Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maurrassisme et littérature. Volume  IV

 | 
Michel Leymarie
, 
Olivier Dard
, 
Jeanyves Guérin

Maurrassisme et littérature en Roumanie

Maurrasism and literature in Roumania

Georgiana Medrea

Résumé

Dans la francophile Roumanie où les affinités latines sont affirmées, Charles Maurras présente un double aspect : celui de l’homme de lettres et celui de l’intellectuel nationaliste. D’autres aspects que celui du mistralien suscitent l’intérêt : ceux du maître à penser, du promoteur du néo-classicisme ou du défenseur de la paix, mais la réception de l’homme de lettres, qui passe par divers vecteurs, est contrastée. Si certains chroniqueurs adhèrent à sa doctrine, l’attrait de la culture française et le fort rayonnement d’un pays allié se mêlent, notamment chez des universitaires engagés, aux options politiques personnelles. Le maurrassisme connaît une intensité variable dans l’entre-deux-guerres : assez faible dans le monde littéraire, il touche, plus que des personnalités de premier plan, des adeptes du néo-classicisme ou des écrivains d’inspiration nationaliste. Le degré maximal de la visibilité de Maurras est atteint lors de la mobilisation des universitaires que mène l’Action française pour le proposer au comité du Prix Nobel en 1937, après sa libération de prison et au moment de son élection à l’Académie française. Au fil du temps, la figure de Maurras, comme celle de Barrès, s’estompe.

In Francophile Romania, where Latin affinities are dear to many, Charles Maurras has a twofold reputation, as a man of letters and as an nationalist intellectual. The reading public in Romania is interested by other aspects than his role as a follower of Mistral. He is indeed considered as an intellectual figurehead, as a promoter of neo-classicism, as a peace-monger. His reputation as a man of letters is contrasted, with some reviewers subscribing to his doctrine, while others, notably academics actively committed to politics, feel interested by his work more out of their interest for French culture.
The influence of Maurrasism fluctuates during the interwar years. It is rather weak in literary circles and it affects second-rank people, devotees of neo-classicism or nationalist writers. The high watermark of Maurrasism is reached when the Action Française tries to mobilize academics to support Maurras’s appointment to the Nobel Prize committee in 1937, when he is liberated from jail and when he is elected to the Académie Française. Maurras, just like Barrès, nevertheless gradually recedes into the background.

Texte intégral

  • 1 Ce corpus a été établi sur la base des références repérées dans Bibliografia relatiilor¸ literatur (...)

1Dans la Roumanie de l’entre-deux-guerres, Charles Maurras présente un double aspect : celui de l’homme de lettres et celui de l’intellectuel nationaliste. Sous la bannière de la latinité, Maurras le mistralien est tôt accueilli par les patriotes roumains. D’autres aspects suscitent l’intérêt des universitaires roumains : ceux du maître à penser, du promoteur du néo-classicisme ou du défenseur de la paix qu’ils soutiennent en vue de l’attribution du Prix Nobel. Mais la réception de l’homme de lettres, dont l’influence passe par divers vecteurs, est contrastée. Afin d’en prendre la mesure, l’analyse prendra ici appui sur un ensemble de soixante-dix articles des principales publications périodiques roumaines, quotidiens et revues spécialisées confondus1.

La fraternité latine et ses valences politiques

2La latinité est sans conteste un lien important et ancien entre la France et la Roumanie, comme en témoigne la rencontre précoce des poètes roumains avec les Félibres. Ceux qui constituent le terreau des adhésions maurrassiennes ultérieures sont les anciens quarante-huitards roumains, qui avaient fondé leur plaidoyer pour l’État national sur la base d’une unité ethnique et linguistique et qui, désireux de renforcer les liens qui les uniraient naturellement, avaient souligné la spécificité des peuples latins.

3Les traces de cette relation suivie sont nombreuses. Ainsi, dans le numéro spécial que la Revue félibréenne consacre en 1889 à Carmen Sylva – le nom de plume de la reine Elisabeth –, Paul Mariéton rappelle le couronnement du poète Vasile Alecsandri, qui avait remporté onze ans plus tôt à Montpellier le prix des fêtes félibréennes avec son Chant du latin. La reine, désignée maîtresse des Jeux Floraux de Toulouse, correspondait avec les Félibres. Elle avait manifesté son désir de leur rendre visite, sans pouvoir concrétiser son souhait. Mariéton rend hommage à ces précurseurs :

  • 2 Paul Mariéton, « A Carmen Sylva », in Revue félibréenne, 1889, tome 5, p. 1-2.

« Si Carmen Sylva n’a nulle part plus de fidèles qu’en Provence, si la Roumanie est considérée par des Français comme une nation alliée par le sang, c’est à Vasile Alecsandri qu’elles le doivent. Aucune de nos fêtes d’où quelque brinde ne s’envole, par delà les Allemagnes, vers la sœur latine d’Orient2 !»

  • 3 Nichifor Crainic (1889-1972) – poète, essayiste, mémorialiste, professeur de théologie à l’Univers (...)

4La proximité linguistique et culturelle des deux nations avait été un élément important de la propagande en faveur de l’entrée en guerre de la Roumanie aux côtés de la France et l’idée d’une latinité partagée ne cesse de rayonner dans l’entre-deux-guerres. Deux événements illustrent ce fait : le Congrès de la presse latine tenu à Bucarest en 1927 et le Centenaire Mistral de 1930. Parmi les invités au congrès de 1927 se trouvent deux proches de Maurras : Henri Massis et Jacques Bainville. Interviewé par Nichifor Crainic3, Massis encourage les efforts de synthèse de la culture roumaine et confie son impression de voir une jeune culture en train de s’affirmer :

  • 4 Nichifor Crainic, « Jugements, Défense de l’Occident, Réflexions sur l’art romain », in Gândirea, (...)

« Vous vous trouvez à un carrefour où vous devez choisir le vrai chemin, celui de l’esprit roumain. Votre tâche est belle et difficile. Mais j’aimerais bien me trouver au début d’un chemin nouveau4

  • 5 Pierre Gourinard, loc. cit., p. 98.

5Quant à Jacques Bainville, il fait partie du groupe restreint de journalistes qui est reçu par le premier ministre libéral Ion I. C. Brătianu dans l’intimité de son manoir de Florica5. Si ces deux maurrassiens établissent des liens avec les chroniqueurs du même bord, ils sont également reçus au plus haut niveau de l’État par des hommes politiques qui ne partagent pas leurs idées. La contradiction n’est qu’apparente ; elle s’explique par la différence entre les enjeux de politique intérieure et ceux de politique extérieure. Partageant la germanophobie de Maurras, Bainville se trouve tout simplement en accord avec les priorités de la politique extérieure française, pour laquelle les libéraux roumains sont de solides alliés.

  • 6 Pamfil Seicaru¸ (1894-1980), homme politique, auteur de nombreux ouvrages de politique intérieure (...)
  • 7 Pamfil Seicaru¸, « O scrisoare a lui Charles Maurras adresatã dlui Pamfil Seicaru¸ », in Curentul,(...)

