Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maurrassisme et littérature. Volume  IV

 | 
Michel Leymarie
, 
Olivier Dard
, 
Jeanyves Guérin

Roland Laudenbach et La Table ronde, Jacques Perret et Aspects de la France

Roland Laudenbach and La Table Ronde, Jacques Perret and Aspects de la France

Guillaume Gros

Résumé

Né en 1901, Jacques Perret est un romancier populaire, auteur entre autres de Roucou, Ernest le rebelle et du Caporal épinglé, et un journaliste confirmé quand il collabore, à partir de 1948, à Aspects de la France. Son « billet » l’impose très vite comme un journaliste vedette dans l’hebdomadaire d’Action française jusqu’en 1966. Monarchiste et catholique, nostalgique de la France d’avant 1789, l’écrivain, dans un style souvent ironique et facétieux, rédige une chronique très critique des travers de la démocratie et de la modernité. La guerre d’Algérie et le retour de de Gaulle en particulier transforment sa façon d’écrire les billets en machine de guerre contre celui qu’il accuse de brader l’Algérie et les valeurs de l’armée.
Plus jeune que Jacques Perret, Roland Laudenbach (1921-1991), prend la direction des éditions de La Table Ronde en 1945, issues des Cahiers du même nom, héritiers d’un centre communautaire créé sous Vichy proche des sociabilités d’Action française. Éditeur, Roland Laudenbach fédère la droite littéraire (les « Hussards ») contre l’existentialisme et la revue Les Temps modernes. Sous le nom de plume de Michel Braspart, il est aussi un journaliste et un écrivain, auteur notamment de la Mauvaise carte (1951). Partisan de l’Algérie française, Roland Laudenbach n’hésite pas à mettre les éditions de La Table Ronde au service de son combat qui se confond avec un antigaullisme virulent.

Jacques Perret, born in1901, was a low-brow novelist who wrote Roucou, Ernest le rebelle and Caporal épinglé. He was also an experienced journalist who wrote 1948 onwards, in Aspects de la France. His regular column in that paper, which appeared until 1966, quickly turned him into the most notorious voice in Action Française’s weekly. A monarchist and a Catholic, he had a nostalgia for the pre-1789 years and wrote facetious and often ironic contributions which criticized the shortcomings of democracy and modernity. The Algerian War and De Gaulle’s return to power transform his column into a platform against De Gaulle, whom he accuses to scuttle on Algeria and to betray the Army’s values.
Roland Laudenbach (1921-1991) started to run La Table Ronde, a publishing company, from 1945. That company originated from the Cahiers de la Table de Ronde, which acted as the mouthpiece of a community organization close to Action Française and created during the Vichy era. As a publisher, Laudenbach rallied around him the literary right (the so-called Hussars) against existentialism and its organ, Les Temps modernes. Under the pen-name Michel Braspart, he was also a journalist and a writer, who notably published La Mauvaise carte in 1951. A supporter of French Algeria, Laudenbach did not hesitate to use his company as an instrument of ideological warfare against Gaullism.

Texte intégral

  • 1 Louis Perret, Jacques Perret 1901-1992 : portrait d’un homme libre, Paris, L. Perret, 2008.
  • 2 « Deux auteurs du demi-siècle : Jacques Perret, Jacques Audiberti », colloque des 4 et 5 novembre (...)
  • 3 Jean-Baptiste Chaumeil, Petit hommage pour un grand monsieur, Plaquette, disponible au Cercle des (...)

1Jacques Perret est né au tout début du siècle. Aventurier, soldat au Maroc, journaliste, engagé dans un corps franc en 1940, prisonnier, résistant dans un maquis au sein de l’ORA, il est l’auteur, chez Gallimard, de quelques romans mythiques dont Roucou, Ernest le Rebelle, le Caporal épinglé, et Bande à part. Monarchiste de conviction sans être pour autant un militant, il devient, à partir de 1948, une signature à Aspects de la France. En dépit de sa notoriété, l’écrivain, à l’exception de la biographie de son petit-fils Louis Perret1, n’a pas suscité de nombreuses études ou biographies même si, en 2005, un colloque lui a été consacré, avec Jacques Audiberti : « Deux auteurs du demi-siècle2 ». Le critique d’humeur, Pol Vandromme, qui lui consacre, en 1960, un chapitre de sa Droite buissonnière, intitulé « La commère des Halles », a récemment publié un portrait aux éditions du Rocher (2006). Cette évocation passionnée, souvent hagiographique, n’est pas facile à utiliser pour le chercheur. Cela dit, elle est l’expression de cette droite littéraire, hussarde, à laquelle a été rattaché l’auteur du Caporal épinglé (1947). À ce titre, le numéro spécial, en 1993, de la défunte revue néo-maurrassienne, Réaction, constitue une source intéressante pour situer le journaliste écrivain dans le panthéon du maurrassisme. Le Cercle des amis de Jacques Perret, animé par Jean-Baptiste Chaumeil, diffuse des documents qui peuvent faciliter le travail de l’historien3. Enfin, le Dilettante entretient la légende Perret en éditant régulièrement des recueils d’articles du journaliste ou des récits autour de la guerre comme Dans la musette du Caporal (2011).

  • 4 Patrick Louis, La Table Ronde : une aventure singulière, Paris, La Table Ronde, 1992.
  • 5 Pascal Fouché, « L’édition 1914-1992 », dans Jean-François Sirinelli, sous la dir., Histoire des d (...)

2Né en 1921, Roland Laudenbach, est encore un jeune homme en 1945. Influencé par l’Action française, très proche d’Antoine Blondin pendant la guerre, il gravite alors autour d’une publication, Les Cahiers français émanation des sociabilités du Secrétariat général à la Jeunesse. À la Libération, il devient le patron d’une nouvelle maison d’édition, d’abord adossée à une revue, La Table Ronde, qui se positionne dans le paysage éditorial en publiant des écrivains compromis sous l’Occupation et/ou inscrits sur les listes du Comité national des écrivains (CNE). Éditeur, Laudenbach, sous le nom de plume Michel Braspart est aussi écrivain, critique littéraire, de théâtre ou de cinéma et un journaliste politique virulent. Il n’y a pas d’études directement centrées sur son parcours mais Patrick Louis apporte de précieux éléments dans sa monographie de La Table Ronde publiée en 19924 ainsi que Pascal Fouché dans l’Histoire des droites en France5 : « L’après-guerre : une nouvelle édition de droite ». Pas plus que Jacques Perret, il n’a été retenu dans le Dictionnaire des intellectuels français. En revanche, il est souvent un acteur important des biographies consacrées aux auteurs qu’il a publiés notamment des hussards que ce soit celle de Marc Dambre sur Roger Nimier, de Bertrand de Saint-Vincent sur Jacques Laurent ou d’Alain Cresciucci sur Antoine Blondin. Enfin, il est très présent dans les mémoires ou autobiographies des Hussards comme Bagages pour Vancouver de Michel Déon ou Histoire égoïste de Jacques Laurent.

