Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maurrassisme et littérature. Volume  IV

 | 
Michel Leymarie
, 
Olivier Dard
, 
Jeanyves Guérin

Classicisme et truculence. Réception littéraire de Charles Maurras et Léon Daudet en Belgique

Classicism and truculence. Reading Charles Maurras and Leon Daudet in Belgium

Francis Balace

Résumé

Malgré le très vif engouement de la jeunesse intellectuelle belge, entre 1919 et 1926, pour les idées et les méthodes de l’Action française et les écrits politiques de Maurras, l’œuvre littéraire de celui-ci a trouvé en Belgique fort peu d’imitateurs, voire d’admirateurs, si ce n’est quand il chantait sa Provence natale. En revanche, le polémiste Léon Daudet jouit de l’avantage de porter un nom connu et d’être apprécié pour ses campagnes contre espions et défaitistes. Cette prépondérance s’affirme encore plus pendant ses vingt-neuf mois d’exil à Bruxelles.
L’autodidacte catholique Justin Sauvenier mène une analyse poussée et une vigoureuse défense de son œuvre, malgré le naturalisme voire l’érotisme de certaines pages de Daudet, malgré, aussi, ses imprécations politiques à l’égard du Saint-Siège. À l’opposé, l’abbé Michel fait crime à Daudet et Maurras d’être des méridionaux et de ne rien comprendre aux solides certitudes des « gens du Nord », détenteurs du seul vrai classicisme, celui de l’ordre occidental opposé à l’ordre méditerranéen issu d’Athènes et de Rome via la Provence.
Dans les années trente cependant, l’astre de Daudet pâlit au profit de Maurras dont les œuvres poétiques empreintes de classicisme reçoivent un succès d’estime mais qui sera surtout célébré pour des dons d’invective supérieurs à ceux de Daudet car s’insérant dans une démarche raisonnée et logique. Ultime avatar, le maurrassien belge Paul Dresse de Lébioles regrettera que la mort de Daudet l’ait empêché de retenir le maître de Martigues sur la voie de l’erreur fatale.

In spite of the marked interest among young Belgian intellectuals, between 1919 and 1926, for the ideas and the methods of AF and Maurras’political writings, Maurras’s literary works elicited little interest and admiration, apart from when he extolled the Provence of his youth. The polemical writings of Leon Daudet spurred more interest, owing to his well-known family name and to his attacks against spies and defeatists of all ilk. This greater visibility is all the more marked after Daudet’s 29-month-long exile in Brussels. Justin Sauvenier, a self-taught Catholic writer, analyzed Daudet’s works in depth and vigorously defended Daudet’s writings, in spite of the naturalism, not to mention the eroticism, in some passages of Daudet’s works, and despite also Daudet’s vituperation against the Holy See. Abbé Michel, a Catholic cleric, has a very different take on both Daudet and Maurras. He accuses them of being Southerners and to understand nothing of the solid certainties of Northerners, who are according the true upholders of classicism, namely that of the Western, as opposed to the Mediterranean order which spread from Athens to Rome and eventually to Provence. In the 1930s, Daudet’s star started to fade, while Maurras’s reputation was on the rise thanks to this poetry, whose classical form was extolled by many reviewers, who recognized Maurras’s greater talent for invective, as it appeared steeped in a more reasoned and logical approach. A later avatar of Maurras, the Belgian Maurrassian Paul Dresse de Lébioles mournfully noted that Daudet’s death prevented him from leading Maurras away from the path of fateful mistakes.

Texte intégral

  • 1 Cécile Vanderpelen, « La condamnation de Charles Maurras : une crise majeure dans l’histoire des in (...)
  • 2 Francis Balace, « Les origines de la condamnation de l’Action française : une affaire politique bel (...)

1Cécile Vanderpelen a, tout comme Erik Defoort avant elle, souligné toutes les causes de l’engouement, au sein des milieux bourgeois et de la jeunesse intellectuelle d’origine catholique, pour les doctrines et les maîtres à penser de l’Action Française dans la période d’immédiate après-Grande Guerre1. Tout, ou presque, a, du point de vue des transferts et de l’imprégnation politique, été dit et redit, en insistant sur la très rapide soumission aux foudres vaticanes due à l’extrême verzuiling (pilarisation) du monde catholique belge d’alors. D’autant plus que ces foudres venaient appuyer, dans un contexte d’affrontement belgo-belge entre catholiques de gauche et de droite, flamingants et francophones, les uns partie du gouvernement Poullet-Vandervelde, les autres dans une farouche opposition, l’indispensable refonte de l’unité du Parti Catholique. Une unité indispensable pour résister, au nom de la « belle âme de l’enfant » aux velléités laïcisantes des adversaires, quitte à pratiquer ensuite discrètement, jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale, un subtil « maurrassisme sans Maurras2 ».

  • 3 Albert Fasbender, de l’Association Catholique de la Jeunesse Belge, qui fut tour à tour un maurrass (...)

2Doctrine politique bien évidemment, mais un peu redondante, voire sans application pratique, dans un pays doté d’un régime monarchique, parlementaire certes mais que la révérence confinant à l’adulation de l’opinion pour le roi Albert Ier tend à sanctifier et parer de vertus charismatiques. Doctrine philosophique ou maïeutique courbant les intelligences sous le poids d’une implacable logique, bien sûr : Maurras « apprend à penser », tel un maréchal Foch, il est le gnomon qui permet de jauger, d’évaluer hommes et choses3, et pour ses disciples, il est d’un grand confort intellectuel et gratifiant de pouvoir constater que désormais, comme dans les paroles de La Royale, « notre force est d’avoir raison ».

  • 4 Ibid., p. 69. Fernand Desonay, Dépaysement. Notes de critique et impressions, Liège, Solédi, 1945, (...)
  • 5 Voir le recueil Stanislas d’Otremont, ce voyageur pathétique, s.l., Éditions de la Francité, 1974.

3Mais qu’en est-il du domaine littéraire ? Nous ne sommes que partiellement d’accord avec Cécile Vanderpelen quand elle écrit que « c’est sans doute dans le domaine littéraire que l’imprégnation de l’Action française est la plus forte ». Nous admettons volontiers avec elle que l’on a vu en Maurras le défenseur attitré des langues anciennes et du « classicisme », une sorte de « plafond de verre » résistant au nivellement par le bas des études, et que l’admiration pour « l’écrivain Maurras » ait pu déboucher sur une adhésion à ses idées politiques4. Il n’en reste pas moins un fait indéniable : aucun écrivain belge, au sens littérature en prose ou poésie (et non critique littéraire ou philosophie), même maurrassien avoué, déclaré, tonitruant, ne s’est, dans ses écrits, inspiré de la prose et du style de celui qu’ils considéraient tous comme un « maître », écrivant même qu’ils y renonçaient parce que cette prose et ce style étaient incomparables et inimitables. Un Stanislas d’Otremont, fondateur en 1920 de la très maurrassienne Revue Latine, à laquelle collabora Bainville, ira chercher ailleurs ses inspirations littéraires et, après 1945 il est vrai, trouvera une nouvelle doctrine chrétienne chez des maurrassiens « de substitution » comme Gabriel Marcel et Gustave Thibon5. Le cas de Robert Poulet, dans ses œuvres littéraires bien sûr et non politiques, est lui aussi caractéristiquement a-maurrassien : rien de « classique » ou de « maurrassien » dans Handji, le roman qui le fera connaître. Ses polémiques, son sens de l’injure qui fait mouche doivent en revanche tout à Léon Daudet.

  • 6 Charles d’Ydewalle, Journal, mon beau souci, s.l., EREL, 1977, p. 162.

4Enfin, il est un aspect de Maurras, fondamental pourtant dans l’engouement qu’il suscita, qui a été un peu négligé par les critiques littéraires et les historiens de Belgique : l’homme du soleil, de l’azur pâle et doré de la conque provençale qui l’a engendré, nourri, formé. Alors que, comme nous le verrons, des adversaires lui feront grief, ainsi qu’à Léon Daudet, d’être un méditerranéen, un « Grec de l’Antiquité égaré au XXe siècle », de ne rien comprendre aux solides certitudes des gens du Nord, certains de ces derniers lui en sont au contraire reconnaissants. « Sapin du Nord, écrira Charles d’Ydewalle, je sentis le souffle embaumé de quelque mimosa inconnu6 ».

