Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maurrassisme et littérature. Volume  IV

 | 
Michel Leymarie
, 
Olivier Dard
, 
Jeanyves Guérin

Maurras et l’Académie française

Maurras and the Académie française

Jean Touzot

Résumé

N’est-il pas paradoxal que Maurras ait tant souhaité rejoindre une institution sur laquelle ses disciples avaient déversé des tombereaux d’injures ? Nous étudierons comment se manifeste la persévérance du maître dans la candidature et ce qu’elle signifie.
En 1923, Maurras se présente au fauteuil de Deschanel contre l’avis de son ami Henry Bordeaux. C’est Jonnart qui sera élu ; sa réception est perturbée par les « énergumènes » de l’AF. Léon Daudet publie un pamphlet en 1932 : Habits verts et vers de presse, d’une extrême violence qui pourrait fermer à Maurras les portes de l’Académie, si, en 1935, l’élection de trois disciples, dont Bainville, ne préparait l’atterrissage du maître. Quand Bainville meurt, Maurras, incarcéré, ne peut lui succéder. Il faudra attendre la succession d’Henri-Robert pour que soit recevable une candidature préparée par diverses démarches de Bordeaux, dont une visite au Saint-Siège. Malgré la campagne de la presse démocrate et les protestations de Mauriac, Maurras est élu en juin 1936. Il sera assidu aux séances jusqu’en juin 1940. Arrêté et emprisonné à la Libération, il sera radié sans vote de la Compagnie, en février 1945, après le verdict le frappant d’indignité nationale, mais la vacance de son fauteuil ne sera décrétée qu’après sa mort.
Il est clair que Maurras avait besoin d’une reconnaissance que seule pouvait lui donner une institution aussi prestigieuse, datant de l’apogée de la monarchie. Elle lui valut aussi un regain d’influence internationale. Mais cette élection contribua à politiser toutes celles qui lui succédèrent, si bien que Mauriac put déclarer en 1959 à ses confrères : « Vous êtes tous empoisonnés, Messeigneurs ! »

It is somewhat paradoxical that Maurras was so keen to become a member of the Académie Française, an institution about which his disciples were so scathing. This chapter studies the way Maurras repeatedly attempted to be elected to the Académie Française and what this might mean. In 1923, Maurras tried to obtain Deschanel’s seat, much to the dismay of his friend Henry Bordeaux. Jonnart was eventually elected. His inauguration address was disrupted by Action Française hecklers. In 1932, Léon Daudet published a pamphlet a pamphlet entitled Habits verts et vers de presse, the extreme violence of which would have been likely to definitely bar Maurras access to the Académie were it not for the election of three of his disciples, among whom Bainville, which paved the way for Maurras’s election. When Bainville died, Maurras was then in jail, so he was in no position to succeed him. Maurras had to wait until the death of Henri-Robert for his candidacy to receive the requisite support. He was helped by various initiatives taken by Bordeaux, among which a visit to the Holy See. In spite of the campaign waged against him by the democratic and of the vocal disagreement expressed by Mauriac, Maurras was elected in June 1936. He regularly took part in the Académie’s proceedings until June 1940. Arrested and jailed once France was liberated, Maurras was struck off from the Académie without any proper vote allowing this removal. His seat was declared vacant only after his death. It is clear that Maurras needed the type of recognition that only a time-worn, prestigious like the Académie could bestow upon him. His election gave him a renewed high profile, especially abroad. But the election contributed to politicizing all the elections that came afterwards, so much so that Maurras declared his fellow Académiciens: “You’ve all drunk from the poisoned chalice, Your Lordships!”

Texte intégral

  • 1 H. Bordeaux, Histoire d’une vie, t. VIII, Plon, 1966, p. 285.