3Au-delà de la différence d’âge, de religion (catholique pour Perret et protestant pour Laudenbach), les deux hommes déclinent dans des styles différents, un positionnement proche dans le paysage littéraire d’après guerre. De manière très juste, Michel Déon, le plus maurrassien des Hussards, et par ailleurs très proche de Roland Laudenbach, écrit en 1973, dans le Magazine littéraire :

  • 6 Michel Déon, « Comme les mousquetaire, les hussards étaient quatre », propos recueillis par Jean-J (...)

« Il y a eu des Hussards qui nous ont précédés, comme Kléber Haedens, André Fraigneau, Jacques Perret et ceux-là étaient non pas des maîtres, ni même des exemples, mais des cavaliers seuls qui avaient ouvert des brèches. A travers ces brèches, nous pouvions nous échapper et galoper6. »

4Roland Laudenbach fut un « médiateur » important du paysage littéraire.

5Après avoir vu comment Jacques Perret, traditionaliste fier devient un chroniqueur passionné d’Aspects, on verra comment s’impose un éditeur-écrivain entre l’Action française, les proscrits et la Jeune droite littéraire. Enfin, on s’intéressera aux modalités d’action de deux croisés contre de Gaulle.

Jacques Perret, « joyeux réactionnaire », à Aspects

Du sang neuf pour le renouveau d’Aspects de la France

  • 7 Sur les origines d’Aspects de la France, cf. Samuel Osgood, French royalisme under the Third and F (...)

6Entre le dernier numéro de l’Action française paru le 24 août 1944 et le premier d’Aspects de la France et du monde, le 10 juin 1947, le courant royaliste, frappé de discrédit à cause de la condamnation de Charles Maurras le 27 janvier 1945, tente de survivre entre l’héritage officiel de l’Action française et l’action du comte de Paris qui déploie une intense activité éditoriale7. Dès 1945, les caciques maurrassiens poursuivent le combat avec Les Documents nationaux, publication clandestine, animée par Georges Calzant. Des cercles de réflexion (Cercle Joseph de Maistre, Cercle Jacques Bainville) sont remis sur pied afin de diffuser la doctrine dans la tradition de l’Institut d’Action française attirant de jeunes pousses comme Michel Mourre ou Gilbert Comte, plus jeunes encore que les Hussards, à l’Institut de politique nationale. Il faut reconstruire une dynamique comme l’indique un éditorial d’Aspects non signé du 25 novembre 1948 expliquant pourquoi s’impose la transformation du « bimensuel » en hebdomadaire : « En juin 1947, Aspects, rédigé selon un esprit nouveau, s’adressait aux amis fidèles que, depuis octobre 1944, les Documents nationaux avaient su peu à peu retrouver. » Désormais les « turpitudes du régime » imposent à Aspects d’intensifier le combat d’où la nouvelle formule, où cohabitent la « vieille garde » parmi lesquels Georges Calzant, Maurice Pujo, Robert Harvard de la Montagne, Roger Joseph, Henri Boegner, des représentants de la jeune droite littéraire passés par l’Étudiant français comme Michel Déon, Kléber Haedens, Philippe Ariès, Raoul Girardet, les tout jeunes Michel Mourre ou Gilbert Comte et bien sûr Pierre Boutang à la manœuvre.

  • 8 Xavier Vallat, « De Xavier Vallat à Jacques Perret, caporal des trouffions de la Reine ci-devant m (...)

7C’est dans ce numéro du 25 novembre 1948 destiné à élargir l’audience avec une diffusion sur tout le territoire que l’on trouve la première contribution de Jacques Perret : « Le canular au vin ». Agé de 47 ans, Jacques Perret est un écrivain populaire. Son dernier roman paru, l’année précédente, Le Caporal épinglé, qui raconte avec humour sa captivité en Allemagne et ses évasions, est un succès. Il a probablement été recommandé par Xavier Vallat qui, sous le charme du Caporal, en vante le style à Maurras à Clairvaux : « Il y a un garçon que je ne connais que pour l’avoir lu, qui a un talent fou, et qui est certainement royaliste, un nommé Jacques Perret8. » Satisfait du fond, Maurras aurait été très surpris de la forme mais la recommandation a, semble-t-il, été entendue.

8Journaliste confirmé, Jacques Perret a notamment collaboré avant-guerre, aux quotidiens Le Rappel (1925-1930) et Le Journal (1936-1939) ainsi qu’à Je Suis Partout (1938-1939). Durant sa période à Aspects jusqu’en 1966, il officie aussi à La Parisienne (1953-1955), Carrefour (1953), Itinéraires (1956-1983), Arts (1951-1960), le Bulletin de Paris (1954-1957), Les Nouvelles littéraires (1955-1977) ou encore l’Équipe (1950-1970) puis à Minute après 1966.

9N’obéissant à aucune forme de calcul, ne recherchant aucun plan de carrière, fondant sa légitimité d’écrivain sur un talent reconnu par de nombreux lecteurs, Jacques Perret résume ainsi sa collaboration à Aspects dans la préface à une compilation d’articles parue en 1964 :

  • 9 Jacques Perret, « Aux lecteurs amis », préface, Le Vilain temps, Paris, Éditions du Fuseau, 1964, (...)

« non par dévotion à la Maison d’Orléans, mais simplement parce que la France y est aimée, servie, veillée sans répit, et qu’on s’y montre attentif aux merveilles de son héritage plus qu’aux bonheurs de ses lendemains mirobolants9

« Billettiste » nostalgique de l’ancienne France

  • 10 Jacques Perret, « Le billet de Jacques Perret », Aspects de la France, 3 juillet 1960, no 599.
  • 11 Jacques Valmont « Jacques Perret, salades de saison (Gallimard) », Aspects de la France, 20 décemb (...)