Per leonem ad lucem

  • 7 Voir Alfred Kupferman, « Le rôle de Léon Daudet et de l’Action Française dans la contre-offensive m (...)
  • 8 Marcel-Henri Jaspar, Souvenirs sans retouche, Paris, Fayard, 1968, p. 32.
  • 9 Paul Dresse, Réminiscences autour d’une « trilogie » Maurras – Léon Daudet – Maeterlinck, avec des (...)

5Au sortir de la Grande Guerre, Léon Daudet est, en dehors des premiers (et fort restreints) cercles intellectuels « maurrassiens », plus connu, lu et apprécié en Belgique que Charles Maurras. Magie du nom, qui le fait confondre parfois avec son père Alphonse ou avec son frère l’historien Lucien Daudet ? Échos parmi les Belges réfugiés passant la guerre en France de ses virulentes campagnes dirigées contre les menées subversives occultes de l’Allemagne7 ? Alors élève d’un lycée parisien, le futur ministre libéral et ambassadeur de Belgique Marcel-Henri Jaspar rappelait combien « nous nous jetâmes sur les journaux et plus particulièrement sur l’Action française ; les affaires d’espionnage et de défaitisme nous passionnaient8 ». Paul Dresse de Lébioles (1901-1987) dont la prolixe carrière de fidèle belge de l’Action française et d’admirateur éperdu de Daudet d’abord, de Maurras ensuite, ne s’éteindra qu’avec sa propre mort raconte qu’il a trouvé dans la cantine de son frère Charles, tombé à l’ennemi en septembre 1918, sa brochure De Kant à Krupp « ce qui donnait à penser que le succès du journal nationaliste avait quelque peu gagné l’armée belge9 » (sic).

  • 10 Id., « Charles Maurras et la Jeunesse Belge », Revue Universelle, t. LXVIII, no 19, 1er janvier 193 (...)

« Contrairement à ce qui se passe en France, Maurras n’était guère connu en Belgique avant 1914 [...] À la diffusion que l’organe nationaliste connut en France pendant la guerre, au grand rôle qu’il joua à cette époque, la presse belge – si l’on peut ainsi appeler les feuilles falotes qui acceptèrent la censure de l’occupant – ne fit que des allusions sporadiques. C’était assez toutefois pour qu’en des cœurs frémissants de passion patriotique naquît une curiosité déjà empreinte de sympathie. Vint l’armistice. Sur la Belgique délivrée, la librairie française se répandit comme un raz de marée [...] Que choisir, que retenir dans ce déferlement merveilleux ? Les adolescents se tournèrent vers leurs aînés. Parmi les combattants que la paix ramenait dans les familles, beaucoup prônaient l’Action française10... »

6Donc, après l’Armistice, dans une atmosphère de kermesse héroïque et intimement convaincus qu’ils sont ces héros dignes de l’Antique dépeints pendant quatre ans par la propagande alliée, les Belges passent par une phase de nationalisme expansionniste et cocardier auquel l’AF fournit un prêt-à-penser commode. Prêt-à-penser qui se renforce quand les milieux bourgeois, et leurs rejetons à peine passés du front aux bancs de l’université, s’effrayent de la diminutio capitis politique introduite par le suffrage universel, de la baisse vertigineuse de leurs rentrées qu’ils attribuent moins à la crise économique ambiante sortie de la guerre qu’à des nouveautés comme l’impôt sur le revenu ou, à l’instar de l’AF, à l’incapacité des gouvernements à transformer en réalité le slogan « L’Allemagne paiera ». Et s’il s’agit de les invectiver, de désigner d’un doigt vengeur et d’une épithète cinglante comme une cravache les responsables de cette victoire aux mains vides, dans quel meilleur encrier tremper sa plume que celui de Daudet ? Futur grand reporter à La Nation Belge des Neuray, Saint-Simon autoproclamé mais quelque peu grinçant de la vie publique et intellectuelle belge de 1920-1960, Charles d’Ydewalle (1901-1985) a bien montré dans ses souvenirs combien c’est à travers la prose débridée du pamphlétaire Léon Daudet, ses épithètes, ses descriptions décapantes des hommes et des choses, ses raccourcis que la jeunesse estudiantine, au sortir de la Grande Guerre, avait été menée à l’AF puis à Maurras par un processus somme toute naturel, comme si Aristophane ne pouvait conduire qu’à Aristote.

  • 11 Charles d’Ydewalle, Journal, mon beau souci, s.l., EREL, 1977, p. 181-182.

« Comment un écolier de 1919 pouvait-il résister à […] à Léon Daudet crêpant la tignasse d’Aristide ou bien décrivant Zola avec son nez peint en noir […] ? Léon Bloy, Rabelais, Shakespeare, Aristophane, en quelle noble société, d’un seul coup, étions-nous catapultés ! […]Par ce vocabulaire, j’ai fait la connaissance de l’Action française de Maurras, du néoroyalisme [...] De toute cette anthologie, nous faisions une consommation qui allait jusqu’à l’orgie...11 »

7Même son de cloche chez Paul Dresse de Lébioles. Un de ses professeurs jésuites de Liège lui avait signalé quelques articles du quotidien royaliste comme des exemples de « création continue ».

  • 12 Paul Dresse, Réminiscences..., p. 37.

« L’expression me frappa, au point que, peu de temps plus tard, je me targuais plaisamment d’être le plus enmaurrassé des grands daudettoïdes, car l’étudiant en Philosophie et Lettres que j’étais devenu se sentait plus attiré encore par la verve truculente de Daudet que par les commentaires bilieux du nationaliste Maurras, voire le froid rationalisme d’un Jacques Bainville12

  • 13 On ne connaît guère comme action comparable à celles des Camelots que le sac de l’exposition prosov (...)
  • 14 Petit échantillon des emprunts degrelliens au style de Daudet dans un numéro du confidentiel organe (...)
  • 15 Cf. l’effarant texte attribué à Léon Degrelle, Tintin, mon copain publié en 2000, après sa mort, au (...)

8Verve truculente dans laquelle les Belges pouvaient se reconnaître. Il était pourtant plus malaisé de s’inspirer de cette truculence d’essence rabelaisienne mâtinée breughélienne dans le domaine de la polémique sociétale et de la vie parlementaire, dans un pays resté à peu près complètement exempt de violence politique et de répression étatique. La truculence de Daudet fascinait donc les « jeunes » parce qu’elle hérissait ou choquait souvent leurs aînés, ils s’en repaissaient ad nauseam mais ne l’imitaient pas ou fort peu dans leurs discrets organes, tout comme ils admiraient les canulars et les coups de canne des Camelots du Roi sans oser vraiment « passer à l’acte » par crainte du gendarme13. Il faudra attendre le fameux « Coup de Courtrai » mené le 2 novembre 1935 par Léon Degrelle et ses premiers jeunes disciples contre « les excréments vivants » de la solennelle Fédération des Cercles et Associations Catholiques pour qu’un incontestable style à la Daudet, avec néologismes et calembours, s’étale à la une de l’hebdomadaire Rex et un peu plus tard du quotidien à titre maurrassien Le Pays Réel. Style qui, en Belgique, ne prendra guère que chez les « jeunes ». Cette veine disparaîtra avec la fascisation du mouvement en 1938 et on imagine mal Léon Degrelle, voué désormais à l’emphase grandiloquente, la pratiquant plus tard sous l’uniforme feldgrau. Mais elle reparaîtra dans son exil madrilène14, revue et corrigée ad usum Belgarum en prétendant, sans faire référence à Daudet, avoir inspiré directement Tintin et donc des imprécations du capitaine Haddock15...

