mettre en place la Fondation pour l’histoire de la Haute banque, les fonds 57 AQ et 144 AQ ont été rétrocédés au Centre des Archives du monde du travail en 2003 à la fin des activités de la Fondation. La communication et la reproduction de ces fonds sont aujourd’hui placées sous l’autorisation de la banque NSMD par contrat de dépôt révocable signé en 2003. Accompagnant cette rétrocession, un nouveau dépôt coté 2003 054 complète l’ensemble, notamment en documentation généalogique importante sur la famille Mallet et le Musée Oberkampf. Il contient également les dossiers de la clientèle privée. La communication et la reproduction sont placées sur autorisation de la banque actuelle (OBC Neuflize).

E. Les archives de la banque Thuret et Cie (68 AQ, 2003 060)

36Isaac Thuret, chef d’une maison de commerce d’Amsterdam (Pays-Bas), s’installe à Paris en 1810 et crée également une maison au Havre en 1815. Jusqu’en 1830, la banque participe à toutes les grandes opérations financières. Elle s’intéresse en outre à l’usine métallurgique de Pont-sur-l’Ognon (Haute-Saône) où Fourneyron mit au point sa turbine et à la manufacture d’Ourscamp (Oise). À partir de 1830, ayant cédé son affaire, Thuret passa sa vie dans d’interminables procès.

37Le fonds 68 AQ entre aux Archives nationales en 1954. La banque livre 21 caisses non inventoriées pour la période 1816-1850, en précisant que, s’il s’y trouve des documents familiaux, elle pourra reprendre certains d’entre eux. Les documents se rapportent aux actes de société, aux affaires industrielles et aux canaux, aux contentieux, aux affaires de la maison Thuret. La correspondance bancaire reçue est classée pièce à pièce, par lieux puis par correspondants, suivie des copies de lettres envoyées et de la comptabilité. Vingt cartons, envoyés à la décontamination avant inventaire, et deux cartons complémentaires apportés à Roubaix par Daniel Thuret en novembre 2003, sont à décrire et à intégrer dans l’ensemble. Ce fonds est à présent placé sous la propriété des descendants de la famille par contrat de dépôt révocable signé en 2003.

F. Les archives de la banque Schlumberger & Cie (114 AQ, 144 AQ, 2003 054)

38Créée en 1919 par Maurice Schlumberger, André Istel et Louis Noyer, qui formèrent entre eux une société en nom collectif, la banque Schlumberger, Istel & Noyer était spécialisée dans la gestion de portefeuilles de valeurs mobilières pour le compte de particuliers et de quelques grandes affaires. Puis, elle développe ses activités d’arbitrages sur titres internationaux, en même temps qu’elle s’intéresse à des affaires industrielles, telles que l’industrie des véhicules électriques. Suite aux liens de parenté existant entre les dirigeants, la banque Schlumberger s’allie en 1945 avec Neuflize pour donner De Neuflize, Schlumberger et Cie.

39Le fonds 114 AQ est entré aux Archives nationales en 1971. La banque a demandé que lui soient rendues les archives proposées à la destruction à l’issue du travail d’inventaire. Échelonnés de 1919 à 1955, les documents sont composés de la comptabilité des deux maisons successives : bilans et balances, journal général, grands livres et comptes, impôts. Le fonds 144 AQ (articles 43 à 47) constitue un complément intéressant : papiers familiaux, historiques de la maison, statuts et augmentations de capital, correspondance d’affaires, assemblées générales, transformation en société anonyme à partir de 1944. Transférés en 1997 par la direction des Archives de France à la demande du propriétaire pour mettre en place la Fondation pour l’histoire de la Haute Banque, les fonds 114 AQ et 144 AQ ont été rétrocédés au Centre des Archives du monde du travail en 2003 à la fin des activités de la Fondation. La communication et la reproduction de ces fonds sont aujourd’hui placées sous l’autorisation de la banque OBC Neuflize par contrat de dépôt révocable signé en 2003.