1N’est-il pas paradoxal que Maurras ait tant souhaité rejoindre une institution sur laquelle ses disciples ont déversé des tombereaux de quolibets et d’injures ? L’amicale insistance de la comtesse Joachim Murat, dont le salon passait pour l’antichambre de l’Académie, n’explique pas tout. Comment se manifeste la persévérance de Maurras dans la candidature et que signifie-t-elle ? Deux protagonistes se détachent de cette chronique qui se développe sur plusieurs décennies : Henry Bordeaux dans le rôle du « chaud partisan1 » et François Mauriac dans celui d’opposant. Mais nous ferons une place, parmi les disciples, à Léon Daudet, pour son office d’exécuteur.

 

  • 2 Ibid., p. 286.
  • 3 Ibid., p. 288.
  • 4 Id.

2Bien qu’il se défende d’être « un suppôt de L’Action française », Henry Bordeaux partage certaines de ses orientations politiques. Il confesse une « très ancienne amitié » pour l’homme et il admire l’écrivain. Il serait donc favorable à une candidature qu’il soutiendrait avec l’appui de Paul Bourget, mais il est surpris qu’en 1923 Maurras se présente au fauteuil de Deschanel « sans demander l’avis de personne » et il soupire dans son Journal : « Pourvu que Doumic, Hanotaux, Régnier, Marcel Prévost et Goyau – souffre-douleurs de L’Action française – ne mettent pas leur veto2 ». Par lettre il rappelle donc quelques principes à l’impétrant : « L’Académie est un cercle où l’on ne peut imposer à l’un de nous la présence d’un ennemi3. » Sous entendu : patience, vous en avez encore beaucoup. Et « où il est difficile d’élire quelqu’un si l’un ou l’autre confrère déclare qu’il ne viendra plus4. »

  • 5 Ibid., p. 299.
  • 6 L’Action française, 19 avril 1923.

3Arrive le jour du scrutin. Maurras fait d’abord jeu égal avec son concurrent Célestin Jonnart, ancien ministre, ex-gouverneur de l’Algérie, ambassadeur au Vatican, précieux en ce temps de rapprochement diplomatique. Au quatrième tour Jonnart est élu avec 16 voix, contre 8 à Maurras et 3 à Fernand Gregh. L’Action française se procura les bulletins de vote, on ne sait comment (depuis lors ils sont brûlés, le vote acquis, comme au Sacré-Collège) et elle publia les noms des partisans de Maurras, dont Barrès, Bazin, Bordeaux, Bourget, Boylesve, Foch. Alors, Bordeaux de déplorer le « mauvais tour joué à Maurras dont on recule l’élection à dix ans5.» Pronostic trop optimiste : il en faudra quinze. Maurras qui faisait sienne la devise de Mérimée, « Souviens-toi de te méfier », aurait dû l’appliquer à ses fidèles. La campagne violente contre Jonnart, dont Daudet avait pris la tête, provoqua cette réaction de Lyautey dans une lettre à l’élu : « Je suis révolté de la façon dont la candidature Maurras a été poussée sur le terrain politique. » Maurras, lui, assumait cette stratégie puisqu’au lendemain de l’échec, il proclamait dans son journal : « Si ma collaboration quotidienne avec Léon Daudet, si la communauté de nos vues et de nos responsabilités devait me coûter mon siège à l’Académie, ce serait l’honneur de ma vie. » Notons le possessif qui implique que le siège est un dû. Et enfin cette mise en demeure : « L’Académie ne peut ignorer les services d’un Léon Daudet. »6. Les services ou les sévices ? L’avenir tranchera. En tout cas, l’échec du maurrassien Louis Bertrand, le mois suivant, face à Porto-Riche, qu’on donnait comme battu pour sa cinquième tentative, sera interprété comme une vengeance des républicains contre les procédés de l’organe monarchiste.