6À l’automne 1930, les fêtes du centenaire de Mistral ravivent les liens anciennement tissés sous le ciel provençal. La délégation désignée pour représenter la Roumanie est dirigée par Pamfil Șeicaru6, un chroniqueur littéraire et politique qui revendique la qualité de disciple de l’héritage maurrassien. Ce « mistralien d’Orient », selon l’expression de Maurras7, est accompagné du romancier Cezar Petrescu et du professeur de théologie Nichifor Crainic, animateur de la revue traditionaliste Gândirea, théoricien de l’État ethnique et adepte du nationalisme intégral. Ces deux hommes préparent activement la rencontre, en emportant dans leurs bagages le dernier numéro de leur revue, consacré à Mistral. Dans un chapitre de souvenirs intitulé Cuopo Santo, selon l’hymne provençal mistralien, Crainic décrit le souvenir précis de sa rencontre avec Maurras, qui l’avait profondément impressionné :

  • 8 Nichifor Crainic, « Cuopo Santo », in Puncte cardinale in haos, Bucarest, Albatros, p. 174.

« Forte émotion. Nous sommes présentés à l’un des plus grands penseurs de la France. Je regarde son profil de médaille, la lumière claire et bleue de ses yeux, les cheveux encore châtains à ses soixante ans. Un visage ciselé, dont les moindres vibrations musculaires portent l’empreinte de ses hautes pensées rigoureuses. Cet homme vit en esprit comme les sages de l’Antiquité. J’allais dire : comme les ascètes de Thébaïde, mais ce serait une erreur. Sa pensée est comme un aigle enfermé dans les carcans positivistes : elle ne peut s’évader vers le mystère de l’au-delà qui absorbait les moines thébains en extase. […] Un indicible regret pour les infirmités organiques de la raison semble émaner de certaines de ses pages. Ainsi, tout en respectant les croyants, Maurras demeure un ascète de la pure pensée. Il est une seule question sur laquelle nous ne pourrons jamais être d’accord : dans sa doctrine, l’Église, en tant que cristallisation de la France historique et de l’ordre royal, est un instrument de la restauration du Roi. Jésus est réduit au rang de camelot du roi. Cette opacité mise à part, la doctrine maurrassienne se vérifie par toutes les catastrophes présentes et futures d’une démocratie désordonnée8. »

  • 9 Ibid., p. 181.

7C’est lors des rencontres de Maillane que l’idée d’une latinité « unificatrice et intemporelle » commence à cheminer dans l’esprit de Crainic. Pendant un repas, sur un coin de nappe, Maurras a écrit à son intention les mots suivants : « Avant de chercher la fédéralisation avec les barbares, accomplissons la fédéralisation avec les Latins ». Animé par l’esprit félibréen, Crainic poursuit : « C’est-à-dire la fédéralisation qui trouve dans les siècles et dans l’espace le substrat affectif du cœur des peuples de la même race ou de la même foi, substrat sans lequel une si grande idée resterait un artifice9. »

8Lorsqu’il est invité à prendre la parole au banquet d’Arles, Crainic choisit de rendre hommage à Maurras en tant que disciple de Mistral ; les ovations sont nombreuses. Il perçoit néanmoins une certaine réticence de la part du représentant du préfet qui finit par expliquer, gêné, qu’il s’adresse à l’auteur de la lettre à Schrameck avec lequel la République garde ses distances. Il comprend alors la remarque de Maurras, qui lui avait glissé, en lui serrant chaleureusement la main : « Vous, les Roumains, vous avez du courage ! ».

  • 10 Ibid., p. 177.

9La rencontre offre l’occasion de faire de nouvelles connaissances : Maurras présente à Crainic Jacques Reynaud, le directeur de la revue Latinité, avec lequel il sympathise. On note également la présence des poètes Joseph d’Arbaud et Falco de Baroncelli Javon. À Aix-en-Provence, le chroniqueur rencontre le chanoine Jacques Imbert, ancien professeur de Maurras, qui a participé à la célébration en choisissant Mistral comme sujet de son prêche en provençal lors de la messe du matin. Dans une rue d’Avignon, il rencontre une écrivaine collectionneuse, passionnée de l’histoire des Félibres, Jeanne de Flandreysy, qui reconnaît aussitôt dans les vêtements de sa femme « l’ensemble de Carmen Sylva », et se rappelle aussi Vasile Alecsandri10. Séduit par cet accueil, Crainic affirme :

  • 11 Ibid., p. 180.

« Tout néo-latin se sent ici comme chez soi. […] Notre chemin vers le cœur de Paris, que nous souhaitons atteindre, et qui, en réalité, se donne avec parcimonie, passe par Marseille, par Arles et par Avignon11. »

  • 12 Florin Turcanu¸, op. cit., p. 29.
  • 13 Ibid., p. 31.
  • 14 E. D. Boroianu, « Vina lui Maurras », in Sfarmã-Piatrã, 2e année, no 51, 12 novembre 1936, p. 6.

10Florin Turcanu¸12 reprend l’analyse de Dumitru Micu, l’un des exégètes les plus réputés de Gândirea, selon laquelle c’est par opportunisme politique que Crainic glisse vers une latinophilie marquée ; plus tard effectivement, la latinité va lui servir à justifier un penchant fascisant prononcé. Il incorpore les acquis maurrassiens à son nouveau développement idéologique et son article publié dans Sfarmă-Piatră le 27 février 1936, sous le titre Charles Maurras, maître du nationalisme latin, le prouve. L’idée maurrassienne de la nation est ici opposée à la conception nazie fondée sur la supériorité de la race allemande, telle qu’elle est prônée par Alfred Rosenberg13. D’ailleurs, l’intervention de Maurras, hostile aux sanctions contre l’Italie, conforte la greffe de ces deux transferts. Les motivations invoquées sont certes différentes – point de vue pragmatique patriotique pour Maurras, parti pris idéologique pour les partisans de l’extrême droite roumaine –, mais les uns et les autres convergent. Dans le même journal, E. D. Boroianu s’élève contre l’emprisonnement de Maurras ; il souligne le mérite de l’Action française qui a « opposé, jusqu’à la dernière minute, un barrage contre les tentatives insensées de semer la zizanie entre deux peuples liés par le sang et par leurs aspirations au sein de la grande famille de la latinité14 ».

  • 15 Toma Vlãdescu, « Puțin despre poezia și viața lui Maurras », in Sfarmã-Piatrã, 2e année, no 15, 27 (...)

11Comme dans le cas du congrès de la presse, il s’agit là à la fois de contacts officiels, qui manifestent la profondeur des liens culturels franco-roumains, et de contacts provoqués par des initiatives privées, qui relèvent plutôt d’une adhésion idéologique. L’exemple de l’étudiant Toma Vlãdescu, inconditionnel maurrassien, est en ce sens significatif. Après avoir écouté Maurras quelques mois plus tôt à la permanence de l’Action française afin de préparer une étude de sa doctrine15, il publie dans une revue parisienne un article qui est bien reçu et le maître lui dédicace son dernier livre. C’est à Maillane qu’il a l’occasion d’être présenté par Jacques Reynaud auprès de Maurras. Comme dans le cas de Crainic, sa confession prend des allures lyriques :

  • 16 Id., « Amintiri despre Charles Maurras », in Universul¸ literar, XLVIII, no 28, 15 juillet 1939, p (...)

« Combien, parmi ceux qui ont entendu Maurras, qui l’ont vu, qui l’ont pour peu senti, pourraient parler de lui sans dévotion et sans amour ! Un spectacle d’énigmatique beauté, au sens renanien du mot – c’est ainsi que j’ai vu Maurras, depuis la première minute, c’est ainsi que je le garde en mon cœur aujourd’hui16 !»

12Par son héritage mistralien, Maurras suscite la pleine adhésion de ses amis et disciples roumains, mais ceux-ci manifesteront des réactions plus diverses face à l’homme de lettres politiquement engagé.