9Daudet a donc été incontestablement LE « passeur » vers la Belgique de la doctrine maurrassienne. C’est avant tout pour lire ses éditoriaux musclés que ceux qui se disaient maurrassiens achetaient le journal L’Action française... et finissaient par être conquis par la logique du Maître de Martigues, par son classicisme, un peu comme une mise-en-bouche épicée ouvre l’appétit pour les plats raffinés qui suivront. Ce n’était pas sans danger pour Daudet. Au moment de la fameuse enquête de l’Association Catholique de la Jeunesse Belge sur ceux que ses membres reconnaissaient comme leurs maîtres parmi les écrivains des 25 dernières années, on sait bien (que les résultats aient ou non été sollicités ou truqués) que Maurras vint en tête avec 174 voix (sur 450 suffrages émis, quelquefois pour plusieurs écrivains en même temps), alors que Daudet, le polémiste adoré, sans doute plus lu et connu de ces jeunes que Maurras, n’en recueillait que quatre ! Application inattendue du fameux Politique d’abord ! ou, plus simplement, impossibilité morale pour ces éliacins abreuvés d’eau bénite de reconnaître comme source d’inspiration littéraire le tonitruant Léon et le côté érotique de certains de ses romans ?

Des Belges et des belles

  • 16 P. Dresse, Léon Daudet vivant, p. 10, note 1.
  • 17 L. Daudet, Le Courrier des Pays-Bas I. La Ronde de Nuit, Paris, Bernard Grasset, 1928, p. 17.
  • 18 Préface de Léon Daudet au livre de Fernand Neuray, Entretiens avec Clémenceau, Paris, Éditions Prom (...)
  • 19 Id., Écrivains et artistes, t. VIII, Paris, Éditions du Capitole, 1929.
  • 20 P. Dresse, op. cit., p. 296.
  • 21 F. Balace, « Georges Valois et la Belgique : les méandres d’une réception », dans Olivier Dard, éd. (...)

10Paul Dresse s’était instauré le biographe et commentateur très détaillé de l’œuvre littéraire de Daudet en 1948 dans son Léon Daudet vivant, utilisant notamment le journal intime tenu par Louis-Pilate de Brinn-Caubast. Ce dernier avait été le précepteur de Lucien Daudet et avait vécu dans l’intimité de la famille, avant de devoir, à la suite « d’une affaire malheureuse », s’établir à Bruxelles où il avait ouvert un cabinet de lecture à l’ancienne fort achalandé sous le nom de Lecture Internationale16. Pour un littérateur du tournant du siècle, Daudet connaissait assez bien la Belgique, affirmant y être venu une trentaine de fois ainsi qu’aux Pays-Bas, entre 1885 et 190717. N’avait-il pas été à ses débuts un des correspondants parisiens de L’Indépendance Belge, ce quotidien bruxellois dirigé par une série de journalistes français et qui jouissait depuis le Second Empire d’une très solide réputation d’oracle international ? Daudet se targuait de n’être jamais tombé à propos des Belges dans les bourdes ordinaires du Français moyen et s’être rendu compte, précocement, « de la richesse et de la variété de ces natures wallonnes et flamandes qui, en dépit du bilinguisme forment bien réellement une nationalité unie et distincte, parfaitement originale18 ». Une Belgique d’avant 1914, de carte postale, s’étalant de beffrois en canaux, avec ses militaires aux uniformes désuets, dans une odeur de moules, de pommes frites et de replètes servantes « qui sentaient le jeune cochon [sic]19 ». Le délicat Paul Dresse notait, un peu choqué, que « Léon Daudet, on le voit, communiait avec les Flamands dans la goinfrerie nationale, qu’il évoquait d’une touche grasse et colorée20 ». Ses préoccupations politiques absorbantes à l’AF ne lui permettaient cependant guère d’y prêcher la bonne parole monarchiste et il avait refusé, tout comme Maurras, l’offre d’y venir parler devant le petit cénacle maurrassien groupé avant 1914 autour de Georges Ernotte-Michaux21.

11Comment s’étonner dès lors que les littérateurs originaires du sud du pays lui aient reproché d’avoir, en dépit de son bien connu et long exil à Bruxelles après son évasion de la Santé, sacrifié, comme tant de visiteurs français à la recherche du pittoresque et de la couleur locale, étendu à toute la Belgique ses observations relatives à la capitale et surtout aux médiévales cités flamandes ou aux rivages de la mer du Nord. Terminant la lecture de Vingt-neuf mois d’exil, Justin Sauvenier regrettait cet oubli des provinces méridionales venant d’un demi-provençal :

  • 22 Justin Sauvenier, Léon Daudet. Un humaniste rabelaisien, Bruxelles, Les Éditions de Belgique, 1933, (...)

« Le livre fermé, je regrette que l’auteur n’ait pas connu la Wallonie22, et Liège, cette ville jadis si belle de haute spiritualité. Elle ne se donne à l’étranger qu’après une cour fidèle et patiente, mais un Français est si proche d’elle qu’une présentation et quelques entretiens peuvent déceler les secrets de la beauté liégeoise, la valeur de l’âme wallonne et sa latinité. Pourquoi donc les Français considèrent-ils toujours la Flandre comme la Belgique et vice-versa ! Nous avons une Provence. Il ne faut pas qu’on l’ignore plus longtemps. Notre Simon fait penser à Mistral... »

12Ce qui a tout changé, même si Daudet a été fraternellement accueilli chez les Neuray dès le soir de son arrivée, puis choyé et fêté par la bonne société bruxelloise après que sa famille l’eut rejoint, c’est le poids de la condamnation pontificale et le choc en retour de ses propres imprécations envers Pie XI et la politique vaticane. Respectueux des usages belges en matière de droit d’asile, Daudet s’abstenait soigneusement – du moins officiellement – de toute activité politique en Belgique, même s’il continuait, par la grâce de la poste et de courriers privés, à alimenter le journal parisien en éditoriaux et chroniques.

  • 23 Henry de Beco, Le maurrassisme liégeois à l’époque de la condamnation de l’Action Française, mémoir (...)
  • 24 Henry de Beco, op. cit., p. 197-204 et 211-216.

13La mitraille sortie des canons vaticans avait décimé les rangs de sa grande armée d’admirateurs de 1919. On le vit bien quand éclata à Liège le « scandale Daudet ». Alors qu’au printemps 1921, c’est le professeur de philosophie Paul Nève de Mévergnies qui avait invité Daudet à venir dans la Cité Ardente et avait présenté sa conférence au collège Saint-Servais, alors qu’il avait été le patron de la thèse de doctorat de Paul Dresse sur la formation intellectuelle de Maurras, tout a changé depuis que Roma locuta. Le Quartier Latin, feuille d’« irréductibles » étudiants maurrassiens liégeois groupés autour de Raymond Janne, Alexis Curvers et Théo Hénusse, a été lancé en janvier 1927 après un premier scandale provoqué par un article injurieux pour Pie XI publié le 12 janvier dans Le Vaillant, organe traditionnel des étudiants catholiques, « crossé » par l’évêque et contraint de suspendre sa publication23. Quartier Latin signe et persiste dans la dénonciation des « deux insanités majeures » que sont à ses yeux la démocratie et le pacifisme. Boudée par la majorité des étudiants catholiques, qui vont sortir un nouveau Vaillant plus pontificalement orthodoxe dès septembre 1927, la feuille perd rapidement les deux tiers de son lectorat et disparaît dès janvier 192824. Or, dès sa fondation, l’équipe rédactionnelle de Quartier Latin est en osmose complète avec celle des Cahiers Mosains lancés en 1924 et devenus Cahiers Mosans en août 1927, dont les illustrations littéraires sont, outre les précités, Paul Dresse de Lébioles, Jules Van Erck et Albert Fasbender. Ce dernier a été à l’origine de la fameuse enquête de l’ACJB qui a abouti à la condamnation de l’AF et anime en même temps la troupe théâtrale Les Compagnons de Saint-Lambert, patronnée par le cardinal Mercier et l’évêque de Liège Mgr Rutten et présidée par le professeur de philosophie et de logique Paul Nève de Mévergnies.