4Lors de la réception de Jonnart, en janvier 1925, les « énergumènes de l’Action française », comme les appelait Barrès, manifesteront doublement leur déception. Au Quartier latin, ils font défiler un âne costumé en académicien et portant le nom de Jonnart. Quai Conti, malgré un déploiement de policiers, un camelot du roi, adepte de l’antiphrase, qui s’était infiltré sous la Coupole, interrompt le discours officiel en vociférant : « Vive notre grand, notre immense Jonnart ! Vive l’Académie républicaine ! »

  • 7 L. Daudet, Habits verts et vers de presse, Éd. du Capitole, 1930, p. 44. Pour ne pas multiplier les (...)

5Sept ans après, la rancœur de Léon Daudet était loin d’être apaisée, comme en témoigne un pamphlet peu connu, ignoré même de son biographe, François Broche : Habits verts et vers de presse, illustré par Sennep. Avec l’élection de Jonnart, écrit-il, « l’Académie a perdu tout prestige et toute autorité chez nous. Quand on parle d’elle, c’est une risée7. » Ce verdict sans appel, L’Aube de Georges Bidault le reproduira à la une lorsque Maurras se représentera. Daudet inaugure donc le massacre en exécutant Jonnart, « quintessence de rien, personnage de rébus à la tête en forme d’œuf vide » (p. 39). Puis, il se retourne contre ses supposés électeurs et le matraquage continue, alternant injures et moqueries du physique, sa triste image de marque. Il traite Doumic, le Perpétuel, de crétin en toutes les langues et il accuse son gendre Louis Gillet de « cleptomanie littéraire » (p. 56) pour avoir pillé, dans ses ouvrages d’art, Louis Hourticq et Camille Jullian. Parce qu’il a combattu les listes de l’Action française aux élections de 1924, le « singe vert », Georges Goyau, « nain moral et physique » est traité de « tartufe type » (p. 77). Le gros Léon était-il un géant pour s’acharner ainsi contre les petits ? Abel Hermant, qui « a l’air d’un bibelot de jade » (p. 90), se nourrit dans ses livres « de tous les détritus de l’actualité » (p. 85). L’antisémitisme maison refait surface dans l’exécution de Porto-Riche, « juif chevelu et broussailleux de petite taille » (p. 92). Il culmine dans le portrait de Bergson, car « c’est une gaffe dangereuse » que « l’entrée d’un juif à l’Académie » (p. 118). Si ce « fœtus chauve » a été « désigné aux suffrages d’une Académie française dégénérée » (p. 103) – notons l’adjectif cher à Gœbbels – c’est parce qu’il « est le type du faux semblant ». Le bergsonisme n’est qu’une « bouillie cérébrale » (p. 107). Même Valéry ne trouve pas grâce à ses yeux. C’est un « Joseph Prudhomme qui marcherait la tête à l’envers » (p. 122). Sa poésie ? « Un élégant vasouillage » (p. 129). Avec Marcel Prévost on a fait « siéger le néant » (p. 178) et consacré un « pédantisme d’alcôve » (p. 181). Brieux, « type achevé du primaire » (p. 172) et Henri de Régnier, qui ressemble à un « pendu dépendu » (p. 183), excitent moins longuement sa cruauté. En revanche, elle s’acharne sur Gabriel Hanotaux, parangon du ministre républicain. Il accuse ce biographe de Richelieu d’avoir profané les restes du cardinal en les exhumant de la chapelle de la Sorbonne. Surtout, il se serait conduit « comme un porc en rut » (p. 153) – l’image vient de retrouver quelque actualité – avec une jeune fille séduite, puis abandonnée. De peur qu’elle ne provoque un scandale sous la Coupole, un jour de réception, Hanotaux l’aurait même fait enfermer par la police. Au passage et comme si ce journaliste était en retard d’un procès, il revient sur Zola, sur son « fécal J’accuse » et « la fosse d’aisances qui lui sert d’immortalité », puisque l’Académie n’a point voulu de lui. Mauriac n’avait pas tort de reprocher à ce trublion de « vider ses tinettes » sur ses têtes de Turc. À preuve sa définition des Demi-Vierges de Marcel Prévost, « un livre de la bibliothèque rose qui aurait mariné dans un seau de toilette » (p. 178).