10À Aspects, Jacques Perret trouve un état d’esprit, un attachement affectif, à cette vielle France éternelle d’avant 1789 qu’il décrit sous toutes les formes possibles et imaginables. Il apporte, soit à la « Une » de l’hebdomadaire soit en dernière page, un ton décalé, fantaisiste, parfois farceur qui tranche avec le style du journal. Presque chaque semaine ou tous les quinze jours selon les années, même s’il y a parfois des interruptions, ce qui navre les lecteurs, Jacques Perret rédige un « billet » de quatre à cinq mille signes en moyenne. Les titres, quand il y en a, montrent que le journaliste ne s’interdit aucun type de sujet n’établissant aucune hiérarchie dans le choix des thèmes même si, à partir de 1960, il est obnubilé par l’Algérie et le cas de Gaulle lequel l’oblige à renoncer à son billet classique c’est-à-dire, pour reprendre ses propres termes, « les petits sujets rigolos qui font l’ordinaire de mes billets10 ». Perret est régulièrement encensé par le responsable de la rubrique littéraire Jacques Valmont qui, à l’occasion de la publication de Salades de saisons, écrit « qu’il est un des cinq ou six journalistes qui excellent dans ce genre familier mais plein de pièges11 », à savoir le billet.

  • 12 Quatrième de couverture de Cheveux sur la soupe (Gallimard, 1954).
  • 13 Jacques Perret, « Les Marmouchats », Aspects de la France, 14 octobre 1950, no 370.

11Sur des sujets futiles ou graves, Jacques Perret donne sa façon de voir « qui est tantôt, celle d’un chasseur de licorne, d’un hallebardier réserviste, d’un petit bourgeois tatillon et d’un autonomiste des Gobelins12 ». Provocateur né, il ne rate jamais une occasion de mettre en avant son pedigree évoquant, par exemple, le 22 juillet 1955, sa « petite réputation de réactionnaire inoxydable, de chouan obtus, d’absurde suppôt du trône et de l’autel » ou encore son parti « d’être français de naissance » et donc prêt à défendre le moindre bout de territoire se rattachant à sa patrie d’origine, ce qui l’interdit de douter sur les guerres décidées par l’État13. Souvent l’expression d’une réaction épidermique à un sujet – l’art abstrait, la philatélie, le célibat des jeunes hommes, le paquet de cigarettes, la psychanalyse, les tartuffes –, ses billets mis bout à bout constituent une chronique, très critique de la culture du progrès de l’âge d’or des Trente glorieuses ce que résume la 4e de couverture de Cheveux sur la soupe (1954) :

« On sait que l’auteur de Bande à part n’est pas un fanatique ni précisément un dialecticien glacé. Il n’y a donc pas lieu de chercher ici les matériaux d’une somme doctrinaire mais plutôt les éléments dépareillés d’un aide-mémoire pour joyeux réactionnaire. »

12Pourtant, derrière un sujet aussi anodin ou futile que l’autobus peut surgir une lecture très politique. D’un éloge du vieil autobus d’avant-guerre qui était « encore un engin propre à véhiculer des hommes libres et gais », haut lieu de la civilisation parisienne, on bascule dans l’enfer d’une modernité décrite comme une civilisation concentrationnaire :

  • 14 Jacques Perret, « Autobus cellulaire », repris dans Salades de saison, Paris, Gallimard, 1957, p.  (...)

« Dans le nouvel autobus les prévenus sont d’abord entassés à l’arrière, dans un camp de concentration provisoire, puis le commissaire du gouvernement, assis dans un blockhaus de triplex, ouvre un passage étroit que franchissent un à un les matricules en instance d’admission. »14

13Intitulé « Autobus cellulaire », ce billet, est révélateur d’une construction classique, opposant la vie démocratique et moderne qui aliène la liberté de l’homme tout en l’embrigadant, à un âge d’or qui fluctue au gré des exemples choisis, opposition constante d’une morale abstraite des droits de l’homme aux libertés concrètes. « Autobus cellulaire » a été repris sous le titre simple « Autobus » dans Salades de saison.

14Comme François Mauriac quand il publie son Journal, compilation de ses articles, Jacques Perret écrivain puise dans la matière première de son journalisme, et compose une œuvre à part rassemblant ces matériaux dépareillés à l’origine notamment de Bâtons dans les roues (1953), Cheveux sur la soupe (1954), Salade de saisons (1957). Si Jacques Perret ne reprend pas toutes ses chroniques d’Aspects, on en retrouve quelques-unes, qui ne sont malheureusement pas identifiées comme telles dans les recueils publiés. Intitulés « chroniques », ces recueils appartiennent désormais à l’œuvre de l’écrivain lequel peut donner un titre à un billet qui n’en avait pas ou modifier un titre de billet. Révélateurs de l’univers de l’écrivain, ils décontextualisent l’œuvre du journaliste pourtant bien enracinée dans le cadre de la IVe République et de la décolonisation.

15À côté des billets sur les « petits sujets rigolos » et sans que cela ne soit obsessionnel, comme à partir de fin 1958, Jacques Perret fait le procès d’une classe politico-journalistique qui, en alimentant un discours de repentance sur les colonies, préparerait la démission de la France face à son Empire :

  • 15 Jacques Perret, « En avoir ou pas », Aspects de la France, 19 août 1955, no 362.

« Depuis Agadir et Fachoda, la maturité politique a fait du chemin et nous voilà aujourd’hui archi-mûrs et bons à cueillir grâce aux soins constants de la presse, de la grande presse apatride qui nous a débarrassés du réflexe national15. »

16De façon générale, Jacques Perret, est en phase avec l’actualité et avec la ligne éditoriale d’Aspects. Il ne manque pas une occasion de saluer le travail de ses voisins de colonnes comme par exemple Ben qui dessine, à côté de son article, ou de rendre hommage à des figures qui disparaissent comme Pierre d’Espezel ou de répondre, dans un billet, à Xavier Vallat.