  • 25 Lettre de Daudet, non datée dans P. Dresse, Léon Daudet vivant, p. 290, et paraphrasée dans Vingtne (...)
  • 26 Lettre d’Albert Fasbender à Paul Dresse datée du 18 août 1927 et publiée dans C. Vanderpelen, Écrir (...)
  • 27 Voir leur échange de lettres in C. Vanderpelen, « La condamnation... », p. 70 et Écrire..., p. 63.
  • 28 Anne-Marie Laureys, La Vie littéraire à Liège pendant l’entre-deux-guerres. Les Cahiers Mosans, mém (...)
  • 29 Journal de Pierre Nothomb, Bruxelles, Musée de la Littérature, ML3053, 30 mai 1922 ; C. Vanderpelen (...)
  • 30 L. Daudet, Vingt-neuf mois d’exil, p. 16.
  • 31 Robert Demoulin, « Militarisme et antimilitarisme en Belgique après la 1re guerre mondiale. L’affai (...)

14C’est Paul Dresse et Raymond Janne qui, au nom des Cahiers Mosans, ont eu l’idée d’inviter Daudet, dès son installation à Bruxelles, à donner une conférence qui serait bien sûr littéraire (« Vous savez, leur répond-t-il, que je ne suis pas homme à faire, en dehors, la moindre agitation politique [...] Je ne suis sur la terre sacrée de Belgique qu’un écrivain et à l’occasion qu’un conférencier25. ») Le landerneau liégeois s’agite. Albert Fasbender s’alarme, craignant que d’enthousiastes disciples ne transforment en meeting d’hommage politique la conférence littéraire (sur un sujet à tout le moins glissant Les salons littéraires de la IIIe République)26. La conférence se tiendra le 20 août 1927 au cinéma Apollo de Spa, pour éviter tout tapage à Liège. Tout se déroule sans incidents mais le professeur Nève ne décolère pas, interdit à ses Compagnons de Saint-Lambert d’encore collaborer aux Cahiers, s’en désabonne. A Dresse qui plaide le caractère purement littéraire de la conférence, il reproche un manque de sensibilité catholique et de révérence envers le pape27. Les Cahiers Mosans essayeront de subsister vaille que vaille, leur « fronde irréductible » depuis la condamnation n’aura duré qu’un an, et s’ils existeront, en s’étiolant, jusqu’en 1934 leur contenu délaissera bientôt complètement les matières politiques28. Le leader nationaliste et littérateur Pierre Nothomb, qui, en mai 1922, ne se sentait plus de joie « de se sentir connu et aimé de Maurras » et d’avoir été longuement reçu par lui, a bien changé. Il a brièvement songé à demander lui aussi à Daudet de faire une conférence, puis a reculé pour ne pas heurter son futur électorat catholique (il comptait se présenter aux législatives sur la liste officielle du Parti Catholique). Il a sondé des amis qui lui déconseillent tout contact avec Daudet pour ne pas être taxé d’apostasie29. Dans Vingt-neuf mois d’exil, Daudet raconte avoir été invité à donner une conférence à La Louvière, mais y avoir renoncé après une violente campagne de la presse socialiste contre lui30. Il ignorait sans doute « l’incident de La Louvière » qui avait obligé, sous la pression de leur collègue hyper-patriote le libéral Devèze, les ministres socialistes à rompre dès 1921 l’Union Nationale issue de la guerre31.

  • 32 Ce passage est reproduit en bonne place par Justin Sauvenier (Léon Daudet. Un humaniste rabelaisien (...)

15Daudet ne sent pas seulement le fagot de l’hérésie, mais le soufre de la volupté. Mari fidèle mais admirateur du beau sexe, il publie dans ses souvenirs d’exil des pages quelque peu égrillardes sur la beauté des Bruxelloises. Il contemple et compare en ethnologue teinté de concupiscence, sur la plage du Zoute, les demi-nudités étalées des baigneuses françaises, anglaises, allemandes avant de s’extasier sur les Flamandes « aux cheveux daves et argentés, aux jambes longues et d’un blanc écru, aux seins pointant sous la laine dorée ou rouge32 ».

Qui bene amat...

  • 33 Voir la notice de Georges-Martin Matthijs dans Nouvelle Biographie Nationale, t. 3, 1994, p. 287-28 (...)
  • 34 La bibliographie (p. 179-194) a été rédigée par le français Hector Talvart.

16Justin Sauvenier (Barchon 1898-Anvers 1934) ne sortait pas comme d’Ydewalle de l’élitiste collège Sainte-Barbe de Gand ou comme Dresse de Lébioles de Saint-Servais de Liège, mais était un autodidacte, resté profondément catholique, et même de nuance démocrate-chrétienne. D’origine modeste, la nécessité économique le força à se détourner quotidiennement des belles lettres pour devenir à Anvers, terre d’exil pour ce pur Liégeois, journaliste à la feuille francophone Le Neptune, assez teintée alors de nationalisme belgiciste33. Peu avant sa mort, il publia aux Éditions de Belgique son Léon Daudet, un humaniste rabelaisien assorti d’une très utile bibliographie des œuvres du polémiste34. Dans la préface, il explique avoir été poussé à « entrer en littérature » par la lecture du Petit Chose d’Alphonse Daudet, en avoir dévoré toutes les œuvres avant de découvrir l’existence de Léon, au hasard d’une fiche de bibliothèque.

  • 35 Justin Sauvenier, op. cit.., p. 7.

« L’amour voué au père inclina ma curiosité affamée sur les travaux du fils. Comme c’est lointain déjà ! Je suivis depuis lors ce remueur d’idées et ce lutteur latin avec une fidélité que je voudrais justifier. Je constate, en effet, d’après mes articles hebdomadaires que chaque ouvrage du pamphlétaire français m’apporte une bouffée d’ozone et un regain de vigueur intellectuelle35. »

  • 36 Ibid., p. 8.

17Des amis catholiques lui ayant conseillé de ne pas travailler sur Léon Daudet, dont l’œuvre était condamnée par la Sainte Église, il répondait que cela avait été le cas de Voltaire mais que Daudet, lui, n’avait cessé de louer l’Évangile36. Aux critiques de gauche lui reprochant de se pencher sur un « sombre individu », un « excitateur de tueries », un « joueur de grosse caisse qui fait un boniment de foire », il rétorquait que c’était l’écrivain qu’il admirait :

  • 37 Ibid., p. 10-11.

« Je connais d’autres racontars, Ami de gauche. Figure-toi que j’ai lu Anquetil, les polémiques de L’Œuvre, « Quatre Ans à l’Action française » et tout ce qu’on a publié contre L. Daudet. Personne ne m’a démontré qu’il était un mauvais écrivain. Et pour cause ! D’autre part, je ne m’occupe pas de politique […]. Seulement, sache, Ami, que Rabelais hennissait et bondissait aussi dans les parcs de la conformité, de la bienséance et que son influence durera aussi longtemps que la littérature ne sera pas considérée comme le domaine des mandarins ou des orfèvres en faux bijoux. D’ailleurs, j’étudie son disciple sans parti pris. Je n’ai jamais approché l’homme. Si, une fois, deux minutes [...] J’aurai accompli ma tâche si je parviens à mettre en relief les qualités du mémorialiste, du pamphlétaire, en un mot, si vous me permettez une formule, de l’humaniste rabelaisien37. »

  • 38 Ibid., p. 134.
  • 39 Ibid., p. 35.
  • 40 Ibid., p. 158-159.

18L’ouvrage passe successivement en revue le mémorialiste, l’humaniste, le critique et l’historien littéraire, le styliste Daudet en insistant particulièrement sur sa formation médicale d’où découleraient la verdeur de son vocabulaire, allant parfois jusqu’à l’« explosion d’une sensualité en délire38 » et ses néologismes (et de citer le célèbre j’ai judeté dans ma judetière comme un judouillard de judoire39). « La joie du mot, le plaisir de brutaliser la pruderie – l’art est un dévêtissement – l’engagent souvent dans des cascades de mots aux origines les plus diverses : scientifique, argotique, populaire, latine, langage des métiers, du trimard, tout le dictionnaire avec des acceptations de mots inattendues40 ». Et Sauvenier d’opposer lui aussi le classicisme de la langue maurrassienne à l’impétuosité de celle de Daudet :

  • 41 Ibid., p. 162-163.