  • 8 Cher Maître. Lettres à Charles Maurras, Christian de Bartillat, 1995, p. 599.

6En dépit de ce factum nauséabond, peu à peu l’horizon se dégage et l’an 35 marque l’arrivée de trois maurrassiens, qui préparent le terrain pour l’atterrissage du maître. Patronisé par Bordeaux, Jacques Bainville est élu au fauteuil de Poincaré ; à celui de l’abbé Bremond, bête noire de Maurras, apparaît André Bellessort, futur collaborateur de Je suis partout. Enfin Pierre Benoit pousse Claude Farrère au fauteuil de Louis Barthou, pour barrer la route à Claudel, choix qui fera scandale. Mauriac, qui avait soutenu Bainville, se plaignit dans une lettre à Maurras de ses « outrages au poète vaincu » et s’attira cette réplique cinglante : « C’est par attachement aux lettres et à l’honneur français que je me félicite de l’échec d’un rhéteur barbare, d’un pseudo diplomate, d’un mauvais Français8. » Pauvre Claudel !

  • 9 Histoire d’une vie, op. cit., t. XI, p. 205.
  • 10 Ibid., p. 206.

7À la mort prématurée de Bainville, un an plus tard, Bordeaux pense tout naturellement à Maurras pour lui succéder et il s’en ouvre à Doumic. Malheureusement, le maître purge une peine de huit mois de prison à la Santé, pour avoir menacé de mort des parlementaires. Le secrétaire perpétuel est formel : « Une élection en réponse à une arrestation aurait nettement le caractère d’une manifestation politique. Cela n’est pas le rôle de l’Académie, en aucun temps, mais surtout aujourd’hui9. » Rappelons que le Front populaire est au pouvoir. D’ailleurs, le président de la République aurait fait savoir qu’il ne ratifierait pas une éventuelle élection. Sagement, le prisonnier répond de sa geôle à son Mentor : « Je ne veux pas paraître vouloir arracher à l’Académie un acte pouvant être interprété comme politique10. » Il attendra son élargissement. En cette occasion, des académiciens du clan maurrassien s’empressent de donner une double marque de dévotion à leur idole. Ils fêtent à la fois sa levée d’écrou, le 8 juillet au Vélodrome d’Hiver et l’anniversaire de son incarcération, le 28 octobre.

8Dès septembre, Bordeaux s’était mis en campagne. Il se rend d’abord à Martigues pour un tour d’horizon académique avec l’intéressé. En janvier, il est à Rome afin d’aplanir les difficultés religieuses. Le pape Pie XI, tant vilipendé par l’Action française, n’approuve pas cette candidature mais n’exprimera pas de veto, et d’autant moins que Maurras a entrepris avec lui une correspondance d’apaisement, relayée par les carmélites de Lisieux. Le 12 mai, il envoie sa lettre de candidature au fauteuil d’Henri-Robert. Reste à désamorcer la rancune du directeur de la Compagnie, Hanotaux, profondément meurtri par les coups bas de Daudet. Nouvelle démarche de Bordeaux. L’hostilité d’Hanotaux se fonde sur deux raisons nullement subjectives : la question religieuse et la condamnation systématique de la République par le candidat. Fin diplomate, Bordeaux arrache une demi-victoire : Hanotaux n’opposera pas son veto.

  • 11 C. Mauriac, Le Temps immobile, II, Grasset, 1983, p. 119.