  • 16 Pol Vandromme, La droite buissonnière, Paris, Les Sept couleurs, 1960, p. 143.

17Si Jacques Perret a donc été, pour reprendre les termes de Michel Déon, ce « cavalier seul » qui ouvre des brèches, Roland Laudenbach, son cadet, a été à La Table Ronde un médiateur dans cette République des Lettres qui, selon les termes de Pol Vandromme, dans sa Droite buissonnière, est devenue « une caserne, dont tous les adjudants sont agrégés de philosophie16 ».

Un éditeur : entre l’AF, les proscrits et la Jeune droite littéraire

Sous l’œil des anciens : Fraigneau/Maulnier

  • 17 Roland Laudenbach, « Quand Maurras était vivant », Cahiers Charles Maurras, nouvelle série, no 1, (...)

18Afin de comprendre le positionnement des éditions de La Table Ronde dans le paysage littéraire d’après-guerre, confiées en 1945, au jeune Laudenbach, âgé de 25 ans, il convient de revenir sur une jeunesse entre bohême et maurrassisme : « Je n’ai aucun mérite à avoir rencontré l’Action française. Je n’ai pas eu à la chercher longtemps. Je force à peine les mots si je dis que je l’ai trouvée dans mon berceau17.» Influencé par son grand-père maternel, Léon Mirman proche de Charles Maurras, neveu de l’acteur Pierre Fresnay, Roland Laudenbach oscille entre politique et théâtre au début de l’Occupation quand il anime avec Jean Turlais et François Sentein la revue littéraire Prétexte qu’il associe à la compagnie de théâtre « Le Rideau des jeunes » dirigée par Pierre Franck qu’il avait rencontré chez Cocteau. Bientôt, remplacée par les Cahiers de la génération, en 1941, l’équipe de Prétexte, constitue l’année suivante le noyau dur des Cahiers français, émanation des Centres de jeunesse vichyssois si bien décrits par François Sentein dans ses Minutes. Dirigés par Jean Le Marchand, ancien de Combat, les Cahiers Français, d’inspiration pétainiste, rassemblent des non-conformistes des années trente dont Louis Salleron, Jean de Fabrègues, René Vincent, Pierre Andreu et des maurrassiens comme François Sentein, Raoul Girardet, Antoine Blondin, Jean Turlais, et Roland Laudenbach.

19Une partie de l’équipe des Cahiers français dont le tandem Laudenbach/Le Marchand rédige des brochures afin de propager la doctrine communautaire pour un centre communautaire sous l’égide d’un certain Roger Mouton et sous le patronage d’André Fraigneau et de Thierry Maulnier. En juillet 1944, Roger Mouton transforme le Centre communautaire en éditions du Centre, et Roland Laudenbach y est nommé directeur littéraire. En décembre 1944, paraît le premier numéro des Cahiers de La Table Ronde, ancêtre de la revue. En février de l’année suivante, les éditions du Centre deviennent éditions de La Table Ronde.

  • 18 Cf. Olivier Frébourg, « Préface », Michel Déon, André Fraigneau, Une longue amitié. Lettres, Paris (...)
  • 19 Thierry Maulnier, « Préliminaires », Cahiers de la Table Ronde, no 1, 1944. Conçu comme un objet d (...)

20De cette rapide généalogie émergent deux aînés, André Fraigneau qui joue un rôle important dans la maison d’édition18 et bien-sûr Thierry Maulnier dont Roland Laudenbach écrit, dans le Magazine littéraire, en 1973, qu’il « avait indiqué la ligne générale des Cahiers ». En effet, alors que la France est tout juste libérée, un an avant l’offensive existentialiste de l’automne 1945, au moment de la publication des listes d’écrivains bannis par le CNE, Thierry Maulnier défend, comme programme, le seul divertissement des mots, « en un temps où les contraintes de la tyrannie, et les contraintes à peine moins tyranniques qu’il faut s’imposer pour les vaincre, ont désaccoutumé les esprits de leur exercice le plus aisé, le plus naturel et le plus humain : l’exercice du langage19 ».

21Marcel Aymé, très remonté contre l’épuration littéraire et signataire de la pétition pour la grâce de Brasillach, défend lui aussi ce programme dans le Confort intellectuel, publié aux éditions de La Table Ronde, en 1949, après avoir fait l’objet d’une publication sous la forme d’articles dans la revue. Le rejet de l’épuration imprègne une partie de l’œuvre de Jean Anouilh – autre figure tutélaire de La Table Ronde qui a cédé sa pièce Antigone à Roland Laudenbach, sans limitation de tirage – notamment dans sa pièce intitulée Pauvre Bitos ou le dîner des têtes (1956).

  • 20 Cf. Guillaume Gros, « La posture classique en 1945 : la persistance de la droite intellectuelle ap (...)

22Si Thierry Maulnier, s’est éloigné de l’Action française pendant l’Occupation, il n’en reste pas moins sur le plan intellectuel un disciple de l’œuvre de Charles Maurras en particulier dans sa critique du romantisme. Tout en se recentrant, après 1945, avec son enracinement au Figaro, il apporte son savoir-faire et son capital intellectuel à La Table Ronde légitimant le discours de la « posture classique »20, qui se traduit par le refus d’une littérature engagée créant de fait, une sorte de « sas » pour une droite littéraire compromise sous Vichy.

Laudenbach/Braspart : un médiateur

  • 21 Roland Laudenbach, « Les petites revues de droite », Le Magazine littéraire, op. cit., p. 21.
  • 22 Pierre Boutang, Bernard Pingaud, « En préliminaire », dans Sartre est-il un possédé ?, Paris, La T (...)