« Sa langue écrite tient souvent du langage mi-improvisé, mi-médité ; elle reste telle à la bouche et telle sur le papier. Elle coule comme l’eau d’un fleuve aux coudes brusques : un paysage sylvestre s’y mire, on y voit des micas au fond de son lit ; puis, soudain, un orage déchaîne les vagues furieuses. En somme, il reste dans l’une des deux traditions françaises. Il y a celle qui préfère perdre en chemin les apports de la nature physique ou les purifier pour qu’ils soient des éléments au service de l’intellectualité ou de la spiritualité : elle va de Racine à Voltaire et à Maurras. Il y a celle qui ne perd rien en route, qui ne sacrifie rien, mais qui blesse souvent les délicats : de Montaigne à Rabelais et à Molière, de Saint-Simon à Léon Daudet. Elle continue son cours et reçoit ses affluents gaulois et populaires. Davantage, les polémistes la suivent. Elle laisse, en effet, plus de liberté pour dépeindre tout l’homme41

19En guise de conclusion, Justin Sauvenier célèbre en Léon Daudet celui qui a su mettre l’homme au centre de toute son oeuvre, un personnaliste autant qu’un humaniste qui s’est fait le défenseur de la civilisation et de la culture latines, avant de, par un ultime repentir ou pirouette de catholique affirmé craignant soudain d’en avoir trop dit, lui reprocher dans les dernières lignes du livre son manque de charité et de soumission à Rome :

  • 42 Ibid., p. 177-178.

« Je dois conclure. Je n’échangerais certes pas l’Évangile pour l’œuvre de Léon Daudet. Humainement parlant, on a certes de bonnes raisons pour l’admirer. En effet, que voyons-nous depuis la guerre ? Plus qu’un ébranlement économique, une crise d’âme formidable ! Toutes les théories en cours s’attaquent à l’intégrité humaine. On a morcelé notre personnalité, on a renié la vieille éthique, on a préféré la culture scientifique et inhumaine à la civilisation. Le proustisme, le freudisme, le gidisme, le pirandellisme et bien d’autres “ismes” ont réduit notre nature à une inconsistance gazeuse. C’est une honte ! Léon Daudet, par son humanisme, a sonné le rassemblement, a visé à l’unité. Enorme, cela ! Défendre l’honneur de l’homme est œuvre pie ! Défendre notre vieille civilisation me paraît la plus splendide originalité. Qu’il manque souvent de charité d’esprit, de soumission à ce qu’il aime, on ne le sait, hélas, que trop bien42

Un vent aigre venu du Nord

  • 43 Erik Defoort, Charles Maurras en de Action française in België, p. 268 et p. 280-288 ; A. Michel, « (...)

20Parmi ceux qui détestent Daudet pour son rôle au sein de l’Action française et qui trouvent dans la « grande querelle » de 1925-1926 matière à s’épancher, une place spéciale doit être réservée à l’abbé namurois A. Michel, curé à Patignies, correspondant sous le pseudonyme Scholasticus de L’Avenir du Luxembourg et du quotidien bruxellois alors à la pointe du combat anti-maurrassien La Libre Belgique43. On doit lui reconnaître de n’avoir pas attendu l’apogée de la polémique pour tonner tout spécialement contre Daudet en publiant début 1923 son Le Grand XIXe Siècle. Réplique à Léon Daudet, prenant bien entendu le contre-pied systématique du Stupide XIXe Siècle. L’ouvrage, assez indigeste, est cependant fort intéressant car il dépasse le stade habituel des reproches idéologiques des catholiques progressistes à leurs confrères réactionnaires pour mener la polémique dans le domaine des influences littéraires et culturelles.

  • 44 A. Michel, Le Grand XIXe Siècle. Réplique à Léon Daudet, Bruxelles, de Lannoy/Paris, Giraudon, 1923 (...)

« Le livre de M. Léon Daudet, Le Stupide XIXe Siècle, n’est évidemment qu’une boutade. Quand il s’en permet – et cela est quotidien – dans ses articles de l’Action française, quand il lui arrive de traiter Briand et Viviani de crapules, d’assassins, etc., ou encore d’annoncer le retour du Roi, le lecteur sourit et passe. Pourquoi faut-il que la même chose, si elle tombe sur le domaine littéraire, soit prise au sérieux ? Est-ce que le public, blasé et sceptique quand il s’agit de politique, est encore naïf dans tout le reste [...] Et puisque dans l’intérêt d’un plan, l’on affecte de prendre au sérieux toute cette démolition fantaisiste, nous allons aussi, pour un moment, affecter d’y répondre sérieusement et relever obstinément les titres, abattus l’un après l’autre, de la grandeur du XIXe siècle. Mais il faut auparavant montrer de quelle conception anarchique relève – si l’on se décide à la prendre au sérieux – toute cette critique du XIXe siècle que de bonnes gens s’imaginent faite – et l’auteur lui-même sans doute – au profit de l’ordre. Car nous ne prétendons pas que l’anarchie de Léon Daudet soit volontaire. Il y a des anarchistes qui s’ignorent et qui se croient hommes d’ordre. Ce sont les plus dangereux. Léon Daudet est l’un de ceux-là44

  • 45 Ibid., p. 11, 31-33.

21À la lecture du Stupide XIXe Siècle, l’abbé est pris entre l’admiration (« livre plein de remarques neuves, fraîches, vivantes originales, admirablement justes, et qui charment et qu’on savoure, et qu’on relit deux ou trois fois ») et le rejet (« complète incompréhension des caractères de notre civilisation moderne »). Il accuse Daudet de « rebâchage », de n’avoir « rien qui donne l’idée d’une loi, qui fasse soupçonner un ordre quelconque », « décidément Léon Daudet n’a aucune idée de ce que c’est qu’une loi historique », « L. Daudet est incapable de sentir », de « réaliser intérieurement », etc., etc. Et pourquoi donc ? parce qu’il « ne sent pas ceci, que tous, hommes du Nord, nous sentons » : l’élargissement du classicisme « par le don de la reconstitution historique, par l’intuition de civilisations différentes de la civilisation grécoargenne ». « Tout ceci paraît du chinois, ou quelque “nuée” descendue du Nord, (comme on dit à l’AF) à L. Daudet »45. L’abbé tient son leitmotiv, son fil d’Ariane, il ne le lâchera plus.

  • 46 Ibid., p. 39, 41, 42.

« Léon Daudet est plus d’Espagne ou d’Italie que de France, ou plutôt – ne forçons rien – il est de Provence. C’est un pur Provençal. Mais la littérature provençale est plus apparentée à l’Espagne et à l’Italie qu’à la France ; ses représentants ne comprennent rien à la mentalité proprement occidentale, à la mentalité du Nord (l’Espagne et l’Italie sont les deux marches de l’Occident, dit Mithouard) comme nous, nous ne pouvons prendre aucun goût aux productions de la Provence […] C’est donc le Nord et non le Midi, non la Provence ni l’Italie, qui continue la véritable tradition classique, et Léon Daudet n’est point qualifié pour nous l’expliquer [...] C’est en ce sens que Léon Daudet est chez nous un anarchiste et un gâcheur du bon labeur occidental46

22Pour l’abbé namurois, la Renaissance, qui eût pu être un mouvement « harmonique et chrétien », a souffert de la « déviation naturaliste » puis de « la déviation humaniste gallo-latine », avant qu’elles ne subissent toute deux, grâce au « grand XIXe siècle » les corrections du passage d’un « 89 idéologique et humaniste » à un « 89 expérimental », de la raison abstraite à la raison ouverte ; d’où certain retour de sympathies pour le Moyen Âge via le romantisme, et la restauration d’une conception mystique de la figure du Christ, aboutissant à la « naissance de l’Ordre véritable ». Un ordre que l’abbé Michel croira trouver exprimé par Barrès, quitte à l’égratigner au passage, et qui est un « ordre occidental » parce que chrétien, un ordre du Nord un tantinet raciste, farouche adversaire des conceptions néo-classiques d’essence méditerranéenne :

  • 47 Ibid., p. 144.

