Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maurrassisme et littérature. Volume  IV

 | 
Michel Leymarie
, 
Olivier Dard
, 
Jeanyves Guérin

Bio-bibliographie des contributeurs

Texte intégral

Martin Motte

Ancien élève de l’École normale supérieure (Ulm, 1988), agrégé et docteur en histoire, Martin Motte est maître de conférences de l’Université Paris-Sorbonne (Centre d’histoire du XIXe siècle, EA3550), détaché au Centre de recherches des Écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan. Il est par ailleurs félibre de la Maintenance de Provence. Ses recherches portent sur les questions stratégiques, les relations internationales, Charles Maurras et Frédéric Mistral. Il a consacré à ces sujets de nombreux travaux, dont Une éducation géostratégique : la pensée navale française, de la Jeune École à 1914, Paris, Economica, 2004 (Grand Prix 2005 de l’Académie de Marine) ; en codirection avec Laure Bardiès, De la guerre ? Clausewitz et la pensée stratégique contemporaine, Paris, Economica, 2007 ; en codirection avec Georges-Henri Soutou, Entre la vieille Europe et la seule France : Charles Maurras, la politique étrangère et la Défense nationale, Paris, Economica, 2009.

Laurent Joly

Chargé de recherche au CNRS (CRHQ-Caen), Laurent Joly a notamment publié L’Antisémitisme de bureau (Grasset, 2011), Les « Collabos » (Les Échappés, 2011), Louis Sadosky, brigadier-chef aux RG, Berlin, 1942. Chronique d’une détention par la Gestapo (CNRS Éditions, 2009), Vichy dans la « Solution finale » (Grasset, 2006) et a dirigé La Délation dans la France des années noires (Perrin, 2012). Il travaille actuellement sur l’histoire de l’Action française, des origines à 1914.

Jean El Gammal

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lorraine, Jean El Gammal a participé à l’Histoire des droites en France, dirigée par Jean-François Sirinelli, Paris, Gallimard, 1992 et à l’Histoire des gauches en France, dirigée par Jean-Jacques Becker et Gilles Candar, Paris, La Découverte, 2004. Il a notamment publié Politique et poids du passé dans la France « fin de siècle », Limoges, Pulim, 1999. Il est également l’auteur de contributions aux volumes sur Maurras, Bainville et Barrès (PU du Septentrion, Peter Lang, 2009-2012).

Michel Leymarie

Maître de conférences habilité à l’Université Charles-de-Gaulle Lille 3 (UMR 8569), Michel Leymarie est notamment l’auteur de Les intellectuels et la politique en France (PUF, coll. Que sais-je ?, 2001) et d’Albert Thibaudet, « l’outsider du dedans » (PU du Septentrion, 2006). Il a dirigé, avec Jean-Yves Mollier et Jacqueline Pluet-Despatins, La Belle Époque des revues 1880-1914 (IMEC, 2002), avec Jean-François Sirinelli, L’histoire des intellectuels aujourd’hui (PUF, 2003), présenté avec Michela Passini la réédition de La grande pitié des églises de France de Maurice Barrès (PU du Septentrion, 2012).

Il a en outre codirigé un cycle de colloques sur L’Action française. Culture, société, politique et sur Maurice Barrès (PU du Septentrion et Peter Lang, 2008-2012).

Pierre Masson

Professeur émérite à l’Université de Nantes, Pierre Masson est président de l’Association des amis d’André Gide. Il a publié plusieurs études sur André Gide (« André Gide, voyage et écriture » ; « Lire les Faux-Monnayeurs »), édité une dizaine de ses correspondances (avec Christian Beck, Robert Levesque, Aline Mayrisch, Jean Malaquais, Maurice Denis, Marc Allégret, Paul Desjardins...), co-dirigé le Dictionnaire Gide (Garnier, 2011) et édité les quatre derniers volumes des œuvres de Gide dans la Bibliothèque de la Pléiade.