23Roland Laudenbach ouvre alors le catalogue de sa maison d’édition à cette droite littéraire qui reçoit aussi les honneurs de La Table Ronde grâce au renfort de François Mauriac. Editorialiste au Figaro, celui-ci, après sa rupture avec les communistes et le CNE, a rejoint le comité directeur de la revue. D’après le témoignage de Roland Laudenbach, François Mauriac « comprit qu’il allait cautionner le retour de Montherlant, de Giono, de Marcel Aymé et l’accepta21 ». Trois ans avant la fulgurante diatribe Paul et Jean Paul de Jacques Laurent symbolisant l’offensive de La Table Ronde contre l’existentialisme, c’est à son ami Pierre Boutang – déjà auteur dans le premier numéro des Cahiers –, en tandem avec Bernard Pingaud, que Roland Laudenbach confie le soin de déclencher les hostilités, sur le plan philosophique, avec un petit libelle publié aux éditions de La Table Ronde, Sartre est-il un possédé ? : « L’unité des deux textes réside dans le refus final que leurs auteurs opposent – […] – à la métaphysique et à l’esthétique de l’existentialisme athée22. »

  • 23 Citons La Maison un dimanche, Quand le furet s’endort, ou Antigone suivi d’un essai sur la tragédi (...)
  • 24 Cf. le compte rendu de Michel Vivier, « Les abeilles de Delphes », Aspects de la France, 19 décemb (...)
  • 25 Lettre du 18 janvier 1949, Archives Philippe Ariès (EHESS). Raoul Girardet a bien rendu compte du (...)

24Successeur de Charles Maurras après 1945, éditorialiste à Aspects de la France, et bientôt directeur de la Nation française, Pierre Boutang publie nombre de ses ouvrages à La Table Ronde23 dont Les Abeilles de Delphes24 (1952) qui rassemble ses articles littéraires d’Aspects. Il est un intime de Roland Laudenbach, avec le groupe de l’Étudiant français, revue des étudiants d’Action française avant-guerre parmi lesquels Raoul Girardet, Jacques Laurent, Philippe Brissaud, Philippe Ariès, tous collaborateurs de la revue La Table Ronde. Remerciant Ariès, en 1949, pour l’envoi de son Histoire des populations françaises, Roland Laudenbach montre le degré de connivence dans ce petit groupe : « Je ne sais si j’ai qualité pour parler de ton livre dans la Table. Est-ce que Girardet ne pourrait pas nous envoyer un c. r. (dans le style de la Revue)25. » Éditeur, cheville ouvrière de la revue La Table Ronde, qui récupère tout un courant de l’Action française, Roland Laudenbach, rêve d’une fraternité entre écrivains au-delà des frontières politiques, à l’image de ces propos dans la rubrique « Littérature et politique » de la Parisienne de son ami Jacques Laurent, en 1954 :

  • 26 Roland Laudenbach, « Le ministre et l’écrivain », La Parisienne, février 1954, no 14, p. 194.

« Je ne crois pas non plus beaucoup aux pétitions, et on en abuse. Quand il faut y recourir, j’aimerais seulement que les signatures de tous les écrivains s’y confondent, que Sartre ne veuille pas laisser à Marcel Aymé le soin de protester contre l’arrestation de Bardèche et que Bardèche, libéré, ne laisse pas Sartre s’élever tout seul contre l’arrestation d’un écrivain marxiste26. »

25Plaçant avant toute chose l’idée de plaisir en écriture au point d’en faire un absolu à l’opposé des théoriciens de l’engagement, Michel Braspart est aussi un écrivain avec Le Divertissement (1948) ou avec La Mauvaise carte (Albin Michel, 1951) qui romance l’histoire de son ami des Cahiers français, Jean Turlais lequel, réfractaire au STO, s’engage dans la milice avant d’intégrer l’armée d’armistice et de mourir sur le Rhin en 1945. Il est intéressant de voir comment Roger Nimier, acteur de cette jeune droite littéraire, dans son fameux Grand d’Espagne, paru en 1950, à La Table Ronde, situe son ami Braspart dans un « renouveau du classicisme » :

  • 27 Roger Nimier, Le Grand d’Espagne, Paris, La Table Ronde, 1950, p. 153.

« Des livres qui paraissent, la moitié pourrait se placer sous le signe du classicisme (je pense à Braspart, à Louis-René des Forêts, à Raymond Picard, à Michel Mohrt, à cet animal de Boutang)27. »

26La mort de Nimier, en 1962, fait d’ailleurs rempiler Braspart à la Nation française, pour un article d’hommage où après avoir rappelé qu’il avait présenté Nimier à Boutang, en 1946, il écrit :

  • 28 Roland Laudenbach, « il va pousser cette porte… », La Nation française, 10 octobre 1962, no 366.

« Il voulait vivre encore, aimer et aider ses amis, aider les légionnaires embastillés dont il s’était fait le parrain, il voulait fêter un jour la libération de Jean-Loup Perret […]28

27Pas plus que Jacques Perret qui ne peut se contenter des « petits sujets rigolos » dans ses billets, Roland Laudenbach ne parvient à se cantonner aux hautes sphères de la littérature en tant qu’auteur ou éditeur. Avec l’Algérie et surtout le retour de de Gaulle, rejaillissent de lourds contentieux sur fonds d’héritage maurrassien.

Deux croisés contre de Gaulle : Laudenbach/Perret

La maison d’édition au service d’un combat

  • 29 À la Table Ronde, A. Fraigneau a publié, entre autres, Le Livre de raison d’un roi fou (1947) ; Jo (...)

28Après 1945, La Table Ronde édite un certain nombre d’auteurs mis à l’index par le Conseil national des écrivains comme Montherlant, Giono ou Morand ou très remontés contre l’épuration comme Jean Anouilh. Sont également alors publiés des auteurs comme Claude Mauriac ou Henri Troyat. Puis, le catalogue s’enrichit, au milieu des années cinquante, des titres des Hussards fédérés par André Fraigneau29. Bientôt, la maison élargit son horizon en publiant Bernard Frank, Roger Stéphane, Jean Freustié, Daniel Boulanger, Alain Bosquet ou Gabriel Matzneff. S’il n’est pas question de réduire les éditions de La Table Ronde à l’Action française ou à une « édition de droite », la personnalité de son « patron », héritier d’une culture politique antirépublicaine et de combat, oriente sa politique éditoriale, que ce soit dans le choix des auteurs ou du contenu des textes publiés. D’Antoine Blondin, ami intime depuis les Cahiers français, il publie des romans qui n’ont rien à voir avec l’Action française ou une compilation d’articles Ma vie entre les lignes, dont certains textes évoquent une affection pour Charles Maurras. De Michel Déon, il publie aussi bien le roman Les gens de la nuit (1958) que des récits de voyage, ses mémoires et son virulent pamphlet antigaulliste Mégalonose (1967).