Profil de l’intellectuel

  • 17 Tudor Vianu (1898-1964), universitaire spécialisé dans l’histoire de la littérature, l’esthétique (...)
  • 18 Tudor Vianu, « Notã introductivã », in Viitorul inteligentei¸, Bucarest, Vremea, 1925, p. 3.

13Les œuvres de Maurras sont lues surtout en version originale, comme celles de Barrès et de Bainville. La vaste collection conservée à la bibliothèque de l’Académie roumaine témoigne de la présence de plusieurs de ses ouvrages dans leurs éditions successives. Une première traduction est publiée en 1925 par les soins de Tudor Vianu17. L’avenir de l’intelligence fait partie d’une série intitulée Cartea Vremii (Le livre du temps), destinée à faire connaître les courants d’idées les plus significatifs de l’Occident. Dans la note introductive, le jeune docteur spécialisé en esthétique présente brièvement l’œuvre maurrassienne ; il apprécie ce livre comme « un chef d’ouvre de verve polémique, de logique incisive et de sens historique18 ».

  • 19 Olivier Dard, « Existe-t-il une “Jeune Droite” dans l’Europe des années trente ? », in Olivier Dar (...)

14Dans Ce vrea Charles Maurras ? (Que veut Charles Maurras ?) publié en 1938 chez Intelect à Bucarest, Teodor Martas¸ aborde des aspects biographiques, des thématiques comme le nationalisme intégral, la stratégie du coup de force, l’option monarchiste et les axes politiques de l’Action française, tout en distinguant le parcours littéraire et l’activité journalistique de Maurras. Cette exégèse est enfin mise en valeur dans le milieu universitaire quand elle est diffusée dans le cadre des cours de littérature française contemporaine donnés à l’Université de Cernãuti¸ par le lecteur Michel Dard, membre de la Mission universitaire française en Roumanie. Ces cours ne semblent pas avoir été conservés, mais l’on peut supposer que le maurrassisme y est défendu par ce représentant de la Jeune Droite, selon l’expression et les précisions d’Olivier Dard19. Maurras inspire à Mihail Farcãsanu¸ une thèse de doctorat sur le Développement spirituel de la conception de la monarchie, préparée à Berlin sous la direction du professeur Carl Schmitt et soutenue en 1938.

  • 20 Nichifor Crainic, « Dascãlul nationalismului¸ latin », in Sfarmã-Piatrã, 2e année, no 15, 27 févri (...)
  • 21 Selon Pierre Gourinard, Alexandru C. Cuza correspond à l’époque avec Drumont. Les deux hommes déno (...)

15Chez les nationalistes, dès la première heure, le maurrassisme bénéficie d’un intérêt certain. Crainic20 revendique sa découverte pour la génération de 1910, celle de la Grande Guerre, bercée par l’enthousiasme prophétique de Nicolae Iorga et par la verve polémique d’Alexandru C. Cuza. Il tient à préciser en revanche que ni l’un ni l’autre ne leur ont parlé de Maurras. Si le fait est compréhensible pour l’historien Iorga, adepte d’un nationalisme plutôt tempéré et désireux à l’époque d’orienter l’attention des intellectuels vers l’étude des spécificités du monde paysan, l’absence de références maurrassiennes est plus surprenante chez A. C. Cuza, nationaliste antisémite d’extrême droite21. Le témoignage de Crainic est corroboré par celui d’Emmanuel Beau de Loménie, longtemps membre de l’Action française, lecteur à l’université de Iasi¸ de 1932 à 1937. Ce dernier se désole de ne pas obtenir de Cuza plus de précisions doctrinales :

  • 22 Stefan Lemny, « Un prieten al Românilor : Emmanuel Beau de Loménie », in Anuarul Institutului de I (...)

« C’est en vain que j’ai essayé de comprendre comment il repensait ces éléments divers [les différents mouvements fascistes en Europe] pour les fondre ensemble et les coordonner dans une synthèse logique applicable à l’ensemble des problèmes roumains d’aujourd’hui. C’est en vain que je lui ai demandé ce qu’il pensait des théories hitlériennes relatives à la réforme de la propriété, des métiers, de la banque, ce qu’il pensait même des possibles dangers d’une expansion pangermaniste. Il me ramenait toujours à la lutte antisémite. Et, à tous les maux du monde actuel, il semble tenté de ne proposer qu’une seule solution très simple : l’expulsion des Juifs hors d’Europe et leur exil général dans une île bien lointaine, Madagascar, par exemple22

  • 23 Octav Botez (1884-1943), critique littéraire, commence sa carrière universitaire en 1927 à l’Unive (...)

16Dans les années vingt, l’audience de Maurras est plus grande. Les chroniqueurs mettent en valeur sa contribution au débat public et apprécient son expression limpide, façonnée par la rigueur d’une culture classique. Par exemple, dans Viața românească (La vie roumaine), une revue littéraire et scientifique qui se distingue par l’importance accordée aux débats sur la démocratie et la spécificité nationale de l’art, Octav Botez23 rend compte de la position de Maurras dans le paysage intellectuel français :

  • 24 Octav Botez, « Charles Maurras », in Viața româneascã, 17e année, no 5-6, mai-juin 1925, p. 335.

« Il a le mérite d’avoir planté dans le chaos de la vie publique française du premier quart de siècle “l’immense question de l’ordre spirituel” sur le plan de l’individu, de la pensée mais aussi de l’État, et d’avoir soutenu cette cause inspiré par des réminiscences hellènes, mais aussi romaines et catholiques, avec une passion intellectuelle ardente, et une noble et énergie virile24. »

17Tudor Vianu lui reconnaît une aptitude à capter l’air du temps et même un esprit visionnaire, une sorte de force prédictive, notamment en ce qui concerne la crise de l’individualité qui se fait sentir après la Première Guerre :

  • 25 Tudor Vianu, loc. cit., p. VII et VIII, passim.

« L’idéologie de Maurras a une importance capitale pour la question de l’individualité qui, si je ne m’abuse, constitue la base de la vie spirituelle de notre époque. […] Charles Maurras a pressenti les éléments de la crise bien avant que le problème soit formulé. Il préconise donc un réconfort de l’humanité par la dimension qui lui est propre, sa sociabilité, dans le sens d’un encadrement étroit de l’individu par la société dont il fait partie. La patrie comme élément de discipline dans la vie irrégulière de la personnalité est l’idée philosophique la plus profonde du nationalisme de Maurras25

  • 26 Nichifor Crainic, « Cuopo Santo », loc. cit., p. 169.
  • 27 D. Karnabatt, « Muzica interioarã », in Rampa nouã ilustratã, 8e année, no 2251, 30 avril 1925, p. (...)
  • 28 Ibid.

18D’ailleurs, ses disciples évoquent volontiers la distinction entre la littérature maurrassienne et mistralienne représentative « d’une France rustique et classique au sens virgilien » et celle promue par la N.R.F. qui se rend coupable d’encourager l’introspection et l’égocentrisme maladif26. Ils admirent avec conviction les vers de La musique intérieure qu’a publiés le « poète inspiré au sens platonicien27 ». Ils subliment sa surdité – rapprochée de celle de Beethoven –, en vertu de concentration, ou bien ils saluent les « orgies silencieuses de la pensée », selon l’expression d’Anatole France28. Ils puisent subtilement dans l’arsenal maurrassien pour prévenir d’inévitables critiques :

  • 29 Sergiu Dan, « Muzica interioarã », in Propilee literare, 4e année, no 8-9, novembre-décembre 1929, (...)