« Les gens du Midi n’ont rien – ou presque rien – dans le sang, des émotions, de la sensibilité du Nord. Il ne faut pas s’étonner qu’ils ne comprennent rien à un ordre occidental et se figurent toujours que l’ordre réclamé par le monde aujourd’hui c’est encore l’ordre d’Athènes ou de Rome, l’ordre méditerranéen […].
C’est Mistral, leur grand poète ; grand certes, mais bien inférieur à Hugo ou Lamartine, ayant remué moins de fibres au fond du coeur humain, ayant fait lever bien moins de pensées au fond des cerveaux.
Leur grand penseur – et grand, certes – c’est Maurras, bien moins étoffé, bien moins moderne, bien moins homme dans tout le sens occidental du mot, que notre Barrès.
Et ainsi de suite.
Le Midi ne peut comprendre ce qu’est l’ordre occidental. Il ne conçoit l’ordre que sous les espèces rationalistes antiques47

  • 48 Revue Catholique des Idées et des Faits, 9-II-1923, p. 18-19.
  • 49 Erik Defoort, op. cit., p. 268, 288, 413.

23Ce ne sont là que quelques exemples des préventions et des étranges gallimatias du curé de Patignies que la très maurrassienne Revue Catholique des Idées et des Faits expédiera en quelques phrases sous la plume du chanoine Halflants : « les élucubrations de M. Michel sont trop incohérentes pour être discutées [...] Le cas psychologique de cet abbé est un cas curieux à étudier48 ». Au plus fort de la polémique anti-maurrassienne, le directeur de La Libre Belgique renoncera à encore publier une prose qu’il jugeait pseudo-scientifique, aride et noyée dans un jargon philosophique par trop pédant pour ses lecteurs49.

Maurras, doux poète et féroce imprécateur

24Même un admirateur aussi enthousiaste que Paul Dresse pour tout ce que représentait Maurras comme philosophe, homme politique, littérateur, pouvait ressentir une certaine gêne quand le Maître laissait ses propres préjugés patriotiques envahir et guider la plume du poète :

  • 50 Paul Dresse, Réminiscences..., p. 10.

« C’est par le biais de la poésie que Maurras me séduisit principalement. De bonne heure, je ressentis le caractère pathétique de son chant, même si je fus surpris – en même temps qu’amusé – de certaines exagérations parsemant l’Ode historique sur la Bataille de la Marne, indignes d’un grand esprit. Ces outrances me semblaient excusables par le fait que, contrairement à son ami Bainville, l’auteur n’avait jamais mis les pieds en Allemagne50 ».

  • 51 Id., « Zigzags autour de Maurras », p. 610-612.

25En revanche, que de louanges pour ce qui fleure bon la Provence Les Vergers sur la Mer, l’antiquité avec les Quatre Poèmes d’Eurydice, le classicisme du Règne de la Grâce51.

26Jean Valschaerts rappelle, à la suite de Maurras, qu’il faut distinguer raison et sentiment qui, se soutenant tour à tour en se réglant l’un sur l’autre, seraient la sauvegarde et l’espérance du monde. L’honneur de Maurras, « grand écrivain classique » auquel « rien d’humain n’est étranger, aucune des facultés de l’homme », c’est, à la différence des romantiques, d’avoir reconnu qu’il y avait entre ces facultés une hiérarchie et que la raison ne pouvait « sans subversion » se soumettre aux « forces aveugles, instables ou obscures qui tendent à la primauté ». Rien de très neuf dans cette revendication d’une raison qui n’aurait rien d’étroit, de desséché, d’inhumain mais qui serait, en reprenant les termes mêmes de Maurras, « l’intelligence modérant, mesurant ou pressant toutes les passions ». S’appuyant sur les « techniques protectrices » révélées par l’expérience, elle aboutirait fatalement au fameux empirisme organisateur de Maurras. Mais Valschaerts s’interroge sur le fait que les « vérités fondamentales » de ce dernier, pourtant « parées de tous les prestiges d’un style que l’on peut bien qualifier aujourd’hui d’incomparable » aient été si âprement combattues, « de la façon la plus inique » jusqu’à maintenir en prison un vieillard octogénaire. Parce qu’elles contredisaient « les illusions démocratiques », certes, mais aussi parce que « Maurras, âme passionnée, a passionné tous les débats » :

  • 52 Jean Valschaerts, « Maurras et notre temps », dans Feuillets de Journal, Bruxelles, Le Rond Point, (...)

« C’est la fatalité des esprits de cette sorte, à la famille desquels appartient lui-même Henri Massis, qu’ils prennent leurs entreprises très au sérieux. Pour ce genre d’hommes, les idées sont choses vivantes, que dis-je ? Ce sont des êtres vivants, non pas du tout des objets de jeu. La littérature, à leurs yeux, comme aux yeux des croyants, est responsable de ce qu’elle met en circulation. Ils ne sont pas des dilettantes52. »

  • 53 Voir Francis Balace, « Autour de Charles Anciaux et de la Revue de l’Ordre Corporatif », dans Olivi (...)
  • 54 Charles Anciaux, « Maurras et l’Invective », Revue de l’Ordre Corporatif, t. III, no 10, juillet 19 (...)

27Le passionné qui a passionné tous les débats. Il est remarquable de noter que, au fil des ans, l’austère penseur Maurras de 1919 est devenu aux yeux de ses thuriféraires belges un polémiste « imprécateur » lui aussi, et même beaucoup plus redoutable que « le gros Léon ». Peut-être parce que sa violence verbale est l’aboutissement d’une logique implacable et non la simple conséquence comme chez Daudet d’un tempérament sanguin, d’une faconde méridionale et du plaisir de jongler avec les mots, les allitérations et les calembours faciles. Fidèle disciple belge de Maurras, le froid Charles Anciaux (1889-1940)53, sévère juriste, théoricien corporatiste doublé d’un haut fonctionnaire au ministère des Finances, consacre en juillet 1938 un long article à Charles Maurras et l’Invective54, après que le Maître eut été envoyé croupir à la Santé après l’affaire du couteau de cuisine et qu’il ait, au point de vue littéraire, « exécuté » Emmanuel Berl, « auteur décent d’une race indécente » [sic] :

« Je ne crois pas que personne ait usé de l’invective avec plus d’intelligence que M. Charles Maurras. C’est en lisant cet auteur fécond, lumineux et puissant que l’on sent le mieux cette sorte de devoir métaphysique qu’il y a d’user de l’injure, lorsqu’il y échet, à l’égard des personnages les plus comblés et les plus néfastes de la scholastique démocratique. S’il arrive à M. Maurras d’emprunter, sans autre précision au bestiaire des deux Testaments pour désigner les vizirs et les rabbins acharnés à la décadence française – M. Blum notamment est le chacal-chameau-chien – le plus souvent cependant la qualification vengeresse ou la conclusion méprisante procède d’un raisonnement d’une perfection absolue. »

***

  • 55 C. Vanderpelen, « La condamnation... », p. 70.
  • 56 Revue de l’Ordre Corporatif, t. IV, no 6, mars 1939, p. 371-386.

28Cécile Vanderpelen faisait remarquer que « la double appartenance de Maurras aux sphères politique et littéraire permet justement à ses disciples de prétendre éprouver pour son œuvre un intérêt purement esthétique, exempt de préoccupation politique et, ainsi espérer pouvoir échapper à la condamnation55 ». Prétendre en effet, car l’intérêt pour les doctrines d’AF est avant tout politique, l’aspect littéraire pur ne touchant lui que des milieux fort restreints dans le monde francophone de Belgique. Le retour en grâce de Maurras, à partir de 1934, est provoqué par l’accumulation dans la balance de ce monde des morts du 6 février, du mépris des droitiers belges envers le Front Populaire, du rôle que Maurras pourrait jouer comme idéologue éventuel d’un Front (qu’il soit de la Liberté ou National), de son emprisonnement, des signes avant-coureurs de la levée des censures vaticanes, de son élection à l’Académie française. En Belgique, cela se traduit par l’organisation de la « Journée Maurras » et de la conférence littéraire qu’il vient prononcer le 19 février 1940 au Palais des Académies de Bruxelles sous le titre Culture et Civilisation56.