9Cependant la riposte se prépare de divers côtés. D’abord dans la presse. La République d’Urbain Gohier et L’Aube, porte-parole de la démocratie chrétienne tant honnie, redoublent leurs attaques. Parmi les académiciens, Mauriac cherche du soutien. Son fils Claude évoque le conseil de guerre qui se tient à la maison. Dès la fin février, son père envisage une démarche commune avec Duhamel, assorti du chantage classique, seconde parade après le veto : « Nous ne viendrions plus s’il était élu. » Mais Claude lui fait observer que « Maurras est un homme si important que ce serait aller contre l’intérêt de l’Académie que de s’opposer trop bruyamment à sa candidature11. » Le 1er juin, il lit un projet de résolution à soumettre aux académiciens, mais sa femme lui déconseille à son tour d’intervenir, d’autant plus que peu à peu la presse s’est calmée. Le Figaro, par exemple, note qu’au lieu de « l’agitateur, du prisonnier de droit commun » attendu, le candidat se montre dans ses visites poli, respectueux de l’institution. Surtout on reconnaît en lui un écrivain authentique.

  • 12 Ibid., p. 143.
  • 13 Ibid., p. 144.
  • 14 H. Massis, Maurras et notre temps, Plon, 1961, p. 291
  • 15 C. Mauriac, Le Temps immobile, II, p. 144.

10Le 2 juin, jeudi d’avant l’élection, Bordeaux préside la séance du dictionnaire quand Mauriac se lève. « Cela ne s’était jamais vu, remarque Marcel Prévost, depuis Louis XIV : un académicien parle toujours assis. Cette innovation ajouta à l’effet prodigieux de ce coup de théâtre12. » Mauriac se souviendra de « tous ces vieux visages stupéfaits13 » (Chaumeix, Lacaze, Goyau) devant son réquisitoire. Deux objections majeures : le risque d’un retrait du doyen Hanotaux, une crise diplomatique avec le Saint-Siège. Se référant à la visite récente de Bordeaux à Rome, il veut savoir ce que lui a dit le pape. Déçu par l’intervention de celui qui fut son filleul d’élection, Bordeaux refuse de dévoiler ce qui doit rester un entretien privé, mais il garantit que ni le pape ni Hanotaux n’émettront leur veto. Maurras lui-même s’était refusé à révéler la teneur de sa correspondance avec Pie XI. « Je ne peux pas, avait-il écrit à Massis, donner l’écrit de l’Homme blanc pour gagner l’habit vert : ce serait une espèce de simonie14. » Mauriac, contré par l’amiral Lacaze et le duc de La Force, regrette le silence de ses amis Duhamel et Gillet. Tout le monde se retrouve le soir, à Chantilly, pour une réception de la Société des gens de Lettres. Mauriac, qui en séance avait reçu une longue poignée de main de Pétain, a la surprise d’être chaudement félicité par Bordeaux et le cardinal Baudrillart. D’où cette réflexion consolante : « Tous les confrères que j’ai rencontrés sont venus à moi la main tendue en me félicitant de mon courage. Au fond il faut se faire craindre15 ! »

  • 16 G. Sapiro, La guerre des écrivains 1940-1953, Fayard, 1999, p. 277-278.
  • 17 C. Mauriac, Le Temps immobile, II, p. 146.

11Combat de franc-tireur ou d’arrière-garde ? Maurras est élu au premier tour avec 20 voix contre 12 à Fernand Gregh. Gisèle Sapiro fait état de divergences dans la répartition des suffrages16. Il est moins hasardeux de recenser les grands adversaires : outre Mauriac, Valéry, Duhamel, Gillet et Madelin. Les hommes d’Église : Baudrillart et Grente se sont abstenus. Madelin, qui claironnait avant le scrutin que voter Maurras serait donner un triple soufflet au pape, au roi et à la République, doit manger son chapeau – ou son bicorne – : « Nous sommes battus... Mais il faut faire bon visage : Maurras doit être maintenant considéré comme l’élu de toute l’Académie française17. » Quant à Abel Hermant, il croit naïvement à la mort de L’Action française, comme si la polémique musclée, fond de commerce du quotidien, allait cesser. Si seulement « Lebrun était un peu moins faible », soupire Duhamel. Cette fois, le président ratifiera effectivement l’élection, mais il dispensera l’élu de toute visite à l’Élysée. La République garde ses distances avec son plus farouche contempteur. Mais, sur son insistance, Lebrun l’aurait cependant reçu, le 15.