« Parce que l’architecture de cette poésie pourrait indisposer les non-initiés, ou ceux ravagés par le désordre, par sa tenue apparente didactique et sèche, il est bon de se rappeler le témoignage de Maurras : “Le frein, l’obstacle, la difficulté et l’autorité sont parfois de grands éléments de bonheur” (L’Action française et la Religion catholique)29. »

  • 30 Toma Vlãdescu, « Puțin despre poezia și viata¸ lui Maurras », loc. cit., p. 3.

19Ils rappellent que la littérature est première chez Maurras et que sa vie demeure structurée selon l’essence poétique de l’idéal30. Sous la plume de Mihail Polihroniade, de vertigineux éloges font oublier des regrets à demi-teinte :

  • 31 Mihail Polihroniade, « Charles Maurras », in Vremea, 2e année, no 60, 25 avril 1929, p. 4.

« Parmi ceux qui avaient connu le gentil poète adepte de Mistral au temps de l’affaire Dreyfus, nul n’imaginait probablement que la gloire de Charles Maurras rivalisera un jour avec celle d’Aristote et de Machiavel. Aujourd’hui, Maurras le poète a disparu, étranglé par la gloire et la renommée de l’idéologue31. »

20Et pourtant, les critiques pleuvent, formulées surtout à partir des années vingt par les jeunes qui s’affirment dans l’après-guerre. Elles semblent changer de registre : l’opposition est maintenant à la fois esthétique et idéologique.

  • 32 Mircea Vulcãnescu (1904-1952), philosophe, essayiste, herméneute, sociologue, ce « fils spirituel (...)
  • 33 Mircea Vulcãnescu, « Asupra influenței lui Maurras », in De la Nae Ionescu la « Criterion », Human (...)
  • 34 Benjamin Fundoianu, « Ideile lui Charles Maurras », II, in Rampa nouã ilustratã, 5e année, no 1067 (...)

21Sur le mode doux, Mircea Vulcănescu32, par exemple, se contente d’une notation lapidaire de certains paradoxes : « Le grand adversaire du romantisme, Maurras, est lui-même un romantique. Un romantique du classicisme, c’est son art. Donc : barbarie du classicisme33. » Il entend Rivière accusant les « disciples comtiens » de Maurras d’être des « alliés du catholicisme par opportunisme social ». Et il ne peut retenir sa voix, que renforce celle de Claudel : « Un catholique qui admettrait quelqu’un qui croit que tout peut être reconstruit sans absolu serait un franc-maçon catholique, une contradiction de termes. » Le mode dur, celui d’une contestation âpre, est manifesté par le brillant polémiste Benjamin Fondane ; il faut alors parler de Benjamin Fundoianu car, en 1921, tel est encore son nom. La remise en question est totale. Maurras n’est pas un classique : en « toilettant l’histoire, le positiviste trouve une ou deux contrées liées à une époque et quelques conditions politiques qui ont permis la production d’un art que Maurras préfère, par partis pris physiologique, et qu’il nomme communément classicisme34 ». Cet échec est certes imputable au panhellénisme, Rome en est responsable, à cause de son manque d’intuition ; enfin, la monarchie française aurait pu étouffer la Réforme de manière irrémédiable. Et pourtant :

  • 35 Ibid.

« Pourquoi Maurras n’a-t-il pas compris ce qui n’échappait pas à Gide ? Les protestants qui ne sont pas morts ont passé la frontière. Et ils ont fait la révolution, ils ont construit la démocratie, ils ont inventé le romantisme ! À la place de Maurras, j’aurais trouvé ces événements soumis à une contingence stupide et j’aurais renoncé35

  • 36 Id., in Rampa noua ilustratã, 5e année, no 1070, 22 mai 1921, p. 3.

22Fondane admet que l’on puisse combattre la Réforme, la Révolution et le Romantisme qui constituent trois vices selon le doctrinaire ; mais il n’entend pas les nier car il juge que les trois phénomènes ont « renouvelé la sensibilité moderne ». Il trouve que Maurras « contourne un obstacle qui demeure debout », alors que Gide « l’emporte en l’incorporant, tel un parfum »36. Il troque l’Athènes dépourvue de diversité d’Anthinea contre la prière de Renan sur l’Acropole. La défense du judaïsme apparaît bien ici ; de ce fait, ce texte de Fondane, mort à Auschwitz, acquiert une tragique valeur de témoignage existentiel.

  • 37 Ernest Bernea, « Charles Maurras apãrãtor al cetãții », in Firide literare, Bucarest, Albatros, 19 (...)

23Plus tard il y a, enfin, le « juste milieu ». C’est celui des disciples qui tiennent bon. Ainsi Ernest Bernea conserve-t-il intacte son admiration pour le maître, tout en le regardant droit dans les yeux. Dans son étude Charles Maurras, défenseur de la Cité37, il le voit « lyrique par sa structure et épique par ses desseins » et il le place en compagnie de Maritain et Massis, avec lesquels il domine la pensée et la critique contemporaine. Il sait que l’artiste ne peut être séparé ni de l’homme d’action ni du penseur, car ces aspects se complètent harmonieusement. Et pourtant, il doit reconnaître que Maurras construit « du nouveau avec des matériaux récupérés », ce qui attire et repousse à la fois la jeunesse, et que c’est là son drame.

24La situation se présente de manière tout à fait différente dans le milieu des élites consacrées, littéraires ou universitaires, où une réception distanciée finit par donner l’image d’un Maurras patiné : la portée de ses idées les plus exclusivistes se trouve réduite ; au contraire, sont valorisées sa passion pour la culture classique et son patriotisme.

25Le degré maximal de la visibilité de Maurras est atteint à deux reprises : une première fois lors de la mobilisation des universitaires que mène l’Action française pour le proposer au comité du Prix Nobel en 1937 ; une seconde lors de son élection à l’Académie française.

  • 38 Eugen Weber, L’Action Française, Paris, Stock, 1964, p. 531 et Pierre-Marie Dioudonnat, Je suis pa (...)
  • 39 Stéphane Giocanti, Maurras. Le chaos et l’ordre, Paris, Flammarion, 2006, édition électronique, p. (...)

26La réponse des Roumains au Comité interuniversitaire d’initiative pour le Prix Nobel de la paix est significative à plusieurs titres. Eugen Weber et Pierre-Marie Dioudonnat38 ont montré que les Roumains se distinguent tout d’abord par leur nombre : ce sont vingt-trois professeurs de Bucarest, mais aussi de Iasi¸ et de Cluj, qui se mobilisent en répondant favorablement à l’initiative formulée par le professeur Fernand Desonay de l’Université de Liège. Par là, les amis de Maurras souhaitent renforcer la visibilité de sa préférence pour le rapprochement avec l’Italie, laquelle l’oppose une fois de plus à la stratégie officielle favorable aux sanctions contre l’Italie dans la question éthiopienne. Maurras est alors en prison, où il purge sa peine après avoir réclamé que Léon Blum soit la première victime si sa politique devait déclencher une guerre contre cette alliée de la France dans la Première Guerre mondiale39. Par l’importance numérique de leur engagement, les enseignants roumains se placent ainsi en deuxième position derrière les Français.

  • 40 Ibid.