  • 57 Francis Balace, « Les maurrassiens belges après 1945 », p. 71-74.

29Or, bizarrement, plus l’astre Maurras reprend une phase ascendante après avoir été voilé par l’éclipse religieuse, plus les louanges adressées à Léon Daudet et les références à ses œuvres se font discrètes, puis rarissimes, sauf chez Maurice Maeterlinck qui n’a alors plus grand chose d’un Belge « de l’intérieur ». Pour que Daudet sorte de l’oubli, et du tombeau, il faut que, fort injustement, son nom devienne, dans l’immédiat après-guerre, l’oxymoron de celui du détenu de Clairvaux. Nous avons décrit ailleurs l’ampleur des reniements et des apostasies parmi les littérateurs belges jadis maurrassiens affirmés, mal informés par les dépêches d’agence sur ce qu’avait été le procès de Lyon57.

30Paul Dresse de Lébioles, qui à la fin des années trente, avait lui aussi quelque peu négligé Daudet au profit de Maurras avec qui il correspondait et qu’il allait visiter à Paris, va rapidement retourner dès 1945 au culte d’un Daudet maintenant défunt et commettre un étrange futurible dans le chapitre « Daudet et Maurras » de son énorme livre :

  • 58 Paul Dresse, Léon Daudet vivant, p. 315-316.

« Que fût-il advenu de cette amitié si Daudet avait vécu plus longtemps, s’il avait vu la zone française encore libre envahie à son tour par les Allemands ? Tout son passé semble répondre de sa réaction : il ne l’eût pas admis ! Il avait bien pu (peut-être la maladie aidant) admettre que L’Action française continuât à paraître jusqu’à ce tournant, mais de là à la faire collaborer avec l’ennemi de toute sa vie, il y a de la marge, il y a un abîme ! Non, Daudet se fût révolté […] il aurait impérieusement exigé le silence de ses amis, il aurait eu la force, au besoin, de l’imposer à Maurras. Ce qui précisément perdit celui-ci, ce fut de n’avoir plus à ses côtés son vieux compagnon de luttes pour le mettre en garde contre l’erreur où il allait glisser […]58. »

  • 59 Id., Charles Maurras, poète, Bruxelles, L’Écran du Monde, 1948.
  • 60 Id. Réminiscences, p. 17.
  • 61 Ibid., p. 18-23 et F. Balace, « Les maurrassiens belges après 1945 », p. 80.

31Rapidement, Dresse se reprend, conclut à un « fâcheux malentendu » entre le maître nationaliste et son « ami d’esprit » de Belgique, d’autant plus que Georges Calzant est lui aussi intervenu pour « rectifier l’impression sinistre contenue dans mon livre, en suite de quoi j’éprouvai le besoin d’en écrire un autre59 pour me racheter aux yeux de mon bienfaiteur malheureux60 ». D’où une correspondance littéraire avec le détenu Maurras et enfin l’ultime entrevue, aux portes de la mort, à la clinique Saint-Symphorien de Tours61.

32Doit-on, en guise de conclusion, regretter qu’à l’exception du polémiste Daudet et de ses invectives, dont le relais a d’ailleurs été repris avec usure par Maurras dans les années trente, il n’y ait pas eu de filiation directe, sans éclipses plus ou moins volontaires dues au catholicisme et à la prudence d’après-guerre, du maurrassisme dans la littérature belge ? Non sans doute, à lire les vers du Tombeau de Maurras commis par Paul Dresse en style pontifiant :

Qu’a voulu le Destin quand, d’une geôle noire,
Il a tiré Maurras vers les bords de la Loire,
Auprès de Tours, sous les auspices de Grégoire ?
[...]
Car, athlète invaincu que la traîtrise enchaîne,
Maurras ne fut admis aux rives de Touraine
Qu’après avoir brillé sur le Rhône et la Seine.
Il a bien mérité de voir venir à lui
Le fleuve le plus long de France qui, la nuit,
Mire la Voie Lactée en myriades de lys.
La Grande Eau dont la marche entraîne les rivières
Et, par-delà rochers, détours, sables, barrières,
Vers une immense mort se fraie un estuaire !

Notes

1 Cécile Vanderpelen, « La condamnation de Charles Maurras : une crise majeure dans l’histoire des intellectuels catholiques belges de langue française », dans Catherine Pomeyrols et Claude Hauser, éds, L’Action française et l’Étranger. Usages, réseaux et représentations de la droite nationaliste française, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 59-76 ; Écrire en Belgique sous le regard de Dieu. La littérature catholique belge de l’entre-deux-guerres, Bruxelles, Complexe, 2004 ; « La plume et le bénitier. Les écrivains catholiques de langue française de la Belgique des années vingt », dans Cahiers d’Histoire du Temps Présent, no 6, Bruxelles, nov. 1999, p. 37-40. Erik Defoort, Charles Maurras en de Action française in België, Bruges, Orion, 1978 ; « Le courant réactionnaire dans le catholicisme francophone belge (1918-1926). Première approche », dans Revue Belge d’Histoire Contemporaine, t. VIII, 1-2, 1977, p. 81-149.

2 Francis Balace, « Les origines de la condamnation de l’Action française : une affaire politique belgobelge ? », dans Un acte sans précédent. La levée de la condamnation de l’Action française, Paris, Les Amis de Jehanne, 2011, p. 31-59 et « Les maurrassiens belges après 1945 », dans Olivier Dard et Michel Grunewald, éds, Charles Maurras et l’étranger, l’étranger et Charles Maurras, Berne-Berlin-Bruxelles, Peter Lang, Convergences no 50, p. 67-95.

3 Albert Fasbender, de l’Association Catholique de la Jeunesse Belge, qui fut tour à tour un maurrassien enthousiaste, un fils soumis de la Sainte Église en 1926, un éphémère et pittoresque député rexiste en 1936 avant de rompre totalement avec Degrelle, décrivait bien cet aspect dans une lettre à son ami Paul Dresse de Lébioles le 11 mars 1921 : « Il est vrai que peu de personnalités méritent autant que Maurras de soulever une telle admiration. Je t’assure que, pour ma part, il m’a littéralement envoûté […] » (publié dans Cécile Vanderpelen, « La condamnation... », p. 65-66.).

4 Ibid., p. 69. Fernand Desonay, Dépaysement. Notes de critique et impressions, Liège, Solédi, 1945, p. 220.

5 Voir le recueil Stanislas d’Otremont, ce voyageur pathétique, s.l., Éditions de la Francité, 1974.

6 Charles d’Ydewalle, Journal, mon beau souci, s.l., EREL, 1977, p. 162.

7 Voir Alfred Kupferman, « Le rôle de Léon Daudet et de l’Action Française dans la contre-offensive morale 1915-1918 », dans Études maurrassiennes 2 1973, Aix-en-Provence, Centre Charles Maurras, p. 121-144 et Olivier Forcade, « L’espionnage allemand et l’Action Française : de la subversion à l’autosubversion », dans François Cochet et Olivier Dard, éds, Subversion, anti-subversion, contre-subversion, Paris, Riveneuve, Actes Académiques, 2009, p. 15-23.

8 Marcel-Henri Jaspar, Souvenirs sans retouche, Paris, Fayard, 1968, p. 32.

9 Paul Dresse, Réminiscences autour d’une « trilogie » Maurras – Léon Daudet – Maeterlinck, avec des lettres inédites, Bruxelles, « Les Amis de Paul Dresse », 1986, p. 37, note 1.