  • 30 Dans Jacques Laurent, Offenses au chef de l’état. Audiences des 8 et 9 octobre 1965, Paris, La Tab (...)

29Plus qu’une littérature de type hagiographique qui n’intéresse pas Roland Laudenbach, celui-ci est très attaché à une littérature de combat. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, Jérôme Lindon, directeur des éditions de Minuit, vient témoigner dans le procès du Mauriac sous de Gaulle de Jacques Laurent, en 1965, pour son confrère de La Table Ronde, qu’il qualifie alors de « vrai éditeur » lequel « ne publie pas des livres pour gagner de l’argent mais pour faire connaître les textes qu’il aime et répandre les idées qu’il croit justes »30.

30Le retour de de Gaulle repolitise Roland Laudenbach et, dans un certain sens, réactive les clivages de l’Occupation et de l’épuration. À la Nation française de son ami Boutang qui explique, le 7 janvier 1959, que Michel Braspart y est « chez lui » et qu’il y « écrit ce qu’il veut », l’éditeur appartient déjà au clan minoritaire de ceux qui ne font plus confiance à de Gaulle car, pour lui, « La Ve République n’est qu’une république de plus » et il dénonce le manipulateur qu’est, à ses yeux, Michel Debré. Il quitte donc la Nation française qui soutient de Gaulle via le comte de Paris pour mener un combat de plus en plus radical avec, entre autres Jacques Perret, Jacques Laurent, Raoul Girardet, à Esprit Public, proche de l’OAS, et dont la ligne éditoriale se confond avec la dénonciation de la politique de de Gaulle. En décembre 1962, Roland Laudenbach accuse l’UNR d’avoir réintroduit le Parti communiste dans le jeu politique français, en organisant une croisade feinte contre lui :

  • 31 Roland Laudenbach, « Complices, l’UNR et le PC », Esprit Public, no 35, décembre 1962.

« L’UNR n’est pas plus anticommuniste qu’elle n’était Algérie française. C’est un caméléon monstrueux. Il veut durer : il ne veut que cela. L’UNR s’est servi de l’Algérie française, c’était commode. Elle se sert de l’anticommunisme pour sauver sa mise31

31Habité par la cause de l’Algérie française, il enrôle les éditions de La Table ronde au service de son combat. Faire l’inventaire de la totalité des titres alors publiés serait trop long. Cependant, une sélection de certains permet de mesurer la nature de cet engagement qui donne lieu à des saisies et à des procès pour « Offenses au chef de l’État » qui ont un impact durable sur la santé financière de la maison.

32La chronologie de ce militantisme éditorial n’est pas anodin. Elle épouse scrupuleusement le retour de de Gaulle au pouvoir avec la publication d’Algérie, oiseau aux ailes coupés (1958) par Georges Bidault. Parmi les titres importants, citons Au lieutenant des Taglaïts (1960) de Philippe Héduy, Cette haine qui ressemble à de l’amour de Jean Brune, Un procès (1961) d’Alain de Sérigny. Après les accords d’Évian, les publications se poursuivent avec l’Histoire de l’OAS de Jean-Jacques Susini, diffusée sous le manteau car saisie, ou La Page n’est pas tournée de Jacques Soustelle, Plaidoyer pour un frère fusillé de Gabriel Bastien-Thiry, Ma peau au bout de mes idées de Pierre Sergent et des textes de Jacques Isorni. Le point d’orgue de ces publications est probablement le fameux Mauriac sous de Gaulle (1964) de Jacques Laurent qui donne lieu à l’édition du texte des audiences sous le titre Offenses au chef de l’État qui ont permis d’évoquer, selon l’éditeur, « le droit de l’historien à dire la vérité ». Au-delà de la polémique, il y a dans ce débat, la volonté conjointe du tandem Jacques Laurent/Laudenbach, d’utiliser les armes de l’histoire et de l’historien pour discréditer le général de Gaulle à l’aune de son itinéraire. À l’image d’ailleurs, en 1965, de la ligne de la collection codirigée par Jacques Laurent et Gabriel Jeantet, « L’histoire contemporaine revue et corrigée », en particulier dans le volume Année 40 :

  • 32 Présentation de la collection dans J. Laurent, Gabriel Jeantet, Année 40, Paris, La Table Ronde, 1 (...)

« Tout se passe comme si la vérité officielle était devenue l’histoire, aux dépens de la vérité. […] Ce volume revoit et corrige notamment les conditions dans lesquelles de Gaulle partit pour Londres et celles dans lesquelles la Résistance naquit – sans de Gaulle – contrairement à la légende32. »

33De manière plus subtile Raoul Girardet, avec le statut non pas du militant OAS qu’il fut mais d’universitaire, publie à La Table Ronde, en 1972, sa très belle fresque intitulée L’Idée coloniale en France.

Jacques Perret : un « billet » contre de Gaulle

  • 33 J. Perret, « Introduction », Le Vilain temps, op. cit., p. 8.
  • 34 J. Perret, « Le Billet de Jacques Perret », Aspects de la France, 7 janvier 1965, no 852.

34Le célèbre billettiste d’Aspects de la France, amateur de « sujets rigolos », se spécialise lui aussi dans un antigaullisme systématique au point de transformer souvent son billet en « tribune militante ». L’humour et l’ironie restent mais sur un mode souvent désespéré. Après un moment de répit quand les colonels semblent reprendre en main le destin de l’Algérie après le 13 mai 1958, Jacques Perret se fait l’inquisiteur de la façon dont elle « fut livrée par une trahison capitale d’une ampleur et d’un genre assez rares dans notre histoire33 ». Grosso modo, de 1959 à fin 1965, le ton polémiste à l’égard du Général est de plus en plus dramatique. Plus que les condamnations pour offenses au chef de l’Etat ou encore celle pour « offense à la légion d’honneur », son ressentiment à l’égard de de Gaulle s’explique aussi par la condamnation de son fils Jean-Loup, en 1962, à dix ans de réclusion criminelle à cause de son activisme à l’OAS. Début 1965, alors qu’il vient de lire, Mauriac sous de Gaulle, Jacques Perret confesse que Jacques Laurent l’a « un peu soulagé de l’obsession qui, depuis trop longtemps, me faisait gloser sur le même sujet » ajoutant : « […] j’ai l’impression qu’un peu de justice nous est enfin rendue à propos du personnage »34. Jacques Perret se trouve trop fougueux et passionnel dans sa vindicte à l’égard du chef de l’État.