27Ces universitaires se distinguent aussi par la réputation qui s’attache à leur nom : dans cette liste figurent des historiens comme Silviu Dragomir, Constantin C. Giurescu, Petre P. Panaitescu, des linguistes tels Sextil Pușcariu, Onisifor Ghibu, le philologue Teodor Naum, les médecins Alexandru Slătineanu et Al. Cosăceanu, le chimiste Gheorghe Longinescu40. Ce dernier, par exemple, est en relation personnelle avec l’ingénieur monarchiste Georges Claude, un autre « apôtre de la paix », collaborateur de l’Action française et initiateur du projet. Afin de donner plus de poids à son appel à signatures, Longinescu n’hésite pas à publier un fragment de la lettre qu’il a reçue de Claude ; celle-ci complète ses chaleureux arguments en faveur d’adhésions qu’il souhaite nombreuses, « pour la gloire impérissable de la France éternelle ». Florin Turcanu¸ note l’importance de cet engagement dans un pays qui avait demandé des sanctions contre l’Italie ; en effet, à la différence de leurs homologues français, les intellectuels roumains n’ont pas l’habitude de signer des pétitions politiques.

28L’élection de Maurras à l’Académie française déclenche une série d’hommages les plus divers. Les journaux de droite, tel Curentul, relèvent le symbole d’une réhabilitation qui fait honneur à la France :

  • 41 « D. Charles Maurras ales membru al Academiei Franceze », in Curentul, 15e année, no 3719, 11 juin (...)

« […] le sectarisme républicain a été vaincu par le poids de sa valeur intellectuelle. La France reconnaît ses valeurs, quel que soit le camp politique dans lesquelles elles militeraient. Et pour le directeur de l’Action française, qui a payé avec des jours et des mois de prison le luxe d’avoir des convictions inflexibles, l’entrée à l’Académie est la plus belle des réhabilitations. La République se penche vers ce génie français et lui dit : Peccavi !41 ».

  • 42 I. P. Gigurtu, « Culturale », in Libertatea, 6e année, no 13-14, 5-20 juillet 1938, p. 240.

29Toma Vlãdescu va plus loin encore, en exprimant sa joie de voir l’héritage de la pensée conservatrice de Bonald, de Maistre, Taine ou Renan, ces « chères ombres », ravivé par la présence brillante de Maurras sous la Coupole. Les partisans de la dictature royale, tel I. P. Gigurtu42, saisissent l’occasion pour recommander sa théorie de la monarchie, dans laquelle il voit la raison suffisante pour qu’il devienne l’auteur préféré des Roumains. Il juge que sans jamais avoir eu le pouvoir, Maurras a rendu plus de services à la France que n’importe quel autre homme du gouvernement, notamment par son action sur l’esprit public. La précision et la clarté de ses exposés sont également admirées. Gigurtu juge que la présence active de ce « gardien de la culture grecque et latine » est « nécessaire pour le maintien de la civilisation européenne ». Les défenseurs du classicisme se réjouissent de son triomphe :

  • 43 Grigore Popa, « Consacrarea lui Charles Maurras », in Sfarmã-Piatrã, 3e année, no 64, 18 février 1 (...)

« Ceux qui ont frémi en lisant Anthinea, la plus ronde et lumineuse consécration du génie hellénique, La musique intérieure, Le conseil de Dante ou La sagesse de Mistral se rendent compte de la miraculeuse compréhension par laquelle le génie de Maurras participe à la résurrection du classicisme, de la latinité, de la tradition, tout autant de marqueurs de francité43. »

  • 44 Mihai Niculescu, « Charles Maurras sub Cupolã », in Universul, 55e année, no 159, 12 juin 1938, p. (...)

30L’expression du cardinal Andrieu est reprise selon laquelle les admirateurs, les partisans et les ennemis politiques de Maurras se sont accordés pour reconnaître en lui l’un des esprits les plus représentatifs de la France moderne, incarnation de l’être pur et parfaitement désintéressé, selon la définition de Bainville44.

  • 45 « Consacrarea lui Charles Maurras : Cagularzii la Academie », in Facla, 28e année, no 2174, 12 jui (...)
  • 46 Paul Dinopol, « Maurras sub Cupolã », in Dreptatea, 12e année, no 3179, 2 juillet 1938, p. 1-2.

31Les protestations sont plutôt rares : ainsi s’étonne-t-on parfois que les cagoulards sortent de la Santé pour entrer à l’Académie45, ou que tous les Français ne soient pas membres de l’Académie en raison de leur patriotisme46.

32Cependant, la réception littéraire proprement dite de Maurras demeure plutôt faible. C’est surtout l’intellectuel nationaliste qui retient l’attention de certains membres de la jeune génération tels que Benjamin Fondane ou Emil Cioran, plus tard écrivains de langue française. Mircea Vulcănescu, l’un des animateurs de Criterion (1932-1934), groupe qui ambitionne de traiter des diverses idéologies contemporaines, s’y intéresse dans ce même esprit. Ni les écrivains de premier plan ni même d’autres plus modestes ne semblent s’être réclamés d’une quelconque influence maurrassienne. L’historien de la littérature George Cãlinescu, dont l’engagement est explicite, voit dans la recherche de l’expression de la spécificité nationale la volonté de mettre en exergue des références propres à la culture roumaine, solidement ancrées dans les ouvrages des chroniqueurs du siècle classique :

  • 47 George Cãlinescu, Istoria literaturii române de la origini pânã în prezent, Bucarest, Minerva, 198 (...)

« La spécificité n’est pas une note unique, mais une note prédominante. Les Roumains sont des hommes avant tout, ils ont donc une propension au général, en étant à la fois des nationalistes, des mystiques, des cartésiens, des fatalistes et ainsi de suite. La Roumanie n’allait pas apprendre chez Maurras le sentiment primordial de la nation, explicitement manifeste chez Miron Costin. […] Ce qui semble une imitation est juste une suggestion reçue opportunément47. »

Affinités idéologiques et conséquences politiques

  • 48 Alfred Hefter, « Maurrassism », in Politica, 1re année, no 47, 29 juillet 1926, p. 1.

33On ne peut clore cette esquisse du maurrassisme roumain sans aborder un tant soit peu la question des affinités idéologiques. Nichifor Crainic et de Pamfil Seicaru¸ sont les figures essentielles qui constituent le lien entre le conservatisme maurrassien et le traditionalisme roumain. D’autres nationalistes manifestent par la suite leur intérêt pour Maurras ; d’abord après la guerre, lorsqu’ils se préoccupent de redéfinir leur conception de la nation dans le contexte de la Grande Roumanie ; ensuite, vers la fin des années vingt, lorsque les jeunes du « mouvement de la génération », qui se proposent de donner un souffle nouveau à la vie culturelle et politique du pays, rejoignent les premiers sympathisants. En 1926, le quotidien Politica propose un état des lieux48. L’on constate que le maurrassisme, qui triomphe « par la force de l’idée fixe », est bel et bien installé en Roumanie :

« M. Pamfil Seicaru¸ propose la doctrine de Maurras comme l’évangile de la nouvelle génération. Parmi les jeunes orthodoxes attirés par les dimanches de M. Crainic, nombreux sont ceux qui se dirigent vers l’école romane de Maurras, encouragés par les appels vibrants de M. Seicaru¸ et persuadés que sur le chemin de la rédemption sociale, la tradition catholique peut être confondue avec la religion et l’église nationale du peuple roumain […] »

  • 49 Cette confrontation constitue un paramètre important de la stratégie de l’Institut Français de Buc (...)