10 Id., « Charles Maurras et la Jeunesse Belge », Revue Universelle, t. LXVIII, no 19, 1er janvier 1937, p. 147-151.

11 Charles d’Ydewalle, Journal, mon beau souci, s.l., EREL, 1977, p. 181-182.

12 Paul Dresse, Réminiscences..., p. 37.

13 On ne connaît guère comme action comparable à celles des Camelots que le sac de l’exposition prosoviétique de la rue du Trône à Bruxelles commis par les Jeunesses Nationales de Pierre Nothomb le 12 janvier 1928.

14 Petit échantillon des emprunts degrelliens au style de Daudet dans un numéro du confidentiel organe néo-rexiste L’Europe Réelle à propos des adversaires de l’OAS : « crypto-youpins, anthropophages politiques, suceurs de sang […] » (cité dans J.-R. Tournoux, L’Histoire Secrète, Paris, Plon, 1962, p. 291).

15 Cf. l’effarant texte attribué à Léon Degrelle, Tintin, mon copain publié en 2000, après sa mort, aux « Éditions du Pélican d’Or à Klow en Syldavie » (sic). Maxime Benoit-Jeanmin, Les guerres d’Hergé. Essai de paranoïa-critique, Bruxelles, Aden, 2007, p. 133, fait cependant remarquer que si Degrelle y revendique d’être le modèle de Tintin, il n’y « prétend pas être à l’origine du lexique haddockien ».

16 P. Dresse, Léon Daudet vivant, p. 10, note 1.

17 L. Daudet, Le Courrier des Pays-Bas I. La Ronde de Nuit, Paris, Bernard Grasset, 1928, p. 17.

18 Préface de Léon Daudet au livre de Fernand Neuray, Entretiens avec Clémenceau, Paris, Éditions Prométhée, 1930.

19 Id., Écrivains et artistes, t. VIII, Paris, Éditions du Capitole, 1929.

20 P. Dresse, op. cit., p. 296.

21 F. Balace, « Georges Valois et la Belgique : les méandres d’une réception », dans Olivier Dard, éd., Georges Valois, itinéraire et réceptions, Berne-Bruxelles-Francfort-Zürich, Coll. Convergences, no 59, 2011, p. 109-127 (p. 111) ; Erik Defoort, Charles Maurras en de Action Française in België, p. 381, note 14.

22 Justin Sauvenier, Léon Daudet. Un humaniste rabelaisien, Bruxelles, Les Éditions de Belgique, 1933, p. 41. Ce passage que Vingt-neuf mois d’exil comporte pourtant de nombreuses pages consacrées aux conférences et visites de Léon Daudet à Spa (province de Liège) et Dinant (province de Namur).

23 Henry de Beco, Le maurrassisme liégeois à l’époque de la condamnation de l’Action Française, mémoire de licence en histoire, Université de Liège, 1971-1972 ; Cécile Vanderpelen, Écrire en Belgique..., p. 61-66.

24 Henry de Beco, op. cit., p. 197-204 et 211-216.

25 Lettre de Daudet, non datée dans P. Dresse, Léon Daudet vivant, p. 290, et paraphrasée dans Vingtneuf mois d’exil, p. 11.

26 Lettre d’Albert Fasbender à Paul Dresse datée du 18 août 1927 et publiée dans C. Vanderpelen, Écrire en Belgique..., p. 62.

27 Voir leur échange de lettres in C. Vanderpelen, « La condamnation... », p. 70 et Écrire..., p. 63.

28 Anne-Marie Laureys, La Vie littéraire à Liège pendant l’entre-deux-guerres. Les Cahiers Mosans, mémoire de licence en philologie romane, Université de Liège, 1969-1970.

29 Journal de Pierre Nothomb, Bruxelles, Musée de la Littérature, ML3053, 30 mai 1922 ; C. Vanderpelen, « La condamnation... », p. 70-71.

30 L. Daudet, Vingt-neuf mois d’exil, p. 16.

31 Robert Demoulin, « Militarisme et antimilitarisme en Belgique après la 1re guerre mondiale. L’affaire du fusil brisé », dans Actes du 103e Congrès national des Sociétés Savantes Nancy-Metz 1978, Paris, 1979, t. 1, L’Armée et la Société de 1910 à nos jours, p. 305-322.

32 Ce passage est reproduit en bonne place par Justin Sauvenier (Léon Daudet. Un humaniste rabelaisien, p. 149) et par Paul Dresse (Léon Daudet vivant, p. 168-169). Chose bizarre, la 101e édition, chez Bernard Grasset en mai 1930, semble avoir été revue et censurée dans le sens pudibond.

33 Voir la notice de Georges-Martin Matthijs dans Nouvelle Biographie Nationale, t. 3, 1994, p. 287-288.

34 La bibliographie (p. 179-194) a été rédigée par le français Hector Talvart.

35 Justin Sauvenier, op. cit.., p. 7.

36 Ibid., p. 8.

37 Ibid., p. 10-11.

38 Ibid., p. 134.

39 Ibid., p. 35.

40 Ibid., p. 158-159.

41 Ibid., p. 162-163.

42 Ibid., p. 177-178.

43 Erik Defoort, Charles Maurras en de Action française in België, p. 268 et p. 280-288 ; A. Michel, « Mérites et erreurs de Charles Maurras », dans Ch. Maurras, maître de la jeunesse catholique ? Réponse de l’opinion catholique belge, Liège, Éditions des Études religieuses, 1926, p. 175-178.

44 A. Michel, Le Grand XIXe Siècle. Réplique à Léon Daudet, Bruxelles, de Lannoy/Paris, Giraudon, 1923 (l’œuvre était terminée avant octobre 1922 comme en témoigne le nihil obstat épiscopal), p. 5-9.

45 Ibid., p. 11, 31-33.

46 Ibid., p. 39, 41, 42.

47 Ibid., p. 144.

48 Revue Catholique des Idées et des Faits, 9-II-1923, p. 18-19.

49 Erik Defoort, op. cit., p. 268, 288, 413.

50 Paul Dresse, Réminiscences..., p. 10.

51 Id., « Zigzags autour de Maurras », p. 610-612.

52 Jean Valschaerts, « Maurras et notre temps », dans Feuillets de Journal, Bruxelles, Le Rond Point, Coll. « Le Roseau Vert », 1958, p. 143-147.

53 Voir Francis Balace, « Autour de Charles Anciaux et de la Revue de l’Ordre Corporatif », dans Olivier Dard, éd., Le corporatisme dans l’aire francophone au XXème siècle, Berne-Berlin-Bruxelles, Peter Lang, 2011, Coll. Convergences no 66, p. 149-177.

54 Charles Anciaux, « Maurras et l’Invective », Revue de l’Ordre Corporatif, t. III, no 10, juillet 1938, p. 614-622.

55 C. Vanderpelen, « La condamnation... », p. 70.

56 Revue de l’Ordre Corporatif, t. IV, no 6, mars 1939, p. 371-386.

57 Francis Balace, « Les maurrassiens belges après 1945 », p. 71-74.

58 Paul Dresse, Léon Daudet vivant, p. 315-316.

59 Id., Charles Maurras, poète, Bruxelles, L’Écran du Monde, 1948.

60 Id. Réminiscences, p. 17.

61 Ibid., p. 18-23 et F. Balace, « Les maurrassiens belges après 1945 », p. 80.

Auteur

Professeur ordinaire honoraire à l’Université de Liège, où il a été titulaire de la chaire d’histoire contemporaine. Spécialisé dans l’étude des idéologies et mouvements de droite, il y a consacré de très nombreux articles, dont, parmi ceux publiés au cours des dix dernières années « Les maurrassiens belges après 1945 », « Les Camelots du Roi, une jeunesse contestataire dans le roman français », « Le “réseau Dr. Martin” en Belgique 1945-1948. De la contre-subversion à l’intoxication », « Pierre Joly, le passeur d’illusions », « Ligues belges, ligues françaises à la recherche d’éphémères alliances » et diverses études consacrées à la réception en Belgique des écrits de Maurice Barrès, Jacques Bainville, Georges Valois ainsi qu’à la Revue de l’Ordre Corporatif.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540