G. Les archives de la banque Fould et banque Heine (115 AQ)

40La maison est fondée en 1795 par Beer Léon Fould, de Lorraine, sous le nom de Fould & Cie. L’un de ses chefs, Achille Fould, fut ministre des Finances sous le Second Empire. La banque Fould, puis Fould-Oppenheim, fut mise en liquidation en 1875 et reprise par Michel Heine et Armand Heine, associés en 1873, venus d’une famille de banquiers allemands. Les Heine avaient précédemment dirigé une banque à La Nouvelle-Orléans. Alfred Bechmann, principal collaborateur, puis son fils René Bechmann, puis son petit-fils Jacques Bechmann deviennent associés gérants à partir de 1904. Michel Heine et Georges Heine sont régents de la Banque de France. René Bechmann est administrateur de la Banque ottomane et de la Banque de Syrie et du Liban. Quand la banque Heine, qui est absorbée par le Crédit privé (auparavant Crédit algérien), propose ses archives aux Archives nationales en 1966, les dirigeants ne peuvent se résoudre à livrer la totalité des documents et les microfilms prévus ne sont pas effectués. Ainsi échappent au transfert les copies de lettres reliées, la comptabilité ancienne de La Nouvelle-Orléans, et la collection complète des bilans. Recouvrant la période 1807-1920, le dépôt révocable concerne les dossiers de correspondance des affaires importantes (emprunts et investissements). Communication et reproduction sont soumises à l’autorisation du déposant, c’est-à-dire aujourd’hui David de Rothschild.

H. Les archives de la banque Rothschild (132 AQ)

41Créée à Francfort (Allemagne) à une date non connue, la banque Rothschild y cesse ses activités en 1901. La maison de Londres, fondée par Nathan Meyer Rothschild en 1804 existe toujours aujourd’hui. James Meyer Rothschild s’établit à Dunkerque en 1811 et à Paris en 1812 où la maison existe actuellement. L’installation de la banque à Vienne (Autriche) se fait en 1821 avec Salomon de Rothschild, date à laquelle Karl Meyer Rothschild s’installe à Naples (Italie). La maison de Naples disparaît en 1862 et celle de Vienne en 1931 avec le krach du Kredit Anstalt. Ainsi se trouvait constitué le groupe des cinq frères Rothschild. La banque Rothschild a été nationalisée en 1982 en France. Ses archives sont donc publiques. Les maisons Rothschild sont d’abord des maisons de commerce avec une flotte marchande : blé, coton, métaux précieux, or et argent, mercure pour l’affinage. Elles participent ensuite au développement industriel (chemins de fer, métallurgie, pétrole) et aux grandes opérations de crédit public.

42Les archives ont connu bien des vicissitudes. Celles de la maison de Francfort ont été sommairement classées, puis acheminées à Bruxelles où existait une agence, puis à Paris (24 caisses). L’Affaire Dreyfus et son contexte antisémite amènent la banque parisienne à détruire une part importante des documents. Le reste des documents restés à Francfort, postérieurs à 1820, fut détruit en 1912. Le fonds de Francfort conservé à Paris rue Laffitte fut éliminé en 1940 par le directeur, M. Ettinghausen. Les destructions d’archives des deux maisons de Naples et Francfort s’élèvent à 140 tonnes environ. Le fonds de Paris demeure intact jusqu’aux années précédant la Seconde Guerre mondiale (comptabilité et correspondance) : d’après l’inventaire général dressé par la banque, on comptabilise 2 500 volumes passés à la machine à découper (journaux, livres de caisses, livres d’effets, service des titres). 800 caisses furent emportées par les Autorités allemandes d’occupation ; il en revint entre 600 et 650. Ce qui reste cependant de la maison de Paris constitue un fonds exceptionnel, allant de 1811 à 1945. Les archives de la maison de Londres peuvent sans doute compléter les séries parisiennes de lettres.