34Alfred Hefter, l’auteur de cet article, feint de se réjouir que la lutte paraisse simplifiée pour les maurrassiens roumains, car ils ont déjà un monarque et une église d’État : « Nous n’avons plus qu’à instaurer l’antiparlementarisme, qui, en outre, fait partie des mœurs de notre pays où les dictateurs ne prennent pas la tâche inutile de supprimer une institution trop peu incommode. » La nouvelle génération qui revendique sa spécificité remet en question le bien fondé et les conséquences de la Révolution de 1789 ; elle se rapproche en cela des positions défendues par Maurras. Sur le plan strictement roumain, il faut noter que dans le même temps est effectuée une critique des idéaux de la révolution de 1848 sur le plan idéologique on retrouve cette critique dans le domaine de la politique culturelle, alors que la France et l’Allemagne se livrent une rude concurrence pour conquérir les jeunes intellectuels, la première par une action de rayonnement, la seconde par celle de la propagande hitlérienne49.

  • 50 Petre Pandrea (1904-1968), essayiste, mémorialiste, journaliste, ancien élève de Nae Ionescu, obti (...)

35Les adversaires de la pensée conservatrice entretiennent la polémique en pointant le manque de cohérence des disciples maurrassiens. En 1933, Petre Pandrea50 relève avec dépit que les maurrassiens roumains « ne peuvent exister intellectuellement sans citer l’auteur de l’Enquête sur la monarchie » ; ceux-ci commettent une erreur quand ils voient en Maurras un héritier des Lumières et Pandrea conclut :

  • 51 Petre Pandrea, « Note. Izvoarele lui Maurras », in Dreptatea, 7e année, no 1665, 12 avril 1933, p. (...)

« Il existe chez Maurras une contradiction entre ses sources philosophiques et sa téléologie politique. Les Franco-roumains acceptent exclusivement la téléologie politique, c’est-à-dire la spécificité française, qui ne peut revêtir qu’une valeur de curiosité idéologique. L’histoire roumaine ne connaît les deux références essentielles des maurrassiens – Lex et Rex – selon leur caractère institutionnel51

36De plus, – et la différence est notable par rapport à la position des adeptes d’avant-guerre –, les critiques fusent au sein même des animateurs du mouvement de la génération. Mircea Vulcãnescu remarque :

  • 52 Mircea Vulcãnescu, loc. cit., p. 229.

« Le relativisme de Maurras voit ses considérations comme un credo absolu de la jeune génération actuelle. Nous avons, avec le fascisme, un dogme de la patrie. La violence est ainsi facilement expliquée. L’influence de Maurras a comme conséquence la formation d’innombrables faux esprits52

  • 53 Florin Țurcanu, « Aux origines de la “Garde de Fer” ; deux lettres de Ion Mota à Charles Maurras » (...)

37Il n’est pas aisé de déceler la portée des idées maurrassiennes en politique. Florin Turcanu¸ signale l’existence éphémère d’une Action roumaine à Cluj, au début des années vingt ; en fait partie Ion Mota¸, l’un des jeunes combattants roumains tombé sur le champ de bataille dans la guerre d’Espagne du côté de Franco ; celui-ci, auparavant, avait pris l’initiative de s’adresser directement à Charles Maurras53 afin de lui présenter les efforts de constitution de la Ligue de défense nationale chrétienne (L.A.N.C.) sous la bannière de Corneliu Zelea Codreanu, son beau-frère.

  • 54 Au nom des jeunes légionnaires, Vasile Marin réclame l’héritage maurrassien : « Vos idées, vos doc (...)
  • 55 Cf. Traian Sandu, loc. cit.

38Lorsqu’on aborde le lien entre les préceptes de Maurras d’une part et, d’autre part, la philosophie de la L.A.N.C., celle de la Légion de l’Archange Michel et la Garde de Fer, les pistes se brouillent. Certes, l’expression nationalisme intégral est inscrite dans le serment d’adhésion à la Garde de Fer, et ses adeptes, on le sait, se veulent les représentants du « pays réel ». Mais dans leurs écrits, les références à Maurras sont plutôt rares, même si plusieurs manifestent leur souhait d’établir un contact personnel avec le Maître, tel Vasile Marin, mort avec Mota¸ à Majadahonda. Marin s’était adressé à Maurras pour justifier l’assassinat du Premier ministre Ion Gh. Duca perpétré par la Garde de Fer à la veille de la Saint-Sylvestre en 193354. Pour lui, la violence était le dernier recours pour imposer une politique nationale ; il semble même avoir nourri l’espoir de trouver en France une certaine compréhension, voire de potentiels défenseurs de la Garde de Fer. Mais Maurras ne paraît pas avoir répondu55.

  • 56 Dans une correspondance envoyée de Paris, Dragoș Protopopescu rapporte la célébration de Maurras a (...)
  • 57 Par exemple, le fidèle Pamfil Seicaru¸ magnifie en 1926 la personnalité de Maurras, tout en adhéra (...)

39Les disciples roumains partagent certaines idées maurrassiennes, la critique de la démocratie et l’antisémitisme notamment. Mais ils penchent de plus en plus pour l’alliance avec l’Allemagne nazie ; ils cultivent également le mythe du sacrifice des héros fondateurs et n’hésitent pas à pratiquer l’assassinat dans la lutte contre le pouvoir, ce qui les distingue de leur maître à penser. Au milieu des années trente, ils s’opposent à la propagande soviétique, mais ce ne sont là que des échos affaiblis par interprétations et assimilations successives. Cela dit, ils soutiennent fermement Maurras quand celui-ci est inquiété par la police ou emprisonné et ils s’enorgueillissent de participer à la fête donnée lors de sa libération de prison56. Les tribunes d’extrême droite que sont Sfarma-Piatră, Tara¸ noastră et Bunavestire mais aussi les journaux les plus modérés Vremea et Curentul prennent systématiquement sa défense57.

40Ainsi, la réception de Maurras homme de lettres ne peut être dissociée en Roumanie de celle de l’intellectuel engagé. Certains étudiants ou chroniqueurs ont adhéré, par moments, aux principes du nationalisme maurrassien. Chez les universitaires engagés, la force du rayonnement français se mêle aux options politiques personnelles. Le maurrassisme connaît une intensité variable ; assez faible dans le monde littéraire proprement dit, il touche non des personnalités de premier plan mais d’abord des adeptes du néo-classicisme ou des écrivains d’inspiration plus généralement nationaliste et va du simple intérêt suscité par tout ce qui a trait à la culture française jusqu’à l’engagement pleinement assumé. Au fil du temps, la figure de Maurras, comme celle de Barrès, s’estompe. Toutefois, lors de l’instauration du communisme en Roumanie, nombreux sont ceux qui, eux aussi, vont payer par des peines de prison leurs convictions nationalistes.

Notes

1 Ce corpus a été établi sur la base des références repérées dans Bibliografia relatiilor¸ literaturii române cu literaturile strãine în periodice (1919-1944), Bucarest, Saeculum, 2004, 5e tome. Florin Turcanu¸, La Tentation maurrassienne en Roumanie dans l’entre-deux-guerres, mémoire EHESS 1991 (J. Revel, dir.) représente le point de départ de toute réflexion consacrée au cas roumain. Les travaux de Pierre Gourinard étudient l’accueil réservé aux figures emblématiques de l’Action française : « Maurras et l’influence de l’Action française sur l’élite roumaine », in Études maurassiennes. Tendances et perspectives des études maurrassiennes. Actes du deuxième colloque, Aix-en-Provence, 1973, p. 97-106. Cf. aussi Mathias Boisdron, « Jacques Bainville et la Roumanie de l’entre-deux-guerres. Regards croisés », in Olivier Dard, Michel Grunewald, (dir.), Jacques Bainville, profil et réception, Berne, Peter Lang, 2009, p. 189-209, et Traian Sandu, « De Charles Maurras à Lucien Rebatet : un alibi de droite français pour le fascisme de la Garde de Fer », in Charles Maurras et l’étranger. L’étranger et Charles Maurras, Berne, Peter Lang, 2009, p. 169-193.