  • 35 J. Perret, « Le Billet de Jacques Perret », Aspects de la France, 16 avril 1964, no 814.
  • 36 J. Perret, « Le Billet de Jacques Perret », Aspects de la France, 4 février 1965, no 856.

35Pourtant à la différence de sa première période à Aspects, disons jusqu’au retour de de Gaulle, le « billettiste » est beaucoup plus organisé dans son combat. Ainsi, par exemple, suit-il de près, à la manière d’un chroniqueur judiciaire, le procès des barricades en novembre 1960. Ensuite, il procède à une relecture de l’histoire pour démonter, « la supercherie » que constitue le 18 juin et « comment elle donna le départ à une série de mensonges dont il faudra bien qu’un jour la patrie se purge »35. L’ancien maquisard giraudiste glorifie quelques mois plus tard « le vieux chef sans reproche » Weygand qui, sous Pétain, avait « forgé l’outil de nos victoires inespérées, cette armée d’Algérie, cette armée de pieds noirs et de tirailleurs dont les exploits devaient porter ombrage au calculateur de Londres36 ». À l’instar de Roland Laudenbach avec La Table Ronde, Perret participe à ce travail de sape visant à délégitimer l’action du Général entre 1940 et 1945. Pour mieux expliquer pourquoi de Gaulle n’aime pas l’Algérie :

  • 37 Ibid., 31 mars 1960, no 603.

« Il n’aime pas l’Algérie qui l’a mal reçu en 1944, il n’aime pas l’Algérie d’où partit une armée inventée par Weygand, il n’aime pas l’Algérie insolemment fidèle au souvenir de Pétain37. »

  • 38 Cf. Olivier Dard, « Éditer au nom de la défense de l’Algérie française (1960-1968) », dans Béatric (...)

36Plus démonstratif dans ses indignations contre la « fausse amnistie », sur les désastreuses conditions faites à ceux qui doivent quitter l’Algérie, Jacques Perret n’hésite pas à publier un livre de combat en 1964, non pas chez Gallimard à l’image des autres recueils comme Bâtons dans les roues, mais aux éditions du Fuseau38, pour ne pas « tourner la page » et ne pas oublier le combat de l’OAS dont il fut avec son fils. Compilation de ses billets entre mai 1958 et 1962, Le Vilain temps, s’inscrit, deux ans après les accords d’Évian, dans une stratégie éditoriale, visant à maintenir un courant d’opinion « Algérie française ». En décembre 1964, sous la forme d’une très émouvante lettre à Jacques Perret, Xavier Vallat, alors codirecteur d’Aspects, tout en rappelant comment il a repéré Le Caporal depuis sa prison, adresse un vibrant hommage à l’auteur prophétique du Vilain temps.

  • 39 Jacques Perret, Aspects de la France, 18 mars 1965, no 862.
  • 40 Denis Tillinac, Le retour de d’Artagnan, Paris, La Table Ronde, 1992, p. 47.
  • 41 Cf. Guillaume Gros, « Itinéraire et postérité des “Hussards” : des écrivains engagés ou désengagés (...)

37Après la grâce de son fils Jean-Loup, à Noël 1966, il semble que la fureur de Jacques Perret s’estompe à l’image de la fin de sa collaboration. Billettiste « ultra » à Aspects où il lui est arrivé de se faire censurer certains papiers reconnaissant qu’il lui arrive souvent de se « poser pour plus catholique que le pape, étant déjà beaucoup plus royaliste que le roi »39, son combat antigaulliste n’a pas altéré sa légitimité d’écrivain. Au contraire. Il obtient de nombreux prix littéraires qui traduisent une notoriété toujours plus importante. En revanche, le prestige de Roland Laudenbach, éditeur non conformiste, propulsant les Hussards, est entamé. Depuis sa création sous l’égide de Roger Mouton, La Table Ronde a certes connu de nombreux avatars de Plon à Gallimard avec des hauts et des bas. L’épisode militant de la maison d’édition affaiblit financièrement La Table Ronde tout en délégitimant son catalogue. L’écrivain chiraquien et gaulliste, Denis Tillinac, au début des années quatre-vingt-dix, entreprend de faire oublier l’héritage d’une certaine droite qui, selon lui, « souille irrémédiablement ce qu’elle touche »40 en revalorisant celui d’une Droite mousquetaire dans un essai intitulé Le Retour de d’Artagnan, autrement dit la geste des Hussards. Aujourd’hui sous le patronage d’Alice Déon, fille d’un Hussard, la maison entretient la flamme surtout par le biais de rééditions dans sa collection de poche « La petite vermillon »41.

Notes

1 Louis Perret, Jacques Perret 1901-1992 : portrait d’un homme libre, Paris, L. Perret, 2008.

2 « Deux auteurs du demi-siècle : Jacques Perret, Jacques Audiberti », colloque des 4 et 5 novembre 2005, Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, sous la dir. de Marc Dambre et Jean-Yves Guérin.

3 Jean-Baptiste Chaumeil, Petit hommage pour un grand monsieur, Plaquette, disponible au Cercle des amis de Jacques Perret ; Jacques Perret (1901-1992). Documents et témoignages, Paris, Godefroy de Bouillon, 2006 avec, parmi d’autres, les témoignages de Louis Monier, Jean Bourdier, Georges Laffly.

4 Patrick Louis, La Table Ronde : une aventure singulière, Paris, La Table Ronde, 1992.

5 Pascal Fouché, « L’édition 1914-1992 », dans Jean-François Sirinelli, sous la dir., Histoire des droites en France, t. 2, Paris, Gallimard, p. 280-290.

6 Michel Déon, « Comme les mousquetaire, les hussards étaient quatre », propos recueillis par Jean-Jacques Brochier, Magazine littéraire, décembre 1973, no 83, p. 18.

7 Sur les origines d’Aspects de la France, cf. Samuel Osgood, French royalisme under the Third and Fourth Republics, The Hague, Martinus Nijhoff, 1970. p. 240 ; Guillaume Gros, Philippe Ariès (1914-1984). Un traditionaliste non conformiste de l’Action française à l’EHESS, P. U. du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 2008, p. 103-107.