12L’Action française du 10 juin rend à l’élu un hommage triomphal et copieux. Dans son éditorial, Maurras se justifie de sa longue marche vers l’Institut : « En sollicitant l’honneur de siéger parmi ses membres, je ne voulais que retrouver mon rapport fixe de particulier éphémère avec quelque chose qui ne meure point. » Une banale assurance d’immortalité en quelque sorte. Son lieutenant Daudet lui adresse un dithyrambe embarrassant : « Maître de la raison latine et qui au-dessus des difficultés diverses rejoignez Mussolini, Franco et Salazar, ô chef aimé. » Quant à Bordeaux, il s’efforce d’obtenir quelques contreparties de son obligé : plus d’attaques contre le Vatican, l’Académie et les académiciens dans son journal. Tout ce qu’il obtient, c’est qu’à la suite de sa signature, Maurras s’engage à ne pas faire figurer la mention : de l’Académie française.

13Reste à désigner qui répondra au récipiendaire. Pour sa persévérance, Bordeaux est tout indiqué, ce dont Maurras se réjouit, mais il pose une condition : l’hommage qu’il entend rendre à la papauté ne doit susciter aucun commentaire dans la réponse qui sera faite à son discours. Bordeaux refuse et Goyau puis Chaumeix doivent s’entremettre pour qu’une issue soit trouvée : à chacun sa liberté de parole. Le 8 juin 1939, Maurras célèbre donc ses maîtres, ses amis et termine par un panégyrique de la Vierge et des saintes de France. Les familles Mauriac et Duhamel au grand complet ont passé cette journée de printemps au couvent dominicain d’Etiolles. Un mois plus tard, la congrégation du Saint-Office rapporte la mise à l’Index de l’Action française. Pie XII a levé les dernières réticences de son prédécesseur, récemment disparu.

  • 18 Ibid., V, p. 70.
  • 19 Cité par Guy Goffette, Album Claudel, Pléiade, 2011, p. 212.

14Jusqu’au 6 juin 1940, Maurras sera assidu aux séances de l’Académie, le registre des émargements en témoigne, puis ses membres se dispersent. Lui-même accompagne L’Action française dans sa retraite lyonnaise. Il sera arrêté et incarcéré fin août 1944. Le 31, l’Académie vote l’exclusion des deux Abel : Bonnart et Hermant. Le jeudi suivant, l’exclusion de Maurras est décidée par 6 voix contre 5, ce qui paraît insuffisant, même à Mauriac, pour engager la Compagnie. On attendra le procès. Bien qu’il vienne de donner aux Lettres françaises un article sévère pour Maurras, Mauriac n’hésite pas à transmettre au Général la lettre d’un universitaire anglais évoquant « les graves répercussions qu’aurait dans le monde intellectuel international un verdict de mort18 ». C’est à la réclusion qu’est condamné Maurras en janvier. À la séance du 1er février, malgré deux partisans de l’attentisme, Bordeaux et le duc de La Force, Mauriac menace de s’en aller si l’on ne considère pas que la peine d’indignité nationale implique la déchéance de tous les honneurs, dont l’appartenance à l’Institut. Il obtient satisfaction sans qu’on vote. Suprême élégance : on ne décrétera pas la vacance de son fauteuil avant sa mort. Lorsqu’on l’apprendra en 1952, le directeur Jules Romains lui rendra hommage, devant tous les académiciens debout, sauf un. L’irréductible ne sera pas Mauriac, mais Claudel, qui avait confessé « un total et complet mépris » pour ce « dégoûtant personnage19 », un homme qui l’aurait, au témoignage d’Yves Farge, dénoncé à deux reprises à la Gestapo. Il s’abstiendra encore à la réception de son successeur, le duc de Lévis-Mirepoix. Ainsi s’achève un destin académique.