2 Paul Mariéton, « A Carmen Sylva », in Revue félibréenne, 1889, tome 5, p. 1-2.

3 Nichifor Crainic (1889-1972) – poète, essayiste, mémorialiste, professeur de théologie à l’Université de Chisinãu¸, il déploie une activité journalistique soutenue. En 1926 notamment, il cède sa rubrique de Cuvântul à Nae Ionescu, pour assumer la direction de Gândirea, dont il imprime l’orientation. Rédacteur en chef de Curentul (1928) et fondateur du journal antilibéral Calendarul (1932), son rôle est important dans la création du Parti national chrétien, qui veut rallier les nationalistes. Membre de l’Académie roumaine (1940), il est brièvement ministre de la Propagande. Jugé en tant que criminel de guerre, il est emprisonné à Aiud de 1947 à 1962. Victor Durnea, Dictionarul¸ general al literaturii române, C/D, Bucarest, Editura enciclopedicã, 2004, p. 428-432.

4 Nichifor Crainic, « Jugements, Défense de l’Occident, Réflexions sur l’art romain », in Gândirea, 8e année, no 1, janvier 1928, p. 5.

5 Pierre Gourinard, loc. cit., p. 98.

6 Pamfil Seicaru¸ (1894-1980), homme politique, auteur de nombreux ouvrages de politique intérieure et extérieure, directeur et propriétaire du quotidien de droite Curentul (1927-1944), il est jugé par contumace en 1946 par le Tribunal du Peuple et condamné en tant que criminel de guerre. Dictionar¸ enciclopedic, R/S, Bucarest, Editura enciclopedicã, 2006, p. 619.

7 Pamfil Seicaru¸, « O scrisoare a lui Charles Maurras adresatã dlui Pamfil Seicaru¸ », in Curentul, 25 décembre 1943, p. 9.

8 Nichifor Crainic, « Cuopo Santo », in Puncte cardinale in haos, Bucarest, Albatros, p. 174.

9 Ibid., p. 181.

10 Ibid., p. 177.

11 Ibid., p. 180.

12 Florin Turcanu¸, op. cit., p. 29.

13 Ibid., p. 31.

14 E. D. Boroianu, « Vina lui Maurras », in Sfarmã-Piatrã, 2e année, no 51, 12 novembre 1936, p. 6.

15 Toma Vlãdescu, « Puțin despre poezia și viața lui Maurras », in Sfarmã-Piatrã, 2e année, no 15, 27 février 1936, p. 3.

16 Id., « Amintiri despre Charles Maurras », in Universul¸ literar, XLVIII, no 28, 15 juillet 1939, p. 1.

17 Tudor Vianu (1898-1964), universitaire spécialisé dans l’histoire de la littérature, l’esthétique et la philosophie est à la fois chroniqueur, mémorialiste et poète. Après avoir soutenu sa thèse sous la direction de Karl Groos à Tübingen, il commence en 1924 une carrière à l’Université de Bucarest, où il est nommé professeur d’esthétique (1944) et de littérature comparée (1948-1964). Élu membre correspondant de l’Académie roumaine (1935), il devient membre titulaire en 1955. Des responsabilités lui sont confiées à l’UNESCO, où il sera également ambassadeur de Roumanie. Aurel Sasu, Dictionarul biografic al literaturii române, M/Z, Bucarest, Paralela 45, 2006.

18 Tudor Vianu, « Notã introductivã », in Viitorul inteligentei¸, Bucarest, Vremea, 1925, p. 3.

19 Olivier Dard, « Existe-t-il une “Jeune Droite” dans l’Europe des années trente ? », in Olivier Dard, Etienne Deschamps (sous la direction de), Les relèves en Europe d’un après-guerre à l’autre. Racines, réseaux, projets et postérités, Berne, P.I.E. Peter Lang, 2005, p. 21-52.

20 Nichifor Crainic, « Dascãlul nationalismului¸ latin », in Sfarmã-Piatrã, 2e année, no 15, 27 février 1936, p. 2.

21 Selon Pierre Gourinard, Alexandru C. Cuza correspond à l’époque avec Drumont. Les deux hommes dénoncent « la finance juive » et envisagent un État national libéré de la puissance de l’argent. Dans L’Envoyé de l’Archange, les frères Tharaud remarquent que l’homme politique roumain, qui accrochait fièrement le tableau de Drumont dans son bureau, est resté fidèle à cette amitié, loc. cit.

22 Stefan Lemny, « Un prieten al Românilor : Emmanuel Beau de Loménie », in Anuarul Institutului de Istorie și arheologie A. D. Xenopol, XXIII/2, 1986, Iași, Universitatea Al. I. Cuza, p. 765.

23 Octav Botez (1884-1943), critique littéraire, commence sa carrière universitaire en 1927 à l’Université de Iași. Professeur titulaire de la chaire d’esthétique à partir de 1931, ce membre fondateur de Viața româneascã y signe de temps à autre la rubrique de critique littéraire et théâtrale. Faifer Florin, Dictionarul¸ general al literaturii române, A/B, Bucarest, Editura Univers enciclopedic, 2004, p. 616-617.

24 Octav Botez, « Charles Maurras », in Viața româneascã, 17e année, no 5-6, mai-juin 1925, p. 335.

25 Tudor Vianu, loc. cit., p. VII et VIII, passim.

26 Nichifor Crainic, « Cuopo Santo », loc. cit., p. 169.

27 D. Karnabatt, « Muzica interioarã », in Rampa nouã ilustratã, 8e année, no 2251, 30 avril 1925, p. 1.

28 Ibid.

29 Sergiu Dan, « Muzica interioarã », in Propilee literare, 4e année, no 8-9, novembre-décembre 1929, p. 13.

30 Toma Vlãdescu, « Puțin despre poezia și viata¸ lui Maurras », loc. cit., p. 3.

31 Mihail Polihroniade, « Charles Maurras », in Vremea, 2e année, no 60, 25 avril 1929, p. 4.

32 Mircea Vulcãnescu (1904-1952), philosophe, essayiste, herméneute, sociologue, ce « fils spirituel infidèle de Nae Ionescu », selon l’expression d’Eugen Simion, est l’auteur de la Dimension roumaine de l’existence et l’un des chercheurs les plus prometteurs de la génération des années trente. Il déploie en parallèle une carrière d’universitaire et de haut fonctionnaire. Condamné à huit ans de réclusion pour avoir fait partie du gouvernement du maréchal Antonescu, il meurt à 48 ans dans la prison d’Aiud. Ses derniers mots auraient été : « Ne nous vengez pas ! » Cf. la note introductive signée par Mircea Diaconu et la préface d’Eugen Simion, in Opere, Bucarest, Editura Academiei Române, Editura Fundației naționale pentru literaturã și artã, Univers enciclopedic, 2005.

33 Mircea Vulcãnescu, « Asupra influenței lui Maurras », in De la Nae Ionescu la « Criterion », Humanitas, 2003, p. 232.

34 Benjamin Fundoianu, « Ideile lui Charles Maurras », II, in Rampa nouã ilustratã, 5e année, no 1067, 19 mai 1921, p. 1.