43Le fonds parisien, d’abord conservé à la Bibliothèque historique de la ville de Paris, entre aux Archives nationales en 1972 pour être conservé à la Cité interministérielle des Archives de Fontainebleau. L’inventaire a été de longue date commencé par B. Gille dans le cadre de ses fonctions d’historien pour le compte de la banque et de professeur de l’Université de Clermont-Ferrand. À cette époque cependant, cet instrument de recherche provisoire ne peut être officialisé et les demandeurs n’ont pas accès au fonds, malgré les autorisations de consultation fournies par la banque. À partir des années 1980, le service des Archives économiques effectue exceptionnellement les recherches et rapatrie de Fontainebleau à Paris à l’avance sur rendez-vous les articles qu’il sélectionne pour le compte des demandeurs. En 1982, la banque est nationalisée et les archives de la banque deviennent publiques, tandis que celles de la famille restent privées. Les autorisations de consultation et de communication sont délivrées pour les archives privées par Éric de Rothschild et David de Rothschild. Les différents inventaires réalisés durant de longues années sans aboutir à un instrument de recherche complet sont cependant mis en ordre à Roubaix pour permettre une consultation d’autant plus aisée que le fonds s’y trouve en fait rassemblé pour la première fois. En 2004, le transfert des droits sur le fonds 132 AQ est réalisé par le propriétaire en direction du Rothschild Archive Trust de la banque de Londres.

44L’inventaire du fonds français est constamment enrichi et a conduit à un colloque international organisé par le Centre des Archives du monde du travail et les Archives de la banque londonienne en novembre 2006 à Roubaix : Les Rothschild et l’Europe de l’Est. Les Actes de ce colloque et un inventaire définitif à publier sont d’ores et déjà programmés, ainsi qu’une présentation croisée avec l’inventaire du fonds familial de Londres sur Internet.

I. Les archives de la Banque ottomane (207 AQ, 2008 034)

45Le fonds de la Banque impériale ottomane, du moins de son Comité de Paris, actif en sus des Comités de Londres et de Constantinople, est entré aux Archives nationales en 1991 sous forme d’un contrat de dépôt révocable signé en 1991. Échelonnés sur la période 1826-1964, les dossiers sont centrés sur l’Empire ottoman et ouvrent sur l’histoire économique, financière, politique, le droit, la sociologie, la psychologie. La banque est créée en 1863 à Istanbul (Turquie) et capte l’attention des banquiers anglais et français (banques Hottinguer, Mallet, Crédit mobilier). Charles Mallet assume la présidence du comité de direction siégeant à Paris et Londres et composé en nombre égal de membres français et anglais. Banque d’émission, la banque ottomane est aussi chargée d’aider les entreprises d’intérêt public, en Turquie et dans tout le Proche-Orient, ainsi qu’en Afrique. Les statuts actuels datent de 1952.

46Les séries documentaires renseignent sur les statuts et organismes statutaires (conseils, assemblées, comité et direction générale), conventions, fondateurs, actionnaires, accords financiers, filiales et participations, emprunts, comptabilité, la Régie co-intéressée des Tabacs de l’Empire ottoman, les Chemins de fer de l’Empire ottoman, la Compagnie des chemins de fer orientaux, la Société des quais, docks et entrepôts de Constantinople, la Compagnie impériale ottomane du port des quais & entrepôts de Beyrouth, et sur d’autres affaires turques, dont les mines, ainsi que sur les affaires serbes, notamment en matière d’emprunts et de chemins de fer.

47Ce fonds n’a pas d’équivalent à Londres, où les archives ont été détruites. Le dossier administratif de l’entrée relève en 1992 que les archives de la banque à Istanbul ne sont pas classées, situation qui change en mars 1997 quand s’ouvre le Centre d’archives et de recherche de la Banque ottomane, en association avec la Fondation pour l’Histoire économique et sociale de la Turquie. Ces archives constituent alors la première collection privée ouverte à la recherche en Turquie. En 2007, la Compagnie financière ottomane dépose une seconde partie de grande valeur historique : registres sociaux, dossiers de personnel, dossiers des affaires importantes. Le siège social de Turquie a été transféré au Luxembourg entre 1993 et 1996, le capital étant à présent détenu à 90 % par Bnp Paribas. En décembre 2006 a été vendu le siège social parisien de la rue Meyerbeer.