Pascale Alexandre-Bergues

Pascale Alexandre-Bergues est professeur de littérature française à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée EA LISAA 4120. Spécialiste de Claudel et du théâtre poétique, elle a consacré des publications à différents dramaturges de la fin du XIXe siècle (Maeterlinck) et du XXe siècle (Giraudoux, Montherlant, Supervielle, Tardieu, Yourcenar, Ionesco, Beckett). Elle est l’auteur de travaux sur Claudel, notamment d’un ouvrage sur L’Orestie (Traduction et création chez Paul Claudel. L’Orestie, Champion, 1997) et d’une édition critique de la seconde version de L’Échange (parue aux Presses universitaires de Besançon, 2002). Elle a collaboré à la réédition du Théâtre de Claudel dans la Pléiade (notices de Tête d’Or, de l’Orestie, de L’Échange, version de 1955).

Olivier Dard

Olivier Dard est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lorraine et directeur du Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire. Spécialiste d’histoire politique et notamment des droites radicales, il a récemment dirigé une série d’ouvrages sur ces objets parmi lesquels Charles Maurras et l’étranger. L’étranger et Charles Maurras. L’Action française. Culture, société, politique II, études réunies par Olivier Dard, Michel Grunewald, Berne, PIE, Peter Lang, 2009 ; Le maurrassisme et la culture. L’Action française. Culture, société, politique III, études réunies par Olivier Dard, Michel Leymarie et Neil Mc William, PU du Septentrion, 2010 ; Jacques Bainville. Profils et réceptions, études réunies par Olivier Dard et Michel Grunewald, Berne, PIE Peter Lang, 2009 ; Georges Valois, itinéraire et réceptions, études réunies par Olivier Dard, Berne, PIE Peter Lang, 2011 ; Maurice Barrès, La Lorraine, La France et l’étranger, études réunies par Olivier Dard, Michel Grunewald, Michel Leymarie, Jean-Michel Wittmann, Berne, PIE Peter Lang, 2011 ; Le corporatisme dans l’aire francophone au XXe siècle, études réunies par Olivier Dard, Berne, PIE Peter Lang, 2011.

Denis Labouret

Maître de conférences de littérature française à l’Université Paris-Sorbonne, Denis Labouret est spécialiste de l’œuvre de Jean Giono, à laquelle il a consacré sa thèse de doctorat et de nombreuses publications (« Les Grands Chemins » ou les Détours du temps, Belin, 2000). Ses recherches portent plus largement sur le roman français du XXe siècle (Bernanos, Gary, Gracq…), le genre de l’essai et la littérature polémique aux XIXe et XXe siècles (Vallès, Bloy, Péguy…). Auteur d’éditions critiques de Jules Vallès (Les Victimes du Livre. Écrits sur la littérature, La Chasse au Snark, 2001), auteur d’ouvrages pédagogiques et directeur de collection aux éditions Bordas (Français. Méthodes et pratiques, 2011), il codirige à Paris-Sorbonne un séminaire consacré au statut de l’écrivain catholique au XXe siècle.

Jérémie Majorel

Agrégé de lettres modernes, docteur de l’Université Paris Diderot-Paris 7, Jérémie Majorel est chargé de cours à l’université Paris Diderot-Paris 7, Paris Est Marne-La-Vallée et de Picardie Jules Verne. À paraître : Maurice Blanchot – interprétation et déconstruction, Honoré Champion, coll. « Littérature de notre siècle », 2013.

Hélène Merlin-Kajman

Ancienne élève de l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, agrégée de lettres modernes, Hélène Merlin-Kajman est actuellement professeur de littérature française à l’Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III et directrice du centre de recherche Cercle 17-21 (EA-174). Spécialiste du XVIIe siècle, elle a entre autres publié La langue est-elle fasciste ? Langue, pouvoir, enseignement (Seuil, 2003), L’excentricité académique. Institution, littérature, société (Belles Lettres, 2001), L’absolutisme dans les lettres et la théorie des deux corps. Passions et politique (Champion, 2000) et Public et littérature en France au XVIIe siècle (Belles Lettres, 1994). Elle a également publié plusieurs romans, dont La désobéissance de Pyrame (Belin, 2009). Membre de l’Institut universitaire de France, Hélène Merlin-Kajman est aussi la fondatrice et directrice du mouvement littéraire Transitions (www.mouvement-transitions.fr).