 

  • 20 F. Mauriac, Bloc-notes, II, Points-Seuil, 1994, p. 434.
  • 21 Id., La Paix des cimes, Bartillat, 1999, p. 543.
  • 22 Id., D’un bloc-notes à l’autre, Bartillat, 2004, p. 483.
  • 23 Bloc-notes, I, p. 45.
  • 24 Ibid., IV, p. 198.
  • 25 Id., D’un bloc-notes à l’autre, p. 483.

15Le moment est venu de prendre un peu de recul sur le rapport singulier de la littérature avec le maurrassisme à l’échelle d’un individu et dans l’approche d’une institution séculaire. Il est clair que Maurras avait besoin d’une reconnaissance littéraire et nationale, qui passât par une admission au sein d’une compagnie dont la naissance remontait à l’apogée du régime monarchique et qui lui valut de surcroît un regain d’audience et de notoriété à l’étranger. On a pu constater qu’à plusieurs reprises, même s’il avait été la victime collatérale des débordements de son tonitruant second, il avait souhaité que dans la balance du vote, on fît abstraction de son poids politique, comme d’une tare. Nul doute qu’il eût aussi calculé le profit qu’il pouvait tirer de son admission dans cet asile de bien-pensants auprès de la hiérarchie romaine. Il avait paru gagner d’un seul coup sur les deux tableaux. Mais ce triomphe était précaire, lié qu’il était à une conjoncture fluctuante. Le seul académicien assez perspicace pour en mesurer les conséquences et les risques mais il ne les formula qu’a posteriori, c’est François Mauriac, témoin privilégié d’une évolution historique. Lorsqu’il est élu à la quasi-unanimité en 1933, il espère « préparer la voie, dit-il, à mes maîtres et à mes amis, le mérite littéraire comptait seul pour moi, et j’étais résolu à le faire triompher20 ». Le premier scrutin auquel il participe le fait vite déchanter. Il envoie trois maurrassiens sous la Coupole, la dernière élection étant, selon lui, « la plus scandaleuse qui se soit jamais perpétrée quai Conti ». Mais ce qui aggrave le scandale, c’est le manège d’un Louis Bertrand qui à son arrivée, le bras levé, salue ses collègues d’un « Heil Hitler21 ». Il persistera et signera, l’année suivante, un essai complaisant sur le Führer. Ce signe d’allégeance, ce symbole d’une alliance contre nature marquera à jamais Mauriac comme un déniaisement, une scène primitive. À la Libération, poussé par le Général et soutenu par son ami Duhamel, Secrétaire perpétuel, il nourrit l’espoir de purger l’Académie du levain maurrassien. Les premières élections lui paraissent encourageantes. Il déchantera vite et Duhamel, impuissant, donnera sa démission. Jusque-là chroniqueur des travaux et des jours de la Compagnie, il en devient désormais le juge avec l’accent d’un Saint-Simon. En procède le magnifique triptyque de 1955 : « Histoire politique de l’Académie française », thème sur lequel il reviendra jusqu’à sa mort. Deux meneurs de jeu, deux faiseurs d’élections sont responsables de cette droitisation extrême : Chaumeix, pourtant portraituré par Daudet en « cobra de salon » et Pierre Benoit. Sans méconnaître que « Maurras fût à sa place à l’Académie » mais seulement « du point de vue littéraire22 », il se refusera à participer à tout hommage : « Le silence demeure pour moi la seule attitude possible devant la tombe d’un homme avec lequel j’ai toujours été, et presque sur tous les points, en désaccord profond23. » À partir de cette élection, hautement politique, « toutes le furent ». Et l’on aboutit au régime de Vichy « qui incarnait toutes les évidences maurrassiennes24 ». À l’adresse de ses confrères de 1959, Mauriac cite Victor Hugo : « “Vous êtes tous empoisonnés, Messeigneurs !” Je vois dans l’Action française la Lucrèce Borgia de l’Académie25. » Des héritiers de Maurras, de Thierry Maulnier à Jacques Laurent, de Pierre Gaxotte à Michel Mohrt, ont siégé et Michel Déon siège encore sous la Coupole, mais que Mauriac repose en paix : tous se sont bien assagis.

