Version classiqueVersion mobile

Maurrassisme et littérature. Volume  IV

 | 
Michel Leymarie
, 
Olivier Dard
, 
Jeanyves Guérin

Contre Maurras : le « néoclassicisme scientifique » de Fernando Pessoa

Against Maurras: Fernando Pessoa’s «scientific neo-classicism»

Ana Isabel Sardinha Desvignes

Résumé

Attentif aux mouvements européens du renouveau classique, le célèbre poète portugais Fernando Pessoa (1888-1935) a manifestement souhaité participer à ce qui, depuis la fin du XIXe siècle en Europe, constituait un des nombreux débats artistiques et littéraires sur l’essence de l’art. Pour mener à bien ce projet, Pessoa a d’abord parfaitement reconnu l’influence de Maurras sur le terrain de la réflexion esthétique, allant même jusqu’à proclamer « l’importance, la cohésion interne de sa pensée classique », ainsi que l’ampleur qu’elle prenait en Europe. Cependant, il a aussi tenu à s’en détacher. Et ce, pas uniquement pour des raisons politiques ou simplement littéraires. Le classicisme raffiné et rigoureux porté par son célèbre hétéronyme Ricardo Reis, qui aimait à se présenter comme « païen moderne et exilé au sein de la civilisation ennemie », se voulait à rebours de celui de Maurras. Ou plutôt, comme le dira Pessoa lui-même, il devait incarner un « néoclassicisme scientifique » en réaction au « néoclassicisme à la Maurras ». Cette communication examine les contours, l’originalité mais aussi les paradoxes d’une réponse à Maurras qui très vite devient également une entreprise solitaire de démolition d’une culture et d’une littérature : celles de la France.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans un fragment non daté, qui peut être situé autour de 1915, Fernando Pessoa (1888-1935) écrivait ces quelques lignes :

« Les idées de Maurras, que n’importe quel raisonneur habile défait sans peine, si jamais il parvient à vaincre l’ennui presque insupportable que provoque sa lecture, passent pour des lois de la nature, aussi indiscutables que je ne dirais pas tant la théorie atomique qui, elle, contient des éléments discutables, mais plutôt le coefficient de dilatation du fer ou la loi de Boyle-Mariotte.1 »

Pessoa manie le verbe avec habileté, et, comme c’était normal au Portugal à cette époque dans les milieux intellectuels, il n’ignore pas Maurras. Ici il se complaît une fois de plus dans la formule lapidaire, dans l’anathème sarcastique censé abattre des dogmes bien établis. Bien que « raisonneur habile » il ne s’est pourtant jamais véritablement attelé à la tâche de discuter les idées de Maurras. Et surtout peu ou pratiquement pas dans le domaine politique. Nous savons que Pes...

Auteur

Maître de conférences à l’Université Paris 3-Sorbonne nouvelle (Centre de recherches sur les Pays de Langue Portugaise (CREPAL) EA 3421 - Département Études ibériques et latino-américaines). Lusiste, elle est spécialiste d’histoire culturelle au Portugal dans la période contemporaine. Ses travaux portent sur l’histoire des droites radicales portugaises au XXe siècle et sur les transferts culturels. Ouvrages publiés récemment : Correspondência de António Sardinha para Ana Júlia Nunes da Silva (1910-1912), Universidade Católica de Lisboa - Fundação Calouste Gulbenkian, 2008, 516 p. ; António Sardinha (1887-1925) : Um Intelectual no Século, Lisboa, ICS - Universidade de Lisboa, 2006, 291 p. Articles récents publiés dans des ouvrages collectifs : « Au Portugal à la mort de Maurice Barrès : hommages, équivoques et malaise », in Olivier Dard, Michel Grunewald, Michel Leymarie, Jean-Michel Wittmann (dir.), Maurice Barrès, La Lorraine et l’étranger, Berne, vol. 62, Peter Lang, 2011, p. 367-382 ; « Jacques Bainville au temps de Salazar : traductions, lectures et usages », in Olivier Dard et Michel Grunewald (dir.) Jacques Bainville - Profils et réceptions, Berne, Peter Lang, 2010.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search