8 Xavier Vallat, « De Xavier Vallat à Jacques Perret, caporal des trouffions de la Reine ci-devant médaillé militaire », Aspects de la France, 31 décembre 1964, no 851.

9 Jacques Perret, « Aux lecteurs amis », préface, Le Vilain temps, Paris, Éditions du Fuseau, 1964, p. 7.

10 Jacques Perret, « Le billet de Jacques Perret », Aspects de la France, 3 juillet 1960, no 599.

11 Jacques Valmont « Jacques Perret, salades de saison (Gallimard) », Aspects de la France, 20 décembre 1957, no 484.

12 Quatrième de couverture de Cheveux sur la soupe (Gallimard, 1954).

13 Jacques Perret, « Les Marmouchats », Aspects de la France, 14 octobre 1950, no 370.

14 Jacques Perret, « Autobus cellulaire », repris dans Salades de saison, Paris, Gallimard, 1957, p. 156-157.

15 Jacques Perret, « En avoir ou pas », Aspects de la France, 19 août 1955, no 362.

16 Pol Vandromme, La droite buissonnière, Paris, Les Sept couleurs, 1960, p. 143.

17 Roland Laudenbach, « Quand Maurras était vivant », Cahiers Charles Maurras, nouvelle série, no 1, 1983, cité dans Patrick Louis, La Table Ronde, une aventure singulière, op. cit., p. 21.

18 Cf. Olivier Frébourg, « Préface », Michel Déon, André Fraigneau, Une longue amitié. Lettres, Paris, La Table Ronde, 1995, p. 7-22.

19 Thierry Maulnier, « Préliminaires », Cahiers de la Table Ronde, no 1, 1944. Conçu comme un objet de bibliophilie, ce cahier rassemble J. Giraudoux, M. Jacob, P. Valéry, J. Cocteau, E. Hémingway, P. Brisson, A. Toynbee, Agrippa d’Aubigné.

20 Cf. Guillaume Gros, « La posture classique en 1945 : la persistance de la droite intellectuelle après la guerre », in Baudouï Rémi, Garrigues Jean, Leymarie Michel, Musiedlak Didier, Piketty Guillaume (sous la dir.), Un professeur en République, Mélanges en l’honneur de Serge Berstein, Fayard, 2006, p. 174-181.

21 Roland Laudenbach, « Les petites revues de droite », Le Magazine littéraire, op. cit., p. 21.

22 Pierre Boutang, Bernard Pingaud, « En préliminaire », dans Sartre est-il un possédé ?, Paris, La Table Ronde, coll. « La République des lettres ».

23 Citons La Maison un dimanche, Quand le furet s’endort, ou Antigone suivi d’un essai sur la tragédie.

24 Cf. le compte rendu de Michel Vivier, « Les abeilles de Delphes », Aspects de la France, 19 décembre 1952.

25 Lettre du 18 janvier 1949, Archives Philippe Ariès (EHESS). Raoul Girardet a bien rendu compte du livre de Philippe Ariès avec celui d’Albéric Varenne (pseudonyme de Jacques Laurent), Quand la France occupait l’Europe : « Sur deux livres d’histoire », La Table Ronde, octobre 1949, p. 1599-1605.

26 Roland Laudenbach, « Le ministre et l’écrivain », La Parisienne, février 1954, no 14, p. 194.

27 Roger Nimier, Le Grand d’Espagne, Paris, La Table Ronde, 1950, p. 153.

28 Roland Laudenbach, « il va pousser cette porte… », La Nation française, 10 octobre 1962, no 366.

29 À la Table Ronde, A. Fraigneau a publié, entre autres, Le Livre de raison d’un roi fou (1947) ; Journal profane d’un solitaire(1947). Chez Plon, en 1956, L’Amour vagabond, est préfacé par J. Laurent, A. Blondin, M. Déon et R. Nimier.

30 Dans Jacques Laurent, Offenses au chef de l’état. Audiences des 8 et 9 octobre 1965, Paris, La Table Ronde, p. 114-115.

31 Roland Laudenbach, « Complices, l’UNR et le PC », Esprit Public, no 35, décembre 1962.

32 Présentation de la collection dans J. Laurent, Gabriel Jeantet, Année 40, Paris, La Table Ronde, 1965.

33 J. Perret, « Introduction », Le Vilain temps, op. cit., p. 8.

34 J. Perret, « Le Billet de Jacques Perret », Aspects de la France, 7 janvier 1965, no 852.

35 J. Perret, « Le Billet de Jacques Perret », Aspects de la France, 16 avril 1964, no 814.

36 J. Perret, « Le Billet de Jacques Perret », Aspects de la France, 4 février 1965, no 856.

37 Ibid., 31 mars 1960, no 603.

38 Cf. Olivier Dard, « Éditer au nom de la défense de l’Algérie française (1960-1968) », dans Béatrice Fleury et Jacques Walter (dir.), Qualifier les lieux de détention et de massacre (4). Dispositifs de médiation mémorielle, Questions de communications, série actes, no 13, 2011, p. 339-340.

39 Jacques Perret, Aspects de la France, 18 mars 1965, no 862.

40 Denis Tillinac, Le retour de d’Artagnan, Paris, La Table Ronde, 1992, p. 47.

41 Cf. Guillaume Gros, « Itinéraire et postérité des “Hussards” : des écrivains engagés ou désengagés ? », dans Histoire et littérature au XXe siècle, Toulouse, Éditions du Groupe de recherche en histoire immédiate, 2003, p. 513-524 ; G. Gros, « Le temps des néo-hussards : de la droite littéraire aux antimodernes », dans Alain Cresciucci, Alain Schaffner, Paris, Klincksieck, 2009, p. 129-140.

Auteur

Professeur d’histoire géographie à Toulouse, Guillaume Gros est chercheur associé Framespa (UMR 5136) - GRHI (Toulouse 2). Docteur en histoire de l’Institut d’études politiques de Paris, il travaille sur l’histoire des intellectuels au XXe siècle, sur les rapports entre histoire et politique. Il a notamment publié Philippe Ariès (1914-1984). Un traditionaliste non-conformiste de l’Action française à l’EHESS (PU du Septentrion, 2008) et François Mauriac (Geste éditions, 2011).

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540