Jean Touzot

Agrégé des lettres classiques, Jean Touzot est professeur émérite de littérature française à l’Université de Paris-Sorbonne. Il est membre du jury du prix François Mauriac et du Conseil d’administration du Centre de Malagar. Il codirige les Nouveaux Cahiers François Mauriac (Grasset). Ses domaines de recherche concernent le genre romanesque et le journalisme. Il a publié de nombreux ouvrages sur François Mauriac et Jean Cocteau, parmi lesquels on peut citer sa thèse de doctorat d’État, soutenue à la Sorbonne : La Planète Mauriac (Klincksieck, 1985), plusieurs essais, dont Mauriac sous l’Occupation (La Manufacture, 1990, rééd. Confluences, 1995), Jean Cocteau, le poète et ses doubles (Bartillat, 2000). Il a donné de nombreuses éditions de textes inédits de Mauriac : Mauriac avant Mauriac (Flammarion, 1977), La Paix des cimes (Bartillat, 2000, rééd. 2009), D’un bloc-notes à l’autre (ibid., 2004), On n’est jamais sûr de rien avec la télévision (ibid., 2008) ; et de Cocteau : Journal 1942-1945 (Gallimard, 1989), Lettres à sa mère, II (Gallimard, 2007). L’édition de Claude Mauriac Quand le temps était mobile (Bartillat, 2008) a éte couronnée par l’Académie de Bordeaux. Parmi les rééditions annotées, on peut signaler : Mauriac, Œuvres romanesques (La Pochothèque, 1992), Bloc-notes, 5 vol., Points-Seuil ; Cocteau, Les Parents terribles, (Folio-Théâtre, Gallimard, 1994), Bacchus (id., 1998). Il a enfin participé à de nombreux ouvrages collectifs : « Pléiade », « Bouquins », actes de colloques, dictionnaires, catalogues d’expositions, recueils d’hommages

Jeanyves Guérin

Professeur de littérature française du vingtième siècle à l’Université de la Sorbonne nouvelle, Jeanyves Guérin mène des recherches d’une part sur le théâtre du XXe siècle (Audiberti, Ionesco, Camus, Claudel), de l’autre sur la littérature engagée (Camus, Malraux, Mauriac). Il a publié les ouvrages suivants : Le Théâtre d’Audiberti et le baroque (Klincksieck, 1976), Camus. Portrait de l’artiste en citoyen (François Bourin, 1993), Art nouveau ou homme nouveau (Honoré Champion, 2002), Le Théâtre en France de 1914 à 1950 (Honoré Champion, 2007). Il a été le maître d’œuvre du Dictionnaire des pièces de théâtre françaises du vingtième siècle (Honoré Champion, 2005), du Dictionnaire Albert Camus (Robert Laffont, 2009), du Dictionnaire Eugène Ionesco (Honoré Champion, 2012) et de divers ouvrages collectifs. Il a collaboré à Esprit et à La Nouvelle Revue française.

Marc Dambre

Marc Dambre est professeur émérite de littérature française moderne et contemporaine à l’Université de la Sorbonne nouvelle. Auteur de Roger Nimier Hussard du demi-siècle (Flammarion, 1989) et « éditeur » des œuvres de l’auteur, il a dirigé les volumes Les Hussards. Une génération littéraire (Presses Sorbonne Nouvelle, 2000) et Roger Nimier (Cahier de l’Herne, 2012). Sur la littérature contemporaine, il a codirigé aux Presses Sorbonne Nouvelle en 2010 L’Exception et la France contemporaine, en 2011 Un retour des normes dans la littérature française contemporaine et La France des écrivains : éclats d’un mythe (1945-2005), en 2012 Romanciers minimalistes (1979-2003).

Guillaume Gros

Professeur d’histoire géographie à Toulouse, Guillaume Gros est chercheur associé Framespa (UMR 5136) - GRHI (Toulouse 2). Docteur en histoire de l’Institut d’études politiques de Paris, il travaille sur l’histoire des intellectuels au XXe siècle, sur les rapports entre histoire et politique. Il a notamment publié Philippe Ariès (1914-1984). Un traditionaliste non-conformiste de l’Action française à l’EHESS (PU du Septentrion, 2008) et François Mauriac (Geste éditions, 2011).