35 Ibid.

36 Id., in Rampa noua ilustratã, 5e année, no 1070, 22 mai 1921, p. 3.

37 Ernest Bernea, « Charles Maurras apãrãtor al cetãții », in Firide literare, Bucarest, Albatros, 1944, p. 173-182.

38 Eugen Weber, L’Action Française, Paris, Stock, 1964, p. 531 et Pierre-Marie Dioudonnat, Je suis partout 1930-1940. Les maurrassiens devant la tentation fasciste, Paris, Éditions de La Table Ronde, 1973, p. 216. Cf. Florin Țurcanu, op. cit., p. 10-11.

39 Stéphane Giocanti, Maurras. Le chaos et l’ordre, Paris, Flammarion, 2006, édition électronique, p. 525-528.

40 Ibid.

41 « D. Charles Maurras ales membru al Academiei Franceze », in Curentul, 15e année, no 3719, 11 juin 1938, p. 9.

42 I. P. Gigurtu, « Culturale », in Libertatea, 6e année, no 13-14, 5-20 juillet 1938, p. 240.

43 Grigore Popa, « Consacrarea lui Charles Maurras », in Sfarmã-Piatrã, 3e année, no 64, 18 février 1937, p. 4.

44 Mihai Niculescu, « Charles Maurras sub Cupolã », in Universul, 55e année, no 159, 12 juin 1938, p. 2.

45 « Consacrarea lui Charles Maurras : Cagularzii la Academie », in Facla, 28e année, no 2174, 12 juin 1938, p. 2.

46 Paul Dinopol, « Maurras sub Cupolã », in Dreptatea, 12e année, no 3179, 2 juillet 1938, p. 1-2.

47 George Cãlinescu, Istoria literaturii române de la origini pânã în prezent, Bucarest, Minerva, 1982, p. 873.

48 Alfred Hefter, « Maurrassism », in Politica, 1re année, no 47, 29 juillet 1926, p. 1.

49 Cette confrontation constitue un paramètre important de la stratégie de l’Institut Français de Bucarest dans les années trente, tout en étant identifiable au sein même de la culture roumaine, sur le terrain de l’enseignement et de la littérature, mais aussi du théâtre et du cinéma. Cf. Georgiana Medrea, Les relations culturelles franco-roumaines dans l’entre-deux-guerres, thèse de doctorat, Paris IV 2010 (Jean-Paul Bled, Dan Berindei, dir.), p. 98, 134-142, 191, 361, 406, 411, passim.

50 Petre Pandrea (1904-1968), essayiste, mémorialiste, journaliste, ancien élève de Nae Ionescu, obtient son doctorat en droit à Bucarest (1928) et suit des formations en sociologie et littérature à Berlin, Heidelberg Munich, à Paris, Rome, Prague et Budapest (1926-1933). Signataire du Manifeste du lys blanc publié par Gândirea en 1928, il est l’un des premiers auteurs qui se soient prononcés en Europe contre le nazisme. Adepte d’un mouvement historique traditionaliste dans le sillage de Mihail Kogălniceanu, Pârvan et Nae Ionescu, il défend l’idée d’une spécificité culturelle nationale ouverte à l’influence européenne. Après la condamnation de Lucrețiu Pătrășcanu, dont il est le beau-fils, Petre Pandrea est incarcéré dans quatorze prisons successives (1948-1952, 1958-1964), période où il fonde l’Université souterraine. Eugen Simion, Dictionarul¸ general al literaturii române, P/R, Bucarest, Editura Univers enciclopedic, p. 40-44.

51 Petre Pandrea, « Note. Izvoarele lui Maurras », in Dreptatea, 7e année, no 1665, 12 avril 1933, p. 1-2.

52 Mircea Vulcãnescu, loc. cit., p. 229.

53 Florin Țurcanu, « Aux origines de la “Garde de Fer” ; deux lettres de Ion Mota à Charles Maurras », in Intellectuels, historiens et mémoire en Roumanie. De l’entre-deux-guerres à l’après communisme, Bucarest, Academia Românã, 2007, p. 70-83.

54 Au nom des jeunes légionnaires, Vasile Marin réclame l’héritage maurrassien : « Vos idées, vos doctrines, nous ont puissamment aidés à trouver notre propre voie. » Lettre publiée dans le recueil Marin, Vasile, Crez de generație, Bucarest, éditions Majadahonda, 1997, p. 91-92.

55 Cf. Traian Sandu, loc. cit.

56 Dans une correspondance envoyée de Paris, Dragoș Protopopescu rapporte la célébration de Maurras au Vélodrome d’Hiver, le soir du 8 juillet, à la sortie de la prison de la Santé. Il se montre fier de s’être joint aux vingt-quatre disciples présents : « J’ai eu l’inégalable privilège de participer à cette fête unique dans la vie de la France contemporaine et la rime du barde Magallon enchante encore mes oreilles. » Son réquisitoire antisémite est radical : « Peut-il exister une correspondance entre Maurras et Blum ? Une ressemblance, aussi infime soit-elle ? Peut-on imaginer un seul Français, qui, en dehors de toute impulsion judéo-maçonnique, dont l’éthique n’est pas déformée, ni atteinte par la renonciation de soi professée par les communistes français, qui soit capable d’envoyer Maurras en prison ? » « Reîntoarcerea lui Maurras », in Bunavestire, 1re année, no 114, 15 juillet 1937, p. 1.

57 Par exemple, le fidèle Pamfil Seicaru¸ magnifie en 1926 la personnalité de Maurras, tout en adhérant à sa résistance devant la démocratie : « Il a été jugé et condamné : comme dans tout régime démocratique, la justice est soumise à la domination des partis. Or, l’autorité morale et intellectuelle de Charles Maurras constitue un danger imminent qui accable la débauche des partis en France. Contre lui, le mal a coalisé toutes ses forces. Le procès de Charles Maurras nous donne la même émotion que celui de Socrate. Dommage que l’histoire de l’humanité se renouvelle si peu ! » « Procesul și condamnarea lui Charles Maurras », in Cuvântul, 3e année, no 604, 6 novembre 1926, p. 1.

Auteur

Docteur en histoire moderne et contemporaine de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV) et de l’Université de Bucarest. Sa thèse consacrée aux relations culturelles franco-roumaines dans l’entre-deux-guerres ainsi que ses travaux tiennent à la fois de l’histoire diplomatique, des histoires de l’art, des institutions littéraires et culturelles. Elle participe depuis 2000 aux travaux du comité d’historiens franco-roumains dirigés par les professeurs J.-P. Bled (Paris-Sorbonne, Paris IV) et D. Berindei, vice-président de l’Académie roumaine, publiés dans Études danubiennes et Revue roumaine d’histoire. Contributions récentes à des ouvrages collectifs : « Le théâtre français dans les Principautés Roumaines unies à l’époque du Second Empire », in Jean-Claude Yon (dir.), Le théâtre français à l’étranger au XIXe siècle. Histoire d’une suprématie culturelle, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2008. « La présence culturelle des Congrégations françaises en Roumanie. Aperçu des Œuvres de Notre Dame de Sion », in Danielle Delmaire et Olivier Rota (dir.), Activités apostoliques et culturelles en Europe et au Levant. Notre-Dame de Sion (milieu XIXe siècle – milieu XXe siècle), Université Lille III, Villeneuve-d’Ascq, Travaux & Recherches, 2009. « La réception de Barrès en Roumanie », in Olivier Dard, Michel Grunewald, Michel Leymarie, Jean-Michel Wittmann, Maurice Barrès, la Lorraine, la France et l’étranger, Peter Lang, Berne, 2011.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540