J. Les archives de la banque Mirabaud (215 AQ)

48Les Mirabaud sont une famille protestante de Genève dont l’un des membres, Jacques Mirabaud, entre à la banque milanaise en fondant en 1814 son propre établissement. Constitué de quelques articles sur la période 1838-1983, le fonds renseigne sur la fondation de la banque et son fonctionnement. Le second fils (Henri) vient en France en s’associant avec son beau-père, le banquier Paccard. En 1878, la banque devient Mirabaud, Paccard, Puerari & Cie en s’intégrant activement au monde de la finance protestante. Elle acquiert un rayonnement mondial : minerais et métaux non ferreux en Afrique du Nord, Amérique latine et Sud-Est de l’Europe. Banque à statut strictement familial, elle fusionne en 1953 avec la Banque de l’union parisienne. Le fonds est entré aux Archives nationales sous forme d’un don à l’État effectué en 1995. La communication et la reproduction des archives au public sont placées sous l’autorisation du donateur durant trente ans à compter de la date du don, c’est-à-dire jusqu’en 2025, date où elles seront librement communicables.

K. Les archives de la Banque De Neuflize, Schlumberger, Mallet (2003 052, 2003 054)

49Transféré au Centre des Archives du monde du travail en 2003, en même temps que la rétrocession des fonds 44 AQ, 57 AQ, 68 AQ, 114 AQ et 144 AQ par la Fondation pour l’histoire de la Haute Banque, dans le cadre du même contrat de dépôt révocable, le fonds 2003 052 présente les archives de la période contemporaine de la banque de 1939 à 1990. Formant un ensemble, les dossiers retracent les grandes évolutions qui ont conduit au rapprochement entre 1944 et 1950 De Neuflize avec Schlumberger & Cie, à l’intégration en 1961 de la Société de gestion financière (ancienne maison lyonnaise Veuve Guérin & Fils), à la fusion en 1966 de la banque De Neuflize, Schlumberger avec la banque Mallet Frères & Cie, sous la raison sociale Banque De Neuflize, Schlumberger, Mallet, et enfin la fusion en 1980 de la banque Jordaan, filiale de la banque Algemene Bank Nederland (Abn).

50L’inventaire, réalisé par Bénédicte Leconte sous la direction de Raymond Dartevelle, détaille les documents sociaux (statuts, conseils et assemblées), les dossiers de la direction générale, les sociétés formant le groupe, les propriétés immobilières, la gestion et les opérations financières, la comptabilité, le personnel (réglementation et protection sociale, recrutement et formation, comité d’entreprise, société d’épargne à compter de 1952). Il convient de mettre en relation cet instrument de recherche avec les fonds 44 AQ De Neuflize, 57 AQ Mallet et 114 AQ Schlumberger.

51Le fonds est consultable et reproductible sur autorisation de la banque OBC Neuflize, ainsi que le complément accompagnant la rétrocession, coté 2003 054. Cette nouvelle entrée rassemble des documents contemporains entre 1952 et 2000 : gestion du personnel et questions syndicales, publicité et documentation, propriétés (hôtels, golfs, casino), de la comptabilité sur les filiales ou participations (Badoit, Sodas Baby-Foods, Quaker Oats, Franco-Russe, Évian, Vichy, Vittel, Perrier) et des documents sociaux (assemblées, conseils de surveillance, comités exécutifs, directoires, rapports d’activité, réunions stratégiques). Le fonds contient aussi des annuaires et des organigrammes, les dossiers de la clientèle commerciale et des opérations financières, les archives d’administration de sociétés, des dossiers de dirigeants (Frédéric Cruse, Maurice Schlumberger, Rémy Schlumberger, Louis Noyer, André Istel). On relève également des dossiers domaniaux : avenue Hoche à Paris, Versailles et Rueil. L’entrée 2003 054 livre aussi des archives sur le Crédit chimique, appartenant au groupe de la Compagnie française des pétroles, et qui après fusion avec la Banque générale du Phénix (filiale des Agf), cède en 1997 au groupe ABN AMRO ses activités commerciales, que NSM absorbe un an plus tard. On relève une autre part émanant de la banque Jordaan pour la période contemporaine : fiches d’ouverture de comptes, contrats de mariage et successions, comité d’entreprise et bilans. Un certain nombre de dossiers divers (Oberkampf, Alfred Seydoux, Docks et entrepôts du Havre, filatures Casimir Berger) et d’archives déclassées complètent ce dépôt.