Francis Balace

Francis Balace est professeur ordinaire honoraire à l’Université de Liège, où il a été titulaire de la chaire d’histoire contemporaine. Spécialisé dans l’étude des idéologies et mouvements de droite, il y a consacré de très nombreux articles, dont, parmi ceux publiés au cours des dix dernières années « Les maurrassiens belges après 1945 », « Les Camelots du Roi, une jeunesse contestataire dans le roman français », « Le “réseau Dr. Martin” en Belgique 1945-1948. De la contre-subversion à l’intoxication », « Pierre Joly, le passeur d’illusions », « Ligues belges, ligues françaises à la recherche d’éphémères alliances » et diverses études consacrées à la réception en Belgique des écrits de Maurice Barrès, Jacques Bainville, Georges Valois ainsi qu’à la Revue de l’Ordre Corporatif.

Ana Isabel Sardinha Desvignes

Ana Isabel Sardinha Desvignes est maître de conférences à l’Université Paris 3-Sorbonne nouvelle (Centre de recherches sur les Pays de Langue Portugaise (CREPAL) EA 3421 - Département Études ibériques et latino-américaines). Lusiste, elle est spécialiste d’histoire culturelle au Portugal dans la période contemporaine. Ses travaux portent sur l’histoire des droites radicales portugaises au XXe siècle et sur les transferts culturels. Ouvrages publiés récemment : Correspondência de António Sardinha para Ana Júlia Nunes da Silva (1910-1912), Universidade Católica de Lisboa - Fundação Calouste Gulbenkian, 2008, 516 p. ; António Sardinha (1887-1925) : Um Intelectual no Século, Lisboa, ICS - Universidade de Lisboa, 2006, 291 p. Articles récents publiés dans des ouvrages collectifs : « Au Portugal à la mort de Maurice Barrès : hommages, équivoques et malaise », in Olivier Dard, Michel Grunewald, Michel Leymarie, Jean-Michel Wittmann (dir.), Maurice Barrès, La Lorraine et l’étranger, Berne, vol. 62, Peter Lang, 2011, p. 367-382 ; « Jacques Bainville au temps de Salazar : traductions, lectures et usages », in Olivier Dard et Michel Grunewald (dir.) Jacques Bainville - Profils et réceptions, Berne, Peter Lang, 2010.

Georgiana Medrea

Georgiana Medrea est docteur en histoire moderne et contemporaine de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV) et de l’Université de Bucarest. Sa thèse consacrée aux relations culturelles franco-roumaines dans l’entre-deux-guerres ainsi que ses travaux tiennent à la fois de l’histoire diplomatique, des histoires de l’art, des institutions littéraires et culturelles. Elle participe depuis 2000 aux travaux du comité d’historiens franco-roumains dirigés par les professeurs J.-P. Bled (Paris-Sorbonne, Paris IV) et D. Berindei, vice-président de l’Académie roumaine, publiés dans Études danubiennes et Revue roumaine d’histoire.

Contributions récentes à des ouvrages collectifs : « Le théâtre français dans les Principautés Roumaines unies à l’époque du Second Empire », in Jean-Claude Yon (dir.), Le théâtre français à l’étranger au XIXe siècle. Histoire d’une suprématie culturelle, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2008. « La présence culturelle des Congrégations françaises en Roumanie. Aperçu des Œuvres de Notre Dame de Sion », in Danielle Delmaire et Olivier Rota (dir.), Activités apostoliques et culturelles en Europe et au Levant. Notre-Dame de Sion (milieu XIXe siècle – milieu XXe siècle), Université Lille III, Villeneuve-d’Ascq, Travaux & Recherches, 2009. « La réception de Barrès en Roumanie », in Olivier Dard, Michel Grunewald, Michel Leymarie, Jean-Michel Wittmann, Maurice Barrès, la Lorraine, la France et l’étranger, Peter Lang, Berne, 2011.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540