Notes

1 H. Bordeaux, Histoire d’une vie, t. VIII, Plon, 1966, p. 285.

2 Ibid., p. 286.

3 Ibid., p. 288.

4 Id.

5 Ibid., p. 299.

6 L’Action française, 19 avril 1923.

7 L. Daudet, Habits verts et vers de presse, Éd. du Capitole, 1930, p. 44. Pour ne pas multiplier les notes appelées par de nombreuses références, nous ferons désormais figurer la page entre parenthèses après chaque citation.

8 Cher Maître. Lettres à Charles Maurras, Christian de Bartillat, 1995, p. 599.

9 Histoire d’une vie, op. cit., t. XI, p. 205.

10 Ibid., p. 206.

11 C. Mauriac, Le Temps immobile, II, Grasset, 1983, p. 119.

12 Ibid., p. 143.

13 Ibid., p. 144.

14 H. Massis, Maurras et notre temps, Plon, 1961, p. 291

15 C. Mauriac, Le Temps immobile, II, p. 144.

16 G. Sapiro, La guerre des écrivains 1940-1953, Fayard, 1999, p. 277-278.

17 C. Mauriac, Le Temps immobile, II, p. 146.

18 Ibid., V, p. 70.

19 Cité par Guy Goffette, Album Claudel, Pléiade, 2011, p. 212.

20 F. Mauriac, Bloc-notes, II, Points-Seuil, 1994, p. 434.

21 Id., La Paix des cimes, Bartillat, 1999, p. 543.

22 Id., D’un bloc-notes à l’autre, Bartillat, 2004, p. 483.

23 Bloc-notes, I, p. 45.

24 Ibid., IV, p. 198.

25 Id., D’un bloc-notes à l’autre, p. 483.

Auteur

Agrégé des lettres classiques, Jean Touzot est professeur émérite de littérature française à l’Université de Paris-Sorbonne. Il est membre du jury du prix François Mauriac et du Conseil d’administration du Centre de Malagar. Il codirige les Nouveaux Cahiers François Mauriac (Grasset). Ses domaines de recherche concernent le genre romanesque et le journalisme. Il a publié de nombreux ouvrages sur François Mauriac et Jean Cocteau, parmi lesquels on peut citer sa thèse de doctorat d’État, soutenue à la Sorbonne : La Planète Mauriac (Klincksieck, 1985), plusieurs essais, dont Mauriac sous l’Occupation (La Manufacture, 1990, rééd. Confluences, 1995), Jean Cocteau, le poète et ses doubles (Bartillat, 2000). Il a donné de nombreuses éditions de textes inédits de Mauriac : Mauriac avant Mauriac (Flammarion, 1977), La Paix des cimes (Bartillat, 2000, rééd. 2009), D’un bloc-notes à l’autre (ibid., 2004), On n’est jamais sûr de rien avec la télévision (ibid., 2008) ; et de Cocteau : Journal 1942-1945 (Gallimard, 1989), Lettres à sa mère, II (Gallimard, 2007). L’édition de Claude Mauriac Quand le temps était mobile (Bartillat, 2008) a éte couronnée par l’Académie de Bordeaux. Parmi les rééditions annotées, on peut signaler : Mauriac, Œuvres romanesques (La Pochothèque, 1992), Bloc-notes, 5 vol., Points-Seuil ; Cocteau, Les Parents terribles, (Folio-Théâtre, Gallimard, 1994), Bacchus (id., 1998). Il a enfin participé à de nombreux ouvrages collectifs : « Pléiade », « Bouquins », actes de colloques, dictionnaires, catalogues d’expositions, recueils d’hommages

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540