L. Les archives de la banque Seillière, Demachy (2003 053, 2003 054)

52Transféré au Centre des Archives du monde du travail en 2003, en même temps que la rétrocession des fonds 44 AQ, 57 AQ, 68 AQ, 114 AQ et 144 AQ par la Fondation pour l’Histoire de la Haute Banque, dans le cadre du même contrat de dépôt révocable, le fonds 2003 053 porte sur la période 1823-1992 et éclaire sur la banque Seillière, Demachy, et la part de plus en plus importante prise par Demachy dans le capital de la banque dès le Second Empire. Si le soutien aux activités manufacturières et à la sidérurgie se poursuit, la banque développe d’autres opérations financières et participe à toutes les grandes créations bancaires : Banque de Paris, Banque ottomane, grands emprunts, chemins de fer. La maison évolue vers une maison de titres. La famille Wendel prend en 1911 le contrôle du capital de la banque Demachy qui devient filiale de Marine-Wendel en 1975. Puis la banque Demachy cède une partie de son capital en 1983 au groupe Worms. En 1994, Worms & Cie contrôle la totalité du capital, et la banque Demachy est vendue en 1997 au groupe Abn Amro.

53L’inventaire réalisé par la Fondation pour l’Histoire de la Haute Banque décrit les statuts, les documents sociaux et comptables, des séries très intéressantes de correspondance d’affaires entre les associés Seillière, Demachy, Schneider et Wendel, sur les propriétés immobilières. Le fonds est consultable et reproductible sur autorisation de la banque OBC Neuflize, ainsi qu’un nouveau dépôt accompagnant la rétrocession, coté 2003 054. Les archives contemporaines de la banque Demachy pour la période 1981-1999 contiennent des documents sociaux, les conseils et assemblées, la fusion de la Demachy avec De Neuflize, Schlumberger, Mallet, des procurations, des rapports annuels.

M. Des archives de l’Algemene Bank Nederland Amsterdam-Rotterdam (ABN AMRO) (2003 071)

54Cette entrée a accompagné la rétrocession et les nouveaux dépôts de NSMD, sous le même contrat signé en 2003. Le fonds n’est pas classé et totalise 25 mètres linéaires de dossiers. Il porte sur la période 1955-1970.

Conclusion. Être dans le mouvement de la vie

55On l’aura compris : la constitution de fonds d’archives privées aux Archives nationales relève d’un grand pragmatisme et d’une écoute des besoins des producteurs des fonds. Cette écoute est d’autant plus nécessaire qu’il s’agit de protéger et de mettre en valeur des dossiers composés d’éléments d’informations conjuguant vie privée et vie publique, mêlant transmission d’un patrimoine familial à chaque fois singulier et témoignages d’activités collectives intéressant la Nation toute entière, à savoir les activités économiques et financières dans le pays et dans le monde. L’État, avec les Archives nationales, apparaît bien être l’artisan du rassemblement de fonds dispersés, et cette concentration donne sens et facilité de travail aux usagers de la salle de lecture de Roubaix. Les droits des propriétaires privés sont sauvegardés par le choix juridique du contrat de dépôt révocable. La concentration à Roubaix de grands fonds bancaires privés de portée nationale donne à lire les connexions et les recompositions financières sur trois siècles.

56Mais il ne s’agit pas de vouloir une centralisation absolue qui serait d’ailleurs irréalisable sur le long terme : d’autres fonds privés historiques (sans utilité fonctionnelle directe pour leurs producteurs) peuvent demeurer dans la gestion interne de ces instances ou dans des institutions prévues à cet effet. Ce choix n’est pas le fait seulement de banques privées, mais aussi de banques nationalisées. Il importe que les fonds d’archives soient protégés, classés, connus (et d’abord par leurs détenteurs), mis en valeur et que leurs inventaires circulent d’une manière ou d’une autre, afin qu’ils servent la recherche en sciences humaines d’une part et les demandes des citoyens d’autre part. Le travail en réseau entre services publics d’archives et institutions, tant privées que publiques, pour rendre plus lisibles, dans les archives, les multiples domaines d’activités économiques et sociales constitue la priorité des Archives nationales du monde du travail.

Tableau 1. Collecte du site parisien

Tableau 1. Collecte du site parisien

Tableau 2. Collecte du site roubaisien

Tableau 2. Collecte du site roubaisien

Notes

1 Aujourd’hui : OBC Neuflize.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540